Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le gouvernement des évêques

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre III. La bonne administration des évêques (vers 1145-vers 1198)

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Dans la Cité de Dieu, Augustin écrit que l’homme est abandonné à lui-même pour avoir abandonné Dieu par complaisance en lui-même ; et cette obéissance qu’il refuse à Dieu, il se la refuse à lui-même1. Augustin rappelle que le péché originel est dû à la désobéissance d’Adam2 mais, à la suite de Paul, il explique aussi que la volonté n’est pas suffisante à l’homme qui veut faire le bien : « Vouloir le bien est à ma portée mais accomplir le bien, je n’en trouve pas le moyen3. » « Et de là toute l’évidence de sa misère ; car il ne vit pas comme il veut4. » C’est pourquoi les lois humaines doivent être coercitives : « L’incapacité de s’obéir à soi-même […] : telle est, pour Augustin, la condition déchue de l’homme qui justifie l’usage de la coercition5. » Les lois doivent interdire les maux parce que le mal est issu de la passion : « En toute espèce d’actions mauvaises, ce n’est autre que la passion qui exerce son empire. […] les actions mauvaises doivent être punies par cette loi [la lo...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540