Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Quatrième partie. La ville, pouvoirs, économie, société

Tours au temps de Marie Guyard1

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 Publication : Marie Guyard de l’Incarnation. Un destin transocéanique, Tours 1599 – Québec 1672, F (...)
  • 2 B. Chevalier, Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 153.
  • 3 La publication de l’Histoire de la mairie de Tours rédigée par Benoît de la Grandière au xviiie si (...)

1La ville où naît Marie Guyard le 28 octobre 1599 peut s’enorgueillir d’un glorieux passé mais elle vit, il faut bien le dire, « la fin d’un grand destin2 » : le roi est reparti et le parlement a regagné Paris dès mars 1594. Tours sort meurtrie des guerres de religion et se trouve dans un état financier catastrophique. La situation économique est dégradée et la majorité catholique doit apprendre à cohabiter avec la minorité réformée. Pour évoquer Tours dans la première moitié du xviie siècle, il nous manque évidemment la suite de la thèse de B. Chevalier ; si nous pouvons utiliser les travaux anciens d’E. Giraudet qui a travaillé surtout à partir des délibérations du corps de ville3 et les résultats des mémoires de maîtrise faits sur la vie religieuse ou les troubles sociaux, nous connaissons encore très mal la manufacture de soierie ou l’évolution de la population, alors qu’existent de très abondantes archives notariales et des registres paroissiaux qui commencent à être bien tenus… Il est cependant possible de brosser un portrait de la ville et de ses habitants.

  • 4 C. Petitfrere, « Une Ville mise en scène : Tours d’après l’iconographie générale des xvi-xviiie si (...)

2Pour évoquer le paysage urbain, nous disposons de quelques gravures, qui ont été étudiées par C. Petitfrère4. Parmi elles, une rare représentation de la ville vue à partir du sud s’intitule le « vif pourtrait de la noble ville et cité de Tours » et date du milieu du xvie siècle mais elle permet d’imaginer la ville en 1599, puisque la construction de la nouvelle enceinte autorisée par François Ier n’a pas encore commencé ; c’est un édit d’Henri IV en 1591 qui la lance vraiment. Cette gravure évoque bien la situation de Tours entre Loire et Cher, cette « Mésopotamie » tourangelle ; la ville est contenue dans un rectangle étroit, allongé au bord de la Loire, au-delà de la vallée du Cher et des « varennes » parsemées de constructions. De nombreux chemins, mais aucune route importante, convergent vers elle. Le paysage urbain est dominé par plusieurs clochers mais surtout, pour refléter la réalité ou pour en saluer l’importance, les tours de la cathédrale et de Saint-Martin : les deux principaux saints de la cité, Gatien et Martin, sont ainsi salués ; on voit aussi se dresser le clocher de Saint-Saturnin, paroisse natale de Marie Guyard, et hors les murs le « pilier » de Notre-Dame-la-Riche. L’accent est mis sur la fonction religieuse de la ville mais sans doute est-ce le reflet de la réalité : l’architecture laïque n’a rien à montrer, sauf peut-être le château et le vieux pont sur la Loire. L’importance de la muraille est bien mise en évidence : c’est le mur qui « fait » la ville, il délimite la « bonne ville » dont les habitants ne paient pas la taille ; il ceinture un espace occupé de façon dense par les maisons, où le bâti est très différent de celui des campagnes, où les jardins sont rares et où les hommes s’entassent. Tours est organisé autour de deux pôles principaux, la cathédrale et Saint-Martin, mais on ne voit plus de solution de continuité entre les deux ; elle déborde largement de son enceinte et des faubourgs s’allongent le long des principaux chemins.

3Les gravures du xviie siècle qui présentent toutes la ville à partir du nord nous montrent un fleuve encombré d’îles dont la principale, l’Île Saint-Jacques, détruite au xviiie siècle au moment de la construction du pont de pierre. Au cours du xviie siècle, le paysage urbain se modifie puisque le territoire de la ville s’étend vers le sud grâce à la construction de la seconde enceinte qui faute d’argent fut une œuvre de longue haleine ; ce n’est qu’en 1685 que ce mur de plus de 3 000 toises fut achevé ; il est resté longtemps une enveloppe trop large pour une ville qui connaît le marasme économique… L’espace entre les deux enceintes, dans ce qu’on appela le « nouvel enclos », offrit des terrains disponibles pour les établissements qu’édifièrent les ordres religieux qui se fondèrent alors à Tours, à l’exception du carmel inconfortablement installé près des carmes dans la vieille ville, et non loin de là, le collège des jésuites établi dans l’hôtel de Beaune Semblançay. Ces nouvelles constructions accentuent la présence ecclésiastique dans le paysage urbain.

4Toutes les gravures insistent sur la présence de la Loire. Le « fleuve royal », dont la domestication n’est pas encore achevée, est à la fois une chance et un danger pour Tours. Axe majeur des échanges intérieurs, le fleuve peut jouer un rôle fondamental dans la vie économique. Toutefois il ne semble pas que Tours ait jamais été une très grande ville de batellerie à l’instar de Blois ou d’Orléans ; les voituriers par eau sont nombreux dans quelques quartiers comme l’Île Saint-Jacques, mais l’activité économique de la ville et de sa région ne fournit pas de produits volumineux pour l’exportation, mis à part les vins blancs de Vouvray expédiés vers Nantes. Tours n’est pas alors le carrefour de voies terrestres et fluviales qu’elle devient au siècle suivant grâce à l’ouverture de la « route d’Espagne » ; le principal axe de circulation suit la « grand rue » qui est parallèle à la Loire. Le fleuve n’est pas une frontière mais il reste un obstacle à la circulation et le vieux pont n’est pas très sûr ; quand il se trouve hors service, il faut établir un service de bac, occasion de conflit entre le corps de ville et le chapitre Saint-Martin.

5Paradoxalement, malgré la présence de la Loire, la question de l’approvisionnement en eau se posa souvent. Au xvie siècle, une solution coûteuse a été trouvée ; depuis 1511 la ville était approvisionnée par des sources situées au sud, à Saint-Avertin, dont l’eau était amenée par une canalisation qui franchissait en souterrain le Cher jusqu’à des fontaines situées dans la ville, dont la plus monumentale était celle offerte par Beaune Semblançay. Toutefois on peut penser que de nombreux habitants allaient puiser directement dans la Loire bien que celle-ci servît de lieu d’évacuation pour de nombreux artisans (corroyeurs, tanneurs, bouchers…).

  • 5 « La Touraine en 1638 », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, t. IV, 1885, p. 177.

6Sur ces gravures qui n’ont d’ailleurs pas la volonté de donner une représentation exacte, on distingue mal le tissu urbain. Quelques récits de voyageurs et les témoins subsistants de l’architecture permettent de se faire une idée. Un voyageur, Léon Godefroy, le décrit ainsi en 16385 :

« Les rues sont la plupart bien droites, mais peu larges dans lesquelles se rencontrent de belles fontaines dont l’eau qui continuellement en sort en abondance, n’est pas moins utile aux habitants pour leurs usages ordinaires que pour emporter quant et soy les ordures des rues et les tenir toujours nettes.

Ses maisons sont quasy toutes basties d’une mesme façon non superbe mais tout à fait gentrille, sçavoir de bois et plastre, bien haultes et couvertes d’ardoises, ce qui paroist extremement, surtout quand elles sont regardées de loing ou de quelque lieu très hault ».

7Les maisons des plus aisés sont blanches et bleues, de tuffeau et d’ardoise ; les maisons à pan de bois sont nombreuses. Le parcellaire est composé de rectangles étroits et perpendiculaires à la rue, si bien que les maisons ont bien « pignon sur rue ». Au rez-de-chaussée, l’échoppe ou l’atelier de l’ouvrier en soie… Aucune des rues n’est large ni rectiligne ; la rue Traversaine prolongée vers le sud par la rue Saint-Louis ébauche un axe de circulation dans le sens nord-sud. Mais c’est à ce moment que la ville crée un lieu qui fit toujours ensuite sa fierté : au sud, près du petit mail, en 1623 une terrasse est établie sur le sommet du nouveau rempart et en contrebas est aménagée une promenade plantée d’ormeaux qui forme le mail. Malgré ses faibles ressources financières l’échevinage a travaillé à embellir la ville tout en luttant contre les principaux facteurs d’insalubrité ; ses efforts ont porté surtout sur les professions produisant d’abondants déchets aux senteurs fortes. L’écorcherie de Chateauneuf est reconstruite en 1612 près de la porte des tanneurs ; la poissonnerie est déplacée à plusieurs reprises : elle quitte la place foire-le-roi pour le carroi des carmes puis en 1636, pour les bords de la Loire où elle retrouve les boutiques des tanneurs entre la porte de l’ecouerie et celle des tanneurs ; l’intérieur de la ville est ainsi débarrassé mais la Loire concentre les activités polluantes.

8L’entassement humain est important ; l’environnement humide, la promiscuité, dans des conditions d’hygiène sommaires malgré les efforts de la municipalité, sont des facteurs d’insalubrité. La saleté qui règne dans les rues est souvent accusée d’être responsable de la propagation de la peste qui est bien un des grands ennemis de la population à cette époque : a fame, peste, bello, libera nos Domine, demande-t-on souvent.

9Il est très difficile de connaître l’effectif de la population de Tours avant la fin du xviiie siècle ; les chiffres fournis sont fantaisistes, péchant selon les besoins par excès ou par défaut. Comme la ville est franche de taille, il n’existe pas de documents fiscaux susceptibles d’une utilisation démographique. Les registres paroissiaux sont encore incomplets au début du xviie siècle. B. Chevalier a montré que la ville du xve siècle ne pouvait nullement contenir 100 000 ou même 50 000 habitants  ; au xviie siècle, la contrainte spatiale se desserre grâce à l’édification de la seconde enceinte mais les constructions progressent lentement. La première moitié du siècle connaît un essor démographique après les difficiles dernières années des guerres de religion ; toutefois il ne s’agit que de la récupération des hauts niveaux connus antérieurement. Le total des mariages, plus facile à connaître que celui des baptêmes, croît fortement jusque dans les années 1660, avant de subir un déclin prolongé ; certes il faut tenir compte de l’importance des remariages qui sont fonction de la mortalité et qui connaissent une forte augmentation en 1661-1662 ; mais dans l’ensemble ce chiffre témoigne d’une réelle vitalité. Peut-on avancer l’hypothèse de 25 000 habitants au moment de la prise de pouvoir par Louis XIV et avant la grande crise dite « de l’avènement » ? Ce serait le retour au maximum connu au xve siècle.

10Les registres paroissiaux nous livrent quelques enseignements sur les comportements démographiques. Pour les filles le mariage est précoce, sans être pubertaire : environ les deux tiers se marient avant 20 ans ; Marie Guyard n’est pas une exception bien que parmi les plus jeunes. L’âge moyen au premier mariage est environ pour les garçons de 25 ans et pour les filles de 22 ans. Plus de la moitié des jeunes femmes accouche dans les douze premiers mois du mariage, mais très peu (moins de 5 %) avant 8 mois ; compte tenu de la jeunesse de Marie à son mariage (17 ans) un délai un peu plus long est normal. Les naissances se succèdent ensuite à un rythme rapide, l’intervalle entre elles étant le plus souvent inférieur à 2 ans, si bien que certains couples que la mort ne rompt pas de façon précoce voient se succéder plus de quinze naissances. La moyenne générale est abaissée par la multitude des familles dont la durée de vie est brève, telle celle formée par Claude Martin et Marie Guyard ; grossièrement calculée d’après le rapport entre baptêmes et mariages elle est de 4. Cette situation n’est pas due à une fécondité exceptionnelle mais à l’importance de la mortalité infantile et au recours à une nourrice, le résultat étant identique pour la mère qui ne nourrit pas l’enfant. Cette dernière pratique reste moins répandue qu’au xviiie siècle, mais nous savons que Marie Guyart mit son fils en nourrice pendant deux ans.

  • 6 B. Maillard, « Religion et société. Les protestants de Tours au xviie siècle », Annales de Bretagn (...)
  • 7 P. Chaunu et G. Bollon, « Minorité broyée et malthusianisme », Bulletin de la Société d’Histoire d (...)

11L’étude de leurs registres paroissiaux6 prouve que le comportement des protestants ne se démarque pas de celui des familles catholiques de même niveau social. On constate même que les protestants respectent les « temps clos » pour les mariages ; est-ce habitude ou prudence de leur part ? Les prénoms qu’ils donnent à leurs enfants ne sont guère « bibliques » et c’est plus souvent Marie ou Anne que Esther, Pierre ou Jean que Isaac ou Daniel (toutefois 7 % des garçons reçoivent un de ces deux prénoms). Les couples protestants ont une descendance nombreuse : ceux qui n’ont pas été rompus par la mort avant les 45 ans de la femme ont eu en moyenne plus de 9 enfants. Dans le couple d’un marchand, le sieur de Bois-denier, marié en 1636, la femme a accouché 22 fois dans les 27 premières années du mariage. On peut donc dire que la minorité réformée de Tours n’a pas réagi en « minorité broyée » comme à Falaise7 et n’a pas cherché à limiter sa descendance.

  • 8 B. Maillard, « Les Hommes et la mort à Tours au xviie siècle », dans Villes, bonnes villes, cités (...)

12Mais ces familles prolifiques n’étaient pas nécessairement nombreuses puisque la mort frappe durement ; dans la communauté réformée les tout petits forment un cinquième des défunts dont on connaît l’âge et plus d’un mort sur deux a moins de 15 ans ; à Saint-Hilaire, entre 1637 et 1669, les moins de 15 ans forment 46,7  % des défunts. En général un enfant sur quatre mourait avant 1 an et un sur deux avant 20 ans ; il faut donc diviser par deux le nombre de naissances pour avoir une idée de la descendance finale. L’âge moyen au décès des adultes chez les réformés, qui sont un groupe disposant de meilleures conditions de vie que le peuple, est de 54 ans. Selon les registres bien tenus de la paroisse Saint-Hilaire8 la mort « ordinaire » frappe le plus souvent à la fin de l’été et au début de l’automne, sans doute à cause de dysenteries, de maladies intestinales ; Claude Martin est mort en octobre. Le lieu d’inhumation, quand il est connu, est pour un tiers des défunts de Saint-Hilaire dans l’église paroissiale, souvent dans la sépulture familiale, le chœur étant l’endroit le plus recherché mais réservé aux habitants les plus notables. Certains fidèles demandent à être enterrés sans pompes, au cimetière, par esprit d’humilité, pour être proches des pauvres qu’ils ont secourus pendant leur vie. Les « fondations » émanent de toutes les catégories d’habitants et comportent de plus en plus de messes, aux dépens d’autres cérémonies comme les saluts.

  • 9 Ainsi en 1631 un trésorier de France refuse de rester en ville car, s’il meurt, sa famille perdra (...)

13Les principaux agents de la mort sont alors les maladies dont le travail est facilité par la mauvaise nourriture ; la première moitié du xviie siècle ne semble pas avoir connu de catastrophes céréalières semblables à celles du règne de Louis XIV, si ce n’est en 1630. Le fléau le plus redouté est évidemment la peste qui frappe fort entre 1595 et 1597 puis entre 1603 et 1607 et revient en force à partir de 1625, en particulier en 1638-1640, alors que la ville est accablée sous les exigences financières du roi. Comme le seul recours est dans la fuite les plus « apparents » partent9. L’échevinage met alors sur pied un « bureau de santé » formé de notables, qui doit prendre soin des malades ; on les regroupe au sanitas qui se trouve à l’ouest, au bord du ruau Sainte-Anne ; en 1631 et 1638 il se révèle trop petit et on établit des baraques dans une île de la Loire. Le problème le plus difficile est celui du financement des secours : les appels à la générosité sont peu entendus et il faut donc lever un emprunt forcé : en octobre 1638 on cherche 13 000 livres En 1655 on construit un nouveau sanitas, au sud-est de la ville, dans la vallée du Cher, et en 1656 les bâtiments de l’ancien accueillent l’Hôpital général. En fait la peste disparut alors et ce bâtiment ne reçut jamais de pestiférés. Mais son coût obéra encore un peu plus les finances de la ville.

14L’originalité de la société tourangelle vient de la présence de la « manufacture » de soie mais Tours tire bien plus son importance de sa fonction de capitale régionale, laïque et religieuse. Cette ville archiépiscopale est à la tête d’une vaste province ecclésiastique puisque tous les diocèses de l’Ouest sont ses suffragants ; le diocèse même n’est pas très étendu et ses revenus n’en font pas un des plus riches de France. Tours compte quatre chapitres dont deux prestigieux, Saint-Gatien et Saint-Martin. L’abbaye bénédictine Saint-Julien marque de sa présence l’espace qui s’étend entre la cité et Châteauneuf, Marmoutier se trouvant à l’extérieur, sur la rive droite de la Loire. Les quatre ordres religieux anciens ont une maison à Tours, en 1606 s’y ajoute un important couvent de capucins ; mais la première moitié du xviie siècle est marquée par l’installation d’un très grand nombre de nouveaux ordres ou congrégations. Les oratoriens s’établissent en 1615 grâce à Mr de Fontaine Maran qui a déjà facilité la création du carmel en 1608 ; les feuillants chez qui Marie Guyard trouva un confesseur construisent à partir de 1619 une maison à proximité de laquelle s’établit le couvent des ursulines en 1622. La décennie 1630 voit la prise en mains du collège par les jésuites et pour les femmes la création des maisons de la Visitation, du Calvaire, des annonciades… Dans la plupart des cas l’échevinage fut très réticent ; il craignait en particulier que les dons en faveur de ces religieux ne se fissent aux dépens des pauvres. La population religieuse et ses serviteurs forment dans la ville un groupe important.

15Tours affirme sa fonction administrative et judiciaire au cours de la période étudiée et sait se défendre contre ses voisines. La ville a toujours été le centre d’une généralité même si en 1542 la réorganisation de l’administration financière du royaume lui fit perdre de l’importance ; l’institution la plus puissante est bien le bureau des finances ; l’hôtel des monnaies est alors peu actif. Tours devient aussi progressivement la résidence stable du « commissaire départi » du roi, l’intendant de justice, police et finance. Le roi est bien représenté par un gouverneur, par exemple le marquis de Souvré puis son fils Courtanvaux, et la ville achète l’hôtel de la Bourdaisière au sud de la place foire-le-roi pour le loger dignement ; mais ce grand noble est souvent absent et les exigences de l’obéissance au roi renforcent le pouvoir du commissaire, dont la présence ne devient cependant permanente qu’en 1653 et qui se trouve à la tête d’une vaste circonscription, la quatrième de France (1400 lieues carrées).

16La ville abrite tous les types d’instances judiciaires, spécialisées ou non, comme bailliage présidial, élection, grenier à sel, cour des eaux et forêts, prévôté, sans compter l’officialité et les justices seigneuriales ; seul manque un parlement. Tours protesta fermement contre des projets qui auraient fait de ses voisines des concurrentes, comme en 1605 contre l’établissement d’un présidial à Loudun ou en 1622-1624 d’un bureau des finances à Angers. La basoche qui regroupe tous les petits métiers de justice, clercs, procureurs, avocats… forme un groupe remuant. Ainsi Tours exerce un rôle important de commandement et de domination sur les campagnes, en particulier par l’intermédiaire des institutions fiscales. Les membres du présidial se retrouvent nombreux dans l’échevinage ; la ville jouit encore de la « noblesse de cloche ».

  • 10 D. Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 543 et 661-662.

17La finance tourangelle n’est plus la puissance qu’elle a été au début du xvie siècle mais il en sort encore des hommes riches qui jouent un rôle national10 ; on retrouve en même temps leurs noms dans les milieux dévots. Deux des familles les plus connues, les Bonneau et les Pallu, sont liées étroitement. Thomas Bonneau (mort en 1662) fut un des plus gros traitants entre 1630 et 1655, son grand père était procureur au bailliage présidial de Tours ; il épousa en 1613 Anne Pallu fille d’un maire de Tours. Les decendants de ces familles s’orientent dans deux directions : certaines suivent la carrière financière, d’autres sont au service de la Réforme catholique. Madame de Miramion est la nièce de Thomas Bonneau. Parmi les neveux d’Anne Pallu, Bertrand, dont le père laissa un célèbre commentaire de la coutume de Tours, fut officier au bailliage présidial puis fermier général, Victor fut ami de Saint-Cyran et se retira à Port-Royal, François devint le premier évêque de Chine ; parmi leurs cousins les deux frères Gault se succédèrent au siège épiscopal de Marseille.

  • 11 Elle s’installa dans l’hôtel de la Petite Bourdaisière, site futur du couvent des Ursulines.

18Les vicissitudes de la manufacture de soie retentissent sur toute la vie urbaine. Après les bonnes années du début du siècle où grâce à Laffemas la situation s’était redressée, en 1620-1621 à nouveau le chômage règne et la ville pense à employer les ouvriers en soie aux travaux de « fouilles » pour la construction de la nouvelle enceinte. La création d’une manufacture de tapisseries des Flandres en 1613 ne fut que feu de paille11. Richelieu a passé de nombreuses commandes pour le château qu’il faisait construire non loin de Tours, pour ses autres demeures et celles du roi ; ainsi pendant quelques années la situation n’a pas été trop mauvaise, mais il est difficile de penser que 8 000 métiers aient pu battre alors. De plus il faut noter que malgré les phrases laudatives du Testament politique du cardinal, les soieries fabriquées à Tours n’étaient pas aussi belles que celles de la rivale honnie, Lyon ; c’était des tissus d’usage commun, comme « pannes et pluches » qui servaient pour faire des doublures, les plus beaux étant des brochés appelés « gros » de Tours. La guerre est néfaste pour une production de luxe comme la soierie mais permet le développement des activités commerciales : l’existence de l’entreprise du beau-frère de Marie Guyard est la preuve de l’importance du roulage. Les deux foires franches, créées en 1550 et confirmées par Henri IV en 1598, sont supprimées à cause de la peste en 1607. Deux marchés hebdomadaires se tiennent sur la place du grand marché, un des lieux les plus animés de la ville et où les troubles nés des difficultés de la vie quotidienne se développent.

19La Loire et le Cher sont périodiquement sujets à des crues qui ravagent leur vallée et n’épargnent pas la ville ; il semble que la première moitié du siècle, début du « petit âge glaciaire », ait connu de plus nombreuses crues que la période suivante. Les varennes, lieu d’une culture intensive en particulier de légumes, de « potages », vendus en ville voient leurs récoltes perdues et leurs sols durablement ensablés. Les réparations des ponts sur le Cher et la Loire pèsent lourdement dans un budget municipal déjà très déficitaire. Les années 1608 et 1628 ont été particulièrement difficiles. 1608 connaît un des « grands hivers » de l’Ancien Régime, la Loire gèle fin janvier et la débâcle a lieu au début de février ; en octobre se produit une très grave inondation : ponts, levées, murs subissent de gros dégâts et en 1609 il faut augmenter les octrois pour payer les réparations. En décembre 1628 les faits se répètent. Jusqu’au milieu du xixe siècle, la muraille, sans utilité militaire, fut un élément fondamental de la défense contre l’inondation et elle fut maintenue, renforcée, aménagée dans ce but.

20La manufacture de soie est à cette époque traversée de graves tensions ; le capitalisme commercial donne le pouvoir et la richesse aux marchands, dont de nombreux réformés, qui assurent la distribution de la matière première et rémunèrent le travail, tandis que les « maîtres ouvriers en soie », qui emploient les compagnons, connaissent une véritable prolétarisation ; ils revendiquent le savoir-faire que n’ont pas les « marchands maîtres ouvriers en soie ». Les fluctuations du marché les contraignent souvent à « abattre » des métiers et ils souffrent du chômage autant que les compagnons.

21Les ouvriers en soie ont été parmi les acteurs des brusques flambées de colère que connaît Tours dans la première moitié du xviie siècle. Elles sont de trois types. En 1621 les réformés sont victimes de plusieurs jours d’émeutes qui naissent d’un incident pendant l’enterrement d’un des leurs. Le temple qui est alors à l’ouest, près du Plessis, est détruit, le cimetière est profané, plusieurs maisons sont pillées et brûlées ; la répression est sévère (5 pendaisons). Les Réformés demandèrent en vain une indemnisation et ils ne purent réoccuper le même site jugé trop proche de la ville et s’établirent beaucoup plus tard, assez loin à l’est, à la Ville-aux-Dames. La vie de la communauté protestante s’écoula ensuite paisiblement.

22La « conjoncture de la poule au pot » n’a guère duré à Tours ; même alors la ville a été agitée, ainsi en 1598 ou en 1604. En 1630 où la cherté est grande la municipalité fait acheter des blés à l’étranger pour les revendre à bas prix mais cette action n’empêche pas des troubles graves au printemps suivant. En 1643, en mai et juin, à nouveau le pain est cher et des troubles contre les boulangers ont lieu place du grand marché et près de la porte de la Riche. Ils se répètent à l’automne de 1643 et au printemps de 1644 ; le moment est d’autant plus grave que se déroulent des violences antifiscales.

23Bien que franche de taille, Tours n’a pas échappé au « tour de vis » et au terrorisme fiscal de Richelieu. Le roi qui exigeait beaucoup des campagnes prenait encore plus aux villes où on savait bien que se trouvait la richesse. Pendant les guerres de religion Tours, resté fidèle au roi, lui a beaucoup donné. Or ses ressources propres sont faibles : elle lève un droit « d’apétissement » sur le vin vendu en ville et dans les faubourgs, des octrois que le roi l’autorise périodiquement à augmenter mais elle hésite toujours à lever un impôt par « capitation ». Elle traîne un lourd endettement : en juin 1639 elle doit plus de 308 900 livres. Le roi lève des « emprunts forcés », exige des « dons gratuits », la « subsistance » ou des livraisons en nature (souliers, grains…) pour les troupes. Quand la ville n’obéit pas la force est employée : en février 1639 le régiment de Bellenave commence à « faire du dégât » dans les environs pour accélérer le paiement des sommes dues pour sa subsistance.

  • 12 M. Puzelat, Les Soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648, mémoire de maîtrise, université de (...)

24Ces problèmes ont provoqué les troubles les plus graves, que l’on connaît seulement du point de vue des autorités grâce aux registres de délibérations de la municipalité12 qui fut le plus souvent en première ligne pour rétablir l’ordre. 1636, l’année de Corbie, voit des troubles dus aux ouvriers du cuir qui protestent contre les nouveaux droits imposés et les brutalités des commis des fermiers chargés de les lever ; mais l’agitation ne s’étend pas. Marie Guyard part juste avant que n’éclatent les émeutes les plus graves, qui se déroulent dans la décennie 1640 : en 1640, 1643, puis chaque année de 1647 à 1649, sans que toutefois Tours ait participé à la Fronde au contraire de sa voisine, Angers. En 1640 la ville doit plus de 500 000 livres ; le roi ordonne, tout en diminuant le montant exigé, que les « aisés » paient la somme ; ils seront remboursés grâce à une augmentation des droits sur le vin, le foin et les soies. Quand la perception commence en mai 1640 l’émeute explose ; elle dure sept jours, elle est l’œuvre d’ouvriers en soie, de journaliers, de femmes ; des maisons sont pillées ; le lundi de Pentecôte, 28 mai, deux émeutiers sont tués. Le retour à l’ordre se fit avec le plus grand mal et le maire dut céder aux insurgés qui demandaient un impôt par « capitation ». Mais le problème financier de la ville n’est en rien réglé. En mai 1643 le roi meurt peu après Richelieu, si bien que s’ouvre une période dangereuse de vacance du pouvoir. La ville est alors secouée par deux vagues d’émeutes : au printemps et surtout en automne. Les premières sont des troubles de subsistances, à l’automne, c’est une réaction au rétablissement d’un droit ancien sur le vin. Mais à cette date et contrairement à 1640, le maire n’est pas seul et c’est l’intendant de Heere qui mène la répression. Ces émeutes ne sont pas les plus graves qu’ait connues la France à cette date ; elles ne sont en rien « révolutionnaires » et l’autorité du roi n’est pas menacée ; les Tourangeaux ne contestent même pas l’impôt mais se plaignent des méthodes des fermiers, qu’ils accusent aussi de tromper le roi. L’attitude des élites urbaines n’a pas été nette ; elles ont bien souvent laissé faire et n’ont aidé à la répression que lorsque la peur des émeutiers ou de la réaction royale est devenue la plus forte.

25Sans doute ne faut-il pas noircir le tableau : la vie à Tours n’est pas plus troublée qu’ailleurs. Les occasions de fête et de réjouissance ne manquent pas : pour célébrer une naissance royale ou une victoire un Te Deum est chanté à la cathédrale et des feux de joie sont organisés ; des processions parcourent régulièrement les rues et chacun est attentif à occuper son rang ; les disputes autour du protocole ne sont pas rares entre par exemple le corps de ville et les chapitres… On accueille dignement les grands de ce monde : l’échevinage leur offre des coffrets de « confitures sèches ». Le roi passa à Tours en 1615 puis en 1616 ; en septembre 1619 c’est au château de Couzières à Montbazon, qu’il se réconcilie avec sa mère ; il séjourna plusieurs fois dans la vallée de la Loire mais surtout pour surveiller le Poitou voisin où se développaient des troubles dus aux nobles et aux protestants. Mais il faut rappeler une constante de l’Ancien Régime à Tours : le milieu intellectuel laïque reste « pauvre », comme au xve siècle ; la ville n’a pas d’université au contraire de ses voisines, Angers, Orléans, Bourges ; le collège dirigé par les jésuites fonctionne mieux qu’avant mais il souffre de sa trop grande proximité avec la Flèche. Au contraire au début du xviie siècle la ville est un foyer de vie religieuse intense ; Mgr Bertrand d’Eschaux a sans doute contribué à l’implantation du jansénisme mais cette spiritualité ne différait guère dans sa rigueur de celle qui se développait dans les centres de vie religieuse qu’étaient les nouveaux couvents, ceux qu’a connus Marie Guyard.

Note

1 Publication : Marie Guyard de l’Incarnation. Un destin transocéanique, Tours 1599 – Québec 1672, Françoise Deroypineau dir., Actes du colloque de Tours, mai 1999, Paris, l’Harmattan, 2000, 415 p., p. 55-68.

2 B. Chevalier, Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 153.

3 La publication de l’Histoire de la mairie de Tours rédigée par Benoît de la Grandière au xviiie siècle, dans les Mémoires de la Société Archéologique de Touraine est restée inachevée et le manuscrit a disparu en juin 1940.

4 C. Petitfrere, « Une Ville mise en scène : Tours d’après l’iconographie générale des xvi-xviiie siècles », dans : Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, Tours, MSV, 1998, p. 175-210.

5 « La Touraine en 1638 », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, t. IV, 1885, p. 177.

6 B. Maillard, « Religion et société. Les protestants de Tours au xviie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, n° 4, p. 539-562.

7 P. Chaunu et G. Bollon, « Minorité broyée et malthusianisme », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1970, n° 4, p. 494.

8 B. Maillard, « Les Hommes et la mort à Tours au xviie siècle », dans Villes, bonnes villes, cités et capitales, Tours, Publications de l’Université, 1989, p. 79-88.

9 Ainsi en 1631 un trésorier de France refuse de rester en ville car, s’il meurt, sa famille perdra son office qui vaut 70 000 livres.

10 D. Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 543 et 661-662.

11 Elle s’installa dans l’hôtel de la Petite Bourdaisière, site futur du couvent des Ursulines.

12 M. Puzelat, Les Soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648, mémoire de maîtrise, université de Tours, 1971.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540