Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Instruction et religions

Protestants dans la cité au xviiie siècle : l’exemple de Tours1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 À paraître : Actes du colloque du Gherico-Université de Poitiers, Protestants et catholiques dans (...)

1Jamais la religion calviniste n’a disparu en France au xviiie siècle, malgré les persécutions. Mais si l’histoire des réformés pour cette époque peut être connue pour les Églises dont les fidèles sont restés nombreux ou qui, au « Désert », ont résisté, qu’en est-il des autres ? Que deviennent ces Églises qui, malgré leur ancienneté et leur vitalité aux xvie et xviie siècles, semblent avoir totalement péri après l’édit de Fontaine bleau ? L’unanimité catholique a-t-elle été vraiment rétablie dans la majeure partie du royaume ou est-ce une illusion historiographique due au silence des sources ? En effet, en l’absence de tout « Désert » et de tout épisode de répression, avec suites judiciaires, les réformés semblent ne réapparaître dans les archives officielles qu’après l’édit de 1787, quand leur est ouverte la possibilité de faire enregistrer naissances, mariages et décès dans des registres d’état civil. En différents lieux, les RPR semblent s’être fondus dans la masse de la population ; soit ils sont vraiment devenus catholiques, soit ils pratiquent le nicodémisme ; en ce cas les patronymes des familles de NC doivent figurer dans les actes des registres paroissiaux, mais rien ne laisse présumer de leurs sentiments profonds. Dans ces conditions, comment savoir si l’édit de Fontainebleau a atteint son but et réellement fait disparaître toute présence protestante, en particulier dans les villes où la surveillance était plus aisée que dans les campagnes, ou si les calvinistes ont pu, et su, subsister ?

  • 2 Ce texte est une version légèrement remaniée de la communication qui a été présentée au colloque o (...)

2Le pouvoir royal se montrait en fait très pragmatique ; la présence des réformés n’était pas niée, bien qu’elle fût illégale, puisqu’existait une législation officielle réglementant la vie de ceux qui « s’opiniâtraient » dans leur croyances « hérétiques » ; elle peut donner quelques indications sur les documents à utiliser pour les retrouver. En effet des édits et déclarations prévoient les réponses à donner dans quelques situations exceptionnelles. Si les Réformés ont perdu la possibilité de pratiquer officiellement leur culte, ils ont gardé quelques « privilèges », c’est-à-dire quelques droits exorbitants au droit commun. La loi prend en compte certaines spécificités et leur permet de contourner différentes obligations de la vie religieuse commune (catholique), elle prévoit quelques démarches qui se substituent à celles que doit accomplir tout catholique et qui ont une valeur officielle. L’interlocuteur officiel des protestants est un officier de justice et police, en ville le lieutenant général de police. D’autre part ils peuvent avoir recours aux notaires et passer de nombreux actes. Mais toute la difficulté pour l’historien est de les identifier et donc de dresser une liste de patronymes de référence. Une consultation directe des registres paroissiaux ou des minutes notariales ne peut donner de résultats satisfaisants ; c’est donc bien par les archives du lieutenant de police qu’il faut commencer pour retrouver les traces éventuelles de la vie et de la mort des réformés dans une ville comme Tours. Dans celle-ci, en effet, la communauté protestante semble s’être effondrée après 1685, dans une période qui vit de nombreuses abjurations ; une des Églises les plus anciennes de la France du Nord disparaît de la carte du protestantisme au xviiie siècle2.

Les derniers temps de la communauté réformée de Tours à la fin du xviie siècle

  • 3 Archives municipales de Tours, GG 24.
  • 4 B. Maillard, « Religion et démographie : les protestants de Tours au xviie siècle », Annales de Br (...)

3Au xviie siècle, après des temps troublés qui avaient vu la démolition du temple sis au Plessis au cours d’une « émotion populaire » en avril 16213, les réformés tourangeaux avaient connu des temps paisibles. Ils faisaient bien partie des couches aisées de la société, en particulier dans les milieux de la soie, des professions libérales ou dans le groupe des « marchands bourgeois » ; comme dans les villes voisines de Blois, Loudun, Châtellerault ou Saumur, ils étaient nombreux, sans doute même majoritaires, dans le corps des orfèvres. Mais ce protestantisme tourangeau était avant tout urbain, les autres groupes réformés de Touraine étaient établis soit dans des villes comme Loudun ou Preuilly, soit dans de gros bourgs comme l’Isle-Bouchard ou Luynes qui était en étroite relation avec Tours. Dans cette ville, les calvinistes constituaient un groupe cohérent, bien défini, mais très minoritaire : en effet, les baptêmes célébrés au temple et qui ne concernent qu’exceptionnellement des ruraux, ne forment que 2,5 % du total des baptêmes enregistrés à Tours entre 1675 et 1679. On peut estimer l’effectif des réformés à près de 1 400 personnes au début du règne de Louis XIV, à environ 1100 entre 1670 et 1679 et à moins d’un millier juste avant 16854.

  • 5 Archives municipales de Tours, « état civil » des protestants. L’enregistrement des baptêmes comme (...)
  • 6 Pour la décennie 1670-1679, on relève en moyenne annuelle 42,3 baptêmes, 7,4 mariages et 36,1 sépu (...)
  • 7 Archives nationales, TT323. La destruction du temple est antérieure à l’édit de Fontainebleau : el (...)
  • 8 « Liste des Français protestants réfugiés en Caroline du sud », Cahiers du Centre de généalogie pr (...)
  • 9 Y. Forget, « La Révocation de l’édit de Nantes et la répression des départs clandestins : un dossi (...)

4En octobre 1685 trois actes de baptême sont encore portés sur le registre de l’état civil ancien5 des réformés à Tours, alors que l’édit de Fontainebleau est signé le 17 octobre. Le dernier acte de sépulture remonte au 23 septembre et 1685 ne voit aucun mariage. Pendant cette même année 1685, en 10 mois seulement, sont célébrés 25 baptêmes et 20 sépultures ; ces chiffres correspondent aux moyennes enregistrées depuis 16796, date à laquelle le nombre des baptêmes célébrés au temple de la Butte, à La Villeaux-Dames, baisse, brutalement et définitivement, de 25 %. Peut-être cette chute est-elle provoquée par le départ d’un certain nombre de jeunes, exode dû plutôt aux difficultés économiques, alors réelles à Tours, qu’à d’éventuelles persécutions dont aucune trace écrite ne subsiste ; le mouvement d’émigration est donc bien lancé avant 1685. À la révocation de l’édit de Nantes, les protestants tourangeaux ont, pour plus de la moitié, émigré. Il est possible que les relations d’affaires que ces marchands et négociants avaient avec l’étranger aient facilité les départs. Le temple avait été fermé le 18 mai 1685 par le lieutenant général, puis détruit7. Que sont devenus ces émigrés ? On en retrouve dans les lieux traditionnels du « Refuge » : en Angleterre, où va le pasteur de Sicqueville, en Hollande où la ville de Groningue abrite le pasteur Duvidal, en Allemagne et même dans les colonies anglaises d’Amérique du Nord, comme le New Jersey ou la Caroline du sud où s’établissent des Bacot, Fleury, Gendron, Royer8… Les départs se sont faits surtout par mer, par l’Atlantique ou la Manche, comme il paraît logique en fonction de la position géographique de Tours. Le pasteur de Sicqueville s’est embarqué avec toute sa famille à Paimbeuf sans rencontrer trop de difficultés. Des « filières » passant par Rennes et Saint-Malo ont existé : les Briot ont pu s’enfuir grâce à l’une d’elles, alors que la famille Fanjoux, les parents et trois enfants dont le baptême a bien été célébré à Tours, a été arrêtée à Rennes, en compagnie d’un collègue apothicaire venu de Châtellerault9.

  • 10 Bibliothèque municipale de Tours, ms 1207, mémoire sur la généralité de Tours en 1698.

5Après 1685, à Tours, le silence tombe. Tous les réformés ne sont cependant pas partis puisqu’en 1698, dans le mémoire sur la généralité de Tours, — dans lequel d’ailleurs il déplore les conséquences économiques de l’exil des réformés –, l’intendant Miromesnil estime qu’il vit à Tours environ 400 Nouveaux Convertis, soit un peu moins de la moitié de l’effectif antérieur à 168510. Tous étaient-ils vraiment convertis ou en passe de l’être ? Oui, si l’on en croit les nombreux baptêmes portés sur les registres catholiques et la poursuite des conversions dans les premières années du xviiie siècle : ainsi, Jean Renou, orfèvre, abjure à 19 ans en 1731. Mais ces conversions étaient-elles durables et complètes ? Comment savoir si des crypto-réformés vivaient encore à Tours, cette ville où avait été « dressée » une des premières Églises réformées de France au xvie siècle ? Combien pouvaient-ils être ? Le groupe, s’il existait, devait être petit : Tours, au contraire d’Orléans, ne figure pas sur la carte des « Églises du désert » vers 1788, établie par S. Mours.

Les enseignements des archives du xviiie siècle

  • 11 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B (lieutenant de police de Tours, procédures civiles). (...)
  • 12 C. Bergeal et al., Protestantisme et tolérance au xviiie siècle, de la Révocation à la Révolution, (...)
  • 13 Soit 2,3 mètres de long et 1 mètre de large.

6C’est bien dans les archives du lieutenant général de police de la ville que leur trace a pu être retrouvée11. En effet, à partir de 1766, y figurent des dossiers constitués à l’occasion de décès d’habitants qui, morts dans la foi réformée après avoir refusé les derniers sacrements proposés par le curé de la paroisse, ne peuvent être inhumés dans un cimetière catholique. Pour eux, comme pour les étrangers non catholiques, certaines règles particulières ont été définies : les autorités de police doivent rédiger un acte de décès et délivrer en quelque sorte un « permis d’inhumer », selon la procédure prévue par la déclaration de décembre 1685 et rappelée en 1736 puis en 176912. Le décès est dûment constaté par un commissaire de police en présence de nombreux témoins qui attestent l’identité du défunt et qui certifient qu’il, ou elle, a bien refusé les secours de la religion catholique en présence du curé ou du vicaire de la paroisse. L’inhumation a lieu, comme pour les catholiques, 24 heures après le décès mais elle se fait discrètement, de nuit et hors du cimetière. Les corps sont placés dans un cercueil celui ci est déposé dans une fosse de la taille accoutumée, soit 7 pieds de longueur et de profondeur et 3 pieds13 de largeur. Pendant la période où les protestants n’ont pu disposer d’un cimetière, il semble que d’abord une cour du vieux château en ait fait office, aussi bien pour les Français que pour les étrangers ; ensuite certains réformés tourangeaux ont préféré faire faire l’inhumation dans un jardin privé où sans doute, le respect de la tombe était mieux assuré. Ainsi en 1781 Auguste Joseph Dutens est enterré, certainement selon ses vœux, dans le sol d’un cellier dépendant de sa maison dans le faubourg de Saint-Pierre-des-Corps ; trois jours après, J. Arnaudeau est inhumé sous la remise d’une maison appartenant à son exécuteur testamentaire, Bacot-Barré.

  • 14 J. Thibaultpayen, Les Morts, l’Église et l’État dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et (...)
  • 15 J. Rivierre, La Vie des protestants du Poitou après la Révocation 1685-1700, Niort, Société histor (...)
  • 16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E4/471, minutes Hubert. Le fils s’est sans doute conve (...)

7Un registre spécial est prévu pour servir à l’inscription de ces actes14. Il n’y en a sans doute pas eu à Tours avant 1787 ; en effet, les déclarations de décès conservées sont rédigées sur des feuilles volantes. On ne trouve pas, semble-t-il, de ces actes avant 1766 ; est-ce dû à une lacune documentaire ou est-ce la conséquence des comportements des réformés sur lesquels jusqu’à cette date, la peur aurait pesé trop fortement pour que cette démarche soit faite ? Pourtant il n’apparaît pas que les réformés relaps aient été victimes à Tours de poursuites judiciaires, en application de la déclaration de 1724 rappelant celle d’avril 1686, alors que de telles condamnations sont toujours prononcées par exemple en Poitou, où cependant elles restent rares et où elles ne sont pas appliquées15. Après 1763, les persécutions ont presque disparu, mais il existe encore des discriminations qui doivent être pesantes psychologiquement : en 1771 Jean-Baptiste Arnaudeau, qui souhaitait vendre une maison héritée de ses parents, a dû obtenir un brevet d’autorisation « parce qu’étant issu de parents qui ont professé la Religion Prétendue réformée, il ne peut procéder à cette opération sans avoir obtenu la permission de Sa Majesté16 ». Pour une période qui s’étend entre 1766 et 1787, au moins neuf dossiers de déclarations de décès ont été conservés ; ils concernent cinq familles réformées (on peut y ajouter trois cas d’étrangers, deux Anglais et un juif portugais). Le nom des individus qui y figurent en tant que défunt ou témoins, témoins qui sont toujours les mêmes, désigne la plus grande partie de la population réformée vivant à Tours à cette période. Le fichier de l’état civil ancien des archives municipales de Tours permet d’esquisser l’histoire démographique de ces couples ; elle apparaît comme singulièrement parcellaire puisqu’à l’inverse des baptêmes qui sont nombreux, il manque la majorité des actes de mariage et de sépultures d’adultes ; mais ces silences mêmes sont éloquents. Les indications d’ordre socioprofessionnel montrent que les chefs de ces familles appartenaient au monde des négociants et marchands en soie, et pour un d’eux au corps des orfèvres ; de plus, la trace des Dutens comme orfèvres figure dans les archives de la Monnaie de Tours. Il s’agit donc des mêmes milieux sociaux aisés qu’au xviie siècle.

  • 17 C. Desaguiller, Les Marchands en soie tourangeaux dans la seconde moitié du xviiie siècle, dactyl. (...)
  • 18 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E9/399, 404, et 405. En Poitou, la déclaration de décè (...)

8La recherche dans les minutes notariales est évidemment plus aléatoire ; toutefois les références de quelques actes concernant des réformés tourangeaux ont pu être trouvées dans un mémoire de maîtrise portant sur les négociants en soie de Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle17 ; il est d’ailleurs intéressant de noter que l’auteur du mémoire n’ait rien vu qui pût lui permettre d’identifier ces individus comme protestants. De plus, au hasard des investigations dans les minutes notariales ont été trouvés trois actes, intitulés « certificat de mort », dressés en 1754, 1758 et 1762 par le notaire Chéreau18, qui semble être le notaire attitré des réformés, mais les témoins cités, appartenant tous au corps médical, le sont seulement à titre professionnel ; en particulier, en avril 1762 meurt Isaac Falaizeau, sieur de Villenelle, qui était né en 1677 ; son baptême figure dans les registres paroissiaux de l’Église réformée mais il avait abjuré. Aucun des trois n’a été inhumé dans un cimetière catholique puisque nul acte de décès n’a été porté sur les registres paroissiaux de Tours.

  • 19 Archives départementales d’Indre-et-Loire ; la liste détaillée des actes retrouvés est fournie en (...)
  • 20 Archives nationales, U 1339/1.

9À partir de ces données a pu être identifiée une bonne trentaine d’actes notariés à Tours même19, entre autres cinq inventaires après décès, quatre partages de succession et même un testament, ainsi que deux liquidations après faillite. Les inventaires après décès sont riches en listes de « papiers et titres » qui permettent de remonter à divers actes. Une dizaine de procédures civiles figurent dans les dossiers judiciaires du bailliage-présidial de Tours. De plus, une quinzaine de contrats de mariage passés hors de Tours donnent les dates et lieux de la célébration des mariages ou des « unions matrimoniales » et contiennent des indications sur l’activité économique et la richesse de ces familles. Les déclarations de mariage faites en 1787 à La Rochelle fournissent aussi de nombreuses références20. D’autres figurent sans doute dans les liasses de minutes notariales qui restent à explorer. Tous ces actes montrent bien que les Réformés ne se cachaient pas et menaient une vie « normale ».

Les familles calvinistes à Tours au xviiie siècle

  • 21 A. Delavenne (dir), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, 2 vol. (ru (...)

10Dressée d’après les déclarations de décès, la liste des patronymes, qu’il s’agisse des défunts ou des témoins, comporte une petite dizaine de noms. Si on compare avec les noms cités dans les actes des registres paroissiaux tenus avant 1685, on en trouve deux qui maintiennent la continuité avec la communauté du xviie siècle : les Bacot et les Hamart. La mort de Nicolas Hamart, en 1766, est à l’origine du premier cas de déclaration de décès pour un protestant qui nous soit connue ; avant de mourir, cet homme resté célibataire affirme haut et fort devant le curé de sa paroisse, dont il refuse les secours, qu’il trouve « bonne » la foi dans laquelle il a toujours vécu. Il est vrai qu’une partie de sa famille est restée longtemps « opiniâtre » : son frère abjure, semble-t-il juste avant de mourir à 21 ans, en 1758, et sa mère le suit en 1759 à 63 ans ; la mort de Nicolas marque donc la fin de la branche réformée des Hamart. La deuxième famille est celle des Bacot ; presque tous ses membres ont fui la France mais l’un d’eux est resté à Tours où il a fait souche ; si ces Bacot ne se déclarent ouvertement protestants qu’après 1787, bien de leurs comportements prouvent qu’ils l’étaient restés de fait. D’autres familles sont sporadiquement présentes à Tours avant 1685 : celle des Arnaudeau21 qui apparaît en 1682 et 1683, à l’occasion d’un mariage et de la naissance d’un enfant, celle des Conzay qui fournit un époux lors d’un mariage, ou celle des Colomb, nom porté en 1675 par un parrain. Elles s’implantent durablement dans la première moitié du xviiie siècle : ainsi les Colomb, peut-être dès 1685, sûrement à partir de 1700, mais encore les Bienfait pour lesquels un mariage est célébré dès 1701. Jean Arnaudeau, né à Châtellerault du second mariage de l’individu cité plus haut, se fixe à Tours vers 1731 après son union avec Perrine Colomb. Un Valet, fondateur d’une des principales familles calvinistes du xviiie siècle, s’établit vers 1723 après son mariage avec une fille Conzay. Jacques et Henriette Conzay, nés et baptisés catholiques à Tours, enfants de François Conzay et de Catherine Bienfait originaires de Saint-Maixent, ont été « relaps » puisqu’ils meurent en 1771 et en 1776 dans la foi réformée ; à cette occasion on apprend que Jacques Conzay était le beau-père de Denis Genty, qui joua un rôle très important dans la généralité en tant que secrétaire général de l’intendant de Tours.

  • 22 V. Cousseau, La Communauté réformée de Preuilly de la fin du xvie siècle à la révocation de l’Édit (...)
  • 23 A. Dupin de saintandré, Histoire d’une famille protestante de Tours au siècle dernier, Tours, 1891 (...)
  • 24 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B 49. En 1684 les maîtres-orfèvres catholiques se plaig (...)
  • 25 P. Grosclaude, Malesherbes témoin et interprète de son temps, Paris, Fischbacher, 1961, p. 382.
  • 26 E. et E. Haag, La France protestante ou vie des protestants français, Paris, Cherbeliez, 1868, t. (...)

11On ne peut manquer d’évoquer la famille Dutens, originaire de Blois ; une branche réside au xviie siècle à Preuilly22 d’où il vint Joseph, né de Jean, orfèvre, qui s’établit en 1723 ou 1724 comme orfèvre à Tours, avec sa jeune femme, fille d’un horloger parisien ; ils eurent onze enfants entre 1724 et 174123. Lui-même puis son fils Michel-François, qui fut son apprenti et fut reçu maître en janvier 1759, maintiennent la présence protestante dans le corps des orfèvres ; mais ils sont désormais seuls dans ce milieu où les réformés ont été majoritaires jusqu’à la veille de l’édit de Fontainebleau24. Un autre de ses fils, Louis (Tours 1730Londres 1812) ne se cachait nullement d’avoir toujours été réformé. Il a œuvré en faveur de ses coreligionnaires : il fut en 1776 l’interlocuteur de Malesherbes alors que ce dernier travaillait à un projet établissant une plus grande tolérance envers les protestants25. Il écrivit de nombreux ouvrages sur des sujets variés et il fut aussi historiographe du roi d’Angleterre, pays où il fit différents séjours et pour lequel il assura plusieurs missions diplomatiques. Il quitta la France quand sa sœur âgée de 12 ans fut enfermée au couvent de Beaulieu-lès-Loches26. Il écrivit en 1794, dans ses Mémoires, qu’il était « né de parents protestants qui [l]’ont élevé dans leur religion ». Il a pourtant été, comme ses dix frères et sœurs, baptisé dans la paroisse Saint Saturnin de Tours. Sa mère en 1768, son père en 1771, un de ses frères en 1781, une nièce en 1786 sont morts en fervents calvinistes. Son frère Michel-François, orfèvre lui aussi, déclare son mariage en 1788 devant le lieutenant de police. Mais cette famille est presque éteinte à la fin du xviiie siècle, puisque sur les huit fils de Joseph Dutens, six au moins sont morts sans postérité et que sur les trois filles, deux furent religieuses et une seule s’est mariée.

  • 27 A. Benoist, « Les Protestants du Poitou en 1787 face à l’édit de tolérance », Bulletin de la Socié (...)

12Le groupe est peu nombreux mais certains comportements sont vraiment propres à ces familles protestantes ou celles qui leur sont apparentées. Elles vont bien à l’église catholique pour faire faire le baptême des enfants qui, dans les actes, ne semblent d’ailleurs pas considérés comme illégitimes ; mais elles s’en abstiennent pour les mariages et lors des sépultures, à l’exception de celles des tout petits ; ces derniers sont d’ailleurs souvent en nourrice et donc dans des familles catholiques qui les font enterrer par le curé. Les sept enfants de Catherine Barré, née dans une famille d’orfèvres de Châtellerault et épouse de Pierre Bacot négociant, ont été baptisés p. 514516. Selon Dupin de Saint-André non pas une mais deux de ses sœurs furent contraintes d’entrer en religion chez les viantaises de Loches catholiques entre 1745 et 1753, mais elle ne peut être identifiée comme protestante qu’en octobre 1788, grâce à son acte de décès enregistré en application de l’édit de 1787. C’est donc souvent au moment des fins dernières que l’attachement au protestantisme se déclare et que le nicodémisme devient évident. L’importance démographique du groupe réformé tourangeau est trop faible pour que les conséquences de leur refus des cérémonies catholiques entraînent une sous-estimation de la population de la ville, alors que ce phénomène apparaît nettement dans le Poitou rural27 (les baptêmes y baissent des deux tiers) ou dans les villages du Languedoc à partir de 1760.

  • 28 J. Le Goff et R. Remond (dir), Histoire religieuse de la France, tome III : du roi Très Chrétien à (...)
  • 29 Un seul contrat de mariage a été retrouvé à Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E9/ (...)
  • 30 « Les Mariages catholiques « de complaisance » des protestants français au xviiie siècle », Cahier (...)
  • 31 Michel-François Dutens indique, lorsqu’il déclare son mariage à La Rochelle en 1787, qu’il a signé (...)
  • 32 Nous savons par un acte notarié que Gaspard Claude, négociant de La Rochelle et époux de Catherine (...)

13« La stratégie de défense est matrimoniale » : ce groupe se renouvelle grâce à des mariages exogamiques, qui s’expliquent par les impératifs de l’homogamie sociale et surtout religieuse, car on y refuse les « mariages bigarrés ». Ces pratiques sont « d’autant plus facile à respecter qu’elles coïncident avec un maintien et un développement des patrimoines28 ». Les conjoints réformés non tourangeaux viennent de Paris, du Languedoc, du Perche (Authon), mais surtout du Poitou, en particulier de Châtellerault, et de la Saintonge ; les échanges avec La Rochelle sont nombreux. Par contre on ne trouve aucun conjoint originaire de Loudun ou de Saumur, sans doute pour des raisons socioprofessionnelles. Mais sauf pour les années de la fin du règne de Louis XIV, moment où il faut garder au moins les apparences, le mariage n’a jamais lieu à Tours, même si les filles y résident. Alors qu’un contrat de mariage est toujours fait, ce n’est presque jamais devant un notaire tourangeau29. Dès 1723 Louis Valet épouse à Paris, à Montmartre, une tourangelle, Henriette Conzay, après que le contrat ait été signé à Authon-du-Perche. Pour son premier mariage, Jean Arnaudeau, marchand à Châtellerault, passe contrat avec Perrine Colomb, née et résidant à Tours, devant un notaire parisien, le 10 avril 1731 ; y a-t-il eu ensuite mariage religieux ? En 1752 il se remarie avec Henriette Valet, née à Tours où elle habite avec sa nombreuse famille ; le contrat est signé à Paris et le mariage a lieu à Saint-Martin de Palaiseau, grâce peut-être à un curé « compréhensif ». On peut relever deux « unions matrimoniales » célébrées à La Rochelle, l’une se fait selon l’usage, puisqu’elle se place dans la ville de résidence de l’épouse, mais dans l’autre cas, la fille vient de Tours se marier dans la ville de son futur époux. Un contrat de mariage est signé à Tours en 1759 pour une fille Valet, mais aucun acte de mariage n’apparaît. Joseph Dutens vit son mariage annulé par l’officialité de Tours : il avait signé son contrat à Paris en juillet 1723 et s’était marié dans la paroisse d’Allainville, dans le diocèse de Chartres. Son fils fut plus heureux ; Michel-François épouse en juin 1764 Anne Bienfait résidant à Authon-du-Perche, lors d’une cérémonie célébrée en haute Normandie, à Saint-Martin-d’Haussez dont le curé est connu pour avoir béni entre 1756 et 1772 de nombreux mariages de réformés30. D’après le registre des déclarations de baptêmes, mariages et décès de La Rochelle, les unions de réformés se déroulent en deux temps31, tout comme pour les catholiques : des « conventions matrimoniales », un contrat de mariage, sont signées devant un notaire ; puis est célébrée une « union conjugale » qui correspond en quelque sorte à la cérémonie religieuse. Les réformés tourangeaux acceptaient de faire baptiser leurs enfants pour leur assurer une existence légale, ils étaient beaucoup plus réticents en face du mariage catholique et ils ont tenté avec plus ou moins de succès de trouver des solutions de rechange. D’autre part, les pratiques catholiques, même formelles, disparaissent peu à peu, surtout à partir des années 1760. Nous ignorons tout des sépultures en dehors de celles qui sont déclarées devant le lieutenant de police32.

  • 33 Une seule exception : Jean Arnaudeau n’a pas d’enfant de son second ménage, alors que la jeune fem (...)
  • 34 Faute d’actes d’inhumation il est très difficile de « fermer » ces familles puisque nous ignorons (...)
  • 35 Intervalle protogénésique : laps de temps mesuré en mois entre le mariage et la première naissance (...)
  • 36 Il existe cependant des exceptions : sur 6 enfants baptisés à Tours, le couple Langlade-Colomb n’e (...)

14Quelques traits des comportements démographiques peuvent être dégagés malgré la petite taille de l’échantillon. Les ménages vivant dans les six premières décennies du siècle sont prolifiques33 : dans le groupe des 12 couples formés après 1720 et que l’on peut considérer comme stables puisqu’ils ont eu au moins deux enfants à Tours34, on compte en moyenne 8,2 naissances. Quatre couples ont eu 11 enfants et plus ; ainsi la femme de Louis Valet mariée à 19 ans et demi a mis au monde 16 enfants en 25 ans ; toutefois son cas est exceptionnel. En effet l’âge au mariage des filles est élevé : 26 ans en moyenne. Mais le rythme des naissances est rapide : un intervalle protogénésique moyen de 11 mois (aucun n’est inférieur à 9 mois), des intervalles intergénésiques35 de 12 à 18 mois en moyenne pour les naissances des rangs 2 à 9. La mention de décès d’enfants en bas âge inhumés dans les faubourgs de Tours permet de penser que, tout comme les couples catholiques appartenant au même milieu social, ces familles pratiquaient la mise en nourrice, qui est alors une cause de forte fécondité dans ces familles. Quelques constatations laissent à penser que la mortalité infantile est basse36, mais l’échantillon est très faible. Ces comportements démographiques sont bien semblables à ceux de la couche sociale à laquelle ces réformés appartiennent.

Une élite sociale

15La cohésion de ce groupe est forte malgré la diversité des origines géographiques, qui prouve l’importance des migrations. Les réformés habitent le même quartier riche de la ville, c’est-à-dire le long de la Grande Rue, dans la paroisse Saint Saturnin ou Saint-Pierre-le-Puellier, tandis que Dutens réside évidemment rue des orfèvres. Ils se choisissent mutuellement comme tuteurs des enfants mineurs, comme procureurs lors des partages de succession ou même lors de faillite. Quand J. Arnaudeau décide dans son testament une « substitution » aux dépens de son fils, il choisit Pierre Bacot comme exécuteur testamentaire ; lorsqu’il meurt, son fils unique est absent, c’est alors P. Bacot et B.A. Valet qui font les démarches nécessaires auprès du lieutenant de police.

  • 37 Archives municipales de Tours, CC 20, capitation de 1777 ; seul Pierre Bacot figure sur le rôle de (...)
  • 38 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E4/487, minutes Hubert, 21 avril 1781. Le passif est d (...)

16Cette cohésion existe aussi dans le domaine économique : les réformés sont associés dans les affaires ; J. Arnaudeau a été l’associé de Joseph Colomb, puis de sa veuve. Ils sont minoritaires dans la manufacture de la soierie tourangelle mais ils s’y placent à un haut niveau ; les Bacot et les Barré mis à part, ils sont négociants et non marchands fabricants : ils ne font pas travailler de maîtres ouvriers en soie37. En 1781, dans l’actif de Louis Valet, figurent seulement deux balles de soie « à faire monter en trame » pour une valeur de 9610 livres. Ils agissent aussi comme commissionnaires de marchands lyonnais qui leur expédient des balles de soie. Les volumes brassés sont importants : lorsque Marc Barré, qui est fabricant, dépose son bilan en avril 1781, il déclare un actif de 188 686 livres38. Les enfants apprennent leur métier chez des coreligionnaires : François Renou a accompli son apprentissage chez Joseph Dutens, il est reçu orfèvre en mai 1736 ; en mars 1771 David Bacot marchand fabricant met en apprentissage pour 8 ans, son fils David, âgé de 9 ans, chez Michel François Dutens, orfèvre, à qui il paiera 600 livres.

  • 39 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 370.
  • 40 C’est-à-dire une petite exploitation dont la surface est occupée en majorité par de la vigne et qu (...)

17Les inventaires après décès et les partages de succession révèlent la fortune de trois négociants. Les actifs sont élevés : les familles protestantes se placent dans le groupe le plus riche des négociants tourangeaux. La succession de Joseph Colomb et de Perrine Conzay est la moins importante : en 1738 elle atteint 50 000 livres net ; leurs enfants avaient été dotés de 8 000 ou 9 000 livres à leur mariage, alors qu’à Lyon, en 1786, l’apport moyen au mariage pour un marchand fabricant est de 12 000 livres39 ; en 1738, après la mort de leur mère, ils ont reçu chacun environ 16 500 livres. En 1750, lors de l’inventaire dissolutif de la communauté entre Jean Arnaudeau et son fils Jean-Baptiste, le montant de l’actif est de 109 087 livres, dont plus de 100000 livres en créances, 3 469 livres en argent monnayé et bijoux et 2 070 livres en meubles, effets mobiliers et argenterie. Pour son second mariage, Arnaudeau déclare apporter 60 000 livres et sa femme 12 000 livres, dont la moitié en biens propres. Trente ans plus tard, à sa mort en 1781, la masse de la succession atteint 325 700 livres ; la veuve et le fils se partagent 246 000 livres : c’est une des plus grosses fortunes des négociants en soie de Tours. Mais l’héritage du fils est grevé d’une substitution car ses quelques expériences en affaires ont été malheureuses et une bonne partie du capital est placé aussitôt en rentes, par exemple une de 750 livres constituée par le marquis de Menou, seigneur de Chambon, maître de camp de cavalerie. Ces négociants disposent de grosses sommes en argent liquide : 33 000 livres chez Arnaudeau et 81 439 livres chez la veuve de Louis Valet en 1762, sommes auxquelles il faut ajouter la valeur des pièces d’argenterie. En bons bourgeois tourangeaux les réformés possèdent aussi une closerie40 dans une paroisse proche de la ville ! Toutefois un caractère commun à ces fortunes est de comporter peu de biens immobiliers ; sans doute est-ce l’effet de la législation mais aussi un comportement de précaution : pour une minorité dont l’existence est illégale, les confiscations sont toujours à craindre et lors d’un départ forcé la gestion de biens fonciers devient difficile.

  • 41 M. Garden, op. cit., p. 380.
  • 42 H. Luthy, La Banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Pa (...)

18L’analyse du dépôt de bilan de Barré, de l’inventaire des papiers de Valet et de celui de J. Arnaudeau permet d’identifier leurs relations d’affaires. Ce sont à Tours soit les plus gros marchands fabricants catholiques, comme les Roze ou les Papion, soit les autres négociants réformés, soit encore le banquier Gouin. Marc Barré doit environ 35 000 livres, soit un tiers du passif, à ses coreligionnaires Bacot et Valet. Parmi les signataires des billets « à l’ordre du défunt sieur Arnaudeau » dont le total s’élève à 128538 livres, on trouve pour 63 % les sieurs Bacot, Barré, Conzay ainsi que la veuve Valet et ses fils, dont un qui est banquier à Paris. Parmi les débiteurs de la succession, figurent le « sieur Bacot et compagnie » pour 42 000 livres, soit 30 % du total des créances. Enfin le « livre de réception de soie » montre qu’Arnaudeau est en relation d’affaires avec cinq maisons lyonnaises41, dont deux très grosses qui se livraient à la banque et au négoce et qui entretenaient des rapports avec les banques genevoises42, la maison Gaillard-Grenus et les frères Fulchiron. Arnaudeau fils fait des affaires avec Magon le Fer à Cadix et Le Coulteux à Saint-Malo ; Valet, lui, en fait avec Le Coulteux à Cadix. Les contacts sont fréquents avec d’autres villes de négoce, en particulier La Rochelle.

  • 43 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelle (...)

19Le groupe réformé n’est victime d’aucun ostracisme, il est bien intégré dans la société tourangelle. Un chanoine de Saint-Martin n’hésite pas à louer le prieuré Saint-Eloi dont il est prieur commendataire, à Auguste et Joseph Valet pour 390 livres ; la veuve Arnaudeau et son fils passent des contrats de constitution de rente avec des nobles… Les protestants ne sont pas tenus à l’écart des responsabilités. En 1772, Jean Valet est choisi comme syndic de faillite ; Joseph Dutens a longtemps été garde juré chez les orfèvres. En avril 1789, Joseph Siméon Valet fut élu délégué des négociants en gros auprès de la municipalité pour décider des mesures à prendre afin d’assurer l’approvisionnement du marché aux grains ; il est alors, comme ses frères, franc maçon. Au milieu du xviiie siècle, l’opinion publique n’accepte peut-être pas encore la division religieuse mais elle sait établir des nuances dans « l’hérésie » ; ainsi en 1744 deux habitants de Tours portent plainte contre un chaudronnier accusé de travailler un dimanche : ils déclarent que « c’était un hérétique et pire qu’un huguenot, parce que les huguenots ne travaillaient point le jour du dimanche qui est consacré à la prière43 ». Nous ignorons malheureusement tout de la pratique religieuse quotidienne de ce groupe ; il n’est pas assez nombreux pour former une Église et nous ne savons pas si Tours a reçu la visite de pasteurs ou de prédicants, venant par exemple de La Rochelle. Les enfants ne reçoivent pas de prénom vétérotestamentaire, mais c’était déjà le cas au xviie siècle. Mais la vie religieuse a pu être entretenue par la lecture de la Bible et le culte familial.

  • 44 Archives municipales de Tours, BB 79, f° 132 v°, délibération du 25 juin 1783.

20Au début de la décennie 1780 la seule discrimination encore visible est finalement celle qui est infligée aux cadavres huguenots. Le problème de l’inhumation devient plus aigu lorsque le régiment suisse de Salis Grisons vient prendre ses quartiers d’hiver dans la ville ; en effet il est mi-catholique mi-protestant. À ces étrangers on ne peut réserver le même sort qu’aux régnicoles ; et même pour ces derniers il paraît de plus en plus difficile de maintenir les usages d’exclusion, « ce qui est contraire à la bonne police et au respect dû pour les morts ». C’est pourquoi, le 25 juin 1783, le corps de ville décide de rouvrir l’ancien cimetière des protestants ; il se trouvait hors les murs, à l’ouest, dans la paroisse Notre-Dame-la-Riche, au bas de la rue des récollets44. Ce n’était pas la première ville à avoir un cimetière pour les Français non-catholiques, à La Rochelle la pratique était ancienne ; mais dans le cas précis de Tours on peut penser que la démarche relève d’un vrai progrès de la tolérance aussi bien que d’une nouvelle attitude en face de la mort. Ce cimetière semble avoir peu servi : un ou deux étrangers et deux Tourangelles y furent inhumés. La réouverture n’a pas provoqué de réactions hostiles dans la ville, alors qu’en 1621 il avait été le lieu de scènes violentes. Le sentiment antiprotestant semble avoir totalement disparu.

  • 45 B. Chevalier (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 203.
  • 46 S. Deyon, « Du Dissentiment religieux aux dissentiments politiques », Histoire de la France. L’Éta (...)
  • 47 P. Joutard, Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1989, t. 3, p. 56.

21Dans la décennie 1780 plusieurs signes concordants montrent que le groupe réformé tourangeau est en train de se défaire. Les pratiques démographiques changent : les célibataires deviennent nombreux, tandis que les filles se marient de plus en plus tard, par exemple dans la famille Dutens. Mais plus encore, les réformés quittent Tours : selon une vieille tradition tourangelle plusieurs vont tenter l’aventure à Saint-Domingue. La Rochelle exerce une forte attraction : au moins six femmes et hommes de Tours, – trois filles Colomb qui reviennent dans la ville où était née leur mère, une fille Dutens et deux enfants Valet –, vont s’y marier et s’y établissent, comme le prouvent leurs déclarations devant le lieutenant de police en 1788 et 1789. De jeunes couples qui ont commencé leur existence à Tours où ont été baptisés leurs premiers enfants, migrent vers Paris ou même Sedan où ils font souche. L’explication de ces départs n’est pas à chercher dans une politique de persécution mais elle est très probablement d’ordre économique : à la fin de l’Ancien Régime, la survie de la soierie devient de plus en plus difficile45, Tours est fortement frappé par la « crise économique de la fin de l’Ancien Régime ». Mais cette constatation ne doit pas occulter un phénomène mis en valeur par S. Deyon ; en s’appuyant sur les exemples les plus frappants, ceux de Paris, de Bordeaux, de Lyon, Marseille, Montauban ou Sedan46, elle a montré l’importance de la « reconquête économique » et de la remontée d’influence de la bourgeoisie protestante. À leur échelle les protestants tourangeaux ont participé à ce mouvement ; grâce à leur puissance économique, sans manifestation spectaculaire et avec un nicodémisme limité47, ils ont pu profiter d’une tolérance tacite et maintenir une présence réformée dans une ville où une Église calviniste avait été dressée dès 1556.

22Une telle étude met au jour l’existence d’un groupe social qu’elle fait sortir du silence ; s’ils ont un statut juridique incertain, les réformés tourangeaux jouent un rôle économique non négligeable et mènent une vie paisible. Mais au delà, son intérêt est d’ouvrir de nouvelles voies de recherche en apportant une preuve supplémentaire de la richesse des archives judiciaires de l’Ancien Régime. Celles-ci ne se limitent pas aux horizons de la justice pénale, elles n’autorisent pas seulement l’étude des déviances sociales, délits et crimes ; elles permettent un regard différent sur le fonctionnement ordinaire, dans le cadre même de l’application de la loi, des sociétés. Mais elles sont encore en grande partie des « richesses dormantes » et elles peuvent réserver d’heureuses surprises, comme le fut la découverte de ces déclarations de décès concernant des réformés ; leur existence témoigne d’ailleurs du bon fonctionnement de la police dans la ville. Elles ont fourni le « fil d’Ariane » qui a mené jusqu’à la découverte des caractéristiques du petit groupe que constituent les protestants à Tours au xviiie siècle ; leur existence reste discrète mais elle n’est pas secrète.

Notes

1 À paraître : Actes du colloque du Gherico-Université de Poitiers, Protestants et catholiques dans le centre Ouest, Poitiers, avril 1994.

2 Ce texte est une version légèrement remaniée de la communication qui a été présentée au colloque organisé, à Poitiers, en avril 1984, par le Gerhico : « Catholiques et protestants dans l’Ouest de la France du XVIe siècle à nos jours ».

3 Archives municipales de Tours, GG 24.

4 B. Maillard, « Religion et démographie : les protestants de Tours au xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1984, n° 4, p. 539-562.

5 Archives municipales de Tours, « état civil » des protestants. L’enregistrement des baptêmes commence en 1632 et celui des décès en 1668.

6 Pour la décennie 1670-1679, on relève en moyenne annuelle 42,3 baptêmes, 7,4 mariages et 36,1 sépultures avec un excédent de décès sur les baptêmes en 1675 et 1679. Très peu d’actes concernent des enfants extérieurs à Tours même.

7 Archives nationales, TT323. La destruction du temple est antérieure à l’édit de Fontainebleau : elle a été décidée par une sentence du bailliage de Tours et confirmée par le parlement à la suite d’un procès fait au pasteur Duvidal accusé d’avoir « acheté » la conversion d’une jeune fille.

8 « Liste des Français protestants réfugiés en Caroline du sud », Cahiers du Centre de généalogie protestante, n° 11, 1985, p. 602-608

9 Y. Forget, « La Révocation de l’édit de Nantes et la répression des départs clandestins : un dossier Daniel de Francheville », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, t. 183, 1987, p. 603-620.

10 Bibliothèque municipale de Tours, ms 1207, mémoire sur la généralité de Tours en 1698.

11 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B (lieutenant de police de Tours, procédures civiles). La liste des documents utilisés est fournie à la fin du texte.

12 C. Bergeal et al., Protestantisme et tolérance au xviiie siècle, de la Révocation à la Révolution, Paris, La Cause, 1988. Mais à Tours la première déclaration retrouvée remonte à 1766, ce qui ne semble pas correspondre à l’application d’un rappel législatif.

13 Soit 2,3 mètres de long et 1 mètre de large.

14 J. Thibaultpayen, Les Morts, l’Église et l’État dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris, Fernand Lanore, 1977, p. 189.

15 J. Rivierre, La Vie des protestants du Poitou après la Révocation 1685-1700, Niort, Société historique et scientifique des Deux Sèvres, t. 1, 1973, p. 184-197.

16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E4/471, minutes Hubert. Le fils s’est sans doute converti (en témoigne l’inventaire de sa bibliothèque) ; il a fait de mauvaises affaires et vit à Lasse, près de Baugé en Anjou, tandis que sa femme, qui est séparée de biens, est établie à La Rochelle avec ses deux filles. Lasse est près de Turbilly et, sans doute à l’imitation du marquis de ce lieu, il veut se livrer à des défrichements et a besoin d’argent.

17 C. Desaguiller, Les Marchands en soie tourangeaux dans la seconde moitié du xviiie siècle, dactyl., Université de Tours, 1993.

18 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E9/399, 404, et 405. En Poitou, la déclaration de décès se fait devant un notaire qui constate la mort (cf. G. Bernard, Les Familles protestantes en France xvie 1792 ; Guide des recherches biographiques et généalogiques, Paris, Archives nationales, 1987, p. 23).

19 Archives départementales d’Indre-et-Loire ; la liste détaillée des actes retrouvés est fournie en annexe.

20 Archives nationales, U 1339/1.

21 A. Delavenne (dir), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, 2 vol. (rubriques Arnaudeau, Bacot).

22 V. Cousseau, La Communauté réformée de Preuilly de la fin du xvie siècle à la révocation de l’Édit de Nantes, manuscrit, Université de Tours, 1993

23 A. Dupin de saintandré, Histoire d’une famille protestante de Tours au siècle dernier, Tours, 1891 I. Ardouin, Les Dutens de Touraine et du haut-Poitou (1664-1917), Tours, Centre généalogique de Touraine, 1981.

24 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B 49. En 1684 les maîtres-orfèvres catholiques se plaignent de n’être que 9 pour 14 RPR.

25 P. Grosclaude, Malesherbes témoin et interprète de son temps, Paris, Fischbacher, 1961, p. 382.

26 E. et E. Haag, La France protestante ou vie des protestants français, Paris, Cherbeliez, 1868, t. IV, p. 514-516. Selon Dupin de Saint-André non pas une mais deux de ses soeurs furent contraintes d’entrer en religion chez les viantaises de Loches.

27 A. Benoist, « Les Protestants du Poitou en 1787 face à l’édit de tolérance », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme en France, t. 135, 1989, p. 332.

28 J. Le Goff et R. Remond (dir), Histoire religieuse de la France, tome III : du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, Paris, le Seuil, 1991, p. 54.

29 Un seul contrat de mariage a été retrouvé à Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E9/405, minutes Chereau, 27/6/1759) ; mais il n’y a pas trace d’un mariage.

30 « Les Mariages catholiques « de complaisance » des protestants français au xviiie siècle », Cahiers de Généalogie protestante, n° 4, p. 6.

31 Michel-François Dutens indique, lorsqu’il déclare son mariage à La Rochelle en 1787, qu’il a signé un contrat de mariage à Paris le 6 juin 1664, puis qu’il a passé une « union conjugale » le lendemain.

32 Nous savons par un acte notarié que Gaspard Claude, négociant de La Rochelle et époux de Catherine Conzay meurt en décembre 1729 à Tours où il assistait à la liquidation de la succession de sa belle mère ; il n’y a aucune trace officielle de sa mort.

33 Une seule exception : Jean Arnaudeau n’a pas d’enfant de son second ménage, alors que la jeune femme a 28 ans au mariage.

34 Faute d’actes d’inhumation il est très difficile de « fermer » ces familles puisque nous ignorons la date de rupture du couple.

35 Intervalle protogénésique : laps de temps mesuré en mois entre le mariage et la première naissance. Intervalle intergénésique : laps de temps mesuré en mois entre deux naissances successives.

36 Il existe cependant des exceptions : sur 6 enfants baptisés à Tours, le couple Langlade-Colomb n’en voit survivre aucun.

37 Archives municipales de Tours, CC 20, capitation de 1777 ; seul Pierre Bacot figure sur le rôle de la capitation des marchands fabricants ; le nom d’Arnaudeau ou Valet n’y figure pas.

38 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E4/487, minutes Hubert, 21 avril 1781. Le passif est de 259000 livres et dépasse donc de 40 % l’actif.

39 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 370.

40 C’est-à-dire une petite exploitation dont la surface est occupée en majorité par de la vigne et qui comporte, outre les bâtiments occupés par le closier, des logements réservés pour le séjour du propriétaire.

41 M. Garden, op. cit., p. 380.

42 H. Luthy, La Banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, Sevpen, 1970, t. 2, p. 510 et 531-538.

43 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelles, plainte du 13 décembre 1744.

44 Archives municipales de Tours, BB 79, f° 132 v°, délibération du 25 juin 1783.

45 B. Chevalier (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 203.

46 S. Deyon, « Du Dissentiment religieux aux dissentiments politiques », Histoire de la France. L’État et les conflits, Paris, Le Seuil, 1990, p. 173-174.

47 P. Joutard, Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1989, t. 3, p. 56.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540