Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. L’encadrement social du monde rural

De la ville à la campagne : les pays de la Loire moyenne au xviiie siècle

Mise en place d’une politique d’aide sociale en faveur des ruraux1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Le Social dans la ville en France et en Europe 1750-1914, Jacques-Guy Petit et Yanni (...)

1Au xviiie siècle, les mesures d’action sociale en faveur des ruraux ne peuvent venir que de la ville et des autorités administratives puisque les communautés des campagnes sont dépourvues d’institutions hospitalières, de ressources financières et de solide organisation municipale (au moins jusqu’en 1787). Mais on est en droit de se demander s’il était possible de concilier l’intérêt immédiat des populations des campagnes avec les exigences de la liberté économique instaurée par les physiocrates, liberté dont les conséquences sociales ne peuvent être immédiates. Un administrateur royal soucieux du bien public pouvait-il attendre que se produisent les effets sociaux du développement économique attendu des réformes ?

Prise de conscience

  • 2 B. Maillard, Les Campagnes de Touraine au xviiie siècle. Étude d’histoire économique et sociale, t (...)
  • 3 F.X. Emmanuelli, Un Mythe de l’absolutisme bourbonien. L’Intendance du milieu du XVIIe siècle à la (...)

2Les intendants de la généralité de Tours (Maine, Anjou, Touraine) au xviiie siècle sont considérés comme des hommes éclairés2, même s’ils n’ont pas la notoriété d’un Tourny ou d’un Turgot. À l’instar de nombre de leurs collègues3, ils ont vraiment cherché à agir en tant que commissaires du roi mais aussi comme représentants des intérêts de leur généralité, et ce d’autant plus librement qu’ils n’avaient pas à ménager les susceptibilités d’un parlement ou d’états provinciaux et qu’ils n’étaient pas à proximité immédiate du gouvernement. Comment ont-ils pu prendre en compte les exigences de la philanthropie aussi bien que celles de la physiocratie tout en appliquant la politique du gouvernement en matière d’impôt et d’ordre public ? Certaines des mesures de bienfaisance et d’assistance sont destinées apparemment à tous. Les plus pauvres sont à secourir, à soigner, à aider ; guidée par « l’amour de la justice et du bien public » comme l’écrit l’intendant Du Cluzel en juillet 1770, la bienfaisance contribuera à la régénération de toute la société. Mais l’esprit physiocratique peut trouver son compte dans la politique d’assistance développée à cette époque car les destinataires sont – et c’est nouveau – en priorité les paysans dont la place prépondérante dans le process de production est alors reconnue officiellement même si le sort des individus eux-mêmes est rarement évoqué.

  • 4 Archives nationales, G7 1632.

3Ces derniers ont jusqu’alors été en dehors du champ d’action des autorités bien que, depuis longtemps, ils soient reconnus comme plus démunis que les citadins devant la disette, la misère, la maladie et la mort. L’intendant sait que dans les années de mauvaises récoltes ils sont les premières victimes. Déjà en 1693, 1’intendant Miromesnil écrivait4 :

« Il n’y a pas de sujet d’inquiétude pour les villes principales dans lesquelles il y a sûrement plus de blé qu’il n’en faut pour atteindre le temps des moissons. Dans les villages, Monsieur, beaucoup de peuples souffrent infiniment et ont besoin de secours. aussi se jettent-ils dans les villes n’ayant de blé ni chez eux ni d’argent pour en acheter des gros laboureurs ».

4En 1786, le subdélégué de Richelieu remarque

  • 5 Archives départementales d’Indre et Loire, C.103.

« que généralement parlant les campagnes sont plus sujettes que les villes à ces sortes de malheurs [les épidémies]… ce sont toujours les plus malaisés qui sont emportés les premiers et résistent le moins longtemps5 ».

  • 6 Archives départementales d’Indre et Loire, C 103, mémoire anonyme daté de 1754 à propos de l’exten (...)
  • 7 P. Sassier, Du bon Usage des pauvres, Paris, 1990, p. 170.
  • 8 C. Duprat, Le Temps les philanthropes, t. 1. Paris. 1993, p. XVIII-XIX.

5Le discours sur le monde rural énonce bien désormais l’utilité de celui-ci mais reconnaît aussi l’absence de reconnaissance sociale qui le frappe : « Il est intéressant pour l’État de ménager la ressource de la terre qui fournit déjà bien des hommes à tous les autres genres d’occupation mais on ne voit jamais aucune autre classe lui en rendre6 ». On relève le caractère laborieux des paysans et on insiste bien souvent sur les conséquences des mortalités et de la trop grande misère. Au fond, il y a là l’idée du « contrat social » qui impose des obligations à tous ; en travaillant et en payant des impôts les paysans remplissent leurs devoirs, la société doit assumer les siens envers eux7. La bienfaisance ne peut être seulement ce sentiment que l’homme doit éprouver pour son prochain par amour de Dieu8 ; on ne note d’ailleurs jamais de référence à la charité. La croyance au progrès et la philanthropie sont porteuses d’exigences d’action immédiate, sans pensée de récompense dans l’au-delà.

  • 9 Archives départementales d’Indre et Loire, C 86, réponse à l’enquête sur les « pâtres communs » ex (...)
  • 10 Archives départementales d’Indre et Loire C 884.

6L’idée de la dignité et de « l’utilité » des vrais pauvres, ceux dont la force de travail est le seul bien, c’est-à-dire la grande majorité des paysans dans les pays de la Loire moyenne, apparaît bien dans une lettre du subdélégué du Mans en décembre 1785 : « C’est bien assez que cette classe d’hommes soit réduite à la vie la plus dure sans être forcée de livrer ses enfants à la mendicité par l’impossibilité de les rendre utiles aux cultivateurs9 ». En 1768, un négociant d’origine tourangelle déclare vouloir être « utile » à sa paroisse natale où il entend prendre sa retraite. Il veut donc fournir « de l’occupation à un grand nombre d’enfants de 8 à 12 ans qui faute d’être accoutumés dans leur jeunesse à travailler contractent un esprit de fainéantise qu’ils conservent toute leur vie et qui leur fait préférer une misère oisive à l’activité la plus utile ; [on verrait] ainsi insensiblement renaître l’amour du travail dans un pays où l’engourdissement est en quelque sorte devenu une maladie épidémique ». C’est pourquoi il souhaite développer la manufacture d’indiennes fondée depuis peu dans cette paroisse10. Cet exemple montre bien que la notion de l’utilité sociale s’impose à des esprits qui pourraient n’être occupés que de réussite financière. Ce négociant, ce citadin tourne ses regards vers la campagne et vers les enfants qu’il se soucie d’éduquer et de former au travail. Il faut les conserver à la terre et les empêcher de partir vers les villes, ces « pourrissoirs et mouroirs » où vont se perdre dans « l’excès de luxe » les paysans attirés par la condition des « gens de livrée » ou par le travail manufacturier.

7Les paysans doivent être secourus sur place et des modalités d’assistance originales et adaptées aux conditions locales doivent être inventées. L’action menée alors en faveur des ruraux relève d’une politique voulue et coordonnée ; quels secteurs ?

Acteurs

  • 11 F. Lebrun, « Les Intendants de Tours et d’Orléans aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretag (...)
  • 12 F. N, La Généralité de Tours au xviiie siècle. L’Intendant Du Cluzel (1766-1783), Paris, 1894.

8Le premier rôle revient évidemment au commissaire départi du roi « intendant de justice, police et finances11 ». Pour la généralité de Tours, on connaît surtout Du Cluzel (1766-1783) dont la notoriété12 éclipse trop aisément celle de ses prédécesseurs qui, à l’instar de Lescalopier, sont pourtant à l’origine d’un certain nombre d’actions. Malheureusement ses collaborateurs immédiats, les subdélégués, sont encore très peu connus. Leur correspondance prouve un bon degré d’instruction ; ils sont très proches du terrain et sont souvent restés longtemps au même poste, ainsi à Angers la Marsaulaye qui administre un vaste territoire. L’intendant reprend souvent leurs idées dans les rapports adressés au Contrôleur Général.

  • 13 F. Lebrun, Paroles de Dieu et Révolution. Les sermons d’Yves-Michel Marchais, Paris, 1979, p. 91-9 (...)
  • 14 Archives départementales d’Indre et Loire, G 21.
  • 15 Archives départementales d’Indre et Loire, C 403, lettre du docteur Dupichard du 15 mai 1783.

9Plus inattendu par certains aspects, le rôle de l’archevêque de Tours est à noter. À plusieurs reprises il montre qu’il partage certaines idées de l’intendant. Ainsi Mgr Rosset de Fleury, « guidé par des vues d’humanité », demande en 1768 aux curés de noter la nature de la dernière maladie de leurs fidèles. En 1781, le dernier archevêque de 1’Ancien Régime, à Tours, Mgr de Conzié, supprime huit fêtes chômées, sans aucun doute parce qu’elles sont l’occasion de débauches et « d’impiétés », mais aussi parce que, comme l’explique le curé de La Chapelle du Genêt dans un sermon13, elles sont chômées et que « le temps est le seul patrimoine des pauvres… le travail est leur seule richesse ». Ce prêtre est un bon exemple du rôle que peuvent jouer les curés, représentants « naturels » de l’autorité civile et religieuse dans les paroisses. Ils sont plus que jamais les intermédiaires jugés les plus efficaces : en 1780 le roi veut faire distribuer, mais uniquement dans les campagnes des pays d’élection, des brochures sur les problèmes de santé et il entend le faire faire par les curés14. Beaucoup ont joué un rôle précieux d’informateur. À partir de 1771, l’obligation de faire le relevé annuel des baptêmes, mariages et sépultures sur les registres paroissiaux les a sans doute amenés à réfléchir sur les questions démographiques. Mais il est assez difficile de juger leur action. Sans être misérables, ils manquent de moyens financiers ; par ailleurs sont-ils capables de s’adapter aux nouvelles formes d’assistance qui ne privilégient pas la charité traditionnelle ? Lors des épidémies les autorités se plaignent souvent de leur passivité. Habitués à la mort ils réagissent lentement et ne demandent des secours que trop tard ou mal à propos. En 1783, on stigmatise leur « tranquillité impénétrable15 » ou au contraire un zèle intempestif. Mais en 1789, les critiques à leur encontre sont rares ; bien souvent ils apparaissent comme les seules personnalités locales secourables.

  • 16 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie et de (...)
  • 17 Archives de la Société Royale de Médecine, 165 dossiers, 10.

10Plus nouvelle est la collaboration entre l’intendant et des « élites » qui sont par profession sensibles au devoir d’assistance : ce sont les médecins, auxquels on peut ajouter quelques chirurgiens même ruraux. Ainsi le curé de Nouans écrit dans une lettre où il stigmatise l’égoïsme de l’abbé de Villeloin gros décimateur et la conduite des religieuses de Saint-Vincent, que le seul secours vient à la population « d’un homme éclairé dont le zèle et les lumières méritent tous les suffrages, le sieur Roger maître chirurgien ». Quelques uns des chirurgiens sont parmi les meilleurs membres du corps médical16. Ces « médecins des lumières » sont, pour la très grande majorité, des citadins, les campagnes n’abritant presque toujours que des chirurgiens de « seconde classe ». Du Cluzel s’est appuyé sur eux pour agir dans deux directions, la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, grâce à la formation des sages-femmes. et l’action lors des épidémies. Dans la première il a reçu le concours du chirurgien angevin Chevreul nommé inspecteur des « cours d’accouchement ». À la même époque, lors des épidémies, il désigne un « médecin des épidémies » pour identifier la maladie et définir le traitement médical. Ce sont, dans la seconde moitié du siècle, des Tourangeaux, les docteurs Dupichard puis Origet. D’autres personnalités du monde médical encore mal connues sont très intéressantes : ce sont les médecins des petites villes, nommés correspondants de la Société Royale de Médecine fondée en 1778. Parmi ses correspondants de province figure à Chinon le docteur Linacier qui a réalisé de façon très intéressante les relevés météorologiques réguliers et les « topographies médicales » demandés17.

  • 18 B. Maillard, op. cit., p. 536-538.

11Quelques individus restés le plus souvent dans l’anonymat revendiquent une « utilité » sociale et, loin de se contenter de pallier les effets de la misère par la charité, ils entendent s’attaquer aux racines de la pauvreté, comme ce bourgeois évoqué plus haut. En Touraine, on ne voit pas en action, dans le domaine social, les grands nobles comme Choiseul et d’Aiguillon ou les physiocrates patentés, comme Richard de Butré18. Les nobles, souvent agronomes, et les physiocrates angevins se montrèrent beaucoup plus dynamiques et plus conscients de leurs devoirs sociaux.

Mesures

  • 19 Archives départementales d’Indre et Loire, C 100.

12L’action sociale menée en faveur des ruraux a pris différentes directions. Nous en retiendrons deux : des mesures d’assistance d’urgence lors des disettes ; la lutte contre la mortalité, soit dans l’immédiat lors des épidémies, soit à plus long terme par l’amélioration des conditions d’existence. Mais il faudrait aussi étudier la politique de préservation des équilibres socioéconomiques. Les mesures d’urgence ne sont pas des nouveautés mais, au xviiie siècle, ce « modèle » de l’assistance a été adapté aux conditions démographiques, économiques et sociales des campagnes. Ainsi des distributions de riz opérées à plusieurs reprises au xviiie siècle sont vraiment destinées aux ruraux, malgré de réels problèmes pratiques, par exemple la nécessité d’avoir recours à des bonnes volontés capables de réaliser la cuisson de cette céréale ignorée des campagnes19.

  • 20 Archives départementales d’Indre et Loire, C 323.

13Depuis longtemps, pour lutter contre le chômage et la misère dans les temps les plus difficiles, les autorités organisent des « travaux de charité » qui au début du xviiie siècle étaient plutôt réservés aux pauvres des villes, ainsi en 1709 ou en 1751 et 1752. En mars 1786, l’intendant Daine écrit à la Marsaulaye : « Ni les diminutions forcées des grains ni les distributions gratuites ni les charités manuelles ne produisent de bons effets […] le mieux est de donner du travail aux journaliers dont le salaire les mette à portée d’atteindre au prix des subsistances20 » ; puisque ce travail manque, il faut le créer. En fait, il reprend les idées de son prédécesseur.

14A partir de 1770 – peut-être le premier en France – Du Cluzel relance ces chantiers sur une grande échelle, d’abord dans le Maine puis dans toute la généralité et les « ateliers de charité » les plus nombreux sont ouverts dans les campagnes pour fournir travail et salaire aux pauvres lors des « chertés ». On y fait des travaux de réparation ou de construction sur des chemins d’intérêt local que la corvée royale due par les paysans n’assurait pas. Leur utilité a été réelle dans ces régions aux chemins si facilement boueux que la circulation y était souvent impossible et ces tâches ne demandaient pas un grand savoir-faire car elles consistaient surtout en terrassements. Le financement est assuré pour deux tiers par l’intendant sur les fonds débloqués par le Contrôleur général (3 millions de livres en 1783 pour toute la France, dont 200 000 pour la généralité de Tours), pour un tiers par la collectivité ou le seigneur du lieu. Le plus souvent ces sommes sont de quelques centaines de livres ; parfois ce sont les curés ou les « principaux habitants » qui versent la contribution pour assurer un atelier à la paroisse. Dans un premier temps, des distributions de pain ont été faites aux participants puis on a versé des salaires qui varient de 6 à 12 sous par jour, soit un montant un peu inférieur au gain d’un manouvrier. Cette pratique permet d’entretenir les paysans « dans l’habitude du travail et leur en donne même le goût puisque tous les enfants y sont admis ».

15L’ampleur que l’entreprise a connue dans les décennies 1770 et 1780 montrent qu’elle est considérée comme un moyen privilégié de lutter contre mendicité et vagabondage mais aussi pour la dignité de l’homme : le salaire reçu permet de gagner le pain qu’on mange. En l’absence de « bureaux de charité » établis de façon rare et tardive dans les campagnes, ces mesures répondent en partie au vœu de Terray en 1769 : il est « plus intéressant que jamais de pourvoir aux moyens de faire secourir de l’intérieur de chaque paroisse les vrais pauvres que leur grand âge, leurs infirmités et des malheurs ont réduit à cette triste condition ».

La santé publique

  • 21 J. Dupâquier [dir.], Histoire de la population française, tome 2, Paris, 1988, p. 213-215.
  • 22 B. Maillard, Recherches sur la population de la Touraine au xviiie siècle, thèse de 3e cycle. Pari (...)

16Dans ces mêmes décennies 1770 et 1780 les interventions de l’intendant se multiplient dans le domaine de la santé publique. Passé 1709, le xviiie siècle n’a plus connu, à quelques exceptions près jusqu’aux années 1770, de « clochers » de mortalité et les années de cherté des grains n’ont pas coïncidé avec de violentes avec de violentes poussées épidémiques21 Mais à partir de 1767 on assiste dans la généralité de Tours comme dans tout l’ouest de la France, de la Bretagne à la Saintonge, à un retour en force des épidémies : entre 1779 et 1785 il n’est pas d’année où il n’en éclate une. En 1779, une terrible dysenterie ravage Bretagne et Poitou, mais aussi Anjou et Maine qui connurent cette année-là 123 décès pour 100 baptêmes. En 1783, la Touraine est gravement affectée par des maladies pulmonaires ; on compte 143 sépultures pour 100 baptêmes22. Depuis longtemps les distributions des boîtes de remèdes d’Helvétius étaient réservées aux campagnes et lors de ces grandes épidémies, les fonds de secours débloqués par l’intendant furent utilisés au profit exclusif des campagnes, les villes bénéficiant des secours des hôpitaux.

17Se développe alors pour la première fois avec cette ampleur la coopération entre l’intendant et le corps médical en faveur des campagnes, pour une politique de secours adaptée. S’ils ne travaillent pas bénévolement (ils touchent 10 livres tournois par jour), les médecins n’hésitent pas à quitter la ville pour se rendre dans les paroisses atteintes où ils établissent le diagnostic de la maladie et la thérapeutique que les chirurgiens locaux font appliquer. Le tout alors que les risques sont réels : ainsi en 1770 le médecin envoyé à Champigné meurt de la « contagion ».

  • 23 Archives départementales d’Indre et Loire, C 401.

18Tous ces hommes connaissent bien les véritables causes de la surmortalité. Ainsi en 1770 et 177323, partout il est question de la « misère générale », de la « trop grande misère », de la pénurie de bons grains, de la cherté. « Les fièvres putrides, bilieuses et vermineuses » qui règnent (dans l’élection du Mans) en 1772-73 proviennent « spécialement de la mauvaise nourriture, de la qualité du pain fait avec de la farine de différents grains gâtés et altérés surtout avec la farine de blé noir qui était rance » ; il est plus mort [d’habitants] « de la misère que de la rigueur de la saison » et « chacun est longtemps à se rétablir ». L’intendant écrit en 1772 à d’Ormesson : « Je ne puis vous dissimuler que la disette a été le germe de cette maladie… [elle a] frappé des corps exténués par le travail et l’indigence, bientôt la mort moissonne des victimes multipliées. » L’intendant fait donc porter ses efforts sur la distribution aux convalescents de « l’article des aliments [qui sont] plus utiles que la multiplicité des remèdes » ; les pauvres ont droit à des distributions gratuites de pain et de bouillon de viande de veau ; boulangers et bouchers doivent fournir ces denrées sur présentation de billets signés du chirurgien ; des âmes charitables s’occupent des « marmites ». L’intendant dispose des sommes qu’il prend sur les « fonds libres de la capitation » et le Trésor royal verse quelques secours : en 1782, Du Cluzel chiffre les dépenses en 1779 à un total de 102 433 livres tournois pour 37 000 malades, dont la moitié pour quatre élections, soit 400 livres tournois par paroisse secourue et 2 livres 15 sous par malade, soit 4 jours du salaire d’un journalier. En 1782 il y consacre 9,4 % (9 500 livres tournois) des fonds disponibles. Ses dépenses sont donc importantes mais des plus raisonnables.

  • 24 Archives départementales D’Indre et Loire C 356-357.
  • 25 SRM 189 dossier 19, rapport du 8 septembre 1789.

19Certaines formes d’action visent le long terme ; ainsi l’œuvre en faveur de la préservation des mères et des nouveau-nés. La politique entreprise dans le royaume pour la formation des sages-femmes ne pouvait laisser l’intendant de Tours indifférent. La mortalité infantile est alors au moins égale à la moyenne nationale (plus de 250 ‰). Madame du Coudray, sagefemme brevetée du roi pour les cours d’accouchement, a séjourné en 1778-1779 au Mans puis à Angers et enfin à Tours24. Son enseignement a été réservé presque exclusivement aux femmes de la campagne : à Angers sur 113 élèves 7 seulement, soit 6 %, sont de la ville et à Tours elles sont 6 sur 57, soit 11 % ; mais on note parmi les élèves une surreprésentation des milieux artisanaux et des paroisses proches de la ville où se déroulent les cours. Tout fut prévu pour permettre la poursuite de cet enseignement une fois madame du Coudray repartie : achat de « machines », formation de chirurgiens « démonstrateurs », inspection des cours ; en 1782 l’intendant consacre à cette action 2 645 livres tournois soit 2,6 % des « fonds libres de la capitation » et les villes où devaient se dérouler les cours ont consenti les efforts financiers pour acquérir le « mannequin » nécessaire. Les médecins tentent de développer la prévention et donc de convaincre les populations rurales « d’éviter la malpropreté », de surveiller la qualité de l’eau, de ne pas abuser du vin et des fruits verts, de ne pas se renfermer dans des maisons, ou pire des caves, soigneusement closes25 : cette préoccupation est d’autant plus présente que ces médecins sont bien de leur temps et sont donc « aéristes » et que tous ces principes d’hygiène publique s’appliquaient de plus en plus largement dans les villes.

Les résultats

  • 26 Archives départementales d’Indre et Loire, C 403, lettre du 25 mai 1783 de Du Cluzel à d’Ormesson.
  • 27 R. Chartier, M. M. Compère et D. Julia., L’Éducation en France du xvie au xviiie siècle à Paris, 1 (...)

20Peut-on connaître quelques résultats de cette action dont nous n’avons pas exploré tous les domaines ? Dans la correspondance de l’intendant, des subdélégués, des médecins, on sent parfois un très réel découragement devant les difficultés. À la fin du siècle, certains dressent un constat implicite d’échec. On s’inquiète de plus en plus des risques de dépopulation26 (« les campagnes manquent absolument de bras ») dus aux épidémies, à la misère et au développement du « vice ». Faut-il évoquer l’indolence angevine ou le « sommeil léthargique » des Tourangeaux pour expliquer la faiblesse des résultats ? Peut-être pourrait-on ici parler du rôle de l’instruction ; mais il n’en est que rarement question alors que les campagnes sont un quasi-désert scolaire. Le taux d’analphabétisme reste très élevé à la fin du xviiie siècle dans la région : moins de 20 % des hommes signent leur acte de mariage, et encore ce calcul ne distingue-t-il pas les villes des campagnes… En 1826, on compte en Indre et Loire 1 garçon scolarisé pour 229 habitants (avant-dernier rang en France) et 1 pour 90 en Maine et Loire27.

  • 28 J. P. Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, Paris, 1971, p. 464.

21Dans le domaine de l’assistance, il n’y a pas eu au xviiie siècle de décision et d’action de portée vraiment nationale28  ; les initiatives restent locales. Il faut donc faire avec ce qu’on a ; l’effort d’invention porte surtout sur les méthodes d’action. On bute sans cesse sur le problème financier presque toujours résolu de la même manière : le plus souvent, les dépenses sont couvertes par des augmentations régionales d’impôts et sont donc en fait à la charge de la population ; la participation du Trésor Royal est limitée et prend souvent la forme de « décharge d’impôt ».

  • 29 Archives départementales d’Indre et Loire, C357
  • 30 Archives départementales d’Indre et Loire, C 100.

22Dans le domaine de la lutte contre la maladie et la mort, la faiblesse des résultats et l’inanité persistante de certains comportements expliquent peut-être les jugements très durs que, dans une lettre adressée à l’intendant, Chevreul porte sur les paysans prêts, selon lui, à payer pour les services d’un vétérinaire mais non pour ceux d’une sagefemme. Mais il y condamne surtout l’égoïsme des seigneurs et, en fait, met en évidence la misère du monde paysan. Dans l’action pour la formation des sages-femmes, Du Cluzel s’est heurté à l’opposition de certains médecins et chirurgiens qui n’appréciaient pas la concurrence29. Par contre des curés l’ont soutenu comme le montrent les sermons du curé de la Chapelle du Genêt. Le constat dressé par Chevreul et corroboré par de nombreuses enquêtes n’est guère optimiste : à la fin des années 1780, les sages-femmes instruites sont une minorité dans les campagnes où on préfère encore avoir recours à la matrone qui ne coûte presque rien. Les malades victimes des épidémies préfèrent s’enfermer chez eux et se soigner au vin plutôt que d’avoir recours aux services pourtant gratuits des médecins. Des réactions paysannes d’hostilité à certains « progrès » doivent être notées : peu à peu riz et pomme de terre entrent dans les habitudes alimentaires mais surtout en temps de crise30 comme le prouve leur retour en force en 1789, et ils sont mal acceptés. Dans le cahier de doléances de Chambray, paroisse proche de Tours, on lit que

« la majeure partie des habitants… est réduite à un tel excès de misère que ceux qui par leur état doivent veiller au soulagement des malheureux ne leur offrent pour tout secours non les aliments qui nourrissent les animaux les plus vils mais la recette pour rendre ces aliments communs aux pauvres et à ces mêmes animaux ».

23Il n’est pas aisé de distinguer dans l’œuvre de ces administrateurs ou de ces médecins la part de la simple « conscience professionnelle » et celle du véritable dévouement et de la bienfaisance. Mais il faut noter que cette minorité d’hommes faisant partie de l’élite urbaine s’intéresse au sort des ruraux de façon permanente et non pas seulement en temps de crise en vue du maintien de l’ordre. Les progrès réels de l’administration permettent une amplification et une coordination des secours. D’autre part, même si l’hostilité y reste forte contre les propriétaires forains, citadins privilégiés de l’impôt, la campagne n’est plus condamnée à donner beaucoup aux villes (force de travail, loyers, grains, dîmes, impôts…), sans rien recevoir en contrepartie ; les villes commencent à être conscientes de ce qu’elles lui doivent. De plus en plus sont prises en compte la réalité et la spécificité des campagnes qui voient s’amorcer à leur profit un échange de services.

Notes

1 Publication : Le Social dans la ville en France et en Europe 1750-1914, Jacques-Guy Petit et Yannick Marrec dir., Actes du colloque Politiques sociales urbaines en France et en Europe (fin xviiie siècle-début xixe siècle), Angers, avril 1995, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1996, 357 p., p. 3748.

2 B. Maillard, Les Campagnes de Touraine au xviiie siècle. Étude d’histoire économique et sociale, thèse de doctorat d’État, Université de Rennes II, 1992, p. 7476.

3 F.X. Emmanuelli, Un Mythe de l’absolutisme bourbonien. L’Intendance du milieu du XVIIe siècle à la fin du xviiie siècle Aix-en-Provence, 1981, chap. 3.

4 Archives nationales, G7 1632.

5 Archives départementales d’Indre et Loire, C.103.

6 Archives départementales d’Indre et Loire, C 103, mémoire anonyme daté de 1754 à propos de l’extension du travail de la soie dans les campagnes.

7 P. Sassier, Du bon Usage des pauvres, Paris, 1990, p. 170.

8 C. Duprat, Le Temps les philanthropes, t. 1. Paris. 1993, p. XVIII-XIX.

9 Archives départementales d’Indre et Loire, C 86, réponse à l’enquête sur les « pâtres communs » exprimant l’hostilité à l’institution d’une telle fonction.

10 Archives départementales d’Indre et Loire C 884.

11 F. Lebrun, « Les Intendants de Tours et d’Orléans aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretagne 1971, n° 2, p. 287-305.

12 F. N, La Généralité de Tours au xviiie siècle. L’Intendant Du Cluzel (1766-1783), Paris, 1894.

13 F. Lebrun, Paroles de Dieu et Révolution. Les sermons d’Yves-Michel Marchais, Paris, 1979, p. 91-92.

14 Archives départementales d’Indre et Loire, G 21.

15 Archives départementales d’Indre et Loire, C 403, lettre du docteur Dupichard du 15 mai 1783.

16 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris, 1971, p. 199-235.

17 Archives de la Société Royale de Médecine, 165 dossiers, 10.

18 B. Maillard, op. cit., p. 536-538.

19 Archives départementales d’Indre et Loire, C 100.

20 Archives départementales d’Indre et Loire, C 323.

21 J. Dupâquier [dir.], Histoire de la population française, tome 2, Paris, 1988, p. 213-215.

22 B. Maillard, Recherches sur la population de la Touraine au xviiie siècle, thèse de 3e cycle. Paris 1, 1974. dactyl., p. 336-340.

23 Archives départementales d’Indre et Loire, C 401.

24 Archives départementales D’Indre et Loire C 356-357.

25 SRM 189 dossier 19, rapport du 8 septembre 1789.

26 Archives départementales d’Indre et Loire, C 403, lettre du 25 mai 1783 de Du Cluzel à d’Ormesson.

27 R. Chartier, M. M. Compère et D. Julia., L’Éducation en France du xvie au xviiie siècle à Paris, 1976, p. 17.

28 J. P. Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, Paris, 1971, p. 464.

29 Archives départementales d’Indre et Loire, C357

30 Archives départementales d’Indre et Loire, C 100.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540