Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en Touraine au xviiie siècle

 | 
Annie Antoine

Préface

François Lebrun

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En 1942, Lucien Febvre écrivait : « Je n’ai jamais su, pour ma part, et je ne sais toujours qu’un moyen, un seul, de bien connaître, de bien comprendre, de bien écrire la « grande histoire », et c’est tout d’abord de posséder à fond, dans tout son développement, l’histoire d’une région, d’une contrée, d’une province ». Les articles de Brigitte Maillard, ici regroupés, à l’initiative d’Annie Antoine, me paraissent une parfaite illustration de ce bel éloge de l’histoire locale que d’aucuns s’étonneront peut être de trouver sous la plume du grand historien novateur que fut Lucien Febvre, oubliant que sa thèse portait sur la Franche Comté à l’époque de Philippe II.

2Les avantages de l’approche locale, pour l’historien chercheur, sont évidents. Le premier est qu’il peut envisager d’entreprendre des recherches aussi approfondies que possible sur le thème de son choix, dans la mesure où l’ensemble des archives qu’il lui faudra exploiter sera forcément limité par les limites mêmes de la province ou de la région qu’il aura choisie. En outre, il pourra confronter ses conclusions avec celles auxquelles seront parvenus les auteurs de travaux portant sur des provinces voisines ou éloignées, voire sur la France entière, qu’il conclue soit à des rapprochements qui seront autant d’utiles confirmations, soit à des distorsions, fruits d’une éventuelle spécificité de la région étudiée. Si, au delà des travaux théoriques et des thèses originales et novatrices, l’histoire de la France depuis cinq siècles (sans vouloir parler ici des périodes antérieures) est aujourd’hui mieux connue qu’il y a cinquante ou cent ans, c’est en grande partie grâce aux travaux d’histoire régionale qui se sont multipliés sur des thèmes d’histoire économique, démographique, sociale, religieuse, culturelle. Ces travaux ont permis de dresser le tableau d’une histoire de France débordant de toutes parts celle, politique et jacobine, construite au XIXe et au début du XXe siècle, et d’apporter au nouveau schéma national ainsi élaboré toutes les nuances régionales nécessaires, tant il est vrai que la France a toujours été à la fois unité et diversité.

3Les travaux de Brigitte Maillard participent pleinement à cette histoire régionale vivante et riche d’enseignements. Depuis sa thèse sur Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle, elle a multiplié les articles dans des revues scientifiques ou les communications à des colloques, qui presque tous s’inscrivent dans la direction ainsi ouverte et on ne peut que se réjouir de voir réunis les plus importants d’entre eux sous un titre, Vivre en Touraine au XVIIIe siècle, qui témoigne par rapport à la thèse d’un double élargissement dans le temps et dans l’espace. Ce sont les deux siècles de l’Ancien Régime et l’ensemble de la province tourangelle que l’on trouvera ici pris en compte. Constitué d’une trentaine d’articles, ce livre peut se prêter à une double approche : soit une lecture continue, justifiée par la répartition de ces articles en cinq grandes parties thématiques qui structurent fortement l’ensemble (Famille, démographie, mentalités ; Les sociétés rurales ; L’encadrement social du monde rural ; La ville, pouvoirs, économie, sociétés ; Instruction et religions), lecture à l’issue de laquelle se dessine une image vivante et précise de la Touraine d’Ancien Régime ; soit un butinage à partir de la table des matières et de l’intérêt immédiatement suscité par tel ou tel titre. Quel que soit le mode de lecture adopté, on est très vite conquis par le caractère très concret de ces divers éclairages.

4Alors qu’aux XVe et XVIe siècles, la Touraine a été le théâtre de quelques unes des grandes pages de l’histoire du royaume, elle connaît aux deux siècles suivants une existence que l’on pourrait qualifier de « sans histoire », si elle n’avait pas connu, comme le reste du royaume, l’histoire banale et quotidienne, parfois tragique, liée aux conditions de l’époque, une histoire du « temps long », reflet des « structures », non une histoire « événementielle » qui se déroule désormais ailleurs. Les seuls « événements » collectifs vécus par les habitants, en dehors des trajectoires individuelles, résultent des aléas des saisons et de leurs répercussions au niveau des subsistances. Ces structures profondes et ces accidents conjoncturels sont évoqués ici à partir d’exemples précis et c’est ce qui en fait tout l’intérêt.

5Je prendrai ici seulement deux exemples. Le premier concerne la démographie et les comportements qu’elle induit. Les articles qui lui sont consacrés permettent de confirmer ce que l’on savait par ailleurs, mais aussi d’illustrer pleinement certains phénomènes comme l’illégitimité ou le mariage. Naissances illégitimes et conceptions prénuptiales connaissent une sensible augmentation dans les dernières décennies de l’Ancien Régime. Brigitte Maillard cerne le phénomène de façon très précise dans le cadre des seize paroisses de Tours et de trois villages du Chinonais. Au terme d’une analyse serrée des registres de baptêmes et des déclarations de grossesse, elle est amenée à classer en trois groupes les filles enceintes hors mariage : celles qui abandonnent leur enfant dès la naissance, celles qui s’en chargent mais l’élèvent seules, celles qui se marient avec le père (« l’aventure de ces dernières, ajout et elle, n’étant qu’une anticipation sur la vie conjugale »). Mais elle souligne aussi combien quantitativement le phénomène reste limité, même à la veille de la Révolution, ce qui prouve la fidélité de la masse des Tourangeaux et des Tourangelles aux prescriptions de l’Église. Le mariage est appréhendé notamment à travers le veuvage d’une part et les « désordres conjugaux » d’autre part. Ces derniers sont étudiés à partir des demandes de séparation de biens et de corps (Rappelons que le divorce n’existe pas puisque le mariage est un sacrement indissoluble). Ces demandes sont formulées toutes par des femmes qui invoquent le plus souvent la violence physique exercée à leur encontre par leur époux ; ces « mal mariées » sont presque toujours des citadines et des femmes d’artisans ou de commerçants.

6Autre exemple de la « méthode Brigitte Maillard » : l’analyse de la rumeur de Tours en 1750. En exploitant les archives du lieutenant général de police de Tours, elle conte les incidents survenus dans la ville ligérienne le 29 mai 1750, à partir d’un faux bruit d’enlèvement d’enfants. Elle pose le problème d’une éventuelle contagion des événements de Paris où, une semaine plus tôt, des émeutes sanglantes se sont produites à partir d’un semblable bruit (Tours n’est qu’à cinq jours de la capitale par la voie d’eau). A l’instar d’Arlette Farge, elle décrypte parfaitement cette rumeur, exemple même du non événement et pourtant grosse de signification et révélatrice des mentalités des gens de la rue comme de celles des policiers et des juges.

7Je laisse le lecteur entrer à son tour dans ce livre. Il y trouvera non une histoire classique et chronologique de la Touraine pendant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime, mais une série vivante d’approches discontinues qui, au total, nous restituent les manières de vivre, de travailler, de s’entraider, d’aimer, de croire, de mourir des habitants du Jardin de la France, un jardin vu ici non du côté des châteaux et des résidences seigneuriales, mais de celui des fermes et des métairies, des ateliers et des échoppes. Bonne lecture et merci à l’auteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540