Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Troisième partie. La France occupée

Chapitre VIII. L’opinion française sous l’occupation jusqu’à la fin de 1941 d’après les rapports secrets

Wolfang Geiger

Texte intégral

1 Grâce aux documents conservés dans les archives allemandes, nous pouvons analyser comment la France fut perçue par les différentes institutions du régime d’occupation, à travers les rapports secrets envoyés à Berlin : les rapports mensuels du Militärbefehlshaber , quelques rapports spéciaux d’agents secrets en zone libre en été 1941 (c’est-à-dire au moment de l’attaque contre l’URSS), ainsi que les rapports de Friedrich Grimm, conseiller de l’ambassade et figure de proue du Groupe Collaboration , au nom duquel il traversa inlassablement la France pour donner des conférences sur la collaboration franco-allemande. Nous n’abordons que la période allant jusqu’à la fin de 1941 ; à la fin de cette phase, le débat sur la collaboration, aussi bien du côté allemand que du côté français, se solda par un résultat mitigé qui restait bien en deçà des espoirs : d’une part, la victoire de l’attentisme vichyssois sur les plans politique et militaire, et, d’autre part, une collaboration dans les faits sur le plan économique, impliquant une contribution à la guerre, certes importante, mais de façon indirecte.

  • 1 Les rapports rédigés par les différents départements de l’administration militaire sou (...)
  • 2 MBF (= Militärbefehlshaber Frankreich ), Kommando-Stab, (...)
  • 3 Heeresgruppe A Ic/Pr. an OKW/WPr., 08-07-1940, betr. Haltung der französis (...)

2 Quand on consulte les rapports mensuels du Militärbefehlshaber sur la situation et « l’atmosphère » ( Stimmung ) politiques en France 1 , on est étonné de lire, dès le début, combien les évaluations de la situation étaient pessimistes : en août 1940, l’auteur de la partie générale du rapport, en l’occurrence le colonel Speidel, constate une dégradation du climat qu’il impute à la rentrée à Paris des intellectuels hostiles à l’Allemagne et à la pénurie alimentaire qui se fait de plus en plus remarquer 2 . Les militaires, dans une lettre au chef de la propagande de la Wehrmacht au sein de l’OKW (le général Hasso von Wedel), ont soupçonné dès le début du mois de juillet que ces intellectuels veulent propager le sentiment « que la France resterait à un niveau égal vis-à-vis de l’Allemagne ; on veut donner l’illusion au peuple français que la paix future ne peut pas être imposée à un pays vaincu mais doit être conclue entre deux peuples dans un face-à-face à niveau égal 3  ». Dans le rapport de l’État-major de l’administration militaire, annexé au rapport général du Militärbefehlshaber du mois d’août et portant sur la situation dans l’administration française, on fait remarquer que

  • 4 Lagebericht Verwaltungsstab , annexé au Lagebericht August 194 (...)

« […] l’attitude de la population française est en général correcte et courtoise. Mais ce dernier fait correspond au caractère national des Français et c’est pourquoi cela ne veut pas dire grand-chose. C’est qu’il manque encore la juste conscience de la défaite à la grande majorité des Français, surtout de la bourgeoisie française. On a l’impression que du côté français on n’a pas une idée juste des événements et qu’on croit pouvoir traiter avec l’Allemagne comme ce fut le cas avant la guerre, c’est-à-dire avec une puissance à un niveau égal 4 . »

3 Il manquerait une analyse politique non seulement des causes de la défaite, mais aussi des causes de la guerre qui « manquait […] d’une justification profonde du côté français » ( loc. cit. ). Le rapporteur admet que le choc de la défaite, que les Français commenceraient à réaliser avec un retard psychologique, facilite les choses pour la propagande anti-allemande, mais il distingue entre une attitude plutôt anglophile de la bourgeoisie française et une attitude majoritairement pro-communiste et par conséquent anti-anglaise de la classe ouvrière.

4Dans le rapport de septembre 1940, on pose déjà des questions irritées sur l’avenir des rapports franco-allemands :

  • 5 MBF, Kommando-Stab, Lagebericht September 1940 , 29-09-1940, p (...)

« Comment se fera l’avenir de la France ? La France, sera-t-elle inclue dans une réorganisation de l’Europe et de son espace vital colonial ou faudra-t-il l’anéantir complètement ? Toutes les questions politiques, militaires, économiques et psychologiques, et en bonne place les problèmes de la sécurité, de l’apaisement et de l’administration de la France (la maintenance des lignes de démarcation) dépendent de cette décision. L’état d’incertitude politique freine une action claire qui va droit au but 5 . »

5 L’administration militaire n’a pas encore trouvé sa stratégie de la « collaboration », car, pour la zone interdite dans le Nord-Est, elle propose une stratégie de la confrontation en suggérant « l’avancée organisée de l’élément germanique » contre les « tendances de la population autochtone de rentrer » ( loc. cit. ).

6Le rapport du mois d’octobre est alors plus optimiste, car il fait état des réactions positives à la rencontre entre Hitler et Pétain à Montoire ainsi qu’à celle entre Laval et von Stülpnagel :

  • 6 MBF Kdo-Stab, Lagebericht Oktober 1940 , 01-11-1940, p. 5 (f° (...)

« Des idées sur la nécessité d’une réorientation intellectuelle et politique dans le cadre d’une conception pour l’Europe entière commencent à germer même chez les adversaires du gouvernement de Vichy. Le mécontentement qu’on constatait jusqu’ici au sein de grandes parties du peuple français à l’égard des mesures du gouvernement de Vichy a fait place maintenant à une attitude attentiste 6 . »

7 L’attentisme qu’on ne cessera de critiquer plus tard est ici encore un signe prometteur : « Partout, le sol est défriché maintenant, et peut porter ses fruits un jour. » ( Loc. cit. ) Mais on déplore toujours « l’absence d’un mouvement populaire qui, dirigé de façon homogène, soutiendrait le gouvernement » (f° 103). Quant à la propagande allemande, on souligne l’efficacité des rumeurs organisées ( Flüsterpropaganda ) par rapport à l’inefficacité des affiches ainsi que parfois des actualités cinématographiques ( Wochenschau ) mal adaptées à la sensibilité française. « Le meilleur propagandiste de la cause allemande », conclut-on (et cela deviendra une formule stéréotypée dans chaque rapport), « est toujours le soldat allemand lui-même, grâce à sa tenue disciplinée, correcte, qui n’a pas lâché pendant la période concernée » (f° 105). Les carences dans l’application de l’accord de Montoire donnent même lieu à critiquer les autorités de Berlin, pour appeler à une vraie collaboration, en novembre 1940 :

  • 7 MBF Kdo-Stab, Lagebericht November 1940 , 03-12-1940, p. 5, 7 (...)

« La nécessité de directives politiques et militaro-politiques claires se montre de façon de plus en plus évidente, elles ne doivent pas arriver trop tard ! À l’intérieur tout comme à l’extérieur, on devrait inciter la France à une participation active. […] Tant qu’on ne verra que l’ennemi battu dans le peuple français, un ménagement quelconque ne sera pas au premier plan de l’action. Mais si les relations politiques doivent devenir plus loyales au profit d’une collaboration ultérieure dans l’Europe nouvelle, alors il ne faudra pas appliquer en même temps des mesures qui incitent la population de nouveau à la haine profonde 7 . »

8La critique du régime de Vichy vise « l’ancrage idéologique faible de la nouvelle forme de l’État », un manque qui se ferait d’autant plus remarquer dans une « situation constante de graves épreuves politiques et économiques ». À défaut d’un mouvement populaire, l’idée nouvelle (Travail, Famille, Patrie) « est restée, au moins pour l’instant, une variable théorique » (f° 131). La partie du même rapport concernant la propagande allemande commence de façon beaucoup plus positive, contrastant assez vivement avec ce qui vient d’être cité :

« En général on a pu constater que la conviction, selon laquelle la collaboration est la seule chance de la France, gagne de plus en plus les masses populaires. On a commencé à s’intéresser à l’Allemagne et à se demander si en Allemagne les choses ne vont pas mieux qu’on n’imaginait jusqu’ici. On voulait savoir et apprendre plus sur l’Allemagne et surtout sur ses conditions sociales. Les témoignages de satisfaction arrivant des travailleurs français en Allemagne ainsi que leurs envois d’argent y ont positivement contribué. » (f° 135.)

9 Mais vers la fin du moi de novembre, ce progrès commence à s’estomper. « La volonté d’une entente franco-allemande est étroitement liée à des succès politiques de la collaboration, ce qui veut dire aussi qu’une propagande efficace n’est possible qu’à condition qu’on puisse présenter des “preuves” pour une “ collaboration ” franco-allemande. » ( Loc. cit. ) L’analyse de l’emploi des termes « preuves » et « collaboration » entre guillemets montre qu’il s’agit là de la conception française des choses, alors que dans le même rapport collaboration apparaît sans guillemets pour exprimer la conception allemande. Dans le passage cité, les « preuves » de la « collaboration », qu’on réclame pour améliorer le climat politique en France, ne seraient que des signes en direction de la population française, la collaboration telle que l’auteur du rapport la comprend étant d’une autre nature.

  • 8 Grimm (Friedrich), Frankreich-Berichte 1934 bis 1944 , Bodman, (...)

10 Dans son rapport sur les premiers six mois de l’occupation, Friedrich Grimm distingue trois périodes : la première, ne durant que six semaines, fut euphorique, sous le signe de l’armistice et de la sympathie dont jouissait le soldat allemand auprès du peuple français, une euphorie allant jusqu’à produire des « fraternisations qui allèrent au-delà de la limite du raisonnable et devaient forcément entraîner des déceptions dès que les premières plaintes inévitables d’une occupation plus longue se feraient sentir 8  ». La deuxième période, marquée par le retour de la bourgeoisie, est caractérisée par les plaintes et griefs dont « chaque Français » établirait une véritable liste, allant de la ligne de démarcation à l’alimentation, ce que Grimm considère comme une action concertée. La troisième période, commençant avec le début du mois de décembre 1940, était sous le signe d’une certaine accalmie en ce qui concerne les plaintes contre l’occupant, mais néanmoins imprégnée par un « profond malaise d’occupation » ( Okkupationsmalaise ). Cependant, ce ne serait pas dû à une faute de la politique allemande, pense Grimm, mais au simple fait de l’occupation elle-même : « Le climat politique se dégrade forcément avec la longueur de l’occupation et dans la mesure où les effets désavantageux de l’occupation se font remarquer. » (p. 158.) Les Français gardent une attitude « correcte » vis-à-vis de l’occupant, ce qui tient d’abord à la « gentillesse naturelle des Français dans le contact avec autrui » et à « la capacité de cacher à l’extérieur leurs vrais sentiments » (p. 159). Pour la grande masse de la population, la devise en vigueur serait : « “Le Français hait l’occupation mais pas l’occupant.” Le paysan qui écoute la radio anglaise le soir en râlant contre l’occupation, invite tout de même après cela “son soldat” logé chez lui à un verre de vin. » ( Loc. cit. ) Avec Montoire, une base solide pour les rapports franco-allemands aurait été trouvée, mais le sens même de la collaboration resterait flou. C’est pourquoi, continue Grimm, on ne peut pas évaluer exactement le pourcentage des adhérents à la collaboration, qu’il estime néanmoins, d’après des sources françaises, à 20 %. Mais le nombre de ceux qui acceptent vraiment que la France jouerait « un rôle plus modeste, relative à sa force démographique » (p. 160), dans la nouvelle Europe, serait réduit, la plupart essayant, même dans une collaboration, de sauver autant d’avantages que possible de l’ancien statut de leur patrie. Et les couches supérieures, que Grimm regarde d’un œil particulièrement méfiant, lui-même étant plutôt de conviction « socialiste », n’auraient pas oublié la devise « Toujours y penser, jamais en parler ». Mais Grimm considère néanmoins que l’idée de collaboration a encore un avenir devant elle, il aurait même entendu des Français s’exprimer pour une véritable « entente » (en français dans le texte), mais il serait vain de vouloir savoir si cette question serait « populaire » : « Le Français n’est pas sentimental, c’est purement un homme de raison. L’entente cordiale n’était pas non plus populaire et moins encore cordiale. Des hommes comme Poincaré y voyaient le seul moyen de libérer la France de “l’éternel danger allemand”. » (p. 163.) Il faudrait simplement convaincre le Français du fait que l’entente avec l’Allemagne est le seul moyen du redressement de la France. Une bonne propagande allemande, peut-on lire à travers ces considérations, ne consisterait pas en une tentative vaine d’imposer une idéologie au Français qui lui resterait toujours étrangère, mais à faire appel à son raisonnement froid.

11 Le rapport du Militärbefehlshaber couvrant la période de décembre 1940/janvier 1941 est rédigé sous l’emprise de l’aggravation considérable de la situation par la crise Laval.

  • 9 MBF Kdo-Stab, Lagebericht Dezember 1940/Januar 1941 , p. 11 (f (...)

« Le point central du programme de Pierre Laval, et donc du gouvernement français jusqu’ici, était l’idée d’une collaboration sincère avec l’Allemagne. Cette politique tirait les conséquences de la défaite française et de la croyance en la victoire finale de l’Allemagne. Elle devint un acte de foi pour la solidarité continentale en toute reconnaissance de la primauté directrice de l’Allemagne, ce que Laval a exprimé le 19-10-1940 au chef de l’administration militaire de l’époque 9 . »

12 Les résistances à une collaboration inconditionnelle sont dues, dit-on, au renforcement de la position anglaise sur le plan militaire en Méditerranée et sur le plan symbolique et psychologique par le fait d’une « invasion [en Angleterre, W.G. ] qui n’a pas eu lieu », comme on s’exprime avec précaution (f° 202). Or, « si les couches dirigeantes de la France ne comptent pas pour autant avec une défaite allemande, on s’attend cependant à une soi-disant “paix blanche”, dans laquelle la France jouerait un meilleur rôle que celui que l’Allemagne lui réservait » ( loc. cit. ). C’est une observation fine, comme on la rencontre souvent dans les rapports depuis le mois de novembre, parce que les observateurs allemands se sont suffisamment familiarisés entre-temps avec les réalités françaises. Mais la raison principale pour laquelle « la politique de la “collaboration” a perdu du terrain » (entre guillemets, c’est-à-dire signifiant la collaboration du point de vue français), c’est, « selon les Français, le fait que l’Allemagne n’a rien fait jusqu’ici (six mois depuis le traité d’armistice) qui pourrait gagner les Français pour une collaboration » ( loc. cit. ). Il faudrait désormais s’attendre à plusieurs variantes d’une politique de « collaboration » :

« 

  1. a ) Une politique sincère, sans réserves, de la collaboration dans le sens de Pierre Laval. Elle ne trouve que très peu de partisans en ce moment.
  2. b ) Une politique d’entente sous certaines réserves. Elle est menée par ceux qui ne veulent pas se brouiller avec l’Allemagne, ni avec l’Angleterre, cependant, et qui, souhaitant une “paix blanche”, se prononcent pour une politique de non-décision et d’attente. C’est une telle politique qu’on a voulu imposer par la chute de Laval.
  3. c ) Une politique de “collaboration” sournoise. Elle est menée par des partisans de l’Angleterre et de De Gaulle. C’est ainsi qu’on veut alléger les conditions de l’armistice, en attendant cependant la victoire finale de l’Angleterre.

 » (f° 203.)

13 Désormais, la « collaboration » n’apparaît plus qu’entre guillemets, c’est une notion devenue fort suspecte, opposée à celle, positive, d’« entente » ( Verständigung ). Le terme de collaboration est plus ou moins tombée en désuétude auprès des autorités d’occupation, du moins du côté militaire, craignant un double jeu de Vichy :

« C’était une fiction politique du nouvel État de croire qu’en éliminant les courants et idées politiques anciens, de nouvelles idées et forces constructrices seraient libérées. Par un décret-loi on a donc bouché les sources politiques anciennes, mais elles continuent à couler de façon cachée et resurgissent sous d’autres formes parce qu’aucune nouvelle idée porteuse ne s’est révélée. » ( Loc. cit. )

14On déplore notamment l’influence ininterrompue de la « haute finance, des Juifs, des maçons, etc. » (f° 204). Face à cela, « c’est le support d’un mouvement populaire qui manque ! » (f° 206). C’est pourquoi « une conscience nationale réapparaît lentement, au détriment de la volonté d’une entente franco-allemande » (f° 208).

  • 10 Télégramme envoyé à Berlin le 19-12-1940, repris dans Pétain et les Allema (...)
  • 11 Abetz, op. cit. , p. 53.

15 Le « coup d’État » contre Laval aurait été suscité par l’Action française, télégraphia Abetz à Berlin, fait dont il se serait aperçu grâce à un rapport secret de l’Action française « tombé entre nos mains » 10 . Les relations avec l’Action française étaient en effet délicates, car si celle-ci était antisémite, antimaçonnique et antidémocratique, elle était aussi traditionnellement germanophobe et ne cherchait qu’à accaparer « tous les postes-clé du gouvernement, de l’administration et de l’enseignement » : « L’adhésion extérieure à la politique de collaboration ne doit servir qu’à nous leurrer et nous faire croire qu’il s’agit d’un mouvement de rénovation nationale comme celui du fascisme ou du national-socialisme 11 . » Abetz insiste tout de même sur l’utilité temporaire de l’Action française,

  • 12 Abetz, Telegramm n° 1556, 18-12-1940, f° 301 sq. (120316 (...)

« […] car, comme ennemis traditionnels des Juifs et des maçons, ils procèdent de façon plus brutale dans les actions d’épuration que ne le font les éléments qui furent jadis liés à la gauche. Après avoir mené à bout ce ménage, il faudrait tout de même les éliminer aussi, parce qu’ils ne seront que gênants pour les relations franco-allemandes 12 . »

  • 13 Nous ignorons si ce passage figure dans l’original du dossier établi par Abetz en 1943, de toute f (...)
  • 14 Abetz, Telegr. n° 1577, 21-12-1940, f° 307 sq. (f° 120324 (...)

16 Or, cette remarque n’apparaît pas dans le mémorandum tel qu’il fut publié en France après la guerre 13 , tout comme le télégramme envoyé par Abetz à Berlin le 21 décembre, dans lequel il explique que la création d’un directoire à la tête du nouveau gouvernement, ainsi que l’attribution de la présidence de celui-ci à l’amiral Darlan, étaient des mesures proposées par Abetz lui-même 14 . En fin de compte, Abetz exprima sa satisfaction d’avoir pu rééquilibrer la situation grâce au fait qu’un autre homme de confiance, Darlan, remplaça Laval (après l’intermède de Flandin), bien qu’il semble exagérer l’importance de son influence sur Pétain dans cette affaire, afin de se mettre en valeur lui-même.

17Dans ses rapports, Grimm exprime une critique particulièrement sévère du gouvernement de Vichy après la chute de Laval à travers des considérations « socialistes » qui distinguent Grimm non seulement de maint autre rapporteur officiel, militaire ou civil, mais aussi des auteurs de livres politiques sur la France de Vichy dont nous allons parler plus loin :

« Le soi-disant renouveau de Vichy n’est pas seulement réactionnaire, mais aussi antisocial. À la corruption des parlementaires s’est substituée la dictature des fonctionnaires (inspecteurs des finances) sous Alibert et ses camarades. Les royalistes, militaires, cléricaux et capitalistes égoïstes privent de nouveau les masses des droits qu’elles avaient acquis à l’époque du Front populaire. Il n’y a aucune idée nouvelle, pas de notion de la communauté nationale. Il n’y a que réaction. » (p. 162.)

  • 15 MBF Kdo-Stab, Bericht über die politische Lage in Frankreich (...)
  • 16 Rapport sur la situation pour Monsieur le Ministre des Affaires étrangères du Reich – (...)

18 En revanche, le rapport du Militärbefehlshaber de février 1941 admet que le nouveau gouvernement Pétain/Darlan essaie « de se rapprocher du point de vue allemand et d’appliquer la collaboration, manquant sur le plan politique, au domaine de l’économie 15  », tandis que l’ambassade avait commencé à lancer une offensive secrète contre Vichy en soutenant des formations politiques fascistes plus enclines à se soumettre à la volonté des Allemands que Vichy ne l’était. L’administration militaire dut suspendre l’interdiction d’organisation politique pour ces quelques groupes dont le RNP de Déat était le plus important parce que « censé devenir la grande organisation accueillant toutes les forces politiques actives qui s’engagent pour une collaboration » (f° 23). La politique de l’ambassade, selon le rapport d’Abetz envoyé un an après l’armistice, se résume à cela : « L’ambassade d’Allemagne à Paris soutient toutes les formes de politique intérieure qui barrent la route à l’enracinement durable de la dictature militaire de Vichy 16 . »

  • 17 MBF, Lagebericht März 1941 (5-04-1941), p. 13 (f° 43). (...)
  • 18 Doc. cit., p. 13, 16 (f° 43, 46).

19 Mais force est de constater aussi, un mois plus tard, que la propagande politique habituelle ne touchait plus les gens, « seulement la parole parlée – la conférence du Professeur Grimm à Bordeaux qui fut bien fréquentée – puis les manifestations culturelles semblent trouver un écho 17  ». On continue de constater un tassement de l’idéologie d’une collaboration politique, tandis que la collaboration économique avançait : « L’amiral Darlan a, pour citer une voix française, “remplacé la collaboration sentimentale par une autre qui est pratique.” 18  » Le succès relatif de la politique de Darlan ferait piétiner le RNP, « souvent considéré en province comme un parti “fabriqué” par la presse parisienne et les dirigeants allemands » (f° 47).

20Dans son rapport concernant la période du 18 février au 15 mars 1941, Grimm avoue que la plupart des observateurs allemands en France étaient assez pessimistes. Il y aurait aussi une grande confusion au sein de la population française, due à un manque d’orientation.

« Je crois cependant que cette attitude négative de la population française n’est que superficielle. Il faut distinguer entre cette opinion à la surface et une opinion fondamentale, plus profonde. […] J’ai trouvé […] beaucoup plus de signes indiquant que l’opinion fondamentale de la population est orientée vers une réconciliation avec l’Allemagne et contre l’Angleterre. » (p. 172 sq. )

21C’est cette tonalité qui est désormais dominante dans ses rapports. Grimm ne s’est apparemment pas rendu compte des contradictions dans ces propos, lorsqu’il dit par exemple, dans ce même rapport, qu’il faudrait développer justement l’élément moral et sentimental dans la propagande, ce qui aurait la plus grande influence sur le peuple français d’après ce qu’il a constaté lui-même à l’occasion de ses conférences (p. 174) – propos en contradiction totale avec ce qu’il avait dit trois mois auparavant. Prisonnier de sa propre pensée, Grimm croyait fermement à l’avenir de la collaboration, même s’il reconnut les obstacles qui s’y opposaient et qu’il ne voyait dans Vichy « rien d’autre qu’une réaction dans le mauvais sens du terme, une réaction des milieux chauvins autour de l’Action française, une réaction des militaires et des ploutocrates » (p. 176).

22 En faisant la remarque que la tendance générale des Français serait d’éviter des décisions claires, le rapport du Militärbefehlshaber sur la période d’avril/mai 1941 fait appel à une argumentation nouvelle, qui ne se contente plus de l’observation et de l’analyse politique de ce qui se passe en France à ce moment-là. Les contradictions trop évidentes entre les annonces du succès de la collaboration et celles qui dénoncent son impopularité demandent apparemment des explications d’un autre type, consistant à imputer l’immobilisme politique à la mentalité française, argument censé excuser plus ou moins les participants directs au jeu politique. Dans le rapport de mai/juin encore, on invoque les blocages psychologiques des Français afin de relativiser les raisons concrètes, mais peu présentables aux autorités à Berlin, à savoir le fait que la méfiance envers la collaboration tenait avant tout au fait de l’occupation elle-même :

« 

  1. 1) Tout ce “complexe allemand” séculaire des Français, qui repose aujourd’hui finalement sur l’angoisse et qui, étant enraciné dans un complexe d’infériorité, ne saurait être surmonté de l’extérieur.
  2. 2) La méfiance particulière que le vaincu et l’“opprimé” éprouvent à l’égard de tout ce qui vient du seigneur étranger dans le pays. C’est pourquoi celles parmi les publications de propagande qui ont eu le succès relativement le plus fort sont celles qui étaient camouflées en publications anglaises ou françaises et qu’on n’a parfois pas reconnues comme étant allemandes. En tout cas c’est le style de la propagande de s’adresser aux Français en français.
  3. 3) La différence entre sa propre situation de vie et celle des forces d’occupation étrangères.
  4. 4) Le fait que la propagande allemande ne peut rien offrir de “positif” aux Français dans la situation actuelle 19 .

 »

23 Que reste-t-il quand même à faire ? Avec une ténacité extraordinaire, on présente encore une fois « le soldat allemand avec sa tenue exemplaire » comme une des « deux formes visualisant la vraie Allemagne chez les Français de la zone occupée », l’autre étant constituée par « les récits des prisonniers et travailleurs français sur l’Allemagne » ( loc. cit. ).

  • 20 Note du général Halder de la rencontre au Berghof, le 31-07-1940, cf. Generaloberst Ha (...)
  • 21 Halder, ibid. , p. 56. Note du 06-08-1940.

24 La guerre contre l’Union soviétique fut préparée secrètement depuis la fin du mois de juillet 1940, lorsque des doutes sérieux sur la possibilité de l’invasion de l’Angleterre apparurent. Hitler lui-même reconnut les problèmes techniques qui s’y opposaient et fit tourner le regard des généraux vers l’Est 20 . Une semaine plus tard, le général Marcks pouvait déjà présenter des études sur une campagne contre l’URSS 21 .

  • 22 Constantini (Aimé)/Masson (Philippe), « La guerre germano-soviétique », in(...)

25 La campagne commença le 22 juin 1941 avec la ferme conviction, du côté allemand, de pouvoir la terminer avant l’arrivée de conditions climatiques défavorables. Le fait que les forces militaires de l’Allemagne et de ses satellites, au moment de l’attaque, étaient deux fois supérieures en effectifs (5 500 000 hommes contre 2 680 000 du côté soviétique) et plus encore en matériel 22 se prêtait effectivement à créer l’illusion de pouvoir battre l’URSS dans un nouveau Blitzkrieg et de repousser les forces résistantes derrière l’Oural, comme Hitler l’avait pensé, d’autant plus qu’il sous-estimait encore la force militaire de l’adversaire.

26 Les autorités allemandes firent grande attention aux réactions françaises face à la nouvelle du déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique. Dans les rapports du Militärbefehlshaber , à ce moment-là, on constate amèrement que la « contre-attaque » – selon le langage officiel – n’a finalement pas eu l’effet positif sur l’opinion française qu’on avait espéré dans le rapport de juin 1941, dans lequel on s’était déjà retenu d’un optimisme exagéré. Dans le rapport du mois de juillet, on est contraint d’avouer :

  • 23 Lagebericht Juli 1941 (25-07-1941), p. 1 (f° 104).

« Les opérations efficaces contre l’URSS – la réalisation de la mission européenne du Reich – ainsi que le combat français contre l’Angleterre en Syrie et sa liquidation n’ont pas produit un effet de changement fondamental dans l’attitude ni du gouvernement français, ni du peuple français 23 . »

27 Les raisons qui sont évoquées pour cela méritent notre attention. Tout d’abord, on dit que « la réaction d’abord favorable à ce coup inattendu contre le bolchevisme a bientôt fait place à la vieille léthargie et à l’indécision, bien que la “croisade anti-bolchevique” corresponde à la pensée du “Français moyen” » ( loc. cit. ). La population française ne sait pas mesurer l’énormité des succès militaires à l’Est et craint plutôt un prolongement de la guerre. L’Union soviétique, lointaine, n’est pas tellement reconnue comme un danger (argument qui est en contradiction avec ce qui vient d’être cité plus haut), la peur du communisme en France ne peut mobiliser les Français que momentanément. Le recrutement des volontaires pour le front de l’Est ainsi que l’engagement du gouvernement de Vichy sont hésitants (en vérité ce fut freiné par Hitler, nous y reviendrons), tandis que « les mouvements de résistance » (c’est à ce moment-là que cette notion apparaît pleinement), « par la force des choses, prirent un nouvel essor » (f° 105) sans pour autant pouvoir influencer la population dans son ensemble. Non sans critiquer le gouvernement français, on admet, avec Darlan, que la situation économique et sociale serait mieux supportée par les Français s’il y avait des idées claires concernant le futur. Cependant, la conclusion du rapport est étonnamment optimiste : « Il suffira peut-être d’un coup de pouce convaincant pour frayer le chemin à l’idée de la collaboration européenne sous la direction de l’Allemagne qui seule possède la liberté d’action pour [sa] réalisation – également pour le salut de la France ! » (f° 107.)

  • 24 Cf. Rahn (Rudolf), Ruheloses Leben. Aufzeichnungen und Erinnerungen (...)
  • 25 Cf. Longerich, ibid. (voir supra , p. (...)

28 Pour mieux évaluer le climat politique en France et les réactions à l’attaque de l’URSS, on a envoyé, semble-t-il, des agents spéciaux dans la zone sud, court-circuitant ainsi, et l’ambassade à Paris, et le Militärbefehlshaber . Dans les dossiers relatifs à la France chez le secrétaire d’État de l’ Auswärtiges Amt , von Weizsäcker, il existe en effet une série de rapports spéciaux sur la situation en France, datés de juin et de juillet 1941, rédigés par des agents secrets d’un service de renseignement et de propagande ( Informations-Stelle III ) qui faisait partie d’un réseau de services créé au sein même de l’ Auswärtiges Amt par Ribbentrop après sa nomination comme ministre 24 et étendu après le « Führerbefehl » du 8-09-1939 lui confiant la propagande vers l’extérieur. D’abord destiné à collecter des articles de la presse étrangère 25 , l’ Informationsstelle III trouva apparemment encore d’autres moyens de se procurer des informations sur l’étranger, ou au moins sur la France, grâce à des V-Leute (= Verbindungsleute ) sur place.

  • 26 Bericht eines Verbindungsmannes der Deutschen Inf. Stelle III, der sich seit einem Mon (...)

29 Le premier de ces rapports spéciaux, non daté, mais ayant été reçu probablement vers la mi-juin, selon le rangement du rapport dans le dossier, provient d’un agent séjournant, au moment de la rédaction du rapport, depuis un mois dans la zone sud. Il constate alors « un tournant dans l’atmosphère dans la partie non-occupée de la France », c’est-à-dire contre les Anglais et en faveur de l’idée « qu’avec une collaboration entre l’Allemagne et la France, l’Europe sinon le monde entier pourrait être dirigé par ces deux peuples 26  ». Ce tournant dans l’opinion publique est attribuée aux succès de la marine allemande contre l’Angleterre, ainsi qu’à la politique de Darlan. Le rapporteur ajoute que l’avenir indécis de la France et la question territoriale non résolue dans le Nord et le Nord-Est resteraient des éléments d’insécurité et des causes de méfiance, tandis qu’un autre rapport du même bureau de renseignement, daté du 8 juin, diamétralement opposé au jugement de ce premier, précise que

  • 27 Bericht eines Verbindungsmannes der Inf. Stelle III, der sich in Südfrankreich aufhält (...)

« […] les Français cultivés et réalistes sont convaincus de la nécessité d’une collaboration avec l’Allemagne. La grande masse de la population, cependant, reste assez indifférente par rapport à l’idée de la collaboration et ne s’est pas encore suffisamment familiarisée avec cette idée. […] La population ne peut pas se libérer de sa sympathie pour l’Angleterre. Même les actes hostiles de l’Angleterre contre la France ne font pas changer d’avis à la population 27 . »

  • 28 Bericht über eine Reise im unbesetzten Frankreich vom 7. bis zum 16. Juni, Wiesbaden, (...)

30 Un troisième rapport, résultat d’un voyage à travers la France non occupée du 7 au 16 juin, est également plutôt pessimiste. Le nombre de partisans de Pétain et de Darlan serait habituellement chiffré à 20 %, le reste étant partagé à moitié entre des indifférents, d’une part, et des anglophiles et gaullistes, de l’autre. La franchise de Darlan, annonçant par exemple que la France devait perdre de nombreuses provinces si elle ne trouvait pas désormais le chemin de la collaboration, ne serait pas populaire. Mais ceci serait aussi un résultat de l’abscence d’un parti politique sur lequel le gouvernement pourrait s’appuyer et qui assurerait son enracinement populaire. C’est un argument stéréotypé, rencontré à plusieurs reprises aussi dans les rapports du Militärbefehlshaber , et traduisant l’embarras de l’observateur face à l’impopularité du gouvernement de Vichy : « L’Angleterre bénéficie toujours de sympathie dans une certaine partie de la population. On reconnaît en elle le défenseur et le sauveur de l’idée démocratique, qui est profondément enracinée dans le peuple français 28 . » L’auteur ne manque pas d’évoquer une autre raison, et pas la moindre, du mécontentement de la population : celle de la situation alimentaire.

  • 29 Bericht eines V.-Mannes der Deutschen Inf. Stelle III aus dem unbesetzten französische (...)

31 Un quatrième rapport, rédigé seulement deux jours plus tard, donne encore une appréciation différente de l’opinion publique en estimant la part des adhérents à l’idée de collaboration à 50 %, les anglophiles constituant l’autre moitié. Ces derniers seraient surtout présents dans le Midi où l’on trouverait beaucoup de juifs, de francs-maçons et même des Anglais (ce fait a été souligné aussi par le rapport précédent). « L’attaque allemande contre la Russie soviétique est favorablement accueillie par les Français politiquement évolués qui espèrent l’anéantissement du bolchevisme. » Mais, d’habitude, « après de grands succès allemands, le climat se tourne massivement en faveur de l’Allemagne, pour faire place après un certain temps à un climat anglophile ». La jeunesse, impressionnée par « les succès immenses et le talent d’organisation des Allemands 29  » serait plus favorable à la collaboration.

  • 30 Bericht eines V.-Mannes der Deutschen Informationsstelle III vom 28. Juni 1941 aus Tou (...)
  • 31 V.-Mann der Inf. Stelle III in Marseille/ » Betr. Situation und Stimmung in Nizza », 9 (...)
  • 32 Deutsche Inf. Stelle III, Berlin, den 10. August 1941, [ Bericht des Verbi (...)

32 Le rapport suivant, datant du 28 juin et provenant de Toulouse, fait part de l’opinion partagée qui y règne à propos de la guerre germano-soviétique, les uns souhaitant une victoire sur le bolchevisme, les autres ne croyant pas qu’on puisse vaincre ce pays immense. À part des observations sur l’activité de la Résistance, il souligne aussi la situation dramatique dans le domaine de l’alimentation 30 . Même tendance aussi dans un rapport sur la situation à Nice où les germanophobes seraient particulièrement bien ancrés. Ceux-là se félicitaient de la guerre à l’Est, dit-il, parce que cela signifierait un affaiblissement de la puissance militaire allemande 31 . L’agent de Toulouse n’est pas non plus optimiste au début du mois d’août. La population mettrait son espoir dans l’usure des forces de l’Allemagne dans sa guerre contre la Russie et par conséquent dans une amélioration de la situation de la France qui en résulterait. Les couches ouvrières sont mécontentes de la politique de Pétain, dit-il, et « seulement une petite partie de la population ayant des idées honnêtes sympathise avec le combat contre le bolchevisme 32  ». Les nouvelles mesures anti-juives auraient encore aggravé le sentiment anti-allemand.

  • 33 V.-Mann der Inf. Stelle III, Bericht vom 15. August (Berlin, 17-08-1941) (...)

33 Quant à l’emprise de Vichy sur les sentiments des Français, l’agent de Marseille donne toujours une évaluation pessimiste, quelques jours plus tard, après le célèbre « discours du vent mauvais » prononcé par Pétain le 12 août. L’accueil général du discours serait « très prudent et plutôt froid, correspondant à un rejet intérieur 33  ». Le maréchal aurait perdu beaucoup de sa renommée auprès de la partie « politiquement intéressée » ( politisch lebhaft ) de la population, concédant en faveur de Pétain seulement le fait que celui-ci serait contraint de cacher ses vrais sentiments anti-allemands et qu’il serait devenu dépendant de Darlan, tandis que

« […] le gros de la population ne connaît pas le sens du discours ou ne l’a pas saisi, ou bien, ne voulait pas le saisir. L’orientation du Français est toujours absolument égocentrique. Le Français ne se sent concerné que si ses intérêts personnels, économiques et professionnels sont touchés » (f° 320).

  • 34 Cf. aussi Thalmann, ibid. , (voir supra (...)

34 C’est encore un exemple expliquant le manque d’ancrage de Pétain et de son régime dans la population par le « caractère national » des Français et atténuant ainsi la constatation de l’échec du collaborationnisme de Darlan. En même temps le rapporteur accuse l’Église catholique et les milieux royalistes de profiter, seuls, de la politique de Vichy. Il est vrai que le catholicisme et l’Action française inquiétaient beaucoup les Allemands et particulièrement Abetz, comme nous l’avons déjà signalé 34 .

35Le dernier de ces rapports provient cette fois-ci de l’agent secret résidant à Aix-en-Provence et il prouve que ces observations sur l’opinion française pouvaient beaucoup varier et étaient donc très subjectives. Or, comme facteurs principaux qui avaient une influence sur l’opinion publique en France, l’auteur mentionne sans doute correctement la propagande anglaise, l’état du ravitaillement et la situation militaire de l’Allemagne, l’ordre d’énumération de ces facteurs suggérant sans aucun doute l’ordre de leur importance. Le nombre d’adhérents du « mouvement national » de Pétain aurait cependant augmenté, selon l’agent précisant ensuite ce qu’il entend par le « mouvement national » de Pétain :

  • 35 Deutsche Inf. Stelle III, Berlin, den 22. August 1941, [ Stimmungsbericht (...)

« Des groupes nationaux y appartiennent qui existaient déjà autrefois, puis une grande partie de l’“Action française”, les anciens combattants de 14-18, les “Compagnons de France”, les Légionnaires etc. Les adhérents de ces organisations appartiennent pour la plupart aux classes moyennes. Dans ces milieux, il y a la volonté de collaboration avec l’Allemagne 35 . »

36En somme, ces rapports font état du fait que la guerre contre l’URSS fut loin de déclencher la vague de soutien qu’on avait apparemment espérée. « Un climat beaucoup plus mauvais » qu’il n’avait supposé se révéla aussi à Grimm lors d’un voyage à Paris, une semaine après l’attaque de l’Union soviétique :

« Mes amis me disaient tout de suite que le climat n’avait jamais été si mauvais. On a l’impression d’une psychose. Les Français se réjouissent du fait que des avions anglais attaquent des villes françaises […] Des Français de bonne volonté sont pleins de désespoir en ce qui concerne leurs compatriotes. Ils disent : “Les Français ne le comprendront jamais, ils sont comme des enfants.” Beaucoup comparent l’opinion française avec l’humeur d’une femme hystérique, en disant : “Les Français ne veulent pas voir, aujourd’hui ils croient de nouveau à un miracle comme ils l’ont fait sous Reynaud.” » (Grimm, p. 180.)

37Psychose…, hystérie…, les Français sont comme des enfants ou bien comme une femme hystérique : c’est le dernier recours de Grimm pour expliquer l’attitude des Français, bien qu’il admette aussi des causes réelles, comme la situation alimentaire et notamment l’immobilisme de Vichy. Reprenant la distinction entre une opinion de surface et une autre en profondeur, il constate avec sérénité :

« Malgré la dégradation du climat politique général, l’idée de la collaboration fait des progrès. Un de mes amis, à qui j’accorde confiance sur le plan du jugement, me présenta certains pourcentages sur le progrès de l’idée collaborationniste. Il pensait qu’avant la guerre russe on avait pu gagner 15 % des Français à l’idée de la collaboration, mais que ce serait 25 % depuis. » (p. 184.)

38Grimm ne cache pourtant pas que la guerre à l’Est nourrit l’espoir, y compris au gouvernement lui-même, que l’Allemagne, même si elle gagnait, allait subir un tel épuisement, que la position de la France ne pouvait que s’améliorer par rapport à la situation actuelle. L’idée de collaboration était d’ailleurs encore plus ancrée dans les milieux de la gauche qu’à droite, selon Grimm, comme cela avait été aussi le cas avant la guerre.

  • 36 Lagebericht August 1941 (25-08-1941), p. 5 (f° 118), BA MA, RW 35/238. (...)

39 La tonalité des rapports ultérieurs du Militärbefehlshaber peut se résumer par ce jugement général extrait de celui du mois d’août : « La France chancelle entre crainte et espoir 36 . » L’observateur constate l’enracinement de la politique attentiste à l’égard de l’Allemagne et de la guerre, motivée par la crainte pour les colonies en Afrique dans le cas d’une collaboration militaire trop évidente. Mais il remarque en revanche des acquis résidant dans le fait que la France continue néanmoins la collaboration économique avec l’Allemagne et qu’elle fait des pas en avant dans la mise en place du système autoritaire (remplacements de préfets, épuration de la police, persécution des communistes, etc.). En septembre,

  • 37 Lagebericht September 1941 (25-09-1941), p. 1 (f° 122).

« […] le déchirement intérieur en France se montre plus fort que jamais depuis l’armistice. La thèse de la collaboration avec l’Allemagne, admise par le peuple et le gouvernement uniquement par la “raison” de la contrainte des circonstances, connaît de nouvelles difficultés par l’évolution des choses à l’extérieur comme à l’intérieur 37 . »

  • 38 En vérité, cette action fut largement freinée par Hitler et le contingent de la Légion (...)
  • 39 Lagebericht September 1941 , doc. cit., p. 3 (f° 124).
  • 40 « Cette hésitation du destin est l’épreuve des “collaborateurs”. On voit se dessiner p (...)
  • 41 Drieu La Rochelle (Pierre), Journal 1939-1945 , présenté et an (...)

40 La résistance des troupes soviétiques, malgré tant de pertes, laisserait prévoir, aux yeux des Français, une continuation de la guerre à l’Est et donc un épuisement de la force militaire allemande, un facteur qui pourrait être d’une importance décisive lors de l’entrée en guerre des États-Unis. La création de la Légion anti-bolchevique n’a abouti qu’à la mise sur pied d’un seul régiment d’infanterie, dit-on encore, car l’action n’aurait pas rencontré un écho suffisant 38 . Les partisans acharnés de la collaboration sont inquiets, dit le rapporteur, « les Benoist-Méchin, de Brinon, etc., préoccupés, cherchent des renseignements sur l’état des opérations à l’Est. Les visites jadis nombreuses de ces milieux auprès du Militärbefehlshaber ont repris seulement après la grande victoire en Ukraine 39  ». C’est un coup contre le « collaborationnisme » de l’ambassade : on veut montrer que les « collabos » français ne sont que des opportunistes, prêts à se retirer, voire à retourner leur veste, au moindre signe d’un changement de la situation militaire. Cette impression est d’ailleurs parfaitement confirmée par les observations d’Alfred Fabre-Luce 40 , intellectuel collaborationniste lui-même encore à cette époque (avant de tomber en disgrâce auprès des Allemands), ainsi que par Drieu La Rochelle qui, démissionnaire de la NRF, est largement déçu du « peu de fascisme en France 41  ». À l’opposé de ce soutien sans valeur, le rapport met encore une fois en exergue l’efficacité de l’action de la mise au pas à l’intérieur, menée par Pucheu. Mais on craint l’effet du « Weygandisme » (en français) et l’on constate une intensification de la propagande adverse.

41 En octobre 1941, ce sont les attentats simultanés du 20 octobre contre le Feldkommandant de Nantes et un fonctionnaire allemand à Bordeaux, qui aggravent considérablement la situation parce qu’ils prouvent l’existence d’un réseau organisé de la Résistance ainsi que l’enracinement des valeurs de 1789 dans la population française, face à l’exécution des otages :

  • 42 Lagebericht Oktober 1941 , (30-10-1941), Anlage , (...)

« L’exécution de la première série de 50 otages a causé un effet de choc d’une ampleur inattendue dans la population. Le Français, élevé depuis un siècle et demi élevé dans l’idée d’une justice expressément formelle, et profondément impressionné déjà par les exécutions d’otages précédentes et les peines de morts exécutées pour possession illicite d’armes, se retrouve en ce moment bouleversé face au fait que des personnes sont fusillées qui ne sont pas directement responsables de ces attentats 42 . »

  • 43 D’après les documents conservés aux Archives militaires allemandes : Otto von Stülpnag (...)
  • 44 Abschrift OKW Nr. 505/419, 30-06-1941 , MBF Kdo-Stab Ia, BA-MA, RW 35/1, f (...)

42 Le rapporteur se montre persuadé que ce choc suffirait, la population refusant sans ambiguïtés ces attentats et participant « dans sa totalité » ( loc. cit. ) à la recherche des responsables, d’autres exécutions (commandées par Hitler) n’auraient qu’un effet négatif. Le conflit entre l’administration militaire et Hitler se solda finalement par la démission d’Otto von Stülpnagel et son remplacement par son cousin Heinrich. L’argumentation d’Otto von Stülpnagel portait uniquement sur le fait que l’extension massive des exécutions d’otages allait gravement endommager les relations franco-allemandes et serait une infraction au principe de la juste proportion des mesures 43 . Le Feldmarschall Keitel, chef de l’OKW, avait en effet conseillé quelques mois auparavant de suspendre dans certains cas l’exécution de peines de mort (il ne s’agissait pas encore des otages), car « l’évolution des relations avec la France ne supporte pas la charge d’une procédure trop rigoureuse 44  ». Cela visait surtout les pourparlers franco-allemands de l’été 1941. Mais sans entrer dans les détails de cette question, il faut retenir le bilan de son activité que von Stülpnagel fait dans sa lettre de démission adressée à Keitel le 15 février 1942 :

  • 45 [ Brief an Generalfeldmarschall Keitel ], 15-02-1942, doc. cit (...)

« Je peux dire également que, jusqu’à une date récente, l’administration militaire a assez bien coopéré avec le gouvernement français et que Darlan, après nos entretiens, a cédé à plus d’un de mes désirs. […] Seulement, les négociations franco-allemandes restant chaque fois sans résultat ont fait naître le durcissement dans l’attitude du gouvernement qu’on voit en ce moment. […] L’histoire de l’administration militaire montrera plus tard seulement ce qui a été fait en vérité et quelle contribution extraordinaire justement la France a fournie pour le continuation de la guerre de la grande Allemagne 45 . »

43On s’en prend particulièrement à Abetz en lui reprochant notamment d’avoir causé le durcissement du gouvernement français en utilisant des « groupuscules politiques » comme le RNP, ainsi que la presse parisienne, à l’aide desquels Abetz faisait attaquer Vichy, de sorte que Pétain et Darlan venaient se plaindre auprès de Stülpnagel. Loin de réussir la collaboration qu’il propageait sur le plan idéologique et politique, Abetz ne ferait que torpiller la collaboration existant déjà dans les faits.

44Mais en décembre 1941, le jugement pessimiste du bilan annuel impute les blocages du côté de Vichy à la mentalité française :

  • 46 Lagebericht Dezember 1941 (25-12-1941), p. 1 (f° 172), BA MA, RW 35/238. (...)

« L’idée de sécurité autour de laquelle la pensée française tourne depuis toujours, a déterminé la politique française encore en 1941. Dans la peur du risque de l’inconnu la France n’a trouvé ni le chemin vers une participation au combat pour une Europe nouvelle, ni vers une détermination négative. La volonté de Darlan et de ses amis politiques pour une collaboration pratique a été paralysée par des résistances au sein du peuple et au gouvernement contre une prise de décision claire dans la politique française, tant que l’issue de la guerre sera incertaine et que l’Allemagne se taira sur les possibilités d’une participation française dans la construction de la paix et d’une Europe nouvelle 46 . »

45Le rapport conclut par une considération presque « philosophique » qui, évoquant l’idée proprement française de la sécurité, paraît particulièrement maladroite ici et ne fait que traduire l’embarras des Allemands :

« Ainsi, à la fin de l’année, l’attitude de la France à l’égard de l’Allemagne semble se régler selon la loi de la gravitation et de la force centrifuge. À l’occasion de n’importe quelle modification prétendue de la puissance allemande, des résistances contre une collaboration s’éveillent. Il n’y a que des pas décisifs de l’Allemagne qui puissent probablement faire sortir la France de cet état instable, de la tradition chérie d’une notion statique de sécurité, vers une participation positive dans le sens d’une Europe nouvelle. » (f° 174.)

46 La notion de « participation » ( Mitarbeit ) remplace celle de « collaboration ». La première implique évidemment un rôle de moindre importance pour la France que la seconde.

47L’extrait précité est surtout un nouvel exemple du phénomène qu’à défaut d’arguments on en revient à la « psychologie » des Français et aux stéréotypes habituels, afin d’expliquer une situation politique qui était pourtant simple : à part les milieux restreints des fascistes germanophiles, toute collaboration du côté français relevait forcément de cette « loi de la gravitation et de la force centrifuge » et le régime de Vichy poursuivit aussi ses propres intérêts, ne serait-ce que pour pouvoir se justifier auprès des Français. À bout d’arguments politiques « présentables » pour expliquer la stagnation des choses, les autorités allemandes préféraient évoquer dans leurs rapports la « mentalité française ». Abetz essayait de convaincre, un Hitler sceptique, de la politique de collaboration comme il l’entendait, c’est-à-dire d’un « partenariat » à proposer aux Français. Lors d’un entretien personnel au Berghof, le 5 janvier 1942, il recourut aussi en dernière instance à la mentalité française, en expliquant de façon particulièrement grotesque l’accueil favorable qu’auraient rencontré les envahisseurs en France depuis toujours :

  • 47 Rapport du 5 janvier 1942, Mémorandum d’Abetz , op (...)

« Je répondis que la population primitive de la France, d’origine celte et romane, était constituée par un peuple de paysans et d’artisans paisibles qui, au cours des siècles, s’est toujours plus facilement soumis aux conquérants étrangers que les autres peuples. Au début de l’histoire française se place Vercingétorix qui a été abandonné par ses compatriotes […]* et qui se sont accommodés rapidement de la domination germanique, les Francs purent également prendre en mains la direction sans rencontrer de résistance notable. L’attitude, très raisonnable, à l’égard de l’Allemagne, des grandes masses populaires, en opposition avec celle adoptée par les couches supérieures françaises peut, par conséquent, être expliquée historiquement et peut jouer un rôle décisif pour l’appréciation des relations futures entre l’Allemagne et la France 47 . »

  • 48 Titre d’un chapitre dans Umbreit (Hans), Der Militärbefehlshaber in Frankr (...)
  • 49 Thalmann, ibid. , p. 74.
  • 50 Lefébure (Antoine), Les conversations secrètes des Français sous l’Occupat (...)

48 Face à l’optimisme de l’ambassade, le pessimisme étonnant des rapports du Militärbefehlshaber a beaucoup intrigué les chercheurs et les a tous amenés à la même interprétation : de « l’échec de la propagande allemande » auprès de la population française chez Hans Umbreit 48 , à la constatation de Rita Thalmann : « Dès les premières observations recueillies entre juillet et septembre 1940, l’impression prévaut que, passé le choc de la défaite, un sentiment anti-allemand tend à se développer en zone nord 49 . » Grâce aux sources françaises concernant l’opinion publique, Antoine Lefébure a pu compléter et confirmer cette image, en considérant que « dès juin 1940, l’opinion oscille entre un attentisme prudent et une hostilité masquée », c’est-à-dire que « le refus de la collaboration » était quasiment général 50 . Les sources allemandes sont d’autant plus tentantes pour arriver à la même conclusion, car quel intérêt l’occupant aurait-il à dessiner l’image d’un peuple réfractaire à l’idée de la collaboration si ce n’était pas le cas ? Cependant, pour pouvoir évaluer ces documents d’une façon critique, dans le sens philologique du terme, il faut juxtaposer les rapports provenant de différentes sources et les analyser aussi du point de vue de leur cohérence intérieure. Tenant compte seulement de cet échantillon restreint de textes choisis pour l’analyse présente, on peut constater que les discours de tous les rapports, loin de « refléter » une situation « objective », suivent d’abord une logique intérieure, car, si des témoignages de ce genre sont toujours authentiques , ils ne sont jamais objectifs . La stratégie argumentative la plus claire est celle de Grimm : convaincu d’une opinion publique « à deux étages », à la « surface » et en « profondeur », il peut effacer toute mauvaise nouvelle détectée à « la surface » par une prétendue vérité « cachée ». Son objectif, comme celui d’Abetz, son chef, était de montrer le progrès de l’idée de la collaboration politique ou au moins la nécessité de continuer à travailler pour elle.

  • 51 MBF KdoStab, Lagebericht November 1940 , p. 11 (f° 135), BA-MA (...)

49 Les rapports du Militärbefehlshaber se situent dans une logique de concurrence avec cette politique de l’ambassade, un conflit qui se révèle sans ambiguïté dans le rapport concernant la période de la crise Laval. Les luttes pour les compétences sont d’ailleurs l’objet de la plupart des travaux d’historiens sur ce sujet. Or, la logique des rapports du Militärbefehlshaber visait à minimiser l’influence propagandiste sur les Français et à accentuer l’importance et le rôle de l’administration militaire. C’est pourquoi des jugements assez négatifs sur le climat politique en France étaient pratiquement toujours compensés par des éloges des administrations françaises et de la mise en valeur de la propre action des militaires par des formules comme celle-ci, concernant des sabotages en novembre 1940 : « Les contre-mesures qui ont été prises ont un bon effet éducatif 51 . » Bref, du point de vue de la sécurité, l’administration militaire montrait qu’elle avait la situation en main, et du point de vue de la propagande, elle ne cessait de rappeler que le soldat allemand était lui-même le meilleur ambassadeur du Reich. La situation n’était pas mauvaise en tant que telle ; dans cette optique, seul le projet d’une collaboration politique et idéologique l’était. Celle-ci n’était pas nécessaire, selon le Militärbefehlshaber , pour assurer une collaboration dans les faits sur le plan économique et en conséquence militaire aussi, comme le rapport du mois de juillet 1941 le révèle clairement :

  • 52 MBF, Lagebericht Juli 1941, Anlage « Besprechungspunkte OB West » (...)

« Au-delà des conditions fixées par le traité d’armistice, le peuple français travaille pour une bonne part pour la guerre allemande contre l’Angleterre. L’industrie française de l’armement marche presque pleinement pour les objectifs allemands. Des travailleurs français sont employés par milliers pour les constructions navales et l’aviation ainsi qu’en Allemagne 52 . »

50C’est pour donner une image « positive » de l’attitude de la population que l’on y insiste : si « la masse de la population française » n’est « assurément pas pro-allemande »,

« […] elle s’adapte aux exigences de la puissance d’occupation et se comporte d’une façon correcte […], somme toute je dois constater que le peuple français se comporte généralement d’une façon loyale, face à la pénurie alimentaire et la menace d’un hiver sans charbon, et ce, en travaillant largement au service des intérêts allemands » (f° 108, 111).

51Il se dégage une conception pragmatique de la collaboration réelle, se méfiant de toute idéologie qui, selon ce point de vue, ne pouvait que renforcer les clivages politiques en France et par conséquent entre la France et l’Allemagne. Car les militaires misaient sur un gouvernement français, fort mais prêt à collaborer sans trop l’afficher, au lieu de croire, comme Abetz, pouvoir tirer des avantages d’un gouvernement faible en s’appuyant sur des groupes ouvertement fascistes mais peu ancrés dans la population.

Notes

1 Les rapports rédigés par les différents départements de l’administration militaire sous la direction du colonel Speidel pour le Militärbefehlshaber Otto von Stülpnagel (puis son successeur Heinrich von Stülpnagel) qui les transmettait aux autorités militaires et politiques à Berlin.

2 MBF (= Militärbefehlshaber Frankreich ), Kommando-Stab, Lagebericht August 1940 , 02-09-1940, p. 1 sq. , BA MA (= Bundesarchiv/Militärarchiv), RW 35/4. Jusqu’à indication nouvelle, les documents cités sont toujours classés sous la dernière cote mentionnée.

3 Heeresgruppe A Ic/Pr. an OKW/WPr., 08-07-1940, betr. Haltung der französischen Bevölkerung , document consulté au PA AA (= Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes), Büro des Staatssekretärs, Akten betr. Frankreich, Bd. 2/R 29587, f° 144/f° 119743.

4 Lagebericht Verwaltungsstab , annexé au Lagebericht August 1940 , doc. cit., p. 6. (f° 29 v°).

5 MBF, Kommando-Stab, Lagebericht September 1940 , 29-09-1940, p. 5, f° 62.

6 MBF Kdo-Stab, Lagebericht Oktober 1940 , 01-11-1940, p. 5 (f° 99).

7 MBF Kdo-Stab, Lagebericht November 1940 , 03-12-1940, p. 5, 7 (f° 129, 131).

8 Grimm (Friedrich), Frankreich-Berichte 1934 bis 1944 , Bodman, Hohenstaufen, 1972, p. 155 sq. (30-12-1940).

9 MBF Kdo-Stab, Lagebericht Dezember 1940/Januar 1941 , p. 11 (f° 201).

10 Télégramme envoyé à Berlin le 19-12-1940, repris dans Pétain et les Allemands – Mémorandum d’Abetz sur les Rapports franco-allemands , Paris, Éd. Gaucher, 1948, p. 53 sq. Le livre est la traduction du rapport d’Abetz sur le bilan de son activité, mis au point le 1 er juillet 1943.

11 Abetz, op. cit. , p. 53.

12 Abetz, Telegramm n° 1556, 18-12-1940, f° 301 sq. (120316 sq. ) PA AA, Staatssekretär, Frankreich.

13 Nous ignorons si ce passage figure dans l’original du dossier établi par Abetz en 1943, de toute façon, il figure dans le rapport télégraphié à Berlin le 18 décembre 1940.

14 Abetz, Telegr. n° 1577, 21-12-1940, f° 307 sq. (f° 120324 sq. ).

15 MBF Kdo-Stab, Bericht über die politische Lage in Frankreich (Auszug aus dem Februar-Lagebericht des Militärbefehlshabers), Paris, 08-03-1941, f° 21, BA MA, RW 35/238.

16 Rapport sur la situation pour Monsieur le Ministre des Affaires étrangères du Reich – La France un an après l’armistice, Paris, le 23 juin 1941, in Abetz, Mémorandum , op. cit. , p. 85 sq.

17 MBF, Lagebericht März 1941 (5-04-1941), p. 13 (f° 43).

18 Doc. cit., p. 13, 16 (f° 43, 46).

19 MBF, Lagebericht April/Mai 1941 (25-05-1941), p. 38 (f° 90).

20 Note du général Halder de la rencontre au Berghof, le 31-07-1940, cf. Generaloberst Halder, Kriegstagebuch, Tägliche Aufzeichnungen des Chefs des Generalstabes des Heeres 1939-1942 , Bd. 2 (1-07-1940 – 21-06-1941), herausgegeben vom Arbeitskreis für Wehrforschung Stuttgart, bearbeitet von Hans-Adolf Jacobsen in Verbindung mit Alfred Philippi, Stuttgart, Kohlhammer, 1962, p. 46 sqq. Voir aussi Michalka (Wolfgang) (éd.), Deutsche Geschichte 1933-1945 – Dokumente zur Innen – und Außenpolitik , Frankfurt a.M., Fischer TB, 1933, p. 190 sq.

21 Halder, ibid. , p. 56. Note du 06-08-1940.

22 Constantini (Aimé)/Masson (Philippe), « La guerre germano-soviétique », in Masson (Philippe) (éd.), La Seconde Guerre mondiale – campagnes et batailles , Paris, Larousse, 1992, p. 125 sq. L’historiographie (ouest-)allemande a longtemps dissimulé cette supériorité de la Wehrmacht en donnant des chiffres faux non seulement sur les forces soviétiques, mais aussi sur les forces allemandes, pourtant bien connues. Certaines vulgarisations, par exemple un documentaire télévisé de 1985, rediffusé en 1995, vont jusqu’à attribuer aux Soviétiques une supériorité de 4 : 1 dans le domaine du matériel.

23 Lagebericht Juli 1941 (25-07-1941), p. 1 (f° 104).

24 Cf. Rahn (Rudolf), Ruheloses Leben. Aufzeichnungen und Erinnerungen , Düsseldorf, Diederichs, 1949, p. 136-141.

25 Cf. Longerich, ibid. (voir supra , p. 150), p. 51.

26 Bericht eines Verbindungsmannes der Deutschen Inf. Stelle III, der sich seit einem Monat im unbesetzten Gebiet Frankreichs aufhält , Büro des Staatssekretärs, Frankreich, Bd. 5, PA AA, R 29590, s. d., f° 047/f° 211096.

27 Bericht eines Verbindungsmannes der Inf. Stelle III, der sich in Südfrankreich aufhält, vom 8. Juni 1941 , f° 066 sq. /f° 211112 sq. , arch. cit.

28 Bericht über eine Reise im unbesetzten Frankreich vom 7. bis zum 16. Juni, Wiesbaden, 24-06-1941 , f° 094/f° 211140.

29 Bericht eines V.-Mannes der Deutschen Inf. Stelle III aus dem unbesetzten französischen Gebiet vom 26. Juni 1941 , f° 130/f° 211174.

30 Bericht eines V.-Mannes der Deutschen Informationsstelle III vom 28. Juni 1941 aus Toulouse, Berlin, 09-07-1941 , f° 151-153/f° 211191-211193.

31 V.-Mann der Inf. Stelle III in Marseille/ » Betr. Situation und Stimmung in Nizza », 9. Juli 1941 (Berlin, 14-07-1940), f° 171 sq. /f° 211211 sq. Notons en passant qu’à partir de ce rapport on ne parle plus d’«  un agent secret » ( ein V.-Mann ), mais de «  l’ agent secret » ( der V.-Mann ) à Marseille, Toulouse et Aix-en-Provence, ce qui semble signifier que ces agents étaient placés plus ou moins durablement dans ces villes.

32 Deutsche Inf. Stelle III, Berlin, den 10. August 1941, [ Bericht des Verbindungsmanns in Toulouse vom 04-08-1941 ], f° 294.

33 V.-Mann der Inf. Stelle III, Bericht vom 15. August (Berlin, 17-08-1941) , p. 3 (f° 322). Sur l’enjeu du discours de Pétain, cf. aussi Laborie, op. cit. (voir supra , p. 212), p. 251.

34 Cf. aussi Thalmann, ibid. , (voir supra , p. 8), p. 85 sqq.

35 Deutsche Inf. Stelle III, Berlin, den 22. August 1941, [ Stimmungsbericht V.-Mann in Aix-en-Provence, 17-08-1941 ], p. 1, f° 344.

36 Lagebericht August 1941 (25-08-1941), p. 5 (f° 118), BA MA, RW 35/238.

37 Lagebericht September 1941 (25-09-1941), p. 1 (f° 122).

38 En vérité, cette action fut largement freinée par Hitler et le contingent de la Légion limité à 15 000 hommes, car Hitler ne put pas se familiariser avec l’idée de considérer la France comme une alliée de l’Axe et voulut surtout l’empêcher de remettre sur pied une force armée potentiellement dangereuse pour l’Allemagne elle-même. Cf. Jäckel (Eberhard), La France dans l’Europe de Hitler , Paris, Fayard, 1968, p. 261 sqq.

39 Lagebericht September 1941 , doc. cit., p. 3 (f° 124).

40 « Cette hésitation du destin est l’épreuve des “collaborateurs”. On voit se dessiner parmi eux deux tendances : tandis que les joueurs tendent à renverser leur “position”, les mystiques s’absorbent plus profondément dans leur foi. […] D’ailleurs, on ne raisonne que sous la pression impérieuse des faits. Dès qu’un peu de “jeu” apparaît dans le mécanisme des événements, chacun retourne à ses préférences ou à ses craintes secrètes. » Fabre-Luce (Alfred), Journal de France : Août 1940-Avril 1942 , Paris, Impr. J.E.P., 1942, p. 264. Ce journal fut traduit en allemand et parut en 1943 sous le titre Nach dem Waffenstillstand. Französisches Tagebuch 1940-1942 . Cf. Loiseaux, op. cit. , p. 96.

41 Drieu La Rochelle (Pierre), Journal 1939-1945 , présenté et annoté par Julien Hervier, Paris, Gallimard, 1992, p. 275. (01-10-1941). Voir aussi la remarque suivante : « On tremble pour les Allemands, on voit de mois en mois leur tâche s’élargir et se compliquer. […] Ils ne pourront plus jamais lâcher la Russie ; ce qui veut dire qu’elle ne les lâchera plus. », ibid. , p. 271, 278.

42 Lagebericht Oktober 1941 , (30-10-1941), Anlage , p. 3 (f° 154), arch. cit.

43 D’après les documents conservés aux Archives militaires allemandes : Otto von Stülpnagel, Aufzeichnung über meine telefonische Rücksprache mit Generalmajor Wagner , 23-10-1941, RW 35/1, f° 56-57 (et : 24-10-1941, f° 98-100)/ id. , MBF Nr. 10/42, [ Brief an Generalfeldmarschall Keitel ], 15-02-1942 (Entwurf), f° 100-107.

44 Abschrift OKW Nr. 505/419, 30-06-1941 , MBF Kdo-Stab Ia, BA-MA, RW 35/1, f° 18.

45 [ Brief an Generalfeldmarschall Keitel ], 15-02-1942, doc. cit., p. 2-3 (f° 101-102).

46 Lagebericht Dezember 1941 (25-12-1941), p. 1 (f° 172), BA MA, RW 35/238.

47 Rapport du 5 janvier 1942, Mémorandum d’Abetz , op. cit. , p. 132. * Il manque une partie du texte (coquille d’imprimerie). Abetz n’a pas repris ce passage dans ses mémoires où il retrace l’entretien avec Hitler, cf. Mémoires… , op. cit. (voir supra , p. 60), p. 238 sqq.

48 Titre d’un chapitre dans Umbreit (Hans), Der Militärbefehlshaber in Frankreich 1940-1944 , Boppard a.Rh., Boldt, 1968, p. 163.

49 Thalmann, ibid. , p. 74.

50 Lefébure (Antoine), Les conversations secrètes des Français sous l’Occupation , Paris, Plon, 1993, p. 310.

51 MBF KdoStab, Lagebericht November 1940 , p. 11 (f° 135), BA-MA, RW 35/4.

52 MBF, Lagebericht Juli 1941, Anlage « Besprechungspunkte OB West » (11-08-1941), p. 1, RW 35/238, f° 108.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search