Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les âges de Britannia

 | 
Jean-François Dunyach
, 
Aude Mairey

Première partie. Avant Britannia

Dark Ages : les siècles perdus de l’histoire britannique ?

Alban Gautier

Texte intégral

Un constat : des siècles obscurs

  • 1 Dans les pages qui suivent, conformément à l’usage antique et médiéval, je désignerai l’île sous l (...)
  • 2 Parmi les principales sources qui nous renseignent sur le tournant du VIe-VIIe siècle, on mentionn (...)

1La période d’environ deux siècles qui s’ouvre avec les événements des années 406-411 est peut-être l’une des plus énigmatiques de l’histoire de la (Grande-) Bretagne1. La rareté des sources écrites, qui ne nous permettent que trop rarement de nommer des découvertes archéologiques de plus en plus abondantes, empêchera toujours l’historien de rédiger un récit clair et univoque de l’histoire de l’île aux Ve et VIe siècles : les rebondissements de l’histoire politique ou religieuse nous échapperont toujours. Il semble qu’aux alentours de 410, une partie non négligeable des troupes romaines quitta les provinces insulaires pour ne jamais revenir : la Bretagne cessa alors de faire partie de l’Empire romain d’Occident. Mais ce n’est qu’à partir de l’extrême fin du VIe siècle que nous commençons à ressaisir un fil événementiel en nous appuyant à nouveau sur des sources écrites. En 597 – l’année même où, dans l’extrême Nord de l’île, mourait l’abbé irlandais Columba, bientôt célébré par une importante production hagiographique – débarquaient dans le Kent le moine italien Augustin et ses compagnons, envoyés par Grégoire le Grand pour convertir les Angles du roi Æthelberht au christianisme : bientôt Augustin établirait à Cantorbéry un siège épiscopal, et sa mission rayonnerait sur toute la moitié orientale de l’île. Avec les hagiographes de Columba comme avec Augustin de Cantorbéry, la grande île rejoignait à nouveau le cours de l’histoire écrite et, d’une certaine manière, le flux de l’histoire occidentale2.

  • 3 Wood M., In Search of the Dark Ages, Londres, BBC, 1981.
  • 4 Selon le titre d’un chapitre de Campbell J., « The Lost Centuries, 400-600 », idem (dir.), The Ang (...)
  • 5 Clarke H. B., « Economy », P. Stafford (dir.), A Companion to the Early Middle Ages. Britain and I (...)

2Cette période qui s’étend sur environ deux siècles a parfois reçu outre-Manche le nom d’« Âges obscurs » (en anglais Dark Ages). Malgré ses connotations potentiellement stigmatisantes, l’expression n’est pas nécessairement à rejeter – mais à deux conditions. D’abord, il importe de ne pas l’étendre aux siècles précédents et suivants : les Dark Ages dont l’historien et journaliste Michael Wood s’était mis en quête dans un célèbre ouvrage de vulgarisation3 vont de Boudicca à Guillaume le Conquérant et, à noyer ainsi l’expression, on lui fait perdre à la fois de sa force et de sa pertinence. D’autre part, le terme ne doit pas être mal compris, et surtout pas pris en mauvaise part. En effet, il doit seulement faire référence à une époque mal connue des historiens car mal documentée. De fait, il est plus souvent utilisé par des historiens des textes – pour qui ces deux siècles apparaissent comme des lost centuries4 – que par ceux qui s’appuient sur l’archéologie. Malheureusement, beaucoup ont vu dans ces « siècles perdus » une « période sombre » (autre sens possible, trop souvent sous-entendu, de Dark Ages), une période d’invasions et d’insécurité, un « âge barbare » marqué par le déclin de la « civilisation ». Pourtant, ces deux siècles ne furent sans doute pas plus « obscurs » que d’autres dans l’histoire de l’île : les terribles XIVe et XVe siècles, période de peste, de révoltes puis de guerres civiles, ou encore la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, où l’industrialisation se développa dans des conditions sociales d’une rare brutalité, furent peut-être plus « sombres », aux yeux de la majorité de la population, que les Ve et VIe siècles, où par exemple l’économie agricole des anciennes provinces romaines de Bretagne ne semble ne pas avoir connu de réel recul, et encore moins d’effondrement5. Ou plutôt, comme pour les siècles qu’on vient de mentionner et qui ont tous fait l’objet de réévaluations historiographiques, il ne serait pas raisonnable de ne mettre en avant que les difficultés, certes bien réelles, de ces deux siècles.

  • 6 Gildas, De excidio Britanniae, M. Winterbottom (éd.), Gildas: The Ruin of Britain and Other Docume (...)
  • 7 Patrick, Confessio et Epistola, A. B. E. Hood (éd.), St Patrick: His Writings and Muirchu’s Life, (...)
  • 8 Sources étudiées par Wood I. N., « The Fall of the Western Empire and the End of Roman Britain », (...)
  • 9 Constance de Lyon, Vita Germani, R. Borius (dir.), Constance de Lyon : vie de saint Germain d’Auxe (...)
  • 10 Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britain », A. Thacker et idem (dir.), Local (...)
  • 11 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, R. Latouche (trad.), Grégoire de Tours : histoire des (...)
  • 12 On trouvera un inventaire et un commentaire des sources pertinentes dans Snyder C. A., An Age of T (...)
  • 13 Charles-Edwards T. M., « Inscriptions », Wales and the Britons…, op. cit., chap. 3, p. 116-173.
  • 14 Voir les sources mentionnées à la note 2. Les lois d’Æthelberht sont éditées par Oliver L., The Be (...)

3Le constat d’obscurité en ce qui concerne les sources écrites est en revanche bien réel, et il ne saurait être sous-estimé. Parmi la production littéraire de ces deux siècles en Bretagne même, seuls les écrits d’un auteur, Gildas, nous sont parvenus : il s’agit d’un sermon admonitoire Sur la chute de la Bretagne et d’un traité sur la pénitence qui peut sans doute lui être attribué6. Quelques rares Bretons passés en Irlande (le missionnaire Patrick) ou sur le continent (l’hérésiarque Pélage, l’évêque Fauste de Riez) ont pu laisser quelques écrits, mais ils n’évoquent que rarement leur île natale7. Des chroniques et hagiographies gauloises (la Chronique de Prosper d’Aquitaine, les Chroniques gauloises anonymes de 452 et de 5118, la Vie de saint Germain par Constance de Lyon9, la Passion de saint Alban dont on a récemment démontré qu’elle datait du Ve siècle10, les Dix Livres d’histoire de Grégoire de Tours11 pour le VIe siècle), mais aussi des ouvrages historiques « byzantins » – c’est-à-dire écrits par des Romains d’Orient – (Olympiodore repris par Zosime pour le Ve siècle, Procope de Césarée pour le siècle suivant) s’ajoutent à cette maigre moisson sans vraiment suppléer aux carences des sources locales12. À cela s’ajoute un nombre assez significatif d’inscriptions monumentales sur pierre, en latin ou en ogam, l’alphabet développé au IVe siècle en Irlande pour noter la langue irlandaise13. Ce n’est toutefois qu’au tournant du VIIe siècle que des sources plus nombreuses réapparaissent, avec les lettres du pape Grégoire le Grand et de ses successeurs, les lois du roi Æthelberht de Kent, les premiers diplômes royaux anglo-saxons, les premiers textes hagiographiques liés à la figure de Columba, les chartes galloises du « Livre de Llandaff14 ». Les textes deviennent de plus en plus en plus nombreux au cours du VIIe siècle, surtout dans le monde anglo-saxon où se développe dans la seconde moitié de ce siècle une riche école d’écriture latine (poésie, hagiographie, exégèse) qui ne le cède en rien à ses aînées gauloise, italienne et irlandaise. C’est dans ce contexte qu’au début des années 730, Bède le Vénérable proposa un récit de la conversion des « Angles » au christianisme. Or Bède – qui pourtant en savait aussi peu que nous sur la période allant de 410 à 597 et qui ne disposait sans doute pas d’autres sources écrites que celles qui sont aujourd’hui les nôtres – a composé un récit si convaincant, si intelligent et si bien construit que, même pour les siècles qui nous intéressent ici, il a eu tendance à occuper le terrain en fournissant aux historiens un scénario « clés en main ». On pourrait donc dire que le travail historiographique du XXe siècle a consisté dans une certaine mesure à se dégager de ce récit de Bède afin de considérer les « siècles obscurs » pour eux-mêmes.

Noms de période

  • 15 Les repérages qui suivent, donnés à titre indicatif, ont été faits à partir de la Bibliography of (...)
  • 16 15 titres dans BBIH, avec une périodisation débordant souvent sur le VIIe siècle, voire au-delà : (...)
  • 17 16 titres dans BBIH: voir par exemple Dark K. R. (dir.), External Contacts and the Economy of Late (...)
  • 18 Bien entendu, les occurrences du terme dans BBIH portent toutes sur la Grande-Bretagne du second X (...)
  • 19 6 titres dans BBIH : voir par exemple Dumville D. N., « Sub-Roman Britain : History and Legend », (...)
  • 20 Cette désignation proposée par Snyder C. A., The Britons, Oxford, Blackwell, 2003, p. 75-76, n’a p (...)
  • 21 Aucun repérage chiffré n’est possible ici en raison du caractère non spécifique de l’expression : (...)
  • 22 Aucune publication ne reprend cette expression qui constitue l’un des sous-titres de l’article de (...)
  • 23 2 titres dans BBIH: voir par exemple Morris J., The Age of Arthur: A History of the British Isles (...)
  • 24 Aucun repérage chiffré n’est possible ici en raison du caractère non spécifique de l’expression. L (...)
  • 25 Voir dans Lebecq S. (dir.), Histoire des îles Britanniques, Paris, PUF, 2007, p. 41, le sous-titre (...)
  • 26 3 titres dans BBIH : voir par exemple Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britai (...)
  • 27 182 titres comprenant l’expression « Early Anglo-Saxon » dans BBIH, dont beaucoup portent plutôt s (...)
  • 28 Une expression singulièrement utilisée par Stéphane Lebecq pour désigner les VIe-VIIe siècles, à l (...)
  • 29 On rappellera à cet égard que l’expression anglaise High Middle Ages est un faux ami : elle ne dés (...)

4La période qui couvre le Ve-VIe siècle n’a pas vraiment de nom qui fasse l’unanimité ; ou plutôt elle en a trop. Chez des auteurs principalement anglophones15, on relève bien sûr Dark Age Britain16, mais aussi post-Roman Britain17, post-imperial Britain18, sub-Roman Britain19, Brittonic Age20, migration period21, Age of the settlements22, Age of Arthur23 et même Heroic Age24, voire des combinaisons de ces expressions25 ; mais ces deux siècles peuvent aussi bien être incorporés, totalement ou en partie, dans des périodes plus vastes comme Late Antique Britain26, Early Anglo-Saxon England27 ou « très haut Moyen Âge28 », voire dans les très larges Early Middle Ages29 et Middle Ages. Il est certain que tous ces termes n’ont pas le même statut : certains se « vendent » mieux que d’autres, soit parce qu’ils contiennent le nom d’un personnage célèbre (c’est bien sûr le cas d’Arthur), soit parce qu’ils font référence à une période bien identifiée par le public britannique (c’est le cas de la période « anglo-saxonne »).

  • 30 Et c’est bien sûr mon cas, puisque je suis moi-même médiéviste.
  • 31 Voir les analyses de Rolland M., Le roi Arthur : le mythe héroïque et le roman historique au XXe s (...)
  • 32 Gildas, De excidio…, 25.3, édition citée, p. 98.

5Ces deux siècles ont de fait souvent été vus comme une transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Or, outre le fait qu’une transition de deux siècles n’a guère de sens, un tel regard empêche de situer ces siècles autrement qu’en référence à ce qui les précède ou à ce qui les suit. Pire, la grande majorité des spécialistes étant soit antiquisants, soit médiévistes30, cette période est, dans la plupart des livres, reléguée à une extrémité, l’auteur lui consacrant un chapitre conclusif (servant à clore une histoire dominée par Rome) ou liminaire (servant à ouvrir un propos sur le monde médiéval). Pourtant, les hommes et les femmes des Ve et VIe siècles ont vécu dans leur époque : il nous est certes difficile, avec les sources dont nous disposons, d’interroger les contemporains sur leur perception des continuités et discontinuités, mais rien ne dit qu’ils se soient vus comme les derniers représentants d’un monde en déclin, et moins encore comme les premières sentinelles d’un monde en devenir ! Ainsi, l’identité romaine teintée de nostalgie que bien des romanciers actuels prêtent à leurs héros quand ils les situent dans cette période31 est sans doute chimérique : pour Gildas, écrivant peut-être dans les années 520-545, le « dernier des Romains » de l’île avait vécu avant sa naissance, et lui-même considérait les Romains comme un peuple étranger32.

  • 33 Schrijver P., « The Rise and Fall of British Latin: Evidence from English and Brittonic », M. Filp (...)

6Or, et c’est sans doute l’un des enjeux majeurs de cette discussion, ces deux siècles ont vu de grands bouleversements qui sont à l’origine de bien des traits de l’histoire de l’île jusqu’à aujourd’hui. En cela, ils restent des siècles fondateurs des identités contemporaines, tant en Angleterre qu’au pays de Galles ou en Écosse. Si, entre 410 et 597, entre le départ des troupes romaines et la venue des missionnaires, romains eux aussi, le cours de l’histoire de l’île nous échappe, une chose est certaine : entre temps, le pays avait beaucoup changé. Lorsque les dernières troupes romaines de campagne quittèrent l’île en 410, celle-ci apparaissait peuplée de Britto-Romains, parlant soit une langue brittonique (ancêtre du gallois et du breton), soit une forme de latin vulgaire (un « proto-roman » britannique en voie de constitution33) ; deux siècles plus tard, Augustin trouva des « Angles » parlant des dialectes germaniques, largement ignorants des usages romains. Vers 400, au sud du mur d’Hadrien, une population ethniquement homogène, les « Bretons », occupait l’ensemble des provinces de la Bretagne ; vers 600, plusieurs populations coexistaient dans cet espace, ceux que les textes appellent les « Bretons » ayant été relégués plus à l’ouest. En 410, l’île semblait en voie de christianisation ; en 597, selon Grégoire le Grand, les habitants du Kent étaient païens. La Bretagne romaine était caractérisée par un réseau d’échanges et par un maillage urbain qui, au sud et à l’est de l’île, n’était pas sans importance ; elle semble avoir été, à la fin du VIe siècle, largement coupée du reste du monde occidental et le phénomène urbain avait disparu. Comment expliquer ces changements ? Faut-il les lire comme le démarrage de la période médiévale ou comme une transformation progressive de l’Antiquité ? Peut-on étudier ces deux siècles pour eux-mêmes, comme une période ayant son unité, distincte de ce qui la précède autant que de ce qui la suit ?

Un prélude au Moyen Âge ?

  • 34 Bède, Historia ecclesiastica…, I. 15, édition citée, vol. 1, p. 162.
  • 35 Ce risque est dénoncé par Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, Londres, B. T. Batsford, (...)

7La première périodisation proposée par les historiens suit le récit de Bède, qui suit lui-même le récit de Gildas tout en le réinterprétant dans un sens défavorable aux Bretons : selon Bède, donc, après le départ des troupes romaines, les Bretons se gouvernèrent d’abord eux-mêmes mais, face aux déprédations des Pictes et des Scots (originaires du Nord de l’île et de l’Irlande), ils firent appel aux Saxons, qui débarquèrent dans l’île, événement que Bède date de l’année 44934. Depuis le XIXe siècle au moins, et même dans une certaine mesure depuis la Réforme, cet adventus Saxonum (arrivée des Saxons) a été vu comme l’acte de naissance de la nation anglaise : toute l’histoire est donc lue en fonction de cet aboutissement lorsque l’on désigne ces siècles comme le « début du Moyen Âge » ou le « début de l’époque anglo-saxonne ». Les quatre décennies antérieures à 449 sont alors considérées comme un simple prélude35 ; quant au siècle et demi qui suit 449, il est vu comme celui de l’émergence des royaumes et de l’avancée des « Anglo-Saxons » dans l’île. Cette vision des choses a parfois eu des effets pervers sur la compréhension de la période, tant chez les archéologues que chez les historiens des textes.

  • 36 Lucy S., The Anglo-Saxon Way of Death: Burial Rites in Early England, Stroud, Sutton, 2000.
  • 37 Welch M., Anglo-Saxon England, Londres, English Heritage/B. T. Batsford, 1992, p. 14.

8Les archéologues des décennies centrales du XXe siècle ont été particulièrement prompts à adopter ce modèle de Bède. Ils ont ainsi tenté de cartographier la progression des Anglo-Saxons dans un mouvement d’est en ouest, « de la mer à la mer » pour reprendre l’expression de Gildas. Les catégories ethniques mises en avant par Bède, avec la distinction entre Jutes, Angles et Saxons, ont été plaquées sur la réalité des Ve et VIe siècles, et ces labels ethniques ont été attribués aux cultures archéologiques de la période : à tel type de fibule correspondrait l’étiquette « jute », à tel décor d’urnes funéraires correspondrait l’étiquette « angle ». La datation des cimetières (et dans une moindre mesure des habitats) « anglo-saxons » par la typologie du matériel a fait l’objet de tous les efforts, et a servi à démontrer la progression des Anglo-Saxons aux dépens des Bretons, fantômes de la période qui ne cessent de reculer sans laisser de traces. Ce miroir déformant qui escamote les Bretons et fait des Anglo-Saxons les seuls acteurs de ces deux siècles a été renforcé par le fait que l’archéologie anglo-saxonne a une existence beaucoup plus ancienne (elle remonte au XVIIIe siècle) que l’archéologie brittonique (qui commence surtout dans l’après-guerre) : la quantité de trouvailles est donc beaucoup plus importante pour les Anglo-Saxons que pour les Bretons. Par ailleurs, la culture matérielle anglo-saxonne est à la fois plus facile à identifier et plus spectaculaire : les Bretons, conformément aux usages romains, n’enterraient leurs morts qu’avec un mobilier très réduit, alors que les Anglo-Saxons, comme leurs voisins Francs, enterraient (ou parfois incinéraient) leurs morts avec un mobilier abondant et parfois splendide, et ce jusqu’au VIIe siècle36. Enfin, la similarité des habitats d’élite bretons et anglo-saxons a été masquée jusqu’aux années 1970 par le fait que ces habitats, toujours construits en bois, étaient peu repérables par les techniques archéologiques anciennes37.

  • 38 Salway P., Roman Britain, Oxford, OUP, coll. « Oxford History of England », vol. 1, 1981.
  • 39 Myres J. L. N., The English Settlements, Oxford, OUP, coll. « Oxford History of England », vol. 1- (...)
  • 40 Stenton F. M., Anglo-Saxon England, Oxford, Clarendon Press, coll. « Oxford History of England », (...)
  • 41 Higham N. J., Rome, Britain and the Anglo-Saxons, Londres, Seaby, 1992; idem, « From Sub-Roman Bri (...)

9Tout cela a donc permis aux archéologues de valider l’essentiel du récit de Bède, et a poussé les historiens des textes à lire Gildas comme Bède le lisait : les Anglo-Saxons ont débarqué dans l’île munis d’une culture, de pratiques religieuses, d’une organisation politique radicalement différentes de celles des Bretons, qu’ils ont rapidement annihilés ou chassés vers l’ouest, et qu’ils ont entièrement remplacés. Le premier volume de l’Oxford History of England, intitulé Roman Britain, pouvait couvrir toute l’île et s’intéresser à des Britto-Romains qui n’étaient pas identifiés comme les ancêtres biologiques ou culturels des Anglais38 ; mais le volume suivant, numéroté 1 bis et intitulé The English Settlements, ne s’intéressait sur le territoire qui allait devenir l’Angleterre qu’aux traces des seuls migrants anglo-saxons39, servant donc uniquement de prélude archéologique au volume déjà classique intitulé Anglo-Saxon England40. Les entités politiques et les éléments religieux et culturels en continuité avec la période romaine ainsi escamotés, les Bretons étaient présentés comme les victimes passives des envahisseurs et migrants anglo-saxons. Une version renouvelée de cette vieille thèse a récemment été proposée par Nicholas J. Higham : tout en rejetant l’idée désormais indéfendable d’une éradication physique des Bretons par leurs ennemis, il soutient l’idée d’une réduction en esclavage rapide de la plupart des indigènes de l’est et du centre de l’île par un pouvoir anglo-saxon établi dès les années 43041.

  • 42 Myres J. L. N., « The Romano-British Background and the Saxon Shore », chap. 4, p. 74-103 et « Sax (...)
  • 43 Constance de Lyon, Vita Germani, III. 17-18, édition citée, p. 154-159.
  • 44 Voir la réaction à ce type d’analyse chez Thompson E. A., St Germanus of Auxerre and the End of Ro (...)
  • 45 Le premier chapitre de Stenton F. M., Anglo-Saxon England, op. cit., p. 1-31, est intitulé « The A (...)

10La période allant de 410 à 450, antérieure donc à la date traditionnelle de l’adventus Saxonum, a ainsi été escamotée, avec une tendance à l’extension du domaine du Moyen Âge national par la recherche, dans les textes comme dans le sol, de témoignages de présence anglo-saxonne avant 410 : on s’est donc mis en quête des traces (écrites ou archéologiques) de mercenaires germaniques sur le mur d’Hadrien ou dans les forts du Litus Saxonicum à l’époque romaine42. La Vie de saint Germain d’Auxerre, qui évoque la présence de Saxons dans l’île lors d’une visite de Germain en Bretagne vers 43043, a été vue comme la preuve que « les Saxons » avaient « déjà envahi l’île » avant la date donnée par Bède44. À faire remonter toujours plus haut la période anglo-saxonne et à ne voir dans les Ve et VIe siècles que l’époque de la grande migration fondatrice45, on risquait néanmoins d’oublier deux choses : d’une part que les Bretons n’ont pas pu disparaître purement et simplement des régions orientales de l’île et qu’ils font donc partie de l’histoire de cet espace, et singulièrement de l’histoire de ses cimetières ; d’autre part que l’histoire de l’île ne se réduit pas à celle de sa moitié orientale, ou de sa composante anglaise.

Des siècles à part ?

  • 46 Morris J., The Age of Arthur…, op. cit.
  • 47 Alcock L., Dinas Powys: An Iron Age, Dark Age and Early Medieval Settlement in Glamorgan, Cardiff, (...)
  • 48 Alcock L., “By South Cadbury is that Camelot…”: The Excavation of Cadbury Castle 1966-1970, Londre (...)
  • 49 Alcock L., Arthur’s Britain. History and Archaeology, AD 367-634, Londres, Penguin, 1971.

11L’inadéquation du modèle classique hérité de Bède a éclaté dans les années 1970 et 1980, au moment même où s’achevait l’Oxford History of England, et la remise en cause doit sans doute être directement liée à la crise d’une identité britannique traditionnelle, alors vécue par les Anglais comme équivalente à leur identité anglaise. L’intérêt soudain porté au cœur même du système académique aux peuples dominés des îles, l’essor des valeurs multiculturelles, expliquent le changement de paradigme. Des ouvrages mi-savants, mi-vulgarisateurs popularisent alors la période et en font le temps d’une autre Bretagne, moins anglaise et plus complexe : les Bretons surtout y trouvent l’initiative (agency) historique dont l’historiographie antérieure les avait privés. Parmi ces ouvrages, The Age of Arthur de John Morris occupe sans nul doute une place de choix, tant par son ampleur que par le succès commercial qui fut le sien46 : l’auteur y compose l’histoire d’une époque marquée par la puissance et l’activité des princes bretons, et relègue les Anglo-Saxons dans les marges, comme adversaires et assaillants d’une île fondamentalement bretonne pendant toute la période ici considérée. Les fouilles menées par Leslie Alcock à Dinas Powys47 (Glamorgan) et surtout à South Cadbury48 (Somerset) vont dans le même sens et montrent que les Bretons ne le cédaient en rien aux Anglo-Saxons : si leurs tombes étaient moins riches, leurs habitats d’élite étaient tout aussi importants (la reconstitution assez optimiste des fortifications de South Cadbury est un modèle du genre), et les princes bretons n’étaient pas moins puissants ou moins efficaces que les Anglo-Saxons. Arthur a été dans ces années-là érigé en modèle de ces souverains bretons l’emportant nettement sur leurs homologues anglo-saxons49. Ainsi, en désignant toute la période comme un « Âge d’Arthur », Morris et Alcock rejoignaient, sept siècles plus tard, la rhétorique et les effets historiographiques « réhabilitants » d’un Geoffroy de Monmouth !

  • 50 Dark K. R., Britain and the End of the Roman Empire, Stroud, Tempus, 2000, p. 97-104.

12Tout comme les tenants du premier modèle ont cherché à l’étendre dans le temps en recherchant au IVe siècle les traces de la présence anglo-saxonne dans l’île, les tenants de ce modèle brittonique ont cherché à l’étendre géographiquement. C’est tout le sens de la quête des « enclaves romanobretonnes » dans la moitié orientale de l’île50 : sur la base de « trous » dans la cartographie des cimetières « anglo-saxons », Londres, St Albans, York et quelques autres localités ont été proposées comme les centres de principautés indigènes indépendantes. Si elles ont existé, qualifier ces entités politiques d’« enclaves » est néanmoins réducteur : le terme donne l’impression de bastions restés bretons dans un océan anglo-saxon, alors que les populations de Cantorbéry (« devenue » anglo-saxonne) et de St Albans (« restée » bretonne) n’étaient sans doute pas si différentes les unes des autres, même si l’apport des migrants germaniques était plus important dans le Kent que dans le Hertfordshire.

  • 51 Snyder C. A., The Britons, op. cit., p. 75-76.

13Le choix des mots est bien souvent révélateur. Les habitants indigènes de l’île, sous domination romaine pendant trois siècles et demi, dont la latinité est attestée à la fois par l’épigraphie et par la littérature, sont désignés dans l’historiographie anglophone comme Romano-British, et non pas comme *Britto-Roman, sur le modèle du français « gallo-romain » : aux yeux des historiens anglophones, il est évident que ces indigènes restent avant tout des Bretons, et que leur romanité est un caractère secondaire. Or, si cette opinion peut être défendue pour les régions reculées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, elle n’est guère recevable pour les régions romanisées qui constituaient l’essentiel du territoire des provinces des Bretagnes. Il n’y a guère de raison de considérer qu’un citoyen de Londinium ou de Verulamium était « moins romain » qu’un citoyen de Rotomagus ou de Lutèce, en 350 et peut-être même en 450. La logique est poussée à l’extrême par Christopher Snyder, qui propose de désigner toute la période sous le nom de Brittonic Age51 – un terme qui a le double inconvénient de négliger la latinité d’une partie des élites de l’île, y compris après 410 (Patrick et Gildas sont des auteurs latins), et de réduire à un épiphénomène l’apparition de populations de langue germanique dans la partie orientale de l’île.

  • 52 Dark K. R., Civitas to Kingdom: British Political Continuity 300-800, Londres, Leicester Univerist (...)
  • 53 Woolf A., « Apartheid and Economics in Anglo-Saxon England », N. J. Higham (dir.), Britons in Angl (...)
  • 54 Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, op. cit., chap. 4 et 5.
  • 55 Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, op. cit., chapitre 4; Fleming R., Britain after Ro (...)

14L’idée d’un « Âge d’Arthur » ou d’un Brittonic Age est donc tout aussi trompeuse que celle d’une Early Anglo-Saxon period. Non seulement elle relègue dans l’obscurité les Anglo-Saxons que le paradigme antérieur mettrait trop en avant, mais surtout elle ne tient pas compte du caractère essentiellement mouvant des identités ethniques dans l’île. De manière plus subtile, Ken Dark s’interroge sur le devenir différencié des « cités » (civitates) qui composaient la Bretagne romaine52 : certaines dominées telles quelles par des dynasties vues comme d’origine germanique (Kent) ou bretonne (Gwent), d’autres formée sur les ruines d’entités antérieures par des chefs vus comme anglo-saxons (Est-Anglie), bretons (Gwynedd) ou à l’identité fluctuante (Wessex). Malgré l’intelligence de cette approche régionalisée, il serait prudent de reconnaître qu’avant la consolidation des législations des royaumes anglo-saxons et bretons au VIIe siècle, qui s’accompagne d’une cristallisation de identités ethniques53, peu de choses nous permettent de qualifier de « bretonne » ou de « saxonne » telle ou telle population. Considérer la période « pour elle-même » peut d’ailleurs amener à des conclusions opposées. Ainsi Simon Esmonde-Cleary a tenté de préciser la spécificité de la brève période d’indépendance bretonne qui va des années 410 aux années 440, sans étendre pour autant ses caractéristiques à la totalité des Ve et VIe siècles54. De fait, l’idée d’un effondrement brutal et complet du système politique et de l’économie urbaine de la Bretagne après le départ des légions romaines, non pas lié aux invasions germaniques mais dû à des causes internes, a aujourd’hui les faveurs de plusieurs auteurs : la transformation de la Bretagne romaine serait donc liée au départ des Romains, et non à l’arrivée des Anglo-Saxons55.

  • 56 Charles-Edwards T. M. (dir.), After Rome, Oxford, OUP, coll. « Short Oxford History of the British (...)
  • 57 Voir le tableau très noir brossé par Ward-Perkins B., The Fall of Rome and the End of Civilization (...)
  • 58 Dumville D. N., « Sub-Roman Britain… », art. cit.

15Depuis quelques décennies, le rejet de la périodisation héritée de Bède et l’idée d’une transformation endogène ont donc fait émerger les expressions de période « post-romaine » ou « sub-romaine », qui marquent à la fois les continuités et les ruptures avec la période impériale. Ces expressions permettent en effet de rappeler que la Bretagne de l’époque était encore fortement marquée par l’empreinte de la romanité – ce qui la distingue du « vrai » haut Moyen Âge, à partir du VIIe ou du VIIIe siècle – et qu’elle n’était plus vraiment romaine, qu’une transformation l’avait affectée. Il semble en outre que l’idée de « post-romanité » soit vue comme porteuse d’une certaine objectivité : de fait, nul ne peut nier que la période fait suite à celle la présence romaine, et que par certains traits elle la continue. Ainsi le titre retenu pour un manuel réunissant ces siècles et les deux suivants, After Rome, est-il le seul dans sa collection à faire référence à une autre période56. Pourtant l’expression sub-Roman Britain est assez peu logique d’un point de vue strictement archéologique : dans une fouille, les niveaux dits « sub-romains » sont en effet situés immédiatement au-dessus des niveaux romains, et non au-dessous. Elle peut aussi véhiculer des connotations dévalorisantes : du « sub-romain », on glisse aisément au « sous-romain », sous-entendant à nouveau une décadence, comme si la « civilisation » avait quitté l’île. C’est là une vision d’archéologue de l’Antiquité qui ne reconnaît pas dans les niveaux « sub-romains » la solidité et la splendeur des bâtiments de l’époque romaine57, mais aussi d’historien des textes ne retrouvant pas aux Ve et VIe siècles la stabilité politique et les certitudes événementielles (dans les deux cas largement fantasmées) de la période impériale58. À cet égard, l’expression post-imperial Britain utilisée par Guy Halsall est intéressante car elle signale la fin du pouvoir impérial romain sans pour autant préjuger de la fin de toute romanité dans l’île ; le problème est qu’elle est déjà prise : le terme est en effet couramment utilisé par des historiens du second XXe siècle britannique.

Une Antiquité tardive ?

  • 59 Marrou H.-I., Décadence romaine ou antiquité tardive ? IIIe-VIe siècle, Paris, Le Seuil, 1977 ; Br (...)
  • 60 L’idée, sans le mot, est déjà bien présente chez Pirenne H., « Continuation de la civilisation méd (...)
  • 61 Voir le plaidoyer pour cette expression d’Esmonde Cleary S., « The Roman to Medieval Transition », (...)

16L’emploi de l’expression « Antiquité tardive » relève d’une tout autre posture. Elle trouve son origine chez des historiens francophones, puis anglophones comme Peter Brown, soucieux de réhabiliter les IIIe-VIIe siècles et de montrer leur richesse et leur créativité, en particulier dans l’Orient romain59 : c’est ainsi qu’elle s’est progressivement substituée à celles de « décadence romaine » et de « Bas-Empire ». Parler d’Antiquité tardive pour les régions occidentales, perdues par l’Empire romain au cours du Ve siècle, constitue donc un choix assumé d’insister sur la continuité entre le IVe et le VIe siècle, au-delà de la rupture des invasions barbares, et sur l’unité fondamentale du monde romain, maintenue en dépit et au-delà de la coupure chronologique du Ve siècle et de la coupure géographique Orient-Occident60. Parler d’Antiquité tardive pour l’île de Bretagne, c’est donc non seulement faire porter l’accent sur la continuité entre l’époque romaine et ce qui vient « après Rome », mais aussi et surtout resituer la Bretagne dans son contexte géographique en la comparant avec la Gaule et le reste de l’Occident romain61.

  • 62 Campbell E., Continental and Mediterranean Imports to Atlantic Britain and Ireland, AD 400-800, Yo (...)
  • 63 Garcia M., « Romans Go Home? An Archaeological and Historical Exploration of the Cult of Saints in (...)
  • 64 Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britain », art. cit. Voir aussi mon article (...)
  • 65 Wood I. N., « Some Historical Re-identifications and the Christianization of Kent », G. Armstrong (...)

17Mais peut-on dire que la Bretagne d’alors ressemblait à la Gaule, fût-elle du nord ? Certains points communs ont été récemment soulignés. La céramique d’origine méditerranéenne retrouvée dans plusieurs habitats d’élite de la moitié occidentale de l’île témoigne de contacts maintenus entre le reste du monde romain, y compris oriental, et les royaumes bretons de la péninsule sud-ouest ou du pays de Galles62. Mais cette vaisselle méditerranéenne, assez peu abondante, ne se retrouve pas sur les sites d’élite gaulois ou anglo-saxons : en la matière, c’est l’Ouest de la Bretagne qui se distingue du reste de l’Occident. D’autre part, en Gaule comme en Bretagne, le développement du culte des saints semble ne pas avoir souffert de l’irruption d’élites guerrières, germaniques et païennes, converties au christianisme à partir du VIe siècle (Francs) ou du VIIe siècle (Anglo-Saxons), et seules la rareté des sources, la virulence du propos de Gildas et la prégnance du récit de Bède expliqueraient l’effet d’optique qui nous empêche de voir la vitalité de ces cultes dans la Bretagne des Ve-VIe siècles. L’idée d’une déchristianisation de la Bretagne post-romaine serait donc à rejeter, y compris pour la moitié orientale de l’île63. Le problème est que ce raisonnement ne repose que sur deux cas isolés : le culte de saint Alban à Verulamium, sans doute continu mais assez mal attesté archéologiquement pour cette période64, et celui d’un certain saint Sixte dans le Kent, mentionné dans la correspondance entre Augustin et Grégoire le Grand65.

  • 66 Les différences profondes entre la Bretagne et la Gaule voisine sont soulignées dans l’important t (...)
  • 67 La bonne question est bien celle posée par Ward-Perkins B., « Why Did the Anglo-Saxons Not Become (...)
  • 68 Fleming R., « Recycling in Britain… », art. cit.
  • 69 Thomas C., Tintagel: Arthur and Archaeology, Londres, English Heritage/B. T. Batsford, 1993, p. 71

18Le modèle d’une « Antiquité tardive bretonne » ne semble donc crédible que si l’on pose a priori le principe que la Bretagne post-impériale n’était pas si différente que cela de la Gaule ou de l’Hispanie à la même époque : en Bretagne plus encore qu’ailleurs, l’application du modèle prête le flanc aux accusations d’irénisme, de refus idéologique d’admettre l’existence de tensions et de situations de crise dans l’Empire tardif, parfois portées contre Peter Brown et ses héritiers. En effet, les exemples portés au crédit de ce modèle ne permettent pas d’en démontrer la validité : ils sont trop peu nombreux, et le risque d’argumentation circulaire est toujours présent. Car les faits sont têtus qui distinguent la situation en Bretagne de celle qui prévalait sur le continent à la même époque, et qui nous autorisent à maints égards à parler d’une disparition de ce qui faisait la romanité66. La conversion des Anglo-Saxons n’est pas intervenue au VIe mais au VIIe siècle. Les parlers romans ont entièrement disparu de l’île alors qu’ils se sont maintenus ailleurs67. Aucun royaume romano-barbare ne semble avoir émergé dans l’île qui puisse être comparé à ceux des Francs, des Visigoths ou des Burgondes. Toute activité minière, toute fabrication d’objets métalliques autres que recyclés, toute production céramique ont disparu des régions orientales de l’île pendant plus d’un siècle68. Quant aux régions occidentales, même si l’on ne peut plus aujourd’hui reprendre la boutade provocante de Charles Thomas et affirmer que l’ensemble de la céramique retrouvée sur les sites de l’Ouest de l’île aurait pu constituer la cargaison d’un seul et unique navire69, sa présence s’explique mieux par des contacts sporadiques dus à des navigateurs aventureux que par une liaison commerciale ou diplomatique régulière entre Constantinople et Tintagel.

  • 70 Halsall G., Worlds of Arthur…, op. cit., p. 270-281.

19Quitte à adopter le modèle de l’Antiquité tardive, il conviendrait donc d’insister tout autant sur les ressemblances que sur les différences entre la Bretagne et les autres régions de l’Occident des Ve-VIe siècles. Il s’agirait alors non pas de postuler que les choses se sont passées en Bretagne « comme ailleurs » mais, comme l’a récemment tenté Guy Halsall, d’assigner à la Bretagne une place dans un vaste spectre de situations post-impériales, allant des régions marquées par de fortes continuités avec le système impérial du IVe siècle aux régions les plus en rupture avec ce système70. Il faudrait alors insister sur le fait que, dans un tel spectre, la Bretagne se situerait résolument du côté des ruptures : les comparaisons archéologiques et documentaires les plus pertinentes pourraient alors être faites avec d’autres régions du même type comme le Norique et la Pannonie (les régions danubiennes de l’Empire d’Occident), ou les provinces de Maurétanie (les régions centrales et occidentales de l’Afrique romaine).

Conclusion

  • 71 On souscrira donc aux remarques de bon sens de Woolf A., « A Dialogue of the Deaf and the Dumb: Ar (...)

20On a donc pu dégager diverses attitudes historiographiques visant à rendre compte des Ve-VIe siècles insulaires : premiers temps anglo-saxons, âge d’or d’Arthur ou des Bretons, transformation endogène, Antiquité tardive. Chacune de ces approches possède ses intérêts et ses limites. Si j’ai surtout insisté sur les secondes, je ne voudrais pas donner l’impression d’avoir dénigré ces périodisations sans en reconnaître l’intérêt : si toutes ont des défauts, c’est que chacune a aussi ses avantages, et ce n’est qu’en les combinant que l’historien peut s’approcher d’un tableau complet et intelligent de ces siècles fascinants. On doit cependant affirmer qu’aucun de ces modèles n’est à lui seul vraiment satisfaisant : faire de ces deux siècles l’antichambre du Moyen Âge revient à nier l’existence et la capacité d’action de 80 % des habitants de l’île ; parler d’un « âge d’Arthur » revient à projeter sur ces deux siècles des distinctions ethniques qui ne se sont fixées qu’à partir du VIIe siècle ; souscrire au modèle de la « sub-romanité » peut faire glisser vers la « sous-romanité » ; se placer dans une « Antiquité tardive » revient trop souvent à parier sur la ressemblance entre la Bretagne et le reste de l’Occident. En cela, la période nous reste « obscure » – même si, bien entendu, l’expression « Âges obscurs » n’est pas plus satisfaisante qu’une autre, ne serait-ce que parce qu’elle évoque une imagerie qui tient plus de l’heroic fantasy que de l’histoire universitaire. Il convient donc, pour étudier ces deux siècles qui nous restent obscurs, de croiser les approches, de souligner honnêtement les (nombreuses) contradictions en tentant de les réduire, de poursuivre les comparaisons internes à l’île, mais aussi entre l’île et ses voisins. Il importe surtout de ne pas s’attacher à un modèle historiographique en particulier, et de ne jamais croire, lorsque l’archéologie, la linguistique, l’épigraphie, l’étude des textes, et désormais la génétique, suggèrent des résultats opposés, que l’une a toujours raison au détriment des autres71.

Notes

1 Dans les pages qui suivent, conformément à l’usage antique et médiéval, je désignerai l’île sous le nom de Bretagne.

2 Parmi les principales sources qui nous renseignent sur le tournant du VIe-VIIe siècle, on mentionnera : Adomnán, Vita Columbae, R. Sharpe (dir.), Adomnán of Iona : Life of St Columba, Londres, Penguin, 1995 ; Grégoire le Grand, Registrum Epistularum, D. Norberg (dir.), Turnhout, Brepols, coll. « Corpus Christianorum Series Latina », vol. 140-140A, 1982, 2 volumes ; Bède, Historia ecclesiastica gentis anglorum, A. Crépin, M. Lapidge, P. Monat et P. Robin (dir.), Bède le Vénérable : Histoire ecclésiastique du peuple anglais, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes », vol. 489-491, 2005, 3 volumes.

3 Wood M., In Search of the Dark Ages, Londres, BBC, 1981.

4 Selon le titre d’un chapitre de Campbell J., « The Lost Centuries, 400-600 », idem (dir.), The Anglo-Saxons, Londres, Penguin, 1982, p. 20-44.

5 Clarke H. B., « Economy », P. Stafford (dir.), A Companion to the Early Middle Ages. Britain and Ireland c. 500-c. 1100, Chichester, Wiley-Blackwell, 2013 [2e édition], p. 57-75, ici p. 68.

6 Gildas, De excidio Britanniae, M. Winterbottom (éd.), Gildas: The Ruin of Britain and Other Documents, Londres/Chichester, Phillimore, coll. « Arthurian Period Sources », vol. 7, 1978.

7 Patrick, Confessio et Epistola, A. B. E. Hood (éd.), St Patrick: His Writings and Muirchu’s Life, Londres/Chichester, Phillimore, coll. « Arthurian Period Sources », vol. 9, 1978. Sur Patrick, voir Dumville D. N. (éd.), St Patrick A.D. 493-1993, Woodbridge, Boydell, 1993; O’Loughlin T., Discovering Saint Patrick, Londres, Darton, Longman and Todd, 2005. Sur Pélage et Fauste, voir Charles-Edwards T. M., « From Pelagius to Gildas », Wales and the Britons 350-1064, Oxford, OUP, 2013, chap. 5, p. 192-219.

8 Sources étudiées par Wood I. N., « The Fall of the Western Empire and the End of Roman Britain », Britannia, no 18, 1987, p. 251-262.

9 Constance de Lyon, Vita Germani, R. Borius (dir.), Constance de Lyon : vie de saint Germain d’Auxerre, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes », vol. 112, 1965.

10 Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britain », A. Thacker et idem (dir.), Local Saints and Local Churches in the Early Medieval West, Oxford, OUP, 2002, p. 75-154.

11 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, R. Latouche (trad.), Grégoire de Tours : histoire des Francs, Paris, Les Belles Lettres, 1963-1965.

12 On trouvera un inventaire et un commentaire des sources pertinentes dans Snyder C. A., An Age of Tyrants. Britain and the Britons A. D. 400-600, University Park (PA), Pennsylvania State University Press, 1998.

13 Charles-Edwards T. M., « Inscriptions », Wales and the Britons…, op. cit., chap. 3, p. 116-173.

14 Voir les sources mentionnées à la note 2. Les lois d’Æthelberht sont éditées par Oliver L., The Beginnings of English Law, Toronto, University of Toronto Press, 2002. Les diplômes anglo-saxons, recensés en 1968 par Peter Sawyer, sont disponibles via le site E-Sawyer [http://www.esawyer.org.uk/about/index.html]. Les chartes du « Livre de Llandaff » sont éditées par Davies W., The LlandaffCharters, Aberystwyth, National Library of Wales, 1979.

15 Les repérages qui suivent, donnés à titre indicatif, ont été faits à partir de la Bibliography of British and Irish History (BBIH) compilée par l’Institute of Historical Research de Londres, consultée le 10 mai 2013. Ils ne doivent pas être considérés comme des repérages exhaustifs puisqu’ils ne prennent en compte que les occurrences où apparaît une expression complète : ainsi, les occurrences de « Late Antique Britain » ne recouvrent pas celles de « Britain in Late Antiquity » ou « British Late Antiquity ».

16 15 titres dans BBIH, avec une périodisation débordant souvent sur le VIIe siècle, voire au-delà : voir par exemple Evans S. S., The Lords of Battle : Image and Reality of the comitatus in Dark-Age Britain, Woodbridge, Boiydell, 1997.

17 16 titres dans BBIH: voir par exemple Dark K. R. (dir.), External Contacts and the Economy of Late Roman and Post-Roman Britain, Woodbridge, Boydell, 1996.

18 Bien entendu, les occurrences du terme dans BBIH portent toutes sur la Grande-Bretagne du second XXe siècle. Pour un usage lié aux Ve-VIe siècles, voir Halsall G., Worlds of Arthur. Facts and Fictions of the Dark Ages, Oxford, OUP, 2013, p. 13.

19 6 titres dans BBIH : voir par exemple Dumville D. N., « Sub-Roman Britain : History and Legend », History, no 62, 1977, p. 173-192.

20 Cette désignation proposée par Snyder C. A., The Britons, Oxford, Blackwell, 2003, p. 75-76, n’a pas été reprise dans des titres de publications.

21 Aucun repérage chiffré n’est possible ici en raison du caractère non spécifique de l’expression : voir par exemple Hines J. (dir.), The Anglo-Saxons from the Migration Period to the Eighth Century : An Ethnographic Perspective, Woodbridge, Boydell, 1997.

22 Aucune publication ne reprend cette expression qui constitue l’un des sous-titres de l’article de Blair J., « The Anglo-Saxon Period (c. 440-1066) », K. O. Morgan (dir.), The Oxford Illustrated History of Britain, Oxford, OUP, 1984, p. 52-103, ici p. 52-59.

23 2 titres dans BBIH: voir par exemple Morris J., The Age of Arthur: A History of the British Isles from 350 to 650, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1973.

24 Aucun repérage chiffré n’est possible ici en raison du caractère non spécifique de l’expression. Le concept d’« âge héroïque » a été développé par les époux Chadwick H. M., The Heroic Age, Cambridge, CUP, 1912; Chadwick N. K., The British Heroic Age: The Welsh and the Men of the North, Cardiff, University of Wales Press, 1976.

25 Voir dans Lebecq S. (dir.), Histoire des îles Britanniques, Paris, PUF, 2007, p. 41, le sous-titre suivant : « L’historiographie et les sources de l’histoire des îles à l’époque migratoire et “post-romaine” ».

26 3 titres dans BBIH : voir par exemple Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britain », art. cit.

27 182 titres comprenant l’expression « Early Anglo-Saxon » dans BBIH, dont beaucoup portent plutôt sur le VIe-VIIe siècle : voir par exemple Yorke B., Kings and Kingdoms of Early Anglo-Saxon England, Londres/New York, Routledge, 1990, ou encore Higham N. J., The Convert Kings : Power and Religious Affiliation in Early Anglo-Saxon England, Manchester, Manchester University Press, 1997.

28 Une expression singulièrement utilisée par Stéphane Lebecq pour désigner les VIe-VIIe siècles, à la fois sur le continent européen et dans le monde insulaire : voir par exemple Lebecq S., « Les relations entre royautés et élites franques et anglo-saxonnes au très haut Moyen Âge (fin VIe-fin VIIIe siècle) », V. Gazeau et J.-Ph. Genet (dir.), La France et les îles Britanniques : un couple impossible ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 15-28.

29 On rappellera à cet égard que l’expression anglaise High Middle Ages est un faux ami : elle ne désigne pas le « haut Moyen Âge » (v. 500-1000) mais la période perçue comme l’apogée du Moyen Âge, à savoir le « Moyen Âge central » (v. 1000-1300).

30 Et c’est bien sûr mon cas, puisque je suis moi-même médiéviste.

31 Voir les analyses de Rolland M., Le roi Arthur : le mythe héroïque et le roman historique au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

32 Gildas, De excidio…, 25.3, édition citée, p. 98.

33 Schrijver P., « The Rise and Fall of British Latin: Evidence from English and Brittonic », M. Filppula, J. Klemola et H. Pitkänen (dir.), The Celtic Roots of English, Joensuu, University of Joensuu, 2002, p. 87-110 [Studies in Language, vol. 37].

34 Bède, Historia ecclesiastica…, I. 15, édition citée, vol. 1, p. 162.

35 Ce risque est dénoncé par Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, Londres, B. T. Batsford, 1989.

36 Lucy S., The Anglo-Saxon Way of Death: Burial Rites in Early England, Stroud, Sutton, 2000.

37 Welch M., Anglo-Saxon England, Londres, English Heritage/B. T. Batsford, 1992, p. 14.

38 Salway P., Roman Britain, Oxford, OUP, coll. « Oxford History of England », vol. 1, 1981.

39 Myres J. L. N., The English Settlements, Oxford, OUP, coll. « Oxford History of England », vol. 1-b, 1986.

40 Stenton F. M., Anglo-Saxon England, Oxford, Clarendon Press, coll. « Oxford History of England », vol. 2, 1943 [3e édition: 1971].

41 Higham N. J., Rome, Britain and the Anglo-Saxons, Londres, Seaby, 1992; idem, « From Sub-Roman Britain to Anglo-Saxon England: Debating the Insular Dark Age », History Compass, no 2, 2004, p. 1-29.

42 Myres J. L. N., « The Romano-British Background and the Saxon Shore », chap. 4, p. 74-103 et « Saxons, Angles and Jutes on the Saxon Shore », chap. 5, p. 104-143, The English Settlements, op. cit. Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, op. cit., p. 189, montre pourquoi cette recherche est une impasse.

43 Constance de Lyon, Vita Germani, III. 17-18, édition citée, p. 154-159.

44 Voir la réaction à ce type d’analyse chez Thompson E. A., St Germanus of Auxerre and the End of Roman Britain, Woodbridge, Boydell, 1984, p. 44.

45 Le premier chapitre de Stenton F. M., Anglo-Saxon England, op. cit., p. 1-31, est intitulé « The Age of the Migration » (au singulier).

46 Morris J., The Age of Arthur…, op. cit.

47 Alcock L., Dinas Powys: An Iron Age, Dark Age and Early Medieval Settlement in Glamorgan, Cardiff, University of Wales, 1963.

48 Alcock L., “By South Cadbury is that Camelot…”: The Excavation of Cadbury Castle 1966-1970, Londres, Thames and Hudson, 1972.

49 Alcock L., Arthur’s Britain. History and Archaeology, AD 367-634, Londres, Penguin, 1971.

50 Dark K. R., Britain and the End of the Roman Empire, Stroud, Tempus, 2000, p. 97-104.

51 Snyder C. A., The Britons, op. cit., p. 75-76.

52 Dark K. R., Civitas to Kingdom: British Political Continuity 300-800, Londres, Leicester Univeristy Press, 1994.

53 Woolf A., « Apartheid and Economics in Anglo-Saxon England », N. J. Higham (dir.), Britons in Anglo-Saxon England, Cambridge, Boydell & Brewer, 2007, p. 115-129.

54 Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, op. cit., chap. 4 et 5.

55 Esmonde Cleary S., The Ending of Roman Britain, op. cit., chapitre 4; Fleming R., Britain after Rome. The Fall and Rise, 400-1070, Londres, Allen Lane, 2010, p. 25-29; idem, « Recycling in Britain after the fall of Rome’s metal economy », Past and Present, vol. 217, 2012, p. 3-45.

56 Charles-Edwards T. M. (dir.), After Rome, Oxford, OUP, coll. « Short Oxford History of the British Isles », vol. 2, 2003. Le même auteur a repris ce titre pour la première partie de son récent ouvrage Wales and the Britons, op. cit., p. 29.

57 Voir le tableau très noir brossé par Ward-Perkins B., The Fall of Rome and the End of Civilization, Oxford, OUP, 2005.

58 Dumville D. N., « Sub-Roman Britain… », art. cit.

59 Marrou H.-I., Décadence romaine ou antiquité tardive ? IIIe-VIe siècle, Paris, Le Seuil, 1977 ; Brown P., The Making of Late Antiquity, 1978, tradution française : Genèse de l’Antiquité tardive, Paris, Gallimard, 1983.

60 L’idée, sans le mot, est déjà bien présente chez Pirenne H., « Continuation de la civilisation méditerranéenne en Occident après les invasions germaniques », Mahomet et Charlemagne, Paris, PUF, 1937 [réédition : 1970], chap. 1, p. 3-47.

61 Voir le plaidoyer pour cette expression d’Esmonde Cleary S., « The Roman to Medieval Transition », S. James et M. Millett (dir.), Britons and Romans: Advancing an Archaeological Agenda, York, Council for British Archaeology, coll. « CBA Research Reports », vol. 125, p. 90-97.

62 Campbell E., Continental and Mediterranean Imports to Atlantic Britain and Ireland, AD 400-800, York, Council for British Archaeology, coll. « CBA Research Reports », vol. 157, 2007.

63 Garcia M., « Romans Go Home? An Archaeological and Historical Exploration of the Cult of Saints in Late Antique Britain », Z. L. Devlin et C. N. J. Holas-Clark (dir.), Approaching Interdisciplinarity: Archaeology, History and the Study of Early Medieval Britain, c. 400-1100, Oxford, Archaeopress, coll. « BAR British Series », vol. 486, p. 55-61.

64 Sharpe R., « Martyrs and Local Saints in Late Antique Britain », art. cit. Voir aussi mon article « À qui appartient saint Alban ? Mémoires affrontées des martyrs de la Bretagne romaine », à paraître.

65 Wood I. N., « Some Historical Re-identifications and the Christianization of Kent », G. Armstrong et idem (dir.), Christianizing Peoples and Converting Individuals, Turnhout, Brepols, 2000, p. 27-35.

66 Les différences profondes entre la Bretagne et la Gaule voisine sont soulignées dans l’important travail comparatif de Wickham C., Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford, OUP, p. 306 sq.

67 La bonne question est bien celle posée par Ward-Perkins B., « Why Did the Anglo-Saxons Not Become More British? », English Historical Review, vol. 115, no 462, 2000, p. 513-533, et par Williams A., « Why Are the English not Welsh? », H. Tsurushima (dir.), Nations in Medieval Britain, Donington, Shaun Tyas, 2010, p. 19-31.

68 Fleming R., « Recycling in Britain… », art. cit.

69 Thomas C., Tintagel: Arthur and Archaeology, Londres, English Heritage/B. T. Batsford, 1993, p. 71.

70 Halsall G., Worlds of Arthur…, op. cit., p. 270-281.

71 On souscrira donc aux remarques de bon sens de Woolf A., « A Dialogue of the Deaf and the Dumb: Archaeology, History and Philology », Z. L. Devlin et C. N. J. Holas-Clark (dir.), Approaching Interdisciplinarity…, op. cit., p. 3-9, et de Yorke B., « Britain and Ireland, c. 500 », P. Stafford (dir.), A Companion to the Early Middle Ages…, op. cit., p. 41-56.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540