Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Une expertise médicale en 17851

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Bulletin de la société Les Amis du vieux Chinon, t. X, n° 5, 2001, p. 499-504.

1La réputation du docteur Pierre-François Linacier, médecin né à Couziers en 1736 et installé à Chinon, était, dès 1776, suffisamment établie pour qu’il soit nommé médecin correspondant de la toute jeune Société Royale de Médecine. C’est sans doute cette notoriété qui lui a valu d’être choisi en 1785 comme expert par un juge seigneurial dans le cadre d’un contentieux ; il est fréquent que la justice ait recours à des chirurgiens pour faire faire l’autopsie de cadavres dont le décès paraît suspect. Des particuliers fassent établir un certificat médical constatant par exemple les conséquences des coups qu’ils ont reçus lors d’une bagarre ou d’une attaque. Dans le cas dont il est question ici, le magistrat demande à un médecin un avis sur les pratiques médicales d’un chirurgien ; Linacier devait en effet arbitrer un litige opposant un chirurgien de Tours à un de ses clients, au sujet du règlement d’une note d’honoraires. Son rapport, condamnation sans nuances des pratiques de son confrère, figure dans les archives d’une de ces innombrables justices seigneuriales qui fonctionnaient sous l’Ancien Régime, la justice de la seigneurie du Crochet à Rochecorbon et Monnaie, le seigneur étant le chapitre cathédral de Tours ; on le lira ci-après dans son intégralité. Ce document nous permet de sortir des traités de chirurgie et des exposés rédigés par des praticiens pour approcher un cas concret de pratique médicale. De plus, comme par un heureux hasard documentaire une partie des papiers du chirurgien concerné a pu être conservée, son activité et ses capacités nous sont connues.

  • 2 Livre (appelée parfois franc) = 20 sous (ou sols) ; 1 sou = 12 deniers.

2Le docteur Linacier a été nommé expert par le « bailli », c’est-à-dire le juge seigneurial, qui attend de lui qu’il fixe le montant des honoraires qu’un patient doit verser à Brossillon, chirurgien à Tours. Ce maître chirurgien a été appelé auprès d’un habitant de Roche corbon, le sieur Vial que le texte définit comme « bourgeois » ; sans doute s’agit-il d’un individu qui vit de ses rentes. Brossillon lui réclame 282 livres2 pour les visites qu’il a faites et les soins qu’il a dispensés entre le 21 septembre et le 15 octobre 1785 ; il est allé à dix-neuf reprises à Rochecorbon, qui est à environ 10 km de Tours sur la rive droite de la Loire, mais certains jours il a fait plusieurs visites, chacune coûtant entre 6 et 9 livres ; contestant l’efficacité des soins le patient offre de payer 150 livres, soit la moitié de la somme demandée, si bien que Brossillon a intenté une action en justice devant la justice locale, celle de la chatellenie du Crochet, sans doute dans l’espoir d’en obtenir un jugement plus rapide et moins coûteux que s’il s’adressait au bailliage de Tours ; pour appuyer sa demande il a rédigé un mémoire explicatif et c’est ce texte qu’analyse Linacier. En effet, Brossillon a souhaité que l’expert désigné par le juge ne soit pas choisi parmi ses collègues de Tours même ; nous savons grâce à ses papiers qu’il était alors en conflit avec le chirurgien-major de l’hôpital militaire de Tours et avec le docteur Dupichard, l’un des médecins les plus en vue de la ville puisqu’il était depuis 1739 « médecin des épidémies »et collaborait directement avec l’intendant ; leur différend portait sur le bon usage de la saignée. Dans une telle conjoncture le nom de Linacier semble s’être imposé, alors qu’à Amboise, plus près de Tours que Chinon, exerce un médecin qui, selon l’enquête de 1784, a « du savoir, de la charité et de l’exactitude » ; or les « parties »devraient comparaître devant le médecin expert et elles ont donc un déplacement important à faire. Toutefois on note qu’elles n’ont pas comparu et il faut en conclure que pour se prononcer Linacier n’a pas pu se fonder sur un examen du malade mais l’a fait uniquement d’après le rapport de Brossillon.

3Le patient souffrait d’une infection urinaire et très normalement s’est adressé à un chirurgien pour obtenir un rapide soulagement. Il a choisi Brossillon qui semble avoir joui d’une bonne réputation : il est « professeur d’opérations »au collège de chirurgie de Tours dont il a été deux fois syndic et il est protégé par le docteur Duvergé ; il s’intéresse particulièrement à l’opération de la cataracte et à celle de la « pierre »pour laquelle il a mis au point un « lithotome »dont il vante les mérites dans un long mémoire en comparant ses opérations à celles de ses confrères (ce texte évoque d’ailleurs de façon très claire les souffrances des patients qui acceptaient de se soumettre à une telle intervention…).

4« L’inventaire après décès »de ses biens réalisé en l’an IX montre qu’il jouit d’une réelle aisance et que comme tout bon citadin il possède une « closerie » ; l’inventaire de sa bibliothèque et la liste des instruments chirurgicaux qu’il possède prouvent qu’il n’a rien d’un « Diafoirus » ; mais peut-être l’âge (il a environ 60 ans en 1785) a-t-il réduit la sûreté de son jugement et son habileté. D’après Linacier il s’est totalement trompé dans le diagnostic puis dans le traitement à appliquer ; il a manqué de discernement et en cherchant à utiliser sans précaution une sonde urinaire il a provoqué chez son patient des lésions graves. Il s’agit donc de ce que l’on peut appeler une « bavure médicale ». C’est pourquoi Linacier réduit fortement le montant des honoraires qu’il estime exigibles, évidemment sans qu’il soit question de dommages et intérêts…

  • 3 On peut penser que, lors des visites comptées à 9 livres, le chirurgien a dispensé des soins

5Anecdotique en lui-même ce document est plein d’enseignements. Il met bien en évidence la hiérarchie professionnelle à l’intérieur du corps médical : le chirurgien de campagne exécute les ordres du chirurgien venu de la ville, mais tous deux ne sont que des « manuels »qui pratiquent la saignée, posent les sangsues, manient la sonde urinaire… ; au dessus se place le médecin, qui a fait des études universitaires et est en quelque sorte un « intellectuel » ; ainsi Linacier dans ce cas précis, peut se forger une opinion médicale à partir d’un simple rapport. Le coût des soins médicaux apparaît nettement : Brossillon a facturé ses visites entre 6 et 9 livres3. d’après ses carnets de comptes, il fait payer la visite en ville 1 livre et 6 livres en campagne ; son intervention lors d’un accouchement coûte 24 livres (48 livres de nuit). Or un journalier gagne à la campagne au mieux 12 sous par jour, la visite d’un chirurgien tel que Brossillon équivaut donc à 20 jours de travail, soit le gain d’un mois de labeur ; néanmoins les honoraires des chirurgiens de campagne sont moins élevés et l’on peut constater grâce à certaines listes de dettes que les ruraux n’hésitent pas à les appeler au chevet des malades. Ce texte montre aussi l’importance des justices seigneuriales, en particulier dans les campagnes ; il a été longtemps d’usage de les décrier en reprenant sans nuances les condamnations portées contre elles. Les études en cours montrent qu’elles sont des institutions proches des populations qui n’hésitent pas à avoir recours à elles. On sait aussi que loin d’être ignares les juges sont souvent des avocats et sont des hommes de loi instruits ; ils travaillent sérieusement et efficacement : ainsi dans ce cas précis le juge fait appel à un expert avant de se prononcer et les chirurgiens sont systématiquement appelés à faire des autopsies dans les cas où la mort paraît suspecte. La justice seigneuriale, justice de proximité, a rarement à traiter des affaires de « grand criminel » mais son activité comporte essentiellement des affaires de juridiction gracieuse (tutelles, curatelles…) et contentieuse (litiges entre particuliers) ; elle joue ainsi dans la vie relationnelle et le fonctionnement des régulations sociales un rôle majeur encore bien méconnu.

Expertise du docteur Linacier, « médecin du roi »à Chinon, dans un contentieux contre le sieur Brossillon, chirurgien à Tours

6Je soussigné Pierre François Linacier, Docteur en médecine, de la Société royale de médecine de Paris, et médecin pour le roi de la ville de Chinon, y demeurant paroisse de Saint-Etienne, certifie qu’en vertu d’une ordonnance rendue par Mr le bailli de la justice du Crochet à Rochecorbon, en date du dix huit avril mil sept cent quatre vingt cinq, sur la demande principale faite par Mr Brossillion maître en chirurgie en la ville de Tours, d’une somme de deux cent quatre vingt deux livres, énoncée dans l’assignation donnée par Gouraud en date du onze avril de la même année à Mr Vial bourgeois demeurant à Rochecorbon, qui lui fait demande de ladite somme de deux cent quatre vingt deux livres, ou suivant la taxe qui sera faite du mémoire dudit Sr Brossillion, annexé à ladite assignation, par tels médecins ou chirurgiens qu’il plaira à Monsieur le Bailli de nommer autres que ceux de la ville de Tours, et aussi d’après l’intimation donnée au Sr Brossillion maître en chirurgie à Tours de se trouver avec le Sr Vial, le dix sept mai à deux heures après midi en la maison du Sr Linacier médecin à Chinon, ladite intimation signifiée à Mr Miraut procureur du Sr Brossillion par Jean Boilleau, en date du neuf mai mil sept cent quatre vingt cinq, en acceptant la nomination d’arbitre d’office prononcée par Mr le bailli de la justice du Crochet de Rochecorbon, j’ai procédé, étant dispensé de l’acceptation judiciaire par la même ordonnance, à l’examen et taxe du mémoire du Sr Brossillion, ainsi qu’il est plus amplement énoncé dans l’original qui m’a été communiqué en tête de l’intimation donnée au Sr Vial de payer au Sr Brossillon une somme de deux cent quatre vingt deux livres, pour opération, peines, soins et conseils faits et donnés au Sr Vial à sa réquisition. Le tout bien examiné et comparé aux énonciations portées dans ledit mémoire, j’estime que la somme de cent cinquante livres offerte par Mr Vial est de beaucoup excédante celle que pourrait devoir au Sr Brossillion le malade ; sans entrer dans les vues particulières qui ont engagé le Sr Brossillion à récuser les médecins et chirurgiens de la ville de Tours, je n’en vois pas moins par l’énoncé de son mémoire et par l’état actuel du malade, qu’il y a eu une faute bien essentielle dans le traitement qu’a fait le Sr Brossillion ; en effet il a tenté, et à différentes reprises, de sonder le malade dans un cas où lui même avoue qu’il y avait une inflammation considérable au col de la vessie, inflammation qui n’avait pas encore été suspendue par ses saignées et autres remèdes, et néanmoins avant de faire appliquer les sangsues dont il espérait obtenir un dégorgement particulier, il a recours à la sonde et s’efforce par des manœuvres variées de l’introduire dans la vessie ; pouvons-nous douter que les accidents qui ont suivi cette 1re manipulation, et qui reparaissent encore aujourd’hui, ne soient en plus grande partie dépendante des irritations, des déchirures faites vers le col de la vessie lors des tentatives réitérées pour introduire la sonde, d’après les réflexions fournies par les détails énoncés dans le mémoire du Sr Brossillion qui dit « que le dix octobre mil sept cent quatre vingt quatre il fit un voyage chez le Sr Vial pour juger par les urines, ainsi qu’il l’avait déjà fait depuis le quatre du même mois de l’état où se trouvait l’ulcère ou la plaie mis à découvert par l’ouverture d’un abcès dans la vessie, et indiquer au chirurgien les remèdes qui convenaient à ce nouvel état de la maladie »et comment le Sr Brossillion peut-il se justifier sur la cause de cet abcès dans la vessie, lorsqu’il a manœuvre trop précipitamment ? et pourquoi a-t-il toujours continué ses manipulations sans se faire éclairer ? et pourquoi n’a-t-il employé que la sonde jusqu’au moment où il avoue qu’il avait reconnu l’abcès dans la vessie ? Je suis forcé de le dire, c’est que le Sr Brossillion n’a pas fait assez d’attention à la maladie qu’il avait à traiter, et qu’il a eu trop de confiance dans ses propres lumières ; d’après toutes les réflexions, je me crois autorisé à ne pas accorder au Sr Brossillion la demande qu’il fait de deux cent quatre-vingt-deux livres, non plus que l’offre généreuse que lui a faite son malade d’une somme de cent cinquante livres, mais seulement celle de cent cinq livres par réduction comparée, savoir :

  • 4 C’est-à-dire novembre ; mais pour une bonne compréhension du texte sans doute faut-il lire septemb (...)

7pour sa 1re visite du 21 9bre4 1784 notée 9 livres 4 livres

8pour celle du 22 idem notée 12 5

9pour celles du 23 idem notées 15 6

10pour celles du 24 idem notées 24 10

11pour celles du 25 idem notées 24 10

12pour celles du 26 idem notées 24 8

13pour celles du 27 idem notées 18 7

14pour celles du 28 idem notées 24 8

15pour celles du 29 idem notées 24 10

16pour celles du 30 idem notées 24 8

  • 5 C’est-à-dire octobre.

17pour celles du 1er 8bre5 idem (sic) notées 24 8

18pour celles du 2 idem notées 18 7 pour celles du 3 idem notées 12 4

19pour celle du 4 idem notée 6 2

20pour celle du 8 idem notée 6 2

21pour celle du 10 idem notée 6 2

22pour celle du 11 idem notée 6 2

23pour celle du 11 idem notée 6 2 pour celle du 15 idem notée 6 2

24revenant sur cette 1re taxe à la somme de 282 livres 105 livres

25réduite sur la seconde à celle de

  • 6 L’orthographe du texte est impeccable ; dans la transcription elle a seulement été modernisée. La (...)

26en foi de quoi j’ai arrêté le présent mémoire, les parties intimées non comparantes, et ce pour servir et valoir ce que de raison, requérant une taxe de neuf livres, à Chinon le dix sept mai mil sept cent quatre vingt cinq signé Linacier méd.6

27Contrôle à Tours le 24 mai 1785

28reçu quinze sols, signé La Huillière

29Sources manuscrites

30Archives départementales d’Indre-et-Loire : 72B/11, Châtellenie du Crochet à Rochecorbon. C 354, enquête sur les médecins et chirurgiens en 1784 et 1785

31Bibliographie

32C. Hoguin, Médecins et chirurgiens à Tours dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1999

33B. Maillard, « La Topographie médicale de Pierre-François Linacier, médecin des Lumières », Bulletin de la Société Les Amis du vieux Chinon, Tome X, n°2, 1998, p. 161-175.

34R. Mercier, Le Monde médical de Touraine sous la Révolution, Tours, 1936.

Notes

1 Publication : Bulletin de la société Les Amis du vieux Chinon, t. X, n° 5, 2001, p. 499-504.

2 Livre (appelée parfois franc) = 20 sous (ou sols) ; 1 sou = 12 deniers.

3 On peut penser que, lors des visites comptées à 9 livres, le chirurgien a dispensé des soins

4 C’est-à-dire novembre ; mais pour une bonne compréhension du texte sans doute faut-il lire septembre.

5 C’est-à-dire octobre.

6 L’orthographe du texte est impeccable ; dans la transcription elle a seulement été modernisée. La ponctuation a été régularisée selon les normes actuelles.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540