Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Première partie. Images de la France et réflexions sur les relations franco-allemandes jusqu'en 1939

Chapitre I. L’héritage de Friedrich Sieburg

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Dieu est-il français ? »

Comprendre que la Marseillaise continue la prière de Jeanne,
c’est comprendre la France.
(Friedrich Sieburg, 1929.)

  • 1 Comme le sous-titre l’indique par une modestie coquette : Sieburg (Friedrich), Gott in Frankreich  (...)
  • 2 Cela concerne surtout le cinquième « Discours à la Nation allemande » de Fichte. Cf. Brinckmann (A (...)

1Paru pour la première fois en 1929, réédité en 1933, en 1935 (en édition dite « populaire » – Volksausgabe), et en 1940, puis de nouveau à partir de 1954, cet « essai » (au double sens du terme1) de Sieburg fit l’objet de vives réactions de toutes parts, dont la célèbre « Lettre sur la France » de Bernard Grasset insérée dans l’édition française de 1930 et dans celle de 1942. Loin d’être une déclaration de francophilie, comme on l’a trop souvent mécompris (Sieburg s’en est plaint dans la préface de 1935), ce livre constitue une expression paradigmatique du regard allemand sur la France, assemblant de façon intelligente et éloquente des clichés connus – le rationalisme exacerbé, l’individualisme, l’arrogance et la suffisance des Français se résumant dans leur prétention d’universalisme, et, enfin, leur manque d’organisation, d’ordre, de propreté, etc. – mais en les intégrant dans une analyse détaillée et savante, « authentifiée » par une prétendue connaissance profonde, parce que directe, des Français, grâce à un séjour à Paris où l’auteur était depuis 1926 correspondant du quotidien influent Frankfurter Zeitung. Sieburg pouvait se féliciter de l’impact de son analyse de la France dès 1935 : « Grâce à l’accueil empressé que leur ont fait de nombreux lecteurs, bien des formules de ce livre se sont répandues dans le public, en particulier l’opposition entre l’Allemagne dynamique et la France statique. » (p. 325.) Si cette terminologie fut introduite par Sieburg, l’idée était déjà présente dans une tradition établie depuis Fichte, consistant à opposer l’« être » français au « devenir » allemand2. En revanche, il faut reconnaître que les descriptions que Sieburg fait de la vie des Français sont parfois de véritables chefs-d’œuvre d’une observation très fine, teintée d’ironie, par exemple dans le chapitre sur la circulation parisienne ou dans celui, inégalé, sur la chasse, intitulé « Un peuple en armes » :

« Dimanche dernier, c’était en France l’ouverture de la chasse, ce qui est chaque fois l’occasion d’une levée en masse du peuple français. Les fonctionnaires des ministères, les débitants de tabacs, les petits rentiers, tous, ils se sont équipés de guêtres, chargés de gibecières à longues franges, ils ont ceint des cartouchières brunes, se sont coiffés de feutres hardis et ont décroché leur fusil. Il y a beau temps qu’on a oublié chez nous ce qu’est un chasseur ; en France, tout le monde le sait encore, car tout Français est un chasseur, un vrai : armé d’un fusil qui fait pif-paf, qui est chargé de plomb et de poudre. D’Étampes jusqu’à Meaux, la joyeuse chasse s’égaille et les grandes routes asphaltées qui découpent la plaine en tous sens pour la joie des automobilistes, sont cernées par un peuple en armes, en armes à plomb il est vrai. […] Un peuple en armes ? Oui, le dimanche ! » (p. 196-200.)

2Quant aux reproches que Sieburg fait aux Français, il les relativise souvent, ou feint de le faire, en les doublant d’emblée d’une déclaration d’amour, ce qui est l’originalité de son livre. Ainsi, dans un dialogue fictif inséré dans l’ouvrage, Sieburg fait parler son alter ego Herbert, un journaliste comme lui, face à Arthur, un diplomate : « La France est malpropre, infidèle, menteuse, miteuse, arriérée, ergoteuse, vantarde, bornée », mais pour ajouter aussitôt un : « Je l’aime ! », avant de poursuivre :

« De la somme de ses innombrables défauts je tire sa plus grande vertu : la résistance au progrès. […] L’aspiration de l’homme vers le bonheur humain, voilà la France. L’impulsion anarchique, sans frein, antisociale vers le bien-être, voilà la France. Appelle cela : sécurité, capital, rationalisme ; c’est toujours le même élan passionnel vers la vie. » (p. 175.)

3Le jugement « positif » reste ambigu, parce qu’ironisé. Grasset jugea d’ailleurs bon de supprimer tout le chapitre dans lequel se trouve ce passage pour l’édition française de 1930, et ce n’est pas la seule modification du texte, intervenue d’une édition à l’autre, dont il faudra tenir compte pour l’analyse.

4Le livre est l’expression parfaite d’un sentiment mitigé, voire contradictoire de l’auteur face à cette France, l’expression d’une passion nourrie à la fois d’amour et de haine – pour qui la langue allemande a créé le mot Haßliebe. C’est exactement ce sentiment que partageaient nombre d’intellectuels allemands et notamment ceux qui travaillaient pour « l’entente franco-allemande » après 1933 et qu’on allait rencontrer plus tard à Paris, en 1940, dont Friedrich Sieburg lui-même. C’est cette ambiguïté aussi qui permet plusieurs lectures possibles du livre, et parfois plusieurs interprétations d’une même phrase, si l’on ne tient pas rigoureusement compte du contexte historique et politique. Ainsi, Bernard Grasset avait raison de dire : « Si les Français savent lire votre livre, ils l’aimeront. » (p. 285.) Il ne leur faisait tout de même pas beaucoup confiance, puisqu’il amputa le livre de ses passages les plus critiques.

5La thèse politique au centre de l’ouvrage est la présence du passé dans la conscience collective des Français (l’« être français », l’« âme française »… : das französische Wesen) et leur incapacité à concevoir l’avenir, un avenir autre que le présent, celui-ci déterminé par le passé. Ils sont convaincus, dit Sieburg, d’être « meilleurs » que les autres, d’être un peuple élu par Dieu qui agissait jadis à travers les Français (selon l’histoire de la première croisade, Gesta Dei per Francos, de Guibert de Nogent), ou d’incarner la civilisation universelle, mesure de tout et pour tous. Ce que Sieburg décrit, et ce qu’il critique, est donc un nationalisme viscéral, inné à l’« être français ». Ce nationalisme, qui se répercute dans un impérialisme culturel sur le plan international, est lié à certaines conditions géographiques et historiques qui auraient tant imprégné l’habitant de ce pays qu’on pourrait parler d’un « être français » intemporel, caractérisé par l’individualisme d’une existence petite-bourgeoise qui détermine l’appel à la liberté, à l’égalité (juridique) et à la sécurité : tout cela n’est que la suite du désir d’indépendance personnelle. C’est pourquoi le capitalisme a du mal à percer en France et à gagner les esprits pour une modernisation du pays. Malgré un certain pacifisme du Français moyen, désireux qu’on le laisse avant tout tranquille, il n’en reste pas moins que cette disposition psycho-politique est loin d’être inoffensive, selon Sieburg, car le Français ressent comme une menace pour son existence et sa manière de vivre, l’existence d’un autrui qui n’est pas comme lui.

6Les descriptions de cette vie petite-bourgeoise, sur le plan du quotidien, ne sont pas forcément erronées dans la plupart des cas et on ne pourra surtout pas en dénier la qualité littéraire. Mais le regard est sélectif : tout ce qui échappe à l’image du petit-bourgeois n’y apparaît pas. Sieburg peint le tableau d’une France de la Belle Époque en prétendant que cette France est éternelle. Indépendamment des réflexions politiques de l’auteur et de ses conclusions, que nous évoquerons plus loin en détail, on peut facilement constater qu’il n’était pas capable de voir la France dans sa diversité, et que sa manie de chercher la « France éternelle » le privait de voir les changements qui s’annonçaient dès la fin des années vingt et qui allaient devenir manifestes lors de la réédition du livre en 1935. Sieburg, comme tous les autres auteurs, considérait tellement le radicalisme comme l’incarnation politique de l’« être français » (le centrisme comme expression du désir d’équilibre du Français moyen…) que le succès de la « gauche marxiste », comme on désignait en Allemagne nazie la SFIO et le parti communiste, lui paraissait impossible à jamais.

  • 3 Gott…, 1929, p. 315 (traduction par mes soins).

7Sieburg ouvre son livre par des considérations historiques et poursuit avec des observations sur la vie quotidienne et des réflexions sur la civilisation française, avant d’arriver à l’actualité politique et de boucler ainsi en quelque sorte le périple ; la confrontation des deux pays ne concerne pas uniquement des questions de mentalité, ce n’est que l’arrière-plan devant lequel doit s’éclairer l’actualité politique. Le lien est établi par ce constat qui inaugure le dernier chapitre (intitulé « L’Allemagne ») et résume en fait le message du livre – mais uniquement dans l’édition allemande : « Parfois, il me semble que mille années de la France ne sont qu’une journée, une journée de tribunal sur l’Allemagne3. »

  • 4 C’est précisé dans une « note de l’éditeur » de 1942, reprise dans l’édition de 1991, sans que le (...)

8La suppression fort significative de cette phrase n’est pas la seule modification du texte intervenue dans l’édition française de 1930. On a d’ailleurs encore oublié de la restituer pour l’édition dite « intégrale » de 1991, qui en vérité est loin de l’être, puisqu’il s’agit de la réédition de la version française de 1942, déjà présentée alors comme « intégrale »4. Alors que Sieburg se voyait contraint d’effectuer une certaine autocensure pour les éditions allemandes de 1935 et de 1940, l’empreinte des modifications effectuées par Grasset (avec ou sans l’accord de Sieburg) détermine encore la lecture faite de nos jours, grâce aux manipulations consécutives intervenues en 1930 et en 1942, relevant apparemment d’une volonté de tromper le lecteur français sur les véritables intentions de l’auteur réputé francophile. Même un certain recul que Sieburg prétend avoir par rapport à son sujet – « Contribuer à faire connaître l’idéologie française, ne consiste pas à vouloir supprimer ce qui nous oppose, car c’est impossible. » (p. 278) – n’est que façade : lorsqu’il retrace l’histoire du nationalisme français, la description revêt nécessairement la forme d’une accusation, même si le lecteur français ne la reconnaît pas forcément comme telle parce qu’elle épouse souvent l’idéologie nationaliste française elle-même. Tout serait issu du syndrome de Jeanne d’Arc, selon Sieburg, toute l’histoire ne serait qu’une répétition de cet impérialisme moral, constamment renforcé jusqu’à ce qu’après 1918 il s’épuise :

« Une fois encore la guerre mondiale conduisit cette idéologie sur des sommets vertigineux. La sanglante lutte avec les puissances européennes est devenue, dans l’esprit français, une croisade contre tout ce qui est hostile à l’idée latino-française. Jeanne a fait campagne contre Luther, Bossuet a marché contre Hegel, et de nouveau les serviteurs de l’Église ont déclaré que Dieu ne pouvait se passer de la France. » (p. 67.)

9Il ne suffisait pas de retourner à la Révolution de 1789 ou à l’expansionnisme louis-quatorzien, codifié selon une légende dans le « testament de Richelieu », mais il fallait aller jusqu’à la légende de Jeanne d’Arc, devenue un véritable mythe national, pour comprendre la France du xxe siècle : « Comprendre que la Marseillaise continue les prières de Jeanne, c’est comprendre la France. Toute route menant au cœur de l’être français, doit partir de Jeanne. » (p. 15.) Avec sa « phrase terrible » : « Ceux qui font la guerre au saint royaume de France font la guerre au roi Jésus », Jeanne d’Arc « est apparue comme un terroriste aussi dangereux que Robespierre. Chez l’une comme chez l’autre on rencontre la même assurance folle de détenir la vérité et de pouvoir prononcer des jugements et des malédictions sans appel » (p. 34). Cette « phrase terrible », explique Sieburg en revenant subitement à la réalité du xxe siècle (procédé typique chez lui), « peut laisser entendre à l’humanité tourmentée pourquoi il est si difficile de vivre en paix avec la France, bien que ce pays prétende aimer la paix par-dessus tout » (p. 33). « Tout Français est de naissance un Croisé, et cette vertu fait parfois de lui aujourd’hui un citoyen assez peu commode de l’Europe. » (p. 38.) De telles phrases, qui sont typiques de la manière sieburgienne de tirer des « conclusions » historico-politiques, jalonnent en effet le livre.

10Ce serait la combinaison des principes de l’universalisme et de l’exclusivité sur le plan de la civilisation, des mœurs, de la société, y compris de la politique, qui constituerait le nationalisme typiquement français et qui isolerait la France dans la communauté des peuples européens. Il va de soi, pour Sieburg, que la guerre de 14-18 était une « guerre française », entreprise pour la victoire de son idée (civiliser l’Europe), même s’il reconnaît avec regret que dans le dynamisme allemand « la violence avait jadis également sa place, pour notre plus grand malheur. Ne passons pas cela sous silence ! » (Gott…, 1929, p. 316.) Passage que Grasset fit également disparaître, pour des raisons que nous ignorons, parce qu’il ne s’agit pas, pour une fois d’un reproche fait à la France.

11Considérant la France comme l’obstacle majeur à une Europe « moderne », Sieburg est pourtant convaincu que l’idée de l’Europe va l’emporter sur le nationalisme français. Anticipant en fait « l’idée européenne » qui sera propagée officiellement par l’Allemagne nazie, surtout après 1940, l’Europe de Sieburg est une Europe quelque peu allemande :

« Notre nature permet ce changement, elle l’implique même. Ce n’est pas l’être, c’est le devenir qui est l’état propre de l’Allemagne. […] La position de la France à l’égard de l’Allemagne est aussi sa position à l’égard de l’avenir, à l’égard de l’ordre qui vient, qui tend à constituer des groupements politiques et économiques plus larges que ceux qui ont été formés en 1918. » (p. 278 sq.)

  • 5 Cf. Korinman (Michel), Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitiqu (...)

12La dernière phrase semble faire allusion à une Großraumwirtschaft (économie de grand espace), concept relevant de la pensée géopolitique allemande depuis Friedrich Ratzel et récupéré par les nazis, avec d’autres concepts comme celui de « l’espace vital5 ». La « conscience collective » que Sieburg oppose à maintes reprises à l’individualisme et au nationalisme français, mais dont il croit voir naître des bourgeons d’espoir en France aussi (p. 104), fait également penser à l’idéologie de la « communauté ethnique » que les nazis n’étaient pas les seuls à revendiquer, tout comme la condamnation de « la folie de tous ceux qui croient pouvoir créer une culture internationale », car pour Sieburg « il s’agit en effet de s’organiser, non pas de se mélanger. […] Se comprendre n’est pas se dissoudre, c’est s’expliquer, éclaircir les choses. La collaboration internationale n’est possible qu’à ce prix. » (p. 230.) L’auteur plaide pour l’entente franco-allemande qui n’impliquerait rien d’autre qu’un changement de la France, l’abandon de son nationalisme. Elle pourrait garder sa spécificité, à condition de ne plus en faire une mission pour le reste du monde. Mais même dans de telles conditions, une entente franco-allemande serait soumise à des restrictions, de la part des Allemands : « Entente, oui, et le plus vite possible. Amitié, ou même amour, jamais ! » (p. 105.) Ce n’est pourtant pas son dernier mot :

« Si l’on se décide à ne pas considérer la France comme une ennemie, mais comme le symbole éclatant et respectable d’un monde qui disparaît, cette manière de voir peut encore changer nos sentiments en amour – il n’est pas trop tard – car la France est la somme de tout ce qui rend la vie de l’homme digne et belle. Cet ordre ancien doit disparaître ? Il serait douloureux de penser que l’européanisation de la France puisse être à ce prix. Mais ne devons-nous pas espérer que la France réussira à exclure de son caractère ce qui répugne à l’avenir et à l’esprit international, pour, en revanche, conserver les trésors sans lesquels un être spirituel ne saurait vivre ? Ne doutons pas que ce sauvetage soit possible, car la solidarité de demain ne doit appauvrir personne, mais doit enrichir tout le monde. » (p. 279.)

13La contradiction dans l’argumentation n’est qu’apparente, car l’auteur « aime » la France comme un « pays achevé » (p. 280). À la différence des nazis francophobes, il veut conserver ce qu’il considère comme « le meilleur » dans la civilisation française et qui ne constitue pas une menace pour la réalisation du « destin allemand » que Sieburg considère comme un processus aussi révolutionnaire que prédéterminé, bouleversant l’ordre politique en Europe. Sa conviction nationaliste se nourrit de l’idée que le sens de l’histoire en général et le chemin particulier de l’Allemagne sont liés, vision que Sieburg élargira dans son deuxième livre. Or, c’est exactement ce qu’il reproche aux Français : l’identification du national avec l’universel.

14Pourquoi le livre fut-il alors compris comme une « déclaration d’amour » à la France ? C’est le deuxième aspect de l’ouvrage qui l’explique : l’admiration pour l’art de vivre français que Sieburg exprime d’emblée dans une des réponses mi-sérieuses, mi-ironiques à la question « Pourquoi j’écris sur la France » : « Je n’ose pas préférer un système parfait d’assurances sociales à une provision sans limites de pain blanc et de vin rouge. » (p. 10.) La continuité de l’idée de civilisation « a transformé toute la France en un musée vivant, en une foire de la raison, où sont exposés tous les biens, objets et idées qui font la vie belle, facile et digne » (p. 68). Mais ce « musée vivant » se sent menacé, et pour cause, car c’est une contradiction en soi. « Il faut qu’elle [la France] sacrifie sa conception de la civilisation si elle veut vivre. Il faut qu’elle veuille vivre. Elle n’a pas le droit de mourir. » Sieburg prend la pose d’un défenseur d’animaux sauvages menacés… Est-ce par hasard que le chapitre suivant s’appelle « Pan, garde champêtre » ? Le rapport du Français à la nature est d’une grande importance pour comprendre la France, et Sieburg peut d’autant plus facilement exiger qu’elle abandonne l’idéologie de sa civilisation que cette civilisation est réellement fondée sur la nature du pays qui ne changera pas : le pain blanc et le vin rouge ne disparaîtront pas ! La nature est partout formée – mais pas déformée – aux besoins de l’homme qui lui sait gré de pouvoir mener sa « douce vie » (p. 111). Ce que le Français aime, c’est la nature embellie, « éduquée » comme on élève des enfants, la nature sauvage faisant peur à l’esprit cartésien. Les attaches très fortes au terroir du Français sont en conséquence fort différentes de celles de l’Allemand : « La mystique du territoire est étroitement liée au respect de la propriété privée » (p. 75), le Français veut avoir un coin à soi, c’est là que son individualisme et sa liberté se manifestent, d’où son ignorance de ce qui l’entoure, d’où aussi son besoin de sécurité. La nature rend possible ces aspirations : la France est une sorte de « pays du milieu », participant de toutes les zones géographiques sans devoir affronter les extrêmes : l’hiver glacial ou l’été torride. Dans ce pays de cocagne, extrêmement riche sur le plan agricole, le travailleur et le laboureur peuvent se permettre de ne pas travailler plus que ce qui leur semble nécessaire pour assurer leur subsistance dans l’indépendance. La notion allemande de « Leistung » est étrangère au Français – et en effet difficile à traduire –, car « la dignité humaine n’a pas besoin d’être conquise par le travail [Leistungen]. Le proverbe allemand : “Le travail ennoblit” est incompréhensible pour lui, puisque, grâce à sa formation d’homme civilisé, le simple fait d’être homme lui semble une noblesse suffisante » (p. 121).

15La fascination qu’exerce la France sur Sieburg se doit aussi au fait que le vin français lui sert de drogue pour voir la vie en rose. À propos du vin de Bourgogne, par exemple, « il est clair que quiconque le boit est en quelque sorte pris dans son reflet, et il doit, la durée d’un instant, regarder en soi et méditer. Pour l’amour de cet instant, le vin mérite de prendre sa place dans le tableau de la civilisation humaine ». Sans oublier la dimension politique : « Les buveurs de vin se rejoignent facilement par-delà des frontières. » (p. 126.) Puis, tout comme la culture du vin, « le menu est l’expression de l’idée française de civilisation à table. Il trahit un besoin d’ordre et de durée, car la suite des mets est invariable et obligatoire, quels que soient les classes et les gens » (p. 127). C’est en effet un sujet qui a toujours intrigué les observateurs allemands (et d’autres aussi).

16Mais ce n’est pas la seule chose qui attire Sieburg. Il est particulièrement fasciné par le statut de la culture, de la littérature et des intellectuels dans la vie publique et politique en France, phénomène qu’un intellectuel allemand, de tous temps, ne peut qu’envier : « L’Allemagne a le génie comme événement, la France a la littérature comme institution. » (p. 155.) Cette institution « n’est pas détournée de la vie sociale, mais au contraire en forme une partie intégrante. […] Elle veut organiser les valeurs, consolider la société, exprimer les types sociaux et non les combattre. » (p. 151.) Et la société a besoin d’elle comme l’État a besoin des écrivains qui occupent des premières places depuis longtemps : Chateaubriand, Lamartine, Victor Hugo, sans parler des historiens. Quelle différence par rapport à l’Alle­magne : là, « aujourd’hui encore », dit Sieburg, « l’écrivain ne joue aucun rôle » (p. 200) – phrase supprimée dans l’édition française de 1942. Pour celle de 1930, l’éditeur français jugea bon de couper une partie du chapitre où Sieburg s’attaque à l’écrivain allemand, passage restitué en revanche dans l’édition de 1942 (et celle de 1991) :

« L’écrivain allemand a pris pendant des générations le contre-pied de la société. Même lorsqu’il n’était pas révolutionnaire dans l’acception politique du terme, il séparait nettement le problème de l’État du problème humain, en donnant la préférence à ce dernier. Il y avait à ses yeux antinomie entre l’ordre dans lequel le hasard le faisait vivre et les ébranlements qu’il exprimait. Ses sentiments étaient ésotériques ou révolutionnaires. La solidarité avec l’ensemble de la nation était trop facilement discréditée comme nationaliste. » (p. 154.)

17Cette hostilité à l’engagement antiautoritaire et antinationaliste de « l’écrivain allemand », ou plutôt de certains écrivains, aurait pu gêner dans un livre destiné au public français de 1930. Mais ce passage était tout à fait convenable pour celui de 1942. En revanche, dans l’édition de 1942 manque un passage figurant dans celle de 1930, où, introduisant sa critique de l’écrivain allemand, Sieburg tient d’abord à expliquer que c’est de sa propre faute si l’écrivain vit ainsi dans un ghetto :

« Quelle que soit la force des impulsions pédagogiques ou sociales qui peuvent partir d’Allemagne, celles-ci restent nettement distinctes de ce qu’on appelle la vie de l’esprit. Les écrivains, aussi longtemps qu’ils ne se sont pas imposés aux classes possédantes par leurs succès, mènent une sorte d’existence de ghetto et répondent au mépris par le mépris. […] Il faut donc arriver à cette conclusion que l’État se développe contre l’esprit, ou que la littérature ne peut prétendre chez nous à être la forme la plus étendue ou la plus éminente de la vie de l’esprit. Pour nous consoler, admettons ce dernier point de vue, car la parole de Victor Hugo : “La littérature c’est la civilisation” ne peut être vraie qu’en France. » (Dieu…, 1930, p. 200 sq.)

18C’est ainsi que se termine ce chapitre dans l’édition française de 1930, tandis que celle de 1942, où ce passage est supprimé, poursuit la critique de l’écrivain qui « prend le contre-pied de la société » (voir supra). En 1930, l’aspect proprement politique de cette critique est amputé, et le passage que nous venons de citer flatte une fois de plus faussement le lecteur français et sa conception de l’esprit. Inutile d’expliquer pourquoi Sieburg et Grasset ont inversé de 180° cette perspective dans l’édition de 1942…

19Rappelons que tous ces passages délicats se trouvent intégralement dans les différentes éditions allemandes. Écrite en 1929, cette condamnation générale des écrivains allemands, qui ne visait pourtant qu’une partie d’entre eux, allait trouver une confirmation inattendue, mais bienvenue, après 1933, lorsque ceux qui étaient visés s’exilèrent. Quant à la description de la « littérature comme institution » en France, on peut facilement y reconnaître la jalousie qu’éprouve l’intellectuel allemand réduit à une impuissance politique et sociale, due à l’hostilité entre la société et le monde de l’esprit. La « nationalisation » des lettres en France signifie que même les écrivains de gauche et d’opposition sont intégrés dans la nation et partagent ses valeurs. Sieburg en veut donc doublement aux écrivains de gauche allemands : primo, parce que leur antinationalisme, voire leur antipatriotisme selon lui, se trouve à l’opposé de ses propres convictions, et, secundo, parce que cette opposition à l’État a entraîné la marginalisation du monde de l’esprit en tant que tel, situation dont Sieburg souffrait beaucoup personnellement puisqu’il se croyait mandaté d’une mission nationale, comme nous allons le voir à propos de son deuxième livre. Sieburg voulut briser cette malédiction frappant les intellectuels allemands en s’affirmant nationaliste, voire ultra-nationaliste, au point qu’on peut se demander quelle fut la part de l’orgueil et de l’ambition personnelle dans son évolution vers l’extrême-droite.

  • 6 Introduction à l’édition allemande de 1954, p. 31.
  • 7 Pour les passages les plus importants qui ont été supprimés, cf. aussi Taureck (Margot), Friedrich (...)
  • 8 Sur les échos dans la presse, cf. Taureck, ibid., 126 sqq.
  • 9 Gott…, 1954, p. 31.

20En terminant la présentation de ce livre qui détermina comme nul autre l’image de la France en Allemagne à la fin de la République de Weimar et sous le IIIe Reich, il convient de faire le point sur la question des modifications multiples du texte, intervenues d’une édition à l’autre et à travers la traduction. Pourquoi Grasset a-t-il en 1930 amputé le livre de passages entiers et modifié le texte-même à travers la traduction pour donner l’impression qu’il s’agissait d’un livre critique, certes, mais tout de même favorable à la France ? Selon Sieburg, qui dégage toute responsabilité, « Grasset, comme presque tous les critiques français, voulut à tout prix voir dans le livre une déclaration d’amour à la France et se faire le plus grand plaisir que le Français connaisse, à savoir récuser une déclaration d’amour qu’on ne lui a jamais faite6. » Or, il semble plutôt que Grasset, comme dix ans plus tard, voulut contribuer ainsi au rapprochement franco-allemand. À la différence des pamphlets issus de la confrontation de 14-18, le livre de Sieburg se prêtait à un tel embellissement, parce que, expression d’un sentiment contradictoire d’amour-haine, il est loin d’être uniquement négatif à l’égard des Français. Pour garder un certain équilibre, Grasset a laissé certains passages critiques mais encore acceptables7. Ainsi, la presse française avait de quoi critiquer cette « déclaration d’amour » de la part d’un Allemand, tout en le considérant, somme toute, comme un esprit compréhensif et même francophile8. Sieburg prétend avoir remarqué les coupures seulement en lisant le livre imprimé ; Grasset aurait rétabli le texte intégral en 1942, ce qui est indiqué sur la couverture, sans pourtant être vrai. Grasset l’aurait fait selon Sieburg parce que sous l’occupation le livre n’aurait plus eu pour lui la même importance9. Nous ignorons combien d’exemplaires de l’édition de 1942 ont été vendus, mais celui que nous avons pu consulter relève du 13e tirage, imprimé en septembre 1943. S’il est vrai que le mode d’attribution du papier sous l’occupation ne permettait que des tirages réduits, il semble quand même y avoir eu une demande pour le livre. Pour les éditions allemandes, la situation est plus claire : l’édition de 1940 fut tirée à 50 000 exemplaires, soit plus que toutes les éditions précédentes et celle de 1954 ensemble, qui s’élèvent à 42 000 ! Autrement dit, Sieburg vendit le plus de livres pendant la guerre.

21Pour l’édition dite « populaire » de 1935, Sieburg a lui-même censuré son texte, tout en mentant au lecteur dans la préface : « Je ne vois rien à ajouter ni à changer à ce livre. » (p. 330.) Dans la préface de 1954, il s’explique :

  • 10 Il s’agissait de Die rote Arktis [Sur un brise-glace soviétique] et de Es werde Deutschland [Défen (...)
  • 11 Gott…, 1954, p. 53 sq.

« Au moment où l’on préparait une nouvelle édition, appelée “édition populaire”, deux de mes livres furent interdits et détruits10. […] Dans ces conditions-là, il était nécessaire d’examiner de très près le texte de Gott in Frankreich ? afin qu’il ne donnât pas de nouveaux arguments de reproche aux policiers idéologiques contre l’auteur et son œuvre. Trois petits passages furent victimes de cet examen, que le lecteur d’aujourd’hui reconnaîtra facilement […]. La suppression de ces trois passages assura la survie de Gott in Frankreich ? et permit à cet ouvrage de continuer à témoigner d’un monde autre, plus clair, et de l’indestructibilité de la personne humaine11. »

  • 12 Bienek (Horst), Werkstattgespräche mit Schriftstellern, Munich, Hanser, 1965, p. 183.
  • 13 Es werde Deutschland ne fut répertorié sur l’index qu’à partir de juin 1936, et le 11 décembre de (...)

22Interviewé par Horst Bienek, Sieburg a précisé que ses deux livres mis à l’index furent interdits en 193412. Or, s’il n’y a pas de doute sur les faits, il y en a en ce qui concerne la date. Selon les recherches méticuleuses de Margot Taureck, Sieburg et son éditeur n’auraient pas modifié l’édition de 1935, de Gott in Frankreich ?, sous l’impact de pressions précédentes concernant les deux autres livres, parce que celles-ci étaient postérieures13. L’auteur et l’éditeur auraient adapté de leur propre gré la nouvelle édition du livre aux conditions politiques régnantes, sans pression particulière de la part des instances officielles. Dans la préface de 1935, l’auteur se félicite d’ailleurs du « dynamisme accusé » en Allemagne et constate que « les deux pays sont pleinement conscients de leur caractère et de la conformité de leur condition publique à leur complexion nationale » (p. 325).

23Parmi ces trois modifications dans l’édition de 1935 – Sieburg n’évoque d’ailleurs pas celles de 1940 –, une seule est de taille : elle concerne le chapitre « Sang et esprit » où Sieburg décrit assez correctement que les Français ne sont pas une « race » dans le sens allemand de l’époque, que les immigrés sont assimilés sans grands problèmes, et que, par conséquent,

« […] ce n’est pas le sang qui est le lien, c’est l’esprit. Ce n’est pas l’unité de la chair qui rapproche les citoyens, c’est l’unité de la foi, de la foi en la France. On ne peut pas changer de sang, mais on acquiert la foi. […] Être Français, ce n’est pas appartenir à une race que distinguent une même couleur de cheveux, une même structure du crâne, les mêmes instincts ; c’est avoir en commun une certaine conception de l’esprit national […], alors une seule génération suffit à faire d’un Juif oriental un Français “pur sang”. » (p. 52.)

24Les modifications intervenues dans les éditions allemandes de 1935 et 1940 concernent la suite :

« Il n’y a qu’en France qu’il est possible à un Roumain, à un Américain, à un Russe de devenir des écrivains français éminents. Tandis qu’il est d’usage en Allemagne de discréditer des adversaires politiques en les traitant de Juifs, en France, on n’y obtiendrait pas le moindre succès en reprochant à un concitoyen méritant son origine étrangère. » (Dieu…, 1930, p. 78.)

25Cette traduction française de 1930 est conforme au texte allemand de 1929, de 1930 et même de 1935. Ce n’est que pour l’édition allemande de 1940 et celle, française, dite « intégrale », de 1942, reprise en 1991, qu’on a supprimé la partie soulignée en collant la suite à la phrase précédente. Il s’agit là d’un propos délicat que Sieburg avait apparemment oublié de couper en 1935. La censure effectuée pour l’édition de 1935 concerne le passage qui vient directement après. Évoquant l’affaire Dreyfus, Sieburg poursuit son argumentation en réduisant l’enjeu antisémite de cette affaire, afin de conclure (ce passage figure encore dans l’édition de 1935) :

« La victoire des Dreyfusards ne consista pas dans l’obtention par les Juifs d’une égalité de droit qui n’avait jamais été menacée ; elle fut plutôt le triomphe de la troisième République sur ses adversaires du clergé et de l’armée. Ce fut une lutte pour la forme de la France, lutte dont le point de départ seul fut antisémite. » (Dieu…, 1930, p. 78 sq./Dieu…, 1991, p. 53.)

26La suite aboutit à une condamnation de l’antisémitisme que Sieburg ne pouvait évidemment plus laisser dans le livre après 1933 :

« La France eût été perdue si son idée nationale avait fait défaut, et si l’antisémitisme était devenu un mouvement général. L’Allemagne ne sera sauvée que lorsqu’elle n’aura plus d’antisémites, car ce n’est qu’à ce moment-là que l’aurore de la nation poindra à l’horizon. » (Dieu…, 1930, p. 79.)

27Puisque ce passage fut aussi supprimé pour l’édition française de 1942, il fait également défaut dans celle de 1991. Sieburg a donc dû supprimer l’expression de son hostilité à l’antisémitisme, un des rares sujets où il se distingua vraiment de l’idéologie nazie. Ainsi modifié, le chapitre change complètement d’intonation : dans le contexte politique de 1935 où la dénonciation de la « décadence raciale » de la France est devenue un lieu commun et presque obligatoire pour tous les livres écrits sur ce pays, ces considérations, plutôt reconnaissantes, sur la France « multiraciale » se transforment en accusation raciste, bien qu’elles gardent un aspect de description « neutre », comme le passage suivant le montre :

« L’insensibilité du Français aux oppositions de races, sa tendance à n’apprécier les hommes que d’après la culture à laquelle ils se rattachent, la fierté qu’il éprouve à la pensée que son pays est capable de rassembler en une seule forme les éléments ethniques les plus variés, sont largement confirmées, sinon expliquées, par des nécessités extérieures. Les points de vue militaire et capitaliste contribuent à faciliter l’adoption de ces principes à l’égard des races de couleur. » (Dieu…, 1930, p. 80 sq./Dieu…, 1991, p. 54.)

28Une faute de traduction est ici à signaler : « sinon expliquées » est exactement l’inverse de ce qui se trouve dans l’original (« wenn auch nicht erklärt »), car ce n’est pas par le fait que la France avait besoin de soldats que Sieburg explique l’intégration de ressortissants des peuples colonisés, mais d’abord par la conception de la civilisation française. Si ce n’est pas une faute de traduction involontaire, cette correction signifierait que Grasset voulut lui-même réduire la question de la présence des « gens de couleurs » au fait qu’on en avait besoin pour remplir les rangs de l’armée.

29Dieu est-il français ? n’est en fait que le premier de deux volets d’un diptyque sur la question franco-allemande, selon la conception de Sieburg, dont le second, Défense du nationalisme allemand, est beaucoup moins connu, à tort, que le premier.

« Défense du nationalisme allemand »

  • 14 Sieburg (Friedrich), Es werde Deutschland, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1933. Défense du nati (...)
  • 15 Krause, ibid. (voir supra, p. 14), p. 89.
  • 16 « Gegenspieler oder Spiegel », Deutschland, p. 287. Notions diluées dans la traduction française : (...)
  • 17 Jünger (Ernst), « Vorwort des Herausgebers », in Jünger (Friedrich Georg), Aufmarsch des Nationali (...)
  • 18 Deutschland, p. 38 sq. et 63. Traduit par nos soins, le texte français n’étant pas clair.
  • 19 Traduction par nos soins : « Elle [l’Allemagne] donne toutes les chances imaginables à un grand pa (...)

30La référence constante à l’Allemagne dans son premier livre ainsi que les circonstances politiques ont amené Sieburg à écrire en 1932 un deuxième livre, sur l’Allemagne cette fois-ci : Es werde Deutschland parut au début de mars 1933 et la traduction française, réalisée parallèlement, chez Grasset sous le titre Défense du nationalisme allemand, le 18 mars 193314. Cette « “fantaisie” sur l’Allemagne », d’après le jugement pertinent de Tilman Krause, « est le dernier texte programmatique de la “Révolution Conservatrice”15 ». Faisant suite au premier livre, la France y sert toujours « de terme de comparaison ». Sieburg parle même de la France comme « antagoniste ou miroir16 ». Le livre commence par un récit littéraire sur l’expérience du 11 novembre 1918 en France, vécue avec un ami. Il le rencontre douze ans plus tard à Londres, où l’autre s’est volontairement retiré, après être devenu un écrivain connu, tournant désormais le dos à l’Allemagne qu’il croit livrée au fanatisme politique. Sieburg lui prédit un destin d’exilé – « Et tu seras seul avec ton Humanité [Menschheit] » (p. 15) – alors que Sieburg défend sans concessions « le chemin obscur » que l’Allemagne avait emprunté, « un destin, dont elle avait ou non saisi toutes les conséquences » (p. 16). Mais la douloureuse période du devenir allemand touche à sa fin : « Nous sommes au seuil de l’être » (p. 16). Comme tous les Frontkämpfer ultra-nationalistes, Sieburg prétend que cette génération des tranchées de la guerre de 14-18 seule a le droit de parler au nom de l’Allemagne, puisque « seule sait voir la nation, qui sait se sacrifier » (p. 25). Il évoque « le feu créateur » (p. 22) tout comme Ernst Jünger déclamait : « La guerre est notre père, il nous a créés dans le sein brûlant des tranchées comme une nouvelle génération et nous reconnaissons avec fierté notre origine17. » Plus encore que le fait d’être (re-)né dans la guerre, c’est sur cette terre française qu’est née aussi en Sieburg l’étincelle du nationalisme allemand, créant définitivement le paradigme de l’opposition France-Allemagne. Mais, d’une part, l’auteur reconnaît que circonscrire ce qui est allemand en délimitant ce qui ne l’est pas, au lieu de tenter une définition positive, pose problème ; de l’autre, il avoue que ce qui se dérobe à une définition claire, positive, c’est « la capacité allemande d’affirmer le chaos et de l’incorporer à son propre être », c’est ce « qui fait peur à nos voisins », reconnaît-il. Mais « l’Allemagne se donne à un mouvement de libération qui est commun à tous les partis et couches sociales18 ». Sieburg y relativise donc l’importance du NSDAP, aspect sans lequel la phrase suivante ne peut être comprise : « Or la majorité des suffrages est acquise à un grand parti populaire, dont le radicalisme belliqueux et anticapitaliste doit nécessairement apparaître comme une menace redoutable aux autres nations. » (p. 45.) Tel qu’il apparaît dans la traduction, ce propos suggère que cette peur peut être justifiée, mais ce ne correspond point au message du texte allemand soulignant que ce parti n’apparaît menaçant qu’aux yeux de l’étranger. La phrase du texte original est en effet si différente de celle qui figure dans la traduction – il n’est pas question du succès électoral, par exemple –, qu’on est amené à croire à une manipulation tout à fait volontaire19.

  • 20 Défense, p. 53. Après « gratuitement » s’ajoute, dans l’édition allemande : « sans demander ni pou (...)

31Sieburg fustige la fausse image de son pays à l’étranger où l’on croit apercevoir en Allemagne les « symptômes d’une volonté générale en contradiction absolue avec la notion de raison » (p. 45), sans pour autant justifier ce qui est mal perçu. Mais, sans approuver tout, Sieburg assumait néanmoins tout ce qui se passait à ce moment en Allemagne : il consacre tout un chapitre, appelé « Démons organisés », au côté obscur de l’être allemand. Rappelant le principe dynamique (allemand) s’opposant au principe statique (français), l’auteur affirme en effet : « Tout ce qui se dépense gratuitement, tout ce qui marche en chantant à l’anéantissement, tout ce qui s’abandonne enfin au mouvement en soi, éveille les forces et les aspirations les plus secrètes de l’être allemand20. » On croirait lire un appel non à la « libération nationale » mais à l’autodestruction !

  • 21 Viénot (Pierre), Incertitudes allemandes – La crise de la civilisation bourgeoise en Allemagne, Pa (...)
  • 22 Cf. Deutschland, p. 75.

32De tels propos devaient forcément confirmer les craintes françaises dont Sieburg critiquait le non-fondé, tout en souscrivant paradoxalement à l’analyse de cette « loi du mouvement » – ne pas savoir où l’on va – qui était l’essence des « incertitudes allemandes » selon Pierre Viénot21, à propos duquel Sieburg écrit : « Le Français Pierre Viénot qui a écrit le meilleur livre sur l’Allemagne actuelle, va jusqu’à croire que nous reconnaissions au mouvement une valeur morale. La notion d’héroïsme, qui est bien une valeur, procède en effet de ce culte du mouvement gratuit. » (p. 53.) C’est encore une fois l’occasion d’opposer l’« être allemand » à l’« être français » : ce dernier est considéré comme « une menace ou au moins un retardement de notre prise de conscience nationale ». Il serait « naturel » pour l’Allemand d’y résister (p. 51). Or, « aimer une chose pour elle-même » est, selon Sieburg, un trait caractéristique de l’Allemand, qui se révèle dans tous les domaines, et dans lequel il reconnaît l’origine du rapport conflictuel et « tragique » des Allemands avec l’extérieur, conflit qualifié de « tragédie mondiale » (Welttragödie – non repris dans l’édition française)22 puisque l’Allemagne se trouve au centre du monde. Ainsi, le fameux militarisme prussien n’était-il pas en premier lieu une préparation à la guerre, selon Sieburg, car l’Allemand conçoit « le service comme forme de liberté » (p. 82), l’être allemand se réalisant avant tout dans une vie soldatique :

« L’Allemand possède une volonté irréductible d’esprit militaire, voire de forme de vie militaire. Il n’est pas seulement soldat de nature ; mais encore le milieu militaire ne manque pas de favoriser chez lui l’essor de ses facultés et de ses aptitudes les plus nobles. […] De tout temps l’Allemand n’a cultivé le militarisme que pour lui-même, en le considérant comme une sorte d’éthique dépourvue de toutes tendances utilitaires. L’Allemand y a toujours vu un état humain, une manière d’être, qui lui permettait de prendre fortement conscience des liens l’unissant à la communauté et même de pressentir la forme nationale du peuple allemand. Ce rôle, le militarisme le joue encore aujourd’hui. » (p. 75 sq.)

  • 23 La critique du wilhelminisme, cependant, était largement répandue parmi les ultra-nationalistes et (...)

33De même, l’esprit de front est-il une éthique indépendante de la guerre, car il « représente un ensemble de formes de penser, de sentir et de vivre, qui n’ont pas besoin du maniement des armes pour se manifester » (loc. cit.). Interdire aux Allemands une armée incluant la conscription, c’est « nous forcer à renoncer à notre éthique » (p. 85), revendiquer la « souveraineté militaire » (Wehrhoheit) ou la « liberté militaire » (Wehrfreiheit) n’implique en aucun cas un réarmement pour chercher la confrontation avec l’étranger. Sieburg admet toutefois, à la différence de la plupart des nationalistes de l’époque, que la dérive du militarisme éthique vers un militarisme impérialiste était au moins co-responsable de la guerre de 1914-191823.

34À cette vie « soldatique » s’ajoute l’esprit du travail dans lequel Sieburg reconnaît un autre trait caractéristique des Allemands. Sans que le nom de Max Weber soit évoqué, c’est en quelque sorte le prolongement de sa théorie de l’« éthique protestante » :

« L’Allemand a une conception désintéressée du travail : il est capable de travailler sans songer au profit, – de même qu’il peut avoir une façon de sentir militaire, et prendre les armes sans être pour cela militariste, au sens politique du mot. Ces deux traits permettent d’entrevoir la profonde innocence de notre âme, qu’aucun étranger ne comprit jamais. […] L’Allemand donne au travail humain un sens absolu. Il est capable de s’y livrer au nom même du travail. » (p. 54, 68.)

35Opposant à cette éthique du travail la recherche du bonheur comme principe français ou plus généralement latin, Sieburg reprend non seulement un stéréotype classique, répandu de part et d’autre du Rhin, mais il l’exagère jusqu’à l’absurdité. Quant à l’Allemand travailleur acharné, ce cliché a persisté pratiquement jusqu’à nos jours. En réalité, l’Allemagne a été presque toujours en avance par rapport à la France en matière de réduction du temps de travail – à l’exception de la période du IIIe Reich justement. Il est grotesque que Sieburg intitule un chapitre de son ouvrage avec cette notion bien allemande « Feierabend » (traduit faussement par « couvre-feu ») pour exprimer l’idée absurde que l’Allemand se sentirait mal après avoir terminé sa journée de travail, alors que le sens même du mot Feierabend traduit la joie de « fêter » ou de « célébrer » la « soirée », c’est-à-dire la fin de la journée de travail, et non pas de la déplorer. Mais Sieburg insiste sur sa vision mythique :

« Nous ne trouverons jamais en nous cette aspiration au bonheur consciente et déterminée que connaît par exemple le Français. Il nous paraît plus moral de nous soumettre à la pression constante du devoir et de ne point passer nos heures de loisir dans un soupçon de mauvaise conscience. » (p. 69 sq.)

  • 24 Traduit par nos soins, Deutschland, p. 153.
  • 25 « Deutschland denkt die Welt zu Ende », chap. XIII du livre.

36La dictature des valeurs étrangères sur l’esprit allemand était plus inacceptable pour Sieburg que les stipulations politiques et économiques du traité de Versailles : ainsi « l’abus du purement humain », « le joug de la justice », « le despotisme de l’harmonie », pour ne citer que quelques en-têtes de chapitres où il développe un relativisme qui le rapproche de la pensée nazie, malgré sa critique du nazisme sur d’autres plans. Ce relativisme n’est pas si exclusif qu’il ne puisse accepter des valeurs « universelles », certes, « mais seulement quand elles auront été refondues dans la forge de l’esprit allemand24 ». En revanche, le monde aurait besoin de la pensée allemande : « La pensée allemande achève le monde », déclame-t-il. La traduction française de la formule25 contient, sans doute involontairement, un double sens superbe qui, en fin de compte, n’est pas si étranger à l’idée sieburgienne aboutissant une fois de plus au nihilisme du « tout devient possible, même l’anéantissement » (p. 186). Plus « positivement », il ajoute : « Si l’Allemand voit s’épanouir pleinement ses qualités morales dans l’acte de servir, il est né pour dominer et affirmer des valeurs. » (p. 187.) C’est un paradigme – le Führerprinzip – dont on ne saurait surestimer l’importance pour toute la pensée ultra-nationaliste et nazie, un modèle dont peut se réclamer un nationalisme « universaliste » : seul celui qui est prêt à servir est en posture de demander à autrui de le servir c’est-à-dire de lui obéir. Le prosélytisme nationaliste de Sieburg s’exprime plus ouvertement dans la version française comme le passage suivant le montre :

« Sans doute l’Allemagne a-t-elle été jusqu’ici la seule à effectuer cette prise de conscience en acceptant courageusement les souffrances qui en résultent, mais cela ne prouve point encore qu’elle doive garder le monopole d’un mouvement qui mérite d’être considéré comme une révolution. [Ne faut-il pas croire qu’une fois de plus l’Allemagne s’engage résolument dans une voie que d’autres devront suivre après elle ? Notre situation qui apparaît aujourd’hui si particulière n’est-elle point la seule situation normale ? Les autres peuples qui ne peuvent se résoudre à l’accepter ne mènent-ils pas une vie purement artificielle ?] En un mot la révolution, sous forme d’une vaste prise de conscience, n’attend-elle pas toutes les civilisations dites occidentales ? » (p. 187 sq.)

37La partie signalée entre crochets [ ] manque dans l’original ; cela suscite la question de savoir si le texte dactylographié dont disposait forcément le traducteur avant la parution du livre en Allemagne (les deux éditions étaient quasi simultanées), ne différait pas pour quelques passages du texte définitif transmis par Sieburg à son éditeur allemand. Puisque Grasset avait besoin d’un certain délai pour faire traduire le texte, il disposait du manuscrit sans doute dès l’automne 1932, tandis que Sieburg a pu modifier le texte allemand au dernier moment, sur épreuves, réagissant aux événements politiques de l’hiver 1932-1933 ou même encore à la nomination d’Hitler comme chancelier, le 30 janvier 1933. Le désir d’« exporter » la « révolution allemande » aurait eu alors une signification concrète non voulue par l’auteur.

38Mais le passage incriminé plus tard par les autorités nazies concerne la prise de distance par rapport au racisme et à la violence. Les différences entre les versions française et allemande sont, là encore, très éclairantes. Dans l’édition française, l’auteur explique :

« Un grand nombre de ceux qui emploient aujourd’hui des formules nationalistes ne sont que des esclaves affranchis qui trouvent dans le relâchement de la société une circonstance favorable à leur débordement. Ce que nous nommons ici brièvement le nationalisme ne rencontre point en Allemagne de sérieuses résistances ; même sur le plan de la politique des partis, ce n’est pas essentiellement le nationalisme qui suscite l’opposition. Si des actes de violence et jusqu’à des meurtres ne cessent d’être commis en son nom, leurs auteurs sont des individus informes qui ne cherchent d’autre liberté que celle de l’indiscipline. » (p. 236.)

  • 26 Sur la « Révolution conservatrice », voir les ouvrages et articles de Louis Dupeux, Gilbert Merlio (...)

39À la place de « nationalistes », dans l’édition française, se trouve « nationaux-socialistes » dans le texte allemand (Deutschland, p. 274). Cela confirme notre hypothèse que Sieburg a corrigé le texte allemand au dernier moment, sous l’impression de la montée du parti nazi. C’étaient sans doute les nazis qu’il visait aussi dans l’édition française, mais il avait préféré d’abord ne pas les appeler par leur nom, considérant de façon générale que l’antisémitisme est « une excroissance du libéralisme décadent » (p. 236). L’auteur tint enfin à clarifier sa position en expliquant « que la race n’a rien à voir avec la nation et qu’on ne peut établir entre elles aucun rapport. Recourir au principe de la race, c’est se soustraire à l’obligation morale qui réside dans l’essence de la nation » (p. 237). La pensée sieburgienne est en effet trop soumise à la prépondérance du culturel pour qu’elle puisse concevoir une notion biologique et raciste de la nation et du peuple. La distance par rapport à l’idéologie nazie est celle de la plupart des partisans de la « Révolution conservatrice26 » avec laquelle Sieburg eut des affinités, sans y participer de façon étroite, affinités dont il témoigne en évoquant la pensée du cercle autour de la revue Die Tat (Défense, p. 239). Mais l’adhésion de Sieburg au « principe du chef » et sa vision d’un État totalitaire relèvent d’une pensée fasciste claire et nette :

« Pour que nous nous inclinions devant un principe, il faut qu’il nous parvienne à travers l’homme. [Aussi notre forme d’obéissance sera-t-elle de suivre un chef, un prototype d’action.] À défaut d’un pareil type humain, nous faisons de notre aspiration la preuve même de l’existence de Dieu : c’est ainsi que Luther affirma qu’il devait exister un être auquel l’homme pût se soumettre en toute confiance. Mais il nous faut un être fait à notre image et qui parle notre langue. Il nous faut une puissance et non point un argument. » (p. 132.)

40La phrase marquée entre crochet manque, elle aussi, dans le texte allemand, car elle ne pouvait être comprise après le 30 janvier 1933 que comme un hommage à Hitler à qui Sieburg n’avait sans doute pas pensé, mais plutôt au général von Schleicher qui, cherchant une alliance idéologique avec l’aile gauche du NSDAP autour des frères Strasser, dirigeait au moment de la rédaction du livre un gouvernement autoritaire mais éphémère avec lequel Sieburg et beaucoup d’autres partisans de la « Révolution conservatrice » sympathisaient. L’idée qu’un « chef » sortirait l’Allemagne du chaos était une conviction que ces intellectuels ultra-nationalistes partageaient avec les nazis, tout comme la vision d’un État totalitaire :

« L’État peut […] être aussi la totalité autoritaire d’une formation comprenant le peuple tout entier. Il est évident que la nation tant qu’elle lutte pour son existence, ne peut guère se concevoir en dehors de cette totalité. Nous avons assez insisté sur l’exclusivité de la nation et sur les devoirs qu’elle impose à chacun : il n’est plus nécessaire de prouver que la communauté d’État exclut et même dissout toutes les autres coalitions, cellules, groupements, ligues [Bindungen = liens, liaisons, W.G.] et sociétés. » (p. 243.)

41En conséquence, Sieburg ne cesse de dénoncer le parlementarisme français – pas ses abus, bien entendu, mais son principe même –, en mettant en question « la valeur des suffrages » (p. 290), car les millions de votants sont incapables d’« exprimer une volonté générale » (p. 267) : ce qui est justement le processus du dégagement d’une volonté générale, à savoir les élections, n’est pour Sieburg qu’un moyen de l’empêcher. Or, même si l’on prend en considération l’état désastreux du système parlementaire à la fin de la République de Weimar, on ne peut s’empêcher de constater dans tous ces propos de Sieburg des éléments d’une véritable doctrine fasciste.

  • 27 Noth (Ernst Erich), Erinnerungen eines Deutschen, Hamburg/Düsseldorf, Claassen, 1971, p. 253 sq.

42Un jugement équitable du livre en tirera la conclusion que l’auteur s’est rapproché du national-socialisme autant qu’il était possible pour quelqu’un qui ne partageait pas son idéologie antisémite. Mais Sieburg n’en est pas resté là. Rattrapant le cours des événements qui se sont déroulés entre le moment de la dernière correction du livre et sa parution, il ne manque pas de déclarer sa fidélité inconditionnelle à l’« Allemagne nouvelle » après la parution de Es werde Deutschland. Ernst Erich Noth, écrivain et journaliste, son collègue de la Frankfurter Zeitung jusqu’à la prise du pouvoir par Hitler, a donné un récit de sa rencontre avec Sieburg au début du mois de mars 1933 à Paris où Noth s’était réfugié. Sieburg défendit alors la « révolution » en Allemagne, malgré quelques excès déplorables selon lui, car « il s’agissait de l’aube d’une nouvelle ère » qu’il fallait « considérer dans la bonne perspective, c’est-à-dire dans une perspective historique à long terme ». Sieburg montra encore à Noth un petit carnet avec un montage de photos d’Hitler, qu’il présenta comme son « talisman » en disant : « Nous devrons tous nous habituer à ce visage. Quoi qu’il en soit. C’est comme ça : il sera notre destin27. »

  • 28 D’après Betz (Albrecht), Exil et engagement – Les intellectuels allemands en France 1939-1940, Par (...)
  • 29 « Von den Pflichten eines Auslandsdeutschen », Frankfurter Zeitung, 09-04-1933, repris dans Siebur (...)

43Ce témoignage personnel d’un des premiers exilés est confirmé par les déclarations publiques de Sieburg, dont un hommage rendu à Hitler et son « gouvernement stable et fort », suite à une rencontre avec Hitler, le 21 mars à Berlin. Quant aux violations des droits de l’homme en Allemagne, Sieburg considéra que « les faits ont été fortement exagérés, voire falsifiés » lors des accusations diverses28. Ripostant à ses critiques dans un article sur sa situation comme Allemand se trouvant à l’étranger, en avril 1933 dans la Frankfurter Zeitung, il déclara sa fidélité à cette Allemagne « plus solitaire que jamais29 ». De la fidélité avec son pays, il passa ensuite au ralliement sans ambiguïté au nouveau régime : préfaçant Germany, my country, l’édition anglaise de Es werde Deutschland, il se félicite en effet de « l’État total » qu’est devenu l’Allemagne, grâce au fait que le NSDAP s’est identifié au peuple allemand dans une révolution nationale nécessaire, et il confirme expressis verbis que le national-socialisme contiendrait

  • 30 D’après le texte anglais cité dans Raddatz (Fritz J.), « Schreiben ist Leben », préface à Sieburg (...)

« […] une vérité intérieure correspondant à notre caractère. L’Allemagne vivait dans une sorte de captivité babylonienne, dans la misère spirituelle et le désespoir moral, elle souffrait sous l’effet d’un sort diabolique, mais aucun de ses chefs ne trouvait la formule magique pour le bannir. Adolf Hitler l’a trouvée, et quoi que le monde pense de ses qualités comme homme d’État, il ne pourra lui refuser son respect devant son don prophétique30. »

  • 31 D’après Raddatz, op. cit., p. 21. T. Krause l’excuse en expliquant : « La notion de “IIIe Reich” a (...)
  • 32 Lettre de Sieburg à Welczek, in Taureck, ibid., p. 109.
  • 33 Lettre de Welczek au Reichsverband der deutschen Presse, du 10-01-1937, in Taureck, p. 110.
  • 34 Das braune Netz – Wie Hitlers Agenten im Auslande arbeiten und den Krieg vorbereiten, Paris, Éd. d (...)
  • 35 Interview publiée dans L’Appel, d’après Krause, ibid., p. 170 sq.

44Sieburg explique en outre que son livre, écrit avant la prise du pouvoir par Hitler, n’a rien perdu de sa valeur après cet événement et que lui, Sieburg, accepterait même d’être taxé d’« évangéliste du IIIe Reich31 ». Opportunisme et sincérité sont sans doute étroitement liés dans cette déclaration : n’oublions pas que le livre sera interdit plus tard en Allemagne à cause des quelques passages critiques à l’égard des nazis. Inquiété par le directeur de l’Union de la presse allemande (Reichsverband der deutschen Presse), en 1936, pour ne pas avoir retiré son livre de la vente, il ripostera en se vantant de défendre comme nul autre l’Allemagne nouvelle en France. « Comme vous le savez », écrit Sieburg à l’ambassadeur allemand à Paris, Welczek, « depuis la prise du pouvoir j’ai investi sans restriction tout le crédit moral dont je jouis en France à faire comprendre les événements survenus en Allemagne32 ». L’ambassadeur le soutient de toutes ses forces, soulignant « l’adresse indéniable » de Sieburg « de communiquer la position allemande et la pensée nationale-socialiste également à des milieux qui étaient hostiles à l’égard de l’Allemagne nouvelle33 ». La mauvaise critique de son livre en France, dont Sieburg fournit les preuves, sert finalement à l’innocenter auprès des instances concernées du Reich. Cette défense n’éclaire pas la vraie pensée de Sieburg ; mais il est désormais lié aux autorités du Reich qui comptent sur lui comme un représentant culturel de l’Allemagne à Paris. Il est pourtant exagéré d’accuser Sieburg d’être passé, par opportunisme, de philosémite à antisémite, comme le fit Willy Münzenberg en 193534. Le premier et apparemment seul témoignage d’un propos antisémite de Sieburg est l’interview accordée en 1942 à une revue fasciste française, où il dénonce « les faiblesses » et le « cosmopolitisme de la race juive » et déplore les succès de Heinrich Heine, tandis qu’il se félicite de ce que les auteurs juifs contemporains ont tous quitté l’Allemagne35.

Sieburg et la France après 1933

  • 36 Krause, ibid., p. 126.
  • 37 Sieburg (Friedrich), Robespierre, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1935, p. 47.

45À la recherche de signes d’une prise de distance par rapport au régime nazi, beaucoup de commentateurs ont interprété le livre sur Robespierre, paru en 1935, comme une « parabole »36, une critique d’Hitler à travers l’analyse du « tyran » de l’an II. Sieburg décrit Robespierre comme un Français atypique, d’origine nordique ; né à Arras, « il n’a rien d’un Latin37 ». Il lui manque le sens du débat et de la dispute ainsi que la convivialité méridionale. Robespierre méconnut surtout l’individualisme viscéral du Français qui venait juste de conquérir son droit à l’existence politique par la conquête de la liberté à travers la Révolution. Le Français n’est-il pas naturellement contre l’extrême, contre la démesure, et ne regarde-t-il pas toujours l’autorité, l’ordre, d’un œil critique ? Bref, la dictature allait contre l’« être français » et ce fut la raison de son échec. Cette analyse confirme l’image des Français comme un peuple de petits-bourgeois individualistes et correspond au message que Sieburg lance dans la préface à l’édition de 1935 de Dieu est-il français ? où il met en garde contre l’idée que les Français changeraient de nature (comme les événements liés au 6 février 1934 l’avaient suggéré à plus d’un journaliste allemand) :

« Il est vrai que les Français interrogent leur conscience pour savoir s’ils ne doivent pas réviser profondément leurs rapports avec la collectivité, qui ont été jusqu’à présent fort lâches, pour ne point dire empreints d’égoïsme. […] Mais je ne crois pas que le Français veuille pour cela changer son mode de vie, et la civilisation française remettre en question ses principes fondamentaux. La France, semble-t-il, souhaite demeurer encore longtemps le pays de l’individualisme et de la liberté personnelle, au sens libéral et courant de ces mots. » (Dieu, 1991, p. 327 sq.)

  • 38 Id., Blick durchs Fenster – Aus zehn Jahren Frankreich und England, Frankfurt a.M., Societäts-Verl (...)

46En 1939, la poursuite du bonheur individuel est toujours le fond inébranlable du caractère français, malgré les secousses politiques en France et en Europe que les Français ne pouvaient pas ignorer. C’est le message d’un nouveau livre, intitulé De ma fenêtre38, réunissant les productions littéraires de ses dernières années à Paris et à Londres, déjà publiées en partie dans la Frankfurter Zeitung. La capitale française, à laquelle trois quarts des textes sont consacrés, y sert de miroir concentrant l’histoire de la France dont Sieburg retrace des épisodes politiques importants ou seulement significatifs de l’« être français ». Entre la « France éternelle » et l’anecdote historique, la politique actuelle semble disparaître, alors qu’en vérité elle y est – cachée.

47En effet, l’étude de la France et des Français n’a rien perdu de son importance pour les Allemands, explique l’auteur, malgré le fait que « l’intérêt fébrile que les deux nations voisines prennent l’une à l’autre ait paru, au cours des dernières années, sinon se relâcher, du moins perdre un peu de son objet et de ses points de contacts ». Mais « l’Allemand, pas plus que le Français, n’est jamais las d’étudier le visage opposé et d’y apprendre à se connaître mieux lui-même » (p. 167). La satisfaction et la suffisance des Français engendrent toujours chez eux cette peur de l’avenir d’où ressort le besoin de sécurité. « Pour l’individu, cela se traduit par cette question : “Comment m’assurer une vieillesse tranquille ?” Pour la communauté : “Comment me protéger contre l’Allemagne ?” » L’inquiétude se transforme donc nécessairement en pessimisme « qui fait le climat de l’âme française. Il naît de l’impuissance à prévoir tous les cas à venir » (p. 159).

48Ce mécanisme sécuritaire mène de façon conséquente à l’axiome principal cher à Sieburg : « Le pessimisme conduit à la haine de toute mobilité. […] Plus l’âme est pessimiste, plus elle ressent comme un trouble la plus naturelle des modifications ou des évolutions, voire le plus infime des mouvements. » (p. 163.) Les Français sont devenus des misanthropes car pour eux-mêmes déjà « l’amour des hommes devient un risque. Et l’amour tout court, lui aussi peut-être ? Les amants songent plus à leur vie commune qu’à leur amour. Ils veulent se retrouver, non se perdre l’un à l’autre » (p. 164). Voilà une de ces généralisations troublantes, typiquement sieburgiennes, suggérant ici une juxtaposition intéressante entre Français et Allemands : ceux-ci veulent se perdre ou au moins courir ce risque. Veulent-ils aussi se perdre dans l’amour du Führer ? Les Allemands, dit Sieburg, ont gardé ce sens de l’héroïsme qui manque aux Français, devenus pacifistes par saturation. Ce n’est pas l’héroïsme de Napoléon que sa postérité vénère, c’est la gloire de la France qu’il représente, car, contrairement à ses soldats qui lui étaient dévoués sans condition, « la France n’a pas hésité à laisser choir Napoléon au moment même où son héroïsme n’était plus compatible avec le génie français », afin de « conserver son droit moral » et son « égoïsme » hostile au principe de l’héroïsme exigeant l’abandon de soi. C’est pourquoi

« […] il arrive sans cesse à l’Allemand de défendre le grand Empereur contre le Français […] parce que sa nature démonique [sic] nous parle d’une voix familière et que l’Héroïque qui était en lui fait vibrer en nous la même fibre. Nous sommes capables de découvrir en lui et de laisser agir l’esprit cosmique. L’instinct qui pousse le héros à dépasser ses propres limites jusqu’à faire explosion est une possibilité proprement allemande, tandis que, pour le Français, il a quelque chose de répulsif et même de dangereux. » (p. 48.)

49Après Robespierre, encore un dictateur atypique de la France ! Cette fois-ci, impossible d’y reconnaître une allusion critique à la dictature allemande, au contraire ! Ces propos, écrits en 1938, allaient trouver peu après des répercussions plus étendues dans la propagande allemande, car pendant la guerre, de nombreux auteurs prônaient l’héroïsme allemand contre le souci du bonheur français, tandis que d’autres ne cessaient de comparer Napoléon à Hitler, en exprimant leur conviction que celui-ci éviterait les erreurs de celui-là. Mais Sieburg prolonge surtout sa « philosophie du risque » assaisonnée, à cette occasion, d’une dose de nietzschéisme :

« Le surhomme est toujours apparu au Français comme une force ennemie. L’Héroïque, pour être complet, ne peut se passer du destructif – au moins comme possible. Sur le héros tombe d’en haut la lumière, une lumière étrangère. […] Peut-être n’est-ce qu’une conception différente de l’Héroïque qui nous sépare, nous autres Allemands, des Français, et qui oblige ceux-ci à considérer l’apparition de César comme la démesure incarnée, alors que nous comprenons et que nous approuvons sa façon de traiter le monde et les peuples comme une matière. […] À nous, cette impatience [du héros, W.G.] n’est pas étrangère, mais comment satisferait-elle un peuple qui, de mémoire d’homme, trouve un solide agrément dans l’aimable retour d’activités terrestres en un domaine limité ? » (p. 51 sq.)

50Publiées en 1939, ces lignes sont-elles autre chose qu’une préparation idéologique raffinée à la guerre qui est déjà dans l’air, une justification de l’impérialisme hitlérien, même s’il n’y a pas de référence directe à l’actualité ? L’adoration de l’irrationnel par Sieburg peut se passer d’invoquer de prétendus droits historiques de l’Allemagne (à l’hégémonie, etc.) ou le conflit pluri-séculaire entre les deux voisins. Sa défense de l’héroïsme et de la soumission individuelle à un principe supérieur, bref, du « principe du chef », justifie tout. Que sont les autres nations ? De la « matière à traiter »…

51Sieburg ne reproche évidemment pas aux Français leur manque d’héroïsme, il se félicite au contraire du fait que la France ne constitue plus un danger pour l’Allemagne qui, plus vigoureuse, plus dynamique, plus héroïque, a le droit de se substituer à la France dans la conduite de l’Europe. Sieburg croyait-il que cela pouvait se faire sans guerre (précisons : sans guerre avec la France) ? C’est possible ; n’oublions pas qu’il rédigea son livre à l’époque des accords de Munich. Quel est alors l’état de la France ? Est-ce un pays « dépolitisé », comme Sieburg l’a toujours affirmé, dans la mesure où les gens ne s’engagent plus pour un idéal, mais ne songent qu’à leur bien-être ? La politique, en France, n’est-elle pas une activité méprisée même par ceux qui l’exercent ? Quel homme politique ne préférerait pas être un écrivain illustre ?

« Une réalisation [Leistung] dans le domaine militaire, économique, politique ou administratif reste toujours une fonction ; seule la réalisation littéraire exprime toute la personnalité et touche au noyau de la vie nationale. Ce n’est que par le spirituel que la réalisation devient essentielle en France. » (p. 151.)

52Car l’homme politique français ne veut pas faire d’exploits, il n’est pas héroïque, il n’a pas de vocation, il ne veut pas réussir dans la politique, mais avec la politique. L’homme politique en France n’est pas différent de l’homme français tout court, pense Sieburg, et « l’âme française » malgré sa méfiance des autres, « voudrait plaire ». Plaire, c’est le moyen de surmonter l’isolement de l’individu égoïste : « Le désir de plaire rend possible la vie en commun. » C’est le trait essentiel du dispositif psychique des Français : « Sans effort, l’âme française aspire à plaire. Plaire est pour elle une joie plus qu’un souhait. » Mais « c’est un désir que seul l’instant peut combler ». Et « ainsi la vie devient un spectacle, chacun sait qu’il s’agit d’une illusion et nul ne la dénonce » (p. 161). La voilà, la tentation méphistophélique – Reste donc, tu es si beau ! – à laquelle le Français succombe, ne vivant que dans l’instant et pour l’instant, mais à laquelle Faust – l’homme allemand selon cette vision, faut-il le souligner – résiste en se dépassant pour aspirer à l’éternité. Cela ne peut être compris par le Français, pense Sieburg, et c’est pourquoi le génie français ne pouvait pas produire un Goethe. Chateaubriand était un « Goethe manqué » : « Si Goethe se définit par la foi en son destin, l’écrivain français se définit par l’honneur. » André Gide, répondant à la question de savoir qui est le plus grand poète français par : Victor Hugo, hélas !, « rend hommage à la maîtrise de ce dominateur du verbe, mais il déplore que la nature française ne puisse donner naissance à un grand poète au sens où l’est Goethe » (p. 67 sq.).

53La douzaine de pages du livre De ma fenêtre, que nous venons d’analyser, car le reste de l’ouvrage n’est pas intéressant pour notre propos, montre comment Sieburg a évolué jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le « philosophe du risque » s’est transformé en un propagandiste de « l’héroïsme », désormais sûr de ce qu’il ne pouvait que supposer – et espérer – en 1929, et encore en 1935 : la France n’est plus un facteur politique en Europe, les Français s’enfermant de plus en plus dans leur pré carré dont la culture était la chose la plus chère au monde. Sieburg ne parle plus du « missionnarisme » intellectuel et politique français qu’il a si violemment dénoncé auparavant. Le besoin de sécurité des Français, jadis la cause de tous les malheurs allemands, ne dérange plus, car il a perdu son aspect d’agressivité névrotique. Avec ce message, Sieburg est tout à fait en accord avec l’atmosphère politique de l’après-Munich en Allemagne. La France, retirée définitivement derrière sa ligne Maginot, ne constitue plus un obstacle à la vocation « héroïque » et « césarienne » de l’Allemagne. Malgré ce rapprochement politique de Sieburg avec le régime, l’image de la France et des Français propagée à travers ses publications jusqu’à ce moment-là reste néanmoins très éloignée de l’image qu’on pourrait qualifier de nationale-socialiste au sens propre du terme.

Notes

1 Comme le sous-titre l’indique par une modestie coquette : Sieburg (Friedrich), Gott in Frankreich ? Ein Versuch, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1929, 21933, 31935 [« Volksausgabe »], 41940, 51954 [erweiterte Neuausgabe]. Dieu est-il français ? suivi d’une lettre de Bernard Grasset à Friedrich Sieburg, Paris, Grasset, 1930 ; texte « intégral » traduit de l’allemand par Maurice Betz suivi d’une Lettre sur la France par Bernard Grasset, 1942 ; réédité avec la préface de Sieburg à l’édition allemande de 1935 et une préface actuelle de Laurent Dispot, Paris, Grasset, 1991. Sauf indication contraire, nous nous référons toujours à cette dernière édition.

2 Cela concerne surtout le cinquième « Discours à la Nation allemande » de Fichte. Cf. Brinckmann (Albert Erich), Geist der Nationen – Italiener, Franzosen, Deutsche, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1938, p. 211. [Rééditions en 1941 et 1946.] Esprit des Nations – France, Italie, Allemagne, Paris, Éd. de la Toison d’Or, 1943, p. 214.

3 Gott…, 1929, p. 315 (traduction par mes soins).

4 C’est précisé dans une « note de l’éditeur » de 1942, reprise dans l’édition de 1991, sans que le lecteur puisse se rendre compte qu’elle date de 1942. Laurent Dispot semble avoir été le premier à tomber dans ce piège puisque, conscient du fait qu’il s’agit de la réédition du livre de 1942, mais non pas du fait que le texte de cette édition-là est loin d’être « intégral », il présente, dans sa préface, cette édition de 1991 comme la traduction du texte authentique.

5 Cf. Korinman (Michel), Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, Fayard, 1990, surtout p. 33 sqq. et 247 sqq.

6 Introduction à l’édition allemande de 1954, p. 31.

7 Pour les passages les plus importants qui ont été supprimés, cf. aussi Taureck (Margot), Friedrich Sieburg in Frankreich. Seine literarisch-publizistischen Stellungnahmen zwischen den Weltkriegen in Vergleich mit Positionen Ernst Jüngers, Heidelberg, C.Winter, 1987, p. 127.

8 Sur les échos dans la presse, cf. Taureck, ibid., 126 sqq.

9 Gott…, 1954, p. 31.

10 Il s’agissait de Die rote Arktis [Sur un brise-glace soviétique] et de Es werde Deutschland [Défense du nationalisme allemand] dont nous parlerons plus tard.

11 Gott…, 1954, p. 53 sq.

12 Bienek (Horst), Werkstattgespräche mit Schriftstellern, Munich, Hanser, 1965, p. 183.

13 Es werde Deutschland ne fut répertorié sur l’index qu’à partir de juin 1936, et le 11 décembre de la même année, le chef de l’Union de la presse allemande avertit Sieburg de la mise en route d’un procès devant la chambre professionnelle parce qu’il n’avait pas retiré les deux livres du marché, chose à laquelle on l’avait incité le 25 juillet 1936. Cf. Taureck, ibid., p. 107-110.

14 Sieburg (Friedrich), Es werde Deutschland, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1933. Défense du nationalisme allemand, trad. de l’allemand par Pierre Klossowski, Paris, Grasset, 1933. La traduction littérale du titre allemand, calqué sur le modèle Fiat lux !, serait : « Que l’Allemagne devienne ! »

15 Krause, ibid. (voir supra, p. 14), p. 89.

16 « Gegenspieler oder Spiegel », Deutschland, p. 287. Notions diluées dans la traduction française : « […] qui nous a déjà servis de terme de comparaison » (Défense, p. 246).

17 Jünger (Ernst), « Vorwort des Herausgebers », in Jünger (Friedrich Georg), Aufmarsch des Nationalismus, Berlin, Vormarsch-Verlag, 1926, p. XI.

18 Deutschland, p. 38 sq. et 63. Traduit par nos soins, le texte français n’étant pas clair.

19 Traduction par nos soins : « Elle [l’Allemagne] donne toutes les chances imaginables à un grand parti, un mouvement populaire même, qui se revendique d’une forme de radicalisme particulièrement insolite pour les voisins, parce qu’il est à la fois belliqueux et anticapitaliste. » (Deutschland, p. 63 sq.)

20 Défense, p. 53. Après « gratuitement » s’ajoute, dans l’édition allemande : « sans demander ni pourquoi, ni où l’on va » (Deutschland, p. 74).

21 Viénot (Pierre), Incertitudes allemandes – La crise de la civilisation bourgeoise en Allemagne, Paris, Libr. Valois, 1931.

22 Cf. Deutschland, p. 75.

23 La critique du wilhelminisme, cependant, était largement répandue parmi les ultra-nationalistes et les nazis qui reprochaient à l’Empereur son ignorance, son irresponsabilité et son incapacité (notamment de ne pas avoir empêché la guerre sur deux fronts), ainsi que le fait que le « Deuxième Reich » n’était pas construit sur une base nationale-populaire (völkisch), mais sur l’élitisme d’une caste de guerriers dont le peuple était exclu.

24 Traduit par nos soins, Deutschland, p. 153.

25 « Deutschland denkt die Welt zu Ende », chap. XIII du livre.

26 Sur la « Révolution conservatrice », voir les ouvrages et articles de Louis Dupeux, Gilbert Merlio et Stefan Breuer, signalés dans la bibliographie.

27 Noth (Ernst Erich), Erinnerungen eines Deutschen, Hamburg/Düsseldorf, Claassen, 1971, p. 253 sq.

28 D’après Betz (Albrecht), Exil et engagement – Les intellectuels allemands en France 1939-1940, Paris, Gallimard, 1991, p. 74.

29 « Von den Pflichten eines Auslandsdeutschen », Frankfurter Zeitung, 09-04-1933, repris dans Sieburg (Friedrich), Abmarsch in die Barbarei. Gedanken über Deutschland, édition établie par Klaus Harpprecht, Stuttgart, DVA, 1983, p. 157, 161. Cf. aussi Krause, ibid., p. 114 sq.

30 D’après le texte anglais cité dans Raddatz (Fritz J.), « Schreiben ist Leben », préface à Sieburg (Friedrich), Zur Literatur 1926-1956, éd. établ. par F. J. Raddatz, Stuttgart, DVA, 1981, t. 1, p. 43.

31 D’après Raddatz, op. cit., p. 21. T. Krause l’excuse en expliquant : « La notion de “IIIe Reich” appartenait en effet aux “Jeunes Conservateurs” depuis Moeller van den Bruck et pouvait, par conséquent, être entendue aussi comme une prise de distance par rapport aux nazis triomphant à ce moment-là. » (Krause, ibid., p. 113.)

32 Lettre de Sieburg à Welczek, in Taureck, ibid., p. 109.

33 Lettre de Welczek au Reichsverband der deutschen Presse, du 10-01-1937, in Taureck, p. 110.

34 Das braune Netz – Wie Hitlers Agenten im Auslande arbeiten und den Krieg vorbereiten, Paris, Éd. du Carrefour, 1935, p. 147. Ouvrage publié par Willy Münzenberg (signant « Lord Listowel, London »), directeur des Éd. du Carrefour et à ce moment-là encore un des dirigeants du KPD à Paris.

35 Interview publiée dans L’Appel, d’après Krause, ibid., p. 170 sq.

36 Krause, ibid., p. 126.

37 Sieburg (Friedrich), Robespierre, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1935, p. 47.

38 Id., Blick durchs Fenster – Aus zehn Jahren Frankreich und England, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1939. Nous nous référons par la suite à De ma fenêtre, Paris, Grasset, 1942.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search