Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Baccalauréat technique

 | 
Christian Hamon

Deuxième partie. Le baccalauréat technique au cœur de la restructuration de l'enseignement technique (1944-1958)

Chapitre IV. Des repères sur l’enseignement technique scolarisé avant 1945

Texte intégral

  • 1 Cf. aussi la bibliographie relative à cette période proposée en fin d’ouvrage.

1L’histoire de l’enseignement technique depuis la Libération se conçoit mieux à la lumière des principales étapes1 qui précèdent cette période contemporaine. La scolarisation de l’enseignement professionnel s’est construite progressivement. Chronologiquement, l’école a pris en charge d’abord la formation des ingénieurs (écoles techniques de niveau supérieur), puis celle des contremaîtres (écoles de niveau moyen) et enfin celle des ouvriers (écoles de niveau élémentaire).

De l’Ancien régime à la Troisième République

2Au milieu du XVIIe siècle naissent les premières écoles techniques militaires (édifications de fortifications, fabrication de l’artillerie, de navires). Ces créations sont suivies par l’établissement des premières écoles d’ingénieurs civils (ponts, routes, manufactures). Entre 1788 à 1799, la Convention développe le réseau d’écoles techniques supérieures en créant de grands établissements. La création des écoles centrales en 1798, remplacées en 1802 par des lycées d’État, marque l’avènement de l’enseignement des mathématiques, des sciences et du dessin, susceptible d’assurer une préparation à l’enseignement technique supérieur. Après le vote de la loi Falloux (1850) qui autorise l’ouverture d’écoles libres, la concurrence des établissements privés oblige le ministère de l’Instruction publique à créer, en 1865, un petit nombre d’écoles préparatoires aux écoles spéciales du gouvernement.

3Dans le secondaire, la mise en place d’un enseignement spécial de niveau moyen échoue. Ses programmes et méthodes, adaptés à la préparation des élèves aux professions de contremaîtres de l’industrie, de négociants ou d’agriculteurs sont abandonnés pour laisser la place à un baccalauréat moderne (1891).

  • 2 Avec la formation sur le tas, « le travailleur apprenait en regardant travailler les autres et en (...)
  • 3 L’école est ouverte aux orphelins de guerre ou fils d’ouvriers morts au travail ainsi qu’aux enfan (...)
  • 4 Décret du 19 mars 1870.

4Au niveau élémentaire, c’est le compagnonnage et l’apprentissage « sur le tas2 » qui forme les ouvriers et les futurs artisans. Les quelques rares écoles qui dispensent un enseignement de type professionnel élémentaire relèvent d’initiatives privées. La plus connue est créée par le duc François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld à Liancourt en 17803. Celle-ci devient la première des écoles d’arts et métiers en 1804. L’école de niveau élémentaire et intermédiaire est transférée à Châlons-sur-Marne ; elle vise à former « de bons ouvriers et des chefs d’atelier ». D’abord militaire, elle passe sous la juridiction du ministère de l’Agriculture et du Commerce en 1832, ce qui entraîne l’élévation du niveau d’instruction. Dans un contexte de développement rapide des industries (métallurgie, chemin de fer, chantier naval notamment) et de pénurie d’ouvriers rompus aux travaux industriels, de nouvelles écoles d’arts et métiers sont ouvertes à Angers et Aix-en-Provence. En 18704, est créée une commission permanente auprès du ministère de l’Agriculture et du Commerce, qui prend le titre de conseil supérieur de l’enseignement technique. L’institution « enseignement technique » est en train de naître, mais il faut attendre la IIIe République pour qu’elle connaisse un véritable essor.

L’essor de l’enseignement technique (1880-1914)

5L’entité « enseignement technique » s’est forgée dans un milieu scolaire concurrentiel à côté des enseignements primaire et secondaire. Elle est marquée par des tensions fortes entre le ministère de l’Instruction publique et celui du Commerce et de l’Industrie.

  • 5 Les écoles d’arts et métiers, qui relèvent du ministère du Commerce depuis 1832, ont acquis le sta (...)
  • 6 La consécration des écoles d’arts et métiers arrive en 1907, avec la création du diplôme d’ingénie (...)

6Tandis que les écoles nationales d’arts et métiers (ENAM)5 continuent leur développement6 avec la création de l’ENAM de Lille en 1881 et l’ENAM de Cluny en 1901, la crise de l’apprentissage perdure. Dans un contexte de révolution industrielle, la question de la création d’écoles prenant en charge une véritable préparation pratique aux métiers de l’industrie est posée. Trois alternatives s’offrent aux décideurs :

  • L’apprentissage chez le patron, accompagné de cours obligatoires.
  • L’école dans l’atelier, à l’exemple de l’école de fabrique fondée par Schneider en 1837 au Creusot.
  • L’atelier dans l’école d’apprentissage qui dispense en simultané un enseignement général et une formation pratique d’atelier.

7Le principe de l’atelier dans l’école, s’il est largement partagé, divise sur la finalité d’une telle formation. Les uns prônent une formation pratique généraliste préparatoire à l’apprentissage ; les autres se prononcent en faveur d’une formation directe et complète à un métier déterminé. Chacun des camps recrute ses partisans soit au ministère de l’Enseignement public, soit au ministère du Commerce, lequel reçoit le soutien des grandes industries.

8Ces points de vue opposés justifient la création, par la loi fondatrice du 11 décembre 1880 sur les écoles manuelles d’apprentissage, de deux catégories d’établissement :

  • Les « écoles manuelles d’apprentissage », qui relèvent du budget du ministère de l’Agriculture et du Commerce.
  • Les « écoles libres à la fois primaires et professionnelles », ou les « écoles publiques d’enseignement primaire complémentaire », qui relèvent du budget du ministère de l’Instruction publique.
  • 7 Devient en 1912 l’École normale de l’enseignement technique (ENET) puis l’ENSET en 1932.
  • 8 Loi du 1er juillet 1901. Relative au contrat d’association.
  • 9 Créée le 25 juin 1902.

9Cette dualité entraîne une concurrence et un conflit sévère entre les deux ministères. Tandis que l’instruction publique développe un réseau d’écoles primaires supérieures (EPS), dont certaines comportent des sections industrielles, le ministère du Commerce crée les écoles pratiques de commerces et d’industrie (EPCI) et se dote d’une direction de l’enseignement technique (DET) autonome. Enfin, les « écoles nationales primaire et supérieure », mises en place par la loi de 1880 pour servir de modèles d’écoles primaires supérieures, entrent dans le giron du ministère du Commerce. Ces établissements sont rapidement transformés en prestigieuses écoles nationales professionnelles (ENP) dont une des missions consiste à former l’élite de l’enseignement technique au sein de classes spéciales préparatoires au concours des écoles d’Arts et métiers. Les titulaires du diplôme d’élève breveté (DEB) des ENP alimentent également la section normale destinée à former les maîtres de l’enseignement technique, créée en 1891 à l’école nationale d’arts et métiers de Châlons7. Ainsi la direction de l’enseignement technique se retrouve-t-elle à la tête d’un réseau d’établissements hiérarchisés (EPCI, ENP et ENAM) et d’une école de formation des maîtres. Après 1901, le ministère du Commerce profite de la jeune loi sur le droit d’association8 pour favoriser la création d’un puissant groupe de pression, organisé au sein de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET)9, elle-même liée à la puissante Union des industries métallurgiques et minières (UIMM).

10Tandis que l’architecture verticale de l’enseignement technique se met en place à côté des ordres secondaire et primaire, au niveau supérieur, la réforme de 1902 ancre dans les lycées les préparations aux grandes écoles. La durée de préparation passe officiellement à deux ans. La deuxième année de mathématiques élémentaires supérieures se généralise et est rebaptisée classe de mathématiques spéciales préparatoires. Mais ces classes, réservées à l’élite, restent inaccessibles aux meilleurs élèves de l’enseignement technique pour qui les Écoles nationales d’arts et métiers constituent l’objectif principal.

La nouvelle donne d’après-guerre (1919-1944)

  • 10 La réglementation de l’enseignement technique est complétée en 1925 par la création des chambres d (...)
  • 11 Loi du 25 juillet 1919. Relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commer (...)

11En 1919, une loi réglementant l’enseignement technique10 est votée11. Véritable charte de l’enseignement technique, celle-ci précise :

« L’enseignement technique, industriel ou commercial a pour objet, sans préjudice d’un complément d’enseignement général, l’étude théorique et pratique des sciences et des arts ou métiers en vue de l’industrie ou du commerce. »

  • 12 Directeur de l’enseignement technique de 1920 à 1933, c’est Hyppolite Luc qui lui succède et assur (...)
  • 13 Arrêté du 27 janvier 1934. JORF du 3 février 1934, p. 1114. Réglementation du brevet d’enseignemen (...)

12L’année suivante, la direction de l’enseignement technique est rattachée au ministère de l’Instruction publique ce qui provoque un bouleversement sans conséquence. En effet, en plus de trente années d’existence, l’enseignement technique s’était patiemment forgé une identité (établissements, personnels, programmes d’enseignement, direction autonome), difficile à remettre en cause. La création d’un sous-secrétariat d’État à l’enseignement technique et la nomination comme directeur de l’enseignement technique d’Edmond Labbé12, inspecteur général de l’enseignement technique (IGET) et adhérent de l’AFDET procurent également continuité et stabilité à l’enseignent technique. En 1934, les certificats d’études pratiques industrielles délivrés jusqu’alors par les EPCI à leurs élèves sont transformés en brevets d’enseignement industriel13 (BEI) (cf. annexe 2, document 1).

13En 1936, le ministre Jean Zay prolonge la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans. La création d’une direction du premier degré à laquelle sont rattachées les classes élémentaires des lycées et collèges, et le rattachement du primaire supérieur à la direction du second degré s’inscrivent dans un plan général qui vise à organiser l’école unique, c’est-à-dire à structurer l’enseignement en trois degrés successifs. L’enseignement technique reste cependant un ordre d’enseignement indépendant.

  • 14 Troger Vincent (1987), Les centres de formation professionnelle : 1940-1945, naissance des lycées (...)

14À l’automne 1939, la préparation de la guerre et la pénurie de maind’œuvre incitent les autorités à prendre des dispositions énergiques. La direction de l’enseignement technique est chargée de la formation accélérée de plus de 50 000 jeunes au sein de centres de formation professionnelle14. Il s’agit de fournir à la défense nationale des ouvriers et ouvrières spécialisés qui, en un temps très court, doivent être capables d’exécuter en série des pièces destinées à l’armement. Un enseignement technique élémentaire se met ainsi en place. Il se développe sous l’occupation pour atteindre 850 centres à la Libération. En 1941, le ministre Jérôme Carcopino réforme l’enseignement. Il dissout les EPS qu’ils rattachent au collège moderne et fusionne au sein de collèges technique (CT) les sections industrielles des EPS professionnelles et les EPCI, offrant ainsi un nouveau visage à l’instruction publique de l’État français.

15Ces 150 années posent les jalons de l’enseignement technique scolarisé. Peut alors débuter la restitution des quinze années nécessaires à la restructuration de l’enseignement technique, dans les conditions particulières post-Libération.

Notes

1 Cf. aussi la bibliographie relative à cette période proposée en fin d’ouvrage.

2 Avec la formation sur le tas, « le travailleur apprenait en regardant travailler les autres et en s’exerçant lui-même dans l’équipe de travail, par essai et par erreur », Leplat Jacques, Énard Claude et Weill-Fassina Annie (1970), La formation par l’apprentissage, Paris, PUF.

3 L’école est ouverte aux orphelins de guerre ou fils d’ouvriers morts au travail ainsi qu’aux enfants de soldats. À la lecture, l’écriture et le calcul, est adjointe une formation aux métiers utiles dans les régiments, tailleur ou cordonnier.

4 Décret du 19 mars 1870.

5 Les écoles d’arts et métiers, qui relèvent du ministère du Commerce depuis 1832, ont acquis le statut de nationales en 1848.

6 La consécration des écoles d’arts et métiers arrive en 1907, avec la création du diplôme d’ingénieur des écoles nationales d’arts et métiers.

7 Devient en 1912 l’École normale de l’enseignement technique (ENET) puis l’ENSET en 1932.

8 Loi du 1er juillet 1901. Relative au contrat d’association.

9 Créée le 25 juin 1902.

10 La réglementation de l’enseignement technique est complétée en 1925 par la création des chambres des métiers pour les artisans, la réglementation sur le contrat d’apprentissage en 1928 et par les lois sur l’apprentissage (artisanat en 1937 et industrie 1938).

11 Loi du 25 juillet 1919. Relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commercial (dite loi Astier).

12 Directeur de l’enseignement technique de 1920 à 1933, c’est Hyppolite Luc qui lui succède et assure la continuité de 1933 à 1944.

13 Arrêté du 27 janvier 1934. JORF du 3 février 1934, p. 1114. Réglementation du brevet d’enseignement industriel. Programme des épreuves d’examen. Composition du jury d’examen.

14 Troger Vincent (1987), Les centres de formation professionnelle : 1940-1945, naissance des lycées professionnels, Paris, Syndicat national des personnels de direction de lycée professionnel.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540