Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Troisième partie. La France occupée

Chapitre IX. L’ambassade, l’Institut allemand et la propagande culturelle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La politique de la « collaboration » est devenue pendant ces
années-là notre souci le plus personnel, non parce que nous
voulions agrandir le pouvoir d’Hitler, mais parce que nous
voulions assurer la paix de l’Europe.
(Karl Epting, 1953.)

Karl Epting et sa mission

  • 1 Epting (Karl), Generation der Mitte, Bonn, Scheur, 1953.
  • 2 Michels, Das Deutsche Institut in Paris 1940-1944, op. cit. (voir supra, p. 8), p. 22.
  • 3 Voir Laitenberger (Volkhard), Akademischer Austausch und auswärtige Kulturpolitik – Der Deutsche A (...)
  • 4 Comme Meyer-Kalkus le met en avant, ibid., p. 68, en se référant à Laitenberger (Volkhard), « Theo (...)
  • 5 Epting, Generation der Mitte, op. cit., p. 133.

1Étudiant en germanistique, romanistique et histoire à l’université de Tübingen, Karl Epting, né en 1905, participa aux premiers échanges universitaires franco-allemands en passant un semestre à Dijon en 1926. Epting espérait un rapprochement dans l’esprit de Locarno et attendait beaucoup de cette « génération intermédiaire » (comme il l’appellera plus tard1) de jeunes, nés trop tard pour avoir participé à la guerre de 1914-1918, mais suffisamment âgés à la fin des années vingt pour entrer dans la vie active et jouer un rôle dans ce rapprochement. Après avoir obtenu son doctorat en germanistique, en 1928, ainsi que son diplôme de professeur du secondaire, en 1929, il devint le responsable pour les échanges internationaux de l’université de Tübingen et en même temps directeur-gérant du Studentenwerk (Service social des étudiants). Deux ans plus tard il obtint une fonction à l’Union mondiale des étudiants à Genève, d’où il demanda en 1933 au DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst – Office allemand d’échanges universitaires) de lui confier la direction de son antenne parisienne. « Ainsi, Epting réussit […] à quitter à temps l’une des organisations de coopération internationale que le nouveau régime refusait2. » À Paris, il fit ses preuves dans la poursuite d’une nouvelle politique culturelle à l’égard de la France. Cette réorientation abandonna la maxime du rapprochement au sens propre du terme au profit de celle d’Auseinandersetzung, conception déjà expliquée plus haut, développée par Arnold Bergsträsser dès avant 19333 et reprise par les nazis alors que Bergsträsser fut contraint de s’exiler aux États-Unis en 1935. En effet, si l’on remplaçait les termes Nation, national, dans la conception de Bergsträsser, par Volk, völkisch, on pouvait récupérer sa pensée4. Mais, au-delà de la confrontation idéologique, Epting, fort influencé par Sieburg, admirait en France le pouvoir de l’esprit, l’importance de la culture et le statut des intellectuels : « Les liens entre l’esprit et la politique ont été reconnus d’abord en France. La France est en effet le premier pays qui ait systématiquement développé une politique culturelle extérieure », rappelle-t-il en rétrospective5.

  • 6 Michels, ibid., p. 20 sq.
  • 7 Epting, op. cit., p. 181, 184, 187, 191.

2En 1935, Epting fit une demande d’adhésion au NSDAP – alors qu’à cette époque le parti restait volontairement fermé pour empêcher un afflux d’opportunistes –, une demande refusée après l’avis négatif du chef de la section française du NSDAP/AO (réseau du parti à l’étranger), Rudolf Schleier, qui allait devenir, ironie de l’histoire, le premier adjoint d’Abetz à l’ambassade en 1940, alors qu’Epting y sera chargé des affaires culturelles. Une deuxième demande, déposée en 1938 (après la réouverture du parti) fut acceptée en janvier 19406. Au prix d’une adhésion au parti, se justifie Epting en 1953, on s’assurait « une liberté relativement grande […], sous la façade de l’organisation on pouvait garder beaucoup de liberté d’esprit authentique », au point de trouver « souvent justement au sein du cercle restreint du pouvoir la plus grande liberté ». Car le national-socialisme était à ses yeux un « système pluraliste », sa vision de l’homme était « multiple ». Seulement, Hitler et les idéologues du nazisme auraient perverti l’« idée du chef », de l’« homme dirigeant » (führerischer Mensch), telle qu’elle avait été conçue de façon élitiste par le cercle autour du poète Stefan George, et vécue de façon pratique par les masses dans les groupes du mouvement de la jeunesse, conception qui était selon Epting l’expression d’« une troisième renaissance du classicisme grec7 ».

  • 8 On ne peut que s’étonner du fait qu’un chercheur si méticuleux comme Eckard Michels voie dans l’ad (...)
  • 9 Rappelons qu’à l’époque, il ne restait plus du traité de Versailles que les dispositions concernan (...)
  • 10 Epting, op. cit., p. 194, 156, 180.

3Avant d’être admis au sein de ce système « pluraliste », Epting devait-il d’abord faire ses preuves, en dirigeant, sous le pseudonyme de Matthias Schwabe, la collection de publications « La France contre la Civilisation » ? On peut le supposer, sans pour autant l’expliquer comme un fait d’« opportunisme8 », car la façon dont il évoque cette période encore après 1945 montre bien qu’il n’y avait pas de hiatus entre ses convictions et celles du « pluralisme » national-socialiste. Quant à la France, Epting dit avoir reconnu dès 1932 qu’une nouvelle guerre était inévitable, le besoin français de sécurité ne pouvant jamais être satisfait par l’Allemagne, car « l’interventionnisme fait apparemment partie du caractère français ». Vu le « refus permanent des droits vitaux allemands par l’Occident », Epting opta pour une solution autoritaire en Allemagne, la seule qui pût selon lui la « libérer » du « diktat de Versailles »9. Se trouvant à Genève au moment de la prise du pouvoir par Hitler, Epting fut agréablement surpris de constater que l’Allemagne était désormais plus respectée qu’auparavant : « L’Allemand est redevenu un facteur avec lequel on comptait10. »

  • 11 Schwabe (Matthias), « Zum Frankreichbild unserer Generation », Die Tat, 1938, n° 7, p. 478 sq.

4Dans un article pour la revue Die Tat, ancien organe de la « Révolution Conservatrice », puis porte-parole du courant rallié au national-socialisme, il mit au point, en octobre 1938, sous son pseudonyme de Matthias Schwabe, sa vision de « l’image de la France au sein de notre génération », en y dénonçant les ouvrages de référence sur la France, de Curtius/ Bergsträsser à Sieburg, qui avaient pourtant formé sa propre vision. Curtius et Bergsträsser, écrit-il alors, « ont renoncé consciemment à une interprétation portant un jugement sur les phénomènes français », tandis que la vision de Sieburg serait celle la bourgeoisie allemande retrouvant dans sa France nostalgiquement l’idylle petite-bourgeoise. L’ouvrage de Distelbarth, enfin, comme les autres, contient beaucoup d’observations pertinentes, admet Epting, mais « ce livre aussi est défaillant en ce qui concerne les conclusions décisives en matière de politique étrangère ». La tâche à accomplir serait « la création d’une psychologie des peuples à partir de l’esprit du national-socialisme, c’est-à-dire capable de tenir compte, dans son évaluation, de tous les facteurs de la vie nationale et qui soit capable de servir par ses conclusions la politique concrète11 ».

5Après 1945, Epting et Abetz ont créé la légende grotesque de la continuité d’une politique de rapprochement franco-allemand :

  • 12 Epting, Generation der Mitte, op. cit., p. 173, 216. La mise entre guillemets de « Kollaboration » (...)

« Gustav Stresemann était pour nous, avec Aristide Briand, surtout le créateur d’un mouvement visant l’entente des deux peuples voisins, d’un mouvement qui trouva ensuite une si nette continuation historique dans la politique d’Otto Abetz pendant les années 1940 à 1944. […] La politique de la “collaboration” est devenue pendant ces années-là notre souci le plus personnel, non parce que nous voulions agrandir le pouvoir d’Hitler, mais parce que nous voulions assurer la paix de l’Europe12. »

  • 13 Op. cit., p. 215.

6Le chapitre des mémoires d’Epting concernant la guerre s’intitule significativement « Intégration européenne 1939-1945 ». Avec un cynisme extraordinaire, unique, l’auteur fait le bilan de cette période en constatant que jamais autant d’hommes de nationalités différentes ne s’étaient rencontrés, grâce à « la migration des peuples des douze dernières années » ayant permis une « prise de connaissance inter-ethnique » ! Et cela grâce au peuple allemand, « médiateur sans lequel tous ces peuples seraient restés étrangers les uns aux autres. » Pendant la guerre, « aucun peuple n’a aidé autant les autres que les Allemands, malgré leur propre misère, à côté de leurs propres efforts de guerre, à côté des sacrifices qu’ils devaient eux-mêmes faire en biens et en vies13 ». Si l’on ajoute à cela ce qu’Abetz a écrit après 1945 en faveur d’Epting, la légende prend une dimension fantasmagorique : Epting aurait en vérité… défendu la culture française contre la barbarie nazie :

  • 14 Abetz (Otto), D’une prison, Paris, Amiot-Dumont, 1949, p. 58.

« Il y a un livre qui passe, non sans raison, pour le chef-d’œuvre littéraire de la résistance française : Le silence de la Mer de Vercors. Je pense […] que le héros allemand de ce conte n’aurait pas dû perdre son temps en monologues résignés sur le danger que certains fanatiques de Berlin firent courir à la vie intellectuelle française. Il aurait mieux fait de s’engager dans la lutte active et de se faire affecter à l’Institut culturel du Dr Epting14. »

7La création de l’Institut allemand, avec son centre à Paris et ses filiales dans les grandes villes de la zone occupée, fut d’abord une aventure politique d’Abetz et Epting, car rompant avec le système existant, assez fragile, des organisations concernées par la politique culturelle. On était juste arrivé à harmoniser le travail de ces institutions concurrentes qu’étaient le DAAD, la Deutsche Akademie, ainsi que d’autres organismes issus du fédéralisme hérité de la République de Weimar et auxquelles s’ajoutaient des instances du parti et du gouvernement qui se concurrençaient pour le contrôle des activités culturelles à l’étranger. Au sein du gouvernement, il n’y avait pas moins de trois ministères qui désiraient diriger ou au moins cogérer ces affaires : l’Éducation nationale, la Propagande et les Affaires étrangères, auxquels s’ajoutaient encore, du côté du parti, l’Office de Rudolf Heß comme Stellvertreter des Führers, et l’Office Rosenberg, directement présent à Paris par une délégation permanente, l’Einsatzstab Rosenberg.

8Epting réussit à fondre les différentes branches d’activités du travail culturel à l’étranger – cours de langues, lectorats universitaires, propagande culturelle – au sein de l’Institut allemand, spécifiquement créé par lui avec le soutien d’Abetz, contre la résistance explicite de la Deutsche Akademie ; le compromis enfin trouvé laissait à celle-ci un rôle mineur de cogestion dans certains domaines, mais le but principal, l’affiliation directe de l’Institut à l’Auswärtiges Amt par l’intermédiaire de l’ambassade, fut atteint. Les deux « experts » de la France qui se connaissaient depuis longtemps, Abetz et Epting, étaient ainsi les maîtres presque absolus de la politique culturelle allemande en France, concurrencés seulement par la Propaganda-Abteilung au sein de l’administration militaire, mais coopérant aussi étroitement avec elle, jusqu’à la fusion des deux instances de propagande culturelle avec le passage du chef de la censure littéraire, Gerhard Heller, de la Propaganda-Abteilung à l’ambassade en 1942.

  • 15 Michels, ibid., p. 102 sqq. ; Abetz, Mémoires…, op. cit. (voir supra, p. 60), chap. XX.

9La position d’Abetz et Epting fut ébranlée en 1942-1943 par des intrigues du sous-secrétaire d’État de l’Auswärtiges Amt, Martin Luther (sic !), qui, bien qu’une créature de Ribbentrop, visait à déstabiliser son ministre. L’intrigue culmina au printemps de 1943 dans une tentative de « putsch » au sein de l’Auswärtiges Amt que Luther mena – en vain – avec l’appui de la SS. Epting, rappelé à Berlin pendant l’été de 1942, put retourner à Paris ; Abetz, quant à lui, dut attendre le mois de novembre jusqu’à ce que les soupçons d’Hitler sur sa « francophilie » soient suffisamment dissipés pour lui confier une nouvelle mission à Paris15.

  • 16 Sur Krüger voir Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144), p. 222 et ailleurs.
  • 17 Michels, ibid., p. 111 sq.
  • 18 Laitenberger, Akademischer Austausch, op. cit., p. 54, 245 ; Michels, ibid., p. 105.
  • 19 Michels, ibid., p. 114 sq.

10La position d’Epting restait néanmoins fragilisée. Avant d’être démis de sa fonction de directeur de l’Institut allemand, il avait été remplacé, au printemps de 1942, comme adjoint aux Affaires culturelles de l’ambassade par l’historien Gerhard Krüger, un nazi zélé, membre du NSDAP depuis 1928, partisan de la ligne « dure » et « païenne » pour qui le christianisme était une « aliénation » (Überfremdung) de l’« être allemand »16. Sa mission était de déstabiliser la position des personnes considérées comme « francophiles » ; Epting d’abord, mais aussi le responsable du département scientifique de l’Institut, Hermann Conrad qu’il dénonça comme trop lié au catholicisme, ce qui entraîna sa chute et son remplacement par Hans Fegers, proposé par Krüger, comme responsable du département scientifique et plus tard directeur par intérim pendant l’absence d’Epting17. Il semble en fait que Krüger avait bâti sa carrière sur des intrigues menées, dès sa nomination à la tête de la Reichsstudentenführung (Direction de l’Union des étudiants) en 1933, d’abord contre le chef du DAAD, Morsbach, « trop catholique », plus tard, en 1937, contre Abetz, chargé des affaires françaises au sein de l’Office Ribbentrop, jugé trop orienté vers la gauche française, ainsi que contre Epting, alors chef de l’antenne parisienne du DAAD, accusé « de développer une activité trop objective, scientifique, observatrice au lieu de la fonder sur la politique18 », ce qui culmina dans une véritable intrigue en 1938. On peut mesurer quelle provocation ce fut pour Abetz et Epting de se voir octroyer Krüger comme adjoint à l’ambassade. Avant d’arriver à Paris en 1941, Krüger fut nommé professeur extraordinaire à la Reichsuniverstität de Strasbourg, il avait atteint un rang universitaire supérieur à celui d’Epting, qui n’était que docteur ès-lettres, et sa mission à Paris aurait sans doute dû se solder par sa nomination à la tête de l’Institut allemand. Avant de tomber en disgrâce, Abetz réussit à se débarrasser de Krüger en le désavouant dans une affaire de harcèlement sexuel de plusieurs femmes de l’Institut ainsi que d’une cantatrice invitée à Paris, en septembre 1942. Auparavant, Krüger avait déjà été exclu de la direction de l’Union des étudiants pour la même raison. Après le retour d’Epting à Paris, en février 1943, les postes de directeur de l’Institut allemand et de l’adjoint aux Affaires culturelles de l’ambassade restèrent séparés, Krüger ayant été remplacé en janvier 1943 dans cette dernière fonction par Walter Gerlach, un professeur de médecine sans expériences en matière d’affaires culturelles et ne connaissant même pas la France19.

  • 20 Laitenberger, op. cit., p. 166.
  • 21 Abkommen zwischen der Auslandsorganisation der NSDAP und der Deutschen Akademie, München, 04-12-19 (...)
  • 22 Michels, ibid., p. 193.
  • 23 DI Paris, Berichte über deutsche Sprachlehrer, 22-04-1941, BA Kobl., R 51/56.

11Après une première vague de lecteurs (enseignants d’allemand) recrutés de façon plus ou moins « sauvage » par Epting – parmi eux son vieil ami Bremer qui devint le n° 2 de l’Institut allemand – dans le chaos des premières semaines de l’occupation, le NSDAP/AO s’assura son droit de surveillance sur le choix des lecteurs de la Deutsche Akademie. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas eu de surveillance politique jusque-là : même les simples étudiants qui faisaient une année d’études en France, avant 1939, devaient, soit avoir adhéré au NSDAP avant le 30 janvier 1933, soit désigner deux parrains remplissant cette condition20. On peut mesurer combien la sélection des lecteurs devint encore plus rigoureuse en 1940-1941. Mais la Deutsche Akademie perdit de fait la compétence de la sélection : dans un contrat du 4 décembre 1941 (seulement !), elle dut accepter l’aval explicite du NSDAP/AO pour la nomination d’un lecteur21, alors que l’Auswärtiges Amt avait déjà accordé au parti le droit de surveiller les lecteurs en place, dans un arrêté du 22 mars de la même année22. Après leur nomination, les lecteurs restèrent sous la surveillance du parti ainsi que du SD (Sicherheitsdienst, affilié à la Gestapo). À Paris, un réseau du NSDAP/AO, regroupant les civils allemands travaillant à Paris, prit forme au cours du printemps 1941. Plus tard le secteur parisien fut divisé en plusieurs Ortsgruppen. Dans l’arrêté du 22 mars 1941, l’Auswärtiges Amt obligeait les lecteurs à s’engager dans les organisations du parti (NSDAP/AO ou DAF [Deutsche Arbeitsfront]), au-delà de la pure adhésion. Les évaluations des lecteurs parisiens par l’Institut allemand, donc par Epting, sont assez intéressantes, car elles montrent tout l’éventail d’attitudes politiques possibles dans cette situation : des jugements les plus positifs comme : « grand engagement idéologique », « …s’est tout de suite déclaré prêt à assumer des responsabilités dans l’Ortsgruppe », en passant par des réactions moins enthousiastes : « …a donné son accord pour assumer des responsabilités, malgré une charge de travail très forte », jusqu’à des commentaires assez réservés : « …il s’est avéré que certaines dispositions sont présentes qui peuvent être développées et utilisées au profit du travail à l’étranger »23.

  • 24 Michels, ibid., p. 193, avec mention de la source : PA AA (= Politisches Archiv des Auswärtigen Am (...)
  • 25 Michels, ibid., p. 196.
  • 26 En 1942 il publia un livre sur l’économie de la France de Vichy dont nous parlerons plus loin.
  • 27 Dr. Wilhelm Grotkopp, Abend in der Zelle 2, BA Kobl., NS 9/vol. 35, f° 170239, sans date (probable (...)
  • 28 Procès-verbal de la réunion où Grotkopp s’explique dans la troisième personne, doc. cit.
  • 29 Doc. cit., f° 170240.
  • 30 D’après Michels, ibid., p. 197.

12Beaucoup plus négatif étaient les commentaires du NSDAP/AO : la moitié des lecteurs en place furent critiqués, la plupart pour des « attaches religieuses », en l’occurrence catholiques, trop fortes24. Le 18 août 1941, le chef du département linguistique de l’Institut allemand, responsable des lecteurs en France, Funke, rappela que les réunions de soirée mensuelles du NSDAP/AO (Kameradschaftsabende) étaient obligatoires pour tous les lecteurs25. La vie des sections du parti à Paris ne semble pourtant pas avoir débordé d’activité, si le rapport de la première soirée de la cellule 2 (nouvellement créée) de la section Paris-Boulogne, ayant eu lieu le 11 mars 1943, est représentatif. Le chef de cette cellule était le journaliste Wilhelm Grotkopp, correspondant des journaux Kölnische Zeitung et DAZ pour les questions économiques26. De tous les Volksgenossen qu’il avait convoqués, environ un tiers seulement s’y rendirent. Fort mécontent de ces absences (sur 86 inscrits il y avait 25 présents et 37 absences non justifiées)27, le chef de la cellule ajouta à ce bilan négatif le fait que plusieurs personnes ne s’étaient apparemment pas encore inscrites et que les raisons évoquées pour les excuses étaient douteuses. La leçon que Grotkopp donna pendant cette réunion aux camarades présents explique peut-être en grande partie les raisons du manque d’assiduité : le chef « s’opposa très violemment au fait que trop d’Allemands, hélas, s’habituent de plein gré aux coutumes françaises et portent même atteinte au sens de la langue allemande en adoptant des expressions françaises28 ». Certes, il fallait propager « la politique de la collaboration, qui est d’une grande importance pour notre économie de guerre », dit-il, mais l’Allemand ne devait « jamais se laisser influencer par des sentiments défaitistes, il doit au contraire toujours exprimer la certitude assurée des vainqueurs et par conséquent confirmer les Français dans la conviction que l’Allemagne remportera la victoire finale29 ». Ce furent apparemment des soucis permanents et omniprésents dans ces milieux : encore en février 1944, le responsable de l’Institut allemand pour les lecteurs se plaignait du fait que trop d’Allemands succombaient au « charme » (Zauber) de la France : « Après quatre ans d’occupation, nous regrettons de constater souvent ce phénomène parmi les Allemands dans le pays. Encore aujourd’hui, la substance du peuple français exerce une influence avec son étrange puissance de rayonnement30. »

  • 31 Bremer (Karl Heinz), « Ein Jahr deutsches Institut », Deutschland-Frankreich, n° 1, 1942, p. 123.

13L’image qu’on diffusait de l’action culturelle de l’Institut allemand était obligatoirement positive dans les publications s’adressant aux Français « de bonne volonté » et dans les rapports confidentiels destinés aux autorités en Allemagne. En 1942, dans le premier numéro de la nouvelle revue Deutschland-Frankreich, dont nous reparlerons, Karl Heinz Bremer, adjoint d’Epting et chargé de la promotion de la littérature allemande en France, dressa un bilan de la première année d’existence de l’Institut allemand. Il tint à souligner d’emblée que la culture, telle qu’elle était entendue par l’Institut allemand, serait « “politique” au sens grec du terme », sans devenir « victime de la politique du jour, toujours en mutation, ni de la “propagande”31 ». Cette introduction ciblait clairement le lecteur français, seul destinataire de la revue, car la mise entre guillemets du terme « propagande » ne peut répondre qu’à une méfiance existant du côté français, tout comme le message qui s’y exprime, déclarant que le travail culturel de l’Institut allemand et la nouvelle revue qu’il lança en 1942 n’étaient pas soumis à la propagande officielle. La tâche de l’Institut allemand serait alors « d’être le représentant de l’esprit allemand et un médiateur entre les cultures allemande et française ». Or, cette « médiation » était évidemment à sens unique, car pas un seul article ne sera publié constituant une médiation en direction de l’Allemagne. À propos du travail de l’Institut, Bremer précisa :

« La compréhension entre les peuples présuppose la compréhension au niveau de la langue. Jusqu’à aujourd’hui, une barrière se dressait là, puisque le Français, selon sa conscience traditionnelle de posséder une langue universelle, était défavorable à l’apprentissage des langues étrangères. Depuis la Grande Guerre, même chez les gens dits “cultivés”, la langue allemande ne fut pas pratiquée dans une mesure qui aurait répondu aux exigences les plus modestes du voisinage franco-allemand. La guerre a apporté alors aux Français des milliers et des milliers de contacts avec des Allemands. À part la nécessité pratique pour les 100 000 travailleurs français auxquels l’Allemagne donne du travail et du pain, il y a en France même une nécessité spirituelle à faire connaissance avec la langue du voisin allemand, afin de comprendre tout ce qui détermine le visage spirituel et politique de l’Europe d’aujourd’hui et de demain. » (Loc. cit.)

14Face à ces déficits accumulés, le bilan de la première année d’activité de l’Institut allemand ne pouvait être que positif :

« À travers l’écroulement de toutes les valeurs, causé par la défaite militaire, beaucoup de Français comprirent la nécessité de mieux connaître le monde spirituel qui les avait vaincus et qu’ils avaient ignoré presque totalement jusque-là. De grandes parties de la population ont ressenti le fait que la vraie raison du fiasco militaire de la France est d’ordre spirituel et moral. » (p. 125.)

15À part les cours de langue, l’Institut allemand poursuivait une multitude d’activités, de l’organisation de concerts jusqu’aux conférences données par les lecteurs et d’autres Allemands sur place ainsi que par des universitaires et d’autres personnalités venus d’Allemagne.

  • 32 Je l’ai entreprise de façon très détaillée dans ma thèse : L’image de la France dans l’Allemagne h (...)

16L’exploitation des nombreuses informations statistiques et autres concernant les différentes activités de l’Institut allemand (cours de langue, conférences, etc.), nous permettrait de montrer dans le détail combien les activités de propagande furent déterminées par l’image de la France et des Français qu’avaient les responsables allemands, et notamment par leur jugement de la France vaincue et occupée, jugement déterminé à son tour par l’attente de la population française. Cette analyse est trop complexe dans l’ensemble pour la reprendre dans le détail ici32. Elle montre par exemple que l’apogée de la fréquentation des cours d’allemand dispensés par les centres de l’Institut allemand en zone occupée, après une première ruée dépassant même les capacités d’accueil notamment à Paris, se situe déjà en automne 1941, avec un premier recul dès l’hiver 1941-1942, et pas seulement un an plus tard, sous l’effet de Stalingrad, ce qui témoigne ainsi d’un tournant dans l’opinion française qui correspond tout à fait à l’évaluation faite dans les rapports secrets analysés plus haut.

17La politique propagandiste entreprise par l’Institut allemand à travers les conférences visait d’abord à privilégier les domaines de l’art (autour de l’exposition Arno Breker), de la littérature et de la musique (avec des concerts), et à épargner des sujets trop politiques, à quelques exceptions près, notamment ceux touchant les rapports franco-allemands, réservés aux conférences organisées parallèlement sous l’enseigne du groupe Collaboration : on y retrouve notamment Friedrich Grimm qui sillonnait inlassablement la France pour propager sa vision de la collaboration, ainsi que Max Clauss, déjà rencontré comme auteur et dont nous reparlerons encore.

  • 33 Frei (Norbert)/Schmitz (Johannes), Journalismus im Dritten Reich, München, C. H. Beck, 1989, p. 53
  • 34 Sternberger fut notamment directeur de la revue Die Wandlung, fondée en 1945, où paraissait la cél (...)
  • 35 [N.N.], « Die Hypnose weicht… », Der Ruf, n° 10, t. 2, 15-05-1947, p. 1. L’auteur, resté anonyme, (...)

18Évoquons seulement une des conférences de l’Institut allemand, celle sur « Bonheur et Héroïsme » dans les pensées française et allemande, de Dolf Sternberger, rédacteur de la Frankfurter Zeitung, conférence dont malheureusement le texte nous fait défaut, mais nous disposons des comptes rendus parus dans la presse et recueillis par les Allemands. Cette conférence est particulièrement intéressante, puisque Sternberger fut probablement le meilleur journaliste opposé au national-socialisme, réussissant à exprimer de la critique cachée dans des articles sans doute brillants33, fait sur lequel il fonda après 1945 sa notoriété comme une des figures de proue de la dénazification intellectuelle et morale entreprise par les Allemands eux-mêmes34. Or, il faut savoir que la sélection des conférenciers envoyés en France fut particulièrement sévère : l’autorisation par les différentes instances concernées à Berlin ne fut donnée que sur présentation du texte écrit qui devait être scrupuleusement respecté pendant la conférence. De tous les directeurs des filiales de l’Institut allemand, celui de Bordeaux, qui invita Sternberger, était de surcroît le nazi le plus zélé (nous y reviendrons). Pourquoi Sternberger fit-il alors de la propagande, fut-elle « culturelle », en France, pour le régime qu’il critiqua en Allemagne ? La réponse se trouve peut-être dans l’autocritique sincère que fit en 1947 l’éditorialiste de la revue Der Ruf en avouant : « Même si nos idées n’étaient pas nationale-socialistes, elles étaient quand même nationalistes. La Grande Allemagne nous a impressionnés. Le slogan “Allemagne, Allemagne, au-dessus de tout” mis au superlatif, c’était cela, notre profession de foi en matière de politique étrangère35. » Selon les comptes rendus de presse, le message principal de la conférence de Sternberger, où nous retrouvons les images stéréotypées des Français et des Allemands, fut un appel à réconcilier bonheur et héroïsme, comme cela aurait existé dans l’antiquité avant que l’esprit latin n’ait unilatéralement privilégié le bonheur comme accomplissement de l’homme, tandis que l’esprit germanique cherchait une vie héroïque :

  • 36 Extrait du compte rendu de la conférence de Sternberger à Bordeaux, le 04-11-1941, dans Paris-Soir(...)

« Montesquieu, représentant de la bourgeoisie, fut un des défenseurs les plus représentatifs de la morale du bonheur, qui pourrait se résumer par ces deux termes : individualisme et confort. Nietzsche, au contraire, fut le plus éloquent et le plus génial défenseur du “héros” du surhomme, dont l’orgueil est de se dépasser lui-même et de vivre dangereusement36. »

19Cette opposition schématique est ensuite relativisée par l’auteur admettant que Georges Sorel penchait nettement vers le côté « héroïsme », tandis que Kant accordait une grande importance au concept de félicité, mais ces deux penseurs semblent néanmoins faire exception. Sternberger conclut : « Bonheur et héroïsme peuvent se concilier, par exemple sous le signe de la grandeur : il y a une joie dans l’héroïsme librement consenti, de même qu’il faut un courage ardent, un véritable héroïsme pour atteindre le bonheur – et le conserver. » (Loc. cit.) Sans pouvoir aller plus loin dans notre analyse, à défaut du texte lui-même, nous pouvons toutefois saisir l’enjeu idéologique de la conférence, qui est la juxtaposition de deux principes de l’existence humaine, l’un réalisé en France, l’autre en Allemagne, avec l’accent mis sur le dernier, capable d’intégrer le premier ; il n’est point étonnant de retrouver là les vieux stéréotypes de l’hédonisme français (sans que le terme apparaisse) et du principe allemand du sacrifice individuel pour un but supérieur. Or, ce principe d’« héroïsme » devait sans doute résonner d’une façon particulière en novembre 1941…

20À part les conférences et les cours de langue, les activités propagandistes de l’Institut allemand concernaient particulièrement le domaine de l’édition. Dans son rapport susmentionné, Bremer ne cachait pas le fait qu’il y avait une interdiction de la « littérature anti-allemande » : « Lorsqu’on consulte l’index avec ses 1 000 titres, on est effrayé de la dimension terrible de cette “littérature” depuis la Grande Guerre. Son élimination était la condition préalable pour ouvrir aux Français l’accès au livre allemand. » (p. 126.)

  • 37 Nous n’avons pas d’informations sur la période précédente, voir DI (= Deutsches Institut) Paris, B (...)
  • 38 On peut constater notamment une chute considérable entre les prêts de juin 1942 (National-sozialis (...)

21Un premier « accès au livre allemand » fut assuré par l’Institut allemand à Paris qui mit à la disposition de la population française une bibliothèque de 25 000 livres allemands, ce qui n’était pas rien dans le contexte de l’époque. Les registres relatifs à la fréquentation et aux prêts de cette bibliothèque nous livrent un renseignement intéressant sur l’effet de la propagande culturelle allemande. La statistique montre une constance étonnante sur la période prise en compte de juin 1942 à juin 194337 : les livres les plus empruntés appartiennent au rayon « belles-lettres », constituant entre 30 et 40 % des prêts mensuels (600-700 sur 1400-1800 prêts au total), suivis d’ouvrages sur la France, entre 10 et 15 % (200 et 300 prêts), d’ouvrages de géographie et d’histoire qui approchent à peine 100 prêts par mois, soit à peu près 7 %, suivis d’ouvrages sur la littérature, qui oscillent autour de 70 prêts, et d’études sur la langue allemande (Sprachwissenschaft), à un taux fort variable autour d’une moyenne de 51, ainsi que des biographies et des ouvrages de philosophie autour de 50 prêts. Quelques sujets spécialisés comme les sciences n’attirent évidemment que très peu de lecteurs, d’autant plus que le problème de la langue se pose ici plus que pour d’autres catégories de livres. À part cette dernière catégorie, les sujets proprement « nazis » (Judentum, Natur- und Rassenkunde, Volkskunde) se trouvent au dernier rang, tout comme ceux sur le national-socialisme et le IIIe Reich38. Pour évaluer parfaitement ces données, il faudrait évidemment connaître le nombre des livres disponibles dans chaque section. Mais on peut supposer que les rayons concernant l’Allemagne étaient mieux garnis que ceux consacrés à la France, alors que les lecteurs s’intéressaient beaucoup plus à ce que les Allemands écrivaient sur la France qu’à l’Allemagne elle-même !

  • 39 DI Paris, [Die Aufgabe der Bibliothek des Deutschen Instituts], [date de réception : 18-05-1942], (...)
  • 40 Loiseaux (Gérard), La littérature de la défaite et de la collaboration, d’après Phönix oder Asche  (...)
  • 41 Abetz dans un télégramme envoyé à Berlin, DBP, Telegramm, n° 228, 17-07-1940, PA AA, Staatssekretä (...)
  • 42 Joseph (Gilbert), Une si douce occupation – Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris (...)
  • 43 C’était notamment le cas de François Mauriac, cf. Hebey (Pierre), La Nouvelle Revue Française des (...)
  • 44 Lettre à Marcel Jouhandeau, janvier 1945, in Jean Paulhan : Choix de lettres, t. II : 1937-1945, P (...)
  • 45 Otto Abetz, D’une prison, op. cit., p. 55.
  • 46 Burrin, ibid., p. 332.

22Dans un rapport sur l’état et les devoirs de la bibliothèque que Gerhard Krüger rédigea après son arrivée à Paris, en mai 1942, il fit état de l’existence de nombreux ouvrages incompatibles avec la mission de l’Institut allemand, d’auteurs libéraux, catholiques et même juifs, voire d’auteurs exilés. Son impression générale fut que la bibliothèque ne respectait point les exigences de la propagande culturelle39. Krüger touchait en effet là un point crucial dans la conception de la propagande dans le domaine littéraire où Epting, nous l’avons vu, était partisan d’une certaine « ouverture ». Cette ouverture – évidemment toute relative – relevait de la politique de collaboration intellectuelle, telle qu’elle était conçue et pratiquée par Abetz et Epting, mais aussi par le lieutenant Gerhard Heller, le chef de la Gruppe Schrifttum au sein de la Propaganda-Abteilung et responsable de la censure littéraire. Gérard Loiseaux souligne à juste titre que les premiers index d’« ouvrages non-désirables », la soi-disant Liste Bernhard (août 1940) et les deux éditions de la soi-disant Liste Otto (septembre 1940, juillet 1942), « interdisent des ouvrages sans viser toute la production de leurs auteurs. Un écrivain dont on a interdit un ou plusieurs ouvrages peut donc publier, sans être inquiété ». Ce n’est que la troisième liste finalement (publiée en mai 1943) qui « fonctionne comme un véritable “Berufsverbot” [= interdit professionnel] : toute l’œuvre passée de ces écrivains bannis est interdite. Ce qui revient à leur interdire aussi bien toute nouvelle publication40 ». Dans les tout premiers temps de l’occupation, Abetz visait même à gagner les milieux communistes pour une sorte de collaboration camouflée en échange d’une liberté d’action pour leur presse, « nécessaire pour pouvoir à tout moment faire pression sur le gouvernement français41 ». Plus tard encore, même le fait d’avoir publié un livre « anti-allemand » avant la guerre – en tant qu’auteur ou éditeur – n’empêchait point de nouer les meilleurs contacts avec les autorités allemandes sous l’occupation, de travailler pour elles et de publier même dans leurs revues. La situation troublante d’une « si douce occupation » (pour emprunter le titre du livre de Gilbert Joseph42) pour le monde des lettres – à l’exception des juifs – a été assez souvent analysée et commentée, car maint auteur, pendant ces premiers six à neuf mois, avait été tenté de collaborer à la NRF de Drieu, par exemple, ou de solliciter l’appui du lieutenant Heller pour la parution d’un nouveau livre. Pourquoi pas négocier avec un « si gentil » censeur43 qui allait devenir « notre Gerhard » pour Jean Paulhan, content de le savoir en sécurité, en Suisse, en janvier 194544, avant qu’il ne devienne après la guerre « éditeur au siège du Gouvernement militaire français à Baden-Baden45 ». Les auteurs qui ont fait sa connaissance ont surtout retenu l’image de quelqu’un qui faisait tout ce qui était possible pour la littérature française dans ces circonstances-là. Le lieutenant de la Propaganda-Abteilung restait évidemment discret sur l’autre côté de son travail, par exemple le fait qu’il est allé plus loin dans l’interdiction de publier des auteurs juifs que les ordonnances du Militärbefehlshaber ne le demandaient, comme Philippe Burrin le signale : « Au début de 1941, il expliqua aux éditeurs que, nonobstant l’absence d’une interdiction formelle, il n’était pas opportun de publier les auteurs juifs. Il ne semble pas qu’il ait eu besoin d’élever la voix pour se faire entendre46. »

  • 47 L’origine de toutes ces listes Bernhard, Otto et Matthias n’est pas à cent pour cent élucidée. On (...)
  • 48 Déposition de Heller, le 25 août 1948, d’après Abetz, D’une prison, op. cit., p. 55.
  • 49 Epting dans une interview donnée à Brasillach pour Je suis partout, en octobre 1941, d’après Thalm (...)

23En revanche, les diverses tentatives de la part du trio Abetz, Epting et Heller pour renforcer la collaboration intellectuelle en soutenant activement les écrivains fascistes, par exemple avec une liste sur la littérature à promouvoir (Liste Matthias47, janvier 1941 et décembre 1942), et en essayant d’en attirer d’autres, jugés neutres ou attentistes, grâce au jeu de la censure et de l’attribution du papier, se heurtaient à la résistance des dirigeants nazis dès qu’ils cherchaient à accorder aux écrivains français « de bonne volonté » un statut d’égalité (ou plutôt en faisant semblant de le faire) au sein de l’« Europe nouvelle ». Lors de son procès, en 1948, Abetz essaya d’en tirer profit, et ses anciens collaborateurs comme Heller firent tout pour le soutenir, en déclarant par exemple que « l’ambassadeur Abetz s’est particulièrement employé à empêcher l’isolement culturel de la France vis-à-vis du reste de l’Europe sous l’occupation allemande, isolement projeté par certains services48 ». Le premier voyage des écrivains français collaborationnistes en Allemagne – spectacle hautement exploité dans les médias –, constituait en effet une victoire du « collaborationnisme » à la Abetz et Epting, le dernier expliquant aux Français : « On parle beaucoup de la collaboration économique, qui a son prix, on parle beaucoup moins de la collaboration intellectuelle, qui n’est pas moins précieuse49. »

  • 50 Voir par exemple sa dénonciation de la « science » (au sens le plus général du terme) en France da (...)
  • 51 Sur l’avis personnel d’Epting, Paul Langevin fut emprisonné « pour l’exemple ». Sur ce sujet voir (...)
  • 52 Cf. Michels, ibid., p. 219 sqq., 230.
  • 53 Plus une dizaine de titres concernant l’histoire de l’art et de la littérature, ainsi que 40 en gé (...)
  • 54 Cf. H.W., « Bemerkungen zu einem Übersetzungskatalog », Deutschland-Frankreich, n° 6, 1943, p. 110
  • 55 Goethe : 21 titres, les frères Grimm : 11, Hölderlin : 6, E. T. A. Hoffmann : 9, Rilke : 7, Schill (...)
  • 56 De ces auteurs, la moitié étaient connus en France dès avant 1940, avec 9 titres, par rapport aux (...)
  • 57 Grandeur de Corneille et de son temps (1943) et Philippe II ou Pouvoir et religion (1943).

24Tandis qu’Epting repoussa le monde universitaire français, contre lequel il avait nourri une haine particulière depuis longtemps50, en s’acharnant contre les universitaires juifs et « anti-allemands » pendant l’automne de 194051, il réussit à entretenir de bonnes relations avec l’édition française. Cela concernait surtout le projet de traduction qu’Epting et Bremer poursuivirent avec beaucoup d’énergie : des 500 ouvrages visés le 30 janvier 1941, lors d’une réunion entre des représentants de différentes institutions allemandes et des écrivains, éditeurs et traducteurs français, 331 seront traduits52, dont 189 dans le domaine littéraire53. Mais l’objectif du projet de traductions fut loin de promouvoir cette littérature nationaliste et nazie (volk­hafte Dichtung) dont on avait déploré le boycott en France54. Si l’on consulte l’inventaire des traductions littéraires, on se rend compte que la très grande majorité des auteurs retenus sont des classiques55 et que les ouvrages d’écrivains en vogue sous le IIIe Reich – Beumelburg, Blunck, Brehm, Carossa et Dwinger (rangé sous la rubrique Histoire), Schenzinger, Ina Seidel et quelques autres – ne constituent qu’une poignée de titres56. Il y a autant d’ouvrages d’auteurs, sinon plus, ayant un rapport difficile avec les autorités du IIIe Reich, comme Binding dont la mort en 1938 lui a épargné d’affronter l’heure de vérité, ou d’auteurs de l’« exil intérieur », comme Bergengruen (exclu de la Reichsschrifttumskammer [Chambre nationale des écrivains] en 1937), Britting, Fallada, Thiess, Wiechert (frappé d’interdiction de publier en Allemagne) ou Ernst Jünger, pour ce qui concerne Les falaises de marbre, sans doute le projet de traduction le plus osé dans ce contexte, à côté du Grand Tyran de Bergengruen ou, dans le domaine théologique et philosophique, d’un livre de l’écrivain catholique résistant Reinhold Schneider, frappé d’interdiction de publier en 1942 : Chemin de croix (1943), traduit avec deux autres ouvrages, à sujet historique57.

  • 58 Cf. Schwabe, Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, op. cit., (voir supra, p. 17 (...)
  • 59 Cf. Michels, ibid., p. 222.
  • 60 Ibid., p. 224.

25Tactique rusée pour la collaboration intellectuelle, l’attitude « tolérante » et « libérale » d’Epting dans le domaine littéraire – fait étonnant que nous avons déjà constaté à propos de son ouvrage de propagande de 193958 – l’exposa à la critique du parti : lorsque Bremer présenta la liste des ouvrages à traduire au représentant de l’Einsatzstab Rosenberg à Paris, en décembre 1940, il dut faire face à un commentaire très sévère. C’est ce que Bernhard Payr rappela en janvier 1942 dans une note d’évaluation critique de l’Institut allemand, qui fut apparemment pour quelque chose dans la disgrâce qui frappa Epting peu après59, bien qu’Epting et Heller défendissent leur politique en arguant, comme le résume Michels, « qu’on pouvait influer sur les Français beaucoup plus par une propagande littéraire de qualité que par la presse quotidienne et la radio, puisque les dernières étaient trop visiblement pour les Français au service de l’occupant60 ».

  • 61 Liste envoyée à l’Auswärtiges Amt, cf. DBP, Aufstellung bekannter Persönlichkeiten, 14-12-1942, PA (...)

26Une autre vision de cette politique de collaboration est probablement donnée par la liste d’appréciation politique des personnalités connues de la vie publique française, envoyée par l’ambassade au ministère à Berlin fin 1942, donc pendant l’absence d’Abetz et d’Epting de Paris. Nous ignorons s’il y en eut d’autres avant ou après. Elle semble en tout cas témoigner d’un certain embarras à classer ainsi les personnalités françaises parmi lesquelles on trouve beaucoup d’écrivains. Sous la rubrique « attitude positive », sont classés : Marcel Arland, Pierre Benoît, Jacques Benoist-Méchin, Henri Béraud, Georges Bond, Abel Bonnard, Robert Brasillach, Louis-Ferdiand Céline, Jacques Chardonne, Alphonse de Châteaubriant, Drieu La Rochelle, Lucien Combelle, Alfred Fabre-Luce (« attitude pas déplaisante »), Jean Giono, Abel Hermant, Marcel Jouhandeau, Jean de la Varende, Philippe Lavastine (« attitude très positive »), M. R. Lenormand, Henry de Montherlant, Paul Morand, François Mauriac, Lucien Rebatet ; sous les rubriques « position neutre » : Jean Cocteau et Sacha Guitry (« attitude probablement neutre »), et « attitude pas claire » : Romain Rolland, Jean Sarment, Paul Valéry, Maurice de Vlaminck ; sont qualifiés comme « attentistes » : Gaston Gallimard, Jean Giraudoux (« attitude déplaisante pendant la guerre ; à présent attentiste »), Bernard Grasset, Jacques de Lacretelle, Georges Braques [sic] ; enfin, sous la rubrique « position négative », se trouvent : Paul Claudel, Georges Duhamel, André Gide61.

27Comme on le voit, l’évaluation pouvait être très nuancée, par exemple pour Fabre-Luce : « attitude pas déplaisante », ou pour Sacha Guitry : « attitude probablement neutre ». Mais on est étonné de voir Grasset y figurer comme un « attentiste », tandis que Mauriac est jugé très positivement – contrairement à ce qu’Epting a écrit dans l’article sur Céline dont nous allons parler par la suite – et qu’on s’interroge sur Romain Rolland.

  • 62 Epting (Karl), « Louis-Ferdinand Céline », Deutschland-Frankreich, n° 2, 1942, p. 54. Repris, avec (...)
  • 63 Cocteau (Jean), Journal 1942-1945, Paris, Gallimard, 1989, note du 12-03-1942.
  • 64 On ne peut s’empêcher de penser que Jünger s’est inspiré de l’article d’Epting pour le choix de ce (...)
  • 65 Les Epistolae obscurorum hominorum étaient des lettres polémiques feignant provenir des adversaire (...)

28L’attitude « libérale » d’Epting à propos de la promotion d’auteurs allemands en France contrastait totalement avec sa passion, qui a consterné plus d’un observateur à l’époque, pour Céline qu’il présentait, dans sa revue Deutschland-Frankreich, comme l’écrivain le plus extraordinaire depuis Rabelais, le médecin qui diagnostiquait la maladie mentale de la civilisation moderne « entièrement soumise aux Juifs62 ». L’antisémitisme le plus violent que Céline manifestait à chaque occasion, son langage argotique et vulgaire ne s’harmonisait pas avec la collaboration culturelle de haut niveau dont l’Institut allemand se réclamait. On connaît la note, devenue célèbre, sur Céline dans le Journal de guerre de Jünger (7-12-1941), mais aussi celle dans le Journal de Cocteau : « Le docteur Epting de l’Institut allemand est ensorcelé par Céline. Jünger me raconte qu’il a écrit une étude pour dire que la littérature française est morte depuis Rabelais et se retrouve en Céline63. » (12-03-1942.) Dans la franchise inconditionnelle de Céline de parler et d’écrire, dans sa façon de parler avec soi-même, « quand le monologue de l’auteur se dissout en dialogue, quand une voix criante passe à un raisonnement plus doux », Epting reconnaît l’expression de « la grande gueule » comme « seule légitimation qu’il possède », et un retour aux traditions « d’un monde qui fut tué par le classicisme », c’est pourquoi les romans de Céline « sont uniques en France depuis Rabelais » (Epting, p. 48). « Die große Gosch », cette expression souabe traduisant pertinemment « la grande gueule », dans le texte d’Epting, se retrouve étrangement sous forme du pseudonyme de Grandgoschier pour Goebbels dans le journal de Jünger, un pseudonyme « parlant », néologisme mi-allemand, mi-français, créé par analogie au personnage de Grandgousier chez Rabelais64. La seule chose qui distingue Céline du vrai démagogue, c’est qu’il « n’est pas prophète, ni philosophe, ni moraliste » (Epting, p. 52). Epting reconnaît le pessimisme célinien comme une attitude réaliste face au monde tel qu’il est : une danse macabre. Mais c’est « de cette vision de la mort et de la maladie, de la pourriture et de la laideur, que naît l’accusation contre le temps et sa bêtise : de nouvelles Epistolae obscurorum virorum, une nouvelle Nef des fous65 ». Les personnages de Céline « sont grotesques, pervers, fous, macabres. Ils s’approchent du délire, de cette maladie dont Céline pense qu’en elle l’homme s’accomplit peut-être le plus profondément. Un reflet apocalyptique touche les personnages » (p. 50). Le leitmotiv de Céline est donc « la folie de la civilisation moderne occidentale », « le royaume des lémures se lève à nouveau chez Céline, le monde souterrain des esprits qui défie toute raison » (p. 53). Encore un parallélisme frappant par rapport au langage codé de Jünger : les lémures, emprunt terminologique au monde de la mythologie romaine, c’est ainsi que sont nommés les bourreaux nazis et leurs acolytes (SS, etc.) dans ses Journaux de guerre. Mais ce nom apparaît déjà dans les Falaises de marbre, en 1939, qu’Epting faisait traduire en français à l’époque. Y avait-il ici une influence dans l’autre sens, Epting empruntant à Jünger ce nom mythologique, tout en gardant une ambiguïté troublante quant à sa signification exacte ainsi qu’à l’attitude qu’il adoptait face à ce monde des lémures ?

29Ce n’est pas pour accuser la France avec Céline qu’il écrit cet article, précise Epting : « Nous citons les jugements de Céline parce que le patriotisme pessimiste du solitaire caractérise la situation spirituelle de la France. » (p. 54.) Son isolement serait surtout dû au fait de la « judaïsation » de la civilisation moderne et surtout de la France : « L’élite est esclave de l’esprit juif, depuis Montaigne et jusqu’à Mauriac et Duhamel. […] La Raison a tué la France. » (p. 56 sq.) C’est l’antisémite qu’on n’aime pas en Céline, et avec ce constat Epting avait pleinement raison. Dans la dernière partie de son article, il soutient de toutes ses forces ce « plus grand antisémite français », auteur des Beaux draps et des Bagatelles pour un massacre, dont « les images sombres et grotesques du nouvel ordre » sont « des images d’une coloration eschatologique ». La France, pourrait-elle gagner « sa guerre juive » (p. 55) ?

  • 66 Michels, ibid., p. 128.
  • 67 Voir Goldhagen (Daniel Jonah), Les bourreaux volontaires de Hitler. Les Allemands ordinaires et l’ (...)
  • 68 « Le Juif est comme possédé par la conscience d’“être Juif”. Il pense à chaque instant qu’il est “ (...)
  • 69 Voir les notes du 15-12-1947 (p. 78) et du 15-03-1948 (p. 105).
  • 70 Payr (Bernhard), Phönix oder Asche ? Frankreichs geistiges Ringen nach dem Zusammenbruch, Dortmund (...)

30Cet article révèle une fois de plus et sans la moindre ambiguïté la pensée profondément antisémite et nazie d’Epting, identique avec ce qu’il avait jugé utile d’écrire sous pseudonyme auparavant. Sans la nécessité de se cacher désormais, Epting afficha ici ouvertement ses convictions, mais il avait toujours besoin du détour par Céline qui disait ce qu’il n’osait pas dire et surtout pas écrire lui-même – peut-être est-ce la raison pour son dévouement extraordinaire envers Céline. Ce ne fut en tout cas pas une attitude d’opportunisme politique, comme Michels le suggère, en expliquant le fait que « pendant l’occupation, Epting se comporta très activement en antisémite », par la supposition : « Pour une bonne part, l’idée d’écarter des réserves à son égard existant au sein du parti, peut avoir joué un rôle dans l’adoption d’une telle attitude66. » Face à de tels propos, on ne peut que souscrire aux reproches de Daniel Goldhagen67 – sans pour autant partager toutes ses conclusions – adressés à l’historiographie « traditionnelle », soucieuse selon lui de trouver toutes les explications possibles pour l’antisémitisme et le génocide – opportunisme, carriérisme, servilité, etc. –, au lieu d’admettre que ces gens pouvaient non seulement « se comporter en antisémite », pour reprendre la formule de Michels, mais aussi simplement l’être, et cela de plein gré. Comme si, dans le cas d’Epting, l’antisémite virulent n’était que la façade opportuniste d’un homme au fond plus gentil, alors que la vérité est visiblement le contraire : c’est la façade de l’homme de culture qui cache l’antisémite virulent qui n’osait se manifester que sous un pseudonyme, avant 1940, et qui, quand il n’a plus besoin de camoufler son identité, préfère néanmoins manifester ses convictions de façon indirecte, par la bouche d’un autre qui ne connaît aucun scrupule : Céline. Dans ses notes écrites en prison, de 1947 à 1949, il se servira encore d’autres auteurs français notamment, comme référence pour ses propos antisémites68 et pour excuser le génocide comme une « extermination d’adversaires politiques », telle qu’elle fut pratiquée en Russie contre les bourgeois, et en France, à ce moment-là, contre les collaborateurs69 ! Il est plus que curieux que Bernard Payr, l’adjoint de Rosenberg, ait en revanche vivement condamné Céline, malgré ses « bonnes intentions », pour les « obscénités les plus incroyables » qu’on rencontre dans Les beaux draps, « livre sans mesure et sans mœurs », dont la lecture « devient un supplice, même pour le lecteur allemand qui connaît la langue. » Et Payr de conclure : « Ce livre a d’ailleurs été inutilement interdit par le gouvernement de Vichy à la fin de 1941. Ces expressions et ces images ordurières condamnent par avance toute tentative de traduction70. »

Les rapports des lecteurs d’allemand

31Les rapports, pour la plupart bimensuels, rédigés par les chefs des différentes filiales de l’Institut allemand ainsi que par tous les lecteurs individuellement, ne sont pas conservés dans leur totalité aux Archives fédérales allemandes, et leur intérêt pour l’analyse présente varie de l’un à l’autre. Les rapports communiquaient en général des statistiques concernant le personnel enseignant, les cours d’allemand donnés, les élèves qui suivaient ces cours, les conférences et autres manifestations culturelles (c’est-à-dire surtout les concerts) organisées pendant la période concernée. Il dépendait de la personnalité de chaque lecteur, des chefs d’établissement, d’aller plus loin en fournissant des informations supplémentaires et des évaluations sur le « climat politique » dans la ville où ils se trouvaient.

  • 71 La copie que j’ai pu consulter ne porte pas de mention d’auteur, ni de date, d’ailleurs, mais d’ap (...)

32Epting, redevenu directeur de l’Institut allemand sans pour autant retrouver ses fonctions d’adjoint aux affaires culturelles à l’ambassade (poste occupé par Gerlach depuis janvier 1943), est probablement l’auteur d’un état des lieux rédigé sous la responsabilité de Gerlach, en été 194371. Dans ce rapport sur la situation politique et culturelle, on fut contraint de constater le peu d’influence que la propagande allemande avait en France, face à la situation militaire à l’Est et en Italie : « Le nombre des collaborationnistes a fort chuté. Beaucoup d’eux n’osent plus se manifester en public. » (p. 1.) La masse du peuple français désirait la paix, mais pas forcément au prix de voir la France redevenir le théâtre de la guerre. Une minorité d’activistes collaborationnistes s’opposerait néanmoins à ceux qui prenaient parti pour les Alliés. C’est par de tels propos « diplomatiques », notamment sur l’opinion publique, que l’auteur du rapport essaye de tirer le meilleur parti d’une situation dont il ne peut cacher le côté négatif. Il constate, d’une part, une propagande insuffisante pour l’« Europe nouvelle », mais, de l’autre, « une certaine indolence du peuple français […] » et un « individualisme extrême du Français qui ne s’occupe avant tout que des choses matérielles qui le concernent directement » (p. 2). On explique ainsi le peu de succès de la propagande collaborationniste par la mentalité française, afin de pouvoir relativiser le succès de la propagande adverse, tout comme nous l’avons déjà vu dans les rapports de l’administration militaire. L’« information » des paysans, par exemple, se heurterait à « l’individualisme très prononcé des milieux de l’agriculture » (p. 12). L’argument de l’« individualisme » et plus encore du « matérialisme » des Français sert à occulter l’enjeu politique de la question c’est-à-dire le désir de vivre en liberté : « L’idéal de la vie et le rêve de la population peut se résumer en ceci : le désir dominant est le retour aux conditions matérielles faciles et agréables de l’avant-guerre au sein d’une France en sécurité et politiquement reconnue » (p. 3). La question de savoir sous quel régime politique cela pourrait se faire aux yeux des Français reste sans doute volontairement en suspens.

33L’analyse de la situation dans le domaine culturel que l’auteur du rapport fournit ensuite doit par conséquent être lue aussi comme une explication concernant la situation politique :

« Encore aujourd’hui la France continue à affirmer sa volonté de rayonnement culturel dont on ne peut constater aucun affaiblissement. Beaucoup de Français voient justement dans le domaine de la politique culturelle la dernière position où une activité efficace est encore possible. On essaye actuellement même de profiter de la situation, et même par rapport à l’Allemagne, en demandant le principe de réciprocité pour les mesures de la politique culturelle. » (p. 3.)

  • 72 Cf. Michels, ibid., p. 141 sqq.
  • 73 Voir l’article publié sous pseudonyme : Schwabe (Matthias), « Frankreich und der Katholizismus », (...)

34Quelle différence par rapport aux premiers temps de l’occupation, quand Epting s’était battu, en vain, pour réaliser justement une sorte de « réciprocité », du moins formelle, dans les échanges culturels, afin d’augmenter la crédibilité de l’action allemande72. En dramatisant l’offensive culturelle française constatée par exemple en Espagne et sur les Balkans ( !), on veut de toute évidence mettre en valeur l’importance d’un combat culturel à côté du combat militaire en Europe et le rôle que l’Institut allemand y joue : « Notre tâche est aussi de combattre l’arrogance culturelle de la France qui se manifeste toujours à nouveau dans les propos de l’homme de la rue, et de temps en temps aussi dans la presse ou dans des conférences. » (p. 18.) Ce combat est aussi mené par les lecteurs dans les universités contre une germanistique largement « anti-allemande ». Un grand adversaire était l’Église catholique, dont l’influence ne cessait de s’accroître, notamment dans le domaine de l’enseignement – un vieux souci d’Epting73. Parmi les étudiants français, dit le rapport, il y en aurait 20 % de conviction catholique, contre 10 % toutefois « de conviction nationale-socialiste » (sic !, p. 8), mais la majorité des étudiants est « anti-allemande », phénomène où le STO est pour quelque chose, avoue le rapporteur, ne mâchant pas ses mots à ce propos.

  • 74 Citation de Benoist-Méchin traduite en allemand dans Buesche (Albert), « Breker-Ausstellung in Par (...)
  • 75 Burrin, ibid., p. 351 ; cf. aussi Wilson (Sarah), « Kollaboration in den schönen Künsten 1940-1944 (...)

35En général, il faudrait des gens qui connaissent bien la situation pour mener ce combat culturel, la propagande-choc ne servirait qu’à provoquer les Français. De l’autre côté, si l’exposition Arno Breker et tout le spectacle autour du grand sculpteur fut sans doute un grand succès, ce n’en fut pas un pour la culture allemande, précise le rapport, car cela fut exploité par certains milieux français rappelant que Breker était issu de l’école française. En effet, même le secrétaire d’État Benoist-Méchin, sans doute pas un germanophobe, ne put s’empêcher, lors de l’inauguration de l’exposition, de rappeler que Breker, tout comme ses prédécesseurs au Moyen Âge, « avait débuté en tournant son regard vers l’Ouest74 ». Or, le devoir de l’action culturelle allemande devrait être, selon le rapporteur, de montrer que l’art allemand « vaut non seulement celui de la France, mais le dépasse même à beaucoup d’égards » (p. 18). Ce jugement sur l’enjeu de l’exposition Breker est stupéfiant, ne fut-elle pas considérée en vérité comme « le point culminant » de la collaboration dans le domaine culturel75 ? Cela montre l’extrême ambiguïté de tout ce qui touchait le culturel, domaine dans lequel les nazis étaient particulièrement mal à l’aise. Breker s’était d’ailleurs beaucoup engagé en faveur d’Epting, tombé en disgrâce à cause de sa « francophilie » justement au moment de l’exposition parisienne. Dans une lettre transmise à Ribbentrop par l’intermédiaire d’Abetz, le 11 juin 1942, Breker défendit l’action d’Epting en expliquant

  • 76 Abetz, Telegr. n° 2452, 11-06-1942, PA AA, Staatssekretär, Frankreich, f° 217186.

« […] rien n’est plus erroné que l’opinion selon laquelle M. Epting serait totalement hypnotisé par la culture française. Si l’on peut constater que la sensibilité des Français à l’égard de la culture allemande est en train de s’accroître aujourd’hui, c’est sans doute dû pour une bonne part au travail mené dans l’esprit national-socialiste par M. Epting. Sur un terrain aussi difficile que celui de Paris, et qui le restera sans doute, on ne peut s’imaginer un meilleur gérant de nos affaires76. »

  • 77 DI Besançon, Arbeitsbericht 1.1. – 28.2.1943 (03-03-1943)/Bericht über Vortrag von Bolongaro-Creve (...)

36À l’occasion de cette exposition, les lecteurs de l’Institut allemand avaient également affiché le principe de la réciprocité dans les rapports culturels franco-allemands. Le lecteur parisien Bolongaro-Crevenna insistait ainsi dans ses conférences sur les « rapports d’échanges spirituels entre l’Allemagne et la France » et à propos de Breker sur le fait que les échanges « sont devenus plus manifestes et plus nécessaires à l’époque actuelle77 ».

37Indépendamment de cet événement majeur que fut l’exposition Breker, retenons les observations et réflexions principales des lecteurs sur les Français pour compléter ce bref bilan des activités de l’Institut allemand sous forme d’une mosaïque qui contient encore beaucoup de cases vides. Tout d’abord, on constate que les cours d’allemand rencontrèrent pas mal de problèmes. Le but en étant d’apprendre la langue allemande et surtout de la parler, dit-on, on ne pourrait pas céder, par exemple, à la politesse purement pragmatique de s’adresser aux Français dans leur langue. Ainsi, un rapport de Bordeaux, précise-t-il, à côté d’autres problèmes :

  • 78 DI Bordeaux, 10. Bericht, 25.2.1942, BA Kobl., R 51/110.

« Il s’y ajoute, quant aux Français, qu’ils ne peuvent pas tout de suite s’orienter sans problème sur notre méthode directe fondée sur l’usage exclusif de la langue étrangère dès la première heure du cours, ce qui est dû à la manière d’enseigner et d’apprendre qui domine le système scolaire français78. »

  • 79 Cf. DI Tours, Bericht über die Zeit vom 1.7.-31.8.1942 (11-09-1942). BA Kobl., R 51/211.

38Les participants aux cours préfèrent aussi les auteurs classiques, comme le lecteur en chef à Tours le souligne dans un rapport, et qui plus est sous forme d’éditions bilingues79. Conciliant, il suggère alors qu’on fasse des éditions avec des glossaires. Dans la partie générale (c’est-à-dire politique) de son rapport, il déplore néanmoins l’attitude des Français refusant d’affronter la réalité contemporaine :

« Ainsi, une certaine couche intellectuelle se referme consciemment devant nous, d’autres sont à la recherche d’une formule française, tandis que la plupart se contente d’une fuite commode vers des époques dont les idées ne sont plus actuelles et dont les valeurs sont devenues douteuses. » (Doc. cit.)

39Les lecteurs se heurtaient souvent aussi à la culture générale et littéraire des élèves français ; ce fut notamment le cas d’un lecteur parisien qui, connaissant apparemment mal la France, s’étonne des problèmes de compréhension qu’il rencontre dans son cours au sujet des rapports entre Goethe et la Révolution française, où il veut montrer le « Goethe allemand » :

  • 80 DI Paris, Jahresbericht 1942 Dr. Hoffmeister [reçu le 07-12-1942], BA Kobl., R 51/170.

« En général, j’ai l’impression que l’attitude des élèves du lectorat est, soit trop utilitariste, soit trop “esthéticienne”. Dans tous les deux cas, ils sont trop paresseux d’esprit, perdus devant tout ce qui est profond, philosophique. J’ignore dans quelle mesure le système français de transmission des langues et littératures est responsable de cela80. »

  • 81 DI Poitiers, Bericht November-Dezember 1942, BA Kobl., R 51/175.
  • 82 DI Poitiers, Bericht Mai/Juni 1943, 15-07-1943, arch. cit.
  • 83 Cf. DI Besançon, Arbeitsbericht 1.10.1942 – 31.12.1942, 10-01-1943, BA Kobl., R 51/107.

40L’enseignement de la langue n’est évidemment pas conçu sans arrière-pensées idéologiques. Pour les Français intéressés, on peut supposer que le besoin très pragmatique de mieux communiquer dans le quotidien avec l’occupant était la première raison pour s’inscrire aux cours. Dans un rapport de Poitiers on note que « la crème de l’administration publique française participe aux cours81 ». Pour les étudiants du supérieur ayant choisi l’allemand comme matière, avec l’objectif de devenir professeurs eux-mêmes, le rapprochement politique avec l’Allemagne hitlérienne était sans doute plus manifeste. C’est donc peut-être en inversant cause et effet que le lecteur en chef à Poitiers fait l’éloge de ses étudiants germanistes en disant : « Il s’avère que la connaissance de la langue d’un peuple étranger est le meilleur moyen pour éveiller des sentiments de sympathie pour ce pays et conduire en plus à la compréhension de la civilisation de ce pays82. » Mais à Besançon on fait remarquer que le système rigide de la formation universitaire, et surtout des sujets d’examen, empêcherait qu’un intérêt pour la littérature allemande contemporaine puisse se développer chez les étudiants83.

  • 84 DI Tours, Bericht über die Zeit vom 1.7.-31.8.1942 (11-09-1942). BA Kobl., R 51/211.

41En général, malgré le bouleversement de leurs anciennes certitudes par la défaite de 1940, le « patriotisme et l’orgueil blessé » empêchent la plupart des Français « d’emprunter chez nous les principes d’une nouvelle vision de la vie et du monde84 », écrit le chef du centre de Tours en septembre 1942. L’attitude des Tourangeaux est caractérisée par l’indifférence et l’attentisme : privilégiés par une région fertile, ils manquent moins que d’autres Français des choses relevant du besoin quotidien. Il n’y a que le contact personnel qui puisse les « ouvrir », et pour y arriver il faut bien connaître la France et les Français, garder en plus le tact et éviter un ton propagandiste :

« De toute façon, dans de telles causeries [avec des Français, W.G.], il s’agit de porter les problèmes sur un plan supérieur, purement spirituel. La projection de notre vision dans la métaphysique, la démonstration de la condition ethnique et raciale de tous les événements historiques, bref, le transfert de tous les débats du plan polémique-politique vers les domaines spirituels et psychiques dans lesquels une nouvelle vision du monde se fait sentir : c’est cela, la base nécessaire, sur laquelle nous nous entretenons avec des Français intéressés par des questions philosophiques, à la recherche de nouvelles valeurs. »

42Mais l’auteur a bien évolué au fil du temps, depuis le rapport précédent qui était plus pessimiste :

  • 85 DI Tours, Bericht 1. Mai – 30. Juni 1942 (25-06-1942), arch. cit.

« Comment le Français moyen pourrait-il avoir le cœur et la raison pour se sauver lui-même de l’endurcissement de ses sentiments ? L’homme indolent aime espérer un miracle. Le Français est devenu insensible et indolent. Nous éveillons certains esprits par notre travail, certes, mais la grande majorité ne sera touchée par nous que lorsque la question sera tranchée sur le plan militaire85. »

43En somme, c’est un bilan plutôt triste d’une année d’efforts que le lecteur avait commencée d’une façon assez optimiste, comme en témoigne le rapport écrit après cinq mois d’existence de l’Institut de Tours. Le lecteur en chef y avait fait un constat des difficultés, mais aussi montré sa conviction de pouvoir les surmonter :

  • 86 DI Tours, Bericht 1.11. – 31.12.1941 (6.1.1942), arch. cit. * L’adjectif « supra-ethnique » (überv (...)

« Dans les temps actuels, il faut redoubler nos efforts, afin de ne pas perdre aussi les gens compréhensifs et de bonne volonté. De tous les peuples dominés, les Français auront le plus de difficultés à pouvoir montrer de la compréhension pour voir dans le combat actuel autre chose que la vieille guerre pour la possession et pour le pouvoir parmi les États européens. Seulement si nous faisons la preuve, à travers notre travail, de l’existence d’une puissance de vie spirituelle au niveau continental, la conscience supra-ethnique* pourra être éveillée et l’esprit français, pour qui l’Europe est encore étrangère aujourd’hui, pourra être libéré de son immobilisme86. »

44Cette marche à reculons des rapports de Tours nous montre comment le lecteur est passé des premières illusions au pessimisme de la déception et, reconnaissant le danger, notamment pour sa propre situation, comment il s’efforce de trouver des formules diplomatiques servant à souligner l’importance de son travail dans une situation générale de plus en plus mauvaise, car le premier souci de tous les lecteurs était évidemment de rester en France, au lieu d’être envoyé sur le front de l’Est. Dès la deuxième année de l’occupation ils devaient faire usage de toute leur ruse pour légitimer leur travail et relativiser la gravité de la situation qui ne cessait d’empirer. Au début du mois de mai 1942, le lecteur de Nantes émit l’observation, quant au moral de la population, que « les fronts se clarifient » :

  • 87 DI Nantes, Bericht März-April 1942 (2-05-1942), BA Kobl., R 51/159

« Le groupe des indifférents et des attentistes fond, les groupes des amis et des ennemis de l’Allemagne se raffermissent. Le nombre de ceux qui osent afficher la collaboration a augmenté. […] En général, les auditeurs sont fidèles à l’égard du lectorat, bien qu’il y ait eu quelques cas particuliers de menaces (lettres de menace) et de traitements désavantageux (des pressions commerciales et des difficultés pour les examens)87. »

45Ce passage montre bien l’atmosphère déjà assez hostile dans lequel l’Institut travaillait à ce moment-là. Quelques mois auparavant, l’attentat contre le Feldkommandant de Nantes avait pourtant eu un effet tout à fait « positif », selon le rapport de novembre-décembre :

  • 88 DI Nantes, Bericht November-Dezember 1941 (21-12-1941), arch. cit.

« L’assassinat du Feldkommandant de Nantes a même eu un effet de clarification et de purification sur le moral de la population. L’indignation des Nantais devant cet acte de lâcheté fut générale et ouvertement affichée même par les prudents et les attentistes. L’Institut fut inondé de témoignages oraux et écrits de ce genre. L’afflux vers les cours d’allemands et les conférences fut plus grand qu’auparavant88. »

  • 89 DI Tours, Bericht 1.1.1943 – 28.2.1943, BA Kobl., R 51/211.

46En réalité, il y eut une baisse sensible des inscriptions dès la rentrée de 1941, et ce ne fut que grâce à l’ouverture d’établissements annexes – dans le cas de Nantes : à Saint-Nazaire – qu’en 1942 et en 1943 on a pu cacher ce fait dans les statistiques. En mars 1943, à Tours, on fut contraint de constater : « Nous ne pouvons pas rayonner sur la grande masse […], ce n’est pas le nombre des élèves qui est décisive mais la couche sociale d’où proviennent nos auditeurs89. » Les cours de langue n’apprenant aux gens que des connaissances élémentaires de l’allemand seraient beaucoup moins importants que l’impact qu’on pouvait avoir sur les « milieux intellectuels » (die geistigen Kreise) de la population.

  • 90 Probablement identique avec la personne du même nom qui fit carrière après 1945 au sein de la CDU (...)
  • 91 DI Bordeaux, Schwinkowski an Epting, 13-03-1941, BA Kobl., R 51/110.
  • 92 Cf. DI Bordeaux, 3. Bericht, 11.3.1941, arch. cit.

47Le chef de l’Institut allemand de Bordeaux, Arthur Schwinkowski90, poursuivait l’objectif ambitieux d’influencer sur les intellectuels français du Sud-Ouest. On peut « impressionner » cette intelligence française par une « attitude d’esprit supérieure », communique-t-il en mars 1941 à Epting91. Il faut chercher la bonne méthode dans la tradition intellectuelle de la France : « Fin avril, début mai, je veux organiser ici à Bordeaux une réunion des dirigeants de l’éducation nationale et de la vie intellectuelle dans le Sud-Ouest de la France. » Il faudrait « lier cette conférence à un festin, comme cela est l’habitude en France, ou du moins à une réception dans la tradition des salons littéraires » (loc. cit.). Nous ignorons s’il réussit à réaliser ce projet, mais, de toute façon, les conférences de Friedrich Grimm, qui passa à plusieurs reprises par Bordeaux, auraient rassemblé un nombre considérable d’auditeurs. Lorsque Grimm vint pour la première fois, le 7 mars 1941, la manifestation fut présidée par Adrien Marquet, maire de Bordeaux et ancien ministre de l’Intérieur, et attira plus de 1 000 auditeurs, alors qu’autant de personnes furent refusées parce que la salle était pleine92.

  • 93 D’abord lecteur à Paris ; nous l’avons déjà rencontré comme auteur d’un fascicule de la collection (...)
  • 94 DI Marseille, Brief an die Mittelstelle Frankreich, 27-07-1943, BA Kobl., R 51/159.
  • 95 Lektorat Nizza, 8. Monatsbericht, 1.6.1942, BA Kobl., R 51/161.
  • 96 Lektorat Nizza, Monatsbericht N°3, 1.3.1942, arch. cit.

48Quant aux observations concernant la mentalité des Français, signalons l’impression que les lecteurs eurent du Midi, par exemple Werner Bökenkamp93, envoyé à Marseille en juin 1943. Un mois après son arrivée, il rend compte des difficultés qu’il y rencontre sur tous les plans et dont beaucoup trouveraient leur explication dans le fait que « la vitesse du travail à Marseille est de loin moins grande que par exemple à Paris94 ». Son collègue à Nice qui assurait, dans une situation très particulière, relevant d’un statut semi-officiel, des cours au Centre universitaire méditerranéen, déplore en juin 1942 que « plus il fait chaud ici, moins les Méditerranéens ont envie de travailler – une observation qui n’étonnera personne ici95 ». Mais la réduction de 25 % des effectifs au mois de mai, déploré par ce lecteur, n’avait rien à voir avec la mentalité méditerranéenne, car c’était un phénomène général. Seulement, le lecteur ne pouvait (s’)expliquer ce phénomène autrement qu’en recourant à des stéréotypes, lui permettant aussi de se tirer d’affaire. Trois mois auparavant, il avait déjà constaté un « faible recul du nombre d’élèves », aussitôt expliqué par le fait que cela ne constituerait « rien d’inhabituel, vu le tempérament des Méridionaux96 ».

  • 97 Lektorat Nizza, Monatsbericht N°3, 15.1.1942, arch. cit.
  • 98 Lektorat Nizza, 4. Monatsbericht, 1.2.1942, arch. cit.

49Dès son arrivée, ce lecteur de Nice s’était distingué par un zèle particulier pour critiquer les Français, révélant ainsi combien il se sentait mal à l’aise dans son poste. Dans son troisième rapport, en janvier 1942, il dénonce un manuel scolaire français (Bertaux-Lepointe : L’allemand et l’Allemagne par les textes) dans lequel se trouvait encore une mention de Heinrich Heine, le seul passage qui ait apparemment échappé à la censure allemande. Ce livre scolaire témoignerait, malgré la censure, de « l’esprit irréconciliable du professeur français, sale et sec, qui continuera alors à pervertir et à endoctriner les nouvelles générations, comme il l’a fait depuis toujours97 ». Le lecteur aura encore plusieurs « rencontres surprenantes », même personnelles, avec ce type du « maître d’école asséché, stérile, chauvin ». Mais, dit-il, « puisque c’est le maître d’école français qui fait la nation, cette expérience, comme toutes les expériences que j’ai citées jusqu’ici, me donne une fois de plus cet avertissement : il ne faut pas faire confiance à cette nation98 ». Le grand danger serait avant tout l’idéologie catholico-méditerranéenne.

  • 99 Cf. Michels, ibid., p. 168.

50Le problème des mentalités se posait aussi dans un tout autre contexte : les lecteurs se trouvaient soumis à un régime draconien en ce qui concerne la question des femmes (du moins officiellement), les épouses des lecteurs n’étant autorisées à rejoindre leurs maris que dans le cadre d’un recrutement dans le même établissement (en tant que secrétaire ou lectrice adjointe). Le mariage avec des étrangères était généralement fort déconseillé, si ce n’était déjà un fait accompli au moment de l’entrée au service de la Deutsche Akademie, et même dans ce cas-là, cela restait une tache sur la biographie. Pour clarifier la situation, le 18 mai 1943, un arrêté d’Alfred Six, alors chef du département des affaires culturelles au sein de l’Auswärtiges Amt, interdit formellement le mariage de membres des Deutsche Wissenschaftliche Institute avec des étrangers, sous peine de licenciement. L’interdiction était strictement appliquée pour les femmes, alors qu’elle était pratiquée d’une façon beaucoup plus souple pour les hommes : un mariage avec une étrangère pouvait être autorisé s’il n’y avait pas de doute sur sa « germanisabilité » (Eindeutschungsfähigkeit)99.

  • 100 DI Nantes, Bericht März-April 1942 (2-05-1942), BA Kobl., R 51/159 ; DI Dijon, Bericht November-De (...)
  • 101 Deutsches Institut (Klee) an Deutsche Akademie (Nitzschke), 03-02-1943, BA Kobl., R 51/170.

51Auparavant, un cas particulier avait occupé l’Institut allemand et l’ambassade pendant un bon moment. C’était la liaison du chef du centre d’Angers avec une Française, auditrice de ses cours, dénoncée par le SD, car on le soupçonnait de négliger ses devoirs comme directeur de l’établissement (probablement un argument de poids rajouté pour accentuer la gravité du cas). À part le fait que la liaison fut rompue, la punition du lecteur – une simple mutation à Paris – ne fut pourtant pas trop sévère. Normalement, le limogeage se faisait plutôt en direction inverse, au point que le chef de l’Institut allemand de Nantes se plaignait du fait que les mutations de Paris à Nantes étaient considérées de façon générale comme « des mesures disciplinaires » ; le chef du centre de Dijon, déplorant le mauvais climat psychologique au sein de son établissement, évoquait plus franchement la gravité que représentait à ses yeux « la mutation de quelques lectrices parisiennes vers la province si détestée et méprisée100 ». L’importance de l’incident d’Angers fut d’ailleurs minimisé dans le rapport officiel sur cette affaire, concluant par la phrase suivante : « Permettez-moi d’y ajouter qu’il ne faut pas accorder une importance trop élevée à ce “malheur”, vu la mentalité des Français101. » Plusieurs autres mutations non expliquées, souvent déclenchées après des dénonciations du NSDAP/AO, dont on trouve trace dans les archives, pourraient d’ailleurs avoir des raisons similaires.

52Une lectrice mutée de Tours à Paris, en raison de ses mérites cette fois-ci, a laissé un rapport particulièrement intéressant concernant le changement qu’elle a vécu entre Tours et Paris. En se souvenant de son travail à Tours et en décrivant le changement de sa situation après sa mutation à Paris, elle écrit en des termes simples mais forts :

  • 102 DI Paris, Arbeitsbereich Dr. Marlene Fleischhauer, 19-11-1942, arch. cit.

« Grâce à de nombreuses invitations j’ai pu avoir un aperçu de la vie familiale dans la province française, et c’est ainsi qu’une vision de la vie s’est révélée à moi que je voudrais caractériser comme étonnamment apolitique. Les gens de la Touraine, dans leur pensée, sont orientés en premier lieu vers une manière de vivre le plus heureusement possible, ils veulent regagner le standard de vie heureux qu’ils avaient avant la guerre ; ils se distinguent seulement en cela que les uns attendent le rétablissement de ce bonheur de l’Angleterre, les autres (c’est la minorité) du côté allemand. […] À Tours, je n’avais vécu que parmi les Français, dans le travail tout comme dans la vie privée ; à Paris, j’appartiens soudainement à la grande masse des Allemands ressortissant du Reich qui ont des privilèges en matière de voyage, de tickets et de restaurants réservés, par rapport à la population française102. »

53Si l’on tient compte du fait que les lecteurs étaient obligés d’envoyer des rapports positifs pour justifier leur activité, surtout à partir de la guerre contre l’Union soviétique, quand l’enrôlement dans l’armée et l’envoi sur le front de l’Est menaçait à chaque moment, on peut dire que leurs bilans étaient plutôt négatifs. Tous avaient des exemples expliquant pourquoi leur enseignement, leur propagande culturelle ne « prenait pas », et cela même chez des Français qui étaient venus de leur plein gré aux cours. Les témoignages les plus extraordinaires, choisis pour cette analyse, sont sans doute celui du lecteur désespéré parce que les Français ne comprennent rien à la « profondeur métaphysique » de la culture allemande, et celui de la lectrice mutée de Tours à Paris, arrachée, à son regret, semble-t-il, à une vie proche des Français pour faire partie d’une caste de privilégiés dans la capitale.

Une certaine idée de la France, présentée aux Français

  • 103 Sur les activités de Bran, cf. Unteutsch (Barbara), « Dr. Friedrich Bran – Mittler in Abetz’ Schat (...)
  • 104 La rédaction parisienne des CFA fut dirigée par Georg Rabuse à l’Institut allemand, puis par Gerha (...)
  • 105 Voir la réponse d’Abetz à la demande d’explication de la part du chef de la presse allemande, conc (...)
  • 106 Epting (Karl), « Karl Heinz Bremer zum Gedächtnis », Deutschland-Frankreich [= DF], n° 3, 1943, p. (...)
  • 107 Lettre d’Epting à l’Auswärtiges Amt du 14-11-1940, d’après Michels, ibid., p. 240.

54La vision de la France qu’avaient Abetz, Epting et leurs adjoints, dans le but d’organiser la collaboration intellectuelle et politique avec l’occupant, se montre à travers la revue Deutschland-Frankreich, créée par Epting fin 1941, et, dans une moindre mesure, dans les Cahiers franco-allemands (CFA). Ces derniers, officiellement dirigés par Fritz Bran103, formellement domiciliés à Karlsruhe, tandis que le siège de la rédaction se trouvait à Berlin et la vraie direction probablement à Paris104, furent de plus en plus réduits depuis 1940 à présenter « l’Allemagne nouvelle » et à répéter sans cesse l’idéologie « européenne » des nazis. Les CFA n’étaient plus disponibles pour le public allemand, mais continuaient à être envoyés à des lecteurs français, seuls destinataires de la revue105. Le besoin de créer un organe supplémentaire, exclusivement à la disposition d’Abetz et surtout d’Epting, se fit sans doute sentir rapidement après l’ouverture de l’Institut allemand à Paris. Mais l’idée semble avoir été ancienne, Epting ayant « élaboré le plan » d’une revue sur la France (« frankreichkundliche Zeitschrift ») avec Bremer dès 1937106. Paraissant seulement à partir de l’été 1942 et avec un tirage plus limité que prévu – 2 000 exemplaires et peut-être seulement 1 200 en réalité – à cause de la pénurie de papier, on s’adressait à un public restreint de « personnalités de la vie publique et culturelle107 » en France.

  • 108 Abetz (Otto), « “Zwei Wege der Entfaltung…” », DF, n° 1, 1942, p. 1-2.

55Le premier numéro fut inauguré par Otto Abetz108 y expliquant la vision du monde « pluraliste » de l’Allemagne, opposée à « la conception de l’uniformité de la civilisation propre à l’impérialisme culturel » (p. 2), telle que Giraudoux l’avait exprimé dans La guerre de Troie n’aura pas lieu, en déclarant qu’il ne pouvait y avoir deux beautés, deux génies au monde – véritable déclaration de guerre intellectuelle, anticipant sur la guerre réelle qui recruta Giraudoux comme ministre de la propagande. Cependant, « c’était justement le ressourcement de la culture allemande dans ses fondements raciaux et historiques qui lui assurait depuis 1933 de plus en plus l’intérêt de la France spirituelle que même la guerre ne pouvait interrompre ». Désormais les muses françaises et allemandes seraient reconnues comme les « filles égales d’Hellas et Rome, porteuses des bannières d’idéaux communs européens et sœurs de destin d’un futur commun » (loc. cit.).

  • 109 Epting (Karl), « France-Allemagne », DF, n° 1, 1942, p. 8-13. Texte présenté en version bilingue.

56Karl Epting109 présente ensuite l’objectif principal de la nouvelle revue, celui d’« une véritable explication franco-allemande », « du débat spirituel entre la France et l’Allemagne » (p. 8 sq.). Il n’y aurait pas deux peuples en Europe aussi étroitement liés, dans l’amitié comme dans la haine, que les peuples allemand et français, chaque génération étant à nouveau mise devant le problème des relations franco-allemandes. Mais « la magnanimité du vainqueur a ouvert des horizons nouveaux. Pour la première fois naît l’espoir que les rapports entre la France et l’Allemagne pourront désormais se résoudre autrement que par le retour périodique de guerres meurtrières » (loc. cit.). Le bilan critique des images véhiculées de part et d’autre et des conceptions plus ou moins théorisées à cet égard aboutit à une condamnation, étonnante, des « psychologies nationales » (Völkerpsychologie), c’est-à-dire des « passe-partout psychologiques » calqués sur l’autre, entravant le dialogue au lieu de le faciliter. Il faudrait abandonner cette tradition-là et revenir à une autre, celle de Goethe

« [qui] ignorait l’opposition entre civilisation et barbarie, urbanité et rusticité, latinité et germanisme, dans lesquelles, au xixe siècle – à côté d’autres associations de concepts – on enferma les différences des caractères français et allemand. […] On cherche en vain chez Goethe des spéculations sur la psychologie des peuples. Cependant, à l’encontre de cette attitude retenue et tolérante, ses contemporains et leurs descendants s’efforcèrent de découvrir les traits généraux et d’en tirer des lois d’évolution » (p. 10).

57Combien les interprétations ethno-psychologiques de l’autre se confirment réciproquement en s’affrontant, Epting le dénonce en effet très pertinemment (mais hypocritement). Les Français voient la différence essentielle entre les deux pays dans l’opposition de deux paysages différents : « les frontières françaises ordonnées et bien arrêtées, les frontières allemandes se perdant dans les lointains de la plaine eurasienne » (loc. cit.), opposition à laquelle correspond celle entre civilisation urbaine latine et barbarie germanique, entre le citadin et le campagnard, voire l’homme de la forêt, tandis que l’ethnologue allemand Frobenius prétendait que les Allemands possédaient « la mentalité des vastes étendues » (loc. cit.), et les Français celle des cavernes. D’autres ramènent la différence à celle de l’attitude face à la nature : les Français n’auraient aucun sens de la nature, « le sang et l’esprit seraient irréductiblement séparés », tandis qu’il y aurait un rapport dialectique entre les deux chez l’Allemand, une « maîtrise de l’âme sur le corps, [une] fécondation de l’esprit par les sens ». Puis, le rapport au temps : « Le Français vivrait dans un éternel présent, l’Allemand dans un éternel futur. » Loin d’être faux, souligne l’auteur, ces portraits ont en effet « éclairé plus d’un trait de l’histoire. Mais ils ont aussi aidé à accuser les différences et empêché le dialogue naturel des deux nations. Le dessein n’était pas de rapprocher les peuples, mais de les délimiter l’un par rapport à l’autre ». Désormais, « il ne s’agit pas d’effacer les contrastes entre la France et l’Allemagne, mais d’en abolir les raideurs dogmatiques » (p. 11).

  • 110 Schwabe, « Zum Frankreichbild unserer Generation », op. cit. (voir supra, p. 239), p. 478.

58Quelle différence par rapport aux accusations qu’Epting avait adressées en 1938 à l’image de la France de sa génération, afin de réclamer « la création d’une psychologie des peuples à partir de l’esprit du national-socialisme110 » ! Mais le texte de 1942 révèle que cette « conversion » d’Epting n’est qu’une tactique pour faire avancer la collaboration :

« Un des grands sacrifices que la France devra consentir à l’Europe nouvelle sera l’abandon de sa prétention à l’universalité de sa civilisation : la France ne devra plus se considérer spirituellement comme l’église universelle, mais comme une unité nationale [völkisch] particulière, déterminée par la race et par l’histoire. C’est en tant qu’unité historique et nationale [völkisch] que la France devra prendre part à la discussion spirituelle des peuples européens, en s’intégrant dans la dialectique de l’Europe. » (p. 12.)

  • 111 Chardonne (Jacques), « Les divinités sociales », DF, n° 4, 1943, p. 36.

59Pour dissiper des craintes sans doute fondées, des déclarations concernant la protection de la culture française dans la « nouvelle Europe » se multiplieront au fil du temps, par exemple sous la plume de Jacques Chardonne qui, rentré du congrès européen des écrivains à Weimar, en 1943, rassure le lecteur : « Dans une Europe régie par l’Allemagne, la France conserve son être, parce que l’Allemagne est notre parente spirituelle, elle sait quelle valeur représente la France111. »

  • 112 de Montherlant (Henry), « In memoriam Karl Heinz Bremer », DF, n° 3, 1942, p. 5-8.

60Dans l’hommage à Karl Heinz Bremer, tombé en mai 1942 sur le front de l’Est où il fut envoyé après avoir préparé les deux premiers numéros de la revue, on apprend par Henry de Montherlant112 comment le lecteur de la Sorbonne et de l’ENS, entre 1936 et 1938, avait même essayé de détourner l’écrivain français d’une pensée fataliste et nihiliste à l’égard de la France :

« Son vif amour de la France paraît dans toutes les lettres ; et autant lorsqu’il la loue que lorsqu’il est impitoyable pour tel de ses ridicules : les “écrivailleurs à lunettes d’écaille” aussi bien que l’Académie française. Durant une saison de vacances, où il pérégrine chez nous, chacune de ses lettres contient une photo représentant un type provincial, et il a pris soin d’écrire au verso le type représenté : Normand, Bretonne, Poitevine… comme pour m’inviter à connaître et à aimer les meilleurs visages de mon pays. » (p. 6.)

  • 113 Bremer (Karl Heinz), « Kaisertum und Sozialismus in Frankreich », DF, n° 3, 1943, p. 9-27.
  • 114 Voir Sternhell, La droite révolutionnaire, op. cit., et Sternhell (Zeev)/Sznajder (Mario)/Ashéri ( (...)

61Dans le sillage de ce qu’il avait écrit auparavant sur le nationalisme et le socialisme en France au xixe siècle, Bremer avait encore préparé un article pour la revue, y paraissant à titre posthume113, où il essaye de récupérer Proudhon pour une vision fasciste du « socialisme » : ce tribun du peuple « prit énergiquement parti contre les propagandistes de la souveraineté du peuple par le scrutin universel, car celui-ci n’amènerait que la plèbe sur le trône royal » (p. 25). L’intérêt que représentait Proudhon pour Bremer résidait dans le fait que son socialisme « mutualiste » et fédéraliste avait comme ennemis « le communisme liberticide » et « l’État autoritaire qui absorbait tout » (p. 24). Afin de dissiper toute équivoque sur ce dernier point, Bremer précise qu’il ne s’agissait pas de critiquer le principe d’autorité mais une autorité illégitime. À travers sa sympathie pour Proudhon, Bremer ne récuse pas d’autres idées politiques, comme la conscience de classe, qui étaient incompatibles avec l’idéologie nationale-socialiste ; sans pouvoir approfondir ce sujet, signalons que Proudhon fut effectivement un point de repère pour un « fascisme de gauche » issu de la pensée sorélienne114.

  • 115 Déat (Marcel), « Révolution française et Révolution allemande », DF, n° 7, 1944, p. 1-26, ici p. 1 (...)
  • 116 Fabre-Luce (Alfred), « Neue Einsichten in die französische Geschichte », CFA, 1942, n° 10-12, p. 3 (...)
  • 117 Bouhler (Philipp), Napoléon : la carrière fulgurante d’un génie [Napoleon – Kometenpfad eines Geni (...)

62Dans cette lignée, Epting permit aussi à des auteurs français de « sauver » des aspects de la pensée française en les forçant dans le lit de Procuste idéologique de la vision du monde nazie ; comparant les deux révolutions, celle de 1789 et celle de 1933, Marcel Déat constate, par exemple : « L’État révolutionnaire de 1793 est singulièrement proche de l’État totalitaire ; ce n’est pas du tout l’État capitaliste et libéral. Cet État, en effet, est pourvu d’une doctrine : c’est un Kulturstaat, c’est un Weltanschauungsstaat115. » Ou bien Alfred Fabre-Luce : « L’Allemagne nationale-socialiste a forgé l’instrument de la cohésion intérieure qui manquait à Napoléon : le parti116. » Ces tentatives de construire artificiellement une continuité entre Napoléon et Hitler, tout en évitant, parfois de justesse, de tracer un parallélisme avec la défaite napoléonienne en Russie, permirent de mettre en question l’image négative de Napoléon profondément ancrée en Allemagne, afin de le récupérer idéologiquement pour la collaboration intellectuelle. Même le chef de la « chancellerie du Führer », Philipp Bouhler, avait favorisé cette réorientation dans son livre117, mais pour Epting il s’agissait aussi de laisser s’exprimer un fascisme français dont le discours ne ressemble pas à celui d’un ventriloque nazi et qui permette aux Français de « bonne volonté » de s’y retrouver sans renier leur « identité française ».

Langue et esprit

  • 118 Sieburg (Friedrich), « Die Sprache als Schicksal », DF, n° 1, 1942, p. 14-19.

63Mais les tentatives de rapprochement idéologique furent doublés d’autant de rappels des différences… : « Il n’y a pas de place pour l’indifférence dans la tension éternelle entre l’être allemand et l’être français », constate Friedrich Sieburg dans un article consacré à « la langue comme destin » (p. 14), dans le premier numéro de Deutschland-Frankreich118, où il reprend l’idée de la complémentarité franco-allemande en employant la métaphore de la plante « qui est profondément enracinée dans la terre et qui aime tout de même se dresser haut dans l’air terrestre » (p. 19). Il ne s’agit donc pas d’une complémentarité à base d’égalité entre les caractères nationaux allemands (enracinement) et français (se dresser dans l’air), car dans le contexte de l’époque les racines sont évidemment jugées plus importantes que les diatribes pointant dans le ciel. Tout cela est ramené aux définitions des deux langues que Sieburg y donne à travers une comparaison à première vue tout à fait opposée à celle de la plante en considérant que la langue française est avant tout un moyen de communication, elle « sert toujours la vie », c’est pourquoi le Français est moraliste, tandis que l’Allemand est idéaliste, car l’idée lui vaut mieux que la réalité concrète :

« Une vérité, exprimée en allemand et répétée en français [l’ordre de présentation n’est pas innocent ! W.G.] est toujours la même vérité, mais ses conséquences sont différentes. En allemand, elle révèle l’impitoyable qui habite chaque vérité, en français elle s’intègre à la vie et montre cet esprit conciliant sans lequel la cohabitation des mortels est difficile. La langue allemande pose l’homme et son message dans l’absolu et le montre seul avec son destin. La langue française associe l’homme socialement à ses semblables et ajoute à ce qu’il a à dire l’ambition d’être compris. » (p. 14 sq.)

64Approfondissant cette opposition, Sieburg ne recule même pas devant les fantasmes les plus délirants : la langue allemande est magique par sa nature, « Siegfried comprend le langage des oiseaux ; chaque Allemand le pourrait, s’il voulait », mais cette profondeur « se refuse à la description, et dans cette impossibilité cohabitent étroitement une fierté sans mesure sur notre nature divine et un embarras sincère face à notre détresse existentielle, toujours guettée par le désordre » (loc. cit.). Les liens de l’homme à la langue sont « fondés dans le destin du peuple et déterminent à leur tour le destin des deux peuples. » La différence serait mesurable jusque dans la syntaxe de la phrase :

« C’est de façon sociale que les mots français sont assemblés dans la phrase, tandis que le mot allemand, capable d’une existence autonome, n’atteint qu’avec grande peine une vie commune dans un ensemble linguistique plus étendu. Nous ressentons la façon dont les mots isolés sont posés presque abruptement l’un à côté de l’autre comme quelque chose de grandiose. Plus dure est cette association – comme chez Hölderlin dans sa dernière phase –, plus nous sommes émus par sa beauté poétique. Pour le Français, c’est le contraire ; plus les mots s’intègrent sans heurts dans l’ordre supérieur de la phrase, plus il ressent les joies de l’harmonie. » (p. 16 sq.)

  • 119 Voir la synthèse de ces idées, précedant une analyse philologique de la naissance des langues roma (...)

65Cela rappelle les bizarreries de Distelbarth. Mais Sieburg va plus loin dans une interprétation « raciologique » de phénomènes qui en vérité ne sont pas d’ordre anthropologique, mais d’ordre culturel, quant aux différences réellement existantes : la langue française aurait été coupée de ses origines, de ses racines gauloises, par l’intrusion du latin et serait désormais devenue l’objet d’une manipulation artificielle et d’une « restriction tyrannique », tandis que la langue allemande est plus « naturelle » parce que plus proche de ses origines, voire de la « nature », elle suit « une ligne claire qui mène des incantations de Merseburg, en passant par la prière de Wessobrunn, jusqu’à notre monde d’expression actuelle ». En France, « l’esprit poétique créateur est chassé par l’esprit rhétorique ordonnant, faisant de la langue française tôt déjà un instrument infiniment parfait et régulier, mais aussi hostile à toute rénovation future » (p. 17). L’idée de l’« originalité » (Ursprünglichkeit) de l’allemand, c’est-à-dire de sa proximité par rapport à la « langue originelle », fut en fait propagée dès le xvie siècle, ainsi que la conclusion d’une supériorité de l’allemand par rapport aux langues romanes, langues mixtes et à capacité créatrice restreinte, ce que Fichte a théorisé dans son quatrième Discours à la nation allemande, comme le romaniste Harri Meier l’a rappelé à l’époque119.

  • 120 Selon Krause, ibid. (voir supra, p. 14), p. 172, ou Taureck, ibid. (voir supra, p. 26), p. 229 et (...)
  • 121 Krause, ibid., p. 156, se référant aux souvenirs de Günter Gillessen, Auf verlorenem Posten. Die F (...)
  • 122 Abetz, Mémoires…, op. cit. (voir supra, p. 60), p. 138.
  • 123 Cf. Taureck, ibid., p. 229 et 247.
  • 124 Amouroux (Henri), Les beaux jours de collabos. Juin 1941-juin 1942, Paris, R. Laffont, 1978, p. 45 (...)
  • 125 Taureck, ibid., p. 249. Aspect occulté par T. Krause prétendant que les articles de Sieburg étaien (...)

66Le séjour parisien de Sieburg pendant l’occupation est encore largement occulté : s’est-il terminé à la fin de 1942 ou en juin 1943 seulement120 ? Répondant à l’appel de Ribbentrop de se mettre au service du Reich en vue de la guerre imminente, en août 1939, Sieburg avait intégré le département d’information de l’Auswärtiges Amt, avec un certain nombre d’autres journalistes. Le chef de la Frankfurter Zeitung, Rudolf Kircher, également sollicité, refusa de s’y plier121, ce qui révèle la marge de manœuvre qui existait dans cette situation. Abetz fit venir Sieburg à Paris comme conseiller « pour la presse et les questions culturelles », mais « la collaboration du docteur Sieburg fut […] de courte durée : l’auteur de Dieu est-il français était péniblement impressionné de “voir malheureux le Paris qu’il avait connu si joyeux”122 ». Curieuse notation, souvent citée, mais loin de la réalité : sa conférence « La France d’hier et de demain » est un témoignage indubitable de son engagement pour la collaboration. Depuis Paris, Sieburg a également fait plusieurs voyages officiels au Portugal et en Espagne123. Mais, il est vrai qu’on voit mal ce qu’il faisait exactement à Paris, hormis qu’il fréquentait les milieux de la collaboration et semble avoir tenu de nombreuses conférences, dont 14 en zone non occupée, en juillet 1942124. S’il était inscrit comme Botschaftsrat à l’ambassade, il ne semble pas y avoir vraiment exercé une fonction concrète. Il a cependant continué à écrire sur la France dans la Frankfurter Zeitung, en y reprochant d’ailleurs aux Français de « fuir devant la réalité de la défaite125 ».

67À Paris, en décembre 1941, Sieburg fut à l’origine d’un petit scandale diplomatique qui a peut-être entraîné des mesures disciplinaires à son égard. Le 10 décembre 1941, l’ambassadeur allemand à Rome télégraphia à Ribbentrop que Mussolini, avec qui il venait d’avoir un entretien, s’était plaint d’une conférence de Sieburg devant la presse à Paris (dont un journaliste italien avait informé le Duce), où Sieburg

  • 126 Botschaft Rom, Telegramm, n° 3211, 9-12-1941, PA AA, Staatssekretär, Frankreich, f° 214 131.

« […] aurait littéralement supplié les Français de participer à la construction de l’Europe, exprimé ses profonds regrets qu’à la conférence de Berlin leur place fût restée vide, bien qu’une grande place leur fût destinée, et il avait présenté cette collaboration d’une façon grossièrement flatteuse – uniquement possible chez un littéraire, d’après le commentaire du Duce –, comme si ce n’était pas la France qui avait besoin du Reich mais au contraire que nous devrions courir après les Français126. »

  • 127 Cit. d’après Betz, Exil et engagement…, op. cit. (voir supra, p. 35), p. 58. Nous n’avons pas pu c (...)
  • 128 Betz, ibid., p. 232.
  • 129 Krause, ibid., p. 162.

68Les différentes facettes de Sieburg sont bien représentées par la juxtaposition de cette conférence « francophile » et de l’autre, sur « la France d’hier et de demain », du 22 mars 1941, où il avait exhorté les Français à en finir avec leur style de vie bâti sur les idées simplistes de bonheur d’un pêcheur à la ligne et sur un quotidien qui consiste à se débrouiller éternellement, à en finir enfin avec leurs conceptions de la vie privée et des droits individuels dont l’Allemagne s’était déjà « courageusement libérée ». Faisant le bilan de ses expériences en France, Sieburg conclut : « Je suis arrivé très tôt à l’idée que l’Allemagne est contrainte d’être forte, puissante, armée […]. C’est ici, dans votre aimable France, que mon être s’est endurci. C’est la France qui s’est chargée de mon éducation de lutteur et de national-socialiste127. » À peine trois semaines après cette déclaration, il demanda son adhésion au parti où il fut intégré le 1er septembre suivant128. Peut-on dire alors que « cette causerie est caractéristique du rôle marginal que Sieburg jouait au sein des activités de la propagande allemande dans la France occupée129 » ?

La pensée juridique

  • 130 Schmitt (Carl), « Die Formung des französischen Geistes durch den Legisten », DF, n° 2, 1942, p. 1 (...)

69Une tentative d’expliquer la mentalité française à travers l’aspect juridique fut l’objectif d’un article du célèbre juriste Carl Schmitt, publié fin 1942 dans Deutschland-Frankreich, « La formation de l’esprit français par le légiste130 », où il souligne que la pensée juridique est un élément constitutif mais trop peu connu de l’esprit français ; non seulement l’avocat a joué un rôle éminent dans l’histoire de la France, mais la pensée juridique est aussi entrée dans le « caractère national » des Français : « On connaît aussi l’intérêt du Français pour le tribunal et le procès, son émotivité devant la question de justice ou d’injustice dans une procédure. » (p. 4.) Mais est-il étonnant de découvrir que pour Schmitt ce trait caractéristique soit encore lié à la langue ? En effet : « Chez aucun autre peuple l’art du plaidoyer est plus développé. » (Loc. cit.) Et si le langage littéraire est étroitement lié au langage juridique, celui-ci l’est par rapport au langage politique, d’où la conclusion laconique : « L’esprit français est un esprit juridique et la langue française est plus que toute autre une langue juridique parce que la formation de la nation française elle-même a été imprégnée de façon décisive par le légiste français. » (p. 5.) Ce que Schmitt oppose à cette tradition « légaliste » moderne – il ne le dit qu’en passant –, ce sont des « formes traditionalistes ou charismatiques de légitimité » (p. 10), autrement dit : le « principe du chef » qu’il avait défendu dans de nombreux commentaires pseudo-juridiques.

70Or, si l’importance du juriste dans l’histoire française est indubitable et si l’analyse historique au sens strict du terme que Schmitt donne dans ce texte, en se référant d’ailleurs à Max Weber qui avait reconnu dans les légistes français « l’avant-garde du rationalisme occidental » (p. 7), paraît plus ou moins acceptable, il faut refuser en revanche de nouveau l’explication « anthropologique » d’un fait historique, relevant du dessein propagandiste consistant, primo, à reprocher à cet esprit de détourner le principe de légitimité en légalité formelle, et, secundo, à accuser la prépondérance du juridique sur le politique, fait dont les Allemands auraient été victimes, du traité de Münster jusqu’à celui de Versailles. Ce « juridisme » français se serait imposé sur le plan international et aurait déterminé un droit des gens, le citoyen français étant devenu la norme d’un « citoyen cosmopolite mondial » (kosmopolitischer Weltbürger), alors que le marché mondial aurait été anglo-saxon (p. 27 sq.). Mais désormais la « mesure » française ne dominerait plus le monde, « car aujourd’hui les mesures nées aux xviie et xviiie siècles sont en train de changer. […] Un nouveau droit dans des ordres nouveaux se crée. Cette fois, l’ordre est acquis depuis l’Allemagne et le Reich » (p. 30).

  • 131 Grimm (Friedrich), « La pensée juridique en France et en Allemagne », CFA, 1943, n° 3-5, p. 75-78.

71Une autre réflexion sur les mentalités différentes des deux peuples selon leurs pensées juridiques est signée Friedrich Grimm131, pour qui la clé de toutes les différences se trouve dans les deux principes juridiques opposés que sont pacta sunt servanda, en vigueur en France, et rebus sic stantibus, en vigueur en Allemagne : le premier exige le respect absolu des traités conclus tandis que le second ne les conçoit qu’en fonction des conditions historiques dans lesquelles ils ont été conclus – si celles-ci changent, le traité devient obsolète. De cette opposition découle effectivement tout : la « statique » française insistant sur le respect à la lettre des traités, même si leur valeur est périmée, d’un côté, et le « dynamisme » allemand concilié avec la « réalité », de l’autre. En clair : c’est une justification extraordinaire de l’irrespect des traités que l’Allemagne hitlérienne avait en effet prouvé sur la scène politique internationale jusqu’au début de la guerre de 1939 et au-delà. Mais au fond, prétend Grimm,

« […] la fidélité allemande aux traités va plus loin que la lettre. Elle a trouvé sa meilleure incarnation dans la fidélité des Nibelungen. Elle est fidélité et sacrifice de la personne toute entière à l’ami, au droit réel et à celui qui peut exiger la fidélité. La conception allemande de la fidélité aux traités a quelque chose du droit féodal. De même que le suivant est fidèle à son chef jusqu’au sacrifice total, l’ami et le camarade à l’ami et au camarade, l’Allemand tient la parole donnée si elle ne lui a pas été extorquée par chantage ou par ruse. » (p. 78.)

72En revanche, la « fidélité au paragraphe » typiquement française tiendrait au goût pour la forme ; l’opposition archétype entre extériorité et intériorité sert ici à ridiculiser la pensée juridique française (ou latine) comme esthétisme :

« C’est que le Français aime la forme. Pour l’amour d’une belle formule, il accepte même souvent une disposition qui lui est en réalité défavorable. […] Le Français n’aime pas seulement la forme juridique, il va jusqu’à la vénérer. S’il sauve la forme, il peut même essuyer des vérités très amères dans la controverse juridique et dans la lutte politique. » (p. 67 sq.)

Charlemagne et la question des origines

  • 132 À partir de l’édition de mars-avril 1942, la une des CFA portait l’effigie de Charlemagne comme em (...)

73Les commémorations des 1 200 ans de la naissance de Charlemagne132 et des 1 100 ans du traité de Verdun, qui avait entériné la division du royaume franc, furent des occasions bienvenues pour revenir longuement sur la question des origines des deux peuples, sous le mot d’ordre, se voulant conciliant, de l’éditorialiste des Cahiers franco-allemands :

  • 133 [N.N.], « Carolus Magnus », CFA, 1942, n° 3-4, p. 74, et [N.N.], « Kampfbasis Europa », CFA, 1943, (...)

« L’Allemagne livre toujours une lutte farouche aux pirates de la Mer du Nord et aux hordes des steppes tatares avec lesquelles l’Empereur Charles a également plus d’une fois croisé le fer. […] L’Europe ne sortira victorieuse de cet assaut des continents, que si elle surmonte les anciennes luttes fratricides133. »

  • 134 Krüger (Gerhard), « Comment voyons-nous aujourd’hui la position de Charlemagne dans l’histoire ? » (...)
  • 135 Déat (Marcel), « Karl der Große, Europa und wir », CFA, 1942, n° 3-4, p. 89-94.
  • 136 Borries (Kurt), « Die Staatsschöpfung Karls des Großen », DF, n° 2, 1942, p. 122-128.

74Nonobstant cette idéologie de « fraternité » et d’« unité », insérant Charlemagne, « le premier unificateur de l’Occident » (p. 73), dans la lignée des « trois grands chefs européens » (p. 76) (Charlemagne-Napoléon-Hitler), on n’hésita point à imposer le point de vue nationaliste allemand et nazi sur l’histoire des deux peuples. Ainsi, Gerhard Krüger (l’adversaire d’Epting dont nous avons déjà parlé) souligne que « l’attachement au sang et à la race était fort » chez Charlemagne, d’origine « purement allemande et franque », « homme si proche de la nature, débordant de vie physique » et « dans sa façon de vivre, profondément Germain134 », tandis qu’on accorde à Marcel Déat de présenter Charlemagne comme grand médiateur entre les races et cultures135. L’historien Kurt Borries, qui eut l’occasion d’en parler au public français lors d’une conférence pour le groupe Collaboration le 18 avril 1942136, admet aussi que Charlemagne était « le symbole de la réconciliation » (p. 122). Il insiste cependant sur l’explication de l’empire carolingien comme résultat d’une « direction de l’État consciemment germanique » (p. 124), tout comme le Saint-Empire était un « puissant État national allemand » et non pas « un État universel comme l’ancien empire romain » dont il « emprunta le nom et la tradition seulement pour la forme » (p. 123).

75Mais Borries met néanmoins en garde contre des interprétations ethnicistes trop osées quant à Charlemagne : « L’aspiration consciente vers un État national allemand, un fondement racial et une délimitation raciale de son empire lui étaient étrangers, comme à toute son époque. » (p. 125.) La différence par rapport aux historiens nazis réside dans la distinction entre « germanique » et « allemand » chez Borries qui prend ainsi ses distances par rapport aux thèses de Leo Weisgerber sur l’origine du mot deutsch, exposées dans la même édition de la revue Deutschland-Frankreich. Cela témoigne du « pluralisme » limité, admis à l’intérieur d’une logique néanmoins commune, consistant à propager l’idée de la « mission européenne » de Charlemagne, reprise par le Saint-Empire, couronnée par une suprématie politique et spirituelle que les autres peuples acceptèrent de leur plein gré « parce qu’elle correspondait à leur désir et à leur besoin » (loc. cit.). À l’Est, Charlemagne inaugura la grande « mission civilisatrice » caractérisée doublement par la christianisation des Slaves et par la colonisation de terres (prétendues) semi-désertes, destinées à accueillir l’excédent d’une (prétendue) surpopulation germanique à l’Ouest – les parallélismes avec la politique de l’« espace vital » d’Hitler ne pouvaient être plus nets !

  • 137 Weisgerber (Leo), « Theudisk. Der Name der europäischen Mitte », DF, n° 2, 1942, p. 39-46. Weisgeb (...)

76Le linguiste et celtologue Leo Weisgerber fut invité à présenter, dans la même édition de Deutschland-Frankreich, ses nouvelles découvertes en matière de recherche sur la patronymie du peuple allemand (* theudisk)137, qu’il traduit par « tribu, communauté de sang » (Blutsverband) (p. 40) ; elle identifierait, en rappelant ces « origines de sang », la population de souche germanique avec l’ethnie allemande en train de naître, car le nom des Francs avait perdu son contenu ethnique, « depuis qu’au viie siècle Franc [comme substantif, W.G.] et franc [comme adjectif, W.G.] ne signifiaient plus l’ancienne communauté tribale germanique, mais l’appartenance [staatliche Zugehörigkeit] au royaume franc occidental, linguistiquement mixte » (p. 41). Or, parler d’un « royaume franc occidental » pour le viie siècle relève évidemment d’un pur fantasme d’historien. Ironisant sur la théorie des « frontières naturelles », Weisgerber ne manque pas de signaler l’importance de la question pour l’ordre du jour :

« L’exception que constitue notre patronyme ethnique est l’expression immédiate du fait qu’avec le peuple allemand une nouvelle pensée a fait irruption dans l’histoire mondiale. Ce n’était plus un espace déterminé par des frontières naturelles qui incitait à rassembler ses habitants dans un État […] ; ce n’était pas la consécration d’une prédominance, par la puissance, d’une tribu singulière […]. C’était en fait un départ à partir d’une impulsion intérieure. L’ethnogenèse spirituelle précédait la réalisation historique. Ce que nous enseigne l’émergence du nom deutsch pour le viiie et le ixe siècle, c’est la même quête des “frontières naturelles intérieures” de notre peuple, qui meut les esprits allemands si puissamment encore mille ans plus tard. » (p. 46.)

  • 138 Hausmann, « “Aus dem Reich der seelischen Hungersnot”… », op. cit., p. 3 sq.
  • 139 Lerch (Eugen), Das Wort « Deutsch ». Sein Ursprung und seine Geschichte bis auf Goethe, Frankfurt (...)
  • 140 L’origine du mot était en fait la racine germanique signifiant « peuple », lingua theodisca signif (...)

77Les thèses de Weisgerber rencontrèrent cependant aussi une réfutation fondamentale dans le monde universitaire. En 1942, Eugen Lerch, romaniste destitué de sa chaire universitaire138, put publier un livre sur la question où il essayait de ramener le débat sur le terrain d’une analyse rigoureusement philologique139, dont il présenta également une synthèse exhaustive dans la revue Romanische Forschungen. Se gardant d’une polémique idéologique, il y prouve d’une façon irréprochable que theodiscus ne signifiait aucunement « allemand » (la langue allemande), mais « germanique » au sens large du terme (germanisch), ce qui est prouvé par son usage pour désigner également les parlers germaniques d’Angleterre et de Scandinavie140.

  • 141 Stieve (Friedrich), « Verdun. Onze cents ans d’histoire », CFA, 1943, n° 6-8, p. 129-139, ici p. 1 (...)
  • 142 Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144) p. 330.

78La précocité de l’ethnogenèse allemande selon Weisgerber et d’autres jouait un grand rôle dans le débat sur la division du royaume franc, lors du 1 100e anniversaire du traité de Verdun. On condamnait alors les « luttes fratricides » qui en furent la conséquence, tout en reconnaissant que la division de l’empire de Charlemagne, bien qu’il eût « incarné l’apogée de la lutte de quatre siècles des Germains pour réorganiser tout l’Occident141 », suivait une nécessité inébranlable, à savoir l’opposition ethnique germano-latine. L’honneur de présenter cette analyse historique échut à Friedrich Stieve, auteur déjà évoqué, fonctionnaire de l’Auswärtiges Amt et plutôt historien de fortune, mais membre de l’Académie des sciences de Berlin depuis 1942142. Puisque la division de l’empire carolingien avait donné naissance à l’État allemand, il fallait la légitimer, malgré l’opportunité du moment qui imposait la propagande de l’unité européenne et de la collaboration franco-allemande. Stieve eut en fait du mal à réconcilier les deux impératifs, louer « l’empire universel de l’empereur franc que nous avons pu qualifier de triomphe de l’organisation germanique de l’Europe » et justifier sa division suivant des frontières qui « n’étaient pas le fait du hasard d’une lutte passagère de succession, mais du commandement d’une loi dont l’influence devait s’affirmer de plus en plus » (p. 130 sq.). L’argument censé réconcilier ces deux impératifs est celui de la deuxième renovatio imperii (après celle de Charlemagne) par Othon le Grand qui rétablit l’« ordre européen » sous l’hégémonie allemande, étendue même à la Francie occidentale dont le roi « dut se faire confirmer son trône par le souverain allemand » (p. 132). Cette confusion volontaire entre empereur romain et roi allemand exprime une fois de plus l’accaparement nationaliste de l’historiographie, car ce n’était évidemment pas le souverain allemand qui confirma ce règne, mais le souverain d’un empire conduisant toute la chrétienté.

  • 143 Reproduit en facsimilé dans les CFA, 1943, n° 6-8, p. 140.
  • 144 Châteaubriant (Alphonse de), « Der Vertrag von Verdun einst und jetzt », CFA, 1943, n° 6-8, p. 141 (...)

79L’accaparement suprême de l’histoire se trouve dans l’idée de la « réunification de l’empire carolingien » par Hitler, commémorée par l’inscription sur une assiette en porcelaine de la Manufacture de Sèvres : Imperium Caroli Magni divisum per nepotes anno DCCCXLIII defendit Adolphus Hitler una cum omnibus Europae populis anno MCMXLIII – « L’empire de Charle­magne, partagé par ses héritiers en 843, a été défendu en 1943 par Adolf Hitler avec le concours de tous les peuples européens143 » – idée reprise par Alphonse de Châteaubriant appelant à reconstruire l’empire de Charlemagne en retrouvant « sous la puissance d’une idée de la communauté européenne, la nouvelle unité raciale de la germanité occidentale144 ».

Les classiques et l’esprit national

  • 145 Laugstien, Philosophieverhältnisse…, op. cit. (voir supra, p. 165), p. 199 (note n° 36).
  • 146 Voir par exemple Böhm (Franz), Anti-Cartesianismus – Deutsche Philosophie im Widerstand, Leipzig, (...)
  • 147 Lettre au professeur Metz, recteur de l’université de Fribourg, d’après Farias (Victor), Heidegger (...)
  • 148 Farias, ibid., p. 307-312 ; Laugstien, ibid., p. 169 sq. ; Martin (Bernd), « Martin Heidegger und (...)

80Un sujet favori de ces considérations franco-allemandes fut l’opposition entre le classicisme (français, de vocation universaliste) et le romantisme (allemand, exprimant le génie national). Le philosophe Franz Böhm, un disciple d’Ernst Krieck145, inaugura le quatrième numéro de Deutschland-Frankreich avec un article-manifeste contre le cartésianisme. C’était une retombée tardive du congrès international qui avait eu lieu à Paris en 1937 pour commémorer le tricentenaire du Discours de la méthode146. La délégation allemande ne comportait aucun philosophe de stature internationale, à part Nicolai Hartmann de Berlin, mais beaucoup de « penseurs » nazis. Heidegger, qui voulait d’abord participer pour contrecarrer l’« attaque consciente provenant de la conception dominante, libérale-démocratique, de la science147 », s’en retira finalement par orgueil blessé puisque ses collègues ne lui avaient pas confié la direction de la délégation, malgré le soutien du ministre Rust dont il bénéficiait148.

  • 149 Böhm (Franz), « Das cartesische Zeitalter und seine Überwindung », DF, n° 4, 1943, p. 1-31.

81Dans son article écrit pour Deutschland-Frankreich149, Böhm ne réfute pas a priori et de façon principale la pensée cartésienne, mais il lui ôte sa prétention à l’universalité en la limitant dans le temps et dans l’espace à la France absolutiste. La pensée cartésienne ne répondait selon lui qu’aux exigences idéologiques de l’absolutisme français puisque la France violait consciemment les droits historiques des peuples, il fallait légitimer son impérialisme par une idée de la civilisation et une philosophie prétendument universelle, supra-historique. (Le fait que le grand philosophe ait passé de longues périodes de sa vie en exil n’a apparemment pas perturbé le raisonnement de Böhm.) Si, sur le plan politique, l’œuvre de Descartes fut « une réponse à l’appel de son siècle » (p. 7), sur le plan philosophique, cependant, « le subjectivisme cartésien est la négation de l’historique en tant que tel, l’ignorance consciente et méthodiquement entraînée de l’existence historique de l’homme et de son accomplissement uniquement possible dans le temps » (p. 9). Le fondement philosophique de l’individualisme, dont le cartésianisme constitue l’apogée d’une longue tradition depuis l’antiquité, a créé un individu dont les aspirations élémentaires sont caractérisées par le besoin de sécurité, une attitude passive envers la vie, dont il est coupé d’ailleurs par un « aveuglement » (p. 15). Ses valeurs du déracinement ne pouvaient que provoquer l’antithèse en Allemagne, de Leibniz jusqu’à « la pensée révolutionnaire et prophétique de Friedrich Nietzsche » (p. 28), et même là où des philosophes allemands s’inspiraient du cartésianisme, dit Böhm, ils ne le faisaient « presque jamais sans objection » (p. 2). Il termine par un éloge de Nietzsche et de son « combat contre le dégénéré et l’inférieur » (p. 30), ainsi que par la référence à l’actualité politique de 1943 : « Dans ce combat, où nous sommes déjà pleinement entrés et qui sera peut-être le plus dur qui sera jamais mené pour l’âme de l’Occident, un nouveau pouvoir naîtra, ainsi qu’une nouvelle aristocratie, apte à porter et à assurer l’avenir. » (p. 30 sq.)

  • 150 Neubert (Fritz), « Schiller, Goethe und die französische Klassik », DF, n° 1, 1942, p. 48-64.
  • 151 Voir par exemple Neubert (Fritz), Die französische Klassik und Europa, Stuttgart, Kohlhammer, 1942 (...)

82Une constante de l’accaparement des Dichter et Denker allemands pour une vision nationaliste fut d’essayer de montrer qu’ils ont moins été influencés par la France qu’ils ne l’ont influencée à leur tour. C’est l’objectif de l’article « Schiller, Goethe et le classicisme français » du romaniste Fritz Neubert150, qui s’était distingué par un certain nombre de publications sur le classicisme et le romantisme dans les rapports culturels franco-allemands151 et qui présidait « l’action d’engagement des romanistes pour la guerre » depuis 1939. Cette révision historique était nécessaire, selon Neubert, car

« […] l’homme allemand tend à saisir toutes les valeurs, et donc les valeurs étrangères aussi, avec une objectivité s’appuyant sur un amour désintéressé de la vérité, et à les comprendre objectivement comme elles sont, sans les utiliser comme moyen à aucune fin. Cette objectivité a en effet mené plus d’une fois à une surestimation des valeurs étrangères et à une sous-estimation de nos propres valeurs et il fallait la forte conscience nationale de certains Allemands pour qu’on se soit rappelé la dignité nationale et qu’on ait ouvert un combat de libération contre la tyrannie étrangère également sur le plan spirituel. […] Il est frappant de voir comment dans chaque pays plus ou moins vite un contre-mouvement s’est créé contre le classicisme français – à partir des tendances de pure sauvegarde de l’identité nationale, mais aussi d’une adversité purement esthétique, derrière laquelle se cachent, au-delà d’une défense nationale, des forces générales de défense humaine. » (p. 49.)

83Le fait que cette opposition se manifestât même en France révélerait qu’il s’agissait d’un combat au niveau de l’être humain et que ces questions d’esthétique se posaient probablement sur « un fond racial » qui serait pourtant difficile à reconnaître, dit Neubert de façon diplomatique (p. 50), en ajoutant que l’opposition au classicisme français se montrait aussi en Espagne et en Italie. C’est une prise de distance par rapport au racialisme et une vision idéologique étroite des choses. La réception du classicisme français en Allemagne au xviiie siècle n’aurait pas été d’emblée « antinationale ». On cherchait d’abord seulement des formes pour endiguer l’art démesuré du baroque, mais cela avait mené beaucoup trop loin, de sorte que Lessing se voyait contraint de créer un « théâtre vraiment allemand » et de se mettre à la tête d’un mouvement anti-parisien (« los von Paris », p. 50). Or, « Schiller resta jusqu’à la fin dans un combat avec l’esprit français », tandis que « Goethe arrivait plutôt à adopter une attitude de tranquillité et de supériorité sereine face à la poésie française, mais cela non plus sans efforts, ni sans combats » (p. 51). Goethe est devenu « allemand » en France, plus exactement à Strasbourg, où l’opposition entre les deux cultures se révélait comme nulle part ailleurs.

« Ainsi, nous reconnaissons chez Goethe le spectacle intéressant d’une rupture radicale avec toute la francité à laquelle il était profondément voué jusque-là, une confrontation avec la littérature et l’art français, qui est de toute évidence aussi un cri d’indignation de la conscience allemande contre la prétention présomptueuse d’une primauté française. » (p. 53.)

84Le Sturm und Drang était né. Contrairement à Goethe, Schiller garda plus longtemps la forme classique, mais en exprimant à travers elle un esprit allemand : il n’a pas décrit la tragédie humaine « à la lumière éclatante d’une Raison dominant tout » mais « donné une expression émouvante à la dépendance authentiquement germanique des puissances au-dessus de nous, montré le démoniaque dans l’homme comme Goethe l’a fait à son tour » (p. 56). À la différence de Goethe, pour Schiller le conflit entre l’esprit et la nature relevait de l’être humain, mais la suprématie de l’esprit trouvait ses limites dans l’harmonie entre le devoir et la passion. Dans ce conflit

« […] la pulsion primordiale de l’homme allemand, la pulsion de la liberté, est représentée dramatiquement, à la différence totale des Français, comme un combat avec le devoir. C’est ainsi, somme toute, qu’il a dépassé la manière française, vers laquelle il se sentait attiré malgré une résistance intérieure incessante, et qu’il a éprouvé et fortifié sa germanité justement dans le combat avec l’art étranger afin de nous en faire cadeau pour l’éternelle imitation. » (Loc. cit.)

85Après le Sturm und Drang, Goethe retrouva la forme classique, mais dans son fond ancien, et non plus comme imitation de l’imitation ; le fait de dégager le classicisme de son appropriation par l’esprit français permit à Goethe d’adopter désormais tel ou tel élément étranger, français aussi, en l’adaptant à sa guise, sans s’abandonner à lui. C’est en tenant compte de cela qu’il faudrait juger, selon Neubert, le verdict goethéen contre le romantisme « malade » dans son entretien avec Eckermann en 1829.

86Dans cette attitude de supériorité se trouve aussi le modèle des relations culturelles entre la France et l’Allemagne en général, conclut Neubert :

« Nous avons toujours le droit d’examiner, d’utiliser, de garder toutes les valeurs, que le peuple voisin peut nous offrir, avec la vieille objectivité allemande et l’ouverture amicale et à la fois critique pour tout ce qui est bon et beau. Car, comme l’histoire des relations spirituelles et politiques entre nous et la France depuis des siècles le prouve, c’est justement le contact et la confrontation avec la manière étrangère qui a contribué à façonner notre manière allemande d’une façon assurée et lumineuse à partir de son sein maternel et à la développer jusqu’à son accomplissement final. » (p. 66.)

  • 152 Laubreaux (Alain), « Hegel und die Franzosen », DF, n° 7, 1944, p. 92-98.

87C’est une plaidoirie en faveur d’un « collaborationnisme » culturel à la Epting, sous-entendant que la France devait changer, tandis que l’Allemagne, comme Neubert le souligne très clairement, ne devait se laisser influencer par la France qu’à condition qu’elle, l’Allemagne, s’en enrichisse sans changer de nature – alors qu’un collaborateur français de Deutschland-Frankreich accuse dans un autre article les Français d’avoir intégré la philosophie de Hegel dans leur système de pensée, c’est-à-dire de l’avoir déformée152. Mais l’appel de Neubert à la collaboration se dirigeait aussi, il ne faut pas l’oublier, contre ceux parmi les nazis qui s’opposaient complètement à tout échange avec l’étranger, et surtout à celui avec la France.

  • 153 Wilhelm (Julius), « Nietzsches Bild von Wesen und Entwicklung der französischen Literatur », DF, n (...)
  • 154 Cité par Wilhelm, ibid., p. 39.

88C’est selon ce schéma que Julius Wilhelm explique Nietzsche et sa réception de la littérature française153. Si Nietzsche empruntait à la pensée française, c’était pour en assimiler le bon et rejeter le mauvais, dit l’auteur, son but profond étant « d’aider à fonder une culture allemande vraie et conforme à la race » (p. 28). Ce n’est qu’en fonction de ce but qu’il critiquait par exemple Wagner (dont il faisait par ailleurs l’éloge), ainsi que d’autres Dichter et Denker, en se référant aux Français. La littérature française fut rejetée parce qu’elle est rationaliste, enseignant « comment combattre et vaincre les émotions par l’esprit » (p. 27). En Descartes, dit Wilhelm, Nietzsche condamnait le philosophe, mais louait un des fondateurs du classicisme français, et il se sentait très proche des moralistes des xviie et xviiie siècles. Il condamnait Rousseau – après certaines hésitations – comme un fanatique de la vertu et il admirait le héros en Napoléon, « une synthèse entre homme et surhomme, une anticipation de son propre idéal d’avenir du bon Européen » (p. 37, souligné par l’auteur). La position critique du jeune Nietzsche avait cédé lentement, et surtout après 1872, à une réception de plus en plus intense de la pensée française, « culminant, pendant les dernières années de son activité, dans une francophilie crispée, exagérée de façon malsaine » (p. 32). S’il avait critiqué le manque de culture en Allemagne, tout en éprouvant un « désir ardent d’une future culture allemande » (p. 33), il s’abandonna enfin à la France où il voulait être lu et compris. Pis, ce qu’il critiquait en Hugo, Renan et les autres romantiques attardés, c’était d’imiter les Allemands ! Mais il voyait s’opposer une France comme puissance de l’esprit à une Allemagne comme puissance politique. Wilhelm parle longuement de cet « égarement », qu’il ne condamne que d’une façon très modérée. Nietzsche est « sauvé » pour la récupération par les nazis, grâce au fait que sa francophilie exagérée précédait directement sa folie : « Dans une lettre à Strindberg, écrite peu avant le déclenchement de la folie », remarque Wilhelm, Nietzsche dit : « “Il n’y a pas d’autre culture que la française, il n’y a aucune objection en elle, mais elle est la raison elle-même.”154 »

  • 155 Spenlé (Jean-Edouard), « Nietzsche à Nice », DF, n° 3, 1943, p. 125-132.

89Dans un autre article, précédant celui de Wilhelm, le germaniste français Jean Édouard Spenlé, recteur de l’université de Dijon, a relativisé la francophilie de Nietzsche derrière l’opposition méridional/septentrional chez le philosophe, dont il minimise la critique du Nord en l’insérant dans une tradition de voyages en Italie depuis Goethe. La période niçoise se trouve alors rattachée à cette passion du Midi à laquelle on pouvait donner son placet du point de vue nationaliste allemand tant qu’elle concernait l’Italie. Si Nietzsche y lisait alors Stendhal, c’était en relation avec l’admiration qu’il partageait avec lui pour le Corse précurseur du « bon Européen » (selon la formule de Wilhelm), d’un côté, et pour l’Italie, de l’autre155.

90*

  • 156 Michels, ibid., p. 74.

91L’image de la France ainsi présentée à un public français était largement imprégnée par l’objectif de la collaboration intellectuelle et politique, telle qu’Abetz et Epting l’entendaient, c’est-à-dire sur la base d’un accord idéologique qui permette au partenaire français de « sauver son identité » dans un cadre qui lui donnerait l’illusion d’être accepté sur un pied d’égalité (ou presque), selon un dialogue qui restait pourtant « asymétrique », selon la belle formule de Michels156.

  • 157 Voir les articles de trois auteurs français et un auteur allemand : Geydan de Roussel (William), « (...)

92Du côté allemand, on espérait offrir quelque chose aux Français « de bonne volonté » dont ceux-ci éprouveraient un vrai besoin après tout ce qui était arrivé : la civilisation française, n’avait-elle pas mené au désastre, la Kultur allemande ne s’est-elle pas avérée comme la plus forte ? Après avoir étudié le système de la propagande culturelle française, Epting & Cie croyaient sans doute pouvoir renverser les rapports, en remplissant le vide moral, qu’ils voyaient chez un être vaincu et déchu, avec une nourriture « spirituelle » différente. Soucieux de laisser une certaine liberté d’expression aux auteurs français, non seulement, d’ailleurs, pour qu’ils puissent exprimer leur identité française, mais aussi pour les laisser faire la basse besogne idéologique en matière de « raciologie »157, et, de maintenir un certain niveau intellectuel pour les auteurs allemands, Epting poursuivit ainsi sa double stratégie qu’il avait adoptée avant 1939, au point de promouvoir à la fois Les Falaises de marbre et Les beaux draps !

Notes

1 Epting (Karl), Generation der Mitte, Bonn, Scheur, 1953.

2 Michels, Das Deutsche Institut in Paris 1940-1944, op. cit. (voir supra, p. 8), p. 22.

3 Voir Laitenberger (Volkhard), Akademischer Austausch und auswärtige Kulturpolitik – Der Deutsche Akademische Austauschdienst (DAAD) 1923-1945, Göttingen/Frankfurt/Zürich, Musterschmidt, 1976, p. 73 sqq., et Meyer-Kalkus (Reinhart), Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (1925-1992), Bonn, 1994, DAAD (Forum 16), p. 53 sqq.

4 Comme Meyer-Kalkus le met en avant, ibid., p. 68, en se référant à Laitenberger (Volkhard), « Theorie und Praxis der “kulturellen Bewegung zwischen den Nationen” in der deutschen auswärtigen Kulturpolitik der 30er Jahre », Zeitschrift für Kulturaustausch 31, 1981, p. 196-206.

5 Epting, Generation der Mitte, op. cit., p. 133.

6 Michels, ibid., p. 20 sq.

7 Epting, op. cit., p. 181, 184, 187, 191.

8 On ne peut que s’étonner du fait qu’un chercheur si méticuleux comme Eckard Michels voie dans l’adhésion d’Epting au NSDAP avant tout un acte d’opportunisme pour faire carrière (Michels, ibid., p. 21). S’il y avait une part d’opportunisme au début, la vraie conviction l’a vite remplacée.

9 Rappelons qu’à l’époque, il ne restait plus du traité de Versailles que les dispositions concernant la révision des frontières, la démilitarisation de la Rhénanie et la limitation des forces militaires.

10 Epting, op. cit., p. 194, 156, 180.

11 Schwabe (Matthias), « Zum Frankreichbild unserer Generation », Die Tat, 1938, n° 7, p. 478 sq.

12 Epting, Generation der Mitte, op. cit., p. 173, 216. La mise entre guillemets de « Kollaboration » ne signale ici pas une relativisation de cette notion, mais l’emprunt du terme à la langue française.

13 Op. cit., p. 215.

14 Abetz (Otto), D’une prison, Paris, Amiot-Dumont, 1949, p. 58.

15 Michels, ibid., p. 102 sqq. ; Abetz, Mémoires…, op. cit. (voir supra, p. 60), chap. XX.

16 Sur Krüger voir Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144), p. 222 et ailleurs.

17 Michels, ibid., p. 111 sq.

18 Laitenberger, Akademischer Austausch, op. cit., p. 54, 245 ; Michels, ibid., p. 105.

19 Michels, ibid., p. 114 sq.

20 Laitenberger, op. cit., p. 166.

21 Abkommen zwischen der Auslandsorganisation der NSDAP und der Deutschen Akademie, München, 04-12-1941, BA Kobl. (= Bundesarchiv Koblenz), R 51/59.

22 Michels, ibid., p. 193.

23 DI Paris, Berichte über deutsche Sprachlehrer, 22-04-1941, BA Kobl., R 51/56.

24 Michels, ibid., p. 193, avec mention de la source : PA AA (= Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes), DBP (= Deutsche Botschaft Paris), 1210, malheureusement sans mention d’une date.

25 Michels, ibid., p. 196.

26 En 1942 il publia un livre sur l’économie de la France de Vichy dont nous parlerons plus loin.

27 Dr. Wilhelm Grotkopp, Abend in der Zelle 2, BA Kobl., NS 9/vol. 35, f° 170239, sans date (probablement fin mars 1943).

28 Procès-verbal de la réunion où Grotkopp s’explique dans la troisième personne, doc. cit.

29 Doc. cit., f° 170240.

30 D’après Michels, ibid., p. 197.

31 Bremer (Karl Heinz), « Ein Jahr deutsches Institut », Deutschland-Frankreich, n° 1, 1942, p. 123.

32 Je l’ai entreprise de façon très détaillée dans ma thèse : L’image de la France dans l’Allemagne hitlérienne et pendant l’après-guerre immédiat, univ. de Nantes, 1996, Lille, Centre de réproduction des thèses, 1997 (microfiches).

33 Frei (Norbert)/Schmitz (Johannes), Journalismus im Dritten Reich, München, C. H. Beck, 1989, p. 53.

34 Sternberger fut notamment directeur de la revue Die Wandlung, fondée en 1945, où paraissait la célèbre série d’articles Aus dem Wörterbuch des Unmenschen, repris plus tard sous forme de livre.

35 [N.N.], « Die Hypnose weicht… », Der Ruf, n° 10, t. 2, 15-05-1947, p. 1. L’auteur, resté anonyme, est probablement Hans Werner Richter.

36 Extrait du compte rendu de la conférence de Sternberger à Bordeaux, le 04-11-1941, dans Paris-Soir, édition de Bordeaux, probablement du 5 novembre. D’après la coupure de l’article conservée aux archives (BA Kobl., R 51/404). Il s’agit d’une citation directe des propos de Sternberger, tel que le journal les a rendus. Les citations étendues laissent supposer que le texte de la conférence fut confié aux journalistes, comme c’était en effet l’usage. Rappelons que Paris-Soir était un quotidien sous contrôle allemand direct.

37 Nous n’avons pas d’informations sur la période précédente, voir DI (= Deutsches Institut) Paris, Bibliotheks-Statistik Juli 1942, PA AA, DBP (= Deutsche Botschaft Paris) 1112a/47 Kult 11 Nr. 4/DI, Paris, Arbeitsbericht Mai 1942 – Juli 1943, Anlage 1 : Bibliothek, BA Kobl. R 51/93.

38 On peut constater notamment une chute considérable entre les prêts de juin 1942 (National-sozialismus : 52, Natur- und Rassenkunde : 26, Judentum : 26) et les prêts depuis la rentrée de 1942-1943 (respectivement autour de 25/8/4).

39 DI Paris, [Die Aufgabe der Bibliothek des Deutschen Instituts], [date de réception : 18-05-1942], PA AA, DBP, 1112a, Kult 11, n° 4. Pièce détachée d’un rapport plus exhaustif.

40 Loiseaux (Gérard), La littérature de la défaite et de la collaboration, d’après Phönix oder Asche ? (Phénix ou cendres ?) de Bernhard Payr, Paris, Publications de la Sorbonne, université de Paris-I, 1984, p. 61 sq. (réédité en 1995 chez Fayard). Voir aussi les souvenirs de Gerhard Heller, op. cit. (voir supra, p. 105), qu’il faut évidemment lire avec précaution.

41 Abetz dans un télégramme envoyé à Berlin, DBP, Telegramm, n° 228, 17-07-1940, PA AA, Staatssekretär, Frankreich, Bd. 2, f° 139. Sur la question, voir aussi Handourtzel (Rémy), Buffet (Cyril), La collaboration… – à gauche aussi, Paris, Perrin, 1989. Narinski (Mikhaïl), « Le Komintern et le Parti Communiste Français 1939-1941 », Communisme, 1993, n° 32-34, p. 11-40.

42 Joseph (Gilbert), Une si douce occupation – Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris, A. Michel, 1991.

43 C’était notamment le cas de François Mauriac, cf. Hebey (Pierre), La Nouvelle Revue Française des années sombres 1940-1941, Paris, Gallimard, 1992, p. 24.

44 Lettre à Marcel Jouhandeau, janvier 1945, in Jean Paulhan : Choix de lettres, t. II : 1937-1945, Paris, Gallimard, 1992, p. 402.

45 Otto Abetz, D’une prison, op. cit., p. 55.

46 Burrin, ibid., p. 332.

47 L’origine de toutes ces listes Bernhard, Otto et Matthias n’est pas à cent pour cent élucidée. On admet habituellement que la Liste Otto fut baptisé de ce prénom parce qu’elle fut établie sous la direction d’Otto Abetz ; ainsi, E. Michels a sans doute raison d’établir un lien de parenté entre la Liste Matthias et le pseudonyme de Karl Epting (Matthias Schwabe). Seule, le nom de la Liste Bernhard n’a pas encore trouvé d’explication, et ce, malgré le fait que G. Loiseaux a travaillé de façon intense sur le rôle que jouait Berhard Payr dans ce contexte ; en fait, l’auteur de Phönix oder Asche ? était le meilleur connaisseur de la littérature française parmi les fonctionnaires nazis, ensemble avec Abetz et Epting. En août 1940, Payr est allé à Paris pour assister à une première action de confiscation de livres. C’est dans ce cadre-là que la Liste Bernhard fut établie, disponible le 21 août, mais rendue publique le 27 seulement, et nous pouvons donc supposer qu’elle doit son nom également à son auteur : Bernhard Payr.

48 Déposition de Heller, le 25 août 1948, d’après Abetz, D’une prison, op. cit., p. 55.

49 Epting dans une interview donnée à Brasillach pour Je suis partout, en octobre 1941, d’après Thalmann, ibid., p. 207 sq.

50 Voir par exemple sa dénonciation de la « science » (au sens le plus général du terme) en France dans un article publié sous pseudonyme dans l’organe du DAAD : Langmuth (Friedrich), « Politische Wissenschaft in Frankreich », Geist der Zeit, 1938, n° 9, p. 577-590.

51 Sur l’avis personnel d’Epting, Paul Langevin fut emprisonné « pour l’exemple ». Sur ce sujet voir Thalmann, ibid., surtout p. 101 sqq., et Michels, ibid., p. 134 sqq.

52 Cf. Michels, ibid., p. 219 sqq., 230.

53 Plus une dizaine de titres concernant l’histoire de l’art et de la littérature, ainsi que 40 en géographie/histoire, 25 en théologie/philosophie, 9 en sciences/médecine, 41 en droit/sciences politiques et 22 en statistique/sciences économiques. Dépouillement par moi à partir de l’inventaire des traductions établi par Epting et complété après sa mort par L. Bihl, cf. Bihl (Liselotte)/Epting (Karl), Bibliographie französischer Übersetzungen aus dem Deutschen 1487-1944/Bibliographie de traductions françaises d’auteurs de langue allemande, in Verbindung mit Karl Wais herausgegeben von der Universitätsbibliothek Tübingen, 2 Bände, Tübingen, Niemeyer, 1987.

54 Cf. H.W., « Bemerkungen zu einem Übersetzungskatalog », Deutschland-Frankreich, n° 6, 1943, p. 110.

55 Goethe : 21 titres, les frères Grimm : 11, Hölderlin : 6, E. T. A. Hoffmann : 9, Rilke : 7, Schiller : 7.

56 De ces auteurs, la moitié étaient connus en France dès avant 1940, avec 9 titres, par rapport aux 24 ouvrages traduits entre 1940 et 1944. Quelques repères concernant les auteurs mentionnés : W. Beumelburg, H. F. Blunck, B. Brehm et K. A. Schenzinger sont repertoriés dans : Hille sheim/Michael, ibid., (voir supra, p. 194). R. Binding est mort en 1938 ; grâce à son « conservatisme distingué » il était devenu « l’auteur préféré de la bourgoisie allemande » (Loewy) lorsqu’il adhéra aux idées du NS et devint vice-président de l’Académie littéraire (Deutsche Akademie der Dichtung) en 1933 ; il s’opposa néanmoins à l’antisémitisme du IIIe Reich. Cf. Loewy (Ernst), Literatur unterm Hakenkreuz – Das Dritte Reich und seine Dichtung. Eine Dokumentation, Frankfurt a.M., Athenäum, 1990, p. 306. Ina Seidel n’est pas répertoriée comme auteur nazi par Hillesheim/Michael, mais Loewy met en exergue ses poèmes faisant l’éloge du Führer, cf. Loewy, ibid., p. 322.

57 Grandeur de Corneille et de son temps (1943) et Philippe II ou Pouvoir et religion (1943).

58 Cf. Schwabe, Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, op. cit., (voir supra, p. 177).

59 Cf. Michels, ibid., p. 222.

60 Ibid., p. 224.

61 Liste envoyée à l’Auswärtiges Amt, cf. DBP, Aufstellung bekannter Persönlichkeiten, 14-12-1942, PA AA, DBP, 1136a.

62 Epting (Karl), « Louis-Ferdinand Céline », Deutschland-Frankreich, n° 2, 1942, p. 54. Repris, avec d’autres articles, dans Epting (Karl), Frankreich im Widerspruch, Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1943.

63 Cocteau (Jean), Journal 1942-1945, Paris, Gallimard, 1989, note du 12-03-1942.

64 On ne peut s’empêcher de penser que Jünger s’est inspiré de l’article d’Epting pour le choix de ce « pseudonyme ».

65 Les Epistolae obscurorum hominorum étaient des lettres polémiques feignant provenir des adversaires de l’humaniste Johannes Reuchlin, mais en vérité écrites par ses amis, rédigées dans un mauvais latin, et persiflant le discours scholastique en une satire. – Ces comparaisons de Céline avec des auteurs de la Renaissance, Epting ne les a pas inventées : en 1938, Léon Daudet comparait Céline avec Fischart et Ulrich von Hutten, avoue-t-il (Epting, op. cit., p. 51). Ce qu’il ne dit pas, c’est que Daudet avait également écrit, dans Candide, que « Le voyage au bout de la nuit serait aussi difficile à traduire que Pantagruel dont il descendrait directement. » D’après Combelle (Lucien), « Über Louis-Ferdinand Céline », Cahiers franco-allemands, 1942, n° 1, p. 26. L’article de Combelle sur Céline est beaucoup plus retenu que celui d’Epting.

66 Michels, ibid., p. 128.

67 Voir Goldhagen (Daniel Jonah), Les bourreaux volontaires de Hitler. Les Allemands ordinaires et l’holocauste, Paris, Seuil, 1997, chap. 15.

68 « Le Juif est comme possédé par la conscience d’“être Juif”. Il pense à chaque instant qu’il est “autre”, qu’il n’a rien de commun avec les êtres qui l’entourent. […] Il porte un stigmate dont il ne peut se défaire et qui le trahit toujours, en quelque lieu qu’il se cache. » Epting (Karl), Réflexions d’un vaincu. Au Cherche-Midi, à l’heure française…, Bourg (Ain), éd. E.T.L., p. 153 (20-09-1948).

69 Voir les notes du 15-12-1947 (p. 78) et du 15-03-1948 (p. 105).

70 Payr (Bernhard), Phönix oder Asche ? Frankreichs geistiges Ringen nach dem Zusammenbruch, Dortmund, Volkschaft-Verlag, 1942, p. 137, cit. d’après la traduction française Phénix ou cendres ? La lutte intellectuelle de la France après son effondrement dans Loiseaux, ibid. (voir supra, p. 248), p. 167. Sur le « cas Céline », voir aussi Betz (Albrecht), « Céline im Dritten Reich », in Bock/Meyer-Kalkus/Trebitsch, op. cit., p. 715-727.

71 La copie que j’ai pu consulter ne porte pas de mention d’auteur, ni de date, d’ailleurs, mais d’après le contenu il ne peut s’agir que du chargé des affaires culturelles (Kulturreferent) de l’ambassade. Cf. Bericht über die gesamte kulturpolitische und auslandsinformative Lage in Frankreich, PA AA, DBP, 1136a (25 pages). [Été 1943.] Sur Epting et Gerlach, voir Michels, ibid., p. 115.

72 Cf. Michels, ibid., p. 141 sqq.

73 Voir l’article publié sous pseudonyme : Schwabe (Matthias), « Frankreich und der Katholizismus », Geist der Zeit, mai 1938, p. 317-330.

74 Citation de Benoist-Méchin traduite en allemand dans Buesche (Albert), « Breker-Ausstellung in Paris », Deutschland-Frankreich, 1943, n° 3, p. 139.

75 Burrin, ibid., p. 351 ; cf. aussi Wilson (Sarah), « Kollaboration in den schönen Künsten 1940-1944 », in Hirschfeld/Marsh, ibid. (voir supra, p. 8), p. 139-160 ; Böhmer (Ursula), « Jean Cocteau et l’affaire Breker », et Petsch (Joachim), « Kultur- und Kunstpolitik des “Dritten Reiches” im besetzten Frankreich von 1940-1944 am Beispiel Arno Brekers », in Drost/Leroy et al., op. cit. (voir supra, p. 8), p. 122-133 et p. 134-142 ; Richard (Lionel), Le nazisme et la culture, Bruxelles, Complexe, 1988, p. 204 sqq.

76 Abetz, Telegr. n° 2452, 11-06-1942, PA AA, Staatssekretär, Frankreich, f° 217186.

77 DI Besançon, Arbeitsbericht 1.1. – 28.2.1943 (03-03-1943)/Bericht über Vortrag von Bolongaro-Crevenna am 2.3.1943, BA Kobl., R 51/107.

78 DI Bordeaux, 10. Bericht, 25.2.1942, BA Kobl., R 51/110.

79 Cf. DI Tours, Bericht über die Zeit vom 1.7.-31.8.1942 (11-09-1942). BA Kobl., R 51/211.

80 DI Paris, Jahresbericht 1942 Dr. Hoffmeister [reçu le 07-12-1942], BA Kobl., R 51/170.

81 DI Poitiers, Bericht November-Dezember 1942, BA Kobl., R 51/175.

82 DI Poitiers, Bericht Mai/Juni 1943, 15-07-1943, arch. cit.

83 Cf. DI Besançon, Arbeitsbericht 1.10.1942 – 31.12.1942, 10-01-1943, BA Kobl., R 51/107.

84 DI Tours, Bericht über die Zeit vom 1.7.-31.8.1942 (11-09-1942). BA Kobl., R 51/211.

85 DI Tours, Bericht 1. Mai – 30. Juni 1942 (25-06-1942), arch. cit.

86 DI Tours, Bericht 1.11. – 31.12.1941 (6.1.1942), arch. cit. * L’adjectif « supra-ethnique » (übervölkisch) est une tentative de traduire « international » vers une conception plus ethniciste.

87 DI Nantes, Bericht März-April 1942 (2-05-1942), BA Kobl., R 51/159

88 DI Nantes, Bericht November-Dezember 1941 (21-12-1941), arch. cit.

89 DI Tours, Bericht 1.1.1943 – 28.2.1943, BA Kobl., R 51/211.

90 Probablement identique avec la personne du même nom qui fit carrière après 1945 au sein de la CDU et à la tête des institutions culturelles du Schleswig-Holstein : * 1908 à Kiel, docteur èslettres, professeur (Studienrat) de français, d’anglais et d’allemand après 1945, député au Landtag depuis 1950. (Deutsches Biographisches Archiv. Neue Folge).

91 DI Bordeaux, Schwinkowski an Epting, 13-03-1941, BA Kobl., R 51/110.

92 Cf. DI Bordeaux, 3. Bericht, 11.3.1941, arch. cit.

93 D’abord lecteur à Paris ; nous l’avons déjà rencontré comme auteur d’un fascicule de la collection d’Epting « La France contre la Civilisation », voir supra, p. 111 sqq.

94 DI Marseille, Brief an die Mittelstelle Frankreich, 27-07-1943, BA Kobl., R 51/159.

95 Lektorat Nizza, 8. Monatsbericht, 1.6.1942, BA Kobl., R 51/161.

96 Lektorat Nizza, Monatsbericht N°3, 1.3.1942, arch. cit.

97 Lektorat Nizza, Monatsbericht N°3, 15.1.1942, arch. cit.

98 Lektorat Nizza, 4. Monatsbericht, 1.2.1942, arch. cit.

99 Cf. Michels, ibid., p. 168.

100 DI Nantes, Bericht März-April 1942 (2-05-1942), BA Kobl., R 51/159 ; DI Dijon, Bericht November-Dezember 1942 (17-01-1943), BA Kobl., R 51/170.

101 Deutsches Institut (Klee) an Deutsche Akademie (Nitzschke), 03-02-1943, BA Kobl., R 51/170.

102 DI Paris, Arbeitsbereich Dr. Marlene Fleischhauer, 19-11-1942, arch. cit.

103 Sur les activités de Bran, cf. Unteutsch (Barbara), « Dr. Friedrich Bran – Mittler in Abetz’ Schatten », in Bock/Meyer-Kalkus/Trebitsch, op. cit., p. 87-105.

104 La rédaction parisienne des CFA fut dirigée par Georg Rabuse à l’Institut allemand, puis par Gerhard Heller, qui était passé de la Propaganda-Abteilung à l’ambassade en juillet 1942, après la fusion des activités de la propagande culturelle. (Cf. Michels, ibid., p. 121 ; Gerhard Heller : Aufzeichnung für Herrn GK Knothe, 05-08-1943, PA AA, DBP, 1115a.) Le véritable fonctionnement des CFA après 1940 n’est malheureusement analysé ni par B. Unteutsch, ni par E.Michels.

105 Voir la réponse d’Abetz à la demande d’explication de la part du chef de la presse allemande, concernant le statut des CFA : « Depuis le début de la guerre, ils sont imprimés à Berlin, à ma demande explicite, mais ne sont plus distribués aux membres de la Société franco-allemande, ni à d’autres intéressés allemands, pour motif de pénurie de papier. La distribution à des lecteurs étrangers est assurée en France par le Groupe Collaboration, en Allemagne par la direction de la Société franco-allemande, toujours existante de façon inofficielle, en coopération avec les organes responsables du DAF [= Deutsche Arbeitsfront], pour les travailleurs français en Allemagne, ainsi qu’en coopération avec l’OKW, pour les prisonniers de guerre français et pour la Légion française contre le bolchevisme. » Abetz, Brief an Pg. Rienhardt, Stabsleiter des Reichsleiters für die Presse, 28-10-1941, Nr. 8779/41, PA AA, DBP 1274. Voir aussi Michels, ibid., p. 76.

106 Epting (Karl), « Karl Heinz Bremer zum Gedächtnis », Deutschland-Frankreich [= DF], n° 3, 1943, p. 1-8.

107 Lettre d’Epting à l’Auswärtiges Amt du 14-11-1940, d’après Michels, ibid., p. 240.

108 Abetz (Otto), « “Zwei Wege der Entfaltung…” », DF, n° 1, 1942, p. 1-2.

109 Epting (Karl), « France-Allemagne », DF, n° 1, 1942, p. 8-13. Texte présenté en version bilingue.

110 Schwabe, « Zum Frankreichbild unserer Generation », op. cit. (voir supra, p. 239), p. 478.

111 Chardonne (Jacques), « Les divinités sociales », DF, n° 4, 1943, p. 36.

112 de Montherlant (Henry), « In memoriam Karl Heinz Bremer », DF, n° 3, 1942, p. 5-8.

113 Bremer (Karl Heinz), « Kaisertum und Sozialismus in Frankreich », DF, n° 3, 1943, p. 9-27.

114 Voir Sternhell, La droite révolutionnaire, op. cit., et Sternhell (Zeev)/Sznajder (Mario)/Ashéri (Maia), Naissance de l’idéologie fasciste, Paris, Fayard, 1989, Gallimard, 21994.

115 Déat (Marcel), « Révolution française et Révolution allemande », DF, n° 7, 1944, p. 1-26, ici p. 15.

116 Fabre-Luce (Alfred), « Neue Einsichten in die französische Geschichte », CFA, 1942, n° 10-12, p. 321-325, ici p. 323.

117 Bouhler (Philipp), Napoléon : la carrière fulgurante d’un génie [Napoleon – Kometenpfad eines Genies, 1942], Paris, Grasset, 1942. C’était un des livres préférés d’Hitler. Bouhler jouait un rôle important, mais sous-estimé par rapport à celui de Hess, puis de Bormann ; cf. Wistrich, ibid., p. 37.

118 Sieburg (Friedrich), « Die Sprache als Schicksal », DF, n° 1, 1942, p. 14-19.

119 Voir la synthèse de ces idées, précedant une analyse philologique de la naissance des langues romanes : Meier (Harri), « Über das Verhältnis der romanischen Sprachen zum Lateinischen », Romanische Sprachen, 1940, n° 2, p. 165-201 ; voir surtout p. 165-171.

120 Selon Krause, ibid. (voir supra, p. 14), p. 172, ou Taureck, ibid. (voir supra, p. 26), p. 229 et 248.

121 Krause, ibid., p. 156, se référant aux souvenirs de Günter Gillessen, Auf verlorenem Posten. Die Frankfurter Zeitung im Dritten Reich, Berlin 1986, p. 411 sq.

122 Abetz, Mémoires…, op. cit. (voir supra, p. 60), p. 138.

123 Cf. Taureck, ibid., p. 229 et 247.

124 Amouroux (Henri), Les beaux jours de collabos. Juin 1941-juin 1942, Paris, R. Laffont, 1978, p. 453, et Taureck, ibid., p. 239.

125 Taureck, ibid., p. 249. Aspect occulté par T. Krause prétendant que les articles de Sieburg étaient « sans substance », Krause, ibid., p. 161.

126 Botschaft Rom, Telegramm, n° 3211, 9-12-1941, PA AA, Staatssekretär, Frankreich, f° 214 131.

127 Cit. d’après Betz, Exil et engagement…, op. cit. (voir supra, p. 35), p. 58. Nous n’avons pas pu consulter le texte original : Sieburg (Friedrich), La France d’hier et de demain, Paris, Grasset, 1941. Voir aussi : Schonauer (Franz), Deutsche Literatur im Dritten Reich. Versuch einer Darstellung in polemisch-didaktischer Absicht, Olten & Freiburg/Br., Walter, 1961, p. 59-60 et 169-175 ; Flügge (Manfred), « Friedrich Sieburg. Frankreichbild und Frankreichspolitik 1933-1945 », dans Siess (Jürgen) (éd.), Vermittler – Deutsch-französisches Jahrbuch 1, Frankfurt a.M., Syndikat, 1981, p. 197-218 ; Gangl (Manfred), « Un Sieburg peut en cacher un autre », Allemagnes d’aujourd’hui, n° 105, juillet-septembre 1988, p. 100-121.

128 Betz, ibid., p. 232.

129 Krause, ibid., p. 162.

130 Schmitt (Carl), « Die Formung des französischen Geistes durch den Legisten », DF, n° 2, 1942, p. 1-30.

131 Grimm (Friedrich), « La pensée juridique en France et en Allemagne », CFA, 1943, n° 3-5, p. 75-78.

132 À partir de l’édition de mars-avril 1942, la une des CFA portait l’effigie de Charlemagne comme emblème hautement symbolique. Le 2 avril correspondait en effet à son 1 200e anniversaire (d’après sa date de naissance présumée).

133 [N.N.], « Carolus Magnus », CFA, 1942, n° 3-4, p. 74, et [N.N.], « Kampfbasis Europa », CFA, 1943, n° 6-8, p. 125 sq.

134 Krüger (Gerhard), « Comment voyons-nous aujourd’hui la position de Charlemagne dans l’histoire ? », CFA, 1942, n° 3-4, p. 79-88, ici p. 81.

135 Déat (Marcel), « Karl der Große, Europa und wir », CFA, 1942, n° 3-4, p. 89-94.

136 Borries (Kurt), « Die Staatsschöpfung Karls des Großen », DF, n° 2, 1942, p. 122-128.

137 Weisgerber (Leo), « Theudisk. Der Name der europäischen Mitte », DF, n° 2, 1942, p. 39-46. Weisgeber venait de publier un ouvrage sur la question : Theudisk. Der deutsche Volksname und die westliche Sprachgrenze, Marburger Universitätsreden, 1940.

138 Hausmann, « “Aus dem Reich der seelischen Hungersnot”… », op. cit., p. 3 sq.

139 Lerch (Eugen), Das Wort « Deutsch ». Sein Ursprung und seine Geschichte bis auf Goethe, Frankfurt a.M., Klostermann, 1942.

140 L’origine du mot était en fait la racine germanique signifiant « peuple », lingua theodisca signifiant « la langue du peuple » par rapport au latin, langue d’administration, le terme « germanique » se référant exclusivent à la région Germania, donc au territoire de la future Allemagne. Lerch (Eugen), « Ist das Wort “Deutsch” in Frankreich entstanden ? » Romanische Forschungen, 1942, n° 1-2, p. 146-178. Voir aussi le compte rendu du livre de Lerch par Götze (Alfred), « Das Wort “deutsch” », Geistige Arbeit, 1943, n° 6 (20-03-1943), p. 5.

141 Stieve (Friedrich), « Verdun. Onze cents ans d’histoire », CFA, 1943, n° 6-8, p. 129-139, ici p. 132. Extrait d’un discours prononcé pour la « Journée Frédéric le Grand » à l’Académie des sciences de Prusse, le 28 janvier 1943.

142 Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144) p. 330.

143 Reproduit en facsimilé dans les CFA, 1943, n° 6-8, p. 140.

144 Châteaubriant (Alphonse de), « Der Vertrag von Verdun einst und jetzt », CFA, 1943, n° 6-8, p. 141-148, ici p. 147.

145 Laugstien, Philosophieverhältnisse…, op. cit. (voir supra, p. 165), p. 199 (note n° 36).

146 Voir par exemple Böhm (Franz), Anti-Cartesianismus – Deutsche Philosophie im Widerstand, Leipzig, F. Meiner, 1938, et id., « Ewiger Cartesianismus », Volk im Werden, 1937, n° 11, p. 55-62.

147 Lettre au professeur Metz, recteur de l’université de Fribourg, d’après Farias (Victor), Heidegger et le nazisme, Paris, Verdier, 1987, Livre de poche, 21989, p. 307.

148 Farias, ibid., p. 307-312 ; Laugstien, ibid., p. 169 sq. ; Martin (Bernd), « Martin Heidegger und der Nationalsozialismus – der historische Rahmen », dans id. (éd.), Martin Heidegger und das « Dritte Reich ». Ein Kompendium, Darmstadt, WBG, 1989, p. 39.

149 Böhm (Franz), « Das cartesische Zeitalter und seine Überwindung », DF, n° 4, 1943, p. 1-31.

150 Neubert (Fritz), « Schiller, Goethe und die französische Klassik », DF, n° 1, 1942, p. 48-64.

151 Voir par exemple Neubert (Fritz), Die französische Klassik und Europa, Stuttgart, Kohlhammer, 1942, dont l’article en question constitue une synthèse.

152 Laubreaux (Alain), « Hegel und die Franzosen », DF, n° 7, 1944, p. 92-98.

153 Wilhelm (Julius), « Nietzsches Bild von Wesen und Entwicklung der französischen Literatur », DF, n° 7, 1944, p. 26-43. Professeur à l’université de Tübingen, auteur de : Nietzsche und der französische Geist, Hamburg 1939.

154 Cité par Wilhelm, ibid., p. 39.

155 Spenlé (Jean-Edouard), « Nietzsche à Nice », DF, n° 3, 1943, p. 125-132.

156 Michels, ibid., p. 74.

157 Voir les articles de trois auteurs français et un auteur allemand : Geydan de Roussel (William), « La notion polémique de race en France depuis 1789 », DF, n° 2, 1942, p. 31-38 ; Montandon (George), « La science française devant la question raciale aux xixe et xxe siècles », DF, n° 3, 1943, p. 104-120 ;Martial (René), « Die Rassenforschung in Frankreich und Deutschland », CFA, 1942, n° 10-12, p. 347-353 ; Tartarin-Tarnheyden (Edgar), « Georges Vacher de Lapouge – visionnaire français de l’avenir européen », CFA, 1942, n° 10-12, p. 336-346.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search