Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Troisième partie. Un parti pour changer la vie ?

Au nom de la rose : la révolution communicationnelle des années 1970 ?

Pierre-Emmanuel Guigo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Être socialiste, c’est propagander. » Cette formule tirée du chapitre « propagande » du volume « Le Parti socialiste en France » de Paul Louis dans L’Encyclopédie socialiste, illustre l’importance de la propagande dans l’histoire du socialisme français1. À l’époque le terme n’a rien de péjoratif2 : il s’agit d’exprimer ses idées et de faire de l’éducation prolétarienne afin d’éveiller la classe ouvrière à l’idéal révolutionnaire. La diffusion du socialisme n’est pas une invention des années 1970 et, même s’il existe de multiples nuances entre la propagande3 et la communication, telle qu’elle se forge à l’époque, il faut bien admettre que cette dernière est un idéal ancien, au fondement même de l’identité socialiste, en tant que pont entre le parti et les citoyens. Comme le souligne Raphaël Brémondy, la propagande constitue un lien essentiel entre les socialistes, et ce, avant même leur formation en parti4. Mais loin d’être liée à l’idée de manipulation que le terme revêt aujourd’h...

Auteur

Doctorant, CHSP

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540