Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Deuxième partie. Les discours de la guerre 1939-1940

Chapitre VI. Les publications de propagande sur la France et le « sens de la guerre »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le combat des armes trouve son ultime décision dans le combat des esprits.
(Ernst Krieck, 1940.)

1Les publications monographiques sur la France, la préhistoire de la guerre, ses raisons et son « sens », parues entre l’automne 1939 et l’été 1940, s’inséraient évidemment dans la logique de la guerre et de la censure renforcée, tout en laissant une marge de manœuvre assez considérable aux jugements portés sur la France, permettant de dégager deux tendances opposées : ceux qui accusaient surtout l’Angleterre (« la guerre anglaise »), et les autres, minoritaires, qui croyaient pouvoir découvrir les racines de cette guerre surtout en France. Nous avons classé ces publications sous trois rubriques selon les paradigmes du politique, de l’historique ou de l’idéologique : le paradigme politique signifie que l’argumentation de l’auteur s’insère dans le cadre de la confrontation depuis la Première Guerre mondiale ; le paradigme historique insère le conflit actuel entre la France et l’Allemagne dans l’histoire des deux pays depuis les origines ; le paradigme idéologique considère la guerre contre l’Angleterre et la France essentiellement comme une « guerre idéologique » (Weltanschauungskrieg) contre l’Occident. Si dans la plupart des livres consultés ces trois paradigmes apparaissent en se complétant, en général on peut tout de même en dégager une orientation principale selon un de ces paradigmes. C’est selon cette prépondérance que nous avons classé l’ouvrage.

Le paradigme politique

La France dans « la guerre anglaise »

  • 1 Kranz (Herbert), Die « Sieger » – nachher. Ein Sittenbild aus Paris, Frankfurt a.M., Societäts-Ver (...)
  • 2 C’est très probablement à cause du titre inopportun à ce moment-là – même si « vainqueurs » était (...)

2La France est issue victorieuse de la Grande Guerre, malgré la supériorité militaire de l’Allemagne, victime du « coup de poignard dans le dos », et malgré le défaitisme qui avait gagné la France en 1917 et que seul le régime quasi-dictatorial de Clemenceau put enrayer. C’est ainsi que le journaliste Herbert Kranz résume le point de départ de sa « fresque des mœurs parisiennes », Les « vainqueurs » – après…1, livre qui plut beaucoup à Goebbels, mais dont il empêcha la diffusion à la fin de l’année 19392. La figure emblématique de la politique française de cette époque était Clemenceau qui, dans « sa haine de vieillard aveugle contre les Allemands, […] n’avait qu’un but : anéantir l’Allemagne » (p. 127). Le traité de Versailles est son œuvre, « avec laquelle ce vieux, plein de haine démoniaque, et misanthrope, pousse l’Europe de la misère ouverte de la guerre à la misère insidieuse d’une paix qui n’est pas une paix » (p. 157). Mais le jugement sur Clemenceau est finalement partagé : l’incroyable énergie de cet homme presque octogénaire, en 1918, qui arrivait à réanimer une « nation fatiguée et au bord de l’effondrement » (p. 95), ne peut que provoquer aussi l’admiration de Kranz. C’est notamment le cas à propos du fait que Clemenceau se montrait aussi ferme pour empêcher une « France soviétique », en écrasant à Paris une manifestation : « L’accrochement fut court, très court – pas plus de trois minutes. Mais il fut terrible. La révolution pourtant, qui n’était qu’une révolte, le “tigre” l’a ainsi liquidée. » (p. 148.) Après avoir échoué auprès des Alliés avec ses revendications concernant le sort de l’Allemagne, Clemenceau défendit le compromis trouvé sur le statut de la Rhénanie contre le maréchal Foch qui ne cessait de lui reprocher de ne pas l’avoir séparée définitivement de l’Allemagne.

  • 3 Clauss (Max), Frankreich, wie es wirklich ist. Ein Volk sucht seine Sicherheit, Berlin, Deutscher (...)

3Pour le journaliste Max Clauss, sans doute un des meilleurs connaisseurs de la France à l’époque3, le bilan psychologique de la Grande Guerre se présente d’une façon sensiblement différente dans son livre La France, telle qu’elle est en vérité (1939) : « Le Français voyait son pays libéré de l’ennemi. Seulement, la conscience d’avoir vaincu l’Allemagne, il ne l’eut pas à ce moment-là, ni pendant toutes ces années depuis. » (p. 18.) La preuve matérielle en est la construction de la ligne Maginot. Les Français, avides de sécurité dans leur pré carré, n’éprouvent aucun besoin d’un nationalisme expansionniste qui se rattacherait à l’image glorifiée de Napoléon – de telles tentatives, entreprises par Maurice Barrès, par exemple, sont restées isolées et vaines (cf. p. 24 sqq.). En fait, le titre complet du livre, La France telle qu’elle est vraiment – Un peuple à la recherche de sa sécurité, signale d’emblée une certaine compréhension pour la politique étrangère de la France. Cette politique, sans le vouloir, a d’ailleurs créé des conditions favorisant la « révolution allemande », en imposant « à l’Allemagne qui luttait sans direction pour se trouver une forme, encore une fois la démocratie pétrifiée en parlementarisme » (p. 85).

4En ce qui concerne les relations internationales, Walter Hagemann, auteur d’un ouvrage sur L’antagonisme franco-allemand dans le passé et au présent, se félicite même de l’avènement du Front populaire :

  • 4 Hagemann (Walter), Der deutsch-französische Gegensatz in Vergangenheit und Gegenwart, Leipzig/Berl (...)

« C’était une chance pour la paix qu’à l’époque, en France, des gens étaient au pouvoir dont les intérêts se concentraient surtout sur des questions relevant de la politique intérieure et de la politique sociale, et que la population, dans sa grande majorité, était nettement défavorable à toute idée d’une nouvelle guerre4. »

5Si cela n’a pas duré, c’est que « la France n’était plus maîtresse de ses décisions, ses dirigeants s’étaient mis à la grâce de Dieu dans les bras de l’Angleterre, et le cabinet de Chamberlain croyait que l’heure était venue de mener le coup fatal contre le Reich détesté » (loc. cit.).

6De façon exemplaire, Clauss exprime son regret sur le fait que l’Allemagne et la France se trouvent inutilement en état de guerre, étant donné qu’« il n’y a plus d’“ennemis héréditaires” des deux côtés du Rhin », car l’Allemagne avait bien reconnu la frontière commune, bien qu’elle fût injustifiée. Il dénonce les Britanniques comme coupables de cette guerre et réduit la faute française au fait que « jusqu’au 3 septembre inclus, le jour de l’entrée dans l’état de guerre avec l’Allemagne, le gouvernement français avait cédé l’initiative au gouvernement britannique » (Clauss, p. 100).

  • 5 Grimm (Friedrich), Die neue Kriegsschuldlüge, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.
  • 6 Grimm (Friedrich), Frankreich-Berichte 1934 bis 1944, herausgegeben vom Kreis seiner Freunde, Bodm (...)
  • 7 En rappelant les trois principes du mouvement nazi : « 1. Révision du traité de paix ; 2. Réunion (...)
  • 8 Ministère des Affaires étrangères, Le livre jaune français. Documents diplomatiques 1938-1939. Piè (...)

7La directive propagandiste de la « guerre anglaise » permettait une disculpation considérable de la France dans l’attribution de la responsabilité de cette guerre. Dans Le nouveau mensonge de la culpabilité de guerre5, Friedrich Grimm est allé très loin sur cette voie. Expert en matière d’affaires françaises, avocat défendant de nombreux nationalistes allemands devant les tribunaux français pendant l’occupation de la Ruhr, professeur de droit, membre du Reichstag depuis 1933, vice-président de la Deutsch-französische Gesellschaft d’Abetz et en quelque sorte conseiller personnel d’Hitler pour qui il écrivait ses « rapports sur la France », de 1934 à 19446, et qu’il rencontrait personnellement de temps en temps, Grimm jouait un rôle très important dans les rapports franco-allemands et surtout pour la perception de la politique française en Allemagne, grâce à ses nombreuses publications accessibles à un grand public. Tandis qu’il ne cessait d’accuser la tradition expansionniste de la France et de défendre en revanche l’expansionnisme allemand (la conquête de l’espace vital, par exemple7), il œuvrait pourtant inlassablement pour « l’entente franco-allemande », notamment auprès d’un public de hauts fonctionnaires et d’hommes politiques en France, avant et après 1939, tout en cherchant à influencer aussi le regard allemand sur la France. S’il n’est pas le seul partisan de l’idée de la « guerre anglaise », il surprend en fait par l’ampleur, unique, de sa démarche, allant jusqu’à disculper Daladier lui-même, dont il interprète sa déclaration du 3 septembre 1939 – « Nous faisons la guerre parce qu’on nous l’a imposée8 » – comme un « mot d’ordre d’embarras » (Verlegenheitsparole) révélant que pour Daladier « non pas l’Allemagne, mais l’Angleterre, en liaison avec les bellicistes dans son propre pays, a imposé cette guerre au peuple français » (Grimm, p. 5). En citant du Livre jaune français (que le public allemand ne pouvait pas consulter) seulement ce qui lui convenait, Grimm a clairement faussé le sens des propos de Daladier, qui en réalité étaient sans équivoque :

  • 9 Livre jaune, loc. cit.

« L’Allemagne nous a opposé un refus. […] Elle veut donc la destruction de la Pologne afin de pouvoir assurer avec rapidité sa domination sur l’Europe et asservir la France. En nous dressant contre la plus effroyable des tyrannées [sic], en faisant honneur à notre parole, nous luttons pour défendre notre terre, nos foyers, nos libertés9. »

8L’ambassadeur français à Berlin, Coulondre, aurait également exprimé son regret de devoir déclarer auprès de Ribbentrop, le 3 septembre, que la France était désormais dans l’obligation de remplir ses engagements. En vérité, aucun document ne prouve cela, mais il est vrai que le gouvernement français fut plus souple dans les dernières négociations avec l’Allemagne que ne l’était le gouvernement britannique. À Londres, écrit Clauss, une haine irrationnelle contre les Allemands était beaucoup plus répandue qu’à Paris, grâce à la « juiverie capitaliste », qui pouvait inciter les esprits à la guerre avec l’Allemagne qui était loin, vue de l’île britannique, tandis que les activités anti-allemandes des Juifs émigrés en France ainsi que des partis marxistes « entraîna très rapidement le phénomène d’un antisémitisme latent qui se répandit en France avec le slogan : Les Juifs nous poussent à la guerre ! » (Clauss, p. 102). Pour la France, un nouveau bain de sang signifiait un « tel choc pour la France entière que même le germanophobe le plus ardent là-bas ne l’envisageait qu’avec un grave serrement du cœur. La guerre à l’Ouest [vue de l’Allemagne, W.G.] était la grande aventure que le peuple français cherchait à éviter depuis cent ans » (p. 106). Un lent rapprochement entre la France et l’Allemagne s’était fait pas à pas, culminant dans la déclaration franco-allemande du 6 décembre 1938 : « La France était enfin prête à ensevelir l’inimitié héréditaire aux bords du Rhin. » Cela impliquait selon Clauss « une compréhension très large des intérêts naturels de l’Allemagne à l’Est » (p. 90). La confiance des Allemands en Bonnet, ministre des Affaires étrangères, était si grande, laisse-t-il entendre, qu’il ne fallait même pas prendre au sérieux les confirmations françaises vis-à-vis de la Pologne, en janvier 1940, car « il n’y avait aucun doute que la France voulait demeurer aussi passive à la frontière du Rhin que l’Allemagne » (p. 89).

9Grimm s’acharne littéralement à démontrer la dépendance de la France par rapport à l’Angleterre : lorsque la presse française révèle les objectifs de la guerre visant non seulement à renverser Hitler au nom de la démocratie, mais aussi à détruire l’Allemagne « éternelle », c’est une propagande venant d’Angleterre, tout comme auparavant la « presse incendiaire anti-allemande » était aux ordres d’une « campagne diffamatoire […] sous contrôle anglais ». Mais il ne manque pas de préciser qu’« en Angleterre, les bellicistes, c’étaient avant tout les Juifs, et parmi eux notamment les Juifs émigrés de l’Allemagne » (p. 12 sq.). Son discours antisémite lui permet également de montrer du doigt les « vrais coupables » en France, qui n’étaient pas Français, et de relativiser le degré de responsabilité de la France au simple fait d’avoir abrité ces « fauteurs de guerre » et de s’être laissé influencer par eux. Par ailleurs, en citant beaucoup d’auteurs français dénonçant le traité de Versailles, Grimm réussit à donner l’image d’une classe dirigeante en France beaucoup plus partagée sur la question qu’elle ne le fut en réalité.

10En général, pour la plupart des livres concernés, on peut constater que la dénonciation des « fauteurs de guerre », sur fond de corruption de la classe politique française, ne sert pas seulement à imputer la responsabilité de cette guerre à l’ennemi, mais à relativiser cette responsabilité en exemptant le peuple français des accusations forfaitaires. Malgré un nationalisme quasiment inné – et nationalisme veut dire ici : germanophobie –, le peuple français, c’est l’avis quasiment unanime des auteurs, était peu enclin à partir de nouveau en guerre.

  • 10 Taubert (Fritz), « Friedrich Grimm – patriote allemand, européen convaincu », in Bock/Meyer-Kalkus (...)
  • 11 Le procureur américain dans son rapport sur Grimm, à Nuremberg, le 21 novembre 1947. Jugement cité (...)

11Il serait erroné de voir dans l’attitude prise à l’égard de la France une expression de la proximité ou de la distance des auteurs vis-à-vis du NSDAP, dans ce sens que les « francophiles » seraient automatiquement « moins nazis », thèse défendue il y a un certain temps notamment à propos de Grimm, présenté comme un « Européen convaincu » dont l’œuvre aurait « consisté non seulement à lutter pour la justice en général, en particulier pour que soit réservée une juste place à l’Allemagne, mais aussi pour l’entente entre la France et l’Allemagne dans le cadre d’un “nouvel ordre européen” » ; dans sa « naïveté », Grimm « ne s’était tout simplement pas aperçu qu’entre la république de Weimar et le Troisième Reich il y avait certaines différences politiques et juridiques10 ». C’est ce qu’on peut appeler un jugement complaisant sur « un des plus grands agents de propagande et de renseignements du Troisième Reich » aux yeux du procureur américain à Nuremberg, en novembre 194711. Or, nous avons déjà évoqué l’antisémitisme de Grimm, de nombreuses louanges adressées à Hitler témoignent en outre combien il lui était dévoué.

  • 12 Amann (Bruno), Der Sinn unseres Krieges, Wien/Leipzig, Kühne, 1940. Fascicule extrait d’un ouvrage (...)

12Il faut pourtant reconnaître que ces auteurs réputés « francophiles » se distinguaient néanmoins dans leurs écrits sur la France d’autres auteurs nazis. Ils ne suivaient pas seulement la directive propagandiste de ménager les Français pendant la « drôle de guerre », car pour se montrer particulièrement anglophobe il n’était pas nécessaire de les ménager autant. La preuve en est fournie par exemple dans l’ouvrage de Bruno Amann, Le sens de notre guerre12. Plus que nul autre, semble-t-il, Amann est obsédé par l’Angleterre : « Maintenant, la guerre est là. Elle est centrée sur le conflit, cette fois définitif, avec l’Angleterre ; c’est le seul sujet de cette guerre. » (p. 8.) La civilisation occidentale, selon lui, est littéralement animée par l’Angleterre qui en est « l’âme ». Mais il n’a pas pour autant la moindre complaisance pour la France :

« La France est vidée d’idées politiques, pas seulement de nos jours, mais depuis toujours. Son importance ne résidait que dans le fait de donner l’éclat d’une forme brillante aux idées étrangères ; c’est aussi ce qu’elle a fait. Au-delà il n’y a pas de grande politique française. Dans ce conflit décisif, la France est retombée à son point de départ idéologique, à son milieu de tradition anglo-saxonne qui domine la France exclusivement depuis 1789. » (p. 123.)

  • 13 Fritzsche (Hans), « Vorwort », in Reipert (Fritz), Was will Frankreich ? « Kriegsgründe », und was (...)

13Les auteurs, qui au contraire aperçoivent une brusque réorientation de la France vers l’Angleterre en 1939 seulement, ont en revanche du mal à en expliquer les raisons. La préface au livre de Fritz Reipert, Que veut la France ?, écrite par Hans Fritzsche, chef de la section « Presse allemande » au sein du ministère de la Propagande13, est représentative de cet embarras :

« La décision du gouvernement français de déclarer la guerre au Reich, suivant en cela son obligation vis-à-vis de l’Angleterre, a brusquement détruit les tentatives déjà fructueuses à plus d’un égard, entreprises par l’Allemagne et par des Français sincères et justes […], de tirer un trait sur une inimitié presque millénaire et une opposition artificiellement nourrie par certains milieux français et par l’Angleterre, et d’amener une vraie entente, sinon une amitié entre les deux peuples – Français et Allemands. […] Un gouvernement d’avocats, la haute finance, la Franc-maçonnerie, la Juiverie et une poignée de chauvinistes aveuglés ont soumis le peuple français aux aspirations anglaises. » (p. 3.)

14Puisque l’ouvrage de Reipert porte sur l’aspect historique de l’antagonisme franco-allemand, dont le conflit de 1939 ne serait que le dernier d’une série de « guerres d’agression depuis mille ans » (titre du premier chapitre), nous en reparlerons plus loin.

15L’expression des « regrets » concernant l’entrée en guerre de la France ne signifie pas une mise en cause de la politique hitlérienne, tous les auteurs souscrivent avec ferveur aux objectifs impérialistes allemands (appelés « révision » par Clauss) à l’Est :

« La révision allemande à l’Est s’est effectuée, en accord avec le partenaire naturel qu’est la Russie, à travers une campagne-éclair d’un mois. À la fin, le poilu français se trouvait devant le Westwall allemand [la ligne Siegfried], comme au début. D’un système qui, en vérité, était déjà liquidé sur le continent, il ne restait que l’héritage terrible de la guerre anglaise, et la France devint son soldat… » (Clauss, p. 8).

16D’autres auteurs s’expriment de façon encore plus franche : pour Walter Hagemann, déjà mentionné, il ne s’agit rien de moins que du fait que la France, en 1940, « nous demande un renoncement qu’aucun peuple fort et qui aime l’honneur ne peut jamais accepter, c’est le renoncement à un rôle en Europe, qui nous est dû grâce à notre force et notre grandeur » (Hagemann, p. 4). Propos illustré par une carte géopolitique sur la dernière page, juxtaposant les puissances démographiques de l’Allemagne et de la France – « 80 millions » et « 40 millions » – avec le commentaire laconique : « L’opposition franco-allemande en août 1939. » (p. 32.)

  • 14 Cf. Anrich (Ernst), Drei Stücke über nationalsozialistische Weltanschauung, Stuttgart, Kohlhammer, (...)
  • 15 Cf. Schönwälder (Karen), Historiker und Politik – Geschichtswissenschaft im Nationalsozialismus, F (...)
  • 16 Anrich (Ernst), Die Bedrohung Europas durch Frankreich – Dreihundert Jahre Hegemoniestreben aus An (...)

17Les anglophobes ne dominent pas totalement la scène. À l’opposé des positions de Grimm, se trouve par exemple Ernst Anrich, professeur d’histoire aux universités de Bonn, puis de Hambourg, et l’un des historiens plutôt rares, semble-t-il, ayant adhéré au NSDAP bien avant 1933. Il avait notamment publié un manifeste théorique national-socialiste issu de conférences données entre 1929 et 193114. Avant de se voir confier « l’honneur » d’organiser la « refondation » de l’université de Strasbourg en 1940-194115, il s’est mis au service de la propagande en publiant le premier ouvrage, intitulé La France – une menace pour l’Europe16, de la collection « La France contre la civilisation », dont nous parlerons encore plus loin. Il veut y démontrer que la nouvelle guerre n’est que la dernière étape d’un même combat depuis au moins 300 ans pour « la victoire non de l’une ou de l’autre hégémonie, mais de l’Europe ou de l’hégémonie française » (Anrich, p. 10). Pour Anrich, c’est l’Angleterre qui se trouve « mentalement hypnotisée par la France » et non l’inverse, « pendant un instant seulement la France a chancelé, et abandonné le leadership à l’Angleterre », ensuite elle a retrouvé ses traditions et « même Daladier proclame un Super-Versailles comme objectif de guerre » (p. 62). Suivant son vieux principe de détruire l’unité de l’Allemagne gênant une hégémonie française, la France de 1939 mène

« […] un combat pour l’anarchie […]. Elle ne peut pas reconnaître la loi vitale européenne, sa pensée jusqu’ici analytique et rationnelle ne peut pas lire la vie à partir de la carte géographique, ne peut pas voir des espaces, mais uniquement des lignes, parce qu’elle ne pouvait même pas reconnaître l’essence biologique du fait ethnique jusqu’à maintenant, mais continue à considérer les peuples comme s’ils étaient composés d’individus indépendants qu’on peut transférer dans des frontières “naturelles” et assimiler à sa guise. » (p. 60 sq.)

18Ce genre d’argumentation nous montre combien l’argument idéologique allait plus loin que l’argument politique.

  • 17 Maurer (Emil), Frankreichs politischer Weg, Leipzig, Goldmann, 1940.

19Cela se montre également dans un autre livre particulièrement « francophobe », celui d’Emil Maurer, Le chemin politique de la France17, paru après l’armistice de juin 1940. Il est persuadé que « les idées de pouvoir, gloire, expansion, priorité, concentration des forces de l’État constituent à proprement parler l’âme véritable du peuple français » (Maurer, p. 7). Et un trait particulier du caractère des Français serait alors celui de se considérer comme « un peuple de seigneurs du monde ». Aucun peuple, à part les Anglais, ne serait autant imprégné de cette conviction et de « l’idée de pouvoir politique ». Les principes de la liberté s’étant reconvertis en principes d’hégémonie, « l’amour de leur patrie présente un trait qui dépasse le sol de la nation, d’autant plus que le Français étend volontiers son moi à l’humanité entière ». C’est la foi en la mission mondiale, grâce à un passé glorieux, qui domine la pensée française transformée en idéologie populaire, un « fanatisme de la pensée » (p. 9). C’est en effet un bel exemple du complexe psycho-politique de projeter quelque chose sur l’autre, sous forme de reproche, qu’on désire en vérité pour soi-même, car n’étaient-ce pas les nazis qui parlaient en termes de « race de seigneurs » ?

  • 18 Stieve (Friedrich), Was die Welt nicht wollte – Hitlers Friedensangebote 1933-1939, Berlin, Zentra (...)
  • 19 Stieve (Friedrich), Die außenpolitische Lage Deutschlands von Bismarck bis Hitler, Langensalza/Ber (...)

20Malgré de nombreuses analyses consacrées à la dimension historique du conflit franco-allemand, concluant plus ou moins explicitement à l’inévitabilité de cette guerre, la maison d’édition du NSDAP ne manqua pas de démontrer la « volonté de paix et d’entente » qu’Hitler aurait manifestée jusqu’en 1939, notamment à l’égard du voisin occidental. Ainsi, une brochure de Friedrich Stieve, fonctionnaire de l’Auswärtiges Amt, rassemble les documents de Ce que le monde ne voulait pas : les propositions de paix d’Hitler 1933-193918, tout comme Emil Maurer dans son ouvrage précité donne également une liste des « occasions manquées » d’une réconciliation franco-allemande depuis 1933. Dans un deuxième ouvrage, Stieve a publié un recueil des documents internationaux (divers traités, etc.), précédé d’une introduction analytique, sur La situation de la politique extérieure de l’Allemagne de Bismarck à Hitler19. Dès la première phrase de l’introduction, l’accent est mis ici sur une considération géopolitique : l’« espace vital » constitue le cadre naturel de tout peuple et la condition première de son évolution ; la situation au centre de l’Europe peut être avantageuse pour l’Allemagne, si elle est forte et unie, ou désavantageuse dans le cas d’une faiblesse par division intérieure, mais elle signifie une contrainte de défense constante sur deux fronts. L’Angleterre, en revanche, par sa position géographique marginale par rapport au continent, est considérée par l’auteur comme un acteur presque indifférent de l’histoire récente, plutôt consentant à l’égard de l’Allemagne, comme le traité sur les flottes de guerre de 1935 l’a montré. L’ennemi est donc la France : dès 1933, elle a essayé de freiner l’« émancipation allemande » et même mobilisé à plusieurs reprises pour une guerre que le « génie du Führer » put chaque fois éviter jusqu’en 1939.

Une démocratie difficile à comprendre

  • 20 Fleischer (Eugen), Wer regiert Frankreich ? Die Bürger der Dritten Republik und ihre Götter, Stutt (...)

21Dans son « tableau des mœurs de Paris », déjà évoqué, Herbert Kranz a rassemblé des reportages publiés auparavant dans le Frankfurter Illustriertes Blatt, fondés sur plus d’une cinquantaine de mémoires et d’autres publications des acteurs principaux de la IIIe République et de la Première Guerre mondiale. Cette lecture intensive lui permit de peindre une vaste « fresque de la décadence » de la démocratie française, composée d’intrigues et de machinations politiques. Le livre ne porte que sur le luxe et l’intrigue, deux choses intimement liées comme tout lecteur allemand pouvait le comprendre sans que cela soit explicité dans le livre, et l’image de la IIIe République qu’il peint à partir de ces intrigues comporte le message d’une corruption intrinsèque de la démocratie. Ce tableau de la décadence n’accuse pas les méfaits qui corrompent la démocratie, mais la démocratie elle-même en montrant sa prétendue « vraie face ». Rien de plus commode alors de renvoyer le lecteur au phénomène que « la critique du parlementarisme est si profonde et fondamentale, dans ce pays même, que l’observateur étranger n’a que peu à y ajouter », comme le souligne Eugen Fleischer, un autre journaliste, correspondant à Paris, dans son livre Qui gouverne la France ? (1939)20.

22À propos de la situation de l’après 1918, Kranz rappelle que « le mécanisme du parlement était une machinerie extrêmement compliquée qui était chaque année plus difficile à pénétrer, parce que les vraies forces derrière les partis et les individus étaient de plus en plus difficiles à reconnaître » (Kranz, p. 208). Expliquer cette « machine extrêmement compliquée » était l’objectif du livre de Fleischer. Après les élections de 1936, la Chambre était tellement dominée par l’étiquette de « gauche », que même des partis et groupes de droite, parmi les multiples groupes et groupuscules toujours changeant de nom, n’osaient pas avouer ouvertement leurs convictions, mais devaient se cacher derrière une appellation « démocratique », « républicaine », etc. Les radicaux, dans lesquels Fleischer, comme tous les auteurs, reconnaît la véritable incarnation politique du Français moyen, restaient en mesure de jouer l’arbitre pour constituer une majorité, malgré leur net recul, et Daladier en fit une démonstration inégalée lorsqu’il liquida le Front populaire auquel il avait appartenu, avant d’établir sa quasi-dictature sous le signe de la guerre et de la poursuite des communistes. Tout cela : la « magouille » politique dans les coulisses accompagnant les élections, la formation et la chute des gouvernements, leurs changements rapides, n’est évidemment qu’une expression de l’hypocrisie nommée démocratie, selon Fleischer, et le scrutin majoritaire y est pour quelque chose. Ainsi Clauss voit-il aussi un « fanatisme de majorité » (Clauss, p. 79) s’exerçant à l’intérieur du parti radical et à travers lui dans la Chambre, une grande machine de politiciens professionnels.

23La bête noire des observateurs nazis de la scène politique française était Georges Mandel, l’incarnation du « Juif tireur de ficelles » qui commença sa carrière comme chef de cabinet de Clemenceau, derrière lequel il œuvrait à l’ombre, grâce à un « fichier gigantesque » sur tous les hommes politiques contenant tout sur leur carrière politique et leur vie privée : « Mandel voyait tout, entendait tout, savait tout. » (Kranz, p. 188.) Mais les machinations d’un Mandel n’étaient possibles que grâce au fait qu’une table ronde de vieillards dirigeait la République, une République qui assumait l’héritage de l’Ancien Régime d’une manière qui est symbolisée par l’Élysée : le palais « devint bien national pendant la grande Révolution française et vit ensuite des fêtes qui dans leur impudence dépassèrent le temps des aristocrates » (p. 120). Et tout comme après la terreur de Robespierre, Paris fut pris d’un « vertige fou » après 1918, un vertige qui dura plusieurs années, sous l’effet de « la violence d’une musique aiguë et stridente qui n’était plus de la musique », mais « des sons infernaux », à savoir les « rythmes nègres » du jazz, ainsi que sous l’effet de l’alcool, bien sûr, car « c’étaient les années où le cocktail régnait. Il appartenait à la nourriture quotidienne […]. Aussi luxueuse, aussi variée que la vie était devenue – les hommes sentaient que ce n’était pourtant pas la vraie vie, et ils ne pouvaient la supporter que dans une sorte de narcose permanente ». Cette vie nocturne animée par le jazz et noyée dans l’alcool, après des dîners de plus en plus raffinés, alternait avec la journée folle d’une ruée vers l’argent : « Il semblait que toute la France devenait tout d’un coup un pays d’hommes d’affaires […]. Les nouveaux riches qui l’étaient devenus d’un jour à l’autre dominaient la ville. » Et pourtant l’inflation et la misère guettaient et effrayaient les Français : où étaient les fruits de la victoire ? « Mais, dans la crainte d’un tel effondrement, la musique jazz sonnait plus frénétiquement, dès l’après-midi les gens dansaient jusqu’au matin et essayaient de se perdre dans l’oubli. » (p. 262-265.)

24Malgré l’analyse détaillée que Fleischer, à la différence de Kranz, fait de l’évolution des partis politiques en s’appuyant sur des statistiques, le point central de son exposé de la vie politique porte également sur ce qui se passe dans les coulisses. Le radicalisme est, là aussi, déterminant, avec ses « sociétés secrètes », ses « comités », ses « sociétés de pensée », ses luttes intestines, enfin, c’est un bon héritier des révolutions de 1789 et de 1848, incarnant et conservant cette tradition républicaine périmée, aux yeux de l’auteur, mais toujours réitérée par les professeurs, pour qui toute politique n’était qu’une question d’éducation des citoyens. En ce qui concerne les « marxistes », étiquette créée par les nazis pour minimiser les différences entre socialistes et communistes, Fleischer, comme d’autres aussi, a du mal à expliquer vraiment leur succès auprès du peuple français si petit-bourgeois, si individualiste, car, comme il le souligne, la classe ouvrière restait géographiquement confinée et numériquement limitée. Le succès formidable de la gauche socialiste, en 1936, n’était, selon Fleischer, que la réussite d’une démagogie rusée de la mouvance marxiste qui s’est liée avec un « “nationalisme nouveau” quelque peu obscur » (Fleischer, p. 40). Plus franchement, Clauss explique que « la démocratie bourgeoise s’est unie au marxisme d’orientation sociale-démocrate et communiste, sous la devise de l’antifascisme, pour former le “Front populaire” » (Clauss, p. 44). Mais il en voit la cause non dans les circonstances politiques de l’époque, sujet délicat, mais dans la mentalité française c’est-à-dire dans l’immobilisme et la méfiance se traduisant dans un « esprit qui toujours nie » (loc. cit.), étrange allusion au Méphisto du Faust goethéen.

25Fleischer, tout comme Clauss, se refuse cependant à accepter l’image d’une France décadente, c’est-à-dire affaiblie, pour des raisons évidentes, au moment de la guerre, et même s’il reconnaît que « le scepticisme, le matérialisme et la lutte des classes semblaient l’avoir vidée de sa force », il y a « une mobilisation de la résistance contre les dangers qui menacent le pays » (Fleischer, p. 15, 18). L’inertie, faiblesse qui peut se transformer en une force, repose sur le caractère du « Français moyen » (en français dans le texte), devenu l’axe du combat politique en France, avec « son assiduité, son sens familial, mais aussi son épargne exagérée jusqu’à l’avarice, sa confiance crédule en des slogans promettant le bonheur du monde, et sa méfiance tenace envers toutes les évolutions nouvelles dans le monde » (p. 19). Soucieux de présenter une France dont on ne doit pas sous-estimer la combativité, l’auteur essaie d’expliquer au lecteur que cette mentalité française, tant décriée comme passéiste, décadente et anachronique, est encore une grande source morale de rassemblement et de résistance contre l’ennemi. Il ne faudrait surtout pas se tromper sur « le phénomène du nationalisme français qui, après des périodes d’affaiblissement plus ou moins longues, s’enflamme de nouveau et remplit le monde d’inquiétude » (p. 40).

  • 21 Le terme « nationaliste » a une signification positive lorsqu’il s’applique aux affaires intérieur (...)

26La droite catholique, royaliste et nationaliste n’est pas ce que l’auteur considère comme une alternative à la République de gauche, mais il fait l’éloge de l’action du 6 février 1934, bien que l’action fût discréditée par « la racaille urbaine » (Großstadtmob) qui s’y mêlait. La faute majeure résidait dans le manque d’organisation, l’ombre de la corruption demeurait sur la personne du colonel de La Rocque, chef des Croix-de-Feu, puis du PSF, dont Fleischer déplore en plus le manque d’antisémitisme, tout comme chez Doriot, d’ailleurs, qu’il ne considère pas comme quelqu’un qui pourrait avoir de l’influence, un jour, mais dont la fondation du PPF montre une fois de plus l’éparpillement du mouvement nationaliste21.

  • 22 Pfannstiel (Arthur), Das verratene Frankreich, Berlin, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf., (...)

27Un jugement encore plus sévère des tendances fascisantes en France se trouve dans le livre d’Arthur Pfannstiel, La France trahie (entendons : par l’extrême-droite)22. L’auteur, qui a publié ce livre dans la « maison centrale d’édition » (Zentralverlag) du NSDAP, prétend avoir longtemps vécu en France, assez longtemps, de toute façon, pour pouvoir déclarer :

« Il faut vraiment avoir vécu de longues années en France, partagé les joies et les soucis des différentes couches sociales et traversé les mesquineries et chicanes de la vie quotidienne pour pouvoir évaluer assez correctement le caractère de ce peuple et savoir ce qui reste de la ville-lumière Paris. » (p. 5.)

28Cette présence en France, et sans doute à Paris, lui a fait percer certains secrets, apparemment, comme celui du colonel de La Rocque qui fut d’abord l’espoir de beaucoup de nazis concernant un aggiornamento de la France conforme à l’esprit du temps qui régnait déjà à Rome et à Berlin. Mais l’insurrection du 6 février 1934 échoua et resta sans suite, parce que La Rocque n’aurait pas seulement été corrompu par le gouvernement :

« Aujourd’hui le colonel de La Rocque est ouvertement accusé d’être un agent du Deuxième Bureau, d’appartenir à la grande loge “Le Grand Prieuré des Gaules”. On lui reproche également son attitude nettement pro-juive. […] Ainsi, le colonel de La Rocque avait, disait-on à Paris, seulement la mission, de la part de sa loge, de mener les forces nationales sur des rails qui n’étaient pas dangereux pour la République. » (p. 67.)

29Néanmoins, parmi ses fidèles, il y en aurait une grande partie, dit Pfannstiel, qui « sympathise, sans le dire, avec l’Italie fasciste et l’Allemagne nationale-socialiste. Ils se sentent eux-mêmes comme des fascistes et sont contre les Juifs et les francs-maçons » (p. 70).

30Une figure plus positive pour l’auteur est le chef du Front paysan, Henry Dorgères. Mais sa seule faute pèse lourd : « Il reste une chose qu’il n’a pas faite : appeler ses paysans contre la guerre, ce sont eux qui doivent la payer à 80 % de leur sang. » (p. 74.) C’est aussi le grand manque de Jacques Doriot, dont Pfannstiel loue cependant la clarté de vues en matière de politique étrangère, notamment ses appels à l’entente franco-allemande. Mais dépendait-il de financiers juifs ? Cette question se pose pratiquement toujours pour Pfannstiel qui écrit d’ailleurs en employant le passé, comme si tout cela était révolu depuis longtemps. En tout cas, les raisons de sa séparation avec les communistes étaient plutôt vagues, son programme plutôt flou, c’était un homme sans principes et même « le prototype d’un politicien qui suit toujours l’ambiance générale » (p. 76).

31L’objectif principal de la plupart des auteurs est de montrer ceux qui gouvernent « en vérité » la France : les francs-maçons et les juifs. À part la dénonciation des ministres et hauts fonctionnaires d’origine juive, Jean Zay, Mandel, Blum, etc., tout au long du livre, Fleischer, par exemple, « révèle » la dépendance complète des radicaux par rapport à la franc-maçonnerie qui, malgré tous les scandales, « exerce toujours un pouvoir carrément contre nature sur le sort de la France » (Fleischer, p. 215). Les maçons, eux-mêmes dirigés par les juifs, contrôlent tout : les banques, la presse, le cinéma, les universités, le gouvernement, la politique intérieure tout comme la politique étrangère (les traités de Versailles, Trianon, etc. avaient été préparés par les loges). Il n’est pas surprenant de savoir où Fleischer a puisé ses informations : dans des journaux comme Gringoire, Je suis partout, et surtout l’Action française qui, malgré son antigermanisme, était la première source à « révéler » ces réseaux clandestins. Mais le nombre considérable de ces publications et les grands tirages des livres de « cet écrivain antisémite tout à fait original nommé Céline » (p. 225) ne pouvaient rien contre le pouvoir des juifs, déplore l’auteur. Un petit espoir serait toutefois l’émergence d’un « mouvement anti-juif » à Paris, à la suite de l’assassinat du diplomate allemand Vom Rath, mouvement dont le président était Darquier de Pellepoix, membre du conseil de Paris (et futur commissaire aux Questions juives). L’auteur insiste également sur le fait que l’antisémitisme avait bien ses racines en France et trouvé expression chez des auteurs du xixe siècle comme Ferdonnet, Gobineau, Drumont, Renan. Et, enfin, si l’esprit de Richelieu était encore bien présent dans la pensée politique française, les bellicistes, c’étaient avant tout les juifs, encore une fois, car le peuple français ne voulait pas de cette guerre : « Lorsque les trains partirent de la gare de l’Est à Paris en direction de la ligne Maginot, l’air de la Marseillaise ne se leva guère. Mais on pleurait beaucoup […] » (p. 252).

« La France telle qu’elle est vraiment »

  • 23 L’introduction est datée d’octobre 1939.
  • 24 Selon son propre témoignage, donné plus tard à P. Longerich, Clauss aurait refusé en août 1939 de (...)

32L’ouvrage de Max Clauss, paru probablement en décembre 193923, est un des rares livres s’insérant dans la tradition sieburgienne, en ce sens qu’il essaye de donner un portrait « global » de la France et des Français devant l’actualité de la « drôle de guerre », après le discours célèbre d’Hitler au Reichstag, le 6 octobre, où il proposa encore une fois la « paix » aux Occidentaux (après l’occupation de la Pologne)24. Dans son analyse, Clauss distingue la politique extérieure de la France, et la France et les Français en tant que tels. Expliquant d’emblée qu’il présenterait les Français tels qu’ils se voient eux-mêmes, il met en avant qu’il est inutile de créer des différences artificielles entre les deux peuples tant qu’il y en a de réelles ; le souci de mieux connaître les Français « ne signifie pas être le juge de l’autre peuple. Il ne nous vient pas à l’esprit de donner des leçons aux Français sur ce qu’ils devraient faire et ce qui serait mieux pour eux » (p. 12). Cela dit, il souligne qu’il les regarderait « sans fard » : « La France telle qu’elle est, n’a rien de commun avec un jardin d’Éden. Eh bien, en dépit de la technique sinistre de peindre tout en noir et blanc, adoptée par certains Français qui décrivent leur pays et leur peuple, elle n’est pas non plus un bourbier de déchéance humaine. » (Loc. cit.) Cette critique ne visait sans doute pas seulement des auteurs français… Cependant, le livre de Clauss ne manque pas non plus de jugements, parfois sévères.

33Si le peuple français est profondément pacifiste, il y a plusieurs raisons à cela. Que son nationalisme soit devenu défensif est dû au fait que « ce peuple de civils et d’individualistes viscéraux » déteste la chose militaire. C’est d’ailleurs aussi la raison pour laquelle

« […] le simple geste de prêter l’oreille à un homme ou à une doctrine semble quelque chose d’inhabituel et d’incommode à ces gens. “Mussolini et Hitler auraient difficilement pu s’imposer chez nous”, me disait lors d’un entretien un homme qui, lui, admire à l’extrême l’effort autoritaire du fascisme et du national-socialisme. » (p. 44.)

34Puis, les Français sont absolument ignorants en ce qui concerne les affaires étrangères, affirme l’auteur qui dit avoir été confronté, depuis sa première visite en France, à Paris comme en province, au « repli sur soi-même du Français, à son manque étonnant d’intérêt et, il faut l’avouer, à sa capacité restreinte de comprendre l’étranger » (p. 8 sq.). Cela relève de l’esprit petit-bourgeois hostile à tout ce qui dépasse son petit horizon personnel ; même dans la capitale, la petite bourgeoisie « vit pour la plupart aussi provincialement et exclue du cours des grands événements […] que là-bas, dans les villes de province » (p. 35). Mais, malgré toute la propagande antifasciste, le peuple français serait loin de devenir germanophobe : « Dans ses rangs, une nouvelle jeunesse est en marche. […] La jeunesse a résolument brisé la coutume des pères et est allée découvrir le voisin. » (p. 10.) Même parmi les dirigeants politiques, affirme l’auteur, il y aurait plus de gens qui auraient préféré une alliance avec l’Allemagne au détriment de celle avec l’Angleterre, mais qui n’osaient pas le dire.

35Quant à la presse, d’ailleurs, Clauss est le seul parmi les auteurs en question qui constate une nette évolution vers l’apolitique. Ce ne sont plus les journaux à tendance politique affichée

« […] qui règnent sur le vaste champ des lecteurs, mais les feuilles de masse […] sans couleur politique, de type anglo-saxon. Le sport est plus important que l’opinion, le cinéma plus attrayant que la politique. Cette presse n’est pas un instrument pour conduire le peuple et n’aspire pas du tout à l’être. Elle a au moins un avantage, c’est qu’elle représente vraiment une affaire et n’a pas besoin de vivre de subventions clandestines et de la corruption ouverte comme la presse parisienne en général depuis des temps immémoriaux. » (p. 81.)

36Le bilan du Front populaire est modéré chez Clauss : s’il doit reconnaître que « le gouvernement du social-démocrate juif Léon Blum, sous la pression de la rue, imposa d’un seul coup les réformes sociales qui ébranlèrent alors tout l’équilibre de l’économie française » (p. 37), il n’hésite pas à caractériser cette politique comme une combinaison « d’une série de points programmatiques marxistes et de vraies mesures sociales d’après le modèle germano-italien » (p. 80) ! Mais il n’y aurait qu’un seul domaine où l’individualisme français se plie devant la raison d’État : c’est l’éducation nationale et la formation d’une élite intellectuelle, c’est là aussi que Clauss reconnaît « une affirmation volontaire du principe de la communauté du peuple » (p. 50), ce qui signifie pour lui la volonté de former une élite à partir de toutes les couches sociales du peuple, ce qu’il voit se réaliser surtout à l’ENS de la rue d’Ulm, car les normaliens étaient « pour la plupart des fils de paysans ou de gens simples en général » (p. 54). Cette exagération est surprenante. Sans doute l’auteur a-t-il trouvé là un biais pour faire passer son admiration de l’élite intellectuelle et du rôle qu’elle joue en France, jalousie que nous avons déjà rencontrée chez Sieburg. Il laisse entrevoir ensuite son espoir qu’un jour « le bon rapport entre esprit et pouvoir devra être rétabli très profondément au détriment du parlementarisme mourant » (loc. cit.), ce qui suggère l’idée d’un élitisme dans le sens de « Führertum ». En effet, Clauss ne manque pas de condamner « l’intellectualisme corrosif » auquel, heureusement, l’« esprit du front » (Frontgeist) des soldats de 14-18 aurait imposé des limites (p. 80).

37Clauss s’aligne par ailleurs sur la thèse de l’« immobilisme » français, mais il condamne toutes les visions d’une « décadence » ou d’un « pays mourant » comme autant de mauvais contes. La dénatalité française, néanmoins réelle, s’expliquerait par l’autosuffisance du monde rural, représentative de celle de la France entière, refusant « l’intention ou seulement la possibilité d’exploiter plus que ce qui était absolument nécessaire » (p. 34). Le capitalisme financier est dans les mains de protestants, depuis les jours de Necker, suivis des juifs qui exercent une influence de plus en plus néfaste sur les finances de l’État même, constate l’auteur, en faisant l’allusion obligatoire à l’affaire Stavisky. La mise en parallèle des protestants et des juifs est étonnante ; même si l’antisémitisme de l’auteur ne fait pas de doute – Clauss parle encore de « la clique internationale des trafiquants pour la plupart juifs », etc. (p. 37) –, les juifs sont mentionnés uniquement comme un « lobby » parmi plusieurs qui se partageraient les affaires.

38Mais Clauss ne parle pas de la seule scène parisienne. Soucieux de tracer le portrait de la France entière, il tient à distinguer ses composantes. Il ne manque pas de souligner que l’Alsace n’est qu’un territoire avancé (Vorland) de la ligne Maginot, la vieille France (Alt-Frankreich) se trouvant derrière, autour de Nancy, en Lorraine. Si une revendication de l’Alsace n’apparaît qu’en filigrane, l’auteur tient à évoquer « la population blonde-germanique » (germanisch-blond) de Lille et la domination d’un marxisme de style belge (sans expliquer ce qu’il entend par là) dans les mairies de la Flandre, tandis qu’en Normandie la grande époque du Havre avait été celle de la grande bourgeoisie protestante, pour la plupart de provenance alsacienne. Quant au Midi, celui-ci commence à la gare d’Orsay, où

« […] une race légendaire d’Auvergnats, de Gascons et de Provençaux monte dans les trains en direction de Bordeaux et de Toulouse, avec ce corps court et trapu, l’œil vif et l’accent si franchement avoué, typés comme leurs grands vins et leur politique [le radicalisme, W.G.]. Le parfum de la capitale se dissipe très vite dans la forte odeur de terre du pays béni au sud de la Loire. » (p. 58.)

39C’est sans jugement qu’il évoque aussi l’appel aux soldats africains et asiatiques, constituant un tiers des effectifs de guerre de l’armée française (p. 20), mais il exagère l’immigration en prétendant l’existence de « villages entièrement italiens ou polonais » dans le Midi, « remplaçant des Français qui ne sont plus rentrés après la guerre » (p. 61). Toute modération disparaît cependant quand il parle du « mélange incroyable de peuples » à Marseille. Là, « le Français de souche a laissé les bas travaux dans la ville et au port depuis longtemps aux autres et doit en contrepartie s’accommoder de leur terreur criminelle et politique ». Mais il lui semble que cette ville a été faite pour cela et que la présence des Corses « tout-puissants » – dont le maire, Sabiani, qui est apparu une fois à la Chambre avec un revolver – crée une atmosphère « mafieuse » (sans employer ce terme qui n’était pas encore courant à l’époque). « Le bruit, la passion et les immondices bouillonnent dans les vieilles rues tant que le soleil chaud se lève sur Marseille. Il faudrait en fait raser la ville entière pour corriger ses mœurs. » (p. 62.)

40Malgré l’accentuation de l’influence du terroir sur la mentalité des Français, l’auteur constate une unité culturelle des Français, du paysan au poète :

« Le Français est un être à cent pour cent enraciné dans la terre, avec ses deux jambes posées sur le sol de la réalité et aux yeux critiques dans sa tête. Il peut être un pédant et il l’est souvent, même, mais jamais un rêveur. Au xviiie siècle déjà, la poésie française apparut à Herder et au jeune Goethe comme un jardin compassé, avec des arbres de plaisance coupés droit et bien courbés. Encore aujourd’hui, elle s’adresse beaucoup plus à l’intellect qu’au sentiment, à part quelques exceptions romantiques comme Baudelaire ou Claudel. » (p. 66.)

41Le refus d’assumer la réalité issue de la Grande Guerre se serait répercuté aussi sur le plan intellectuel et littéraire. N’est-il pas significatif, dit Clauss, que les trois grands de la vie littéraire des années vingt furent André Gide, Paul Valéry et Marcel Proust ? Le dernier était déjà mort, les deux autres eurent du succès tardif avec des œuvres écrites bien avant 1914. Un renouveau, une alternative se fit pourtant remarquer dans les années trente, grâce à des auteurs plus jeunes « qui cherchaient instinctivement leur sujet dans le paysage et dans le peuple et voulaient vraiment dessiner le visage de la France sans fard ni artifice » (p. 69). Pour le monde rural, c’est alors Giono, et pour la vie parisienne, Jules Romains avec ses Hommes de bonne volonté, tous les deux en effet bien vus en Allemagne, le dernier étant membre du Comité France-Allemagne, mais refusant d’entrer en collaboration en 1940. Ce renouveau est pourtant limité, selon Clauss, car, loin d’emprunter un chemin révolutionnaire, il reste malgré tout attaché à la tradition d’un « individualisme qui nous lègue un peuple d’individus parce qu’il subit seulement le destin commun, au lieu de le prendre en main » (p. 70).

Le paradigme historique

  • 25 [Arnold Hillen Ziegfeld], Frankreich – der ewige Reichsfeind. Der Westfälische Friede von 1648 und (...)

42Malgré des recours à l’histoire, l’argument du paradigme politique présentait la Seconde comme une suite de la Première Guerre mondiale et des circonstances politiques de l’époque. Pour le paradigme historique, la cause du conflit avait des racines historiques beaucoup plus profondes, jusque dans l’origine même des deux pays. Ainsi, une brochure propagandiste apparemment destinée à accompagner le soldat allemand dans la campagne (Tornisterschrift des OKW) et réservée à l’usage interne de la Wehrmacht, mais parue seulement après l’armistice, présente la France comme « l’ennemi éternel du Reich25 » en retraçant six siècles d’histoire allemande par des cartes géopolitiques montrant la puissance du Reich au xiiie siècle, ses divisions politiques intérieures et le grignotage de ses marches occidentales par la France, à travers les divers « traités de paix » (mis entre guillemets), notamment celui de Münster (Westfälischer Friede) instaurant l’hégémonie française par la destruction intérieure de l’Allemagne. Après l’arrivée au pouvoir d’Hitler et le rétablissement de la « souveraineté militaire » (Wehrhoheit), le Reich est devenu « le support d’une politique européenne et le pionnier du combat pour les droits vitaux des peuples face à l’impérialisme franco-britannique » (p. 29). Après la défaite française,

« […] la lutte pluricentenaire de la France pour l’hégémonie européenne est définitivement terminée au détriment de la France. À la prétention des puissances occidentales de soumettre les peuples européens à leur volonté, l’Allemagne oppose la revendication d’un ordre juste. L’héritage de l’Empire allemand du Moyen Âge renaît à une vie nouvelle. L’Allemagne sera à nouveau le garant d’une communauté de destin européenne. » (p. 31.)

43Cette brochure n’est qu’un condensé d’un certain nombre d’ouvrages, écrits pour la plupart par des historiens dans le cadre d’une mise au service de la propagande de guerre. Le fait qu’elle ait paru seulement après l’armistice franco-allemand fait d’ailleurs penser qu’elle fut destinée spécialement aux troupes d’occupation pour les « vacciner » contre d’éventuelles tendances de fraternisation.

  • 26 Cf. Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144), p. 38.
  • 27 Just (Leo), Frankreich und das Reich im Wandel der Jahrhunderte, Bonn, Universitäts-Druckerei, 219 (...)
  • 28 Just, p. 5, se référant à E. R. Curtius, Essai sur la France, op. cit. (voir supra, p. 10), p. 310 (...)
  • 29 Maurer (Emil), Frankreichs politischer Weg, op. cit. (voir supra, p. 144), p. 7.
  • 30 Just (Leo), Um die Westgrenze des alten Reiches. Vorträge und Aufsätze, Köln, 1941, p. 7, d’après (...)

44Parmi ces historiens participant au « combat idéologique » contre l’Occident, il y avait Leo Just, professeur à l’université de Bonn depuis 1933, l’un des spécialistes de l’histoire de l’espace rhénan et notamment membre de l’« Institut des Alsaciens et Lorrains dans le Reich26 ». Partant d’une position « anglophobe », dans ses quatre « conférences de guerre » tenues en janvier-février 1940 – « Pourquoi, au fond, la France combat-elle contre nous ? »27 –, il rejoint le camp des auteurs qui expliquent le ralliement de la France à l’Angleterre par son épuisement intellectuel. L’historien évoque l’impact de l’histoire dans la mentalité française qu’avait déjà expliqué Curtius – « Pour le Français, son histoire est à la fois aussi son présent28. » –, ce qui était, nous l’avons vu, en effet l’un des « théorèmes » de la représentation de la France en Allemagne. Ainsi, Emil Maurer, auteur déjà mentionné, conclut-il déjà d’emblée : « C’est le tragique particulier de la France, d’un pays qui, comme nul autre, pense à travers l’histoire et y est enraciné, de ne pas avoir reconnu à temps les leçons de celle-ci pour ce siècle29. » Mais derrière la condamnation de cette « vie dans l’histoire » se cache aussi une admiration inavouée : ces auteurs, historiens ou propagandistes, ne faisaient-ils pas tout pour que le passé soit aussi présent dans l’esprit des Allemands ? Curieusement, à Noël 1940, dans un autre ouvrage, Just se félicita justement du fait qu’« à l’ouest aussi, le Reich d’Adolf Hitler a ressuscité d’un jour à l’autre les traditions oubliées de l’ancien empire des Allemands. Qu’y a-t-il de plus grand pour un historien-chercheur que de voir le passé redevenir vivant ? »30. Là encore, jalousie née d’un complexe d’infériorité, on reproche à l’autre ce qu’on veut au fond s’approprier pour soi-même.

45Mais il fallait retourner aux sources historiques du conflit contemporain, non seulement pour comprendre le syndrome de l’identité de la France, mais aussi pour la combattre avec ses propres moyens. Dépassant nombre de ses collègues en prenant délibérément le parti d’une recherche non seulement historique, mais ethniciste, voire raciste et géopolitique, Just insiste sur le fait que la frontière linguistique « n’a ni été originellement une frontière raciale, ni pu jouer un rôle vraiment décisif dans l’histoire », les déterminantes de la frontière politique étant plutôt d’ordre géographique (le bastion naturel des Vosges, l’ouverture de l’espace des affluents du Rhin comme la Meuse et la Moselle) ; en plus,

  • 31 Just se réfère à : Petri (F.), Germanisches Volkserbe in Wallonien und Nordfrankreich, 2 Bde, Bonn (...)

« […] les recherches de Steinbach et Petri ont montré que l’impact germanique est allé bien au-delà de la frontière linguistique actuelle et a couvert tout le Nord-Est de la France d’aujourd’hui. D’où suit le fait très important qu’un fort héritage de sang germanique est resté sur le sol français et est entré dans l’histoire française31. » (p. 7.)

  • 32 Il est très étrange, à première vue, que l’auteur emploie ici le nom français « Charlemagne », tan (...)

46Pour ce qui concerne l’histoire politique, résume Just, la question de la frontière, soulevée par l’existence éphémère du royaume lotharingien, s’est résolue en 925 grâce à l’extension du royaume oriental sur toute la Lotharingie par Henri Ier, qui gagna aussi l’Italie, la Bourgogne et la couronne de l’Empire romain : « Les Allemands seuls étaient capables de garder la dignité impériale, grâce à leur importance plus grande. C’est à eux que le destin confiait la mission mondiale de l’Empire que les rois de la Francie occidentale revendiquaient en se référant à Clovis et à Charlemagne [en français d.l.t.]. » (p. 10)32. Si cet empire englobait des populations romanes dans sa partie occidentale, « les dynasties impériales fortes […] réussirent pourtant à pénétrer cet espace de leur volonté politique et à le dominer » (p. 10 sq.). Mais le combat éternel entre la France et l’Allemagne, animé par le désir de la France de diviser et d’affaiblir le voisin, n’a « jamais été une querelle autour de quelques lieues carrées de territoire, mais toujours un combat pour notre affirmation comme nation, pour notre droit de vivre comme peuple et comme État ! » (p. 61). C’étaient même deux mondes qui s’affrontaient dès le Moyen Âge dans l’opposition entre Führertum et Droit : « L’Empire […] repose sur le serment de la fidélité et le vasselage, alors que l’État français est de plus en plus dominé par le droit écrit. » (p. 16.)

  • 33 Anrich (Ernst), Die Geschichte der deutschen Westgrenze. Darstellung und ausgewählter Quellenbeleg(...)

47Ernst Anrich participa à l’engagement des historiens pour la guerre, outre ses écrits politiques déjà évoqués plus haut, avec un recueil de documents historiques commentés, dont le troisième tirage parut après l’armistice33. Se référant également à Steinbach, Anrich prétend que l’histoire allemande avait bien commencé avant la naissance d’un État allemand, et même avant la naissance du mot « allemand » (deutsch), car l’histoire ethnique précéderait l’histoire politique et culturelle (au sens d’une expression culturelle écrite) :

« On ne peut pas faire commencer l’histoire de la frontière occidentale allemande à partir de l’an 911 ou 919 seulement, comme le font ceux qui ne veulent pas faire commencer l’histoire allemande comme telle avant cette date. Ils sont dominés par l’idée que c’était presque exclusivement à travers la prétendue création de l’État en 919 que le peuple allemand était né, contraint à la cohésion par le pouvoir de l’État. Or, nous savons aujourd’hui, grâce à l’expérience de la guerre et de ses suites qui a fait naître le mouvement national-socialiste, que le peuple et l’identité ethnique sont les choses premières. C’est à partir de là que naissent toutes les autres choses, y compris l’État. » (p. 5.)

48L’un des historiens visés par Anrich, même s’il ne mentionne aucun nom, était sans doute Johannes Haller, professeur de grand renom de l’université de Tübingen jusqu’à sa retraite en 1932. En 1930, dans son livre Mille ans de relations franco-allemandes, Haller a souligné, à propos des origines de l’Allemagne et des Allemands, contre le vent ultra-nationaliste dans l’historiographie allemande, que ce n’avait pas été le conflit national ou ethnique qui aurait mené à la division du royaume franc :

  • 34 Haller (Johannes), Tausend Jahre deutsch-französischer Beziehungen, Stuttgart/Berlin, Cotta, 1930, (...)

« On peut plutôt prouver que l’élément national n’a joué aucun rôle dans la décomposition du royaume. Il faut dire, au contraire, que la division étatique a contribué le plus au fait que l’aristocratie franque à l’est comme à l’ouest perdait la conscience d’une appartenance commune. Ce n’est donc pas le conflit national entre Allemands et Français qui a fait naître les États allemands et français, mais, au contraire, la séparation des royaumes qui a rendu possible la formation des nations et l’a même encouragée34. »

  • 35 Haller, Tausend Jahre…, préface à la cinquième édition, Stuttgart/Berlin (Cotta) 1942.
  • 36 Haller (Johannes), Die Epochen der deutschen Geschichte, nouv. éd. augm., (51.-55. Ts.), Stuttgart (...)

49Ce livre sera réédité pour la cinquième fois en 1942, sans modifications, mais augmenté d’une préface actualisée où l’auteur montre sa satisfaction devant les conquêtes militaires, rendues possibles par « un déploiement de la force qui semblait dépasser ce qui était possible, et grâce à une direction que le monde peut nous envier. » Désormais, « le regard s’ouvre, libre et clair, vers l’avenir35 ». Dans un autre livre, consacré à l’histoire allemande, publié en 1923 et réédité pour la dernière fois en 1940, Haller se révolte contre la confusion des Allemands avec les Germains36. Il précise que les Allemands sont historiquement issus de certains des groupes germains qui se retrouvaient réunis dans un espace géographique déterminé, au sein du royaume de Charlemagne, et que, par conséquent,

  • 37 Haller, op. cit., p. 12 sq.

« […] le peuple allemand n’est pas une unité naturelle, mais une unité qui s’est cristallisée historiquement […]. Les tribus allemandes ne se sont pas fondues ensemble, engendrant le peuple allemand parce qu’ils y appartenaient ensemble de façon naturelle, mais parce qu’ils ont été réunis par le destin, c’est-à-dire par l’histoire37. »

  • 38 Schönwälder, ibid., p. 24.
  • 39 Cf. See (Klaus von), « Kulturkritik und Germanenforschung », Historische Zeitschrift, n° 245, 1987 (...)

50Après 1933, Haller s’est engagé à côté d’autres historiens, dont leur doyen de l’époque, Hermann Oncken, contre une mise au pas idéologique de l’historiographie, concernant justement les périodes de la préhistoire et du Moyen Âge. Ce conflit devait clarifier les limites du pouvoir nazi dans une discipline universitaire dominée depuis longtemps par le courant « restaurateur et contre-révolutionnaire, national-allemand et ethniciste, d’un revanchisme militant38 », mais pas nazi. Dans le climat de la confrontation politique avec la France, la recherche sur la préhistoire, la proto-histoire et les débuts du Moyen Âge des peuples germaniques (la Germanenforschung) s’insérait dans le cadre de l’idéologie d’un combat culturel et politique entre les Germains et les Romains qui existerait depuis 2 000 ans. Certains écrivains, d’ailleurs, n’hésitèrent pas à assumer le titre « barbares » pour désigner le caractère germanique-allemand, retournant le reproche fait par les Latins, les Français surtout, en le revalorisant contre une « civilisation » considérée comme décadente39.

  • 40 Wolf (Heinrich), Deutsche Geschichte, Bielefeld, Velhagen & Klasing, 31936 (11920). Docteur et Gym (...)
  • 41 Arminius avait été le chef (plus mythique qu’historique) d’une tribu germanique qui avait battu le (...)

51C’est notamment le cas de Heinrich Wolf, professeur d’histoire enseignant dans un lycée de Düsseldorf, auteur d’une Histoire allemande, parue en 1920 et rééditée plusieurs fois après 193340. Wolf représentait totalement ce type d’historien nazi qui voyait l’histoire exclusivement à travers les mythes racistes les plus délirants. Dans la préface de 1936, il précise l’intention de montrer la continuité du combat entre « Germanisme » et « Romanisme » (Germanismus und Romanismus) « c’est-à-dire entre notre identité ethnique et l’“humanité” judéo-romaine » (p. IX), combat qui se retrouverait à l’intérieur de l’Allemagne, entre les Allemands « arminiens » (Armindeutsche) et les Allemands « flaviens » (Flavusdeutsche)41. Dans Charlemagne, l’auteur ne reconnaît qu’un prince germanique, c’est-à-dire « allemand », qui aurait préféré, par exemple, habiter dans la partie « purement allemande » de son royaume, l’Austrasie (p. 67). Le problème des origines allemandes ne se pose pas pour Wolf de la façon dont les autres traitaient de cette question. Pour lui, il est clair que « l’assemblage contre nature d’ethnies différentes » (p. 72) devait mener tôt ou tard à la séparation ethnique et à la constitution du royaume allemand. Le peuple allemand ne serait pas né de cette séparation, car il était déjà là, mais pas sous ce nom, étant donné que pour Wolf il n’y a tout simplement pas de différence entre Germains et Allemands.

  • 42 Haller dans une conférence, le 15-11-1934, cité d’après Schönwälder, ibid., p. 77.
  • 43 Haller, Die Epochen…, op. cit., p. 271, 344.

52Haller, alors, s’oppose à « une vision mythique du passé42 », ce qui ne l’a pas empêché d’adopter une vision millénariste de l’histoire contemporaine en attribuant un véritable rôle eschatologique à la Prusse qui aurait sauvé les Allemands du chaos politique en les conduisant au salut, c’est-à-dire à la conscience d’eux-mêmes comme nation et à l’unité, grâce à une discipline comparable seulement à celle des Spartiates, exigeant « que chaque individu, noble ou menu, riche ou pauvre, appartînt à l’État corps et âme, avec tous ses biens, le servît, vécût avec lui et mourût pour lui », et grâce à laquelle chaque citoyen reconnaît qu’il « doit tout à son État, à chaque moment, son bien, son sang et également sa vie43 ». Les convictions profondément anti-démocratiques et ultra-nationalistes imprégnant sa vision de l’histoire récente de l’Allemagne l’ont amené à se rallier à la cause politique, c’est-à-dire impérialiste, du IIIe Reich. En 1939, dans la postface de Die Epochen der deutschen Geschichte, il se félicite du fait que

« […] la République tchèque, s’écroulant par désagrégation intérieure, s’est elle-même soumise à la protection allemande, afin de redevenir un membre du Reich allemand. […] L’histoire allemande, après un long détour, semble retourner à ses origines, son cours être en train de se boucler. » (p. 406 sq.)

53Malgré ce parti pris politique, l’historien qu’il était se refusait à « réviser » l’histoire d’un point de vue ethniciste, quant à l’ethnogenèse des Allemands. C’est ce qui le distingue de beaucoup de ces confrères et notamment des historiens nazis. Cela montre aussi les marges de manœuvre qui existaient pour cette discipline, même pendant la guerre.

  • 44 Institut für geschichtliche Landeskunde der Rheinlande.
  • 45 Steinbach (Franz), Der geschichtliche Sinn des Waffenstillstandes mit Frankreich, Kriegsvorträge d (...)
  • 46 Le manuel historiographique quasiment « officiel » en Allemagne, dans lequel Steinbach assura pend (...)

54En matière de recherches sur les « origines », à l’opposé des thèses d’un Haller, le point de vue de Franz Steinbach faisait autorité. Directeur de l’« Institut de recherche historique régionale en Rhénanie44 » à l’université de Bonn, Steinbach était en effet une sommité de l’historiographie du royaume des Francs et le resta encore bien après 1945. Dans une conférence sur Le sens historique de l’armistice avec la France45, prononcée le 26 juin 1940, il retrace l’histoire du conflit franco-allemand depuis son début en mettant l’accent sur la première période, le Moyen Âge, dont il était spécialiste. Il voit s’amorcer un conflit entre l’Ouest et l’Est du royaume franc – et par conséquent « les débuts du devenir ethnique des Allemands » (p. 6) – dès le viie siècle, comme résultat d’un processus de différenciation entraînée par la romanisation de la population franque en Neustrie, conflit qui aurait été retardé ensuite par l’avènement des carolingiens au trône, avant de revenir à l’ordre du jour après la mort de Charlemagne. Les données linguistiques, notamment l’apparition du terme « lingua theodisca », qui désignait selon Steinbach non seulement la langue, mais le peuple allemand au sens ethnique (p. 4), sont plus que relativisées aujourd’hui46.

55À propos de la question des frontières, son collègue Ernst Anrich, dans l’ouvrage mentionné, va jusqu’à mettre en question l’identité entre la frontière linguistique et la « frontière ethnique » :

« La frontière linguistique, seule, n’est pas capable de déterminer exactement la frontière ethnique. Le peuple ne naît pas grâce à la langue, mais la langue grâce au peuple, respectivement grâce à ses propriétés ethniques. Physiquement et spirituellement ce caractère ethnique précède la langue, la langue est l’expression de cette spécificité. » (p. 11.)

56La « frontière ethnique », généralement plus « stable » que la frontière linguistique, serait déterminée par les coutumes, la manière de penser, tout ce qu’on considère comme facteurs déterminants innés d’un peuple, plus déterminants que la langue, car il s’agit bien, pour Anrich comme pour d’autres, de faire comprendre que la frontière ethnique se trouvait plutôt à l’ouest de la frontière linguistique. Quant aux conséquences politiques découlant de ces réflexions politico-historiques, à part le fait d’englober en passant les Pays-Bas dans « l’espace allemand », Anrich dut se retenir, car il était interdit de mentionner d’éventuels objectifs de guerre ; aussi admet-il, en contradiction avec ce qu’il vient de suggérer, que la frontière linguistique de 840 correspondait plus ou moins à la frontière ethnique à partir de ce moment-là. Il affirme en revanche que l’Europe centrale inclurait, par sa nature géographique, tout « l’espace rhénan » (y compris les affluents) qui en constituerait seulement la « clôture »,

« […] tandis que les habitants de l’Europe occidentale dépassent la frontière de l’espace ouest-européen et tranchent dans un nouvel espace quand ils rattachent l’espace rhénan à l’Occident. […] Ce n’est pas à l’est du Rhin, ni au Rhin même, mais à l’ouest du Rhin que se trouve la frontière de l’Europe centrale. » (p. 6.)

57C’est une argumentation géopolitique dépassant le cadre ethno-historique. La tension, voire la contradiction, qu’on peut constater, entre le principe ethnique et le principe impérial, transcendant les données ethno-démographiques, est surmontée par le postulat d’une supériorité de l’Allemagne qui lui donnerait droit à l’hégémonie (Führungsanspruch) dans l’Europe centrale et même au-delà, y incluant le droit au rattachement des territoires situés à l’extérieur de l’espace de colonisation germanique.

  • 47 Leers (Johann von), Geschichtlicher Kampf um die deutsche Westgrenze, Berlin, Spaeth & Linde, 1941

58Johann von Leers, professeur d’histoire à l’université de Iena, suit sensiblement le modèle d’Anrich (qu’il cite comme référence) dans son livre Le combat historique pour la frontière occidentale allemande47. Issu d’une conférence prononcée lors de l’inauguration de l’Académie d’administration de Strasbourg, en décembre 1940, donc bien après l’armistice en France, cet ouvrage est chronologiquement hors du cadre étroit des publications concernées dans ce chapitre de notre analyse. Il les rejoint néanmoins thématiquement et en présente en effet aussi la suite logique. Car la revendication territoriale, qui y apparaît en filigrane, va plus loin que la célèbre frontière de 840 : « Pour la première fois depuis les jours de Maximilien Ier, toutes les terres qui jadis ont appartenu à l’ancien Empire allemand se retrouvent dans la main du Reich. » (Leers, p. 93.) L’auteur évoque ici une frontière qui passait à l’ouest de la Meuse, incluant dans l’Empire la Franche-Comté et la grande Lorraine avec Toul, Verdun et Bar-le-Duc, un tracé pratiquement identique à celui de la « zone réservée » et de la « zone interdite » dans l’Est et le Nord de la France, établie par l’occupant en 1940.

  • 48 Cf. Frankreichs politischer Weg, op. cit. Nous n’avons pas pu trouver des informations biographiqu (...)

59Comment la façon de considérer le conflit contemporain à la lumière de celui qui fut à l’origine des deux nations, engendre des conclusions en matière de revendication territoriale, au moins par allusion, se voit d’une façon différente chez Emil Maurer, auteur déjà mentionné48. Les traités de Meersen et de Ribemont (870 et 879) concernant le partage du royaume franc auraient fixé pour la première fois une frontière selon le critère « naturel », c’est-à-dire celui de la langue (p. 10). En vérité, ces traités fixèrent une frontière où le royaume occidental s’étendait jusqu’à l’embouchure du Rhin, tandis que de l’autre côté quelques terres romanes se trouvaient au sein du royaume oriental, comme on peut le voir sur les cartes historiques publiées chez Anrich et d’autres auteurs. Si Maurer passe complètement sous silence cette « occupation » française du sol « allemand » dans les Pays-Bas actuels, c’est pour affirmer la fiction d’une frontière ethnique originale qui lui permet d’arguer, par la suite, que l’Allemagne était toujours en position de défense et que, « parce qu’elle n’a jamais possédé, ni désiré, même provisoirement, une terre française derrière ces vieilles frontières, elle ne peut pas avoir mené des guerres de conquête » (p. 15). Autrement dit, l’Allemagne, en 1940, avait un droit « naturel » à rétablir la frontière de 879.

  • 49 Schwabe (Klaus), « Deutsche Hochschullehrer und Hitlers Krieg (1936-1940) », in Broszat (Martin)/S (...)
  • 50 Cf. Schönwälder, ibid., p. 174 sqq.
  • 51 Note sur le IIIe Reich et sa frontière occidentale du 31-01-1941, d’après la traduction allemande (...)

60Le rôle des historiens dans le processus de la définition des différentes zones d’occupation est encore à éclairer. Karen Schönwälder soupçonne une part active et déterminante des historiens et réfute une vision trop négligente, sinon partiellement complaisante, sur le degré de participation des historiens allemands aux projets nazis, vision telle qu’elle apparaît même dans des analyses prétendant jeter un regard critique sur ce chapitre d’une « collaboration » en Allemagne, comme par exemple l’étude de Klaus Schwabe, lui-même historien49. Anrich s’est en effet mis à la disposition de l’OKW en mettant sur pied un état-major de « spécialistes de l’Ouest ». La reconstitution des flux d’informations entre ces « spécialistes », la direction militaire ainsi que l’entourage d’Hitler, laissent supposer que la prise de décision concernant le tracé des zones d’occupation et l’élaboration de projets pour l’avenir puisaient directement dans ces analyses historiques affirmant le « caractère germanique » des territoires en question50. Mais même sans lien direct avec les décisions concernant la politique d’occupation en France, l’objectif de ces ouvrages fut de justifier non seulement la guerre, mais aussi une révision territoriale à grande échelle. Ce fut en effet aussi l’impression qu’eut la délégation française au sein de la commission d’armistice à Wiesbaden, selon un rapport de 1941 sur « Le IIIe Reich et sa frontière occidentale », où l’on exprime la crainte d’une révision territoriale « rapatriant » les « marches occidentales » qui avaient appartenu au Saint-Empire vers 150051.

  • 52 Comme K. Schönwälder l’a clairement reconnu aussi, cf. ibid., p. 176 sq.

61Quant au spécialiste qu’était Steinbach, il faut reconnaître que, contrairement à la vision idéologique de l’ethnogenèse allemande dans sa « conférence de guerre » déjà mentionnée, il reste étonnamment modéré quant à la dénonciation de l’expansionnisme français52. À propos du conflit autour de l’héritage de la Lotharingie, plus tard de la Bourgogne, Steinbach reconnaît le fait d’un épanouissement culturel en France, rayonnant bien au-delà de ses frontières, et même une « avance culturelle » de la France par rapport à l’Empire (Steinbach, p. 12), et essaye d’en expliquer les raisons (par exemple, l’alliance entre la monarchie et l’Église). Ainsi, constat extraordinaire pour une « conférence de guerre », le missionnarisme universaliste chrétien des Français avait une légimitation réelle :

« Si les revendications françaises nous paraissent […] comme des prétentions d’un proto-nationalisme exagéré, nous ne devons pas oublier, cependant, que la communauté culturelle restreinte de l’Occident et la direction culturelle française étaient des faits réels qui provoquèrent cet universalisme. » (p. 15.)

62La compréhension de Steinbach pour l’expansionnisme français reste néanmoins limitée, car cette expansion eut comme effet une dérive du pouvoir du centre de l’Europe vers l’ouest qui « finalement aboutit à l’hégémonie française se substituant à l’ordre occidental [abendländisch] garanti par l’Empire. » (p. 11). Cette légitimité relevait selon lui du caractère supranational de l’Empire, qu’on pourrait même qualifier de « multi-culturel », quand on lit ceci sous la plume de Steinbach : « Dans l’idée de l’Empire du Moyen Âge les peuples vivaient tout à fait selon leur propre droit ; […] jamais les Allemands n’ont prétendu remplir une autre mission au sein de la communauté de l’Empire que la mission chrétienne. » (p. 14.) Mais l’objectif est de souligner la nature supérieure de la légitimité universelle du Saint-Empire par rapport à la prétention hégémonique française. Cette supériorité ne relevait pas du rayonnement de l’Empire à l’extérieur – où la France, berceau des Croisades, l’avait dépassé –, mais de sa constitution intérieure qui le plaçait au-dessus du niveau des « nations » et des États. Malgré ce dernier mot – plutôt défensif – en faveur de l’Empire, il faut reconnaître le fait extraordinaire que Steinbach admet ainsi une supériorité culturelle de la France durant tout le Moyen Âge et donc en quelque sorte une rivalité à un niveau d’égalité : la France était réellement en mesure, culturellement et moralement, de disputer la première place à l’Empire dans l’Occident.

63La différence de ce regard sur la coexistence plus ou moins conflictuelle entre la France et l’Allemagne depuis les origines est de taille, en comparaison de l’idéologie devenue officielle, selon laquelle l’Empire, seul, avait une vocation universelle, tandis que la politique de la France relevait d’un dessein nationaliste et que, par conséquent, l’expansion française, au détriment des provinces occidentales de l’Allemagne, n’était qu’impérialiste tandis que l’expansion allemande, au détriment de plusieurs peuples slaves, relevait d’une légitimité supérieure.

64Quant au conflit contemporain, Steinbach se range dans le camp des « anglophobes » en considérant que la France a laissé l’initiative aux Anglais après la chute de Napoléon, tandis que pour Maurer la « haine nationale des Français contre l’Allemagne » continue depuis le xiie siècle, quand Frédérique Barberousse a épousé la princesse bourguignonne Béatrix :

« À l’amertume sur cette “injustice à l’égard des héritiers de la couronne de Charlemagne” s’ajouta l’autre sentiment aussi amer que le royaume oriental était supérieur seulement par sa puissance, sa force physique crue, mais pas à cause d’une valeur intérieure, par esprit et culture. C’est de la fonte de ces sentiments que naquit au Moyen Âge la haine nationale des Français contre l’Allemagne, et elle a gardé ces traits encore au xxe siècle : le sentiment d’un meilleur droit et le sentiment d’une valeur supérieure. Au xiie siècle déjà les Français ont reproché à leurs voisins orientaux d’être des “barbares”, une injure qui s’est transformée de façon significative en “boches” et “cochons” au xxe siècle. » (Maurer, p. 15.)

65Maurer interprète la politique française, et surtout la politique extérieure, comme l’expression de « l’âme française ». C’est une approche qu’il clarifie d’emblée en disant que face au phénomène du « caractère des peuples qui change peu », il faudrait reconnaître que « dans la vie des peuples il y a des forces primordiales qui se maintiennent à travers les avatars de l’apparence historique et déterminent leur destin » (p. 7). Si la haine anti-allemande avait son origine historique, le « désir de conquête » était un « trait principal du caractère national français » et « n’avait guère connu d’affaiblissement au cours des siècles » (p. 18). À propos de la Révolution de 1789, il pense que « toutes les deux, la vieille monarchie et la jeune démocratie, étaient enracinées dans les profondeurs de l’âme du peuple français » (p. 59). Les Lumières et la Révolution ont donné une forme française aux idées universelles, même inconsciemment, « car “l’homme en soi” n’existe pas, il n’y a que des hommes français, allemands, anglais, russes, etc. » (p. 60). Le recours au paradigme du « naturel », notamment sous forme des prétendues frontières naturelles, explique l’auteur, est dû à l’hétérogénéité ethnique de l’espace français, qui exigeait une identité française incorporant les minorités ethniques dans un espace national prétendument « naturel », « c’est […] la raison pour laquelle le peuple français a […] perdu le sentiment naturel des différences entre les races et entre les peuples : il manque d’une claire conscience de race » (p. 63).

66*

  • 53 Cf. Longnon (Auguste), La formation de l’unité française, op. cit. (voir supra, p. 68).

67L’engagement des historiens pour la propagande de guerre augmenta considérablement le nombre de publications sur l’histoire franco-allemande, notamment sous forme de petits fascicules destinés à un grand public. À la lumière de ces écrits, la nouvelle guerre apparut moins comme une revanche sur celle de 14-18 que comme une nouvelle péripétie d’un conflit pluricentenaire, remontant en fin de compte au Moyen Âge. Ce conflit n’était-il pas, en dernière analyse, la suite inévitable de la division du royaume franc ? On pouvait facilement démontrer, cartes géopolitiques à la main, comment la France avait réussi à incorporer l’ancien royaume du milieu, la Lotharingie, et finalement atteindre le Rhin en occupant des territoires considérés comme « germaniques » et même des terres habitées par une population germanophone. Il faut dire que la vieille idéologie nationaliste française, prétendant que cette expansion ne faisait que réunir les provinces de l’ancienne Gaule et rétablir ainsi « l’unité française53 », était aussi loin de la réalité que la vision nationaliste allemande. La dernière avait du mal à concilier plusieurs approches différentes de l’histoire, comme nous l’avons vu, à savoir l’approche historiographique se fondant sur la tradition du Saint-Empire, et l’approche ethniciste obligée d’admettre que la plus grande partie des provinces perdues était francophone et qu’une revendication territoriale allant au-delà de l’Alsace-Lorraine de 1871 n’était pas justifiée. Cette contradiction fut surmontée dans l’argument géopolitique, relativisant cette frontière « ethnique » en faisant appel à l’« espace » géographiquement déterminé et coïncidant avec les territoires ayant appartenu à l’Empire. Sans que des projets d’annexions soient vraiment présentés – cela restait strictement interdit même après 1940 –, on voit néanmoins se dessiner des arguments en faveur de la récupération des territoires perdus depuis le xviie siècle. La simple dénonciation des conquêtes françaises depuis trois cents ans le suggérait déjà. Cette expansion française était évidemment réelle, mais en focalisant le regard sur les rapports franco-allemands on fit passer sous silence le fait que, si la France a repoussé sa frontière orientale de la Meuse au Rhin, l’Allemagne a avancé la sienne dix fois plus loin, de l’Elbe au Niémen (Memel) ! Et même plus loin encore, si l’on tient compte, comme le faisaient les nazis, des pays baltiques considérés comme « terres germaniques » (deutscher Kulturboden) dans les atlas historiques.

Le paradigme idéologique

La « décadence française »

  • 54 Krieck (Ernst), Deutschland und der Westen (Weltentscheidung aus Weltanschauung), Heidelberg, Port (...)
  • 55 Cf. Kürschners Deutscher Gelehrten-Kalender 1940/41, 6. Ausgabe, Berlin 1941, p. 1002. Selon cet o (...)
  • 56 Cf. Schwabe, Hochschullehrer, op. cit. (voir supra, p. 161), p. 294, 300 sq.

68La différence entre les paradigmes politique et historique, d’un côté, et le paradigme idéologique, de l’autre, saute aux yeux lorsqu’on lit l’ouvrage d’Ernst Krieck : L’Allemagne et l’Occident54, petit fascicule destiné à la formation continue des groupes de l’Union des étudiants nationaux-socialistes : si les revanchismes politiques ne concernaient finalement que des questions territoriales et d’hégémonie politique, l’enjeu du conflit était beaucoup plus grand selon la vision idéologique proprement nazie. Membre du parti depuis 1932 seulement, Krieck était professeur de pédagogie à l’université de Francfort-sur-le-Main depuis 1933, puis à celle de Heidelberg à partir de 1934, étant nommé chaque fois également recteur de l’université55. Sa vocation était cependant le domaine de la Weltanschauung (vision du monde, idéologie), notion qu’il voulait substituer à celle de philosophie. Proche du ministre de l’éducation et de la recherche scientifique, Rust56, Krieck entra dans un conflit de rivalité qui dura plusieurs années avec Rosenberg. Affaibli, en tant que sympathisant de la « gauche » nazie, par l’écrasement du prétendu « putsch de Röhm », il gagna le camp du vainqueur en adhérant à la SS en 1934, où il devint le conseiller d’Himmler pour les questions concernant la science au sens large du terme (Wissenschaft). Il partit en croisade contre la « philosophie » établie dans les universités et contre la tradition de la philosophie idéaliste allemande que les milieux autour de Rosenberg voulaient accaparer plutôt que combattre. Aux services de renseignements SS, pour lesquels il travailla de 1934 à 1938, il avait la tâche d’établir des critères permettant d’identifier l’« adversaire idéologique ». S’en prenant à toutes les autorités idéologiques du parti pour imposer ses idées, le conflit avec Rosenberg prit une dimension considérable lorsque ce dernier refusa en 1936 l’autorisation de publier l’œuvre centrale de Krieck, l’Anthropologie ethnico-politique (Völkisch-politische Anthropologie). Lâché par Himmler, Krieck quitta la SS en 1938 ; il était devenu trop radical pour le pouvoir qui recherchait alors un accord politique avec les universitaires nationaux-conservateurs souscrivant aux objectifs de la politique du Reich, plutôt que l’adhésion totale à toutes les idées du nazisme.

  • 57 Professeur de philosophie à Dresde, depuis 1933 à Berlin ; Nietzschéen, ami de Rosenberg, il n’adh (...)

69Malgré l’échec de sa « croisade », Krieck resta assez important pour figurer à côté de son adversaire, le philosophe Alfred Baeumler57, comme représentant de la philosophie allemande contemporaine, dans un ouvrage collectif publié en 1939 en l’honneur du Führer à l’occasion de son cinquantième anniversaire. Dans L’Allemagne et l’Occident, publié après l’armistice, il fit le point sur le combat idéologique entre le IIIe Reich et l’Occident :

« La victoire allemande de 1940 montre que l’heure a sonné, dans le monde entier, en faveur du principe défendu par l’Allemagne : sa victoire est sa preuve. C’est ainsi que l’Allemagne nouvelle commence sa mission dirigeante dans le monde et dans l’histoire. Le chef des Allemands a fait que cela soit son peuple qui décide et conduise le monde pendant la prochaine grande période de l’histoire mondiale. » (p. 1, 5.)

70Souscrivant au slogan de « la guerre anglaise de 1939 » comme « accomplissement de la Guerre mondiale » (p. 2), il considère l’histoire de la France comme une dégénérescence conforme à son « destin racial », marqué par « une tension entre l’affirmation de l’identité germanique des couches politiques dirigeantes franques et la conscience gauloise et antigermanique des races inférieures sans cesse remontant, aspirant à l’émancipation politique. » (p. 6). Nous y retrouvons l’application des théories racialistes déjà rencontrées, notamment à propos de la Révolution française comme victoire de l’élément gaulois sur l’élément germanique.

71La vision du monde occidentale est composée des pensées française et anglaise qui, selon Krieck, « sont apparentées, mais non identiques », et se conjuguent à « l’individualisme mathématique, qui s’exprime de façon politique aussi bien dans la démocratie libérale que dans la démocratie collective, et, de façon économique, dans le capitalisme libéral et collectif avec sa couche ploutocratique régnante » (p. 9). Mais en 1940,

« […] l’empire de la communauté nationale grande-allemande reprend la haute mission raciale dans le monde que l’Empire allemand des empereurs du Moyen Âge a commencé jadis. […] Le Reich d’Adolf Hitler reprend la mission allemande à un niveau historique plus élevé et inaugure alors une grande époque de l’histoire mondiale. […] Le patrimoine de la race et la croyance comme facteur agissant déterminent la voie et le but de l’avenir allemand et élèvent les Allemands, s’ils accomplissent leur mission, au rang d’un peuple aristocratique de l’histoire mondiale. » (p. 9 sq., 13.)

72Cela impliquerait pour les peuples placés sous la « direction » du Reich de remonter à rebours le chemin de la « sélection raciale négative » poursuivie jusque-là, « soit en puisant dans leur propre fond vital, soit par une intervention créatrice venant du Reich, avec une couche dirigeante germanique » (p. 11). Pour la France, cependant, cette alternative n’existe pas vraiment :

« La France ne sera viable, somme toute, que si elle peut retourner à son origine et renouveler sa réalité à partir de ses racines : si, avec son rattachement au principe créateur germanique, qui a fait émerger une nouvelle et immense réalité vitale de l’histoire en Allemagne sous forme de l’empire de la communauté nationale grande-allemande, elle reçoit de nouveau une couche dirigeante germanique. C’est ce que Catherine II [de Russie, W.G.] a prédit aux Français, en 1793, lorsqu’ils ont exterminé leur noblesse franque. […] Si le Gaulois n’a plus de maître germanique, alors il s’abandonne aux Juifs et aux Nègres, comme cela est arrivé. » (p. 7.)

73Il n’est pas surprenant que Krieck soit très sceptique à propos de la « révolution nationale » de Pétain. Il n’y voit rien d’autre que la continuation de l’histoire française, « la querelle autour de la question de savoir si les francs-maçons ou les jésuites devaient conduire l’État ou si la méthode libérale, communiste ou néo-catholique était à appliquer », se poursuivant « jusqu’à la tentative d’un prétendu renouveau à Vichy » (p. 14).

74L’objectif central du livre de Krieck n’est d’ailleurs pas l’étude de la France, mais l’exposition du combat idéologique dont la victoire était loin d’être assurée à l’époque, car « la victoire de l’arme serait une victoire trompeuse, une brève illusion sur nous-mêmes, si nous ne sommes pas capables d’accomplir cet acte créateur en nous-mêmes et à travers la chaîne de générations qui nous suivront ». C’est pourquoi « le combat des armes trouve son ultime décision dans le combat des esprits » (p. 5). Cette conviction, partagée sans doute par tous ces auteurs, justifiait aussi le travail des universitaires dont le statut devenait assez précaire pendant la guerre. Pour assurer la victoire dans ce combat idéologique, précise Krieck, il faut « connaître l’adversaire dans sa propre façon d’être. C’est le sens et le but des recherches sur le monde étranger » (p. 14). C’est un credo que tous les « experts » de la France devaient non seulement partager mais afficher pour au moins assurer leur existence matérielle, sinon par conviction réelle.

  • 58 Jordan (Rudolf ), Vom Sinn dieses Krieges, Berlin, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf., (51 (...)

75Un autre fonctionnaire nazi, Rudolf Jordan, adressa à son tour un ultimatum à la France, dans la nouvelle édition de son livre Le sens de cette guerre58, parue après la défaite française. Après avoir souligné que les ennemis de l’Allemagne, guidés par le « panjudaïsme » (Alljuda), ne souhaitent que « l’anéantissement physique du peuple allemand » (p. 70), il conclut :

« La France nouvelle qui a vécu de la façon la plus claire, en quelques semaines seulement, l’écroulement dramatique d’une politique séculaire de haine, se retrouve devant un carrefour de sa vie nationale, où elle doit choisir, si elle a l’intention – d’après le testament politique de Richelieu – de suivre le chemin de l’anéantissement ethnique [völkisch] jusqu’à la fin de l’histoire française, ou si elle est décidée à contribuer, dans un esprit de responsabilité du sang [völkisch], loin de tout projet d’hégémonie, à la construction d’une Europe nouvelle et indépendante. » (p. 77.)

76Avec cette formule – « suivre le chemin de l’anéantissement ethnique jusqu’à la fin de l’histoire française » –, l’auteur menace la France de subir le sort qu’elle aurait réservé à l’Allemagne. Le choix qu’il lui propose est : collaboration ou anéantissement. En réalité, il ne s’adresse qu’au lecteur allemand, le préparant ainsi à la façon dont il faudra à son avis traiter la France occupée. L’auteur préconise une hégémonie allemande sur le continent à la hauteur de sa victoire, celle « d’un grand peuple jeune contre les ennemis de sa vie qui veulent lui refuser sans raison le droit à la vie et à son espace vital » (p. 9), et à la hauteur de sa mission historique, renouant avec les temps où, « pendant que les États de l’Ouest faisaient encore leurs premiers pas tâtonnants dans le domaine politique et culturel, l’Occident [Abendland] entier se trouvait déjà depuis des siècles sous la direction spirituelle et politique incontestée de l’Empire allemand » (p. 10).

77C’est un bon exemple du principe de la propagande nazie : à l’argument de la « jeune nation » à laquelle appartiendrait l’avenir, les Occidentaux étant fatigués et décadents, succède celui du règne beaucoup plus ancien des Allemands à travers le Saint-Empire (dont la vraie appellation est taboue, on parle toujours de l’Empire allemand), les Occidentaux ayant été en quelque sorte encore adolescents.

  • 59 Hieronimi (Martin), Sterbendes Frankreich ? Ein Warnruf über die Grenzen, Berlin, Zentralverlag de (...)
  • 60 Cf. Unteutsch, ibid. (voir supra, p. 60), p. 349, 170 sq.

78La France se meurt-elle ? est un autre avertissement sous forme de question que Martin Hieronimi feint d’adresser aux Français59. L’auteur, encore jeune (né en 1915), était un des spécialistes des questions françaises au sein du NSDAP. Étudiant en germanistique et histoire, puis en droit, il fit une carrière au sein de l’organisation corporatiste des étudiants et entra au ser­vice de l’Amt Rosenberg comme l’un des nombreux lecteurs chargés d’évaluer les livres paraissant en Allemagne. Pendant la guerre, il eut un poste au sein du département de propagande de l’OKW, où il fut chargé de diriger la revue Le Trait d’Union qui s’adressait aux prisonniers de guerre français60. Inaugurant une collection de publications, lancée par la maison d’édition du Parti, sur les différents pays européens et les questions liées à la guerre, son livre constitue une compilation de toutes les informations « prouvant » la « décadence française », du biologique jusqu’au moral. La « crise des forces vitales » (p. 5) de la France, qui s’annonçait dès le milieu du siècle dernier, est entrée dans son stade final, pense l’auteur : la dénatalité générale, la dépopulation par régions entières, la présence massive d’éléments allogènes (Überfremdung), la « pénétration juive » (p. 63), l’alcoolisme, le déclin de la morale en seraient la cause. Se fondant sur les études raciologiques, l’auteur veut se démarquer néanmoins de certaines idées racistes : il récuse, par exemple, les slogans de propagande tels que « la négroïsation de la France » (p. 50), qui seraient démesurés, bien que le « péril des races de couleur » (Farbige Gefahr) soit réel. En fait, sans manquer d’accuser la politique française de vouloir imposer un métissage racial au monde pour réaliser son rêve de l’égalité des hommes, l’auteur voit l’origine de cette « décadence biologique » dans une « décadence morale », par conséquent « guérissable », à la différence des raciologues qui déduisent au contraire la « décadence morale » de la « décadence raciale ». Hieronimi exprime d’ailleurs sa reconnaissance devant la puissance culturelle qu’avait la France autrefois et qui fit rayonner son génie sur l’Europe entière (p. 76) – une sorte de reconnaissance dans un esprit « darwiniste » : le plus fort a toujours raison. C’est pourquoi l’heure allemande sonne, laisse-t-il entendre, alors que la « décadence » de la France est déjà suffisamment avancée pour qu’elle ne soit plus en mesure de mobiliser les forces nécessaires :

« Une évolution, 150 ans durant, sous le signe d’un démocratisme toujours plus extrême, l’a dégagée de sa responsabilité raciale, dans la même mesure que de sa mission spirituelle et politique en Europe et dans le monde entier, qui ne peut être concrétisée et réalisée que dans des conditions d’une conscience ethnique et raciale. » (p. 75 sq.)

  • 61 Reithinger (A.), Frankreichs biologischer und wirtschaftlicher Selbstmord im Kriege Englands gegen (...)
  • 62 Ces « monastères néo-germaniques » (il en existait trois en tout), fondés par Robert Ley, étaient (...)
  • 63 Von Franqué (Wolfgang), Deutschland und Frankreich – Eine wertende Rückschau, Bonn, Röhrscheid, 19 (...)

79La présentation d’une France décadente, exsangue et dépérissant est l’objet de plus d’une publication de l’époque. À l’instar de celui que nous venons d’évoquer, l’ouvrage de A. Reithinger, Le suidice biologique et économique de la France dans la guerre de l’Angleterre contre l’Allemagne61 – le titre le classe politiquement dans le camp des « anglophobes » – détaille les facteurs, statistiques à l’appui, de cette décadence sur tous les plans, pour laquelle la nouvelle guerre ne signifierait rien de moins que le coup de grâce pour ce pays. Pour Wolfgang von Franqué, professeur à l’Ordensburg Vogelsang située dans l’Eifel62, le déclin racial de la France se montre depuis longtemps dans le processus de mise à l’écart des protestants « de sang nordique63 ». La France serait « racialement épuisée » depuis le xviie siècle, d’où « l’imitation et l’adoption de mœurs et traditions anglaises en France » (p. 60), au point que les lumières françaises ne furent plus que « de la tradition spirituelle anglo-saxonne vêtue d’une robe française, une pratique politique habituelle en Angleterre que les Français pressent dans la camisole de force d’une théorie de l’État » (p. 57). Cet « épuisement de sa capacité de créer […] ne peut plus revenir parce que, grâce à l’extermination et à l’expulsion de ses couches le plus créatrices, la condition préalable manque à savoir, le facteur racial ». Pis encore,

« […] c’est par l’introduction inconditionnelle de sang allogène que la France a essayé de remplacer la perte de son noble sang germanique, pour finir, après la naturalisation massive de Polonais et de Juifs, par admettre les Nègres et Mongols au même rang que les Français blancs » (p. 60, 58).

  • 64 Seekel (Friedrich), Vom Alkohol entnervt – Folgen französischer »Lebensfreude », Berlin, Groß, 194 (...)

80Les explications de la « décadence française » varient pourtant d’un livre à l’autre. Le petit ouvrage Énervés par l’alcool – Les suites de la « joie de vivre » en France64, de Friedrich Seekel, est consacré à un aspect particulier de cette « décadence ». Puisant dans les statistiques officielles, révélant une consommation d’alcool deux à trois fois plus grande qu’en Allemagne – tandis que « les écrivains et journalistes français […] diffusaient l’image fausse de l’Allemand ivre, picolant sans mesure » (p. 12) –, ainsi que dans les publications d’organisations françaises contre l’alcoolisme et dans la richesse des légendes et proverbes, l’auteur y trace le bilan « anthropologique » de l’influence funeste de l’alcool sur la santé publique en France, constatant une dégénérescence rapide de la « race » : « Maladies d’estomac, troubles nerveux, beaucoup de cas de faiblesse corporelle […], une nette baisse du taux d’intelligence, du bon sens, […] une diminution du sentiment de solidarité et des propriétés morales générales de la race »… sans oublier la criminalité ainsi que la dénatalité due à la stérilité croissante sur le plan physiologique, tout comme « seulement une minorité des femmes peuvent encore, malgré leur bonne volonté, allaiter les enfants » (p. 18). Mais il y a des différences selon les régions :

« En matière d’alcool, le vin appartient à la tradition du Midi. C’est ainsi depuis des siècles. La grande consommation de vin a cependant eu son effet sur la population. C’est par cela que s’explique que le Français méridional est considéré en général comme plus faible que le Français du Nord. » (p. 5.)

81C’est que la bière, bue dans le Nord, n’aurait pas d’effet identique. En Provence, le vin accompagne chaque repas d’un adulte, et « puisqu’il mange quatre à cinq fois par jour, il arrive à en consommer quatre à six litres » (p. 18). En Normandie c’est évidemment le calvados qu’on boit surtout, à côté du cidre, à commencer chaque jour par deux tasses de calvados le matin ; puis il fait partie de chaque repas : « “Le trou normand”, disent les autres Français, ce par quoi ils désignent la gorge insatiable des autochtones altérés », pense l’auteur (p. 6). En somme, les Normands boivent jusqu’à dix tasses de calvados par jour, ce qui fait « qu’on n’est jamais vraiment ivre, mais toujours alcoolisé, car, puisque le sol et les conditions de vie en général ne sont pas particulièrement durs, le corps n’est pas contraint à éliminer rapidement l’alcool » (loc. cit.). Les Bretons en revanche sont connus pour leurs beuveries de fin de semaine, aboutissant à une ivresse complète. Ces habitudes conduiraient à une diminution de la taille chez les Normands, et chez les Bretons au taux de mortalité le plus élevé de toute la France.

82Mais si ces coutumes font partie des traditions locales, à Paris on boit « sans tradition » l’apéritif, issu de l’absinthe, interdite à cause de son effet désastreux en 1914, mais si bien remplacée par le pastis qu’on peut parler d’un contournement de cette interdiction. Or, boire de l’apéritif, cette « coutume » sans « tradition », parce que libérée du lien avec le repas, « ne pouvait naître que dans un pays où l’on a constamment l’estomac lesté, et où le bienfait d’une faim saine n’est plus connu » (p. 7). Faisant sournoisement allusion à la situation alimentaire en Allemagne, qui était restée difficile dans beaucoup de secteurs, l’auteur réussit habilement à dénoncer deux « décadences » à la fois, celle de boire trop et celle de manger trop, ce qui n’était pas sans ambiguïtés, d’ailleurs, quant à l’effet sur le lecteur allemand.

83Certaines des analyses socio-médicales, puisées dans des publications françaises, sont sans doute sérieuses. Ce qui nous intéresse ici, ce sont les raisons que l’auteur semble y avoir trouvées et les conclusions qu’il en tire. Ainsi, l’introduction de la semaine de 40 heures par le gouvernement Blum, en 1937, n’aurait fait qu’augmenter la fréquentation des bistrots et la consommation d’alcool, car les gens ne savaient pas quoi faire d’autre avec leur temps de loisir supplémentaire. Puisque « vin et patriotisme ne font qu’un » (p. 37), il y aurait aussi un rapport particulier entre l’alcool et la politique : les bistrots sont les vrais centres de la vie républicaine, c’est le lieu où l’opinion publique se fait, « le lieu du marchandage politique », et les élus veillent à ce que leurs partisans aient les licences désirées pour en ouvrir de nouveaux. « Les élections de gauche se préparent encore plus dans les bistrots que celles de droite », ce diagnostic est fait par le docteur Destouches, écrivant sous le pseudonyme de Louis-Ferdinand Céline, dans Bagatelles pour un massacre, source de référence pour Seekel (p. 36). C’est là-dedans aussi qu’il a puisé l’information, qui devait plaire aux Allemands, selon laquelle la moitié des jeunes Français examinés lors de la révision furent refusés pour le service militaire. Néanmoins, l’armée française, y compris l’aviation, est constamment sous l’effet de l’alcool. Mais peut-être est-ce aussi un moyen d’assurer le service ? Prétendant résumer des slogans réels, l’auteur affirme : « Le vin est l’essentiel dans la guerre. Grâce à lui, on la supporte. Avec le vin, le soldat oublie les dangers, les privations et marche, si nécessaire, à la mort avec un sourire sur les lèvres ! » (p. 38.)

Le défi français

  • 65 Cf. Michels, ibid. (voir supra, p. 8), p. 37 sqq.

84Dans la collection « La France contre la Civilisation », dirigée par Karl Epting sous le pseudonyme de Matthias Schwabe à partir de la cellule propagandiste anti-française (Frankreich-Komitee) au sein de l’« Office Ribbentrop65 », 25 fascicules parurent en 1939 et 1940 au nom des trois instituts universitaires de « recherches sur le monde étranger » (Auslandskunde ou Auslandsforschung) qui existaient à Berlin, à Hambourg (avant d’être transféré à Berlin aussi) et à Stuttgart. L’objectif était de créer une image suffisamment négative, mais néanmoins d’apparence sérieuse, scientifique, de la France, pour répondre aux besoins de la propagande à destination d’un public cultivé, dont sans doute les officiers de la Wehrmacht qui se préparaient à la campagne de France.

  • 66 Bökenkamp (Werner), Frankreichs Universalismus – ein Feind des Volkstums, Berlin, Junker & Dünnhau (...)
  • 67 Cf. Michels, ibid., p. 76.
  • 68 Chez Bökenkamp, le nom correct de Heiliges Römisches Reich est vraiment employé.

85Le titre du deuxième cahier de cette collection résume aussi bien que le premier, déjà mentionné, d’Ernst Anrich (voir supra, p. 144), tout le programme de la campagne propagandiste contre la France : L’universalisme de la France – un ennemi de l’identité ethnique66. Werner Bökenkamp, ancien lecteur d’allemand, qui va revenir plus tard à Paris avec Epting pour occuper le poste de responsable du domaine musique et théâtre, à l’Institut allemand67, y dénonce l’universalisme français comme un missionnarisme nationaliste, en mettant à jour idéologiquement ce stéréotype établi depuis longtemps et popularisé par Sieburg. Il ne condamne pas l’universalisme tout court, d’ailleurs, le regard historique démontrerait, dit-il, que l’universalisme français est né en concurrence avec l’universalisme – lui, légitime – du Saint-Empire germanique68.

« Le dualisme chrétien distinguant entre la nature humaine pécheresse et la rédemption divine, entre Dieu et le monde, se transforme en dualisme rationnel entre la raison et la nature, entre le bien raisonnable et le mal naturel. Mais, puisque la notion d’ethnicité, de peuple dans ce sens qui échappe aux Français, puise dans les profondeurs de la vie organique, de la nature, du destin, on pourrait dire, en exagérant, que Descartes a déjà été l’aïeul fondateur de la démonisation de l’idée ethnique. Dès que l’idée de l’“égalité des âmes devant Dieu” se change alors en l’idée de l’égalité de tous les hommes devant la raison, et l’idée du salut, grâce à un optimisme de la raison, se change en l’idée du progrès de tous les hommes raisonnables jusqu’à l’aboutissement à une situation paradisiaque sur terre, alors, nous nous trouvons déjà au centre des idées de la Révolution française et de la civilisation française. » (p. 28.)

86Les mouvements nationaux depuis le xixe siècle en Europe auraient suivi l’exemple allemand, non celui de la France. Ces mouvements libérateurs n’aspiraient pas à la création de nations dans le sens de la Révolution française, mais à celle d’États ethniquement homogènes selon le modèle allemand. Gommant complètement les aspects essentiels de liberté et de démocratie dans ce contexte historique, l’auteur prétend que ce mouvement « commence essentiellement avec Herder et mène jusqu’à la vision du monde ethniciste de nos jours, en passant par le romantisme allemand » (loc. cit.). Herder devait beaucoup à Rousseau, rejeté par les Français à cause de leur « refus de tout romantisme qu’ils combattent comme aliénation et destruction de l’esprit français par l’esprit germanique » (p. 35). Après Bremer, Bökenkamp accapare à son tour ce côté de Rousseau pour son propos, en soulignant – ethnicisme oblige ! – que Rousseau n’était pas Français mais Suisse. Il évoque aussi, non sans pertinence, la question terminologique en comparant les langues française et allemande :

« Le mot allemand “Volkstum” n’est pas seulement intraduisible pour le Français, les Français ont plutôt refusé de trouver une traduction adéquate pour cela, parce qu’à partir de leur vision du monde ils ne comprennent pas le contenu et la signification de ce mot et l’évacuent de toute façon de leur pensée. De même, ce qui est exprimé, pour un Allemand, dans le mot “Volk” ne peut pas être transmis par les termes français “nation” et “nationalité”, parce que les notions françaises se situent dans un tout autre espace idéologique. […] Puisqu’elles se cristallisent dans le contexte immédiat de la création de l’État-nation français, elles reçoivent d’emblée une intonation purement politique et, on voudrait même dire juridique. Le concept de l’État descend simplement de son trône afin de s’incarner dans la nation. Dans sa conception théorique, le concept français de la nation, à partir duquel se développera plus tard celui de la nationalité, n’a d’abord rien à voir avec une idée réelle, quelle qu’elle soit, du peuple. La souveraineté passe simplement du prince au peuple. » (p. 33.)

87Ensuite, l’auteur n’oublie pas de souligner l’hypocrisie de l’ère napoléonienne, qui justifiait les conquêtes impérialistes avec la diffusion du Code civil, et les contradictions de la politique française concernant l’Allemagne à laquelle elle refusait justement de se constituer en nation. Tout cela est juste, mais l’auteur est au moins aussi hypocrite à ce propos, car le national-socialisme n’a jamais reconnu le « principe ethnique » lorsqu’il s’agissait d’un autre peuple que le peuple allemand, et Bökenkamp en fournit la preuve lui-même, en considérant « le mouvement national tchèque » comme « la création d’une petite couche d’intellectuels qui reconnaissaient dans un mélange infructueux de messianisme slave et d’universalisme français l’idée délirante d’une mission de leur peuple à former un État » (p. 66). À la « confédération artificielle d’États sous la tutelle française », de l’époque napoléonienne, il oppose l’hégémonie pangermanique, présentée comme « la coopération et l’épanouissement des différents peuples européens […] regroupés selon les espaces vitaux historiques et naturels » (p. 72).

  • 69 Bremer (Karl-Heinz), Nationalismus und Chauvinismus in Frankreich, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 194 (...)

88Dans un autre cahier de la collection « La France contre la Civilisation », un des derniers, paru après l’armistice de 1940, Karl-Heinz Bremer, futur adjoint d’Epting à l’Institut allemand de Paris, reprend le sujet de son livre sur le nationalisme français, publié avant la guerre (voir supra). Tandis qu’il a essayé en 1939 de voir les tendances positives d’un nationalisme nouveau, d’orientation fasciste en France, il souligne maintenant, dans Nationalisme et chauvinisme en France69, les tendances hégémonistes et foncièrement anti-allemandes dans le nationalisme français. Aucune allusion aux thèses, défendues dans son livre de 1939, d’un nationalisme sain parce que populaire qui se serait manifesté pendant la Révolution, voire d’un principe völkisch dans la conception de la volonté générale de Rousseau – il y voit maintenant l’origine du nationalisme doctrinaire, un camouflage philosophique d’une volonté impérialiste. Ce missionnarisme intellectuel cache la « faiblesse biologique » de la France en voulant dominer « par des “idées” » (p. 7). Et comme cet impérialisme culturel n’est pas ethniciste mais intellectuel, des « Non-Français » (juifs, etc.) peuvent s’y identifier et même en devenir des propagandistes. De là jusqu’au « cosmopolitisme juif » des années trente, il n’y a qu’un pas. Si le « nationalisme jacobin » justifiait le principe des Droits de l’homme avec le Droit naturel, « il trahit le vrai droit naturel par son idéologie contraire à la nature et amena un malheur politique et intellectuel sur la France et l’Europe, dont tout récemment seulement les peuples sains se sont libérés par leur retour aux fondements naturels (ethniques) de la vie politique » (p. 10). Car, loin de fustiger l’impérialisme français au nom de l’égalité des peuples, l’auteur y oppose le principe d’un « véritable centre de l’ordre européen qui ne peut jamais être formé qu’à partir du milieu et non à partir de la périphérie » (p. 35).

89Le xixe siècle était imprégné de la volonté de revanche dès 1815 et de la haine contre l’Allemagne, après 1871 ; les nationalistes de toutes les couleurs ne faisaient que se concurrencer en matière de revanchisme. Ce que Bremer avait analysé, dans une optique certes partiale, mais de façon détaillée, différenciée, voire équilibrée parfois, en 1939, se trouve réduit à l’état de polémique dans ce pamphlet de 1940. Comme dans le cas de Karl Epting, nous le verrons, cela montre comment ces auteurs « spécialistes » de la France et parfois considérés comme « francophiles » pouvaient changer de registre au besoin. Dans cet ouvrage de Bremer, on ne retrouve plus d’image positive du populisme de Clemenceau tel que l’auteur l’a encore dépeint un an auparavant. Maintenant, c’est un « nationalisme qui affichera sans doute toujours la Révolution et l’idée d’humanité, mais qui est essentiellement un chauvinisme semblable à celui de ses ennemis intérieurs, les Maurras, Barrès, etc. » (p. 26).

  • 70 Tous deux professeurs à la Sorbonne, Vermeil était germaniste et Rivaud philosophe, cf. Vermeil (E (...)
  • 71 Ritterbusch (Paul), Hochschule und Wissenschaft im Kriege, 1939, cité par Bremer, p. 50 sq.

90Et le nouveau nationalisme après 1933 ? Il est mentionné, certes, mais il reste anonyme parce que considéré comme battu avec succès par le chauvinisme traditionnel qui triomphe de nouveau en 1939, assisté par les germanistes et autres spécialistes de l’Allemagne autour d’Edmond Vermeil et Albert Rivaud70. L’auteur termine son ouvrage par d’amples citations de la propagande française de 1939-1940, non sans rendre hommage à la guerre – à la différence de beaucoup d’autres auteurs qui, suivant la version officielle, regrettent une guerre « inutile » entre l’Allemagne et la France –, en citant Paul Ritterbusch, professeur de sciences politiques et directeur de l’« Institut de sciences politiques et de droit international » (Institut für Politik und Internationales Recht) à l’université de Kiel (où Bremer fut assistant-chercheur avant d’être recruté pour l’Institut allemand à Paris) : « La guerre est la continuation et la concentration suprême des combats spirituels et idéologiques des peuples avec d’autres moyens. – Le peuple doit voir dans la guerre une autre forme de son expression vitale, de son but historique et de sa mission dans le monde71. »

  • 72 Schwabe (Matthias), Die französische Auslandspropaganda – Ihre Grundlagen und Voraussetzungen, Ber (...)

91Karl Epting ne manquait pas de dénoncer personnellement, mais toujours sous le pseudonyme de Matthias Schwabe, La Propagande française à l’étranger, dans un ouvrage portant ce titre, paru après le 1er septembre 193972 dans une collection éditée par le DAAD (Office allemand d’échanges universitaires), mais sans doute préparé ou même rédigé auparavant, quand Epting était encore à Paris comme directeur du bureau parisien du DAAD. L’emploi du pseudonyme qu’il a conservé pour toutes ses publications pendant la guerre de 1939-1940 lui permit de séparer ainsi les deux côtés de son engagement politique : la propagande pour la « réconciliation » franco-allemande sous son vrai nom, la propagande anti-française sous le pseudonyme. Avec cet ouvrage, Epting veut contribuer à analyser les « fondements et conditions préalables » de la propagande culturelle française dans le monde, cible préférée de la propagande allemande. La propagande française mérite d’être analysée de plus près, dit l’auteur, car « la connaissance de l’ennemi est la première condition préalable à une victoire finale » (p. 7). Or, cette propagande française, la plus ancienne dans son genre, vieille d’une tradition de 300 ans, est arrivée à son terme : « Pendant l’année 1938 les derniers postes de commandement de la politique étrangère culturelle de la France ont été occupés par des personnes juives. Tôt ou tard, l’Allemagne devra identifier les effets de la propagande française avec la propagande juive. » (Loc. cit.) Au début, l’absolutisme du xviie siècle avait

« […] reconnu dans la création d’un propre style de vie un moyen politique d’une efficacité suprême et d’avoir converti les dynasties princières et l’aristocratie à l’étranger en satellites intellectuels par l’envoi de nombreux poètes de la cour, architectes, artisans horticoles, maîtres de ballet, professeurs de langue et femmes de chambre à l’étranger » (p. 9).

92Comme toute la pensée française se distingue par l’abstraction, expression d’une véritable révolte contre la nature et tout ce qui est naturel, ce style de vie légué par l’aristocratie à la bourgeoisie, et par la suite à tous les Français,

« […] est le produit d’une réflexion permanente. Il n’est pas instinctif, mais conscient, pas immédiat, mais préparé. Il transforme la nature selon les règles du goût qui aujourd’hui encore identifie inconsciemment le beau avec le raisonnable, mais qui confond, à son détriment, le raisonnable avec l’intelligible. Le style de vie français est une préparation et transformation permanente de la nature, du plat à manger jusqu’au jeu érotique ou au vice, en passant par le visage de la femme. Mais cela signifie : le style de vie français est transposable. Il sera adopté partout où une société urbaine s’est dégagée des conditions nationales du peuple et du paysage. Il sera ressenti comme une purification parce qu’il brise l’immédiat. […] La façon de penser française ne se serait pas imposée dans le monde sans le concours du style de vie français. C’est parce qu’il brisait l’élémentaire et l’instinctif en faveur d’une image conçue par l’intellect, qu’il apparut au monde comme la confirmation de la philosophie française. » (p. 40 sq.)

93Indépendamment de son jugement, l’auteur se montre ici effectivement bon analyste parce que bon connaisseur de la vie en France, grâce à son long séjour à Paris avant la guerre qui lui permet d’élargir ses réflexions. Ce passage est non seulement digne d’un Sieburg ou d’un Distelbarth, mais il les dépasse dans la concision de l’analyse. N’oublions pourtant pas le contexte politique et idéologique : ce qui apparaît en filigrane à contre-jour n’est rien d’autre qu’une vision de l’être humain prisonnier des conditions naturelles et soumis à la collectivité, sans aucun droit à l’individualité, vie présentée en effet par Epting comme « saine » :

« Beaucoup de peuples cherchent aujourd’hui une forme de vie plus naturelle, une liaison saine entre corps et âme. Les sports modernes, la technique qui exige une manière de vivre plus simple pour qu’on puisse la dominer, un nouveau sentiment des rapports aussi de la société urbaine au peuple et au paysage commencent à repousser le style de vie français. La mode parisienne n’est déjà plus la seule qui compte. Dans beaucoup de pays elle est déjà remplacée par des vêtements plus pratiques, mieux adaptés aux besoins de la vie saine. Et elle sera repoussée toujours davantage, car le réveil national aujourd’hui va partout de pair avec l’affirmation d’un train de vie personnel plus rigide. » (p. 41.)

94Mais la civilisation française est en pleine décomposition en France même, Paris n’en est plus la capitale, mais le lieu de rencontre de toutes les races et de toutes les idées : « Paris est devenu l’entrepôt de toutes les valeurs et visions du monde, le port de transbordement de l’esprit. […] Cette ville ne contient plus de liant en elle, mais seulement l’invitation à la liberté et à la débauche. » (p. 42.) Pourtant, la puissante propagande de cette civilisation « décadente » fascine d’autant plus l’auteur qu’il croit reconnaître dans les rapports de la France avec les autres nations, rendues en quelque sorte « vassales », une « contrainte d’amour » :

« La France éprouve un vrai désir d’être aimée. L’idée qu’elle pourrait être crainte à cause de son pouvoir et ne pas disposer en même temps des sympathies de ceux qui sont soumis à son pouvoir, est quelque peu insolite pour la France. C’est par cela que s’expliquent les tentatives souvent étranges de présenter même l’emploi de la force comme une mesure éducative et bienfaisante et d’en déduire un devoir de reconnaissance de la part des inféodés. » (p. 9 sq.)

  • 73 Schwabe (Matthias), Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, Essen, Essener Verlag (...)

95Quelles sont les raisons de cette attitude : faiblesse ? mauvaise conscience ? Ou bien « une sagesse, due à l’expérience, dans l’application du pouvoir, qui considère la domination comme assurée seulement lorsque le dominé s’oriente intérieurement vers le vainqueur, reconnaissant que le droit supérieur de celui-ci à la domination émane de sa mission spirituelle » (p. 10). La politique culturelle resterait la seule chose que la France puisse encore exporter, car elle n’a plus d’affaires lucratives ni d’assistance militaire à proposer. Il est donc étonnant, comme Epting l’avoue dans un autre ouvrage, dont nous parlerons encore, que l’« hégémonie d’un peuple stagnant de 40 millions sur un continent habité par des peuples hautement civilisés, féconds et heureux de travailler », soit assurée grâce à « la reconnaissance d’une mission supérieure de la France par les peuples européens73 ».

  • 74 Schwabe (Matthias), « Frankreich und der Katholizismus », Geist der Zeit, mai 1938, p. 317-330.

96Ce succès se doit à l’esprit de mission qui est de nature religieuse. Plus encore que Bökenkamp, Epting, dans La Propagande française, met en parallèle l’esprit de mission catholique et celui du laïcisme, soulignant que « l’histoire de l’esprit français montre une admirable logique depuis le Moyen Âge » (p. 23), aboutissant, comme il le dénonce dans un article publié dans la revue du DAAD, dans les dernières années à une convergence de ces deux courants avec le judaïsme74. Au fond, précise-t-il, la pensée judaïque n’a pu se développer que grâce à la pensée française :

« Il n’y aurait jamais eu une question juive au sens moderne si les notions de l’individu et de sa liberté abstraite de tout lien organique ne s’étaient pas imposées dans le monde. […] Inversement, les idées de la Révolution française ne se seraient peut-être pas imposées de cette façon si elles n’avaient pas été adoptées par une race qui aspirait par tous les moyens à sa liberté. De toute façon il y a un rapport de causalité entre le règne de l’universalisme français et le règne du judaïsme mondial, qui lie le passé au présent et au futur. » (La Propagande française, p. 20.)

  • 75 La bibliographie officielle, établie sous la direction de Rosenberg, des livres recommandés.

97Nul autre auteur « expert » de la France n’est allé si loin en dénonçant « l’enjuivement » de la civilisation française ! Il n’est donc pas étonnant que son livre eût l’honneur d’être retenu pour la « bibliographie NS75 ». Sa réflexion antisémite aboutit en effet à une conclusion « logique » : si la pensée française et la pensée juive sont liées l’une à l’autre dès le début, cette dernière a pris le dessus à la veille de 1939.

« La pensée française originelle est supplantée par cette spiritualité juive de seconde main qui ne se soucie point de la réalité de la vie française et de ses valeurs. On peut observer cette décomposition chez certains esprits comme André Malraux ou André Chamson, dans l’attitude de toute une couche d’intellectuels de plus en plus aveuglés par une myopie doctrinaire, et, enfin, dans la quantité croissante de production juive par rapport à la littérature proprement française. » (p. 21.)

98Et pourtant, cette haine trahit aussi une admiration de l’unité de l’esprit français. La jalousie de l’auteur, qui fut longtemps un des responsables de la propagande culturelle allemande en France, se révèle dans son analyse finale. La performance de la mission culturelle française repose aussi sur le fait que ce ne sont pas des fonctionnaires mais des professeurs et universitaires qui en sont chargés ; cette abscence de séparation entre les deux fonctions augmente le prestige de l’enseignant. Ce sentiment de jalousie se comprend, car la sélection pratiquée dans l’Allemagne nazie pour choisir les personnels envoyés à l’étranger était à l’opposé : des gens d’une certaine envergure « intellectuelle », ou simplement de qualité, avaient du mal à réussir, même s’ils ne suscitaient pas d’objections politiques ou « idéologiques ».

99Afin de dissiper les soupçons que cette admiration de la propagande culturelle française peut provoquer, Epting se justifie dans la postface par une sorte de déclaration d’honneur :

« Cet exposé des objectifs, conditions et fondements de la propagande française à l’étranger et de ses méthodes peut ici et là donner l’impression que la politique culturelle française devrait figurer comme modèle pour celle de l’Allemagne. Or, ce n’est pas le cas, l’auteur étant tout à fait conscient que la politique culturelle étrangère de l’Allemagne doit suivre son propre chemin. Ce chemin lui est justement montré par la tradition spirituelle allemande et par la position ethniciste du national-socialisme qui oppose à l’idée d’un esprit de l’humanité, tel qu’il est propagé par la France, le jeu vivant de sphères déterminées par des conditions ethniques et nationales. » (p. 59.)

100La tentative de « voir » la politique culturelle française « à partir d’elle-même » (loc. cit.), comme Epting prétend le faire, serait justifiée par le besoin de bien connaître l’ennemi. L’auteur se réserve toutefois la possibilité d’un futur « débat franco-allemand authentique » auquel il veut contribuer avec ces réflexions débat « qui sera possible lorsque la France ne s’identifiera plus à l’univers, mais qu’elle se comprendra comme une force ethnique, tout comme l’Allemagne » (p. 60).

  • 76 Schwabe (Matthias), Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, op. cit.
  • 77 En s’appuyant sur les publications des ultra-nationalistes allemands d’avant la guerre de 1914, ce (...)

101Dans son second ouvrage de propagande, déjà évoqué, Epting dénonce L’école française au service de la haine entre les peuples76. Pour le rédiger, il a également profité de son séjour à Paris où il avait pu dépouiller un grand nombre de manuels scolaires d’histoire-géographie et d’allemand, à la recherche de l’image de l’Allemagne. Les extraits repris dans son ouvrage sont censés présenter « une contribution importante à la clarification de la question de la culpabilité morale pour la guerre de 1939 » et montrer « les raisons pour lesquelles le travail de l’entente franco-allemande des dernières années rencontrait des problèmes si considérables, même parmi la jeunesse française » (p. 7). L’anthologie occupe 80 % de l’ouvrage, avec peu de commentaires de la part de l’auteur, sans doute convaincu que ces citations étaient suffisamment parlantes. Dans les livres de géographie on retrouve évidemment l’identification de la France moderne à la Gaule ancienne avec le Rhin comme frontière « naturelle » ; Epting dénonce ensuite la théorie du « pangermanisme », « inventée » par le germaniste Charles Andler avant 1914 et répandue dans les livres d’histoire. Admettant que les démagogues de l’Alldeutscher Verein furent à l’origine de cette notion, il conteste cependant l’identification des idées de ce groupe avec un impérialisme allemand qui, selon lui, n’a jamais existé. Il est curieux, aujourd’hui, de lire les extraits qu’Epting donne dans son ouvrage, car, si ces textes paraissent comme des exagérations en ce qui concerne l’enjeu en 191477, ils anticipèrent parfaitement ce qui s’annonçait en 1940. Quant à l’Ouest, cela signifiait : révision de la carte géographique après la victoire totale de l’Allemagne, avec l’incorporation de la Belgique, du Nord de la France (éventuellement jusqu’à la Somme) et du grand Est (éventuellement jusqu’à la Marne). Privée de ses centres industriels, la France aurait été contrainte de dépendre totalement de l’Allemagne sur le plan économique et obligée à être incorporée dans une zone de libre échange d’Europe « centrale » allant du cap Nord à la Méditerranée, de l’Atlantique à la Baltique, dominée par l’Allemagne.

  • 78 Cf. Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, op. cit. Berr (Henri), Les Allemagnes. Réflexions s (...)

102Vu d’aujourd’hui, on peut reprocher à ces avertisseurs du « péril allemand » des années vingt et trente de ne pas avoir reconnu le changement politique intervenu avec la république de Weimar. Epting, soucieux non de mettre en valeur celle-ci, mais de montrer la continuité de l’attitude française, peut citer de nombreux témoignages manifestant une image figée de l’Allemagne toujours infiniment « autre » et surtout menaçante parce que vindicative. Il est vrai qu’après 1933 l’Allemagne nazie semblait fermer une parenthèse sur quelques années de démocratie à peine aperçues en France, par exemple par Edmond Vermeil ou Henri Berr78. Epting a probablement raison de conclure que la période de 1918 à 1933 fut peu traitée dans les manuels (p. 70), sinon sous l’angle des conséquences du traité de Versailles. Mais quant aux analyses et commentaires de la situation en Allemagne, après 1933, ils étaient si réalistes qu’on peut difficilement imaginer leur effet sur le lecteur allemand de l’époque qui eut cette chance inouïe de pouvoir les lire à travers le livre d’Epting. Citons, comme exemple, ce résumé de la politique étrangère hitlérienne dans un manuel d’histoire de France :

  • 79 Lecat-Loqueux-Piton, L’Histoire de France, par l’image et par le récit. Cours moyen et supérieur, (...)

« En 1933, Monsieur Hitler arriva au pouvoir et instaura un régime de dictateur. Dès lors, l’Allemagne retrouva l’orgueil et les ambitions qu’elle avait eus sous le règne de Guillaume II. Déjà, les clauses économiques du traité de Versailles n’étaient plus qu’un souvenir. L’Allemagne prétendit obtenir davantage. Elle demanda la suppression des clauses militaires et navales du traité. Avant même qu’un nouvel accord fut négocié, elle rétablit le service militaire obligatoire (16 mars 1935) et se mit à réarmer fiévreusement. Un an plus tard, le 7 mars 1936, l’Allemagne dénonça le traité de Locarno qu’elle avait librement signé et fit entrer ses troupes dans la zone rhénane démilitarisée79. »

103Or, cette description sobre et objective, Epting la qualifie de « haineuse », tout comme celle dans un autre passage, concernant l’autodafé des livres :

  • 80 Cahen-Ronce-Follinais, Cours d’histoire, le monde de 1919 à 1937, Paris, 1938, p. 175. Cité (avec (...)

« Des milliers de volumes étaient brûlés sur les places publiques… Ce sont d’abord les œuvres politiques de Marx, Engels, Lenin [sic]… puis les livres des plus grands écrivains contemporains, tels que E.R. Remarque, Ludwig Renn, Heinrich Mann et son frère Thomas Mann (prix Nobel) et enfin ceux des meilleurs écrivains étrangers : A. Huxley, Wells, Gorki, Romain Rolland, André Gide, Stefan Zweig80. »

  • 81 Lang, Le Thème allemand aux examens, Paris, 1928, p. 261, d’après Epting, p. 51.

104Ces autodafés, commente Epting, « furent entrepris spontanément par la jeunesse allemande en 1933 pour nettoyer l’Allemagne de la marée de cette littérature ordurière » (p. 73 sq.). Quant aux extraits de textes littéraires allemands, cités dans ces manuels, qu’Epting a choisis pour sa documentation, ils proviennent d’auteurs antimilitaristes, de Heinrich Mann, Der Untertan (1914-1918) jusqu’à Ernst Glaeser, Jahrgang 1902 (1928), en passant par Erich Maria Remarque, Arnold Zweig et d’autres ; on y cherche en vain des descriptions de l’Allemagne et des Allemands qui soient aussi « haineuses » que les commentaires d’Epting, malgré le parti pris politique des auteurs. Enfin, Epting est tombé sur cette vie très curieuse, qui ne pouvait qu’intriguer les observateurs étrangers, des corporations estudiantines, les Burschenschaften, avec leurs duels rituels et leurs beuveries. Mais dans la description d’une soirée étudiante qui se clôt par la remarque d’un participant : « Je me retirai vers onze heures et ne me retrouvai pas sans plaisir à l’air frais au sortir de cette orgie d’enthousiasme, de fumée, de musique et de bière » (extrait d’un exercice de thème)81, Epting voit une déformation scandaleuse de la vie studieuse des étudiants allemands !

  • 82 Cf. Berglund (Gisela), Der Kampf um den Leser im Dritten Reich. Die Literaturpolitik der « Neuen L (...)
  • 83 Emigré de longue date en Suisse, Hesse bénéficiait néanmoins d’une protection de la part des dirig (...)
  • 84 Arrêté en 1938, après avoir été, paraît-il, sous la surveillance de la Gestapo dès 1934 ; considér (...)

105En somme, si l’on excepte les textes purement politiques concernant le passé proche de l’Allemagne (depuis 1870), on peut constater que l’auteur avait bien du mal à trouver des témoignages d’une « incitation à la haine » contre les Allemands – la « continuation de la guerre contre l’ennemi vaincu », la tentative « d’assassiner moralement l’Allemagne » (p. 71) – d’autant plus que la période classique de l’Allemagne était plus ou moins convenablement traitée dans les manuels, comme Epting doit l’admettre lui-même (p. 37). C’est pourquoi il consacre beaucoup plus de place à dénoncer la réception de la littérature des « émigrés, Juifs et traîtres » en France, de Heine aux frères Mann, qui ont évidemment trouvé une place prioritaire dans ces manuels. Bien que l’inventaire des écrivains émigrés, dans l’ouvrage d’Epting, ne tienne compte que de ceux qui apparaissent dans les manuels, la liste impressionnante dut involontairement rappeler au lecteur allemand qu’en fait toute l’élite littéraire avait quitté le pays. Parmi les auteurs qui auraient dû figurer dans les manuels français, Epting n’arrive à mentionner que Hans Carossa, Ernst Wiechert et Hermann Hesse (p. 70). Ce choix est aussi étonnant que révélateur : aucun de ces auteurs ne peut être considéré comme un écrivain vraiment national-socialiste, s’inscrivant dans une littérature « du sang et de la terre » (Blut und Boden). Certes, Hans Carossa était un représentant culturel du IIIe Reich, tandis que d’aucuns le considèrent comme un partisan de « l’exil intérieur82 », mais Hermann Hesse avait pris ses distances83, tandis qu’Ernst Wiechert, suite à un internement temporaire à Buchenwald, était à ce moment-là privé du droit de publier84 !

106L’anthologie est encadrée par une introduction et une conclusion d’Epting qui réservent encore des surprises : « Le but de l’enseignement public en France n’est pas l’épanouissement d’une personnalité libre du jeune, mais l’intégration de la pensée de la jeune génération dans le monde de l’imagination de la tradition officielle française » (p. 9). Il dénonce ensuite la répercussion du rationalisme dans l’enseignement, privilégiant une assimilation purement abstraite et formelle des connaissances. Le système se caractérise selon lui par des exercices à « apprendre par cœur » et à répéter sans réfléchir ; on privilégie la continuation sans faille d’une tradition établie une fois pour toutes, exigeant de l’élève une obéissance totale à cet objectif, au lieu de l’éduquer à un jugement indépendant. Bref, « la France a empêché que la révolution pédagogique des derniers 50 ans franchisse ses frontières » (loc. cit.). Cependant, Epting n’hésite pas à révéler le genre d’« indépendance » de l’élève qu’il préconise :

« Du point de vue d’une pédagogie qui, comme c’est le cas en Allemagne, n’a qu’un seul objectif, à savoir de donner des moyens à la disposition de l’élève pour qu’il puisse s’épanouir de lui-même à une personnalité libre, obligée envers son peuple et sa nation, le système éducatif français ne peut être interprété autrement que comme une violation des âmes jeunes. » (p. 11.)

  • 85 Les deux historiens allemands qui participèrent aux pourparlers franco-allemands sur les livres sc (...)
  • 86 Cf. les rapports de Jules Isaac, (voir supra, p. 133).

107En fait, là encore, sans la mention « obligé envers son peuple… » on croirait lire une critique antiautoritaire, antitotalitariste, dénonçant davantage l’éducation nazie en Allemagne que celle de la France ! Mais la perversion de la notion de liberté, subordonnée à des « obligations » qui en sont le contraire, est un des principes de l’idéologie et de la propagande nazies. La « liberté » de l’Allemand sous le IIIe Reich consistait dans l’acte « libre » de faire coïncider sa volonté individuelle avec la volonté du peuple (incarnée par le Führer)85. La vraie propagande ne devait jamais être défensive, signe de faiblesse, mais offensive, renversant la réalité des pieds à la tête. Ainsi, Epting reproche-t-il aux Français de perpétuer une image « laide et repoussante de l’Allemagne et de ses habitants » (p. 10), en dépit des « efforts de plusieurs instances nationales et internationales, dans les décennies après la Guerre mondiale, d’aboutir à une révision des livres scolaires sous un contrôle mutuel », car ces négociations n’auraient « rien changé à l’enseignement français. » (Loc. cit.). En vérité, le résultat des pourparlers entre historiens français et allemands, déjà évoqué, fut torpillé par les responsables politiques en Allemagne, non par ceux de la France86.

  • 87 Institut für Staatsforschung, regroupant les disciplines de droit et de sciences politiques.
  • 88 Rammstedt (Otthein), Deutsche Soziologie 1933-1945 – Die Normalität einer Anpassung, Frankfurt a.M (...)
  • 89 Höhn (Reinhard), Frankreichs Demokratie und ihr geistiger Zusammenbruch, Darmstadt, Wittich, 1940, (...)

108Deux autres ouvrages, écrits par Reinhard Höhn, professeur de Droit à l’université de Berlin où il dirigeait l’« Institut de recherches sur l’État87 », traitent encore du « missionnarisme » démocratique de la France, dont nous allons analyser ce qu’ils apportent de nouveau et d’original par rapport à ce qui vient d’être dit à ce propos. Höhn était un personnage-clé de la nouvelle « sociologie » (au sens large du terme), interdisciplinaire et politisée, imprégnée de l’idéologie nazie. Après sa nomination en 1935 comme außerordentlicher Professor à la Faculté de Droit de Berlin, Höhn fut appelé par Heydrich au SD-Hauptamt pour prendre la direction du département II/2, un service de renseignement, un « observatoire sociologique », comme Otthein Rammstedt l’a qualifié88. Dans un fascicule de 76 pages, dont la rédaction avait été terminée en avril 1940, et dans un livre plus étoffé, publié à la fin de la même année, Höhn entreprend une analyse de la fin du principe démocratique en France (et en Europe)89. Pour Höhn, il ne s’agit plus seulement de mettre fin à l’« inimitié héréditaire » par l’accomplissement de la « libération nationale » de l’Allemagne, mais de remporter la victoire dans une guerre entre deux visions du monde (Weltanschauungen) : la démocratie en déclin et le principe autoritaire en plein essor. Dénonçant d’abord le « missionnarisme » français prétendant ériger les idées de la Révolution de 1789 en principes universels alors qu’elles ne cachent en vérité qu’une volonté d’hégémonie purement politique – le syndrome napoléonien –, l’auteur s’appuie sur la virulente critique de la démocratie existant en France même :

  • 90 Höhn, Frankreichs Demokratie…, p. 12, 14. Les références concernent désormais le premier livre.

« En pleine crise de la démocratie, la France doit maintenir, vis-à-vis de l’étranger, l’apparence de la démocratie, tandis qu’elle ne croit même plus à sa valeur. […] Dans cette situation la guerre apparaît comme une issue. Un ordre de la vie et du pouvoir qui n’est plus en mesure de faire naître en lui-même de nouvelles forces créatrices essaie de barrer la route par la force à un jeune mouvement révolutionnaire90. »

109Nous n’entrerons pas, ici, dans les détails de cette autocritique française que Höhn puise dans les ouvrages non seulement d’auteurs fascisants, comme Jean Jacoby, mais aussi d’auteurs plutôt soucieux d’une réforme de la démocratie, comme André Tardieu. Si Höhn ne peut que se réjouir des titres comme celui de l’ouvrage de Georges Viance : La France veut un chef (1934), il en critique le manque de contours précis : toute « cette fuite dans l’autoritarisme est inconditionnelle, sans vision claire, dans les détails, de ce à quoi elle doit ressembler, sans programme clair » (p. 47). Il se félicite toutefois de la conviction, surtout chez les jeunes auteurs autour des revues Esprit, Ordre Nouveau, L’Homme nouveau et La Flèche, « qu’on ne peut plus travailler avec la démocratie, même si elle est réformée » (p. 46). Et si cette démocratie fit appel à des mesures autoritaires, sous Daladier en 1939, ce n’était évidemment « pas l’expression d’un renouveau intérieur, mais des interventions artificielles » (p. 66). Le Front populaire est jugé assez positivement par Höhn, fait assez rare que nous avons déjà rencontré chez Stoye, car il reconnaît dans sa politique la réalisation « de droits sociaux que le travailleur allemand possède depuis des décennies déjà. Mais après le renversement du gouvernement de Front populaire le développement social fit clairement marche arrière » (p. 63, 54).

  • 91 Höhn, Frankreichs demokratische Mission…, p. 220. Les références concernent désormais le second li (...)

110Dans son second ouvrage, Höhn approfondit sa réflexion et l’illustre d’amples citations qu’il ne présente pas seulement en traduction allemande mais dont il fournit aussi le texte original français dans les notes de bas de page. Terminé en septembre 1940, ce livre fut aussitôt admis dans la « bibliographie NS ». Les analyses dans la ligne du premier ouvrage s’appuient désormais sur la certitude de la mort effective de la démocratie française, non seulement en Europe, mais aussi en France même. L’établissement du régime de Vichy était encore trop récent pour que l’auteur ait pu en dire plus que constater laconiquement : « La direction que l’évolution prendra, dépendra de la manière dont la France s’insérera dans la nouvelle réalité de l’Europe91. »

111Dans ce livre, l’auteur analyse le « missionnarisme démocratique » français et les rapports franco-allemands à la veille et pendant la guerre de 1939-1940 en traçant un parallélisme avec la Révolution de 1789 et les guerres révolutionnaires. Depuis cette époque-là, dit-il, la France avait conçu toutes les guerres contre l’Allemagne comme des croisades idéologiques de la démocratie contre les régimes absolutistes et autoritaires, et finalement contre le militarisme prussien. L’auteur en tire la justification de la guerre de 1939-1940 conçut à son tour comme une croisade contre la démocratie. S’appuyant sur l’analyse du « missionnarisme » français chez Curtius, il concède à l’idée démocratique française une justification sociale et politique pour l’époque de la Révolution, dont les idées avaient une force qui assurait la victoire dans les guerres « contre les palais » jusqu’à ce que ce principe fût inversé par Napoléon, et que les idées de liberté qui avaient gagné les peuples européens se retournassent contre la France.

112L’auteur ne juge pas l’histoire à partir d’un point de vue abstrait comme le font des idéologues tels qu’Ernst Krieck, par exemple. Pour Höhn, l’idée de la démocratie a conquis sa place dans l’histoire, son succès le justifiant. Mais cela appartient au passé. La réalité du xxe siècle, surtout après 1918, oppose un autre principe, plus adéquat, porteur d’avenir, celui des mouvements fascistes, à un système périmé ne pouvant se maintenir et s’imposer sur l’Allemagne et l’Europe que par la force.

113La deuxième stratégie d’argumentation vise à montrer les contradictions intérieures de la démocratie et surtout de la politique étrangère qui s’en réclame. Après la phase des contradictions, vient l’abandon de l’idée démocratique dans la politique étrangère de la France refusant de reconnaître le principe de l’« autodétermination des peuples » ; ceci se fait au profit du recours à un machiavélisme à la Richelieu, qui en aurait toujours été le fond. Dès la prise du pouvoir par Hitler, on commença à regretter en France les fautes du passé qui l’avaient rendue possible.

114Le reproche d’un double langage au sujet de l’autodétermination des peuples cache cependant un double langage en cette matière du côté allemand, nous l’avons vu à plusieurs reprises. La « réorganisation de l’espace de l’Europe orientale » se réalise selon des idées nouvelles,

« […] capables de créer un ordre naturel, là où les idées de la Révolution française n’avaient fait naître qu’un désordre artificiel. […] Le caractère national prétendument polonais de la Prusse occidentale devait servir d’argument pour couvrir la séparation de la Prusse occidentale, avec sa terre riche, du corps de l’Allemagne et la destruction d’un travail colonisateur allemand pluricentenaire. » (p. 99, 47.)

  • 92 Par exemple dans Volk und Reich, n° 1, t. II/1936, p. 512, revue subventionnée depuis 1934 par le (...)
  • 93 Ainsi Golo Mann, se plaint-il dans les années soixante de la violation du nom de « droit » pour l’ (...)

115En réalité, disons-le en passant, même des documents nazis prouvaient que le « corridor polonais » était majoritairement habité par une population polonaise (selon le critère de la langue maternelle)92 – fait encore largement occulté dans l’historiographie après 194593.

  • 94 Sur les ambiguïtés de Lichtenberger, cf. Merlio (Gilbert), « Lichtenberger, d’Harcourt, Vermeil : (...)

116La comparaison entre la situation de 1940 et celle de l’ère napoléonienne traverse tout le livre. Elle est intéressante à propos du rôle que l’auteur attribue aux émigrés qui, dans l’espoir de rentrer bientôt, peignent chaque fois leur patrie comme une dictature instable, sans base populaire, prête à éclater au moindre frisson. Or, ce discours prévoyant chaque année l’effondrement du régime hitlérien contribuerait en revanche à le stabiliser en créant un attentisme en France, basé sur la conviction que les idées de 1789 allaient, par elles-mêmes, reconquérir l’Allemagne. Le germaniste Henri Lichtenberger, membre du Comité France-Allemagne, et dont le rôle n’était pas sans ambiguïtés, était le seul, selon l’auteur, à prendre au sérieux l’enracinement du nouveau régime dans la population (p. 128 sqq.)94. Cette vision des choses qu’on peut qualifier de dialectique sans pour autant la partager amène l’auteur à constater que la révolution de 1933, aussi importante que celle de 1789, fut la conséquence du fait que le peuple allemand, « contraint par les puissances ennemies à accepter la démocratie » en 1919 (p. 99), en fut de ce fait guéri pour toujours. En France, les succès hitlériens de 1938 et 1939 donnèrent le coup de grâce au « missionnarisme » démocratique, remplacé par une politique de force recourant aux thèses de Bainville. Il ne s’agissait plus, continue Höhn, de vouloir démocratiser l’Allemagne, mais de l’anéantir, l’illusion, diffusée par les émigrés, que le régime hitlérien ne se maintiendrait pas, s’étant effondrée.

117L’originalité du livre de Höhn est donc le fait qu’il insère l’avènement du nazisme en Allemagne et la guerre victorieuse de 1939-1940 dans une vision téléologique de l’histoire, la révolution de 1933 constituant la relève de celle de 1789, et où le nazisme a une vocation universelle, alors qu’on avait présenté jusque-là le national-socialisme comme « la forme de la communauté nationale » propre aux Allemands. Selon cette conception de la guerre comme une guerre idéologique, le but poursuivi fut non seulement celui de vaincre l’adversaire militairement et de l’effacer politiquement de la scène européenne, mais aussi d’anéantir le système démocratique et de « révolutionner » la France, voire l’Europe entière. Rappelons cependant que ce ne furent pas les vainqueurs de 1940, mais les vaincus, à savoir les députés et sénateurs français qui, dans leur grande majorité, donnèrent le coup de grâce à la démocratie parlementaire en France, en votant les pleins pouvoirs en faveur de Pétain.

  • 95 Weise (Otto), Frankreich und der deutsche Geist – Französische Bekenntnisse, Berlin, Junker & Dünn (...)

118Apparemment à l’opposé des ouvrages de Höhn, mais en vérité les complétant, le livre d’Otto Weise, La France et l’esprit allemand95, est le seul de tous les ouvrages de notre corpus qui traite d’un aspect « positif » des rapports franco-allemands en parlant de l’influence que l’esprit allemand a exercé sur la France dans le passé. Au centre de l’étude se trouve le xixe siècle, apogée de l’ouverture de la France à l’égard de la culture allemande, que l’auteur juxtapose à la réalité qui a mené à la guerre de 1939-1940, car « les milieux restreints mais puissants des dirigeants en France et leurs instigateurs ont réussi à pousser le peuple français au côté de l’Angleterre » (p. 7). L’auteur n’oublie pas d’avertir le lecteur que toute l’influence allemande en France n’a pas changé en profondeur l’esprit français, tout comme il dénonce d’emblée l’universalisme et la démocratie françaises, en y opposant « la conception allemande d’une liberté liée à l’ordre national et la responsabilité du peuple, d’un don de soi volontaire à ceux qui dirigent », idée qui serait difficile à communiquer aux Français (p. 9).

  • 96 Weise, p. 24 sq. En 1842 Hugo prônait une « alliance » entre les deux pays au prix de la reconnais (...)
  • 97 Weise, p. 31 sq. Sans indication de la source.
  • 98 Résumé du projet d’un « cours d’histoire de la race allemande » à l’École normale, non réalisé, pa (...)

119Tout au long du xixe siècle, des écrivains français essayaient non seulement de comprendre l’esprit allemand, mais considéraient aussi sa réception comme un enrichissement nécessaire de la culture française, à commencer, bien sûr, par Madame de Staël. Si d’aucuns prônaient une sorte de fraternité d’esprit entre la France et l’Allemagne, « tête et cœur de l’Europe » pour Victor Hugo, par exemple, que Weise cite sans indication de la source et sans doute sélectivement96, d’autres cherchaient moins un enrichissement dans le sens d’une complémentarité qu’une réorientation en critiquant la France à travers leur perception de l’Allemagne. Il n’est pas étonnant que les sympathies de l’auteur aillent à ces derniers, car il ne pouvait être question d’influence de la France sur l’Allemagne, sauf à la dénoncer comme négative. Ainsi, la « jeune France » de 1830, lasse du classicisme rigide, essayant de « créer une nouvelle poésie, plus proche de la vie », « étend ses bras avidement vers la richesse et la plénitude de l’esprit allemand » (p. 20). Elle découvre Herder grâce à la traduction par Quinet, alors que Michelet déclenche « la renaissance de l’historiographie grâce à l’esprit allemand » (p. 33), sa monumentale Histoire de France constituant « le témoignage durable d’une liaison fructueuse avec l’esprit allemand » (p. 31). Michelet avait remarquablement reconnu « l’importance du principe autoritaire pour le destin allemand », en écrivant que « la vie dans la communauté est l’autel sur lequel l’Allemand sacrifie son égoïsme. Ce don de soi altruiste et inconditionnel […] a fait la grandeur de la race germanique97 ». Weise ne cite évidemment que les témoignages qui lui conviennent ; en vérité, Michelet était beaucoup plus partagé sur les Allemands, en les décrivant par exemple « comme hésitant entre un trop vieux principe de pureté, d’“identification”, et “l’ivresse de la guerre”98 ». En 1842, il constata

  • 99 Michelet (Jules), Journal, t. I (1828-1848), Paris, Gallimard, 1959, p. 417 (24-06-1842).

« […] un divorce matériel des deux nations si bien faites pour s’aimer ; divorce fatal, si cruel pour les nations, si amer pour les individus. L’amour dans les volontés ; la haine, l’isolement dans les situations : barbarie du sort ! Le nom, le vrai nom de ce monde, ne serait-il pas celui-ci : l’isolement dans l’union et la haine dans l’amour99 ! »

  • 100 Cf. Renan (Ernest), La réforme intellectuelle et morale [1871], textes présentés par Henri Mazel, (...)
  • 101 Cf. Todorov, Nous et les autres…, op. cit. (voir supra, p. 42).
  • 102 Renan prévoyait par exemple qu’une fois « la race aryenne sera devenue, après des milliers d’année (...)

120Selon Weise, Taine et Renan seraient le pendant de Michelet dans la philosophie de la morale et de la religion. Mais pour le prouver, Weise est contraint d’« arranger » au moins les propos de Renan dont il occulte complètement la critique de l’Allemagne. Car, après sa germanophilie de jeunesse et après avoir encore conclu de la défaite de 1870 que la France devait apprendre du militarisme prussien pour se régénérer100, Renan distinguait néanmoins très clairement entre la conception française de la nation, qu’il défendait, et celle des Allemands, qu’il récusait – fait connu et dénoncé en Allemagne, car les critiques de son Qu’est-ce que la nation ? ne manquaient pas. C’est pourquoi Weise est un des très rares auteurs de l’époque, peut-être le seul, à vouloir « récupérer » Renan pour sa pensée raciste, car Renan fut en effet l’un des pères de la pensée raciste et antisémite « moderne », ce qu’on semble en revanche volontairement ignorer en France jusqu’à nos jours, à l’exception de T. Todorov qui l’a très justement mis en avant101. Ne connaissant pas suffisamment l’œuvre de Renan, Weise n’a cependant pas trouvé les « meilleurs » textes pour exploiter cet aspect, aussi a-t-il arrangé ceux dont il disposait en supprimant les passages gênants, et en proposant des traductions parfois douteuses, par exemple « Führer » pour « maîtres ». Le sujet est en fait complexe : si Renan était un des maîtres-penseurs du racialisme doctrinaire102, il n’était pas pour autant un penseur völkisch : son racisme ne distinguait qu’entre Européens et peuples extra-européens (dont les Sémites). Il ne s’aventurait d’aucune façon dans des réflexions quelconques sur des différences ethniques ou culturelles entre les peuples européens, mais avait plutôt la vision d’une Europe unifiée basée sur une synthèse culturelle qui allait faire disparaître les différences intra-européennes. Sur ce point-là, il n’y avait pas de commune mesure entre la pensée renanienne et celle du national-socialisme. C’est pourquoi Renan était plutôt la bête noire pour la plupart des auteurs nationalistes et nazis.

121Si Weise a contourné les jugements critiques de Renan sur la politique bismarckienne, il ne pouvait tout de même pas éviter d’évoquer la rupture de 1870 dans les relations franco-allemandes en général. C’est effectivement à partir de ce moment-là que tout a changé, dit-il : « Depuis la période de Gambetta, les manuels scolaires français pratiquent une déformation nationaliste outrancière des données historiques et une excitation effrénée de la jeunesse adolescente. » (p. 42.) Si la musique, la philosophie et la science allemandes continuent à trouver une résonance en France, et si le progrès rapide de l’Allemagne en matière d’économie et de technique suscitait l’admiration de plus d’un Français, tout cela ne pouvait pas freiner l’antigermanisme croissant, d’autant plus que le « venin » des Heine, Börne et autres émigrés, dont la portée était restée limitée jusque-là, trouva son plein effet après 1870 : c’est à ce moment-là qu’on reprit l’idée des « deux Allemagnes » que Heine avait déjà exposée en 1834. « L’image déformée d’une Allemagne schizophrène domine l’idéologie à l’égard de l’Allemagne chez un large public jusqu’à nos jours ; elle a trouvé son expression la plus connue dans les œuvres de Romain Rolland. » (p. 46.) De l’antiprussianisme on passait ensuite à la dénonciation d’un pangermanisme impérialiste qui ne serait selon Weise qu’une pure invention française, y compris le terme en tant que tel. Quant à l’époque contemporaine, la rupture entre la France et l’Allemagne est totale :

« Dans aucun pays le progrès du mouvement national-socialiste n’a été suivi par tant d’incompréhension qu’en France. […] L’expression unanime du peuple allemand en faveur de la politique d’Adolf Hitler rencontra finalement un manque de compréhension total. On ne voulait et on ne pouvait pas comprendre que l’Allemagne s’était débarrassée du dernier reste d’un système pseudo-démocratique afin d’adopter une direction de l’État qui est construite sur le principe autoritaire. » (p. 54.)

122Mais il resterait en France tout de même une poignée de vrais amis de l’Allemagne, se console Weise, et l’on n’est pas surpris d’y lire les noms de futurs collaborationnistes intellectuels : Drieu La Rochelle, André Germain, Alphonse de Châteaubriant…

123*

124Encadrés par les écrits des idéologues Ernst Krieck et Reinhard Höhn, ces livres que nous venons d’analyser dénoncent des aspects très différents de la France prétendument décadente, mais constituant néanmoins encore un défi intellectuel et politique suffisamment grand pour être considéré comme une menace. Le paradigme idéologique, à la différence des autres, vise la destruction de la France en tant que telle, comme objectif de la guerre, et non pas seulement une correction des frontières ou l’établissement d’une hégémonie politique allemande. Le simple fait que la France est différente – démocratique, libérale, individualiste – est ressenti comme une menace qu’on doit extirper. Ce ne sera pourtant pas le dernier mot sur la France vaincue… Par rapport à cette propagande de haine, bien des souvenirs et impressions des soldats allemands en France, d’abord comme combattants, puis comme occupants, se distinguent étonnamment, non sans hypocrisie cependant, comme nous l’allons voir dans les chapitres prochains.

Notes

1 Kranz (Herbert), Die « Sieger » – nachher. Ein Sittenbild aus Paris, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1939.

2 C’est très probablement à cause du titre inopportun à ce moment-là – même si « vainqueurs » était mis entre guillemets – que Goebbels ordonna de retirer le livre provisoirement de la vente. Voir Boelcke, op. cit., 08-01-1940.

3 Clauss (Max), Frankreich, wie es wirklich ist. Ein Volk sucht seine Sicherheit, Berlin, Deutscher Verlag, 1939. Né dans une ville de la région de Bade (Offenburg), l’auteur y vécut, selon lui, une adolescence en présence des « soldats d’occupation » français, avant de visiter pour la première fois la France en 1925 (p. 8). Il fut correspondant parisien pendant dix ans du quotidien Berliner Tageblatt qui, à côté de la Frankfurter Zeitung, continuait à simuler un certain pluralisme de la presse allemande vis-à-vis de l’étranger ; depuis 1934, Clauss travaillait aussi pour le service de presse de l’Auswärtiges Amt. Cf. Müller (Guido), « “Mitarbeit in der Kulisse…” : Der Publizist Max Clauss », lendemains, n° 86-87, 1997, p. 20-48.

4 Hagemann (Walter), Der deutsch-französische Gegensatz in Vergangenheit und Gegenwart, Leipzig/Berlin, Teubner, 1940, p. 5.

5 Grimm (Friedrich), Die neue Kriegsschuldlüge, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.

6 Grimm (Friedrich), Frankreich-Berichte 1934 bis 1944, herausgegeben vom Kreis seiner Freunde, Bodman/Bodensee, Hohenstaufen, 1972. Nous n’avons pas pu vérifier l’authenticité des textes par rapport aux originaux conservés dans les Archives nationales allemandes.

7 En rappelant les trois principes du mouvement nazi : « 1. Révision du traité de paix ; 2. Réunion de tous les Allemands ; 3. Suffisamment de terres pour pouvoir nourrir notre nation. », op. cit., p. 34.

8 Ministère des Affaires étrangères, Le livre jaune français. Documents diplomatiques 1938-1939. Pièces relatives aux événements et aux négociations qui ont précédé l’ouverture des hostilités entre l’Allemagne d’une part, la Pologne, la Grande-Bretagne et la France d’autre part, Paris, Impr. nat., 1939, p. 416 (Appel à la Nation de M. Edouard Daladier, Président du Conseil, Paris, le 3 septembre 1939 – doc. nº 370).

9 Livre jaune, loc. cit.

10 Taubert (Fritz), « Friedrich Grimm – patriote allemand, européen convaincu », in Bock/Meyer-Kalkus/Trebitsch, op. cit., vol. 1, p. 119.

11 Le procureur américain dans son rapport sur Grimm, à Nuremberg, le 21 novembre 1947. Jugement cité par Taubert, loc. cit., qui ne le partage pas.

12 Amann (Bruno), Der Sinn unseres Krieges, Wien/Leipzig, Kühne, 1940. Fascicule extrait d’un ouvrage plus exhaustif, intitulé Westeuropa – Grundlagen eines Machtkampfes [L’Europe occidentale – fondements d’un combat pour le pouvoir].

13 Fritzsche (Hans), « Vorwort », in Reipert (Fritz), Was will Frankreich ? « Kriegsgründe », und was dahinter steht !, Berlin, Rödiger, s. d. [1940]. Sur Fritzsche, cf. Wistrich (Robert), Wer war wer im Dritten Reich ? Ein biographisches Lexikon, édition mise à jour par Hermann Weiß, Munich, Harnack, 1983, Frankfurt a.M., Fischer TB, 1987, p. 98 sq. [Who’s Who in Nazi Germany, London 1982.]

14 Cf. Anrich (Ernst), Drei Stücke über nationalsozialistische Weltanschauung, Stuttgart, Kohlhammer, 1932, 21934.

15 Cf. Schönwälder (Karen), Historiker und Politik – Geschichtswissenschaft im Nationalsozialismus, Frankfurt a.M., Campus, 1992, p. 186 sq.

16 Anrich (Ernst), Die Bedrohung Europas durch Frankreich – Dreihundert Jahre Hegemoniestreben aus Anmaßung und Angst, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.

17 Maurer (Emil), Frankreichs politischer Weg, Leipzig, Goldmann, 1940.

18 Stieve (Friedrich), Was die Welt nicht wollte – Hitlers Friedensangebote 1933-1939, Berlin, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf., 1940.

19 Stieve (Friedrich), Die außenpolitische Lage Deutschlands von Bismarck bis Hitler, Langensalza/Berlin/Leipzig, Beltz, 1940.

20 Fleischer (Eugen), Wer regiert Frankreich ? Die Bürger der Dritten Republik und ihre Götter, Stuttgart, DVG, 1939, p. 40. Voir aussi p. 28. L’auteur a passé plusieurs années à Paris et assisté aux débats à la Chambre des députés, probablement comme journaliste, d’après ce qu’il laisse supposer dans la préface où il parle d’une « activité de plusieurs années » (p. 13) en France, qui lui a permis d’acquérir des connaissances très détaillées du parlementarisme français et de ses acteurs principaux.

21 Le terme « nationaliste » a une signification positive lorsqu’il s’applique aux affaires intérieures de la France.

22 Pfannstiel (Arthur), Das verratene Frankreich, Berlin, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf., 1940.

23 L’introduction est datée d’octobre 1939.

24 Selon son propre témoignage, donné plus tard à P. Longerich, Clauss aurait refusé en août 1939 de se mettre « à la disposition de Ribbentrop », à la différence de Sieburg et d’autres journalistes, cf. Longerich (Peter), Propagandisten im Krieg. Die Presseabteilung des Auswärtigen Amtes unter Ribbentrop, Munich, Oldenbourg, 1987, p. 51. En vérité, il collaborait depuis 1934 aux services de presse du ministère, cf. Müller, ibid. (voir supra, p. 138), p. 31 sq.

25 [Arnold Hillen Ziegfeld], Frankreich – der ewige Reichsfeind. Der Westfälische Friede von 1648 und seine Folgen, Tornisterschrift des Oberkommandos der Wehrmacht, Abteilung Inland, Heft 15, 1940-1941, p. 29.

26 Cf. Schönwälder, ibid. (voir supra, p. 144), p. 38.

27 Just (Leo), Frankreich und das Reich im Wandel der Jahrhunderte, Bonn, Universitäts-Druckerei, 21940, p. 3. Sauf indication contraire, les références à Just concerneront cet ouvrage.

28 Just, p. 5, se référant à E. R. Curtius, Essai sur la France, op. cit. (voir supra, p. 10), p. 310 sqq.

29 Maurer (Emil), Frankreichs politischer Weg, op. cit. (voir supra, p. 144), p. 7.

30 Just (Leo), Um die Westgrenze des alten Reiches. Vorträge und Aufsätze, Köln, 1941, p. 7, d’après Schönwälder, ibid., p. 178. Extrait de la préface actuelle d’une réédition de conférences données quelques années plus tôt.

31 Just se réfère à : Petri (F.), Germanisches Volkserbe in Wallonien und Nordfrankreich, 2 Bde, Bonn 1936 ; id., Die fränkische Landnahme und das Rheinland, Vortrag, Bonn, 1936 ; Steinbach (F.)/Petri (F.), Zur Grundlegung der europäischen Einheit durch die Franken, Leipzig 1939. Les historiens Steinbach et Petri étaient les « doyens » de la recherche sur le Moyen Âge de l’espace rhénan à l’université de Bonn, cf. Schönwälder, ibid., p. 46 sqq. et ailleurs.

32 Il est très étrange, à première vue, que l’auteur emploie ici le nom français « Charlemagne », tandis qu’il garde la version allemande pour Clovis (Chlodwich). Est-ce pour souligner que le Charlemagne français n’a rien à voir avec le Karl der Große allemand, le « vrai », et que les Français s’en seraient forgé un qui est plus mythique qu’historique ?

33 Anrich (Ernst), Die Geschichte der deutschen Westgrenze. Darstellung und ausgewählter Quellenbeleg, Leipzig, Quelle & Meyer, 31940, p. 132. La rédaction de la 3e éd. (consultée par nous) fut terminée le 23 juillet 1940.

34 Haller (Johannes), Tausend Jahre deutsch-französischer Beziehungen, Stuttgart/Berlin, Cotta, 1930, p. 4.

35 Haller, Tausend Jahre…, préface à la cinquième édition, Stuttgart/Berlin (Cotta) 1942.

36 Haller (Johannes), Die Epochen der deutschen Geschichte, nouv. éd. augm., (51.-55. Ts.), Stuttgart, Cotta, 1940, p. 11. La rédaction de la mise à jour fut terminée en mars 1939.

37 Haller, op. cit., p. 12 sq.

38 Schönwälder, ibid., p. 24.

39 Cf. See (Klaus von), « Kulturkritik und Germanenforschung », Historische Zeitschrift, n° 245, 1987, p. 343-362.

40 Wolf (Heinrich), Deutsche Geschichte, Bielefeld, Velhagen & Klasing, 31936 (11920). Docteur et Gymnasialprofessor en histoire et allgemeine Volkskunde (anthropologie culturelle générale), Wolf était l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire allemande et la conception d’un christianisme « national-socialiste », tendance (« Kommende Kirche ») réinterprétant l’histoire chrétienne à travers une vision nazie et par conséquent opposée aux tendances « païennes » du mouvement.

41 Arminius avait été le chef (plus mythique qu’historique) d’une tribu germanique qui avait battu les Romains dans l’ancienne Germanie (dans la forêt de Teutoburg, 9 après J.-C.), tandis que Flavus était un Germain qui entra au service des Romains.

42 Haller dans une conférence, le 15-11-1934, cité d’après Schönwälder, ibid., p. 77.

43 Haller, Die Epochen…, op. cit., p. 271, 344.

44 Institut für geschichtliche Landeskunde der Rheinlande.

45 Steinbach (Franz), Der geschichtliche Sinn des Waffenstillstandes mit Frankreich, Kriegsvorträge der Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn a.Rh., H.20, Bonn, Gebr. Scheur, 1940.

46 Le manuel historiographique quasiment « officiel » en Allemagne, dans lequel Steinbach assura pendant longtemps la rédaction des chapitres sur la période concernée en révisant après 1945 ce qu’il avait écrit auparavant (cf. Schönwälder, ibid., p. 325, note 118), n’adopte plus l’interprétation de « theodiscus » (latinisation d’un mot franc dont est issu deutsch) comme terme désignant la langue « allemande », à l’époque, mais comme la désignation de la langue franque ou de toutes les langues germaniques par rapport au latin. Cf. Löwe (Heinz), « Deutschland im fränkischen Reich », in Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, Stuttgart, Klett, 1970, Bd.1, § 24-47 ; en volume séparé : München, dtv, 1973, t. 2, chap. 20.

47 Leers (Johann von), Geschichtlicher Kampf um die deutsche Westgrenze, Berlin, Spaeth & Linde, 1941.

48 Cf. Frankreichs politischer Weg, op. cit. Nous n’avons pas pu trouver des informations biographiques sur cet auteur qui n’était de toute évidence pas historien de profession.

49 Schwabe (Klaus), « Deutsche Hochschullehrer und Hitlers Krieg (1936-1940) », in Broszat (Martin)/Schwabe (Klaus) (éd.), Die deutschen Eliten und der Weg in den Zweiten Weltkrieg, München, Beck, 1989, p. 291-333.

50 Cf. Schönwälder, ibid., p. 174 sqq.

51 Note sur le IIIe Reich et sa frontière occidentale du 31-01-1941, d’après la traduction allemande du texte, conservée aux archives allemandes, Bundesarchiv/Militärarchiv Freiburg i.Br., RW 34/v.238, f° 60-73.

52 Comme K. Schönwälder l’a clairement reconnu aussi, cf. ibid., p. 176 sq.

53 Cf. Longnon (Auguste), La formation de l’unité française, op. cit. (voir supra, p. 68).

54 Krieck (Ernst), Deutschland und der Westen (Weltentscheidung aus Weltanschauung), Heidelberg, Portheim-Stiftung, 1940, p. 5.

55 Cf. Kürschners Deutscher Gelehrten-Kalender 1940/41, 6. Ausgabe, Berlin 1941, p. 1002. Selon cet ouvrage, E. Krieck n’a été Dr. phil. (= docteur ès-lettres) qu’à titre honoris causa.

56 Cf. Schwabe, Hochschullehrer, op. cit. (voir supra, p. 161), p. 294, 300 sq.

57 Professeur de philosophie à Dresde, depuis 1933 à Berlin ; Nietzschéen, ami de Rosenberg, il n’adhéra pourtant qu’en 1933 au parti, mais témoigna d’autant plus de ferveur nationale-socialiste ; en 1942 il devint le directeur du département Wissenschaft dans l’Office Rosenberg. Cf. Wistrich, ibid., et Laugstien (Thomas), Philosophie-Verhältnisse im deutschen Faschismus, Hamburg, Argument, 1990, p. 72-77. Sur la pensée de Baeumler voir Gandouly (Jean), « Alfred Bäumler. Anthropologie nationale et pédagogie politique », in Dupeux (Louis) (éd.), La « Révolution Conservatrice » dans l’Allemagne de Weimar, Paris, Kimé, 1992, p. 263-276.

58 Jordan (Rudolf ), Vom Sinn dieses Krieges, Berlin, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf., (51.-60. Tausend) 1941. [Nouvelle édition remaniée, la première datant de 1939.] L’auteur était Gauleiter de Halle-Merseburg et Preußischer Staatsrat, membre du Reichstag depuis 1933. Directeur de la Mitteldeutsche Nationalzeitung.

59 Hieronimi (Martin), Sterbendes Frankreich ? Ein Warnruf über die Grenzen, Berlin, Zentralverlag der NSDAP Franz Eher Nachf., 1940, 21941.

60 Cf. Unteutsch, ibid. (voir supra, p. 60), p. 349, 170 sq.

61 Reithinger (A.), Frankreichs biologischer und wirtschaftlicher Selbstmord im Kriege Englands gegen Deutschland, Stuttgart/Berlin, DVA, 1940.

62 Ces « monastères néo-germaniques » (il en existait trois en tout), fondés par Robert Ley, étaient dirigés par Alfred Rosenberg et prévus pour la formation d’une élite de nouveaux « chevaliers de l’ordre teutonique », élément d’un vaste système de formation nationale-socialiste pourtant resté rudimentaire. Cf. Bracher, La dictature allemande, op. cit. (voir supra, p. 62), p. 355-357, et Hermand (Jost), Der alte Traum vom neuen Reich. Völkische Utopien und Nationalsozialismus, Frankfurt a.M., Athenäum, 1988, p. 286-293.

63 Von Franqué (Wolfgang), Deutschland und Frankreich – Eine wertende Rückschau, Bonn, Röhrscheid, 1940, p. 76. [Jugement en rétrospective de l’histoire franco-allemande]. L’auteur, dont on peut supposer qu’il provient d’une famille huguenote, d’après son nom, adopte ainsi les idées absurdes des « raciologues » que nous avons vues supra.

64 Seekel (Friedrich), Vom Alkohol entnervt – Folgen französischer »Lebensfreude », Berlin, Groß, 1940.

65 Cf. Michels, ibid. (voir supra, p. 8), p. 37 sqq.

66 Bökenkamp (Werner), Frankreichs Universalismus – ein Feind des Volkstums, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.

67 Cf. Michels, ibid., p. 76.

68 Chez Bökenkamp, le nom correct de Heiliges Römisches Reich est vraiment employé.

69 Bremer (Karl-Heinz), Nationalismus und Chauvinismus in Frankreich, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.

70 Tous deux professeurs à la Sorbonne, Vermeil était germaniste et Rivaud philosophe, cf. Vermeil (Edmond), Doctrinaires de la Révolution allemande (1918-1938), Paris, Sorlot, 1939 ; id., Hitler et le christianisme, Paris, Gallimard, 1939 ; id., L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1939, 21944. Rivaud (Albert), Le relèvement de l’Allemagne 1918-1938, Paris, Armand Colin, 1938, cité par Bremer, p. 42.

71 Ritterbusch (Paul), Hochschule und Wissenschaft im Kriege, 1939, cité par Bremer, p. 50 sq.

72 Schwabe (Matthias), Die französische Auslandspropaganda – Ihre Grundlagen und Voraussetzungen, Berlin, Stubenrauch, 1939.

73 Schwabe (Matthias), Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, Essen, Essener Verlagsanstalt, 21940, p. 76.

74 Schwabe (Matthias), « Frankreich und der Katholizismus », Geist der Zeit, mai 1938, p. 317-330.

75 La bibliographie officielle, établie sous la direction de Rosenberg, des livres recommandés.

76 Schwabe (Matthias), Die französische Schule im Dienste der Völkerverhetzung, op. cit.

77 En s’appuyant sur les publications des ultra-nationalistes allemands d’avant la guerre de 1914, ces auteurs français avaient en fait touché au cœur des réflexions menées à la chancellerie du Reich ainsi que chez de grands industriels comme Thyssen ou Stinnes, dès les premiers mois de la guerre, ce que même les Allemands opposés à la guerre ne pouvaient que soupçonner, car ces stratégies clandestines ne furent révélées grâce à Fritz Fischer qu’au début des années 1960 (déclenchant alors une grande polémique). Cf. Fischer (Fritz), Griff nach der Weltmacht – Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914/18, Düsseldorf, Droste, 1961, 21967, 31977, 41994, chap. 3.

78 Cf. Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, op. cit. Berr (Henri), Les Allemagnes. Réflexions sur la guerre et sur la paix (1918-1939), Paris, A. Michel, 1939.

79 Lecat-Loqueux-Piton, L’Histoire de France, par l’image et par le récit. Cours moyen et supérieur, Paris, 1938, p. 227. D’après Epting, p. 73.

80 Cahen-Ronce-Follinais, Cours d’histoire, le monde de 1919 à 1937, Paris, 1938, p. 175. Cité (avec la faute d’orthographe) d’après Epting, p. 74.

81 Lang, Le Thème allemand aux examens, Paris, 1928, p. 261, d’après Epting, p. 51.

82 Cf. Berglund (Gisela), Der Kampf um den Leser im Dritten Reich. Die Literaturpolitik der « Neuen Literatur » (Will Vesper) und der « Nationalsozialistischen Monatshefte », Worms, Heintz, 1980, p. 100.

83 Emigré de longue date en Suisse, Hesse bénéficiait néanmoins d’une protection de la part des dirigeants du IIIe Reich depuis mai 1937, pour des raisons restées obscures. Cf. Wulf (Joseph), Literatur und Dichtung im Dritten Reich. Eine Dokumentation, Frankfurt a.M./Berlin/Wien, Ullstein, 1983 (11966), p. 204.

84 Arrêté en 1938, après avoir été, paraît-il, sous la surveillance de la Gestapo dès 1934 ; considéré comme « indésiré » par les autorités, il fut ouvertement critiqué à partir de 1936 seulement, ce qui déclencha toutefois une querelle dans plusieurs périodiques, et en 1937 il eut encore des succès de vente. Après deux mois d’internement à Buchenwald, en 1938, il fut relâché, restant sous surveillance et sans droit de publier. Cf. Berglund, ibid., p. 76 sqq.

85 Les deux historiens allemands qui participèrent aux pourparlers franco-allemands sur les livres scolaires, avant d’être lâchés par les autorités berlinoises, avaient déclaré d’emblée leur conception de l’éducation de la façon suivante : « […] à bon droit, nous concevons l’enseignement de l’histoire surtout comme une éducation tendant à donner le sens de l’héroïsme, à former des caractères originaux et autochtones, à donner l’esprit de sacrifice et de dévouement au Führer, à l’État et au Peuple […] ». Publié dans l’École libératrice, 5 juin 1937, cité dans Cointet-Labrousse, « Le syndicat national des instituteurs… », op. cit. (voir supra, p. 86), p. 140.

86 Cf. les rapports de Jules Isaac, (voir supra, p. 133).

87 Institut für Staatsforschung, regroupant les disciplines de droit et de sciences politiques.

88 Rammstedt (Otthein), Deutsche Soziologie 1933-1945 – Die Normalität einer Anpassung, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1986, p. 151 sq.

89 Höhn (Reinhard), Frankreichs Demokratie und ihr geistiger Zusammenbruch, Darmstadt, Wittich, 1940, 21940. Höhn (Reinhard), Frankreichs demokratische Mission in Europa und ihr Ende, Darmstadt, Wittich, 1940.

90 Höhn, Frankreichs Demokratie…, p. 12, 14. Les références concernent désormais le premier livre.

91 Höhn, Frankreichs demokratische Mission…, p. 220. Les références concernent désormais le second livre.

92 Par exemple dans Volk und Reich, n° 1, t. II/1936, p. 512, revue subventionnée depuis 1934 par le ministère de Goebbels, avant de passer en 1938 dans l’orbite de celui de Ribbentrop (cf. Longerich, ibid., [voir supra, p. 150], p. 260 sq.), et même dans un manuel de géographie pour les lycées : Heimat und Welt, Teubners erdkundliches Unterrichtswerk für höhere Schulen, herausgegeben von Robert For und Kurt Griep, Band 2 : Europa, bearbeitet von I. Müting, Leipzig, Teubner, 1939, p. 38. Voir aussi les témoigages recueillis dans Moret (Claude), L’Allemagne et la réorganisation de l’Europe (1940-1943), Cahiers du Rhône, série bleue, nº 12, Neuchâtel, 1944, chap. IV.

93 Ainsi Golo Mann, se plaint-il dans les années soixante de la violation du nom de « droit » pour l’amputation de l’Allemagne de ces territoires simplement pour agrandir les voisins. Mais, chiffrant les pertes sur le plan démographique, il constate que, parmi « le dixième de sa population » que l’Allemagne avait perdu, « à peu près la moitié avait l’allemand comme langue maternelle ». Si l’on prend en compte le fait qu’en Alsace-Lorraine la majorité de la population était germanophone, il en résulte que dans les territoires cédés à la Pologne, la majorité de la population était d’origine polonaise ! Cf. Mann (Golo), Deutsche Geschichte 1919-1945, Frankfurt a.M., S. Fischer, 1964, p. 13.

94 Sur les ambiguïtés de Lichtenberger, cf. Merlio (Gilbert), « Lichtenberger, d’Harcourt, Vermeil : trois germanistes français face au national-socialisme », in Bock/Meyer-Kalkus/Trebitsch, op. cit., (voir supra, p. 7), p. 375-390, et Dupeux (Louis), « La Revue L’Allemagne contemporaine 1936-1939 », in Dreyfus, op. cit. (voir supra, p. 86), p. 167-177.

95 Weise (Otto), Frankreich und der deutsche Geist – Französische Bekenntnisse, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1940.

96 Weise, p. 24 sq. En 1842 Hugo prônait une « alliance » entre les deux pays au prix de la reconnaissance du fait que la rive gauche du Rhin « appartient naturellement à la France. » D’après Uthmann (Jörg von), Le diable est-il allemand ?, Paris, Denoël, 1984, p. 87.

97 Weise, p. 31 sq. Sans indication de la source.

98 Résumé du projet d’un « cours d’histoire de la race allemande » à l’École normale, non réalisé, par Fauquet (Eric), Michelet ou la gloire du professeur d’histoire, Paris, Cerf, 1990, p. 132.

99 Michelet (Jules), Journal, t. I (1828-1848), Paris, Gallimard, 1959, p. 417 (24-06-1842).

100 Cf. Renan (Ernest), La réforme intellectuelle et morale [1871], textes présentés par Henri Mazel, Bruxelles, Complexe, 1990. Sur la question en général, cf. Digeon (Claude), La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

101 Cf. Todorov, Nous et les autres…, op. cit. (voir supra, p. 42).

102 Renan prévoyait par exemple qu’une fois « la race aryenne sera devenue, après des milliers d’années d’efforts, maîtresse de la planète qu’elle habite ». Cit. d’après Todorov, ibid., p. 173 sq. Sternhell rappelle également qu’« il est difficile d’imaginer le succès de Drumont ainsi que sa postérité, jusqu’aux lois raciales de 1940, sans la respectabilité qu’avait acquise, grâce à Renan, l’idée de l’infériorité des sémites ». Sternhell (Zeev), « La droite révolutionnaire entre les anti-lumières et le fascisme », nouveau chapitre intégré dans La droite révolutionnaire, 1885-1914, Paris, Gallimard, 21997, p. XXVII.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search