Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Les hommes et la mort à Tours au xviie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d’histoire urbaine, xiiexviiie siè (...)
  • 2 B. Chevalier, Histoire de Tours, p. 173.

1Les dernières splendeurs de Tours « encore capitale royale » à la fin du xvie siècle2 ne peuvent cacher la triste situation économique et financière de la cité : soumise à d’incessantes demandes d’argent émanant du roi, elle a dû s’endetter gravement et sa manufacture de soie n’a guère pu tirer profit de la présence de la Cour. Après l’accalmie du début du xviie siècle le temps des malheurs revint ; sous l’effet du « tour de vis » fiscal que la guerre rendit nécessaire, la ville s’enfonça dans les difficultés budgétaires et les troubles sociaux. Relativement à l’abri des effets directs de la guerre, elle fut frappée de plein fouet par la peste, les crises de subsistances et les révoltes populaires, sans connaître toutefois de révolte comparable à la Fronde angevine. Les commandes que fit Richelieu à la manufacture de soierie ne suffirent pas à la tirer du marasme ; cette activité continuait à faire l’originalité de la ville, sans concurrente dans la moitié occidentale de la France, mais les fonctions les plus régulières et les plus susceptibles d’animer la cité, étaient bien celles d’une capitale administrative, judiciaire et financière de généralité.

  • 3 M. Puzelat, Les Soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648, mémoire de maîtrise, Tours, 1971, (...)
  • 4 B. Chevalier, op. cit., p. 158.
  • 5 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 327. À St-Hilaire de Tou (...)

2Entre 1626 et 1640, très peu d’années furent épargnées par la peste ; les registres de délibérations du corps de ville en témoignent ; des accalmies se placent vers 1628-1629 et 1635-1636. Puis, quand le fléau disparaît vers 1640, les séditions populaires3 prennent le relais, suscitées soit par la cherté des grains (1643, 1647) soit par l’aggravation de la fiscalité indirecte (1640, 1641, 1643, 1647, etc.) qui doit permettre de satisfaire les exigences du roi et qui annule les effets de l’exemption de la taille4 dont jouit Tours, « la bonne ville ». Le dérèglement des saisons aggrave les conséquences de la folie des hommes (ouragan en 1637, inondations en 1649, 1652 et 1666, embâcle puis débâcle de la Loire et du Cher qui emporte les ponts en 1666, famine de 1661-1662, dite « de l’avènement »). La violence, la précarité de l’existence, les difficultés de la vie quotidienne sont le lot d’une grande partie de la population qui est sans cesse en présence de la mort. Dans cette ville qui compte alors environ 30 000 habitants, il n’est pas de jour où le glas ne sonne au moins une fois au clocher de l’une de seize églises paroissiales. Que dire des années 1661 et 1662 qui voient le curé de la paroisse St-Hilaire bénir la sépulture de 140 de ses paroissiens, soit quatre à cinq fois plus que dans les années antérieures… Après cette crise qui frappa durement toute la généralité de Tours5, des années moins sombres se succédèrent et même la manufacture de soie connut alors une de ses meilleures périodes.

  • 6 Archives municipales de Tours, registres paroissiaux de St-Hilaire, 1636-1669. Jusqu’en 1668, le c (...)

3Les curés qui se sont succédé entre 1636 et 1669 dans la petite paroisse de Saint-Hilaire devaient être particulièrement sensibles aux fins dernières de l’homme, puisque, à côté d’actes de baptême et de mariage très peu détaillés, ils ont rédigé des actes de sépulture dont certains, très longs, nous en apprennent beaucoup sur eux-mêmes et leurs paroissiens6. D’abord rares (10 % des actes) entre 1636 et 1660, ces commentaires deviennent plus fréquents (une fois sur quatre) et plus détaillés entre 1660 et 1669. Leur style fait penser que leur auteur était persuadé que la mort est une délivrance et un bonheur : « Beaty mortuy qui in Domino Moriuntur » note le curé sur la page de garde du registre en 1632. Pour autant, les registres n’ont pas été traités comme des journaux intimes ou des livres de comptes ; on n’y lit aucune allusion aux événements nationaux ou internationaux, comme la mort de Louis XIII ou les paix de 1648 et 1659. L’écho de l’existence mouvementée de la ville n’apparaît qu’incidemment, lorsque le prêtre note la cause du décès, ainsi d’une fille morte de la « contagion » en 1640 ou d’un homme tué d’un coup de pistolet par les commis du bureau des aides, lors d’une « rumeur » en novembre 1664.

4Pourquoi donc ces remarques ? Les curés ont commenté la mort de personnes qui s’étaient illustrées par leur charité ou leur vie dévote ; ils ont noté de plus les morts violentes ou sortant de l’ordinaire, celle des étrangers à la paroisse. Apparaissent aussi les morts subites ou le décès de fidèles qui n’ont pu recevoir les derniers sacrements ; dans le premier cas peut-être les prêtres se justifient-ils d’une inhumation en terre bénie en apportant la preuve que le défunt avait toujours vécu en bon catholique, et dans le second cas ils expliquent pourquoi l’agonisant n’a pu recevoir les derniers secours de la religion.

  • 7 Histoire religieuse de la Touraine, p. 172.
  • 8 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire, 7 janvier 1662.

5Les curés de St-Hilaire s’occupent avec soin de leurs registres ; ils appliquent la législation civile et religieuse. Ils sont visiblement instruits mais n’ont certainement pas fait leurs études au séminaire de Tours, puisque ce dernier n’a été fondé7 que sous l’épiscopat de Mgr Le Bouthillier (1641-1670). Le long texte8 que son successeur rédigea à l’occasion du décès de Jérôme Dupin nous éclaire sur ce prêtre qui fut prieur curé de St-Hilaire de 1635 à 1662. Mort à 56 ans, il était probablement originaire de Paris puisqu’il « entreprit le voyage de Paris pour y recouvrer la santé par la contribution de l’air de son pays natal » ; sa famille n’était pas de condition modeste : le frère chez qui il mourut était Trésorier de l’Épargne et résidait paroisse St-Sulpice. Docteur en théologie, il avait obtenu différents bénéfices, dont une prébende en l’église collégiale de Château d’un. Ce portrait, sans doute très hagiographique, nous montre un ecclésiastique de la Contre Réforme, issu d’un milieu aisé, entièrement consacré à ses tâches pastorales, dont « la noble conquête des âmes spoliées (de la) grâce… de la Divine Miséricorde… les unes par le péché, les autres par l’hérésie », et attentif à embellir et aménager son église ; il laissa les « autels renouvelés et le principal bâti à la moderne » mais il avait aussi fait refaire la croix processionnelle et de multiples ornements, veillé à l’aménagement de la sacristie et à la reconstruction de la maison du prieuré. Ce curé, très sensible aux misères humaines, dépensa sans compter pour les secours aux pauvres. Ces hautes qualités firent que le curé de St-Sulpice de Paris, qui lui avait administré l’extrême onction,

« voulut en signe de respect qu’il portait à la mémoire du défunt passé en odeur de sainteté donner à son corps pour sépulture la plus belle et principale place du chœur de l’église de Saint-Sulpice accompagné de tout son clergé ».

  • 9 Id., 1er août 1662.
  • 10 Id., à partir de la prise de possession du prieuré- cure par M. Soubmain.

6Son successeur, Claude Brémond, mourut sept mois seulement après son entrée en fonctions, à l’âge de 42 ans, victime semble-t-il, d’une campagne de calomnies9. Bachelier ès arts, il avait été en possession de différents bénéfices à Tours et c’est J. Dupin lui-même qui l’avait remarqué et choisi. Les curés suivants sont moins bien connus mais ils ont maintenu jusqu’en septembre 1669 l’habitude de noter des réflexions sur le décès de leurs ouailles, puis ils l’ont abandonnée10.

  • 11 En 1786-1790, en Indre et Loire, de 10 à 20 % des femmes et de 20 à 30 % des hommes seulement ont (...)

7La paroisse de St-Hilaire, située à l’est de Saint-Martin, était l’une des plus petites mais non l’une des plus pauvres de Tours ; entre 1640 et 1649, Le curé y célèbre, chaque année, en moyenne, 45 à 50 baptêmes, ce qui permet d’évaluer la population de la paroisse à environ mille habitants. L’église s’ouvrait sur l’actuelle rue des Halles et, au xviiie siècle, l’hôtel de l’Intendance fut construit en face. La composition socio-professionnelle de la population qui y réside peut être étudiée à partir des actes de mariage puisque, bien avant l’ordonnance de 1667, le curé y porte de nombreux renseignements. Parmi les hommes célibataires qui, habitant Tours, se sont mariés dans la paroisse ou qui, y résidant, sont allés le faire ailleurs, environ 16 % sont des nobles ou des hommes vivant noblement, des officiers, des négociants. Par contre, les petits métiers sont très peu représentés ; les domestiques sont environ 6 % mais sous ce qualificatif sont regroupées des réalités très hétérogènes. On peut ajouter les artisans (environ un tiers de l’effectif) parmi lesquels les métiers de l’alimentation sont étrangement peu nombreux au contraire des cordonniers et savetiers ! Le groupe le plus gros est évidemment formé par tous ceux qui vivent de l’industrie de la soie (36 %), mais qui ne sont pas tous au même niveau : les ouvriers en soie, mais aussi bien souvent les maîtres ouvriers sont des salariés ; seuls les marchands maîtres-ouvriers en soie ont l’indépendance économique. L’aisance financière d’une bonne partie de la population se traduit par une acculturation supérieure à la moyenne, puisque 59 % des garçons sont capables de signer, souvent fort bien, leur acte de mariage ; seulement 34 % des filles le peuvent et presque toujours très maladroitement11.

  • 12 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire : en marge de l’acte de baptême du fils d’un march (...)

8Tous ces ménages ont été prolifiques : ainsi le nombre de naissances par famille, que peut indiquer grossièrement le rapport entre le nombre annuel des baptêmes et celui des mariages, est de 4 ; il a même tendance à augmenter puisque pour la décennie 16651674, il dépasse nettement 5. Une partie de ces familles met certainement ses enfants en nourrice à l’extérieur de la paroisse12 puisque la mortalité infantile paraît anormalement faible (les décès des enfants de moins de un an ne forment que 33,6 % des décès de jeunes de moins de 20 ans entre 1637 et 1669 et 10,6 % des naissances) ; d’ailleurs le curé inhume des enfants nés dans d’autres paroisses de la ville et morts en nourrice à St-Hilaire, ce qui apporte la preuve de ladite pratique.

9L’enregistrement des décès semble avoir été correctement effectué dès 1637, mais n’est vraiment satisfaisant qu’à partir du milieu du siècle (en 1649, figure le premier acte de décès d’un enfant ondoyé à la naissance) ; d’autre part, si dans le registre des baptêmes tenu jusqu’en 1668, apparaissent des indications marginales, ces dernières ne font que reprendre des actes de décès et il n’y a donc pas lieu d’en tenir compte dans les comptages de décès. Entre 1637 et 1669, le curé rédige annuellement environ 33 actes de sépulture ou de décès (soit 1100 au total) ; mais, sans qu’intervienne une amélioration de l’enregistrement, cette moyenne annuelle passe de 28,5 morts dans la décennie 1640-1649 à 43 entre 1660 et 1669.

10Dans le total de la période, on compte au moins 511 décès d’enfants de moins de 15 ans, soit 46,7 %. Ces enfants se répartissent en trois groupes : un tiers a moins de un an, un tiers a entre 1 et 4 ans et les autres entre 5 et 14 ans. Parmi les adultes morts après 20 ans, un tiers n’a pas atteint 40 ans mais 44,5 % ont dépassé 60 ans (et même 20 % ont au moins 70 ans à leur mort) ; cette longévité est due sans doute à l’aisance financière de nombreuses familles qui explique aussi la présence de nombreuses veuves et d’une domesticité abondante. Mais le déséquilibre entre les sexes est très fort : 336 actes concernent des femmes et seulement 246 des hommes (ce phénomène disparaît en temps de crise…) ; pourquoi ?

  • 13 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 242.
  • 14 Archives municipales de Tours, R. P. St-Simple. À la fin de 1662, le curé écrit : « Beaucoup de mo (...)
  • 15 Archives municipales de Tours, R. P. Notre-Dame de l’Écrignolle (registre des baptêmes de 1661). L (...)

11La mort ordinaire frappe de façon presque régulière au long de l’année mais la fin de l’été surtout, puis l’automne et le début du printemps connaissent une poussée qui a souvent été remarquée en d’autres villes13. Dans la période étudiée, deux grandes crises apparaissent. La peste a frappé Tours entre 1637 et 1640 mais dans la paroisse St-Hilaire, le nombre des morts augmente peu ; les habitants qui possèdent une maison de campagne ont peut être quitté la ville. Par contre les crises de « la Fronde » et « de l’Avènement » (1660-1662) se traduisent par une forte poussée des morts : lors de la première, leur nombre fait plus que doubler et les enfants en forment 51 %. Lors de la seconde, 233 personnes meurent entre 1660 et 1663, dont 140 en 1661 et 1662 (contre 26 par an les années précédentes) ; une flambée de la mortalité se place entre septembre 1661 et août 1662 (106 morts), tandis que le nombre des mariages diminue nettement et comme les baptêmes de 1662 sont au nombre de 25, le plus bas niveau de toute la période entre 1630 et 1690, les décès sont trois fois plus nombreux que les naissances et le déficit de celles ci est de 56. Les principales victimes ont été les adultes : ils forment les deux tiers des défunts ; si le même phénomène s’est produit dans toute la ville, les forces vives de Tours ont été durement atteintes. Cette crise ressemble fort à une crise de subsistances : l’augmentation des décès s’inscrit de façon parfaite dans le cadre d’une année récolte14 ; mais la mortalité a été aussi aggravée par une épidémie15.

12Nous connaissons les causes de 127 décès. Les principales sont les maladies de tout genre (le curé fournit parfois des détails très précis) mais la peste n’apparaît jamais. On relève :

1313 cas d’apoplexie

145 cas d’hydropisie

154 cas de « fièvres »

163 cas d’hémorragies

176 cas de maladies digestives et intestinales

185 cas de maladies pulmonaires

194 cas de « contagion »

202 cas de maladies féminines

  • 16 Archives municipales de Tours, R.P. St-Hilaire (registre des décès 1632-1667). Décès d’Olivier Voi (...)

21Quarte femmes sont mortes de suites de couches. Une affection fréquente, que les chirurgiens n’hésitent pas à traiter par l’opération, est la maladie de la pierre ; deux individus, dont un garçon de 15 ans, en sont morts tandis que trois, dont un garçon de 14 ans, ont succombé après l’opération ; un trésorier des turcies et levées est même allé à Paris16 pour y être opéré. Une trépanation fut tentée sur une femme, elle en mourut. On peut compter 33 cas de morts subites, dont certainement des morts de vieillesse. Violences (4 cas) et accidents (5 cas) sont aussi responsables de décès brutaux ; parmi eux, il y a la mort d’une fillette étouffée le 21 avril 1644 dans une bousculade lors d’une distribution à l’Aumône générale.

  • 17 P. Chaunu, La Mort à Paris (xvie, xviie, xviiie siècles), p. 397. Dans la paroisse St-Paul, pour l (...)
  • 18 J. Thibautpayen, Les Morts, l’Église et l’État dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et (...)
  • 19 Paroisse à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Tours.
  • 20 Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. 4, 1877-79, p. 46-47.

22Le curé de St-Hilaire a noté le lieu précis d’inhumation pour 727 cadavres. Il ne semble pas qu’existât alors, peut être par manque de place, un petit cimetière « réservé aux enfants, qui sont donc traités selon le statut social de leurs parents. Dans 241 cas, soit 33 % du total17, l’inhumation a lieu dans l’église18 surtout dans la période antérieure à 1650. Le chœur est l’endroit le plus recherché mais seuls les paroissiens les plus notables y ont droit ; il accueille, le 5 décembre 1642, l’épouse d’un Contrôleur au Bureau des finances morte en couches, ou le 16 octobre 1643, François Robichon, ancien procureur au présidial mort à 75 ans, qui « s’étant perverti depuis longtemps, par la grâce de Dieu, s’est converti depuis trois ou quatre mois et a témoigné grand repentir de sa faute ». L’inhumation dans le chœur peut aussi être une marque de reconnaissance envers de généreux donateurs et constitue un privilège pour les marguilliers en fonction ou leur famille. Tout le sol de l’église peut être ouvert pour accueillir des corps : dans le chœur, au milieu, dans le fond à gauche ou à droite de la nef ; est particulièrement recherchée la proximité de l’autel de Saint Roch et de Saint Charles ou celui de Saint-Sellerin, dont la dévotion est très ancienne dans la paroisse, ou encore celle des fonts baptismaux… Nombreux sont ceux qui ont demandé à rejoindre les aïeux dont la sépulture est souvent située sous le banc de la famille ; vivants et morts sont ainsi réunis. Certains y tiennent tant qu’ils demandent, au cas où ils décèderaient à l’extérieur, que leur corps soit ramené à Saint-Hilaire : ainsi, le 28 novembre 1661, le corps d’une femme, veuve « d’un portemanteau du duc d’Orléans » morte à Savonnières19 chez son gendre, est transporté jusqu’à Saint-Hilaire ; à l’inverse, le curé note parfois le départ de certains cadavres pour une inhumation dans une autre paroisse (Saint-Saturnin entre autres) ou surtout, une église conventuelle (celle des Augustins ou des Jacobins le plus souvent). Ces transferts devaient être fréquents puisque le cahier du Tiers État de Touraine rédigé pour les États Généraux de 1651 réclame une réglementation et l’établissement d’un tarif pour ces cas précis20.

  • 21 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire ; le 25 avril 1669, une jeune fille morte de la pe (...)

23Il arrive parfois qu’on ne puisse inhumer les corps ailleurs que dans l’église, comme en février 1660, janvier 1663 ou 1666, « n’ayant pu bêcher le cimetière serré de froid ». La « contagion » n’empêche pas l’enterrement dans l’église : en mars 1639, c’est le cas pour une jeune fille dont le père meurt peu après, lui aussi de « contagion », à Vouvray : « il a plu à Dieu de préserver tout le voisinage qui l’avait visitée et nous qui l’avions assistée ». « L’infection » oblige parfois à ne pas respecter le délai d’attente de vingt-quatre heures avant l’inhumation21.

  • 22 Histoire religieuse de la Touraine, p. 165.
  • 23 Archives municipales de Tours, R.P. St-Hilaire (registre des décès 1669) : « sans aucun appareil e (...)

24La sépulture au cimetière est bien considérée comme celle des pauvres et c’est par humilité que certains puissants désirent y avoir leur dernière demeure, tout en demandant à être mis en terre le plus près possible de l’autel principal de l’église et donc du tabernacle ; ils témoignent ainsi de leur dévotion à l’Eucharistie. Cette démarche est parfois suivie par toute une famille : ainsi la famille Compain, dont quatre membres meurent dans les années 1660, peut apparaître comme une de ces familles pieuses d’officiers de justice et de finances22, nombreuses à Tours dans la première moitié du xviie siècle. Françoise Cholet « chaste épouse » de Messire Compain, receveur général des finances au bureau des trésoriers en la généralité de Tours, mourut le 16 octobre 1665, à 42 ans, « en odeur de sainteté », après une vie « de pénitences et macérations corporelles… s’abaissant jusqu’au dessous de toutes les créatures de la terre, surmontant les plus austères par le jeûne… imitant les plus charitables de cœur… se dépouillant soi-même par ses aumônes, ensevelissant les pauvres, subvenant elle seule à la plus grande partie des nécessiteuses familles de la paroisse… et pour reconnaissance de son néant et du peu d’estime qu’elle faisait de son corps qu’elle disait s’être souventes fois élevé contre son Dieu malgré son esprit, elle a requis qu’il fût déposé en terre du cimetière au derrière du tabernacle où repose le très Saint Sacrement de l’autel… sans aucune cérémonie extérieure ni appareil funèbre que les prières ordinaires et service entier avec un annuel de messes perpétuelles sous le bon plaisir de M. son mari… ». Trois de ses neveux disparurent en quelques années : deux filles de moins de 25 ans, l’une étant « professe de la Visitation du bienheureux François de Sales », et un garçon qui mourut en mai 1668, à 25 ans ; chevalier de Malte, il était fils d’un secrétaire du roi, et « nourri d’une admirable profondeur d’humilité », il demanda à être « seulement déposé dans la terre du cimetière23 » près de sa tante, « vis-à-vis le dos de l’autel principal où repose le Saint Ciboire ».

  • 24 P. Ariès, L’Homme devant la mort, p. 390. L’auteur note l’apparition de cette inquiétude dans les (...)

25L’inhumation ne se passe pas toujours bien ; elle a lieu au moins vingt-quatre heures, sauf exception, après le décès, et les corps sont parfois exposés à la porte du domicile du défunt ; la mort est donc publique. Mais il arrive que le peuple s’émeuve et trouble l’ordre des cérémonies. Ainsi, le 21 avril 1667, un commis des messagers de Paris meurt subitement « d’une fièvre chaude » ; le lendemain, alors que le corps est exposé à la porte, la foule entend empêcher le départ du cadavre ; elle est en effet persuadée que l’homme n’est pas mort et s’emploie à le ranimer en le réchauffant ; après l’échec, prévisible, les gens consentent à l’inhumation mais par représailles pour éviter le renouvellement de « ce trouble extraordinaire », le curé décide d’attendre un jour. On trouve donc ici, parmi le peuple et dès le milieu xviie siècle, la peur de la mise en terre d’un vivant en état de mort apparente24.

26La mort, même subite, ne surprend pas les adultes qui s’y sont préparés ; en témoignent les nombreuses fondations faites par des hommes et des femmes qui, tout au long de leur vie, ont manifesté leur foi par des dons, en nature ou en argent, à leur paroisse. Il est alors bien normal que le curé le signale et accorde une attention toute particulière à ces paroissiens, qui ne sont pas toujours des plus aisés. Ainsi le 17 mai 1649, un jardinier meurt des suites d’une opération de la pierre ; il avait fondé une grande messe et un salut le jour de la St-Roch ; il était pourtant, sans doute, « un chrétien grossièrement élevé à la foi » comme le note le curé pour un menuisier mort en juin 1667, de même que cette fille, de naissance illégitime, qui fit don de tous ses biens aux pauvres avant de mourir, en 1666.

27Toutefois, la plupart des fondations et dons viennent d’officiers : soit des officiers de finances nombreux dans la ville grâce au bureau des finances, soit des magistrats, du bailliage présidial par exemple ; leurs veuves se montrent aussi très généreuses. Il faut y ajouter quelques nobles. Certains dons ont des objectifs pratiques : la remise en état et l’embellissement de l’église, le renouvellement et l’accroissement du mobilier, de la vaisselle et des linges liturgiques. Olivier Voisin, trésorier des turcies et levées, mort en janvier 1640, avait fait rebâtir le bas de l’église et la sacrisitie ; en 1641, deux femmes offrent, l’une « le Saint Tabernacle et le Soleil d’argent vermeil doré », l’autre, épouse d’un receveur des décimes, un bénitier d’argent. En 1647, la veuve de M. de la Borde Hécourt donne cent écus pour la décoration de l’autel et l’achat d’un bassin d’argent ; en 1649, la veuve d’un trésorier des turcies et levées offre des armements d’autel et une chasuble, tandis qu’un maître brodeur, mort en décembre 1660, avait mis son art au service de l’église en réalisant un blanc parement brodé », des chasubles et des tuniques. F. Cholet avait largement contribué à l’embellissement de l’église, en particulier de l’autel, y faisant mettre un « blanc parement au grand autel avec les deux crédences accompagné d’une chasuble de même couleur » ; elle avait aussi « fait et refait à ses dépens… serviettes et lavabo… ». Le curé ne précise pas toujours la destination des offrandes en espèces, sauf si elles sont destinées à l’Hôtel Dieu ; ces sommes viennent toujours compléter des dons antérieurs ; on en compte six, d’un montant compris entre 1 100 et 400 livres, pour une valeur moyenne de 600 livres. D’après une indication de la fondation d’une grande messe revient à 200 livres. Lorsque la nature à la fondation est indiquée, on constate qu’il s’agit avant tout de messes, surtout après 1661, alors qu’avant, d’autres formes de célébrations, comme les saluts, étaient demandées. En mai 1666, meurt la fillette d’un écuyer de la maison du roi habitant Montrichard, dont la mère fait dire à St-Hilaire trois grandes messes pendant trois jours « pour sa consolation ».

  • 25 J. Delumeau (dir.), La première Communion, p. 57.

28Les remarques notées par les différents curés donnent aussi des indications sur la pratique religieuse des fidèles et sur le comportement des clercs vis-à-vis des sacrements, qu’il s’agisse de la communion ou des derniers sacrements. Se dégagent ainsi les traits qui permettent de définir un « bon catholique » et les conditions qu’il faut remplir pour recevoir les secours de l’Église aux dernières heures de la vie. Si un paroissien meurt « imbécile d’esprit », il est sans difficulté enterré au cimetière mais la folie prive l’agonisant des derniers sacrements : le 21 novembre 1650 meurt un homme de 50 ans incapable « depuis plus de dix huit ans d’aucun sacrement pour l’aliénation de son bon sens ». Certaines maladies empêchent aussi que le mourant reçoive le Saint Viatique : des vomissements, une impossibilité d’avaler par exemple, mais le prêtre peut néanmoins administrer l’extrême onction ; la reçoivent les enfants25 même quand ils n’ont pas encore communié, ce qui est le cas jusqu’à 12 ou 13 ans. Quand arrive le malheur de la mort subite, le curé note les gestes accomplis par le défunt qui prouvent qu’il était bon catholique : par exemple avoir fait ses Pâques, avoir communié le dimanche précédent, craindre Dieu. Le 9 janvier 1666, le curé écrit à propos d’une de ses paroissiennes : « le désir qu’elle avait de son salut l’invitait à communier tous les huit jours », preuve de l’existence de la communion fréquente. Quand le défunt est inconnu du curé, celui-ci cherche des signes de sa catholicité : le 11 avril 1662, il enterre « un pauvre mendiant hébergé par charité », car il avait trouvé dans sa poche un billet de confession. Dans la plupart des cas, le mourant peut se confesser et recevoir l’absolution, puis la communion et enfin l’extrême onction : ainsi, le 28 septembre 1661, Pierre Pinault, fils d’un inspecteur des turcies et levées, âgé de 26 ans, « touché de pénitence, nourri du sacrement de l’Eucharistie, muni de celui de l’extrême onction a quitté cette vie pour jouir de celle que Dieu lui a acquise par les mérites de sa douloureuse passion, donnant son corps à la terre, jusqu’à la réunion de son âme qui se fera au jugement final ». Ces mêmes secours des derniers sacrements sont accordés aux protestants convertis : le 23 avril 1669, meurt une célibataire de 70 ans instruite « dans son bas âge de l’hérésie de Calvin et depuis ayant eu l’usage de sa raison reconnu le danger de son salut a professé la foi catholique en laquelle elle a toujours vécu ».

29Ces longs développements témoignent de la culture religieuse que les curés ont pu transmettre à une partie de leurs fidèles et certaines des expressions qu’ils emploient semblent extraites d’ouvrages de dévotion. Plus spontanés apparaissent les mots qui rapportent des demandes ou des comportements empreints de tendresse ou d’affection pour le défunt ; ils témoignent ainsi de l’existence bien réelle d’un sentiment d’amour conjugal ou paternel, qui s’exprime d’ailleurs peut-être plus facilement dans des milieux aisés et acculturés. Certains avant de mourir demandent à être enterrés non seulement dans la sépulture de leurs aïeux comme nous l’avons vu, mais aussi près de leur défunt conjoint : en 1662, F. Robin, juge au présidial, « pour l’affection qu’il portait à sa défunte femme a voulu être inhumé dans la sépulture qui lui avait été donnée ». L’attention portée aux enfants et aux vieillards s’exprime aussi : les parents s’inquiètent de la santé de leurs enfants et parfois essaient d’obtenir leur guérison par tous les moyens : ainsi, pour cet étudiant en rhétorique mort à 21 ou 22 ans alors que « son père s’ennuyant de le voir si longtemps languir » voulait « lui faire prendre l’air de son pays natal ». Pour de grands vieillards, certains proches ont des attentions excessives : la veuve d’un maître ouvrier en soie, ayant atteint l’âge de 80 ans, ne put recevoir l’extrême onction, ses proches s’y étant opposés pour « ménager l’appréhension qu’elle aurait eue de la mort ».

  • 26 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, p. 56-57.

30En Touraine, les minutes notariales ne sont pas riches en testaments ; la rédaction de tels actes n’est pas une pratique répandue, même dans les milieux d’officiers de la ville. Pour pallier cette absence, les notes contenues dans les registres paroissiaux sont précieuses mais, malheureusement, les curés de Saint-Hilaire de Tours n’ont pas été imités par leurs confrères. Certes, les attitudes et les comportements des habitants de cette paroisse au milieu du xviie siècle sont rapportées par l’entremise d’un clerc qui introduit donc une médiation et emploie sa langue et son style ; mais n’en va-t-il pas de même dans les testaments nuncupatifs où se déploient des formules traditionnelles et un langage juridique26 qui n’ont pas la relative spontanéité des registres paroissiaux ? Au delà de l’attitude devant la mort, les pratiques religieuses de toute la vie apparaissent ; parmi elles, et manifestée par le souci d’être enterré au plus près du principal autel et du tabernacle, éclate la dévotion au Christ, qui semble particulièrement répandue dans les familles des officiers.

Notes

1 Publication : Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d’histoire urbaine, xiie xviiie siècles, offertes à Bernard Chevalier, Monique Bourin dir., Tours, Cehvi-Université de Tours, 1989, 419 p., p. 79 88.

2 B. Chevalier, Histoire de Tours, p. 173.

3 M. Puzelat, Les Soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648, mémoire de maîtrise, Tours, 1971, dactyl.

4 B. Chevalier, op. cit., p. 158.

5 F. Lebrun, Les Hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 327. À St-Hilaire de Tours, la « crise de l’Avènement » en 1661 et 1662 compte 140 décès (70/an) alors que dans la période 1656-1665, la crise exclue, on relève 30,75 morts/an.

6 Archives municipales de Tours, registres paroissiaux de St-Hilaire, 1636-1669. Jusqu’en 1668, le curé tient trois registres séparés, un par catégorie d’actes. Puis, sans doute en application de l’ordonnance royale de 1667, il n’a plus qu’un seul registre. Les différents cahiers, de format très variable, ont été reliés en désordre et paginés à la fin du xviie siècle. Dans la période qui nous intéresse, on peut compter par décennie :
Image

7 Histoire religieuse de la Touraine, p. 172.

8 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire, 7 janvier 1662.

9 Id., 1er août 1662.

10 Id., à partir de la prise de possession du prieuré- cure par M. Soubmain.

11 En 1786-1790, en Indre et Loire, de 10 à 20 % des femmes et de 20 à 30 % des hommes seulement ont pu le faire, selon l’enquête Maggiolo (F. Furet et J. Ozouf, Lire et écrire, t. I, p. 60).

12 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire : en marge de l’acte de baptême du fils d’un marchand libraire, est noté : « décédé 8 jours après à la campagne ».

13 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 242.

14 Archives municipales de Tours, R. P. St-Simple. À la fin de 1662, le curé écrit : « Beaucoup de monde mourut de faim. Le blé valait un écu le boisseau et la farine valut jusqu’à six livres le boisseau ». Il rapporte aussi comment, la veille de Pâques 1662, six mille pauvres se pressaient à la porte du couvent de Marmoutier où se faisait une distribution d’aumônes ; plus de 40 personnes moururent écrasées. À St-Hilaire, d’août 1661 à juillet 1662, il périt 101 habitants.

15 Archives municipales de Tours, R. P. Notre-Dame de l’Écrignolle (registre des baptêmes de 1661). Le curé note en marge d’un acte du 19 juillet : « en cette année et ce mois est survenue une grande mortalité qui a duré dix-huit mois environ… en sorte qu’on compta en un jour plus de cinquante morts en la ville seule. Il n’y a point eu de contagion où il soit mort tant de monde ».

16 Archives municipales de Tours, R.P. St-Hilaire (registre des décès 1632-1667). Décès d’Olivier Voisin « advenu d’une taille pour la pierre dans Paris où il était allé à cet effet » ; il fut enterré à St-Nicolas des Champs. Les chirurgiens de Tours pratiquaient, avec plus ou moins de réussite, cette même opération.

17 P. Chaunu, La Mort à Paris (xvie, xviie, xviiie siècles), p. 397. Dans la paroisse St-Paul, pour la seconde moitié du xviie siècle, 79,2 % des hommes et 69,7 % des femmes qui testent demandent à être enterrés dans l’église.

18 J. Thibautpayen, Les Morts, l’Église et l’État dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et xviiie siècles, p. 30-31.

19 Paroisse à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Tours.

20 Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. 4, 1877-79, p. 46-47.

21 Archives municipales de Tours, R. P. St-Hilaire ; le 25 avril 1669, une jeune fille morte de la petite vérole fut inhumée rapidement « à cause de l’infection de sa maladie ».

22 Histoire religieuse de la Touraine, p. 165.

23 Archives municipales de Tours, R.P. St-Hilaire (registre des décès 1669) : « sans aucun appareil extérieur, n’omettant rien des prières qui pourraient émouvoir la divine miséricorde d’avoir compassion de son âme ».

24 P. Ariès, L’Homme devant la mort, p. 390. L’auteur note l’apparition de cette inquiétude dans les testaments vers le milieu du xviie siècle.

25 J. Delumeau (dir.), La première Communion, p. 57.

26 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, p. 56-57.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540