Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Instruction et religions

Notables habitants et instruction populaire en ville au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Église, Éducation, Lumières. Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’ho (...)
  • 2 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, Paris, Cujas, 1974, p. 412- (...)

1L’hostilité des hommes des Lumières envers l’instruction élémentaire des enfants des pauvres semble bien connue. Est mise en avant l’opinion d’auteurs comme La Chalotais ou Voltaire. La boutade de ce dernier révèle deux aspects : son refus de l’éducation pour le peuple et son hostilité aux « Ignorantins », les Frères des Écoles chrétiennes à qui il reproche non de ne pas savoir le latin mais de vouloir instruire les humbles. Certains intendants partagent cet avis : ainsi d’Étigny et ses successeurs à l’Intendance d’Auch. Mais à y bien regarder, il apparaît qu’il faut séparer le cas des enfants des villes et ceux des campagnes : ce qui est néfaste pour ceux-ci est souhaitable pour ceux-là. L’instruction des petits paysans, surtout si le latin leur est enseigné, est « ce qui peuple le pays de fainéants et de mauvais sujets et diminue le nombre des cultivateurs au profit de celui des gens inutiles et sans ressources pour la société » ; la peur de la dépopulation et du manque de main-d’œuvre dans les campagnes est toujours présente ; s’y ajoute la défiance envers la ville. À l’inverse il faut éduquer le peuple des villes pour lutter contre le vice, la fainéantise, l’irréligion. Le paysan est bon naturellement mais frustre, il n’a besoin que d’un minimum de convictions simples et de travail. L’enfant des villes est facilement perverti, il doit être redressé par l’éducation religieuse et l’enseignement qui seul lui permettra de gagner sa vie ; à ces pauvres « on ne doit pas interdire la lecture comme dans les villages, eu égard aux occupations qu’ils peuvent y trouver2 ».

  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B, bailliage présidial de Tours, minutes du greffe, 17 (...)

2Mais quelle est l’attitude des « élites » locales directement confrontées à la question de l’instruction du peuple et au problème du coût des l’écoles ? Les corps de ville en discutent mais plumitifs des délibérations ne fournissent qu’un résumé des débats ; de plus les échevinages sont bien souvent composés d’officiers et sont donc socialement homogènes. Quel peut être l’avis des « principaux habitants » ? À Tours, au xviiie siècle la question de l’instruction populaire est posée par l’archevêque d’abord en 1776, puis à nouveau en 1784. Il s’agit, dans ces deux occasions, d’établir des écoles de charité qui seraient confiées aux Frères des Écoles chrétiennes. Dans les archives du bailliage présidial de Tours ont été conservés les procès-verbaux de l’enquête de commodo incommodo3 menée en 1786 à ce sujet ; ils permettent de découvrir, dans leurs grandes lignes, l’opinion des « notables habitants » sur cette question.

  • 4 S. Serreau, Le Collège royal de Tours aux xviie et xviiie siècles, mémoire de maîtrise, université (...)
  • 5 D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux 1680-1789, Par (...)

3La ville traverse au xviiie siècle des périodes très difficiles et voit sa population stagner et même baisser ; l’industrie de la soie périclite malgré tous les efforts déployés localement pour la soutenir. Elle abrite un important groupe de compagnons et de maîtres ouvriers en soie qui connaissent périodiquement le chômage. Les fonctions administratives, financières et judiciaires de la capitale de la généralité expliquent la présence de nombreux officiers de justice et de finances, qui contrôlent le corps de ville. Leurs fils peuvent faire leurs études au collège de la ville : les Jésuites4 le tiennent de 1635 à 1762 mais sans donner grande satisfaction ; le fonctionnement semble s’améliorer quand les oratoriens le prennent en charge mais c’est seulement en 1779, sur l’intervention de l’échevinage ; ensuite ces jeunes gens doivent quitter la ville pour acquérir les grades universitaires qui leur permettront de devenir à leur tour officiers du roi. En effet Tours, au contraire des villes voisines, n’a pas d’université et rien ne laisse penser que la ville ait essayé, une fois oubliée la promesse faite par Henri IV, d’en obtenir une ; la sociabilité intellectuelle se développe sur le tard grâce d’abord à la Société d’Agriculture fondée en 1761 puis à la franc maçonnerie5. Mais l’instruction peut être considérée comme un moyen de christianisation et de contrôle des populations. Les élites et l’Église s’intéressent-elles à l’enseignement du peuple ?

  • 6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.
  • 7 B. Maillard, « Protestants dans la cité au xviiie siècle », Actes du colloque du Gerhico, Poitiers (...)
  • 8 Archives départementales d’Indre-et-Loire, D 17.
  • 9 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2 B, procédures civiles 1786 ; déclaration de Mr Jean U (...)
  • 10 Cette « quête » des élèves n’est pas sans rappeler la pratique que décrit E. Souvestre dans ses So (...)

4Aucun témoignage sur la position des intendants successifs, en particulier Du Cluzel n’a été conservé mais on peut noter que dans le mémoire sur la généralité de Tours entre 1762 et 17666 qui donne un tableau très complet des activités dans cette circonscription, la question de l’enseignement est très sommairement traitée ; il n’est question de l’éducation populaire que pour les enfants de l’hôpital des enfants trouvés à qui on doit apprendre « leur religion ainsi qu’à lire et à écrire ». Dans la ville l’ordonnance de 1698, répétée en 1724, prévoyant la création d’écoles destinées avant tout aux enfants de « nouveaux convertis », n’a sans doute pas eu d’application. La nécessité ne s’en faisait pas sentir : la communauté réformée a presque disparu sous l’effet de l’émigration et des conversions ; elle compte encore quelques familles à la fin du xviiie siècle mais il s’agit de négociants ; l’éducation de leurs enfants se fait sans difficulté7. Dans le cadre d’une politique devenue plus attentive aux problèmes posés par la pauvreté et le chômage, en 1770 un bureau des pauvres est créé à l’initiative de Monseigneur Rosset de Fleury. On s’inquiète aussi de voir de nombreux enfants inoccupés ; ils vagabondent dans la rue, se bagarrent et sont à l’origine de nombreux incidents. En avril 1776 est fait un bilan des écoles de charité qui existent et un projet de nouvelles créations est établi8, il reste sans suite. Les éléments de l’enquête de 1776 et les indications fournies en 1784-1786 montrent que l’équipement scolaire de la ville est faible. Il existe quelques écoles de charité, trois ou six selon les témoignages ; en fait trois semblent fonctionner correctement : une dans la paroisse la plus aisée de Tours, Saint-Saturnin, qui bénéficie d’une fondation dont le revenu est de 200 livres, une dans celle de Saint-Pierre-du-Boile, et une dans le faubourg Saint-Symphorien sur la rive droite de la Loire ; cette dernière est activement soutenue par le curé de la paroisse, elle est financée grâce à une rente de 150 livres payée par Marmoutier, le maître ne doit être ni un ecclésiastique ni un homme marié ; celle de Saint-Saturnin est « bien fondée » et un versement annuel de 150 livres de Benoît de la Grandière permet le fonctionnement de la troisième. L’effectif accueilli dans ces écoles, qui ne reçoivent que des garçons, n’est pas connu mais la faiblesse des moyens financiers laisse penser qu’il est faible ; la réalisation du projet présenté devrait le faire augmenter et donnerait une efficacité plus grande à l’institution : les frères des écoles chrétiennes font des « tournées en ville » pour surveiller leurs écoliers. Il existe peut-être d’autres écoles, dans les paroisses de Saint-Pierre-le-Puellier, de Saint-Clément, Saint-Pierre-des-Corps et de Notre-Dame-la-Riche mais elles ne semblent pas fonctionner ; le curé de cette dernière paroisse le regrette particulièrement car sa paroisse est la plus peuplée et une des plus pauvres de la ville. Un enseignement primaire payant est aussi assuré par des maîtres d’école recevant dans une chambre, chez eux, les enfants de familles plus aisées ; ils dispensent des cours de lecture, écriture, grammaire, et même de tenue des livres, de comptabilité… le tout « à des prix fort modiques et proportionnés aux facultés des pauvres » ; certains le feraient même gratuitement. « En outre plus d’une trentaine de maîtres particuliers se répandent dans la ville pour y donner des leçons aux enfants des citoyens de toutes les classes et qui n’exigent pour contribution qu’un sol ou dix huit deniers au plus par leçon9 » ; il s’agit là vraiment d’un véritable prolétariat enseignant10 ! Il existe de plus une école de dessin fondée en 1778 par Rougeot et dont l’enseignement est gratuit ; elle est fréquentée surtout par les enfants des artisans et maîtres ouvriers en soie et a le soutien de la ville. De l’enseignement des filles il n’est pas question dans les différents projets de cette fin du xviiie siècle…

  • 11 Archives municipales de Tours, BB 80, f° 109 et suivants.
  • 12 Ce projet, coûteux, a été à l’ordre du jour de nombreuses séances, beaucoup plus que celui des éco (...)

5En 1784, l’archevêque qui est alors Mgr de Conzié prend l’initiative de relancer le projet d’école de charité et recommande d’appeler à Tours les frères des écoles chrétiennes. Une procédure est alors vraiment enclenchée. Le 8 décembre 1784 l’archevêque adresse au Corps de Ville une lettre qui est lue par le maire lors de la séance du lendemain11 ; il y expose son souhait de créer des écoles de charité et de les confier aux Frères des Écoles Chrétiennes ; son mémoire développe le projet pédagogique et le projet de convention à passer avec l’institut, dont en juillet 1777, l’existence a été définitivement reconnue dans le ressort du parlement de Paris par enregistrement des lettres patentes du roi de mars 1777. Le Corps de Ville remercie l’archevêque de son « zèle vraiment apostolique » et désigne une délégation pour aller conférer avec lui de ce projet. Le 15 décembre le Corps de Ville décide de convoquer « une assemblée de notables des paroisses […] attendu qu’il s’agit d’un objet qui intéresse tous les citoyens, que les habitants de chaque paroisse, surtout de celles où il y a déjà des écoles de fondées doivent être consultées sur les avantages ou inconvénients de ce nouvel établissement ». Une coïncidence fortuite mais symbolique veut que dans la même réunion soit discuté le projet d’établir des réverbères12 : éclairer la ville et éclairer les esprits… Le 29 décembre l’assemblée des notables « délibère que le projet proposé est avantageux au bien de la religion, de l’État et de cette ville, qu’il est à désirer qu’il se puisse réaliser incessamment sous la condition toutefois [qu’il] ne pourra être en aucun cas soit pour le présent soit pour l’avenir aux charges des habitants de cette ville ». La ville accepte donc la proposition de l’archevêque mais émet aussitôt des conditions restrictives de cet accord. Le 31 décembre, le corps de ville se prononce sur l’emplacement « le plus convenable » pour la maison principale ; il s’agit d’un terrain compris entre les maisons des minimes de Saint Grégoire et des visitandines, choisi surtout parce que « étant déjà en mainmorte et ne faisant sortir du commerce aucune propriété nouvelle ».

  • 13 Le texte du projet indique « dix » écoles mais dans le titre il est noté « cinq » et cinq sites so (...)
  • 14 Les terrains indiqués sont tous de mainmorte : terrains appartenant aux Minimes au centre de la vi (...)
  • 15 À Angers où il concurrence le collège des Oratoriens, le pensionnat des frères est pourtant très r (...)
  • 16 « Tables, bancs, sièges pour les maîtres, cartes ou tableaux de bois, poîles pour l’hyver, rideaux (...)

6L’archevêque prévoit l’installation à Tours de 12 frères : un directeur, dix instituteurs et un frère qui s’occuperait de toute la vie matérielle de la communauté ; cinq13 écoles seraient établies : quatre devraient être bâties14 et celle de Saint-Saturnin devrait être aménagée. Tous les garçons de plus de 7 ans seront acceptés, chaque « classe d’écrivains » comptant 60 élèves au maximum et les autres classes 80. Aucun pensionnat ne sera ouvert15. Les frères « vivront selon leurs règles et constitutions […] L’enseignement se fera dans les écoles selon la méthode usitée dans leur congrégation : l’on ne pourra y rien changer ni introduire rien de nouveau dans leur régime, l’uniformité de moyens parmi eux étant essentielle à la conservation de leur institut et au succès de l’instruction de la jeunesse ». Il estime le coût global de l’opération à 130 000 livres maximum, soit 1 000 livres pour l’installation de chaque frère qui recevra ensuite une pension annuelle de 430 livres, alors que les revenus globaux des écoles existantes se montent à 426 livres 5 sous ; le prélat fournira tout le matériel de classe16. En juillet 1786 il indique avoir l’assurance de disposer de 80 000 livres, de pouvoir utiliser dans ce but de quelques biens ecclésiastiques et il est prêt à ajouter personnellement quelque argent en cas de nécessité.

  • 17 Archives municipales de Tours, GG 26, lettres patentes de février 1785.

7En février 1785 le roi reconnaît la nécessité « des Écoles publiques, où puissent être instruits gratuitement les Enfans mâles auxquels on enseigneroit les principes de la Religion & en même-tems à lire, écrire & calculer ; que si des établissemens de ce genre sont utiles partout ailleurs, ils sont plus particulièrement nécessaires dans une Ville de Manufacture et de Commerce, pour garantir de l’oisiveté les Enfans des Ouvriers ou Artisans, & pour prévenir la corruption des mœurs17 » ; il accorde des lettres patentes qui autorisent l’établissement de « cinq écoles publiques et gratuites », permettent d’acquérir les terrains convenables et de réunir « tous les revenus, actuellement destinés dans les paroisses et faux-bourgs de Tours à l’enseignement gratuit des enfants mâles » ; dons et legs sont autorisés dans ce but et des rentes pourront être acquises en conformité avec les dispositions de l’édit de 1749 concernant les biens des gens de mainmorte. Avant de les enregistrer, le Parlement de Paris demande, le 6 septembre 1785, qu’il soit fait une information sur ces différents points ; les officiers municipaux, le procureur du roi au « grand bailliage » (sic) et les « notables habitants » doivent être consultés. L’exécution de l’arrêt du parlement suscite des difficultés dont la nature n’est pas connue, l’archevêque présente alors une nouvelle requête ; un second arrêt du parlement intervient le 11 avril 1786. « L’information » est lancée le 19 mai 1786 et le procès-verbal de jurande des témoins est daté du 29 du même mois ; l’enquête s’achève le 12 juin suivant.

  • 18 Archives municipales de Tours, GG 26, lettre de Claveau, maire d’Angers, datée du 19 juillet 1786.

8Les officiers du présidial délibèrent le 6 juillet et expriment leur hostilité, le corps de ville renouvelle son accord le 24 juillet. Auparavant il a une nouvelle fois demandé à l’archevêque des informations sur les ressources dont il dispose pour établir les écoles et il a pris des informations auprès du corps de ville d’Angers sur l’établissement angevin des frères ; le maire répond une lettre18 qui doit rassurer pleinement Tours sur la qualité de l’enseignement dispensé et sur l’indépendance financière des frères ; mais on y sent une sourde irritation : les frères des écoles chrétiennes se sont installés à Angers (en 1741) « sans consulter personne » sur invitation de l’évêque, passant outre l’opposition de la ville et celle-ci ne dispose d’aucun pouvoir d’inspection, ce qui « paraît contre le bon ordre » ; le maire d’Angers recommande donc de prévoir une disposition qui permettra de telles visites : « vous ferez bien de ne pas lâcher prise sur ce point essentiel », Tours suivit en effet le conseil. Le parlement enregistre enfin les lettres patentes le 29 août 1786.

9Les habitants consultés pour « l’information » demandée par le parlement sont au nombre de 28 hommes, dont 9 ecclésiastiques ; 13 soutiennent le projet et 15 sont hostiles. On ne sait comment a été constitué le groupe interrogé mais sept paroisses seulement sont représentées, dont surtout quatre, situées au centre de la ville (Saint-Saturnin, Saint-Venant, Saint-Pierre-du-Boile et Saint-Hilaire) aux dépens des paroisses des faubourgs, plus populaires, qui pourtant ont déjà des écoles et sont intéressées au premier chef par le projet. Les « basses classes » de la population ne sont nullement consultées et celles de l’artisanat et du commerce le sont à peine ; le groupe est bien constitué de « notables habitants », ainsi que le montre le tableau suivant.

10Les neuf ecclésiastiques, dont quatre chanoines (deux sont aussi vicaires généraux) et quatre curés dont la paroisse est dotée d’une école, sont unanimes dans leur approbation du projet ; il ne pouvait guère en aller autrement puisque ce dernier était une initiative de l’archevêque… Sur les 19 laïcs interrogés, un seul, d’opinion hostile, a moins de 40 ans et quatre, tous d’avis favorable, ont entre 40 et 50 ans ; ils sont donc peut-être parents d’enfants en âge de fréquenter les classes des frères, puisque l’on sait bien que partout les frères accueillent des élèves de familles moyennes et aisées, malgré leur vocation originelle d’enseignement aux pauvres. Six, tous opposés au projet, ont plus de soixante ans et raisonnent donc de façon différente. Les « professions libérales » (justice et de finances) sont bien représentées, à l’image de leur présence dans la ville, par sept individus mais plutôt de rang médiocre (greffier ou procureur), mis à part deux présidents trésoriers de France ; ils expriment tous une opinion défavorable. Si on ne prend en compte que les laïcs les avis hostiles l’emportent nettement.

11Le texte des questions posées lors de l’enquête n’est pas connu mais toutes les réponses débutent par un jugement soit sur les écoles existantes, soit sur le projet d’établissement des écoles « publiques » ; ensuite viennent les explications de l’opinion formulée et l’avis sur les modalités de financement des écoles. On peut donc penser que la question est assez explicite pour guider la formulation des réponses ; de plus le greffier ne retranscrit pas fidèlement les paroles mais les résume, ce qui contribue à uniformiser les témoignages. Toutefois ces derniers ne sont pas identiques, même lorsqu’ils expriment une opinion similaire et ils peuvent être croisés avec les quelques réponses conservées de l’enquête menée en 1776. En observant la succession des individus dans le procès-verbal, on voit que certains sont venus ensemble : ainsi les deux présidents trésoriers de France n’ont pas pu (ou voulu ?) se présenter au jour dit et ils sont les derniers à déposer. Le curé de Saint-Symphorien est venu avec le paroissien convoqué, un maître perruquier qui n’est guère représentatif de la population composée pour bonne part de vignerons. Les deux maîtres d’école convoqués présentent l’un juste après l’autre la même argumentation.

  • 19 B. Bois, La Vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution (1789-179 (...)

12Aucun individu n’affirme que l’instruction élémentaire est inutile ou dangereuse pour les enfants pauvres de la ville ; presque tous, au contraire, assurent qu’elle est nécessaire pour rétablir « des mœurs devenues très licencieuses » et pour faire de bons chrétiens dans le menu peuple qui « ignore le Christ pour la plupart toute leur vie », si on en croit le curé de Saint-Symphorien ; il s’agit sans doute là d’une formule convenue. Déjà en 1776 un seul individu pensait qu’il n’est pas nécessaire de savoir lire et écrire pour « être vertueux et bon chrétien » et qu’il y aurait un réel danger de voir des gens instruits dans « la classe la plus précieuse à la société [où] ils n’ont d’autre savoir que celui du travail ». Les défenseurs du projet de l’archevêque insistent par ailleurs sur les carences de l’enseignement donné dans la ville, auquel ils opposent la qualité de celui que dispensent les frères des écoles chrétiennes. Deux curés parlent en toute connaissance de cause : celui de la Riche a fait l’effort d’aller s’informer à Orléans en 1782, celui de Saint-Symphorien évoque l’exemple d’Angers dont l’établissement est devenu une référence, et il ajoute même qu’il a déjà tenté de faire appliquer leurs méthodes dans son école de charité. À Angers où ils ont aussi été appelés par l’évêque, les frères sont installés depuis 1741 mais ils n’ont été vraiment acceptés qu’en 177419. Le vicaire général Dufrementel insiste sur la nécessité de l’éducation religieuse pour les enfants des pauvres qui n’ont aucun moyen de les faire instruire ; seuls les frères des écoles chrétienne sont en mesure de faire fonctionner les écoles « au désir des habitants ». Mais, par précaution ou par conviction, tous les individus favorables au projet affirment la nécessité de limiter le coût financier et de s’en tenir aux solutions préconisées par le corps de ville dans ses délibérations.

  • 20 Archives municipales de Tours, GG 26, lettre du 8 mars 1785.

13Les réponses hostiles, même quand elles n’émanent pas des maîtres d’école premiers intéressés à l’échec du projet, associent l’élément pédagogique et l’élément financier. Certaines dépositions sont très construites et argumentées, ainsi celle de Bidault, procureur à l’élection de Tours et délégué de la paroisse de Notre-Dame-la-Riche. Il expose quatre points : l’établissement projeté est inutile car la ville est déjà bien dotée, les écoles sont suffisantes et le niveau d’instruction du peuple est convenable ; il est néfaste car sa réalisation va entraîner la ruine des maîtres d’école privés qui sont des citoyens tout à fait utiles par les enfants qu’ils élèvent et les impôts qu’ils paient dans la ville ; il est risqué : le nombre d’établissements de gens de mainmorte va s’en trouver accru et l’on installera des hommes ambitieux et avides de puissance ; il est coûteux et hors de portée financière d’une ville surchargée de contributions. Ces deux dernières affirmations sont récurrentes. Les problèmes financiers de la ville sont réels et elle est fortement endettée car les dépenses de voirie pèsent lourd. Tous les déposants s’opposent à ce que, même dans l’avenir, des participations financières soient demandées au corps de ville et aux habitants ; s’ils ne sont pas hostiles à voir réunir en faveur du nouvel établissement les fondations qui permettent aux écoles de charité de fonctionner, certains s’inquiètent du respect de la volonté des donateurs et de l’avis des populations concernées. D’autres, tel le curé de Notre-Dame-la-Riche, redoutent le détournement des charités aux dépens des pauvres. Cette position n’est pas nouvelle : déjà dans la première moitié du xviie siècle la ville s’était montrée très réticente devant les demandes d’installation formulées par les ordres monastiques nouveaux qui avaient dû donner des assurances sur leurs ressources financières. La concurrence faite aux maîtres d’école « laïques » est dénoncée : ils seront ruinés et il est nettement sous-entendu qu’ils sont plus utiles à la société que les frères… ; d’ailleurs par une supplique écrite de leur plus belle plume les « jurés experts écrivains » ont défendu la qualité de leur enseignement et ont démontré leur dévouement, en affirmant accueillir gratuitement dans leurs cours des enfants pauvres. Des bruits sur la moralité des frères ont sans doute couru puisque le maire a écrit à Issoudun pour s’informer sur les accusations de « mauvaises mœurs » qui auraient provoqué le départ des frères, « bruits injurieux » vigoureusement démentis par les officiers municipaux d’Issoudun20. On craint aussi un détournement des patrimoines ; faire cet établissement serait « offrir un nouvel appas aux chefs de famille de disposer de leurs biens au préjudice de leurs légitimes héritiers » : le sens de la propriété privée l’emporte sur le devoir de charité. Exprimée ou non, l’hostilité aux gens de mainmorte est forte ; elle s’accompagne d’un rejet de ces « étrangers » que seront les frères des écoles chrétiennes ; c’est cette méfiance qui avait poussé les frères d’Issoudun à partir ; deux déposants reprennent le sobriquet de « frères ignorantins ».

  • 21 R. Chartier, M.M. Compere, D. Julia, L’Éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, SEDES, (...)
  • 22 J. Quéniart, Les Français et l’écrit xiiie-xixe siècles, Paris, Hachette, 1998, p. 172 et 180.

14Les notables de Tours ne formulent donc aucune opinion originale. L’installation des Frères des écoles chrétienne s’est faite mais Tours est une des dernières villes de l’Ouest à les avoir accueillis21. Les témoins ont exposé sans la déguiser leur opinion : l’aspect financier est bien l’essentiel ; les deux camps se rejoignent sur le point du poids financier du projet mais divergent sur l’appréciation de la situation scolaire de la ville. Le rôle de l’Église dans l’éducation des enfants n’est pas contesté mais elle ne doit pas profiter de cette situation pour étendre son pouvoir. En réalité, dans la ville, il n’existe pas de demande scolaire : le problème de l’instruction élémentaire n’est pas évoqué dans les cahiers de doléances en 1789 et le niveau d’alphabétisation de toute la province reste encore très faible au début du xixe siècle22.

Notes

1 Publication : Église, Éducation, Lumières. Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’honneur de Jean Quéniart, Alain Croix, André Lespagnol et Georges Provost dir., Rennes, PUR, 1999, 507 p., p. 179-186.

2 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, Paris, Cujas, 1974, p. 412-415.

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B, bailliage présidial de Tours, minutes du greffe, 1786 (cette référence est valable pour l’ensemble du texte).

4 S. Serreau, Le Collège royal de Tours aux xviie et xviiie siècles, mémoire de maîtrise, université de Tours, 1974.

5 D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux 1680-1789, Paris, Mouton, 1978, t. II, p. 477 et suivantes.

6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.

7 B. Maillard, « Protestants dans la cité au xviiie siècle », Actes du colloque du Gerhico, Poitiers, 1994 ; à paraître. Louis Dutens, fils d’un orfèvre RPR de Tours, est parvenu à une certaine notoriété.

8 Archives départementales d’Indre-et-Loire, D 17.

9 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2 B, procédures civiles 1786 ; déclaration de Mr Jean Urbain Huguet, avocat au grand bailliage et résidant dans la paroisse de Notre-Dame-la-Riche.

10 Cette « quête » des élèves n’est pas sans rappeler la pratique que décrit E. Souvestre dans ses Souvenirs à propos des maîtres parcourant la campagne bretonne et donnant des « leçons particulières » à raison de 5 sous par mois (F. Furet et J. Ozouf [dir], Lire et écrire, t. I, Paris, éd. de Minuit, 1977, p. 83.

11 Archives municipales de Tours, BB 80, f° 109 et suivants.

12 Ce projet, coûteux, a été à l’ordre du jour de nombreuses séances, beaucoup plus que celui des écoles.

13 Le texte du projet indique « dix » écoles mais dans le titre il est noté « cinq » et cinq sites sont prévus ; il faut donc comprendre que chaque école comporterait deux classes.

14 Les terrains indiqués sont tous de mainmorte : terrains appartenant aux Minimes au centre de la ville, aux Capucins à Saint-Symphorien, ancien cimetière de La Riche ; seul reste à choisir le lieu de construction pour Saint-Pierre-des-Corps.

15 À Angers où il concurrence le collège des Oratoriens, le pensionnat des frères est pourtant très renommé à cause de l’enseignement pratique qu’il dispense : on n’y apprend pas le latin mais « […] la tenue des livres, le calcul », connaissances fort utiles dans une « ville de manufacture et de commerce » (cf. D. Cellier, Les Frères des Écoles Chrétiennes à Angers au xviiie siècle (1741-1795), mémoire de maîtrise, Angers, 1997).

16 « Tables, bancs, sièges pour les maîtres, cartes ou tableaux de bois, poîles pour l’hyver, rideaux pour les fenêtres ».

17 Archives municipales de Tours, GG 26, lettres patentes de février 1785.

18 Archives municipales de Tours, GG 26, lettre de Claveau, maire d’Angers, datée du 19 juillet 1786.

19 B. Bois, La Vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution (1789-1799), Paris, F. Alcan, s.d., p. 49-50

20 Archives municipales de Tours, GG 26, lettre du 8 mars 1785.

21 R. Chartier, M.M. Compere, D. Julia, L’Éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, SEDES, 1976, p. 79.

22 J. Quéniart, Les Français et l’écrit xiiie-xixe siècles, Paris, Hachette, 1998, p. 172 et 180.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9274/img-1.png
Fichier image/png, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540