Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Désordres conjugaux en ville à la fin de l’Ancien Régime1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Regards sur les sociétés modernes, xviexviiie siècles. Mélanges offerts à Claude Pet (...)

1Les recherches de démographie historique ont décrit avec précision, d’abord pour les campagnes mais désormais de plus en plus souvent pour les villes, les étapes de la vie biologique du couple et de la formation de sa descendance. L’étude des contrats et des actes de mariage ou des demandes de dispense de consanguinité, permet l’approche des règles non écrites, mais bien réelles, qui président au choix du conjoint, marquées surtout dans les couches les plus populaires par l’endogamie et l’homogamie, qui révèlent le désir de se marier chez soi et dans son milieu.

2Mais qu’en était-il des réalités de l’existence quotidienne dans ces couples qui paraissent le plus souvent « assortis », du fonctionnement des rapports entre mari et femme ? Des archives moins massives et moins systématiques que les registres paroissiaux nous permettent d’apercevoir certains dysfonctionnements dans la vie conjugale ; ce sont les demandes de séparation de biens et de corps que recèlent, parmi les procédures civiles, les archives des tribunaux civils. Une séparation doit être prononcée par un juge ; un accord privé conclu entre les époux n’a aucune valeur. Le mariage étant un sacrement, il semble que ces causes auraient dû relever de la seule compétence des juges ecclésiastiques, mais

  • 2 Conférences ecclésiastiques du diocèse d’Angers, sur le mariage, comme sacrement et comme contrat (...)

« Aujourd’hui, en France, c’est ordinairement devant le Juge laïque qu’est portée cette demande. La raison que nos Jurisconsultes Français en rendent est qu’on joint presque toujours à la demande de séparation d’habitation, la séparation de biens, ou qu’on poursuit une des parties en réparation d’un crime qui a donné lieu à cette demande. Les Juges laïques ont coutume de n’ordonner la séparation d’habitation qu’après une enquête ou une information, et souvent après avoir entendu les parties ensemble2 ».

3Les effets civils semblent l’emporter sur les effets religieux du mariage mais celui-ci

  • 3 J.-B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actue (...)

« est un lien indissoluble, une sainte union, et un sacrement inviolable ; et si l’on ordonne quelquefois pour de grandes considérations, que des conjoints demeurent séparés d’habitation, cela ne donne nulle atteinte au mariage3 ».

4En cas de séparation de biens, seuls les effets civils du mariage sont modifiés, la femme passant du régime matrimonial de la communauté de biens à celui de la séparation, elle retrouve sur sa dot et ses « propres » des droits équivalents seulement – à cause de « sa fragilité et de son peu d’expérience » – à ceux d’un mineur émancipé mais elle doit, selon la jurisprudence civile et religieuse, continuer à vivre sous le même toit que son mari.

5Dans les archives du bailliage-présidial de Tours, les dossiers de demande de séparation se présentent comme un ensemble de feuilles ou de petits cahiers de papier timbré, parmi bien d’autres procédures. Chaque page porte la signature du magistrat, du procureur de la plaignante et de celle-ci éventuellement. La démarche commence par le dépôt d’une « plainte en séparation de corps et de biens rendue par la femme… contre… son mari » parfois aussi intitulée, en particulier s’il n’y a que demande de séparation de biens, « plainte à fins civiles de la femme. contre… son mari ». La plainte est déposée devant le lieutenant général, remplacé en cas d’absence par le « lieutenant particulier civil », du siège. Après avoir indiqué son état civil, la femme expose les conditions juridiques et financières dans lesquelles a été fait son mariage (s’il y a eu contrat de mariage, quels furent ses apports…) puis détaille les raisons pour lesquelles elle « rend plainte » et requiert

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B 1543, bailliage-présidial de Tours, procédures civil (...)

« pareillement qu’il nous plaise lui permettre de faire assigner à notre hôtel au premier jour ledit Lire au son mari pour répondre sur tous lesdits faits et l’autoriser dans la poursuite de séparation de corps et d’habitation avec lui, ainsi qu’à la poursuite et direction de ses droits, sinon voir dire qu’elle y sera et demeurera par nous autorisée…4 ».

6Lorsqu’il y a demande de séparation de corps la plaignante demande aussi à être autorisée à « se retirer » hors du domicile conjugal, chez ses parents, ou dans une communauté religieuse ou dans une maison. Le juge rend une ordonnance par laquelle il « donne acte à la [comparante] de ses comparutions, dires, réquisitions et de la plainte qu’elle […] rend contre son mari », l’autorise à le faire assigner, à jouir de ses droits et à poursuivre l’action.

  • 5 Id., 2B 1519, plainte du 21 avril 1785.
  • 6 Id., 2B 1462, registre d’audiences, audience du 18 février 1779.

7Un huissier signifie alors au mari l’assignation de comparaître sans délai « au premier jour » d’audience du tribunal. Dans quelques cas l’époux se présente et réfute les dires de sa femme : il demande aux magistrats de déclarer la plainte « irrecevable5 » et d’obliger sa femme à réintégrer le domicile conjugal. Le plus souvent le mari est déclaré « défaillant » ; une fois le procès-verbal de défaut établi, une seconde ordonnance permet à la femme de poursuivre et de faire assigner ses témoins ; après avoir prêté serment, ces derniers font leur déposition. La femme, une fois « autorisée » par le juge, rend plainte et « requête à fin de séparation ». La sentence est rendue ; cette pièce finale de la procédure est souvent absente des dossiers mais pour les séparations de biens la décision des juges figure dans les plumitifs et les registres d’audiences du tribunal qui contiennent les sentences de séparation et l’acte par lequel la femme fait « sa renonciation » à la communauté de biens, acte qui contient6 aussi l’ordonnance du magistrat afin que lui soit fait « distraction de son lit garni, linges et vêtements, et tout ce qui lui est attribué par son contrat de mariage et par la coutume à femme qui renonce sans fraude ».

  • 7 Id., 2B 1466, plainte du 29 septembre 1779 devant la justice de la baronnie de Ligueil, évoquée en (...)

8Si la plaignante est mineure, en particulier si elle est orpheline, la procédure est plus longue et compliquée : bien qu’elle ait été émancipée par le mariage, l’avis des parents est nécessaire. Dans les demandes de séparation de biens souvent suscitées par les mauvaises affaires du mari, des scellés au domicile sont parfois apposés sur demande de la femme. La procédure peut commencer devant une justice seigneuriale puis être évoquée par les instances royales ordinaires7.

  • 8 Malgré les conséquences d’un tel découpage chronologique nous n’avons pas pris en compte l’année 1 (...)
  • 9 Archives départementales d’Indre-et-Loire, série 2B. On compte en fait 82 procédures, mais qui con (...)
  • 10 Eu égard à la population de Tours à cette date (20 000 habitants environ), ces chiffres sont équiv (...)

9Pour la décennie 1779 17888 les procédures civiles du bailliage-présidial de Tours contiennent la trace de 81 demandes9, engagées uniquement par des femmes, pour obtenir une séparation d’avec leur mari ; la très grande majorité concerne une séparation de biens, et quelques-unes10 (9, soit 15 % environ) une séparation de biens et de corps. La répartition dans le temps et l’espace de ces demandes est très inégale : pour l’année 1779, 22 procédures sont conservées, soit 27 % de l’échantillon, pour les années suivantes ce chiffre varie entre 4 et 9. Dans les années antérieures à 1779 le nombre de demandes est proche de ce dernier. Cette flambée de 1779 correspond-elle à la réalité ou est-ce une conséquence d’une inégale conservation des archives ? La même incertitude pèse sur l’étude du rythme mensuel des dépôts de plaintes : d’après les dossiers subsistants ils sont concentrés dans les sept premiers mois de l’année (75,6 %) ; ensuite ils sont beaucoup plus rares, en particulier du mois d’août à octobre, de même qu’en décembre. Le creux d’été peut s’expliquer par les séjours à la campagne des Tourangeaux qui sont nombreux à avoir des closeries dans les paroisses rurales proches, mais aussi par les vacances judiciaires ; il serait tentant de voir dans le creux de décembre une conséquence de l’avent qui imposerait aux conjoints de mieux se supporter mais en mars temps du carême, on n’observe aucun creux…

10Le traitement des procédures complètes avec sentence de séparation de biens est très rapide : le plus souvent moins d’un mois, parfois même seulement une quinzaine de jours ; ainsi pour cette femme d’un commissaire de police de Tours qui a déposé plainte le 8 mars 1783, la sentence de séparation intervient le 22 du même mois ; l’affaire peut traîner un peu plus si le mari est en faillite. Les juges ne refusent pas souvent une séparation de biens ; les sentences rendues sont inconnues pour les « divorces » ; sans doute s’agit-il de décisions beaucoup plus délicates à prendre.

11Le coût de la procédure est quelquefois indiqué ; le montant en est variable : la première étape, le dépôt de la première requête, semble coûter de 20 à 36 livres tournois, en fonction de la longueur de la déclaration de la femme, donc du temps passé par le procureur, le greffier, du nombre de feuilles de papier… ( pour 35 livres tournois, 12 livres tournois de vacations vont au magistrat, 8 livres tournois au procureur et 8 livres tournois au greffier). La dépense totale dépasse 100 livres tournois : en mars 1783 une procédure complète coûte 131 livres 1 sol 9 deniers, dont 26 livres 19 sous pour l’information et 50 livres tournois pour la sentence. Cette somme est importante et met la séparation hors de la portée financière de la grande majorité de la population, puisque le salaire quotidien d’un journalier atteint à peine 15 sous en été et celui d’un compagnon spécialisé 20 sous ; elle n’est cependant pas exorbitante. Pourtant le public est sans doute persuadé que les frais sont très élevés : telle épouse d’un cabaretier de Neuillé-Pont-Pierre déclare que sa mère lui a prêté 250 livres tournois pour les frais de son instance ; cette idée préconçue écarte certainement un grand nombre de femmes de la procédure.

12Les requêtes émanent toutes de femmes ; pour un homme faire une telle demande est avouer sa faiblesse parce qu’étant

  • 11 J.-B. Denisant, op. cit., t. III, seconde partie, p. 66 (article séparation).

« le chef de la société conjugale, il doit user de son autorité pour réprimer les écarts de sa femme, et qu’il ne peut pas d’ailleurs se plaindre de la mauvaise administration des biens de la communauté et de ceux de sa femme, dont il est seul seigneur11 ».

13Les femmes qui demandent une séparation de corps sont « mal mariées ». Les difficultés surviennent très rapidement après le mariage. Pour onze des douze cas étudiés le délai entre le mariage et la demande de séparation est connu : six demandes ont lieu dans les six premières années de vie du couple ; dans les autres la femme fait preuve d’une longue patience ou bien la dégradation du caractère de l’homme vient avec la vieillesse puisque la vie commune a duré entre 12 et 21 ans avant de devenir insupportable pour la femme. Pour justifier sa demande la femme doit prouver « la férocité dans le caractère du mari […] qui fasse craindre pour les jours de la femme » ; sans doute donc la déclaration est-elle orientée par les justifications recevables en justice, mais un certain nombre de détails fournis par la déposition de la femme ou des témoins peut la corroborer. Dans onze cas sur douze la cause mise en avant est la violence physique exercée par l’homme, le dernier cas relevant de l’incompatibilité d’humeur ; l’adultère, évoqué dans deux cas et accompagné d’un concubinage avec une « femme de mauvaise vie », n’est qu’une circonstance aggravante car la femme ne peut demander la séparation pour cette raison (par contre l’adultère de la femme est un des rares cas où le mari peut demander la séparation). La violence s’accompagne le plus souvent de débauche et d’ivrognerie.

  • 12 Coutume de Touraine, titre 25, art. 291 et 292.

14Les demandes de séparation de biens ne dévoilent généralement rien sur la vie conjugale des individus mais révèlent les difficultés financières dues à l’incapacité des maris à gagner la vie du ménage et leur fâcheuse propension à gaspiller l’argent ; la coutume de Touraine reconnaît que « si le mari tourne à pauvreté et en autres cas de droit, la femme peut, en personne ou par procureur spécial » demander la séparation de biens12. Les délais entre mariage et procédure de séparation sont extrêmement variables : pour un quart (15, soit 26 %) la demande est faite avant le cinquième anniversaire de mariage, et pour plus de la moitié (57 %) avant le dixième ; elle se place entre le dixième et le vingtième anniversaire pour 13 épouses ; au-delà nous ne trouvons que trois femmes mariées depuis plus de 30 ans mais le veuvage avait déjà dû séparer bien des couples. La période la plus difficile se place donc entre 5 et 10 ans de vie conjugale. Mauvaises affaires, endettement, faillite publique du mari, parfois « l’évasion furtive », rarement avouée par une lettre, poussent son épouse à demander la séparation de biens pour sauvegarder autant que faire se peut, comme le permet la coutume de Touraine, ses intérêts et ceux de ses enfants en évitant que ses « propres » ne soient dilapidés par le mari. Pour la très grande majorité de ces femmes un contrat de mariage a été signé : seules trois indiquent expressément qu’il n’y en a pas eu, par la volonté même du mari. L’existence du contrat de mariage est une bonne indication sur l’origine sociale de ces femmes car il est rarement pratiqué en Touraine en dehors des milieux aisés.

  • 13 Six femmes habitent des paroisses proches de Tours : trois sont de Saint-Avertin, une de Joué, une (...)
  • 14 Ligueil, Montbazon, Neuillé-Pont-Pierre.

15Les femmes qui déposent une requête en vue d’une séparation de biens ou de corps sont en très grande majorité des citadines : six seulement de ces femmes n’habitent pas Tours ou sa proche banlieue13, dont trois qui résident en fait dans un gros bourg14. Cette répartition ne reflète évidemment en rien celle de la population. Ces femmes sont en majorité originaires de Tours : sur les 69 femmes qui nomment le lieu où a été signé le contrat de mariage, 14 seulement (20 %) indiquent une paroisse extérieure à la ville, dont deux à Paris, une à Saumur et une à Nantes, ce qui révèle une réelle mobilité matrimoniale. Les indications sur leur origine familiale sont très rares mais le fait que la grande majorité d’entre elles a un contrat de mariage et que les dots et apports mentionnés sont loin d’être négligeables indique une origine sociale hors du petit peuple. La situation socio-professionnelle des conjoints est toujours bien indiquée. Parmi les couples habitant Tours ou sa banlieue, la prédominance des artisans ou petits commerçants est flagrante :

  • – professions libérales : 13 ;
  • - noble, bourgeois : 3 ;
  • - négociants, marchands fabricants, marchands : 11 ;
  • - petits commerçants : 19 ;
  • – « maîtres » artisans et compagnons : 14 ;
  • – métiers de la terre : 1 ;
  • – domestique : 1.

16L’importance des métiers du commerce est à mettre en relation avec la cause principale de demande de séparation de biens, les problèmes financiers et, souvent, la faillite. Le monde de la soie est très peu représenté : cinq « marchands fabricants », un ouvrier en soie, un passementier ; les faillites devraient être nombreuses mais la fabrique de soie de Tours dépérit depuis longtemps malgré quelques brèves reprises d’activité, de très nombreux métiers ont déjà été « abattus » et les faillites ont déjà eu lieu ; on peut aussi penser que le travail de la femme est indispensable dans le fonctionnement de l’atelier de l’ouvrier en soie et que la séparation est donc très difficile. Le marasme économique peut expliquer les difficultés du petit commerce, sa clientèle étant réduite.

  • 15 Ces conséquences de l’ivrognerie sont aussi présentes dans le Nord : cf. A. Lottin, La Désunion du (...)

17Les déclarations des femmes demandant la séparation conjugale nous renseignent sur les dysfonctionnements des couples et a contrario sur ce que devrait être une vie harmonieuse, conforme aux mœurs et à la morale du temps. Les injures utilisées par les hommes relèvent de deux registres : la sexualité et plus rarement l’ivrognerie, c’est-à-dire le vocabulaire employé dans de nombreuses occasions, mais avec une préférence marquée pour les mots à connotation sexuelle dont il ne faut sans doute pas exagérer la signification sous la plume du greffier : ainsi en va-t-il de f. salope, f. putain, f. gueuse ou encore « sacrée garce », « sacrée putain », « sacrée gueuse » ; sans doute mettant davantage en cause la vertu de la femme sont les mots de « maquerelle », « coureuse » ou « partage des chiens ». Les voies de fait exercées le plus souvent sous l’empire de la boisson15 prennent des formes banales : soufflets, coups de pied, de poing, de bâton, de « verges destinées à la correction des enfants ». Les maris déchirent la coiffe, menacent leur femme avec des couteaux, rasoirs, pistolets. Une forme de violence se retrouve souvent : le mari a jeté par terre sa femme et l’a traînée par les cheveux à travers le logement, et ce quel que soit le statut social de cet homme. Certains semblent manifester une véritable haine à l’encontre de leur femme et lui interdisent de rentrer chez eux ou, au contraire, exigent que la femme partie se réfugier ailleurs réintègre le domicile conjugal ou la séquestrent.

18L’abus de vin et la fréquentation des cabarets sont les causes les plus souvent mentionnées des déboires financiers des individus ; Il est vrai qu’à Tours le vin est abondant, surtout les années où la qualité de la vendange est mauvaise puisque le vin ne peut être vendu à l’extérieur. Les cabarets sont des lieux de convivialité où les tentations sont nombreuses : à l’abus de vin s’ajoutent souvent le jeu, dont on connaît évidemment que les perdants, la fréquentation des femmes de mauvaise vie et la naïveté des hommes qui se laissent dépouiller. Enfin la paresse, l’incompétence professionnelle ou l’excès d’ambition expliquent la ruine des ménages.

  • 16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B 1465, plainte du 16 juillet 1779.
  • 17 Id., 2B 1465,plainte du 16 août 1779.

19Les réactions des femmes sont, d’après leur discours, celles que l’on attend d’une épouse soumise et obéissante ; patientes, elles multiplient les Preuves de « l’attachement et l’affection » à leur mari ; elles déploient « tous les moyens que l’honnêteté inspire et que le devoir prescrit », elles apportent le plus grand soin à la tenue de la maison. Sous les coups elles se lamentent et supplient leur mari de se conduire comme un honnête homme ; mais l’époux considère parfois qu’il exerce un droit naturel : « Il faut bien que je la batte puisqu’elle ne veut pas faire ce que je lui commande, j’ai le droit de la battre16 ». Quelques-unes se rebiffent et répondent à l’homme par des moyens « féminins » : elles tentent par exemple de le griffer au visage ou lui envoient à la tête un objet qu’elles ont sous la main. Elles semblent vouloir cacher la situation au public le plus longtemps possible « pour ne pas donner atteinte à la réputation (du) mari17 ».

20Les désordres conjugaux doivent relever de la sphère du privé. Ce n’est que lorsque la situation devient insupportable, que certaines cherchent à alerter le voisinage ; elle s’appellent au se cours, un enfant crie « au feu » pour être sûr que l’on interviendra… ; d’autres s’enfuient chez ceux qui peuvent offrir un refuge naturel et sans suspicion comme leurs père et mère ou un frère comme le curé de Noizay qui recueille en 1776 deux fois sa sœur épouse du chirurgien Maugenest.

  • 18 Id.,2B 1471,plainte du 23 février 1780.
  • 19 Id.,2B 1465,plainte du 11 juillet 1779.

21En fait la vie privée du couple ne connaît que très peu d’intimité ; le scandale ne peut manquer d’être porté sur la place publique et doit l’être quand la femme veut intenter une action en séparation puis qu’elle a besoin de témoins. Sont appelés à témoigner les relations d’affaires du mari ou des fournisseurs dans les cas de faillite et dans les cas de mésentente conjugale, des voisins et des gens du même milieu social, mais aussi des domestiques aux quel son ne peut rien cacher. Quelques individus d’une situation sociale un peu supérieure se posent facilement en donneurs de leçon : « un honnête homme ne [fait] point difficultés d’informer sa femme de ses affaires », dit un témoin à un voiturier pare au qui « a tourné à pauvreté » ; à quoi le mari rétorque : « elle ne les aura jamais et une femme ne doit pas entrer dans les affaires qui concernent son mari18 ».Patas, lieutenant particulier au bailliage qui se trouve mêlé à une dispute déclare : « il ne convient jamais de battre sa femme » tandis qu’un autre témoin conseille à la femme : « N’aigrissez pas davantage votre mari19 ».

22Les demandes de séparation nous donnent une vision féminine des relations conjugales. Nous ignorons les réactions des hommes devant l’inconduite de leur épouse ; ils n’ont pas à entre prendre des démarches judiciaires, ils peuvent simplement la chasser du domicile conjugal ou demander son enfermement ; dans quelle mesure le font-ils ? En province le recours à la

  • 20 A. Farge et M. Foucault, Le Désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, (...)
  • 21 . Lebigre, « La longue Marche du divorce », L’Histoire, n°63,1484, p.76.
  • 22 S. Richefeux, Divorcer à Tours sous la Révolution et l’Empire, mémoire de maîtrise préparé sous la (...)

23Demande d’une lettre de cachet contre le conjoint dont la conduite est condamnable pour en obtenir l’enfermement est sans doute beaucoup moins répandu qu’à Paris20, en tout premier lieu pour des raisons matérielles évidentes. C’est la loi instituant le divorce en septembre 1792 qui permet aux hommes d’obtenir officiellement la séparation. Dans la liste des motifs de divorce elle reprend les mobiles déjà utilisés pour les demandes de séparation de corps sous l’Ancien Régime. Elle n’a pas modifié profondément les habitudes des Tourangeaux qui, contrairement aux Parisiens21, ne se sont pas « rués » sur le divorce puis qu’en l’an I,10 divorces sont prononcés, 31 l’année suivante22.Comme sous l’Ancien Régime, la procédure a été le plus souvent le fait d’un groupe social restreint de femmes citadines ; est ce un problème d’argent, un problème « culturel »–la démarche étant difficile –ou, au contraire, les femmes de la campagne sont elles moins contraintes par leur éducation et par leur situation à l’intérieur même de leur couple ? Outre ce qu’ils nous apprennent sur la formation et la « désunion » des couples ces actes nous révèlent aussi des pratiques qui relèvent souvent du non dit, celles des violences conjugales sous l’Ancien Régime et nous invitent à pousser davantage l’exploitation des archives civiles des institutions judiciaires.

Notes

1 Publication : Regards sur les sociétés modernes, xvie xviiie siècles. Mélanges offerts à Claude Petit frère, Denise Turrel dir., Tours, Cehvi-Université de Tours, 1996, 467 p., p. 411-420.

2 Conférences ecclésiastiques du diocèse d’Angers, sur le mariage, comme sacrement et comme contrat civil, tenues en 1724 et 1725, Angers/Paris, 1755 (2e édition), t. I, p. 312.

3 J.-B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, Paris, De saint, 1766, 5e édition, t. I, p. 443 (rubrique Divorce ; ce terme est parfois employé pour désigner la séparation de corps mais il ne sous-entend nullement que le remariage soit possible pour les époux avant le décès de l’un des deux.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B 1543, bailliage-présidial de Tours, procédures civiles 1788, plainte du 9 mai 1788.

5 Id., 2B 1519, plainte du 21 avril 1785.

6 Id., 2B 1462, registre d’audiences, audience du 18 février 1779.

7 Id., 2B 1466, plainte du 29 septembre 1779 devant la justice de la baronnie de Ligueil, évoquée ensuite devant le bailliage-présidial de Tours.

8 Malgré les conséquences d’un tel découpage chronologique nous n’avons pas pris en compte l’année 1789 puisque nous ignorons quelles perturbations le cours de la justice a pu connaître aussi bien au moment de la préparation des États Généraux (moindre disponibilité des magistrats) que dans les mois qui ont suivi.

9 Archives départementales d’Indre-et-Loire, série 2B. On compte en fait 82 procédures, mais qui concernent 81 cas, une femme déposant une seconde requête trois ans après la première à laquelle elle avait rapidement renoncé.

10 Eu égard à la population de Tours à cette date (20 000 habitants environ), ces chiffres sont équivalents à ceux qu’on peut donner pour Rouen ; cf. R. G. Philips, « Le Divorce en France à la fin du xviiie siècle », Annales ESC, 1979, n° 2, p. 386. La comparaison avec le nombre de mariages n’a guère de sens puisque les séparations concernent des couples formés à des dates variées.

11 J.-B. Denisant, op. cit., t. III, seconde partie, p. 66 (article séparation).

12 Coutume de Touraine, titre 25, art. 291 et 292.

13 Six femmes habitent des paroisses proches de Tours : trois sont de Saint-Avertin, une de Joué, une de Chambray et une de Saint-Cyr.

14 Ligueil, Montbazon, Neuillé-Pont-Pierre.

15 Ces conséquences de l’ivrognerie sont aussi présentes dans le Nord : cf. A. Lottin, La Désunion du couple sous l’Ancien Régime. L’exemple du Nord, Lille, 1975, p 117.

16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 2B 1465, plainte du 16 juillet 1779.

17 Id., 2B 1465,plainte du 16 août 1779.

18 Id.,2B 1471,plainte du 23 février 1780.

19 Id.,2B 1465,plainte du 11 juillet 1779.

20 A. Farge et M. Foucault, Le Désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard/Julliard, coll. Archives, 1982.

21 . Lebigre, « La longue Marche du divorce », L’Histoire, n°63,1484, p.76.

22 S. Richefeux, Divorcer à Tours sous la Révolution et l’Empire, mémoire de maîtrise préparé sous la direction de C. Petit frère, dactyl., Université de Tours, 1991,p.65 bis. Dans le même laps de temps, 668 mariages sont célébrés ; maison ne peut rapprocher les deux chiffres puisque les divorces concernent des couples formés à des dates très différentes.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540