Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Première partie. Famille, démographie, mentalités

Vie et mort en chinonais au xviiie siècle1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Publication : Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, t. VIII, n° 5, 1981, p. 660-664.
  • 2 M. Failevic & J.D. De Larochefoucault, 1788, Luttes révolutionnaires pour une propriété paysanne. (...)

1Seuilly, Cinais, la Roche-Clermault, Lerné… théâtre de la « guerre picrocholine », noms familiers aux lecteurs de Rabelais. Mais les paysages de ce petit coin de Touraine sont désormais connus des téléspectateurs, grâce au film « 1788 », tourné en ces lieux pour une récente émission de télévision2. Encore aujourd’hui, il n’est pas trop difficile d’imaginer ce que fut ce pays au temps de Rabelais : maisons blanches en tuffeau, « caves en roc » qui furent aussi jadis des habitations, jardins clos… voici des éléments durables du paysage. La galerie de l’église de la Roche-Clermault sous laquelle de nombreux paroissiens furent enterrés est toujours là : la grande et belle abbaye de Seuilly est bien déchue mais ses problèmes sont anciens, puisqu’elle était déjà fort désertée au xviiie siècle !

  • 3 Cette recherche fait l’objet de la seconde partie d’une thèse de Doctorat de 3e cycle, « Recherche (...)

2Comment les descendants des contemporains de Rabelais ont-ils vécu ? Une relative abondance de documents permet d’essayer d’apporter une réponse pour le xviiie siècle et de retrouver ce que fut la vie des humbles, de la naissance à la mort et au fil des jours. Ces paysans ne nous ont pourtant pas laissé leurs souvenirs, leurs « livres de raison » mais tous, ou presque tous, ont laissé une trace : grâce au progrès de l’administration religieuse et civile aux xviie et xviiie siècles, les registres paroissiaux sont de mieux en mieux tenus : baptêmes, mariages ou sépultures n’échappent pas à l’enregistrement : même les tout-petits, morts avant d’être baptisés par le curé, sont présents grâce à l’acte de décès que les curés tourangeaux n’omettent plus que rarement de rédiger au xviiie siècle. Ces registres, ancêtres de notre état civil, sont ainsi les seuls documents dans lesquels nous retrouvons presque tous les Tourangeaux du xviiie siècle. Depuis longtemps connus des généalogistes, ils sont une mine inépuisable pour les historiens, car ils permettent l’histoire démographique, des recherches sur l’histoire des mentalités, de l’instruction, de la médecine… Un curé « bavard » fournit parfois des renseignements qui dépassent le cadre de l’anecdote. C’est essentiellement à partir de cette source que nous avons pu mener une étude sur l’histoire de la population des trois paroisses de Cinais, Seuilly et la Roche-Clermault au xviiie siècle3.

  • 4 Voir les archives du « grenier à sel » de Chinon (Archives départementales d’Indre et Loire) et E. (...)
  • 5 L. Herpin, La Propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, Paris, (...)

3Ces trois paroisses se trouvaient dans l’élection de Chinon, au contact des trois provinces, Poitou, Anjou, Touraine. Il était grave pour elles d’être comprises dans le ressort d’un « grenier à sel » limitrophe d’une province rédimée, le Poitou, car le régime de la gabelle y était très sévère : cet impôt était devenu une seconde « taille » et les visites domiciliaires des « gabelous » n’étaient pas rares4. Les trois communes actuelles ont pris la succession des paroisses de l’Ancien Régime ; après le rattachement de Saint-Louans à Chinon, Cinais a reçu une partie des communaux de la paroisse supprimée. La présence de ces pâtures communes est l’une des originalités et l’une des richesses de ces paroisses. Ces prairies et marais de la rive gauche de la Vienne, vides d’habitations puisque en zone inondable, constituaient des terrains de parcours pour le bétail d’autant plus utiles que les prés étaient rares dans les exploitations. Les habitants les ont toujours défendus avec vigueur contre toute tentative de partage et d’assèchement, car ils savaient bien leur importance pour l’équilibre économique et social de leurs communautés5. Menée dans le cadre de grandes exploitations (les métairies) ou de petites (les borderies), une polyculture associait la culture des céréales, de la vigne et des arbres fruitiers (noyers, pruniers…) ; le commerce du vin et des fruits était souvent d’un bon rapport mais pouvait connaître de graves crises. Le bétail, bien que de médiocre qualité, était abondant. L’artisanat semblait peu développé et limité aux seules activités nécessaires à la vie de la communauté.

  • 6 À Cinais, en 1793, sur 66 domestiques (pour une population de 474 habitants), 6 ont moins de 15 an (...)

4L’existence même de ces Tourangeaux ressemble à celle de beaucoup de leurs contemporains. Pour le plus grand nombre d’entre eux, elle se déroule dans le cadre de la petite région où ils sont nés : 89 % des époux qui se marient dans l’une des trois paroisses sans y être nés viennent de villages situés à moins de 10 km ; les échanges entre les communautés proches sont nombreux, sans doute pour éviter les mariages entre cousins trop proches, qui sont d’ailleurs défendus par l’Église. Chinon, petit centre administratif et commercial, est tout près et bien des habitants de la région n’ont pas dû aller plus loin ; de nombreuses filles de la campagne se plaçaient en condition à Chinon, pour gagner un pécule, mais elles revenaient se marier dans leur village et y restaient alors ; indiquées comme venant de Chinon dans l’acte de mariage, elles sont en fait nées à Seuilly, Cinais… où elles s’établissent définitivement. Le temps de service, à la ville où à la campagne, pouvait durer une bonne dizaine d’années, puisqu’il débutait à des âges encore tendres à nos yeux (vers 10 ans6) et se poursuivait jusqu’à l’âge du mariage qui était tardif : le premier mariage intervenait en moyenne à 26 ans et demi pour les hommes et 25 pour les femmes (cette moyenne s’est même élevée au cours du xviiie siècle). L’âge tardif au mariage, la « meilleure arme contraceptive » (P. Chaunu) de ces populations, s’explique en partie par des problèmes économiques. B. de la Grandière, maire de Tours, écrit en 1785 : « presque tous les domestiques des laboureurs vivent célibataires ou se marient très tard faute de gains et de moyens pour prendre un établissement » ; cette explication est valable aussi pour les autres jeunes gens qui devaient attendre de disposer d’une exploitation pour « s’établir » et prendre femme.

  • 7 G. Chassier, Bléré au xviiie siècle, DES, 1968.

5Malgré ce long célibat, ces paysans respectaient profondément les règles morales en vigueur : les enfants illégitimes sont peu nombreux (32 cas entre 1721 et 1790 dans nos trois paroisses, soit moins de 1 % des naissances ; sept enfants ont été ensuite reconnus par les parents lors de leur mariage). Dans 8 % seulement des mariages, la jeune femme s’est mariée enceinte (la naissance s’est produite dans les sept premiers mois du mariage) ; comme pour les naissances illégitimes, ce pourcentage s’est élevé au cours du xviiie siècle et semble plus fort que dans d’autres paroisses tourangelles (5 % à Bléré7). Les prescriptions de l’Église et le calendrier des travaux agricoles expliquent le rythme saisonnier des mariages : l’Avent (jusqu’à l’Épiphanie) et le Carême sont des « temps clos », les mois d’été sont occupés par la moisson et les vendanges. C’est pourquoi 31 % des mariages sont conclus en janvier-février et 38 % en juin-juillet (mai est réputé porter malheur). Sept mariages sur dix unissent des célibataires ; dans les autres cas, au moins un veuf est concerné, c’est dire la fréquence des remariages. Les hommes se remarient plus facilement et plus rapidement que les femmes, surtout quand elles sont déjà âgées et chargées d’enfants. Le mariage est d’ailleurs le sort de la plus grande partie : on compte moins de 10 % de célibataires définitifs (ils sont plus nombreux en ville).

6Le mariage était avant tout l’acte de fondation d’une famille, cellule de base de la société et unité de production et de vie. La communauté, qui se confond en Touraine avec la paroisse, est formée de « feux » : nos trois paroisses en comptent environ 320 au début du xviiie siècle. En Touraine, il ne semble pas exister de familles larges ; les parents, les enfants, parfois un aïeul, assez souvent un domestique forment le ménage qui compte en moyenne quatre à cinq personnes. Ce chiffre peut paraître bien faible si l’on songe à la très forte natalité qu’a connue l’Ancien Régime : elle a varié entre 35 et 40 % au xviiie siècle dans les trois paroisses. Grâce à la méthode de reconstitution des familles que les historiens démographes utilisent depuis vingt ans, nous pouvons parfaitement retracer l’histoire démographique des familles dont l’existence s’est déroulée entièrement dans ces trois villages. Celles-ci ont connu en moyenne 4,5 naissances. Évidemment cette moyenne cache des réalités très diverses : sur 600 familles, 52 % ont eu moins de cinq enfants, 40 % en ont eu entre cinq et dix, les autres ont dépassé ce chiffre mais une seule en a eu 15 et une détient le record avec 16. Ces constatations, après d’autres, permettent de faire justice de la légende des familles très nombreuses sous l’Ancien Régime. Il est facile d’expliquer ce fait : la femme pouvait procréer pendant 15 ans environ, 20 au maximum, puisque mariée vers 25 ans, elle devenait définitivement stérile entre 40 et 45 ans. Pendant cette durée, à quel rythme naissaient les enfants ? Le premier naissait, dans les trois-quarts des cas, dans les 18 premiers mois du mariage mais les suivants se succédaient à un rythme beaucoup moins rapide et qui se ralentissait au fur et à mesure que la mère prenait de l’âge. En moyenne, une femme avait deux enfants dans les 30 premiers mois du mariage, puis les naissances se succédaient au rythme d’une tous les deux ans, sauf pour les deux dernières qui suivaient à deux ans et demi et trois ans. Il était donc impossible, sauf exception, que la femme mette au monde plus de sept à huit enfants. En fait, beaucoup de femmes n’ont même pas eu tous ces enfants car la mort a rompu précocement le couple : dans un tiers des cas, le ménage a duré moins de dix ans. Les couples qui n’ont pas duré jusqu’aux 45 ans de la femme n’ont eu en moyenne que 3,5 enfants, les autres 6. Pourquoi ce rythme lent des naissances ? Il semble qu’il faille le mettre, au moins en partie, en rapport avec la pratique de l’allaitement maternel qui pouvait se prolonger au-delà du premier anniversaire du bébé. La mère connaissait alors un moment de stérilité ; c’est si vrai que si l’enfant mourait avant un an, la naissance suivante arrivait beaucoup plus vite, sauf si la femme avait un nourrisson (Chinon envoyait des enfants en nourrice mais la ville étant petite, les cas étaient peu nombreux).

7Une constatation s’impose dans tous les cas connus actuellement : une famille prolifique sous l’Ancien Régime n’était pas obligatoirement une famille nombreuse, car les ravages de la mort entraînaient un « gaspillage » élevé d’hommes. Dans de nombreuses familles, la mort enlève la majorité des enfants avant qu’ils aient atteint 20 ans. Quelques cas : ces parents, mariés en juillet 1761, à la Roche-Clermault, eurent 14 enfants, la femme s’étant mariée très jeune ; ils en virent mourir 11 avant leurs deux ans (dont neuf avant un an) ; ou ce couple qui, sur sept enfants, n’en garda pas un plus de deux jours… La mortalité infantile atteignait 240 ‰ dans les trois paroisses, c’est-à-dire qu’un enfant sur quatre mourait avant son premier anniversaire (à Bléré, ce taux était de 281 ‰, à Saint-Laurent des Eaux 325 ‰ !). À dix ans, 40 % d’une génération avaient disparu et à 20 ans, il y avait 57 % de survivants. Cette hécatombe explique sans doute l’indifférence des parents devant ces disparitions répétées ; il leur importe surtout d’assurer le salut du bébé et nombreux sont les cas d’enfants ondoyés à la maison et morts avant d’avoir reçu les compléments du baptême. L’ignorance et l’impéritie des « matrones » qui présidaient à l’accouchement et qui provoquaient d’innombrables accidents chez les mères et les enfants étaient connues et dénoncées déjà au xviiie siècle. Tours accueillit en 1778-1779 madame du Coudray, maîtresse sagefemme, qui forma quelques femmes dans « l’art des accouchements » ; la suite devait être prise par des chirurgiens. D’innombrables raisons, matérielles et psychologiques, expliquent l’échec final de cette tentative.

8La mortalité des adultes ne peut être mesurée avec exactitude ; en l’absence de toute transcription d’actes sur les registres, nous ne connaissons pas le sort de toute une génération. Parmi les habitants qui ont atteint 20 ans, une moitié disparaissait avant 50 ans (28 % mouraient avant 40 ans, 36 % entre 40 et 60 ans). L’âge moyen au décès est de 53 ans pour les hommes, de 54 pour les femmes (il s’élève au cours du siècle). Il existe une indéniable surmortalité chez les femmes entre 25 et 40 ans, en liaison avec les accidents obstétricaux. À ces aspects « ordinaires » de la mort, il faut ajouter les conséquences des crises démographiques qui ont affecté notre région tout au long du xviiie siècle, même s’il y a eu une amélioration de la conjoncture. Les dernières années du règne de Louis XIV furent mauvaises sans être catastrophiques : la maladie (dysenterie de 1706-1707) fit plus de ravages que la famine de 1709. En 1738-1739 et de 1746 à 1750, le nombre des décès fut bien supérieur à celui des baptêmes, en particulier en 1747 qui connut des maladies pulmonaires et intestinales et qui vit disparaître 10 % de la population de Cinais et Seuilly (entre 1746 et 1750, les trois villages n’ont enregistré que 47 baptêmes par an pour 71 décès). Des poussées de mortalité, en 1754, 1763… marquent les périodes suivantes et une accalmie ne se fait sentir qu’entre 1767 et 1780. Nos trois paroisses n’ont été atteintes que tardivement par la vague d’épidémies qui marquent la dernière décennie de l’Ancien Régime (en 1780, seules les élections de Tours et Amboise furent gravement touchées). Mais en 1783, la maladie frappa durement toute la petite région du Chinonais, et tout particulièrement Cinais. En un an, le curé de cette paroisse enterra 69 de ses paroissiens et ne baptisa que huit enfants, les six premiers mois de l’année furent les plus sombres. La mort emporta surtout des adultes jeunes ou en pleine maturité (de 20 à 59 ans), ce qui fut grave pour l’avenir immédiat de la communauté ; certaines familles perdirent plus de la moitié de leurs membres. Cinais put, dans ces moments difficiles, bénéficier des secours distribués par l’Intendant de Tours aux paroisses les plus éprouvées et reçut ainsi l’argent nécessaire pour acheter du pain et de la viande destinée à faire du bouillon : conscientes de leur impuissance à soigner, les autorités médicales et administratives savaient que l’affaiblissement des corps, mal nourris et trop souvent abreuvés de mauvais vin et d’eau-de-vie, favorisait les ravages de la maladie.

  • 8 Archives départementales d’Indre et Loire, C86.

9Ainsi, au xviiie siècle, aucune de nos trois paroisses ne connut de « révolution » ; mais elles ne sont pas immobiles et les conditions de l’existence deviennent un peu moins dures. La volonté de lutter contre la mort existe, même si les moyens sont insuffisants. Plus difficiles à mesurer sont les changements de mentalité ; malgré un analphabétisme général (moins de 20 % des hommes et de 10 % des femmes sont capables de signer leur acte de mariage), les premiers symptômes de la volonté de limiter les naissances apparaissent : les femmes mariées après 1750 ont moins d’enfants et s’arrêtent d’en avoir un peu plus tôt que dans la période précédente. Les autorités de Touraine se joignent d’ailleurs à tous ceux qui déplorent ces pratiques : « Les pays de vignoble… sont vidés par l’impôt. Les mariages n’y sont plus aussi fréquents et tous les paysans craignent maintenant d’avoir des enfants ». (B. de la Grandière8).

Notes

1 Publication : Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, t. VIII, n° 5, 1981, p. 660-664.

2 M. Failevic & J.D. De Larochefoucault, 1788, Luttes révolutionnaires pour une propriété paysanne. Paris, Édit. Sociales, 1978, p. 303

3 Cette recherche fait l’objet de la seconde partie d’une thèse de Doctorat de 3e cycle, « Recherches sur la population de la Touraine au XVIIIe siècle », soutenue en 1974. Université de Paris I, 348+ 119 p. (ronéo).

4 Voir les archives du « grenier à sel » de Chinon (Archives départementales d’Indre et Loire) et E. Millet, « La vie en Chinonais au temps de la gabelle », Bulletin des Amis du Vieux Chinon VI, 10, 1966, p. 578-584 et VII, 1, 1967, p. 96-102.

5 L. Herpin, La Propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Rousseau, 1911.

6 À Cinais, en 1793, sur 66 domestiques (pour une population de 474 habitants), 6 ont moins de 15 ans.

7 G. Chassier, Bléré au xviiie siècle, DES, 1968.

8 Archives départementales d’Indre et Loire, C86.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540