Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Première partie. Un parti pour conquérir le pouvoir

La mémoire au service de la conquête du pouvoir ?

Noëlline Castagnez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si avec Maurice Halbwachs, nous considérons la mémoire collective des socialistes comme la représentation qu’ils se font de leur passé en fonction des besoins de leur présent, la conquête du pouvoir est définie d’emblée par François Mitterrand comme l’enjeu essentiel : « Maintenant que notre parti existe, je voudrais d’abord que sa mission soit de conquérir. […] Je souhaite que ce parti prenne le pouvoir », déclare-t-il au congrès d’Épinay1. L’usage politique de son passé n’est pas nouveau mais, refondé à Épinay et en rupture avec la SFIO dont il a abandonné le nom deux ans plus tôt, le PS doit construire une nouvelle mémoire officielle au travers de publications dites historiques et divers autres outils de propagande. Pour autant, cette mémoire par le haut ne coïncide pas nécessairement avec la mémoire vive, spontanée, des militants. Ainsi, la sélection volontaire de figures et « lieux de mémoire » par le parti issu d’Épinay, se juxtapose à celle, affective, des militants mais auss...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search