Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Conclusion. Y avait-il de la sympathie pour l’ennemi ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Vercors, Le silence de la mer, Paris, éd. de Minuit, 1942, Albin Michel 1951, Le Livre de poche, 1 (...)

1Pour ce qui concerne la première période de l’occupation, le personnage de l’officier allemand dans Le silence de la mer de Vercors est sans doute emblématique : cet Allemand cultivé et connaisseur de la littérature française, dans lequel certains ont voulu reconnaître Ernst Jünger, est venu en France conclure une « entente » par la force. Après avoir suivi à la lettre le conseil de son père : « Tu ne devras jamais aller en France avant d’y pouvoir entrer botté et casqué1 », il croit que « la France guérira » les Allemands durcis dans leur isolement, et qu’elle ne le fera même pas contre leur gré : « Ils le savent. Ils savent que la France leur apprendra à être des hommes vraiment grands et purs. » Il n’y aurait qu’une condition à remplir, ajoute-t-il en s’adressant particulièrement à ses hôtes français : « Mais pour cela il faut l’amour. » (p. 51.) Tout comme les Abetz, Epting et Heller justifiaient leur façon de réaliser la « réconciliation » franco-allemande abusivement avec « l’esprit de Locarno », l’officier dans Le silence de la mer est également venu achever par la force la mission d’Aristide Briand, sabotée par les « Grands Bourgeois cruels » en France, et à laquelle son père croyait en honorant le grand Français par les mots : « Il va nous unir, comme mari et femme » (p. 35).

  • 2 Romains (Jules), Le couple France-Allemagne, Paris, Flammarion, 1935.

2L’idée d’un « couple France-Allemagne » révèle davantage de cette conception spécifique des relations entre les deux pays que Vercors ne le reconnut peut-être lui-même, en utilisant cette métaphore, devenue une expression un peu à la mode, suite au livre de Jules Romains2, car la répartition des rôles féminin et masculin correspondait tout à fait aux traits de caractère attribués aux deux pays par les Allemands, se résumant sur le plan abstrait dans les principes opposés de statisme et dynamisme, immanence et transcendance, matérialisme et idéalisme, bonheur et héroïsme.

  • 3 Cf. Vercors, À dire vrai, entretiens avec Gilles Plazy, Paris, Bourin, 1991, p. 32-37.

3Mais puisque la France ne voulut pas consentir librement à ce « mariage », l’officier allemand chez Vercors « ne regrette pas la guerre » : « Non. Je crois que de ceci il sortira de grandes choses… » (Loc. cit.) Cependant, tandis qu’il croit que ses hôtes muets finiront par reconnaître cela, c’est lui qui devra faire face à la vérité du fait que la guerre n’a pas atteint son but avec la victoire militaire, mais qu’aux yeux des dirigeants allemands à Paris il reste un objectif idéologique à accomplir : celui de détruire cette civilisation française qui plaît tant à cet Allemand « francophile ». En effet, difficile à comprendre et à accepter pour certains résistants jugeant le personnage de l’officier trop « positif »3, ce récit de Vercors montre exactement la tension et la contradiction entre ces Allemands qui approuvèrent la revanche militaire pour des raisons nationalistes, et les vrais nazis pour lesquels il ne s’agissait pas seulement d’une revanche sur 1918, mais d’un anéantissement de 300 ans d’histoire, sinon plus, et de l’éradication de cette mise en question de « l’être allemand » par l’existence même de la civilisation française, avec sa conception de la vie, de la société civile et de la personne humaine. Certes, et cela semble confirmer les critiques, Abetz lui-même s’est servi après la guerre de cette image de l’Allemand cultivé dans Le silence de la mer pour souligner la « bonne volonté » des responsables du dialogue culturel, autour de Karl Epting. Tous les deux, Abetz et Epting, n’avaient-ils pas été révoqués pour cause de « francophilie » ? Mais si ces loups s’habillèrent en berger, après 1945, avec plus ou moins de succès, l’attitude face à la France ne se résume pas dans l’équation simpliste : nazi = francophobe/non-nazi = francophile, la notion de « francophilie » étant d’ailleurs inadéquate dans ce contexte, car, à la différence de maint intellectuel exilé, aucun de ces auteurs ne mit jamais en question « l’être allemand ». Nous l’avons utilisée, entre guillemets, parce que les nazis francophobes dénoncèrent ainsi leurs adversaires dans le débat sur l’attitude à adopter face aux Français.

4Le paradigme de l’antinomie ou d’une comparaison antithétique entre la France et l’Allemagne, repris comme concept épistémologique par des chercheurs allemands comme H. M. Bock, a trop dissimulé le fait que la plupart des auteurs en question furent marqués, consciemment ou inconsciemment, l’avouant ou pas, par ce sentiment d’amour-haine de la France que Sieburg a révélé de façon exemplaire. La volonté de distinguer schématiquement entre les « méchants » et les « bons » (les fameux « médiateurs » – Mittler ou Vermittler), ne correspond pas à la réalité de l’époque. Même le nationaliste allemand éprouva encore de la jalousie en voyant l’identité nationale française enracinée dans la présence d’une histoire assumée, comme il le croyait, sans restriction par le citoyen de droite comme de gauche, tandis qu’il fallait, à ses yeux, d’abord éliminer, d’une façon ou d’une autre, les « forces antinationales » (la gauche, les fédéralistes) en Allemagne avant d’arriver à une telle cohésion nationale. C’était encore l’opinion d’un Distelbarth, qu’on présente comme un exilé et un opposant politique. Et maint auteur et acteur nazi, comme Epting, enviait à la France son « impérialisme culturel » qu’il dénonçait si violemment tout en voulant l’imiter, mais dans un cadre forcément inversé. Tandis que la France assurait une bonne partie de son influence politique par le biais de son rayonnement culturel, les propagandistes allemands s’efforcèrent de propager la culture allemande (ou ce qu’ils prenaient comme telle) comme justification du rôle dominant de l’Allemagne sur un terrain déjà conquis militairement. Ce projet avait échoué avant que la Wehrmacht ne batte en retraite : ce n’est pas suite au tournant de la guerre à Stalingrad mais dès la rentrée de 1941-1942 que par exemple la force d’attraction des cours d’allemand en France s’affaiblit.

5N’est-il pas symbolique que Goebbels, qui avait lui-même donné les directives pour ménager le peuple français dans la propagande en 1939-1940, afin d’attaquer exclusivement le gouvernement français, fut le premier à craindre, après la victoire de juin 1940, une « fraternisation » entre ce peuple français et l’occupant allemand ? Que Grotkopp, en tant qu’un des responsables du NSDAP/AO à Paris, se plaignit du fait que les Allemands se « francisaient » de plus en plus dans la capitale française ? Que l’ambassade dénonça les livres de soldats allemands, parus de façon très officielle, comme de la « propagande culturelle française » ?

6Friedrich Sieburg a compris à sa manière l’enjeu du rapport franco-allemand en le caractérisant par ces mots, en 1935 :

  • 4 Sieburg (Friedrich), « Préface de 1935 », in id., Dieu est-il français ?, op. cit., 1991, p. 329.

« Je suis convaincu que la tension Allemagne-France est plus qu’une banale antinomie internationale : c’est une tension humaine, un conflit qui se retrouve dans le cœur de chaque homme. […] Ces deux pays représentent chacun une possibilité extrême de la nature humaine4. »

7Si nous doutons que ce conflit se retrouve vraiment dans le « cœur de chaque homme », nous savons en revanche qu’il se trouvait sans doute dans le cœur de beaucoup d’Allemands, et surtout de ceux qui écrivaient sur la France. Leur façon d’exagérer cette tension jusqu’à cette antinomie totale, opposant deux extrêmes absolus, fut pour beaucoup une tentative d’exorciser la tentation plus ou moins avouée d’une pensée et surtout d’une manière de vivre « à la française », et avant tout peut-être la jalousie brûlante, pour les intellectuels qu’ils étaient, du statut de leurs homologues français dans la vie publique. Le sentiment de jalousie se caractérise de façon générale, mais d’autant plus dans ce contexte, par deux désirs complémentaires, engendrés par l’envie d’avoir ce que l’autre possède et dont on manque soi-même : c’est non seulement le désir d’acquérir cet avantage, mais aussi celui d’en priver l’autre – autrement dit : c’est le désir d’inverser les rapports en se mettant à la place de l’autre.

8Si cette antinomie totale entre la France et l’Allemagne devint effectivement une réalité pendant un certain temps, c’est que le IIIe Reich l’a créée en réalisant ce rêve, ou plutôt ce délire, d’une société caractérisée par une « communauté » militairement organisée et un travail forcé sous le commandement d’un « ordre supérieur ». Avant de devenir une réalité, cette opposition totale entre l’Allemagne et la France fut pensée ou imaginée par Sieburg, Jünger et d’autres, qui ne pouvaient imaginer l’autre que sous forme d’un autre extrême qu’ils exagéraient autant dans leur imagination que l’image de la « vraie » Allemagne.

9Mais nous ne croyons pas que ces extrêmes correspondent à l’« être allemand » et à l’« être français », d’autant plus que ces catégories ontologiques appartiennent à ce monde imaginé et pas au monde réel. Réduire les différences culturelles, qui existent sans aucun doute (comment pourrait-il en être autrement ?), à des déterminismes quasiment biologiques n’est d’ailleurs pas du tout un phénomène appartenant exclusivement à la pensée nazie. Cela a commencé si tôt dans l’histoire de l’affrontement entre ces deux pays qu’il était déjà un lieu commun quand Sieburg publia son livre. Il faut en chercher la source à l’époque de la Révolution française, chez Fichte et d’autres penseurs allemands, soucieux de définir ce qui distingue les Allemands des Français dans un contexte politique qui resta ou redevint actuel plus d’un siècle plus tard. Il y avait une logique incontestable dans le fait que les auteurs nationalistes et nazis se référaient en permanence à la Révolution française, considérée comme la manifestation politique du « tout autre » dans un sens « anthropologique » : c’est en effet le fondement de la société moderne qui fut mis en cause avec le rejet de l’« influence française » en Allemagne.

10Il ne faut cependant pas tomber dans le piège d’expliquer le nationalisme et le national-socialisme par ses propres arguments, cela a été fait trop souvent, tout comme, dans le cas inverse, les nationalistes allemands ont cru reconnaître la « mentalité française » dans les pamphlets de nationalistes français. À part la mauvaise foi, cela constitue une des raisons conduisant à un vrai malentendu franco-allemand. Les problèmes qu’eut l’Allemagne pour se constituer sous forme d’un État moderne, c’est-à-dire démocratique, sont dus à son histoire et à sa situation géographique – sans en déduire un déterminisme –, et non à une incompatibilité quelconque entre la mentalité allemande et la démocratie. Rappelons qu’il a fallu plus de quatre-vingts ans et quatre révolutions à la France pour se constituer définitivement en une république, celle qu’une Assemblée nationale a décidé, à une grande majorité, de saborder sans nécessité en 1940 – la même assemblée, à part les communistes et les absents, élue en 1936 et permettant un gouvernement du Front populaire.

11Clichés, stéréotypes, préjugés… Ce ne sont pas des concepts sémantiquement bien distincts, seulement le dernier désigne clairement une opinion qui ne correspond pas à la vérité. La connaissance personnelle et concrète de l’autre, même un long séjour dans le pays concerné, et le témoignage authentique ne donnent pas une garantie mais souvent l’illusion d’une véracité. Cependant, ce n’est pas la recherche de la « vérité objective » qui permet toujours de reconnaître et d’évaluer les préjugés, car cette vérité, si elle existe, est difficile à cerner, surtout quand il s’agit de questions de mentalités et de comportements. Nous avons pu vérifier et « corriger » de cette façon certains éléments, concernant par exemple le degré d’industrialisation de la France et l’existence d’une classe ouvrière, par rapport au cliché de la mentalité exclusivement petite-bourgeoise et paysanne des Français. Mais en général, nous avons essayé de dégager le mécanisme qui produit l’image de l’autre à partir de l’image de soi-même, et c’est pourquoi notre analyse de l’image de la France en Allemagne est surtout une analyse de l’Allemagne qui semble avoir eu besoin de cette France, « antagoniste ou miroir » selon Sieburg, ou plutôt les deux à la fois, pour se définir elle-même.

Notes

1 Vercors, Le silence de la mer, Paris, éd. de Minuit, 1942, Albin Michel 1951, Le Livre de poche, 1979, p. 35.

2 Romains (Jules), Le couple France-Allemagne, Paris, Flammarion, 1935.

3 Cf. Vercors, À dire vrai, entretiens avec Gilles Plazy, Paris, Bourin, 1991, p. 32-37.

4 Sieburg (Friedrich), « Préface de 1935 », in id., Dieu est-il français ?, op. cit., 1991, p. 329.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search