Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

La rumeur de Tours (1750)1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 103, 1996, 1, p. 8392.
  • 2 Cet article utilise les dépouillements opérés par Véronique Giret pour un mémoire de maîtrise sout (...)

1Le 29 mai 1750 à l’heure du dîner dans la ville de Tours les quartiers proches de la cathédrale sont en émoi : un groupe de plusieurs dizaines d’habitants arrête « un homme à elle inconnu » puis l’emmène, non sans violence verbale et physique, jusqu’à l’hôtel du lieutenant de police de la ville sis non loin de là : la « populace » a identifié l’homme comme un de ceux qui « volent et enlèvent les enfants ». Un peu plus tard un sort identique est réservé à un second homme qui vient de se présenter à l’hôtel de police pour faire délivrer le premier. Puis, pour la même raison la foule fait arrêter par la maréchaussée un homme qui sort de la cathédrale Saint Gatien et s’empare au port de l’ecouerie, situé un peu à l’ouest de l’abbaye Saint Julien, d’un autre homme ; ces deux individus sont emmenés directement à la prison. Enfin à Saint Cyr, dans le courant de l’après-midi de ce 29 mai, pour le même motif, la maréchaussée arrête un homme qu’elle trouve dormant dans une grange de cette paroisse rurale proche de la ville2.

  • 3 Les événements parisiens ont retenu l’attention de différents historiens et ont fait l’objet de pl (...)

2Les 22 et 23 mai 1750, à Paris, ville très agitée depuis quelques jours, l’émeute a flambé dans différents quartiers et la foule en colère qui accuse la police d’enlever les enfants a pourchassé les hommes du lieutenant de police Berryer ; le sang a coulé3.

  • 4 C. Romon, art. cit., p. 56, d’après le Journal de Barbier pour les événements de Toulouse.

322-23 mai, 29 mai : la coïncidence est frappante. Ainsi, une semaine après la capitale, une paisible ville moyenne de province connaît des troubles graves suscités par un motif identique. Or les quatre hommes arrêtés par la foule arrivent de Paris ; ils descendent d’une « cabane » qui vient d’Orléans. Ils ont mis cinq jours pour aller de Paris à Tours en passant par Orléans et en empruntant un bateau pour descendre la Loire, c’est le délai habituel. Jusqu’à présent l’affaire des enlèvements d’enfants semblait être restée vraiment localisée à Paris et sauf quelques retentissements mal connus à Orléans et à Toulouse4elle ne paraissait pas avoir eu de réplique en province. Il vaut donc la peine d’analyser le déroulement de l’affaire de Tours et de la mettre en parallèle avec celle de Paris. Y a-t-il eu un phénomène de contagion ?

  • 5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B lieutenant général de police de Tours, 1750, procédur (...)
  • 6 B. Maillard, « Une Émeute de subsistances à Tours au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des p (...)

4Les événements qui se sont produits à Tours peuvent être retracés grâce à un dossier contenu dans les archives du lieutenant de police de cette ville, dossier qui comporte toutes les pièces de la procédure engagée par l’autorité de justice et police, de la plainte déposée par le procureur du Roi à ce siège jusqu’à la sentence définitive rendue le 2 septembre 17505. Aucun autre document conservé à Tours ne garde la trace de ces troubles ; en particulier les registres de délibération du corps de ville, qui, au contraire de ce qui se passa ensuite en 17746, ne s’est sans doute pas inquiété de ces événements, sont muets et les archives de la maréchaussée qui a pourtant été associée à une partie de l’enquête ne contiennent aucune pièce à ce sujet. Aucun texte de portée plus vaste, comme les mémoires d’Argenson, n’y fait allusion.

5Donc le vendredi 29 mai 1750, vers 11 heures du matin, un homme bien habillé, vêtu d’un habit bleu à boutons de cuivre, descend d’une « cabane » qui vient d’Orléans et qui s’arrête au port de la charité au faubourg de Saint Pierre des Corps avant de continuer sa route. Un peu plus loin, place de la porte feu Hugon, cet individu est arrêté « à la clameur publique… la populace s’étant jetée sur [lui] en disant que c’était lui qui avait voulu enlever des enfants sur les quais de cette ville » ; un journalier, qui se dit aussi ouvrier en soie, lui enlève son épée. L’homme est roué de coups de bâton et de pierres ; il appelle alors à l’aide les passagers restés dans la cabane par un geste que la foule interprète comme un signal. L’attroupement grossit et il est alors décidé d’emmener cet homme chez le lieutenant de police Reverdy dont l’hôtel se dresse au bout de la rue de la scellerie, près de la place Saint Etienne, et à qui les meneurs déclarent l’avoir « pris en flagrant délit ». Un peu après le dîner un autre homme, à la même allure, arrive chez le lieutenant de police : « le nommé et soit disant Jacques Orry de Laugerie » se présente pour « réclamer ledit particulier pris à la clameur publique et disant avoir nom Dominique de Luc et soit disant beau-frère » ; la foule encore attroupée à la porte de l’hôtel du lieutenant de police le « reconnaît » aussitôt comme celui qui a « marchandé [un enfant] à une femme qui lavait du linge au port de la foire le roi ». Pour éviter tout incident et « arrêter l’émotion » qui croît, le lieutenant de police décide de faire conduire les deux hommes dans les prisons de la ville.

6Ils y retrouvent deux autres passagers de la cabane qui les a amenés d’Orléans. La foule s’est emparée de l’un au port de l’ecouerie sous la raison déjà invoquée et l’autre a été arrêté sous la pression de « milliers » de personnes par la maréchaussée alors qu’il sortait de la cathédrale Saint-Gatien ; tous deux sont emmenés directement en prison. Ils ont nom Jacques Barillon et Pierre Adam ; le premier, natif d’une paroisse d’Orléanais, est garçon chirurgien en quête d’une place et le second « limonadier privilégié » à Paris est en route pour Saint-Domingue via La Rochelle. Les quatre hommes ont fait connaissance sur le bateau et ses trois compagnons se sont cotisés pour payer le voyage de Barillon. Dans la soirée, ils sont rejoints à la prison par un cinquième individu, Raymond André qui, lui, est totalement étranger à leur groupe : il avait été arrêté par la maréchaussée alors qu’il dormait dans une grange à Saint-Cyr et avait été reconnu comme l’individu qui était depuis quelques jours dans la ville accompagné d’un jeune garçon et qui sur les ponts de Saint-Symphorien avait essayé d’en enlever un autre.

7À partir de la fin de la matinée la rumeur court en effet dans les quartiers situés à l’est de la ville, entre la cathédrale et la paroisse Saint-Pierre des Corps : des hommes revêtus d’uniforme militaire ou de vêtements de soldat tentent de « voler » des enfants ou d’en acheter ; l’un d’eux a réussi et est accompagné d’un jeune garçon. On a vu passer sur la Loire une « cabane » pleine d’enfants ; elle ne s’est pas arrêtée à Tours et elle continue vers Saumur. Les deux premiers individus arrêtés à la « clameur du public » sont les responsables du trafic, ils ne voyagent pas dans la « cabane » qui emporte les enfants mais ils la suivent et ils passent incognito pour s’assurer du bon déroulement des opérations. Le signe qu’a fait Lucet, en fait pour appeler au secours, a été interprété comme un signe de connivence avec le batelier. Dans la ville la nouvelle se répand et prend une véritable consistance dans les déclarations qui sont faites par les individus qui ont procédé aux arrestations. Des pères quittent leur travail en toute hâte pour aller à la recherche de leurs enfants ; l’un d’eux apprenant qu’une des petites victimes des voleurs d’enfants est habillée de vert se précipite chez le maître d’apprentissage de son fils qu’il sait habillé de vert. Une femme va reprocher à son frère de laisser leur jeune frère aller chercher de l’eau à la fontaine. Dans les déclarations faites lors de la seconde enquête, en juin-juillet, le mot de « mississippiens » pour désigner ceux qui cherchent à enlever des enfants est employé.

8Il y a donc trouble de l’ordre public. Prenant « l’émotion » au sérieux le procureur du roi formule une plainte que reçoit le lieutenant de police ; celui-ci fait emprisonner les hommes et lance une enquête. Voulant dans l’immédiat apaiser la foule, le lieutenant de police appelle en renfort la maréchaussée et demande à une brigade de partir pour Saumur ; pour aller vite elle doit prendre des chevaux de poste car il ne faut pas laisser filer la cabane chargée d’enfants ; elle doit faire des perquisitions au long de la route tout en s’informant auprès de la population ; c’est cette brigade qui arrête Raymond André au port de la Guignière à Saint-Cyr vers cinq heures de l’après-midi, sans doute parce que son signalement, tout particulièrement son habillement, correspond à la description qu’ont donnée plusieurs enfants à propos d’un étranger qu’ils ont vu en ville. À Saumur, d’après le procès verbal rédigé par la suite, on fouille les ports et les auberges avec l’aide de la maréchaussée du lieu ; en vain. Au retour les cavaliers remontent la Loire en bateau et font des perquisitions tout au long du fleuve.

9Le surlendemain dimanche 31 mai, dans la matinée vers 8 ou 9 heures, alors que le lieutenant de police continue l’instruction de l’affaire, éclate une nouvelle « émotion populaire » à la porte de son hôtel parmi la foule qui stationne devant la maison dans l’attente de nouvelles. Un homme que les badauds identifient à son costume comme un charretier, donc un homme du voyage, raconte qu’il a reconnu parmi les suspects deux individus qu’il a vus récemment à Nantes au cours d’une « émotion » qui s’est produite au temps du carnaval et qui a été provoquée par la nouvelle qu’on enlève des enfants dans la ville ; il raconte que ces enfants étaient enfermés dans une solide tour de pierre construite au milieu de l’eau avant d’être chargés dans des bateaux. Selon lui la police de la ville a fait une perquisition et a trouvé dans cette tour des choses horrifiantes et épouvantables : une trappe hermétiquement close, « des ballots de vêtements de jeunes enfants […] un gros paquet de bandes en pelote ensanglantées, […] encore deux hommes mis en anatomie qui étaient écorchés et qui n’avaient que les os et les nerfs » ; plus effroyable encore, un tonneau situé dans un lieu obscur se trouva plein de sang humain. Le lieutenant de police interroge l’individu qui déclare être François Gilbert, garçon charretier originaire de Luçon en Poitou ; l’officier monte alors un scénario pour confondre celui qu’il prend à l’évidence pour un affabulateur ; il organise une confrontation avec deux hommes que Gilbert reconnaît sans hésiter comme les deux individus vêtus de vêtements « gris blanc » qu’il a vus à Nantes. Il est rapidement confondu et convaincu de mensonge puisqu’il n’est pas difficile de prouver, registres d’écrou à l’appui, que les deux hommes qui lui ont été présentés sont emprisonnés à Tours depuis plus de cinq mois. Il y a désormais deux affaires : celle des enlèvements d’enfants et les désordres provoqués par les différents individus qui sont intervenus dans cette affaire.

10Pour mener l’instruction de la première affaire, le lieutenant de police entend 27 témoins et procède par trois fois à l’interrogatoire des suspects, en respectant parfaitement toutes les étapes d’une procédure criminelle. Très vite, dès le 10 juin, le lieutenant de police rend une ordonnance qui reconnaît la totale innocence des hommes arrêtés « à la clameur publique » et les fait aussitôt libérer, André recevant l’ordre, en tant que mendiant, de quitter immédiatement la ville. Il engage alors une seconde action contre ceux qui ont répandu ces faux bruits et « qui ont occasionné et excité l’émotion populaire » ; il interroge une cinquantaine de témoins et fait arrêter neuf personnes qui d’après les différents témoignages et leurs propres dépositions lui paraissent être les meneurs. La sentence définitive est rendue le 2 septembre 1750 ; elle est moins sévère que les réquisitions qu’avait prononcées le procureur qui avait demandé pas moins de deux condamnations à mort. Six individus sont élargis, un doit être admonesté puis libéré, un autre doit être admonesté puis banni ; la condamnation la plus grave, exposition au pilori et peine de galères pour cinq ans, est prononcée contre un accusé en fuite, donc contumace, et elle doit être exécutée en effigie. La tranquillité est revenue depuis longtemps dans la ville aussi prompte à se calmer qu’à s’émouvoir.

  • 7 C. Calvet, Les Compagnons du Tour de France à Tours au xviiie siècle 1750-1770, mémoire de maîtris (...)
  • 8 N. Gendraud, La Manufacture de soieries tourangelle au siècle des Lumières, mémoire de maîtrise, u (...)
  • 9 R. Crozet, Villes entre Loire et Gironde, Paris, PUF, 1949, p. 89.
  • 10 B. Maillard, Les Campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Étude d’histoire économique et sociale, t (...)
  • 11 J. Egert, Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, 1970, p. 50-53.

11Comment expliquer cette « bouffée » de troubles dans une ville alors des plus paisibles ? En effet rien dans les témoignages ne permet de penser que la ville était déjà agitée avant l’arrivée de la cabane au matin du 29 mai. Au contraire de ce qui s’est produit à Paris la police n’avait pris aucune mesure particulière contre vagabonds et mendiants. Dans la ville les principaux désordres sont provoqués, comme à bien d’autres moments, par des bagarres entre compagnons du tour de France, gavots et devoirants, qui semblent nombreux alors à Tours, si l’on en croit les archives du lieutenant de police7. La conjoncture économique est depuis peu moins morose. Le retour de la paix en 1748 semble avoir permis une petite reprise dans la manufacture de soierie et le nombre d’apprentis reçus compagnons repart à la hausse, bien que la manufacture de velours et damas façon Gênes reprise en 1749 par les frères Soulas après la mort de son fondateur Hardion, connaisse des difficultés8. L’intendant Lescalopier et les Ponts et Chaussées ont lancé les grands travaux de voirie qui vont bouleverser la circulation dans la ville et les chantiers ouverts pour la construction du pont sur le Cher et de la levée de Grandmont9 offrent de l’embauche aux journaliers ; sans doute aussi attirent-ils des étrangers. La ville vient de connaître en 1748, comme une partie de la France, une cherté : le prix du froment a doublé entre 1746 et 1648 mais depuis le début de 1750 il est nettement retombé et la « soudure » du printemps de 1750 ne semble pas difficile puisqu’à la fin de mai le prix est inférieur à celui de janvier ; la récolte de 1750 n’inspire donc pas d’inquiétude10. L’agitation politique de la « crise des années cinquante » ne touche pas la ville qui n’abrite aucune institution judiciaire d’importance. L’attitude de Mgr de Chapt de Rastignac envers le jansénisme très vivant dans la ville et sa campagne a totalement changé dans la seconde partie de son épiscopat et les poursuites ont cessé11.

  • 12 A. Farge, op. cit., p. 88.

12Les hommes arrêtés « à la clameur publique » ont en commun d’être étrangers à la ville et de présenter différents caractères qui les signalent à l’attention. Lucet et Laugerie arrivent de Paris où ils se sont rendus pour affaires et ils sont en route pour rentrer chez eux, à La Rochelle ; ils sont nobles, Lucet porte d’ailleurs une épée ; le premier sert comme lieutenant des garde côtes et son beau-frère a servi à Saint-Domingue. Laugerie porte sur lui 70 louis d’or de 24 livres et une « rescription » de 2700 livres, qui ne lui ont pas été dérobés par la foule. Quand ils sont arrêtés ils sont vêtus d’un costume en cotonnade bleue à boutons de cuivre ; il s’agit de leur uniforme ou de vêtements qui en sont proches. S’ils sont toujours très nettement décrits ces habits ne sont jamais donnés par la foule comme militaires mais il semble que ce détail ait joué un rôle important ; en effet au cours de son interrogatoire le 29 mai Laugerie « convient […] que les personnes vêtues d’habits bleus étaient soupçonnées à Paris de l’enlèvement des enfants » ; cette précision est effectivement donnée par des enfants arrêtés à Paris le 23 mars 195012. Différents individus n’hésitent d’ailleurs pas à demander expressément aux deux beaux-frères s’ils sont de ceux qui enlèvent les enfants.

  • 13 Il s’agit d’une coiffe molle qui était portée par quelques régiments d’artillerie.

13Les deux autres passagers de la « cabane » sont des hommes du peuple ; ils sont soupçonnés de faire partie du groupe qui opère les enlèvements d’enfants parce qu’ils viennent du même bateau que Laugerie. Chacun des deux attire l’attention. Jacques Barillon est à la recherche d’un emploi de garçon chirurgien et pour s’informer d’une place disponible il entre dans les boutiques de couteliers ; dans l’une d’elles il interroge un enfant qui l’adresse à sa mère, celle-ci lui parle d’une possibilité à Château Renault ; Barillon revient au bateau pour chercher son sac et est alors arrêté par la foule. Son seul tort a sans doute été de parler à un enfant alors qu’il était étranger ; deux éléments de son signalement sont très souvent mentionnés par les témoins : sa petite taille et le bonnet brun qu’il portait et qui pouvait être pris pour une coiffure militaire13. Pierre Adam, lui, est porteur de différents papiers ; on raconte qu’il a « des ordres de Monsieur le comte de Saxe » : il s’agit en fait de lettres de recommandation car Adam, qui a eu une vie professionnelle agitée, veut s’embarquer pour Saint-Domingue ; il est arrêté par deux cavaliers de maréchaussée poussée par une foule de « deux mille personnes » à la sortie de la cathédrale, édifice qui est proche de l’endroit où Lucet a lui même été appréhendé.

14Le cinquième suspect, le seul à avoir été arrêté vraiment à l’initiative des forces de l’ordre puisqu’il l’a été par la maréchaussée, a vraiment de quoi attirer l’attention ; il est dans la ville depuis quatre jours bien que n’ayant eu comme mendiant d’autorisation que pour un séjour d’un jour et il se fait accompagner d’un garçon d’environ 10 à 12 ans qui est le fils d’un potier d’étain de la ville. Il est très reconnaissable : extrêmement hâlé il porte un grand manteau sous lequel il est accusé de cacher des cordes destinées à lier ses captures ; mais surtout ce manteau blanc est marqué d’une croix rouge et blanche de trinitaire ; en effet il était captif des Turcs et après avoir été racheté à Alger le 12 janvier il vient de rentrer en France ; il retourne dans son pays, en Agenais, en mendiant.

15La rumeur n’a touché que la partie orientale de la ville ; parmi les témoins qui déposent au cours des deux enquêtes on ne trouve que des habitants de la paroisse de Saint-Pierre des Corps qui est mi-faubourg mi-ville et où vivent de nombreux jardiniers, ou des paroisses autour de la cathédrale peuplées d’artisans, d’hommes de loi et de membres de la basoche. S’y ajoutent des habitants du faubourg de Saint-Symphorien situé en face de cette zone de la ville à laquelle elle est reliée par le vieux pont et un paysan de la paroisse toute proche de la Villeaux-Dames. On ne note la présence que d’un journalier de la paroisse la plus peuplée et la plus populaire de Tours, toujours prompte à s’émouvoir, Notre Dame la Riche, située à l’extrémité occidentale de la ville. Les bords de la Loire sont ponctués de « ports » et sont donc des lieux très animés où la circulation est toujours active ; les badauds y sont nombreux et les rencontres variées. On y voit des voyageurs qui sortent des bateaux, des voituriers par eau qui chargent ou déchargent, des enfants qui jouent ou qui font quelque commission, des femmes qui lavent ou qui puisent de l’eau.

16La plupart des témoins ne mettent pas en doute la réalité des enlèvements d’enfants ; certains indiquent de façon précise le nom d’une petite victime, cet enfant « qu’il dit être celui de Lécot qu’il venait d’ôter des mains des étrangers qui arrêtaient des enfants » ; deux jeunes déclarent même avoir été victimes d’une tentative d’enlèvement, l’un près du carroy Saint Joseph alors qu’il attendait un camarade pour aller en classe, l’autre sur le pont de Saint-Symphorien. Les victimes désignées ne sont pas de jeunes enfants mais des garçons de 14 à 16 ans, ce qui ce qui est cohérent avec l’idée qu’on doit les envoyer travailler et ils sont soit écoliers soit apprentis ; le nom d’aucune fille n’est prononcé. D’autres témoins, dont le niveau culturel est plus élevé, se contentent de rapporter ce qu’ils ont vu ou entendu : le vicaire de Saint Pierre des Corps déclare avoir entendu la foule crier mais ne rien avoir vu ; un huissier fait la même déclaration. Un écuyer, Scot de Coulangé, dont on ignore comment il est amené à témoigner, indique que ses fils n’ont pas été arrêtés mais qu’ils ont eu peur de deux hommes inconnus qui les ont suivis ; il affirme avoir dit à tous les gens attroupés que les bruits qui couraient étaient « mensonges ».

  • 14 A. Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992,p. 169.

17Dans les premières dépositions les témoins ne parlent que des enlèvements qui se font et des étrangers qui « volent » des enfants sans évoquer de raison pour ces agissements. Mais dans la seconde information, qui commence le 21 juin, le greffier note souvent le terme de» mississippien» ; de nombreux témoins déclarent avoir entendu dire : « Venez voir les mississippiens qui enlèvent les enfants ». On peut se demander pourquoi ce mot très caractéristique n’est pas apparu plutôt. Dans l’état actuel des recherches rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer qu’en 1720 Tours a connu des troubles comparables à ceux de Paris14 ; donc on ne sait si la ville a pu garder la mémoire longue de ce mot. Est-il venu spontanément dans la bouche des habitants ou a-t-il été « importé » par des voyageurs venus de Paris et qui ont raconté les événements survenus dans la capitale à la fin de mai après avoir appris les événements survenus à Tours ?

18Au contraire de ce qui s’est produit à Paris, parmi les témoins interrogés ou les individus poursuivis, les femmes sont rares :11 sur 50 dans le groupe interrogé lors de la seconde information. Une seule semble avoir joué un rôle important, elle figure parmi les 9 inculpés et elle fut élargie. Dans le vocabulaire employé dans les dépositions, le mot « enlever » les enfants, revient le plus souvent mais il est aussi question de ceux qui « volent » les enfants et les réactions des parents qui partent aussitôt à la recherche de leur progéniture, réaction qu’on a observée aussi à Paris, montrent bien qu’ils sont mus par la volonté de défendre leur enfant, qui apparaît aussi comme leur bien.

19L’attitude des autorités de police à Tours a été empreinte de prudence, de pondération et de conscience professionnelle. Elles ont sans doute aussi fait preuve d’habileté et d’esprit critique ; le lieutenant de police a-t-il vraiment pris au sérieux les accusations portées contre Lucet, Laugerie et leurs compagnons ? Avait-il reçu des informations en provenance de Paris et se tenait-il sur ses gardes ? Nous l’ignorons. En tout cas, sûrement pour les mettre à l’abri des excès de la foule qui les a déjà brutalisés mais aussi pour rétablir l’ordre public en donnant satisfaction aux manifestants, il fait emprisonner les quatre hommes et il a soin de faire annoncer publiquement à haute voix devant la porte de la prison qu’il envoie à Saumur des cavaliers de maréchaussée chargés de rechercher le bateau soupçonné d’emporter les enfants. Il mène une enquête sérieuse et approfondie, opérant une perquisition dans les bagages des passagers de la « cabane » et interrogeant de nombreux témoins.

20Seul le lieutenant de police est intervenu. Le fonctionnement de la justice est rapide puisqu’entre l’arrestation et la libération de Lucet et de ses compagnons il s’écoule 12 jours ; à peine deux mois et demi séparent le début de la seconde instruction de la sentence définitive. Le coût de toute l’affaire reste modéré : l’expédition de la maréchaussée à Saumur a coûté 93 livres 11 sols y compris les sommes versées aux cavaliers de cette ville pour leur aide ; les frais de la procédure s’élèvent, selon la note établie par le greffier en mars 1752, à 170 livres tournois. Il n’y eut évidemment aucun dommage et intérêts pour les malheureux individus victimes de violences et maintenus en prison pendant plusieurs jours.

  • 15 J.N. Kapferer, Rumeurs : le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 1987.

21Dans les différents textes rédigés par les magistrats, l’expression d’» émotion populaire » revient le plus souvent ; la « populace » a été « émue ». Ils condamnent aussi les « faux bruits », les « discours séditieux » et ils parlent de « rumeur ». À Tours il s’agit effectivement bien d’une rumeur, c’est-à-dire d’une nouvelle sans fondement mais destinée à être connue et qui se propage par le bouche à oreille ; sa diffusion prouve qu’elle présente les traits propres à la rendre crédible et qu’elle correspond sans doute à ce moment précis à des inquiétudes de la population15. À Paris, au contraire, la police a effectivement arrêté des enfants qui n’étaient pas des vagabonds et elle les a réellement emprisonnés, comportement qui a donné naissance à la rumeur de la déportation vers les Antilles. À Tours rien de tel ; seule la position de la ville au bord de la Loire, donc en relation facile avec Nantes peut donner un peu corps à cette idée. À Tours il n’y a pas eu d’émeute et la violence n’a pas eu l’occasion de se développer : elle est restée limitée aux coups de bâton et de pierres reçus par Lucet ; le peuple n’avait pas d’arme et ne s’est pas servi de l’épée qui a été ôtée à Lucet. Au contraire de ce qui est advenu à Paris, le sang n’a pas coulé ni d’un côté ni de l’autre. Les troubles sont aussi restés géographiquement très limités. Quant à la sévérité de la justice, on peut noter qu’elle est due surtout au fait que la condamnation est prononcée par contumace, donc elle n’a pas été exécutée contrairement à ce qui s’est passé à Paris. Mais il faut relever qu’elle touche un paysan, le seul dont le nom ait été cité ; sa participation semble réelle selon les différents témoignages mais elle n’a pas été plus violente que celle du citadin condamné simplement à être admonesté ; il s’agissait sans doute de faire jouer l’effet d’exemplarité de la peine sans provoquer de nouveaux troubles dans la ville.

  • 16 Les recherches effectuées dans les archives municipales de Nantes et d’Angers ainsi que dans les a (...)
  • 17 Archives municipales de Nantes, FF 256, violences dues à des compagnons cordiers. Archives départe (...)

22Rien n’atteste dans les archives judiciaires conservées que les villes voisines de Saumur ou Angers aient été atteintes par cette rumeur16. Quant à la rocambolesque histoire racontée par le charretier Gilbert, elle est le fruit d’une imagination débridée : au mois d’avril 1750 à Nantes ne se produisent qu’une agitation sans doute banale chez les compagnons et des désordres provoqués par les domestiques à la Comédie : des « laquais » sont accusés de « sédition, attroupement avec port d’armes et émotion populaire17 ».

23Le peuple de Tours a témoigné une grande confiance envers la police et la justice locales : il n’a jamais entendu se substituer à elles mais s’est plutôt comporté en auxiliaire de la police pour l’aider à remplir son rôle car il connaît ses faibles moyens. Certains témoins affirment avoir tout fait pour que les suspects leur soient livrés sans tarder ; peu importe que ce discours n’ait peut-être pas vraiment été le leur au cours des événements : ils ont conscience que c’est celui qu’il faut tenir et que c’est la conduite convenable pour que l’ordre social soit préservé : la procédure utilisée doit redevenir légale le plus rapidement possible. La foule exprime un grand besoin de sécurité : une conduite régulière de sa part est le gage d’une action de la police et du rétablissement de l’ordre. Contrairement à ce qui se passe à Paris on ne s’en prend pas aux forces de police ou à la justice du lieu qui sont bien connues et dont on attend légitimement qu’elles assurent la sécurité de la population et son bien le plus précieux, les enfants ; mais la foule considère plutôt comme dangereux des étrangers clairement identifiables par leurs vêtements qui sont vraiment une marque distinctive, des inconnus à l’allure militaire qui peuvent donner l’impression d’être déguisés.

  • 18 Journal de Barbier, cité par C. Romon, art. cit., p. 79.

24On ne sait donc malheureusement rien d’une éventuelle contagion des événements parisiens ; tout concorde néanmoins pour qu’on puisse penser que « l’émotion » éclate quand arrive à Tours la nouvelle des événements les plus graves survenus à Paris le vendredi précédent, exactement huit jours auparavant. Mais personne n’y fait allusion, si ce n’est Lucet quand il indique qu’à Paris des habits bleus désignent ceux qui les portent à la vindicte populaire. Quel a été alors l’événement déclencheur ? On peut se demander si ce n’est pas la vue d’étrangers habillés de bleu, ayant peut être l’air déguisé, venant très vraisemblablement de Paris d’où des bribes d’information ont dû arriver. La ville traversée par un fleuve très fréquenté devait bruire en permanence d’innombrables nouvelles et rumeurs qu’une population en grande partie oisive avait tout loisir de diffuser et colporter. En 1750 les peurs de la foule tourangelle sont de vrais fantasmes ; on y trouve même celui du sang : quand le charretier poitevin parle du tonneau plein de sang trouvé à Nantes, il ne dit rien de l’usage auquel il aurait été destiné mais on sait qu’à Paris courait le bruit qu’un prince ladre se faisait soigner en prenant des bains de sang pour lesquels on enlevait et saignait des enfants18.

  • 19 E. Morin, La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, coll. Points, 1969.

25Les archives judiciaires prouvent ainsi une fois encore leur richesse, non seulement parce qu’elles nous révèlent des« tranches de vie » quotidiennes d’une population ordinaire : l’enfant qui attend son camarade pour cheminer de conserve jusqu’au collège, les attitudes de parents « ordinaires » ; elles exposent sincèrement des réactions d’adultes dont l’inquiétude n’est pas feinte ni littéraire. Elles permettent également de faire l’histoire d’une rumeur qui présente bien des points communs avec celles qu’a connues notre temps et qui parlent elles aussi d’enlèvements à de mauvaises fins et de déportations par la voie d’eau vers des pays mystérieux19.

Notes

1 Publication : Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 103, 1996, 1, p. 8392.

2 Cet article utilise les dépouillements opérés par Véronique Giret pour un mémoire de maîtrise soutenu en 1992 à l’Université de Tours : La Rumeur de Tours (L’affaire des enlèvements d’enfants en 1750). Je la remercie vivement de m’avoir permis de les reprendre.

3 Les événements parisiens ont retenu l’attention de différents historiens et ont fait l’objet de plusieurs publications récentes : A.P. Herlaut, « Les Enlèvements d’enfants à Paris en 1720 et 1750 », Revue Historique, janvier-avril 1922, p. 4361 et p. 202223 ; J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle : étude politique et sociale, Paris, Oeconomica, 1985, p. 102, 147150 ; A. Farge et J. Revel, Logiques de la foule, l’affaire des enlèvements d’enfants Paris 1750, Paris, Hachette, 1989 ; J. NicolaS, « La Rumeur de Paris : rapts d’enfants en 1750 », L’Histoire, n° 40, décembre 1981, p. 4857 ; C. Romon, « L’Affaire des « enlèvements d’enfants » dans les archives du Châtelet (17491750) », Revue Historique, juillet-septembre 1983, p. 5596.

4 C. Romon, art. cit., p. 56, d’après le Journal de Barbier pour les événements de Toulouse.

5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B lieutenant général de police de Tours, 1750, procédures criminelles. Cette série n’a pas encore fait l’objet d’un classement et la découverte du dossier concernant cette « émotion populaire » est le fait du hasard. Toute l’étude étant fondée sur ces documents, la référence ne sera pas répétée.

6 B. Maillard, « Une Émeute de subsistances à Tours au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 1, 1985, p. 274-44.

7 C. Calvet, Les Compagnons du Tour de France à Tours au xviiie siècle 1750-1770, mémoire de maîtrise, université de Tours, 1994, p. 12.

8 N. Gendraud, La Manufacture de soieries tourangelle au siècle des Lumières, mémoire de maîtrise, université de Tours, 1988, p. 148 et 161.

9 R. Crozet, Villes entre Loire et Gironde, Paris, PUF, 1949, p. 89.

10 B. Maillard, Les Campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Étude d’histoire économique et sociale, thèse d’État, Rennes II, 1992, dactyl., t. V, p. 1274-1277.

11 J. Egert, Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, 1970, p. 50-53.

12 A. Farge, op. cit., p. 88.

13 Il s’agit d’une coiffe molle qui était portée par quelques régiments d’artillerie.

14 A. Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992,p. 169.

15 J.N. Kapferer, Rumeurs : le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 1987.

16 Les recherches effectuées dans les archives municipales de Nantes et d’Angers ainsi que dans les archives départementales de Loire Atlantique et du Maine et Loire sont restées infructueuses.

17 Archives municipales de Nantes, FF 256, violences dues à des compagnons cordiers. Archives départementales de Loire Atlantique, B 8707, affaire de la comédie (12 avril 1750) ; le jugement a lieu un an plus tard.

18 Journal de Barbier, cité par C. Romon, art. cit., p. 79.

19 E. Morin, La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, coll. Points, 1969.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540