Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Deuxième partie. Le parti socialiste et les autres

Gérer la contestation gauchiste

Philippe Buton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout au long du vingtième siècle, le Parti socialiste eut souvent à gérer une double contestation d’extrême gauche : interne et externe. Dans la période qui nous occupe, la contestation gauchiste intérieure aurait pu être représentée par le CERES. Elle le fut partiellement au début de la période considérée, en particulier par le biais des dirigeants des Jeunesses socialistes, membres du CERES, et qui, pour certains, vécurent une véritable lune de miel avec un petit groupe trotskyste – la tendance pabliste, autrement dit l’Alliance marxiste révolutionnaire [AMR]1. Mais ces velléités contestatrices furent maîtrisées par les mitterrandistes puis éliminées, en particulier par Édith Cresson – secrétaire nationale à la Jeunesse socialiste et aux Étudiants socialistes – qui convainc le comité directeur du PS, en mai 1975, de dissoudre le Mouvement des Jeunesses socialistes2. Mais à cette date, le CERES a profondément évolué, et il se révèle désormais infiniment plus sensible aux sirènes co...

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims, Centre d’études et de recherche en Histoire culturelle (CERHIC)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540