Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Première partie. Un parti pour conquérir le pouvoir

La rénovation du Parti socialiste en Seine-Maritime (1971-1981)

Antoine Rensonnet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si passé 1981, le Parti socialiste apparaît, structurellement, comme la première force politique de Seine-Maritime, il n’y a jamais joui, avant 1971, d’une audience importante. Aussi la rénovation nationale du parti, entre 1971 et 1981, prend-elle un relief particulier dans ce département. En 1971, le PS semble ainsi dans un état presque catatonique. Sa crise se marque par des effectifs extrêmement réduits, le parti ne comptant plus guère que 600 militants1. En outre, il ne possède qu’un député (Tony Larue élu dans la deuxième circonscription), une grande mairie (Le Grand-Quevilly) et quatre conseillers généraux. Malgré la présence de Tony Larue, leader vieillissant, peu actif en dehors de sa circonscription, et de quelques notables locaux également âgés, le parti est faible. Les résultats des législatives de 1967 le montrent.

Image

Tableau 1. – Les résultats socialistes en Seine-Maritime aux législatives de 19672

La FGDS, avec huit candidats dont trois seulement sont social...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540