Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Illégitimité et société à Tours au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Populations et cultures. Études réunies en l’honneur de François Lebrun, Alain Croix(...)
  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C337.
  • 3 Archives nationales, K 1224/2, « Mémoire » d’Harvoin.
  • 4 Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. II, p. 184.

1Les appréciations portées traditionnellement sur le caractère et le tempérament des Tourangeaux aux xviie et xviiie siècles sont remarquablement convergentes, quels que soient les auteurs qui les formulent ; les mots qui reviennent le plus souvent parlent de paresse ou d’apathie, mais aussi facilement d’ivrognerie Le caractère des habitants d’Amboise et de sa région est ainsi décrit dans une enquête2 du milieu du xviiie siècle : « en général paresseux et mols… ils sont adonnés aux vins dans les régions qui en produisent » ; quant à ceux de l’élection de Richelieu, à l’autre bout de la province, ils sont dits « lâches, grossiers et fainéants », en particulier près de la ville de Richelieu où « les plus voisins de la ville se ressentent de la fainéantise qui règne dans Richelieu » ; les paysans sont plus souvent reconnus pour être « assez laborieux » que les citadins. En 1783, le receveur général des finances Harvoin écrivait, sans aucune indulgence3 : « il paraît très douteux qu’on puisse arracher les Tourangeaux au sommeil léthargique… qui a pour eux un charme inexprimable ». Pour les citadins aisés, les principaux plaisirs sont ceux de la table et des séjours à la campagne ; un voyageur note à propos de Tours en 17294 : « Le luxe y est très grand et la dépense des habits et de la table y est poussée à l’excès… tout y abonde, vin, fruit, gibier. Les plus petits bourgeois ont chacun leur maison de campagne, avec leurs vignes, ce qu’ils appellent leur closerie ». La modération du tempérament tourangeau est relevée par le docteur Duvergé en 1774 :

  • 5 Duvergé, Mémoire topographique, physique et médicinal, ou traité sur la situation de la ville de T (...)

« Les mœurs des habitants sont douces ; ils ne trouvent de bonheur que dans la tranquillité de la vie privée ; ils ne désirent que le repos… On les accuse d’être mols » et il note lui aussi, le goût pour « le plaisir de la table… plaisir favori de nos citoyens » et pour « les maisons de campagne où toutes les veilles de fêtes et de dimanches ils se rendent5 ».

  • 6 A. Herbet, Fêtes ct divertissements à Tours à la fin du règne de Louis XV, mémoire de maîtrise, 19 (...)
  • 7 Cité dans : « L’éclairage à Tours à la fin du xviiie siècle », Bulletin de la Société Archéologiqu (...)

2N’apparaissent jamais d’allusions à des mœurs dissolues et paillardes. Pourtant le libertinage existe bien dans la ville ; entre 1754 et 1774, les commissaires de police interpellent au moins quarante-cinq filles, et certaines récidivent plusieurs fois, pour libertinage et prostitution6. En 1787, les adversaires de l’impôt décidé pour permettre l’éclairage de toutes les rues de la ville par des réverbères publics, en appellent à la morale7 :

« Le libertinage, déjà si répandu à Tours, se répandra encore plus à la lumière des réverbères à l’instar de Paris, lumière obscure qui inspire encore plus l’impudence que la honte ».

  • 8 A. Giraudet, Recherches historiques et statistiques sur l’hygiène de la ville de Tours et sur le m (...)
  • 9 Population, n° spécial, 1975, p. 66.
  • 10 Archives départementales d’Indre-et-Loire, registre des baptêmes et sépultures de l’hôpital de la (...)
  • 11 À Tours, contrairement à ce qui se faisait à Limoges par exemple, il ne semble pas qu’on ait conse (...)

3L’évolution du nombre des naissances illégitimes peut être un bon révélateur du respect des règles de la morale. Au xixe siècle, A. Giraudet, qui fut le premier a étudier de façon mathématique la population de Tours sous l’Ancien Régime, fournit des données précises8, mais sans en indiquer l’origine. Selon lui, entre 1691 et 1790, sur les 108 465 enfants nés à Tours, il y aurait eu 19820 (18,27 %) d’illégitimes ; ce chiffre paraît très élevé. Sur le plan national, selon l’enquête de l’INED9, la proportion des naissances illégitimes et des enfants trouvés entre 1740 et 1789, atteint 6,6 % dans les villes moyennes au rang desquelles Tours peut être placée. Giraudet a probablement pris en compte tous les enfants (7979 entre 1751 et 1790) baptisés à l’hôpital de la Madeleine qui, dans la seconde moitié du xviiie siècle, recueillait la majorité des enfants abandonnés dans la généralité de Tours10. Mais l’origine de ces bébés est trop incertaine pour qu’ils soient tous considérés comme illégitimes et nés à Tours11.

  • 12 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 313.
  • 13 Les registres paroissiaux de Tours ont été totalement dépouillés et mis en fiches par les services (...)
  • 14 Les deux premières périodes couvrent un demi siècle, la troisième 40 ans seulement.
  • 15 Le même phénomène s’observe à Angers : C. Faucher, Les Enfants abandonnés au xviiie siècle, Angers (...)

4La recherche des actes de baptême des enfants naturels permet sans doute mieux de cerner le phénomène ; dans toutes les paroisses des villes et des campagnes, le nombre de ces actes augmente dans la seconde moitié du xviiie siècle12. Un sondage opéré dans le fichier de l’état civil ancien de Tours13 a permis de retrouver pour les années 1650-1789, les enfants illégitimes baptisés sous le nom de la mère, ou du père quand il est connu, pour les patronymes commençant par A, B ou C. Même compte tenu des erreurs d’identification, il est évident que le nombre de baptêmes d’enfants naturels diminue au cours de la fin du xviiie siècle. Pour la période 1650-1699, on en trouve 283 ; pour le demi-siècle suivant à peu près autant (265), mais de 1750 à 178914, il n’y en a que 124, soit 3,1 par an contre 5,6 puis 5,26. Si on examine la répartition par décennie, on part de hauts niveaux, puis la chute est brutale et le retournement de tendance qui se produit dans la décennie 1760-1769 n’est pas fort. De plus, le nombre d’enfants exposés, donc baptisés sans nom de mère ou de père dans une paroisse avant d’être portés à la Madeleine, s’effondre dans la seconde moitié du siècle, c’est-à-dire à partir du moment où est vraiment organisé l’hôpital des enfants trouvés15.

Naissances illégitimes par décennie (dans un échantillon de population) à Tours au xviiie siècle

Naissances illégitimes par décennie (dans un échantillon de population) à Tours au xviiie siècle
  • 16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, registres d’audience du lieutenant de police de Tour (...)

5Par contre, l’effectif des enfants recueillis à l’hôpital de la Madeleine est en très forte progression, en particulier autour de l’année 1770 qui connaît une brutale augmentation du prix du grain et du pain16.

Nombre annuel de baptêmes à l’hôpital des enfants trouvés de la Madeleine à Tours, entre 1755 et 1789

Nombre annuel de baptêmes à l’hôpital des enfants trouvés de la Madeleine à Tours, entre 1755 et 1789
  • 17 Archives municipales de Tours, F 36 pour les décomptes de la première période ; récapitulations en (...)

6À propos de ces évolutions divergentes, différentes explications peuvent être évoquées. La plus évidente est la diminution de la population de la ville : elle est éclatante puisqu’entre la fin du xviie siècle et celle du xviiie siècle, le nombre de baptêmes dans les paroisses de la ville diminue presque de moitié et tout ne peut s’expliquer par la baisse de la natalité. Le nombre moyen annuel de baptêmes est en effet de17 :

71578 entre 1685 et 1689

81724 entre 1681 et 1690

91181 entre 1709 et 1713

10824 entre 1776 et 1780

111040 entre 1776 et 1780 les enfants compris

12822 entre 1781 et 1790

131089 entre 1781 et 1790 les enfants compris

14Donc, proportionnellement, le nombre des naissances illégitimes a un peu moins baissé que celui des légitimes. Comme rien ne permet de connaître l’origine familiale des enfants de la Madeleine, il est impossible de déterminer combien sont d’origine illégitime et d’estimer leur part dans les naissances qui se sont produites à Tours.

  • 18 M. C. Phan, « Les Déclarations de grossesse en France (xvi-xviiie siècles) », Revue d’Histoire Mod (...)
  • 19 La Poix de Freminville, Dictionnaire ou traité de la police générale, nouv. ed. 1771, p. 364-365.

15Puisque les registres paroissiaux comportent d’importantes lacunes, peut-on espérer davantage des déclarations de grossesse illégitime faites en application de l’édit d’Henri II ? Ce texte semble bien connu, à la ville comme à la campagne (plusieurs déclarations y font allusion) et de nombreux curés attestent dans leurs registres, avoir fait au prône les proclamations obligatoires18. La déclaration de grossesse illégitime est devenue une mesure de précaution mais n’est pas obligatoire ; de plus, l’édit et les rappels qui en ont été faits n’ont jamais précisé devant qui elle devait être passée ; si la jurisprudence semble privilégier le rôle des juges royaux et des procureurs fiscaux de seigneurie19, il arrive très souvent que d’autres autorités, civiles ou religieuses, en reçoivent (curé, notaire…). Il n’est pas non plus obligatoire que la déclaration soit faite dans la paroisse de résidence de la fille ; celle-ci peut aller très loin la faire, ce qui laisse supposer qu’elle entend cacher sa grossesse et son accouchement, ou au contraire aller au plus près pour éviter des frais ou parce que sa grossesse est déjà connue de tous ; c’est alors le notaire ou le juge seigneurial (ainsi dans les seigneuries importantes comme celle d’Azay-le-Rideau ou de Luynes) qui reçoit la déclaration.

  • 20 J. Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au XVIIIe siècle », Annales ESC, n° 4-5, 1972, p (...)
  • 21 A. Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire M (...)
  • 22 Archives départementales d’Indre-et-Loire, minutes de maître Boisquet, 1788.
  • 23 Archives départementales d’Indre-et-Loire, minutes de maître Thenon, 1766.

16En Touraine, il n’existe pas de registre pour les déclarations de grossesse comme il en est en Bretagne20 ou à Lille21 et même le greffier du bailliage présidial de Tours qui les reçoit fait preuve d’une certaine désinvolture : il utilise parfois des papiers préparés pour autre chose ou reprend des feuilles où il en a déjà noté sans grand souci de l’ordre chronologique : ainsi, une déclaration du 17 août 1751 peut voisiner avec une du 3 octobre 1750 et une du 15 mai 1752… Dans les justices seigneuriales, les déclarations sont aussi notées sur des feuilles volantes. Il s’en trouve aussi dans les minutes notariales et, de façon plus surprenante, dans les dossiers de la maréchaussée (par exemple en 1748) et du lieutenant général de police de Tours (1765). Les grossesses illégitimes peuvent susciter d’autres démarches : très fréquemment, et même de façon systématique, semble-t-il, entre 1765 et 1788, la fille dépose une plainte pour obtenir des dommages et intérêts ou une « pension » pour couvrir les frais d’accouchement, qui lui sont systématiquement accordés par le juge (mais sont-ils effectivement payés ?) ; dans les minutes notariales figurent aussi des procurations22 passées pour le dépôt de la plainte, ou des transactions entre la fille et le garçon incriminé, qui peuvent être suivies d’une nouvelle action si l’homme ne remplit pas convenablement ses engagements ; enfin s’y trouvent aussi des désistements23 : la fille effrayée par les frais de l’action à engager (seule la déclaration se fait gratuitement) y renonce. Parfois la déclaration doit être renouvelée parce que le curé refuse d’inscrire le nom du père dans l’acte de baptême de l’enfant.

  • 24 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelles (...)

17Aux difficultés de repérage liées à ce désordre, s’ajoutent des problèmes de conservation : un grand nombre de déclarations ont disparu (mais quand ?) en particulier des archives judiciaires : lorsque la fille dépose une plainte, elle le fait toujours très peu de jours après avoir fait sa déclaration dont elle indique la date et dont il n’y a jamais trace. À l’inverse, dans une liasse de procédures criminelles du bailliage présidial de Tours24 se trouve un paquet de 74 déclarations, étalées entre 1745 et 1757 (dont, par exemple, 22 déclarations en 1751 !), alors que pour ces mêmes années, des plaintes qui ne concernent pas les mêmes affaires et pour lesquelles n’existent plus les déclarations, se trouvent dispersées dans d’autres liasses… Il apparaît donc nettement que les déclarations et plaintes, retrouvées surtout dans les archives de la justice royale, ne forment pas la totalité de celles qui ont été rédigées ; mais elles se complètent et ont un contenu beaucoup plus riche que les actes de baptême.

  • 25 Comme le prévoit la jurisprudence, cf. La Poix de Freminville, op. cit., p. 366.

18La plupart des textes fournissent de nombreuses indications sur la fille et le garçon qu’elle met en cause ; lorsque le nom de ce dernier n’est pas donné, c’est que la fille l’ignore vraiment (un inconnu, un soldat passant…), il est rare qu’elle se refuse à le dire. Certains dossiers contiennent plusieurs témoignages pour « l’information » qui doit prouver ou infirmer la responsabilité du garçon et qui est toujours conduite lorsqu’une domestique met en cause son patron25. L’interrogatoire de l’homme n’est pas toujours fait. À la fin de la période étudiée, apparaissent des interventions de parents ; avant, la fille fait toujours la démarche seule, quel que soit son âge ; ensuite, cinq fois au moins sur 26, des parents engagent une action pour défendre les intérêts de leur fille, toujours mineure : en mars 1777, un maître passementier et sa femme déposent une plainte contre le patron de leur fille (ils accusent même sa femme de proxénétisme) car il a cherché à se soustraire aux engagements qu’il avait pris ; mais l’affaire en reste là, car les chirurgiens appelés pour constater la grossesse n’en découvrent aucun signe ! En 1778, une veuve de condition très modeste (elle est servante d’un curé de campagne) porte plainte contre le séducteur de sa fille qui, non content d’avoir essayé de lui faire faire une fausse déclaration, ne veut pas lui verser toute la somme promise (l’enfant est d’ailleurs déjà né et a été déposé à l’hôpital de la Madeleine).

  • 26 Répartition journalière des déclarations entre 1749 et 1753 : lundi 24,5 % ; mardi 13 % ; mercredi (...)

19Les déclarations peuvent être faites n’importe quel jour de la semaine26 : Anne Lalose la fait le dimanche 7 novembre à 9 heures du matin. Parfois, le greffier doit se déplacer lui-même et se rendre dans une maison particulière : le 19 janvier 1751, il est requis par le curé de St-Venant pour recevoir la déclaration d’une fille « dans les douleurs de l’accouchement » (le père présumé reconnaît sa responsabilité et épouse la fille huit jours après la naissance ; tous deux étaient domestiques dans de bonnes maisons).

20Les filles font parfois un long déplacement pour faire leur déclaration : le 23 avril 1747, une fille originaire de Ste-Maure, mais résidant à Chinon chez son beau-frère qui l’héberge depuis qu’elle est orpheline, vient à Tours pour accomplir cette démarche et y accouche dix jours après. Entre 1740 et 1757, vingt-et-une filles se rendent spécialement à Tours pour faire leur déclaration ou formuler leur plainte, soit de paroisses proches (Joué, Chambray…) soit de beaucoup plus loin (St-Paterne au nord ; la Chapelle-Blanche ou La Haye au sud) ; les autres, environ quatre-vingts, indiquent une résidence dans la ville mais leur qualité de domestique, pour la plupart, permet de supposer une origine rurale.

  • 27 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, baillage de Chinon, procédures criminelles, 1770-178 (...)
  • 28 Pourtant la déclaration n’est pas recevable si la grossesse n’est pas apparente : La Poix de Frémi (...)

21Les 149 déclarations et plaintes dont nous disposons, sont réparties en deux masses : 102 dans la période 1740-1757 et 47 pour 1765-1788 ; entre les deux, un trou complet : pourquoi ? Le baptême de 59 enfants a été retrouvé dans le fichier de l’état civil ancien. Souvent déclarations et plaintes sont confondues dans la même formalité ; lorsque ce n’est pas le cas, la plainte indique toujours la date à laquelle a été faite la déclaration et le délai entre les deux n’est que de quelques jours. Nous connaissons cette date pour 144 cas ; les déclarations sont plus nombreuses en mars et en décembre (17 dans chacun des deux mois, soit 24 % en tout) et il y a donc au moins une coïncidence avec le temps du Carême et de l’Avent : ce sont peut-être des temps où la conscience de la faute pèse plus lourd et où les objurgations du confesseur se font plus pressantes. Dans le bailliage de Chinon, entre 1770 et 1789, 29 % des déclarations27 sont ainsi faites en mars et décembre. Par contre, le minimum se place en juin et mai (6 et 8 déclarations). La fille indique presque toujours de combien de mois elle estime être enceinte ; si l’on compare, pour les enfants dont on a l’acte de baptême, la date présumée de la naissance d’après la déclaration et la date réelle, on s’aperçoit qu’il y a coïncidence pour plus de la moitié des cas (58 %), et que 1’erreur est d’un mois pour environ un quart ; de plus il faut tenir compte d’une probabilité non négligeable de naissances prématurées. Ces femmes ne sont pas totalement ignorantes, même si une ou deux ne savent pas vraiment si elles sont enceintes ! Quelques filles font leur déclaration très tôt28 ; d’autres, au contraire attendent le dernier moment, et c’est parfois pendant l’accouchement ou juste après ! Entre 1740 et 1757, un tiers des filles la font dans les cinq premiers mois de la grossesse, un tiers aux sixièmes et septièmes, un tiers dans les deux derniers mois. Les filles peuvent tarder si elles ont eu des promesses de mariage, dans l’espoir de se faire épouser avant la naissance : parmi elles, 12,5 % seulement ont fait une déclaration précoce, contre 20,5 % de celles qui ne parlent pas de tels engagements.

  • 29 B. Maillard, Recherches sur la population de la Touraine au xviiie siècle, thèse de 3e cycle, Pari (...)

22Puisque la durée indiquée de la grossesse est souvent exacte, il est possible de déterminer le rythme saisonnier de ces conceptions illégitimes et donc des « amours illicites » ; le printemps arrive loin en tête de toutes les périodes de l’année : d’avril à juin se placeraient 41 % de ces conceptions (correspondant à des naissances de janvier à mars) ; à lui seul juin en a 17 %. Une seconde poussée se situe en hiver, de décembre à février (28 %). Par contre, même en tenant compte de la marge d’incertitude, le creux de mars est très net (on n’y retrouve que trois cas). Les mêmes poussées se retrouvent dans la région de Chinon où 35 % des conceptions illégitimes se produisent entre mai et juillet et 20 % entre décembre et janvier. Ce rythme reproduit celui des naissances légitimes en accentuant cependant les écarts29 ; les explications sont donc les mêmes : temps disponible et liberté d’action favorisent les rencontres.

23Les sources indiquent pour la période 1740-1757 l’âge des filles, alors que plus tard elles se contentent de dire si elles sont, ou non, majeures. Les plus jeunes ont 17 ans, les plus âgées 40 ; l’âge modal est de 24 ans (11 cas), puis 25 (10 cas). Si 45 % des filles sont mineures, 64 % d’entre elles ont entre 21 et 28 ans ; l’âge moyen s’élève à 26 ans ; il ne s’agit donc pas d’enfants peu au fait des réalités de la vie ! Mais dans ce groupe il faut distinguer les veuves qui ont déjà eu une vie conjugale et sexuelle avant leur « aventure » : elles sont huit et sont nettement plus âgées (32,8 ans). Dans la seconde période étudiée, il s’est peut-être produit un renversement de tendance puisque 69 % des intéressées sont mineures.

24S’il est rare, dans les registres paroissiaux ou les actes notariés, de voir indiquer la profession des femmes, tel n’est pas le cas dans les déclarations ou plaintes pour grossesse illégitime ; nous connaissons la situation dans 120 cas se répartissant ainsi : 78 domestiques, 14 ouvrières en soie, 16 lingères, 9 journalières, et 3 apprenties. Ces filles font donc presque toutes partie du petit peuple et les servantes apparaissent bien comme les plus exposées à ce risque : 65 % des filles qui se sont trouvées enceintes illégitimement étaient en service à la campagne ou en ville. Le monde de la soie, spécialité de Tours, est peu représenté (11,5 %) mais il est vrai que cette activité était alors peu florissante. Les autres filles sont, soit des enfants de paysans et travaillent la terre avec leurs parents, soit des journalières (elles s’embauchent par exemple pour les vendanges pendant lesquelles elles sont séduites, comme Catherine Naudeau en 1746), soit enfin des filles appartenant à des milieux plus aisés et vivant chez leurs parents en attendant probablement le mariage. Ce dernier cas est le plus rare et apparaît tout à fait exceptionnellement : Catherine Deschamps est la fille d’un marchand fabricant, le père de Madeleine Ruet, victime des assiduités du curé de sa paroisse à Amboise, est huissier au grenier à sel.

  • 30 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelles (...)
  • 31 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1771, déclaration du 14 fév (...)

25La situation socio-professionnelle des séducteurs, quand ils sont connus, est presque toujours indiquée et l’échantillon social est beaucoup plus ouvert que celui des filles, puisqu’il s’étend du domestique au noble ou à l’ecclésiastique… Néanmoins, la majorité de ces hommes appartient aux milieux populaires : sur les 143 cas connus, 21 % sont domestiques, 26,5 % compagnons et 11 % paysans. Mais on y trouve aussi le garde suisse de l’Intendant de Tours, le fils d’un officier à l’élection ou au bailliage, un clerc, un curé de paroisse, un officier d’un régiment de cavalerie et, enfin, le marquis de Plumartin mis en cause le 3 avril 1753 par une domestique qui l’a servi six semaines « pendant lequel temps led. marquis n’a cessé d’avoir sa compagnie charnelle de force et de violence ».Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les « amours ancillaires » aient été fréquentes : c’est le patron qui abuse de sa domestique dans31 cas, ou son fils (3 cas), « profitant de l’autorité et de l’empire qu’ont ordinairement les maîtres sur leurs domestiques »30.Dans vingt cas, garçon et fille servent dans la même maison. Parfois, mais plus rarement, la situation est retournée : en 1771, une jeune veuve (elle n’a que 20 ans) se laisse abuser par le compagnon qui tenait avec elle la boutique31.Le cas le plus complexe est celui des ecclésiastiques puisque différentes juridictions peuvent avoir à instruire l’affaire. La fille abusée ne peut espérer un mariage de réparation et cherche seulement à obtenir des dommages et intérêts. C’est le problème de Madeleine Ruet, fille d’un huissier au grenier à sel d’Amboise, receveur de la fabrique de Notre-Dame-en-Grève ; elle est majeure, sait lire et signe assez bien son nom ;mais, selon elle, ses parents n’ont pu remplir leur rôle et« veiller à sa conduite » car sa mère est infirme et son père doit souvent s’absenter ,si bien que, « malgré son attitude irréprochable », elle a fini par céder aux pressantes instances du curé de la paroisse, Joseph-Pierre de Boisgaultier. Aucune déposition de ce dernier ne figure dans le dossier mais celle de la fille sembler apporter fidèlement le discours qu’il lui a tenu ; étonnants propos où paraît tout le vocabulaire du XVIIIe siècle : bonheur, nature… L’action de ce prêtre semble préméditée de longue date : il vient souvent voir le père et commence par circonvenir la fille en lui faisant des compliments, en lui prêtant des livres ou en lui confiant« ses bas à racommoder » ! Puis il lui déclare sa passion « au tribunal de la pénitence » et lui fait

« sans voile et sans ménagement les propositions de débauche qu’il méditait depuis longtemps. Il lui a fait entendre que la sagesse et la vertu n’étaient que chimères, que c’était une invention des hommes qui ne pouvait arrêter la loi naturelle, que la constituante et lui pouvaient vivre ensemble comme mari et femme sans crime et sans remords, que ce n’était pas un péchémais une obéissance à la nature, qu’il n’y avait point de Dieu pour lui si ce qu’il disait n’était pas véritable et qu’ils avait sa religion…et que le concile de Trente qui avait aboli le mariage des prêtres ne pouvait les empêcher de se marier, que ceux qui ne l’étaient pas étaient des bêtes. Les scrupules de la constituante augmentaient à mesure que le sieur de Boisgaultier s’efforçait de les faire taire, mais il la rassurait, selon lui faiblesse des deux sexes, c’était simplicité de craindre pour l’avenir parce que Dieu même avait formé l’union de l’homme et de la femme et les avait faits l’un pour l’autre. »

  • 32 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1746 1747, plainte du 2 fév (...)

26Lorsque Madeleine Ru et l’avertit qu’elle était enceinte, » il lui conseilla de prendre des remèdes violents… à l’insu de ses parents ». Ceux-ci, mis au courant, en voient leur fille chez un de ses oncles, chirurgien à Tours, où elle ose déposer sa plainte ; l’enfant naît le 4 février 1746 et est baptisé dans la paroisse St-Vincent où le curé note très clairement le nom du père présumé. L’enquête menée prouve que tout le voisinage était au courant des relations entre le curé et M. Ruet et que la paternité du prêtre ne faisait de doute pour personne32.

  • 33 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles1749.

27Les réactions des garçons mis en cause sont très diverses : certains « s’absentent », d’autres nient tout, quelques uns poussent les filles à faire une fausse déclaration et à « charger » un inconnu, ou encore promettent de l’argent, quitte ensuite à ne pas payer, si la fille se charge totalement de l’enfant. Les patrons mettent tous dehors leur servante enceinte, parfois « à grands coups de pied dans le derrière ». Plus grave est l’incitation à recourir à l’avortement33 : le 26 novembre 1753, l’ancienne domestique d’un chirurgien déclare que son maître

« lui dit que si elle se trouvait grosse, il lui donnerait de la poudre infernale, qu’il e n’avait déjà donné à d’autres filles qui s’en étaient bien trouvées et lui montra même la poudre qui est de couleur blanche » ;

28l’homme était bien placé pour faire de telles propositions ! Un maître ouvrier en soie fit prendre à son apprentie

  • 34 Archives départementales d’Indre-et-Loire id., procédures criminelles 1742, déclaration du 1er jui (...)

« une prise de verre (sic) dans un setier de vin blanc et nombre de fois de l’eau de vie tous les matins en sorte que ces remèdes ont réduit la comparante à l’extrémité…34 ».

  • 35 J.Gelis, La Sage-femme ou le médecin, p.287-288.

29Le curé d’Amboise déjà évoqué, conseille à la fille « la saignée au pied, de prendre de l’émétique, un brouage dans lequel il y a de la rue ». Le recours à la saignée revient souvent comme moyen d’obtenir un avortement ; J.Gelisa noté l’ambiguïté de cette pratique sur la femme enceinte, très répandue autour de 176035. Même si les déclarations sont en partie fausses et cherchent à faire porter toutes les responsabilités par les hommes qu’elles désignent, ces témoignages prouvent que les pratiques abortives étaient bien connues.

  • 36 Catherine Rossignol fait sa déclaration le 23 juillet 1749 ; elle se marie le 9 septembre, son pre (...)

30Le mariage de réparation est évidemment la solution la plus heureuse pour la mère, et pour l’enfant même s’il naît avant puisqu’il est alors légitimé. Un nombre non négligeable d’actes de mariage pour ces couples illégitimes a été retrouvé dans le fichier de l’état civil ancien : 15 entre 1740 et 1755 pour 102 déclarations mais un seul pour 47 déclarations entre 1765 et 1789. D’autres ont pu avoir lieu dans des paroisses de campagne mais le mariage semble devenu plus difficile à obtenir à la fin du siècle ; le garçon se sent peut-être dégagé de toute obligation par le versement de dommages et intérêts après la naissance. Certains de ces couples ont connu ensuite une longue existence et parfois ont eu une nombreuse progéniture36. La conclusion de ces mariages donne une certaine crédibilité aux affirmations des filles qui sont nombreuses à évoquer des promesses de mariage pour expliquer leur conduite, ou qui auraient utilisé ce moyen, le plus souvent sur le conseil du garçon, pour obtenir le consentement de parents hostiles au mariage (4 cas). Certains avaient même vraiment commencé les démarches en vue des épousailles et fait publier un ou deux bans, comme cet ouvrier en soie à qui manquait l’autorisation de son père « depuis longtemps absent » mais qui put se marier avant que naîsse l’enfant ; en ce cas comme dans bien d’autres sans doute, il se produisit non une naissance illégitime mais une conception prénuptiale. Parfois, le mariage paraît vraiment impossible, la distance sociale étant trop grande entre le garçon et la fille, comme le rappelle en 1787, ce marchand fermier, tuteur de sa belle-fille séduite par le domestique chargé de

  • 37 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1787. Ce domestique s’est d (...)

« conduire les charettes et de soigner les chevaux… ce qui serait dans la personne d’un fils de famille un crime grave, mais qui dans la personne d’un domestique devient un crime capital que les lois condamment du dernier supplice37 ».

  • 38 J. Gélis, op. cit., p. 29.

31Pour la période 1740-1757, le baptême de 42 enfants a pu être retrouvé ; 32 sont bien illégitimes mais le nom du père est fourni pour 14 enfants et trois ont pu être légitimés par le mariage de leurs parents. Dix fois, l’union a été célébrée avant la naissance (la veille dans deux cas…) du bébé qui est donc légitime. Entre 1767 et 1789, un seul est dans ce cas, seize sont de père inconnu et un a été porté à la Madeleine où il a été baptisé ; au moins deux autres sont nés dans la paroisse d’origine de leur mère. Les enfants nés à Tours sont surtout dans les paroisses les plus populaires, Notre-Dame-la-Riche (12 pour les deux périodes) et Saint-Pierre-des Corps (8). Certaines filles semblent avoir été, dans l’attente de l’accouchement, en pension chez un habitant de Tours ; c’est clairement dit pour douze, dont quatre au moins viennent de l’extérieur ; deux sont chez une matrone, deux autres chez un chirurgien. Mais pour aucune d’entre elles il n’y a trace de la naissance de l’enfant : est donc très forte la présomption d’un abandon à l’hôpital des enfants trouvés, par l’intermédiaire de l’hôte38. Au total, la trace de 47 filles qui ont fait une déclaration ou déposé une plainte à Tours est perdue, tandis qu’apparaissent dans les registres paroissiaux bien des enfants illégitimes pour lesquels nous ne savons pas s’il y a eu déclaration.

32Il paraît donc impossible de prendre la mesure exacte du phénomène de l’illégitimité à Tours au xviiie siècle. Les filles enceintes illégitimement, contre lesquelles s’exercent encore le plus souvent violence et rejet, peuvent se répartir en trois groupes : celles qui abandonnent l’enfant dès sa naissance, celles qui s’en chargent mais restent seules et enfin celles qui se marient ; l’aventure de ces dernières n’était qu’une anticipation sur la vie conjugale. Tendresse et affection n’étaient pas absentes dans ces relations contraires à la morale du temps : ainsi, en 1753, un valet propose à une autre domestique de l’épouser

  • 39 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1749, déclaration du 5 nove (...)

« en lui mettant la main sur la gorge et badinant… l’embrassa et la baisa plusieurs fois sur les joues et sur la gorge en lui disant qu’il l’aimait39 » ;

33l’attitude des parents qui interviennent pour défendre les intérêts de leur fille est peut-être le signe d’un changement de rapports dans les familles.

Notes

1 Publication : Populations et cultures. Études réunies en l’honneur de François Lebrun, Alain Croix, Michel Lagrée et Jean Quéniart dir., Rennes, Amis de François Lebrun, 1989, 535 p., p. 61-70.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C337.

3 Archives nationales, K 1224/2, « Mémoire » d’Harvoin.

4 Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. II, p. 184.

5 Duvergé, Mémoire topographique, physique et médicinal, ou traité sur la situation de la ville de Tours, 1774, p. 80 à 85.

6 A. Herbet, Fêtes ct divertissements à Tours à la fin du règne de Louis XV, mémoire de maîtrise, 1988, dactylographié, p. 225 à 231.

7 Cité dans : « L’éclairage à Tours à la fin du xviiie siècle », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. II, p. 449.

8 A. Giraudet, Recherches historiques et statistiques sur l’hygiène de la ville de Tours et sur le mouvement de la population depuis 1632 jusqu’à l’époque actuelle, 1853, p. 101-102.

9 Population, n° spécial, 1975, p. 66.

10 Archives départementales d’Indre-et-Loire, registre des baptêmes et sépultures de l’hôpital de la Madeleine, 1750-1790 (l’année 1750 est incomplète).

11 À Tours, contrairement à ce qui se faisait à Limoges par exemple, il ne semble pas qu’on ait conservé les signes qui permettent d’identifier les enfants.

12 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 313.

13 Les registres paroissiaux de Tours ont été totalement dépouillés et mis en fiches par les services des Archives municipales.

14 Les deux premières périodes couvrent un demi siècle, la troisième 40 ans seulement.

15 Le même phénomène s’observe à Angers : C. Faucher, Les Enfants abandonnés au xviiie siècle, Angers 1740-1789, mémoire de maîtrise, Tours, 1985, dactylographié, p. 51.

16 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, registres d’audience du lieutenant de police de Tours. Au début de l’année, la livre de pain commun est à 27 deniers, en juillet elle est à 34 deniers.

17 Archives municipales de Tours, F 36 pour les décomptes de la première période ; récapitulations en fin de registre paroissial pour la seconde.

18 M. C. Phan, « Les Déclarations de grossesse en France (xvi-xviiie siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1975, n° l, p. 61-88.

19 La Poix de Freminville, Dictionnaire ou traité de la police générale, nouv. ed. 1771, p. 364-365.

20 J. Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au XVIIIe siècle », Annales ESC, n° 4-5, 1972, p. 1155.

21 A. Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1970, n° 2, p. 279.

22 Archives départementales d’Indre-et-Loire, minutes de maître Boisquet, 1788.

23 Archives départementales d’Indre-et-Loire, minutes de maître Thenon, 1766.

24 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelles, 1749.

25 Comme le prévoit la jurisprudence, cf. La Poix de Freminville, op. cit., p. 366.

26 Répartition journalière des déclarations entre 1749 et 1753 : lundi 24,5 % ; mardi 13 % ; mercredi 11,5 % ; jeudi 13 % ; vendredi 16,5 % ; samedi 6,5 % ; dimanche 15 %.

27 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, baillage de Chinon, procédures criminelles, 1770-1789 (68 déclarations).

28 Pourtant la déclaration n’est pas recevable si la grossesse n’est pas apparente : La Poix de Fréminville, op. cit., p. 365.

29 B. Maillard, Recherches sur la population de la Touraine au xviiie siècle, thèse de 3e cycle, Paris 1, 1974, dactylographié, p. 214.

30 Archives départementales d’Indre-et-Loire, B, bailliage présidial de Tours, procédures criminelles 1779, déclaration du 17 novembre 1778.

31 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1771, déclaration du 14 février 1771.

32 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1746 1747, plainte du 2 février 1746. La fille dit avoir présenté une requête devant la chambre de la Tournelle au Parlement de Paris pour que soient désignés d’autres juges que ceux d’Amboise. Le Conseil du roi la renvoie devant le présidial de Tours. La requête de l’official pour faire lui-même la poursuite est repoussée le 19 février. Mais il semble que M. Huet se désiste de sa plainte le 23 du même mois.

33 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles1749.

34 Archives départementales d’Indre-et-Loire id., procédures criminelles 1742, déclaration du 1er juillet 1743.

35 J.Gelis, La Sage-femme ou le médecin, p.287-288.

36 Catherine Rossignol fait sa déclaration le 23 juillet 1749 ; elle se marie le 9 septembre, son premier enfant naît le 3 décembre et il est suivi de neuf autres. Un autre couple marié en septembre 1754 a eu douze enfants, le premier étant né un mois après le mariage.

37 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1787. Ce domestique s’est de plus rendu coupable du « crime de rapt et enlèvement ».

38 J. Gélis, op. cit., p. 29.

39 Archives départementales d’Indre-et-Loire, id., procédures criminelles 1749, déclaration du 5 novembre 1753.

Table des illustrations

Titre Naissances illégitimes par décennie (dans un échantillon de population) à Tours au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9242/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Nombre annuel de baptêmes à l’hôpital des enfants trouvés de la Madeleine à Tours, entre 1755 et 1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9242/img-2.png
Fichier image/png, 23k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540