Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Conclusions : Vraies et fausses ruptures de 1981

Gérard Grunberg

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours de la décennie 1971-1981, les socialistes ont développé un triple projet de rupture, rupture avec le capitalisme dont la première étape devait être un large programme de nationalisations, rupture avec le fonctionnement du régime de la Ve République par un retour à son acception parlementariste et rupture avec une vision centralisée du fonctionnement de l’économie et de la société par la mise en œuvre du concept d’autogestion. Entre 1980 et 1983, ce triple projet de rupture a été abandonné. Après la grande vague de nationalisations de 1981-1982, le projet de rupture avec le capitalisme a cédé progressivement la place à des politiques de modernisation et d’adaptation aux contraintes de l’économie de marché qui, plus tard sous les gouvernements de droite comme de gauche, ont débouché sur des politiques de privatisations. Dans sa nouvelle déclaration de principes de 2008, le PS a clairement opté pour l’économie de marché. Le projet de rupture avec le « régime de pouvoir personn...

Auteur

Directeur de recherche émérite, Centre d’études européennes, Sciences Po Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540