Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Première partie. Un parti pour conquérir le pouvoir

Les Bouches-du-Rhône : un vieux bastion socialiste dans un parti rénové

Anne-Laure Ollivier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le congrès d’Épinay de 1971 et la naissance d’un Parti socialiste régénéré et renouvelé n’ont-ils constitué qu’un faux-semblant ? La question mérite d’être posée étant donné la place que la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône occupa dans le nouveau parti. Avec plus de 12 000 adhérents au milieu des années 1970, elle figura, durant la décennie, en tête des effectifs des fédérations socialistes. Qui étudie le Parti socialiste des années 1970 ne peut donc faire l’impasse sur ce bastion légué par la SFIO. D’autant qu’il joua un rôle déterminant dans l’accession de François Mitterrand au secrétariat national, en s’alliant à la fédération du Nord et au CERES, à l’initiative de son chef, Gaston Defferre. Dès lors, sous sa férule, la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône constitua l’un des piliers les plus solides de la majorité du Premier secrétaire.

On l’aura deviné, il est impossible d’étudier cette place-forte socialiste dans les années 1970, sans évoquer la figure de Gaston ...

Auteur

Docteur en histoire, professeur en classes préparatoires littéraires à Poitiers

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540