Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Instruction et religions

Religion et démographie : les protestants de Tours au xviie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, 4, p. 539-562.
  • 2 S. Mours, « Essai d’évaluation de la population réformée aux xviie et xviiie siècles », Bulletin d (...)
  • 3 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 157-158. Selon S. Mours, (...)

1Au xviie siècle, sous le régime de l’Édit de Nantes, les trois provinces du Maine, de l’Anjou et de la Touraine, qui formaient aussi la généralité de Tours, constituaient une province synodale. Y vivaient environ 13400 réformés2, très faible partie (1 % environ) de la population calviniste française qui, selon S. Mours, aurait atteint au maximum un million de personnes. Sans doute, les réformés avaient-ils été plus nombreux dans la région au xvie siècle, mais ils ne formaient plus désormais qu’une petite minorité dans la généralité qui comptait environ 60 000 feux en 1690. Leur répartition géographique accentuait encore l’impression de faiblesse numérique : plus de la moitié des protestants ligériens vivaient dans le « colloque » d’Angers (7 200), et tout spécialement à Saumur (peut-être 2000 protestants au début du xviie siècle, beaucoup moins3 ensuite) ; le Maine en abritait un peu plus d’un cinquième (2 500) et le reste (3 700) se trouvait en Touraine.

2Ce dernier « colloque » ne correspondait ni à la province, ni à la circonscription administrative du même nom, puisqu’il englobait des Églises comme celle de Montoire ou Vendôme mais laissait en Poitou la grosse Église réformée de Loudun (3 000 fidèles, deux ou trois pasteurs).

  • 4 S. Mours, « Liste des Églises réformées avec date de leur fondation », Bulletin de la Société d’Hi (...)
  • 5 « État civil » protestant, Archives municipales de Tours.

3Pour la fin du xvie siècle, S. Mours4compte quinze Églises dans le territoire qui correspond à l’Indre-et-Loire, et parmi elles, une Église de fief ayant eu effectivement un pasteur et ayant été fréquentée par d’autres fidèles que le seigneur et sa famille (à Chanceaux). Le culte se tenait à Tours, l’Isle-Bouchard, Preuilly entre autres. La communauté réformée de Preuilly était importante dans cette toute petite ville mais ne comptait que deux à trois cents membres ; celle de Tours était beaucoup plus nombreuse et jouait un grand rôle économique dans la vie de la cité. Les registres du Consistoire n’ont pas été conservés ; par contre, ceux de « l’état civil ancien » de la communauté l’ont été pour une cinquantaine d’années5.

  • 6 A. Dupin de saint andré, Histoire du Protestantisme en Touraine, 1885, chap. VIII.
  • 7 Archives municipales de Tours, GG24.
  • 8 Le 1er août1621, est enregistré à Saumur le mariage de Simon Le Comte, de Luynes et Françoise Herv (...)

4Ces cahiers gardent le souvenir des cérémonies de baptême et de mariage qui se sont déroulés à partir de 1632 au temple de la Butte, dans la paroisse de La Ville-aux-Dames, à quelques kilomètres en amont de Tours, sur la rive gauche de la Loire. En effet, en 1600, les réformés de Tours avaient pu construire, malgré les protestations de la ville, un temple près du château du Plessis. Après vingt ans de calme, une émeute6 éclata le dimanche 18 avril 1621, à l’occasion de l’enterrement d’un protestant ; le lendemain, les émeutiers saccagèrent et profanèrent le cimetière protestant et mirent le feu au temple qui fut détruit. Le 20, malgré l’intervention du maire à la tête d’une troupe armée, plusieurs maisons de réformés furent pillées ; le calme ne revint que lentement7. Le clergé catholique s’étant opposé à la reconstruction du temple au Plessis, les calvinistes se virent assigner un terrain dans la paroisse de La Ville-aux-Dames. Bien que ce site fût éloigné et peu commode, ils y firent construire leur temple et le culte y fut célébré pour la première fois le 21 août 1631 ; entre 1621 et 1631, les Tourangeaux fréquentèrent souvent le temple de Saumu8. Pendant quelques décennies ensuite, leur vie s’écoula presque paisiblement.

  • 9 Un dépouillement intégral des registres paroissiaux des protestants de Tours a été réalisé sous fo (...)

5Les registres paroissiaux des protestants, tout comme ceux des catholiques, permettent, malgré leurs défauts et lacunes, d’étudier certains comportements démographiques des réformés tourangeaux au xviie siècle9.

  • 10 S. Mours, « Essai sommaire de géographie du protestantisme réformé français au xviie siècle », Bul (...)
  • 11 Avant 1632, quelques actes épars seulement.
  • 12 R. Le mée, « La Réglementation des registres paroissiaux en France », Annales de Démographie Histo (...)

6Il s’agit d’un groupe restreint et homogène, en totalité urbain, comme le montre la liste des professions relevées dans les actes ; S. Mours estime que la Touraine est, avec la Bretagne, la seule province à ne compter aucune Église rurale10. Les registres parvenus jusqu’à nous commencent vraiment en 163211 par des actes de baptême : c’est peut-être une des conséquences du rétablissement du temple ; la série des mariages commence la même année mais les actes de sépulture n’apparaissent qu’en 1668 ; sans doute est-ce là une conséquence de l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye, précisée par la déclaration royale du 1er février 1669, premier texte législatif concernant l’état civil réformé, puisque les édits du xvie siècle, même l’Édit de Nantes, ne prévoyaient rien à ce sujet12. Les pasteurs doivent remplir les mêmes formalités que les prêtres et la tenue des registres leur est officiellement confiée. En fait, les réformés eurent très tôt en ce domaine les mêmes préoccupations que l’Église catholique et la tenue des registres est antérieure aux décisions royales.

  • 13 L’en-tête du premier registre porte cette inscription : « Au nom du Père, du fils et du Saint-Espr (...)
  • 14 Ils ont sans doute été constitués au xviiie siècle, selon Mme Gascuel, directrice des Archives mun (...)

7Les cahiers13sont regroupés en trois gros registres, auxquels il faut ajouter deux petits cahiers ; le plus grand désordre chronologique et géographique y règne14. Jusqu’à la fin de l’année 1667 (l’année 1650 exceptée), les baptêmes et mariages sont inscrits sur deux registres différents ; à partir de 1668, il n’y a plus qu’un seul cahier pour les trois sortes d’actes. Deux lacunes importantes existent malheureusement : l’une pour les baptêmes en 1666 et 1667 ; l’autre, plus grave, pour les mariages de 1651 à 1658.

  • 15 Sauf cas exceptionnel ; ainsi un enfant né le 12 août 1677 n’est baptisé que le 29, en même temps (...)

8La qualité de l’enregistrement s’est progressivement améliorée. Les premiers actes de mariage sont extrêmement secs puisqu’ils donnent seulement la date de la cérémonie et le nom des époux ; puis, vers 1658-1661, quelques indications sur la profession de l’époux apparaissent mais rien de plus. La véritable amélioration se produit à partir de 1669 et, sauf dans quelques cas, nous connaissons alors tout des jeunes époux (âge, profession du garçon, origine géographique, situation matrimoniale antérieure) et de leurs parents (profession des pères, résidence, situation matrimoniale) ; les signatures sont devenues nombreuses. Le texte est très proche de celui des actes les mieux rédigés par des prêtres catholiques. Dans les actes de baptême, l’essentiel est généralement indiqué : prénom et nom de l’enfant qui est « présenté au Saint Baptême », de ses parents et des parrain et marraine (parfois profession du parrain). Lorsque la date de la naissance est fournie, la comparaison avec le jour du baptême montre que l’enfant né dans une famille réformée n’est pas baptisé aussi rapidement qu’un petit catholique, en particulier parce que ses parents attendent souvent le dimanche qui suit pour apporter l’enfant au temple et le faire baptiser au cours du culte dominical ; le délai est cependant bref15 car la Confession de foi (article XXXV) prescrit de faire baptiser les enfants le plus vite possible après la naissance, ce qui est fait le plus souvent dans les huit jours. Ainsi, dans la décennie 1670-1679, on constate que le baptême a lieu pour les deux tiers des enfants le dimanche et pour les autres les jeudi (12 %) et mercredi (10 %) qui suivent leur naissance ; aucun baptême n’a lieu le samedi ou le lundi, trop proches du jour du Seigneur. Il n’est jamais question, évidemment, d’ondoiement ou de baptême à la maison. Les actes de sépulture sont brefs mais contiennent l’essentiel ; ils indiquent l’âge du défunt dans 91 % des cas, sa profession si c’est un homme, sa situation matrimoniale si c’est une femme. Le défaut majeur de ces actes est d’apparaître tard, ce qui rend difficile l’étude de la mortalité des familles.

  • 16 Pour les garçons baptisés à Tours et pour lesquels l’acte de mariage indique l’âge (19 cas), 1 sur (...)

9Différentes indications permettent de connaître l’âge des réformés lors des différentes étapes qui marquent leur vie (il est noté dans les actes de mariage à partir de 1668, dans les actes de décès). Quand il est possible de calculer, grâce à l’acte de baptême, l’âge exact à la date considérée, il apparaît que les erreurs d’appréciation sont rares et faibles et ne dépassent pas un an, sauf, sans doute, pour cet « ancêtre » mort à cent ans…16. Ceci est révélateur du niveau d’acculturation atteint par les réformés tourangeaux au xviie siècle. L’étude des signatures au mariage permet la même constatation ; elle peut être faite sur un échantillon de 114 mariages conclus entre 1668 et 1685.

Signatures du premier mariage (1668-1685)

Signatures du premier mariage (1668-1685)
  • 17 Cette paroisse située à l’est de Saint-Martin, dans le centre de la ville, de taille moyenne, prés (...)
  • 18 Il manque le registre de 1638.
  • 19 P. Chaunu et G. Bollon, « Minorité broyée et matthusianisme : Saint-Sylvain, Falaise et Saint-Pier (...)

10Dans 92 % des cas, un des deux jeunes mariés au moins peut apposer sa signature au bas de l’acte de mariage ; les deux peuvent le faire, et même signent avec aisance, dans 22,5 % des cas. Peu nombreux sont ceux qui ne savent pas signer (11 hommes et 17 femmes). L’écart avec les Tourangeaux catholiques est flagrant : par exemple, dans la paroisse Saint-Hilaire17, pour 289 mariages conclus entre 1636 et 166618, 59 % des hommes et 34 % des femmes peuvent le faire bien ; 38,5 % des couples en sont totalement incapables. En Normandie, à Saint-Sylvain19, l’écart est encore plus grand entre les deux communautés religieuses, mais il s’agit d’une toute petite ville (4 % des jeunes femmes catholiques et 65 % des jeunes protestantes ont pu signer leur acte de mariage entre 1665 et 1685).

  • 20 L’échantillon ne comprend que des premiers mariages, dans la mesure où on peut les distinguer des (...)

11La profession de 102 jeunes époux protestants de Tours est connue20 ; sans doute s’agit-il des familles les plus considérables, dont on a noté avec soin les caractéristiques, et la proportion de marchands (41 % du total) est plus élevée qu’elle ne l’est en réalité. Pour comparer les niveaux d’acculturation selon les sexes et les milieux socio-professionnels, nous avons mis en parallèle la profession du jeune marié et celle du père de la jeune femme.

12Comme on s’y attendait, le degré d’alphabétisation diminue avec le degré d’aisance, de considération et de qualification sociales : toutes les filles de marchands savent signer. Dans les autres catégories sociales, le pourcentage est partout moins élevé pour les filles que pour les garçons mais il reste fort : même chez les maîtres-artisans, trois filles sur quatre savent signer.

13Une comparaison entre catholiques et protestants portant la même qualification permet d’affiner les résultats. Le groupe protestant présente évidemment une beaucoup plus grande homogénéité sociale que la population catholique, mais on peut constituer des échantillons grossièrement comparables. À partir des mariages conclus dans la paroisse Saint-Hilaire dans les années déjà indiquées, on trouve un effectif proche de celui des protestants à condition d’éliminer les professions les plus humbles (domestiques, journaliers) qui n’existent pas chez les protestants ; on obtient une population qui comporte plus d’officiers et de maîtres-artisans et moins de marchands que l’ensemble protestant mais dans aucun des deux groupes il n’y a de métiers de l’alimentation ou du petit commerce.

Signatures des actes de mariage à Saint-Hilaire de Tours (1636-1666)

Signatures des actes de mariage à Saint-Hilaire de Tours (1636-1666)

14Dans toutes les catégories (le groupe « professions libérales » est tout petit), les réformés, surtout les filles, signent plus et mieux que les catholiques.

  • 21 Le même prénom peut être porté par plusieurs enfants successifs d’une même famille, en cas de décè (...)
  • 22 1632-1649 : garçons, 58 prénoms simples différents, filles, 25 prénoms simples différents. 1670-16 (...)
  • 23 Mais peu d’enfants en portent : 2,5 % des garçons, 5,6 % des filles pour lesquelles le plus utilis (...)

15Un autre trait de mentalité de ce groupe, qui ne peut être étudié que dans les registres paroissiaux, est révélé par l’examen des prénoms donnés aux enfants. Le choix du prénom d’un enfant n’était-il pas un moyen d’affirmer, sans provocation mais nettement et publiquement, son attachement à la religion réformée et à la Bible ? Il semble qu’avant tout, la volonté d’assurer la continuité du lignage et de la famille en appelant les aînés de famille comme le père ou la mère se soit affirmée au cours du xviie siècle, à Tours, peut-être à mesure que la persécution se développait : 73 % des garçons et 69 % des filles premiers-nés d’un couple portent le prénom de leur père ou de leur mère. Avant 1660, c’était le cas pour 62,5 % des garçons et 61 % des filles, mais après cette date, on passe à 84 % et 77 %21. Cette évolution s’accompagne d’une diminution de la variété des prénoms choisis, quelque soit le rang de naissance de l’enfant, surtout pour les garçons22, alors que la vogue des prénoms composés grandit23.

16La gamme des prénoms est plus étendue pour les garçons que pour les filles (65 prénoms simples contre 33). Chez ces dernières, fort peu d’originalité par rapport aux catholiques ! Les petites filles protestantes s’appellent : Marie (15,8 % des filles), Anne (12,6 %), Madeleine (10,3 %), Jeanne (9 %), ou bien ensuite, Catherine, Elisabeth ou Isabelle, Marguerite, Marthe… Le succès de Marie diminue en fin de période : une fille sur cinq s’appelle ainsi entre 1632 et 1649, une sur dix seulement (11,5 %) entre 1670 et 1685. Est-ce à mettre en relation avec l’attitude des protestants face au culte de la Vierge, la force de l’habitude et des traditions expliquant la lenteur de l’évolution ? La rareté des prénoms tirés de la Bible étonne : une fille sur vingt (4,8 %) s’appelle Suzanne ; on trouve quelques Esther, Rachel ou Judith et seulement deux Sarah.

  • 24 À Puylaurens, les prénoms donnés aux enfants sont d’abord ceux des parrains et marraines. Les plus (...)

17Le prénom des deux apôtres les plus connus est souvent donné aux garçons : Pierre (12 % des cas) et Jean (10 %), comme chez les catholiques. Mais viennent ensuite des prénoms bibliques : Isaac (7 %) et Daniel (7 %) ; puis Jacques, Charles… ; Abraham (3,3 %) et Jacob (2,5 %) sont beaucoup moins fréquents en fin de période ; de même, les prénoms bibliques variés comme Jérémie, Joachim, Josias, Noé, donnés à quelques enfants dans les premières années étudiées, finissent par disparaître, comme si les protestants cherchaient à se fondre dans la masse24. Aucun garçon (aucun père non plus !) ne s’appelle Henri et une quinzaine seulement porte le prénom royal, Louis.

18En l’absence de tout dénombrement de la communauté réformée de Tours au xviie siècle, l’étude des registres paroissiaux fournit des indications sur l’évolution numérique qu’elle a connue, c’est-à-dire un progressif affaiblissement (cf. graph. 1).

Graphique 1 : Baptêmes, mariages et sépultures calvinistes à Tours (1632-1684)

Graphique 1 : Baptêmes, mariages et sépultures calvinistes à Tours (1632-1684)

19La décennie des années trente a vu des records qui ne furent plus jamais égalés ; le milieu du siècle est marqué par un net affaiblissement des naissances et des mariages, suivi d’une reprise qui reste une récupération incomplète. La diminution du nombre de baptêmes dans les dernières années avant la révocation de l’Édit de Nantes montre que les départs ont dû commencer avant 1685.

20Il est certain qu’ont été célébrés au temple de la Butte des baptêmes d’enfants dont les familles n’habitaient pas Tours mais dont certaines étaient comprises dans la communauté tourangelle, comme les réformés de Maillé-Luynes où fut construit le tout premier temple de Tours ; mais ces enfants ne paraissent pas nombreux : entre 1660 et 1679, onze enfants seulement sont indiqués comme venant de l’extérieur [Amboise, Saint Christophe (au nord de Tours), Luynes (7) et Paris]. En fait, il y a compensation sans doute entre ces baptêmes et ceux dont l’inscription a été omise.

  • 25 Archives nationales, manuscrit 925, mémoire sur la généralité de Tours dressé par M. Turgot, inten (...)
  • 26 A. Dupin de saint-andré, op. cit., p. 294.
  • 27 A. Giraudet, Recherches historiques et statistiques sur l’hygiène de la ville de Tours et sur le m (...)
  • 28 S. Mours, « Essai sommaire de géographie du protestantisme réformé français au xviie siècle », Bul (...)
  • 29 Warren C. Scoville, The Persecution of huguenors and French economic development (1680-1720), p. 2 (...)
  • 30 Le rapport B/M, qui peut constituer une première approche du nombre moyen de naissances par famill (...)

21L’évaluation de la population totale peut être faite soit à partir du nombre des familles, soit à partir de celui des baptêmes et les deux méthodes ont été employées. Le rapport de 1698 sur la généralité de Tours, dit de Miromesnil, indique qu’il « y avait avant la guerre 900 huguenots, tous marchands ou fabricants25 » ; il s’agit non pas du nombre de familles (les protestants seraient alors plus de 3 500 et il y a longtemps qu’on a abandonné une telle estimation), mais bien de l’effectif total du groupe réformé avant la Révocation (d’ailleurs, le rapport ajoute qu’il n’en reste plus que 400 à la fin du siècle et précise que les enfants sont compris). Les estimations faites au xixe siècle revoient ce chiffre en hausse ; A. Dupin de Saint-André le récuse26 et affirme que les protestants tourangeaux étaient 1 500 avant la Révocation ; Giraudet se fonde sur le décompte des baptêmes pour arriver à un total de 1 150 personnes entre 1672 et 168427 À notre époque, S. Mours a repris ces derniers chiffres28 et Warren C. Scoville29s’en tient à une « fourchette » large (1 200 à 1 500). Giraudet estimait qu’il fallait compter un baptême pour 31 habitants (soit une natalité de 32 ‰) car on devait tenir compte de la présence de nombreux étrangers. Mais il apparaît que la fécondité est forte chez les protestants30 et que les célibataires définitifs ou les gens très âgés ne sont pas anormalement nombreux, la natalité dans la population réformée devait donc être élevée et plus proche de 40 ‰, que de 32 ‰ Les calvinistes auraient donc été aux environs de 1 400 à la fin du règne de Louis XIII, qui a été une période paisible, près de 1 100 entre 1670 et 1679 et moins de 1 000 juste avant 1685.

  • 31 J. Garrisson-estebe, L’Homme protestant, p. 119.
  • 32 J. Estebe et B. Vogler, « La Genèse d’une société protestante : étude comparée de quelques registr (...)
  • 33 J. Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII, de 1621 à 1629 environ, p. 225.

22Pour les réformés, « suivant en cela Calvin qui voit dans le couple la première et la plus nécessaire des cellules sociales31 », la famille, unité de base de la société, est fondée sur le mariage. Les formalités à remplir avant la conclusion de ce dernier sont proches de celles auxquelles doivent se plier les catholiques ; le droit matrimonial assure « la primauté officielle du mari selon les lois de l’État et de l’Église32 ». L’autorisation des parents est nécessaire pour les jeunes de moins de 25 ans ; les bans sont publiés trois dimanches de suite, au cours du culte, après les prières qui suivent le sermon, et la lecture des « billets » et annonces33. Le mariage nécessite la présence de témoins. Les formules employées sur les registres ne sont pas originales : « le… a été béni le mariage de … et de … » ou « le … furent épousés… ». Bien que le mariage ne soit pas considéré comme un sacrement, « le couple, une fois constitué, est indissoluble » (J. Estèbe).

23Plus de 370 mariages ont été célébrés entre 1632 et 1684 (8 par an environ) au temple de la Butte ; le nombre annuel est soumis à de grandes fluctuations (19 mariages en 1635, 2 en 1676).

  • 34 Par exemple, les familles Falaiseau, Chardon… possèdent aux alentours de la ville des métairies et (...)
  • 35 P. Chaunu et G. Bollon, art. cit., p. 495.
  • 36 M. Sudre, « Aspects démographiques de la paroisse Saint-Michel de Bordeaux (1660-1690) », Annales (...)
  • 37 B. Maillard, « Les Mariages dans une paroisse de Tours au xviiie siècle », Annales de Bretagne et (...)

24Le rythme saisonnier des mariages est un des aspects désormais les mieux connus de la nuptialité en France aux xviie et xviiie siècles, au moins pour les populations catholiques. Les réformés tourangeaux se marient surtout dans le premier semestre de l’année ; 26 % des mariages sont célébrés en janvier et février ; le second maximum se place en avril-mai (19,5 %). De juin à décembre, l’indice mensuel reste inférieur à 100. Le creux estival ne peut sans doute s’expliquer par la participation aux grands travaux agricoles, sauf peut-être pour quelques ouvriers en soie, puisqu’il n’y a pas de journaliers protestants à Tours ; mais il s’agit d’une période d’intense activité économique et certains, qui sont propriétaires fonciers34, doivent surveiller les moissons et vendanges. L’indice de décembre est très inférieur à celui de janvier et le creux le plus net se place en mars, comme chez les catholiques où il est cependant plus accentué ; ce même comportement a été remarqué chez les protestants de Saint-Pierre-sur-Dives et Falaise35et serait dû à la permanence de très vieilles habitudes, puisqu’il n’était pas interdit à un réformé de faire bénir son mariage pendant le mois de mars, contrairement à ce qui se passe chez les catholiques (et les luthériens). Le mois de mai ne connaît pas de creux pour les mariages calvinistes alors qu’en Touraine, une superstition veut qu’on évite de convoler à ce moment-là et qu’effectivement, on ne célèbre à Saint-Hilaire-de-Tours que 6 % des mariages ; le creux de mai a été aussi remarqué dans la paroisse Saint-Michel à Bordeaux, au milieu du xviie siècle36. Le rythme saisonnier des mariages catholiques est beaucoup plus heurté que celui des protestants : le maximum noté en juin en Touraine est, semble-t-il, une tradition puisqu’il se maintient au xviiie siècle, aussi bien en ville qu’à la campagne37.

Rythme saisonnier des mariages à Tours au xviie siècle (indices)

Rythme saisonnier des mariages à Tours au xviie siècle (indices)
  • 38 J. Schuller et M.-N. Denis, « Démographie historique et problèmes de calendrier », Démographie his (...)
  • 39 . J.-M. Moriceau, « Mariage et foyers paysans aux xvie et xviie siècles : l’exemple des campagnes (...)

25Le jour qui a vu les plus nombreuses bénédictions nuptiales au temple est le dimanche : plus d’une union sur deux a été bénie le jour du Seigneur ; l’autre jour choisi est le jeudi ; au contraire, en Alsace, l’Église luthérienne interdit le dimanche et le jour préféré est le mardi38. Les catholiques de Saint-Hilaire-de-Tours se marient surtout le lundi mais les mariages ne sont pas rares le dimanche, pratique qui a disparu au xviiie siècle. J.-M. Moriceau a montré que dans les campagnes du Bassin parisien la proscription du dimanche n’a pas joué jusqu’en 1670, même si le nombre des mariages célébrés ce jour-là va en diminuant39. Le creux du vendredi s’explique, pour tous les chrétiens, par la volonté d’éviter des réjouissances le jour de la crucifixion.

Rythme journalier des mariages chez les protestants et les catholiques à Tours au xviie siècle

Rythme journalier des mariages chez les protestants et les catholiques à Tours au xviie siècle
  • 40 Ce qui exclut 3 hommes mariés, pour la première fois semble-t-il, à 40, 42 et 56 ans et une femme (...)
  • 41 Soit 28,6 ans +0,5 an et 23 ans +0,5 an pour tenir compte des années engagées.

26Les âges au mariage sont connus soit grâce aux actes, soit grâce aux dates de baptême pour les jeunes nés à Tours ; mais dans ce dernier cas, pour ne pas privilégier les âges précoces au mariage, l’échantillon ne comprendra que les premiers mariages célébrés à partir de 1660, puisque nous ne connaissons les dates de naissance qu’à partir de 1632. Pour des unions entre deux célibataires ayant moins de 40 ans au mariage40, l’âge évalué est pour les hommes 29,1 ans et pour les femmes de 23,5 40, les modes étant respectivement à 25 ou 26 ans et 23 ans. Sur 70 hommes,41 sont mariés avant 29 ans et sur 79 femmes, 42 le sont avant 24 ans ; l’âge le plus précoce a été 14 ans pour deux filles et 20 ans pour un garçon.

27Le calcul de l’âge exact (connu pour 59 hommes et 85 femmes) donne des résultats proches de cette première estimation :

  • – Âge moyen42 : hommes 26 6 ans, femmes 22 9 ans ;
  • – Âge modal : hommes 28 ans, femmes 19 ans ;
  • – Âge médian : hommes 26 ans, femmes 22 ans.

28L’âge le plus précoce est 17 ans pour un garçon, 13 ans pour une fille. Une fille sur 3 est mariée avant 20 ans ; une minorité non négligeable (24 % des garçons, 12,5 % des filles) se marie à partir de 30 ans.

  • 43 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, p. 858.
  • 44 Entre 1680 et 1685, 1’âge moyen des filles au premier mariage s’abaisse à 22,5 ans ; mais surtout, (...)

29Cet âge au mariage est donc bas, en particulier pour les filles, alors qu’à Caen, au xviiie siècle, les femmes des notables protestants se marient à 26,9 ans43. Il ne semble pas avoir augmenté au cours du xviie siècle44.

30Les hommes se marient nettement (3,5 ans) plus tard que les filles et des écarts d’âges importants existent : dans 23 % des ménages, l’homme est beaucoup plus âgé que sa femme (dans 1 cas sur 5, il a 15 à 20 ans de plus) ; garçon et fille appartiennent à la même classe d’âges (le plus souvent 25-29 ans) dans 22 % des cas ; dans un ménage sur dix, la femme est plus âgée que l’homme. Certains écarts peuvent s’expliquer par la présence non décelable de remariages. Il n’en reste pas moins que dans de nombreux ménages, l’autorité du mari était renforcée par sa plus grande maturité.

31Les jeunes femmes mariées à l’extérieur et venues s’installer ensuite à Tours sont, elles aussi, mariées jeunes : lors de la première naissance enregistrée à Tours, qui n’est peut-être pas la première dans la famille, 16 % d’entre elles ont moins de 20 ans, 43 % ont entre 20 et 30 ans.

  • 45 Aucune indication n’est donnée pour les filles ; une seule est dite couturière.
  • 46 À Puylaurens, au milieu du xviie siècle, les paysans ne sont que 4 % de la population protestante (...)
  • 47 En cela, les calvinistes de Tours ne sont nullement une exception : dans tout le Midi, J. Garrisso (...)
  • 48 A. Dupin de saint-andré, op. cit., p. 192-193.
  • 49 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B 49.
  • 50 W.C. Scoville, op. cit., p. 217.
  • 51 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc, p. 343.

32La lecture des actes de mariage des calvinistes tourangeaux laisse l’impression d’une homogénéité sociale qu’on ne peut trouver chez les catholiques. La liste des professions des garçons45 qui se sont mariés à Tours ne comporte aucun paysan (même jardinier ou vigneron)46, aucun homme de peine, très peu de compagnons (cinq ouvriers en soie, deux texiers sur 216) ; les plus proches du monde rural sont deux maréchaux de forge, habitant près de Tours, à Cormery, et qui sont père et fils. Par contre, les marchands47, les maîtres-ouvriers en soie, les maîtres-passementiers l’emportent largement (31 % de marchands, 29 % de gens travaillant la soie). Les maîtres-orfèvres réformés dominaient nettement leur corps de métier puisqu’ils étaient 11 sur 18 en 168248 ; à cette date, les orfèvres catholiques cherchèrent à réduire cette prépondérance, mais bien que leur nombre ait augmenté ils restèrent minoritaires jusqu’en 168549. Mais, comme à Lyon, les protestants ne contrôlaient qu’une forte minorité de la production de la soie, alors qu’à Nîmes, ils la dominaient largement50. De nombreux protestants tourangeaux paraissent avoir été aisés ; des marchands bourgeois, comme les Chardon, Soubzmain, Falaiseau possédaient de solides fortunes, avec un patrimoine foncier important comme à Nîmes51. Les « hommes à talents » sont nombreux. La liste des métiers relevés dans les actes au premier mariage est la suivante :

  • – marchands bourgeois : 67 ;
  • – maîtres-ouvriers en soie : 44 ;
  • – maîtres-passementiers : 18 ;
  • – ouvriers en soie passementiers : 13 ;
  • – maîtres-orfèvres : 11 ;
  • – professions de santé : 13 ;
  • – professions libérales : 9 ;
  • – architectes, entrepreneurs : 3 ;
  • – maîtres de métier : 22 ;
  • – libraire : 1 ;
  • – pasteurs : 3 ;
  • – sieur de… : 5 ;
  • – officier de l’armée du roi :
  • – texiers : 2 ;
  • – maréchaux de forge : 2.

Situation socio-professionnelle des jeunes époux et de leur beau-père

Situation socio-professionnelle des jeunes époux et de leur beau-père

33Dans une telle minorité, l’homogamie sociale est très forte ; que l’on compare la profession du marié et de son beau-père ou des deux pères, la conclusion est la même : on se marie dans son groupe socio-professionnel. Ainsi, la profession du beau-père de 33 marchands qui se marient est connue : 24 sont marchands. Les mélanges sont plus fréquents dans le monde de l’artisanat mais les unions n’en restent pas moins « bien assorties » (J. Estèbe) comme il se devait.

  • 52 Les familles Soubzmain, Falaiseau, Lepelletier, etc., sont déjà connues pour être calvinistes dans (...)
  • 53 Sur les 53 garçons non-tourangeaux, 41 viennent d’une ville.

34Certaines familles de réformés tourangeaux paraissent très stables52 et, dans le laps de temps couvert par les registres nous voyons dans quelques familles trois générations se succéder. Néanmoins, plusieurs indices montrent que cette population est très mobile. Sur 351 garçons dont on connaît l’origine au moment du mariage, presque la moitié (64) ne sont pas de Tours ; certains autres n’y sont pas nés mais sont venus s’y fixer. 18 % seulement des femmes ne sont pas de Tours : il semble donc que les réformés aient gardé l’habitude de célébrer les mariages dans le lieu de résidence de la femme. Un tiers des couples mariés à Tours quittent ensuite la ville où ils ne laissent pas d’autre trace que celle de leur union. Les « forains » viennent surtout des provinces voisines et sont, pour la plupart, des citadins53 :

  • 54 M. Sache, op. cit., p. 59 et p. 62.

35Les échanges avec les grosses communautés calvinistes voisines ne sont pas nombreux : 3 jeunes gens viennent de Saumur, 3 de Loudun, 6 de Blois ; 3 Tourangeaux, au moins sont allés se marier à Saumur, dont 2 sont revenus ensuite s’établir à Tours54.

  • 55 Le cas le plus célèbre de déplacement géographique est celui d’Abraham Bosse ; né dans une famille (...)

36Cette mobilité s’explique en partie par les activités professionnelles : les marchands viennent de plus loin que les maîtres-artisans ; au cours de leurs déplacements commerciaux, ils ont pu nouer des relations qui leur permettent de sortir du cadre limité de leur communauté d’origine55.

  • 56 J. Dupâquier, La Population française aux xviie et xviiie siècles, p.46.
  • 57 J. Dupâquier, La Population rurale du Bassin Parisien à l’époque de Louis XIV, p. 381.
  • 58 Tout au plus, peut-on penser à des difficultés d’approvisionnement en viande, malgré l’existence d (...)

37Le but du mariage étant de « produire et d’élever des enfants » (J. Estèbe), les protestants de Tours ne manquaient pas de suivre cette règle et les baptêmes étaient fort nombreux. Les enfants sont conçus de façon assez régulière au long de l’année ; les creux de septembre et octobre sont difficiles à expliquer, mais le plus étonnant est celui de mars : il ne peut que très partiellement découler de la baisse des mariages en mars. Ce même phénomène a été observé dans certaines paroisses catholiques56 au xviie siècle (paroisses rurales, petites villes ou même Paris) et y serait dû, soit à l’abstinence sexuelle conseillée par l’Église, soit à l’amaigrissement provoqué par le jeûne du Carême57. Or la discipline calviniste n’impose pas de temps de pénitence au moment du Carême et les pasteurs se refusent le plus souvent à intervenir dans la vie sexuelle des ménages. Y voir la permanence de vieilles habitudes paraît plus difficile que pour le mariage, d’autant qu’aucune étude ne permet encore de dire que les catholiques de Tours ont fait du Carême un temps de pénitence complète au xviie siècle58.

Rythme mensuel des baptêmes et conceptions (indices)

Rythme mensuel des baptêmes et conceptions (indices)
  • 59 Les lacunes des premiers actes de baptêmes ne doivent pas faire conclure à des naissances illégiti (...)
  • 60 J.Estebe et B.Vogler, art. cit., p.381.
  • 61 . Dont une veuve accouchant un mois après son remariage.

38Comme les catholiques, les protestants réprouvent toutes relations sexuelles hors mariage, qui mettraient en danger la cellule familiale. Les naissances illégitimes sont rares chez les réformés tourange aux : seulement trois enfants de père inconnu59 ont été baptisés à Tours (en1664, 1668 et 58 1671), peut-être d’autres sont-ils morts avant le baptême ou ont été cachés par peur de la réprobation…Les relations sexuelles avant le mariage ont-elles été rares dans ce milieu dont la réputation d’austérité est solidement établie ? Elles pouvaient être facilitées par la pratique des fiançailles qui sont des « promesses » indissolubles ; mais les consistoires ont toujours sanctionné cette « paillardise » et obligé les jeunes gens à faire célébrer au60 Plustôt leur mariage religieux. En l’absence de tout registre du consistoire, nous ne savons pas si ce cas a été fréquent à Tours. Le seul indice que nous puissions trouver (même s’il n’est pas suffisant pour conclure) est celui du nombre de conceptions prénuptiales. Or, celles-ci, quoique plus nombreuses que les naissances illégitimes, restent rares : pour toutes les familles qui ont eu au moins 2 enfants à Tours, et qui sont donc assez stables, nous 6 ne trouvons que 8 cas de naissances61 dans les 7 premiers mois du mariage, soit 4,5% des premières naissances, un pourcentage légèrement supérieur à celui observé à Caen au xviiie siècle.

39Par contre, après leur mariage, les jeunes ménages n’attendaient guère pour mettre en route leur premier enfant ! Dans les familles ayant eu au moins 2 enfants, il naît en moyenne 14, 6 mois après le mariage de ses parents (180 cas) ; si on exclut les intervalles supérieurs à 3 ans qui peuvent cacher une naissance non décelée, l’intervalle proto génésique tombe à 13,3 mois. Presque les deux tiers (64%) des jeunes femmes sont mères dans les 12 mois qui suivent leur mariage ; l’intervalle modal est de 9 mois.

Intervalles mariage – première naissance (conceptions prénuptiales exclues)

Intervalles mariage – première naissance (conceptions prénuptiales exclues)
  • 62 Anne Quenouault, mariée à 14 ans, n’a d’enfant que 54 mois après son mariage.

40Pour toutes les familles formées à Tours et qui ont eu un enfant dans les trois premières années de vie conjugale, les résultats sont les mêmes (intervalle protogénésique de 13,2 mois ; 64 % de femmes mères avant le premier anniversaire de mariage). Cette précipitation est d’autant plus étonnante que l’âge moyen au mariage est bas : dans les familles qui ont eu au moins 2 enfants, un tiers des femmes (31,7 %) se sont mariées avant 20 ans. Mais un seul cas de réelle stérilité provisoire de très jeune femme a pu être relevé62.

  • 63 D’après la terminologie de L. Henry, ce sont celles pour lesquelles on connaît la date de mariage (...)
  • 64 Les intervalles réels sont sans doute encore plus brefs. En effet, quelques longs intervalles doiv (...)

41Le calcul des intervalles entre naissances dans les familles de type M63et qui ont eu au moins 2 enfants à Tours, donc les plus stables, montre que la rapidité avec laquelle les Tourangelles calvinistes conçoivent des enfants ne se dément pas après la naissance de l’aîné de la famille64.

Intervalles entre les naissances dans les familles ayant eu au moins deux enfants

Intervalles entre les naissances dans les familles ayant eu au moins deux enfants

42Il est normal que les derniers intervalles restent très courts, puisqu’ils ne peuvent être calculés que dans les familles qui ont vu de nombreuses naissances et qui ont donc un rythme rapide. Cependant, il est remarquable qu’aucun des intervalles n’atteigne 2 ans ; les résultats sont évidemment les plus sûrs pour les 5 premières naissances, puisque l’échantillon considéré dépasse 100 cas. On observe un allongement de l’intervalle en deux étapes jusqu’à la 3e naissance, puis une stabilisation.

  • 65 Familles E.

43Les couples venus s’installer à Tours après leur mariage et parfois, sans doute, la naissance d’un ou plusieurs enfants, sont en nombre non négligeable et, une fois établis, beaucoup sont aussi stables que les autres ménages65. Pour essayer de déterminer le rang des enfants baptisés à Tours, nous avons jugé que tout enfant portant le prénom d’un de ses parents était le premier de la famille, puisque c’est la règle que nous avons constatée ; si ce n’est pas le cas, l’enfant a été placé comme second. N’ont été retenues que les familles ayant eu au moins trois enfants. Les intervalles entre naissances sont tout aussi courts que dans l’échantillon précédent.

44Les intervalles qui séparent deux naissances successives dans le cas où l’enfant précédent est mort avant d’avoir atteint un an peuvent être calculés à partir de 1668 ; observés sur 84 cas, ils sont en moyenne de 18,15 mois, donc plus brefs que les intervalles dits normaux ; 25 % exactement de ces naissances se produisent dans les 12 mois qui suivent le baptême de l’enfant précédent.

  • 66 Famille MF dans lesquelles la rupture du couple se produit après le 45e anniversaire de la femme.

45Le groupe des familles MF est très limité et celui des familles complètes l’est encore plus66. Les couples mariés à partir de 1670 ne peuvent être pris en compte puisqu’on perd leur trace à partir de 1685, avant que la femme n’ait atteint la fin de sa période de fertilité (sauf si elle s’est mariée tard). Ces familles MF sont 49 (moyenne : 7,7 enfants) dont 37 sont complètes (moyenne : 9,2 enfants). Dans ce seul dernier groupe, on peut déterminer quels sont effectivement les enfants que les femmes pouvaient physiologiquement concevoir, puisque ce sont les seules qui aient vécu en état de mariage jusqu’à leurs 40 ou 45 ans.

Intervalles intergénésiques moyens dans les familIes complètes

Intervalles intergénésiques moyens dans les familIes complètes
  • 67 Ce sont à peu près les mêmes que ceux que J.-C. Perrot a observés dans les familles complètes des (...)

46Les différents intervalles sont donc très brefs67et l’allongement pour les deux derniers est réel mais faible puisque la dernière naissance ne se produit que deux ans et demi après la précédente. Ces familles sont très prolifiques. Mais il nous échappe de nombreuses familles, qui ont eu beaucoup moins d’enfants sans doute et qui feraient baisser la moyenne. Il est quand même remarquable que les familles prolifiques ne soient pas l’exception, puisque les deux tiers des familles achevées ont eu plus de 5 enfants.

47Le record est détenu par une famille dont le chef est marchand ; elle est sans doute complète (mais on ignore l’âge de la mère et la date de fin d’observation) et elle compte 22 naissances dans les 27 premières années du mariage (sans conception prénuptiale) ; les intervalles entre les naissances sont compris entre 10 et 22 mois et 6 enfants, au moins, ont survécu puisqu’ils se sont mariés ensuite à Tours même.

48Si l’on prend en compte toutes les familles qui se sont formées à Tours entre 1632 et 1679, qu’elles soient achevées ou non, elles ont en moyenne 5 enfants, alors que certaines ont connu d’autres naissances qui ne sont pas enregistrées à Tours ; presque les deux tiers des enfants baptisés à Tours et nés de parents qui se sont mariés dans cette ville font partie de familles d’au moins 6 enfants.

49Les deux groupes socio-professionnels les mieux représentés sont celui des marchands et celui des métiers de la soie (y compris les passementiers). Les familles sont, dans ces milieux, des plus prolifiques, puisque la moyenne est de 7 enfants pour les premiers et de 6 pour les seconds.

Répartition des enfants dans les familles

Répartition des enfants dans les familles
  • 68 M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, p. 96 à p. 107 ; si Jacques Gantillon le cadet, (...)

50Les familles de marchands sont donc un peu plus prolifiques que celles des maîtres-ouvriers en soie ou passementiers ; les naissances s’y suivent selon des intervalles inférieurs à 21 mois pour les 7 premières. Ce rythme n’est pas sans rappeler celui que M. Garden a pu observer à Lyon chez les bouchers et les travailleurs de la soie68 ; mais à Tours, dans le groupe des marchands, ne se trouve aucun des métiers de l’alimentation ou du petit commerce pour lesquels la présence et le travail de la femme sont indispensables.

Intervalles intergénésiques dans les familles de marchands calvinistes à Tours au xviie siècle

Intervalles intergénésiques dans les familles de marchands calvinistes à Tours au xviie siècle
  • 69 Nous avons pris en compte celles dont on peut penser qu’elles sont bien restées à Tours après leur (...)
  • 70 L. HENRY, Manuel de démographie, p. 87.

51La fécondité des femmes des calvinistes tourangeaux est difficile à calculer de façon exacte ; l’échantillon des familles M1 ou M2 est réduit et la date de fin d’union est si souvent inconnue que la durée de vie féconde ne peut que rarement être calculée ; l’échantillon ne comprend peut-être pas toutes les femmes restées stériles69 et la fécondité calculée « pèche » alors par excès, mais, d’un autre côté, à cause des « trous » remarqués dans certaines familles, le nombre des enfants est sans doute sous-évalué. Pour calculer le taux de fécondité, nous n’avons tenu compte que des naissances qui se sont produites dans les groupes d’âges ayant duré cinq ans, en négligeant celles qui ont eu lieu pendant les fractions de périodes quinquennales, sauf pour le groupe d’âges dans lequel la femme se marie70.

Fécondité générale, selon l’âge de la femme

Fécondité générale, selon l’âge de la femme

52La fécondité de ces femmes, sans distinction d’âge au mariage, est donc élevée à tous les âges et connaît une évolution déjà bien établie pour d’autres groupes de population : augmentation jusqu’à un maximum entre 20 et 24 ans puis décrue, lente entre 25 et 35 ans, plus rapide ensuite. L’étude du comportement des femmes en fonction de l’âge au mariage permet de distinguer un éventuel effet de la durée du mariage sur la fécondité de la femme.

53Le niveau est élevé pour toutes les tranches d’âges et tous les âges au mariage ; la fécondité est maximum dans les premières années de vie conjugale, sauf pour les très jeunes femmes. Pour tous les groupes d’âges (sauf les 15-19 ans), la fécondité est d’autant plus élevée que le mariage est récent, mais la différence est faible et les courbes de fécondité gardent une

  • 71 J.-C. PERROT, op. cit., p. 589 : taux de fécondité des protestantes mariées entre 20 et 29 ans :

54allure convexe (graph. II). Que les femmes soient « usées » par des maternités très fréquentes ne serait guère étonnant ! À tous les moments la fécondité est plus élevée que celle du groupe protestant de Caen au xviiie siècle71 ; elle se rapproche de celle qui a été observée au xviie siècle au Canada français.

55Dans les 5 premières années du mariage, les familles qui ont duré au moins 5 ans ont eu, le plus souvent 3 enfants ; mais un bon nombre en ont eu 4.

Naissances par tranche quinquennale de vie conjugale

Naissances par tranche quinquennale de vie conjugale

56Toutes les femmes qui appartiennent au milieu réformé à Tours ont eu des enfants jusqu’à la fin de leur période de fertilité. Dans un échantillon comprenant les familles M1 et M2 où la femme a dépassé 30 ans (mais sans compter les familles achevées incomplètes, puisqu’on est sûr, dans leur cas,

57qu’elles ne comportent pas tous les enfants qu’elles auraient pu avoir, ni les jeunes ménages dont on perd la trace en 1685), nous connaissons pour 57 femmes l’âge à la dernière naissance enregistrée à Tours (mais qui peut ne pas être la dernière de la famille) ; l’âge moyen à la dernière maternité connue est de 38,6 ans mais 37 % des femmes ont 40 ans et plus, 61,5 % des femmes ont 38 ans et plus ; l’âge modal est de 39 ans ; il est donc certain que, sauf exception, les femmes ont conçu des enfants tant que physiologiquement elles l’ont pu. Le nombre d’enfants par famille dépend donc, non du nombre souhaité, mais de la durée de vie du couple, de l’âge au mariage de la femme et du rythme des naissances.

Nombre moyen de naissances par femme ayant atteint 40 ans en état de mariage, selon l’âge au mariage

Nombre moyen de naissances par femme ayant atteint 40 ans en état de mariage, selon l’âge au mariage
  • 72 A. DUPIN DE SAINT-ANDRÉ, op. cit., p. 206. La mise en nourrice est pratiquée par les habitants de (...)

58Comment expliquer cette très forte fécondité ? Pour certaines femmes stérilité provisoire due à l’allaitement n’a pas joué ; d’une part, la mortalité infantile est forte (elle dépasse 190 ‰) et les intervalles après décès sont effectivement plus courts que les « normaux ». D’autre part, il est possible que des enfants de familles réformées aient été allaités par une nourrice domicile ou à l’extérieur ; une telle pratique n’était pas ignorée puisque Dupin de Saint-André rapporte que, à Nantes, lors de l’embarquement du pasteur de Sicqueville, en 1685, le procureur du roi exigea que « la nourrice du dernier enfant » quitte le bateau, car elle n’était pas portée sur le passeport72. Il est probable, aussi, que l’aisance d’une importante fraction des familles protestantes a mis les femmes relativement à l’abri d’avortements spontanés, qui allongent les intervalles entre les naissances.

  • 73 P. CHAUNU et G. BOLLON, art. cit., p. 49.

59Le comportement des réformés tourangeaux est totalement différent de celui de la « minorité broyée » de Falaise et des villages voisins73 où les calvinistes se mirent à pratiquer massivement la contraception par recours au coïtus interraptus à partir de 1670. À Tours, le rythme des naissances ne se ralentit pas du tout lorsque les persécutions contre les protestants s’aggravent (elles semblent d’ailleurs y avoir été dirigées surtout contre les pasteurs) et les familles formées entre 1670 et 1679 ne connaissent pas moins de naissances que les précédentes ; pour 40 d’entre elles, l’intervalle intergénésique moyen est 19,5 mois et entre 1670 et 1684, on y observe : 10 naissances dans 2 familles, 8 naissances dans 2 familles, 7 naissances dans familles, 6 naissances dans 5 familles.

  • 74 Le dernier acte enregistré est celui du décès d’Esther Gervaise, enterrée le 27 juillet1685.

60Pour étudier la mortalité des réformés tourangeaux, nous disposons d’actes de sépultures pour une quinzaine d’années seulement74. L’âge exact au décès est connu pour 158 hommes et 146 femmes qui sont nés et morts à Tours, mais il ne peut s’agir de gens très âgés puisqu’ils n’ont pas plus de 53 ans, les actes de baptêmes ne commençant qu’en 1632. Dans ce groupe, ne se trouvent que 13 hommes et 14 femmes entre 20 et 49 ans, les autres ont moins de 20 ans. Parmi les enfants morts à Tours, beaucoup sont nés, en fait, dans une autre ville.

61Le rythme saisonnier de l’ensemble des décès montre deux pointes, la plus forte en septembre-octobre, la seconde en décembre-janvier ; la première partie de l’année est meilleure que la seconde puisque de février à juin l’indice mensuel est inférieur à 100. La mortalité générale est largement dominée par celle des enfants (moins de 15 ans) qui, eux, meurent surtout en été et automne, pendant les mois d’août (indice 145), octobre, septembre, et pour lesquels les mois froids sont beaucoup moins cruels (novembre : indice 51) que pour les adultes. Au contraire, pour ceux-ci, l’hiver est redoutable puisque d’octobre à février, les indices sont supérieurs à 100 et que 53,5 % des décès sont enregistrés dans ces cinq mois.

Rythme saisonnier des décès (indices)

Rythme saisonnier des décès (indices)
  • 75 Dans 304 cas, l’âge au décès a pu être calculé d’après la date du baptême : dans 26 cas, l’âge au (...)

62Pour 586 réformés morts à Tours, l’âge, exact ou déclaré, au décès est connu : 4 sur 10 ont moins de 5 ans et plus de 1 sur 2 a moins de 15 ans ; les enfants morts avant un an forment le cinquième de l’effectif75. Le taux de mortalité infantile, grossièrement calculé grâce au rapport entre le nombre des décès des moins de 1 an et celui des naissances, observées pendant la même période, est de 191 ‰ ; il ne paraît pas très élevé mais est sous-estimé puisque les décès de tous les enfants morts avant le baptême n’ont pas dû être enregistrés et que nous échappent ceux des enfants morts en nourrice.

63Pour les hommes et femmes qui sont morts après 20 ans, l’âge moyen au décès est relativement élevé : 54 ans (54,75 pour les hommes, 53,25 pour les femmes). Parmi ces adultes, presque la moitié atteint et dépasse 60 ans (44,5 %) et presque 1 sur 4 meurt après 70 ans. Cette longévité peut s’expliquer par les bonnes conditions d’existence d’un grand nombre de réformés tourangeaux.

  • 76 M. Saché n’indique pas de décès d’écolier originaire de Tours et mort à Saumur pendant ses études.

64Les jeunes années, jusqu’à 5 ans, restent les plus difficiles à passer. Si nous assimilons grossièrement mortalité dans le premier mois et mortalité endogène, celle-ci est du même niveau que la mortalité exogène pour les garçons et un peu inférieure pour les filles ; les garçons paraissent congénitalement plus faibles que les filles, et ils le restent puisque la surmortalité masculine est nette jusqu’à 5 ans. Mais – et c’est plus étonnant – la situation se renverse ensuite ; à partir de 10 ans, les garçons sont peut-être moins nombreux que les filles à être restés à Tours : certains ont dû être envoyés faire leurs études à Saumur ou dans une autre Académie protestante76ou encore faire leur apprentissage hors de Tours. Entre 20 et 45 ans, la surmortalité des femmes (48 décès contre 30 chez les hommes) est due aux accidents obstétricaux : sur la trentaine de femmes mariées mortes entre ces âges, 12 sont décédées dans les jours et les semaines qui suivent leur accouchement. Après 45 ans, les risques paraissent répartis également mais dans les années qui précèdent la Révocation, la population était peut-être à forte majorité féminine, certains hommes ayant émigré en laissant leur femme à Tours pour qu’elle s’y occupe des affaires familiales.

  • 77 D’après les indications fournies par M. Saché dans l’inventaire sommaire des registres de l’état c (...)
  • 78 L.BENOIST DE LA GRANDIÈRE, » Abrégé chronologique et historique de la mairie de Tours », MSAT, 192 (...)
  • 79 A.GIRAUDET,Des anciennes Pestes de Tours (580-1639), p.31.
  • 80 L .DE GRANDMAISON, op. cit.,p.32 : à Fondettes, lecurénote : » L’année 1661 fut fort stérile en to (...)

65Entre 1668 et 1685, il ne semble pas que la population réformée ait été touchée par de grandes crises : par trois fois (1669, 1675 et 1679), les morts ont été plus nombreuses que les baptêmes, mais de peu. Dans la période précédente, les baptêmes se sont effondrés à deux moments : en 1652-1653 et en 1662. La même baisse se retrouve à Saumur 77en 1652 et, moins fort en 1660-1662, dates auxquelles le nombre des sépultures a beaucoup augmenté (89 en 1661 et 56 en 1662). Les ravages de la peste peuvent expliquer le niveau assez bas des naissances en 1632 (sans doute, aussi, un certain nombre de naissances ses ont produites à l’extérieur de Tours, qui n’apparaissent pas sur les registres ; les habitants se plaignent78,en effet, à cette époque, que les plus considérables aient fui la ville, ce qui laisse à ceux qui sont restés tout le poids des secours à porter aux pestiférés). Ensuite, la peste connaît une nouvelle poussée vers 1638-1640 puis disparaît79.En 1662 à la crise de subsistances, dont l’effet n’a pas encore été mesuré pour la Touraine, s’ajoutèrent sans doute des maladies épidémiques80.

  • 81 E.GIRAUDET, Recherches historiques et statistiques…, p.87-88.
  • 82 C. WOLFF, » Une liste de hugue nots réfugiés à Strasbourg », Bulletin de la Société d’Histoire du (...)
  • 83 S.MOURS, » Essai d’évaluation de la population réformée aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de (...)
  • 84 Ils sont particulièrement nombreux entre octobre et décembre 1685 mais on en trouve encore dans le (...)

66L’étude des conséquences démographiques et économiques de l’Édit de Fontainebleau a donné lieu à de nombreuses discussions, mais, dès le xixe siècle81 on savait que Tours ne s’est pas alors vidé de sa population et que le départ des protestants n’est pas l’unique cause de la décadence de la manufacture de soierie. Sans doute, de nombreux réformés de la province synodale de Maine-Anjou-Touraine ont-ils émigré ; ce n’était d’ailleurs pas une attitude nouvelle puisque dès le milieu du xvie siècle, parmi les huguenots réfugiés à Strasbourg ou à Genève, les Tourangeaux, Angevins…sont nombreux et d’origine sociale et géographique variée, alors qu’il ne leur était pas très facile d’émigrer82. S. Moursestime83 que 60% au moins des protestants de cette provinces ont partis et que c’est un des pourcentages les plus forts enregistrés en France ; mais cet exode « massif » a privé la région de moins de 10000 habitants. Les plus nombreux ses ont établis en Angleterre ; d’autres se retrouvent en Hollande, en Allemagne (en particulier en Brandebourg) et quelques-uns ses ont fixés en Caroline du Sud. Le rapport de 1698 estime qu’il serait resté à Tours environ 400 N.C., soit une centaine de familles, à la fin du siècle. Dans les années qui suivent la Révocation quelques-uns de leurs enfants sont baptisés dans la religion catholique et surtout, de nombreux actes d’abjuration apparaissent dans les registres paroissiaux de Tours et des environs84.

  • 85 Le « livre matricule pour les draps d’apprentissage (sic) et droits des compagnons commencé en jan (...)

67Le « dynamisme » démographique des familles calvinistes vivant à Tours au xviie siècle ne s’est pas traduit par une forte expansion numérique de ce groupe, à cause de la forte mortalité infantile et juvénile et, très certainement aussi, d’un fort courant d’émigration, que les registres paroissiaux ne permettent pas d’étudier ; les départs qu’a connus ce groupe ne s’expliquent pas tous par les persécutions religieuses ; les difficultés que traversait au même moment la manufacture de soieries85 et qui ont commencé avant 1685 n’épargnaient pas Lyon, pourtant favorisé aux dépens de Tours et des autres villes « soyeuses » du royaume par l’édit de 1667, et elles ont sans doute provoqué des départs qui, à leur tour, ont eu des conséquences sur la production.

68Bien des questions restent encore posées, en particulier celle de savoir si la forte fécondité dont ont fait preuve ces familles leur est propre ou si elle est un trait commun à toute la population urbaine tourangelle ; pour conclure il nous manque une étude semblable sur les catholiques. Selon la réponse qu’apporterait une telle comparaison, les réformés tourangeaux apparaîtraient comme une minorité religieuse vigoureuse, cherchant à se défendre au lieu de se replier sur elle-même, ou bien comme de simples éléments d’une autre minorité, moins restreinte, la population urbaine de la Touraine du xviie siècle.

Notes

1 Publication : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, 4, p. 539-562.

2 S. Mours, « Essai d’évaluation de la population réformée aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1959, n° 1, p. 6.

3 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 157-158. Selon S. Mours, les réformés saumurois auraient été 3000 au début du xviie siècle.

4 S. Mours, « Liste des Églises réformées avec date de leur fondation », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1958, n° 2, p. 123.

5 « État civil » protestant, Archives municipales de Tours.

6 A. Dupin de saint andré, Histoire du Protestantisme en Touraine, 1885, chap. VIII.

7 Archives municipales de Tours, GG24.

8 Le 1er août1621, est enregistré à Saumur le mariage de Simon Le Comte, de Luynes et Françoise Hervé, de Tours, « célébré en ceste église, les annonces d’iceluy ayant est é faictes en lad. église à cause de la dispersion de l’église de Tours, ceste église de Saumur estant la plus fréquentée par les fidèles de ladite église de Tours » cité par M. Saché, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 ; Maine-et-Loire, série I, état civil protestant.

9 Un dépouillement intégral des registres paroissiaux des protestants de Tours a été réalisé sous forme de tables décennales par Mmes Idelette Hardouin et S. Guichard-Monguers qui m’ont permis de l’utiliser. Qu’elles en soient vivement remerciées ici. Nous avons effectué des relevés supplémentaires des signatures au mariage, des professions, etc.

10 S. Mours, « Essai sommaire de géographie du protestantisme réformé français au xviie siècle », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1965, n° 4, p. 313 et 1966, n° 1, p. 36.

11 Avant 1632, quelques actes épars seulement.

12 R. Le mée, « La Réglementation des registres paroissiaux en France », Annales de Démographie Historique, 1975, p. 466-467.

13 L’en-tête du premier registre porte cette inscription : « Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit, registre et papier baptistaire des enfants nés en l’Église réformée de Tours, commencé le 21e jour du mois d’août de l’année 1631, jour que lad. église a été rétablie au lieu de la Butte paroisse de La Ville-aux-Dames. »

14 Ils ont sans doute été constitués au xviiie siècle, selon Mme Gascuel, directrice des Archives municipales de Tours, que je remercie pour toutes les indications qu’elle a bien voulu me donner.

15 Sauf cas exceptionnel ; ainsi un enfant né le 12 août 1677 n’est baptisé que le 29, en même temps qu’un autre né le 25 et un troisième né le 27, sans qu’on sache pourquoi.

16 Pour les garçons baptisés à Tours et pour lesquels l’acte de mariage indique l’âge (19 cas), 1 sur 2 indique un âge exact, 39 % un âge supérieur ou inférieur d’un an à leur âge réel. Chez les filles (27 cas), 37 % indiquent un âge exact, 48 % un âge approché d’un an seulement. Pour les morts, l’échantillon pour lequel la comparaison entre âge réel et âge indiqué est possible est plus important. Pour les tout-petits, la précision parfois au jour près ; pour les autres défunts baptisés et morts après un an à Tours, l’âge déclaré par la famille est exact pour 83 % des hommes et 71 % des femmes ; la marge d’erreur est de 1 an pour 21 % des hommes et des femmes. Toutefois, le calcul des âges exacts ne peut être fait que pour des gens nés à partir de 1632 et ayant donc au plus 53 ans au décès ; or la marge d’erreur doit augmenter avec l’âge (le défunt le plus vieux dont nous connaissons le baptême n’avait que 49 ans : Marie Norieux, née le 8 septembre 1633 et morte le 22 janvier 1683).

17 Cette paroisse située à l’est de Saint-Martin, dans le centre de la ville, de taille moyenne, présente une structure sociale diversifiée ; on y trouve des officiers royaux, des marchands ou des maîtres-ouvriers en soie comme chez les protestants, mais aussi une population beaucoup plus humble (hommes de peine. servantes) qui n’a pas de représentants chez les protestants ; ces derniers employaient sans doute des domestiques catholiques.

18 Il manque le registre de 1638.

19 P. Chaunu et G. Bollon, « Minorité broyée et matthusianisme : Saint-Sylvain, Falaise et Saint-Pierre-sur-Dives au xviie siècle », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1970, n° 4, p. 494.

20 L’échantillon ne comprend que des premiers mariages, dans la mesure où on peut les distinguer des remariages.

21 Le même prénom peut être porté par plusieurs enfants successifs d’une même famille, en cas de décès des aînés, surtout s’il s’agit du prénom du père ou de la mère.

22 1632-1649 : garçons, 58 prénoms simples différents, filles, 25 prénoms simples différents. 1670-1684 : garçons, 40 prénoms simples différents ; filles, 20 prénoms simples différents.

23 Mais peu d’enfants en portent : 2,5 % des garçons, 5,6 % des filles pour lesquelles le plus utilisé est celui de Marie-Anne.

24 À Puylaurens, les prénoms donnés aux enfants sont d’abord ceux des parrains et marraines. Les plus courants sont Jean (26 %), Jeanne (15 %) et Marie (I5 %) ; comme à Tours, les prénoms bibliques sont rares pour les filles, mais ils concernent 1 garçon sur 5. (G.-E. DE Falguerolles, « Les paroissiens de l’Église réformée à Puylaurens (1630-1650) », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1965, n° 2, p. 89-108).

25 Archives nationales, manuscrit 925, mémoire sur la généralité de Tours dressé par M. Turgot, intendant en l’année 1698, p. 39.

26 A. Dupin de saint-andré, op. cit., p. 294.

27 A. Giraudet, Recherches historiques et statistiques sur l’hygiène de la ville de Tours et sur le mouvement de sa population, depuis 1632 jusqu’à l’époque actuelle, 1853, p. 86.

28 S. Mours, « Essai sommaire de géographie du protestantisme réformé français au xviie siècle », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1965, n° 4, p. 313.

29 Warren C. Scoville, The Persecution of huguenors and French economic development (1680-1720), p. 212.

30 Le rapport B/M, qui peut constituer une première approche du nombre moyen de naissances par famille, est supérieur à 5 pour la période 1632-1684 et est à 5,7 pour 1670-1679 ; chez les catholiques, il n’est que de 4,4 entre 1675 et 1680, selon les chiffres fournis par A. Giraudet.

31 J. Garrisson-estebe, L’Homme protestant, p. 119.

32 J. Estebe et B. Vogler, « La Genèse d’une société protestante : étude comparée de quelques registres consistoriaux languedociens et palatins vers 1600 », Annales ESC, 1976, n° 2, p. 377.

33 J. Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII, de 1621 à 1629 environ, p. 225.

34 Par exemple, les familles Falaiseau, Chardon… possèdent aux alentours de la ville des métairies et des closeries (cf. F. Béraudy, Les Protestants en Touraine, 1650-1700, DES, s.d., Tours, p. 104 et p. 114).

35 P. Chaunu et G. Bollon, art. cit., p. 495.

36 M. Sudre, « Aspects démographiques de la paroisse Saint-Michel de Bordeaux (1660-1690) », Annales de Démographie historique, 1974, p. 239.

37 B. Maillard, « Les Mariages dans une paroisse de Tours au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1981, n° 4, p. 422.

38 J. Schuller et M.-N. Denis, « Démographie historique et problèmes de calendrier », Démographie historique, bulletin d’information, n° 33, oct. 1981, p. 20.

39 . J.-M. Moriceau, « Mariage et foyers paysans aux xvie et xviie siècles : l’exemple des campagnes du Sud de Paris », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1981, n° 3, p. 491-492.

40 Ce qui exclut 3 hommes mariés, pour la première fois semble-t-il, à 40, 42 et 56 ans et une femme mariée à 40 ans.

41 Soit 28,6 ans +0,5 an et 23 ans +0,5 an pour tenir compte des années engagées.

42 La même correction a été faite pour tenir compte des années engagées.

43 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, p. 858.

44 Entre 1680 et 1685, 1’âge moyen des filles au premier mariage s’abaisse à 22,5 ans ; mais surtout, on constate que sur 12 filles se mariant dans ces années, 6 ont de 16 à 20 ans, comme si leurs parents s’étaient pressés de les marier afin de mieux assurer leur avenir dans des temps difficiles. Le cas le plus extrême est celui d’Elisabeth Levasseur qui épouse à 14 ans, le 7 décembre 1679, Jean Chartier (35 ans), écuyer, avocat en Parlement, résidant à Pouzauges ; mais le jeune ménage s’installa àTours.

45 Aucune indication n’est donnée pour les filles ; une seule est dite couturière.

46 À Puylaurens, au milieu du xviie siècle, les paysans ne sont que 4 % de la population protestante alors que cette petite ville est plus proche des activités agricoles que Tours [cf. G. Frêche, Contre-Réforme et dragonnades (1610-1789)]. Pour une orientation statistique de l’histoire du protestantisme, Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1973, n° 3, p. 363).

47 En cela, les calvinistes de Tours ne sont nullement une exception : dans tout le Midi, J. Garrisson-Estèbe a noté « la large participation des marchands au calvinisme… ; les artisans cossus… l’élite du commerce local figurent au rang des calvinistes » (Protestants du Midi, p. 39).

48 A. Dupin de saint-andré, op. cit., p. 192-193.

49 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B 49.

50 W.C. Scoville, op. cit., p. 217.

51 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc, p. 343.

52 Les familles Soubzmain, Falaiseau, Lepelletier, etc., sont déjà connues pour être calvinistes dans la seconde moitié du xvie siècle, Archives municipales de Tours, EE 4, listes de suspects d’hérésie en 1562).

53 Sur les 53 garçons non-tourangeaux, 41 viennent d’une ville.

54 M. Sache, op. cit., p. 59 et p. 62.

55 Le cas le plus célèbre de déplacement géographique est celui d’Abraham Bosse ; né dans une famille tourangelle en 1602, il se fixa à Paris vers 1618 ; les bans de son mariage furent publiés au temple de Charenton en mars 1632 (cf. J. Pannier, op. cit., p. 225, note 16). Son mariage avec Catherine Sarrabat fut célébré à Tours, au temple de la Butte, le dimanche 9 mai 1632 et son contrat de mariage est conservé dans les minutes d’un notaire de la ville (cf. I. Hardouin, Deux actes notariés concernant A. Bosse, Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1981, n° 2, p. 255). Mais il retourna ensuite à Paris et fit célébrer le baptême de huit enfants au moins au temple de Charenton.

56 J. Dupâquier, La Population française aux xviie et xviiie siècles, p.46.

57 J. Dupâquier, La Population rurale du Bassin Parisien à l’époque de Louis XIV, p. 381.

58 Tout au plus, peut-on penser à des difficultés d’approvisionnement en viande, malgré l’existence de bouchers de Carême.

59 Les lacunes des premiers actes de baptêmes ne doivent pas faire conclure à des naissances illégitimes chaque fois que le nom des parents est inconnu. L’enfant illégitime est toujours clairement désigné.

60 J.Estebe et B.Vogler, art. cit., p.381.

61 . Dont une veuve accouchant un mois après son remariage.

62 Anne Quenouault, mariée à 14 ans, n’a d’enfant que 54 mois après son mariage.

63 D’après la terminologie de L. Henry, ce sont celles pour lesquelles on connaît la date de mariage dans le cas contraire, elles sont dites E. Si la date de fin d’observation est connue, la famille est dite fermée (F) sinon, elle est ouverte (O). Si la date de naissance de la femme est connue, on utilise l’exposant 1, si elle est estimée. l’exposant 2.

64 Les intervalles réels sont sans doute encore plus brefs. En effet, quelques longs intervalles doivent cacher des naissances dont il ne reste pas trace à Tours (en particulier, en 1666 et 1667, années pour lesquelles manquent les actes de baptême). Quelques-uns de ces enfants apparaissent à l’occasion d’un mariage, d’un parrainage ou d’un décès : si leur âge est indiqué, ils peuvent prendre leur rang dans la famille et on est alors sûr que certains intervalles sont effectivement trop longs et qu’ils ne doivent pas être pris en considération. Par contre, il n’est pas possible d’utiliser la méthode qui permet de rétablir les « naissances perdues », faute de « documents postérieurs indépendants des-registres paroissiaux », L. HENRY, « Étude de la fécondité des mariages à partir de la reconstitution des familles », Démographie Historique, Bulletin d’information, n° 19, oct. 1976, p. 9-10).

65 Familles E.

66 Famille MF dans lesquelles la rupture du couple se produit après le 45e anniversaire de la femme.

67 Ce sont à peu près les mêmes que ceux que J.-C. Perrot a observés dans les familles complètes des réformés vivant à Caen (op. cit., p. 872).

68 M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, p. 96 à p. 107 ; si Jacques Gantillon le cadet, boucher, a eu 21 enfants en 25 ans de mariage, Isaac Chardon, marchand bourgeois, réforrné tourangeau, en a eu 22 en 27 ans de mariage.

69 Nous avons pris en compte celles dont on peut penser qu’elles sont bien restées à Tours après leur mariage sans y avoir d’enfants (elles peuvent apparaître lors de parrainage ou de décès). Sept couples sont dans ce cas mais nous ne connaissons l’âge au mariage que pour trois femmes.

70 L. HENRY, Manuel de démographie, p. 87.

71 J.-C. PERROT, op. cit., p. 589 : taux de fécondité des protestantes mariées entre 20 et 29 ans :

72 A. DUPIN DE SAINT-ANDRÉ, op. cit., p. 206. La mise en nourrice est pratiquée par les habitants de Tours au XVIIe siècle : dans les registres catholiques des paroisses de la banlieue ou de la campagne proche (Saint-Symphorien, Fondettes…) sont notés des décès d’enfants de la ville, dont, souvent, les parents sont marchands ou officier, L. DE GRANDMAISON, « Les Registres d’état civil du canton de Tours-Nord », MSAT, 1905, t. 44.

73 P. CHAUNU et G. BOLLON, art. cit., p. 49.

74 Le dernier acte enregistré est celui du décès d’Esther Gervaise, enterrée le 27 juillet1685.

75 Dans 304 cas, l’âge au décès a pu être calculé d’après la date du baptême : dans 26 cas, l’âge au décès n’est ni indiqué ni calculable.

76 M. Saché n’indique pas de décès d’écolier originaire de Tours et mort à Saumur pendant ses études.

77 D’après les indications fournies par M. Saché dans l’inventaire sommaire des registres de l’état civil protestant (série1) du Maine-et-Loire, à Saumur, ont été enregistrés :

  • – 1636-1651 : 35 baptêmes/an
  • – 1651-1652 : 23,5 baptêmes/an
  • – 1653-1657 : 35 baptêmes/an
  • – 1657-1661 : 42,5 baptêmes/an
  • – 1661-1662 : 32,5 baptêmes/an.

Ces années marquent d’ailleurs le début de la baisse sur le long terme des baptêmes. Aux mêmes dates, se produit une vigoureuse poussée des décès :

  • – 1655-1659 :23,25décès/an
  • – 1660-1662 :63,6décès/an.

78 L.BENOIST DE LA GRANDIÈRE, » Abrégé chronologique et historique de la mairie de Tours », MSAT, 1925,p.186.

79 A.GIRAUDET,Des anciennes Pestes de Tours (580-1639), p.31.

80 L .DE GRANDMAISON, op. cit.,p.32 : à Fondettes, lecurénote : » L’année 1661 fut fort stérile en tout, suivie de fréquentes maladies dangereuses et d’une très grande mortalité. »

81 E.GIRAUDET, Recherches historiques et statistiques…, p.87-88.

82 C. WOLFF, » Une liste de hugue nots réfugiés à Strasbourg », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1956,n°3,p.167-171. A.DESAINT-ANDRÉ, op. cit., p.272-274.

83 S.MOURS, » Essai d’évaluation de la population réformée aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1959, n°1,p.2.

84 Ils sont particulièrement nombreux entre octobre et décembre 1685 mais on en trouve encore dans les deux premières décennies du XVIIIe siècle.

85 Le « livre matricule pour les draps d’apprentissage (sic) et droits des compagnons commencé en janvier 1668 » (Archives départementales d’Indre-et-Loire, E 468) indique à partir de 1 670 (les premières pages manquent) le nombre des apprentis admis comme ouvriers en soie chaque année. L’année 1670 voit 1’admission de 282 apprentis mais dès l’année suivante, ce nombre descend en dessous de 200 et ne cesse de diminuer ensuite, bien que de façon irrégulière. Les moyennes quinquennales d’admissions sont les suivantes :

  • – 1671-1675 : 129 admissions/an.
  • – 1676-1680 : 97 admissions/an.
  • – 1681-1685 : 89 admissions/an.
  • – 1686-1690 : 86 admissions/an.
  • – 1691-1695 : 32 admissions/an.
  • – 1696-1700 : 39 admissions/an.
  • – 1701-1705 : 23 admissions/an.
  • – 1706 1710 : 22 admissions/an.
  • – 1711-1715 : 21 admissions/an.

À partir de 1690, il n’y a jamais plus de 50 admissions par an ; les difficultés de la soierie tourangelle plus graves encore pendant la guerre dite de la ligue d’Augsbourg et celle de succession d’Espagne que pendant la période de persécutions contre les calvinistes. Remarque : À la date de rédaction de l’article, la thèse de J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe au XVIIIe siècles n’était pas encore publiée ; les comparaisons avec Tours n’ont pas été possibles.

Table des illustrations

Titre Signatures du premier mariage (1668-1685)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-1.png
Fichier image/png, 19k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Signatures des actes de mariage à Saint-Hilaire de Tours (1636-1666)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Graphique 1 : Baptêmes, mariages et sépultures calvinistes à Tours (1632-1684)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-4.png
Fichier image/png, 108k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-5.png
Fichier image/png, 97k
Titre Rythme saisonnier des mariages à Tours au xviie siècle (indices)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-6.png
Fichier image/png, 19k
Titre Rythme journalier des mariages chez les protestants et les catholiques à Tours au xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-7.png
Fichier image/png, 18k
Titre Situation socio-professionnelle des jeunes époux et de leur beau-père
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-8.png
Fichier image/png, 39k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-9.png
Fichier image/png, 41k
Titre Rythme mensuel des baptêmes et conceptions (indices)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-10.png
Fichier image/png, 24k
Titre Intervalles mariage – première naissance (conceptions prénuptiales exclues)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-11.png
Fichier image/png, 39k
Titre Intervalles entre les naissances dans les familles ayant eu au moins deux enfants
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-12.png
Fichier image/png, 42k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-13.png
Fichier image/png, 33k
Titre Intervalles intergénésiques moyens dans les familIes complètes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-14.png
Fichier image/png, 34k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-15.png
Fichier image/png, 15k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-16.png
Fichier image/png, 50k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-17.png
Fichier image/png, 47k
Titre Répartition des enfants dans les familles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-18.png
Fichier image/png, 41k
Titre Intervalles intergénésiques dans les familles de marchands calvinistes à Tours au xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-19.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fécondité générale, selon l’âge de la femme
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-20.png
Fichier image/png, 15k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-21.png
Fichier image/png, 64k
Titre Naissances par tranche quinquennale de vie conjugale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-22.png
Fichier image/png, 84k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-23.png
Fichier image/png, 16k
Titre Nombre moyen de naissances par femme ayant atteint 40 ans en état de mariage, selon l’âge au mariage
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-24.png
Fichier image/png, 18k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-25.png
Fichier image/png, 161k
Titre Rythme saisonnier des décès (indices)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-26.png
Fichier image/png, 27k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9270/img-27.png
Fichier image/png, 54k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540