Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Les mariages dans une paroisse de Tours au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1981, 4, p. 419-430.
  • 2 J.-X. Carre De Brusserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire (...)
  • 3 M.T. Schmitt, La Paroisse Notre-Dame-la-Riche à Tours sous l’Ancien Régime, mémoire de maîtrise, T (...)

1La paroisse de Notre-Dame-La-Riche est une des plus vieilles paroisses de Tours. Longtemps dans les faubourgs, elle ne fut incluse dans la ville qu’à la fin du xviie siècle, lorsque la nouvelle enceinte de fortifications fut achevée. Située au nord-ouest de la ville, au bord de la Loire, elle est beaucoup plus vaste que les paroisses de la ville, dont certaines étaient si petites qu’elles furent supprimées à la fin du xviiie siècle : ainsi, en 1782, trois d’entre elles, situées sur le flanc nord de la basilique Saint-Martin, furent partagées entre leurs voisines. Notre-Dame-La-Riche put alors s’étendre au sud de la rue du faubourg de la Riche, mais dans une zone peu peuplée2. Ce quartier a très tôt joué un rôle important dans l’histoire religieuse de Tours puisque les premiers chrétiens y avaient établi leur cimetière (comme plus tard les protestants) et que saint Gatien, premier évêque de la ville, y fut enterré dans une chapelle ; à l’emplacement de celle-ci fut construite Notre-Dame-La-Pauvre, devenue plus tard la Riche, grâce dit-on aux libéralités de Louis XI ; des reliques de saint François de Paule y furent aussi déposées et le culte de ce saint resta très vivant. Dans les temps de grande calamité, comme en 1693, on sortait traditionnellement les deux châsses dans une procession solennelle qui se déroulait à travers toute la ville jusqu’à la cathédrale3.

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336, p. 364-365.

2Au xviiie siècle, la paroisse de Notre-Dame-La-Riche était de loin la plus grosse de Tours ; si l’on se fonde sur le nombre de baptêmes (211 par an) enregistrés au cours de huit années situées entre 1771 et 1787, elle comptait au moins 5000 habitants alors que Tours en abritait sans doute un peu plus de 20000… Ce n’était certes pas le quartier le plus riche de la ville ; les habitants y vivaient surtout du travail de la soie, du commerce et du petit artisanat traditionnels, et des métiers de l’eau ; mais jardiniers et paysans n’étaient pas rares : la paroisse s’étend en partie sur les « varennes » de la Loire, « terres sablonneuses, légères, très fertiles et toujours en valeur par la culture continuelle qu’on leur donne à force de bras et de fumiers4 ». Une minorité plus aisée regroupait des marchands-fabricants en soie, quelques officiers…

3Les curés du xviiie siècle ont presque tous passé de longues années dans leur cure (de 15 à 34 ans), sauf pour le milieu du siècle qui en a vu se succéder trois en dix ans ; le plus souvent ils sont aidés par un ou des vicaires. Consciencieux, tous ces prêtres ont bien tenu leurs registres paroissiaux ; la qualité s’améliore pendant le siècle mais n’est jamais parfaite. Dans de nombreux actes de mariage, l’âge des époux n’est pas indiqué, surtout s’il s’agit de veufs, tout au plus sait-on s’ils sont majeurs ; la distinction entre paroisse de naissance et paroisse de résidence n’est presque jamais faite ; les indications sur la profession des filles sont rares. Par contre toutes les formalités (bans, autorisation des parents…) sont bien respectées ; les témoins sont nombreux et bien répertoriés.

  • 5 Ce dépouillement a été accompli dans le cadre de la licence d’histoire, au cours de l’année 1978-1 (...)
  • 6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 343

4Grâce à ces conditions, il a paru intéressant de tenter une première approche de l’étude du mariage à Tours au xviiie siècle en opérant un sondage dans les registres paroissiaux de Notre-Dame-La-Riche ; les actes de mariage ont été mis en fiche pour un an sur cinq, entre 1750 et 1790 ; l’échantillon étudié comporte 516 mariages mais, à cause des lacunes constatées dans l’enregistrement, seules quelques études, comme celles des différents rythmes, ont pu prendre en considération l’ensemble des actes5. Ces années semblent avoir été des années moyennes ; seule l’année 17806 a été marquée par un excèdent important de sépultures (260 pour 201 baptêmes).

  • 7 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339 à C 345. États conservés pour les années : 1771, (...)

5L’évolution démographique de la paroisse de Notre-Dame-La-Riche a certainement pesé très lourd dans l’histoire démographique de Tours, puisqu’elle en constituait la paroisse la plus importante. Dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime, les mariages célébrés dans cette paroisse représentent 20 à 30 % de tous ceux conclus dans la ville7. On peut donc penser que leur évolution reflète en partie celle de l’ensemble urbain et peut fournir quelques indications sur l’histoire démographique de la ville.

  • 8 Le comptage de tous les actes de mariages célébrés à Notre-Dame-la-Riche au xviiie siècle a été ef (...)

6À Notre-Dame-La-Riche, entre 1750 et 1789, environ 52 couples se formaient chaque année, alors que dans les quarante années précédentes, c’était plus de 588. La courbe annuelle des mariages présente d’ailleurs une allure très mouvementée puisque le minimum des mariages enregistrés entre 1710 et 1789 se place en 1771 (30 mariages), et que dans cette même période, on trouve aussi le maximum (80), en 1782 ; de plus, d’une année sur l’autre, les écarts sont très importants. La courbe annuelle laisse facilement voir ce que montre l’étude du mouvement long, effectuée grâce au calcul des moyennes mobiles sur neuf ans, évolution déjà révélée par les moyennes décennales (cf. graphique).

Moyenne décennale des mariages célébrés à Notre-Dame-La-Riche entre 1720 et 1789

  • 9 Une partie minime de ce gain doit être attribuée à l’extension géographique de la paroisse : en 17 (...)
  • 10 Cf. l’étude de l’origine géographique des époux.

7La courbe du mouvement long part d’un niveau élevé, qu’elle ne retrouvera que tout à fait à la fin de la période considérée. Elle passe par un creux dans la décennie des années trente (la fin de cette décennie est en effet marquée par de très mauvaises années pour la Touraine), puis elle se redresse mais la récupération n’est que partielle. Ensuite, dans la seconde partie du siècle, elle affecte très nettement la forme d’une cuvette à fond large et plat, entre 1760 et 1775 (de 1757 à 1771, 44 mariages seulement sont conclus chaque année). Enfin, à partir de 1775, le redressement de la courbe est très net9. Mais en fait, il n’y a pas de progression ; toute la courbe entre 1720 et 1790 se présente en creux et laisse donc mal augurer du mouvement séculaire des naissances, qui découlent en très grande partie de ces mariages précis (les migrations de populations paraissent très limitées10.

Mouvement long (moyennes mobiles de 9 ans)

Les mariages à Notre-Dame-la-Riche de Tours au xviiie siècle

  • 11 F. Dumas, La Généralité de Tours au xviiie siècle. Administration de l’intendant du Cluzel (1766- (...)
  • 12 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339 à C 345.
  • 13 D’après Études et chronique de démographie historique 1964, p. 128 et Annales de Démographie Histo (...)

8Peut-on lier l’augmentation des mariages observée dans cette fin de l’Ancien Régime aux efforts de l’intendant du Cluzel pour rétablir la manufacture de soie de Tours dans son ancien état11, et donc à l’augmentation du nombre des ouvriers en soie, dont beaucoup habitent Notre-Dame-La-Riche ? D’après les états de l’enquête Terray qui nous ont été conservés, le nombre de baptêmes célébrés dans la paroisse est en nette augmentation dans ces mêmes années, mais nous ignorons ce qui a pu se passer dans la période entre 1779 et 1783 qui a vu les décès l’emporter largement sur les naissances12. La courbe des mariages de Notre-Dame-La-Riche entre 1770 et 1786 est tout à fait parallèle à celle des mariages enregistrés dans toute la généralité de Tours13 : partis d’un niveau très bas (9 326 mariages en moyenne entre 1770 et 1772), ils progressent régulièrement, accusant à peine le coup des épidémies des années 1780-1783, et atteignent plus de 14 000 pour la moyenne entre 1784 et 1786. Il semble donc plutôt que Notre-Dame-La-Riche reflète l’évolution générale de province de Touraine dont la population semblait amorcer un net redressement dans les dernières années de l’Ancien Régime et présentait peut-être de nouveaux caractères démographiques. De toute façon, l’effort de rétablissement des manufactures tourangelles n’a pas abouti, et du Cluzel lui-même en était parfaitement conscient.

9L’étude de la répartition saisonnière des mariages n’apporte aucune surprise ; elle permet tout au plus de nuancer un schéma désormais bien connu.

Répartition mensuelle des mariages

  • 14 En Touraine, ce mois est réputé porter malheur : les enfants issus de mariages célébrés en mai ris (...)

10La courbe présente les trois creux et les trois pointes traditionnels. Sur 516 mariages célébrés dans les années étudiées entre 1750 et 1790, trois seulement le sont au mois de mars (dont un en 1790) et cinq en décembre (dont un en 1790). Les mois de printemps (avril et mai), ceux de fin d’été et de début d’automne ne sont pas, non plus, favorables aux épousailles, mais pour d’autres raisons : des croyances superstitieuses14 détournent du mariage en mai ; à partir du mois d’août, la population de cette paroisse des faubourgs, aux revenus modestes en général, trouve à s’embaucher dans les travaux saisonniers de la moisson et des vendanges qui se terminent tard en Touraine. L’étude de l’origine géographique des époux montre bien que cette population est encore très proche de la campagne.

  • 15 Dans les campagnes où ce rythme est connu grâce à des études ou à des sondages, le mois de juillet (...)
  • 16 Ou à la saint-Pierre, dernier délai (Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339, bail de loc (...)
  • 17 F. Lebrun, La Vie conjugale sous l’Ancien Régime, p. 38.

11Plus du quart (27 %) des mariages, sont célébrés en février et janvier (indices 170 et 165) ; 13 % environ le sont en novembre (indice 156). À cette poussée hivernale s’en ajoute une, moins marquée, en été (11,6 % des mariages en juin). Les campagnes tourangelles montrent un comportement un peu différent : le maximum principal est en été et non en hiver et il est un peu décalé, au profit du mois de juillet15. Juillet est sans doute un mois de relatif répit entre les travaux de la fenaison qui doivent être achevés à la Saint-Jean16 et ceux de la moisson : les paysans cherchent aussi, peut-être, à s’assurer le travail d’une paire de bras supplémentaire (et gratuite…) pour ces grands travaux. La pointe enregistrée en janvier est plus forte qu’il n’y paraît car, en fait, les mariages du mois sont concentrés sur vingt-cinq jours puisque l’Église interdit la célébration des épousailles non pas jusqu’à Noël, mais jusqu’à l’Épiphanie17 ; cette interdiction est très respectée : nous n’avons noté aucun mariage avant le 7 janvier. Le mois « légal » pour le mariage est même parfois encore plus court car, si le 7 tombe en fin de semaine, ce n’est qu’au début de la semaine suivante que le mariage est célébré.

  • 18 Au contraire, à Pontarlier entre 1737 et 1750, le mardi avec environ 55 % des mariages l’emporte n (...)
  • 19 À Saint-Paterne, pour tous les mariages conclus entre 1750 et 1775, on en trouve 55 % le lundi, 26 (...)

12En effet, il est très net que les mariages ne sont pas célébrés n’importe quel jour de la semaine : plus de la moitié se font le lundi ; entre ce jour et le mardi c’est 90 % des unions qui sont bénies18. Au contraire de ce qui se passe de nos jours, la fin de la semaine ne voit presque aucun mariage et le vendredi est un jour très « creux » (moins de 1 % des mariages). Les raisons en sont évidentes : le vendredi, jour de tristesse et de pénitence, ne peut convenir aux réjouissances nuptiales ; le dimanche, les prêtres ont d’autres tâches à remplir. Par contre, le début de la semaine est beaucoup plus favorable : d’une part, les fiancés ont pu se préparer religieusement à recevoir le sacrement du mariage, en se confessant et surtout en faisant preuve de leur religion, en recevant la sainte Communion, au cours de la messe dominicale ; d’autre part, les préparatifs matériels, sans doute très limités parfois, ont pu se faire le dimanche, et même le lundi pour certains couples. Le curé de Notre-Dame-La-Riche a fort à faire certains lundis : il doit bénir jusqu’à cinq couples (comme le lundi 12 mai 1755, ou le 4 juillet 1785) et encore un ou deux le lendemain. Dans les campagnes au nord de Tours, cette concentration existe mais elle est moins poussée, puisque, environ la moitié des mariages sont célébrés le lundi à Saint-Paterne et Neuillé-Pont-Pierre19.

Répartition quotidienne des mariages à Notre-Dame-La-Riche

13On observe une légère modification dans le rythme journalier au cours de cette seconde moitié du xviiie siècle : le lundi perd un peu de sa prééminence au profit du mardi (68 % des mariages le lundi en 1750 et 1755, 58 % en 1785 et 1790 ; aux mêmes dates, pour le mardi on note 24 % et 30 %).

  • 20 Une seule vient de loin : St-Sulpice, de Paris ; on peut penser qu’elle y est domestique et qu’ell (...)

14La situation de Tours et celle de Notre-Dame-La-Riche dans la ville même permettent de supposer qu’une fraction importante de la population est étrangère à la ville : la présence de la Loire, l’importance du pèlerinage au tombeau de Saint-Martin tout proche de Notre-Dame, l’activité des chantiers de construction en cours dans la ville à l’époque considérée (pont sur la Loire, reconstruction de la rue Royale, aménagement de la route d’Espagne) expliqueraient la présence de nombreux ruraux ou non Tourangeaux venus s’établir provisoirement ou définitivement dans la ville, malgré les problèmes, déjà évoqués, de ses manufactures. Les actes de mariages indiquent bien souvent l’origine géographique des nouveaux époux, mais ne précisent que rarement s’il s’agit ou non de la paroisse de naissance. D’après ces indications, il est évident que, pas plus qu’à la campagne, on n’observe d’importants déplacements de population : le recrutement des conjoints se fait à Tours même ou dans les paroisses proches. Le mariage a lieu dans la paroisse de la fille selon la tradition et nous avons compté comme résidant à la Riche toutes les filles pour lesquelles le curé ne donne pas de précision (sinon l’acte de mariage porterait l’indication de certificat fourni par le curé de la paroisse d’origine). 5 % seulement des filles qui se sont mariées à la Riche n’y résidaient pas ; la moitié habitait Tours et les autres venaient d’une paroisse toute proche – parfois même limitrophe comme Saint-Genouph –, ou à peine plus éloignée20 (Sainte-Maure, Ligueil…). Les garçons « étrangers » sont plus nombreux (123, soit 24 % de tous les mariés) ; mais les deux-tiers viennent du reste de la ville et les autres de Touraine, à l’exception de neuf, originaires presque tous des provinces voisines, (Blésois, Berry, Anjou) ; seuls, deux « voituriers par eau » viennent du centre de la France (Saint-Privat, près de Nevers, et Bourbon-Lancy). La mobilité géographique semble donc encore plus restreinte que dans les campagnes : 28 % des garçons qui se sont mariés à Bléré au xviiie siècle venaient d’ailleurs ; en Chinonais, la proportion monte à presque 50 %. Sans doute la taille de la communauté de la Riche était-elle suffisante pour que garçons et filles puissent y trouver un conjoint, au contraire de ce qui se passait dans les petites paroisses. Comme nous n’avons pas procédé à la reconstitution des familles, nous ne savons pas combien de jeunes ménages quittaient la Riche tout de suite après leur mariage ; il est probable que ce fut le cas de tous les couples où le mari était agriculteur dans une paroisse rurale (13 paysans, laboureurs ou vignerons, sont venus conclure un premier mariage à la Riche). Pour la dernière décennie, le curé a noté les « mariages célébrés ailleurs » : presque tous le sont dans les paroisses de Tours ou des environs.

  • 21 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, p. 822.

15Bien que l’on ignore le taux de mortalité de la population de Tours, tout laisse à penser qu’il était élevé (dans les années pour lesquelles nous connaissons le décompte des baptêmes et des sépultures à la fin de l’Ancien Régime, on n’enregistre que 101,7 baptêmes pour 100 décès) et cette impression est corroborée par l’importance du nombre de mariages concernant au moins un veuf. 67,5 % seulement des mariages unissent deux célibataires, dans 18 % des cas, un veuf épouse une célibataire, dans 7,5 % c’est le contraire et 7 % des mariages concernent deux veufs. Les campagnes tourangelles connaissent les mêmes situations. 14,5 % des mariages concernent donc une veuve et 25 % un veuf : c’est presque deux fois plus qu’à Caen (7,3 et 14 %21). Les veufs sont donc plus nombreux à se remarier et préfèrent épouser une célibataire tandis que les femmes se remarient plus difficilement et le font aussi bien avec un veuf qu’un célibataire. Certaines années voient une poussée des remariages : en 1760, 46 % des mariages et en 1770, 48 % concernent au moins un veuf.

Situation matrimoniale antérieure des époux

16Deux tiers seulement des mariages unissent deux célibataires, ce qui réduit de façon importante l’échantillon sur lequel peut être étudié l’âge au premier mariage. De plus, certains curés ou vicaires se sont contentés de noter si les « futurs » étaient majeurs ou non, en particulier en 1770 et 1775. De toute façon, le calcul ne peut être fait que sur des âges approximatifs, qui sont ceux que les jeunes gens ont indiqués. Les âges au premier mariage s’étalent entre 15 ans (2 cas) et 57 ans pour les filles, 18 ans (2 cas) et 54 ans pour les garçons. Si l’on ne note aucun mariage très précoce, par contre les unions entre deux célibataires déjà âgés ne sont pas rares et élèvent fortement la moyenne de l’âge au premier mariage. Pour les conjoints n’ayant pas dépassé 40 ans lors de leur premier mariage, l’âge moyen approximatif se monte à 26,7 ans pour les garçons et 24,8 pour les filles et il tend à augmenter au cours du siècle, surtout pour les garçons.

171755-1790 – garçons : 26,7 ans (264 cas observés).

18filles : 24,8 ans (255 cas observés).

191755 et 1760 – garçons 25,9 ans ; filles 25 ans.

201785 et 1790 – garçons 27,6 ans ; filles 25,75 ans.

21L’augmentation de cet âge est régulière : dès 1760, il dépasse 26 ans pour les hommes.

  • 22 J.-C. Perrot, op. cit., p. 823.

22L’âge au mariage d’un célibataire épousant une veuve ou d’une célibataire épousant un veuf (le second cas étant plus fréquent que le premier) est plus élevé ; les garçons épousent souvent des veuves nettement plus âgées qu’eux ; au contraire les veufs choisissent plutôt des filles beaucoup plus jeunes et si un célibataire se marie après 40 ans, c’est le plus souvent avec un veuf ou une veuve : c’est le type d’union que J.-C. Perrot appelle « mariage assistance22 ». Dans ce cas, la moyenne de l’âge au mariage est de 29,5 ans pour garçons et filles.

23Si l’on fait la moyenne de tous les âges au premier mariage, quelle que soit la situation matrimoniale antérieure du partenaire, on atteint 26,9 ans pour les garçons et 25,6 ans pour les filles.

24L’âge modal est :

24 et 27 ans pour les garçons,
23 et 24 ans pour les filles.

25Ces moyennes et modes n’atteignent pas des niveaux aussi élevés que ceux observés dans d’autres villes et sont très proches de celles des campagnes environnantes.

26L’âge moyen au remariage est nettement plus élevé :

44,5 ans pour les hommes,
41 ans pour les femmes.

27Mais un veuf épousant une veuve est, en moyenne, plus vieux (48,3 ans) que s’il épouse une célibataire (43 ans) ; la même constatation est valable pour les veuves (46,6 ans contre 35). Mais dans tous les cas, l’homme est plus âgé en moyenne que la femme et cette constatation est valable aussi pour les mariages entre célibataires.

28Les différences d’âge sont rarement importantes : sur 262 couples qui unissent deux célibataires dont on connaît l’âge, 90, soit plus d’un tiers, unissent un garçon et une fille appartenant au même groupe d’âges : dans 45 cas, garçon et fille ont entre 20 et 24 ans, dans 30 cas, entre 25 et 29 ans. Cependant, le couple le plus fréquent unit un garçon d’un groupe d’âges immédiatement supérieur à celui de la fille (le plus souvent 25-29 ans et 20-24 ans) mais l’inverse existe aussi : dans 20 % des mariages, l’épouse fait partie d’un groupe d’âges supérieur à celui de son conjoint. L’écart maximum observé entre les deux époux est de 16 ans, dans les deux sens.

29Les différences d’âges peuvent être beaucoup plus élevées quand un veuf est concerné mais nous n’avons pas trouvé de « barbon » épousant un « tendron » ; l’écart relevé le plus important touche un couple uni en 1780 : un veuf de 60 ans convole avec une jeune fille de 28 ans.

  • 23 J.-C. Perrot, op. cit., p. 820.

30L’âge moyen au premier mariage peut surprendre ; il est nettement moins élevé que dans d’autres villes : à Caen, il atteint 28 ans pour les filles et dépasse 30 ans pour les garçons23. Il est donc d’autant plus intéressant, pour se faire une idée sur la mortalité dans la ville, d’étudier si ces garçons et filles étaient orphelins ou non lors de leur mariage. Sur ce point, les actes de mariages sont fort précis et l’étude peut être menée sur trois cents cas de mariage entre deux célibataires.

Situation familiale des conjoints à leur premier mariage

Situation familiale des conjoints à leur premier mariage
  • 24 On peut penser que nombre des jeunes filles venues de la campagne sont en service, surtout si les (...)

31L’étude des structures socioprofessionnelles de l’échantillon constitué par les nouveaux époux est difficile à faire en raison des lacunes des registres paroissiaux, mais aussi à cause de l’ignorance où nous sommes de tout ce qui touche la société tourangelle au xviiie siècle. Il faudrait, par exemple, de nombreuses études sur le monde de la soie très important à la Riche, et nous pourrions alors définir exactement ce qu’était un « maître ouvrier en soie » et ce qui pouvait le distinguer d’un « ouvrier en soie ». On ne peut que délimiter quelques grands groupes. Les professions féminines ne sont jamais indiquées, à de rares exceptions près, et cependant il devait y avoir de nombreuses domestiques24, dans les quelques familles aisées (dont les actes de mariage nous prouvent l’existence) mais aussi chez certains travailleurs de la soie ou chez les commerçants. L’impression dominante est celle d’une paroisse populaire où les petits métiers sont nombreux. L’étude a été faite sur les garçons lors de leur premier mariage et porte sur un échantillon de 307 époux.

32Plus de la moitié de ces garçons travaillent dans le secteur artisanal, et particulièrement dans le textile ; la soie, employant 20 % du total, est vraiment le secteur le plus important. Dans les métiers de l’eau, les « voituriers par eau » sont nombreux alors que pas une fille n’est dite blanchisseuse, sans doute parce que l’usage ne veut pas que l’on mentionne la profession des filles. Combien des garçons qui se disent ouvriers en soie ne le sont en fait que dans les années les plus fastes et ne sont en réalité, le plus souvent, que des journaliers ? Mais ils restent attachés à leur qualification sociale. Seule une étude chiffrée de la manufacture de la soie pourrait donner des indications.

33Cette société très peu contrastée n’offre pas un bon terrain pour une étude de la mobilité sociale ; de plus, les indications sur le métier des pères des jeunes époux sont très insuffisantes. Les quelques conclusions que l’on peut tirer d’une étude de leurs professions comparées montrent une grande dispersion dans le choix et de nombreux échanges entre les différents groupes. Cependant, le cas le plus fréquent est le mariage dans le même groupe socioprofessionnel, en particulier pour les milieux les plus faciles à définir, comme ceux de la terre ou des transports : sur 42 garçons dont le père est laboureur ou vigneron ou jardinier, 29, soit 63 % épousent une fille du même milieu. La dispersion est plus grande dans les métiers de la soie, sauf pour les marchands, aristocratie de cette paroisse, où l’endogamie socioprofessionnelle est élevée (mais l’échantillon considéré est tout petit).

34Les mêmes conclusions apparaissent si l’on compare la profession du garçon lors de son premier mariage et celle de son beau-père ; l’endogamie paraît plus forte : sans doute est-ce à mettre en rapport avec la situation familiale de ces jeunes gens. Orphelins de père pour plus de la moitié d’entre eux, ils doivent avoir souvent une importante part de responsabilité dans le choix de leur épouse, qu’ils trouvent naturellement dans leur milieu de travail.

  • 25 M. Fleury et P. Valmary, Les Progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’ap (...)

35Sur les cartes dressées d’après l’enquête de Louis Maggiolo25, la Touraine apparaît comme une des zones où l’alphabétisation est très faible à la fin de l’Ancien Régime (entre 20 et 29 % des garçons et de 10 à 19 % des filles ont été capables de signer l’acte de leur premier mariage). À Notre-Dame-La-Riche, pour les mariages de la seconde moitié du xviiie siècle, on atteint des niveaux plus élevés : pour les mariages unissant deux célibataires, donc des gens jeunes, 42,5 % des garçons ont été capables de signer sur le registre et 35,5 % des filles ; dans 23,6 % des couples, mari et femme ont pu signer. Plus de la moitié des garçons qui ont signé le font avec une certaine aisance tandis que les signatures maladroites sont plus nombreuses chez les filles. Si l’on élargit un peu l’échantillon en considérant tous les cas de premier mariage, quelque soit le statut matrimonial antérieur du conjoint, les pourcentages obtenus sont très comparables : 42 % des garçons (340 cas) ont pu signer et plus de la moitié l’ont bien fait ; un gros tiers des filles (391 cas) ont apposé leur signature mais une cinquantaine seulement de signatures sont bonnes. Parmi les témoins cités dans les actes de mariage, nous n’avons pas trouvé mention d’un maître d’école.

  • 26 Docteur Giraudet, Travaux du conseil d’hygiène publique et de salubrité du département d’Indre-et- (...)
  • 27 Archives départementales d’Indre-et-Loire C 336.

36L’histoire de la population de Tours au xviiie siècle reste à faire. Les répercussions strictement démographiques de la révocation de l’Édit de Nantes ont été ramenées à leur juste valeur26 mais il faudrait pouvoir mesurer exactement les conséquences des vicissitudes qu’a éprouvées la fabrique de soie au xviiie siècle. Il semble que la ville ait connu en fait un long déclin : en 1690-1701, on enregistrait annuellement 1118 baptêmes et seulement 1069 entre 1771 et 178627.

  • 28 Archives départementales d’Indre-et-Loire C 339 à C 345. Ces chiffres comprennent les baptêmes d’e (...)

37Cette baisse ne peut être expliquée uniquement par la diminution de la natalité. Il est d’ailleurs probable que le milieu du siècle a vu la population de Tours à son étiage (818 baptêmes par an en 1752-6328) et que dans les dernières années de l’Ancien Régime la population ait amorcé une reprise puisque le nombre des baptêmes augmente nettement. L’étude des mariages à Notre-Dame-La-Riche ne peut que confirmer ces premières observations.

Notes

1 Publication : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1981, 4, p. 419-430.

2 J.-X. Carre De Brusserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire, t. III, p. 269.

3 M.T. Schmitt, La Paroisse Notre-Dame-la-Riche à Tours sous l’Ancien Régime, mémoire de maîtrise, Tours, 1979, p. 99-100.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 336, p. 364-365.

5 Ce dépouillement a été accompli dans le cadre de la licence d’histoire, au cours de l’année 1978-1980, par un groupe d’étudiants (Melles Bernard, Cambon, Corbier, Emery, Guermont, Joly, Lailliau, Méchin, Pasquet, Schumacher, Tourmeau et Vermeren et MM. Hamayon, Labeyrie, Olivier, de Saint-Martin et Tieurcelin) de l’Institut d’histoire (UER des Sciences de l’Homme) de l’Université de Tours. La réalisation de ce travail a été grandement facilitée par l’accueil que nous avons reçu des services des archives municipales de Tours et de leur directrice que je remercie vivement.

6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 343

7 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339 à C 345. États conservés pour les années : 1771, 1772, 1773 1776, 1780, 1785 et 1786.

8 Le comptage de tous les actes de mariages célébrés à Notre-Dame-la-Riche au xviiie siècle a été effectué par le service des archives municipales de Tours, qui a entrepris la mise en fiche de tous les actes de l’État Civil ancien de la ville.

9 Une partie minime de ce gain doit être attribuée à l’extension géographique de la paroisse : en 1780, les trois paroisses supprimées en 1782 ont enregistré 12 mariages et Notre-Dame-La-Riche n’a reçu qu’un secteur peu peuplé.

10 Cf. l’étude de l’origine géographique des époux.

11 F. Dumas, La Généralité de Tours au xviiie siècle. Administration de l’intendant du Cluzel (1766- 1783), Paris, 1894, p. 143 à 156.

12 Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339 à C 345.

1771 193 baptêmes 30 mariages 201 sépultures

1772 178 baptêmes 50 mariages 200 sépultures

1773 174 baptêmes 73 mariages 207 sépultures

1776 224 baptêmes 58 mariages 146 sépultures

1780 201 baptêmes 67 mariages 260 sépultures

1785 251 baptêmes 81 mariages 220 sépultures

1786 251 baptêmes 55 mariages 213 sépultures

13 D’après Études et chronique de démographie historique 1964, p. 128 et Annales de Démographie Historique, 1970, p. 479-480.

14 En Touraine, ce mois est réputé porter malheur : les enfants issus de mariages célébrés en mai risquent d’avoir les yeux rouges ou d’être fous, si l’on en croit les traditions rapportées par J.-M. Rouge.

15 Dans les campagnes où ce rythme est connu grâce à des études ou à des sondages, le mois de juillet arrive toujours en tête, suivi de février :

  • – Chinonais : juillet indice 277 février indice 244 juin indice 171
  • – Bléré : juillet indice 250 février indice 217 juin indice 189
  • – Saint-Paterne : juillet indice 318 février indice 236 juin indice 127

16 Ou à la saint-Pierre, dernier délai (Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 339, bail de location d’un pré, 7 mai 1745).

17 F. Lebrun, La Vie conjugale sous l’Ancien Régime, p. 38.

18 Au contraire, à Pontarlier entre 1737 et 1750, le mardi avec environ 55 % des mariages l’emporte nettement sur le lundi (environ 12 %). (Cf. Démographie Historique, Bulletin d’information no 31, Oct. 1980, p. 20).

19 À Saint-Paterne, pour tous les mariages conclus entre 1750 et 1775, on en trouve 55 % le lundi, 26 % le mardi, 2,5 % le mercredi, 9 % le jeudi et moins de 0,4 % le vendredi). La concentration des mariages en début de semaine paraît plus forte en été qu’en hiver.

20 Une seule vient de loin : St-Sulpice, de Paris ; on peut penser qu’elle y est domestique et qu’elle est, en fait, originaire de Tours.

21 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, p. 822.

22 J.-C. Perrot, op. cit., p. 823.

23 J.-C. Perrot, op. cit., p. 820.

24 On peut penser que nombre des jeunes filles venues de la campagne sont en service, surtout si les indications données sur les parents ou les témoins montrent que tous sont des ruraux.

25 M. Fleury et P. Valmary, Les Progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877 – 1879), Population n°1, 1957, p. 86.

26 Docteur Giraudet, Travaux du conseil d’hygiène publique et de salubrité du département d’Indre-et-Loire.

27 Archives départementales d’Indre-et-Loire C 336.

28 Archives départementales d’Indre-et-Loire C 339 à C 345. Ces chiffres comprennent les baptêmes d’enfants trouvés, déposés à l’Hôpital de la Madeleine qui ne sont sans doute pas tous de Tours même.

Table des illustrations

Légende Moyenne décennale des mariages célébrés à Notre-Dame-La-Riche entre 1720 et 1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Légende Mouvement long (moyennes mobiles de 9 ans)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Légende Les mariages à Notre-Dame-la-Riche de Tours au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-3.png
Fichier image/png, 110k
Légende Répartition mensuelle des mariages
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Légende Répartition quotidienne des mariages à Notre-Dame-La-Riche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Légende Situation matrimoniale antérieure des époux
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-6.png
Fichier image/png, 24k
Titre Situation familiale des conjoints à leur premier mariage
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-7.png
Fichier image/png, 69k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9240/img-8.png
Fichier image/png, 30k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540