Version classiqueVersion mobile

L'image de la France dans l'Allemagne nazie

 | 
Wolfgang Geiger

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Nombreuses sont les rencontres franco-allemandes qui, dès l’après-guerre, ont réuni historiens, politologues, romanistes et germanistes français et allemands pour réfléchir sur l’histoire des relations entre les deux pays et sur ce qui les avait rendues si difficiles : nationalismes, guerres, occupations. Le regard sur le voisin et sur soi-même ne fut pas libéré des entraves idéologiques par le simple fait de l’effondrement du IIIe Reich, il fallait le libérer d’un aveuglement nationaliste qui continuait à peser sur l’historiographie, de part et d’autre, mais surtout en Allemagne, parce qu’il n’avait pas commencé en 1933 seulement.

  • 1 Bock (Hans Manfred)/Meyer-Kalkus (Reinhart)/Trebitsch (Michel) (éd.), Entre Locarno et Vichy –Les (...)
  • 2 Drost (Wolfgang)/Leroy (Géraldi)/Magnou (Jacqueline)/Seibert (Peter) (éd.), Paris sous l’occupatio (...)
  • 3 Voir Thalmann (Rita), La mise au pas – Idéologie et stratégie sécuritaire dans la France occupée, (...)
  • 4 Michels (Eckard), Das Deutsche Institut in Paris 1940-1944. Ein Beitrag zu den deutsch-französisch (...)

2La recherche des vingt dernières années sur les relations franco-allemandes et les images réciproques concernant la période de 1925 à 1949 – donc quatre constellations politiques différentes : République de Weimar, IIIe Reich jusqu’à 1939, occupation allemande de la France et occupation alliée de l’Allemagne – a engendré une série de colloques, de nombreux articles dans les revues spécialisées, mais peu de monographies, à l’exception des publications qui abondent en France sur la période de l’occupation et au sujet de la collaboration, mais qui concernent presque exclusivement le côté français de l’affaire, tandis que la recherche sur le côté allemand se borne à l’aspect politique « officiel » : la politique hitlérienne, aspects militaires et politiques de la guerre et de l’occupation, la politique de l’ambassadeur Abetz. Les colloques franco-allemands sur les relations politiques et culturelles entre les deux pays ont plutôt privilégié les années trente, et évité jusqu’ici d’aborder la période de l’occupation : le grand colloque organisé par l’IHTP et le DAAD à Paris en 1990 est tout à fait représentatif de ce fait1. Un premier pas pour combler cette lacune fut fait lors d’un colloque à Orléans, mais seulement quelques-uns des exposés qui y sont réunis concernent le côté allemand2. Parmi les sujets concernant la période précédente, c’est-à-dire de 1933 à 1939, ce sont, là aussi, plutôt les « institutions », telle la Deutsch-französiche Gesellschaft d’Otto Abetz et, du côté français, le Comité France-Allemagne, ainsi que les personnalités plus ou moins liées à ces contacts officiels, qui ont eu la préférence. L’action de la « collaboration » poursuivie par l’ambassadeur Abetz et son adjoint aux affaires culturelles Karl Epting apparaît en filigrane à travers beaucoup d’études sur la collaboration en France, et depuis un certain temps les travaux de synthèse accordent une place plus importante à ce sujet3, mais la première étude approfondie sur les activités de l’Institut allemand est encore récente4. Et ce n’est que depuis peu aussi que l’enjeu culturel au sens large du terme attire l’intérêt des chercheurs en France et Allemagne, mais personne encore ne semble avoir cherché à analyser systématiquement l’image de la France et des Français véhiculée sous le IIIe Reich, sous forme de livres et d’articles de revues (pour ne pas parler de la presse quotidienne).

3C’est en effet un sujet vaste, trop vaste peut-être, pour ne pas dissuader, mais c’est une lacune qui se fait sentir. Car il faut savoir que la période historique la plus productrice de livres sur la France fut justement celle du IIIe Reich, l’apogée se situant entre 1938 et 1942. Une autre raison qui pourrait expliquer cette lacune de la recherche est peut-être l’idée, fausse, d’une uniformité idéologique de ces publications, d’une mise au pas totale selon les objectifs de la propagande nationale-socialiste. Or, il faut constater, et cette étude le montrera, qu’à l’intérieur de la marge de manœuvre autorisée la diversité des visions de la France fut plus grande qu’on ne le pense, suffisamment grande, de toute façon, pour mériter une analyse approfondie, d’autant plus que la plupart des stéréotypes qu’on y trouve sont plus anciens et loin d’être enterrés après 1945. Ensuite, la vision proprement nationale-socialiste de la France nécessite, elle aussi, que la recherche s’y consacre plus qu’elle ne l’a fait jusqu’ici.

  • 5 Voir le bilan dans Fink (Gonthier-Louis), « Réflexions sur l’imagologie », Recherches germaniques, (...)
  • 6 Bock (Hans Manfred), « Tradition und Topik des populären Frankreich-Klischees in Deutschland von 1 (...)
  • 7 Fink, ibidem, p. 23.
  • 8 Un aspect de la question a été abordé dans Reif (Wolfgang), « Kalter Zweifrontenkrieg. Der Grenzla (...)

4De façon générale, on peut dire que la recherche ne manque pas de « réflexions sur l’imagologie5 », mais, comme dans le cas du survol de la période qui nous intéresse, par Hans Manfred Bock6, ces réflexions sont souvent beaucoup plus consacrées à des questions théoriques et épistémologiques qu’à une analyse concrète des images de l’autre. Pour l’approche rigoureusement sociologique, la question de la représentativité des sources et témoignages empêche des conclusions hâtives, si bien que, comme Gonthier-Louis Fink le résume bien, « au lieu d’avoir une image qui serait le reflet de la mentalité nationale ou de l’opinion publique, l’imagologue risque d’être confronté à toute une palette d’images différentes, voire à un kaléidoscope, résultat de rapports multiples, ce qui rend le décryptage d’autant plus difficile7 ». En effet, reconstituer « l’opinion publique » d’une période du passé est pratiquement impossible, et surtout pour une période de dictature. En revanche, le caractère idéologique des images diffusées y est d’autant plus clair, sans que cette idéologie soit uniforme et sans contradictions. D’une part, ces livres et articles d’« experts » en la matière reproduisaient des stéréotypes existant depuis longtemps, mais, d’autre part, ils ont « fabriqué » aussi l’image de la France et des Français dans un dessein clairement politique, propagandiste, s’adaptant aux circonstances politiques. Nous avons laissé de côté la littérature au sens étroit du terme qui nous semble être secondaire, au demeurant intéressante8, par rapport à la masse de publications journalistiques, politiques et historiographiques. Pour la période de l’occupation, nous avons confronté les publications aux rapports secrets sur la France et les Français, envoyés par l’administration militaire allemande ou par certains agents spéciaux des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt).

5La présente analyse répond donc à la question : Quelle fut l’image de la France et des Français sous le IIIe Reich ? Cette question se pose non seulement sur le plan culturel et général, mais aussi sur le plan politique, et l’objectif de l’analyse est de nous donner aussi une image de l’Allemagne et des Allemands tels que les auteurs en question les voyaient eux-mêmes à travers la comparaison avec le voisin occidental. Pendant la guerre et l’occupation, ces publications révélaient aussi plus ou moins clairement, ne serait-ce qu’en filigrane, les objectifs politiques de l’occupant en cas d’une victoire finale sur les Alliés.

  • 9 Sieburg (Friedrich), Gott in Frankreich ? Ein Versuch, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1929. Die (...)
  • 10 Distelbarth (Paul), Lebendiges Frankreich, Stuttgart/Berlin, Rowohlt, 1936. France vivante, Paris/ (...)

6L’image que l’Allemand se faisait de la France était imprégnée à divers degrés par la confrontation politique et la propagande, voire l’idée d’une inimitié héréditaire entre les deux pays. Mais il avait pu aussi se faire une idée plus concrète de la France, pas forcément juste, à travers deux douzaines de livres au moins publiés avant et surtout après celui de Friedrich Sieburg, Gott in Frankreich ? (1929)9. Après 1933, ces livres parurent avec l’autorisation des instances officielles et sous la censure effectuée par les auteurs et les éditeurs eux-mêmes. Cela n’excluait pas une marge de manœuvre quant aux jugements portés sur la France, pouvant confiner à la francophilie, comme dans le livre de Paul Distelbarth, Lebendiges Frankreich (1936)10 – sous condition qu’on ne critiquât pas l’Allemagne et son régime.

  • 11 Curtius (Ernst Robert), Die französische Kultur. Eine Einführung, Stuttgart, DVA, 1930 [t. 1 de l’ (...)
  • 12 Epting (Karl), Generation der Mitte, Bonn, Bouvier/Universitätsdruck Gebr. Scheur, 1953, p. 102.
  • 13 Sieburg (Friedrich), « Frankreich und kein Ende – 1954 », in idem, Gott in Frankreich ?, Frankfurt (...)

7Les livres de Sieburg et de Distelbarth furent de loin les plus importants parce que les plus vendus. Mais celui de Distelbarth parut trop tardivement pour pouvoir disputer à Sieburg la place qu’il avait conquise dans le débat public. Dieu est-il français ? constituait la référence quasiment obligatoire pour le public allemand qui s’intéressait à la France, avec l’Essai sur la France, du romaniste Ernst Robert Curtius (1930)11. Le contenu des deux livres se ressemble, mais celui de Curtius devint la référence dans les milieux universitaires – où le livre de Sieburg fut volontairement ignoré –, car il était plus « philologique » que celui de Sieburg, dont la plume journalistique garantit le succès auprès du grand public et des hommes politiques, notamment ceux qui s’engageaient en faveur d’un dialogue franco-allemand. Ainsi, Karl Epting, directeur du bureau parisien du DAAD (Office allemand d’échanges universitaires) à partir de 1934, et directeur de l’Institut allemand pendant l’occupation, reconnut, rétrospectivement, que « la parole [de Sieburg] fut décisive dans la discussion [Auseinandersetzung] entre l’Allemagne et la France12 ». Sieburg lui-même pouvait encore se flatter en 1954 de ce que « l’image que nous nous faisons de la France n’est pas pensable sans ce livre, puisque les traits principaux de cette image n’ont pas été réfutés par les événements. Dieu est-il français ? a toujours sa place dans notre vision du monde13 ».

  • 14 Sans que nous ayons trouvé cette traduction, elle nous paraît pertinente, d’autant plus que cette (...)
  • 15 Wechssler (Eduard), Esprit und Geist. Versuch einer Wesenskunde des Deutschen und des Franzosen, B (...)
  • 16 Cf. Bott (Gerhard), Zur Problematik der Landeskunde. Die deutsche Romanistik 1900-1938 als Fallstu (...)
  • 17 Platz (Hermann), Geistige Kämpfe im modernen Frankreich [Affrontements intellectuels dans la Franc (...)
  • 18 Bott, ibid., p. 91, 142.
  • 19 Cf. Weber (Alfred), « Kultursoziologie », in Vierkandt (Alfred) (éd.), Handwörterbuch der Soziolog (...)
  • 20 Un chapitre remarquable sur la France se trouve dans Keyserling (Hermann), Das Spektrum Europas, H (...)

8Tilman Krause, l’auteur d’une monographie récente sur Friedrich Sieburg, insère Dieu est-il français ? dans la tradition universitaire de la Kulturkunde (ou plutôt Wesenskunde [ontologie]14, selon Eduard Wechssler15). Il a raison et tort à la fois. La prétention de Sieburg d’expliquer « l’être français » semble répondre à ce besoin d’ontologie, en gestation depuis le tournant du siècle, qui se manifestait surtout après la guerre de 1914-1918 au sein de la philologie universitaire, réclamant un élargissement nécessaire des analyses littéraires, trop restreintes, vers une approche plus globalisante16. L’impulsion à ce changement de paradigme épistémologique vint de l’extérieur. Entamer des études globalisantes (Gesamtdarstellungen) de la France relevait en effet d’un objectif politique. Le livre de Hermann Platz, paru en 192217, dont l’intention principale est d’expliquer le nationalisme français, en est la première synthèse. L’ouvrage de Wechssler, paru deux ans avant Dieu est-il français ?, constitue l’apogée de l’ontologie culturelle, alors que celui de Curtius, paru un an après l’ouvrage de Sieburg, clôt ce courant. Pour Wechssler, il s’agissait clairement d’une entreprise de « reconnaissance de l’ennemi » pour mieux pouvoir le combattre. Même pour Curtius, peut-être le plus « européen » de ces romanistes, les études sur la France s’inséraient dans une compétition intellectuelle entre la France et l’Allemagne18. Mais ce qui se faisait à l’intérieur des disciplines philologiques n’était qu’un reflet d’une évolution plus générale dans toutes les sciences humaines et culturelles vers l’analyse globale des civilisations, ce qu’on appelait « morphologie culturelle », parfois aussi « anatomie culturelle » ou « physiologie culturelle »19. L’origine de cette pensée se trouve dans un des courants de la philosophie, la Lebensphilosophie (Spranger, Troeltsch, Spengler, Keyserling20).

9On aurait tort de classer le livre de Sieburg simplement dans la rubrique Kulturkunde, parce qu’il ne fut pas seulement un des ouvrages relevant de cette tradition. Il inaugura une approche nouvelle, celle du journaliste, dont le flambeau fut repris par nombre de ses collègues qui, avec des politologues, furent les seuls à continuer à écrire des livres sur la France contemporaine. En effet, sous le IIIe Reich, aucun romaniste n’écrira plus de tels ouvrages, la tradition de la Wesenskunde survivant seulement dans des études consacrés à certains sujets comme le classicisme ou l’anti-romantisme français, censés révéler des traits essentiels de l’esprit français. L’impact du journalisme dans la formation de l’image de la France à travers ces Frankreichbücher, dont l’effet perdure jusqu’à nos jours, bouleversa la scène entre 1929, parution de Dieu est-il français ? et 1931, parution du livre de Curtius, le dernier à être écrit par un romaniste.

  • 21 Wechssler, ibid., p. 172 sq.

10En dehors du fait qu’un public beaucoup plus large, extra-universitaire, fut atteint, l’approche journalistique inaugurée par Sieburg n’était pas seulement une question d’écriture, mais une question de méthode. La Kulturkunde universitaire se fondait exclusivement sur des sources écrites et/ou sur des analyses linguistiques (étymologies, etc.). Même quand on se livrait à une analyse « psychologique » des Français et des Allemands, de leur « caractère », de leur « mentalité », on le faisait sur la base de sources écrites, c’est-à-dire à partir des écrits d’auteurs plus anciens, faisant autorité, remontant jusqu’à l’antiquité : l’expérience personnelle concernant les Français ou les Allemands comptait peu au regard de celle d’un Strabon ou d’un Tacite évoquant des Gaulois ou des Germains. Et quand une observation personnelle était rapportée, comme parfois chez Wechssler, c’était uniquement pour illustrer une hypothèse déjà prouvée : deux pages sur les coutumes alimentaires et l’art culinaire des Français suffisent pour approfondir l’analyse du « goût français » et éclairer l’origine matérielle de la notion de « goût »21, avant d’aborder plus longuement l’application de cette notion au domaine de l’érotisme, beaucoup plus intéressant, richement documenté par la littérature…

  • 22 Sur cet aspect politique et la place de Sieburg dans l’ensemble de la Kulturkunde, voir la synthès (...)
  • 23 Valéry (Paul), Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, 1945, coll. folio, (...)

11Les éléments essentiels chez Sieburg sont, en revanche, l’observation directe, personnelle, des gens dans la rue, au bistrot, au travail (assez rarement), chez eux, bref, dans leur quotidien, ainsi que l’observation de la scène politique, ce qui était son travail de correspondant de presse. Cela ne l’empêchait pas de réfléchir sur l’histoire française, au contraire. L’objectif de son livre est de montrer l’unité de l’« être français » à travers l’histoire, même si les réflexions politiques ne dominent pas quantitativement l’ouvrage, elles en constituent l’aspect le plus important22. Ce sont pourtant les chapitres consacrés à la description de la vie et de la civilisation française qui impressionnent le plus le lecteur. Sieburg était un bon « connaisseur » de la France, et beaucoup de ses observations sont pertinentes, perspicaces, révélant même à un Français des traits caractéristiques de sa façon de vivre et de penser. C’est l’avantage de l’observateur étranger, du regard extérieur, de la distance. Comme Paul Valéry le constatait, à peu près à la même époque : « Les traits les plus simples et les plus forts échappent aux gens du pays, qui sont insensibles à ce qu’ils ont toujours vu. » Mais « l’étranger qui les perçoit, les perçoit trop puissamment, et ne ressent pas cette quantité de correspondances intimes et de réciprocités invisibles par quoi s’accomplit le mystère de l’union profonde de millions d’hommes23 ».

12Ces témoignages ne sont pas vérifiables, le lecteur ne peut pas lui-même consulter la source, à moins qu’il ne se rende sur place et ne fasse ces observations lui-même. Il est donc obligé de croire l’auteur ou de le refuser. Pour rendre le message crédible, l’auteur est contraint de convaincre par sa façon d’écrire et son génie de persuasion. La méthode et l’écriture journalistiques sont liées. Paradoxalement, l’étude universitaire est toujours considérée comme une interprétation, l’essai journalistique comme une sorte de rassemblement des faits. Cela est dû au faux label d’authenticité accordée au vécu personnel, dissimulant qu’il est d’abord subjectif et aléatoire. Mais tandis que d’autres ouvrages du même genre, parus après celui de Sieburg, se limitent souvent à cette approche journalistique, ne constituant dans la plupart des cas que des recueils d’articles déjà publiés, Sieburg rédigea son livre dans une perspective plus large, qui est en effet celle de la Wesenskunde universitaire. Dieu est-il français ? se situe à mi-chemin entre cette tradition et une tradition nouvelle qu’il a contribué à faire naître.

  • 24 Wechssler, ibid., p. 3.
  • 25 Ibid., p. 5, 114.

13La Wesenskunde appliquait une approche anthropologique et ontologique à l’étude des civilisations ou cultures (au sens allemand), dont il fallait interpréter les œuvres littéraires et culturelles comme manifestations du « caractère national » d’un peuple. Elle puisait dans les conceptions du xixe siècle, du Volksgeist à la « psychologie des peuples », qu’elle actualisait dans un contexte directement politique. Wechssler donna le ton en considérant d’emblée le rapport franco-allemand comme celui d’une antinomie totale. La conception ontologique de la Kultur impliquait même l’idée que les langues seraient si différentes l’une de l’autre qu’une traduction au sens propre du terme ne serait pas possible : « Le dictionnaire est trompeur. On ne peut rien traduire d’une langue en une autre sans que le sens et la couleur ne changent. […] C’est cette différence secrète entre les concepts allemands et français, cette intraduisibilité fondamentale que vise notre livre24. » Une impression qu’on pourrait presque partager quand on est contraint de traduire Wechssler (Volkheit, Wesensmitte, zeitgeschichtlich-volk­heitlicher Geist, etc.). Ce rejet de « l’être français » était si global qu’il ne concernait pas seulement le domaine culturel, mais le fond même de la société moderne : ainsi, toujours dans le contexte de l’incommensurabilité des langues (identifiée à celle des pensées), Wechssler dénonça l’intrusion des concepts français dans la langue allemande en constatant : « Faute d’une disposition nécessaire dans l’histoire et la nature des Allemands, l’adoption aveugle de “bourgeoisie” et de “démocratie” nous a apporté des confusions dangereuses. » Le terrain de l’esprit était ainsi considéré comme un immense champ de bataille où victoires et défaites anticipaient celles obtenues dans la réalité : « Ce qui s’est passé lors de l’armistice funeste de 1918 avait été anticipé depuis longtemps déjà, au milieu du siècle, dans l’esprit25. »

  • 26 Siebert (Theodor), « Bedeutung und Wert der neueren Fremdsprachen für die höhere Schule im nationa (...)

14Mais le livre de Wechssler, qui adoptait de surcroît au moins partiellement une certaine vision ethno-raciste, n’échappa pourtant pas à la critique générale que les dirigeants nazis de l’enseignement émirent après 1933 à l’égard de la Kulturkunde. Ainsi, dans une revue philologique, en 1935, un haut responsable de la Fédération nationale-socialiste des enseignants (NSLB) reprocha à la Kulturkunde de ne pas assez respecter la « réapplication » (Rückbeziehung) de la connaissance de l’autre : « La connaissance de la nationalité étrangère ne constitue pas le but final de notre enseignement de langues étrangères : c’est à partir de cette opposition que notre connaissance du propre Moi national doit être encouragée. » La Kulturkunde dissimulerait aussi le « fait ethnique » (das Völkische) dans la notion trop vague de « culture ». Il faudrait donc faire évoluer la Kulturkunde vers une Volkskunde (ethnologie) : « C’est jusqu’au principe ethnique et de sang que nous devons parvenir26. »

  • 27 Voir par exemple la défense de la romanistique universitaire dans Neubert (Fritz), « Gegenwartsauf (...)
  • 28 Extrait d’un discours de Krieck à la réunion des professeurs de langues du secondaire et du supéri (...)
  • 29 Gott in Frankreich ?, 1954, p. 25.
  • 30 Dieu est-il français ?, 1991, p. 87.
  • 31 Sieburg (Friedrich), « Antwort an Bernard Grasset », Frankfurter Zeitung, 19-12-1930, d’après Krau (...)

15La cause du conflit entre les nazis et les défenseurs de la Kulturkunde27 ne résidait pas en vérité dans la question de la « réapplication » de la recher­che – principe adopté par tous les auteurs, de Wechssler jusqu’à Sieburg –, mais plutôt dans le statut qu’on accordait à la culture en tant que telle. Ernst Krieck, un idéologue ambitieux au sein du NSDAP, est allé jusqu’à mettre en question la notion même de Kultur qu’il voulait remplacer par Volkstum : « Notre but n’est ni l’esprit ni la culture, mais la créativité, la vitalité et la vie réelle du peuple28. » Entre une telle position radicale, loin d’être unanimement partagée au sein du parti, d’ailleurs, et les défenseurs de la Kulturkunde, fussent-ils ultra-conservateurs et nationalistes, il y avait encore une différence fondamentale, d’autant plus que les derniers se considéraient plus ou moins tous comme membres d’une aristocratie de l’esprit. Mais le but nationaliste de ces études comparatistes – et tous les livres sur la France relevaient nécessairement d’une approche comparatiste –, était admis par tous. Sieburg le confirme en 1954 : « Par la façon dont je me suis mesuré inépuisablement à la France, je suis devenu, pour ainsi dire, de plus en plus allemand29. » Ce qu’il avait déjà exprimé de façon plus « philosophique » en 1929 : « […] à nous plonger dans la vie française, nous sentons s’accroître les possibilités de notre être30 ». Sieburg le répéta à chaque occasion : répondant, dans la Frankfurter Zeitung, à la lettre de Bernard Grasset (insérée plus tard dans l’édition française du livre), Sieburg avoua que son essai sur la France était « au fond un livre sur l’Allemagne31 ». C’est ce qui assura au livre et à son auteur un succès considérable sous le IIIe Reich.

Notes

1 Bock (Hans Manfred)/Meyer-Kalkus (Reinhart)/Trebitsch (Michel) (éd.), Entre Locarno et Vichy –Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris, CNRS, 1993, 2 tomes.

2 Drost (Wolfgang)/Leroy (Géraldi)/Magnou (Jacqueline)/Seibert (Peter) (éd.), Paris sous l’occupation/Paris unter deutscher Besatzung – Actes du 3e colloque des Universités d’Orléans et de Siegen, Heidelberg, Winter, 1995.

3 Voir Thalmann (Rita), La mise au pas – Idéologie et stratégie sécuritaire dans la France occupée, Paris, Fayard, 1991 ; Burrin (Philippe), La France à l’heure allemande, Paris, Seuil, 1995 ; Hirschfeld (Gerhard)/Marsh (Patrick) (éd.), Kollaboration in Frankreich – Politik, Wirtschaft und Kultur während der nationalsozialistischen Besatzung 1940-1944, Frankfurt a.M., Fischer, 1991. [Collaboration in France. Politics and Culture during the Nazi Occupation, 1940-1944, Oxford/New York/Munich, Berg Publ., 1989.] L’empreinte de la politique d’Abetz dans la vie culturelle française sous l’occupation paraît en filigrane à travers des livres comme celui de Ragache (Gilles)/Ragache (Jean-Robert), La vie quotidienne es écrivains et des artistes sous l’Occupation 1940-1944, Paris, Hachette, 1988.

4 Michels (Eckard), Das Deutsche Institut in Paris 1940-1944. Ein Beitrag zu den deutsch-französischen Kulturbeziehungen und zur auswärtigen Kulturpolitik des Dritten Reiches, Stuttgart, Steiner, 1993. Un aspect de ce sujet a été traité auparavant par Laitenberger (Volkhard), Akademischer Austausch und auswärtige Kulturpolitik – Der Deutsche Akademische Austauschdienst (DAAD) 1923-1945, Göttingen/Frankfurt/Zürich, Musterschmidt, 1976.

5 Voir le bilan dans Fink (Gonthier-Louis), « Réflexions sur l’imagologie », Recherches germaniques, n° 23, 1993, p. 3-31.

6 Bock (Hans Manfred), « Tradition und Topik des populären Frankreich-Klischees in Deutschland von 1925 bis 1955 », Francia, t. 14, 1986, p. 475-508.

7 Fink, ibidem, p. 23.

8 Un aspect de la question a été abordé dans Reif (Wolfgang), « Kalter Zweifrontenkrieg. Der Grenzlandroman konservativer und (prä)faschistischer Autoren der Zwischenkriegszeit », Literatur und Linguistik, n° 95, 1994, numéro spécial : Die politische « Rechte » : Literatur, Theater, Film, p. 30-50.

9 Sieburg (Friedrich), Gott in Frankreich ? Ein Versuch, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1929. Dieu est-il français ?, Paris, Grasset, 1930.

10 Distelbarth (Paul), Lebendiges Frankreich, Stuttgart/Berlin, Rowohlt, 1936. France vivante, Paris/Colmar, Eds. Alsatia, 1937.

11 Curtius (Ernst Robert), Die französische Kultur. Eine Einführung, Stuttgart, DVA, 1930 [t. 1 de l’ouvrage Frankreich, publié ensemble avec Arnold Bergsträsser]. Essai sur la France, trad. Par J. Benoist-Méchin, Paris, Grasset, 1932.

12 Epting (Karl), Generation der Mitte, Bonn, Bouvier/Universitätsdruck Gebr. Scheur, 1953, p. 102.

13 Sieburg (Friedrich), « Frankreich und kein Ende – 1954 », in idem, Gott in Frankreich ?, Frankfurt a.M., Societäts-Verlag, 1954, p. 17.

14 Sans que nous ayons trouvé cette traduction, elle nous paraît pertinente, d’autant plus que cette Wesenskunde fit explicitement référence à la philosophie.

15 Wechssler (Eduard), Esprit und Geist. Versuch einer Wesenskunde des Deutschen und des Franzosen, Bielefeld & Leipzig, Velhagen & Klasing, 1927.

16 Cf. Bott (Gerhard), Zur Problematik der Landeskunde. Die deutsche Romanistik 1900-1938 als Fallstudie, Rheinfelden/Berlin, Schäuble, 21992.

17 Platz (Hermann), Geistige Kämpfe im modernen Frankreich [Affrontements intellectuels dans la France moderne], München, Kösel & Pustet, 1922.

18 Bott, ibid., p. 91, 142.

19 Cf. Weber (Alfred), « Kultursoziologie », in Vierkandt (Alfred) (éd.), Handwörterbuch der Soziologie, Stuttgart, Enke, 1931, (Gekürzte Studienausgabe) 1982, p. 81-91 ; Spranger (Eduard), Probleme der Kulturmorphologie, Berlin, Akademie der Wissenschaften, 1936.

20 Un chapitre remarquable sur la France se trouve dans Keyserling (Hermann), Das Spektrum Europas, Heidelberg, Kampmann, 1928, voir p. 55-94.

21 Wechssler, ibid., p. 172 sq.

22 Sur cet aspect politique et la place de Sieburg dans l’ensemble de la Kulturkunde, voir la synthèse dans Gangl (Manfred), « Un Sieburg peut en cacher un autre », Allemagnes d’aujourd’hui, n° 105, juillet-septembre 1988, p. 100-121.

23 Valéry (Paul), Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, 1945, coll. folio, 1988, p. 31.

24 Wechssler, ibid., p. 3.

25 Ibid., p. 5, 114.

26 Siebert (Theodor), « Bedeutung und Wert der neueren Fremdsprachen für die höhere Schule im nationalsozialistischen Staat », Neuphilologische Monatsschrift, 1935, n° 7-8, p. 277 sq.

27 Voir par exemple la défense de la romanistique universitaire dans Neubert (Fritz), « Gegenwartsaufgaben der Romanistik », Neuphilologische Monatsschrift, 1938, n° 3, p. 81-98.

28 Extrait d’un discours de Krieck à la réunion des professeurs de langues du secondaire et du supérieur à Trèves, en 1935, cit. d’après Münch (Rudolf ), « Doch noch Kulturkunde ? », Neuphilologische Monatsschrift, 1936, n° 2, p. 52.

29 Gott in Frankreich ?, 1954, p. 25.

30 Dieu est-il français ?, 1991, p. 87.

31 Sieburg (Friedrich), « Antwort an Bernard Grasset », Frankfurter Zeitung, 19-12-1930, d’après Krause (Tilman), Mit Frankreich gegen das deutsche Sonderbewußtsein. Friedrich Sieburgs Wege und Wandlungen in diesem Jahrhundert, Berlin, Akademie-Verlag, 1993, p. 49.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search