Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les âges de Britannia

 | 
Jean-François Dunyach
, 
Aude Mairey

Deuxième partie. Modernités

De l’utilité du siècle en Angleterre, les incertitudes du découpage chronologique des années 1600-1700

Stéphane Jettot

Texte intégral

  • 1 Rohou J., « La périodisation : une reconstruction révélatrice et explicatrice », Revue d’histoire (...)
  • 2 Furet F., L’atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982, p. 71. De même, Patrick Boucheron esti (...)
  • 3 Jouhaud C., Sauver le Grand Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Le Seuil, 2007, p.  (...)

1« Il y a encore des fautes contre la chronologie1. » C’est avec humour que Jean Rohou constate, dans certaines histoires littéraires, l’expulsion hors du « Grand Siècle », de figures jugées subversives comme Bernard de Fontenelle ou Pierre Bayle. À la différence d’appellations comme « le Moyen Âge » ou « l’époque moderne », le siècle peut apparaître comme une dénomination objective et neutre. En réalité, l’expression est chargée de sous-entendus. François Furet dénonce ainsi le caractère fictionnel du « Grand Siècle » en ce qu’il crée de fausses concomitances entre des régions aux destins contrastés, comme entre le pauvre Beauvaisis et la Provence prospère. Les contemporains vivent dans de profondes discordances temporelles dont le découpage séculaire ne rend pas justice. « Héritage idéologique du XIXe siècle », le destin du siècle est d’être remplacé par d’autres périodisations2. Une création précoce, le « Grand Siècle » a vu sa légitimité renforcée ultérieurement par des générations d’historiens : Voltaire, Chateaubriand en passant par Ernest Lavisse et par les nombreux manuels contemporains. Un long XVIIIe siècle français reste donc difficile à imaginer. Il s’apparenterait à un crime de lèse-majesté à l’égard d’un siècle célébré par Charles Perrault dans la querelle des Anciens et des Modernes. Pour Christian Jouhaud, le « Grand Siècle » est bien devenu « une chose en soi, une entité transtemporelle présentifiée dans la permanence supposée d’une valeur patrimoniale3 ». Cette réflexion ne conduit pas l’auteur à suggérer de nouveaux marqueurs temporels. Il ne s’agit pas de détruire le siècle mais de ménager des brèches à côté des grandes ouvertures monumentales en prêtant attention aux voix discordantes et aux « effets de réel » exprimés par les contemporains.

2À travers cet exemple, on voit que les débats autour des périodisations occupent une place grandissante dans la pratique historique. Le caractère fictionnel et néanmoins nécessaire des marqueurs chronologiques, nous conduit à prêter plus d’attention à leur historicité. Cette dernière se construit de manière différente selon les pays. Comme en France, la notion de « siècle » fait son apparition en Angleterre dans la période 1600-1700. Pourtant, de nos jours, la citadelle à peine lézardée du « Grand Siècle » français contraste singulièrement avec la situation outre-Manche où le dix-septième siècle ne s’est pas imposé avec autant de force aux contemporains comme aux historiens. La comparaison entre la France et l’Angleterre permet de souligner les destins historiographiques très différents du dix-septième siècle. Elle permet d’éclairer la manière dont une périodisation séculaire, ici considérée comme une évidence, est devenue outre-Manche une notion problématique.

  • 4 « It can be useful to separate England from the wider entity of Britain and Ireland […] the study (...)

3Il ne s’agit pas de restituer, dans le cadre de cette contribution, les relations complexes entre les Anglais et le dix-septième siècle. On se contentera de restituer brièvement les conditions dans lesquelles le dix-septième siècle a fait son apparition et s’est imposé de manière assez tardive. À la différence du cas français, il est aussi précocement contesté dans sa pertinence par de nombreux historiens qui lui ont préféré d’autres découpages chronologique : Early Modern, Long Reformation, Long Eighteenth century, Early ou Later Stuart, Renaissance, etc. Ces formulations témoignent de la difficulté du siècle à être reconnu comme un marqueur durable. Toute périodisation est indissociable de choix méthodologiques concurrents et les années 1600-1700 forment de ce point de vue un vaste champ de bataille historiographique. Les découpages chronologiques ne s’imposent pas d’eux-mêmes et leur étude constitue ainsi une clé de lecture de ces débats. Il conviendra donc de s’interroger sur les motivations des chercheurs encore attachés à la terminologie séculaire. La perspective britannique a été exclue dans la mesure où les études restent majoritairement anglaises, écossaises ou irlandaises. Les historiens continuent d’être divisés sur la pertinence du cadre britannique pour interpréter les événements de la période 1600-17004.

Le XVIIe siècle : une naissance illégitime

  • 5 The perception of the past in early modern England: the Creighton Trust lecture 1983, Londres, IHR (...)
  • 6 Woolf D., The Social Circulation of the Past. English Historical Culture, 1500-1730, Oxford, OUP, (...)

4La manière dont les contemporains d’une période définie ressentent leur propre temporalité, à travers l’expérience de la durée et des événements, constitue un domaine encore pionnier. En Angleterre, on rappellera l’importance de la réflexion anthropologique de Keith Thomas sur la sensibilité réflexive vis-à-vis du temps qui passe et dont les archives portent la trace. La Réforme agit fortement dans la transformation de la mémoire collective, comme tout événement traumatique, elle impose une reconfiguration des souvenirs. Elle nourrit simultanément une réhabilitation sélective de certains ancêtres et une profonde nostalgie pour une heureuse période perçue comme révolue (Merry England5). Les Anglais du XVIe siècle sont bien conscients de vivre une crise propice à la formation d’une nouvelle conscience historique mais cette dernière ne s’appuie que marginalement sur une appréhension séculaire du temps. Le siècle apparaît marginal par rapport à d’autres dénominations indéfinies comme l’âge ou l’ère. Le sentiment du temps reste indéterminé. Ainsi, William Harrisson dans son Description of England (1577) désigne par l’expression « old time » la période romaine et anglo-saxonne et par le « recent past » des événements remontants au XIVe siècle6.

  • 7 Voir par exemple: A century of the names and scantlings of such invention, Londres, 1663; A centur (...)
  • 8 Hunter M. (dir.), The Correspondence of Robert Boyle: 1668-1677, vol. IV, Londres, Pickering & Cha (...)
  • 9 A dissertation upon the beginning of the next century: and the solution of the problem to know whi (...)

5Il faut attendre les années 1650 pour constater la multiplication des occurrences du siècle dans les publications à Londres. L’usage le plus courant reste associé à la century romaine, une unité de compte qui s’applique autant à la durée, aux objets ou à des idées7. Son apparition coïncide aussi avec de nouvelles pratiques scientifiques dans la lignée baconienne du New Atlantis. Le siècle devient un outil de mesure de l’espace et de la nature et se trouve utilisé dans l’élaboration de méthodes expérimentales dans l’astronomie, la géologie ou la médecine. Ainsi, « A diligent Cometographer », un correspondant de Robert Boyle, membre célèbre de la Royal Society, suggère, pour l’étude des comètes, de découper le siècle en période de vingt années8. Le passage au XVIIIe siècle suscite aussi un débat sur l’abandon du calendrier Julien et divers auteurs soulèvent la nécessité d’une réforme du calendrier9. Les limites entre les cosmologies scientifiques, l’astrologie et la culture biblique restent cependant d’une grande porosité.

  • 10 « When the Bishops lands sold, rhetoricks flowers out of request, puts down their kings, he behead (...)
  • 11 « A second examination of Doctor Comber’s Scholastical history […] during the greatest part of the (...)
  • 12 « The Restoration was both tired and frightened of political and religious innovation and warmly w (...)
  • 13 Rymer T., Sanderson R., Holmes G. (éd.), Foedera, conventiones, litterae, et cujuscunque generis A (...)
  • 14 « This fire of Contention, for at least an Hundred Years, hath sometimes been kept smothering in, (...)
  • 15 Oldmixon J., History of England, during the Reigns of the royal House of Stuart, 1730.
  • 16 « Century: a name given by historians, who distinguish time by centuries, which is generally the m (...)

6Ainsi, on retrouve plusieurs pamphlets puritains dans lequel le terme de siècle est utilisé dans une perspective millénariste. Ainsi à l’occasion du régicide de 1649, un auteur célèbre la venue de temps nouveaux à partir des prophéties d’Amos. Le tyran est mis à mort à l’âge de 49 ans (7x7) au « dix-septième siècle », l’événement est réintégré au cœur d’une temporalité biblique entre la fondation du Temple de Jérusalem et le retour du Messie10. Au temps de la Restauration des Stuarts, le siècle est donc associé à des usages subversifs et la plupart des auteurs limitent son usage aux écrits patristiques ou aux martyrologies11. La Réforme est utilisée pour donner une unité au XVIe siècle avec sa litanie de martyrs de Henri VIII à Élisabeth. Une histoire du XVIe siècle fait son apparition mais celle du XVIIe siècle tarde à venir. À la différence de la France, la querelle des Anciens et des Modernes qui se déroule à Londres n’a pas produit pas de « Grand Siècle ». En célébrant le siècle de Louis le Grand, Charles Perrault invente une période constituée en rupture avec les guerres de religion et organisée autour de l’annonciation de sa naissance (Louis Dieudonné), de sa lutte héroïque contre la Fronde et puis de son triomphe à Versailles et en Europe. La matière de l’histoire est ainsi donnée par le souverain et les institutions qu’il soutient. Outre-Manche, compte tenu de la violence des affrontements et des ruptures politiques, aucun courtisan à la Restauration de 1660 ne s’aventurerait à célébrer le siècle des Stuarts12. La nouvelle monarchie elle-même ne dispose pas non plus d’un mécénat comparable à celui des Bourbons qui serait susceptible de provoquer un large débat sur les modalités de la représentation temporelle du prince. La charge d’historiographe est attribuée tardivement 1698 à Thomas Rymer mais ce dernier s’attache prudemment à la publication d’archives médiévales13. Ce n’est que de manière marginale que les crises vécues par les contemporains sont rassemblées dans un siècle. L’arrivée de Guillaume III en 1689 est célébrée de manière officieuse par quelques pamphlets qui évoquent la fin d’un « feu de discorde ayant couvert pendant cent ans14 ». La période retenue correspond à l’avènement des premiers Stuarts en 1603 jusqu’à l’exil de James II en 1688. Cette position est reprise au siècle suivant par certains historiens whigs comme John Oldmixon mais elle est loin d’être consensuelle15. Dans le Dictionary of the English Language de Samuel Johnson en 1755, le siècle reste défini soit par son usage dans l’histoire ecclésiastique, soit par son utilisation par des scientifiques comme Robert Boyle16.

  • 17 Macaulay T. B., Character of the Clergy in the latter part of the Seventeenth Century, Londres, J. (...)

7En somme, il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour voir se multiplier les références au dix-septième siècle. Les érudits commencent à l’utiliser, comme Righard Gough dans son Sepulchral monuments in Great Britain […] at the different periods from the Norman Conquest to the seventeenth century (1786). L’expression se généralise au cours du XIXe siècle lorsque les affrontements entre jacobites et Hanovriens, entre républicains et monarchistes ont perdu leur capacité de mobilisation. La révolution cromwellienne est acceptée comme un épisode à part entière d’une histoire nationale « sécularisée ». L’expression trouve ici toute sa signification. La différence observée au XVIIe siècle entre les usages scientifiques et historiques disparaît au profit d’une science historique susceptible d’être subdivisée en siècles. Le dix-septième siècle anglais trouve alors ses lettres de noblesses sous la plume d’historiens réputés comme Thomas Babington Macaulay ou Leopold von Ranke et devient lui-même un « personnage » historique mi-factuel, mi-fictionnel17.

De la créativité des découpages alternatifs

  • 18 Cette approche statistique n’a aucune prétention à l’exhaustivité et doit être interprétée avec la (...)

8Tardivement reconnu, le marqueur séculaire fait l’objet de remises en question assez précoce. Si l’on se reporte aux titres des ouvrages catalogués dans la Bibliography of British and Irish History, on constate la multiplication de dénominations alternatives à partir des années 1960. La période est tantôt absorbée par des appellations plus larges (Early Modern), tantôt coupée en deux ou en trois dans des études privilégiant le début (Early Stuart, Long Reformation), le milieu et la fin du siècle (Later Stuart, Long Eighteenth Century18).

Tableau 1 – Titres des ouvrages catalogués dans la Bibliography of British and Irish History.

  • 19 Everitt A., « Social mobility in early modern England », Past and Present, vol. 33, 1966, p. 16-55 (...)
  • 20 Voir par exemple: Rowen H., History of Early Modern Europe. 1500-1815, Indianapolis, Bobbs-Merrill (...)
  • 21 « A wearisome insistence on cataclysm, crisis, and revolution. » Laslett P., The World We Have Los (...)
  • 22 Starn R., « The Early Modern Muddle », Journal of Early Modern History, vol. 6, 2002, p. 296-307.
  • 23 « Relatively little structural change took place in English society between the fourteenth and the (...)
  • 24 Shepard A., Walker G. (dir.), Gender and Change: Agency, Chronology and Periodisation, Chichester, (...)

9L’expression Early Modern England connait la progression la plus remarquable. Apparaissant dans l’historiographie à partir des années 1960, notamment dans les travaux d’Alan Everitt, elle connaît une croissance exponentielle à partir des années 198019. Son succès pourrait être imputé à sa remarquable plasticité. Similaire en cela aux montres molles de Dali, ce marqueur renvoie tantôt au découpage français de l’histoire moderne (XVIe -XVIIIe siècles), tantôt il exclut le XVIe siècle ou le XVIIIe siècle et parfois se limite au seul XVIIe siècle20. Son usage est aussi justifié par le souci de se débarrasser d’une encombrante histoire événementielle et de son cortège « de cataclysme, de crises et de révolution21 ». Cette orientation s’inscrit dans le discrédit de l’histoire whig mais elle se nourrit des échanges universitaires avec l’Amérique et le continent22. L’expression d’Early modern apparaît, dès les années 1940, aux États-Unis et désigne une transition économique entre la féodalité européenne et la modernité inaugurée par la guerre d’indépendance de 1776. Depuis le continent, les réflexions de Fernand Braudel sont aussi influentes. Lawrence Stone s’en inspire explicitement dans The Crisis of Aristocracy en évoquant la faiblesse des « changements structuraux » de la société anglaise entre le XIVe siècle et le XIXe siècle. La distribution des rôles entre les classes sociales serait le principal ingrédient des crises politiques23. Il faut aussi tenir compte de la contribution de nouveaux champs historiographiques comme les Gender studies. Un élève de Lawrence Stone, Thomas Laqueur, défend l’idée d’une conception pré-moderne du genre qui serait fondée sur le principe d’indétermination des sexes et de la confusion entre les espaces publics et privés. De même, Joan Kelly, rejette la périodisation de la Renaissance dans la mesure où celle-ci se serait traduite par une détérioration des conditions de vie pour les femmes. La notion d’Early Modern, en occultant la chronologie institutionnelle, redonne aux femmes une nouvelle visibilité dans les grandes évolutions de la société24.

  • 25 Lake P., Pincus S., « The Strange Death of Political History »: [http://www.historyworkingpapers.o (...)
  • 26 « This allow us to talk about English modernity without falling into the trap of “modernization” t (...)

10Le choix de bâtir les périodes à partir du critère de la modernité répond aux aspirations d’une large partie de la communauté historienne. Pour relancer l’intérêt du public vis-à-vis de l’histoire politique, une périodisation plus élargie permettrait d’abandonner une narration traditionnelle des affrontements entre le roi et son Parlement au profit d’une nouvelle histoire sociale et politique des États européens25. Dans le sillage du linguistic turn, l’usage du terme « modern » est justifié par Philip Withington qui décèle son usage dès la fin du XVIe siècle. Les contemporains sont donc conscients d’un changement de temporalité et ce dernier s’inscrit dans un zèle humaniste gagnant les clercs, les gentlemen et la population urbaine. Cette modernité n’est pas une invention des historiens et pour être bien comprise, elle doit être restituée dans la diversité de ses significations. Elle désigne de nouvelles formes d’interactions sociales et l’émergence d’un Commonwealth réglé par les valeurs de civilité et de solidarité qui ne sont pas celles associées habituellement à la modernité (État, administration, centralisation26). Bien plus pertinent qu’un découpage séculaire, la notion de pré-modernité donnerait une nouvelle cohérence aux transformations politiques et sociales des âges Tudor et Stuart.

  • 27 Dickson P. G. M., The Financial Revolution in England. A Study in the Development of Public Credit (...)
  • 28 Voir à ce sujet OGorman F., The Long Eighteenth Century: British Political and Social history, 16 (...)
  • 29 Hoppitt J. (dir.), Parliaments, Nations and Identities in Britain and Ireland, 1660-1850, Manchest (...)
  • 30 « The year 1649 is a point not only on the traditional trajectory of dynastic history; it is also (...)

11Une telle conception contribue à rattacher les années 1600-1688 à l’esprit civique et humaniste des Tudors. Simultanément, elle placerait la décennie 1690 dans le XVIIIe siècle au moment où une autre forme de modernité se dégage autour de l’État militaro-fiscal. Ainsi à la pré-modernité succèderait le Long Eighteenth century, une expression qui prend sa source dans divers travaux sur la révolution fiscale ayant eu lieu après 168827. L’intense activité législative du Parlement, l’entrée du royaume dans la seconde « guerre de Cent Ans » ainsi que le renforcement des départements ministériels ont ainsi conduit certains historiens à rattacher les années 1690 au XVIIIe siècle. La nouvelle période trouve sa cohérence dans la naissance d’une économie politique qui assigne à l’État de nouvelles responsabilités vis-à-vis de la société et de sa prospérité. Il est possible aussi que le succès de la formule ait bénéficié du bicentenaire de la Glorieuse Révolution et du souci de réhabiliter l’importance de l’événement dans la conscience collective autant que dans les hiérarchies sociales28. Mais, si le critère retenu est celui des innovations observées dans les pratiques législatrices au Parlement, alors le Long Eighteenth Century pourrait absorber toute ou partie de la Restauration. À partir d’une analyse des taux d’échec ou de survie des projets de lois, Julian Hoppitt estime que les années 1660 constituent un jalon essentiel, il en va de même pour les premières lois autour de la réglementation de l’économie. Du point de vue de l’histoire urbaine, Peter Borsay estime également que la « renaissance » des villes se produit à partir de 1660 et intègre aussi la Restauration dans un long Eighteenth-century29. Une proposition plus audacieuse encore, serait de constituer une histoire culturelle comprise entre les révolutions anglaise et française. De 1650 à 1790, l’échelle d’observation serait propice à la mise en valeur d’une continuité de la pensée républicaine, des pratiques sexuelles et esthétiques au-delà des ruptures dynastiques. L’exécution de Charles Ier inaugure des modes de représentation qui se répercutent et s’entretiennent jusqu’à l’exécution de Louis XVI30.

  • 31 Spurr J., « The English “Post-Reformation”? », The Journal of Modern History, vol. 74, 2002, p. 10 (...)
  • 32 Spurr J., The Post-Reformation: Religion, Politics and Society in Britain, 1603-1714, Harlow, Pear (...)

12Parallèlement, d’autres découpages rattachent le début du XVIIe siècle à un long seizième siècle, diversement qualifié de Renaissance, de Long Reformation ou de Post-Reformation. Ces expressions ne sont pas synonymes, la première se rapporte plus exclusivement à l’histoire culturelle et littéraire alors que les deux dernières dénominations sont liées au débat entre A. G. Dickens et Christopher Haigh sur les limites chronologiques de la Réforme anglicane. Cette dernière apparaît inachevée à la fin du règne d’Élisabeth, le découpage séculaire risque ainsi d’occulter les résistances multiples des catholiques ou des puritains. Les dénominations de Post ou de Long Reformation sont définies avec plus de précision ce qui témoigne de la sensibilité nouvelle attachée aux questions de périodisation31. Il s’agit de reprendre une formule ancienne associée à l’érudition ecclésiastique pour mieux approcher le destin des communautés protestantes ou catholiques à travers une approche associant l’histoire sociale et politique. John Spurr se refuse d’interpréter les débats sur la tolérance ou la coexistence confessionnelle comme l’indice d’une modernité ou d’une forme de sécularisation : la religion n’est pas un problème politique moderne comme l’inflation32.

  • 33 Davies G. The Early Stuarts, 1603-1660, Oxford, 1937; Clark G., The Later Stuarts, 1660-1714, Oxfo (...)
  • 34 De nombreux historiens ont souligné les problèmes posés par le découpage early/later Stuarts. Voir (...)
  • 35 Croft P. (1601-1612); Fincham K. (1630-1640), Hughes A. (1650-1660), Spurr J. (1670-1680), Rose C. (...)
  • 36 « To give a sense of what it was like to live through these years, to live from day to day, month (...)

13Il convient également de rappeler les découpages du siècle à une plus grande échelle, d’une génération (30 ans) ou bien d’une décennie. Dans le premier cas, on pourrait évoquer l’exemple de la première Oxford History of England de George Clark et de Godfrey Davies33. Ils consacrent la moitié du XVIIe siècle comme la principale séparation en deux champs historiographiques bien distincts et qui ont évolué de manière autonome dans les décennies suivantes. Les éditions en cours de la New Oxford History accentuent le découpage en introduisant un troisième marqueur dans le siècle. Ainsi, un premier volume publié en 2000 par Julian Hoppitt traite des années 1689-1727 et les deux prochains volumes aborderont respectivement les années 1603-1642 et 1642-1689. L’intérêt de ces trois volumes tient à la prise en compte du long Eighteenth century et au souci de ne plus sacrifier les années 165034. Dans le second cas, la compréhension du siècle à travers le prisme d’une décennie, les éditions Blackwell ont confié à divers spécialistes un balayage systématique de la période35. Pour l’un des auteurs, il s’agit restituer le vécu quotidien des Anglais en essayant d’occulter les évolutions ultérieures. La très grande échelle est présentée comme un remède aux tentations téléologiques36.

Un siècle en résistance

  • 37 Pour une « réhabilitation » du siècle en France, on se reportera à Milo D. S., Trahir le temps, Pa (...)
  • 38 « By the end of our period, the Good old Cause was dead; the organisation of trade unions was just (...)
  • 39 MacLachlan A., The Rise and Fall of Revolutionary England. An Essay in the Fabrication of Seventee (...)
  • 40 Hobsbawm E. J., « The General Crisis of the European Economy in the Seventeenth Century », Past an (...)
  • 41 Scott J., England’s troubles. Seventeenth-century English political instability in European contex (...)

14Cependant, en dépit de ces attaques, la périodicité séculaire s’est maintenue dans un nombre important d’études. Non sans nier son caractère arbitraire, bien des historiens lui reconnaissent une pertinence durable37. Ainsi Christopher Hill lui a été fidèle dans la plupart de ses publications jusqu’en 1990. Il est difficile d’interpréter cet attachement et l’on est réduit à formuler des hypothèses. Ce siècle « brillant » et « déroutant » a vu naître par la Révolution une puissance capitaliste respectueuse des libertés religieuses et dont la légitimité repose sur le seul Parlement. Les mouvements syndicaux y trouvent aussi leurs origines38. Cette périodisation permet d’établir une continuité entre les siècles, chacun d’entre eux ayant connu la même confrontation dialectique entre des groupes dominants et dominés. Qualifier les aspirations populaires d’Early Modern serait une manière de les disqualifier, de les situer dans une temporalité qui nous serait devenue inaccessible. Alastair Mac Lahan explique que pour Christopher Hill, le XVIIe siècle est devenu le lieu fondateur de la Révolution, les époques anciennes et médiévales étant considérées comme trop ésotériques et le XVIIIe siècle apparaissant comme trop moderne. On ne peut non plus exclure une dimension millénariste dans l’attachement au marqueur séculaire, une sensibilité qui serait commune aux puritains et au marxisme39. Le XVIIe siècle a aussi bénéficié des débats à l’échelle du continent sur la notion de « crise européenne ». Le marqueur séculaire a ici l’avantage de faciliter les comparaisons avec les évolutions en Espagne ou en France40. Dans la lignée de cette tradition, Jonathan Scott réaffirme son attachement au cadre séculaire afin de mieux restituer l’expérience anglaise des crises politiques dans un contexte européen. La dédicace qu’il consacre à Leopold Von Ranke est de ce point de vue explicite41. En 1986, la fondation de la revue anglaise Seventeenth Century (Manchester University Press) confirme l’attachement au siècle et à ses atouts. Outre de ménager un cadre favorable à l’histoire comparée, il facilite les perspectives interdisciplinaires, le premier objectif de cette revue.

  • 42 Chakrabarty D., Provincializing Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris (...)
  • 43 Goody J., Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde,(...)
  • 44 Canny N. (dir.), The Oxford History of the British Empire, volume I, The Origins of Empire. Britis (...)

15Dans la dernière décennie, le refus d’utiliser l’expression Early Modern s’accompagne de justifications plus détaillées. Ainsi dans les travaux récents sur les empires, des colonial studies au subaltern studies, plusieurs historiens mettent en garde contre les confusions nées d’un usage abusif de la modernité. Le risque d’imposer une modernité européenne dans une construction narrative assignant les autres populations à un ordre historique antérieur. Dans ce cas, la première modernité peut apparaître comme une forme d’historicisme déguisé : « L’historicisme posait donc le temps historique comme une mesure de la distance culturelle supposée séparer l’Occident du monde non-occidental42. » La rencontre des Européens et des « autres » pour être mieux restituée doit se dégager d’une temporalité linéaire au profit d’autres historicités plus circulaires ou cosmologiques. Le millénaire est alors suggéré comme une catégorie temporelles alternative dans la mesure où les « autres » ont d’autres millénaires à l’esprit que ceux de l’Europe : « La belle linéarité des modèles téléologiques […] doit être replacée par une historiographie qui envisage la périodisation de façon plus flexible43. » Dans la préface au premier volume de l’Oxford History of the British empire, Nicolas Canny souligne que cette période n’est en rien moderne. Elle se caractérise par une faible mobilisation des gouvernements en faveur des territoires outre-atlantiques, par l’absence d’une conscience impériale et par la confusion maintenue entre les plantations d’Amérique et celles d’Irlande44. En dépit de toutes ses connotations, le marqueur séculaire apparaitrait moins problématique que des chronologies fondées sur l’encombrante modernité.

  • 45 Gowing L., Common Bodies Women, Touch and Power in the Seventeenth century England, New Haven, Yal (...)

16Du côté de la gender history, divers auteurs expriment leur réticence vis-à-vis de la première modernité. Ainsi, Laura Gowing, prend ses distances avec la coupure établie par Thomas Laqueur entre une sexualité pré-moderne et moderne. Elle insiste sur la nécessité de mieux contextualiser les textes médicaux, les archives judiciaires afin de montrer qu’il n’y a pas qu’une conception du corps, que les contradictions entre les sphères publiques et privées sont déjà présentes au XVIIe siècle. Le siècle ne sert pas à marquer une rupture épistémologique mais permet de délimiter un corpus, de poser une limitation artificielle à des seules fins méthodologiques45.

  • 46 Morrill J.« The County Community in Stuart Historiography », Journal of British Studies, vol. 19, (...)
  • 47 Worden K., Fritze R. H., Robison W. B. (dir.), Historical Dictionary of Stuart England, 1603-1689, (...)
  • 48 « Stuart Britain developed a distinctive polity, distinctive political and religious mentalities, (...)

17Enfin, le cadre séculaire est préservé dans les ouvrages portant le titre Stuart England. La persistance de la terminologie Stuart peut s’expliquer par le succès et la cohérence des Tudor Studies : un champ d’étude bien délimité et ayant bénéficié de parrains prestigieux comme Geoffrey Elton. Ainsi, il est probable que plusieurs de ses anciens élèves comme John Kenyon ou Blair Worden ont souhaité s’inspirer de la résistance des Tudor Studies pour réanimer les études Stuart autour d’une réhabilitation de la high politics. Après avoir souligné les perspectives erronées d’une idéologie parlementariste, ils ont éclairé les liens de continuité dans le travail des administrateurs Tudor et Stuart. Toutefois, l’attachement au marqueur dynastique ne s’insère pas nécessairement dans une sensibilité révisioniste. Clive Holmes l’utilise pour souligner le rapport essentiel entre localité et politique nationale. Dans cette perspective, il estime essentiel de garder à l’esprit le facteur dynastique mais il se démarque aussi des travaux de John Morrill qui privilégie l’hypothèse d’un désintérêt des acteurs locaux vis-à-vis de la High politics des Stuarts46. Enfin, le marqueur dynastique relève aussi d’un choix éditorial dans la plupart des manuels et dictionnaires destinés au grand public ou aux étudiants47. Cette dénomination n’est pas toujours bien assumée. Ainsi, dans la grande synthèse dirigée par Barry Coward en 1980, le choix de la terminologie Stuart est justifié par la volonté de redonner une plus grande lisibilité à la période et de lutter contre les empiètements des autres périodes prédatrices. Cette initiative répond à un besoin du public en faveur d’une meilleure lisibilité de la période. L’ouvrage est d’ailleurs réédité en 1994 et en 2003. Dans la dernière édition, Barry Coward estime que l’essentiel est de présenter à la fois des éléments de continuités et de rupture et finit par admettre qu’en définitive, la notion d’Early modern serait la plus pertinente48 !

  • 49 « Considerations of the size of the volume and the economics of publishing made that choice imprac (...)

18Ainsi, il faut bien reconnaître que l’intitulé des titres ne correspond pas nécessairement à un parti pris dans le débat sur la périodisation. Ainsi, le Historical Dictionary of Stuart England s’arrête en 1689 en dépit du souhait initial des éditeurs d’intégrer les règnes de Guillaume III et d’Anne Stuart. De leur propre aveu, des considérations pratiques – la taille du volume – ainsi qu’une logique commerciale les ont conduit à renoncer à leur projet49. Les choix de périodisation ne résultent donc pas seulement de questionnements herméneutiques. Il conviendrait alors d’aborder le rôle des institutions des coupes budgétaires pourraient favoriser un regroupement de plusieurs siècles celui du marché du livre ou encore des effets générationnels : le retour à la terminologie Stuart pourrait passer pour une forme de provocation à l’encontre des anciens épris de longue durée.

19Au terme de ce tour d’horizon, on voit que les débats autour du siècle anglais sont indissociables d’une réflexion sur les variations d’échelle susceptibles de rendre compte des ruptures et des continuités de la période. Les multiples travaux autour de la mémoire et de l’historicité conduisent à une prise de conscience plus aigüe de l’étendue des répercussions méthodologiques de chacune des périodisations. Conçu comme un nouveau cadre d’observation par les scientifiques à partir des années 1650, le siècle est aussi associé à une culture millénariste qui compromet ensuite sa réutilisation par les historiens de la Restauration. L’institutionnalisation du dix-septième siècle est ainsi bien plus tardive qu’en France. Triomphant dans l’histoire libérale et marxiste, le XVIIe siècle continue de faire partie de l’outillage des historiens aux côtés d’un nombre croissant de découpages alternatifs. La progression de l’Early Modern, du long Eighteenth Century ou de la Post-Reformation n’a pas compromis la valeur heuristique du dix-septième siècle. Ces débats autour de la périodisation renvoient bien à notre perception présente du passé : la chronologie Stuart a perdu de sa dimension épique (les luttes parlementaires contre les mauvais rois), la modernité perd aussi de son attrait. Que faut-il souhaiter comme dénomination pour les années 1600-1700 dans notre ère post-moderne ? Une certitude : l’absence de consensus et la diversité des approches constituent de ce point de vue une chance dont il faudrait plutôt se réjouir.

Notes

1 Rohou J., « La périodisation : une reconstruction révélatrice et explicatrice », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 5, 2002, p. 709.

2 Furet F., L’atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982, p. 71. De même, Patrick Boucheron estime que les périodisations médiévale ou moderne « exhibent avec assez d’ingénuité leurs artifices, tandis que les siècles affectent une plus grande neutralité, alors qu’ils se prêtent aisément, on l’a vu, au même jeu de rôle dès lors qu’on les personnalise en leur opposition tenace », Boucheron P., L’entretemps : conversations sur l’histoire, Lagrasse, Verdier, 2012, p. 106.

3 Jouhaud C., Sauver le Grand Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Le Seuil, 2007, p. 7.

4 « It can be useful to separate England from the wider entity of Britain and Ireland […] the study of English history in isolation allows examination of certain trends which can get lost in the complexities of multinational interaction », Claydon T., McBride I., Protestantism and National Identity: Britain and Ireland, c. 1650-c. 1850, Cambridge, CUP, 1998, p. 9.

5 The perception of the past in early modern England: the Creighton Trust lecture 1983, Londres, IHR, 1983; Walsham A., « History, Memory, and the English Reformation », The Historical Journal, vol. 55, 2012, p. 899-938.

6 Woolf D., The Social Circulation of the Past. English Historical Culture, 1500-1730, Oxford, OUP, 2003, p. 48.

7 Voir par exemple: A century of the names and scantlings of such invention, Londres, 1663; A century of reasons for subscription and obedience to the laws and government of the Church of England, 1663; A century of sermons upon several remarkable subjects preached by the Right Reverend Father in God, John Hacket, Londres, 1675.

8 Hunter M. (dir.), The Correspondence of Robert Boyle: 1668-1677, vol. IV, Londres, Pickering & Chatto, 2001, p. 189-191. Sur les sciences de la terre, voir par exemple : A century of observations : containing further discoveries of the nature of the hot waters at Bathe, Londres, 1686 ; sur les liens entre progrès scientifiques et écriture du temps, on se reportera à Pomian K., Sur l’histoire, Paris, Gallimard, 1999.

9 A dissertation upon the beginning of the next century: and the solution of the problem to know which of the two years 1700 or 1701 is the first of the next century?, Londres, 1699, p. 141.

10 « When the Bishops lands sold, rhetoricks flowers out of request, puts down their kings, he beheaded four and twentieth from the Conquest, aged seven times seven, in the Seventeenth Century », For the most honorable states sitting at White-Hall The words of Amos, 1649, p. 2.

11 « A second examination of Doctor Comber’s Scholastical history […] during the greatest part of the fourth century by S. B »; A cloud of vvitnesses, or, The sufferers mirrour made up of the swan-like-songs and other choice passages of several martyrs and confessors to the end of the sixteenth century, Londres, 1665.

12 « The Restoration was both tired and frightened of political and religious innovation and warmly welcome a return to the classical paideia, with its promise of politica stability – a stability based (as in ancient Rome) on deference to an aristocratic governing class that once had been and could not be again. » Levine J. M., Between the Ancients and the Modern. Baroque Culture in Restoration England, New Haven, Yale University Press, 1999, p. 38.

13 Rymer T., Sanderson R., Holmes G. (éd.), Foedera, conventiones, litterae, et cujuscunque generis Acta publica. Ab anno 1101, Londres, 1704-1732, 20 volumes.

14 « This fire of Contention, for at least an Hundred Years, hath sometimes been kept smothering in, and sometimes Vesuvius like hath burst out into such Flames as have endanger’d the whole country. » The Unprejudic’d Laymen, 1690, cité par Hoppitt J., A Land of Liberty. England 1689-1727, Oxford, OUP, p. 2.

15 Oldmixon J., History of England, during the Reigns of the royal House of Stuart, 1730.

16 « Century: a name given by historians, who distinguish time by centuries, which is generally the method of ecclesiastical history. A hundred: usually employed to specify time; as in the second century. The nature of eternity is such, that though our joys, after some centuries of years, may seem to have grown older by having been enjoyed so many ages, yet will they really still continue new. Boyle. », Johnson S., Dictionary of the English Language, Londres, 1785 [6e édition].

17 Macaulay T. B., Character of the Clergy in the latter part of the Seventeenth Century, Londres, J. Deighton, 1849; Ranke L., History of England-Principally in the Seventeenth Century, Oxford, Clarendon Press, 1875. Sur les liens entre périodisation et personnification, on se reportera à Dumoulin O., « La guerre des deux périodes », Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHESS, 1991, p. 146.

18 Cette approche statistique n’a aucune prétention à l’exhaustivité et doit être interprétée avec la prudence dans la mesure où la formulation des titres ne renvoie pas nécessairement au contenu de l’ouvrage ou à une méthode précise.

19 Everitt A., « Social mobility in early modern England », Past and Present, vol. 33, 1966, p. 16-55. La première occurrence apparaît cependant de manière plus précoce lors d’une conférence de William Johnson intitulée Early Modern Europe à la fin du XIXe siècle, une notion qu’il définit comme « the beginning of a dialogue […] between the relatively recent and the thoroughly ancient past ». Mais sa préférence pour cette nouvelle périodisation ne suscite guère d’enthousiasme dans les milieux universitaires. Withington P., Society in Early Modern England: The Vernacular Origin of some Powerful Idea, Cambridge, CUP, 2010, p. 20.

20 Voir par exemple: Rowen H., History of Early Modern Europe. 1500-1815, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1966; Sharpe J. A., Early Modern England: A Social History 1550-1760, Londres, Arnold, 1997; Loades D. M., Early modern England, 1485-1714: a Narrative History, Wiley, 1999; Sharpe K., Remapping early modern England: the culture of Seventeenth-Century Politics, Cambridge, CUP, 2010.

21 « A wearisome insistence on cataclysm, crisis, and revolution. » Laslett P., The World We Have Lost, Londres, Methuen, 1971, p. 16.

22 Starn R., « The Early Modern Muddle », Journal of Early Modern History, vol. 6, 2002, p. 296-307.

23 « Relatively little structural change took place in English society between the fourteenth and the nineteenth centuries: what altered was the role of the various social classes », The Crisis of Aristocracy, Oxford, Clarendon Press, 1965, p. 5.

24 Shepard A., Walker G. (dir.), Gender and Change: Agency, Chronology and Periodisation, Chichester, Wiley-Blackwell, 2009.

25 Lake P., Pincus S., « The Strange Death of Political History »: [http://www.historyworkingpapers.org].

26 « This allow us to talk about English modernity without falling into the trap of “modernization” theory, a troubled (and troubling) perspective which assumes that the concept of “modern” inevitably orientates societies temporally forward, towards a preconceived and progressive future », Withington P., Society, op. cit., p. 1.

27 Dickson P. G. M., The Financial Revolution in England. A Study in the Development of Public Credit, 1688-1756, Londres, St Martin’s Press, 1967.

28 Voir à ce sujet OGorman F., The Long Eighteenth Century: British Political and Social history, 1688-1832, Londres, Arnold, 1997, p. xi et suivantes.

29 Hoppitt J. (dir.), Parliaments, Nations and Identities in Britain and Ireland, 1660-1850, Manchester, Manchester University Press, 2003; Borsay P., The English Urban Renaissance: Culture and Society in the Provincial Town 1660-1770, Oxford, Clarendon Press, 1989.

30 « The year 1649 is a point not only on the traditional trajectory of dynastic history; it is also a critical moment in the history of sexuality and aesthetics, even in the history of romanticism », Sharpe K., Zwicker S. (éd.), Refiguring revolutions. Aesthetics and Politics from the English Revolution to the Romantic Revolution, Berkley, University of California Press, 1998, p. 20.

31 Spurr J., « The English “Post-Reformation”? », The Journal of Modern History, vol. 74, 2002, p. 101-119; Burgess G., British Political Thought, 1500-1660 The Politics of Post Reformation, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan, 2009; Bates L., « The limits of possibility in England’s Long Reformation », The Historical Journal, vol. 53, no 4, 2010, p. 1049-1070.

32 Spurr J., The Post-Reformation: Religion, Politics and Society in Britain, 1603-1714, Harlow, Pearson Longman, 2006, p. 5.

33 Davies G. The Early Stuarts, 1603-1660, Oxford, 1937; Clark G., The Later Stuarts, 1660-1714, Oxford, 1934.

34 De nombreux historiens ont souligné les problèmes posés par le découpage early/later Stuarts. Voir à ce sujet, Hirst D., « Location the 1650s in England’s Seventeenth-centurty », History, vol. 81, 1996, p. 359-383.

35 Croft P. (1601-1612); Fincham K. (1630-1640), Hughes A. (1650-1660), Spurr J. (1670-1680), Rose C. (1690-1700).

36 « To give a sense of what it was like to live through these years, to live from day to day, month to month, unsure of the next twist or turn in events », Spurr J., England in the 1670’s: « This Masquerading Age », Malden, Mass., Blackwell, 2000, p. xii.

37 Pour une « réhabilitation » du siècle en France, on se reportera à Milo D. S., Trahir le temps, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

38 « By the end of our period, the Good old Cause was dead; the organisation of trade unions was just beginning. » Hill C.., The Century of Revolution. 1603-1714, Londres, Routledge, 1961, p. 266.

39 MacLachlan A., The Rise and Fall of Revolutionary England. An Essay in the Fabrication of Seventeenth-Century History.

40 Hobsbawm E. J., « The General Crisis of the European Economy in the Seventeenth Century », Past and Present, vol. 5, 1954, p. 33-53; Trevor-Roper H. « The General Crisis of the Seventeenth Century », Past and Present, vol. 16, 1959, p. 31-64.

41 Scott J., England’s troubles. Seventeenth-century English political instability in European context, Cambridge, CUP, 2000.

42 Chakrabarty D., Provincializing Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Editions Amsterdam, 2009, p. 39 ; Duara P. « Histoire et concurrence des temps », Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 117, 2013, p. 26-41.

43 Goody J., Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010, p. 20.

44 Canny N. (dir.), The Oxford History of the British Empire, volume I, The Origins of Empire. British Overseas Enterprises to the Close of Seventeenth Century, Oxford, OUP, 1998, p. xi.

45 Gowing L., Common Bodies Women, Touch and Power in the Seventeenth century England, New Haven, Yale UP, 2003.

46 Morrill J.« The County Community in Stuart Historiography », Journal of British Studies, vol. 19, no 2, 1980, p. 54-73.

47 Worden K., Fritze R. H., Robison W. B. (dir.), Historical Dictionary of Stuart England, 1603-1689, Westport, Greenwood Press, 1996; Coward B. (dir.), A Companion to Stuart Britain, Malden, Blackwell, 2003.

48 « Stuart Britain developed a distinctive polity, distinctive political and religious mentalities, and a distinctive economic and social order that, when taken together, are best described as “early modern” », ibid., p. xxii.

49 « Considerations of the size of the volume and the economics of publishing made that choice impractical », Historical Dictionary, op. cit., p. xviii.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Titres des ouvrages catalogués dans la Bibliography of British and Irish History.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540