Version classiqueVersion mobile

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Instruction et religions

Notables habitants et instruction populaire en ville au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hostilité des hommes des Lumières envers l’instruction élémentaire des enfants des pauvres semble bien connue. Est mise en avant l’opinion d’auteurs comme La Chalotais ou Voltaire. La boutade de ce dernier révèle deux aspects : son refus de l’éducation pour le peuple et son hostilité aux « Ignorantins », les Frères des Écoles chrétiennes à qui il reproche non de ne pas savoir le latin mais de vouloir instruire les humbles. Certains intendants partagent cet avis : ainsi d’Étigny et ses successeurs à l’Intendance d’Auch. Mais à y bien regarder, il apparaît qu’il faut séparer le cas des enfants des villes et ceux des campagnes : ce qui est néfaste pour ceux-ci est souhaitable pour ceux-là. L’instruction des petits paysans, surtout si le latin leur est enseigné, est « ce qui peuple le pays de fainéants et de mauvais sujets et diminue le nombre des cultivateurs au profit de celui des gens inutiles et sans ressources pour la société » ; la peur de la dépopulation et du manque de main-d’...

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search