Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Les sociétés rurales

Les sociétés et la confluence du Cher et de la Loire à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 À paraître : actes du xviiie colloque international de l’AFEC, Angers, 21-23 septembre 2000.

1Cet article a été écrit en collaboration avec Joëlle Burnouf, Professeur d’archéologie Médiévale, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 « Archéologie et Sciences de l’Antiquité ».

2Les fleuves aussi ont une histoire ! Les vallées des grands fleuves sont des conservatoires de la mémoire des relations complexes et originales que les sociétés passées ont entretenues avec les fleuves. L’interfluve entre le Cher et la Loire et leur confluence à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Tours sont des lieux privilégiés d’observation de ces relations. Les sociétés médiévales et modernes ont mis en œuvre non seulement un « forçage » du cours du Cher et de la Loire par la construction de « turcies » à partir du Moyen Âge, mais ont aussi modifié la confluence de la rivière avec le fleuve par des grands travaux entrepris au xviiie siècle. Ces grands travaux n’ont pas toujours suscité l’adhésion enthousiaste des populations qui habitaient et exploitaient les vals du Cher et de la Loire et la documentation écrite a conservé les traces des conflits d’intérêts entre les différents groupes sociaux à propos de ces aménagements, traces qui permettent aux historiens de reconstruire l’histoire des relations entre les sociétés et les cours d’eau.

3Lorsque de surcroît la mise en œuvre de ces travaux intervient à un moment où des modifications climatiques provoquent un changement du régime hydrologique des cours d’eau, les sociétés se trouvent confrontées à des risques nouveaux : c’est ce qui se produit entre la fin du xve et le xviiie siècle dans cet espace où les sociétés doivent gérer un « risque hérité » des générations précédentes.

4La Loire « fleuve sauvage » est sans doute une image fausse. Les vallées de la Loire et de ses affluents sont plutôt des espaces qui ont conservé des paysages hérités de différentes générations d’aménagements qui les ont structurées depuis le Moyen Âge.

5Depuis 1995 un programme de recherche fédère l’ensemble des disciplines qui concourent à la connaissance des relations des sociétés avec les milieux où elles vivent et qu’elles exploitent pour comprendre et expliquer leur fonctionnement dans le bassin versant de La Loire. La Loire porte une image forte en termes d’identité paysagère patrimoniale et participe pleinement de ce fait à ce qu’il est convenu de nommer « le patrimoine naturel ». Parmi les différents espaces étudiés celui qui est situé en Loire moyenne, entre Tours, à l’est, et Huismes, à l’ouest, et qui est dénommé Val Triple, bénéficie depuis cinq ans de travaux nombreux à partir d’une documentation riche et variée.

6Dans ce Val Triple confluent l’Indre et le Cher avec la Loire : la confluence du Cher avec la Loire à l’ouest de Tours, sur la commune de Villandry et en aval la confluence de l’Indre avec la Loire à Huismes. Dans le val, les rives du fleuve et de ses affluents sont longées par des digues continues, appelées « levées », qui isolent les cours d’eau du reste du lit majeur et sont aujourd’hui les axes de circulation de la vallée. Outre l’urbanisation importante dans cet espace, l’agriculture (en particulier maraîchère) exploite les terres de ces interfluves. Au sein de cette petite unité qu’est le Val Triple, la confluence du Cher avec la Loire est l’objet de la présente étude.

7Ce constat contemporain masque la construction longue et complexe de ces paysages par les sociétés. Sur un espace d’une cinquantaine de kilomètres de longueur et une dizaine de kilomètres de largeur, depuis deux mille ans, les sociétés ont façonné une morphologie différente. La mémoire de leurs travaux a été conservée dans le paysage contemporain mais ni les débats préalables à chaque entreprise, ni leur chronologie ni non plus l’image que ces sociétés avaient sous les yeux ou les représentations qu’elles s’en faisaient ne sont directement accessibles.

8L’identité revendiquée aujourd’hui dans le val de Loire variable selon les espaces traversés par le fleuve relève d’un mythe contemporain construit par la mémoire très sélective des sociétés et la représentation qu’elles se font de cet espace : la réalité dynamique du passé est bien plus passionnante, même si elle aussi est reconstruite à partir des différentes sources.

Sources et méthodes

9Les sources qui permettent de connaître l’action des sociétés sur les milieux sont de trois sortes :

  • – les sources sédimentaires traitées par les chercheurs des sciences de la terre et de la vie,
  • – les sources archéologiques qui sont aussi des archives sédimentaires mais produites par les sociétés ou marquées par leurs interventions,
  • – les sources écrites : textes et documents graphiques et planimétriques.

10Les méthodes d’études des sciences de la terre ne seront pas détaillées ici car elles ont fait et feront l’objet d’une présentation détaillée par ailleurs, nous ne prendrons en compte que les résultats et propositions d’interprétations.

11Les sources archéologiques ne sont pas encore exploitées sur ce type de site fluvial qu’est une confluence en raison des difficultés de mise en œuvre d’une fouille en milieu humide et aucune fouille de grande ampleur n’a été réalisée sur ces problématiques environnementales hors archéologie préventive. Seules des prospections ont été réalisées dans cet espace.

  • 2 La liste des preuves et les extraits de la documentation consultée sont donnés en annexe.

12Ce sont donc les sources écrites qui ont été exploitées pour les périodes médiévales et modernes. Les documents dépouillés sont conservés aux archives municipales de Tours, aux archives départementales d’Indre et Loire et aux Archives nationales2.

13Les informations recueillies par l’étude des différentes sources sont en permanence confrontées entre elles et rapportées à la documentation cartographique géoréférencée chaque fois que cela est possible : il n’est pas toujours possible de localiser précisément des informations recueillies dans les sources écrites et les difficultés vont croissant au fur et à mesure que l’on remonte dans le temps : il est souvent possible de spatialiser les informations mais non de les cartographier. C’est grâce à la discussion interdisciplinaire qu’il est possible de proposer des hypothèses sur les différents états du milieu aux différentes périodes.

Présentation du milieu

14Les « vals » sont une des formes originales de la vallée de la Loire moyenne : de l’est vers l’ouest on en compte quatre, val d’Orléans, val de Tours, val Triple, val d’Authion. Ils présentent une identité morphologique nette en rive gauche du cours actuel pour les vals d’Orléans, de Tours, le val triple et en rive droite pour le val d’Authion. Le long du fleuve, un bourrelet de rive a isolé le chenal actif de la Loire du reste du lit, bourrelet percé par des couloirs de défluviation utilisés par le fleuve en période de crues, et provoqué la création d’une dépression latérale occupée par les affluents : d’amont en aval, le Loiret, le Cher, l’Indre, le Lanne/Changeon/Authion. Les travaux engagés depuis cinq ans ont démontré (pour le moment en val d’Authion et val de Tours) que ces dépressions latérales et les rivières qui les occupent étaient d’anciens tracés du cours de la Loire qui marque ainsi son empreinte de manière permanente, fixe la morphologie d’ensemble de la vallée et rythme la dynamique par ses crues et un niveau de base plus ou moins élevé. La mise en place du bourrelet de rive a été déterminante dans le façonnage des vals. La date de construction de ce bourrelet de rive n’est pas encore précisément fixée partout (à l’Atlantique ?) ; en tout cas pour les périodes historiques il est un des éléments fort du paysage du lit majeur. Outre les rivières affluentes qui occupent une partie de la dépression latérale de nombreux chenaux balaient l’espace de la vallée et si les rivières ont une confluence principale les périodes de hautes eaux et de crues peuvent modifier sensiblement la topographie du lit majeur en réactivant par des processus d’érosion et de sédimentation d’anciens tracés peu actifs en période d’étiage.

15Ces espaces mobiles, en équilibre dynamique ont constitué très tôt des zones attractives pour les sociétés en raison de la biodiversité et de la richesse du milieu. Lorsque commence cette étude, le milieu a déjà été profondément marqué par plus de 5000 ans d’exploitation par les sociétés dont les effets directs et indirects ont profondément modifié la dynamique des paysages de la vallée.

Entre Val de Tours et Val Triple, un espace construit et aménagé par les sociétés depuis 2000 ans

Au Moyen Âge

16Dans le Val Triple entre Loire, Cher et Indre, exploité et aménagé au gré des besoins des sociétés, les dossiers analysés pour la période moderne font état de structures existantes bien avant la mise en œuvre de ces nouveaux projets à la fin du xviiie siècle. Par ailleurs R. Dion dans sa thèse et l’ouvrage consécutif sur les levées de la Loire date les levées de cet espace du Moyen Âge, sans autre précision.

17Pour le médiéviste qui reprend l’étude de ce dossier, il est indispensable de remonter le fil de ces témoignages afin de tenter une reconstruction de la topographie de la plaine pour des périodes plus anciennes où la documentation est non seulement plus rare mais aussi plus laconique : les préoccupations des producteurs d’écrits ne correspondant pas aux questions des chercheurs contemporains. Parmi les fonds qui ont permis une exploitation pour la question des confluences du Cher, celui de l’abbaye de Marmoutier conservé aux Archives départementales d’Indre et Loire dans la série H (documents antérieurs à 1790 relatifs au clergé régulier), contient une série de chartes relatives aux droits, revenus et conflits portant sur une pêcherie dépendant d’un prieuré de l’abbaye situé sur la rive droite du Cher à proximité et en amont de sa confluence avec la Loire. La période chronologique couverte court du xe au xve siècle. Par ailleurs, pour la fin du Moyen Âge, les archives municipales de la ville de Tours, en particulier la série CC des comptes de la ville (1358-1498) permettent d’approcher la perception que se fait la société urbaine, à tout le moins ceux qui la gèrent et l’administrent, de l’espace de l’interfluve entre la Loire et le Cher, et vers l’ouest de la confluence du Cher avec la Loire. Le Cher apparaît en effet comme une rivière dont l’importance est déterminante dans l’approvisionnement de l’agglomération pendant toute la période médiévale.

  • 3 Archives municipales de Tours, CC8, 1387

18La topographie de l’interfluve telle qu’elle peut être reconstituée à l’ouest de Tours à la fin du Moyen Âge et dont la dénomination locale est « varennes de Tours » se présente comme un espace composé de plusieurs ensembles séparés par des « boires », bras d’eau à activité temporaire et en étiage à eau stagnante, et des « ruaux », bras d’eau à activité permanente plus ou moins active selon la saison. Ces cours d’eau pérennes et intermittents contribuent à donner une topographie légèrement accidentée à cet espace en déterminant des zones humides qui constituent autant d’obstacles à la circulation des biens et des personnes et à l’exploitation aussi bien en termes d’agriculture que d’urbanisme. Immédiatement à l’ouest de l’espace en cours d’urbanisation extramuros, le ruau Sainte-Anne, est un chenal actif qui relie la Loire et le Cher, les études en cours (prenant la suite de nombreux travaux antérieurs) n’ont pas encore permis de déterminer si ce chenal est une paléoconfluence naturelle du Cher avec la Loire qui a été artificialisé, – il est parfois nommé « canal de Louis XI » –, comme le laisse à penser le tracé trop orthogonal par rapport aux deux cours d’eau. Mais la topographie des berges de ce ruau est inconnue en raison de l’absence de fouilles archéologiques, de même que la ligne de rive des confluences sud et nord. Il était déjà bordé de digues au moment de la crue de 13863.

19En poursuivant vers l’ouest, couvrant un vaste espace entre la rive sud de la Loire, le ruau Sainte-Anne et le Cher et visiblement inclus dans « l’Île de Berthenay » on trouve le parc du Plessis, dont l’étude est à faire sur le modèle de ce qui a été fait en Bourgogne et en Normandie. C’est à la fin du Moyen Âge le Parc Royal et lieu de résidence du Roi de France. Ce parc dispose d’un port sur le Cher, Port Cordon.

  • 4 Archives municipales de Tours, CC8, f 100, 1387.

20L’île de Berthenay qui s’étend du ruau Sainte-Anne au Bec du Cher est considérée par R. Dion comme protégée par des levées construites entre le xiiie et la deuxième moitié du xve siècle pour la digue en rive sud de la Loire et médiévale (sans précision) pour la levée en rive droite du Cher. Les recherches conduites depuis cinq ans de manière systématique dans les fonds des archives municipales de Tours montrent que les travaux engagés par la communauté urbaine de Tours dans les Varennes à la fin du xive siècle sont des réfections d’ouvrages (turcies) dont l’existence est donc antérieure à 1386. La localisation de ces protections est difficile à cartographier, aucun document planimétrique de cette époque n’ayant été conservé et les mentions dans les comptes font référence à des noms de propriétaires ou à des toponymes disparus. Toutefois dans l’espace qui va de Tours à « l’église de Berthenay » la construction d’une Turcie est mentionnée en 13874 mais comme une turcie est citée comme détruite après la crue de 1386 on peut imaginer plusieurs scenarii : soit on reconstruit la partie emportée par la crue, soit on réalise, sur un autre tracé une nouvelle digue, soit on complète un réseau intermittent de construction de digues. En tout état de cause c’est la commune de Tours qui prend en charge les frais mis en œuvre sur des espaces ruraux qui se trouvent à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de la ville.

  • 5 Archives départementales d’Indre et Loire, H 2691

21Le bec du Cher, seule confluence actuelle de la rivière avec la Loire, apparaît comme un espace occupé très tôt, un prieuré de Marmoutier existe certainement avant le xie siècle5, date des premières mentions, au lieu dit « le Foncher », sur la rive droite du Cher avec une pêcherie de courant et des pêcheries de boires, des terres et des droits sur l’eau. L’étude de la centaine de documents qui permettent d’étudier la pêcherie du Foncher apporte aussi des informations indirectes sur cette confluence, outre l’existence de deux bras du Cher en aval du prieuré jusqu’aux travaux du xviiie siècle : le premier qui conflue directement avec la Loire et un second qui continue à longer le coteau vers l’ouest pour aller vers l’aval. Entre Le Cher et la Loire à la confluence, entre les lieux-dits, le Foncher, au sud, et la Grange aux Moines, au Nord, où les vestiges de bâtiments marquent le caractère médiéval des aménagements, une zone de boires (la grande Boire, la boire aux Bœufs, la boire Futembre, la Boire de l’Aulne) signe une zone humide d’une largeur importante et marque sans doute un paléotracé du Cher qui confluait en fuseau avec la Loire. Cet espace reste temporairement actif pendant la période médiévale, entre le xie et le xve siècle puisqu’il est utilisé pour y installer des structures de pêche.

22En poursuivant la description vers l’aval, dans la zone du Val Triple on trouve mention de trois autres « îles » : l’Île de Bréhémont, l’Île de Rupuanne et l’Île St-Martin. Au lieu dit Rupuanne, aujourd’hui hameau de la commune de Rivarennes, est parfaitement observable le lit de ce qui porte le nom de « Vieux Cher » déjà sur le cadastre napoléonien. La paléovallée est encadrée de digues en amont du hameau et les aménagements de l’ancienne confluence active jusqu’au barrage définitif de 1803 font apparaître des berges perrées jusque dans le lit abandonné de la rivière (dalles calcaires, pieux et planches). Là aussi, comme pour le Ruau Sainte-Anne et le bec du Cher le coude à angle droit sur la Loire permet de formuler l’hypothèse d’un confluent artificialisé par les sociétés riveraines.

Au xviiie siècle

  • 6 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273
  • 7 R.Dion, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, Tours, Arrault, 1934, p.22. Entre Amboise (...)

23Pou des périodes ultérieures (xviiie siècle) l’aménagement des zones de confluence par les hommes peut être prouvé. L caractère « construit » des îles est de plus en plus évident : en 1786 un rapport sur les « ouvrages des turcies et levées de la généralité de Tours » décrit ainsi les espaces qui constituent le « septième canton », sur la rive gauche de la Loire, le long des « Îles de Bréhémont et de Rupuanne » :« Ce canton n’est composé que de digues, de murs de soutènements, de jetées et de perrés. Il n’y a point de routes, point de chemins si ce n’est pour l’exploitation de quelques domaines, de quelques locatures. Le terrain que les ouvrages protègent contre la fureur des eaux n’est pas vaste mais il est précieux, même très précieux. C’est le limon le plus fructueux de la Loire, du Cher et de l’Indre6 » ; il en va de même pour l’Île de Berthenay. Sans ces digues, rien n’existerait : le texte établit le constat de la richesse de ces sols, mais on semble avoir oublié que les « varennes »sont, à l’origine, des sables infertiles et « arides » et que ce sont les apports incessants de fumiers qui les ont transformés ; ce sont des sols « artificiels ». Quand les levées craquent les inondations déposent une épaisse couche de sable qui stérilise pour longtemps ces sols. Ces terres doivent donc être protégées et si possible accrues7.

  • 8 Archives départementales du Maine et Loire, C 30, C 36
  • 9 Archives départementales d’Indre et Loire,C 273

24L’œuvre des xviie et xviiie siècles ne concerne pas uniquement les « levées » bien que celles ci qui protègent les « îles »et qui longent de plus ou moins près les cours d’eau fassent l’objet de travaux incessants comme en témoignent les comptes des fonds des « turcies et levées8 » ; elles sont renforcées, rehaussées : ainsi au milieu du xviiie siècle la hauteur des digues longeant la rive droite du Cher dans l’Île de Bréhémont est accrue. Mais la topographie est sans cesse modifiée par le dépôt d’alluvions qui forment des « atterrissements » et des îles ou au contraire par les effets de l’érosion ; les hommes cherchent à gagner des terrains, essentiellement pour l’élevage, et à stabiliser en les plantant les « accrues »qu’ils se disputent souvent. Ainsi entre 1785 et 1788, en face de l’Île de Bréhémont, sur la rive droite de la Loire juste en aval de l’embouchure de la Roumer à la sortie de Langeais, un « clayonnage » est réalisé pour favoriser le développement d’un atterrissement, qui doit aussi permettre le redressement de la rive9.

25Au xviiie siècle la lutte contre l’eau prend un autre aspect, elle est moins spectaculaire que la construction des levées mais répond mieux aux besoins ordinaires de l’agriculture ; elle aboutit au forçage du cours du Cher et à la suppression de deux de ses confluences avec le Cher. Les inondations sont un danger bien réel mais épisodique mais c’est quotidiennement qu’il faut lutter contre l’eau (infiltrations, stagnation…) ; le Cher s’étale en s’anastomosant dans une vaste dépression tandis que l’Indre, avant de le rejoindre, coule dans une vallée très resserrée. Les niveaux de la Loire, du Cher et de l’Indre se situent à des hauteurs différentes : celui de la Loire est supérieur à celui du Cher. Pour permettre l’écoulement des eaux et faute de pouvoir les « égoutter » vers la Loire, c’est surtout vers le Cher et, plus en aval, vers l’Indre, qu’elles sont expédiées grâce à un système de « bondes » … Ainsi chaque communauté se débarrasse chez sa voisine immédiatement en aval des eaux en excédent, d’où des conflits locaux importants : l’établissement d’une bonde dans un lieu suscite les protestations de la communauté voisine qui reçoit les eaux. Ces bondes et les levées, qui ont une longueur très importante, demandent un entretien permanent.

  • 10 O. Asselin, Tours noyé(e) des eaux. Les inondations du Cher et de la Loire dans la région tourange (...)

26En 1776, le bras du Cher appelé « ruau Sainte-Anne » qui se jetait dans la Loire juste au dessous de Tours est barré au niveau de la confluence, à l’initiative de l’intendant et malgré les protestations du corps de ville et de la population10. Cette fermeture a fait augmenter le débit du Cher en saison normale et a peut-être aggravé les risques de débordement de la Loire pour les paroisses situées à l’aval, bien que les textes n’y fassent pas allusion à cette date. Mais en même temps cette suppression a fait disparaître le danger qui pesait sur la vallée du Cher en temps de crue de la Loire : les deux cours d’eau n’ayant pas le même niveau, le fleuve se déversait dans la vallée de son affluent ; les paroisses concernées sont conscientes de ce changement.

27La fermeture du ruau Sainte-Anne fait-elle partie d’un plan de plus grande envergure pour l’aménagement de la vallée du Cher ? Il existe au moins une forte coïncidence chronologique entre différentes réalisations. La même année, en 1776, l’intendant de Tours Du Cluzel décide de lancer une opération dont les résultats ont été importants pour la vie locale mais aussi pour les conditions hydrologiques de la zone. L’intendant cherche sans doute à développer les capacités agricoles des « îles » en consolidant le système de protection déjà amélioré par la fermeture du ruau ; nous sommes dans la période où l’influence physiocratique inspire fortement les politiques régionales. On peut aussi replacer cette mesure dans l’ensemble de la politique de bienfaisance envers les populations rurales qui est une des caractéristiques de l’œuvre de Du Cluzel. Par contre les conséquences sur la navigation en Loire ne sont pas évoquées. Les dissensions entre communautés sont la cause directe de la décision. Le dossier documentaire qui a pu être constitué est très riche ; il permet d’établir une chronologie fine de la réalisation et de connaître l’avis des différentes parties : il comprend les archives conservées des Ponts et Chaussées, des Turcies et levées et de l’intendance de Tours, des actes notariés de procès verbaux d’assemblées de communautés, des archives communales des paroisses concernées et de quelques dossiers des Archives Nationales.

  • 11 Archives nationales, F/14/1201.

28L’action est vivement menée : le 15 juillet 1776 l’intendant désigne comme commissaire son subdélégué à Langeais et comme inspecteur Maniguet, ingénieur des turcies et levées et à la fin de 1779 le plus gros des travaux est achevé. En août 1776 l’inspecteur visite l’île et remet son rapport le 1911 : il y conclut à l’intérêt de barrer le bras du Cher qui coule le long du bord méridional de l’Île de Bréhémont, appelée rivière de Boudre (puis vieux Cher). Un barrage qui serait construit au niveau du coude que forme le bras principal de la rivière relierait la levée de Bréhémont et la levée de Villandry et réunirait toutes les eaux du Cher en un seul cours passant par le bec du Cher. La construction de cinq petits déchargeoirs est aussi prévue. L’intérêt est double : empêcher que les inondations du Cher ne se propagent en aval de Villandry et rendre inutiles les levées, donc faire l’économie de leur entretien… L’initiative vient des autorités mais les paroisses concernées (Villandry, Bréhémont, la Chapelle-aux-Naux, Vallères, Lignières), sont consultées désigner quatre députés (deux représentant les habitants et deux les « biens: chacune doit tenants ») pour participer à une réunion générale avec l’ingénieur, prévue le 7 janvier 1777 au bec du Cher. Lors de ces assemblées générales chaque paroisse expose avis et intentions, en particulier sur le plan financier. À la réunion de février 1777 le projet de barrage est accepté par toutes les communautés, qui émettent un avis technique en demandant que l’emplacement choisi soit déplacé à cause des craintes qu’elles ont pour la solidité des levées du Cher.

29Est alors formulée l’idée d’un second barrage : il serait à construire en aval, à Rupuanne, à au bout d’un autre bras du Cher, celle de la rivière de Boudre, qui ne servirait plus à l’écoulement de l’eau, pour empêcher le lit de ce bras de servir de déversoir à la Loire lors de grandes crues. Cette demande est formulée par les délégués de Bréhémont qui ont une vision complète des travaux à faire puisque, il leur paraît nécessaire aussi de réaliser des petites digues en travers des bras de l’Indre, qui est très anastomosée avec le Cher à cet endroit et n’est pas bordée de levées, pour éviter la communication entre les deux rivières. La paroisse marque l’importance qu’elle attache au barrage de Rupuanne, dont le coût paraît être réduit : elle subordonne sa participation financière aux dépenses du barrage du bec du Cher à la construction de celui de Rupuanne. En février la paroisse de Rigny se déclare intéressée par l’ensemble des travaux car elle possède des communaux importants dans cette zone. Dans ce concert d’approbations la seule opposition exprimée vient des seigneurs comme Madame de Bernin d’Ussé et le marquis de Saint-Cyr qui défendent leurs droits de pêche et de banalité de moulin.

  • 12 Archives nationales, F/14/1200.
  • 13 Archives départementales du Maine et Loire, C 35.
  • 14 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273.
  • 15 Archives départementales d’Indre et Loire, C 35.
  • 16 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273 et 271
  • 17 Archives départementales d’Indre et Loire, C 893

30Maniguet réfute en février 1777 la nécessité de déplacer l’implantation du barrage du Cher12 : le barrage du ruau Sainte-Anne ayant supprimé les refoulements de la Loire l’effet des crues du Cher sur les levées n’est plus à redouter. Il approuve l’idée du barrage à Rupuanne qui lui paraît simple à faire grâce à quelques « atterrissements ». Le plan global est soumis à l’administration des turcies et levées et en juin 1778 l’ingénieur en chef de Cotte accepte la partie concernant le bec du Cher13. Le 15 juillet l’adjudication en est faite, pour un montant de 26°806 livres14 les travaux sont en grande partie menés à bien avant la fin de novembre, « grâce au beau temps » : on a coulé des « sapines » et des arbres pour constituer l’ossature du barrage. En octobre 1780 l’ingénieur Soyer constate que le barrage du bec du Cher est bien construit et autorise le « parfait paiement » des travaux. Les conséquences pour les transports locaux sont rapidement perçues : il faut établir dans la vallée du vieux Cher des passages terrestres grâce à la construction de levées percées de ponceaux dans des lieux dont le nom évoque bien le rôle passé, Port Balby, Port Buron15… Les nécessités des échanges commerciaux sont mises en avant : il est essentiel que les communications entre les différents villages et les marchés d’Azay-le-Rideau ou Langeais soient assurées ; on retrouve là encore le souci de la liberté du commerce. En mars 1783 des crues de la Loire et du Cher provoquent des brèches importantes dans la levée du barrage et de Bréhémont. L’événement se reproduit de façon beaucoup plus dramatique lors de la débâcle en janvier 1789, le barrage y gagne alors d’être reconstruit en pierre16. Le barrage de Rupuanne ne fut pas réalisé dans l’immédiat. Les paroisses concernées, en particulier au bas bout de l’Île de Bréhémont, ont manifesté leur volonté de le voir réaliser rapidement mais l’ingénieur des turcies et levées Bouchet s’y oppose en octobre 178017 : il pense que le remède serait pire que le mal car les inondations de l’Indre lui paraissent avoir des effets plus graves que le simple refoulement des eaux de la Loire : en temps d’inondations par l’Indre toute la zone serait submergée faute pour les eaux de disposer de cet exutoire naturel, le danger étant encore plus grand en cas de rupture du barrage au bec du Cher. Malgré le soutien actif de Du Cluzel la construction du barrage de Rupuanne semble oubliée, d’autant que, à partir de 1785, la crise financière est telle que les dépenses sont réduites au strict minimum.

  • 18 Archives départementales d’Indre et Loire, E dépôt 197/Rigny-Ussé O 9.
  • 19 Archives départementales d’Indre et Loire, L 565.
  • 20 Archives départementales d’Indre et Loire, S 3402.
  • 21 Archives départementales d’Indre et Loire, E dépôt 272/Villandry O 1.

31Malgré des demandes réitérées, en particulier par Rigny18 en 1790 et 1792, qui reçoivent à nouveau un avis défavorable de la part de l’ingénieur de Marie, le barrage de Rupuanne n’est toujours pas construit : en prairial an 7 (mai 1799) il existe encore un bateau qui permet de franchir le « bras de l’Indre qui se jette dans la Loire » à Rupuanne19. Mais les habitants n’ont pas abandonné l’idée et ils construisent eux mêmes et à leurs frais (mais avec quelle autorisation ?) le barrage en 180320. À cette date l’interception des petits bras de l’Indre qui communiquent avec l’ancien lit du Cher n’a pas encore été réalisée et un rapport daté de 1815 indique que lors des crues, les eaux de l’Indre refluent dans ce bras et qu’alors les levées de l’ancien lit du Cher qui protègent Bréhémont deviennent « véritablement les levées de l’Indre21 ».

  • 22 E. Filleteau, « Monographie de la commune de Rigny-Ussé », Bulletin de la Société des Amis du Vieu (...)

32Grâce aux différents travaux qui, réalisés dans cette seconde moitié du xviiie siècle, n’ont pas été remis en cause ensuite (la réouverture du ruau Sainte-Anne n’a pas été réalisée, sans doute par suite de la violente opposition des ingénieurs des ponts et chaussées et des habitants des îles qui craignent l’aggravation des inondations du Cher), le cours du Cher a été profondément modifié dans sa partie aval ; il a perdu deux embouchures dans la Loire et plus tard toute communication avec l’Indre. Mais son ancien bras ne s’est pas desséché totalement : il est resté partiellement marécageux ; en effet, la culture du chanvre déjà bien implantée au début du xviiie siècle s’est largement développée pour répondre à une forte demande et le caractère intensif de l’agriculture s’est renforcé ; mais ainsi ont été maintenues et étendues dans la rivière de Bouldre les mares, malodorantes, destinées à permettre le rouissage du chanvre22. Il reste encore à mesurer les conséquences de ces modifications voulues par les hommes sur les lits, majeur et mineur, de la Loire et de l’Indre.

  • 23 R. Dion, Le Val de Loire. op. cit., p. 402-404.

33Si l’on replace ces travaux concernant le Cher dans l’ensemble régional allant du Blésois à l’Anjou, on constate que partout, à une exception près, au xviiie siècle les hommes ont déplacé vers l’aval les confluences entre la Loire et ses affluents de rive gauche23 : c’est le cas en Blésois pour le Cosson au niveau de Chaille et de plusieurs ruisseaux, en Anjou pour l’Authion (le comte d’Essuile n’a pu faire aboutir ce projet mais il s’est réalisé quelques années plus tard). On a donc rallongé le cours des affluents pour abaisser le niveau de base et faciliter l’écoulement des eaux. Dans le cas du Cher, deux opérations apparemment contradictoires ont été réalisées : le ruau Sainte-Anne a été fermé et toutes les eaux ont dû s’écouler vers l’aval, ce qui revenait à repousser le confluent ; mais en même temps on a réalisé le barrage au niveau de l’embouchure principale qui est devenue la seule et l’on a raccourci le cours, au moins pour une partie des eaux ; à cet endroit on n’a pas cherché à faciliter l’écoulement mais à empêcher l’arrivée des eaux. Au delà du barrage, il n’y a plus eu à traiter que les eaux des petits ruisseaux affluents du Cher et celles d’infiltration ou pluviales. Concentrer les eaux dans une même portion du lit du Cher et empêcher les remontées de la Loire étaient les buts visés, et atteints.

Jalons d’un bilan provisoire

34Le terme générique de « val » correspond à un épanouissement de la plaine d’inondation du fleuve. Tel qu’il peut être restitué avant l’intervention des sociétés deux unités morphodynamiques peuvent être identifiées : un bourrelet de rive, de largeur variable, d’une hauteur qui le met à l’abri des crues annuelles, discontinues car régulièrement percé par des couloirs de débordement du fleuve. Une dépression latérale, déversoir de crues naturel du fleuve, occupé par un affluent dont la confluence avec le fleuve est gênée par le bourrelet de rive et qui se fraie un passage dans les paléotracés du fleuve et les points faibles du bourrelet. Si on admet que le cours de la Loire est fixé au début de la période, on peut proposer que, jusqu’aux grands travaux de la fin du xviiie siècle, le Cher eût quatre confluences avec la Loire, trois confluences permanentes et une quatrième à fonction de déversoir en période de hautes eaux et de crues : le Ruau SainteAnne, le bec du Cher, Rupuanne, Huismes. Du début du Moyen Âge à la fin du xviiie siècle trois de ces confluences ont été aménagées par les sociétés pour leur usage : le ruau Sainte-Anne et Rupuanne certainement au Moyen Âge, le bec du Cher sans doute plutôt à la période moderne sinon seulement dans le dernier tiers du xviiie siècle.

35La discontinuité de la documentation ne permet pas pour le moment de dater les différents travaux si ce n’est en chronologie relative et par raisonnement, sauf pour la mise en œuvre des réalisations de la fin du xviiie siècle : en cinq ans (1777-1782) les sociétés vont imprimer à ce segment de vallée et aux cours d’eau des modifications radicales : le bras sud du Cher est barré à Villandry et le ruau Sainte-Anne également ce qui prive le Cher de trois de ses confluences et fait du bec du Cher la seule utilisable, dans le même temps les confluences de l’Indre avec le Cher, que le Cher utilisait en période de hautes eaux et de crues, sont coupées en amont de Rupuanne ; il faudra attendre 1803 pour que la confluence de Rupuanne soit barrée. Ces modifications ne se sont pas faites sans de longs débats, des repentirs comme le projet de réouverture du Ruau Sainte-Anne en 1786, qui n’est finalement pas réalisé. Pour le Moyen Âge, pas de dossier d’une précision technique aussi grande et les préoccupations des sociétés semblent différents, ou plutôt seule est connue la position des élites municipales de la ville : « corseter » un vaste territoire de Montlouis à Berthenay, de la Loire au Cher, d’où sans doute cette appellation d’île » qui demeure vivace jusqu’au xviiie siècle. Le souci est de protéger les terrains et non pas de chenaliser le fleuve. Leur souci est donc principalement la construction des « turcies » mises en œuvre dont la responsabilité est confiée dès 1385 à deux commissaires aux turcies (règlement de 1385 qui fonde l’administration municipale de Tours avec pour principale charge les travaux publics). Ce corsetage des quatre vastes espaces : la ville de Tours, l’Île de Berthenay, l’Île de Bréhémont, l’Île de Rupuanne séparées par les trois confluences du Cher avec la Loire va avoir des conséquences sur le reste de la vallée car elle prive la Loire et le Cher de leurs déversoirs de crues et accentue le poids des crues sur les zones non enfermées par les digues mais aussi change la nature de l’aléa, ce qui en période d’hydrologie active est lourd de conséquences. On peut dire que les sociétés médiévales ont créé dans les varennes de Tours et le val triple un risque renforcé. C’est ce dont héritent les sociétés modernes et que traduisent bien les débats entre les communautés rurales (voir les opérations de destructions de digues auxquelles se livrent certaines d’entre elles). L’abondante documentation du xvie et du xviiie siècle déjà explorée par R. Dion devra être reprise pour comprendre les décisions de transformations du cours du Cher et la limitation de ses confluences à une seule qui contribuera elle aussi à créer de nouveaux risques dans la première moitié du xixe siècle. La différence de comportement des sociétés médiévales et modernes mériterait aussi d’être analysée à la lumière des théories et des pratiques des nouveaux corps techniques. Si le mouvement est lancé au xive siècle par la création des commissaires aux turcies, il évolue à l’époque moderne avec les ingénieurs et les intendants puis le corps des ponts et chaussées. Un autre éclairage sera aussi de comprendre précisément quels groupes sociaux entrent en jeu dans les choix, la thèse « seigneurialiste » (pour le Moyen Âge) et « mercantiliste » (pour le xvie siècle) de R. Dion correspond à l’état de l’historiographie médiévale du début du xxe siècle, mais est insuffisante pour expliquer la mise en œuvre de ces grands travaux. Une analyse des rapports entre les différents pouvoirs, de l’évolution de l’usage des terres, de la perception et de l’acceptation de l’aléa sont aussi indispensables pour comprendre les choix différents selon la période.

36Il ressort de cette approche que l’identité paysagère du fleuve et de ses vals est une construction sociale complexe dans la longue durée. L’écosystème ligérien actuel, ni naturel ni sauvage, est un anthroposystème hérité.

37BIBLIOGRAPHIE

38Y. Babonaux, Le Lit de la Loire : étude d’hydrodynamique fluviale, Paris, BNF, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1970.

39C. Beck, R. Delort, Pour une Histoire de l’environnement, Paris, CNRS, 1993. J.F. Berger, « Climat et dynamique des agrosystèmes dans la moyenne vallée du Rhône », Le IIIe siècle en Gaule Narbonnaise, données régionales sur la crise de l’Empire, Sophia Antipolis, APDCA, 1996, p 299-332.

40J.P. Bravard, M. Presteau (éd.), Dynamique du paysage. Entretiens de géoarchéologie, Lyon, DARA n° 15, 1997.

41N. Carcaud, G. Chouquer, W. David, F. Mercier, A. opritesco, C. Pont, E. Zadorario, Analyse des formes du paysage traversé par l’autoroute A 85 (Angers-Tours), DFS inédit, 1997.

42J.X. Carre de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre et Loire et de l’ancienne province de Touraine, Tours, 1878 (réimpression 1966), 3 vol.

43P. Cayla, Le Système d’épis du Grand Aireau : recherches archéologiques en Loire. Premi !er rapport de la campagne d’archéologie fluviale 1994, Écomusée de Montjean-sur-Loire, 1994.

44E. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, AEDEH Vulcain, coll. Histoire et Patrimoine, 1996

45B. Chevalier, Tours ville royale 13561520, origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1975.

46F. Couvin, Saint-Nicolas-de-Bourgueil « La pierre du Lane » (Indre-et-Loire), Orléans, DFS inédit, Série Évaluation Autoroute A 85 Angers-Tours, 1996.

47R. Dion, Le Val de Loire, étude de géographie régionale, Tours, Thèse d’État, 1934.

48R. Dion, Histoire des levées de la Loire, Paris, Flammarion, 1961.

49R. Guichane, « L’Aménagement hydraulique de la Claise tourangelle et de ses affluents du Moyen Âge à nos jours », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 32, 1993, p. 109-152.

50E. Filleteau, Monographie de la commune de Rigny-Ussé, 1893, Ms p. 186 (publié dans Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, T. 9, n° 6, 1992, p. 661-696.

51H. Galinié, B. Randoin, M. Holtz et R. Kemp, Les Archives du sol à Tours, survie et avenir de l’archéologie de la ville, Tours, Société Archéologique de Touraine/LAUT, DGRST, 1979.

52H. Galinié, Recherches sur la topographie de Tours du IVe au XIe siècle, Ms inédit, Thèse de Doctorat, Université de Caen, 1981.

53H. Galinié, « Genèse du paysage urbain », Histoire de Tours, B. Chevalier, dir., Toulouse, Privat, 1985, p 11-48.

54E. Le Roy-Ladurie, Histoire du climat depuis l’An Mil, 2 vol., Paris, Flammarion, 1983.

55J.J. Macaire, Contribution à l’étude géologique et palé- pédologique du Quaternaire dans le Sud-ouest du Bassin de Paris (Touraine et ses abords), Thèse de Doctorat, Université de Tours, 1981.

56M. Pommereau, Entre Loire, Cher et Indre, Tours, 1991.

57C. Port, « Les Inondations dans le département de Maine et Loire », Notes et Notices angevines, 1879, p 260-281.

58D. Vivent, La Palynologie appliquée à l’archéologie : nouvelles approches expérimentales, applications à quelques sites historiques de Tours. Thèse de Doctorat, Université de Bordeaux, 1381, 3 tomes, 1996.

59E. Zadorario, H. Galinié et al., « Fouilles et prospections à Rigny-Ussé, rapport préliminaire 1986-1991 », Revue Archéologique du Centre, t. 31, 1992, p. 751-66.

60E. Zadorario, H. Galinié et al., « Fouilles de l’ancien centre paroissial de Rigny (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire), deuxième rapport préliminaire 1992-1994 », Revue Archéologique du Centre, t. 34, 1995, p. 195-249.

61E. Zadorario, F. Thomas, A.M. Jouquand, « Rigny-Ussé 1. L’état des lieux d’après les sources écrites », 5e supplément à la Revue Archéologique du Centre, Tours, 1992.

62Travaux d’étudiants

63O. Asselin, Tours noyé(e) des eaux. Les inondations du Cher et de la Loire dans la région tourangelle au xviiie siècle, maîtrise Université de Tours, s. dir. de B. Maillard, 1998.

64C. Audibert, Les Digues de Loire à Tours à la fin du Moyen Âge, maîtrise Université de Tours, s. dir. de J. Burnouf, 1998.

65C. Blin, Géo-archéologie et morphogenèse fluviale à partir de sondages (Tours), maîtrise Université d’Angers et BRGM, s. dir. de N. Carcaud et D. Giot, 1998.

66D. Boisseuil, Le Pont sur la Loire à Tours au Moyen Âge. Étude menée à l’aide des registres des comptes municipaux de la ville de Tours 1385-1520, maîtrise Université de Tours, s. dir. de B. Chevalier, Tours, 1990.

67D. Dubant, Le Site de Tours du Ier au milieu du XIXe siècle, de l’adoption à l’astreinte (étude historique). Thèse de 3e cycle, Université de Tours, 1993.

68V. Durrenberger, Les Aménagements en lit mineur de Loire, de l’amont à l’aval de Tours, maîtrise Université de Tours, s. dir. de J. Burnouf, en cours.

69R. Guichane, L’Histoire de l’aménagement de la Claise et de ses affluents dans le département d’Indre-et-Loire, maîtrise Université de Tours, s. dir. d’E. Zadora-Rio, 2 vol., 1993.

70R. Guichane, L’Histoire de l’aménagement de la Claise et de ses affluents dans le département d’Indre et Loire, maîtrise Université de Tours, s. dir. d’E. Zadora-Rio, 2 vol., 1993.

71A. Jandrot, Étude de la pêcherie du prieuré du Foncher au Moyen Âge, Xe-XVe siècles,

72s. dir. Burnouf et E. Zadora-Rio, 2 vol., 2000.

73H. Noizet, Saint-Martin de Tours et ses possessions à l’époque carolingienne, maîtrise Université de Tours, s. dir. d’H. Galinié, 1997.

Notes

1 À paraître : actes du xviiie colloque international de l’AFEC, Angers, 21-23 septembre 2000.

2 La liste des preuves et les extraits de la documentation consultée sont donnés en annexe.

3 Archives municipales de Tours, CC8, 1387

4 Archives municipales de Tours, CC8, f 100, 1387.

5 Archives départementales d’Indre et Loire, H 2691

6 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273

7 R.Dion, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, Tours, Arrault, 1934, p.22. Entre Amboise et Langeais, le terme de « varennes » désigne l’ensemble de la vallée ; en aval de Langeais, on parle de «Vallée d’Anjou ».

8 Archives départementales du Maine et Loire, C 30, C 36

9 Archives départementales d’Indre et Loire,C 273

10 O. Asselin, Tours noyé(e) des eaux. Les inondations du Cher et de la Loire dans la région tourangelle au xviiie siècle, maîtrise d’histoire, université de Tours, 1998.

11 Archives nationales, F/14/1201.

12 Archives nationales, F/14/1200.

13 Archives départementales du Maine et Loire, C 35.

14 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273.

15 Archives départementales d’Indre et Loire, C 35.

16 Archives départementales d’Indre et Loire, C 273 et 271

17 Archives départementales d’Indre et Loire, C 893

18 Archives départementales d’Indre et Loire, E dépôt 197/Rigny-Ussé O 9.

19 Archives départementales d’Indre et Loire, L 565.

20 Archives départementales d’Indre et Loire, S 3402.

21 Archives départementales d’Indre et Loire, E dépôt 272/Villandry O 1.

22 E. Filleteau, « Monographie de la commune de Rigny-Ussé », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, tome IX, n° 6, 1992, p. 661-696.

23 R. Dion, Le Val de Loire. op. cit., p. 402-404.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540