Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Baccalauréat technique

 | 
Christian Hamon

Deuxième partie. Le baccalauréat technique au cœur de la restructuration de l'enseignement technique (1944-1958)

Chapitre VI. Le baccalauréat technique, pierre angulaire de l’enseignement technique

Texte intégral

1La création du baccalauréat technique apparaît comme un compromis puisqu’il est un baccalauréat moderne auquel sont ajoutées les matières qui forment le triptyque de l’enseignement technique industriel, c’est-à-dire la technologie, le dessin industriel et les travaux pratiques d’usinage à l’atelier. L’enseignement de ces trois matières spécifiques justifie la nature des tâches que les élèves sont appelés à effectuer à l’occasion de leurs différentes activités. C’est une nouvelle génération de professeurs, formés à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET), qui va progressivement prendre en charge ces enseignements pour former les futurs bacheliers qui représentent l’élite de l’enseignement technique et qui sont à l’époque destinés aux écoles nationales d’ingénieurs d’arts et métiers (ENIAM).

Les contenus de l’enseignement technique

  • 1 Léon Antoine (1961), Histoire de l’éducation technique, Paris, PUF.

2Après la Libération, la réorganisation pédagogique de l’enseignement technique, notamment la création des centres d’apprentissage et l’institution d’un baccalauréat technique s’accompagnent d’une redéfinition des matières d’enseignement. Le dessin industriel (ou dessin technique), la technologie et les travaux d’usinage (ou travaux d’atelier) deviennent les trois matières spécifiques et communes enseignées à tous les niveaux de l’enseignement technique. La mécanique industrielle est à la base de ces trois enseignements. Ainsi, malgré des différences d’approche et d’approfondissement, ce triptyque qu’Antoine Léon1 a nommé « les disciplines professionnelles » constitue un enseignement commun à l’élève qui prépare un CAP industriel et à celui qui prépare le diplôme d’ingénieur des Arts et Métiers. Le baccalauréat technique n’échappe pas à la règle, ses programmes techniques et les épreuves d’examen correspondantes sont en effet alignés sur ces trois matières.

Le triptyque de l’enseignement technique

  • 2 Cité par Matray François (1952), Pédagogie de l’enseignement technique, 1re éd., Paris, PUF, p. 103
  • 3 Constant M. (1949), « L’ingénieur doit-il savoir dessiner ? », Technique Art Science, 2, 29.
  • 4 Montagnan H. (1947), « Dessin, technologie, travaux manuels », Technique Art Science, 4, 29.

3L’inspecteur général de l’enseignement technique (IGET) Constant désigne l’ensemble « dessin, technologie et profession2 » comme le « trinôme qui domine toutes les techniques et anime les arts industriels3 ». Mais c’est l’IGET Montagnan qui propose en 19474 une nouvelle doctrine fondée sur les trois « disciplines essentielles » qui font l’originalité et la vertu de l’enseignement technique :

« Le dessin, la technologie, et les travaux manuels sont trois matières fondamentales de l’enseignement technique industriel […] elles constituent un ensemble indissociable. Aussi l’étude de l’une ou de l’autre ne peut se faire qu’à la lumière des deux autres. »

  • 5 L’automobile est un des secteurs de l’industrie mécanique en pleine expansion après la guerre.

4Ainsi, si l’on prend pour exemple le cas d’une boîte de vitesses d’automobile5, les élèves suivent des cours de technologie qui consistent en l’étude des matériaux, des principes fondamentaux de la mécanique industrielle, des aspects théoriques et des calculs nécessaires pour concevoir et fabriquer la boîte de vitesses. En dessin industriel, ils découvrent la technique de représentation graphique normalisée des différentes pièces de la boîte de vitesses. À l’atelier, les élèves apprennent à usiner, c’est-à-dire à fabriquer à l’aide d’outils à main et de machines-outils certaines des pièces de la boîte de vitesses qu’ils ont dessinées.

5La technologie de l’enseignement technique de 1945 n’est pas une discipline telle qu’on la connaît à partir des années 1980 au collège, c’est-à-dire un enseignement général et désintéressé. Ces trois matières étroitement liées constituent cependant le champ disciplinaire de l’enseignement technique industriel (cf. figure 2).

Figure 2. – Représentation simplifiée du triptyque de l’enseignement technique industriel en 1946.

6Cette figure met en relation les matières de l’enseignement technique et la nature des tâches que les élèves sont amenés à effectuer durant leur scolarité selon qu’ils suivent un enseignement technique théorique ou pratique. Le chevauchement des matières appelle cependant des explications.

La nature des tâches demandées aux élèves

7La distinction dans les programmes scolaires entre enseignements pratiques et enseignements théoriques se justifie autant par les tâches que les élèves exécutent (tantôt manuelle, tantôt intellectuelle) que par l’existence de professeurs différents pour prendre en charge ces enseignements. Il n’existe cependant pas de coupure nette entre les deux types d’enseignement. Ainsi l’usinage d’une pièce sur une machine-outil peut être précédé, à l’atelier, d’un calcul de vitesse ou du choix de la machine. De la même façon, l’étude et la réalisation du dessin d’une pièce peuvent être précédées du démontage d’un ensemble mécanique.

  • 6 Le mot constatation est un mot « moderne » utilisé à partir de 1968, il ne l’est pas encore en 1945 (...)
  • 7 À partir des années 1990, le terme « compétences » aurait été employé.

8Cet exemple permet de distinguer étude de constatation et étude de conception6. L’étude de constatation est une activité pédagogique destinée à apprendre par observation et reproduction et à analyser des schémas, des dessins, des gestes professionnels. L’étude de conception consiste à résoudre un problème donné. Les connaissances7 mises en jeu ne sont pas de même nature. La conception s’adresse davantage aux futurs techniciens et ingénieurs tandis que la constatation est plutôt privilégiée au niveau des formations de base (CAP).

9Conception et constatation représentent deux tâches, différentes mais complémentaires, fréquemment demandées aux élèves dans les trois matières, dessin, technologie et atelier. Celles-ci possèdent des spécificités qu’il est important de connaître pour bien comprendre leur mutation à venir. En effet, leur évolution respective s’inscrit dans un processus qui va progressivement les faire se fondre dans un unique enseignement qui prendra le nom de technologie industrielle puis celui de sciences de l’ingénieur.

Le dessin technique

  • 8 Hamon Christian (2009), « Graphismes techniques : tâches, nature et causes des difficultés des appr (...)
  • 9 Loisy A. (1943), « Considérations générales sur l’enseignement du Dessin dans les Écoles formant de (...)
  • 10 Datée du 1er octobre 1948, sa publication sera étalée sur trois numéros de la revue Technique Art S (...)

10Le dessin technique ou dessin industriel est un type particulier de graphisme technique8. Il est utilisé pour la conception des systèmes mécaniques (ensembles mécaniques articulés ou mécanismes) et la fabrication des pièces qui composent ces systèmes. Un article dans la revue de l’AFDET est l’occasion pour l’inspecteur général de l’enseignement technique Loisy9 de rappeler à deux reprises les instructions figurant dans les programmes des écoles nationales d’arts et métiers : « les dessins sont avant tout des documents destinés à commander, éclairer, et guider l’exécution d’appareils simples ou complexes ». En 1948, dans la « doctrine » établie par la direction de l’enseignement technique10, le message est plus direct : « Le dessin est un ordre donné aux ateliers. »

Les origines et les appellations du dessin industriel

  • 11 Deforge Yves (1981), Le graphisme technique, son histoire et son enseignement, Seyssel, Champ Vallo (...)

11Les premières traces d’épures de bâtiment ont été retrouvées lors de fouilles réalisées en Égypte et datent de plusieurs siècles avant Jésus-Christ11. Des croquis de machines volantes de Léonard de Vinci aux plans de l’Airbus A380, entièrement réalisés sur ordinateurs par des équipes disséminées à travers le monde, la technique graphique a considérablement évolué. Dès 1853, le programme des classes de mathématiques spéciales commun avec le programme de connaissances exigé pour l’admission à l’École polytechnique et à l’École normale, prévoit l’étude du dessin linéaire ou dessin géométrique.

  • 12 D’Enfert Renaud (2003), L’enseignement du dessin en France : figure humaine et dessin géométrique, (...)
  • 13 Druot Antoine (1925), Le dessin industriel dans les écoles techniques. Compte rendu de la semaine d (...)

12La technique graphique utilisée dans l’industrie est désignée différemment au cours du temps : dessin linéaire12 ou dessin géométrique, dessin de machine, dessin appliqué aux industries constructives13, et plus récemment, dessin technique, dessin de construction, dessin industriel, dessin de construction mécanique et parfois plus simplement construction mécanique.

Une langue au service de l’industrie mécanique

  • 14 Edmond Labbé est alors inspecteur général de l’enseignement technique (il deviendra le premier dire (...)
  • 15 Labbé Edmond et Beauvais Pierre (1913). Principes et conventions en usage dans le Dessin de Machine (...)
  • 16 Dont Le Creusot et Peugeot pour les plus connues.
  • 17 Labbé Edmond, Druot Antoine, Loubignac M. (1921), Enseignement du dessin industriel – conseils péda (...)
  • 18 Selon H.-L. Mennessier, chargé de cours à l’ENSET. Ces travaux serviront de base à l’élaboration de (...)

13En 1913, Edmond Labbé14 et Pierre Beauvais rédigent une « brochure15 » que E. Labbé qualifie dans la préface de « manuel du dessinateur industriel ». Il crée ainsi un genre littéraire qui fera florès. La préface précise le but de l’ouvrage, c’est-à-dire faire connaître les principes et conventions en usage dans le dessin de machines, et pratiqués par les grandes maisons de constructions mécaniques16. Le but est que le dessin soit, « selon la formule, une langue universelle ». Edmond Labbé, devenu directeur de l’enseignement technique, publie en 192117, en collaboration avec un inspecteur général de l’enseignement technique et un professeur à l’école d’arts et métiers de Lille des conseils pédagogiques pour l’enseignement du dessin industriel. Mais c’est en 1925, à l’issue de trois jours de conférence qu’est publié, sous la direction de l’IGET Antoine Druot, un document devant servir de référence à l’attention des professeurs18. Le compte rendu de ce qui s’apparente à un congrès précise :

  • 19 Druot Antoine (1925), op. cit.

« Comment on doit former, à l’aide du Dessin, l’ingénieur-mécanicien, le technicien, le contremaître et l’ouvrier dont l’industrie a besoin […] comment le Dessin doit s’enseigner dans les écoles d’arts et métiers, les Écoles nationales professionnelles, les Écoles pratiques, les Écoles de Métiers et les Cours professionnels19. »

  • 20 Lenormand Georges (1946), op. cit.

14Quelques années plus tard, Georges Lenormand20 définit le dessin technique comme un langage technique rationnel et international que l’on peut comprendre, lire et écrire, comparable à une langue dotée d’une grammaire (des conventions de représentation, des normes). L’étude du dessin industriel fait appel à des connaissances d’ordre théorique (mathématiques et mécanique) et d’ordre pratique (technologie des matériaux, principe d’usinage…). Comme dans l’industrie, les élèves étudient et utilisent trois types de dessin.

Les différents types de dessin industriel

15Il existe trois types fondamentaux de dessin industriel : les dessins intermédiaires, le dessin de définition et le dessin d’ensemble. Les dessins intermédiaires et de définition sont cotés. Chaque type de dessin respecte une norme graphique et est utilisé en fonction de besoins spécifiques :

16– Le dessin de définition représente, en une ou plusieurs vues, une pièce finie et ses dimensions ou cotes en vue de la fabrication (cf. figure 3).

17– Les dessins intermédiaires, réalisés à partir du dessin de définition, définissent pour les pièces complexes les différentes étapes en vue de la fabrication pour passer de la matière brute à la pièce désirée.

18– Le dessin d’ensemble représente toutes les pièces d’un même mécanisme telles qu’elles sont une fois assemblées. Ce dessin est réalisé au moment de la conception de l’ensemble mécanique à fabriquer. Il permet également, a posteriori, d’étudier un mécanisme pour d’éventuelles modifications ou à des fins pédagogiques.

Figure 3. – Épreuve de dessin industriel, première partie du baccalauréat, série technique, Académie de Lille, 1946 : réalisation d’un dessin de définition.

La technologie

  • 21 Littré Émile (1872), Technologie. Le Littré en 4 volumes sur CD Rom, Paris, Redon. La technologie p (...)
  • 22 Par opposition à la mécanique des physiciens.

19De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle la technologie industrielle ou science des arts industriels (du grec Tekhnologia, de tekhnê, art, et logos, doctrine21) couvre différents domaines : la mécanique industrielle22 ou construction mécanique, les ouvrages d’arts ou construction métallique, l’électricité industrielle ou construction électrique.

  • 23 AN F17/14319. Ministère du Commerce, de l’Industrie des postes et télégraphes (non daté). Comité d’ (...)
  • 24 MEN (1945). Programmes des études dans les collèges techniques d’industrie pour jeunes gens, Paris, (...)

20L’enseignement de la technologie est introduit dans le « programme scientifique de l’enseignement » spécial des collèges royaux et communaux au milieu du XIXe siècle. Elle est inscrite aux « programmes des cours » des écoles nationales d’arts et métiers (ENAM) en 188523. Dès la création des écoles nationales professionnelles (ENP) en 1903, la technologie apparaît classée parmi l’enseignement technique théorique. Ainsi dans l’enseignement technique, l’enseignement de la technologie est d’abord réservé à l’élite des ENP et des ENAM. Jusqu’en 1941, les écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI) qui forment le plus grand nombre d’élèves se contentent d’une technologie descriptive. C’est en 1945 que les programmes des nouveaux collèges techniques24 intègrent la technologie de construction, offrant un nouveau visage à la technologie tournée résolument vers la conception.

  • 25 MEN. Direction de l’enseignement technique. Sous-direction de l’apprentissage (1945), Instruction s (...)

21La création des centres d’apprentissage (CA) à la Libération est également l’occasion de développer l’enseignement de la technologie professionnelle ou technologie de fabrication au niveau élémentaire de l’enseignement technique25.

22Ainsi l’enseignement de la technologie se décline-t-il, à tous les niveaux de l’enseignement technique selon trois axes : technologie générale, technologie professionnelle et technologie de construction.

La technologie générale héritière des écoles primaires supérieures

  • 26 MEN (1947). Programmes dans les collèges techniques d’industrie de jeunes filles, Paris, Foucher.
  • 27 Cette critique est aussi valable dans l’enseignement technique supérieur, cf. Le Chatelier Henry (1 (...)

23Jusqu’à la parution des nouveaux programmes des collèges techniques, en 1945 et 194726, deux reproches sont adressés à un enseignement de la technologie qui ne permet pas de développer des connaissances techniques approfondies27.

  • 28 Montagnan H. (1947), op. cit.

24Le premier est que l’enseignement de la technologie se résume à la présentation d’un simple catalogue de solutions à des problèmes techniques répertoriés. Il s’agit en général de classifications descriptives ou d’ensemble de planches de dessins représentant les divers organes de machines mis en œuvre dans l’industrie mécanique et qu’il faut apprendre à reconnaître et à reproduire. L’inspecteur général de l’enseignement technique Montagnan28 décrit cette technologie comme « un ensemble hétéroclite, fragmentaire à l’excès et qui s’apparente étrangement au formulaire et au recueil de recettes culinaires ».

  • 29 Messager G. (1935a), Éléments de technologie, 12e édition, Paris, Belin.
  • 30 Messager G. (1935b), Notions de technologie, 2e édition, Paris, Belin.

25Le second est que, quand il s’agit des programmes des écoles primaires supérieures (EPS), les cours se résument à des notions ou à des éléments de technologie et s’apparentent à une revue de matériels de produits et de procédés. Les manuels sont largement illustrés mais restent généraux. Ils présentent différentes industries orientées, pour les garçons29, sur les industries extractives, l’alimentation, le logement, l’imprimerie… ou, sur les industries du vêtement et d’industries diverses, complétées de résumés de connaissance physiques, pour les filles30. Ce type d’ouvrage disparaît avec les écoles primaires supérieures.

26Dans les établissements de l’enseignement technique, la technologie générale se recentre sur l’étude des matériaux utilisés en mécanique et les principes généraux d’usinage et d’obtention de pièces. Cet enseignement, assuré par des chefs de travaux, laisse une place au développement de la technologie professionnelle et de la technologie de construction mécanique.

La technologie professionnelle ou technologie d’atelier

  • 31 La technologie professionnelle se rencontre sous plusieurs appellations selon les métiers ou les ni (...)

27À la Libération, la « technologie professionnelle » est définie dans les nouveaux « programmes des études » des collèges techniques31, comme « sciences des métiers ». Intimement liée aux travaux d’atelier, elle en suit l’évolution et se renouvelle sans cesse « au contact des progrès industriels : inventions, méthodes, procédés et matériaux nouveaux ». La technologie professionnelle se divise d’une part en « technologie professionnelle générale » et « technologie professionnelle spéciale ». Dans les cours de technologie professionnelle générale, les élèves étudient les notions générales sur les métiers, les produits, les outillages, les machines et les procédés de travail employés dans les ateliers. En technologie professionnelle spéciale, les thèmes sont identiques à ceux de la technologie professionnelle générale mais les contenus sont spécifiques au métier particulier étudié par l’élève : mécanicien-tourneur, fraiseur, ajusteur, électricien, fondeur, chaudronnier, menuisier, ébéniste, modeleur. L’enseignement de la technologie professionnelle est assuré par les maîtres d’atelier.

La technologie de construction mécanique

28Domaine très étendu, la technologie de construction mécanique porte sur des réalisations connues et appliquées. Les programmes des collèges techniques d’industrie stipulent que l’enseignement de la « technologie de construction » est donné sur les heures de cours du dessin industriel.

29Ces programmes attestent d’une élévation du niveau de la formation technique théorique qui se rapproche ainsi de celui des écoles nationales professionnelles. Ils prévoient notamment : la conception des organes de machines dans le but de les fabriquer le plus économiquement possible aux ateliers ; le choix des matériaux ; l’étude de l’agencement cinématique et mécanique des organes et l’application de formules en vue de la détermination des dimensions des pièces constituant ces organes.

  • 32 Basquin René et Métral Albert, (1941), Mécanique. À l’usage des écoles nationales professionnelles,(...)
  • 33 Rouelle M. (1930), Cours de technologie industrielle (construction mécanique). Livre 1 – métaux et (...)
  • 34 Ibidem.

30Ainsi l’introduction de la technologie de construction au niveau du collège technique est-elle un véritable transfert de contenu. En effet, jusque-là, le dimensionnement des organes était pris en charge, en partie, par la mécanique des physiciens32, mais surtout par la technologie industrielle33 réservée aux ingénieurs : « Il faut familiariser l’élève ingénieur avec les dispositions cinématiques et mécaniques les plus judicieuses, avec les méthodes de calcul les plus sûres, avec l’emploi raisonné des produits métallurgiques ou autres34. »

31Ce changement peut s’interpréter comme une scientifisation de l’enseignement de la technologie. Il résulte de la réorganisation de l’enseignement technique. En effet, la création des centres d’apprentissage, chargés de prendre en charge la formation de la grande masse de la jeunesse, permet un décalage vers le haut des niveaux de formation dans l’enseignement technique. Ces changements s’articulent avec la création du baccalauréat technique et le passage de la durée de formation à quatre années dans les écoles d’arts et métiers qui changent, au passage, de statut en obtenant le titre d’écoles nationales d’ingénieurs arts et métiers (ENIAM).

32Enfin, l’étude critique des organes de machines et de leur assemblage par le recours à la « description fonctionnelle » et à la « description organique » marque un autre changement que révèle l’apparition d’un nouveau vocabulaire. Comme le précisent les programmes, il ne s’agit plus seulement de donner des exemples choisis mais « de faire connaître l’esprit et la méthode des constructions […] de dégager les principes de la construction et du fonctionnement des organes ».

33Ainsi l’enseignement de la technologie s’engage-t-il sur de nouvelles voies, dont l’enjeu consiste à mettre au point des méthodes pédagogiques susceptibles de dispenser ces nouveaux apprentissages au niveau moyen de l’enseignement technique.

Les travaux d’atelier et l’enseignement de la profession

  • 35 Vigouroux Léo (1948), « Leçon-type d’atelier s’adressant à des élèves de 3e année industrielle de c (...)
  • 36 Campa André (1945a), op. cit.

34À l’atelier, l’élève doit « apprendre à vaincre la matière par des qualités d’intelligence et de savoir35 ». Cette déclaration valorisante ne doit pas masquer que l’enseignement technique est fondé sur la connaissance des techniques et des métiers acquise au prix d’une longue expérience de l’apprentissage. « L’éducation professionnelle a pour but le développement complet et harmonieux des aptitudes professionnelles36. »

Le geste professionnel et la progression des travaux

  • 37 Direction de l’enseignement technique (1949a), « Brochure DET. Les méthodes d’apprentissage de l’en (...)

35« Le geste professionnel est un tout physiologique37 », il ne résulte pas d’une décomposition de gestes élémentaires. En effet, chaque élément du geste doit être lié à l’ensemble, « il est difficile et beaucoup plus important d’associer les éléments que de les apprendre un à un ». L’apprentissage manuel doit faire perdre à l’élève crispation, maladresse et raideur pour lui faire acquérir ce qui caractérise l’ouvrier professionnel : l’aisance du mouvement et des attitudes, la cadence de travail, la précision, le calme et l’économie des forces. Ces qualités s’acquièrent avec le temps et la répétition, le professeur devant veiller à ce que les élèves ne prennent pas de mauvaises habitudes.

  • 38 Par exemple, cf. Tacaille Daniel (1997), « L’éducation professionnelle en France, crise et légitimi (...)
  • 39 Campa André (1956b), « Les travaux d’atelier dans les établissements de l’enseignement technique »,(...)

36Les travaux exigés par « la profession » sont ceux que sont capables d’exécuter les bons ouvriers. Ils constituent, pour les maîtres d’atelier, une nomenclature à partir de laquelle est établie une « progression », c’est-à-dire un enchaînement d’exercices gradués du plus simple au plus compliqué. Il appartient au professeur technique chef de travaux, véritable autorité pédagogique à l’atelier, de préparer l’emploi du temps et de planifier le programme des exercices et travaux d’atelier sur l’année mais aussi sur l’ensemble de la scolarité38. Après une période d’initiation, les élèves réalisent des travaux utilitaires (équipement des ateliers) ou des pièces dont les plans sont issus de l’industrie. Ces exercices forment la progression et sont classés par ordre de difficultés techniques et pédagogiques croissantes. Au-delà de l’apprentissage des gestes professionnels, ils introduisent des notions importantes : plan de fabrication, métrologie, délai, prix de revient, responsabilité. L’inspection recommande à partir des années 195039 l’utilisation d’un tableau à double entrée afin de s’assurer que les progressions couvrent bien l’ensemble des difficultés techniques à vaincre par les élèves.

L’organisation et le travail à l’atelier

  • 40 Ce qui n’est pas le cas de la plupart des centres d’apprentissage au début de leur existence.
  • 41 Là aussi, il s’agit de pouvoir s’assurer à tout moment où se trouve l’outillage.

37En matière de travaux d’atelier, les recommandations de la Direction de l’enseignement technique sont claires : il faut tenir compte des possibilités physiques des adolescents, ce qui suppose d’adapter le matériel et le poste de travail en conséquence (poids des outils, hauteur de l’établi et de l’étau, limitation de la durée des exercices pénibles). Les ateliers doivent être propres, ordonnés, bien éclairés et confortables40, ils sont organisés rationnellement comme dans une entreprise. Les matières premières et les outils collectifs sont entreposés dans un magasin général ce qui impose une gestion rigoureuse (fiches d’inventaire) et un système de bons ou de jetons pour connaître en permanence où se trouve l’outillage. Les outils sont de la meilleure qualité, ils sont rangés dans des casiers ou des tiroirs spécialement aménagés pour les laisser apparents41. Aucune perte de temps ne doit être tolérée.

  • 42 Pottier H., Segaud E. et Matray François (1950a), « Le rendement pédagogique dans l’enseignement pr (...)

38La motivation des élèves est importante. L’orientation utilitaire de la pédagogie pratique doit conduire le professeur à choisir des exercices ayant un véritable caractère industriel. Pour les professeurs d’ENNA42, le pire est dans l’exercice formel, la « queue d’aronde aux symétries inusitées » qui, une fois finie, « s’en va au tas de ferraille » ou « au bûcher » chez les menuisiers.

39Tout travail nouveau débute par une séance d’enseignement collectif appelée « démonstration d’atelier ». La démonstration manuelle, entrecoupée d’explications courtes et nettes, est l’occasion pour le professeur de présenter les gestes que doivent exécuter les élèves.

  • 43 Vercier Charles (1947b), op. cit.
  • 44 L’ensemble des écoles nationales d’arts et métiers et assimilés et des écoles nationales profession (...)

40Dans les centres d’apprentissage et les collèges techniques, les dessins de définition utilisés pour la réalisation de pièces sont réalisés par les professeurs. Dans les ENP, ce travail est inclus dans les tâches revenant aux élèves au sein de bureaux des méthodes, comparables à ceux de l’industrie. Comme les élèves des sections normales, les candidats au baccalauréat mathématiques et technique participent à la fabrication de machines-outils ou d’appareils de métrologie de précision. Cependant, pour l’IGET Charles Vercier43, « notre idéal n’est pas de « sortir » des machines, mais de « sortir » des techniciens ». Il s’agit de recourir, dans les écoles nationales d’enseignement technique44, à la science des fabrications mécaniques et de mettre en œuvre une organisation scientifique du travail.

La hiérarchie dans l’atelier

  • 45 Première année de CAP dans les centres d’apprentissage, classe de 5e pour les collèges techniques e (...)

41Il existe traditionnellement une hiérarchie des professions préparées dans l’enseignement technique industriel. Cette hiérarchie est un effet de « l’orientation professionnelle pratique » ou « papillonnage » qui consiste à faire choisir aux élèves leur future spécialité professionnelle à la fin de l’année préparatoire45. Le choix de la spécialité s’effectue en fonction des aptitudes des élèves à l’issue d’une rotation parmi toutes celles existantes dans l’établissement. Ainsi dans les métiers du fer, le métier le plus prisé est-il celui de fraiseur, suivi par celui de tourneur, d’ajusteur et enfin de chaudronnier. Cette hiérarchie coïncide avec l’attrait que portent les élèves aux types de machine et à leur fréquence d’utilisation. Mais la véritable hiérarchie qui existe au sein de l’atelier dépend davantage des connaissances théoriques que des compétences pratiques.

42D’un côté, l’élève ajusteur du centre d’apprentissage exécute à l’étau une pièce d’un assemblage avec une très grande précision. Il doit faire preuve d’une grande habilité manuelle qui conduit à une production rapide. Ses efforts offrent peu l’occasion de se cultiver mais doivent lui permettre de devenir un bon ouvrier.

43De l’autre, l’élève de baccalauréat technique est curieux de s’instruire. Il procède à des essais sur différentes machines, maîtrise plusieurs moyens d’exécuter un même assemblage et ne cherche pas l’habilité manuelle. Ses efforts désintéressés développent une culture technique sans qu’un intérêt immédiat soit recherché si ce n’est la perspective de poursuite d’études supérieures.

  • 46 Ce sont les chefs d’équipe, contremaîtres et chefs d’ateliers. Ils exercent donc un commandement di (...)

44Entre ces deux extrêmes, se trouvent les élèves des collèges techniques et ceux des sections normales des ENP dont la formation pratique est calquée sur l’organisation industrielle : étude et réalisation des plans au bureau des méthodes et fabrication aux ateliers. Ces élèves ont toutes les chances de devenir des techniciens ou des agents de maîtrise46 dans l’industrie locale et, pour certains, de terminer leur carrière comme ingénieur « maison ».

Les programmes du baccalauréat technique

  • 47 AN Fontainebleau. 1990088. Art. 1. Conseil supérieur de l’Éducation nationale. PV de la réunion des (...)

45Les programmes du baccalauréat technique sont le résultat de longues tractations qui ont tourné au désavantage des élèves. Les programmes définitifs sont entérinés par le conseil supérieur de l’Éducation nationale en janvier 194847 après validation par les sections permanentes du conseil de l’enseignement du second degré et du conseil de l’enseignement technique. Il s’agit d’une mise à jour dont le but est d’alléger les programmes de 1947 tout en les rapprochant de ceux de la série scientifique et mathématiques. Ils resteront valables pour la partie technique jusqu’en 1955, soit une petite dizaine d’années.

La publication des programmes du baccalauréat technique

  • 48 Ce report est justifié par le manque d’équipement en machines-outils (fraiseuses notamment) de cert (...)

46La publication par arrêté ministériel des programmes d’examen du baccalauréat technique intervient sur trois années entre 1946 et 1948. Cependant, faute de matériel, les programmes de la partie pratique ne deviennent effectifs qu’à la session de 195048. Il aura ainsi fallu six années pour mettre en place et stabiliser ce nouveau baccalauréat du second degré, à la fois diplôme « technique » et passeport pour l’enseignement supérieur. Trois arrêtés sont successivement publiés :

    • 49 Arrêté du 14 mai 1946. BO no 27 du 30 mai 1946, p. 790. Programme des épreuves de la série techniqu (...)

    En mai 194649 (pour la session de juin 1946), relatif aux épreuves d’enseignement général, de technique graphique et de technologie de la première partie du baccalauréat (série technique).

    • 50 Arrêté du 19 février 1947. BO no 8 du 20 mars 1947, p. 247. Programmes des épreuves des séries « te (...)

    En février 194750 (pour la session de juin 1947), relatif aux épreuves d’enseignement général, de technique graphique, de travail manuel et d’interrogation de technologie pour la deuxième partie (la série mathématiques et technique).

    • 51 Arrêté du 26 février 1948. BO no 10 du 4 mars 1948, p. 287. Programmes des épreuves du baccalauréat (...)

    En février 194851 (pour la session de juin 1948), relatif à des modifications apportées à la première partie en mathématiques, physique, chimie et, de manière mineure, en technique graphique et technologie. L’épreuve de travail manuel est entièrement revue avec une partie commune et des épreuves optionnelles obligatoires : machine-outil, métaux en feuilles, fonderie et menuiserie.

Le programme et les épreuves en classe de première (série technique)

47Le programme des épreuves techniques est réparti sur deux années. Il est structuré selon le triptyque de l’enseignement technique : dessin industriel, technologie et travail manuel. C’est un catalogue d’items qui énumère les connaissances à faire acquérir aux élèves. Il est complété par quelques commentaires relatifs aux épreuves d’examen. En première année, les épreuves portent sur la technique graphique (dessin technique) et la technologie.

48En dessin (coefficient 2), il s’agit d’en maîtriser les bases en matière de représentation des corps : projection, perspective cavalière, coupe, cotation et indication de façonnage.

49En technologie (coefficient 2), le programme est divisé en deux chapitres distincts et bien identifiables. D’une part l’ensemble des connaissances afférentes aux différents procédés de fabrication mécanique, ce qui s’apparente à la technologie générale professionnelle sans qu’elle soit nommée, et d’autre part les fonctions mécaniques élémentaires, notamment les liaisons (ou articulations mécaniques) qui relèvent de la technologie de construction mécanique, là encore sans qu’elle soit nommée. Cinq grandes parties structurent ce programme : les matériaux ; l’obtention des pièces ; les différents procédés de traitement thermique et leurs caractéristiques ; les fonctions mécaniques élémentaires et leurs caractéristiques ; les généralités sur les ajustements et l’interchangeabilité.

50Ce programme représente un ensemble cohérent, mais le niveau demandé à l’épreuve de dessin dépasse largement le programme. La part accordée à la normalisation a diminué entre les programmes de 1946 et ceux de 1947. Son étude est reportée en classe de terminale. Malgré l’absence d’épreuve de travail manuel en fin de classe de première, les élèves sont astreints à huit heures d’atelier par semaine.

Le programme et les épreuves en classe de terminale (série mathématiques et technique)

51En terminale, la partie technique du baccalauréat comporte, d’une part un dessin et d’autre part une épreuve de travail manuel et de technologie composée elle-même de trois parties, une épreuve commune de technologie, une épreuve commune de travail manuel et une épreuve de travail manuel obligatoire, sur option, complétée par une interrogation orale.

52En dessin (coefficient 2), il s’agit d’appliquer le cours de technologie. L’épreuve prend la forme d’un travail de conception. Les candidats peuvent être amenés à compléter ou à modifier une structure, ou à créer un organe simple.

53L’épreuve commune de technologie (coefficient 1) prend la forme d’une interrogation orale. Le candidat est interrogé sur la fonction mécanique d’un ensemble, par exemple l’étude critique d’un dessin industriel. Les questions portent sur l’analyse des fonctions particulières d’un certain nombre de détails figurant sur le dessin, la justification des formes, la nature des matériaux employés, les procédés d’usinage et de vérification. L’interrogation peut porter sur le programme de première année mais également sur la métrologie, la coupe (outil, vitesse…), les mécanismes, les organes de machines, les appareils. Les questions sont relatives aux transmissions de mouvement, aux mécanismes de transformation de mouvement, à la conduite des fluides.

54L’épreuve commune de travail manuel (coefficient 1) comporte toutes les opérations élémentaires d’ajustage à l’étau et des travaux de traçage, filetage, taraudage, perçage, alésage. L’épreuve peut comprendre l’exécution d’assemblage avec contrôle de cotes.

55Enfin, lors de l’épreuve optionnelle de travail manuel (coefficient 2), le candidat est examiné dans l’une des options qu’il a choisie (machine-outil, métaux en feuilles, fonderie ou menuiserie). L’épreuve comprend un travail manuel et une interrogation. Une partie du travail manuel est effectuée en présence des examinateurs qui interrogent les candidats sur la préparation de l’exercice, sur la méthode suivie, sur l’outillage et son utilisation, sur le contrôle des résultats, sur la technologie relative à l’option choisie.

56Ces trois premières épreuves (dessin technique, technologie et travaux manuels) installent pour une longue période la mécanique comme référence de l’enseignement technique.

Un véritable baccalauréat technique

57L’analyse de ces programmes confirme, pour qui pourrait en douter, que ce baccalauréat est bien un baccalauréat « technique ». En effet, avec un ensemble d’épreuves techniques affecté d’un coefficient 6, il faut impérativement pour réussir à la série mathématiques et technique en classe de terminale avoir suivi l’enseignement de la série technique en première, alors que ce n’est théoriquement pas une obligation. À l’issue de l’examen le diplôme du bachelier porte la mention « technique – mathématiques et technique » (cf. couverture de cet ouvrage).

58Même si son titulaire passe la moitié moins de temps dans les ateliers que son camarade de section normale d’ENP, il n’en possède pas moins de solides connaissances en dessin industriel, en technologie et en travaux d’usinage. Les programmes sont très proches de ceux des épreuves techniques du concours d’entrée aux écoles nationales d’ingénieurs d’arts et métiers même si l’existence de différences comme l’étude des « manivelles et excentriques pour moteurs à vapeur, à explosion ou Diesel » alourdit encore la somme de connaissances à acquérir.

59Ainsi ces bacheliers sortent-ils de l’ENP, munis d’une bonne maîtrise de la représentation des pièces et des ensembles mécaniques, des différentes fonctions mécaniques et des différents procédés de fabrication. La plupart des élèves complètent et approfondissent leurs connaissances durant les quatre années qu’ils passent dans les Écoles d’ingénieurs de l’enseignement technique. Certains choisissent l’enseignement car « le technique » a besoin de professeurs. Là aussi, l’enseignement technique possède avec l’ENSET un outil qui ne va cesser de se perfectionner.

60Ce diplôme de technicien, le premier dont la finalité ne soit pas de certifier une valeur professionnelle, conduit principalement à la formation d’ingénieurs ou de professeurs de dessin industriel et de technologie de construction. Il constitue ainsi le vivier d’une partie des futurs directeurs d’école dédiée à la formation professionnelle, inspecteurs et inspecteurs principaux de l’enseignement technique ou des professeurs dans les deux catégories d’écoles normales de l’enseignement technique (ENNA et ENSET).

La formation des professeurs du technique

61La situation administrative, les catégories de personnel et la formation des enseignants évoluent au rythme du développement de l’enseignement technique. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale est propice à de nouveaux changements importants.

La situation des professeurs du technique à la Libération

  • 52 Arrêté du 4 juin 1946. BO no 29 du 13 juin 1946, p. 846. Conseil de l’enseignement technique. Collè (...)

62En 1946, les élections des représentants au nouveau conseil de l’enseignement technique52 sont l’occasion de faire le point sur les différentes catégories de personnel enseignant dans les établissements. Les enseignants forment trois groupes. Les enseignements littéraires ou scientifiques sont assurés par des professeurs, des professeurs adjoints, des chargés d’enseignement et, dans certains établissements, des instituteurs et des institutrices. Les enseignements théoriques, industriel ou commercial, sont pris en charge par des professeurs techniques adjoints et des professeurs techniques chefs de travaux ou chefs d’ateliers. Les chefs de travaux dirigent les ateliers et sont chargés des cours de technologie générale. Enfin, les enseignements professionnels (industriels, commerciaux et arts ménagers) sont confiés à des professeurs techniques adjoints, des ouvriers instructeurs et des maîtresses ouvrières, des contremaîtres, des ouvriers auxiliaires et des auxiliaires de toutes les catégories précédentes.

  • 53 Fras R. (1946), « Rapport sur la situation du personnel des ateliers dans l’enseignement technique  (...)

63L’essentiel des professeurs d’enseignement général est issu de l’ENSET sauf certains professeurs de français qui viennent du second degré. Selon un bilan dressé par la CGT53, il existe dans les ateliers onze catégories de personnels, régies par des textes qui se succèdent à partir de la loi Astier de 1919 jusqu’à la loi de finance du 31 mars 1931. Les professeurs de technologie-dessin industriel sortent, soit de l’ENSET, soit des Arts et Métiers. Certains ingénieurs passent une année à l’ENSET après les Arts et Métiers, ou bien sont embauchés comme maîtres auxiliaires pendant un an avant d’être titularisés sur titre. L’enseignement de la technologie se décline selon trois axes et apparaît comme assurant le lien et la prise en charge théorique de chacune des matières du champ disciplinaire de l’enseignement technique mais l’enseignement du triptyque est confié à des professeurs aux statuts différents (cf. figure 4).

  • 54 Comme cela est le cas (stages pédagogiques) dans les ENNA pour les professeurs d’atelier des centre (...)

64En attendant la création d’un hypothétique corps unique de professeurs techniques d’atelier recrutés par concours et formés pédagogiquement54, l’ENSET élargit son recrutement et la qualité de sa formation.

Figure 4. – Intervention des professeurs dans le champ disciplinaire de l’enseignement technique industriel en 1946.

Le rôle accru de l’ENSET

65Tandis que cinq ENNA sont créées ex nihilo pour assurer la formation des professeurs de centres d’apprentissage, l’ENSET profite également de la situation favorable à l’enseignement technique, née des conditions d’après-guerre.

  • 55 Note du 26 juillet 1945. BO no 41, p. 2847. Préparation aux concours d’admission à l’ENSET.

66Cinq sections spéciales pour la préparation aux concours d’admission à l’ENSET55 sont créées en 1946 à l’ENP de la Martinière à Lyon. Ces sections préparent les élèves en vue des professorats de lettres-langue vivante (jeunes gens et jeunes filles), sciences industrielles (jeunes gens), dessin industriel (jeunes gens), sciences et techniques commerciales (jeunes gens et jeunes filles) et arts ménagers (jeunes filles).

  • 56 Arrêté du 30 août 1945. BO no 47, p. 330. Règlement des professorats des collèges techniques.
  • 57 A : sciences, B : dessin industriel, C : dessin et arts appliqués.

67La base de recrutement à l’ENSET est également élargie par l’ouverture du concours d’entrée56 aux titulaires du diplôme d’élève breveté des ENP (section A, B et C57) et du diplôme d’études professionnelles de l’école Diderot (section A et B). Une fois admis à l’ENSET, les élèves-professeurs de dessin bénéficient, en complément de leur formation, de deux heures hebdomadaires de stages pédagogiques organisés au collège Dorian à Paris.

  • 58 Décret no 48-1389 du 1er septembre 1948. BO no 24 du 16 septembre 1948, p. 1025. École normale supé (...)
  • 59 A-1 : sciences industrielles, A-2 : sciences et arts industriels, B : dessin industriel, C : dessin (...)
  • 60 Arrêté du 7 octobre 1948. BO no 28 du 21 octobre 1948, p. 1170. École normale supérieure de l’ensei (...)

68Enfin, ces mesures sont amendées en 194858 avec l’allongement à trois ans de la durée de formation à l’ENSET et l’augmentation à sept du nombre de sections59. Les élèves bénéficient d’un enseignement portant sur le programme du certificat d’aptitude au professorat correspondant à la section d’inscription. Cette formation est complétée par un enseignement commun, théorique et pratique, portant sur la psychologie, la sociologie et la pédagogie. À l’issue des deux premières années, les élèves se présentent à la première partie du certificat d’aptitude au professorat des collèges techniques et en fin de troisième année, à la deuxième partie. Un stage de trois mois est organisé dans l’industrie ou le commerce. Les programmes du certificat d’aptitude sont revus60. Pour la section dessin industriel, ils s’organisent selon le triptyque de l’enseignement technique (dessin, technologie, atelier).

69Il aura ainsi fallu près de soixante-dix ans pour que l’enseignement technique se dote d’un outil capable de prendre en charge la formation complète de ses professeurs d’enseignement général et théorique. C’est également le temps qui a été nécessaire pour construire le réseau de collèges techniques.

70Que de chemin parcouru depuis la création en 1891 de la section normale à l’École des arts et métiers de Châlons ! Après la création de l’ENET en 1912, l’école obtient le qualificatif « supérieure » en 1932. La guerre met un temps à mal l’ENSET. Celle-ci change de nom en 1941 pour devenir l’École nationale préparatoire à l’enseignement dans les sections techniques des collèges (ENPSET). À la Libération, l’ENSET est confortée, mais les maîtres d’ateliers, ouvriers issus des rangs de l’industrie, ne bénéficient toujours pas de formation.

71La prolongation de la durée de scolarité à l’ENSET et la création du baccalauréat technique ne peuvent que réjouir les partisans de l’enseignement technique, il manque cependant une autre consécration : la création d’une agrégation pour les professeurs qui enseigne conjointement la technologie de construction et le dessin industriel.

La délivrance d’agrégations par le technique

  • 61 Renaudeau Fernand (1946), « Réforme de l’enseignement (intervention au congrès du SNET) », Le trava (...)

72Dans le climat favorable des discussions au sein de la commission Langevin cette idée d’agrégation dans le technique ne paraît pas impossible à obtenir. Elle est ainsi demandée par la CGT, amplifiée par la voix de Fernand Renaudeau61, directeur de l’ENSET, qui lors d’une intervention au congrès du SNET précise à propos de la formation des maîtres :

« recruter le supérieur dans le technique, […] c’est dans ce but qu’on demande la création d’un baccalauréat technique, puis de la licence technique et même de l’agrégation technique. On doit, à partir du technique créer du supérieur ».

  • 62 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 68e séance du 12 juin 19 (...)
  • 63 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Maîtres ». PV d (...)

73Cependant le vœu, que Fernand Renaudeau qualifie de « mesure d’unification et de justice », en est repoussé par la commission de la réforme lors de sa dernière séance62. Le but est d’admettre au concours de l’agrégation les professeurs titulaires du professorat des écoles normales techniques (et primaires). Mais le problème provient de la nécessité de posséder la licence, l’idée d’une licence technique avec certificats spéciaux avancée par Fernand Canonge inquiète Gustave Monod, directeur du second degré. Quant à Henri Wallon, nouveau président de la commission, il craint que la revendication d’examens spéciaux pour l’enseignement technique n’aille à l’encontre des buts de la réforme et qu’en maintenant les différences avec l’enseignement classique, l’enseignement technique reste considéré comme « parent pauvre ». Il ne fait que reprendre ses propos tenus précédemment63 qui préconisaient que « l’ENS technique » relève de l’École normale du second degré.

  • 64 Chaussin (1946), « Sur le recrutement des professeurs des ENAM », Le travailleur de l’enseignement (...)
  • 65 AN Fontainebleau. 1990088 Art. 1. Conseil supérieur de l’Éducation nationale. PV de la session des (...)

74Les professeurs des écoles nationales d’arts et métiers ont des traitements égaux aux agrégés, mais leur supplément de traitement, dit d’agrégation, est lié à la fonction et non au titre. Une fois reçus au concours, des professeurs des Arts et Métiers pourraient donc facilement être les premiers représentants de ces « agrégés techniques64 ». La question est reposée devant le conseil supérieur de l’Éducation nationale65. Mais les mêmes causes produisent les mêmes effets. Il est bien trop tôt et les oppositions du second degré bien trop fortes pour que le technique obtienne le droit de délivrer l’agrégation.

Les enjeux d’avenir et le baccalauréat technique

  • 66 Ce qui nécessite des moyens en termes de matériels et de locaux non étudiés ici.
  • 67 Le terme degré couramment employé au sein de l’enseignement technique autonome correspond aux degré (...)

75Entre 1944 et 1947, l’enseignement technique connaît un ensemble de transformations majeures articulées de manière cohérente. Ainsi ses missions sont-elles redéfinies et redistribuées vers un ensemble d’établissements appelés à former 80 % de la jeunesse. Les réformes engagées permettent les réorganisations administratives nécessaires, notamment en créant une nouvelle structuration du réseau des établissements techniques66, hiérarchisés en trois degrés67 et susceptibles de prendre en charge la formation des ouvriers et employés, des techniciens et des ingénieurs et cadres. L’institution de 900 centres d’apprentissage provoque un glissement vers le haut des finalités respectives de ses différents établissements et une élévation du niveau général des formations dispensées par l’enseignement technique. Une distinction se fait jour entre la formation professionnelle élémentaire et la formation technique. Les besoins nouveaux en professeurs sont partiellement résolus par la création des ENNA et le développement de l’ENSET.

76Dans ce schéma de réorganisation générale, la création du baccalauréat technique apparaît comme une conquête majeure de l’enseignement technique, même si elle est réalisée au prix fort pour des élèves surchargés de travail. Elle est à la fois la résultante de l’application immédiate d’une proposition de la commission Langevin, l’une des rares réalisée d’ailleurs, et d’une mise en place « précipitée ». C’est, sans doute, la situation particulière d’après-guerre et l’unité de vues entre la direction de l’enseignement technique, dominée par les communistes, et des professeurs qui ont su peser grâce à un syndicat CGT qui appelle à « la bataille de la production », qui a rendu possible cette réalisation. L’analyse des conditions de création du baccalauréat technique révèle néanmoins de nombreuses tensions liées à des enjeux à la fois internes et externes à l’enseignement technique.

Les enjeux internes à l’enseignement technique

  • 68 Un rectificatif au décret créant le baccalauréat technique paraît en ce sens : « Quels que soient l (...)
  • 69 À cette époque, et pendant très longtemps, l’enseignement technique industriel est essentiellement (...)

77Tout d’abord la création du baccalauréat technique peut ne pas apparaître comme indispensable. En effet les sections spéciales (ou théoriques) des ENP et certains collèges techniques préparent depuis de nombreuses années aux Arts et Métiers. S’arrêter à ce constat serait cependant oublier que le baccalauréat est le premier grade des universités et qu’il ouvre toutes les portes de l’enseignement supérieur68 aux élèves de l’enseignement technique. Au-delà de la reconnaissance que ces évolutions procurent à l’enseignement technique, cette institution lui ouvre des perspectives nouvelles pour propulser à tous les échelons de l’Éducation nationale des hommes69 issus du sérail. Cet enjeu, à lui seul, justifie que les partisans de l’enseignement technique puissent accepter une création sans moyens. Pour eux, l’existence du baccalauréat technique apporte la preuve de la valeur culturelle des matières de l’enseignement technique, justifie la nécessité d’un humanisme technique et procure à l’enseignement technique une dignité égale à celle de l’enseignement moderne et classique.

78Mais le baccalauréat technique doit trouver sa place dans cette organisation indépendante au sein du second degré. Tiraillé entre sa volonté de reconnaissance et la crainte de la perte de son identité, l’enseignement technique est confronté à un dilemme avec ce nouveau baccalauréat, à la fois trop peu technique selon certains pour se distinguer des autres baccalauréats, et trop technique pour d’autres pour être reconnu de même valeur que les autres baccalauréats.

79Cependant, l’incorporation offre la perspective d’une voie à dominante technique dans le secondaire. Celle-ci débute dès la classe de sixième avec les classes nouvelles techniques pour se poursuivre, après le baccalauréat technique, dans les écoles d’ingénieurs et les facultés. Ainsi l’installation incontournable du baccalauréat technique en 1946 dans le parcours scolaire des études en France constitue-t-elle les prémices de ce qui pourrait devenir un « curriculum disciplinaire » à dominante technique.

Les enjeux externes à l’enseignement technique

80À la Libération, l’un des débats majeurs autour des réformes à venir est l’instauration de l’école unique, ce qui supposerait l’incorporation de l’enseignement technique au second degré et la disparition de la direction de l’enseignement technique comme le réclame le second degré. Cependant le contexte, avec un syndicat en position de force, empêche cette intégration. Le technique reste donc une branche particulière avec ses professeurs d’enseignement général et ceux d’enseignements techniques théoriques et pratiques à finalité professionnelle. Mais entre le second degré et l’enseignement technique, les conflits d’intérêt continuent et se manifestent autant au niveau des directions qu’au niveau du corps enseignant.

  • 70 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 56e séance du 27 février (...)

81Avec la relative uniformisation des établissements au niveau du collège, un des enjeux devient l’orientation des élèves. La vocation première du baccalauréat technique est de sélectionner une élite parmi la masse de la jeunesse. L’enseignement technique qui fonde beaucoup d’espoir sur les classes nouvelles doit vite déchanter. Selon Fernand Canonge70 rapportant « l’avis de l’enseignement technique » devant la commission pour la réforme, « la sélection ne se fait pas loyalement » car les meilleurs élèves sont dirigés presque exclusivement vers le classique et, « le technique ne reçoit que les déchets ». Mais pour Gustave Monod qui défend les maîtres des classes nouvelles, cette tendance résulte de préjugés sociaux dont les maîtres du secondaire ne sont pas responsables. Ainsi les a priori à l’encontre du travail manuel et donc de l’enseignement technique ont-ils la vie dure.

82En 1945, il n’y a que vingt-cinq ans que l’enseignement technique a pris place au sein de la grande famille universitaire. Il ne possède ni l’expérience ni le poids de sa sœur aînée du second degré. C’est ainsi que l’instauration d’une agrégation technique et la question de l’accès aux classes préparatoires des élèves du technique restera dans les cartons de la commission Langevin. Dès lors, l’institution du baccalauréat technique constitue le seul point d’appui pour partir à la conquête du secondaire.

Le baccalauréat technique, un capital à faire fructifier

83Point central d’une structure verticale parfaitement organisée, le baccalauréat technique est un acquis précieux pour l’ensemble des acteurs de l’enseignement technique comme le confirment l’empressement, l’énergie déployée et les concessions consenties pour obtenir sa création. Sa mission principale de sélection de l’élite en fait la vitrine de l’enseignement technique et un laboratoire pour tester et mettre au point des méthodes et des contenus ensuite étendus à l’ensemble du technique. Ainsi en est-il des trois matières du triptyque de l’enseignement technique. Que ce soit lors du développement de la cotation fonctionnelle en dessin ou de l’arrivée dans les ateliers des machines-outils à commandes numériques, le baccalauréat technique sera toujours le fer de lance de l’enseignement technique. En contribuant à former les futurs professeurs du technique et les futurs ingénieurs, il participe à une sorte d’autoreproduction qui ne peut que bénéficier à l’enseignement technique. Mais c’est surtout avec le développement de la technologie de construction que l’enseignement technique s’engage dans une nouvelle voie. Pour prouver sa valeur culturelle, celuici met l’accent sur la mise au point de méthodes d’analyse destinées à la conception d’objets qui enrichissent les contenus d’enseignement en les dotant d’un caractère scientifique.

  • 71 Parfois confondu avec la création des lycées techniques, cf. Day Charles Rodney (1991), p. 192. Le (...)

84Souvent citée de manière anecdotique71, la création du baccalauréat technique a été jusqu’ici négligée. Elle constitue pourtant le premier acte d’un long processus de disciplinarisation qui conduit progressivement l’enseignement technique à se dissocier de sa finalité professionnelle et à tendre à devenir une discipline adoptant le format de celle, plus classique, du second degré. C’est pour éclairer l’histoire didactique du baccalauréat technique qu’il convient de focaliser l’évolution des missions, de l’organisation administrative et pédagogique et des méthodes et contenus d’enseignement spécifiques à l’enseignement technique.

Notes

1 Léon Antoine (1961), Histoire de l’éducation technique, Paris, PUF.

2 Cité par Matray François (1952), Pédagogie de l’enseignement technique, 1re éd., Paris, PUF, p. 103.

3 Constant M. (1949), « L’ingénieur doit-il savoir dessiner ? », Technique Art Science, 2, 29.

4 Montagnan H. (1947), « Dessin, technologie, travaux manuels », Technique Art Science, 4, 29.

5 L’automobile est un des secteurs de l’industrie mécanique en pleine expansion après la guerre.

6 Le mot constatation est un mot « moderne » utilisé à partir de 1968, il ne l’est pas encore en 1945. cf. Ribérol Jean (1968), « Dessin et technologie (suite) », Le Cours industriel, 1, 26-31.

7 À partir des années 1990, le terme « compétences » aurait été employé.

8 Hamon Christian (2009), « Graphismes techniques : tâches, nature et causes des difficultés des apprenants », Aster, 48, 39-62.

9 Loisy A. (1943), « Considérations générales sur l’enseignement du Dessin dans les Écoles formant des Ingénieurs Mécaniciens », L’enseignement technique, 59, 60, 61, 9-10. Loisy A. (1944), « Considérations générales sur l’enseignement du Dessin dans les Écoles formant des Ingénieurs Mécaniciens », L’enseignement technique, 62, 63, 64, 16-17.

10 Datée du 1er octobre 1948, sa publication sera étalée sur trois numéros de la revue Technique Art Science (juillet et décembre 1949, janvier 1950) puis rééditée en 1954 par le CNDP (79 FD).

11 Deforge Yves (1981), Le graphisme technique, son histoire et son enseignement, Seyssel, Champ Vallon.

12 D’Enfert Renaud (2003), L’enseignement du dessin en France : figure humaine et dessin géométrique, 1750-1850, Paris, Belin.

13 Druot Antoine (1925), Le dessin industriel dans les écoles techniques. Compte rendu de la semaine du dessin du 28 juillet au 2 août 1924, Paris, Delagrave (Druot est IGET).

14 Edmond Labbé est alors inspecteur général de l’enseignement technique (il deviendra le premier directeur général de l’enseignement technique en 1920). Pierre Beauvais est professeur à l’école d’arts et métiers de Lille.

15 Labbé Edmond et Beauvais Pierre (1913). Principes et conventions en usage dans le Dessin de Machines. Paris : Delagrave.

16 Dont Le Creusot et Peugeot pour les plus connues.

17 Labbé Edmond, Druot Antoine, Loubignac M. (1921), Enseignement du dessin industriel – conseils pédagogiques, Paris, Eyrolles.

18 Selon H.-L. Mennessier, chargé de cours à l’ENSET. Ces travaux serviront de base à l’élaboration des programmes de dessin des collèges techniques de 1945. Mennessier H.-L. (1949), « L’enseignement du dessin industriel dans les collèges techniques », Technique Art Science, 5, 70-72.

19 Druot Antoine (1925), op. cit.

20 Lenormand Georges (1946), op. cit.

21 Littré Émile (1872), Technologie. Le Littré en 4 volumes sur CD Rom, Paris, Redon. La technologie peut se traduire ici par l’art de la construction industrielle. Ses deux phases principales sont la conception intellectuelle et la réalisation matérielle.

22 Par opposition à la mécanique des physiciens.

23 AN F17/14319. Ministère du Commerce, de l’Industrie des postes et télégraphes (non daté). Comité d’enseignement industriel. Révision des programmes des écoles nationales d’arts et métiers. Rapport au conseil de perfectionnement. AN F17/14319. Ministère du Commerce, de l’Industrie des postes et télégraphes (1897). Programmes des cours des écoles nationales d’arts et métiers, Paris, Imprimerie nationale.

24 MEN (1945). Programmes des études dans les collèges techniques d’industrie pour jeunes gens, Paris, Imprimerie nationale.

25 MEN. Direction de l’enseignement technique. Sous-direction de l’apprentissage (1945), Instruction sur les programmes et les méthodes des centres d’apprentissage de garçons.

26 MEN (1947). Programmes dans les collèges techniques d’industrie de jeunes filles, Paris, Foucher.

27 Cette critique est aussi valable dans l’enseignement technique supérieur, cf. Le Chatelier Henry (1947), De la méthode dans les sciences expérimentales, Paris, Dunod, p. 275.

28 Montagnan H. (1947), op. cit.

29 Messager G. (1935a), Éléments de technologie, 12e édition, Paris, Belin.

30 Messager G. (1935b), Notions de technologie, 2e édition, Paris, Belin.

31 La technologie professionnelle se rencontre sous plusieurs appellations selon les métiers ou les niveaux de l’enseignement technique : technologie professionnelle générale, technologie professionnelle spéciale ou de spécialité ou technologie de spécialité, ou encore technologie pratique, technologie de fabrication.

32 Basquin René et Métral Albert, (1941), Mécanique. À l’usage des écoles nationales professionnelles, Paris, Delagrave.

33 Rouelle M. (1930), Cours de technologie industrielle (construction mécanique). Livre 1 – métaux et matières diverses – organes de machines. 6e édition, Paris, École spéciale de travaux publics.

34 Ibidem.

35 Vigouroux Léo (1948), « Leçon-type d’atelier s’adressant à des élèves de 3e année industrielle de collège technique », Technique Art Science, 3, 66-69. Léo Vigouroux fut conférencier lors de « la semaine pédagogique du dessin » organisée en 1924.

36 Campa André (1945a), op. cit.

37 Direction de l’enseignement technique (1949a), « Brochure DET. Les méthodes d’apprentissage de l’enseignement technique », Technique Art Science, 1, 61-63. Direction de l’enseignement technique (1949b), « Brochure DET. Les méthodes d’apprentissage de l’enseignement technique (suite) », Technique Art Science, 3, 61-64. Direction de l’enseignement technique (1949c), « Brochure DET. Les méthodes d’apprentissage de l’enseignement technique (suite et fin) », Technique Art Science, 4, 62-64.

38 Par exemple, cf. Tacaille Daniel (1997), « L’éducation professionnelle en France, crise et légitimité, le cas des plombiers et des chauffagistes », in Défendre et transformer l’École pour tous (colloque), 3-4 et 5 octobre, IUFM Aix-Marseille.

39 Campa André (1956b), « Les travaux d’atelier dans les établissements de l’enseignement technique », Le Cours industriel, 1, 1-3.

40 Ce qui n’est pas le cas de la plupart des centres d’apprentissage au début de leur existence.

41 Là aussi, il s’agit de pouvoir s’assurer à tout moment où se trouve l’outillage.

42 Pottier H., Segaud E. et Matray François (1950a), « Le rendement pédagogique dans l’enseignement professionnel », Technique Art Science, 6, 39-42. Pottier H., Segaud E. et Matray François (1950b), « Le rendement pédagogique dans l’enseignement professionnel », Technique Art Science, 7, 36-38.

43 Vercier Charles (1947b), op. cit.

44 L’ensemble des écoles nationales d’arts et métiers et assimilés et des écoles nationales professionnelles.

45 Première année de CAP dans les centres d’apprentissage, classe de 5e pour les collèges techniques et de 4e pour les ENP.

46 Ce sont les chefs d’équipe, contremaîtres et chefs d’ateliers. Ils exercent donc un commandement direct sur les ouvriers.

47 AN Fontainebleau. 1990088. Art. 1. Conseil supérieur de l’Éducation nationale. PV de la réunion des 26 et 27 janvier 1948.

48 Ce report est justifié par le manque d’équipement en machines-outils (fraiseuses notamment) de certains établissements.

49 Arrêté du 14 mai 1946. BO no 27 du 30 mai 1946, p. 790. Programme des épreuves de la série technique.

50 Arrêté du 19 février 1947. BO no 8 du 20 mars 1947, p. 247. Programmes des épreuves des séries « technique » et « mathématiques et technique » pour la session de 1947.

51 Arrêté du 26 février 1948. BO no 10 du 4 mars 1948, p. 287. Programmes des épreuves du baccalauréat technique pour les sessions de 1948.

52 Arrêté du 4 juin 1946. BO no 29 du 13 juin 1946, p. 846. Conseil de l’enseignement technique. Collèges électoraux et modalités de scrutin et de dépouillement en vue des élections.

53 Fras R. (1946), « Rapport sur la situation du personnel des ateliers dans l’enseignement technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 19, 4-5.

54 Comme cela est le cas (stages pédagogiques) dans les ENNA pour les professeurs d’atelier des centres d’apprentissage.

55 Note du 26 juillet 1945. BO no 41, p. 2847. Préparation aux concours d’admission à l’ENSET.

56 Arrêté du 30 août 1945. BO no 47, p. 330. Règlement des professorats des collèges techniques.

57 A : sciences, B : dessin industriel, C : dessin et arts appliqués.

58 Décret no 48-1389 du 1er septembre 1948. BO no 24 du 16 septembre 1948, p. 1025. École normale supérieure de l’enseignement technique – Organisation des études.

59 A-1 : sciences industrielles, A-2 : sciences et arts industriels, B : dessin industriel, C : dessin et arts appliqués, D : sciences et techniques commerciales, E : lettres, F : langues vivantes.

60 Arrêté du 7 octobre 1948. BO no 28 du 21 octobre 1948, p. 1170. École normale supérieure de l’enseignement technique. Condition d’admission et programmes.

61 Renaudeau Fernand (1946), « Réforme de l’enseignement (intervention au congrès du SNET) », Le travailleur de l’enseignement technique, 17, 11-13.

62 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 68e séance du 12 juin 1947.

63 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Maîtres ». PV de la 5e séance du 19 avril 1945.

64 Chaussin (1946), « Sur le recrutement des professeurs des ENAM », Le travailleur de l’enseignement technique, 18, 10. Chaussin est professeur aux Arts et Métiers d’Ain.

65 AN Fontainebleau. 1990088 Art. 1. Conseil supérieur de l’Éducation nationale. PV de la session des 24 et 25 février 1949.

66 Ce qui nécessite des moyens en termes de matériels et de locaux non étudiés ici.

67 Le terme degré couramment employé au sein de l’enseignement technique autonome correspond aux degrés ou niveaux élémentaire (centre d’apprentissage) moyen (ENP et collèges techniques) et supérieur (Arts et Métiers) et non aux premier, second et troisième degrés de l’Éducation nationale.

68 Un rectificatif au décret créant le baccalauréat technique paraît en ce sens : « Quels que soient la nature et le nombre des séries ou mentions portées sur le diplôme, le grade de bachelier confère les mêmes droits et prérogatives, tant en ce qui concerne l’inscription dans les facultés et écoles de l’enseignement supérieur en vue des grades et titres délivrés par l’État qu’en ce qui concerne les concours d’admission aux grandes écoles du Gouvernement et les concours de recrutement des administrations publiques. » Décret no 46-926 du 6 mai 1946 rectificatif. BO no 25 du 20 mai 1946, p. 754. Modification du régime des examens, rectificatif au BO no 24 (supplément) du 13 mai 1946.

69 À cette époque, et pendant très longtemps, l’enseignement technique industriel est essentiellement un milieu d’homme.

70 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 56e séance du 27 février 1947.

71 Parfois confondu avec la création des lycées techniques, cf. Day Charles Rodney (1991), p. 192. Le baccalauréat technique est souvent cité comme l’ancêtre du baccalauréat E (ce qui est vrai) mais sans aucun développement. Day Charles Rodney (1991), Les écoles d’arts et métiers. L’enseignement technique en France, XIXe-XXe siècle, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Bardos, Paris, Belin.

Table des illustrations

Légende Figure 2. – Représentation simplifiée du triptyque de l’enseignement technique industriel en 1946.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 3. – Épreuve de dessin industriel, première partie du baccalauréat, série technique, Académie de Lille, 1946 : réalisation d’un dessin de définition.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Figure 4. – Intervention des professeurs dans le champ disciplinaire de l’enseignement technique industriel en 1946.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540