Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Les sociétés rurales

Mariage et héritage dans la société paysanne des Mauges au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 1999, 3, p. 93-103
  • 2 J. Yver, Essai de géographie coutumière, Paris, Sirey, 1966. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Système de (...)
  • 3 A. Burguière, « Pour une Typologie des formes d’organisation domestique de l’Europe moderne (xvie-(...)

1Quand on brosse à grands traits la carte où apparaît la géographie des types de famille existant sous l’Ancien Régime, l’Ouest de la France (entre autres, Bretagne ; Maine, Anjou, Touraine), figure toujours parmi les régions où domine la famille conjugale (ou nucléaire). Si, de même, on regarde la carte des régimes successoraux avant le code civil, ces zones relèvent du droit coutumier qui prévoit un strict partage égalitaire pour les successions roturières et impose le « rapport » des dots accordées aux enfants mariés. Le père n’a donc aucun moyen, au moins en droit, d’avantager un de ses héritiers2. Mais les recherches menées à la suite des travaux de Peter Laslett et de l’école de Cambridge sur les types de familles ont montré toute la complexité des situations régionales, et même locales. D’autre part il faut poser la question de savoir si le modèle le plus répandu est bien le modèle préféré3. Au xviiie siècle les provinces de l’Ouest font l’objet de jugements péjoratifs : elles sont classées dans les régions de « petite culture ». Dans leurs rapports les intendants, ou leurs subdélégués, du xviiie siècle insistent tous sur la faiblesse des moyens de culture, le caractère traditionnel des pratiques agricoles jugées archaïques par les agronomes et sur la précarité de l’existence pour ces populations. Il est alors tentant d’établir des relations de cause à effet entre ces différents traits structurels et de penser à des correspondances entre partage égalitaire des successions, petite exploitation, famille nucléaire et pauvreté.

Paysans des Mauges, fin xviiie siècle. Archives départementales du Maine-et-Loire, 11Fi 437.

Paysans des Mauges, fin xviiie siècle. Archives départementales du Maine-et-Loire, C 334.

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.
  • 5 Archives départementales du Maine-et-Loire, 1 L 402. La moyenne dépasse 6 à Torfou (6,2), à la Ren (...)

2Dans le rapport sur la généralité de Tours (Maine, Anjou, Touraine) en 1762-17664 attribué à l’ingénieur de Voglie, l’auteur se fonde sur des dénombrements précis dans quelques communautés du Maine, pour établir qu’un « feu » abrite 4,33 personnes. Mais si on observe les réalités régionales à travers cette vaste circonscription administrative, on découvre bien des disparités : en Touraine ce niveau moyen n’est pas atteint alors qu’en Anjou, dans les régions situées au sud de la Loire, les Mauges, il est largement dépassé ; calculée par district pour 1790, la moyenne s’établit à 4,15 individus par feu en Saumurois, 4,38 dans la région d’Angers de part et d’autre de la Loire, mais 5,22 dans le district de Cholet et 5,25 dans celui de Saint-Florent ; dans quelques paroisses de ces deux derniers secteurs elle peut dépasser 65. Où trouver l’explication de ces chiffres, qui ne sont pas sans rappeler ceux qu’on peut trouver dans les provinces qui, au sud de la Loire, abritent de nombreux ménages complexes ? S’agit-il de familles nucléaires prolifiques que la mortalité juvénile épargne ou de familles élargies ?

Familles conjugales et ménages complexes

  • 6 Archives départementales du Maine-et-Loire, C 53.
  • 7 C. Petitfrère, Les Blancs d’Anjou, Paris, Bibliothèque nationale, 1981, p. 343-357.

3Dans cette région des Mauges, à l’intérieur d’une même communauté l’habitat se répartit en trois types de groupements qui apparaissent de façon nette sur certains rôles d’impôt6 et qui reflètent l’existence de trois niveaux sociaux et économiques parmi la population rurale, paysanne en particulier. Le bourg regroupe les artisans qui assurent la satisfaction des besoins « domestiques » et les travailleurs de la « manufacture textile de Cholet7 » ; y habitent aussi des journaliers et une partie des veuves, pauvres le plus souvent. Les « villages » sont composés de quelques petites exploitations, les borderies. Enfin les « métairies », qui sont isolées, sont désignées sous un nom de lieu-dit et pour chacune, la cote d’impôt est d’un montant élevé, nettement supérieur à la moyenne de la paroisse, et semble devoir être acquittée par deux individus ou plus ; celle des autres contribuables, au bourg et dans les villages, ne figure que sous un seul nom, celui du chef de feu, et n’atteint pas des niveaux importants. Donc, semble-t-il, les familles simples résident au bourg et dans les bordages tandis que les métairies abritent des « ménages » qui sont nombreux et forment des structures démographiques et économiques complexes.

État des impositions de la paroisse de Saint-Martin de Beaupréau ; 1788. Archives départementales du Maine-et-Loire, C334.

4Les paysans qui exploitent les métairies constituent un groupe restreint mais économiquement dominant, bien qu’ils ne soient jamais propriétaires de ces domaines. L’étude de leurs pratiques matrimoniales met en évidence une homogamie très poussée, presque exclusive, qui l’emporte sur l’endogamie géographique. Lorsque l’on peut repérer quels sont la situation socioprofessionnelle et le lieu de résidence des membres d’une même fratrie, on remarque aussitôt que tous, garçons et filles, sont domiciliés dans des métairies ; mais ils habitent dans des paroisses différentes, dont aucune toutefois n’est très éloignée. Une micromobilité importante est donc la conséquence du choix fait de chercher un conjoint dans son milieu socioprofessionnel plutôt que dans sa paroisse ; toutefois le mariage se fait presque toujours dans la paroisse de la fille, dont l’honneur doit être préservé, et c’est seulement ensuite qu’éventuellement le jeune couple partira pour s’établir dans la paroisse d’origine du garçon. On constate souvent que deux, parfois trois, couples qui sont le plus souvent de générations différentes demeurent « ensemblément » dans la même métairie ; celle-ci est donc exploitée par une famille complexe qui forme une communauté de résidence et de travail. Quels sont les ressorts du fonctionnement de ce « modèle familial » qui explique la présence de « familles souche » dans une région où les familles nucléaires l’emportent nettement ? Quelles stratégies impose-t-il de mettre en œuvre pour assurer la reproduction sociale dans ce groupe peu ouvert de paysans aisés ? L’exploitation des archives anciennes permet d’apporter quelques réponses à ces questions.

Comment connaître les stratégies familiales ?

  • 8 Dans les cas de consanguinité forte la dispense doit être demandée en cour de Rome et elle est trè (...)

5Il est banal de rappeler que les paysans de l’Ancien Régime ne nous ont pas transmis de témoignages écrits directs sur leur vie. Mais leur existence quotidienne a, en fait, laissé de nombreuses traces, qui doivent cependant être « déchiffrées » puisqu’un « médiateur culturel » s’est imposé (curé, notaire, juge). Ainsi, par exemple, l’homogamie sociale à l’intérieur d’un groupe restreint entraîne nécessairement une forte consanguinité qui selon les lois de l’Église, entraîne l’interdiction du mariage ; celle-ci ne peut être levée que par une dispense obtenue de l’officialité du diocèse8. Les demandes de dispenses de consanguinité constituent une source importante d’informations sur les stratégies matrimoniales puisque dans des limites bien définies et connues par les paysans eux mêmes, ces derniers doivent expliquer pourquoi ils veulent épouser un cousin lors d’une enquête qui est le plus souvent confiée au doyen rural du lieu ; ce dernier connaît bien ses ouailles et leurs besoins ; les formulations qui se répètent montrent que ce curé maîtrise bien la procédure et rédige les réponses de façon « convenable ».

Demande de dispense de consanguinité pour contracter mariage : enquête effectuée par le curé de Savennières. 1733. Archives départementales du Maine-et-Loire, G 619.

  • 9 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 619 à 630.

6Les textes ne sont toutefois pas stéréotypés, ils prouvent le sérieux de la démarche et l’originalité de certaines situations ; on peut toutefois penser que les raisons exposées sont celles qui, en fonction du mariage souhaité, sont jugées acceptables et aptes à faire aboutir favorablement la demande. La région des Mauges étudiée ici était partagée entre les diocèses de La Rochelle et d’Angers ; les dossiers sont conservés dans la série G des Archives Départementales. Nous étudierons le cas des paroisses angevines9 ; bien que la série n’ait pas été parfaitement conservée, pour plusieurs années les enquêtes sont nombreuses et détaillées. Elles livrent de précieuses informations sur le milieu géographique et socio-économique concerné.

  • 10 Les notaires de Montfaucon et de Vihiers usent du terme laboureur, ceux de Chemillé et de Martigné (...)
  • 11 C’est le régime matrimonial ordinaire, prévu par la coutume ; cette communauté court dès que le ma (...)

7L’établissement d’un contrat de mariage est beaucoup moins fréquent dans les pays de droit coutumier que dans les provinces où l’influence du droit romain est restée plus prégnante. Toutefois les « laboureurs » des Mauges sont nombreux à en passer. Dans cet acte, le notaire indique rarement la profession des parents des fiancés ; celle de la fille ne figure jamais, alors que les informations portées dans la suite prouvent que souvent elle est « en condition ». Par contre « l’état » du garçon est toujours noté ; s’il est domestique c’est sans doute la dernière occasion où il apparaîtra comme tel : une fois marié, il deviendra laboureur. À ce sujet il faut noter que se pose un problème de vocabulaire : l’exploitant d’une métairie est appelé par certains notaires « métayer » mais par d’autres simplement « laboureur10 ». Il semble toutefois qu’il s’agisse bien de la même réalité socio-économique. Les contrats fournissent les chiffres des apports au mariage et leur nature (économies personnelles, avances sur « hoirie », parfois du linge et des meubles, très rarement des biens fonciers) ; figure aussi le montant des sommes qui seront mises dans la communauté de biens11. Surtout, pour ce qui nous intéresse, lorsqu’une promesse « d’association » ou « associement » dans l’exploitation de la métairie est faite par les parents de l’un ou l’autre des jeunes, certains contrats indiquent quel sera l’avenir du nouveau couple.

  • 12 On peut toutefois retrouver partiellement ces biens à travers la liste des « titres et papiers » q (...)

8Les inventaires dits « après décès » des biens mobiliers d’un couple ayant vécu en communauté sont faits dans deux occasions, soit avant le remariage d’un(e) veuf(ve), soit après la disparition complète du couple ; sans doute entachée d’une sous évaluation, ils permettent d’évaluer l’importance matérielle et financière de l’actif mobilier, en particulier de la valeur du cheptel vif, du matériel d’exploitation et des stocks de produits agricoles (seigle, chanvre, vin) ; mais la liste des biens fonciers dépendant de la succession n’y figure pas, elle ne peut être retrouvée que dans les actes organisant le partage de ces terres et maisons12. Les inventaires fournissent de plus la liste des ayants droit au partage successoral, donc celle des enfants survivants ; c’est une indication essentielle. Il devient alors possible de reconstituer le « parcours matrimonial » des individus ; veuvages et remariages sont fréquents et les familles « recomposées » ne sont pas rares ; l’existence d’enfants nés de différents lits et souvent encore mineurs rend nécessaire un exposé précis sur leurs liens de parenté et leurs droits dans la succession.

Inventaire après décès de Louise Clisson. 27 avril 1781. Archives départementales du Maine-et-Loire, 5 E 67/9.

9Lorsque le contrat de mariage la prévoit sans l’organiser ou si elle est décidée ultérieurement, « l’association » doit faire l’objet d’un acte notarié spécifique, tout à fait original. Il faut y ajouter certains des actes intitulés « cession et ventes » ou encore « obligation », car une lecture attentive peut révéler qu’ils organisent un « associement » sous le couvert de ce vocabulaire banal. L’acte d’associement peut être décomposé en trois parties : il comporte d’abord une évaluation financière du capital mobilier de l’exploitation, constitué pour l’essentiel par le cheptel mort et vif et dont une part est cédée à « l’associé » selon la quotité énoncée au début de l’acte ; sont aussi partagés et vendus des ustensiles variés, comme pots, vaisselle, nécessaires à la vie « à pot et à feu communs » ; seul le « ménage », essentiellement le linge et les meubles personnels (coffres, lits), est réservé : il constitue l’unique élément matériel de la vie privée. Ensuite l’acte fixe les modalités pour le règlement financier de cette vente. Il se termine par des clauses que l’on peut dire « rituelles » : l’associé s’engage à participer au prorata de sa part aux frais et charges de l’exploitation (salaires, fermage, impôt…) en échange de sa part de profit. Quelques dispositions précises organisent la vie en commun ; elles prévoient en particulier la subsistance de l’associé jusqu’à la prochaine récolte ainsi que celle des enfants nés et à naître. Les comptes sont à rendre régulièrement (chaque mois le plus souvent).

10L’acte, quelle que soit sa nature précise, est le plus souvent passé entre des parents (parfois après la mort de l’un des deux) et un enfant (fils ou fille) marié ou, plus rarement, célibataire ; quelques associations entre frères sont conclues ; exceptionnellement les contractants, comme un exploitant et un domestique, n’ont aucun lien de parenté. L’acte est établi soit peu de temps après le mariage de l’enfant concerné (on peut alors se demander pourquoi l’associement n’a pas été mentionné dans le contrat de mariage), soit à une date qui est nettement postérieure au mariage. La quote part de l’associé dans l’exploitation s’établit à un quart, un tiers ou, le plus souvent, une moitié ; parfois les parents sont déjà eux-mêmes associés et ils consentent alors un partage de leur propre part.

11Les « cessions de part » peuvent avoir un contenu différent : ces actes, qui sont faits parfois longtemps après l’acte d’associement, en sont souvent la suite logique ; les parents indiquent leur volonté de cesser leur activité en raison de leur âge, de leurs infirmités ou d’un veuvage ; ils vendent alors la part du capital d’exploitation qu’ils détiennent encore à celui qui est déjà leur associé ; ce dernier devient donc propriétaire de la totalité de ces biens mobiliers. Le contrat prévoit aussi des dispositions pour assurer la « retraite » de ceux qui se retirent, pour aussi longtemps que leur acheteur successeur restera locataire de la métairie.

12Les contrats de location sont peu loquaces sur le point de la répartition des charges dans l’exploitation ; ils fournissent néanmoins la liste des locataires quand ces derniers sont plusieurs mais sans préciser quelles sont leurs parts respectives, et ils permettent de savoir s’il y a renouvellement du bail aux mêmes locataires.

13Les documents fiscaux, les rôles de taille en premier lieu, n’ont pas été conservés pour les paroisses des Mauges ; mais dans les dernières années de la décennie 1780, les rôles pour la répartition de la corvée royale peuvent pallier ce défaut puisque cette taxe est proportionnelle à la taille ; dans plusieurs paroisses la profession des contribuables est bien indiquée.

  • 13 Les minutes établies entre 1754 et 1763 par le notaire de Montfaucon contiennent : 15 contrats d’a (...)

14Il est possible que des associements ou des cessions de part soient faits sans qu’il y ait de recours au notaire, soit sous seing privé soit par accord tacite ; il est impossible de savoir s’ils ont été fréquents. Toutefois, comme il s’agit en réalité d’actes de vente et qu’à l’arrière plan se profilent des questions d’héritage on peut penser que ces conventions n’ont pas été nombreuses13.

  • 14 P. Bossis, « Le Milieu paysan aux confins de l’Anjou, du Poitou et de la Bretagne (1771-1789) », É (...)

15Ces pratiques d’associement, que l’on retrouve dans le nord du Poitou mais avec des modalités de fonctionnement différentes14, sont originales ; elles ne répondent pas à l’application d’un « modèle » largement répandu en France. Il faut donc s’interroger sur leurs raisons d’être et leur but ultime.

L’importance du capital d’exploitation

16L’étude des systèmes agraires des Mauges montre que cette région constitue une zone de polyculture traditionnelle mais où l’élevage occupe une place importante ; le commerce des bœufs, qui sont vendus après plusieurs années de travail, anime les foires et marchés. Comme dans tout l’Ouest, la répartition des types d’exploitation répond à un modèle binaire : les métairies et les borderies (appelées aussi bordages ou closeries) diffèrent essentiellement par la superficie, non par la composition, la borderie étant le plus souvent une métairie en réduction. Les « grandes » exploitations ont besoin d’un cheptel nombreux et d’une main d’œuvre abondante mais le faire valoir direct est peu répandu : le paysan est rarement propriétaire de la terre qu’il cultive et sa principale richesse réside dans la possession du matériel d’exploitation ; les contrats de location sont rarement « à part de fruit » et le propriétaire, citadin le plus souvent, ne participe donc pas à l’exploitation et ne fournit ni bétail ni semences.

  • 15 Archives départementales du Maine-et-Loire, 1 Mi 53. La zone qu’il présente comprend un groupe de (...)

17Le subdélégué surnuméraire, Bourasseau de la Rénollière, a rédigé en 1768 un rapport15 sur la région de Cholet dans lequel il livre des indications précieuses sur les structures agraires de cette région. Il classe les métairies en trois catégories en fonction non de leur superficie mais du nombre de paires de bœufs nécessaires pour les mettre en culture. Les plus grosses sont rares mais elles utilisent 16 à 18 paires de bœufs et sont louées 700 à 800 livres ; les moyennes font environ la moitié des plus importantes et les petites un quart mais avec un loyer situé entre 180 à 250 livres. La métairie des Senancières à Vihiers peut servir d’exemple ; un inventaire après décès y est réalisé le 24 avril 1781, après la mort du métayer qui l’exploitait en association avec un de ses fils, tandis que ses deux autres fils et ses trois filles, tous mariés, étaient installés dans d’autres métairies. C’est une exploitation qui peut être classée dans les plus petites de la deuxième catégorie de Bourasseau puisqu’elle compte 10 bœufs de labour. L’actif brut (dettes passives non déduites) s’élève à 7326 livres, dont le bétail représente 43,4 % ; les trois charrettes en font 4 % à elles seules, les instruments et outils, 5,8 % ; les réserves en grains, mais nous sommes en fin d’année récolte, n’atteignent que 3 %.

  • 16 Archives départementales du Maine-et-Loire, 5 E 67/8 à 16, minutes Poupard

18Dans les inventaires après décès réalisés par le notaire de Vihiers entre 1780 et 178916, le montant moyen de l’actif brut s’élève à 4 153 livres tandis que celui des estimations faites avant un associement se monte à 2 371 livres, ce qui laisse supposer une sous-évaluation du capital, qu’il faut relativiser en prenant en compte les phases de développement de l’exploitation : un chef de famille seul ne peut développer une activité aussi importante que deux laboureurs associés. Il n’en reste pas moins que pour prendre en charge l’exploitation d’une métairie il faut disposer d’un capital mobilier dont la valeur s’approche de la somme qu’il faut débourser pour acheter une petite borderie. Réunir une telle somme n’est pas à la portée de tous et on ne peut sans risque diviser ce capital.

La recherche d’un bon établissement

  • 17 Le terme « avantage » revient sans cesse sous la plume des curés enquêteurs.
  • 18 Le terme est ici à prendre au sens de « locataire d’une métairie », dont le fermage est plus souve (...)
  • 19 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 622, 19 janvier 1747.
  • 20 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 628, 5 mai 1766. Les deux jeunes gens, cousins au qu (...)

19Comme le montre l’étude des demandes de dispenses de consanguinité, dans les Mauges comme ailleurs en France, l’homogamie sociale est voulue et recherchée, aussi bien par les jeunes que par leurs parents ; les « fréquentations » sont le plus souvent spontanées mais elles restent commandées par des règles sociales tacites et bien intériorisées, auxquelles on obéit inconsciemment. L’établissement dans une métairie est considéré comme le meilleur possible : [le garçon est] « pourvu de la ferme d’une métairie, ce qui dans ces cantons est un avantage considérable17 » ; mais les métairies sont « fort rares ». Les mariages entre enfants de métayers18 sont nombreux et anciens ; ce groupe social étant restreint, les liens de cousinage sont fréquents, tout comme et pour les mêmes raisons les liens de parrainage qui interdisent aussi le mariage : en conséquence dans la plupart des paroisses « il n’y a presque pas de familles où il n’y ait parenté ou alliance ». Le souci d’établir les filles d’aussi bonne manière que les garçons est très présent : « c’est un avantage réel pour led. Louise Gourdon d’épouser led. Louis Gourdon parce qu’il est dans une métairie et que lad. Louise Gourdon ne peut être établie dans celle que tient son père François Gourdon son père qui s’est associé Pierre Gourdon son fils19 ». C’est bien la preuve qu’il ne s’exerce aucune discrimination envers les filles et que l’égalité entre les sexes prévue par la Coutume pour le partage des biens roturiers se retrouve dans les comportements. Épouser quelqu’un de sa propre parenté apparaît aussi comme un gage de meilleure entente et de sentiments plus affectueux : les fiancés assurent qu’étant parents, ils « vivront plus en paix » ou « qu’ils ont toujours été proches voisins et parfaitement unis, que leurs parents respectifs désirent ardemment cette alliance pour maintenir l’union qui a régné entre les deux familles, que les habitants de ce pays sont presque tous parents et alliés les uns des autres, que led. Nicolas Fortin est en jouissance d’une métairie, avantage très rare en ce pays où la plupart des jeunes gens ne peuvent se marier faute d’en avoir, que led. Fortin jouissant en commun de sa métairie avec Julien Sourice son frère utérin qui demande dispense pour épouser Marie Coessard sœur de lad. Renée Coessard, cette double alliance cimenterait l’union qui doit régner entre les familles20 ».

  • 21 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 624, 23 mai 1753.

20L’harmonie familiale repose sur une communauté d’intérêts et sur les rapports privilégiés nés en partie des liens de parenté ; la méfiance envers les étrangers est très fortement exprimée. Le maintien du patrimoine dans le lignage et l’équilibre familial ne doivent pas dépendre des événements biologiques que sont la vie et la mort. La volonté d’assurer le devenir des enfants au même niveau social et économique que celui des parents, donc de leur garantir un statut de métayer, apparaît très souvent. Ainsi un homme associé dans une « forte métairie » avec la tante maternelle de la fille qu’il souhaite avoir comme bru « pour continuer à vivre en bonne union » déclare « qu’il voudrait bien avantager et soutenir son fils dans sa ferme qu’ils tiennent de père en fils tant du côté du futur époux que de la future épouse ce qui serait une grande consolation pour leur famille et ne pourrait réussir s’ils ne se mariaient point ensemble21 ». Quand il y a associement, selon une clause, sans doute insérée à la demande des parents, il est prévu qu’en cas de décès d’un co-preneur les autres pourront continuer l’exploitation. Est ainsi assurée une transmission quasi-héréditaire du bail (« depuis plus de cent ans leurs pères et grands pères ont été sans discontinuer dans la même métairie »).

21Cette pratique est aussi tout à l’avantage du propriétaire dont l’intérêt est de s’attacher les services de paysans capables d’assurer une bonne mise en valeur et de payer régulièrement le loyer. Le maintien dans les lieux est toutefois subordonné à son accord : les contrats de location indiquent parmi les devoirs imposés aux preneurs qu’ils ne pourront transférer le bail ou y associer quelqu’un sans l’accord du bailleur. Ce dernier peut d’ailleurs exiger qu’il y ait sur sa métairie au moins un homme et une femme, donc que le locataire soit marié, car certaines tâches indispensables relèvent du travail féminin. Il est donc préférable que la future épouse ait été élevée dans une métairie : elle connaîtra le milieu et les travaux à accomplir, elle pourra éventuellement en cas de veuvage diriger l’exploitation. En effet il n’est pas rare qu’une veuve soit à la tête d’une métairie ; les propriétaires ne semblent pas répugner à passer des contrats avec des femmes, qui travaillent avec leurs enfants ou beaux-enfants ou encore avec des domestiques, sans chercher toujours à se remarier rapidement ; trouver un nouvel époux ne s’impose qu’aux veuves très jeunes, chargées d’enfants en bas âge ou qui avouent leur incapacité à mener leurs affaires, ou très âgées. Il arrive aussi que certains associés menacent de rompre la société si leur partenaire n’est pas marié ou exigent qu’il embauche une domestique afin que la parité des sexes soit assurée.

Comment éviter les conséquences des partages successoraux

22La stratégie matrimoniale déployée est donc destinée à assurer le maintien des mêmes lignages, les plus aisés, dans une métairie. Le patrimoine de ces familles n’est pas constitué de biens fonciers mais d’un capital mobilier composé essentiellement du bétail et de la détention d’un bail qui est en quelque sorte « patrimonialisé », c’est-à-dire qu’il est devenu un bien transmis héréditairement. Pourtant un grave danger guette sans cesse ce patrimoine : à chaque génération la règle du partage successoral égalitaire obligatoire entre tous les enfants, quels que soient leur sexe, leur âge et leur situation, peut entraîner la dispersion du cheptel et donc la disparition de ce capital obligatoire pour prendre en location une métairie ; ainsi la main-mise de ce groupe fermé des métayers sur les grandes exploitations peut être mise en question. Or la réponse apportée à ce problème n’est pas du tout celle de la restriction des naissances et du nombre des héritiers, même à la fin du siècle, alors qu’elle se répand, par exemple en Normandie.

Cinq frères et sœurs se marient le même jour à Chemillé. 1787. Archives départementales du Maine-et-Loire, 3 Jo 3.

23Au travers des registres paroissiaux des Mauges, on constate des pratiques démographiques marquées par une grande vitalité. L’âge au mariage, des filles surtout, est un peu plus bas que dans les régions voisines, en effet si seule l’installation dans une exploitation permet le mariage, l’association avec un locataire déjà en place permet de « s’établir » sans avoir à attendre le décès des parents et l’héritage. À La Jumellière, selon les curés qui le rappellent dans les demandes de dispenses de consanguinité, la tradition veut que l’on marie les filles à 15 ans ; mais, d’après les âges indiqués dans les actes des registres paroissiaux, la moyenne au premier mariage est de 22,5 ans pour les filles et de 26 pour les garçons entre 1720 et 1729 ; pour plus d’un quart (28 %) les filles sont mariées avant 20 ans et pour les trois quarts (73,6 %) avant 25 ans. Cependant il faut noter que ces moyennes sont peut-être faussées, le curé ayant relevé plus souvent l‘âge des mineurs qui ont besoin du consentement des parents que celui des majeurs. À Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde, dans la décennie 1780-1789, l’âge moyen au premier mariage est pour les garçons de 27,8 ans et de 24,3 ans pour les filles dont il faut remarquer que presque les deux tiers (62,2 %) sont mariées avant 25 ans et 95 % avant 30 ans. Donc l’effet d’un âge tardif au mariage, cette « arme contraceptive » de l’Europe occidentale selon Pierre Chaunu, joue moins que dans d’autres provinces françaises.

24Peut-être cherche-t-on des filles dont la jeunesse assure plus facilement l’obéissance et l’intégration dans une famille large, sous l’autorité d’une belle-mère. Sans reconstitution totale des familles il n’est pas possible de dire combien d’enfants atteignent 20 ans et en combien de parts l’héritage devra être divisé. La liste de la parentèle présente à la signature d’un contrat de mariage donne une bonne image de la réalité : on constate que les frères et sœurs des fiancés sont nombreux et que tous vivent dans une métairie, soit comme exploitants quand ils sont mariés, soit avec leurs parents.

25Pour éviter le morcellement de la succession entre de nombreux héritiers la solution peut être trouvée dans l’associement. Grâce à cette pratique les enfants qui doivent rester avec leurs parents sur la métairie achètent leur part du capital d’exploitation ; le règlement financier est facilité par l’apport de la dot du conjoint dans laquelle figure souvent le pécule gagné comme domestique et par la prise en compte des gages de l’enfant qui, célibataire, a « servi » chez ses parents sans être jamais payé ; une fois l’argent versé l’associé est propriétaires et ne doit rien à ses frères et sœurs. Lorsque les parents se jugent trop vieux ou trop « caducs » pour assurer leur part dans l’exploitation, ils peuvent faire une « démission de biens » en faveur de leurs enfants moyennant le versement d’une pension alimentaire viagère comme c’est courant en Touraine par exemple mais cette démarche les laisse à la merci de leurs enfants ; bien plus souvent ils vendent leur part dans l’association par un de ces actes de cession de part évoqués plus haut et ils gardent un domicile dans la métairie jusqu’à l’expiration du bail en cours. Ainsi ils ne sont pas totalement démunis puisqu’ils disposent d’une certaine somme d’argent, qui peut aussi leur servir à payer leur dû aux autres enfants. À leur mort, l’héritage constitué de meubles, d’argent et éventuellement de terres pourra être sans difficulté partagé entre les héritiers. De cette manière le capital de l’exploitation n’a pas été divisé et reste entre les mains de l’associé qui peut l’acquérir assez aisément puisqu’il le paie par fractions échelonnées. L’installation d’un jeune ménage est facilitée ; ses capacités de travail montent en puissance tandis que déclinent celles de ses prédécesseurs ; le passage d’un exploitant à un autre se fait par étapes et est assuré plus facilement.

La « reproduction sociale » chez les métayers des Mauges

26Ce système, étonnamment plastique, assure une réelle reproduction sociale et s’adapte à de nombreuses situations. Tout en reposant sur un usage constant de l’argent, ou tout au moins un recours permanent aux valeurs monétaires qui servent à établir les évaluations financières, il permet de limiter la circulation de l’argent et de réduire le recours à la main d’œuvre salariée. Les jeunes célibataires, garçons ou filles, sont employés comme « serviteurs domestiques », souvent chez leurs parents ; ils peuvent se constituer un pécule, qui toutefois ne leur est pas versé en espèces mais constitue un « à valoir » sur leur dû au moment de leur associement avec leurs parents. L’endogamie socio-professionnelle permet de placer dans une autre métairie les enfants qu’il n’est pas possible de garder dans l’exploitation familiale, au prix d’un petit éloignement. Les enfants mariés à l’extérieur reçoivent alors une avance d’hoirie qui est employée pour payer leur associement dans la métairie d’accueil, donc l’achat d’une partie du capital d’exploitation. Il serait intéressant de savoir si les « mariages croisés » entre deux familles sont fréquents, puisqu’ils permettent de faire des échanges de dots et d’éviter toute circulation réelle de biens.

27Pour acheter sa part dans le cheptel vif, le matériel et le « ménage », l’associé peut donc utiliser les avances sur les « droits successifs » promises par ses parents dans le contrat de mariage, la dot de son épouse et le pécule de ses gages. Les autres héritiers ne sont pas lésés puisqu’il y a rachat et non don ; on peut souvent noter un réel souci de maintenir une stricte égalité entre les enfants : ils déclarent les sommes qu’ils ont dépensées pour les « frais de noce » des aînés et demandent que les cadets reçoivent un montant identique ou parfois même ils leur donnent cet argent. Lors du partage de l’héritage entre tous les enfants, seule sera concernée la fraction des biens restés propriété des parents, tandis que le couple associé sera déjà propriétaire des parts achetées au moment de l’associement et du retrait des parents ; il recevra de plus une part égale à celle des autres héritiers, et il pourra même la leur racheter.

28Ce système de transmission du bail et du capital d’exploitation est aussi appliqué aux borderies bien qu’elles forment des exploitations plus petites et soient plus souvent que les métairies gérées en faire valoir direct ; elles sont parfois aussi une situation d’attente pour un jeune « laboureur » qui ne souhaite pas ou ne peut pas rester domestique.

Encore des questions…

29Il reste encore bien des points à éclaircir. Combien de laboureurs ont-ils recours à cette pratique ? Comment est choisi l’enfant qui sera associé et qui bénéficiera ainsi d’une installation plus facile, avec l’assurance d’hériter du bail ? Quel est son rang dans la fratrie : est-ce le benjamin dont les aînés sont déjà établis et que les parents ont gardé avec eux parce que leurs forces déclinent ? Dans ce cas il s’agit bien pour eux de préparer leur « retraite » : en effet si l’on considère que le plus souvent l’enfant concerné a environ 25 ans, âge du mariage, et que sa mère avait environ 40 ans lors de sa naissance, les parents ont au moins 65 ans quand ils concluent l’associement. C’est ce cas qui paraît le plus fréquent : les contrats de mariage montrent que les aînés sont déjà installés dans une métairie.

  • 22 X. Martin, Le Principe d’égalité dans les successions roturières en Anjou et dans le Maine, Paris, (...)

30Il faudrait consulter les archives judiciaires civiles pour juger du nombre de contestations qui ont pu s’élever à propos des associements et des partages d’héritages ; on peut aisément penser que dans l’estimation des biens vendus à l’associé se glisse une part de sous-évaluation… On sait aussi que « l’infra-judiciaire » est très présent dans les campagnes : pour éviter les frais d’un procès on préfère un accord à l’amiable dont, toutefois, la trace est gardée grâce à un acte notarié. Or les actes de protestation ou les arrangements financiers sont très rares chez les notaires. Le système semble donc bien accepté ; ainsi non seulement « par le moyen des sociétés les roturiers angevins sont parvenus partiellement à tourner la rigueur égalitaire de la Coutume d’Anjou22 » mais les paysans les plus aisés ont souvent réussi à préserver leur situation sociale et économique et ils continuent à former une « élite » rurale peu ouverte.

  • 23 B. Derouët, « Transmettre la terre. Origines et inflexions récentes d’une problématique de la diff (...)

31Dans les communautés des Mauges, les familles nucléaires sont majoritaires mais les ménages complexes, du type famille souche, forment fréquemment une grosse minorité et sont les plus aisés, ils constituent la sanior pars dans la communauté. Or les historiens associent souvent familles polynucléaires et partage inégalitaire des successions, familles conjugales et partage égalitaire. Ce schéma ne fonctionne pas tout le temps, la preuve peut en être trouvée dans les Mauges. L’organisation économique et familiale de « l’apparsonnement » de plusieurs exploitants, qui vivent « à même pot, pain et salière » au sein de familles complexes, est une manière de contourner les conséquences du partage égalitaire ; si le patrimoine est préservé, le lignage n’en est pas pour autant sacrifié puisque chaque enfant bénéficie d’une installation qui assure le maintien de sa situation sociale et il n’est pas lésé dans le partage de l’héritage ; la situation des cadets dans les provinces du Sud de la France est moins favorable… L’enjeu essentiel est d’organiser dans le groupe paysan non la transmission d’un patrimoine foncier qui est, dans le meilleur des cas, est de quelques arpents ou l’accès au marché de la terre qui leur est en grande partie inaccessible en raison de son coût, mais d’assurer la protection d’un capital de production qui seul permet la stabilité sociale et économique, et sans doute le maintien de l’honneur du nom. L’examen de ces pratiques peut aussi attirer l’attention sur un problème rarement posé à propos des sociétés rurales, pour lesquelles on assimile facilement richesse et étendue de la propriété foncière. La grande masse des paysans ne possède que peu de terres, et pourtant certains dominent la société rurale ; leur richesse étant constituée par le bétail, ils ne sont donc pas concernés par les « phénomènes de la redistribution de la terre à travers l’héritage et de sa circulation à travers le marché23 ».

  • 24 Le mot « frérèche » a deux sens : il désigne, c’est le cas ici, un ménage de plusieurs frères viva (...)
  • 25 A.-M. Cocula, Un Fleuve et des hommes, Paris, Taillandier, 1981, p. 271. Les maîtres de bateau de (...)
  • 26 L. Assier-andrieu, « Coutume savante et droit rustique. Sur la légalité paysanne », Études Rurales(...)

32Malgré les stipulations du droit coutumier il existe bien dans ces métairies des Mauges un « héritier privilégié ». La reproduction sociale est donc assurée et les métairies voient se dérouler tout un « cycle familial ». Les différents types de famille, familles élargies, familles patriarcales, frérèches24, s’y succèdent selon le rythme des mariages et des morts ; le cas le plus fréquent est sans doute celui de la famille-souche, quand un seul des enfants, assuré de prendre la succession, demeure avec ses parents sous l’autorité du chef de famille ; lorsque les vieux parents meurent et tant que les enfants sont petits on en revient à la famille nucléaire puis l’on retrouve une famille-souche lorsqu’un enfant devenu adulte est à son tour associé. Les paysans angevins ont su utiliser les moyens juridiques existants pour conserver des « solidarités forgées par le lien du sang et renforcées par le travail et la vie en commun25 ». Mais il faut aussi inverser la formule : c’est en maintenant les liens du sang par les stratégies matrimoniales qu’ils déploient qu’ils ont pu préserver ces communautés de travail et d’existence et qu’ils ont assuré la reproduction sociale de leur milieu. L’homogamie et l’associement sont donc bien les éléments d’un système homéostatique ; ils apportent une « solution […] au problème de la perpétuation d’individus consanguins sur une terre rare26 », dans une région très peuplée qui doit donc aussi être considérée comme un « monde plein ».

Notes

1 Publication : Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 1999, 3, p. 93-103.

2 J. Yver, Essai de géographie coutumière, Paris, Sirey, 1966. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Système de la coutume. Structures familiales et coutumes d’héritage en France au xvie siècle », Annales ESC, 1972, n° 4-5, p. 825-846.

3 A. Burguière, « Pour une Typologie des formes d’organisation domestique de l’Europe moderne (xvie-xixe siècles) », Annales ESC, 1986, n° 3, p. 641.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336.

5 Archives départementales du Maine-et-Loire, 1 L 402. La moyenne dépasse 6 à Torfou (6,2), à la Renaudière (6,15). Les résultats par paroisse sont cependant faussés (par excès) dans certains cas où le chiffre de population est visiblement une estimation (chiffres se terminant par 00 ou par 50) ; les effectifs de faux sont plus sûrs car sans doute relevés sur les rôles de taille.

6 Archives départementales du Maine-et-Loire, C 53.

7 C. Petitfrère, Les Blancs d’Anjou, Paris, Bibliothèque nationale, 1981, p. 343-357.

8 Dans les cas de consanguinité forte la dispense doit être demandée en cour de Rome et elle est très coûteuse, donc hors de portée des paysans.

9 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 619 à 630.

10 Les notaires de Montfaucon et de Vihiers usent du terme laboureur, ceux de Chemillé et de Martigné-Briant de celui de métayer.

11 C’est le régime matrimonial ordinaire, prévu par la coutume ; cette communauté court dès que le mariage est conclu, au contraire de ce que la coutume du Maine prévoit.

12 On peut toutefois retrouver partiellement ces biens à travers la liste des « titres et papiers » qui sont inventoriés à la suite des biens mobiliers.

13 Les minutes établies entre 1754 et 1763 par le notaire de Montfaucon contiennent : 15 contrats d’associement dans une métairie, 11 dans une borderie, 5 dans un moulin, 1 pour une tuilerie ; on peut y ajouter, en dehors des contrats de mariage, 3 actes de cession de part dans une exploitation, 2 conventions sur le fonctionnement de l’association et une quittance de paiement de part. À Vihiers, entre 1776 et 1785, on compte 14 actes d’association dans une métairie et 2 pour une borderie, 4 cessions de part, 2 redditions de comptes et 2 obligations. Les associations sont donc bien des pratiques courantes pour les exploitations de polyculture ; on n’en trouve jamais pour les « closeries » à spécialisation viticole.

14 P. Bossis, « Le Milieu paysan aux confins de l’Anjou, du Poitou et de la Bretagne (1771-1789) », Études Rurales, n° 47, Juillet-septembre 1972, p. 122-147. Dans le nord du Poitou on trouve des « inventaires-partages » inconnus dans les Mauges et il semble que les associés n’ont pas à acheter leur part.

15 Archives départementales du Maine-et-Loire, 1 Mi 53. La zone qu’il présente comprend un groupe de 16 paroisses.

16 Archives départementales du Maine-et-Loire, 5 E 67/8 à 16, minutes Poupard

17 Le terme « avantage » revient sans cesse sous la plume des curés enquêteurs.

18 Le terme est ici à prendre au sens de « locataire d’une métairie », dont le fermage est plus souvent acquitté en argent qu’en part de récoltes.

19 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 622, 19 janvier 1747.

20 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 628, 5 mai 1766. Les deux jeunes gens, cousins au quatrième degré sont encore mineurs, donc en théorie ils n’ont pas encore le droit de demander une dispense.

21 Archives départementales du Maine-et-Loire, G 624, 23 mai 1753.

22 X. Martin, Le Principe d’égalité dans les successions roturières en Anjou et dans le Maine, Paris, PUF, 1972, p. 153.

23 B. Derouët, « Transmettre la terre. Origines et inflexions récentes d’une problématique de la différence », Histoire et Sociétés rurales, n° 2, 1994, p. 40.

24 Le mot « frérèche » a deux sens : il désigne, c’est le cas ici, un ménage de plusieurs frères vivant en communauté ou, en Anjou comme en Touraine, une terre dont les tenanciers sont, dans le cadre seigneurial, collectivement redevables du cens.

25 A.-M. Cocula, Un Fleuve et des hommes, Paris, Taillandier, 1981, p. 271. Les maîtres de bateau de la Dordogne pratiquent aussi ce type d’association pour protéger leur patrimoine naval.

26 L. Assier-andrieu, « Coutume savante et droit rustique. Sur la légalité paysanne », Études Rurales, 1 986 n° 103-104, p. 110.

Table des illustrations

Légende Paysans des Mauges, fin xviiie siècle. Archives départementales du Maine-et-Loire, 11Fi 437.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-1.png
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Paysans des Mauges, fin xviiie siècle. Archives départementales du Maine-et-Loire, C 334.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-2.png
Fichier image/jpeg, 203k
Légende État des impositions de la paroisse de Saint-Martin de Beaupréau ; 1788. Archives départementales du Maine-et-Loire, C334.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-3.png
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Demande de dispense de consanguinité pour contracter mariage : enquête effectuée par le curé de Savennières. 1733. Archives départementales du Maine-et-Loire, G 619.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-4.png
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Inventaire après décès de Louise Clisson. 27 avril 1781. Archives départementales du Maine-et-Loire, 5 E 67/9.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-5.png
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Cinq frères et sœurs se marient le même jour à Chemillé. 1787. Archives départementales du Maine-et-Loire, 3 Jo 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9253/img-6.png
Fichier image/jpeg, 203k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540