Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Première partie. L'enseignement primaire : directeurs, directrices d'écoles et d'écoles normales

Les directeurs et directrices des écoles normales de l’Oise (1884-1940). Première approche prosopographique d’un corps professionnel

Johann-Günther Egginger

Texte intégral

  • 1 Bulletin mensuel du syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 18, 1923, p. 235.

« Un directeur, c’est souvent un bourreau de gosses. C’est presque toujours un autoritaire, crâneur et mouchard, sous-offet contremaître, lécheur de politiciens, petit bourgeois et patriotard1. »

  • 2 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France (1792-1 (...)

1Cette satire formulée par un élève-maître à l’encontre de Louis Lejeune, directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais en 1923, donne à voir une certaine image d’un personnel de direction et véhicule une définition assez spécifique d’une fonction administrative clef au sein de la hiérarchie très forte du monde de l’école primaire et des écoles normales. Étudier le travail des directeurs et directrices des écoles normales de Beauvais, c’est alors aborder le problème de la formation des maîtres selon une double approche : il faut insérer cette étude dans l’histoire du développement de l’Instruction publique d’une part ; et il importe de respecter l’originalité du département de l’Oise, d’autre part. La fin du siècle est, en effet, marquée par l’importance de l’œuvre scolaire républicaine, à partir des lois Ferry de 1881-1882, et par le développement fort important donné à l’enseignement public primaire qui est réorganisé et généralisé. Parmi les lois scolaires fondamentales, celle du 9 août 1879 est significative de la volonté politique de répandre largement l’instruction et d’en relever le niveau. Dans les faits, la loi Paul Bert, instaure l’obligation pour chaque département d’être pourvu d’une école normale d’instituteurs, et surtout d’une école normale d’institutrices, pour assurer le recrutement de ses instituteurs communaux et de ses institutrices communales. Il parachève par cette mesure l’institutionnalisation d’un enseignement primaire dépendant de l’État, opérée pour la première fois par la loi Guizot (1833). À la suite de cette loi, l’Oise décide, enfin, la construction de deux écoles normales (garçons et filles), remises aux autorités académiques le 5 octobre 1884. Singulièrement, l’Oise a ainsi été l’un des premiers départements qui ait organisé des classes normales dès 1804 et l’un des derniers, sinon le dernier, qui ait construit ses écoles normales. Cette action législative de 1879 est complétée par une action réglementaire assurée par le ministère qui réorganise la vie des écoles normales et transforme, par décrets, arrêtés et autres circulaires, le concours de recrutement, le programme des études, la formation des élèves, le recrutement et la formation du personnel2. C’est au personnel de direction de ces deux établissements de formation des maîtres et maîtresses que nous nous intéressons ici. Plusieurs questions méritent d’être posées sur ces directeurs et directrices d’écoles normales. Quels rôles l’État a-t-il voulu leur faire jouer et quel cadre a-t-il dessiné pour l’exercice de leurs fonctions ? Quelles sont leurs relations avec leur hiérarchie, avec les élus locaux ? Comment dirigent-ils leur établissement ? La période considérée couvre l’ensemble de la IIIe République, de 1884, date de la fondation des deux écoles normales de l’Oise, à 1940, date de la décision de suppression des écoles normales par le régime de Vichy. La première partie de cette étude traite de la détermination de la notion de directeur ; la seconde aborde l’action des directeurs et directrices dans leur métier ; enfin, dans une dernière partie, la gestion de quelques affaires plus exceptionnelles est présentée.

Le directeur d’école normale : un personnage clef pour le gouvernement des esprits

2Le directeur d’école normale est investi d’un rôle majeur comme « gardien du temple » de la structure de formation des maîtres qu’est l’école normale mais qui, au cours du XIXe siècle met du temps à s’imposer dans les départements.

Le lent développement des écoles normales

  • 3 Le découpage rectoral changeant avec le temps aux cours des XIXe et XXe siècles, le département de (...)
  • 4 Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France..., op. cit., p. 45.
  • 5 Marcel Grandiere, « Les écoles normales et la formation des maîtres », dans François Jacquet-Franc (...)
  • 6 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-19 (...)
  • 7 Christian Nique, L’impossible gouvernement des esprits, Histoire politique des écoles normales pri (...)
  • 8 Afin d’être bien compris, Guizot complète ce texte par une circulaire en date du 11 octobre 1834 e (...)
  • 9 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-19 (...)

3Alors que l’Oise, qui fait longtemps partie du ressort de l’académie d’Amiens3, avait été félicitée pour sa remarquable initiative d’établir dès 1802 des classes normales, sortes de retraites pédagogiques ouvertes aux instituteurs pendant les vacances, le conseil général n’a pu que témoigner un véritable regret de ne pouvoir ouvrir une espèce de « noviciat de maître d’école » faute de moyens. En fait, c’est à Strasbourg que s’ouvre, le 15 novembre 1810, la première école normale de France sous le nom de « classe normale des instituteurs du Bas-Rhin4 ». La nomination du directeur est faite par le département, après consultation du recteur de l’académie de Strasbourg ; les élèves protestants sont pris en charge par un pasteur attaché à l’école et reçoivent une bourse du conseil général ; le préfet procède à l’admission des élèves. L’école normale est donc « un internat géré par le département et la préfecture, avec l’appui des Églises5 ». Quelques années plus tard, l’organisation des écoles normales se met progressivement en place : l’université uniformise les statuts des établissements. À partir du règlement du 14 décembre 18326, toutes les écoles normales de France (masculines) ont un fonctionnement théoriquement identique et concourent ainsi « au gouvernement des esprits7 », tel que le conçoit Guizot, c’est-à-dire diriger l’opinion. C’est dans ce texte fondateur8 que l’on trouve une première définition du rôle du directeur et de la commission de surveillance. Le directeur, nommé par le ministre sur présentation du préfet et du recteur, administre l’école normale et les classes primaires annexées. Chaque école est contrôlée par une commission de surveillance nommée par le ministre sur présentation du préfet et du recteur. Celle-ci, formée de notables locaux, surveille le directeur et propose toutes les mesures qui lui semblent utiles au bien de l’école et au progrès des élèves. Directeurs et maîtres-adjoints sont recrutés, soit dans l’enseignement secondaire (principaux et professeurs de collège, chefs d’institutions et de pensions) soit dans l’enseignement primaire (instituteurs munis du brevet du premier degré). Les fonctions du directeur ne se bornent ni aux soins administratifs, ni aux travaux de l’enseignement proprement dit. Une mission plus étendue lui est confiée : normer les maîtres pour qu’ils norment les enfants. Le directeur doit mettre en place une formation qui influence les esprits par l’habitude de l’ordre et de la discipline, la limitation de l’instruction et la formation morale et religieuse9. Il faut alors que sa conduite, son caractère soient dans une constante harmonie avec la tâche à laquelle il s’est consacré ; tous ses moments sont en quelque sorte remplis par un même devoir ; il n’y a, pour ainsi dire, point de vie privée pour lui ; l’État lui demande plus que le tribut de son intelligence et de ses connaissances. En ce qui concerne l’Oise, le conseil général opte pour la réunion des élèves « normaliens » avec ceux de la Seine-et-Oise où une école normale apparaît à Versailles le 28 décembre 1833. Il rejette aussi, en 1836, la proposition de création d’une école normale d’institutrices vu l’insuffisance des ressources du budget et envoie dès 1845 ses quelques élèves institutrices à Laon dans l’Aisne chez les Dames de la Providence.

  • 10 Charles Fauqueux, Cinquantenaire des écoles normales de l’Oise (1884-1934), L’École normale d’inst (...)

4En 1850, le conseil général se prononce sur les conséquences de la loi Falloux et la création de l’académie départementale de Beauvais. Considérant qu’il est temps que le noviciat des instituteurs s’accomplisse sous ses yeux, et constatant que seulement un sur deux des élèves boursiers envoyés à Versailles réintègre l’Oise, il décide de ne plus envoyer les élèves-maîtres à l’école normale de la Seine-et-Oise. Ils seront placés dès 1851 chez les Frères des écoles chrétiennes à Beauvais, dans un cours normal dirigé par le Frère Mené. En 1852 est créé de la même façon un cours normal d’institutrices annexé au pensionnat des Dames religieuses de Saint-Joseph de Cluny à Beauvais. Ces deux cours normaux10 sont l’objet chaque année d’un rapport spécial présenté au conseil général par l’inspecteur d’académie. On peut y lire, au cours des années, de plus en plus souvent le mot « passable ». Toutefois, lorsqu’ils sont supprimés à l’ouverture des deux écoles normales de l’Oise, l’inspecteur leur rend hommage pour les services qu’ils ont rendus au département pendant 34 années. Le conseil général, de fait, vote des remerciements au personnel de ces deux cours normaux.

5À partir de 1860, l’Empire libéral s’inquiète de la trop grande puissance de l’Église et s’efforce donc de rendre confiance et force au corps des instituteurs laïques devenus souvent de meilleurs soutiens du régime que les curés. Dans les faits, il ranime les écoles normales, souvent moribondes, et fortifie l’enseignement laïc. Le 2 juillet 1866, un nouveau règlement porté par Victor Duruy vient se substituer à celui du 24 mars 1851 : l’austère régime instauré à la suite de la loi Falloux est alors assoupli.

La loi de 1879 : des écoles normales au service d’une République à consolider

6Les républicains, maîtres incertains du pouvoir après les lois constitutionnelles de 1875, entendent accomplir une action double : réformer les écoles normales d’instituteurs et créer des écoles normales d’institutrices. Les besoins des écoles normales d’instituteurs sont nombreux. Par exemple, les directeurs, choisis parmi les inspecteurs primaires, sont en général de la plus grande compétence, mais ils sont écrasés sous le poids d’activités multiples : service d’enseignement de douze heures, organisation des études, contrôle de la discipline, écritures administratives, comptabilité, correspondance avec les autorités du département, avec l’université... Le directeur est alors un homme sans cesse bousculé, menant de front au grand galop toutes les besognes, incapable de centrer son attention et ses efforts sur ce qui devrait être l’essentiel de sa fonction, la formation morale et pédagogique des élèves-maîtres. Il est donc urgent de procéder à de profondes réformes dans l’organisation du personnel de direction afin de le décharger des besognes d’ordre administratif et comptable pour qu’il puisse se consacrer à ses fonctions pédagogiques. Quant aux besoins des écoles normales de filles, ils sont simples et immenses à la fois : tout est à faire ! Les établissements sont peu nombreux, limités à quelques départements, et les régions qui en ont le plus besoin en sont souvent entièrement dépourvues. La formation des institutrices laïques est soit abandonnée au hasard de préparations individuelles dans quelques écoles primaires munies d’une division supérieure, soit assurée, comme dans l’Oise, par des cours normaux qui échappent en grande partie à tout contrôle réel. Dans l’ensemble, l’instruction comme l’aptitude pédagogique des maîtres et des maîtresses laissent donc à désirer. Dans son rapport spécial annuel, l’inspecteur d’académie de l’Oise utilise quelques expressions traduisant des difficultés avérées : « la direction a besoin d’être amélioré » chez les garçons (1877), « les élèves ne sont qu’assez bien dirigées » chez les filles (1876). La République ne peut alors laisser plus longtemps à de telles maîtresses, formées majoritairement dans des cours normaux congréganistes, l’instruction de ses fillettes et il devient nécessaire de généraliser au plus vite l’institution des écoles normales féminines. L’action républicaine dans le domaine des écoles normales présente alors deux aspects successifs : une action législative qui aboutit à la loi Paul Bert de 1879, première des grandes lois scolaires de la IIIe République, et rend obligatoires dans tous les départements la création et l’entretien de deux écoles normales, l’une pour les instituteurs, l’autre pour les institutrices ; et une action réglementaire, assurée par l’exécutif, c’est-à-dire l’université et le ministre, qui organise la vie nouvelle des écoles normales républicaines et transforme par voie de décrets, d’arrêtés et de circulaires le recrutement des élèves-maîtres, le programme de l’enseignement et le statut des personnels.

  • 11 Les écoles normales de l’Oise seront sous le ressort de l’académie de Paris de 1854 à 1964, périod (...)

7Les écoles normales de garçons et de filles de l’Oise, dont la décision de construction a été prise par le Conseil général en août 1880, sont inaugurées la même année, en 1884, parmi les dernières, si ce n’est pour l’école d’instituteurs, la dernière de France. Louis Jarach et Marie Layet, premier directeur et première directrice nommés de ces deux nouvelles écoles normales de l’académie de Paris11, ont alors la lourde tâche, en qualité de fondateurs, de mettre en route la machinerie normale beauvaisienne, lors de la première rentrée le 11 octobre 1884 pour les garçons et 3 jours plus tard pour les filles. Il n’y a curieusement pas d’inauguration officielle.

Directrice-directeur d’école normale : les modalités de la nomination

  • 12 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-19 (...)
  • 13 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires de la Révolution de 1789 à 1962 à nos j (...)

8En 1880, deux textes de Jules Ferry – décret et arrêté du 5 juin12 – régularisent le recrutement par concours et fixent de façon précise les conditions requises pour accéder aux fonctions de direction et d’enseignement dans les écoles normales. En ce qui concerne le personnel de direction, tout candidat doit être âgé de 25 ans au moins, avoir exercé des fonctions d’enseignement pendant 2 ans comme enseignant en école normale ou comme professeur d’enseignement secondaire, ou pendant 5 ans comme instituteur public. Il doit être muni du baccalauréat ou du brevet complet, avoir subi avec succès les épreuves du nouveau certificat d’aptitude à la direction des écoles normales et à l’inspection primaire. Ce certificat comporte des épreuves écrites, orales et pratiques. Les épreuves écrites, au nombre de deux, portent sur un sujet de pédagogie, l’autre sur un sujet d’administration scolaire. Les épreuves orales consistent en des interrogations sur les mêmes sujets. Enfin l’épreuve pratique est constituée par l’inspection d’une école primaire suivie d’un compte rendu verbal13. Le personnel, désormais soigneusement sélectionné, reçoit en contrepartie les satisfactions matérielles et morales. Le directeur est déchargé des fonctions harassantes d’économe, assumées dorénavant par un agent spécialisé dont le décret du 1er août 1881 sur « l’administration et la comptabilité intérieures des écoles » fixe les attributions. Le directeur est alors rendu à sa véritable fonction : présider à l’organisation des études, veiller à la formation des caractères.

  • 14 Deux directrices de Beauvais, Émilie Brocard et Jeanne Auriol, fréquentent cette école, respective (...)
  • 15 Jean-Noël Luc et Alain Barbé, Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Paris, Paris, (...)
  • 16 Christian Nique, L’impossible gouvernement des esprits... op. cit., p. 156.
  • 17 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires... op. cit., p. 112.
  • 18 Eugène De Resbecq, « Directeur d’école normale », dans Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de p (...)

9La fonction de directeur offre désormais de substantiels avantages ; elle ne manquera pas d’attirer des candidats plus nombreux. Mais un nouveau problème se pose bientôt, celui de la préparation des aspirants ; les enseignants doivent, à côté de connaissances littéraires et scientifiques générales, acquérir une formation spéciale ; il leur faut préparer des maîtres, leur apprendre à apprendre ; c’est-à-dire qu’il leur est indispensable de posséder eux-mêmes de solides connaissances en pédagogie, en psychologie de l’enfant, maîtriser les méthodes d’enseignement, connaître la législation scolaire, etc. Bien vite, on éprouve alors le besoin de ne pas livrer au hasard le recrutement d’un personnel si spécialisé et de créer de véritables écoles pour former les professeurs et directeurs d’écoles normales avec des cours spécifiques de législation et d’administration scolaires. Le Congrès pédagogique de 1880 inscrit parmi ses vœux l’ouverture de semblables établissements. On assiste alors, en 1880, à la création de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses14 pour les filles puis, en 1882, à la fondation de celle de Saint-Cloud pour les garçons15. En quelques années d’administration républicaine, l’édification de la pyramide normale est achevée et « l’ordre primaire a trouvé son organisation définitive16 » et son couronnement. Avec les lois Ferry, « la période héroïque des écoles normales est close17 ». Elles ne vont plus subir, jusqu’en 1940, de modifications sérieuses. Pourtant, des retouches successives vont être apportées à leurs statuts afin d’assurer leur adaptation progressive à l’évolution de la société et des besoins scolaires français18. Le décret du 18 janvier 1887 modifie les conditions requises pour accéder aux fonctions de direction. Les directeurs et directrices des écoles normales doivent être âgés de trente ans révolus, pourvus du certificat d’aptitude au professorat des écoles normales et des écoles primaires supérieures, ou de la licence ès lettres ou d’une des licences ès sciences, et du certificat d’aptitude à l’inspection des écoles primaires et à la direction des écoles normales. Les réformes suivantes sont liées au décret du 4 août 1905 qui dissocie la formation générale, occupant seule les deux premières années, de la formation professionnelle réservée à la troisième année puis à la réforme de cette mesure avec l’arrêté du 18 août 1920 qui rétablit un retour de la formation professionnelle dès la première année.

  • 19 Jeanne Séguin dirige celui de Rouen de 1941 à 1945, après avoir quitté la direction de l’école nor (...)

10Les écoles normales, à la fois établissement d’enseignement général et lieu de formation professionnelle, répondaient ainsi à une nécessité lors de leur création en 1833 et lors de leur refondation en 1879. Il n’y avait presque pas d’écoles primaires supérieures et les lycées et collèges étaient fréquentés par une classe sociale qui n’orientait pas ses enfants vers les carrières de l’enseignement primaire. Les élèves admis à l’école normale sortaient d’écoles primaires le plus souvent rurales et ne s’élevaient pas au-dessus des connaissances de l’enseignement élémentaire. Or, sous la IIIe République justement, les écoles primaires supérieures se sont multipliées et le brevet supérieur lui-même s’est rapproché du baccalauréat moderne. Les connaissances générales données aux élèves-maîtres ne se différencient plus vraiment de celles que l’on peut acquérir dans les écoles primaires supérieures qui préparent au brevet supérieur ou dans les classes sans latin des seconds cycles des lycées et collèges depuis 1902. Dès lors, pour certains, les écoles normales, indispensables jusqu’ici avec leur double enseignement, semblent désormais inutiles comme établissements de formation générale. Si l’on ne conteste pas leur nécessité, consacrée par la loi républicaine, de plus en plus nombreux sont ceux qui jugent le moment venu de réformer l’institution, de modifier le contenu des études normales, de séparer la culture générale de la formation professionnelle et de limiter à celle-ci la mission des écoles normales réorganisées. La première manifestation officielle de ce nouvel état d’esprit fut le rapport du député Pierre Massé de 1904 suivi, entre les deux guerres, du projet de réforme de l’enseignement présenté par Jean Zay en 1937 devant la Chambre. Au lendemain du désastre de 1940, les instituteurs et les écoles normales qui les forment sont rendus responsables de la désagrégation de l’autorité, de l’État et de la défaite. Pour des raisons plus politiques que pédagogiques, le régime de Vichy supprime les écoles normales par la loi du 18 septembre 1940 et crée le 15 août 1941, par décret, les instituts de formation professionnelle19 dans lesquels les « ex-normaliens, après trois années d’études au lycée et l’obtention du baccalauréat, suivent une scolarité d’une année occupée par quatre stages successifs. Les ordonnances des 9 août 1944 et 31 mars 1945, annulant la législation de la période d’occupation, rétablissent ensuite les écoles normales mais conservent la nécessité de la possession du baccalauréat.

Directrices et directeurs des écoles normales de l’Oise

  • 20 N’entrent pas dans ce décompte les quelques mois d’intérim assurés en 1889 par Mlle Larivière, pro (...)

11De 1884, date de leur fondation, jusqu’à leur fermeture en 1940 sous Vichy, les écoles normales de l’Oise sont dirigées successivement par sept directrices chez les filles et sept directeurs chez les garçons. Le document de la page suivante présente, sous la forme d’un tableau synthétique, ces quatorze titulaires20.

  • 21 Tous les dossiers individuels de carrière consultés, déposés aux Archives nationales et aux Archiv (...)

12Une première analyse de ce tableau nous indique que tous les directeurs et directrices nommés en poste à Beauvais avaient précédemment dirigé une école normale, ayant donc tous une grande expérience de la fonction. Les « fondateurs » et leurs successeurs directs restent étonnamment peu de temps en poste après l’ouverture des écoles en1884 : une année chacun chez les garçons ; respectivement deux et trois années chez les filles. Deux très longs « règnes », traversés par la Première Guerre mondiale, marquent ensuite l’histoire des écoles normales de l’Oise : 21 années de direction pour Louis Lejeune, 26 années pour Émilie Brocard. À l’issue de leur poste de Beauvais, cinq directrices sont nommées à la direction d’autres écoles normales et deux partent en retraite. En ce qui concerne les directeurs, seul Louis Jarach prend en charge la direction d’une autre école normale. Les autres partent en retraite (2), démissionnent (1) ou sont nommés inspecteur de l’enseignement primaire (3). Le poste de direction des écoles normales de Beauvais semble alors être une porte d’entrée dans l’académie de Paris, un passage vers le département de la Seine et un tremplin pour atteindre le corps de l’inspection : quatre directeurs et une directrice de Beauvais terminent ainsi leur carrière comme inspecteurs de l’enseignement primaire de la Seine21 alors que deux directrices deviendront inspectrices générales d’école maternelle.

* Cotes archives nationales, sauf la sous-série 1T des archives départementales de l’Oise.
Document 1. – Les directeurs et directrices des écoles normales de l’Oise à Beauvais (1884-1940).

Le travail au quotidien d’un directeur d’école normale

  • 22 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France, 1879-1979, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, (...)

13Il n’existe pas de définition de la fonction de directeur d’école normale qui soit écrite dans un texte s’imposant comme la référence absolue. Tout au long du XIXe siècle, cette définition est renouvelée au gré des gouvernements successifs et en fonction des politiques éducatives visées. Pour le moins, les différents textes prescriptifs et sources consultés nous présentent le directeur comme la « cheville ouvrière de l’établissement22 », en relations verticales avec le pouvoir central et ses représentants, en relations horizontales avec l’étage départemental de gestion et d’administration. Nommé par le ministre, suivi de près par l’inspection, le directeur se doit de posséder les traits caractéristiques de sa fonction : importance de l’autorité morale exercée sur les futurs maîtres, dispositions du caractère, connaissance intime de la réalité scolaire et des relations à entretenir avec son administration. À cette référence normative, dégagée pour caractériser une fonction dans sa généralité, il convient maintenant de donner chair, par l’étude des directrices et directeurs des écoles normales de l’Oise au travail.

L’administration matérielle et domestique de l’établissement

  • 23 Archives départementales de l’Oise, 1 T 4880.

14En lien avec la commission de surveillance, et plus tard un conseil d’administration, les directeurs et les directrices administrent l’école normale en prenant toute une série de mesures et de décisions « domestiques » qui sont nécessaires, via l’établissement du règlement intérieur, au bon ordre de la maison, au bon entretien du mobilier et du matériel de l’école, au bon emploi du temps, à la ponctualité des services, à l’uniformité des heures de travail, de repos, d’études. Ils font des propositions relatives au nombre et aux gages des gens de services et établissent les menus de la semaine. Voici, à titre d’exemple, une proposition « alléchante » de déjeuner, dîner et souper pour le dimanche 28 juin 1891 à l’école normale de garçons, validée par le directeur alors en fonction Félix Mutelet : « Cacao au lait – potage gras vermicelles, oie rôtie, haricots verts, gâteau aux cerises, vin, café – veau rôti, pruneaux au jus, salade, soupe au lait23. »

  • 24 Archives nationales, AJ16 995.
  • 25 Archives nationales, AJ16 995.

15Les directeurs et directrices préparent également le budget, surveillent et contrôlent toutes les parties du service de l’économat. Ils engagent et ordonnancent les dépenses dans les limites des crédits régulièrement alloués. Ils passent les marchés et surveillent directement la comptabilité, sans pouvoir s’immiscer, en aucune façon, dans le maniement des deniers et des matières, laissé à l’économe. Une fois par mois au moins et à des dates variables, le personnel de direction est tenu de vérifier l’état de la caisse et de la comptabilité. S’il constate quelque irrégularité, il doit en aviser immédiatement, par un rapport, l’inspecteur d’académie. Le moindre manque de vigilance équivaut alors à une complicité de malversations. Pierre Cadoret, deuxième directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais (1885-1886), en fait les frais. Dans une note en date du 6 juillet 1886, adressée au ministre de l’Instruction publique des Beaux-Arts et des Cultes René Goblet, le directeur de l’enseignement primaire Ferdinand Buisson relate les résultats d’une enquête menée par le recteur de l’académie d’Alger au sujet de « tripotages » commis dans la gestion économique de l’école normale d’instituteurs de cette ville24. Le 17 octobre 1885, un mandat de paiement de 893 francs pour la fourniture de vin est payé, d’après le livre de caisse, à un commerçant d’un village voisin. Il est prouvé que ce fournisseur n’a pas fait de livraison, qu’il n’a pas reçu d’argent et qu’il n’a même pas servi de prête-nom. L’économe prétend tout d’abord qu’il a remis à l’ancien directeur de l’école normale d’Alger, Cadoret, la somme de 893 francs, montant du mandat. Plus tard, il se rétracte et avoue qu’il a payé sur cette somme une partie à un restaurateur pour fourniture de champagne, d’absinthe et cognacs livrés à l’école et qu’il a conservé le reste de l’argent. Le 24 mai 1886, le recteur prononce la suspension provisoire de l’économe, mesure approuvée par le ministre. Quant à l’ancien directeur Cadoret, il lui revient « certainement un grande part de responsabilité ». En qualité d’ordonnateur des dépenses, il a signé le mandat de 893 francs et a approuvé un mémoire qu’il savait être faux ou de l’exactitude duquel il devait douter : l’économe n’y avait pas apposé sa signature, ni la mention habituelle et obligatoire « Vu et vérifié et certifié par l’économe soussigné ». Pour le directeur de l’enseignement primaire, Cadoret a montré là « l’insouciance la plus blâmable ou il a été sciemment complice de l’économe ». Il n’a pas été prouvé que le champagne et les alcools aient été achetés pour le compte personnel du directeur de l’époque Cadoret, comme l’économe semble le dire. Mais, il demeure sur ce point de fortes présomptions. Avant son départ pour Beauvais comme nouveau directeur, Cadoret donnait de fréquents des dîners à ses amis pendant les vacances d’été ; l’économe et le concierge y prenaient part. L’enquête établit ensuite qu’au cours de ces repas festifs, on faisait grande consommation de champagne et que l’on consommait une grande quantité d’absinthe au point que des invités devaient coucher à l’école. Au début de l’enquête, Cadoret se montre d’abord favorable à l’économe en excusant les erreurs commises dans les écritures puis produit tout à coup un fragment d’une lettre aux contours brûlés que celui-ci lui a adressée à Beauvais et dans laquelle il fait appel aux bons offices de son ancien directeur pour le tirer de ce mauvais parti. Le recteur prouve alors que plusieurs lignes de l’écriture du fragment ont été détruites par Cadoret au moyen d’eau de javel, ce qui empêche de saisir le véritable sens de cette lettre. L’homme a donc failli aux devoirs de sa fonction. La dignité de Cadoret est ainsi fortement compromise et il ne paraît pas que l’administration centrale puisse le maintenir plus longtemps à la tête d’une école normale, comme le laisse entendre le directeur de l’Enseignement primaire au ministre : « Si l’on n’a pas pu établir, à son égard, des preuves matérielles de malversations, [...] il n’est pas moins vrai que ses agissements ont été des plus répréhensibles. » Dans une lettre du 3 septembre 1886, Cadoret se défend et donne à un ami la « véritable » raison de sa démission du poste de directeur de l’école normale de Beauvais, à savoir le refus de Buisson de le nommer comme inspecteur primaire25. Il revient alors en 1894 s’établir à Alger, comme avocat.

La direction morale et la discipline des esprits

16À la question « En quoi une école normale diffère-t-elle des autres établissements d’éducation ? » un directeur d’école normale affirme alors que la réponse est contenue tout entière dans le titre officiel d’élève-maître :

  • 26 Léon Chauvin, L’éducation de l’instituteur, Pédagogie pratique et administration scolaire, Paris, (...)

« Les jeunes gens qui sont reçus dans les écoles normales sont pour le moment des élèves, bientôt ils seront des maîtres. Après leur avoir donné l’instruction, comme le ferait toute autre maison d’études, l’école leur doit donc aussi l’éducation spéciale qui formera le bon instituteur26. »

  • 27 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France..., op. cit., p. 33.
  • 28 Albert Launay, Élève-maître, 1898-1901, Beauvais, École normale d’instituteurs de l’Oise, 1985, p. (...)

17L’école normale est donc à la fois une école et une école professionnelle. À cette double fonction sont rattachées une discipline, des contraintes de temps et d’espace, des règles de vie et des habitudes morales que l’on s’efforce de transmettre à de jeunes recrues qui, à l’école normale, vivent sous surveillance constante et de manière strictement réglementée. Il s’agit d’abord d’habitudes de soin et d’ordre dans la tenue vestimentaire, la toilette, les effets personnels, vis-à-vis des objets matériels en général, mais aussi dans le comportement et le respect des horaires. Les normaliens et normaliennes d’avant-guerre ont ainsi connu une école normale stricte à l’organisation fortement « militaire ». Les conseils sont surtout des ordres et ces ordres ne sont presque toujours que des interdictions : défense d’ouvrir telle ou telle porte, défense d’aller au jardin, défense d’entrer en étude pendant la récréation, défense de pénétrer à la bibliothèque, défense de porter telle cravate, telles chaussures, telle coiffure ! L’existence doit être ordonnée, réglée par le travail et les exigences de la vie commune. L’internat est de mise dans le régime normal et il n’est pas excessif de parler de clôture : les élèves-maîtres ont droit à quelques semaines de vacances par an l’été puis lors du nouvel An et à Pâques. Le reste du temps, ils vivent à l’école et leurs sorties sont chichement mesurées, une promenade le jeudi après-midi et les sorties dominicales. Par la même occasion, ils sont placés pendant tout leur séjour à l’école sous la vigilance du directeur et des professeurs, alors véritables directeurs de conscience. Et l’élève-maître d’être invité à faire sien certains traits de caractères : « Labeur, altruisme, dignité et simplicité27. » À cette éducation du caractère vient s’ajouter la transmission d’habitudes du savoir-vivre en société. L’école normale dispense aux élèves-maîtres « nés villageois » ce qu’ils n’ont pu recevoir de leur éducation familiale : les usages, la bienséance, la politesse et la civilité. Ainsi, vers la fin du XIXe siècle, le directeur Félix Mutelet veut certes de la discipline à l’intérieur de l’école mais aussi de la tenue en ville. Le dimanche, les élèves-maîtres autorisés sortent librement. Le directeur leur reconnaît alors le droit de fumer et d’aller au café. Mais, dans la rue, ils doivent toujours avoir leur redingote boutonnée et être gantés. Il est seulement entendu que le fumeur peut retirer le gant de la main qui tient la cigarette. Les normaliens ne doivent pas oublier de saluer les passants. Celui qui est « vu par le directeur en tenue négligée ou signalé par un professeur pour n’avoir pas soulevé sa casquette est certain de n’avoir pas à remettre sa redingote le dimanche suivant28 ».

  • 29 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais,(...)

18Certains normaliens trouvent douce la discipline de la caserne après avoir subi celle de l’école normale. L’élève-maître Duchesne (promotion 1917-1920) témoigne ainsi de la grande sévérité de son directeur de l’époque, Louis Lejeune : « Certains de mes camarades avaient préféré s’engager − en pleine guerre ! − plutôt que de continuer à subir la rude discipline de l’école normale29. » Avec le directeur suivant, Léon Launey, un « breton sévère mais juste », les normaliens ont pu vivre autrement qu’en observant des règles d’un rigorisme monacal. Ils sont soumis à un nouveau régime qui représente, pour certains conservateurs, l’abomination voire la désolation ; les élèves-maîtres circulent dans l’école en toute liberté, les portes ne sont plus condamnées ; ils sortent en ville, tous seuls et fument même devant le directeur.

19Chez les normaliennes, les techniques et les dispositifs disciplinaires sont encore plus rigoureux, la directrice étant la garante de la moralité exemplaire de « ses filles ». Toutefois, à l’arrivée de la nouvelle directrice Jeanne Auriol en 1921, un vent de liberté et d’indulgence souffle sur l’école normale d’institutrices. Louise Castel (promotion 1921-1924) rend compte de cette nouvelle ère :

  • 30 Les normaliens et normaliennes de Beauvais disposaient d’un langage spécifique, d’un code réservé (...)
  • 31 Bulletin de l’Association amicale des anciennes et des anciens élèves des écoles normales de Beauva (...)

« Finis les longues robes noires, les bas noirs et les chignons obligatoires ! Au lieu d’une longue file chaperonnée par les surveillantes, nous pouvions sortir en ville par petits groupes [...]. Que de visites à la librairie Prévost où, furtivement, nous pouvions côtoyer les fameux Froms30 qui, justement avaient à faire là31. »

20Mais, in fine, tout manquement aux devoirs de la normalienne ou faute contre la discipline fait l’objet d’une sanction. Les punitions qui peuvent être infligées aux élèves, suivant la gravité des fautes, sont la retenue, la réprimande et l’exclusion. Le directeur prononce la retenue. La réprimande est prononcée, suivant les cas, par le directeur, l’inspecteur d’académie ou le recteur. L’exclusion, provisoire ou définitive, est prononcée par le recteur selon l’avis du conseil de discipline. Lorsque l’exclusion est prononcée, le ministre en est alors informé. L’affaire de l’exclusion de Jules Mérel et d’Edgar Bontemps, présentée en troisième partie, illustre bien l’idée que le directeur est un véritable chef d’établissement, respecté et obéi et qu’il sait défendre ses normaliens et l’institution lorsque cela est nécessaire.

Le directeur, les disciplines sensibles et la surveillance de l’enseignement

  • 32 La différence est seulement géographique : l’école « d’application » devient « annexe » lorsqu’ell (...)

21Le directeur et la directrice sont responsables de la formation professionnelle des élèves-maîtres. Cette formation ne comporte pas seulement des cours et un enseignement théorique dispensé à l’école normale. Elle comporte aussi des stages et des travaux pratiques au sein de l’école d’application ou de l’école annexe32. Ils permettent l’initiation progressive aux méthodes de l’enseignement, sous la direction de maîtres expérimentés. La formation normale vise donc à armer le jeune maître d’un bagage théorique qu’il aura l’occasion de confronter à la réalité des classes, dans le but constant de perfectionner sa pratique dans le temps. Cette conception de la pédagogie va de pair avec une évolution de son statut épistémologique au tournant des XIXe-XXe siècles ; la pédagogie n’est pas seulement un art d’enseigner qui s’acquiert par l’expérience patiente et personnalisée. C’est aussi une science, la science de l’éducation. Cette nouvelle vision de la pédagogie, qui s’inscrit dans le contexte de développement et d’autonomisation progressive des sciences de l’homme, s’appuie ainsi sur la psychologie pour déterminer le détail des procédés pédagogiques et sur la sociologie pour identifier le but de l’éducation. L’enseignement de ces disciplines sensibles ayant trait à la culture professionnelle est une attribution particulière du directeur et de la directrice. De ce fait, ils sont chargés des conférences pédagogiques, des cours de pédagogie pratique et d’administration scolaire, de morale, ainsi que des notions de psychologie et de sociologie. Ils dirigent également l’éducation professionnelle des élèves-maîtres ; ils prennent soin que, dans tous les cours de troisième année et dans les exercices des écoles annexes ou des écoles d’application, il soit fait une large place à l’étude des méthodes et des procédés propres à l’enseignement en vigueur dans les classes.

  • 33 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-19 (...)
  • 34 Archives départementales de l’Oise, 1 T 4552.

22La conférence pédagogique, prescrite par l’arrêté du 18 janvier 188733, a lieu chaque semaine, le jeudi. Elle est faite par un élève de troisième année, devant les élèves, les professeurs, le directeur de l’école annexe et le directeur de l’école normale. Elle consiste soit en une leçon faite à des enfants qui auront été amenés à cet effet, soit dans la discussion d’une question de méthode ou de discipline, soit dans le choix et la critique d’ouvrages scolaires, de devoirs écrits, soit enfin dans la lecture expliquée d’une page de pédagogie. Les sujets sont empruntés au programme de troisième année qui se trouve ainsi déchargé d’un assez grand nombre de questions. Dans la conférence comme dans les deux heures de classe, c’est le même esprit et la même méthode qui s’imposent. On applique les notions de psychologie et de morale ; ce sont les élèves normaliens qui exposent et les professeurs qui complètent ou rectifient. Mais la conférence pédagogique, par cela même qu’elle réunit les maîtres de l’école, a un intérêt particulier : elle oriente vers l’école primaire toutes les ressources de l’école normale ; chacun apporte ses lumières, son expérience et profite de celle des autres. Les archives départementales de l’Oise possèdent, sous la forme d’un volume relié34, l’ensemble des conférences données à l’école normale d’instituteurs de Beauvais de 1893 à 1899. La plupart des conférences font référence à des questionnements professionnels ordinaires : « Le dessin géométrique à l’école normale », « Des diverses conceptions de l’histoire et de celle qui convient à l’école normale », « De l’éducation de la mémoire »... ; d’autres font davantage référence à des sujets locaux : « Les moyens de préparer la participation de l’école normale à l’Exposition universelle de 1900 », « Les écoles annexes, sujet commun aux écoles normales de l’académie de Paris »... L’éducation professionnelle des élèves-maîtres se fait ainsi de trois manières : 1) Par les leçons choisies, préparées et exposées en vue de l’école primaire sous la direction des professeurs de l’école normale ; 2) Par l’examen critique des méthodes d’enseignement et des moyens d’éducation, examen qui se fait surtout dans les cours et conférences de pédagogie que dirige le directeur de l’école normale ; 3) Par les exercices pratiques de l’école d’application où les élèves-maîtres, mis en présence des enfants, vont s’exercer graduellement aux difficultés de l’enseignement et de l’éducation.

  • 35 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France op. cit., p. 19.

23Dans les deux écoles normales de Beauvais, le directeur et la directrice veillent particulièrement à ce que l’enseignement ne soit, dans aucune de ses parties, détourné du but auquel il doit tendre, et à ce que les différents professeurs s’efforcent surtout de faire acquérir à leurs élèves les qualités intellectuelles et morales indispensables à l’instituteur. Ils leur recommandent donc d’éviter la recherche des détails, des subtilités et des curiosités qui font perdre à l’enseignement des écoles normales son caractère pratique et professionnel. Ils s’assurent que les devoirs écrits des élèves sont corrigés et annotés avec soin par les professeurs, et qu’il est donné un temps suffisant, dans tous les cours, aux interrogations et aux récapitulations. Ils proscrivent l’usage des manuels, des cours dictés, des copies, des cahiers dits de mise au net, en un mot de tout procédé qui encourage le travail machinal et tend à substituer un effort de mémoire à un effort de réflexion. Ils prennent soin que dans tous les cours professés à l’école normale et dans les exercices de l’école ou des écoles annexes, il soit fait une large part à l’étude des méthodes et des procédés propres à l’enseignement primaire. Dans les écoles normales d’institutrices, la directrice s’efforce également, par des conseils et des directions pratiques, d’initier les élèves-maîtresses, en dehors des heures de classe et d’étude, à tout ce qui concerne les travaux et les soins du ménage. Tous les trois mois au moins, ils réunissent en conseil, sous sa présidence, les professeurs et maîtres adjoints et examinent avec eux toutes les questions qui intéressent l’enseignement et la discipline. Indépendamment de la direction matérielle et morale de l’établissement, de la surveillance des enseignements, le directeur et la directrice sont responsables du cours normal et inspectent l’école annexe et les classes d’application. Ils sont ainsi censés garantir « l’unité de doctrine35 » entre celles-ci et l’enseignement pédagogique dispensé à l’école normale, assurant l’unité de la formation elle-même.

La gestion de l’extraordinaire par les directeurs et directrices d’école normale

24À côté de ces activités quotidiennes, presque routinières, de l’école normale, le personnel de direction doit aussi être capable de réagir vite et bien lorsque se produisent des événements inattendus.

Les « couvées perdues » de la Grande Guerre

  • 36 La promotion 1915-1918, la plus durement touchée, sera qualifiée de « promotion martyre ».

25La ville de Beauvais, située aux triples confins de l’Île-de-France, de la Picardie et de la Normandie, subit l’invasion allemande frontalement. Lors de la Première Guerre mondiale, la ville vit pendant quatre ans l’existence d’une ville de l’arrière, assez proche du front, une existence compliquée par les aléas d’un ravitaillement irrégulier. Les deux écoles normales ont vu alors leur fonctionnement très perturbé. Le personnel de direction alors en poste − Louis Lejeune et Émilie Brocard – doit affronter des situations très singulières, tout en tentant de maintenir une formation normale de qualité aux six promotions36 qui se succèdent durant le conflit. L’épisode de l’incendie de l’école normale d’institutrices en 1916 est significatif du courage et du dévouement manifestés par une directrice « envers ses filles ». Au moment où elle se préparait au recueillement habituel des vacances, l’école normale doit ouvrir ses portes au Service de santé des armées qui, dès le 2 août 1914, y installe un hôpital. À la rentrée d’octobre 1914, les normaliennes sont externées et deux promotions suivent les cours dans les écoles annexes restées libres. Les élèves-maîtresses de troisième année sont déléguées comme suppléantes et les élèves des écoles annexes transférés dans deux classes inoccupées de l’école Jean Macé toute proche. Les professeurs ainsi que la directrice Mlle Brocard continuent à habiter l’école normale. L’école normale est ensuite rendue à sa destination première en octobre 1915 alors que l’installation du chauffage central tant souhaité depuis longtemps est achevée. Le fonctionnement reprend le 2 novembre, après une désinfection et la remise en état des locaux et du matériel, avec les trois promotions, deux élèves-maîtresses des Ardennes et une réfugiée belge. L’effectif atteignant 65 élèves, le poste d’économe, supprimé depuis de nombreuses années, est rétabli.

  • 37 Archives départementales de l’Oise, 1 T 1140 et 1 T 1141.

26Un an plus tard, le mercredi 20 novembre 1916 vers dix heures du matin, alors que les leçons de la seconde heure étaient commencées depuis quelques minutes, un homme passant dans la rue calme entend de petits crépitements. Regardant en direction de l’école, il voit des flammes au niveau de la toiture, à la base de la cheminée du calorifère installé un an plus tôt. Il prévient la concierge qui prévient la directrice. Celle-ci va immédiatement avertir la mairie en utilisant le téléphone du lycée voisin afin que la pompe à vapeur de la ville arrive au plus vite, l’école n’ayant aucun service d’incendie. Pendant ce temps, la directrice et professeurs font évacuer les classes, renvoient les élèves des écoles annexes dans leurs familles. Les flammes minent les lattes et les chevrons sous les ardoises qui tombent dans un « faux-grenier » inaccessible entre la toiture et les plafonds du deuxième étage. Il faut, là-haut, sauver ce qui appartient aux normaliennes et qui est rangé au sein du vestiaire. Elles montent et, sans attendre les clefs pour ouvrir, quelques-unes d’entre elles − les plus fortes et les plus décidées – enfoncent le panneau inférieur d’une porte, pénètrent par cette sorte de chatière et sortent tout ce qu’elles peuvent emporter soit près de soixante-dix malles ! L’incendie fait de rapides progrès et gagne les quatre ailes qui flanquent le bâtiment central. Tout le second étage est en feu, l’appartement de l’économe brûle sans qu’elle puisse sauver la comptabilité ; brûlent également les appartements de la directrice et des professeurs. Au premier étage et en bas, tous, personnels, normaliennes, voisins, soldats se hâtent de sauver tout ce qui peut l’être : meubles, bureaux, tableaux, cartes, horloges, vitrines, collections scientifiques, livres des élèves, livres de la bibliothèque par milliers, l’ensemble étant déposé dans la cour intérieur et sur les pelouses. À onze heures et demie arrive la pompe à vapeur de la ville avec un nombre réduit de servants, la guerre ayant pris le plus grand nombre37. Dans l’après-midi, des camions militaires transportent toutes les affaires sauvées dans les couloirs spacieux et nus de la prison toute proche. À cinq heures, alors qu’il fait nuit noire, les lueurs rouges du brasier sont encore visibles de loin et pendant deux jours, les ruines demeurent fumantes.

  • 38 Lors de sa disparition en 1937, les normaliennes exprimeront leur grand chagrin et évoqueront un d (...)

27Après l’incendie, l’école normale fonctionne dans l’improvisation et en des lieux divers et multiples qui ne sont pas toujours destinés à l’enseignement de la pédagogie. La maison du no 41 de la rue d’Amiens est ainsi le siège de la direction de l’école abritant la directrice et l’intendante, les chambres de l’étage étant transformées en dortoir pour les normaliennes. C’est aussi « l’estomac » de l’école puisqu’y sont préparés et servis les repas. Au total, six maisons assez proches forment une école normale éclatée mais bien réelle dans laquelle le travail était la règle. À la suite des bombardements que subit la ville au printemps 1918, l’établissement est licencié et les cours se poursuivent par correspondance, seule l’école annexe restant ouverte. La promotion 1915-1918 se sépare prématurément, des suppléances leur ayant été attribuées. Cette école spécifique, réduite à un minimum, reste chère au cœur des dix promotions de normaliennes qui la fréquentent. Au fil des pages du Bulletin de l’Amicale des anciennes élèves, on peut lire de très nombreux témoignages de reconnaissance et d’affection envers la directrice Mlle Brocard qui, bien au-delà de sa fonction, a été perçue comme une mère bienveillante, constamment soucieuse du bien-être moral, intellectuel et physique de « ses filles », afin qu’elles ne se considèrent pas comme des « couvées perdues38 ». Le 22 mai 1927, l’inauguration officielle de l’école normale d’institutrices de Beauvais reconstruite était célébrée, les normaliennes en ayant déjà pris possession pour la rentrée d’octobre 1926. Sous la direction de la nouvelle directrice Mme Jeanne Auriol, la « grande maison » retrouve son nid.

  • 39 Bulletin de l’Association amicale des anciennes élèves de l’école normale d’institutrices de Beauv (...)
  • 40 Bulletin de l’Association amicale des anciennes et des anciens élèves des écoles normales de Beauva (...)

28La Seconde Guerre mondiale met également à l’épreuve le personnel de direction en place − Jeanne Séguin et Marcel Hennemann – ce dernier étant très vite mobilisé et remplacé par son prédécesseur Léon Launey, et fournit son lot de promotions martyrisées doublement marquées par le conflit et la fermeture définitive des écoles normales. La réquisition de l’école normale des filles par l’armée, dès la rentrée 1939, entraîne le repli des normaliennes vers le château de l’Épine39, dans la commune de Warluis, au sud-est de la ville de Beauvais. Le 18 mai 1940, la préfecture donne l’ordre à la directrice, Mlle Séguin, de replier l’école normale des filles à Évreux. Les parents qui le peuvent viennent chercher leur fille avant le départ programmé au 20 mai. L’évacuation est difficile pour les 22 normaliennes qui restent à l’Épine mais elles retrouvent, après 3 jours de voyage éprouvant, une vie presque « normale » à Évreux. Le 1er juin 1940, le ministère donne l’ordre de rallier l’école normale de Saint-Cloud pour y rejoindre les normaliennes des Batignolles qui ont quitté Paris. Jeanne Fraysse-Auriol, ancienne directrice de l’école normale des filles de Beauvais, réserve un accueil chaleureux à toutes. Les alertes et les bombardements devenant une trop grande source d’inquiétude, les futures institutrices sont dispersées dans l’ouest et le sud, après un rapide examen du brevet supérieur. La scolarisation des élèves-maîtres est tout autant perturbée40. La rentrée d’octobre 1939 est délicate avec la mobilisation du directeur et de la plupart du personnel enseignant masculin. L’horaire de l’emploi du temps a également été modifié, augmenté par l’adjonction d’une nouvelle activité : la préparation militaire supérieure menée à un rythme accéléré. Sous la conduite du « nouvel ancien-directeur », les normaliens creusent des tranchées qui doivent servir d’abris en cas d’attaque aérienne. Vers la mi-mai 1940, la situation militaire devient préoccupante, les Allemands étant aux portes de Beauvais. L’école est réquisitionnée par l’armée le 19 mai et le directeur reçoit l’ordre de renvoyer les élèves-maîtres chez leurs parents. C’est ensuite l’évacuation générale. En juillet 1940, la formation normale étant supprimée par le régime de Vichy, les 15 candidats admis au concours de recrutement sont envoyés en seconde au lycée de Bourges pour préparer le baccalauréat. L’école normale des instituteurs de Beauvais rouvre ses portes en 1945 sous l’autorité d’Émile Foëx, celle des filles en 1948 avec à sa tête Mme Hamel.

La chute du « Bitter »

  • 41 L’enseignement de l’allemand, qui ne fut abandonné que peu après 1918, avait laissé quelques trace (...)

29Le directeur Louis Lejeune sévit, le terme n’est pas trop fort, pendant plus de vingt années chez les garçons, de 1902 à 1923. L’élève-maître Volatron (promotion 1921-1924) dresse le portrait du « Bitter41 », un homme rigide :

  • 42 Archives de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais (...)

« Courte barbe blanche, costume noir, chapeau melon grisâtre qu’il posait sur le bureau quand il arrivait faire son cours de psychologie, de sociologie et de philosophie. Il portait souvent l’index allongé sur la joue droite, geste que nous imitions souvent avec malice. On disait que sa femme l’avait abandonné et que cela était la cause de sa misogynie, de sa misanthropie. En ville, on le traitait de vieil ours. Je pense que M. Lejeune avait une haute idée de ce que devaient être l’école normale et les futurs instituteurs d’où cette discipline inexorable. Au total, il était un homme de valeur que l’âge, les vicissitudes de la vie, de l’idée qu’il se faisait de sa fonction avaient transformé, à nos yeux, en une espèce de croque-mitaine42. »

  • 43 Archives nationales, F17 22682.

30Très tôt, l’administration centrale avait pointé le « zèle trop ardent » de ce directeur, initialement en poste à l’école normale de Lyon. Son dossier individuel comporte ainsi un très grand nombre de documents assez négatifs43. Sa notice individuelle de l’année 1898 fait état de « chagrins conjugaux » en raison d’une instance de divorce contre Mme Lejeune pour incompatibilité d’humeur. Un rapport de l’inspecteur général en 1899 indique que « cette situation n’a pas, dans une ville comme Lyon, les inconvénients qui pourraient en résulter dans une localité de moindre importance ». En 1902, le recteur demande son changement, dans l’intérêt de l’école normale de Lyon, en raison de son fort caractère et de sa sécheresse. Son départ de Lyon doit être également lié à l’affaire de l’exclusion prononcée contre un élève-maître dans laquelle le directeur est suspecté d’avoir provoqué, par « sa maladresse et ses manières cassantes », un certain mécontentement parmi les élèves. Quatre années après son arrivée à l’école normale d’instituteurs de Beauvais, le vice-recteur Louis Liard informe le ministre que le directeur ne remplit pas sa tâche comme il le devrait :

« M. Lejeune ne possède pas toujours cette pleine maîtrise de soi indispensable dans les situations délicates où un administrateur doit [...] apprécier en toute impartialité les personnes ou les faits. »

  • 44 Archives départementales de l’Oise, 1 T 3897.

31De très nombreuses plaintes à l’encontre du directeur vont alors être adressées aux autorités locales et à l’administration centrale qui y répondront avec une grande application44. En voici quelques morceaux choisis.

  • 45 Déjà en 1916, l’inspecteur d’académie indiquait au vice-recteur qu’il était désirable, dans l’inté (...)
  • 46 Bulletin mensuel du syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 18, 1923, p. 235.
  • 47 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais,(...)

32En 1908, un avertissement collectif est notifié aux élèves de troisième année par le vice-recteur pour un désordre au réfectoire et une rébellion, assorti d’une remarque négative sur la non-intervention et l’effacement du directeur face à ces incidents, le directeur se devant de donner l’image d’un « chef maître de son sang-froid ». En 1916, un rappel à l’ordre du vice-recteur est prononcé au sujet de l’exclusion d’élèves-maîtres qui ont entretenu une correspondance avec des normaliennes, exclusion qualifiée de « sévérité excessive ». En 1923, une lettre de l’inspecteur d’académie est envoyée au préfet de l’Oise, lettre dans laquelle il confirme, après enquête discrète, les faits abusifs et inadmissibles signalés par l’instituteur-directeur du cours complémentaire de Crépy-en-Valois. Il lui indique également que le recteur et le ministre ont été informés des agissements condamnables et des traits mauvais du directeur Lejeune. Pour les autorités administratives et politiques, la situation ne peut plus continuer, d’autant plus que le directeur est même tenu responsable, sans doute en raison de son caractère, de la chute du recrutement local ; la liste principale des candidats est courte et c’est avec la liste complémentaire des départements du centre ou du midi qu’il faut la compléter pour former une bonne partie de la liste d’admission. La réaction est rapide. Par un arrêté en date du 14 mai 1923, « M. Lejeune, directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, est admis, pour cause d’ancienneté, d’âge et de service, à faire valoir ses droits à une pension de retraite45 à dater du 1er août 1923 ». Ce départ est fêté dans des billets anonymes répandus dans l’enceinte de l’école normale : « Vous respirez. Vous avez dit adieu à Bitter ; adieu à la frousse, à la colle, à la lèche, au contrôle postal et à la censure. Vous allez vivre46. » L’arrivée du nouveau directeur Léon Launey apporte ensuite dans l’établissement une bouffée d’air frais et de liberté ; « le régime d’incarcération et le martyre des normaliens prenaient fin47 ». Finalement, il a surtout été reproché au directeur Lejeune de ne pas avoir su faire abstraction de ses sentiments personnels pour affronter plus sereinement et professionnellement les situations délicates. Dans une note au vice-recteur en date du 29 octobre 1923, l’inspecteur d’académie indique que bien que Lejeune a été admis à la retraite d’office à la suite de ses nombreux rapports mais il ne peut oublier ce qu’il écrivait dans le premier de ces rapports à savoir que

  • 48 Archives nationales, F17 22682.

« M. Lejeune est avant tout un malade, et qu’il est plus à plaindre qu’à blâmer ; c’est l’inégalité de son humeur et de sa nervosité maladive qui l’empêchent d’exercer autour de lui l’action éducatrice nécessaire48 ».

33C’est pourquoi il estime qu’il convient de lui tenir compte, en lui conférant l’honorariat, des services qu’il a rendus au cours de sa longue carrière dans plusieurs postes. Par un arrêté du 26 novembre 1923, Louis Lejeune est donc nommé directeur honoraire d’école normale.

L’Affaire des normaliens de Beauvais

  • 49 Directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais de 1923 à 1938, année de sa retraite. Il r (...)
  • 50 Bulletin spécial du Syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 71, 1931, p. 853-858.
  • 51 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais,(...)
  • 52 Bulletin spécial du Syndicat..., op. cit., p. 854.
  • 53 Léon Launey, deux citations de guerre, a été président de la section quimpéroise de la Ligue des d (...)

34Le conseil de discipline de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, réuni le mardi 16 décembre 1930, vote à l’unanimité − sauf une voix contre et une abstention − l’exclusion de deux élèves-maîtres de deuxième année, Jules Mérel et Edgar Bontemps, pour cause d’indiscipline caractérisée. L’Affaire des normaliens de Beauvais, dans laquelle le directeur Léon Launey49 est accusé par l’Union syndicale de délit d’opinion, prend toute sa mesure. Le Syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise lui consacre d’ailleurs tout un bulletin spécial tiré à plus de 1 000 exemplaires au lieu des 300 exemplaires habituels pour le bulletin mensuel50. L’origine de l’affaire est complexe et certains pensent que le directeur a préparé cette exclusion qui, en épurant l’école de deux éléments indésirables, coupe le syndicat unitaire l’École émancipée de sa base naturelle de recrutement. À maintes reprises, le directeur avait manifesté son hostilité à Mérel et Bontemps (promotion 1929-1932) qu’il qualifiait de révolutionnaires. Il ne leur pardonne pas d’avoir des idées communistes, d’être adhérents au Syndicat unitaire et d’avoir constitué à l’intérieur de l’école une section de l’Union générale des étudiants pour l’enseignement (UGEE), ce qui est inexact car une section clandestine existait déjà dans la promotion précédente51. Dès la rentrée d’octobre 1930, le directeur fait venir dans son cabinet les parents de Bontemps et les avertit qu’il défend à leur enfant de fréquenter Mérel sous peine d’exclusion. Il essaie d’isoler moralement Mérel par toute une série de mesures destinées à le discréditer dans l’esprit de ses camarades. Il porte diverses accusations à propos d’incidents divers. On accuse par exemple Mérel de sabotage à la suite d’une panne d’électricité alors qu’il est reconnu que cette panne a des causes accidentelles. Chaque fois qu’il y a du chahut, c’est Mérel qui est le bouc émissaire à tel point que les élèves disent « c’est chic, on peut chahuter tant qu’on veut c’est Mérel qui est toujours responsable52 ». Un régime sévère s’installe alors à l’école. Un jour, les élèves de troisième année étant restés couchés après l’heure réglementaire, sont punis d’un mois de privation de sortie, ce qui ne s’était jamais vu pour pareille faute ; les rassemblements de plus de trois élèves dans la cour de l’école sont interdits. Des normaliens sont obligés de répondre à un questionnaire écrit sur l’UGEE. Le directeur fait signer à des normaliens une déclaration attestant qu’ils ne sont pas communistes et les oriente vers l’Amicale plutôt que vers le syndicat. Pour sauver la face et conserver sa réputation d’homme libéral et socialisant53, le directeur Launey s’emploie à donner à cette exclusion les apparences d’une peine disciplinaire justement méritée. C’est ainsi qu’en même temps qu’il annonce aux deux normaliens leur comparution prochaine devant le Conseil de discipline il avertit de leur exclusion probable à Pâques six autres normaliens parmi lequel se trouve un camarade de deuxième année qui a 12,82 de moyenne, Mérel ayant 11,25 et Bontemps seulement 9,37. En outre, pour laisser croire qu’il n’est pas hostile au syndicat unitaire, il continuait de laisser entrer la revue l’École émancipée à l’école normale et la laisse même à la libre disposition des normaliens, avec quelques restrictions. De plus, pour éviter toute agitation, la date du Conseil a été programmée à l’époque des fêtes de Noël et du jour de l’An, au moment où les normaliens retournent dans leur famille.

35Les principaux griefs qui ont été formulés par le directeur contre Mérel sont les suivants :

  • 54 Bulletin spécial du Syndicat..., op. cit., p. 856.

« Mérel est un éternel révolté, un anarchiste ; c’est un désorganisateur qui a formé une section d’UGEE à l’école normale et qui prend le parti de ceux qui sont attaqués ; il fait la grève de la faim et ne mange pas de poisson54. »

36Des griefs à peu près semblables ont été formulés contre Bontemps. Le directeur rappelle également l’histoire de l’année précédente où les deux normaliens en compagnie d’un élève de troisième année étaient rentrés en état d’ivresse à l’école normale. À la suite de cette histoire, des sanctions sont prises, les trois normaliens réprimandés alors que l’inspecteur d’académie vient à l’école donner la bonne parole. Certains professeurs défendent les deux normaliens. L’un d’eux indique que « la deuxième année est sans vigueur ; il n’y en a guère que quelques-uns qui travaillent et qui s’intéressent aux cours ; Mérel est un de ceux-là » ! Sur les deux professeurs membres du conseil, l’un vote contre l’exclusion, l’autre s’abstient. Les deux représentants du syndicat national, opposés au syndicat unitaire, votent l’exclusion considérant que les élèves-maîtres se sont rendus coupables de faits indignes pour de futurs éducateurs.

  • 55 Ibid., p. 857.

37Les deux normaliens appelés à présenter leur défense font les déclarations suivantes55. Bontemps : « J’ai fait mon possible pour me racheter puisque vous ne me reprochez rien quant à ma conduite. D’ailleurs, la baisse des moyennes est générale dans la promotion. » Mérel relève :

« Je vais mettre les choses au point. Je nie avoir amené le désordre. Quant à vous, M. le directeur, je suis sûr que vous n’êtes pas en règle avec votre conscience en me mettant à la porte. Vous m’avez traité de jésuite, vous êtes aussi un jésuite. Je ne demande pas votre indulgence. Votez comme vous le jugerez bon. J’ai encore des bras et je sais travailler. »

38Après l’exclusion de l’école normale, le syndicat unitaire prend en main l’avenir de ces deux normaliens, permettant ainsi à Bontemps de poursuivre ses études dans une école primaire supérieure en vue de passer son brevet supérieur.

  • 56 Les Davidés sont des maîtres de l’enseignement public unis entre eux par le lien d’amitié. Cette a (...)
  • 57 Ibid., p. 855.

39Cette affaire montre à quel point le directeur a appliqué avec zèle les recommandations de l’Institution envers les normaliens unitaires. En effet, à la suite des divers incidents et exclusions dans les écoles normales de Quimper (qu’avait dirigée Launey avant d’être nommé à Beauvais), Aix, Blois, Arras (etc.), les inspecteurs d’académie ont reçu des ordres de ne tolérer aucune affiliation à un groupement politique ou social de la part des élèves de l’école normale. À l’autre extrémité, les normaliens cléricaux autrement appelés les Davidés56, inquiètent aussi la direction. Cette affaire montre également que les écoles normales restent perméables à la politique et aux débats de société. Une chose est certaine, en tout cas, c’est que Launey est résolu de « débarrasser » l’école normale garçons de Beauvais du « virus révolutionnaire » et de s’attirer le qualificatif acerbe de « destructeur de personnalité » par quelques camarades de section des deux exclus. Pour le moins, il ne fait que mettre en pratique ce qu’il présente dans ses cours de sociologie, une apologie de la démocratie et une opposition au marxisme et aux théories révolutionnaires : « Les communistes ont commis un grand crime contre la classe ouvrière : ce sont eux les grands coupables de la scission57. »

  • 58 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France op. cit., p. 35.

40De cette galerie de quelques portraits, nous retenons essentiellement l’idée qu’un directeur d’école normale (que l’on compare parfois à un supérieur de séminaire) est un personnage puissant : puissant par l’influence qu’il exerce sur les élèves-maîtres grâce aux enseignements majeurs de psychologie, de pédagogie, de morale professionnelle et, après 1921, de la sociologie ; puissant encore par les possibilités de rachat au brevet supérieur ; puissant aussi car maître des nominations pour les élèves-maîtres sortants, les meilleurs allant dans les cours complémentaires, les classes d’application ou les postes en ville, les mal-classés et les mal-aimés se retrouvant un peu plus souvent dans les classes rurales difficiles et éloignées, en qualité de remplaçants ; puissant également car c’est lui qui attribue en fait les bourses et désigne les élèves-maîtres de troisième année pour des remplacements rétribués ; puissant enfin car il peut encourager, et plus souvent encore décourager les candidats à une quatrième année préparatoire aux écoles normales supérieures. On peut, à juste titre, être perplexe face à un tel système où le directeur est le seul maître à bord, même s’il doit aussi tenir compte des avis des inspecteurs primaires et surtout de l’inspecteur d’académie sinon du recteur d’académie et du comité de surveillance. Les quelques garde-fous limitant son autoritarisme semblent finalement assez limités. Cela dit, aucun de ces directeurs et directrices ne laisse indifférent car ce sont des « personnages ». Tout au long de cette monographie, nous avons également assisté au déplacement du centre de gravité de la fonction de directeur qui oscille entre le travail pédagogique dans les classes de l’école normale et l’administration dans son bureau. Nous avons pu apprécier la place centrale qu’occupe le personnel de direction et son action auprès des élèves-maîtres dans une formation normale qui vise à la fois à avoir une influence profonde et durable sur les esprits, les comportements et les cœurs, à enrichir les savoirs multiples du futur maître ainsi qu’à développer les capacités professionnelles. Parce qu’ils gèrent aussi le concours d’admission, le directeur et la directrice participent à l’initiation et à l’incorporation de l’élève-maître et de l’élève-maîtresse au sein de l’école normale afin qu’ils acquièrent « l’habitus magistral58 ». Les mesures prises lors du « moment Ferry » pour définir leur recrutement et leurs missions constituent alors les directeurs d’écoles normales en un corps cohérent et efficace. Proches par leurs origines sociales et l’expérience antérieure, soudés par un ensemble de convictions à la fois pédagogiques et politiques, les directeurs et directrices d’école normale portent alors l’école primaire publique à son apogée. Il convient toutefois de ne pas céder à la nostalgie d’un âge d’or quelque peu mythique mais plutôt de constater l’accord profond de l’école avec l’État et la société de l’époque. Cette étude exploratoire nous a permis d’en rendre compte et de jeter les premières bases d’un travail prosopographique plus approfondi sur le personnel de direction des écoles normales en France.

Annexes

ANNEXE I. Exemples de fiche de dépouillement de dossiers individuels de personnel de direction d’école normale

Eugène Lejeune

Jeanne Auriol née Bergerat

1) Caractéristiques sociales et géographiques

– Profession du père

charron

mécanicien

– Profession de la mère

sans profession

sans profession

– Mariage

veuf dès 1902

Paul Auriol 1907

– Date et Lieu de naissance

29/08/1860 à La Fère

18/08/1885 à Guelma

– Date et Lieu de décès

26/07/1941 à Cannes

2) Filières d’études et diplômes

– Brevet élémentaire BE

1879

1901

– Brevet supérieur BS

1880

1904

– Certificat d’aptitude pédagogique

1905

– Certificat complet professorat-lettres

1884

– Certificat complet professorat-sciences

1913

ENS Fontenay-aux-Roses

– Certificat restreint professorat-lettres

– Certificat restreint professorat-sciences

– Certificats spéciaux

1886 (Allemand)

– Certificats d’aptitude inspection et direction des EN

1887

1915

– Baccalauréat

– Licence ès lettres

– Licence ès sciences

3) Carrière

– Carrière antérieure à l’accès aux fonctions de directeur

voir notice individuelle

voir notice individuelle

– Poste de directeur occupé antérieurement

DEN Lyon

DEN Privas

– Poste de directeur à Beauvais

1902-1923

1921-1928

– Carrière ultérieure

DEN Versailles 1928, IGM 1939

– Date de retraite

30/09/1923 retraite d’office

18/12/1940 retraite d’office

– Faits notables dans la carrière de directeur

4) Distinctions honorifiques

– Légion d’honneur

chevalier 1937

– Palmes académiques

OA 1897

OA 1910 ; OI 1926

– Croix de guerre

5) Mandats politiques

6) Autres

ANNEXE II. Photographie de Louis Lejeune, directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais de 1902 à 1923

Source : Archives nationales, F17 22682.

Notes

1 Bulletin mensuel du syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 18, 1923, p. 235.

2 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France (1792-1914). Recueil de textes officiels, Lyon, INRP, 2007, 784 p. ; Marcel Grandiere, La formation des maîtres en France (1792-1914), Lyon, INRP, 2006, 221 p. ; Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2007, 354 p.

3 Le découpage rectoral changeant avec le temps aux cours des XIXe et XXe siècles, le département de l’Oise sera successivement sous le ressort des académies d’Amiens (1808-1848), de Paris (1848-1850), de Beauvais (1850-1854), de Paris (1854-1964) et enfin d’Amiens depuis 1964. Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1. La formation d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP-ENS, 2006, 452 p.

4 Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France..., op. cit., p. 45.

5 Marcel Grandiere, « Les écoles normales et la formation des maîtres », dans François Jacquet-Francillon, Renaud D’Enfert et Laurence Loeffel (dir.), Une histoire de l’école, Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Retz, 2010, p. 140.

6 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-1914. Recueil de textes officiels, Paris, INRP, 2007, p. 53-57.

7 Christian Nique, L’impossible gouvernement des esprits, Histoire politique des écoles normales primaires, Paris, Nathan, 1991, p. 82.

8 Afin d’être bien compris, Guizot complète ce texte par une circulaire en date du 11 octobre 1834 envoyée à tous les directeurs des écoles normales primaires et dans laquelle il leur précise ce qu’il attend d’eux.

9 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-1914..., op. cit., p. 65-68.

10 Charles Fauqueux, Cinquantenaire des écoles normales de l’Oise (1884-1934), L’École normale d’institutrices, Historique, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1934, p. 3-4.

11 Les écoles normales de l’Oise seront sous le ressort de l’académie de Paris de 1854 à 1964, période qui couvre notre étude.

12 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-1914..., op. cit., p. 261-265.

13 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires de la Révolution de 1789 à 1962 à nos jours, Paris, Centre régional de documentation pédagogique de Toulouse, Institut pédagogique national, 1975, p. 108.

14 Deux directrices de Beauvais, Émilie Brocard et Jeanne Auriol, fréquentent cette école, respectivement en 1885 et 1913.

15 Jean-Noël Luc et Alain Barbé, Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Paris, Paris, FNSP, 1982, 295 p.

16 Christian Nique, L’impossible gouvernement des esprits... op. cit., p. 156.

17 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires... op. cit., p. 112.

18 Eugène De Resbecq, « Directeur d’école normale », dans Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, p. 710-711. Charles Boniface, « Directrice d’école normale », dans Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, p. 715. « Directeurs et directrices d’écoles normales », dans Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911, p. 483-484.

19 Jeanne Séguin dirige celui de Rouen de 1941 à 1945, après avoir quitté la direction de l’école normale de Beauvais.

20 N’entrent pas dans ce décompte les quelques mois d’intérim assurés en 1889 par Mlle Larivière, professeur à l’école normale de Vannes, pendant le congé de Mlle Champomier, directrice nouvellement nommée à Beauvais mais qui ne prendra effectivement son poste qu’en 1890.

21 Tous les dossiers individuels de carrière consultés, déposés aux Archives nationales et aux Archives départementales de l’Oise, ont été dépouillés à partir d’une grille d’analyse unique. Le document 2, placé en annexe, présente deux exemples de dépouillement.

22 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France, 1879-1979, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1984, p. 21.

23 Archives départementales de l’Oise, 1 T 4880.

24 Archives nationales, AJ16 995.

25 Archives nationales, AJ16 995.

26 Léon Chauvin, L’éducation de l’instituteur, Pédagogie pratique et administration scolaire, Paris, Alcide Picard et Kaan, 1889, p. 138.

27 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France..., op. cit., p. 33.

28 Albert Launay, Élève-maître, 1898-1901, Beauvais, École normale d’instituteurs de l’Oise, 1985, p. 36.

29 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1980, p. 13.

30 Les normaliens et normaliennes de Beauvais disposaient d’un langage spécifique, d’un code réservé aux initiés. Ainsi, le sens argotique de Froms fait allusion aux casquettes plates que portaient les normaliens et qui leur avaient valu le surnom de « fromages ». Chez les normaliennes, le ruban vert de leur chapeau aura été la cause initiale de leur surnom d’« artichauts », abrégé en Artiches.

31 Bulletin de l’Association amicale des anciennes et des anciens élèves des écoles normales de Beauvais, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1994, no 4, p. 29.

32 La différence est seulement géographique : l’école « d’application » devient « annexe » lorsqu’elle est située dans l’enceinte même de l’école normale. Les écoles normales de l’Oise possédaient chacune une école annexe ouverte dès le 6 octobre 1884.

33 Marcel Grandiere, Rémi Paris et Daniel Galloyer (dir.), La formation des maîtres en France 1792-1914..., op. cit., p. 442.

34 Archives départementales de l’Oise, 1 T 4552.

35 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France op. cit., p. 19.

36 La promotion 1915-1918, la plus durement touchée, sera qualifiée de « promotion martyre ».

37 Archives départementales de l’Oise, 1 T 1140 et 1 T 1141.

38 Lors de sa disparition en 1937, les normaliennes exprimeront leur grand chagrin et évoqueront un deuil irréparable.

39 Bulletin de l’Association amicale des anciennes élèves de l’école normale d’institutrices de Beauvais, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1940, p. 4-6.

40 Bulletin de l’Association amicale des anciennes et des anciens élèves des écoles normales de Beauvais, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1991, no 1, p. 37-42.

41 L’enseignement de l’allemand, qui ne fut abandonné que peu après 1918, avait laissé quelques traces : le directeur était souvent surnommé Bitter probablement à cause de l’austère amertume de son comportement.

42 Archives de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, non inventoriées, Notes manuscrites du Fonds René Lagneau (promotion 1929-1932).

43 Archives nationales, F17 22682.

44 Archives départementales de l’Oise, 1 T 3897.

45 Déjà en 1916, l’inspecteur d’académie indiquait au vice-recteur qu’il était désirable, dans l’intérêt de l’école, « que Monsieur Lejeune soit admis à la retraite le plus tôt possible ».

46 Bulletin mensuel du syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 18, 1923, p. 235.

47 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, Beauvais, Imprimerie centrale administrative, 1985, p. 25.

48 Archives nationales, F17 22682.

49 Directeur de l’école normale d’instituteurs de Beauvais de 1923 à 1938, année de sa retraite. Il reprendra du service en 1939 à la suite de la mobilisation de son successeur Marcel Hennemann.

50 Bulletin spécial du Syndicat des membres de l’enseignement laïc de l’Oise, no 71, 1931, p. 853-858.

51 Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’école normale d’instituteurs de Beauvais, 1982, p. 18.

52 Bulletin spécial du Syndicat..., op. cit., p. 854.

53 Léon Launey, deux citations de guerre, a été président de la section quimpéroise de la Ligue des droits de l’homme, président de section cantonale des pupilles de la Nation et secrétaire général du Syndicat des directeurs et directrices d’école normale.

54 Bulletin spécial du Syndicat..., op. cit., p. 856.

55 Ibid., p. 857.

56 Les Davidés sont des maîtres de l’enseignement public unis entre eux par le lien d’amitié. Cette amitié est née du désir qu’ils ont de s’aider pour accomplir aussi bien que possible leurs devoirs professionnels et de l’intérêt qu’ils portent aux questions morales et religieuses. Ils font référence au roman de René Bazin intitulé Davidée Birot (1912) dans lequel ils apprécient le personnage de l’héroïne et son attachement au devoir quotidien, sa charité humble et courageuse et sa droiture dans la recherche de la vérité.

57 Ibid., p. 855.

58 Gilles Laprevote, Les écoles normales en France op. cit., p. 35.

Table des illustrations

Légende * Cotes archives nationales, sauf la sous-série 1T des archives départementales de l’Oise.Document 1. – Les directeurs et directrices des écoles normales de l’Oise à Beauvais (1884-1940).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/93115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Source : Archives nationales, F17 22682.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/93115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site