Versión clásicaVersión móvil

Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élysée

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Gilles Morin

Première partie. Un parti pour conquérir le pouvoir

La mémoire au service de la conquête du pouvoir ?

Noëlline Castagnez

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Si avec Maurice Halbwachs, nous considérons la mémoire collective des socialistes comme la représentation qu’ils se font de leur passé en fonction des besoins de leur présent, la conquête du pouvoir est définie d’emblée par François Mitterrand comme l’enjeu essentiel : « Maintenant que notre parti existe, je voudrais d’abord que sa mission soit de conquérir. […] Je souhaite que ce parti prenne le pouvoir », déclare-t-il au congrès d’Épinay1. L’usage politique de son passé n’est pas nouveau mais, refondé à Épinay et en rupture avec la SFIO dont il a abandonné le nom deux ans plus tôt, le PS doit construire une nouvelle mémoire officielle au travers de publications dites historiques et divers autres outils de propagande. Pour autant, cette mémoire par le haut ne coïncide pas nécessairement avec la mémoire vive, spontanée, des militants. Ainsi, la sélection volontaire de figures et « lieux de mémoire » par le parti issu d’Épinay, se juxtapose à celle, affective, des militants mais auss...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search