Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Deuxième partie. Les discours de la guerre 1939-1940

Chapitre VII. L’image de la France et l’explication de la victoire allemande à travers les récits de guerre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Ce n’étaient pas nos deux peuples qui furent étrangers l’un à
l’autre, mais c’étaient les idées, selon lesquelles ils vivaient.
C’est en fait selon les idées des peuples jeunes que l’avenir de
tous devra se faire. Pourquoi voulez-vous rester à côté ?
(Extrait du roman Französische Elegie,
de Roland Krug von Nidda.)

  • 1 Selon le recensement dans Deutsches Bücherverzeichnis 1941-1950, « Krieg 1939/45 ».
  • 2 Cf. Bücherschau der Weltkriegsbücherei, Institut für Weltpolitik, Stuttgart, 20.-23. Jg., 1940-194 (...)

1À peu près deux cents livres sur la campagne de l’Ouest et la victoire allemande de 1940, récits de guerre ou réflexions politiques, ont paru entre 1940 et 1944, souvent écrits par des combattants ou des journalistes (Kriegsberichterstatter), membres des compagnies de propagande de Goebbels1. Nous avons pu consulter un bon nombre des ouvrages figurant dans la sélection de la Weltkriegsbücherei2. À part le récit des différents combats « héroïques » de l’armée allemande, ces livres comportent beaucoup de jugements sur la France et les Français ainsi que sur les raisons de la guerre et de la victoire allemande qui nous intéressent en premier lieu.

2Les auteurs en question étaient presque tous des « professionnels », des journalistes enrôlés ou volontaires dans les compagnies de propagande. Leurs livres constituent souvent des recueils de reportages envoyés pendant la campagne, les écrivains parmi eux profitèrent de la situation pour tenir des journaux ou, après l’armistice, rédiger des mémoires. Le fait d’avoir vécu personnellement ces expériences et de devoir en livrer des récits vivants, « réalistes », au lieu de commenter les événements de loin, leur donna aussi la possibilité de se dérober à maint commentaire politique au profit d’une certaine « objectivité » de la description, qui reste néanmoins très relative. La guerre était évidemment justifiée selon eux et la victoire totale de l’Allemagne les emplit d’une grande joie. On remarque pourtant des différences sensibles dans la manière d’aborder la France et les Français.

Les raisons de la guerre

  • 3 Stackelberg (Karl Georg von), Ich war dabei, ich sah, ich schrieb [J’étais présent, j’ai vu, j’ai (...)
  • 4 Bauer (Walter), Tagebuchblätter aus Frankreich [Feuilles d’un journal de France], Dessau, K. Rauch (...)
  • 5 Tous les deux se traduisent par « sacrifice », mais le premier signifie l’acte de (se) sacrifier, (...)

3Tous les auteurs pris en compte considèrent la campagne de France comme une continuation de la guerre de 14-18, la revanche à laquelle furent contraints soldats allemands et poilus français : « Il n’y avait pas d’hostilité entre eux », résume Karl Georg von Stackelberg à propos de la situation sur le Rhin pendant la « drôle de guerre »3. Mais l’anéantissement du « système de Versailles » et le combat décisif contre les « fauteurs de guerre » à Paris et Londres sont néanmoins ressentis comme nécessaires et urgents pour arriver à une « paix durable ». Souvent on évoque cette tâche « sacrée » comme un legs personnel des pères et frères, morts en 1914-1918. Ainsi, l’écrivain Walter Bauer, l’un des collaborateurs plus ou moins réguliers de la revue littéraire Das Innere Reich, dont les directeurs et auteurs revendiqueront après 1945 l’appellation de l’« exil intérieur », participa à la campagne de l’Ouest comme chauffeur et revit Verdun, où ses frères avaient combattu 25 ans plus tôt. Mais, « à la différence d’eux », écrit-il, « je ne suis pas ici dans la tranchée pour rentrer à la fin sans avoir vu l’objet du sacrifice. Moi, je verrai Verdun4 ». L’emploi du terme Opferung au lieu d’Opfer (sacrifice)5 souligne encore l’intention du propos : c’est un acte sacré. Tout comme son grand-père, en 1870, avait été « destiné à y faire le don de sa vie » (loc. cit.).

  • 6 Weiss (Wilhelm), « Vom Durchbruch bis zur Katastrophe », in id. (éd.), Der Krieg im Westen – Darge (...)
  • 7 Krug von Nidda (Roland), Französische Elegie, Potsdam, Rütten & Loening, 1941.

4Parfois, on trace une vision historique plus large, comme Wilhelm Weiss dans le Völkischer Beobachter : « Sur les mêmes champs de bataille en Belgique et dans le Nord de la France, pendant des siècles l’Europe centrale allemande fut contrainte de défendre son existence contre l’Occident et contre son cri pour la frontière du Rhin6. » Dans un roman intitulé Élégie française, racontant les relations franco-allemandes à travers l’histoire de deux amis, l’un Allemand (Michael), l’autre Français (François), et d’une Française (Jacqueline) qui se trouve entre les deux, Roland Krug von Nidda, Consul général à Vichy au moment de la parution de son livre7, a mis au point l’accusation de la France dans l’optique de quelqu’un qui travaillait pour la « réconciliation » franco-allemande avant et après 1940. Les deux héros masculins s’affrontent pendant la guerre et François, capitaine de l’armée française, se retrouve prisonnier auprès de Michael, capitaine de la Wehrmacht. Jacqueline, quant à elle, s’indigne contre cette guerre et surtout contre les Anglais dont elle ressent la présence comme une occupation. Elle finit par être incarcérée et meurt en prison, confiante dans le fait que les deux peuples allaient un jour se tendre amicalement la main. Or,

« […] les tentatives de réconciliation des dernières années n’étaient qu’un geste de politesse pour François, mais une croyance pour Michael. […] La France avait renoncé à la main tendue de la réconciliation ; elle avait été trop faible pour comprendre le sens du renouveau général et, tourmentée par la jalousie nationale, elle avait refusé d’accorder au Reich la position qui lui était due » (p. 20-23).

  • 8 Erck (Karl), « Von Versailles nach Vichy – Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1919 », in B (...)
  • 9 Zenkner (Oswald), Frankreich fällt. Achtzehn Tage, die die Welt erschütterten [La Chute de la Fran (...)
  • 10 [N.N.], « Der Mass-Durchbruch » (Berlin 17. Mai), Völkischer Beobachter, repris dans Weiss, op. ci (...)

5On retrouve les réflexions sur la « culpabilité ». Les auteurs qui affichent leur conviction nazie, comme Karl Erck, dans une contribution à l’ouvrage collectif Notre combat en France (1941), ne concèdent que très peu de circonstances atténuantes aux Français : « La liaison aveugle de la politique française à l’Angleterre […] n’est pas une excuse mais une faute8. » Pourtant : tous pensent qu’il faut chercher les causes dans « les machinations des instigateurs de Londres » (Stackelberg, p. 157 sq.), que « c’étaient les Anglais qui ont entraîné la France dans le malheur », selon Oswald Zenkner9, que « la France et la Belgique doivent leur malheur uniquement à l’Angleterre10 ». « Depuis le premier jour, le poilu (et, avec lui, le citoyen français) pressentait qu’il ne combattait pas pour le France, mais pour les Anglais, les Juifs, les Polonais, pour les ploutocrates et les députés de Paris et de Londres. » (Erck, p. 63.)

  • 11 Beer (Willy), « Die Neuordnung Europas », in Beer/Dettmann et al., op. cit., p. 141. L’auteur est (...)
  • 12 Hönig (Hermann), So starb die Dritte Republik [Ainsi mourut la IIIe République], Berlin, Schützen- (...)

6Le but de la guerre est la création d’une « Europe remodelée […] pour des siècles entiers » (Stackelberg, p. 13). Que périsse l’Europe « marquée de la notion occidentaliste de civilisation », pense Willy Beer11, et une France qui, en 1939, selon Hermann Hönig, célébrait le cent-cinquantenaire de « l’accomplissement du règne de la fausse déesse nommée Raison sur un peuple qui ne reconnaissait comme seul objectif de sa vie que le maintien d’une hégémonie de la déraison sur la moitié du monde12 ». Certains des auteurs (très peu, tout de même) ont la franchise d’afficher très clairement : « Le siècle allemand de l’Europe commence. […] Sera-ce un millénaire, le millénaire allemand de l’Europe ? » (Zenkner, p. 132.) Mais, en général, on affiche des intentions défensives, même en évoquant la nécessité d’un « espace vital » pour l’Allemagne qui ne voudrait que récupérer « ce qui lui est dû » (Beer, p. 149). À la différence de Napoléon, dont les guerres manquaient de légitimation, dit Zenkner, « notre Führer mène cette guerre à cause de la nécessité inéluctable de conquérir l’espace vital nécessaire pour notre peuple. Les autres peuples, plus faibles, ont tout, le peuple allemand, grand et vigoureux, n’a rien. C’est pourquoi nous avons le droit historique à la victoire ! » (Zenkner, p. 102). Dans son roman, Krug von Nidda va jusqu’à suggérer que la faiblesse de la France serait à l’origine de la guerre : « Ce qui jadis fut l’expression du pouvoir de la France et de la pensée française n’était plus qu’une façade pâle à présent ; une telle erreur devait à court ou long terme mener à l’affrontement avec les forces qui avaient gardé encore un sentiment sain. » (p. 39 sq.) Plus tard dans son roman, l’Allemand dit au Français fait prisonnier : « Ce n’étaient pas nos deux peuples qui furent étrangers l’un à l’autre, mais c’étaient les idées, selon lesquelles ils vivaient. C’est en fait selon les idées des peuples jeunes que l’avenir de tous devra se faire. Pourquoi voulez-vous rester à côté ? » (p. 218.)

7Dans un autre récit littéraire, Wilhelm Ehmer fonde son analyse du conflit sur le cliché le plus ancien concernant les deux pays :

  • 13 Ehmer (Wilhelm), Die Nacht vor Paris [La Nuit devant Paris], Erzählung, Stuttgart, A. Spemann, 194 (...)

« La France ne voulait plus “devenir”, elle ne voulait plus qu’“être”, s’accrocher à ce qu’elle avait gagné, sauvegarder ce qu’elle avait acquis. Et ainsi ce peuple a méprisé tous les signes du temps dans un aveuglement abruti – et elle connaît maintenant un effondrement selon une logique sans merci13. »

  • 14 Cf. Hillesheim (Jürgen)/Michael (Elisabeth), Lexikon nationalsozialistischer Dichter. Biographien, (...)

8Edwin Erich Dwinger, écrivain honoré par le titre de « sénateur culturel du Reich » (Reichskultursenator) et d’Obersturmführer SS, participait comme Kriegsberichterstatter à toutes les étapes de la guerre14. Dans son ouvrage sur la campagne de France, l’enjeu de la guerre est élevé à celui d’une confrontation eschatologique. Interrogeant des soldats français faits prisonniers, après la prise de Calais, il écrit :

  • 15 Dwinger (Edwin Erich), Panzerführer. Tagebuchblätter vom Frankreichfeldzug [Journal de route de la (...)

« Je parlai avec quelques-uns, j’aurais aimé savoir s’ils ne comprenaient toujours pas… C’était Calais, enfin, tout à fait une étape cruciale de la guerre ! Mais ils ne le comprirent pas, cette guerre était pour eux comme toute autre guerre – quant à son cours suivant la loi naturelle, quant à sa cause première enracinée dans le biologique, quant à son tournant historique qui est lié à cela, aucun d’entre eux n’a jamais réfléchi là-dessus, aucun n’a jamais pris conscience de cela ! C’est en vain, pensai-je, accablé, nous devons les anéantir, car ils nient l’histoire du monde…15 »

9Dans un autre passage, les Français captifs déclarent qu’ils n’ont jamais cru à la victoire contre l’Allemagne, car cette fois-ci l’Allemagne n’était pas désavantagée par une guerre sur deux fronts. Dwinger peint une image déplorable du soldat français, abattu moralement quand il a échappé au sort d’être abattu physiquement : « Et encore une fois je me suis rendu compte que ces hommes ne sont plus des guerriers, que cette nation a abandonné la lutte pour la vie. » (p. 75.) Enfin, tous ces livres montrent la ferme conviction des soldats allemands qui, à la différence des Français, savent pourquoi ils se battent, même si l’affirmation du caractère arbitraire de cette guerre, d’un côté, et, de l’autre, celle de sa nécessité quasiment « biologique », se trouvent souvent exprimés contradictoirement : Hönig écrit ainsi qu’Hitler fut « le vainqueur d’une guerre qu’on lui avait imposée », avant d’ajouter :

« Il n’y a pas de guerres justes et injustes. Il y en a seulement qui sont nécessaires et d’autres qui sont superflues. […] La guerre elle-même est un phénomène naturel qui se trouve au-delà de toute évaluation humaine. Abolir la guerre signifierait abolir la nature. […] Ce qui peut sauver l’humanité de la régression à l’état des animaux de proie, c’est uniquement la limitation raisonnable des causes de guerre au minimum qui est déterminé par des lois biologiques fondamentales. La nature est meilleure qu’on ne croit. Elle juge suivant la justice émanant de ses propres lois, qui donne raison non pas au faible mais au fort, à celui qui est plus vital et plus sain. » (p. 236, 239.)

10Dans une rétrospective étonnamment franche sur les rapports franco-allemands de l’entre-deux-guerres, Erck constate que les Occidentaux ont marqué leur chance d’arrêter le redressement du IIIe Reich, quand il était encore temps, et d’assurer leur propre réarmement ; à l’instar de Höhn (voir supra), l’auteur se félicite notamment de l’action des émigrés allemands, parce que

« […] justement l’influence considérable des émigrés à Paris était propice pour le succès d’Hitler en politique étrangère : à savoir que, par le fait que pendant les semaines, mois et années qui suivirent la prise du pouvoir aucune action de la part des Français (et des Anglais), surtout aucune guerre contre ce Troisième Reich, ne fut entreprise parce qu’on croyait les émigrés selon lesquels le nouveau régime allait échouer à l’intérieur. Grâce à cette opinion erronée, le Reich put au contraire se consolider » (p. 56).

« Éthique » et esthétique de la guerre

11Les contours d’un certain code « éthique » de la guerre s’amorcent également dans ces livres, une responsabilité du guerrier, respectée par les Allemands, contrairement aux Français. Ainsi, dans le récit littéraire déjà évoqué de W. Ehmer, dont l’action se déroule dans un poste de commandement proche de Paris à la veille de la reddition de la capitale – scène fidèle à la situation du 13 juin 1940, comme l’auteur l’affirme –, nous lisons :

« Cette responsabilité de l’esprit savait bien qu’une force créatrice est également inhérente à la guerre parce que la guerre extorque l’extraordinaire et fait impétueusement avancer l’évolution, à l’haleine accélérée, vers d’autres rivages. Mais les démons de la destruction ne devaient jamais être déchaînés arbitrairement : toujours, la volonté visant l’avenir devait être consciente de ce commandement principal – seul eut le droit de détruire, celui qui avait en même temps la force de la reconstruction. » (p. 76. Italiques par l’auteur.)

12Sur le plan personnel aussi, cette guerre est présentée comme une épreuve existentielle chez plus d’un écrivain, par exemple chez Dwinger qui transfigure la menace de la mort en une série de renaissances offertes au guerrier : « N’était-ce pas la plus belle chose dans la guerre, le fait qu’on recevait la vie toujours de nouveau comme un don ? » (p. 11.) Contrairement à l’ouvrage de Dwinger, celui de Walter Bauer n’est pas un récit d’héroïsme, mais ne raconte pas non plus seulement des visites de monuments historiques comme le château d’Amboise et le Mont Saint-Michel. S’il exprime de la tristesse à propos des morts, par exemple dans le poème Künftige Heimkehr (Rentrée à venir), inséré dans ce journal intime – « Je ne peux l’oublier : /la nuit amère, le cri de la mort/de beaucoup que je connaissais » (p. 44) – l’expression de l’expérience existentielle garde une ambiguïté voulue sur l’attitude envers la guerre et la mort, lorsque l’auteur écrit :

« C’est la guerre qui change le temps, elle anéantit ou accélère la croissance des âmes, je suis soldat, et je vois les choses autour de moi avec une joie profonde, douloureuse. […] Je ne sais pas comme cela se fait, j’ai l’impression que je vois beaucoup de choses dans une profondeur dans laquelle je ne les ai pas encore vues. […] Le quotidien se revêt de la signification du merveilleux, une splendeur incomparable, émanant de choses insignifiantes, vient à la rencontre de moi. » (p. 20, 77, 45.)

13Était-ce dû, se demande-t-il, au « temps de la plus profonde séparation » avec sa vie antérieure, ou à la mort « dont l’horizon sombre fait entrer les apparitions du monde dans une existence si profonde, cachée au fond, comme le paysage dans la lueur d’orage » ? (p. 13). La « splendeur de la mort et de l’immortalité » que l’auteur évoque à plusieurs reprises – par exemple comme caractérisation du dernier moment avant l’appel à l’attaque (p. 14) – relativise la mort par la consolation d’une immortalité possible, au moins symbolique, dans la mémoire des survivants, tout comme les morts de 1914-1918 étaient vivants dans l’esprit des soldats de 1940. « Les morts ne sont pas morts », c’est une devise que l’auteur reprend d’un poète ami et qu’il fait particulièrement sienne, y reconnaissant la condition existentielle de tous les écrivains qui survivraient dans leur œuvres (p. 66, 69).

14L’expérience existentielle est héroïsée dans plus d’un ouvrage à travers l’esthétisation de la guerre qu’on avait déjà connue dans la littérature issue de la guerre de 14-18, et notamment chez Ernst Jünger. Parmi les ouvrages que nous avons consultés, celui de Dwinger se rapproche le plus de ce modèle, au moins dans certains passages, lorsqu’il évoque « le gargouillement sifflant » des obus (p. 65), ou dans ce passage exemplaire : « À ce moment la DCA commença à tirer, un fracas enragé se leva sur toute la place, les bas calibres jappant comme de petits chiens, les pièces plus grandes aboyant comme des dogues méchants. » (p. 11.) Très typique aussi cette description des sentiments dans un dialogue, la veille d’une attaque :

« Lui aussi, il fut tout de suite saisi par ce grondement qui montait vers nous comme un orchestre à cent voix. […] C’est comme l’ouverture d’une symphonie funèbre, dit-il enfin, qui va se déchaîner demain avec tous les fortissimos. C’est “la veille de la bataille”, comme c’est décrit dans tant d’histoires – je n’aurais jamais cru en ressentir une fois l’atmosphère de façon si émouvante… » (p. 22 sq.)

  • 16 Frowein (Kurt), Festung Frankreich fiel, Berlin, W. Limpert, 91e-140e mille, s. d. (11940).

15Dans La Chute de la Forteresse France, de Kurt Frowein16, « il avait plu des bombes de stukas » sur le fort Charlemont, avant que l’infanterie n’attaque, et « les mitrailleuses donnent le feu de leurs salves gazouillantes à chaque dos courbé et chaque casque d’acier apparaissant » (p. 49, 31). Alors que Stackelberg savait : « Quand les obus chantaient au son clair on sut alors qu’ils passaient au-dessus, quand ils gargouillaient de façon plus grave, leurs impacts étaient plus proches. » (p. 145.)

16Conjointement à l’esthétisation de l’action de combat, la guerre est presque toujours éloignée, jamais vraiment présente, malgré des irruptions d’obus à proximité de l’auteur, mais celui qui raconte ne participe pas au combat, il est avec les commandants, s’installant chaque fois dans des endroits agréables, voire somptueux (très souvent des châteaux), de sorte que Dwinger peut constater, à un moment donné : « Tout cela ressemblait à peine à une guerre, mais plutôt à une manœuvre joyeuse. » (p. 58.) Et la bataille de Flandre, chez Frowein, ressemble plus à une visite touristique :

« Nous avons visité la ville de Boulogne. Nous avons acheté de la confiserie et des fruits méridionaux dans l’ombre des pergolas. Nous nous sommes promenés le long des vitres des galeries marchandes. […] Nous avons bu de la bière fraîche à Calais, fouillé dans les étalages d’une grande librairie et acheté un petit volume des histoires de pitié d’Anatole France. Proche de la mer nous avons dormi dans la petite villa de campagne d’un fonctionnaire ministériel français. Dans le jardin, des centaines de rosiers fleurissaient en rose et en un noble jaune. Et pourtant, à cent mètres de cette maison, le chemin de retraite de l’ennemi contournait Dunkerque ! » (p. 72.)

17Frowein réussit même à « dé-terroriser », si l’on peut dire, l’affrontement direct où « les éclats d’obus brûlants parsèment la mort de part et d’autre », en expliquant : « Tout cela c’est un fair play dans lequel ce sont les cœurs des combattants des deux côtés et la puissance de leurs armes qui sont décisifs. » (p. 31.) Si le message principal est celui de l’égalité des chances, un deuxième est sous-jacent, à savoir celui que la guerre n’est en quelque sorte qu’un jeu. Même si une fois les chances sont distribuées selon « 90 :10 pour l’adversaire dans la partie » (loc. cit.), le lecteur sait d’avance que le côté allemand gagne toujours, et dans la plupart des cas sans que ses victimes soient comptées, ni même mentionnées. Chez Dwinger, il y a un « lieutenant d’information » qui, au milieu du hurlement des grenades, se trouve dans le grenier, dans la vieille bibliothèque du château, disant : « Je viens de trouver ici une superbe édition originale de Voltaire que j’ai cherchée des années chez les bouquinistes… » (p. 65).

18La banalisation de la guerre se fait également à travers l’affirmation d’une éthique, prétendument respectée par les Allemands, du moindre dégât et surtout de la protection des monuments historiques : « Toute cette guerre est d’une propreté inouïe », affirme Dwinger, « qu’est-ce qui peut mieux témoigner en notre faveur que toutes ces cathédrales de France, qui, au milieu des villes détruites, continuent de pointer vers le ciel, saines et sauves, épargnées presque par amour dans le furioso le plus tourmenté d’une tempête d’avancée inédite ? » (p. 69, 48). De même chez Frowein :

« Ce que nous vîmes à Calais et Boulogne, se confirma plus tard à Rouen, dans les villages de la Somme et de la Seine. Notre glaive ne touchait que l’ennemi. Il épargnait le monument culturel de la cathédrale, l’église blanche et paisible du village, le manoir sans défense situé à l’écart. Mais là, où une gueule sénégalaise ou un casque plat de tommy se montrait dans le trou d’une cave, où des batteries ennemies étaient montées sur les pavés de rues de faubourgs désertés, là, nos armes allemandes tranchaient de façon foudroyante. » (p. 75.)

  • 17 Lingemann (Paul), Pariser Tagebuch 1940. Bilder aus meinem Kriegsaufenthalt in der Weltstadt Paris(...)

19La « propreté » de la guerre allemande et l’« honnêteté » du soldat allemand dont nous parlerons encore plus en détail, se trouvent confrontées à la « saleté » de la guerre française qui se manifeste pour ces auteurs, mais à des degrés très différents, déjà dans la composition de leur armée : « La jungle s’élève contre nous », dit Frowein, « le combat corps à corps, le plus terrible, le plus acharné qu’on puisse imaginer ! Jusqu’à 30, 40 mètres les Noirs se sont rapprochés. La machette entre les dents blanches, rugissant et hurlants par la peur de mort et par la rage sanguinaire » (p. 103, 92). Chez Krug von Nidda, dans l’image des colonnes de milliers de prisonniers français et anglais que le héros allemand s’étonne de voir, la description du faciès se double d’une sorte d’analyse médicale : « Ce sont des Blancs, des hommes de couleur et des Noirs, des visages étrangers aux lèvres gonflées et aux yeux ecchymotiques, des gens venant des parties méridionales du pays, d’Afrique et même d’Asie ; et encore des blonds des régions du Nord. » (p. 189.) Encadrés entre les « Blancs » et les « blonds », au début et à la fin de la phrase, les Français du Midi se trouvent astucieusement associés aux Africains. Paul Lingemann, un écrivain de Cologne, qui mit son don poétique douteux à cent pour cent au service du Führer, par exemple sous forme de poèmes élogieux (« Führer, commande, nous te suivrons ! ») qu’il a insérés dans son Journal de Paris 1940, ne manque pas non plus de dénoncer « les Nègres de la brousse et du Sénégal […], d’un aspect repoussant, des lèvres gonflées, des nez gros et épais, des fronts bas, des crânes laineux, et des yeux d’un air rusé, sournois… Je me secouai de répulsion et de dédain17 ». Souvent, cela est accompagné de documents iconographiques comme cette photo montrant un soldat français maghrébin, avec le commentaire de l’auteur : « À l’état de l’animal : Marocain fait prisonnier, en train de se régaler de son plat préféré – de la viande de cheval crue. » (Frowein, p. 81.) Mais ce n’est pas seulement la présence de « sauvages » extra-européens que Frowein ressent comme une atteinte à la civilisation occidentale :

« Quand on voit ces prisonniers, on a l’impression que les ordures d’une Europe ancienne ont été érigées en barricade devant le pas de route des Allemands. L’officier émigré polonais avec son képi en forme de ballon, criblé de balles, marche à côté du Nègre sénégalais. Le gars du bâtiment de l’Espagne rouge, en vêtements de travail sales, tremble pour sa vie. » (p. 69 sq.)

20En fin de compte, la France ne se distingue pas tellement des troupes barbares qu’elle fait venir :

« Par ailleurs, la France est un pays incroyablement arriéré : arriéré dans les domaines du social, de l’hygiène, de l’urbanisme et de l’architecture ! Mais je n’ai pas tort de supposer, me semble-t-il, que dans l’avenir de l’Europe la France aura encore assez d’occasions pour apprendre maintes choses de nous autres Allemands. » (Lingemann, p. 49.)

Les raisons de la victoire

  • 18 Picht (Werner), Das Ende der Illusionen. Der Feldzug im Westen – ein Sieg der Tat über die Täuschu (...)
  • 19 « Hermann Göring über die deutsche Kriegführung », discours prononcé à Berlin, le 20 mai, repris d (...)

21Tous les auteurs concordent sur le fait que le moral des soldats français était mauvais, le poilu fut d’autant plus démoralisé qu’il s’aperçut que la propagande belliqueuse de son gouvernement ne correspondait en rien à la puissance des armes face à l’ennemi. Sous les gouvernements Daladier et Reynaud la France est devenue l’esclave de l’éternel fauteur de guerre, l’Angleterre. La démoralisation des Français faisait déjà pencher la balance militaire en faveur de l’Allemagne qui, cette fois-ci, savait de surcroît éviter la guerre sur deux fronts. Mais la victoire fut avant tout « une victoire de l’action sur l’illusion », et de la virilité germanique sur une nation efféminée, barricadée derrière une ligne Maginot sans valeur, comme Werner Picht le résume18. Selon le Reichsmarschall Hermann Göring, commentant personnellement la victoire dans les colonnes du Völkischer Beobachter, Hitler est un génie militaire seulement comparable à Frédéric le Grand19. Göring réserve ainsi son éloge débordant du génie d’Hitler à l’aspect militaire, laissant de côté tout l’aspect idéologique sur lequel d’autres auteurs insistent beaucoup :

« La victoire des armes allemandes est la victoire de la révolution allemande en Europe. Le génie du Führer, la foi de tout le peuple allemand en la mission d’Adolf Hitler et l’esprit de sacrifice de la nation créèrent les conditions préalables, spirituelles et psychiques pour la victoire. » (Zenkner, p. 19.)

22Bien qu’évoquant la supériorité de la nouvelle technique des armes ainsi que de la stratégie militaire des Allemands, Zenkner voit la raison principale de la victoire dans la conviction politique et idéologique des Allemands, en suggérant même un parallélisme au syndrome de Valmy :

« Les racines de la victoire allemande sont plus profondes, il faut les chercher à l’origine de la prise de conscience du peuple allemand : dans la vision du monde du national-socialisme. Ce n’est que grâce à l’unification de la nation allemande sous un drapeau unique et derrière une idée politique engageant tous les Allemands que les forces massives ont été déclenchées qui ont frayé le chemin de l’Allemagne vers la liberté. Ces soldats de la jeune Wehrmacht allemande qui ont juré le serment de fidélité à Adolf Hitler, marchaient comme des soldats d’une armée révolutionnaire ! » (p. 170 sq.)

23L’écrivain Kurt Lothar Tank, expert en matière d’histoire de la France, est plus explicite à ce propos, dans son Journal parisien (1941) :

  • 20 Tank (Kurt Lothar), « Fahrt durch das besetzte Frankreich – Oktober/November 1940 », in id., Paris (...)

« Cet élément dynamique se trouve également dans la conception du chef. L’unisson entre le caractère du chef et celui de ses subordonnés a été la condition préalable pour la victoire de la même façon que dans les guerres napoléoniennes, dans lesquelles également une révolution dans l’art de la guerre était liée à la révolution dans les cœurs20. »

24La référence à Napoléon est très différente, d’un auteur à l’autre. Tandis que Zenkner conteste la légitimité de ses guerres impérialistes, Tank loue son élan révolutionnaire. De toute façon, dans une situation de guerre totale, opposant non plus seulement des armées mais des peuples entiers, l’unité du peuple allemand derrière son Führer ne peut qu’assurer la victoire sur les démocraties affaiblies, désunies, démoralisées bien avant le déclenchement des hostilités. C’est la conviction de tous ces auteurs. Le principe autoritaire dans l’État et dans la Wehrmacht rendit l’immense machine de guerre prête à suivre promptement tous les ordres du Führer, raconte Stackelberg, « car le moteur de cette machine était le cœur d’un peuple qui revendiquait son droit vital et dont le chef avait créé cette machine pour imposer ce droit » (p. 61). Sur le plan opératoire de la bataille, dit Weiss,

  • 21 Weiss (Wilhelm), « Dynamische Kriegführung », in Weiss, op. cit., p. 43 sq. (18-06-1940).

« […] la Wehrmacht nationale-socialiste que le Führer a créée est devenue elle-même le porteur d’un nouvel art de guerre révolutionnaire. […] Sur les champs de bataille de la Belgique et du Nord de la France, une expérience ancienne de l’histoire de la guerre se répète aujourd’hui. Le succès de l’emploi de nouveaux moyens de guerre exige comme condition préalable la capacité de les lier à l’application de nouvelles méthodes de guerre21 ».

25Lingemann souligne le fait que l’esprit d’attaque s’harmonisait parfaitement avec la nouvelle arme des tanks :

« Oui, ici, notre arme des chars a gagné d’impérissables mérites ! Elle a apporté la preuve qu’elle est largement supérieure à celle des Français. Supérieure surtout dans la vitesse, la construction, et, ce qui est le plus important : dans l’esprit d’attaque de nos hommes allemands ! Et cet esprit d’attaque légendaire est également décisif pour cette arme-là. On peut dire que nos tanks ont en vérité déterminé l’allure de l’armée qui a poursuivi l’ennemi d’une attitude admirable, pendant ces quatre semaines célèbres, et l’a anéanti partout où elle l’a rencontré. » (p. 51.)

26On hésite alors à attribuer aux nouvelles armes (chars, avions) l’importance décisive, rares sont en effet de telles conclusions : « Les nouvelles armes d’attaque allemandes, dont l’impact terrible a écrasé la France en six semaines : les tanks, les stukas, l’infanterie motorisée. » (Frowein, p. 49.) On préfère souligner le lien entre la machine, la stratégie et la tactique militaires, l’essentiel étant le génie du Führer, le principe autoritaire dans la structure même de la Wehrmacht, l’unité des soldats et de tout le peuple.

27Ernst Jünger passe du plan concret à celui de la réflexion philosophique en faisant allusion à son ouvrage Le Travailleur, paru en 1932, dans une scène du premier volet de son journal de guerre, Jardins et routes, paru en 1942, où il parle avec des prisonniers français moralement abattus :

  • 22 Jünger (Ernst), Journaux de guerre, Paris, Julliard, 1990 : Montmirail, 18 juin 1940 (Éd. orig. : (...)

« En les interrogeant sur les causes de cet effondrement si subit, j’appris qu’ils l’attribuaient aux attaques des bombardiers en piqué. La liaison, l’arrivée des réserves et la transmission des ordres s’en étaient trouvées empêchées dès le commencement, après quoi les armées avaient été coupées en morceaux par les armes rapides, comme à coup de tranchet. À leur tour ils me demandèrent si je pouvais définir les causes de notre succès ; je répondis que je le regardais comme une victoire de l’ouvrier [du travailleur, W.G.], mais il me sembla qu’ils ne comprenaient pas le vrai sens de ma réponse. C’est qu’ils ignoraient les années que nous avons vécues depuis 1918 et les leçons que nous avons façonnées comme en des creusets brûlants22. »

  • 23 Cf. Hervier (Julien), Entretiens avec Ernst Jünger, Paris, Gallimard, 1986, p. 85. Cf. Jünger (Ern (...)
  • 24 Suivant la traduction de J. Hervier, nous écrivons le « Travailleur » avec une majuscule lorsqu’il (...)
  • 25 Jünger, in Hervier, op. cit., p. 85.
  • 26 Dieu est-il français ?, op. cit., 1991, p. 175. Sur les rapports entre les pensées de Sieburg et d (...)
  • 27 Hervier, « Avant-propos », in Jünger, Le Travailleur, op. cit., p. 15.

28Comment Jünger pouvait-il attendre qu’ils comprennent l’allusion au Travailleur ? Ce passage du Journal de guerre confirme, contrairement à ce que Jünger et ses administrateurs ont prétendu après 194523, que le Travailleur, paru en 1932, n’était point une somme de réflexions générales sur les « temps modernes » ; pour l’auteur le « Travailleur24 » comme « Titan moderne25 » ne se manifestait point partout, mais surtout en Allemagne, et de toute façon pas en France, car c’est la maîtrise de la technique par l’homme, et dont le « Travailleur » jüngerien est la figure mythique, qui expliquerait la victoire militaire allemande. Il y a d’ailleurs un certain parallélisme avec la remarque de F. Sieburg, dans Dieu est-il français ?, que la France devait surtout craindre le progrès technique incarné par l’Allemagne, « la technique qui triomphe de l’esprit26 », réflexion qui à l’époque, certes, n’envisageait pas la victoire par la guerre, mais simplement par l’évolution des choses. La « Figure » du « Travailleur » chez Jünger est en quelque sorte une réincarnation de l’homme faustien, à cette différence que le pacte conclu jadis avec le diable est maintenant une interdépendance entre l’homme et la technique. Jünger décrit le monde du Travailleur dans une attitude d’amor fati, comme le reconnaît Julien Hervier tout en suggérant que « son œuvre est descriptive et n’a aucune valeur normative27 », alors que ce fatalisme « positif » de Jünger, qui revient à l’identique dans son Journal de guerre, est lui-même « normatif » dans la mesure où il présente, en 1932, le glissement dans la société totalitaire de type fasciste (car c’est de l’Allemagne qu’il s’agit) comme prédestiné et incontournable. D’une façon similaire à celle de Sieburg dans Défense du nationalisme allemand, Jünger se félicite de l’écroulement du monde bourgeois et appelle à s’abandonner au mouvement, avec une allusion à la Volonté de puissance de Nietzsche : « Il est désormais inutile de se préoccuper encore d’une inversion des valeurs – il suffit de voir ce qu’il y a de neuf et d’y participer. » (Travailleur, p. 87.) L’individualité et la liberté de l’homme seraient désormais périmées, laissant la place à l’« inclusion », c’est-à-dire à un état, où « la liberté correspond au degré où s’exprime dans l’existence de cet “individu” la totalité du monde où il est inclus. Du même coup se trouve donnée l’identité de la liberté et de l’obéissance – d’une obéissance qui présuppose, certes, que les anciens liens aient disparu jusqu’à leur dernière trace » (p. 192). L’auteur reste sans ambiguïté sur les conséquences politiques concrètes :

« Le monde vacille sur ses bases chaque fois que l’Allemand reconnaît ce qu’est la liberté, c’est-à-dire qu’il reconnaît ce qu’est le nécessaire. Ici il n’y a pas place pour les marchandages, et le monde devrait-il en périr, le commandement doit être exécuté si l’appel a été entendu. […] La liberté comme l’ordre ne se rapporte pas à la société et à l’État, et le modèle de toute organisation est l’organisation de l’armée et non le contrat social. C’est pourquoi nous atteignons le point extrême de notre force lorsqu’il ne subsiste plus aucune ambiguïté sur le commandement et l’obéissance. » (p. 42.)

29Ce que Jünger appelle « le réalisme héroïque », n’est rien d’autre que le fait de considérer l’accomplissement de soi dans l’abandon, voire le sacrifice du soi, pour un principe supérieur, transcendant – autrement dit, c’est l’obéissance non pas subie ou simplement acceptée, mais désirée : « Le plus profond bonheur de l’homme consiste à être sacrifié et l’art suprême du commandement à lui désigner des buts de ce sacrifice. » (p. 108.) La référence constante au soldatisme et à l’expérience de la guerre de 14-18 clarifie encore ce point de vue en opposant l’esprit bourgeois à l’esprit du combattant :

« En ce qui concerne la guerre, la culpabilité du bourgeois réside en ceci qu’il n’était ni capable de mener la guerre réellement, c’est-à-dire au sens d’une mobilisation totale, ni de la perdre – et donc de voir sa suprême liberté dans son anéantissement. […] Il y a deux types d’hommes : on reconnaît le premier à ce qu’il est prêt à négocier à tout prix, le second prêt à se battre à tout prix. » (p. 70.)

  • 28 Weiss (Wilhelm), « Revolution der Kriegskunst », in Weiss, op. cit., p. 57 (20-05-1940).

30Voilà le lien entre les deux guerres mondiales, entre le Travailleur et le Journal de Jünger. Loin de rester au niveau banal de constater une supériorité militaro-technique de l’Allemagne, la référence au Travailleur insère la victoire de juin 1940 dans une vision eschatologique de la supériorité de l’Allemagne, car l’Allemagne n’était qu’à l’avant-garde d’un processus de transformation mondiale. Malgré cette transfiguration, la référence au Travailleur renoue avec les éloges de la supériorité de l’Allemagne que nous retrouvons également, de façon plus crue, dans les autres publications sur la guerre. Les deux haines contre le bourgeois et la démocratie – celle, élitiste, de la « révolution conservatrice », et l’autre, populiste, du national-socialisme – s’y croisent une fois de plus : l’Allemagne « travailleuse » remporte la victoire sur la France bourgeoise, stagnante, décadente. C’est pourquoi Weiss peut conclure : « Si le principe autoritaire national-socialiste avait encore besoin d’une justification, il la recevrait aujourd’hui sur les champs de bataille en Belgique et dans la France du Nord28. »

  • 29 Bloch (Marc), L’étrange défaite, Paris, Gallimard, 1990, p. 66.

31Toutes ces considérations imprégnées d’idéologie et de propagande ne sont pas pour autant complètement fausses, hélas. À la lumière du témoignage extraordinaire d’un Marc Bloch, beaucoup d’éléments sont pertinents. « Beaucoup d’erreurs diverses, dont les effets s’accumulèrent, ont mené nos armées au désastre », écrit Bloch en 1940 : « Une grande carence, cependant, les domine toutes. Nos chefs ou ceux qui agissaient en leur nom n’ont pas su penser cette guerre. En d’autres termes, le triomphe des Allemands fut, essentiellement, une victoire intellectuelle et c’est peut-être là ce qu’il y a eu en lui de plus grave29. » Le manque de matériel et, pis encore, la mauvaise gestion du matériel dont on disposait, ainsi qu’une stratégie tout comme une tactique mal adaptées aux réalités, lui semblent être imputables à cette faute principale : ne pas avoir pensé la guerre. « Nos chefs, au milieu de beaucoup de contradictions, ont prétendu, avant tout, renouveler, en 1940, la guerre de 1915-1918. Les Allemands faisaient celle de 1940. » (p. 84.)

  • 30 Deist (Wilhelm), « Die Aufrüstung der Wehrmacht », in Deist (Wilhelm)/Messerschmidt (Manfred)/Volk (...)

32Mais pour les Allemands aussi, cette « étrange défaite » n’était « logique » et « prévisible » qu’après coup : il faut se rappeler que les états-majors de la Wehrmacht restaient « plus que sceptiques30 », encore pendant l’été 1939, quant aux perspectives de gagner une guerre contre les Occidentaux. Et voilà combien cette peur qui avait aussi saisi la population allemande autour des événements de 1938, est dissipée, faisant place à un orgueil sans limite, non seulement en ce qui concerne les réflexions sur la bataille de France, mais plus encore à propos des conséquences de la victoire :

  • 31 Weiss (Wilhelm), « Der Angriff geht weiter », in Weiss, op. cit., p. 133 (05-06-1940).

« La dimension de nos tâches révolutionnaires s’accroît avec la dimension des armées et des champs de bataille, avec la dimension des échecs adversaires et des victoires allemandes. Si l’unification politique du peuple allemand à l’intérieur des frontières du Grand Reich national allemand a un sens historique, il n’est que logique que la nation allemande réunie en une communauté indestructible s’éveille aujourd’hui à la conscience de son immense puissance politique et militaire. Un peuple capable de remporter de telles victoires militaires inédites dans l’histoire a des devoirs plus grands à accomplir dans la vie des peuples que les puissances de l’argent à Londres et à Paris veuillent l’avouer de leur plein gré31. »

33L’image des forces adverses oscille constamment entre la dénonciation des armées hétéroclites, puisque multiraciales, dont la valeur combative n’est pas grande, et celle, tout à fait contraire, d’un ennemi qui a rassemblé d’immenses forces contre les Allemands. Les grandes batailles sont relativement peu racontées, tout comme le combat du soldat individuel dont on loue l’héroïsme, est étrangement absent de ces récits de guerre. À la différence de Jünger qui fut placé avec sa compagnie dans les lignes à l’arrière du front, les devoirs des journalistes étaient de faire des reportages du front même. Et pourtant, au moins en ce qui concerne les livres qui représentent une deuxième étape d’exploitation de leurs expériences (car les auteurs écrivaient d’abord pour la presse, la radio, ou les actualités cinématographiques hebdomadaires, la Wochenschau), ces journalistes n’arrivent guère à capter une vraie scène de combat à vif, ils y arrivent presque toujours après, et cela n’est pas seulement dû aux conditions difficiles de leur mission : en propageant l’image d’une avancée allemande tellement rapide et celle des forces adverses constamment en train de se disperser, de reculer en panique, voire de se rendre sans combat, ils suggèrent au lecteur que c’est une guerre presque imaginaire, sans victimes, et facile à gagner, même si l’on peint de temps en temps une situation où les forces adverses sont supérieures en nombre (mais jamais en qualité, évidemment), afin de mettre en évidence la valeur des troupes allemandes. C’est pourquoi l’objectif de ces ouvrages dépasse le cadre de la victoire sur la France. En 1942, voire en 1943 encore, quand des récits de guerre sur cette campagne paraissaient toujours, tous les regards étaient portés sur l’Est. Dans ce contexte-là, le rappel d’une telle victoire totale à l’issue d’une guerre-éclair à l’Ouest pouvait encore avoir une importance propagandiste considérable.

La victoire en buvant

34L’avancée des troupes allemandes, l’occupation successive du territoire et finalement l’entrée à Paris, l’installation des organismes militaro-administratifs dont on ne savait pas s’ils étaient provisoires ou durables, tout cela se passait souvent de la façon la plus agréable pour ces auteurs, et de plus en plus dans la mesure où on s’approchait de Paris et de la fin de la campagne. Le moment venu, le simple soldat comme l’officier ou le Sonderführer de la Propagande, chacun à son niveau, pouvait se sentir un peu « comme Dieu en France… », selon le vieux dicton allemand. On connaît le passage célèbre du journal de Jünger :

« D’une façon générale, la route d’invasion est jalonnée de bouteilles de Champagne, de Bordeaux et de Bourgogne. J’en comptai au moins une à chaque pas, sans parler des campements, où l’on eut dit qu’il avait plu des bouteilles. Cette débauche fait sans doute partie de la tradition des campagnes de France. Toutes les invasions par les armées germaniques s’accompagnent de rasades à la façon des dieux dans le poème de l’Edda. Les plus formidables réserves ne sauraient suffire. » (Givonne, 26 mai 1940.)

35Ce fut pourtant un sujet délicat. Ainsi, Jünger supprima-t-il un passage de la note du lendemain pour la première édition de 1942, concernant l’entrée à Sedan. Après avoir sèchement décrit les destructions dans la ville, il raconte cette scène pittoresque, reprise seulement à partir de l’édition de 1949 :

« Dans une ruelle par laquelle nous passâmes, on semblait mener joyeuse vie. On voyait des soldats passer la tête entre les solives nues des toitures, d’autres pencher la moitié du corps aux fenêtres. Ils en descendaient, par des cordons rouges de rideaux, des bouteilles de Bourgogne, et j’en attrapai une au vol, comme un poisson happerait l’appât : du Châteauneuf-du-Pape de 1937. » (Boulzicourt, 27 mai 1940.)

36Cette scène de pillage était probablement trop explicite pour l’édition de 1942, quand tout le monde peignait l’image du soldat allemand « correct ». Ces scrupules ne concernent pourtant que le contact entre les simples soldats et la population, car les provisions du capitaine Jünger surgissent presque toujours ex nihilo, comme le lendemain, en route : « Nous installâmes une table sur la route et arrosâmes de bourgogne notre bouillon qui avait été préparé avec des poules récoltées à Boulzicourt. » (Doumely, 28 mai 1940.) Après l’entrée sur le territoire français, Jünger souligne qu’il fait payer les denrées et autres approvisionnements aux paysans français : « Afin d’illustrer ma leçon, je fis estimer devant les rangs, par les sergent-comptables, la paille que j’avais fait prendre pour notre bivouac dans une grange voisine et j’en fis sur-le-champ payer le montant en espèces à la propriétaire. » (25 mai 1940.) On voudrait bien croire à cette noblesse morale de l’auteur, qui suivait en cela son commandant, d’ailleurs, confirmant à son tour : « Messieurs, restons des gentilshommes ; sinon, nous n’irons pas loin ! » (Loc. cit.) Mais il est absolument invraisemblable que l’approvisionnement seulement d’une compagnie – pour ne pas parler d’une armée entière – se fasse en payant (en quelle monnaie, d’ailleurs ?). L’attitude honnête et correcte que Jünger peint dans son journal, allant bien au-delà des questions de remboursement, répond à la gentillesse des Français qui sont restés sur place et qui l’invitent à boire un verre ou qui l’hébergent en faisant bonne mine, regrettant cette guerre (sans doute sincèrement). Cette attitude correspond à l’image que la propagande diffusait sur le soldat allemand. Lorsque Jünger écrit : « Je donnai aux enfants, qui m’approchaient avec familiarité, de l’argent pour leur tirelire » (Neufchâteau, 25 mai 1940), cela rappelle la première affiche allemande qui fut collée aux murs, montrant un soldat allemand souriant avec un enfant français dans les bras, suivi du commentaire : « Populations abandonnées, faites confiance au soldat allemand ! » Sans pouvoir entrer dans les détails ici, citons seulement un autre témoin, du côté français, Léon Werth, qui confirme que « c’était le temps où ils étaient “corrects”, qui précède le temps où ils nous donnèrent des “leçons de politesse” », mais en donnant une analyse très fine du comportement des Allemands dont il fut témoin :

  • 32 Werth (Léon), 33 jours, Paris, V. Hamy, 1992, p. 9, 60. [Écrit en 1940-1941.]

« Les deux Allemands se penchèrent en même temps vers le bébé des Aufresne et l’un d’eux le prit dans ses bras. J’ai toujours vu, depuis, des soldats allemands manifester devant les enfants une vocation de nurse et le plus vif attendrissement. Je ne prétends pas du tout que cet attendrissement soit simulé. Je ne crois pas davantage qu’il soit le moins du monde profond. Et je suis sûr qu’ils y mêlent soit une part d’inconscient cabotinage, soit une part de décision concertée. L’Allemand témoigne ainsi de sa haute civilisation. Et la gentillesse de ceux-ci envers ce bébé n’était point tout à fait exempte d’une intention de propagande et de démonstration32. »

37Quant à la question des pillages, Werth fit des observations diverses. L’une d’entre elles pourrait confirmer ce que Jünger écrit, tout en le relativisant : « Les Allemands en effet n’ont pillé, dans cette région, que les maisons évacuées. » (Werth, p. 90.) Or, puisque la quasi-totalité de la population rurale des régions que Jünger traversait avec sa compagnie avait pris le large devant les envahisseurs, la question du « dédommagement » ne se posait donc pas tellement. Mais en même temps, cette attitude traduit encore un geste politique visant la collaboration : on traite avec respect ceux qui sont restés, en attendant d’eux qu’ils en fassent autant avec les occupants (en les hébergeant, etc.). Mais même cette distinction est toute relative, comme le montre l’exemple de l’église de Gercy, où « l’aumônier, qui est resté, sonne les cloches », ce qui n’empêche pas Jünger de chercher à la sacristie le vin de messe, n’y découvrant, hélas, que des bouteilles déjà vidées (Laon, 8 juin 1940).

38Chez Dwinger, le QG préfère s’installer dans des châteaux dont les caves sont pleines, et l’État-major cherche toujours à se rendre la vie agréable (sans négliger le combat, bien entendu). On célèbre les batailles gagnées et celles qui se préparent, les occasions ne manquant pas. Ainsi, devant Calais : « Nous bûmes ensemble encore un verre de champagne [Sekt], en trinquant, sensiblement émus, au jour suivant. » (Dwinger, p. 6.) La veille de l’entrée à Paris, l’événement imminent est convenablement célébré : « “Aujourd’hui, un Pomméry !” dit le général enfin. Après qu’il fut apporté, il se tourna vers nous en levant son verre : “À Paris – Messieurs !” » (p. 24.) C’est dans la même situation aussi que le général commandant en chef chez Ehmer invite ses camarades à « un verre de Château la Couronne 1926 » (p. 125). Se mouvoir dans ce monde réputé décadent ne déplaît ni à Dwinger, ni bien sûr à Jünger, qui se délecte en s’appropriant la vie mondaine tant décriée du Français qu’il vient de battre : « Je loge avec mes deux officiers dans la rue du Cloître », écrit Jünger à Laon, le 10 juin,

« […] c’est ici le quartier des notables qui ont tous pris la fuite avec précipitation, en abandonnant leurs luxueuses demeures. Nous trouvons ici un degré de raffinement dans les jouissances de la vie que l’on ne connaissait plus depuis longtemps en Allemagne. Nous sommes vraiment ici des vainqueurs, pareils aux sans-culottes – vainqueurs sinon dépourvus de culottes, du moins vêtus de culottes en fibres de bois – et nous découvrons avec étonnement les trésors que recèle ce monde. […] Ce serait assurément faire preuve d’une grande sottise que de ne point profiter de si bonnes choses. »

39La victoire sur l’ancien monde n’est accomplie que lorsque le vainqueur prend la place du vaincu, comme l’élite des révolutionnaires de 1789 prit la place de l’élite de l’Ancien Régime également en se faisant faire la cuisine dans les restaurants nouvellement créés par les anciens cuisiniers de la Cour et de la haute aristocratie. La référence aux sans-culottes, dans le passage cité de Jünger, n’est donc pas fortuite. La consommation de ces précieux butins liquides non seulement à l’abri du feu, comme chez Jünger, mais aussi au front, comme chez Dwinger, est un acte doublement symbolique de la victoire : non seulement le vainqueur s’approprie une chose avec laquelle l’ennemi est identifié, mais il peut se permettre aussi un comportement, par supériorité, qu’il considère comme décadent chez l’ennemi, comme dans l’exemple que Frowein donne en décrivant les soldats ennemis sur les blindés : « Sous l’impact des secousses de l’avancée ils boivent le champagne, crient des plaisanteries et des appels à travers l’atmosphère d’étuve, remplie du broutage des chenilles. Ils se dirigent vers la Somme comme s’il s’agissait d’aller à un manœuvre d’exercice et non à la bataille. » (p. 104.)

40Or, la dégustation de cette vie qu’on a chassée de sa terre sert aussi à esthétiser la guerre, par exemple chez Jünger :

« Je trace ces lignes après avoir pris une douche à la salle de bains, assis sur la terrasse, tout en sirotant des liqueurs telles que Cointreau et fine champagne, que nous avons trouvées dans le bar de notre logis. À la distance d’une petite étape à pied, du côté du Chemin des Dames, résonne le feu* des artilleries : lentes accumulations d’éclatements, semblables à des écroulements de montagnes. Elles tissent sans répit leur effroyable dialogue. » (Laon, 7 juin 1940.)

  • 33 Cf. Jünger, Gärten und Straßen, p. 149. – « jeu/feu » : est-ce une coquille de l’édition française (...)
  • 34 Nous avons analysé l’attitude du diariste dispensant l’auteur de toute réflexion sur son implicati (...)

41Dans l’original, l’auteur ne parle pas du « feu » (marqué par *) mais du « jeu » des artilleries33, ce qui donne une tonalité toute différente à la phrase en question, en évoquant plutôt de la musique militaire, contre-balançant ce qui est « effroyable », tout comme l’attitude contemplative, inspirée par les spiritueux, banalise le combat tout proche, et confie à l’auteur le rôle d’un observateur distant, alors qu’il fut tout d’abord acteur participant34.

42Dans le récit littéraire d’Ehmer, le QG s’installe dans un château devant Paris, dont la propriétaire est restée avec sa fille qui sert de « médiatrice » entre l’occupant et ce monde du passé qui présente néanmoins encore une force d’attraction :

« C’était le contact avec un monde étranger qui l’attira, c’était tout cela qui était différent, qu’il rencontra ici pour la première fois et de surcroît dans la personne protéiforme d’une jeune fille. Il n’y avait aucun danger, cependant, que Hans von Dönitz se perdît à ce monde, il était trop bien ancré dans son origine, par le sang et le caractère, mais il y entra comme dans un quartier discrètement tentant, et un résonnement doux flattait son cœur. » (p. 64 sq.)

43Le renouvellement d’un monde périmé passe par la jeunesse, mais la relation entre le lieutenant et la fille de la châtelaine va rester platonique : « “La jeunesse va s’entendre”, dit la châtelaine de façon sibylline et claire à la fois, après avoir reconnu qu’“on s’est battu du mauvais côté” » (p. 154).

44L’entrée à Paris confronte également les soldats allemands avec un monde totalement différent, mais imaginé d’avance à travers des clichés qui furent un lieu commun en Allemagne : « “Paris, tu es la plus belle ville du monde”, fredonnait un de mes camarades d’après la vieille mélodie connue, quand les larges avenues et les boulevards brillants de la capitale française étaient encore à un bon bout de route devant nous » (Lingemann, p. 64). Déjà l’occupation de l’Île-de-France, signifiant la fin victorieuse de la campagne, fait chanter « la douce France » à plus d’un de nos auteurs :

« Quel pays merveilleux, cette Isle de France ! Quel jardin de Dieu dans le cœur fertile de la France ! Des haies de rosiers sentent un parfum fort et suave, des toits arqués se cachent derrière le feuillage grimpant, un dernier rayon de soleil donne une couleur douce et chaude aux rochers crayeux des rives de la Seine. » (Frowein, p. 130.)

45La « doulce France » s’étend bien sûr au-delà de l’Île-de-France :

« Cette Bourgogne ! Comme c’était beau ici ! […] J’étais allongé pendant une heure dans l’herbe haute au bord d’un lac foncièrement bleu, dans lequel quelques soldats nageaient. Bleu était le ciel, bleue était l’eau. On sentait l’herbe et les pétales. Des insectes bourdonnaient, et un vent doux fit bouger la chaleur qui planait comme une mère sur le pays. […] » (Stackelberg, p. 165.)

46Non seulement la nature est la plus agréable, mais aussi la culture, au sens premier du terme, offre l’aspect d’un pays de cocagne :

« Exubérant et fort, le blé s’érigeait dans les champs, l’herbe poussait haute dans les prés, le terrain s’ondulait légèrement et fort gracieusement, couronné par de petit bois sombres sur les sommets. Tout poussait et fleurissait gratuitement pour les hommes et le campagnard avait la belle vie. » (Loc. cit.)

47L’entrée des Allemands dans la capitale française et les premières semaines d’occupation sont le sujet exclusif de plusieurs livres dont celui de Hans Joachim Kitzing :

  • 35 Kitzing (Hans Joachim), Wir liegen in Paris [Nous sommes stationnés à Paris], Berlin, Mittler & So (...)

« Avant tout, nous avons vécu les aspects heureux, fiers et exaltant de la campagne qui aboutit à six semaines d’occupation à Paris. Des milliers et des milliers de soldats allemands ont fait la connaissance de Paris, de Paris, l’enchanteresse parmi les villes, qui autrement ne se serait ouverte qu’à très peu d’entre eux. Si ce n’était plus le Paris de l’avant-guerre, c’était Paris dont le charme eut son effet également sur le vainqueur étranger35. »

48Logé avec sa compagnie de propagande dans un hôtel près de l’Arc de Triomphe, Zenkner ne peut non plus s’empêcher de raconter comment il chante, lui aussi, « Paris, tu es la plus belle ville du monde qui me plaise… » dans la baignoire (Zenkner, p. 128), avant de manger encore une fois « de la soupe de petits pois de la cuisine roulante, mais à table, avec une nappe blanche, et avec de surcroît une chopine de mousseux pour un mark cinquante – on se sent beaucoup mieux, on redevient carrément civilisé » (p. 129). C’est le pendant, à un niveau plus bas, aux beuveries exquises de Jünger. Zenkner, comme la plupart des auteurs, adopte sans doute volontairement la perspective du simple soldat : on boit du mousseux, voire du champagne, mais d’une « chopine » (Pulle). Pour le soldat commun, c’était sans doute moins le goût ou la qualité qui l’impressionnait, que le prestige de boire cette boisson, et surtout à un prix dérisoire ! Ceci est d’ailleurs un des topiques de ces récits : la vie « pas chère » pour un soldat allemand.

« Les soldats allemands ne manquaient pas l’occasion, bien sûr, d’aller connaître la cuisine sur place et […] après les repas on fut toujours très content et surtout agréablement surpris par les prix que cela coûtait. Un restaurant à prix unique, boulevard de la Madeleine, qui avait été déjà très bien fréquenté au temps de la paix […], connut un afflux angoissant, car on y mangeait très bien pour 17 francs, c’est-à-dire 85 pfennigs. La situation alimentaire précaire avait mené à la restriction, bien grave pour les Français, de menus à trois plats seulement (hors d’œuvres, viande, dessert), mais trois plats avec du pain et du vin pour 85 pfennigs, c’était encore très bon marché pour un Allemand. » (Kitzing, p. 15 sq.)

  • 36 Cf. Amouroux (Henri), La vie des Français sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1961, p. 48.
  • 37 Cf. Azéma (Jean-Pierre), De Munich à la Libération 1938-1944, Paris, Seuil, 1979, p. 109.

49De telles descriptions cachent la raison de cette richesse des soldats allemands, à savoir le taux de change arbitrairement fixé à un mark pour 20 francs, le 19 mai 1940, et appliqué tout de suite par l’occupant chaque fois qu’une Feldkommandantur s’est établie36. Avant la guerre, le taux sur le marché de change était à 6 francs37, il s’agit d’une modification de 330 % en faveur du mark. Le fait que ce taux était très favorable est visible dans un autre passage chez Kitzing :

« Tous les magasins connurent un chiffre d’affaires comme jamais auparavant, car les soldats allemands étaient incroyablement riches aux yeux des Parisiens. […] Chaque soldat arrivait à Paris avec une fortune de 50 à 70 Marks. Ce sont 1000 à 1400 Francs, et c’est beaucoup d’argent en France. » (p. 16.)

  • 38 Cf. Rochebrune (Renaud de)/Hazera (Jean-Claude), Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob (...)
  • 39 Beauvoir (Simone de), Journal de guerre. Septembre 1939 – janvier 1941, éd. présentée, établie et (...)

50Selon l’INSEE, un franc de 1939 valait 2,35 fois un franc de 1996, mais il est en fait très difficile de se faire une idée concrète du pouvoir d’achat des gens à l’époque38. En tout cas, les prix ne faisaient qu’augmenter, comme Simone de Beauvoir par exemple l’a noté dans son journal, et c’était évidemment à cause de la situation du ravitaillement, que Kitzing a si bien camouflée en suggérant que les Français gros mangeurs devaient se contenter de repas à trois plats seulement. Cependant, les rapports secrets de l’administration militaire, dont nous parlerons plus loin, témoignent sans ambiguïté de la pénurie alimentaire qui se faisait remarquer dès le début de l’occupation. Le 2 juillet 1940, S. de Beauvoir constate : « Il semble que Paris soit vraiment mal ravitaillé : ni beurre, ni lait, ni œufs, ni pommes de terre, ni viande souvent, ni charcuterie. » Le prix indiqué par Kitzing pour son repas paraît juste, mais ces 17 francs, « seulement 85 pfennigs » pour un Allemand, représentaient une somme plus considérable pour un Français : S. de Beauvoir évoque un « plat chiche de raviolis » à 10 francs dans un restaurant, ce qui était « follement cher »39. À propos du ravitaillement, Kitzing prétend que

« […] l’approvisionnement en viande a été assuré pendant tout le temps. Les soldats allemands ouvrirent de grands yeux quand ils voyaient les charcuteries pleines de viande. La seule chose rare pendant ces premiers jours, c’étaient uniquement des légumes frais, des pommes de terre ainsi que du lait et des produits du lait. Mais deux semaines plus tard, cette situation était déjà surmontée. » (p. 13 sq.)

51Non seulement à Paris, mais aussi à Lyon, par exemple, on pouvait déjeuner « extraordinairement », nous raconte Stackelberg :

« Il y avait tout ce qu’on pouvait s’imaginer. Mon chauffeur, un vrai Berlinois, ouvrit de grands yeux face à ce qui faisait partie d’un tel déjeuner français et à ce qu’on pouvait avoir. Il y eut là beaucoup de petits mets d’hors d’œuvres sur la table, avec de petits poissons, du jambon, des œufs, des salades et je ne sais pas quoi encore. Ensuite, on mangeait du poisson, puis un plat de viande, après cela un dessert, et tout cela n’était pas tellement copieux pour les Français. » (p. 170 sq.)

52Pour l’Allemand confronté pour la première fois à un menu français, la suite des plats est probablement toujours perçue comme une quantité énorme de victuailles. Dans ce contexte, pour des raisons que nous avons évoquées, Stackelberg pouvait même se payer un menu extraordinaire, croyant ou suggérant consciemment au lecteur que cela correspondrait à un déjeuner français ordinaire. Ce fut sans doute d’autant plus impressionnant que l’Allemagne était à peine sorti de la pénurie dans certains secteurs, touchant surtout les couches populaires (comme ce chauffeur dont l’auteur parle) :

« Voyant les grands yeux de mon gars berlinois, j’ai dû penser au fait que nous étions habitués à vivre de façon économe pendant les dernières années en Allemagne. Mais je n’ai éprouvé aucune tristesse en y pensant, au contraire même, j’ai été fier, car grâce à cette économie nous avons pu construire ces canons et ces armes qui ont fait que nous étions là en ce moment. » (p. 171.)

53Indépendamment de cette question, Stackelberg souligne aussi l’importance que le repas et surtout le choix du menu ont pour les Français. Ainsi, le lendemain de l’armistice, remarque-t-il :

« Au déjeuner dans un restaurant à Lyon, il y avait à côté de moi des Français, une famille bourgeoise, qui, penchés sur la carte, s’entretenaient à peu près pendant une demi-heure sur le menu avant de parler largement et sérieusement sur le cancan de la ville. Il me semblait bizarre que leurs pensées n’empruntaient pas d’autres voies, ce jour-là, mais le repas était apparemment quelque chose d’important pour eux. » (p. 177.)

  • 40 Maréchal Pétain, La France nouvelle – Appels et messages 17 juin 1940 – 17 juin 1941, Vichy 1941, (...)

54Comment peut-il attendre que des Français parlent de l’armistice quand un officier allemand est à côté d’eux ? Soit qu’il n’a pas compris la situation, ce qui est peu vraisemblable, soit qu’il a choisi explicitement cette date-là dans son récit pour accuser les Français de ne s’intéresser qu’à leur bien-être immédiat – le déjeuner dans un restaurant – au lieu de battre leur coulpe. L’appel à l’expiation des fautes était effectivement à l’ordre du jour depuis que Weygand avait dénoncé « l’esprit de jouissance et de facilité », le 20 juin, repris par Pétain le lendemain ainsi que le 25 juin : « Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. […] Notre défaite est venue de nos relâchements. L’esprit de jouissance détruit ce que l’esprit de sacrifice a édifié40. »

55Selon ces auteurs, les Allemands furent finalement bien considérés par la population française, car les millions de Français en fuite vers le sud

« […] retrouvaient aux roulantes de leurs ennemis le premier repas chaud depuis des jours et des semaines, le premier morceau de pain et même de l’essence pour le retour à Paris. Bouche bée par étonnement, ils voyaient pour la première fois une partie de la réalité allemande : discipline, ordre, serviabilité. » (Hönig, p. 200.)
« Le soldat allemand brisant la résistance de l’ennemi, culbutant des barrages de rue et occupant villes et villages a encore conquis un terrain après l’exécution de ses ordres, un terrain non moins barricadé : la confiance de la population endoctrinée. » (Lingemann, p. 29.)

56La propagande française, que tous les auteurs condamnent parce qu’elle sème, sans raison, pensent-ils, la panique au sein de la population française, eut cependant aussi un effet positif (à part le fait que cela facilitait les choses en matière de « récupération » pour les Allemands) :

« La marche des réfugiés a apporté quelque chose de bien à la France : aujourd’hui, ses femmes et enfants connaissent l’Allemand, comme il est réellement. Dur et impitoyable pour l’ennemi, mais bon et secourable là, où il peut influer sur la peine des innocents : Le chevalier sans peur ni faille, le véritable gentilhomme de cette jeune Europe qui s’éveille. […] Quand les femmes se sont rassasiées de notre pain et ont pu se désaltérer de notre bidon, alors vient la première question angoissée : “Combien de temps la guerre durera-t-elle encore ? Vous êtes si forts et excellents ! Vous devez y parvenir rapidement !” » (Frowein, p. 176, 172.)

  • 41 Werth, ibid., p. 124.
  • 42 Rochebrune/Hazera, ibid., t. 1, p. 578.

57L’aide du soldat allemand prend finalement des dimensions absolument invraisemblables : « Nous partageons ce qui nous reste avec ces populations battues et trahies », raconte encore Frowein (loc. cit.), et selon Lingemann on « donnait aux affamés ce dont ils avaient besoin : pain, viande, fromage, chocolat et plus encore. Et c’est aux pieds du soldat allemand qu’ils se jetaient avec leurs espoirs » (p. 30). Comparons cela avec l’observation éclairante de L. Werth : « Nous sommes “entretenus”. Les soldats distribuent des boîtes de singe, de sardines, de “salmon”, du chocolat, des bonbons. Mais tout est de marque française. Tout vient de Rouen ou d’Orléans, tout a été pillé41. » En fait, ce n’est qu’en petit ce que l’occupant fera en grand avec la France entière, les indemnités d’occupation énormes, dépensées en France, servant à « piller la France de manière “correcte” »42.

58Il n’y a pas de doute que le comportement des troupes allemandes en France se distinguait fondamentalement de celui de la Wehrmacht en Pologne et plus tard en Russie où il s’agissait d’une guerre d’extermination, mais ces récits exagèrent la « générosité » et la « correction » des soldats allemands, au point de les faire louer au-delà de toute mesure par des Français prétendument interviewés dans la rue, confirmant qu’ils sont

« […] plus que corrects. Ils sont aimables et polis. Ils sont dans tout exactement le contraire de ce qu’on nous a raconté d’eux. Je n’aime pas les Allemands, Monsieur, et je regrette le plus profondément qu’ils soient ici, mais je peux vous dire, nous ne pourrions pas désirer une meilleure occupation par l’ennemi que celle des Allemands. » (Kitzing, p. 51.)

59Frowein rapporte aussi des exclamations d’étonnement et d’enchantement à la fois, de la part de la population parisienne, comme celle-ci : « Qu’ils sont gentils, les soldats allemands ! », qu’il cite en français (p. 139). Dans le métro, dit Kitzing, « les Français ne cessaient jamais de s’étonner, d’ailleurs, que les soldats allemands laissassent leur place aux femmes et à des personnes âgées » (p. 47). Lors de la signature de l’armistice,

« […] les femmes et jeunes filles sortent aussitôt un petit mouchoir, car des larmes menacent de donner des rayures sur les visages soigneusement maquillés. Oui, elles pleurent presque toutes, ces petites parisiennes chics […] Elles ont bien le droit de pleurer et elles ne sont même pas obligées d’avoir honte que ce soient des larmes de joie. » (p. 27)

60Un acte symbolique de haute valeur entrepris par les Allemands fut d’honorer les morts français au monument du soldat inconnu : « Sous cet arc haut [i.e. l’Arc de Triomphe] se mêlaient Français et Allemands. La mémoire des morts qu’ils ont en commun empêche que de l’animosité aveugle se crée. Il n’y a pas eu de regards de haine entre les vainqueurs et les vaincus. » (p. 53.) Mais Kitzing ne manque pas de laisser entrevoir aussi des réserves à l’égard d’une fraternisation lors de l’armistice, ce qui ramène le lecteur à la réalité de la situation politique :

« La petite midinette sourit au soldat debout à côté d’elle : “C’est fini. Nix Feind, Friede !” […] La petite midinette sourit et le soldat ne réagit pas d’une façon désagréable. Comme il est facile d’être gentil l’un envers l’autre. Pourquoi, enfin, avez-vous déclenché cette guerre contre nous, vous autres Français, pour laquelle vous devrez payer maintenant ? ! » (p. 28.)

Notes

1 Selon le recensement dans Deutsches Bücherverzeichnis 1941-1950, « Krieg 1939/45 ».

2 Cf. Bücherschau der Weltkriegsbücherei, Institut für Weltpolitik, Stuttgart, 20.-23. Jg., 1940-1943.

3 Stackelberg (Karl Georg von), Ich war dabei, ich sah, ich schrieb [J’étais présent, j’ai vu, j’ai écrit], Berlin, Schützen-Verlag, 1940, p. 15.

4 Bauer (Walter), Tagebuchblätter aus Frankreich [Feuilles d’un journal de France], Dessau, K. Rauch, 1941, p. 13.

5 Tous les deux se traduisent par « sacrifice », mais le premier signifie l’acte de (se) sacrifier, le sacrificium au sens originel du terme.

6 Weiss (Wilhelm), « Vom Durchbruch bis zur Katastrophe », in id. (éd.), Der Krieg im Westen – Dargestellt nach den Berichten des « Völkischen Beobachters » [La Guerre à l’Ouest d’après les reportages dans le Völkischer Beobachter], München, Franz Eher Nachf., 1941, p. 100 sq. (30 mai 1940).

7 Krug von Nidda (Roland), Französische Elegie, Potsdam, Rütten & Loening, 1941.

8 Erck (Karl), « Von Versailles nach Vichy – Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1919 », in Beer (Willy)/Dettmann (Fritz) et al., Unser Kampf in Frankreich. Vom 5. Juni bis 25. Juni 1940, München, Bruckmann, 1941, p. 62.

9 Zenkner (Oswald), Frankreich fällt. Achtzehn Tage, die die Welt erschütterten [La Chute de la France. Dix-huit jours qui ont ébranlé le monde], Düsseldorf, Völkischer Verlag, 1942, p. 144.

10 [N.N.], « Der Mass-Durchbruch » (Berlin 17. Mai), Völkischer Beobachter, repris dans Weiss, op. cit., p. 34.

11 Beer (Willy), « Die Neuordnung Europas », in Beer/Dettmann et al., op. cit., p. 141. L’auteur est probablement le journaliste Carl Willy Beer (DAZ, puis Das Reich), évoqué supra, p. 136.

12 Hönig (Hermann), So starb die Dritte Republik [Ainsi mourut la IIIe République], Berlin, Schützen-Verlag, 1942, p. 13. L’auteur, journaliste allemand à Paris, fut interné dans un des camps destinés aux ressortissants allemands où il passait les mois de la guerre (ibid., p. 7). Son livre retrace la fin de l’avant-guerre et la période de la guerre en France, vues à travers la presse française et grâce à des publications vichyssoises parues après l’Armistice.

13 Ehmer (Wilhelm), Die Nacht vor Paris [La Nuit devant Paris], Erzählung, Stuttgart, A. Spemann, 1942, p. 133.

14 Cf. Hillesheim (Jürgen)/Michael (Elisabeth), Lexikon nationalsozialistischer Dichter. Biographien, Analysen, Bibliographien, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1993, p. 121.

15 Dwinger (Edwin Erich), Panzerführer. Tagebuchblätter vom Frankreichfeldzug [Journal de route de la campagne de France], Jena, Diederichs, 21e-50e mille, s. d., p. 21 (11941).

16 Frowein (Kurt), Festung Frankreich fiel, Berlin, W. Limpert, 91e-140e mille, s. d. (11940).

17 Lingemann (Paul), Pariser Tagebuch 1940. Bilder aus meinem Kriegsaufenthalt in der Weltstadt Paris, Meschede i.W., Heimatverlag Dr.Wagener, s. d. [1941], p. 45.

18 Picht (Werner), Das Ende der Illusionen. Der Feldzug im Westen – ein Sieg der Tat über die Täuschung [La Fin des illusions], Berlin, Mittler & Sohn, 1941, p. 1, 11.

19 « Hermann Göring über die deutsche Kriegführung », discours prononcé à Berlin, le 20 mai, repris dans Weiss, op. cit., p. 55.

20 Tank (Kurt Lothar), « Fahrt durch das besetzte Frankreich – Oktober/November 1940 », in id., Pariser Tagebuch 1938, 1939, 1940, Berlin, Fischer, 1941, p. 103.

21 Weiss (Wilhelm), « Dynamische Kriegführung », in Weiss, op. cit., p. 43 sq. (18-06-1940).

22 Jünger (Ernst), Journaux de guerre, Paris, Julliard, 1990 : Montmirail, 18 juin 1940 (Éd. orig. : Gärten und Straßen. Aus den Tagebüchern von 1939 und 1940, Berlin, Mittler & Sohn, 1942).

23 Cf. Hervier (Julien), Entretiens avec Ernst Jünger, Paris, Gallimard, 1986, p. 85. Cf. Jünger (Ernst), Le Travailleur, trad. et prés. par J. Hervier, Paris, Bourgois, 1989. Jünger (Ernst), Werke, Bd. 6, Essays II : Der Arbeiter, Stuttgart, Klett, 1964, d’après la première édition de 1932.

24 Suivant la traduction de J. Hervier, nous écrivons le « Travailleur » avec une majuscule lorsqu’il s’agit du concept jüngerien, tout comme « Figure », etc.

25 Jünger, in Hervier, op. cit., p. 85.

26 Dieu est-il français ?, op. cit., 1991, p. 175. Sur les rapports entre les pensées de Sieburg et de Jünger, voir Taureck, op. cit. (voir supra, p. 26).

27 Hervier, « Avant-propos », in Jünger, Le Travailleur, op. cit., p. 15.

28 Weiss (Wilhelm), « Revolution der Kriegskunst », in Weiss, op. cit., p. 57 (20-05-1940).

29 Bloch (Marc), L’étrange défaite, Paris, Gallimard, 1990, p. 66.

30 Deist (Wilhelm), « Die Aufrüstung der Wehrmacht », in Deist (Wilhelm)/Messerschmidt (Manfred)/Volkmann (Hans-Erich)/Wette (Wolfram), Ursachen und Voraussetzungen des Zweiten Weltkrieges, édition actualisée, Frankfurt a.M., Fischer TB, 1989, p. 633.

31 Weiss (Wilhelm), « Der Angriff geht weiter », in Weiss, op. cit., p. 133 (05-06-1940).

32 Werth (Léon), 33 jours, Paris, V. Hamy, 1992, p. 9, 60. [Écrit en 1940-1941.]

33 Cf. Jünger, Gärten und Straßen, p. 149. – « jeu/feu » : est-ce une coquille de l’édition française ?

34 Nous avons analysé l’attitude du diariste dispensant l’auteur de toute réflexion sur son implication personnelle dans cette guerre, dans Geiger (Wolfgang), « Témoignages retouchés : Ernst Jünger et la Deuxième Guerre Mondiale », Allemagne d’aujourd’hui, nº 120, avril-juin 1990, p. 133-146.

35 Kitzing (Hans Joachim), Wir liegen in Paris [Nous sommes stationnés à Paris], Berlin, Mittler & Sohn, 1941, p. IX sq.

36 Cf. Amouroux (Henri), La vie des Français sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1961, p. 48.

37 Cf. Azéma (Jean-Pierre), De Munich à la Libération 1938-1944, Paris, Seuil, 1979, p. 109.

38 Cf. Rochebrune (Renaud de)/Hazera (Jean-Claude), Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 21997, t. 1, p. 21.

39 Beauvoir (Simone de), Journal de guerre. Septembre 1939 – janvier 1941, éd. présentée, établie et annotée par Sylvie Le Bon de Beauvoir, Paris, Gallimard, 1990, p. 332, 334 (02-07-1940).

40 Maréchal Pétain, La France nouvelle – Appels et messages 17 juin 1940 – 17 juin 1941, Vichy 1941, p. 20. (Appel du 25-06-1940.) Sur Weygand, cf. Laborie (Pierre), L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, p. 225.

41 Werth, ibid., p. 124.

42 Rochebrune/Hazera, ibid., t. 1, p. 578.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search