Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gouvernement des évêques

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre III. La bonne administration des évêques (vers 1145-vers 1198)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la Cité de Dieu, Augustin écrit que l’homme est abandonné à lui-même pour avoir abandonné Dieu par complaisance en lui-même ; et cette obéissance qu’il refuse à Dieu, il se la refuse à lui-même1. Augustin rappelle que le péché originel est dû à la désobéissance d’Adam2 mais, à la suite de Paul, il explique aussi que la volonté n’est pas suffisante à l’homme qui veut faire le bien : « Vouloir le bien est à ma portée mais accomplir le bien, je n’en trouve pas le moyen3. » « Et de là toute l’évidence de sa misère ; car il ne vit pas comme il veut4. » C’est pourquoi les lois humaines doivent être coercitives : « L’incapacité de s’obéir à soi-même […] : telle est, pour Augustin, la condition déchue de l’homme qui justifie l’usage de la coercition5. » Les lois doivent interdire les maux parce que le mal est issu de la passion : « En toute espèce d’actions mauvaises, ce n’est autre que la passion qui exerce son empire. […] les actions mauvaises doivent être punies par cette loi [la lo...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540