Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Deuxième partie. Les discours de la guerre 1939-1940

Chapitre V. Les reportages sur la France et les directives de Goebbels

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ces rapports étaient officiellement appelés Meldungen aus dem Reich et, de façon plus courante, St (...)
  • 2 Cf. Boberach (Heinz) (éd.), Meldungen aus dem Reich. Auswahl aus den geheimen Lageberichten des Si (...)
  • 3 Cf. Boelcke (Willi A.) (éd.), Kriegspropaganda 1939-1941. Geheime Ministerkonferenzen im Reichspro (...)

1Le « Service de sécurité » (Sicherheitsdienst = SD) était une organisation de renseignements généraux de la SS. Avec l’arrivée au pouvoir du parti il gagna un statut quasiment officiel, se partageant dorénavant le travail avec la Gestapo. Une de ses tâches était de scruter l’opinion des Allemands, l’« atmosphère » (Stimmung) dans le pays, et les réactions précises dans la population à telle ou telle mesure politique. Le fait que Goebbels et d’autres dirigeants nazis jugeaient ces rapports1 souvent « défaitistes », semble leur confier une certaine authenticité et véracité2, mais, cette entreprise étant strictement secrète, les rapporteurs pouvaient fournir plus ou moins les informations qu’ils considéraient soit comme représentatives pour l’« opinion publique », soit comme opportunes pour eux-mêmes. Les directives de la propagande émises par Goebbels tenaient compte de ces rapports et réagissaient à la situation politique du jour. Les procès-verbaux des réunions quotidiennes entre Goebbels et ses collaborateurs les plus proches au ministère sont très instructifs sur le fonctionnement de la machine de propagande à tous les niveaux, des médias directement sous contrôle de Goebbels, comme la radio, jusqu’aux directives générales pour la presse3. Au sujet de la France, on peut distinguer successivement trois lignes différentes de la propagande, selon les trois phases de la guerre : la première s’étendant du 3 septembre jusqu’à l’offensive allemande à l’Ouest, la deuxième correspondant à la campagne de l’Ouest jusqu’à l’armistice et la troisième à la courte période entre l’armistice et la clarification de la situation politique en vue de l’avenir, avec l’accord de Montoire.

  • 4 Sauf indication contraire, les indications de date se réfèrent à la documentation de Boelcke, op. (...)
  • 5 Réunion du 20 décembre 1939. On attendait l’offensive pour les jours à venir.
  • 6 Goebbels (Joseph), Tagebücher 1924-1945, herausgegeben von Ralf Georg Reuth, Bd. 4 (1940-1942), Mü (...)
  • 7 Président du groupe communiste au Reichstag jusqu’à 1933, emprisonné suite à l’incendie du Reichst (...)

2Goebbels poursuivit d’abord péniblement la stratégie générale consistant à accuser surtout les Anglais et ménager les Français quant à l’attribution de la responsabilité de la guerre. S’il était question de la France, il fallait cibler la propagande toujours sur le gouvernement et épargner le peuple (03-11-1939)4. Le « défaitisme », c’est-à-dire les oppositions à la guerre, devait être traité de façon différente selon le pays : « Pour ce qui concerne la France, il faut mettre en évidence ces courants, mais quant à l’Angleterre, il faut plutôt se retenir. » (15-12-1939.) En vue du déclenchement de l’offensive à l’Ouest, Goebbels changea de directive en ordonnant de diriger la propagande avec la même intensité contre la France et de ne plus parler du manque de moral chez les Français5. Lors du remaniement gouvernemental en France, en mars 1940, Goebbels souligna qu’il fallait éviter qu’un espoir de paix se crée au sein de la population allemande (21-03-1940). Les émetteurs radiophoniques secrets qui s’adressaient à la population française durent attiser la haine contre les Anglais et la peur de la puissance militaire allemande, voire semer la panique. Ainsi, la rumeur d’une « cinquième colonne » des Allemands en France – dont les émigrés feraient partie ! – fut systématiquement propagée par les émetteurs clandestins en langue française, mais également de façon ouverte dans la presse allemande. Il semble que cette propagande ne fut pas sans influence sur les esprits français, même si Goebbels exagérait sans aucun doute l’effet de sa propagande et surtout de la Feindpropaganda, la désinformation de l’ennemi6. Les émetteurs clandestins imitaient des stations radiophoniques françaises ou se donnaient l’apparence de stations dissidentes. Ainsi, « Radio Humanité » semble avoir eu un certain succès. On recruta l’ex-communiste allemand Torgler7 pour collaborer à ces émissions, car « les rédacteurs sur place, des communistes français, font seulement appel à des esprits d’intellectuels et non à des instincts primitifs de masses » (02-06-1940).

  • 8 Goebbels, op. cit., 15-05-1940.
  • 9 Boberach (Heinz) (éd.), Meldungen aus dem Reich 1938-1945 – Die geheimen Lageberichte des Sicherhe (...)

3Avec l’offensive, Goebbels força la presse à durcir le ton autant que possible. Il fallait désormais créer l’image d’un véritable ennemi pour les troupes et la population allemandes. Le 15 mai, cinq jours après le début de l’offensive contre les Pays-Bas et la Belgique, Goebbels nota dans son journal intime que la presse « menait une polémique un peu trop tiède8 ». Après que le théâtre de guerre se fut déplacé sur le territoire français, on misait sur une propagande dénonçant de prétendus crimes et cruautés français contre les parachutistes allemands faits prisonniers, ce qui eut apparemment un grand retentissement dans le peuple allemand9. Le 17 mai, il demanda que le service des informations « prenne une position un peu plus radicale contre la France qu’il ne l’a fait jusqu’ici » (17-05-1940). Mais l’édition du Völkischer Beobachter du même jour insistait encore sur le fait que

  • 10 [N.N.] « Der Maas-Durchbruch » (17. Mai), Völkischer Beobachter, d’après Weiss (Wilhelm) (éd.), De (...)

« […] le malheur de la France et de la Belgique n’est dû qu’à l’Angleterre. Sans les promesses grandiloquentes de Londres les Français ne se seraient guère précipités dans l’aventure risquée de cette guerre, le 3 septembre, en provoquant, de façon si impertinente, l’Allemagne qui avait proclamé à tant de reprises son désir d’entente avec son voisin occidental10 ».

4Encore le 23 mai, l’organe officiel du NSDAP continuait à distinguer entre les bons Français du peuple et leurs dirigeants, de même qu’entre la France et l’Angleterre :

  • 11 Seibert (Theodor), « Der Kampf in Flandern » (23. Mai), inWeiss, op. cit., p. 66 sq.

« Il serait fondamentalement faux de considérer le poilu à l’image des milieux dirigeants corrompus à Paris. À la différence des tommys [les soldats anglais, W.G.] complètement urbanisés, l’armée française se compose toujours pour la plupart de braves gars paysans pour qui Paris, la dégénérée “capitale du monde” est une fata morgana exotique11. »

5Mécontent d’un excès de pitié envers les Français, Goebbels durcit sa campagne propagandiste :

« Par des relations de l’occupation de la Ruhr et de la Rhénanie, il faut attiser à nouveau la haine contre la France ; il faut montrer comment cette nation en déclin démographique essaie de vaincre l’Allemagne par des peuples jaunes, noirs et bruns d’outre-mer, et combien c’était une infamie raciale et culturelle qu’on ne se soit pas empêché de faire venir des nègres aux bords du Rhin. Il faut dénoncer les Français comme des “sadistes négrifiés”, et par un effort sans relâchement il faut arriver à ce que, sous quinzaine, le peuple allemand tout entier soit empli de haine contre cette France corrompue, contaminée par la franc-maçonnerie. » (30-05-1940.)

6Au Völkischer Beobachter, cette directive prit enfin : évoquant ce « mélange de peuples » qu’on venait de faire prisonniers de guerre le 30 mai près de Lille, le journaliste s’écrie :

  • 12 Zimmermann (Job), « Auf der Vormarschstraße gegen Lille » (PK., 30. Mai), in Weiss, p. 102.

« On est saisi par la colère lorsqu’on voit l’avant-garde de cette “civilisation sublime” qu’est la France ; cette sale racaille de couleur, sentant tous les parfums d’Arabie, contre laquelle doit se battre le brave soldat allemand. Qu’en peut-il être d’une chose qu’on ne peut défendre qu’avec ces moyens ! Engourdis, d’une mine sans expression, comme des bêtes, les nègres enturbannés nous croisent, trottant sur leur chemin en direction inverse12. »

7Aussi, le 3 juin, dans le Stimmungsbericht du SD, pouvait-on déjà constater que

  • 13 Boberach, t. 4, nº 93 (3-06-1940), p. 1207.

« […] la haine de la population qui s’est dirigée surtout contre l’Angleterre, jusqu’ici, commence à se tourner également, et dans toute sa vigueur, contre la France, grâce aux nouvelles sur les cruautés commises par les troupes coloniales françaises13 ».

  • 14 Cf. OKW, Wehrmacht-Propaganda-Lagebericht für die Zeit vom 1.6.-15.6.1940 (Berlin, 22-06-1940), Bu (...)

8Les rapports de la Propaganda (unités de propagande au sein de la Wehrmacht) se félicitèrent le 5 juin du succès du slogan de la « guerre anglaise », diffusé au moyen de tracts parachutés en 10 millions exemplaires, paraît-il, derrière le front14 :

  • 15 Doc. cit., p. 2 (f° 190b).

« Le tournant dans le climat politique contre l’Angleterre est arrivé tard, voire trop tard, certes, mais, a posteriori, il donne néanmoins pleinement raison à la propagande allemande. […] Comme l’Allemagne l’a toujours prédit, la France a été effectivement poussée dans la catastrophe par l’Angleterre qui l’a ensuite abandonnée15. »

9En Allemagne, où l’objectif contraire était visé, le rapport SD du 10 juin constata :

  • 16 Boberach, t. 4, nº 95 (10-06-1940), p. 1235, 1238.

« Partout on est fermement convaincu qu’il faut aller jusqu’à anéantir totalement la France. Un peu partout dans la population on ne cesse de reprocher que la guerre est menée de façon beaucoup trop humaniste. […] Ce langage violent à propos de la France a créé partout l’impression que la France n’est plus ménagée. Tous les rapports convergent vers le fait que la propagande contre la France a pris et qu’au cours de la semaine dernière elle a réellement provoqué un retournement complet de l’opinion sur la France. […] Si un éditeur annonce la publication prochaine d’un livre sur la France encore avec des mots comme ceux-ci : “Si l’on parle de la France, il faut distinguer encore entre le peuple français et la couche dirigeante”, l’opinion se répand de plus en plus qu’“un peuple qui accepte de tels dirigeants ne vaut pas mieux que ces dirigeants eux-mêmes”16. »

  • 17 Cf. Boelcke, 30-05-1940, 07-06-1940, 16-06-1940.
  • 18 Cf. Boberach, t. 4, nº 96 (13-06-1940), p. 1249.

10Tandis que la propagande camouflée, s’adressant aux Français à travers les émetteurs clandestins, devait nourrir l’espoir qu’une paix séparée franco-allemande serait imminente, la propagande pour le Reich était tenue de propager tout à fait le contraire17. Le SD constata que les reportages faits par les compagnies de propagande n’adoptaient pas du tout un langage unanime à ce propos, à savoir que la distinction entre les « dirigeants » et les « trompés » (Führer und Verführte) était maintenue par certains d’entre eux18.

  • 19 Seibert (Theodor), « Die Waffenstreckung » (Berlin, 17. Juni), in Weiss, p. 177.
  • 20 Kumsteller (B.), Geschichtsbuch für die deutsche Jugend, 1934 (72 000e mille), cit. d’après Isaac (...)

11Dès que la capitulation française fut imminente, Goebbels mit tout en œuvre pour empêcher qu’un sentiment de pitié ne gagne la population allemande. Il dut même critiquer violemment le Völkischer Beobachter, lui reprochant un « manque d’instinct politique » (18-06-1940), car on y avait publié un article « sentimental » sur le discours de Pétain adressé aux Français. Il s’agit en l’occurrence d’un article débutant par la phrase suivante : « Aujourd’hui, le maréchal Pétain, le sauveur de la France en 1916, et chef du gouvernement de la IIIe République depuis hier, a avoué à son peuple que l’heure de la défaite définitive a sonné19. » On peut se demander, sachant aujourd’hui avec quel respect on allait traiter Pétain par la suite, pourquoi cette phrase – à laquelle seulement peut se référer la critique – a tant provoqué la colère de Goebbels. Mais il faut savoir comment la défense victorieuse de Verdun était présentée à l’époque en Allemagne, par exemple dans un manuel scolaire : « Un corps d’armée français, du Nord de la France, des fils de paysans de sang germanique, arriva en premier renfort. Le Kronprinz n’avait pas de réserves. Verdun était sauvé20. » On était loin de louer Pétain comme le « sauveur » de la France…

  • 21 Goebbels, op. cit., note du 11-05-1940, se référant au message d’Hitler adressé au soldats, la vei (...)
  • 22 Boberach, t. 4, nº 98 (20-06-1940), p. 1275.

12Pour Goebbels, alors, pas d’indulgence : il fallait mettre en évidence le fait que les Français devaient s’attendre à des conditions d’armistice très dures. L’objectif politique était de rayer la France comme « puissance nationale » (nationale Macht) de la carte géopolitique (16-06-1940). Dès le début, pour Goebbels l’issue de ce combat devait décider pour « mille ans d’histoire allemande21 ». Si les troupes allemandes n’occupaient pas tout le territoire français, c’était pour donner une apparence de légalité aux traités à négocier puisqu’ils seraient alors signés par un gouvernement apparemment encore souverain (21-06-1940). Quant aux conditions d’armistice, les Allemands pensaient, selon les rapports du SD, qu’il fallait absolument éviter qu’un « nouveau Versailles » ne se produise, en adoptant des conditions « justes », mais l’on revendiquait tout de même majoritairement que « la France “soit aplatie” de façon qu’elle ne puisse plus jamais penser à mener une guerre contre l’Allemagne22 ».

  • 23 Boberach, t. 4, nº 100 (27-06-1940), p. 1307.

13Après la signature de l’armistice, Goebbels continua à demander à la presse allemande de ne pas parler trop gentiment de la France, ni d’ériger le maréchal Pétain en héros. « De même, les journaux doivent se garder de peindre Paris de façon trop attractive, et il faut éliminer tous les propos francophiles des rapports PK [= compagnies de propagande]. Notre attitude envers la France doit être réservée et sans émotion. » (26-06-1940.) À plusieurs reprises, il s’en prit à des articles sur Paris jugés « sentimentaux, fraternisants ». Avec le changement total de la situation politique, l’Allemagne prendrait la place qu’avait eue la France, et Berlin remplacerait Paris : « Pour nous, Paris ne peut occuper qu’un rang de ville de province. » (27-06-1940.) Selon le rapport SD du même jour, la population acceptait les conditions d’armistice comme « dures, mais justes et honorables […], propres à contribuer à une entente durable avec la France23 ».

14Si « la propagande de haine contre la France » dut donc cesser, il fallait néanmoins empêcher les tentatives de « faire le gentil » auprès des Français, afin de ne pas alourdir le problème d’un « règlement général », nécessaire ultérieurement, entre la France et l’Allemagne (25-06-1940, 05-07-1940). Le fantôme des sentiments « francophiles » (franzosenfreundlich) hantait visiblement le chef de la propagande. Ainsi dut-il même avouer que ses services

« […] se trouvent dans une situation difficile, dans la mesure où c’est seulement par la suppression d’informations venant de la France que l’on peut empêcher qu’une atmosphère trop francophile ne gagne du terrain en Allemagne. […] On ne se rend pas compte, en Allemagne, que les milieux qui ont déclaré et fait la guerre n’ont point changé et que les masses populaires qui montrent une attitude plus ou moins raisonnable en ce moment n’ont cependant été qu’un objet de la politique française. » (6 et 7-07-1940.)

15Il fallait donc continuer à traiter la France comme un pays ennemi, donner des nouvelles négatives, sans créer toutefois l’impression d’une nouvelle campagne anti-française (07-07-1940). Mais ses avertissements contre une attitude trop douce envers la France ne cessaient de se répéter :

  • 24 Bainville était cité comme un témoin « contre lui-même », grâce à la traduction de deux livres, ch (...)

« Le ministre met encore une fois en garde contre la tentation de trop céder à la sentimentalité allemande qui a gâché, pendant des siècles, les meilleures occasions de l’histoire allemande et qui, de par son attitude kitsch, efféminée, est de nouveau en train de diriger les rapports franco-allemands sur une voie complètement fausse. Par des conférences historiques et par des articles du même genre (en exploitant Bainville24, par exemple), la radio et la presse doivent retourner, avec une intensité croissante, mais sans que ça se fasse remarquer, vers une ligne anti-française. » (10-07-1940.)

16Le 9 juillet, Goebbels devint particulièrement explicite :

« Le ministre se dirigea encore une fois contre les publications nombreuses sur la France, qui communiquent une image erronée au lecteur allemand. Il signale que les ambitions françaises d’entamer une ligne autoritaire ne sont point dans notre intérêt et qu’il serait absolument faux si l’on voulait faire maintenant des Français de bons nationaux-socialistes. Tout au contraire, notre intérêt va vers une France faible, désunie, qui ne doit même pas trouver la force nécessaire pour un front de défense morale. L’objectif doit être de faire que la France devienne une sorte de “Suisse engrossie”. » (09-07-1940.)

17Et trois jours plus tard :

« Le ministre réclame encore une fois qu’on donne la directive à la presse de ne faciliter en aucun cas aux Français par des conseils le chemin d’un meilleur avenir. En donnant des exemples, il démontre comment jusque dans des instances du Parti la francophilie pousse des fleurs bizarres et demande qu’on expose de façon plus aiguë et plus claire encore qu’il n’a été fait jusqu’ici, que c’était la France qui nous a déclaré la guerre et doit le payer maintenant. » (12-07-1940.)

18Goebbels s’en prit non seulement à ses propres services, mais aussi aux compagnies de propagande de la Wehrmacht, le 26 juin :

  • 25 Lettre adressée au département de la propagande militaire de l’OKW. Reichsministerium für Volksauf (...)

« Des reporters de presse et de radios communiquent pendant ce dernier temps que le peuple français ne se sent pas responsable de la situation dans le pays, mais qu’il faudrait attribuer toute la culpabilité aux dirigeants français. Il ne faut pas céder à ces opinions. Le peuple français a effectivement eu dans ses mains le pouvoir de se prononcer pour un changement de cap lors des élections. Dans les reportages, il faut poursuivre cette tendance : le peuple français tout entier – et, par conséquent, chacun individuellement – est responsable de la politique dirigée contre l’Allemagne25. »

19Mais cette directive ne fut apparemment pas bien accueillie, c’est ce qu’on peut conclure du fait qu’une directive de l’OKW, faisant suite à de nouvelles plaintes de la part de Goebbels, durcit à son tour le ton, dix jours plus tard :

  • 26 Armee-Oberkommando 2, 12-07-1940, Betr. : Abwehr, geistige Betreuung und Propaganda, BA MA, RW 4/v (...)

« Il faut attirer principalement l’attention sur le fait que le peuple français est à considérer comme peuple ennemi et que toute propagande de tendance francophile est interdite. Est particulièrement obsolète, chaque tendance qui ne laisserait apparaître le peuple français que comme une victime innocente de ses anciens dirigeants. C’est le peuple français tout entier qui est responsable de la politique dirigée jusqu’ici contre l’Allemagne26. »

20De toute évidence, on craignait de plus en plus une dérive vers une « fraternisation » et une « francophilie » chez les correspondants en France, car quelques jours plus tard une autre directive aborda ce sujet avec insistance, et dans un langage familier qui révèle la préoccupation :

  • 27 OKW, 16-07-1940, Propaganda-Weisung, arch. cit., f° 71.

« Qu’il soit dit ici encore une fois clairement que les reportages de presse et de radio doivent s’abstenir de toute sentimentalité molle. Nous n’avons conclu aucune paix avec la France, à ce jour. La sensiblerie est aussi déplacée que la pitié est inconvenable. En aucune façon, des reportages des compagnies de propagande ne doivent donner l’impression d’écrits de publicité et de prospectus touristiques français27. »

  • 28 OKW, 20-07-1940, Wehrmacht-Propaganda-Lagebericht für die Zeit vom 1.7.-15.7.1940, arch. cit., p. (...)

21Pendant la période concernée les unités de la propagande en France furent regroupées au sein de la Propaganda-Abteilung nouvellement créée pour assurer le travail sous les conditions de l’armistice. De la distribution des brochures et de la transmission des premiers discours de Pétain sur les places publiques, on passait à la prise d’influence directe sur la presse. Pour ce qui concerne les reportages sur la France destinés au public allemand, « une tâche particulière a été d’empêcher qu’après le traité d’armistice le peuple allemand ne glisse dans un état de sentimentalité, d’indulgence, qui ne tient pas compte des réalités militaires et propagandistes28 ». À la fin du mois de juillet, Goebbels reprit encore ses mises en garde contre une « fraternisation » avec les Français (26 et 29-07-1940).

22En France, l’armée d’occupation devait se faire des sympathies, mais la troupe devait être « instruite, en ce qui concerne ce point, que chaque soldat allemand se sente comme un propagandiste et pas du tout comme un porteur de la fraternisation franco-allemande » (12-07-1940). Par ailleurs, le régime de la censure en France devait être le plus dur possible, afin d’éradiquer toute tentative de résistance ou même de « renouveau » (Wiedererhebung). Par une « terreur intellectuelle » (geistiger Terror) il fallait créer une « léthargie » dans la population française de façon qu’on ne pense plus jamais à se soulever contre les Allemands (15-07-1940).

  • 29 Sur Beer, cf. Köhler (Otto), Wir Schreibmaschinentäter. Journalisten unter Hitler – und danach, Co (...)

23C’est donc avec satisfaction que Goebbels prit connaissance d’un rapport sur la situation en France, fait par Willy Beer, alors rédacteur en chef de la Deutsche Allgemeine Zeitung (DAZ)29, après un voyage dans la zone non occupée. Selon ce rapport,

« […] la situation y est encore plus catastrophique que nous puissions nous imaginer. La ligne autoritaire n’est pas du tout sérieuse et les hommes qui se trouvent maintenant au gouvernement français ne sont pas moins corrompus que leurs prédécesseurs. Il est prévisible que pour longtemps encore la France sera le contraire d’un ennemi qu’il faut prendre au sérieux, si nous la traitons de la bonne manière, c’est-à-dire si nous la confirmons dans son complexe d’infériorité, si nous ne l’aidons pas à s’en sortir et si nous maintenons nos revendications concernant l’Europe. Pratiquement, il n’y a plus de France ; aucune trace d’un renouveau national ou d’une autodétermination à constater. Il faut seulement continuer de compter avec le désespoir moral des Français. » (20-08-1940.)

Notes

1 Ces rapports étaient officiellement appelés Meldungen aus dem Reich et, de façon plus courante, Stimmungsberichte ou Lageberichte.

2 Cf. Boberach (Heinz) (éd.), Meldungen aus dem Reich. Auswahl aus den geheimen Lageberichten des Sicherheitsdienstes der SS 1939-1944, Neuwied und Berlin, Luchterhand, 1965, München, dtv, 1968, p. 18 sq.

3 Cf. Boelcke (Willi A.) (éd.), Kriegspropaganda 1939-1941. Geheime Ministerkonferenzen im Reichspropagandaministerium, Stuttgart, DVA, 1966.

4 Sauf indication contraire, les indications de date se réfèrent à la documentation de Boelcke, op. cit.

5 Réunion du 20 décembre 1939. On attendait l’offensive pour les jours à venir.

6 Goebbels (Joseph), Tagebücher 1924-1945, herausgegeben von Ralf Georg Reuth, Bd. 4 (1940-1942), München/Zürich (Piper), 1992, note du 18-05-1940 ; Boelcke, ibid., 25-04-1940 et 17-05-1940.

7 Président du groupe communiste au Reichstag jusqu’à 1933, emprisonné suite à l’incendie du Reichstag.

8 Goebbels, op. cit., 15-05-1940.

9 Boberach (Heinz) (éd.), Meldungen aus dem Reich 1938-1945 – Die geheimen Lageberichte des Sicherheitsdienstes der SS, Herrsching, Pawlak, 1984, t. 4, nº 92 (30-05-1940), p. 1189.

10 [N.N.] « Der Maas-Durchbruch » (17. Mai), Völkischer Beobachter, d’après Weiss (Wilhelm) (éd.), Der Krieg im Westen – dargestellt nach den Berichten des « Völkischen Beobachters », München, Franz Eher Nachf., 1941, p. 35.

11 Seibert (Theodor), « Der Kampf in Flandern » (23. Mai), inWeiss, op. cit., p. 66 sq.

12 Zimmermann (Job), « Auf der Vormarschstraße gegen Lille » (PK., 30. Mai), in Weiss, p. 102.

13 Boberach, t. 4, nº 93 (3-06-1940), p. 1207.

14 Cf. OKW, Wehrmacht-Propaganda-Lagebericht für die Zeit vom 1.6.-15.6.1940 (Berlin, 22-06-1940), Bundesarchiv Militärarchiv (= BA MA) Freiburg i.Br., RW 4/v. 247a, p. 5 (f° 192).

15 Doc. cit., p. 2 (f° 190b).

16 Boberach, t. 4, nº 95 (10-06-1940), p. 1235, 1238.

17 Cf. Boelcke, 30-05-1940, 07-06-1940, 16-06-1940.

18 Cf. Boberach, t. 4, nº 96 (13-06-1940), p. 1249.

19 Seibert (Theodor), « Die Waffenstreckung » (Berlin, 17. Juni), in Weiss, p. 177.

20 Kumsteller (B.), Geschichtsbuch für die deutsche Jugend, 1934 (72 000e mille), cit. d’après Isaac (Jules), « Une tentative d’accord franco-allemand au sujet des manuels d’histoire » – conférence faite au Congrès international de l’Enseignement primaire, le 28 juillet 1937, in [N.N.], L’enseignement de l’histoire contemporaine et les manuels scolaires allemands – À propos d’une tentative d’accord franco-allemand, Paris, A. Costes, 1938, p. 7. Sur la question en général, voir dans le même ouvrage Isaac (Jules), « La Guerre 1914-1918, rapport devant la Commission d’historiens français sur L’histoire contemporaine dans les manuels scolaires allemands », p. 61-70.

21 Goebbels, op. cit., note du 11-05-1940, se référant au message d’Hitler adressé au soldats, la veille.

22 Boberach, t. 4, nº 98 (20-06-1940), p. 1275.

23 Boberach, t. 4, nº 100 (27-06-1940), p. 1307.

24 Bainville était cité comme un témoin « contre lui-même », grâce à la traduction de deux livres, chacun préfacé par F. Grimm : Bainville (Jacques), Frankreichs Kriegsziel – Les conséquences politiques de la paix, Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1939, 21940 [Paris, 1920]. Id., Geschichte zweier Völker – Frankreichs Kampf gegen die deutsche Einigung, Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1939 [Histoire de deux peuples, Paris, 1915].

25 Lettre adressée au département de la propagande militaire de l’OKW. Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda an das Oberkommando der Wehrmacht, Abt. W Pr., 26-06-1940, BA MA, RW 4/v. 247a, f° 256.

26 Armee-Oberkommando 2, 12-07-1940, Betr. : Abwehr, geistige Betreuung und Propaganda, BA MA, RW 4/v. 247b, f° 69.

27 OKW, 16-07-1940, Propaganda-Weisung, arch. cit., f° 71.

28 OKW, 20-07-1940, Wehrmacht-Propaganda-Lagebericht für die Zeit vom 1.7.-15.7.1940, arch. cit., p. 6 (f° 89b).

29 Sur Beer, cf. Köhler (Otto), Wir Schreibmaschinentäter. Journalisten unter Hitler – und danach, Cologne, Pahl-Rugenstein, 1989, s’appuyant sur Boveri (Margret), Wir lügen alle. Eine Hauptstadtzeitung unter Hitler, Olten/Freiburg i.Br., Walter, 1965.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search