Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Première partie. Images de la France et réflexions sur les relations franco-allemandes jusqu'en 1939

Chapitre II. La méthode nazie : les études « raciologiques »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Comprendre l’histoire signifie comprendre l’esprit et l’âme de la race.
(Bernhard Pier, 1935.)

  • 1 Bock, « Tradition und Topik… », op. cit. (voir supra, p. 9), p. 492.
  • 2 Nerlich (Michael), « Aufklärung und Republik – Zum deutsch-französischen Verhältnis, zu Frankreich (...)

1Si personne ne semble avoir assumé jusqu’ici « la tâche atroce de passer au crible la littérature nationale-socialiste sur la France », comme l’a constaté Hans Manfred Bock, grand spécialiste des recherches sur les relations franco-allemandes, il y a une dizaine d’années1, une des raisons réside probablement dans la répulsion qu’éprouve le chercheur face à cet objet d’analyse. Bock n’y a pas non plus échappé, ce qui explique sans doute le fait qu’il n’a pratiquement pas touché à cette littérature dans sa synthèse de l’image de la France en Allemagne de 1925 à 1955, malgré l’abondance phénoménale des livres sur la France parus sous le IIIe Reich, phénomène que Michael Nerlich, directeur de la revue lendemains, a mis en exergue voici un certain temps2. Or, pour pouvoir mesurer exactement la distance qui sépare les écrits de Sieburg et d’autres auteurs, dont nous parlerons, de ceux appliquant l’idéologie raciale nazie, il faut d’abord bien connaître ces derniers.

  • 3 Hitler (Adolf ), Mon Combat, traduction intégrale de « Mein Kampf » par J. Gaudefroy-Demombynes et (...)
  • 4 Pier (Bernhard), Rassenbiologische Betrachtungsweise der Geschichte Frankreichs, Frankfurt a.M., D (...)
  • 5 Todorov (Tzvetan), Nous et les autres – La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Se (...)

2Identifier le point de vue proprement nazi parmi les jugements portés sur la France et les Français n’est d’ailleurs pas chose facile. Certes, Hitler n’a pas manqué de clarté en déclarant, dans Mein Kampf, que « l’ennemi mortel, l’ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France. Peu importe qui a gouverné ou gouvernera la France », et que les Français sont un « peuple qui tombe de plus en plus au niveau des nègres3 ». Mais, interrogé après 1933 sur ces passages, il n’a éprouvé aucune gêne à les relativiser, voire à les refuser comme idées fausses, dues uniquement aux circonstances du moment, en expliquant qu’il aurait changé d’opinion depuis qu’il est devenu chancelier du Reich. Mais, malgré la « propagande pour la paix » officielle à l’égard de la France, entraînant une certaine retenue dans les publications concernant le champ politique, les contours d’un regard proprement nazi sur la France se dégagent à travers les études dites « raciologiques », dont nous avons choisi deux exemples : un ouvrage paru en 1935 chez un éditeur de livres scolaires et sans doute destiné à la « formation continue » des professeurs : Analyse racio-biologique de l’histoire de France, de Bernhard Pier, et un autre, datant de 1937, La France et l’idée raciale, d’Ewald Mangold4, plus élaboré, avec une abondante bibliographie, véritable inventaire de l’histoire de l’idée raciale, bien que cet ouvrage soit présenté comme une publication plutôt « personnelle ». Tous deux relèvent de la catégorie du « racialisme », concept introduit par Tzvetan Todorov dans Nous et les autres5 : « racialiste » se réfère à une théorie des races prétendument scientifique, élaborée par une discipline universitaire appelée « raciologie » (Rassenkunde).

3Dans l’introduction à son livre, Mangold appelle à en finir avec le manichéisme entre francophiles et francophobes qui ne s’appuient pas sur une base « scientifique », sans idées préconçues, dans l’analyse de la France, l’approche raciologique étant la seule à réaliser cet objectif (sic !). Mangold et Pier définissent ainsi d’emblée leurs principes :

« L’analyse racio-biologique saisit l’histoire, pour ainsi dire, à partir de l’intérieur, elle la comprend comme un dynamisme de l’âme raciale. […] Comprendre l’histoire signifie comprendre l’esprit et l’âme de la race. La condition préalable à une telle compréhension est évidemment la connaissance exacte de la composition raciale des peuples. » (Pier, p. 5.)
« L’idée raciale n’est pas, selon cette conception, une invention allemande, mais elle s’offre comme une loi naturelle à chaque peuple. Il dépend de chacun de ces peuples de la saisir et d’en faire le fondement de son existence nationale et ethnique en l’introduisant dans la pensée politique. » (Mangold, p. 10.)

  • 6 Georges Cuvier (1769-1832), Lamarck (1744-1829), Paul Broca (1824-1880), Amédée et Augustin Thierr (...)

4Mangold montre que la France a connu une série remarquable d’anthropologues et paléontologues qui adoptaient l’« idée raciale »6, c’est pourquoi on pourrait même la considérer comme « la patrie de l’idée raciale » (Mangold, p. 22). Mais cela ne signifie pas que cette idée soit acceptée en France, loin de là, ni que ces chercheurs aient élaboré un système anthropologique cohérent et satisfaisant du point de vue national-socialiste.

  • 7 Voici la définition du terme français dans le Nouveau Petit Larousse illustré de 1924 (édition de (...)

5La France serait alors déterminée avant tout par les différentes « races » qui se sont installées durablement sur son territoire, au cours des différentes époques de la préhistoire. Les hommes de Cro-Magnon, dont il y aurait encore des descendants directs en Dordogne, se seraient d’abord imposés : « Leur taille considérable, leur visage bas, large et anguleux les distingue racialement de leurs voisins. » (Pier, p. 8.) Mais ils furent submergés par les « Méditerranéens », venus de l’Afrique du Nord par la péninsule Ibérique. Vers 5000 av. J.-C., toute la France était habitée par cette « race », dont les caractéristiques physiques sont les suivantes : ils sont petits de taille, dolichocéphales7 et ont des cheveux noirs. À l’époque moderne, cette race, « dont les caractéristiques ont déterminé le type national jusque dans la France septentrionale », occupe comme une « masse homogène » le Sud et surtout le Sud-Ouest de la France, mais « du point de vue de la biologie raciale », ces « Méditerranéens », connus dans l’antiquité sous les noms de Ligures ou d’Ibères, « se trouvent dans un processus de recul et d’assimilation forcée. Ce fait se montre aussi dans la ligne politique de la France » (Pier, p. 8-10).

  • 8 Retenons ici également la définition que le Petit Larousse illustré fournit à l’époque : « Se dit (...)

6Au néolithique récent, la « race alpine », brachycéphale8, avait fait irruption en France et s’était finalement sédentarisée au Centre, dans les régions alpines et dans le Sud-Est de la France, avec également des conséquences jusqu’à nos jours : « Cet élément alpin croît et progresse également dans le domaine politique, ce qu’on ne doit pas oublier en ce qui concerne la politique de la France. » (Pier, p. 10.) Évoquant à son tour « la transformation du peuple français vers la brachycéphalie », Mangold souligne l’importance pour la recherche « d’analyser, en prenant l’exemple de la France, les lois et le processus de l’ambition constante de la race alpine de conquérir, après des échecs multiples, peu à peu numériquement et aussi spirituellement du pouvoir et de l’influence au sein d’autres races et sur elles » (Mangold, p. 14).

  • 9 Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter l’ouvrage de synthèse : Deniker (Joseph), Les race (...)
  • 10 Hans F. K. Günther (1891-1968), professeur d’anthropologie sociale à l’université de Iena, n’adhèr (...)
  • 11 Rassenkunde des deutschen Volkes, München, Lehmanns, 1922, d’après Massin, loc. cit.
  • 12 Conte (Edouard)/Essner (Cornelia), La quête de la race – Une anthropologie du nazisme, Paris, Hach (...)
  • 13 Cf. Conte/Essner, ibid., p. 81.

7Ce classement de « races » préhistoriques fut établie par Vacher de Lapouge, mérite que Mangold, qui donne le même schéma que Pier, mais plus détaillé, met en exergue (p. 13 sq.). La craniométrie de Vacher de Lapouge, établie sur la base de travaux antérieurs de Gobineau, mais assez répandue dans l’anthropologie française de la fin du siècle dernier9, fut propagée et complétée en Allemagne par le célèbre raciologue Hans F. K. Günther10 (figurant dans la bibliographie des deux ouvrages), le coryphée de la raciologie pré-nazie qui fut intégrée, non sans problèmes, plus tard à l’idéologie officielle du IIIe Reich. Ses ouvrages raciologiques de vulgarisation étaient des best-sellers sous la république de Weimar, le principal, La Raciologie du peuple allemand, atteignant seize éditions avec un tirage total de 300 000 exemplaires11. On comprend le conflit opposant Günther et les nazis – conflit qui ne pouvait se résoudre autrement que par un rapprochement après 1933 – lorsqu’on sait que pour Günther, tout comme pour le mouvement pour « l’hygiène raciale » en Allemagne, « l’antagoniste de la “race nordique” n’est pas une “race juive” dont aucune classification anthropologique n’avait jusqu’alors postulé l’existence, mais la ténébreuse “race alpine”12 ». Le peuple allemand était en effet considéré comme trop métissé, c’est-à-dire « infecté » par cette « race alpine » ou « orientale » (ostisch), censée être d’origine asiatique et regroupant notamment les peuples slaves, mais en réalité inventée de toutes pièces par Vacher de Lapouge13.

  • 14 Eickstedt (Egon von), Rassekunde und Rassegeschichte der Menschheit, 1934 (d’après la bibliographi (...)

8Dans la chronologie des immigrations sur le sol français, selon Mangold et Pier, viennent alors les Celtes, qu’on « peut mal saisir du point de vue anthropologique » (Pier, p. 11), et les peuples germaniques (Francs, Goths, etc.) ; la romanisation n’était qu’un processus culturel, supposent les auteurs, suivant en cela Eickstedt14, le « sang pur romain » s’étant déjà dilué dans un « pêle-mêle racial », au moment de la conquête de la Gaule, constituant « une bouillie ethnique sur une base méditerranéenne » (Pier, p. 22) ; leur seule cohésion résidait dans les principes romains de la citoyenneté et de la civilisation – principes implantés en Gaule et adoptés d’autant plus facilement que les « Méditerranéens » y étaient aussi dominants.

9Plusieurs phases de germanisation de la moitié septentrionale de la France mirent fin au processus de « dénordification » (Entnordnung) en réussissant une nouvelle « nordification » (Vernordnung) : les relèves dynastiques entre Mérovingiens et Carolingiens, puis entre Carolingiens et Capétiens (d’origine saxonne) renforcèrent à chaque reprise l’élément germanique, explique Pier : « Avec Hugues Capet débuta une longue lignée de rois qui travaillaient consciemment pour la formation d’un royaume à caractère germanique. » (Pier, p. 24.) « Racialement », la noblesse et aussi une partie des « classes moyennes », si l’on peut user de ce terme moderne, étaient de sang germanique, soulignent Pier et Mangold, mais elles étaient minoritaires et exposées à un nouveau processus de « dénordification ». La langue romane triompha, mais « le latin dégénéré fut transformé par la force créatrice germanique en français » (Pier, p. 25). Mangold, comme souvent, va plus loin en considérant le français comme une « langue germanique qui a reçu l’empreinte du latin » (Mangold, p. 89). Par contre, plus conséquemment darwiniste, nous semble-t-il, Pier reconnaît la puissance de la langue latine : « C’est grâce à la langue que les conquérants germaniques pouvaient germaniser Celtes et Slaves, mais non les peuples romans. La langue latine, sous forme du français, certes, se répandit même jusqu’aux Anglais, grâce aux Normands. » (Pier, p. 25.)

  • 15 Ploetz (Alfred), « Soziale Anthropologie », Anthropologie (Kultur der Gegenwart, Teil III, Abt. 5, (...)

10Dans la France contemporaine, plusieurs « races » cohabiteraient alors, selon Pier (p. 25), non pas strictement séparées, mais concentrées dans des régions différentes : la partie septentrionale (au nord de la Loire) est majoritairement « nordique » (représentant 25 % de la population française) ; les régions des Ardennes, de l’Est et du Sud-Est ainsi que du Centre sont « alpines » ou « orientales » (ostisch -50 %) ; la vallée du Rhône, les régions du Sud-Ouest et de l’Ouest jusqu’à la Loire sont « méditerranéennes » ou « occidentales » (westisch -25 %). À la différence de Pier, Mangold admet que la situation « raciale » de la France est tellement difficile à saisir, au xxe siècle, que la répartition de la population selon ces pourcentages – qui proviennent apparemment d’un raciologue allemand, Ploetz15 –, serait plus que douteuse. Pier se réfère à Vacher de Lapouge qui aurait montré qu’un bouleversement des données ethno-raciales se fait en France depuis un certain temps, à savoir la croissance démographique des « brachycéphales » : « La race alpine triomphe sur les races nordique et occidentale. » (Pier, p. 26.) Dans la lutte multi-séculaire entre le Nord et le Midi de la France, qui connaîtrait un rebondissement actuel, il faudrait reconnaître ce combat entre les races pour comprendre la situation. Cependant, ces tensions intérieures ne pourraient pas (ou pas encore) mettre en question le lien unificateur de la civilisation.

11Or, cette classification de prétendues races européennes avait fait son entrée même dans les manuels scolaires français, au moins pour ce qui concerne la préhistoire et les origines de la nation française. Dans le manuel de géographie pour les élèves de première, de Gallouédec et Maurette, publié après la Première Guerre mondiale, on prétend encore reconnaître les traces des Ibères et des Ligures en pays basque et en Provence :

  • 16 Gallouédec (L.)/Maurette (F.), Géographie de la France. Classe première, Paris, Hachette, 51923, p (...)

« 1° Une race d’hommes petits, trapus, au crâne rond, au teint pâle, qui doit rappeler les premiers Celtes, et qui domine encore en Bretagne et dans le Massif Central ; 2° Une race d’hommes grands, aux cheveux blonds ou roux, aux yeux bleus, au crâne rond, au teint vermeil, rappelant les Gaulois, les Francs et les Normands. Ils dominent encore dans le Nord de la France ; 3° Une race d’hommes petits, au teint, aux cheveux et aux yeux bruns, Gréco-latins ou Gallo-Romains, dont le type domine dans le Midi de la France. Mais depuis longtemps et de plus en plus avec le progrès des échanges, les races se mêlent, et leurs caractères spécifiques s’amalgament, se fondent et s’atténuent pour donner le type moyen du Français moderne16. »

12La différence par rapport aux approches racialistes réside chez les auteurs du manuel dans la mise en exergue du métissage et de l’assimilation, tandis que les idéologues racistes (français et allemands) insistent sur la prédominance de plus en plus forte, à leurs yeux, d’une race inférieure (la « race alpine ») sur une race supérieure en « valeur » (les « aryens », la « race nordique »), mais trop faible numériquement. De l’axiome de l’unification, principe inébranlable de l’esprit républicain français, découle aussi le fait que les considérations « raciales », plus ou moins présentes dans l’analyse des différentes régions de la France, n’ont aucune conséquence sur le plan politique, tandis que le « principe racial », pour les auteurs racialistes allemands, n’est que la base et le point de départ de l’analyse historico-politique.

13La domination germanique en France a duré à peu près jusqu’à 1600, selon Pier, elle fut relayée par l’essor du Midi (à travers la Renaissance) qui a entraîné une lutte permanente entre les deux parties de la France durant jusqu’à nos jours. Contestant vivement l’idée d’une civilisation médiévale internationale, l’auteur rappelle que l’art gothique est né en Normandie :

« Ce ne sont pas les idées de l’art gothique ou de la chevalerie qui étaient internationales, mais les lieux où leur porteurs habitaient ; l’idée est issue de la race nordique et racialement déterminée […], l’énigme de l’internationalité se résout par le fait que partout dans l’Occident de l’époque une couche de seigneurs était établie qui, ressentant l’expression française de l’être germanique comme propre à sa nature, l’adopta et la développa. » (Pier, p. 28.)

14Mangold, en revanche, insiste moins sur la coexistence séparée des « races », admettant la relève latine pour l’an Mil, déjà, grâce à la fusion ethnique, dans laquelle « la constitution est germanique ; les mœurs et la disposition intérieure de la mentalité sont métissées de courants gallo-romano-germaniques, où la part romaine domine ». Fusion ne signifie donc pas unité, mais persistance d’un combat entre les « composantes ethniques » d’un même peuple :

« Ce qui s’est passé dans les chambres des lettrés, dans le combat spirituel entre thèse et réfutation, attaque et défense, n’était que l’expression d’une même lutte entre des âmes raciales s’excluant réciproquement, comme cela s’est joué dans les rencontres décisives sur les champs de bataille de la France. » (Mangold, p. 28 sq.)

15L’opposition entre le Nord et le Sud de la France pose des problèmes de cohérence idéologique pour ces auteurs racialistes : Pier attribue la culture chevaleresque provençale à l’esprit nordique, incarné dans « la caste de chevaliers germaniques en Provence » (Pier, p. 31). C’est identique pour le combat Nord/Sud à partir du xvie siècle : l’opposition entre le « rationalisme latino-méditerranéen » et le « vitalisme nordique » (nordisches Lebensgefühl) se retrouvait, dit-il, sur le plan religieux dans celle qui existait entre le catholicisme et le mouvement huguenot (ce dernier incarnant l’esprit nordique !). Il faut voir les choses non pas géographiquement, mais « racialement », dit l’auteur pour s’essayer à expliquer cette incohérence évidente. Mangold, réfléchissant sur le problème de « saisir les soi-disant Albigeois du point de vue racial », en vient à la conclusion suivante : « Nous devons certainement voir les Albigeois et les Vaudois comme des précurseurs de la Réforme, ce qui, seul, pourrait suffire pour reconnaître leur caractère germanique. » (Mangold, p. 29.) Dans un « mélange racial » comportant Ibères, Ligures, Gallo-Romains, Juifs, Arabes et Visigoths qui peuplaient le Midi de la France, l’aristocratie aquitaine constituait un îlot germanique ; même le caractère germanique de la poésie des troubadours s’expliquerait par le fait que l’aristocratie aquitaine descendait des Visigoths. Non seulement les croisades contre les Cathares, mais aussi l’inquisition papale relèverait d’une volonté de persécution particulière, à savoir la persécution de l’élément germanique dans le monde latin (Mangold, p. 32). Même schéma pour Jeanne d’Arc dont le bûcher « était le feu de la victoire de l’esprit méditerranéen sur la volonté créatrice germanique, une véritable victoire du Sud sur le Nord » (Pier, p. 49).

  • 17 Weingart/Kroll/Bayertz, ibid., p. 359.

16C’est un phénomène général dans ce genre de considérations : l’objectif est justement de ne pas se limiter au niveau des analyses « racio-biologiques » au sens « strict », si l’on peut dire, d’une discipline pseudo-scientifique, mais d’expliquer des phénomènes culturels et politiques, par le paradigme racial qui, même si l’on se situe à l’intérieur de sa logique propre, ne donne rien de cohérent. Il en résulte toujours une confusion du concept de « race », liée au fait qu’en fin de compte les auteurs adoptent la primauté du spirituel : est germanique qui pense de façon germanique ! Cette contradiction traversait en fait toute la raciologie allemande, car « le concept de race fut utilisé soit de façon déductive, soit de façon inductive17 ».

17L’opposition « raciale » selon Pier se montrerait deux mentalités différentes : l’esprit nordique est vitaliste, dynamique, philosophiquement un essentialisme mystique, il a le sens de l’honnêteté, mais aussi celui de l’économie et est représenté par les huguenots et le romantisme ; l’esprit alpino-méditerranéen est rationaliste, statique, caractérisé par la vanité et l’esprit d’ostentation et incarné par les catholiques, le classicisme et les lumières à la fois (Pier, p. 30). Grâce au processus de « dénordification », en littérature et dans l’esprit en général,

« […] l’esprit latin a triomphé sur l’individualité créatrice. Si les Rabelais et Montaigne, hommes plutôt nordiques, laissaient librement rayonner leur personnalité, Boileau le Méditerranéen domine alors l’art poétique de l’époque de Louis XIV par son code réglementaire. Avec une âme nordique, Corneille le Normand lutte contre le code réglementaire occidentalo-latin. » (Pier, p. 33.)

  • 18 Cf. Friedrich (Hugo), « Montaigne über Glauben und Wissen », Deutsche Vierteljahrsschrift für Lite (...)

18Le fait de présenter Montaigne comme « un esprit nordique » a dû choquer plus d’un lecteur : dès 1932, le romaniste Hugo Friedrich avait dénoncé son « nihilisme de connaissance » (Erkenntnisnihilismus), parce que Montaigne avait tranché le problème de la dialectique entre savoir et croire au profit du savoir (et était donc un cartésien avant la lettre). De surcroît, on dénonçait aussi Montaigne pour être « semi-aryen », car sa mère aurait été une Marrane espagnole. Pour le romaniste Walter Mönch, ce fait expliquerait « l’orientation cosmopolite de sa pensée et de son image de l’homme », mais cette question restait « ouverte » dans ce sens qu’elle a pu être réfutée, même en pleine guerre, par d’autres romanistes18.

19Le passage d’une culture héroïque, déterminée par l’héritage germanique, à la renaissance de la culture latine signifie, selon Pier, que

« […] la vie est désormais considérée davantage selon une esthétique formelle que comme un défi. La jouissance de la vie remplace de plus en plus la lutte pour la vie. […] Le rationalisme méditerranéen fait alliance avec l’instinct grégaire de l’élément alpin qui croît toujours considérablement, créant ainsi la base pour le règne de la mode, tandis que l’éloquence occidentale [westisch] et un comportement bruyant, vivace assurent une propagande efficace jusqu’à nos jours. La personnalité consciente et créatrice disparaît, par peur d’isolement on crée des règles dont on cherche les fondements ailleurs, dans la latinité. » (Pier, p. 33.)

  • 19 Ce terme n’a rien de péjoratif dans le contexte de l’époque.

20Le combat entre le Nord et le Sud en France continuait dans une constellation où la confrontation « raciale » correspondait aux données géographiques : l’ascension des Bourbon, l’influence croissante des juristes (« légistes ») méridionaux, l’orientation vers l’Espagne, l’action des jésuites, etc., tout cela prouverait un véritable changement du paradigme culturel. Finalement la philosophie cartésienne s’est tellement imposée qu’on peut parler d’un élément inséparable de l’« être français ». La raison, telle une camisole de force, détermine non seulement la pensée mais aussi tous les aspects de la culture et de la vie quotidienne du Français. Mais en fin de compte, Descartes ne fit que révéler en plein jour un monde jusque-là caché, de sorte que les Français « reconnaissent dans ce miroir clair leur propre image, leur propre être » (Pier, p. 41). Les trois grandes nations de l’Occident développent donc chacune sa propre philosophie, fondée sur son ethnicité (Volkstum) : « Chez les Allemands, elle est une métaphysique spéculative19, chez les Anglais elle est empirique, chez les Français elle est déductrice et rationaliste. » (Pier, p. 36.) Le rationalisme privilégiant l’analyse, la déduction et l’objectif de la clarté simplifient et mécanisent le monde, et cette vision du monde ne peut pas tenir compte ni de l’irrationnel (dont Pier affirme qu’il fait partie de la réalité), ni de la « vie organique » (organisches Leben).

21Finalement, la Révolution de 1789 fut « une révolte alpino-occidentale contre une couche dirigeante noble et bourgeoise, de race nordique » (Pier, p. 53). Ici, Pier peut se référer effectivement à des déclarations allant dans ce sens (« Le peuple gaulois se révolte contre l’aristocratie franque ») prononcée par plusieurs protagonistes de la Révolution, notamment par l’abbé Sieyes. Mangold cite beaucoup de témoignages, surtout d’auteurs nobles du xviiie et du xixe siècle, qui ont développé le mythe de la pureté franque de l’aristocratie française (Mangold, p. 22-27). Le renouveau latin, qui a trouvé son plus grand propagandiste et propagateur en Napoléon, et son arme la plus efficace dans ses armées, agit d’une façon perfide, à savoir par la sélection négative des meilleurs Français sacrifiés sur les champs de bataille. Pendant plus d’un siècle, des guerres révolutionnaires jusqu’à celle de 1914, les soldats les plus « nordiques » parce que choisis selon leur taille et combativité servaient de chair à canon pour la cause latine qui triomphait ainsi doublement : en faisant la guerre à son voisin germanique et en diminuant l’élément nordique au sein de sa propre population (Mangold, p. 39 sq.). C’était d’ailleurs un lieu commun en Allemagne, pour des raisons évidentes, de dire que les meilleures troupes françaises en 1914-1918 étaient « d’origine germanique » (Lorrains, etc.).

  • 20 Cf. Hausmann, ibid., p. 107.
  • 21 Cf. Faye (Jean-Pierre), Langages totalitaires – Critique de la raison/l’économie narrative, Paris, (...)

22Au xixe siècle, il en est même issu un « combat idéologique autour de la question germanique » (Mangold, p. 24) qui a directement mené à la naissance du racialisme doctrinaire, avec Gobineau, sa théorie de la « race aryenne » et sa préférence pour les Germains. Signalons aussi que l’éminent historien allemand Leopold Ranke, en 1824, reprit également le schéma du conflit entre les envahisseurs germaniques et la population autochtone, gallo-romaine, pour expliquer la confrontation entre la noblesse et le Tiers-État depuis la fin du Moyen Âge20. Cette confusion totale entre classes et races est évidemment devenue le credo de toutes les idéologies d’extrême-droite21. Pier admet toutefois que la Révolution dépassait l’enjeu de cet « affrontement des races » qu’il prétend y reconnaître, car elle « amena la troisième et définitive victoire de l’idée de la civilisation, monnayée sous forme de mission humanitariste, à savoir des prétendus droits de l’homme avec les mots-clés pratiques : Liberté, Égalité, Fraternité. Sa force de propagande fit de chaque Français un croisé » (Pier, p. 54). Durant des siècles, la France s’est attribué une mission chrétienne que Dieu lui aurait directement confiée, puis, après avoir vassalisé la papauté (à Avignon), pour des raisons purement politiques, elle a rompu avec le papisme en créant l’Église gallicane et transformé son catholicisme en nationalisme religieux. Mangold pense que l’eschatologie romano-catholique a eu la chance inouïe de rencontrer le « génie gaulois » (gallischer Genius), plein d’exubérance missionnaire. Quel dommage, dit-il, que celui-ci n’ait pas reconnu

« […] qu’il aurait pu, par la concentration de sa propre vigueur raciale, non pas avec, mais contre le christianisme, avec le concours des Germains, ériger un empire en Europe, qui aujourd’hui, bâti sur un fondement racial sain, serait peut-être le plus fort du monde et non soumis à la peur d’être terrorisé demain par des bandes anarchistes. » (Mangold, p. 121 sq.)

23Cette vire-volte inattendue de l’auteur est en vérité un phénomène qui n’est pas si rare en de tels écrits ; souvent la rage des auteurs nazis contre la France cache une certaine reconnaissance et même admiration pour l’éloquence des Latins et leurs succès propagandistes, allant jusqu’à la jalousie.

  • 22 D’après Mangold, p. 40 ; extrait de Fouillé (Alfred), « Les races latines », Revue des deux Mondes(...)
  • 23 D’après Mangold, ibid. ; extrait de l’article de Vacher de Lapouge, « Die Rassengeschichte des fra (...)
  • 24 Professeur à l’École d’anthropologie, chargé des questions d’immigration à l’Institut d’hygiène de (...)
  • 25 Sur cette classification, cf. Taguieff, La force du préjugé, op. cit.

24Mangold ne manque pas de citer des témoignages significatifs d’auteurs français dénonçant « la décadence latine », comme celui d’Alfred Fouillé qui, dès 1899, avait alerté le public devant « l’absorption progressive des dolicho-blonds et bruns dans la lourde masse de brachy-bruns22 ». À peu près à la même époque, Vacher de Lapouge constata que la France constituait le premier pays de l’histoire dans lequel des « brachycéphales » avaient pris le pouvoir, pas seulement le pouvoir politique d’ailleurs, car « avec la forme du cerveau, l’orientation spirituelle du peuple français a changé aussi23 ». Selon ces auteurs français, cités abondamment, « la décadence latine » se révélait partout, à la fin du xixe siècle, et la race alpine, à la conquête de la France, constitue déjà 50 % de la population, remarque Pier. Cet élément « alpin » est personnifié par l’épicier, l’avocat, le spéculateur et la démocratie, ce n’est « pas le règne du caractère, mais celui de l’argent ». C’est le moment historique aussi où une autre « race » vient accaparer les postes-clés de la République – on s’y attendait depuis longtemps en lisant le livre –, à savoir « le Juif », et cela grâce à « la franc-maçonnerie, l’instrument principal pour réaliser l’hégémonie mondiale juive » (Pier, p. 55). Ce n’est pourtant pas le sujet de l’ouvrage de Pier qui insiste sur l’évolution de la France à long terme, sur les transformations et continuités, aspect trop négligé dans les considérations politiques contemporaines, pense-t-il. En revanche, le « problème juif » se trouve beaucoup plus au centre du livre de Mangold. C’est par l’« esprit juif », toujours véhiculé par la franc-maçonnerie, qu’il explique l’essence de la philosophie des Lumières et de la Révolution. Mangold consacre d’ailleurs tout un chapitre au « problème des étrangers » en France et à la situation démographique du pays. Se référant à des auteurs racistes français comme René Martial, plus tard partisan de la collaboration en 1940-194424, ainsi qu’à des statistiques officielles concernant l’immigration, Mangold trace le portrait dramatique d’une France exsangue, contrainte à faire venir des immigrés, prête à les intégrer grâce à sa conception de la civilisation française, étendue d’une certaine façon aussi à l’empire colonial français, à travers l’idéologie d’une France de 100 millions d’habitants et l’intégration des soldats d’outre-mer dans l’armée. Fustigeant les idées selon lui farfelues d’« amélioration raciale » des Français, se retrouvant jusque dans les rangs des raciologues tels que René Martial spéculant sur une « greffe inter-raciale », c’est-à-dire un métissage « harmonieux » entre Européens (Mangold, p. 53 sq.), Mangold souligne qu’aucune race ne peut se perdre complètement, car son patrimoine génétique, selon les lois de Mendel, persisterait toujours, même derrière celui d’une autre race dominant dans l’individu. Métissage ne signifierait pas un mélange entraînant la perte des éléments originaux, mais un assemblage dans lequel les éléments de l’une ou de l’autre race, ou de plusieurs, restaient présents selon une certaine répartition. S’opposent ici deux racialismes différents, l’un mixophile dans une certaine mesure, l’autre mixophobe25. Le manque de clarté sur les fondements biologiques de la question raciale a affaibli les racialistes français dans leur combat contre les idées de la civilisation et de la nation en France, souligne Mangold : « Il est vrai, cette nation n’est pour le Français rien d’autre qu’une expérience de la communauté au sein de laquelle il voit l’assurance de sa liberté personnelle. » (Mangold, p. 78). C’est en fait une définition pertinente du principe républicain !

25Comme il se devait, les auteurs prirent évidemment position par rapport aux questions politiques du temps. Pier conclut qu’« il est inutile de vouloir régler la question des revendications sécuritaires de la France par la référence au cri du rentier français demandant qu’on lui fiche la paix, les mobiles de cette revendication sont en fait plus profonds » (Pier, p. 59). C’est là évidemment un coup de bec contre les Sieburg et autres journalistes. Le besoin sécuritaire de la France résulte selon Pier de sa force démographique en déclin par rapport à d’autres peuples, plus vigoureux, en Europe et dans le monde entier. Si elle arrive néanmoins à combler les lacunes dans l’armée par le recrutement de colonisés, cela accentue sa « décadence raciale ». Et en France même, la « race » porteuse de l’idée de la civilisation, la « race méditerranéenne », après avoir écarté les Nordiques du pouvoir, décroît par rapport à la « race alpine » : « Au fond de la revendication sécuritaire de la France se trouvent : un sentiment de crépuscule, un besoin de repos, un relâchement, un épuisement, une fatigue, une anémie. » (Pier, p. 61.) La France n’a même pas soutenu la démocratie en Allemagne, pourtant établie selon son propre modèle, conclut l’auteur, et dans les « forces créatrices » de l’Allemagne elle reconnaît à juste titre la mise en question fondamentale de sa « civilisation statique ». Dans ces conditions-là, prévoit-il, on peut envisager une délimitation des zones d’influence entre la France et l’Allemagne, une sorte d’entente, mais jamais une réconciliation. L’Allemagne nationale-socialiste garantirait une sécurité plus grande que jamais auparavant un gouvernement ne le fit, dit Mangold, puisque « la politique de l’Allemagne est une politique raciale au sens le plus noble du terme, car elle renonce à l’oppression d’autres races et identités ethniques, valeurs qu’elle respecte comme les biens les plus hauts et précieux que la Création ait confiés aux hommes » (Mangold, p. 140).

26Il ne faut pas s’étonner de cette impertinence à proclamer exactement le contraire de la vérité, Mangold a même dédié son livre « au nouvel idéal de la paix et à son proche accomplissement » (Mangold, p. 5). On peut y voir une certaine ironie, une ambiguïté voulue, visant l’instauration d’une « paix allemande » en Europe. Le dénouement du problème franco-allemand dépend complètement de la France, précise l’auteur. Aucune puissance européenne (entendons : l’Allemagne) ne se risquerait à déclencher une grande guerre dont l’issue serait complètement incertaine, mais l’Europe devrait se défendre contre « l’ennemi de l’Europe » (Mangold, p. 140) : le bolchevisme. Est-ce que la France y participera ? De cela dépend la création d’une « nouvelle Europe », conclut l’auteur, construite sur la base de l’autodétermination de peuples égaux. Après avoir proclamé ce principe comme le plus important à respecter, et apparemment pas encore réalisé à ce moment-là, l’auteur ne demande rien de moins à la France que d’adopter la pensée nationale-socialiste, sous forme de la « pensée raciale », en faisant appel à ce qu’il nomme le « legs du comte de Gobineau » (Mangold, p. 137).

27Or, l’influence de cette « pensée raciale » restait en fait très limitée même parmi les publications allemandes sur la France, les deux ouvrages cités étant aussi représentatifs de la pensée nazie qu’exceptionnels dans la masse des publications parues avant la guerre, dont l’approche théorique ou méthodologique relève de la « psychologie des peuples », de l’ontologie culturelle, basée sur le postulat d’un « caractère national » français. Quand on consulte les différentes revues philologiques, on peut constater que la pression officielle exercée sur les enseignants du secondaire se limitait à une mise au pas politique au sens large du terme, c’est-à-dire qu’elle les obligeait à intégrer l’antisémitisme, mais pas le « racialisme intégral » que nous venons d’analyser, ce qui n’excluait pas bien sûr l’apparition d’un élément de celui-ci dans tel ou tel texte.

Notes

1 Bock, « Tradition und Topik… », op. cit. (voir supra, p. 9), p. 492.

2 Nerlich (Michael), « Aufklärung und Republik – Zum deutsch-französischen Verhältnis, zu Frankreichforschung und zu Werner Krauss », lendemains, n° 69/70, 1993, p. 42.

3 Hitler (Adolf ), Mon Combat, traduction intégrale de « Mein Kampf » par J. Gaudefroy-Demombynes et A. Calmettes, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1934, réédition 1978, p. 616, 621.

4 Pier (Bernhard), Rassenbiologische Betrachtungsweise der Geschichte Frankreichs, Frankfurt a.M., Diesterweg, 1935. Mangold (Ewald K. B.), Frankreich und der Rassengedanke, München/Berlin, Lehmanns, 1937.

5 Todorov (Tzvetan), Nous et les autres – La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil, 1989.

6 Georges Cuvier (1769-1832), Lamarck (1744-1829), Paul Broca (1824-1880), Amédée et Augustin Thierry (1797-1873/1795-1856), Gobineau (1816-1882), Vacher de Lapouge (1853-1936), Gustave Le Bon (1841-1931), Jean de Quatrefages (1810-1892). Cf. Mangold, p. 23. Sur l’histoire du racisme théorique en France voir Todorov, ibid. ; Liauzu (Claude), Race et civilisation – L’autre dans la culture occidentale. Anthologie critique, Paris, Syros/Alternatives, 1992 ; Taguieff (Pierre-André), La force du préjugé. Essais sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1987, Gallimard, 1990 ; id., « Eugénisme ou décadence ? L’exception française », in Merlio (Gilbert) (éd.), Ni gauche, ni droite : les chassés-croisés idéologiques des intellectuels français et allemands dans l’entre-deux-guerres, Talence, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 31-58.

7 Voici la définition du terme français dans le Nouveau Petit Larousse illustré de 1924 (édition de 1931) : « Se dit d’un homme dont la longueur du crâne l’emporte environ d’un quart sur la largeur. »

8 Retenons ici également la définition que le Petit Larousse illustré fournit à l’époque : « Se dit d’hommes dont le crâne est peu allongé, la largeur égalant presque la longueur. »

9 Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter l’ouvrage de synthèse : Deniker (Joseph), Les races et les peuples de la terre. Éléments d’anthropologie et d’ethnographie, Paris, Schleicher, 1900.

10 Hans F. K. Günther (1891-1968), professeur d’anthropologie sociale à l’université de Iena, n’adhère au NSDAP qu’en 1932, mais « fut le plus connu des théoriciens de la race et le leader intellectuel du nordicisme dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerre » ; Massin (Benoît), « Anthropologie raciale et national-socialisme : heurs et malheurs du paradigme de la “race” », in Olff-Nathan (Josiane) (éd.), La science sous le Troisième Reich – Victime ou alliée du nazisme ?, Paris, Seuil, 1993, p. 222. L’ouvrage de référence cité par Pier et Mangold est Rassenkunde Europas, München, Lehmanns, s. d.

11 Rassenkunde des deutschen Volkes, München, Lehmanns, 1922, d’après Massin, loc. cit.

12 Conte (Edouard)/Essner (Cornelia), La quête de la race – Une anthropologie du nazisme, Paris, Hachette, 1995, p. 66.

13 Cf. Conte/Essner, ibid., p. 81.

14 Eickstedt (Egon von), Rassekunde und Rassegeschichte der Menschheit, 1934 (d’après la bibliographie de Pier). L’auteur était anthropologue, cf. Weingart (Peter)/Kroll (Jürgen)/Bayertz (Kurt), Rasse, Blut und Gene – Geschichte der Eugenik und Rassehygiene in Deutschland, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1988, et Massin, ibid., p. 197-262.

15 Ploetz (Alfred), « Soziale Anthropologie », Anthropologie (Kultur der Gegenwart, Teil III, Abt. 5, 1923) – référence donnée telle quelle par Mangold, p. 51, 143. A. Ploetz (1860-1940) était un des pères de l’anthropologie raciale allemande et fondateur de la « Société d’hygiène raciale » (Gesellschaft für Rassenhygiene), en 1905. Cf. Weingart/Kroll/Bayertz, ibid., p. 33.

16 Gallouédec (L.)/Maurette (F.), Géographie de la France. Classe première, Paris, Hachette, 51923, p. 57.

17 Weingart/Kroll/Bayertz, ibid., p. 359.

18 Cf. Friedrich (Hugo), « Montaigne über Glauben und Wissen », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 1932, p. 412-435 ; Mönch (Walter), Frankreichs Literatur im XVI. Jahrhundert. Eine nationalpolitische Geistesgeschichte der französischen Renaissance, Berlin, de Gruyter, 1938, p. 194. D’après Hausmann (Frank-Rutger), « Aus dem Reich der seelischen Hungersnot » – Briefe und Dokumente zur Fachgeschichte der Romanistik im Dritten Reich, Würzburg, Königshausen & Naumann, 1993, p. 27 sq., cf. aussi p. 40 et 119.

19 Ce terme n’a rien de péjoratif dans le contexte de l’époque.

20 Cf. Hausmann, ibid., p. 107.

21 Cf. Faye (Jean-Pierre), Langages totalitaires – Critique de la raison/l’économie narrative, Paris, Hermann, 1972, 21980, p. 525 sq. et ailleurs.

22 D’après Mangold, p. 40 ; extrait de Fouillé (Alfred), « Les races latines », Revue des deux Mondes, t. 156, 1899, p. 561-590.

23 D’après Mangold, ibid. ; extrait de l’article de Vacher de Lapouge, « Die Rassengeschichte des französischen Volkes », Politisch-anthropologische Revue, Monatsschrift für das soziale und geistige Leben der Völker, Leipzig 1905-1906. Source indiquée par Mangold. Nous n’avons pas pu consulter l’original français et par conséquent nous avons dû retraduire le passage de l’allemand.

24 Professeur à l’École d’anthropologie, chargé des questions d’immigration à l’Institut d’hygiène de la faculté de Médecine à Paris. Son ouvrage principal est La Race Française, Paris, Mercure de France, 1934.

25 Sur cette classification, cf. Taguieff, La force du préjugé, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search