Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Quatrième partie. La ville, pouvoirs, économie, société

Ville neuve et géographie des pouvoirs : l’intégration de Richelieu dans le système urbain régional et ses conséquences1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : La Vie politique dans les petites villes françaises du Moyen Âge à nos jours, R. Ple (...)
  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, E 146, copie des lettres patentes données à Fontaineble (...)
  • 3 Lavedan, J. Huguenet et al., L’Urbanisme à l’époque moderne, Genève, 1982, p. 17, 26 et 88.

1En 1631 Richelieu obtient par lettres patentes de Louis XIII l’autorisation de fonder près du château qu’il fait édifier dans les terres familiales sur son lieu de naissance un « bourg clos2 ». Cette ville, – car ce « bourg » reçoit tous les attributs d’une ville –, est donc née de la volonté du ministre principal du roi ; elle est établie dans un site et une situation qui sont plutôt répulsifs, dans une région purement agricole et sans grande richesse, dépourvue de voies de communication car éloignée de la vallée de la Loire ; mais au contraire de Henrichemont3 la ville de Sully, non seulement Richelieu dans son ensemble château et ville fut achevé pour l’essentiel dans des délais extrêmement brefs qui lui assurèrent une grande homogénéité mais encore tous les moyens furent mis en œuvre pour que se développe et se maintienne la ville. Bien que celle-ci ait été associée à un château que l’on peut qualifier de royal, il est évident que Richelieu savait qu’elle ne pouvait être une capitale politique mais elle a une signification politique, c’est un monument élevé à la gloire d’un homme et d’un lignage.

  • 4 L. Bosseboeuf, « Histoire de Richelieu et des environs », Mémoires de la Société archéologique de (...)
  • 5 Marvick, « Richelieu le mécène. Perspectives psychologiques », L’Âge d’or du mécénat 1598-1661, Pa (...)
  • 6 J. Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1990, p. 117127 et p. 324.

2En même temps que l’autorisation de construire une ville4 pour laquelle il choisit Lemercier, son architecte parisien5, Richelieu obtient que le roi érige en duché-pairie l’ensemble féodal dont le domaine familial n’est que le tout petit noyau ; en utilisant la faveur royale et en exploitant les difficultés financières des nobles de la région le cardinal a réussi à s’emparer de toutes les grandes seigneuries du voisinage et à en éloigner des familles beaucoup plus prestigieuses que la sienne6 ; il acquiert Champigny et Mirebeau, il se fait accorder par le roi la terre de Chinon etc. Il constitue ainsi un vaste domaine qui permet à sa lignée de s’élever dans la hiérarchie féodale tandis qu’il emploie tous les moyens pour réduire la puissance des grands nobles, et il édifie une ville fortifiée quand il fait abattre ailleurs châteaux et fortifications.

3Par le hasard de la naissance du cardinal cette ville se situe dans la zone des confins du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine, zone qui vient de jouer au xvie siècle un important rôle dans la vie religieuse et militaire de la France : l’implantation et l’essor du calvinisme puis les troubles des guerres de religion l’ont directement concernée. Le roi et son ministre devaient affirmer l’autorité de l’État et de l’Église. À moins de 20 kilomètres de là se dressait une cité qu’on a pu appeler une « deuxième La Rochelle » bien qu’elle n’ait jamais connu le sort dramatique du port protestant. Loudun est au début du xviie siècle une ville aux fonctions administratives et judiciaires importantes, un centre intellectuel, une cité prospère et surtout une des places de sûreté des Réformés, appuyée sur un redoutable château fort dressé à l’entrée du Poitou. La ville a abrité un synode en 1610 puis les conférences qui portent son nom en 1616 ; mais elle ne s’est pas soulevée au temps de la guerre de La Rochelle. Son Église est solidement « plantée » et dispose des services de deux ou même trois pasteurs permanents ; son temple reconstruit en 1589 pouvait accueillir, diton, 3000 personnes.

  • 7 Saugrain, Nouveau Dénombrement du royaume par généralités, élections, paroisses et feux, Paris, 17 (...)
  • 8 J. Meyer, Études sur les villes en Europe occidentale (milieu du XVIIe à la veille de la Révolutio (...)

4Dans cette contrée où les communautés rurales sont de taille très réduite, on remarque qu’à la fin du xviie siècle le système urbain comporte trois niveaux d’agglomérations : il s’agit d’abord de très petites villes, plutôt de gros bourgs avec environ 400 feux (Mirebeau, Trois Moutiers, Montreuil Bellay) ; puis des villes déjà importantes, Chinon, Thouars, Loudun, Richelieu qui ont toutes entre 850 et 1050 feux vers 17207 et sont distantes d’une vingtaine de kilomètres seulement. Enfin, deux véritables villes, Saumur et Châtellerault, dépassent 1500 feux à la même date mais se dressent en fait hors de cette zone de contact. Dans cet ensemble la présence si rapprochée de ces quatre villes de même taille, environ 3500 à 4500 habitants, peut paraître étonnante, même si la région connaît un isolement dû surtout à l’absence de rivières navigables8. Trois de ces cités sont très anciennes et ont un riche passé historique : en témoigne la présence de châteaux forts et de fortifications urbaines, qui sont en partie ruinés en ce début de xviie siècle. Une seule exception, Richelieu, qui possède elle aussi château et murs mais dont le caractère récent et peu défensif éclate. Son insertion tardive dans le semis urbain de cette région explique le nombre élevé de villes moyennes remarqué plus haut. Il est donc intéressant de voir comment le cardinal a conçu son développement et dans quelle mesure elle a pu trouver sa place mais aussi modifier les fonctions des villes voisines.

5Pour être vraiment une ville selon les conceptions du temps et certainement celles de Richelieu, la ville nouvelle devait être entourée de murs qui définissent l’espace clos où s’exercent les privilèges accordés à toute « bonne ville » : ce fut l’exemption de la taille pour les débuts, puis un « abonnement » à la modique somme de 200 livres tournois ; la charge financière dans le plat pays en fut sans doute accrue.

  • 9 Le domaine de Chinon acheté en 1631 ne pouvait être annexé au duché pairie puisqu’il appartenait a (...)
  • 10 G. d’Espinay, « Le Bailliage de Loudun », Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d (...)

6Les lettres patentes de fondation ne prévoyaient pas les institutions à établir dans la ville ; celles dont elle fut dotée traduisent bien le choix du cardinal qui de façon claire lui assigna les fonctions que l’on trouve dans la plupart des villes du temps, justice et administration d’une part, commerce de l’autre ; il voulut en outre lui assurer un rôle religieux fort et en faire un centre intellectuel de grand rayonnement. La première des fonctions est celle de la justice qui de plus, « attire les bâtisseurs » puisqu’il faut loger officiers et auxiliaires de la justice ; aussi fait-il hâter la construction de l’auditoire pour la cour ducale. La ville devient rapidement le siège d’une élection par transfert de celle de Mirebeau et le siège d’un grenier à sel aux dépens de Loudun. Par contre, Richelieu se garde bien de se dessaisir du pouvoir judiciaire ; il organise la justice dans le cadre du duché pairie : grâce à l’exercice du seul pouvoir « régalien » qui peut encore partiellement être exercé par les seigneurs, Richelieu affirme et étend sa puissance. Ainsi que le prévoient les lettres patentes de 1631 les deux baronnies achetées en 1628, l’Isle-Bouchard et Mirebeau, conservent leurs justices qui relèvent en appel de Richelieu, mais désormais leurs officiers sont choisis par le cardinal ; la justice des terres de Faye et de Ceaux connaît le même sort et en 1635 la juridiction s’étend encore avec l’absorption des terres de Champigny puis de la Chapelle-Bellouin et de Saint-Cassien9. En 1633, il obtient comme nouveau privilège que la cour ducale relèverait nuement du Parlement de Paris, sauf pour les cas royaux dont le siège royal de Saumur doit continuer à connaître10. Ainsi il ne fait pas créer un bailliage royal dont les officiers l’auraient emporté sur les siens.

7L’essor des fonctions administratives devait entraîner celui du commerce et de l’artisanat ; sachant que cette dernière activité ne pouvait être appelée à un grand développement, Richelieu accorda à la ville des franchises qui lui permirent de ne pas connaître de métiers jurés ; le travail y resta totalement libre, une petite manufacture textile s’y développa. L’essor du commerce devait être facilité par la franchise des droits, en particulier sur le vin, qui attira nombre de cabarets et d’auberges le long de la Grand Rue.

  • 11 L. Mezadri et J.M. Roman, Histoire de la Congrégation de la Mission, Paris, 1994, p. 6668.
  • 12 Il faut cependant préciser que le séminaire de Tours fut confié en 1680 aux lazaristes.

8Étant donné la situation religieuse de la région Richelieu a voulu faire de sa ville un centre de reconquête catholique ; c’est pourquoi il fit appel dès 1638 à saint Vincent de Paul qui établit à Richelieu une des premières maisons de la Mission fondées en province ; on répétait à Richelieu ce qui s’était fait sur les terres de la famille de Gondi11. La cure de Richelieu fut unie à la Mission en avril 1646. Cette maison resta la seule que connut la Touraine12 et abrita un clergé nombreux car selon les vœux du fondateur, il devait organiser régulièrement des missions dans toute la campagne. Pour éviter sans doute tout problème il ne fut établi aucune autre institution religieuse, ni chapitre alors qu’il en existait un à Loudun ou à Champigny, ni couvent de capucins alors qu’un se créa à Loudun. Les deux maisons de religieuses, les sœurs grises et les filles de Notre-Dame, bien que modestes jouèrent un rôle charitable essentiel et soignèrent de très nombreux pauvres, en particulier lors des crises.

9Enfin, le projet de Richelieu, – et c’est une de ses originalités –, comportait un aspect intellectuel très ambitieux qui s’inscrit parfaitement dans sa pensée et son œuvre. Ce dessein se voit dans le plan de la ville qui était organisée autour de deux pôles géographiquement opposés, deux places au bord desquelles s’élevait du côté le plus proche du château l’église, et à l’autre bout l’Académie où devaient enseigner pas moins de trente professeurs et maîtres divers ; le programme d’éducation élaboré était très nouveau, si bien que cette institution devait éclipser non seulement le modeste collège de Loudun mais aussi l’Académie de Saumur. Cet établissement n’eut qu’une brève existence ; son échec est patent.

  • 13 R. Mousnier (éd.), Lettres et mémoires adressés au chancelier Séguier, Paris, 1964, t. 1, p. 248.
  • 14 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 681.

10Ce n’est donc pas la volonté d’améliorer le fonctionnement de l’administration qui entraîna le développement ou le transfert à Richelieu de différentes institutions. L’élection de Richelieu fonctionne dès 1634 : une lettre envoyée par J. d’Étampes de Valençay, intendant de Tours, au chancelier Séguier la place parmi celles qui sont surchargées dans la généralité de Tours13. Le transfert à Richelieu de l’élection de Mirebeau créée en 1577 permet certes de placer dans une position plus centrale le chef lieu, Mirebeau étant très décentrée vers le sud et très proche de la frontière avec le Poitou. En même temps la circonscription est agrandie ; elle annexe la partie orientale de l’élection de Loudun et est étendue vers le nord : en mai 1634, 18 paroisses sont enlevées à l’élection de Chinon et sont rattachées par lettres patentes à celle de Richelieu14 ; du coup les officiers des tailles de Chinon réclament des dédommagements pour le « moins perçu » de leurs différentes « taxations » qui sont proportionnelles au nombre des collectes comprises dans l’élection. Ces paroisses sont celles qui composent la baronnie de l’Isle-Bouchard incorporée au duché-pairie et il s’agit donc de faire coïncider au mieux géographie administrative et seigneuriale. Mais ainsi l’élection de Richelieu englobe des paroisses d’ailleurs assez pauvres situées au nord de la Vienne, et s’étend désormais sur une bande de 72 km de long pour 29 environ de large. De plus cette modification territoriale explique l’étrange configuration de l’élection de Chinon qui prend l’allure d’un Z aplati : à vol d’oiseau entre Candes et le Grand-Pressiguy on compte 70 km ; en son centre, la circonscription connaît un étranglement de 5 km de large ; deux paroisses au moins touchent à la fois au nord à l’élection de Tours et au sud à celle de Richelieu tout en étant dans celle de Chinon. Les élections devenant de plus en plus des zones d’administration générale, la situation de certaines paroisses confine à l’absurde.

  • 15 L. Bretèche, Le Grenier à sel de Richelieu et le faux saunage 1727-1750, mémoire de maîtrise, Univ (...)
  • 16 G. Cabourdin, « Gabelle et démographie en France au XVIIe siècle », Annales de démographie histori (...)

11Le transfert du grenier à sel de Loudun à Richelieu est décidé lui aussi en mai 163415 ; il ne s’accompagne d’aucune modification territoriale et il éloigne considérablement vers le nord-est le dépôt et le tribunal : Richelieu est à 5 km au sud de la frontière du grenier de Chinon mais à 36 km de la frontière occidentale et à 40 de la limite méridionale de son grenier. Le ressort en est vaste : il couvre à peu près 1500 km2 et comprend 111 paroisses où vivent environ 25000 gabellants, soit 33000 habitants16, c’est le plus vaste des greniers d’impôt en Touraine. De plus il forme une poche qui s’avance nettement à l’intérieur des pays rédimés de gabelle ; la frontière est très longue ; ainsi se trouvent englobées pour leur plus grand malheur dans les pays de grande gabelle quelques régions du Poitou. Ce tracé est un cas unique sur les frontières méridionales du « grand party ».

12Les inconvénients de cette situation apparurent vite mais comme la duchesse d’Aiguillon réussit à empêcher le rétablissement d’un grenier à Loudun, on y créa en 1666 une « chambre du sel » qui n’était qu’un simple dépôt facilitant l’approvisionnement en sel de la région. C’est en 1727 qu’un véritable redécoupage fut réalisé dans le cadre de la grande réforme des greniers ; les limites entre pays rédimés et pays de grande gabelle ne furent pas modifiées mais la géographie des ressorts fut profondément transformée sur les confins de l’Anjou et de la Touraine, de Bourgueil à Loudun ; le ressort du grenier à sel de Richelieu fut divisé en trois grâce à la création de greniers à Loudun et à Mirebeau ; celui de Richelieu conserva 31 communautés de l’ancien ressort auxquelles furent ajoutées 14 communautés enlevées à celui de Chinon ; les greniers furent désormais plus restreints et plus cohérents.

13Il y eut donc trois changements dans la géographie de l’administration judiciaire, civile et financière :

  • – un simple transfert de siège sans modification de ressort, celui du grenier à sel ; les officiers sont contraints de déménager. La ville de Loudun perd donc cette institution mais elle comptait peu d’officiers ; le personnel le plus nombreux se trouvait dans les brigades de surveillance réparties dans une bande de territoire le long de la frontière. Les conséquences furent beaucoup plus dramatiques pour les collecteurs du sel obligés de se rendre de très loin et dans des conditions contraignantes au siège du grenier à sel. Au milieu du siècle, ces malheureux sont nombreux à mourir dans les prisons de Richelieu. Malgré l’organisation des zones de « dépôts » dans les pays rédimés, c’est-à-dire d’une zone de 5 km de large où 1’achat de sel est rationné, la surveillance est difficile à assurer et le tribunal chargé de la répression est trop loin ; dans les temps troublés du xviie siècle, surtout lors des guerres, le faux saunage fait en particulier par les troupes est très actif.
  • – un transfert de siège avec modification du territoire concerné : c’est le cas de l’élection. Les officiers, d’autant plus nombreux que les offices sont dédoublés ou même détriplés, quittent Mirebeau pour s’installer, eux aussi de mauvais gré, à Richelieu entraînant avec eux un groupe important d’auxiliaires de la justice, puisqu’à cette période l’activité est grande et les poursuites sont fréquentes contre les collecteurs de la taille. Mais Mirebeau n’est pas la seule ville à souffrir de ce transfert ; Chinon et Loudun sont aussi touchées par la réduction du ressort de l’élection : si le nombre d’officiers n’y diminue pas, leurs pertes financières sont sensibles ; l’activité administrative et judiciaire baisse.
  • – apparemment les institutions de la justice royale ordinaire restent à l’écart de ces changements : Loudun, Chinon et Saumur conservent leur siège royal (bailliage ou sénéchaussée), ne perdent aucun office. En réalité, l’établissement de la cour ducale dont la juridiction est étendue et qui jouit de privilèges importants affaiblit l’activité de ces tribunaux : en 1721 le lieutenant général du bailliage de Chinon argue de la création des duchés de Richelieu et dans une moindre mesure de celui de Luynes pour demander une réduction de moitié dans l’évaluation de la valeur de son office17.
  • 18 L. Carbonneau-Lassay, « Les Châteaux de Loudun d’après les fouilles archéologiques », Mémoires de (...)
  • 19 G. Légué, Urbain Grandier et les possédées de Loudan. Documents inédits de M. Charles Barbier, Par (...)
  • 20 Pour la première moitié du xviie siècle, les registres de décès qui sont tenus à part de ceux des (...)

14Le développement des fonctions « tertiaires » de Richelieu s’est donc fait aux dépens de trois agglomérations, Chinon, Mirebeau et surtout Loudun. Cette dernière était la plus proche de la nouvelle ville et sans doute la plus visée par Richelieu car elle réunissait tout pour déplaire au cardinal ministre et essuyer les effets de sa volonté de réduction à l’ordre. Loudun est alors à tous points de vue beaucoup plus importante que Richelieu et son histoire mouvementée défraie la chronique des années 1630. Au début de cette décennie, – et il y a au moins une coïncidence avec la fondation de Richelieu –, les épreuves la frappent. La ville fait partie des places fortes que Richelieu veut faire démanteler comme Mirebeau ou Thouars. L’ordre d’abattre le château18 arrive en 1628 et Laubardemont vient à Loudun pour surveiller sa destruction ; en 1632 c’est au tour du donjon malgré les requêtes instantes présentées par le gouverneur de la ville et du château, Jean d’Armagnac, premier valet de la chambre du roi. Selon d’Armagnac, « on croyait que tout serait abattu même les murailles de la ville, pour anéantir d’autant la ville et sa juridiction, qu’un conseiller de la cour va bien retrancher, […] pour établir le duché pairie de la ville de Richelieu » (ce qui n’est pas tout à fait exact puisque le bailliage de Loudun n’a pas été déplacé). Les habitants sont partagés19 : les notables catholiques voient dans le château la source de dépenses trop lourdes ; d’autres craignent qu’à la faveur de sa disparition les troubles entre catholiques et protestants ne renaissent ou que la ville ne puisse se défendre contre les brigands ; pour d’autres enfin sans forteresse Loudun sera réduit à l’état de « bourgade ». Loudun subit aussi les effets d’une terrible peste en 1631-1632 qui ravage toute la région20 : le corps de ville doit prendre des mesures d’urgence.

  • 21 R. Mousnier, L’Homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, 1992, p. 555.

15Le sort de Loudun s’aggrave encore quand à partir de l’été 1632 se multiplient les scènes de possession au couvent des ursulines, événements qui attirent à nouveau l’attention sur Urbain Grandier dont les démêlés avec une grande partie de la bonne société et du clergé régulier, les carmes en particulier, ont commencé avant l’affaire de la possession. Tout est fini le 18 août 1634. Au moment même où l’entrée ouverte dans la guerre de Trente ans devient inéluctable et après la « journée des dupes », en luttant aussi bien contre la puissance réformée à l’intérieur que contre la sorcellerie, le roi et son ministre agissent en champions du catholicisme aux yeux des dévots français et de l’Europe21. Richelieu ville symbole de la puissance du cardinal et instrument de la reconquête catholique doit l’emporter sur Loudun.

16Si l’on compare l’évolution démographique connue par Richelieu et Loudun on constate évidemment une croissance rapide pour Richelieu partie de rien : le nombre annuel des baptêmes y dépasse 100 à partir de 1655 et 150 après 1672, puis reste stable. À Loudun, on note dans la seconde partie du siècle une chute de population. Si on s’en tient au total annuel des baptêmes enregistrés, celui-ci augmente jusqu’à 350 au milieu du siècle, puis connaît une stabilisation et enfin une décrue qui s’accentue dans la période 1661-1670. S’il y a départ d’habitants vers Richelieu, il est tardif et les effets en semblent limités : les registres paroissiaux de Richelieu, malheureusement imprécis sur ce point, gardent peu de traces d’arrivées de Loudunais.

  • 22 B. Maillard, « Population et démographie. Les protestants de Tours au XVIIe siècle », Annales de B (...)
  • 23 Benedict, The Huguenot Population of France, 1600-1685, Philadelphie, 1991, p. 121.
  • 24 E. Benoît, Histoire de l’édit de Nantes, Delphes, 16931695, t. III, p. 145. Loudun garde cependant (...)
  • 25 Bibliothèque municipale de Tours, ms 1209, mémoire concemant la généralité de Tours, f°11 bis.
  • 26 S. Mours, Le Protestantisme en France au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 194.

17À Loudun le déclin de la population réformée est très net en chiffres absolus et relatifs. Les baptêmes de RPR, peut-être gonflés par les baptêmes de quelques enfants extérieurs à la ville, se maintiennent à un niveau élevé dans les premières décennies du siècle (entre 95 et 100 par an de 1622 à 1640, soit deux fois plus qu’à Tours (54,6)22 ou à Saumur (40)23 entre 1632 et 1639) mais ils sont déjà moins nombreux que les catholiques. À partir de 1641 ils commencent à diminuer très nettement ; leur baisse est donc antérieure à la prise de pouvoir par Louis XIV. Ils passent en dessous de 50 (48,5) entre 1671 et 1680 et pour les années avant la Révocation ils ne sont plus que 32,5 ; sans doute quelques conversions se sont-elles produites sous l’effet de la fondation à Loudun de plusieurs couvents de la Contre-Réforme (carmes, ursulines, calvairiennes, visitandines et pour finir religieuses de l’Union chrétienne en 1672) tandis que le collège protestant disparaît en 163524. Plus certainement l’exode a déjà commencé ; mais pourquoi ? Est-ce l’effet de la peur provoquée par la destruction du château, celui de la création de Richelieu et de l’affaiblissement des fonctions administratives et judiciaires de la ville où les réformés sont des notables ? Il ne semble pas qu’ils aient eu la réaction des « minorités broyées » qui limitent leurs naissances : si l’on estime d’après Miromesnil25 que le nombre de familles réformées était de 160 en 1685, leur natalité est entre 1680 et 1684 de 41 ‰ et le rapport B/M entre 1679 et 1683 de 4,2. La ferveur religieuse s’était attiédie : à l’arrivée des dragons en août 1685, la masse se convertit « sans trop attendre » sur le conseil de deux Anciens26. Ce n’est pas la révocation de l’édit de Nantes qui a provoqué l’affaiblissement de la communauté réformée mais elle l’a achevée. Selon le mémoire de l’intendant Miromesnil en 1698, seulement 40 familles soit 200 personnes seraient parties, tandis qu’il resterait 118 familles de nouveaux convertis.

18Le nombre de baptêmes catholiques l’emporte dès le début du siècle sur celui des RPR ; dans la première moitié du xviie siècle, il augmente de 86 % et il culmine à 287 entre 1641 et 1660, chiffre qui ne fut plus jamais retrouvé au xviie ou au xviiie siècle. En même temps le poids démographique relatif des catholiques augmente. Le nombre de leurs baptêmes commence à diminuer un peu plus tard que celui des protestants, sans doute avec la crise de 1661-1662 qui est très forte et frappe une population en expansion, cassant définitivement la croissance. À ce moment toute la population est atteinte par les mêmes maux, ceux de la guerre et de la crise économique et la chute ne s’arrête pas avant la fin de la décennie 1760.

  • 27 Saugrain, Dénombrement du royaume, Paris, 1709.
  • 28 Saugrain, Nouveau Dénombrement du royaume, Paris, 1720.
  • 29 À Loudun on compte alors 153 baptêmes en moyenne par an et à Richelieu 126.

19À la fin du xviie siècle, une comparaison entre les effectifs de feux pour Loudun et Richelieu peut être tentée malgré les incertitudes qui pèsent sur les estimations démographiques pour la seconde. Dans les années 168027, Loudun (1475 feux, au moins 6000 habitants) est encore nettement devant Richelieu (917 feux, soit environ 4000 habitants). Le chiffre fourni par le mémoire de Miromesnil de la fin du xviie siècle est proche de 1300 (1280) feux pour Loudun, donc une population d’environ 5000 (entre 4900 et 5300) habitants mais pour Richelieu le chiffre de 1440 feux est inacceptable puisqu’il octroie à la ville un essor de 57 % dans ces années difficiles alors que le nombre annuel de baptêmes (145/an) est inférieur à celui de Loudun. La population est sans doute proche de 4000 habitants, ce chiffre étant plausible si on tient compte de la présence de domestiques assez nombreux ; l’effectif de feux à Richelieu est alors sans doute légèrement inférieur à 1000. C’est donc que la ville connaît une certaine stabilité tandis que le déclin de Loudun continue (environ 13 % entre 1685 et 1696) et s’aggrave au début du xviiie siècle. Au temps de la Régence la population de Richelieu se stabilise mais elle est passée devant celle de Loudun. Vers 172028, Richelieu a 900 feux et Loudun 860 feux, tandis que Mirebeau est vraiment dépassé (401 feux). Pourtant la situation se retourne rapidement au profit de Loudun : selon le mémoire sur la généralité de Tours en 1762-1766, Loudun abrite 983 feux (4400 habitants environ) soit 200 feux de plus que Richelieu (780 feux, 32500 habitants). Au cours des deux décennies 1770-79 et 1780-89, Loudun assure son avance29.

  • 30 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.

20La création de Richelieu n’a donc pas provoqué d’importants bouleversements dans le système urbain de la région ; sans doute même a-t-elle facilité la vie des paysans en rapprochant d’eux les services dont ils peuvent avoir besoin et une fois rétabli le grenier à sel de Loudun, les habitants du Loudunais n’ont plus eu à en pâtir. Pour la fin du xviie siècle, Loudun souffre encore un peu de la perte d’activité administrative causée par la création de Richelieu mais son déclin est bien davantage dû à l’affaiblissement de son rôle militaire et stratégique et à la crise économique générale aggravée en son cas par le départ d’une bonne part de la communauté huguenote. En fait les deux villes s’ignorent : en 1762 il n’y a pas encore de route pour les relier30, mais la rancune de Loudun envers Richelieu reste tenace. Cette dernière n’a pas vraiment trouvé place dans le réseau urbain et sur le long terme la hiérarchie urbaine n’a pas été modifiée. On a simplement pendant un temps un dédoublement des fonctions urbaines : la ville de Richelieu joue le même rôle que Loudun et a par exemple un subdélégué ; en 1727 elle conserve son grenier à sel.

21Quant à Richelieu il est heureux pour elle que le cardinal ait fait preuve d’énergie dans cet énorme chantier et que tout, ou presque, ait été achevé avant sa mort car après Madame d’Aiguillon ses héritiers s’en désintéressèrent. La ville subsista parce que Richelieu lui avait donné les moyens de jouer un rôle de commandement sur le plat pays et que ces institutions ne lui furent pas ôtées après la mort du cardinal. Mais elle ne connaît alors aucun réel développement et elle n’exerce pas une grande attraction sur la population de la région malgré les différents privilèges dont elle continue à jouir, l’étude des déclarations de délogement conservées pour le xviiie siècle le prouve. Le secteur le plus actif est celui du commerce : les marchés attirent grâce à l’absence des différents droits de marché.

  • 31 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 337.

22À la fin du xviiie siècle, Loudun est deux fois et demi moins peuplée qu’au temps de son apogée au milieu du xviie siècle (entre 1641 et 1650) mais sa population a recommencé à croître depuis les années 1760, au contraire de celle de Richelieu. Il faut sans doute imputer cette évolution au développement du commerce : la région expédie grains, vins et eaux-de-vie vers Saumur31. Elle offre des services plus abondants à la population rurale : les notaires y sont six, trois médecins et surtout 10 chirurgiens y résident ; en 1786 Richelieu abrite deux médecins et quatre chirurgiens. Ensuite, l’écart entre les deux villes n’a cessé de croître ; au recensement de 1990 Richelieu comptait un tiers d’habitants en moins par rapport à la fin du xviiie siècle et dépassait tout juste le seuil de population nécessaire pour être considérée comme une ville ; depuis la Révolution elle n’est plus qu’un simple chef-lieu de canton. Le caractère artificiel de la création de Richelieu est vite devenu manifeste. Des villes que la France a vu créer au xviie siècle, trois (Henrichemont, Richelieu et Versailles) ont en commun entre autres d’être nées d’une volonté politique et de l’attachement d’un homme à un lieu ; une seule, Versailles, a réussi. Preuve s’il en fallait encore de la permanence et de la stabilité du réseau urbain ancien en France.

Notes

1 Publication : La Vie politique dans les petites villes françaises du Moyen Âge à nos jours, R. Plessis et J.P. Pousson dir., actes du colloque de la Société d’histoire des petites villes, Mamers-Sablé, décembre 1994, Mamers, 2002, 425 p., p. 121-130.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, E 146, copie des lettres patentes données à Fontainebleau en mai 1631 et enregistrées au parlement de Paris le 13 décembre 1631.

3 Lavedan, J. Huguenet et al., L’Urbanisme à l’époque moderne, Genève, 1982, p. 17, 26 et 88.

4 L. Bosseboeuf, « Histoire de Richelieu et des environs », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. XXXV ; C. Toulier, « L’Urbanisme de Richelieu », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, 1992, p. 785-816.

5 Marvick, « Richelieu le mécène. Perspectives psychologiques », L’Âge d’or du mécénat 1598-1661, Paris, 1985, p. 23.

6 J. Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1990, p. 117127 et p. 324.

7 Saugrain, Nouveau Dénombrement du royaume par généralités, élections, paroisses et feux, Paris, 1720, p. 177178 et 254256.

8 J. Meyer, Études sur les villes en Europe occidentale (milieu du XVIIe à la veille de la Révolution française), t. 1, Paris, 1983, p. 36.

9 Le domaine de Chinon acheté en 1631 ne pouvait être annexé au duché pairie puisqu’il appartenait au domaine du roi et le bailliage de Chinon fut maintenu ; deux siècles plus tard, un autre « ministre principal » Choiseul obtint du roi la transformation du bailliage royal d’Amboise en bailliage ducal.

10 G. d’Espinay, « Le Bailliage de Loudun », Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d’Angers, t. IV, 1890, p. 315-353.

11 L. Mezadri et J.M. Roman, Histoire de la Congrégation de la Mission, Paris, 1994, p. 6668.

12 Il faut cependant préciser que le séminaire de Tours fut confié en 1680 aux lazaristes.

13 R. Mousnier (éd.), Lettres et mémoires adressés au chancelier Séguier, Paris, 1964, t. 1, p. 248.

14 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 681.

15 L. Bretèche, Le Grenier à sel de Richelieu et le faux saunage 1727-1750, mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1991, p. 1315.

16 G. Cabourdin, « Gabelle et démographie en France au XVIIe siècle », Annales de démographie historique, 1969, p. 302.

17 Archives départementales d’Indre-et-Loire, E 146. L’office du lieutenant général au bailliage de Chinon est évalué 16000 livres tournois, son détenteur demande la modération à 8000 livres tournois le 6 juin 1726.

18 L. Carbonneau-Lassay, « Les Châteaux de Loudun d’après les fouilles archéologiques », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. 8, 1915, p. 435469. En 1569 sur l’ordre de Charles IX, F. du Plessis avait commencé à faire démanteler château et enceinte ; le château, mais non l’enceinte, avait été réparé à plusieurs reprises.

19 G. Légué, Urbain Grandier et les possédées de Loudan. Documents inédits de M. Charles Barbier, Paris, 1880, p. 146149.

20 Pour la première moitié du xviie siècle, les registres de décès qui sont tenus à part de ceux des baptêmes sont conservés de façon très lacunaire et ont disparu, en particulier pour les années 1631-1632 ; il n’est donc pas possible d’évaluer le nombre des victimes de l’épidémie.

21 R. Mousnier, L’Homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, 1992, p. 555.

22 B. Maillard, « Population et démographie. Les protestants de Tours au XVIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, n° 4, p. 543-544.

23 Benedict, The Huguenot Population of France, 1600-1685, Philadelphie, 1991, p. 121.

24 E. Benoît, Histoire de l’édit de Nantes, Delphes, 16931695, t. III, p. 145. Loudun garde cependant une communauté suffisamment vivante pour abriter encore en 1659 un synode national, qui fut le dernier.

25 Bibliothèque municipale de Tours, ms 1209, mémoire concemant la généralité de Tours, f°11 bis.

26 S. Mours, Le Protestantisme en France au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 194.

27 Saugrain, Dénombrement du royaume, Paris, 1709.

28 Saugrain, Nouveau Dénombrement du royaume, Paris, 1720.

29 À Loudun on compte alors 153 baptêmes en moyenne par an et à Richelieu 126.

30 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.

31 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 337.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540