Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gouvernement des évêques

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre V. Dilapidation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’administration des biens ecclésiastiques tirait sa spécificité de ce que leur ensemble était soustrait au droit commun ; l’utilité publique des fidèles justifiait leur usage, rappelait Gabriel Le Bras, car leur vocation était d’entretenir le culte et les pauvres1. C’est pourquoi, très tôt, le droit canonique avait prévu des dispositions pour que ces biens ne soient pas soustraits, ou tout du moins avait établi des conditions d’encadrement aux éventuelles soustractions. Toute soustraction qui échappait à ce cadre réglementaire était un cas de dilapidation. La dilapidation a existé dès l’Antiquité romaine et durant tout le Moyen Âge où elle a même connu un essor inédit dans la seconde moitié du XIIe siècle, avant que le mot ne périclite à l’époque dite moderne. Le sens romain s’appliquait au patrimoine qu’un être malfaisant contribuait à ruiner, sens que les médiévaux, malgré un glissement et un élargissement de ses acceptions, n’ont pas fondamentalement remis en question.

Le terme «...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540