Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Baccalauréat technique

 | 
Christian Hamon

Deuxième partie. Le baccalauréat technique au cœur de la restructuration de l'enseignement technique (1944-1958)

Chapitre V. Le baccalauréat technique et les réformes de l’enseignement technique (1944-1947)

Texte intégral

  • 1 Tanguy Lucie, Poloni Arlette et Agulhon Catherine (1987), « Les institutions d’enseignement techni (...)

1L’histoire a sous-estimé l’importance de la création du baccalauréat technique. Pourtant, cette création constitue sans doute le premier acte du processus de disciplinarisation des enseignements de technologie industrielle. La création du baccalauréat technique confirme l’analyse selon laquelle « de quelque nature qu’elle soit, toute institution naît à partir d’éléments existants empruntés à d’autres, qui placés dans de nouvelles conditions seront amenés à agir différemment1 ».

  • 2 Décret no 46-926 du 6 mai 1946. BO no 25 du 20 mai 1946, p. 754. Modification du régime des examen (...)

2Le baccalauréat mathématiques et technique est créé par décret2 au mois de mai 1946, soit un mois avant la date de l’examen. Les programmes de la première partie de ce nouveau baccalauréat ne sont publiés au Bulletin officiel que quelques jours avant les épreuves. Seules les circonstances bien particulières de cette période permettent d’expliquer ce fait, semble-t-il unique, dans l’histoire de l’école en France.

3En effet, la France, dirigée par un gouvernement provisoire issu des forces de la Résistance, doit se relever de cinq années de guerre. Cette situation singulière est favorable à l’enseignement technique soutenu par des organisations syndicales parties prenantes de la reconstruction du pays. La direction de l’enseignement technique est profondément restructurée et se voit confier de nouvelles missions. Cependant, les débats pour mettre en place une nouvelle organisation du ministère de l’Éducation nationale posent la question de la mise sous tutelle de l’enseignement technique par le second degré.

4C’est dans ce contexte que se poursuivent à partir de 1944, au sein de la commission Langevin, les réflexions entamées à Alger pendant l’Occupation pour réformer l’enseignement. La création d’un baccalauréat technique est à l’ordre du jour. Les différents projets et les conditions de son institution révèlent alors des enjeux qui opposent les différents acteurs parties prenantes de l’instauration de ce nouveau diplôme.

Une situation inédite

  • 3 Sur le territoire continental.

5Le 9 août 1944, la légalité républicaine est rétablie3 par ordonnance. La législation de l’État français est abrogée par le gouvernement provisoire de la République française (GPRF) rentré d’Alger. S’ouvre une période de transition devant mener à l’élection, en janvier 1947, de Vincent Auriol premier président de la ive République. Cette courte période est l’occasion d’une intense activité législative qui n’épargne pas l’Éducation nationale.

La France à reconstruire

  • 4 Le Rolland Paul (1947a). « L’enseignement technique et la réforme de l’enseignement », Technique A (...)

6En 1945 la guerre prend fin, la France est en ruine. Vient alors le temps de la reconstruction. Le pays a besoin d’une main-d’œuvre qualifiée pour relancer l’économie. La France compte sur l’enseignement technique comme en atteste la déclaration de son directeur Paul Le Rolland4 : « Jamais peut-être les besoins de notre pays en main-d’œuvre qualifiée et en cadres de techniciens, n’ont été plus impérieux qu’en ce moment où une immense tâche de reconstruction s’impose à nous. »

7Dans ce contexte d’après-guerre, point de départ de ce que Jean Fourastié désignera plus tard comme les Trente Glorieuses, la refonte complète de l’enseignement est à l’ordre du jour. La réforme de l’enseignement est confiée à une commission d’études, présidée par le savant Paul Langevin, tandis que la réforme des instances administratives et consultatives de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale est laissée à la représentation nationale.

  • 5 Ce sont principalement les collèges techniques, écoles nationales professionnelles et écoles natio (...)
  • 6 Le Rolland Paul (1948), op. cit.

8La réforme de l’enseignement technique s’inscrit dans ce cadre général. Ses écoles professionnelles existantes5 sont appelées à se développer et deux nouvelles missions lui sont confiées. Premièrement, il doit prendre en charge les centres de formation professionnelle reconvertis en centre d’apprentissage (CA) afin d’assurer à terme la formation professionnelle de près d’un million de jeunes ouvriers et employés. Deuxièmement, la création d’un baccalauréat technique doit permettre, selon les propos du directeur de l’enseignement technique6, « de dégager de l’ensemble des élèves placés sous son contrôle, une élite de qualité comparable à celle que l’enseignement secondaire trouve dans les lycées et collèges ».

  • 7 AN 71/AJ63 et AN 71/AJ64.

9Les textes parus au Bulletin Officiel (BO) et les procès-verbaux des réunions de la commission Langevin7 ont conservé les traces officielles des discours des acteurs de ces réformes. La presse syndicale de l’époque, notamment Le travailleur de l’enseignement technique informe régulièrement les syndiqués de l’avancement des travaux de la commission Langevin et des négociations avec le ministère, auxquelles participent les responsables syndicaux. Si le contenu des bulletins édités par le Syndicat national de l’enseignement technique (SNET) est inévitablement orienté, il permet néanmoins d’éclairer cette période mouvementée où la CGT joue un rôle de premier plan.

Le poids de la CGT et de ses organisations

10À la Libération, les différents syndicats d’enseignants sont regroupés au sein de la Fédération générale de l’éducation (FGE), elle-même partie prenante de la puissante Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) affiliée à la Confédération générale du travail (CGT).

  • 8 Brucy Guy (2001), « La doctrine de la CGT sur la formation des adultes : entre pragmatisme et lutt (...)
  • 9 Frachon Benoit (1946), La bataille de la production. Nouvelle étape du combat contre les trusts. R (...)

11Comme le souligne Guy Brucy8, la CGT, sortie de la clandestinité en août 1944, « est un acteur central d’un moment privilégié de l’histoire du mouvement ouvrier […] elle représente alors une puissance qui pèse d’un poids certain dans le rapport des forces sociales ». La CGT entretient des rapports étroits avec le Parti communiste français (PCF) qui détient cinq portefeuilles ministériels et avec qui elle se lance dans la bataille de la production9. Un militant du PCF, Paul Le Rolland, est nommé en 1944 à la direction de l’enseignement technique.

  • 10 Girard René, Canonge Fernand et Rabier Philippe (1946), « Pour le maintien d’un conseil supérieur (...)

12La CGT du technique entend jouer pour l’enseignement un rôle comparable à celui qu’elle joue dans l’industrie : « Pour les tâches de reconstruction nationale qui lui incombent, l’enseignement technique est à l’Éducation nationale ce que le ministère de la Reconstruction est aux ministères de la Production industrielle, de l’Économie nationale et du Travail10. »

  • 11 Les enseignants du primaire sont syndiqués au SNI, Syndicat national des instituteurs, et ceux de (...)

13Dans le deuxième degré11, les structures syndicales de la CGT sont calquées sur les structures pédagogiques issues de l’histoire des établissements scolaires :

  • Le SNET, Syndicat national de l’enseignement technique syndique l’ensemble des personnels qui dépendent de la direction de l’enseignement technique (20 000 adhérents en 1945).
  • Le SNES, Syndicat national de l’enseignement secondaire classique syndique les enseignants des collèges et lycées (12 000 adhérents en 1945).
  • Le SNCM, Syndicat national des collèges modernes syndique les enseignants des anciennes écoles primaires supérieures (4 000 adhérents en 1945).

14Ainsi trois syndicats affiliés à la CGT cohabitent-ils dans le deuxième degré. La création d’un syndicat unique est à l’ordre du jour. Un pacte d’union dont le but est « l’étude de toutes les questions communes à tout le personnel du deuxième degré » est signé en 1946 mais remis en cause par la scission de la confédération CGT en décembre 1947 et le départ de la FEN (Fédération de l’Éducation nationale) en mars 1948. Ces différents syndicats, dans un esprit corporatiste, vont jouer un rôle, parfois antagoniste, dans les réformes d’après-guerre.

Les commissions d’Alger, Langevin-Wallon et les projets du SNET

15Deux commissions, dont la vocation est de faire des propositions pour réformer l’enseignement, vont se succéder entre 1944 et 1947, la « commission d’Alger » et une « commission d’études ». La seconde, présidée par Paul Langevin, est la plus connue. La CGT, de son côté, élabore des propositions qui ne diffèrent pas significativement de celles de la commission d’études.

Le plan d’Alger

  • 12 Durry Marcel (1944), Commission pour la réforme de l’enseignement réunie à Alger de mars à septemb (...)
  • 13 En France occupée le directeur de l’enseignement technique est Hyppolite Luc. Il y a donc deux dir (...)
  • 14 Maublanc M. (1944), Commission de la réforme de l’enseignement, PV de la séance du 10 mai 1944. AN (...)

16La commission connue sous le nom de commission d’Alger est créée le 21 janvier 1944 par René Capitant, commissaire à l’Éducation nationale et à la jeunesse. Organisée en diverses sous-commissions, elle est chargée d’étudier les « grandes questions » et de dégager les « grands principes » d’une réforme de l’enseignement français afin de les proposer à la réflexion et à la discussion des Français et de l’assemblée constituante. Le rapport final est présenté par Marcel Durry12 (vice-président de la commission) et fait état du constat suivant : « La France formait peu de chercheurs, peu de savants, peu de techniciens […] l’école unique, école secondaire pour tous […] n’est pas encore réalisée. » Le projet de M. Maublanc, directeur de l’enseignement technique13 et président de la sous-commission du même nom prévoit que celui-ci fasse « partie intégrante de notre système d’éducation14 ».

  • 15 L’entrée dans le second degré est retardée d’un an.

17La grande idée de l’école unique est de réorganiser l’Éducation nationale en trois degrés : primaire, secondaire et supérieur. Le premier degré, l’enseignement primaire (de 6 à 12 ans), est commun à l’ensemble des élèves. Il est précédé de la classe préparatoire. Le second degré, gratuit et obligatoire, est divisé en trois ordres ou branches : technique, moderne et classique. Il est constitué de deux cycles successifs (de 1315 à 15 ans et de 15 à 18 ans) qui préparent, soit à l’apprentissage d’une profession, soit à l’un des trois types de baccalauréats, technique, moderne ou classique.

18La prise en compte de l’enseignement technique est fortement affirmée. Le rapport de Marcel Durry insiste sur l’« énorme importance d’une organisation nationale de l’enseignement technique », ou sur les besoins en infrastructures : « Les écoles devront être construites par centaines, surtout pour l’enseignement technique. » Il insiste également sur les effectifs et la reconnaissance sociale à accorder à cet enseignement : « Les besoins du pays veulent qu’il y ait numériquement, des effectifs bien plus grands que dans les deux autres ordres et, un niveau et un prestige égaux aux leurs. » La création d’un baccalauréat technique est à l’ordre du jour, le texte précise :

« L’enseignement secondaire technique […] laissera à l’adolescent, jusqu’à quinze ans, la possibilité d’un changement d’aiguillage à l’intérieur du technique ou même vers le moderne ou le classique. C’est le second cycle qui commencera une spécialisation marquée, soit que l’élève vise le baccalauréat technique et des études techniques supérieures… »

La commission d’études « Langevin »

  • 16 Arrêté du 8 novembre 1944. BO no 10, p. 314. Création d’une commission d’études.

19Créée par arrêté en novembre 1944, soit deux mois après la remise du plan d’Alger, une commission ministérielle d’études est chargée « d’ouvrir et de mener une large enquête sur les problèmes de la réforme de l’enseignement16 ».

  • 17 Circulaire du 4 avril 1945. Programme de la commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. (...)
  • 18 Fernand Canonge est également psychopédagogue, professeur d’ENNA, responsable de la rubrique moral (...)
  • 19 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 5e séance du 4 janvier (...)
  • 20 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Organisation g (...)
  • 21 AN 71/AJ64. Campa André (1945a), L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises, 14 p (...)
  • 22 Il sera ensuite directeur général de l’enseignement technique de 1948 à 1960.
  • 23 AN 71/AJ64. Buisson Albert (1945), Méthodes de l’enseignement technique, 21 pages dactylographiées (...)
  • 24 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement 50e séance du 20 juin 1946, et 68(...)
  • 25 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Maîtres ». PV (...)

20Présidée par Paul Langevin, la commission se donne pour objectif de construire un nouveau régime scolaire et universitaire17. L’enseignement technique est représenté au sein de la commission de vingt-quatre membres par son directeur, Paul Le Rolland membre de droit, par Fernand Renaudeau directeur de l’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET) et Fernand Canonge18 syndicaliste CGT du technique. Devant la commission, l’exposé de Paul Le Rolland sur l’état de l’enseignement technique19 en France permet une discussion sur les effectifs, le recrutement et le niveau des élèves, les horaires, les méthodes, les programmes et la formation des maîtres ainsi que sur les débouchés. Toutes ces questions sont ensuite reprises au sein de quatre sous-commissions. Les deux premières séances de la sous-commission « organisation générale » présidée par Paul Langevin traite de « l’incorporation de l’enseignement technique dans le second et le troisième degré ». Langevin20 précise d’emblée qu’« il conviendra d’étudier les modalités d’aménagement du baccalauréat, permettant la création d’un baccalauréat technique qui ne soit pas considéré comme inférieur aux autres baccalauréats ». Lors de sa première séance, la souscommission « éducation » élabore son plan, il est prévu qu’André Campa, inspecteur général de l’enseignement technique (IGET), présente un rapport21 sur la situation du travail manuel de l’école maternelle jusqu’aux écoles d’ingénieurs des arts et métiers dont il est lui-même issu. Deux mois plus tard, c’est Albert Buisson, inspecteur général de l’enseignement technique22 (IGET), qui présente devant la sous-commission « méthode » un rapport23 sur les méthodes d’enseignement. Les questions relatives à la formation des maîtres de l’enseignement technique sont étudiées à deux reprises par la commission24 et une présentation est faite par Fernand Renaudeau devant la sous-commission « maîtres25 ».

  • 26 Après la mort de Paul Langevin, en décembre 1946, Henri Wallon reprend la direction de la commissi (...)

21La commission rend au ministre le 19 juin 1947 son rapport définitif (connu sous le nom de plan Langevin-Wallon)26, lequel reprend et développe les propositions du plan d’Alger. Concernant le second degré, la commission propose de ramener la durée du 1er cycle de 12 à 15 ans et de partager le deuxième cycle, qui passerait de 16 à 18 ans, en trois sections, pratique, professionnelle et théorique. Le plan Langevin-Wallon est très ambitieux. Il prévoit des effectifs de 25 élèves par classe, une pédagogie nouvelle fondée sur les sciences de l’éducation, l’instauration de trois degrés progressifs, la scolarité obligatoire jusqu’à dix-huit ans, une orientation scolaire basée sur les aptitudes permettant la suppression de tout examen avant la fin du second cycle de deuxième degré. C’est à ce stade de la formation que se situe l’examen de fin d’études secondaires, sanctionnée, soit par le CAP préparé dans les sections pratiques, soit par le brevet d’enseignement industriel (BEI) ou commercial (BEC) préparés dans les sections professionnelles, soit enfin par le baccalauréat « de caractère technique ou théorique » préparé dans les sections théoriques.

Le projet de la CGT du technique

  • 27 Commission pédagogique du SNET (1945), « La réforme de l’enseignement », Le Travailleur de l’ensei (...)
  • 28 Commission pédagogique du SNET (1945), « La réforme de l’enseignement. Projet d’organigramme de la (...)

22De son côté, début 1945, la commission pédagogique du SNET (Syndicat national de l’enseignement technique) fait état de ses propositions27, proches de celles de la commission d’études. La CGT du technique présente un projet d’organigramme pour le second degré28.

  • 29 Les expressions « le technique » ou « du technique » sont couramment employées pour désigner « l’e (...)

23La scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans est dans l’air du temps. Jusqu’à 15 ans, les élèves étudient tous, dans le premier cycle, les mêmes programmes, à quelques différences près dans les horaires et les méthodes dans « le technique29 », lequel reste une voie spécifique du second degré. Ainsi, à l’issue de deux années d’orientation (premier cycle de 11 à 13 ans), deux années d’initiation technique (second cycle de 13 à 15 ans) dirigent les élèves, selon leurs goûts et leurs aptitudes, soit vers :

  • L’enseignement professionnel qui prépare en deux ans à des brevets d’enseignement technique industriel ou commercial (BEI masculin, BEI féminin et BEC masculin et féminin, jusqu’à 17 ans).
  • Des baccalauréats techniques (industriel masculin, industriel féminin, commercial masculin et féminin, jusqu’à 18 ans).
  • Les baccalauréats classique et moderne (jusqu’à 18 ans).

24Après le baccalauréat, les élèves entrent pour deux ans dans le troisième degré pour y recevoir un enseignement pré-universitaire différencié, suivi par deux années d’études universitaires qui débouchent sur les grandes écoles d’ingénieurs et écoles normales supérieures ou sur des instituts supérieurs spécialisés (au-delà de 22 ans). Les parcours sont cependant différents suivant les études secondaires.

  • 30 Cette préparation en deux ans serait l’équivalent des BTS actuels.

25Les élèves issus des sections professionnelles se spécialisent et préparent, dans certaines ENP et collèges techniques « bien outillés », un diplôme de technicien30. Ces études peuvent déboucher au-delà de 20 ans sur des universités populaires de types Conservatoire national des arts et métiers ou sur des stages dirigés de quatre années dans l’industrie pour former les futurs professeurs techniques d’atelier (PTA).

26Les élèves reçus au concours des Arts et Métiers sortent de l’enseignement pré-universitaire. Les moins bons sont diplômés techniciens des Arts et Métiers, et les autres poursuivent deux années d’enseignement universitaire pour préparer le diplôme d’ingénieur Arts et Métiers.

27Les élèves titulaires du baccalauréat des sections techniques industrielles et commerciales ou des sections modernes et classiques effectuent leurs deux années d’études pré universitaires dans des établissements du troisième degré pourvues de sections techniques. Ces études, ouvertes aux techniciens des Arts et Métiers, débouchent sur l’enseignement universitaire dispensé, soit dans des instituts techniques industriels ou commerciaux préparant à des licences techniques, soit dans diverses facultés préparant les certificats de licence. À l’issue des études universitaires, les étudiants poursuivent dans des grandes écoles d’ingénieurs et les écoles normales supérieures ou dans des instituts spécialisés. Ainsi avec ces propositions, le technique doit entrer de plain-pied dans le supérieur.

Des convergences favorables à l’enseignement technique

  • 31 AN 71/AJ64. Procès-verbal du 22 février 1945 de la première séance de la sous-commission (organisa (...)
  • 32 En remplacement des écoles nationales professionnelles (ENP), ce qui sera réalisé en 1959.
  • 33 Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE).
  • 34 Prost Antoine (2010), « Une réforme mort-née : le plan Langevin Wallon », in Laurent Gutierrez et (...)
  • 35 Gutierrez Laurent et Kounelis Catherine (2010), Paul Langevin et la réforme de l’enseignement, Gre (...)

28Les plans de la commission Langevin-Wallon pour l’enseignement technique et ceux de la CGT sont très proches. Il est envisagé par Paul Le Rolland31 la création de « lycée technique32 », l’organisation de « stages des élèves dans l’industrie », la création de « taupes33 techniques » et la formation de tous les maîtres à l’université. Cependant, la commission est insuffisamment soutenue par les partis politiques majoritaires (Parti socialiste et Parti communiste français34). Le plan Langevin-Wallon ne sera pas appliqué mais servira, pendant de nombreuses années, de référence aux projets de réforme35.

  • 36 Décret no 46-926 du 6 mai 1946. Supplément au BO no 24 du 13 mai 1946, p. 710. Modification du rég (...)

29Certaines de ses propositions verront néanmoins le jour. Une des plus importante est la création du baccalauréat technique36 dont l’avenir se décidera en partie en dehors de la commission.

30Avant d’aborder les conditions de la création du baccalauréat technique, il importe de préciser les diverses restructurations qui régissent le nouveau ministère de l’Éducation nationale. En effet, conjointement aux travaux de la commission Langevin-Wallon, le ministère est le siège de profondes réorganisations de ses instances administratives et consultatives, restructurations qui ont un impact singulier sur l’enseignement technique, menacé dans son indépendance.

La réorganisation des instances administratives et consultatives du ministère

31L’enseignement technique, jusque-là indépendant, disposait de son propre conseil supérieur au sein duquel siégeaient des industriels. La réorganisation du nouveau ministère de l’Éducation nationale est l’occasion de limiter ses prérogatives.

La réorganisation administrative du ministère

  • 37 Ordonnance du 20 novembre 1944. BO no 10, p. 514. Portant réorganisation de l’administration centr (...)
  • 38 Décrets et arrêtés du 18 août 1945. BO no 43, p. 3040 sq. (articles 1505, 1506, 1509 et 1510). Att (...)
  • 39 Le 30 avril 1946, la Direction générale de l’enseignement est supprimée, les directions et service (...)

32Fin 1944, le Gouvernement provisoire pour la République française (GPRF) réorganise par ordonnance37 l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale autour de quatre directions générales (enseignement, éducation physique et sports, arts et lettres, architecture) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). René Capitant, gaulliste convaincu, est alors ministre de l’Éducation nationale. Le 18 août 194538, un ensemble de décrets et d’arrêtés précise et complète cette organisation administrative. La direction de l’administration générale, compétente en matière juridique et financière, est créée. La direction générale de l’enseignement39 chapote quatre directions de l’enseignement (supérieure, second degré, premier degré, technique).

33La direction de l’enseignement technique perd ainsi une partie de son indépendance. Le Syndicat national de l’enseignement technique (SNET) obtient un compromis pour limiter les prétentions de la direction du second degré au « contrôle de l’enseignement général dans les établissements techniques du second degré ». Dans les instances consultatives, la représentation de l’enseignement technique est également menacée.

Le conseil supérieur de l’Éducation nationale

  • 40 Ordonnance no 45-820 du 26 avril 1945. BO no 30 du 3e trimestre 44-45, p. 1925. Conseil supérieur (...)
  • 41 Le conseil supérieur de l’enseignement technique fut créé en 1870 et fonctionna jusqu’en 1940. En (...)

34Le 26 avril 1945, paraît une ordonnance40 dont l’article 1 est sans ambiguïté : « Il est créé un conseil supérieur de l’enseignement public qui exercera les pouvoirs antérieurement conférés au conseil supérieur de l’instruction publique et au conseil supérieur de l’enseignement technique. » D’après l’exposé des motifs, il s’agit de faire disparaître une dualité, véritable anomalie, due à l’existence antérieure des conseils de l’instruction publique et de l’enseignement technique exerçant des droits séparés au sein du ministère. La compétence de ce nouvel organisme s’étend ainsi à tous les ordres d’enseignement, et place sous sa juridiction tous les membres de l’université. L’enseignement technique perd à ce moment une partie de son autonomie41.

35Un an plus tard, la loi du 6 avril 1946 transforme le conseil supérieur de l’enseignement public en conseil supérieur de l’Éducation nationale. En remplacement du conseil supérieur de l’enseignement technique, définitivement enterré, est institué un simple conseil de l’enseignement technique. Ces décisions sont prises après d’âpres débats auxquels participent syndicats et représentants des administrations du ministère.

Les instances consultatives et les dissensions au sein de la CGT

36Avec la disparition du conseil supérieur de l’enseignement technique, l’enseignement technique se sent menacé, le risque est grand d’une intégration totale au secondaire, voire d’une disparition du technique en tant qu’entité administrative.

  • 42 Canonge Fernand (1946b), « Le nouveau conseil supérieur de l’Éducation nationale », Le travailleur (...)

37Le SNET est reçu le 8 février 1946 par la commission de l’enseignement de l’assemblée constituante. D’après les propos de Fernand Canonge42, la commission propose, puisque l’enseignement technique fait partie du second degré, que celui-ci soit simplement représenté au sein d’un conseil du second degré. Cette position est défendue, au sein même de la délégation de la CGT, par Gustave Pacquez, le secrétaire du Syndicat des collèges modernes. Celui-ci est présent dans la délégation en remplacement d’Adrien Lavergne, secrétaire général de la FEN, et déclare que la position du SNET pour le maintien d’un conseil de l’enseignement technique est contraire à la position de la FEN.

  • 43 SNET anonyme (1946), « Conseil de l’enseignement technique. Compte rendu de la réunion du 29 juill (...)

38Devant les réticences de Lavergne, prié de faire connaître la position de la FEN à la commission de l’enseignement de l’assemblée constituante, les trois secrétaires du SNET, René Girard, Fernand Canonge et Philippe Rabier43, adressent le 19 février une lettre au président de la commission intitulée « Pour le maintien d’un conseil supérieur de l’enseignement technique ». Ce courrier argumente sur la nécessité du maintien de ce conseil supérieur. La CGT du technique, forte de ses appuis au niveau national, brandit la menace d’un retour de l’enseignement professionnel et de l’apprentissage vers d’autres ministères. Selon elle :

« Le ministère de l’Éducation nationale […] doit être doté d’un organisme qui le tienne en liaison avec l’extérieur et plus particulièrement avec le monde du travail […] Supprimer le conseil intérieur de l’enseignement technique […] ce serait aussi rendre très difficile, sinon impossible, la liaison entre l’Éducation nationale et la commission supérieure interministérielle de l’apprentissage. »

  • 44 Canonge Fernand (1946b), op. cit.

39La proposition du SNET, « admettre quelques membres du conseil du second degré dans le conseil de l’enseignement technique », est finalement prise en compte puisque quatre membres élus au conseil du second degré et au conseil du technique siégeront respectivement dans chacun des autres conseils44. Pour la CGT qui a été appuyée par la direction de l’enseignement technique, cette solution présente l’avantage de sauver l’essentiel bien que le syndicat ne soit pas représenté ès qualité et qu’aucune place ne soit accordée aux représentants du milieu professionnel.

40Finalement, la loi du 18 mai 1946 crée, au sein de l’Éducation nationale les conseils de l’enseignement du supérieur, du second degré, du premier degré et du technique et un conseil de l’éducation populaire et des sports. L’avis de chaque conseil d’enseignement est facultatif, et porte sur les projets de décrets et d’arrêtés. Ces conseils sont indépendants et « synthétisés » au niveau du conseil supérieur de l’Éducation nationale. Le conseil de l’enseignement technique est composé de quarante-six membres. Quatre sont membres de droits, cinq sont nommés par le ministre et trente-sept représentants sont élus parmi le personnel. Les représentants du monde professionnel disparaissent à cette occasion.

Les tensions entre syndicats reflets des tensions au sein du ministère

  • 45 SNET anonyme (1946), op. cit.

41Le premier conseil de l’enseignement technique se réunit le 29 juillet 1946 et élit ses dix représentants au conseil supérieur de l’Éducation nationale. Le compte rendu de cette réunion est publié par Le travailleur de l’enseignement technique45. Le directeur de l’enseignement technique, qui préside cette réunion, tire le bilan d’une année de discussions et, de son discours transparaissent les tensions au sein du ministère. Si le directeur de l’enseignement technique « rend hommage et remercie M. Monod, directeur de l’Enseignement du second degré, pour sa parfaite compréhension des problèmes de l’enseignement technique et pour son désir de voir se lier et s’interpénétrer les deux ordres d’Enseignements », il précise de suite que « la fusion totale entre le second degré et le technique est impossible, car l’enseignement technique a un but et une tâche bien particulière ». L’intégration totale du technique au secondaire est jugée « impossible administrativement et inacceptable ».

  • 46 Aucune trace matérielle n’a été retrouvée des travaux de cette commission officielle. Elle est éga (...)
  • 47 Troger Vincent (1989), « L’histoire de l’enseignement technique : entre les entreprises et l’État, (...)

42Lors de cette réunion, Albert Buisson intervient en qualité de rapporteur de la « commission spéciale du baccalauréat46 » et présente les programmes du baccalauréat technique. Il remplacera, l’année suivante, Paul Le Rolland à la tête de la direction de l’enseignement technique (det) après le départ des ministres communistes du gouvernement. Albert Buisson, inspecteur général et ancien des Arts et Métiers, est partisan du maintien d’une certaine indépendance de l’enseignement technique et notamment de son verticalisme hérité du passé47.

La réorganisation de la direction de l’enseignement technique

43Dans le flot de réformes d’après-guerre, la direction de l’enseignement technique est réorganisée. Elle comprend dorénavant une sous-direction de l’apprentissage et une sous-direction des écoles techniques. Cette réorganisation administrative se concrétise au niveau pédagogique par une réorganisation des formations dispensées. Ainsi une filière apprentissage voit-elle le jour, à côté de la filière technique héritée de la IIIe République, au sein de laquelle est en gestation un nouveau parcours devant mener à un baccalauréat du second degré. Le texte précise les attributions de la direction de l’enseignement technique :

« L’orientation professionnelle, le pré-apprentissage, l’apprentissage, la formation ménagère, la formation de techniciens et d’ingénieurs, d’employés et de personnel de direction ; la gestion ou le contrôle des établissements techniques publics, des établissements techniques privés reconnus, des cours professionnels, des centres de formation professionnelle, des cours de perfectionnement. Elle assure, avec la collaboration des directions intéressées, la formation générale, culturelle et professionnelle, des jeunes travailleurs et des cadres nécessaires à l’économie nationale. »

44Chaque sous-direction se voit confier des responsabilités bien identifiées.

La sous-direction de l’apprentissage

  • 48 Pelpel Patrice et Troger Vincent (2001), Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan. (...)
  • 49 Arrêté du 18 septembre 1944. Rattachement à la direction de l’enseignement technique des centres d (...)
  • 50 Ils sont transformés en collège d’enseignement technique (CET) lors de la réforme Berthoin en 1959
  • 51 Circulaire du 7 mai 1945. BO no 34, p. 2202. Organisation des centres d’apprentissage.
  • 52 Tanguy Lucie, Poloni Arlette et Agulhon Catherine (1987), op. cit.

45La sous-direction de l’apprentissage prend en charge l’apprentissage d’un métier donné au sein des quelques 850 centres de formation professionnelle48 transformés en centres d’apprentissage (CA) en 194449. Ces centres d’apprentissage50 préparent dès l’âge de 14 ans à un certificat d’aptitude professionnel (CAP) en trois ans et constituent le niveau élémentaire de l’enseignement technique. Ils forment les ouvriers et les employés qualifiés. Foyers « d’humanités techniques », appelés à donner un métier et une formation générale à tous les enfants du peuple, les centres d’apprentissage doivent s’intégrer dans l’ensemble de l’organisation scolaire51. Le recrutement, dès 1945, d’un corps d’inspecteurs professionnels dédiés aux centres d’apprentissage ainsi que l’ouverture en 1946 de cinq Écoles normales nationales d’apprentissage (ENNA) chargées de la formation de leurs propres enseignants affirment l’existence d’une nouvelle filière professionnelle courte destinée à la formation ouvrière de niveau élémentaire. La création de ces centres d’apprentissage apparaît comme une réponse à la crise persistante de l’apprentissage et s’opère dans un relatif consensus, avec notamment l’appui des grandes branches patronales de l’industrie métallurgique52.

La sous-direction des écoles techniques

  • 53 Les collèges techniques industriels préparent au brevet d’enseignement industriel (BEI).
  • 54 Les ENP accueillent les élèves au niveau de la classe de sixième.
  • 55 Les collèges techniques et les ENP sont fusionnés dans les lycées techniques lors de la réforme Be (...)

46La sous-direction des écoles techniques prend en charge les écoles techniques moyennes, c’est-à-dire la centaine de collèges techniques53 (CT), qui recrutent sur examen et forment des ouvriers hautement qualifiés et les techniciens, ainsi que les vingt écoles nationales professionnelles (ENP) qui recrutent sur concours dès la classe de quatrième54 et forment les futurs contremaîtres. La création d’un baccalauréat technique, ouvert aux élèves inscrits dans les sections spéciales des ENP préparant aux concours des Arts et Métiers, doit consacrer la filière technicienne. La classe de seconde des ENP ou des collèges techniques constitue également une porte d’entrée directe dans l’enseignement technique pour les élèves désireux de préparer, après une troisième classique ou moderne, le concours d’entrée aux écoles d’ingénieurs des arts et métiers. L’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET) continue de former les personnels de ces établissements55 qui constituent le niveau moyen de l’enseignement technique.

L’enseignement technique supérieur, les écoles d’ingénieurs

47Au niveau de l’enseignement technique supérieur, la direction de l’enseignement technique (DET) attribue les subventions, organise les examens de fin d’études et la délivrance des diplômes d’ingénieur.

  • 56 Dans le même temps, les instituts annexes des facultés sont transformés en Écoles nationales supér (...)
  • 57 Décret no 47-807 du 5 mai 1947. BO no 15 du 15 mai 1947, p. 571. Écoles nationales d’ingénieurs ar (...)
  • 58 Legay Fernand et Cauët R. (1958), Recueil pratique des lois et règlements de l’enseignement techni (...)

48En 1947, une réforme du statut des principales écoles d’ingénieurs56 consacre le niveau supérieur de l’enseignement technique. La durée de formation dans les écoles nationales d’arts et métiers passe de trois à quatre années, celles-ci deviennent des écoles nationales d’ingénieurs d’arts et métiers57 (ENIAM). À partir de 1948, outre le Conservatoire national des arts et métiers et l’École centrale des arts et manufactures de Paris, la direction de l’enseignement technique (DET) contrôle une dizaine d’instituts et d’écoles d’ingénieurs58. Elle assure également la surveillance des écoles supérieures de commerces.

Une architecture verticale de l’enseignement technique presque complète

  • 59 Peyrègne Léonce (1954), « Diversité de l’enseignement technique », in Renaudeau Fernand, Encyclopé (...)
  • 60 MEN (1958), Panorama de l’enseignement technique, ministère de l’Éducation nationale, direction de (...)

49Cette nouvelle organisation « aux superstructures étagées et multiples59 » de la classe de sixième aux écoles d’ingénieurs des arts et métiers renforce le « verticalisme » de l’enseignement technique. Ce terme se justifie par la hiérarchie résultant « des niveaux très différents de formation professionnelle, donc des établissements60 ».

  • 61 Vercier Charles (1947b), « Les écoles multiples », Technique Art Science, 8, 12-13.

50Charles Vercier, inspecteur général de l’enseignement technique rappelle dans un article de la revue Technique Art Science61 le rôle, les attributions et les buts assignés aux différents établissements de l’enseignement technique. La synthèse de cet article reprise dans le tableau infra (cf. tableau 1) est à rapprocher des classifications professionnelles, définies en 1947 et dites « Parodi-Croizat » du nom de leurs auteurs. Véritable nomenclature d’emploi, la grille Parodi-Croizat basée sur les principes tayloriens permettait un classement catégoriel et hiérarchisé des travailleurs.

Tableau 1. – Les finalités des formations techniques et professionnelles.

51Parmi les institutions nouvelles relevant de l’enseignement technique, il faut citer, le Centre national d’enseignement à distance (CNED, mai 1944), les conseillers de l’enseignement technique (CET, mars 1946), les préparations aux concours d’admission à l’ENSET (juillet 1945) et les commissions nationales professionnelles consultatives (CNPC, avril 1948).

La direction de l’enseignement technique dans la tourmente

52En 1947, la conjugaison de deux événements va remettre en cause l’existence de la direction de l’enseignement technique.

  • 62 Propos de Gustave Pacquez, secrétaire du CNCM, rapportés par Philippe Rabier. Rabier Philippe (194 (...)
  • 63 Ce qui est revendiqué par l’enseignement technique.
  • 64 Le compte rendu du congrès de la CGT de 1931 est disponible sur : http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_31 (...)
  • 65 Rabier Philippe (1947a), « Second degré et enseignement technique », Le travailleur de l’enseignem (...)

53La première atteinte provient des professeurs de collège qui craignent que l’enseignement moderne ne soit « dévoré62 », à la fois par l’enseignement classique et par l’enseignement technique. Le Syndicat national des collèges modernes (SNCM), en accord avec la direction du second degré, refuse l’entrée des centres d’apprentissage dans le second degré63 et demande la suppression de la direction de l’enseignement technique. Le syndicat justifie cette demande par la position prise par la CGT lors de son congrès confédéral de 193164 qui prévoit une direction générale unique englobant les premier, second et troisième degrés. Philippe Rabier65, au nom du SNET, réfute ces arguments au motif principal de « la nécessité de développer rapidement l’ET pour répondre aux besoins urgents du pays en matière de main-d’œuvre », ajoutant que l’enseignement technique « est resté le parent pauvre du second degré. Nous sommes sûrs qu’en supprimant la direction de l’enseignement technique nous ne travaillons pas dans l’intérêt du pays ».

  • 66 Sur les quinze pages du projet, onze critiquent l’organisation actuelle et quatre détaillent les p (...)

54La deuxième attaque survient au mois d’avril 1947, peu de temps avant la remise du rapport de la commission Langevin-Wallon, alors qu’une nouvelle réorganisation administrative du ministère de l’Éducation nationale est à l’ordre du jour. Un projet66 intitulé « La réorganisation administrative de l’université doit précéder la réforme de l’enseignement » prévoit notamment de regrouper les bureaux des différentes directions de l’enseignement (premier degré, second degré, supérieur et technique).

  • 67 Le 16 avril 1947. Artus Charles et Rabier Philippe (1947), « Maintien de la Direction de l’ET », L (...)

55Parmi ses objections et réserves, la commission Langevin-Wallon « estime que la réforme administrative ne saurait être préalable à la réforme de structure de l’enseignement. C’est la structure de l’enseignement qui doit commander l’organisation administrative ». De son côté le SNET, par la voix de ses secrétaires généraux Charles Artus et Philippe Rabier67, demande au ministre à être reçu car :

« Quand il s’agit de créer une école ou un centre de l’enseignement technique, il est impossible de confier à des directions différentes du ministère le soin de recruter le personnel, d’acheter le matériel, de construire les locaux, de se mettre en liaison avec les industriels et les organisations ouvrières. »

56Le SNET met dans la balance tout le poids de la CGT. Il informe ainsi le bureau confédéral de la CGT du « danger pour le développement de l’apprentissage de l’éclatement entre plusieurs directions […]. L’enseignement technique forme un tout à tous les points de vue : du matériel, de la pédagogie, du personnel et de la doctrine ». Une délégation finalement reçue par le ministre obtient la promesse du « maintien de la direction de l’ET, au moins encore pendant plusieurs années car il faut que l’enseignement technique se développe ».

Le baccalauréat technique et les projets syndicaux

57La réforme de l’enseignement, et notamment la création d’un nouveau baccalauréat, est l’occasion pour les syndicats enseignants de préciser leurs positions, voire de faire des propositions concrètes prenant en compte les intérêts de leurs syndiqués.

Chacun à sa place, pour le SNES

  • 68 Mérat Lucien (1945), « La réforme de l’enseignement », L’Université syndicale, 2 et 3, 1-2.

58Le SNES voit comme une grave difficulté la suppression des examens, rendue possible par une éventuelle substitution de la sélection par l’orientation prévue dans les travaux de la commission Langevin. Bien que favorable aux projets de réformes proches des « idées maîtresses du projet confédéral » de la CGT de 1931, il s’inquiète ainsi par la voix de Lucien Mérat68 des répercussions que pourrait provoquer l’augmentation du nombre d’élèves dans le second degré :

« Il faut que les jeunes gens issus des diverses classes sociales apprennent à penser, à créer, à écrire dans une atmosphère commune. […] Je suis convaincu que l’immense majorité des professeurs du Second Degré accueille avec enthousiasme l’idée d’une réforme de l’enseignement […] mais il est naturel que les bons ouvriers de cette grande entreprise, ceux dont l’effort décidera du succès ou de l’échec, demandent à être mis chacun à leur place, à être utilisés, eux aussi, au mieux de leurs aptitudes, dans l’intérêt commun. […] il ne faut pas que les exigences de la masse paralysent l’élan des esprits plus agiles et plus exigeants. Il faut donner aux maîtres des élèves à leur mesure, aux élèves des maîtres assez près d’eux par l’esprit pour être à même de les comprendre, de les deviner, de les diriger. »

59Ainsi, si le SNES défend le baccalauréat « pour les futurs instituteurs » ou celui réclamé « dans l’enseignement technique » ; il exprime aussi la crainte d’une mauvaise répartition de « la clientèle des lycées et collèges » et d’une baisse de niveau du baccalauréat.

Pour un baccalauréat moderne : les projets du Syndicat national des collèges modernes (SNCM)

  • 69 Pacquez Gustave (1945), « Au sujet des examens », Bulletin de l’enseignement moderne, 4, 25-27.

60Le Syndicat national des collèges modernes (SNCM) est également inquiet. Dans un courrier, daté du 22 octobre, adressé au directeur de l’enseignement du second degré, reproduit dans le Bulletin de l’enseignement moderne69, son secrétaire général Gustave Pacquez attire l’attention sur « deux problèmes de première importance pour l’avenir de notre enseignement moderne et l’avenir de nos collèges ». Le premier, lié à la disparition du brevet élémentaire, risque de faire perdre des élèves au collège moderne. Le deuxième tient au fait qu’une seule langue est étudiée dans les collèges modernes, ce qui risque de détourner, dès la sixième, les élèves vers « le grand collège moderne du chef-lieu » ou le « lycée ».

61Le SNCM propose donc de créer un baccalauréat moderne, à option scientifique ou à option technique (ce serait alors un baccalauréat technique), dans lequel l’épreuve de deuxième langue serait remplacée, à l’écrit, par de la chimie et de la physique. Pour les candidats des Arts et Métiers, deux épreuves spécifiques de dessin industriel et de travaux pratiques seraient organisées.

Des baccalauréats techniques pour le SNET et la direction de l’enseignement technique

  • 70 Canonge Fernand (1946c), « La première partie du baccalauréat technique », Le travailleur de l’ens (...)
  • 71 De 1944 à 1948, le SNET est organisé en deux branches qui syndiquent d’une part les enseignants de (...)

62En janvier 1946, Fernand Canonge70 fait le point sur la réforme proposée par le SNET71. Le projet de plusieurs baccalauréats techniques, notamment commerciaux et artistiques, présenté comme la base de toute une architecture de l’enseignement supérieur, n’a pas avancé. Cependant le directeur général de l’enseignement et les directeurs du second degré et de l’enseignement technique, tout comme la commission Langevin-Wallon sont unanimement favorables à la création d’un baccalauréat technique. Une commission spéciale du baccalauréat présidée par l’inspecteur général Albert Buisson a d’ores et déjà fixé les propositions à adresser au ministre concernant le nombre, la nature et le programme des épreuves de chaque partie.

  • 72 Canonge Fernand (1946c), op. cit.

63La CGT, partie prenante du projet, est disposée à se contenter du baccalauréat industriel. Ainsi Fernand Canonge72 poursuit-il : « Pour le moment, n’ayons pas les yeux plus gros que le ventre. » Il y a l’espoir que « le projet ne se perdra pas dans le marécage bureaucratique et juridique et sortira assez tôt pour devenir une réalité aux sessions de juin ». La CGT du technique milite pour un baccalauréat nouveau qui sanctionne des études techniques d’un niveau élevé, qui attire vers l’enseignement technique de nouvelles élites et leur ouvre la porte de l’enseignement supérieur. Ce baccalauréat doit être, dès le départ, l’égal des autres baccalauréats par la difficulté des épreuves et leur valeur du point de vue de la culture générale. Et Canonge conclut : « Il ne faut pas qu’il naisse avec des stigmates d’infériorité ou d’indignité, dans ce baccalauréat le technique n’est pas une fin mais un moyen. »

64Par principe la commission du baccalauréat technique a décidé que chacune des parties du baccalauréat (en fin de classes de première et de terminale) doit avoir une épreuve à caractère technique. Pour les épreuves non techniques la commission a adopté, à quelques détails près, les programmes des épreuves classiques et modernes. II y a cependant nécessité d’harmoniser les programmes avec ceux du concours des Arts et Métiers.

65Cette présentation se termine par une phrase de Fernand Canonge qui en dit long sur la complicité des différents acteurs de l’enseignement technique : « Voilà quelles sont nos propositions et celles de la direction de l’enseignement technique. Nous nous efforçons de les faire accepter. »

L’institution du baccalauréat technique

  • 73 AN 71/AJ64. Vœu adopté le 11 avril 1946 lors de la 44e séance de travail de la commission d’étude (...)

66Au mois d’avril 194673, un vœu proposé par Paul Le Rolland est adopté par la commission Langevin pour que « la série technique du baccalauréat soit organisée dès la session de juin 1946 ». Ce vœu « se réalise » deux mois plus tard.

Une création au pas de charge et sans moyens

  • 74 Bien qu’utilisée dans le langage courant, l’appellation officielle de « baccalauréat technique » n (...)
  • 75 Modification du régime des examens.
  • 76 Arrêté du 14 mai 1946. BO no 27 du 30 mai 1946, p. 790. Programme des épreuves de la série techniq (...)

67L’insistance de la direction de l’enseignement technique, appuyée par la commission Langevin et la CGT du technique finit par porter ses fruits. Le baccalauréat technique74 est officiellement créé par le décret le 6 mai 1946. Le texte crée une série technique à la première partie du baccalauréat et une série mathématiques et technique à la deuxième partie. La naissance de ce nouveau baccalauréat est portée à la connaissance des chefs d’établissement via le Bulletin officiel (BO) du 13 mai 194675. La première session (pour la première partie) a lieu à partir du 13 juin 1946. Le programme de la première partie, la série technique, paraît finalement au BO du 30 mai 1946, soit quelques jours seulement avant l’examen76.

  • 77 Circulaire du 27 novembre 1946. Préparation du baccalauréat technique.

68Ce n’est qu’à la rentrée de 194677, qu’une circulaire du ministre fait savoir que toutes les écoles techniques désireuses de préparer ce baccalauréat devront présenter une demande « justifiée » qui sera examinée par l’administration. En tout état de cause, en raison du « manque de personnel et de la modicité des moyens », aucune heure supplémentaire, ni création de postes ne sont envisageables.

69La situation économique particulière justifie cette création sans moyen supplémentaire. Si elle est acceptée comme telle, cela tient, d’une part au fait que l’obtention de la création d’un baccalauréat technique apparaît comme un enjeu majeur pour le technique, et d’autre part parce que l’enseignement technique sait pouvoir compter sur ses moyens matériels et humains existants.

  • 78 Meylan Françoise (1983), « De l’école nationale professionnelle au baccalauréat de technicien ou l (...)
  • 79 MEN (1958), Panorama de l’enseignement technique, ministère de l’Éducation nationale, direction de (...)

70En effet, la création du baccalauréat technique est rendue possible par la préexistence des sections industrielles des écoles nationales professionnelles (ENP) qui assurent une solide formation scientifique, littéraire et professionnelle78. Ces écoles sélectionnent leurs élèves par concours national organisé à l’entrée de la classe de quatrième. Elles opèrent une nouvelle sélection en classe de seconde pour diriger l’élite de l’enseignement technique vers des sections dites spéciales ou théoriques79, dont la vocation est la préparation au concours d’entrée dans les écoles nationales d’arts et métiers. Ainsi l’existence au sein des ENP des moyens disponibles permet-elle aux meilleurs élèves de bénéficier d’une préparation simultanée au baccalauréat technique et au concours des Arts et Métiers.

L’heure du premier bilan

  • 80 Le Rolland (1947a), op. cit.

71À l’issue des premières sessions du baccalauréat technique (en juin et octobre 1946) le bilan des résultats des épreuves de la première partie est établi. Selon le directeur de l’enseignement technique, 2 200 candidats se sont inscrits au baccalauréat technique. Paul Le Rolland80 déclare fièrement :

« Le succès a dépassé nos espoirs, nos candidats s’étant montrés au niveau de leurs camarades pour les épreuves de culture générale et ayant manifesté nettement leurs qualités d’initiative et de jugement dans cette épreuve d’intelligence qu’est la nouvelle composition de “technologie graphique.” »

  • 81 Canonge Fernand (1946a), « Baccalauréat technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 2 (...)

72De son côté, Fernand Canonge81 dresse dans les colonnes du Travailleur de l’enseignement technique un bilan plus détaillé des résultats. Il précise notamment que, du fait de la publication des programmes, un mois seulement avant l’examen, les élèves ont été surpris par des épreuves totalement nouvelles, certains programmes n’ayant pas été traités (en français notamment). Cependant il fait remarquer que, malgré ces mauvaises conditions, sur l’ensemble du pays les résultats sont équivalents à ceux du baccalauréat moderne et classique et que de nombreux établissements ont eu un pourcentage élevé d’élèves reçus. Des sujets des épreuves de dessin technique de plusieurs académies sont publiés dans la revue Technique Art Science, ainsi qu’un sujet type pour « fixer l’esprit et le niveau » de l’épreuve de la deuxième partie du baccalauréat, la série mathématiques et technique qui doit se dérouler pour la première fois en 1947.

  • 82 Un baccalauréat technique série économique est créé en 1952.
  • 83 D’après Cauët, R. (1956). Réalités actuelles de l’enseignement technique. L’Enseignement technique (...)

73Les résultats détaillés de l’année 1956 au baccalauréat technique industriel82 dans les établissements techniques de l’enseignement public révèlent une faible évolution du nombre de candidats83.

74Le tableau (cf. tableau 2) indique que les sections techniques des collèges modernes et de lycées obtiennent de moins bons résultats (66 % reçus à la première partie et 58 % à la seconde partie) que les collèges techniques (69 % et 60 %) et les écoles nationales professionnelles (79 % et 68 %). Il est à noter l’absence de candidate.

Tableau 2. – Résultats de 1956 au baccalauréat technique industriel, première et deuxième parties.

L’élite de l’enseignement technique victime d’un chantage

75Si la définition des programmes de la série technique de la première partie du baccalauréat a pu se faire dans un relatif consensus, il en va différemment pour la série mathématiques et technique de la deuxième partie.

  • 84 Canonge Fernand, (1946a), op. cit.

76Dès novembre 1946, les deux principaux problèmes relatifs à la création du baccalauréat technique sont posés par Fernand Canonge84. Premièrement, il faut harmoniser les programmes de la deuxième partie et ceux du concours d’entrée aux écoles nationales d’arts et métiers (ENAM). Deuxièmement, il faut éviter un trop grand nombre d’épreuves et surtout « l’encyclopédisme inhumain et décourageant ». Cela se pose principalement pour les épreuves d’histoire et de sciences naturelles, ce qui fait dire à Canonge : « Ce n’est pas de gaîté de cœur que nous acceptons la multiplicité des épreuves et la surcharge des programmes. »

  • 85 Les programmes des épreuves des séries technique et mathématiques et technique pour la session de (...)

77La section permanente du conseil supérieur de l’Éducation nationale, réunie le 10 février 1947, approuve à l’unanimité les propositions de la direction de l’enseignement technique en matière de programme, d’horaires et de coefficients85 de la deuxième partie du baccalauréat mathématiques et technique.

  • 86 Les quatre conseillers du second degré siégeant au sein du conseil de l’enseignement technique ava (...)

78Ces décisions marquent une première faille dans l’entente entre la direction de l’enseignement technique et la CGT. Elles sont prises en accord avec la direction de second degré86, qui impose la présence d’épreuves de sciences naturelles à la deuxième partie, mais contre l’avis du conseil de l’enseignement technique où la CGT est largement représentée.

  • 87 Rabier Philippe (1947b), « Au sujet du baccalauréat 2e partie », Le travailleur de l’enseignement (...)
  • 88 Legoux Yves (1972), Du compagnon au technicien. L’École Diderot et l’évolution des qualifications (...)

79Philippe Rabier87 fustige certains de ses collègues du second degré qui parlent beaucoup du surmenage de leurs élèves dont les cours se finissent à 16 heures (sauf le jeudi où il n’y a pas cours). Il compare ces journées à celles des élèves qui préparent le baccalauréat technique, qui se terminent à 18 heures tous les jours de la semaine, ce qui implique des semaines de 44 à 48 heures de travail dans l’établissement. Cette situation fit dire à Yves Legoux que la préparation de la deuxième partie du baccalauréat technique entraîne pour les élèves un « travail quasi inhumain88 ».

  • 89 Les cases grisées signalent les épreuves spécifiques au baccalauréat technique.

80Ainsi, dans les faits, le baccalauréat mathématiques et technique est un baccalauréat comparable à ceux des séries modernes (cf. tableau 389) et comporte, à l’écrit, une épreuve de dessin technique remplaçant une épreuve de langue étrangère et un programme supplémentaire de technologie et d’atelier, comparable à celui dispensé dans les écoles nationales professionnelles (ENP).

Tableau 3. – Nature des épreuves et coefficients du baccalauréat mathématiques et technique (1946-1950).

  • 90 Non signé, cet article exprime le point de vue de la rédaction du SNET (mai 1947). SNET anonyme (1 (...)
  • 91 Legoux Yves (1972), op. cit.

81La CGT du technique exprime dans sa revue90 son refus de « faire avaler des manuels d’histoires et d’histoire naturelle en série91 ». Le second degré « lui impose actuellement un baccalauréat genre moderne auquel on se propose de ne rien enlever mais auquel on doit ajouter le dessin et l’atelier ». Elle n’obtient pas gain de cause. C’est ainsi qu’à la suite d’un chantage, l’enseignement technique obtient la création du baccalauréat technique aux contenus exorbitants.

Les enjeux liés au baccalauréat technique

82Au fur et à mesure que se dessinent les contours du futur baccalauréat technique, ses missions, mais surtout ses ambitions se précisent. Sa concrétisation en 1946 révèle des enjeux considérables. De fait, le baccalauréat technique constitue le vivier de l’élite de l’enseignement technique et un outil de promotion tous azimuts, promotion de leurs titulaires en premier lieu, mais aussi promotion de l’enseignement technique et de sa valeur culturelle d’une part, d’une pédagogie nouvelle et d’un humanisme technique d’autre part.

La mission de l’enseignement technique : former la masse des travailleurs

83La mission de l’enseignement technique est de prendre en charge la grande masse des travailleurs du commerce et de l’industrie. Ce besoin impose le développement de différents types d’établissement pour former le plus grand nombre de travailleurs à tous les échelons de la hiérarchie, notamment dans le domaine de la production industrielle. Cette mission justifie la structure verticale de l’enseignement technique et son réseau d’établissements distincts.

  • 92 Encadrement, organisation de la production, conception des machines…

84En effet, la satisfaction des besoins en main-d’œuvre est assurée par la formation d’ouvriers qualifiés titulaires du CAP dans les centres d’apprentissage (CA), d’ouvriers très qualifiés et de techniciens titulaires du brevet d’enseignement industriel (BEI) dans les collèges techniques (CT), de techniciens généralistes et cadres techniques titulaires du diplôme d’élève breveté (DEB) dans les Écoles nationales professionnelles (ENP). Pour couronner cet édifice, l’enseignement technique forme des ingénieurs de production92 dans les écoles nationales d’ingénieurs arts et métiers (ENIAM) et dans quelques autres écoles plus spécialisées. Cette élite du technique est sélectionnée pour être formée dans des sections spéciales des écoles nationales professionnelles (ENP) qui préparent au baccalauréat technique.

85Dans ce contexte, le baccalauréat technique doit trouver une place dans l’organisation verticale de l’enseignement technique et s’assurer d’être alimenté en élèves.

Le recrutement et la sélection à l’entrée du baccalauréat technique

  • 93 Savoye Antoine (2010), « Langevin et l’expérience des classes nouvelles », in Gutierrez Laurent et(...)
  • 94 Bloch Marc-André (1953), La pédagogie des classes nouvelles, Paris, PUF.
  • 95 Buisson Albert (1947), « L’épreuve d’atelier au baccalauréat “Mathématiques et technique” et les t (...)

86Élaborées dans le cadre du plan Langevin, les « classes nouvelles » sont expérimentées progressivement dans le premier cycle du second degré entre 1945 et 195293. Ces classes qui veulent privilégier la pédagogie active94 ont la faveur de l’enseignement technique, une partie d’entre elles devant constituer le futur vivier des candidats au baccalauréat technique. En effet, à partir de la rentrée d’octobre 1947, les élèves qui entrent en quatrième nouvelle peuvent opter pour la série technique dans laquelle sont prévues cinq heures de travail manuel éducatif et deux heures de dessin95. Sans qu’il soit question d’apprentissage, les élèves bénéficient durant ces sept heures de connaissances générales et acquièrent de l’adresse dans les travaux pratiques.

  • 96 1949 est également l’année où est édité le premier et le seul manuel spécifique au baccalauréat te (...)
  • 97 Buisson Albert (1949), « Un débouché pour les classes nouvelles : la formation des techniciens », (...)
  • 98 Canonge Fernand (1946a), op. cit.

87Le succès semble au rendez-vous, à tel point que, dès 194996, Albert Buisson97 devenu directeur de l’enseignement technique est contraint de faire une mise au point et de revenir sur ce qu’il a écrit deux ans auparavant. En effet, il existe un risque d’orientations trop nombreuses des élèves qui sortent de troisième nouvelle vers le baccalauréat technique, alors que celui-ci doit être réservé aux meilleurs et à ceux qui veulent poursuivre leurs études au-delà du baccalauréat. Le même discours est tenu très tôt par Fernand Canonge98 à propos des collèges techniques dont il rappelle que « le but essentiel est de former des spécialistes de la profession […] nous craignons que trop de maîtres et de chefs d’établissement ne soient captivés et trompés par le mirage du baccalauréat ».

  • 99 Les élèves des collèges techniques et des ENP ont déjà subi une sélection à l’entrée en classe de (...)
  • 100 Raoul Cantarel, inspecteur général du ministère de l’Éducation nationale honoraire, vice-président (...)

88Ce problème se règle finalement de lui-même avec l’abandon des classes nouvelles en 1952. De nouveau, la sélection et le recrutement naturel des élèves vers les sections spéciales s’organisent à l’issue de la classe de seconde industrielle des ENP et de certains collèges techniques sur la base des résultats et du choix des élèves99. La sélection est indispensable car, comme le révèle un entretien avec un ancien élève d’ENP devenu inspecteur général100, « le baccalauréat mathématiques et technique était très difficile ».

  • 101 Le Rolland Paul (1948), op. cit.

89Pour la direction de l’enseignement technique101, cette sélection permet de dégager une élite intellectuelle pour satisfaire aux besoins de l’industrie en cadres et ingénieurs possédant de solides connaissances techniques et théoriques.

Les débouchés pour une élite parmi l’élite

  • 102 Le Rolland Paul (1947a), op. cit.

90Le baccalauréat mathématiques et technique est un baccalauréat spécial dans la mesure où il couronne des études effectuées dans l’enseignement technique. Il doit, selon Paul Le Rolland102, dans tous les domaines, « faciliter le développement de la technique, c’est-à-dire des applications pratiques de la science […] faire bénéficier l’économie nationale d’une formation qui sait allier l’exercice de la pure spéculation à l’application pratique de cette spéculation ». Munis d’un tel baccalauréat technique, les élèves n’ont pas de souci concernant leur avenir, ils constituent désormais la nouvelle élite de l’enseignement technique.

  • 103 Note du 26 juillet 1945. BO no 41, p. 2847. Préparation aux concours d’admission à l’ENSET.

91En effet, même s’il ouvre immédiatement les portes de l’industrie, le baccalauréat technique ne constitue pas une fin en soi. Rares sont les titulaires de ce baccalauréat qui choisissent la vie active. Les élèves passent majoritairement le concours des Arts et Métiers (environ 80 %). Certains préparent aussi les concours des écoles d’ingénieur plus spécialisées telles l’École supérieure d’optique ou d’horlogerie, l’École supérieure de l’automobile, l’ENSI de Strasbourg devenu INSA, l’École supérieure de céramique de Sèvres, tandis que d’autres suivent les classes préparatoires à l’ENSET103 créées en 1946 à l’ENP Roosevelt à Reims ou à celle de la Martinière à Lyon. D’autres enfin, comme tout titulaire du baccalauréat, s’inscrivent en faculté ou aux concours d’entrée dans les grandes écoles et les instituts.

  • 104 Legoux Yves (1972), op. cit.
  • 105 Terme utilisé pour qualifier une formation pratique très dense et très spécialisée permettant la p (...)
  • 106 Janod Robert (1974), « L’évolution de l’enseignement technique dans l’enseignement secondaire publ (...)

92Ainsi le baccalauréat technique offre-t-il à son titulaire plusieurs débouchés. La formation technique, bien que très poussée, ne constitue pas le noyau essentiel du cycle pédagogique ; ses horaires et ses programmes de formation générale lui donnent un caractère nettement théorique et intellectualisé. Dès lors, se côtoient au sein des écoles nationales professionnelles (ENP), des gros collèges technique (CT) ou dans des établissements du même type que l’école Diderot à Paris, deux élites issues de l’enseignement technique104. Dans ces établissements, les futurs bacheliers ont les mêmes professeurs et sont soumis à la même rigueur disciplinaire que leurs camarades du technique, les futurs techniciens dans l’industrie qualifiés de « pur sang105 » par l’inspecteur principal de l’enseignement technique (IPET), Robert Janod106.

Le baccalauréat technique, outil de reconnaissance de la valeur culturelle de l’enseignement technique

93Dans sa quête de reconnaissance l’enseignement technique cherche à valoriser sa spécificité. Le baccalauréat technique apparaît alors comme une vitrine et un faire-valoir, et toutes les occasions sont bonnes pour mettre en avant la valeur culturelle des matières de l’enseignement technique.

94Lorsque la direction de l’enseignement technique tire le bilan de l’année 1946 dans les colonnes de la revue Technique Arts Science, elle insiste sur l’institution du baccalauréat technique en 1946 qui atteste

  • 107 Direction de l’enseignement technique (1947), « L’enseignement technique au cours de l’année 1946  (...)

« de sa volonté de rehausser la valeur culturelle des études poursuivies dans ses établissements, et en même temps de faire disparaître les barrières qui ont trop longtemps séparé l’enseignement technique des autres ordres d’enseignement107 ».

  • 108 Buisson Albert (1947), op. cit.
  • 109 Le Rolland Paul (1948), op. cit.
  • 110 Lenormand Georges (1946), « Le dessin industriel, enseignement de culture », Technique Art Science (...)
  • 111 Fongrenaud M. (1959), « Le baccalauréat technique, conférence de l’IPET du 10 avril 1959 », L’ense (...)

95Ainsi pour Albert Buisson108, « toutes les discussions provoquées par la naissance du baccalauréat technique ont lieu sur ce point central : la part faite à la culture dans le technique ». Il tire argument de déclarations de parents d’élèves des lycées qui espèrent que la création de ce baccalauréat remédiera à « l’ignorance ahurissante de nombre de dirigeants en matière technique », ignorance qui aurait fait perdre la place que la France occupait dans le monde au début du XXe siècle. Pour Paul Le Rolland109, directeur de l’enseignement technique, « les disciplines spécifiquement techniques ont, sur le plan culturel, la même valeur, la même qualité, la même efficacité que les disciplines classiques et modernes ». Son argumentation repose principalement sur deux points. Premièrement, tout travail manuel, aussi modeste soit-il, nécessite une grande part d’intelligence, et deuxièmement, les matières comme la mécanique appliquée, la technologie, le dessin industriel généralement considérées comme faisant partie de la science appliquée peuvent être élevées à la dignité culturelle. Pour Georges Lenormand110 chef de travaux graphiques à l’École nationale supérieure des mines de Paris et professeur de dessin à l’école Dorian, « la technique graphique » qui remplace l’enseignement d’une deuxième langue donne au baccalauréat mathématiques et technique un niveau de culture comparable au baccalauréat moderne. C’est ainsi que la création du baccalauréat technique permit, selon l’inspecteur principal de l’enseignement technique M. Fongrenaud111, à l’enseignement technique de recevoir « ses véritables lettres de noblesse au sein de l’université ». Cette affirmation de la valeur culturelle des matières du technique est la marque d’une évolution. En effet, elle détonne avec les déclarations faites en son temps par Edmond Labbé, directeur de l’enseignement technique : « Être utilitaire, c’est la raison d’être de l’enseignement technique. » La création du baccalauréat technique apparaît ainsi comme un fait majeur dans le processus de disciplinarisation de l’enseignement de la technologie. À la même époque, une autre revendication, plus politique, vise la reconnaissance d’un humanisme technique.

Un baccalauréat pour promouvoir une pédagogie nouvelle et un humanisme technique

  • 112 Lamoure Jean (2010), « La revue Technique Art Science, 1944-1955 : entre pédagogie et disciplines (...)

96La Libération est le temps des « utopies pédagogique et démocratique, des prétentions à l’autonomie de l’enseignement technique112 ». La création du baccalauréat technique s’inscrit dans des discours où « Humanisme technique et pédagogies nouvelles sont mobilisés pour une même finalité : la refondation de l’École, sa démocratisation ». Ces discours trouvent leurs origines dans la tradition d’avant-guerre du Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN) dont Roger Gal est le secrétaire général tandis que l’humanisme technique est pour une part l’héritier de l’humanisme scientifique.

  • 113 Gal Roger (1946), « Le dernier congrès de l’éducation nouvelle », Technique Art Science, 2, 9. Rog (...)

97Ainsi Roger Gal113, lors du congrès de l’Éducation nouvelle, réclame-t-il une réelle démocratie « où tout citoyen puisse jouer consciemment son rôle ». Cela implique la formation des masses laborieuses, les quatre cinquièmes de la jeunesse, appelés à recevoir une formation professionnelle. Mais dans les écoles professionnelles ou techniques, les esprits des élèves « moins intellectuels et verbeux » et la nature même des travaux qui y sont réalisés exigent des méthodes nouvelles, une formation idéale qui unit les considérations théoriques et pratiques d’une éducation complète. Le développement de l’enseignement technique et professionnel est extrêmement important « pour répondre, non seulement aux besoins économiques modernes, mais aussi aux besoins sociaux, politiques et simplement humains ». Une telle formation doit être aussi large et humaine que possible, ce qui suppose de retarder l’apprentissage, d’augmenter la part réservée à la culture générale et d’organiser une formation polyvalente. Prenant exemple sur la création en France d’un baccalauréat technique à côté des baccalauréats classiques et modernes, Roger Gal réclame « de toute urgence d’arriver à concevoir et à réaliser pratiquement un humanisme technique conforme aux exigences modernes de la civilisation nouvelle qui se dessine en nos temps ».

  • 114 Gal Roger (1947), « Nécessité d’un humanisme technique et professionnel », Technique Art Science, (...)

98Ainsi, un peu à la façon dont la réforme de 1902 permet de promouvoir un humanisme scientifique, la création du baccalauréat technique est l’occasion pour l’enseignement technique d’obtenir la reconnaissance d’un humanisme technique qui reste cependant à inventer. Technique Art Science, revue officielle de l’enseignement technique, propose de débattre de ce sujet dans ses colonnes. Roger Gal114 y raconte l’histoire des préjugés vis-à-vis de la formation professionnelle et technique, les faisant remonter aux

« Grecs et Latins qui eux-mêmes tenaient en piètre estime celui qui travaillait de ses mains […] cette opinion d’un peuple où la culture de quelques-uns n’était permise que par l’esclavage du plus grand nombre s’est transmise par les Romains à travers le Moyen Âge et l’Éducation classique presque jusqu’à notre temps ».

99Ces préjugés séculaires sont encore bien présents dans l’esprit des maîtres et des parents qui hésitent à diriger les enfants vers l’enseignement technique. Roger Gal, qui est également membre du comité de rédaction de la revue Technique Art Science, condamne « l’humanisme traditionnel étroit ».

  • 115 Lignière M. (1950), « Humanisme technique », Technique Art Science, 7, 1-3.

100Toujours dans les colonnes de la revue Technique Art Science, M. Lignière115, inspecteur d’académie, vante les vertus d’un humanisme technique, un humanisme nouveau dont un début de réalisation s’est concrétisé avec le baccalauréat technique. Il explique ainsi que le travail manuel, la possession d’une technique permettent de penser avec les mains, que ce mode d’expression confère une égale dignité à celui qui l’utilise que l’usage de la plume, de la parole, du pinceau ou de la musique.

101Ainsi défini, l’humanisme technique est aux antipodes du taylorisme et du machinisme. Il est l’expression d’une volonté de reconnaissance de la part de l’enseignement technique mais aussi de ses professeurs, principalement ceux qui enseignent les matières spécifiques du technique.

Notes

1 Tanguy Lucie, Poloni Arlette et Agulhon Catherine (1987), « Les institutions d’enseignement technique court en France », Revue française de pédagogie, 78, 1, 43-64.

2 Décret no 46-926 du 6 mai 1946. BO no 25 du 20 mai 1946, p. 754. Modification du régime des examens.

3 Sur le territoire continental.

4 Le Rolland Paul (1947a). « L’enseignement technique et la réforme de l’enseignement », Technique Art Science, 9 (éditorial). Le Rolland Paul (1947b), « L’enseignement technique et la réforme de l’enseignement (suite) », Technique Art Science, 10 (éditorial).

5 Ce sont principalement les collèges techniques, écoles nationales professionnelles et écoles nationales d’ingénieurs des arts et métiers.

6 Le Rolland Paul (1948), op. cit.

7 AN 71/AJ63 et AN 71/AJ64.

8 Brucy Guy (2001), « La doctrine de la CGT sur la formation des adultes : entre pragmatisme et lutte de classes (1945-1955) », Travail et emploi, 86, 65-86.

9 Frachon Benoit (1946), La bataille de la production. Nouvelle étape du combat contre les trusts. Rapports et discours, Paris, Éditions Sociales.

10 Girard René, Canonge Fernand et Rabier Philippe (1946), « Pour le maintien d’un conseil supérieur de l’enseignement technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 16, 6.

11 Les enseignants du primaire sont syndiqués au SNI, Syndicat national des instituteurs, et ceux de l’enseignement supérieur au SNESR, Syndicat national de l’enseignement supérieur et de la recherche.

12 Durry Marcel (1944), Commission pour la réforme de l’enseignement réunie à Alger de mars à septembre 1944. BO hors-série du 16 novembre 1944.

13 En France occupée le directeur de l’enseignement technique est Hyppolite Luc. Il y a donc deux directeurs de l’enseignement technique.

14 Maublanc M. (1944), Commission de la réforme de l’enseignement, PV de la séance du 10 mai 1944. AN 71/AJ63.

15 L’entrée dans le second degré est retardée d’un an.

16 Arrêté du 8 novembre 1944. BO no 10, p. 314. Création d’une commission d’études.

17 Circulaire du 4 avril 1945. Programme de la commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Cercles d’études pédagogiques.

18 Fernand Canonge est également psychopédagogue, professeur d’ENNA, responsable de la rubrique morale à la revue Technique Art Science. Il est membre élu de la commission permanente du conseil de l’enseignement technique et, à ce titre, membre du conseil de l’Éducation nationale. Il est l’un des quatre membres titulaires devant représenter le conseil de l’enseignement technique au conseil du second degré.

19 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. PV de la 5e séance du 4 janvier 1945.

20 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Organisation générale ». PV de la 1re séance du 22 février 1945.

21 AN 71/AJ64. Campa André (1945a), L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises, 14 pages dactylographiées. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Éducation ». PV de la 1re séance du 22 février 1945.

22 Il sera ensuite directeur général de l’enseignement technique de 1948 à 1960.

23 AN 71/AJ64. Buisson Albert (1945), Méthodes de l’enseignement technique, 21 pages dactylographiées. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Méthodes ». PV de la 6e séance du 25 avril 1945.

24 AN 71/AJ63. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement 50e séance du 20 juin 1946, et 68e et dernière séance du 12 juin 1947.

25 AN 71/AJ64. Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. Sous-commission « Maîtres ». PV de la 5e séance du 19 avril 1945.

26 Après la mort de Paul Langevin, en décembre 1946, Henri Wallon reprend la direction de la commission.

27 Commission pédagogique du SNET (1945), « La réforme de l’enseignement », Le Travailleur de l’enseignement technique, 9, 7.

28 Commission pédagogique du SNET (1945), « La réforme de l’enseignement. Projet d’organigramme de la CGT pour le second degré », Le Travailleur de l’enseignement technique, 8, 2-3.

29 Les expressions « le technique » ou « du technique » sont couramment employées pour désigner « l’enseignement technique ». Cette façon de dire marque bien l’entité que représente l’enseignement technique.

30 Cette préparation en deux ans serait l’équivalent des BTS actuels.

31 AN 71/AJ64. Procès-verbal du 22 février 1945 de la première séance de la sous-commission (organisation générale) de la commission d’étude pour la réforme de l’enseignement.

32 En remplacement des écoles nationales professionnelles (ENP), ce qui sera réalisé en 1959.

33 Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE).

34 Prost Antoine (2010), « Une réforme mort-née : le plan Langevin Wallon », in Laurent Gutierrez et Catherine Kounelis (dir.), Paul Langevin et la réforme de l’enseignement, Grenoble, PUG.

35 Gutierrez Laurent et Kounelis Catherine (2010), Paul Langevin et la réforme de l’enseignement, Grenoble, PUG. Allègre Claude, Dubet François et Meirieu Philippe (2003), Le rapport Langevin-Wallon, Paris, Mille et Une Nuits.

36 Décret no 46-926 du 6 mai 1946. Supplément au BO no 24 du 13 mai 1946, p. 710. Modification du régime des examens.

37 Ordonnance du 20 novembre 1944. BO no 10, p. 514. Portant réorganisation de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale.

38 Décrets et arrêtés du 18 août 1945. BO no 43, p. 3040 sq. (articles 1505, 1506, 1509 et 1510). Attributions et organisation de la direction de l’administration générale du ministère de l’Éducation nationale.

39 Le 30 avril 1946, la Direction générale de l’enseignement est supprimée, les directions et services qui lui étaient rattachés relèvent directement du ministère.

40 Ordonnance no 45-820 du 26 avril 1945. BO no 30 du 3e trimestre 44-45, p. 1925. Conseil supérieur de l’enseignement public. Création.

41 Le conseil supérieur de l’enseignement technique fut créé en 1870 et fonctionna jusqu’en 1940. En 1919 la loi Astier lui donne une consécration législative. En 1920 il est rattaché en même temps que l’enseignement technique au ministère de l’Instruction publique.

42 Canonge Fernand (1946b), « Le nouveau conseil supérieur de l’Éducation nationale », Le travailleur de l’enseignement technique, 18, 3-4.

43 SNET anonyme (1946), « Conseil de l’enseignement technique. Compte rendu de la réunion du 29 juillet 1946 », Le travailleur de l’enseignement technique, 18, 9-10.

44 Canonge Fernand (1946b), op. cit.

45 SNET anonyme (1946), op. cit.

46 Aucune trace matérielle n’a été retrouvée des travaux de cette commission officielle. Elle est également citée par Le Rolland lors de la 44e séance de la commission d’étude pour la réforme de l’enseignement. AN 71/AJ63.

47 Troger Vincent (1989), « L’histoire de l’enseignement technique : entre les entreprises et l’État, la recherche d’une identité », Histoire, économie et société, 4, 593-611.

48 Pelpel Patrice et Troger Vincent (2001), Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan. Les centres de formation professionnelle sont créés en 1939 et développés sous le régime de Vichy pour résorber le chômage des jeunes et assurer leur encadrement idéologique.

49 Arrêté du 18 septembre 1944. Rattachement à la direction de l’enseignement technique des centres de formation professionnelle dépendant de l’ancien commissariat général à la jeunesse.

50 Ils sont transformés en collège d’enseignement technique (CET) lors de la réforme Berthoin en 1959.

51 Circulaire du 7 mai 1945. BO no 34, p. 2202. Organisation des centres d’apprentissage.

52 Tanguy Lucie, Poloni Arlette et Agulhon Catherine (1987), op. cit.

53 Les collèges techniques industriels préparent au brevet d’enseignement industriel (BEI).

54 Les ENP accueillent les élèves au niveau de la classe de sixième.

55 Les collèges techniques et les ENP sont fusionnés dans les lycées techniques lors de la réforme Berthoin en 1959.

56 Dans le même temps, les instituts annexes des facultés sont transformés en Écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI) et assimilés aux grandes écoles. Les ENSI ne relèvent donc pas de l’enseignement technique.

57 Décret no 47-807 du 5 mai 1947. BO no 15 du 15 mai 1947, p. 571. Écoles nationales d’ingénieurs arts et métiers, règlement.

58 Legay Fernand et Cauët R. (1958), Recueil pratique des lois et règlements de l’enseignement technique, Paris, Foucher.

59 Peyrègne Léonce (1954), « Diversité de l’enseignement technique », in Renaudeau Fernand, Encyclopédie générale de l’éducation française. L’enseignement technique, ministère de l’Éducation nationale, Paris, Lombardi.

60 MEN (1958), Panorama de l’enseignement technique, ministère de l’Éducation nationale, direction de l’enseignement technique. Centre d’étude et de recherche documentaires de l’enseignement technique, Paris, Imprimerie nationale.

61 Vercier Charles (1947b), « Les écoles multiples », Technique Art Science, 8, 12-13.

62 Propos de Gustave Pacquez, secrétaire du CNCM, rapportés par Philippe Rabier. Rabier Philippe (1947a), « Second degré et enseignement technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 24, 6-8.

63 Ce qui est revendiqué par l’enseignement technique.

64 Le compte rendu du congrès de la CGT de 1931 est disponible sur : http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_31_-_1931_-_Congres_Paris.pdf.

65 Rabier Philippe (1947a), « Second degré et enseignement technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 24, 6-8.

66 Sur les quinze pages du projet, onze critiquent l’organisation actuelle et quatre détaillent les propositions.

67 Le 16 avril 1947. Artus Charles et Rabier Philippe (1947), « Maintien de la Direction de l’ET », Le travailleur de l’enseignement technique, 26, 9.

68 Mérat Lucien (1945), « La réforme de l’enseignement », L’Université syndicale, 2 et 3, 1-2.

69 Pacquez Gustave (1945), « Au sujet des examens », Bulletin de l’enseignement moderne, 4, 25-27.

70 Canonge Fernand (1946c), « La première partie du baccalauréat technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 15, 9-10.

71 De 1944 à 1948, le SNET est organisé en deux branches qui syndiquent d’une part les enseignants des écoles techniques (écoles nationales professionnelles, arts et métiers, collèges techniques) et les personnels des ENNA et de l’ENSET et, d’autre part, ceux des centres d’apprentissage.

72 Canonge Fernand (1946c), op. cit.

73 AN 71/AJ64. Vœu adopté le 11 avril 1946 lors de la 44e séance de travail de la commission d’étude pour la réforme de l’enseignement.

74 Bien qu’utilisée dans le langage courant, l’appellation officielle de « baccalauréat technique » n’apparaît qu’en 1948 dans un arrêté daté du 26 février. La Société amicale des anciens élèves des ENP utilise également ces termes et parle même du baccalauréat option T (dans un ouvrage de présentation des ENP, paru en 1947 à l’occasion du cinquantenaire de l’amicale).

75 Modification du régime des examens.

76 Arrêté du 14 mai 1946. BO no 27 du 30 mai 1946, p. 790. Programme des épreuves de la série technique.

77 Circulaire du 27 novembre 1946. Préparation du baccalauréat technique.

78 Meylan Françoise (1983), « De l’école nationale professionnelle au baccalauréat de technicien ou l’évolution d’une filière de l’enseignement technique », Formation Emploi, 4, 29-46.

79 MEN (1958), Panorama de l’enseignement technique, ministère de l’Éducation nationale, direction de l’enseignement technique, Centre d’étude et de recherche documentaires de l’enseignement technique, Paris, Imprimerie nationale.

80 Le Rolland (1947a), op. cit.

81 Canonge Fernand (1946a), « Baccalauréat technique », Le travailleur de l’enseignement technique, 20, 14.

82 Un baccalauréat technique série économique est créé en 1952.

83 D’après Cauët, R. (1956). Réalités actuelles de l’enseignement technique. L’Enseignement technique, 11, 57-61.

84 Canonge Fernand, (1946a), op. cit.

85 Les programmes des épreuves des séries technique et mathématiques et technique pour la session de 1947 paraissent au BO no 8 du 20 mars 1947, p. 247 (arrêté du 19 février 1947).

86 Les quatre conseillers du second degré siégeant au sein du conseil de l’enseignement technique avaient donné un avis favorable.

87 Rabier Philippe (1947b), « Au sujet du baccalauréat 2e partie », Le travailleur de l’enseignement technique, 23, 21.

88 Legoux Yves (1972), Du compagnon au technicien. L’École Diderot et l’évolution des qualifications 1830-1972. Sociologie de l’enseignement technique français, Paris, Technique & vulgarisation, SA.

89 Les cases grisées signalent les épreuves spécifiques au baccalauréat technique.

90 Non signé, cet article exprime le point de vue de la rédaction du SNET (mai 1947). SNET anonyme (1947), « L’enseignement technique et la réforme du second degré », Le travailleur de l’enseignement technique, 25, 20-22.

91 Legoux Yves (1972), op. cit.

92 Encadrement, organisation de la production, conception des machines…

93 Savoye Antoine (2010), « Langevin et l’expérience des classes nouvelles », in Gutierrez Laurent et Kounelis Catherine (dir.), Paul Langevin et la réforme de l’enseignement, Grenoble, PUG.

94 Bloch Marc-André (1953), La pédagogie des classes nouvelles, Paris, PUF.

95 Buisson Albert (1947), « L’épreuve d’atelier au baccalauréat “Mathématiques et technique” et les travaux manuels éducatifs », Technique Art Science, 10, 14-19.

96 1949 est également l’année où est édité le premier et le seul manuel spécifique au baccalauréat technique. Berrens Sylvain (1949), Manuel de technologie. Première partie du baccalauréat technique, Paris, Foucher. Un tome 2 est édité en 1953 à l’attention des candidats à la deuxième partie du baccalauréat mathématiques et technique.

97 Buisson Albert (1949), « Un débouché pour les classes nouvelles : la formation des techniciens », Technique Art Science, 10, 1-4.

98 Canonge Fernand (1946a), op. cit.

99 Les élèves des collèges techniques et des ENP ont déjà subi une sélection à l’entrée en classe de 4e.

100 Raoul Cantarel, inspecteur général du ministère de l’Éducation nationale honoraire, vice-président national de l’AFDET depuis 2009 et ancien directeur du CERPET (Centre d’études pour la rénovation pédagogique de l’enseignement technique).

101 Le Rolland Paul (1948), op. cit.

102 Le Rolland Paul (1947a), op. cit.

103 Note du 26 juillet 1945. BO no 41, p. 2847. Préparation aux concours d’admission à l’ENSET.

104 Legoux Yves (1972), op. cit.

105 Terme utilisé pour qualifier une formation pratique très dense et très spécialisée permettant la prise en charge directe d’un poste de travail.

106 Janod Robert (1974), « L’évolution de l’enseignement technique dans l’enseignement secondaire public. De la loi Astier du 25 juillet 1919 à la loi d’orientation de l’enseignement technologique du 16 juillet 1971 », Technique Art Science, 277-278, 5-72.

107 Direction de l’enseignement technique (1947), « L’enseignement technique au cours de l’année 1946 », Technique Art Science, 6, 8-10.

108 Buisson Albert (1947), op. cit.

109 Le Rolland Paul (1948), op. cit.

110 Lenormand Georges (1946), « Le dessin industriel, enseignement de culture », Technique Art Science, 2, 43.

111 Fongrenaud M. (1959), « Le baccalauréat technique, conférence de l’IPET du 10 avril 1959 », L’enseignement technique, 23, 25-32.

112 Lamoure Jean (2010), « La revue Technique Art Science, 1944-1955 : entre pédagogie et disciplines (160-168) », in Renaud d’Enfert et Pierre Kahn (dir.), En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République, Grenoble, PUG.

113 Gal Roger (1946), « Le dernier congrès de l’éducation nouvelle », Technique Art Science, 2, 9. Roger Gal est professeur agrégé à l’École normale supérieure de l’enseignement technique, conseiller pédagogique détaché au ministère.

114 Gal Roger (1947), « Nécessité d’un humanisme technique et professionnel », Technique Art Science, 2, 1-4.

115 Lignière M. (1950), « Humanisme technique », Technique Art Science, 7, 1-3.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Les finalités des formations techniques et professionnelles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tableau 2. – Résultats de 1956 au baccalauréat technique industriel, première et deuxième parties.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Tableau 3. – Nature des épreuves et coefficients du baccalauréat mathématiques et technique (1946-1950).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/92049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540