Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Baccalauréat technique

 | 
Christian Hamon

Première partie. Des clés pour comprendre la disciplinarisation de la technologie

Chapitre II. Une réforme de structure

Full text

1La photographie des dispositions et du bouleversement contemporain indique qu’il s’agit fondamentalement d’une nouvelle réforme de structure du système éducatif. Les changements affectant les enseignements technologiques à tous les étages de l’institution scolaire apparaissent comme un révélateur.

Les moteurs de la réforme

  • 1 Lelièvre Claude (2010), « Le bac d’abord, et/ou la licence ? », blog. educpros. fr. En ligne : htt (...)
  • 2 Rey Olivier (2008), De la transmission des savoirs à l’approche par compétences. Dossier d’actuali (...)

2La prolongation de la scolarité et l’élévation des qualifications constituent les moteurs essentiels de cette réforme en profondeur. En effet, le taux de diplômés sortant de l’enseignement supérieur dans beaucoup de pays d’Europe est nettement meilleur que celui de la France. Comme le précise Claude Lelièvre1, il s’agit de combler le retard de la France sur la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande, la Suède, l’Irlande et la Pologne. Cette prolongation de la scolarité effective s’inscrit dans un contexte plus général dans lequel la logique de compétences, érigée en règle (Olivier Rey)2, vise à ce qu’aucun jeune d’une génération ne sorte du système scolaire sans diplôme ou sans une formation reconnue.

  • 3 AECSE (2005). Construction déconstruction du collège unique : les enjeux de l’école moyenne, 26, 2 (...)
  • 4 Cela ne devrait représenter au plus que 20 % des élèves dont une partie de la formation doit être (...)

3D’une certaine façon, l’enseignement de base prépare aux enseignements de spécialisation à l’issue de la scolarité obligatoire. Ainsi dès le primaire, la maîtrise des fondamentaux met-elle l’ensemble des enfants en position de suivre une scolarité longue. La fin du collège unique3, alliée à la modification de la carte scolaire, permet ensuite une première orientation scolaire soit vers un diplôme professionnel de niveau V (CAP ou BEP4), soit vers un cursus d’une durée harmonisée qui mène à l’un des baccalauréats des voies professionnelle, technologique et générale. Par son rôle d’aiguillage, le lycée, antichambre de l’enseignement supérieur, occupe une place stratégique après le collège. Avec le précieux sésame en poche, l’enseignement supérieur s’ouvre alors sur des filières de sélectivité, de durée et de prestige inégaux.

Le sens de la réforme

  • 5 Prost Antoine (1996), « Comment faire l’histoire des réformes de l’enseignement », in Bruno Belhos (...)
  • 6 Robert André (2010), L’école en France de 1945 à nos jours, Grenoble, PUG.

4L’histoire montre que les réformes scolaires5, selon leur nature, affectent soit les contenus à enseigner (réforme scientifique), soit les méthodes d’enseignement (rénovation pédagogique) ou encore les finalités du système scolaire (réforme politique). La réforme en cours s’inscrit dans le prolongement des « politiques scolaires » menées depuis la Libération6. Elle touche les structures en ce sens que la réforme politique décidée au niveau européen et mise en œuvre nationalement affecte à la fois les missions et les contenus à enseigner, et se répercute sur leurs modes de diffusion et d’évaluation.

  • 7 De Landsheere Vivianne (1992), L’éducation et la formation, Paris, PUF, p. 102.

5Les finalités7 ou plutôt les objectifs particuliers poursuivis par les programmes disciplinaires concourent aux missions du système éducatif. Ces objectifs peuvent être tout à la fois social, idéologique et/ou économique, les divers enseignements les prenant alors en charge en tout ou partie. Les enseignements qui relèvent des domaines technologiques n’échappent pas à la règle. Aussi les modifications qui affectent l’organisation et les contenus de ces enseignements à tous les niveaux du système scolaire apparaissent-elles comme révélatrices de la cohérence d’ensemble de la réforme de structure.

La distinction professionnel-technologique

6La réforme de structure et le repositionnement des enseignements de technologie et de sciences de l’ingénieur à tous les étages de l’architecture du système éducatif mettent en évidence deux phénomènes complémentaires : d’une part la construction verticale d’un enseignement technologique et d’autre part une distinction, dès le collège, entre l’enseignement général ou technologique et l’enseignement professionnel. Les flèches (cf. cahier central, illustration 1, p. I) matérialisent un curriculum en forme de double Y, avec d’une part des enseignements technologiques (sciences de l’ingénieur et technologie industrielle) menant idéalement aux diplômes des écoles d’ingénieurs (bac + 5) et, d’autre part un parcours via une voie professionnelle orientée, là encore idéalement, vers l’obtention d’une licence professionnelle (bac + 3).

7Cette vue d’ensemble de la structure du système éducatif permet de resituer les missions générales des enseignements de la technologie. Tandis que l’enseignement des sciences de l’ingénieur au sein de la voie scientifique du baccalauréat général s’adresse à la future élite du pays, les reconfigurations curriculaires qui accompagnent la redéfinition des missions respectives des voies professionnelle et technologique apparaissent comme un aboutissement : le nouveau baccalauréat STI2D achève la structuration d’un curriculum disciplinaire attaché à la technologie, qui couvre l’ensemble de la scolarité, tandis que les nouveaux baccalauréats professionnels en trois ans achèvent la construction d’un système de formation professionnelle cohérent qui se prolonge dans le supérieur jusqu’à la licence professionnelle.

Un curriculum disciplinaire attaché à la technologie

  • 8 Perrot Norbert (2011a), Journée pédagogique. Plan national de formation chefs de travaux, Diaporam (...)

8La déprofessionnalisation et la déspécialisation de la voie technologique sont le signe de l’aboutissement d’une réforme de type curriculaire. La nouvelle philosophie de la voie technologique est résumée par l’inspecteur général Norbert Perrot8 :

« La voie technologique industrielle doit participer au challenge national qui consiste à relever le défid’attirer plus de jeunes vers les études scientifiques et technologiques supérieures longues […], l’objectif terminal n’est plus l’obtention, pour la grande majorité, du BTS ou du DUT, mais il doit être plus ambitieux. Il s’agit d’en faire une voie d’excellence. C’est un véritable saut culturel […] pour l’avenir de notre économie. »

9Entre enseignement professionnel et enseignement scientifique, la voie technologique se rapproche ainsi de la voie générale. Dans cette nouvelle organisation, les enseignements de technologie, d’abord intégrés à ceux des sciences, se font de plus en plus autonomes au fur et à mesure que l’étudiant s’élève dans le cursus scolaire. En effet, il est maintenant possible de suivre des enseignements technologiques dont le contenu, structuré autour de la matière, de l’énergie et de l’information, trouve une cohérence dans l’étude du simple objet technique à l’école primaire ou dans celle des systèmes pluritechnologiques les plus complexes aux différents niveaux de l’enseignement supérieur.

Une structure de formation professionnelle

  • 9 Onisep. Fiches post bac. Après un bac pro. http://www.onisep.fr.
  • 10 Les commissions professionnelles consultatives (CPC) « du ministère de l’Éducation nationale sont (...)
  • 11 Les commissions pédagogiques nationales (CPN) remplissent la même fonction que les CPC pour les DU (...)

10Selon l’Onisep9, l’« université […] est une voie très risquée pour les bacheliers pro, car les cursus offerts ne leur sont pas adaptés ». Avec ce constat, le baccalauréat professionnel en trois ans apparaît comme la pièce maîtresse de la construction d’une structure de formation professionnelle initiée par le haut, dès 1999, avec la création des licences professionnelles. Cette structure s’organise selon un parcours balisé par des enseignements, à vocation essentiellement professionnelle, aux programmes définis en partenariat avec le monde de l’entreprise, et prépare à des métiers bien identifiés. Les référentiels de formation sont élaborés à partir des données fournies par le monde professionnel et validées au sein des CPC10 pour les baccalauréats professionnels et les BTS et des CPN11 pour les DUT et les licences professionnelles.

11Ainsi la voie professionnelle dans le système éducatif français apparaîtelle comme une structure cohérente intégrée au système LMD. La licence professionnelle, dernière étape d’un cursus professionnalisant, doit cependant permettre aux étudiants qui en ont la capacité de poursuivre en master et au-delà.

12Afin d’analyser les évolutions qui mènent à cette situation contemporaine, différents travaux de recherche de didactique, d’histoire et de sociologie fournissent des repères sur la nature et l’origine des disciplines scolaires.

Notes

1 Lelièvre Claude (2010), « Le bac d’abord, et/ou la licence ? », blog. educpros. fr. En ligne : http://blog.educpros.fr/claudelelievre/2010/05/15/le-bac-dabord-etou-la-licence/.

2 Rey Olivier (2008), De la transmission des savoirs à l’approche par compétences. Dossier d’actualité de la VST, 34. En ligne : http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/34-avril-2008.php.

3 AECSE (2005). Construction déconstruction du collège unique : les enjeux de l’école moyenne, 26, 27 et 28 octobre 2005. AECSE (Association des enseignants et chercheurs en sciences de l’éducation), université Paris 8, Centre scientifique et technologique de l’IUFM de Créteil à Saint-Denis.

4 Cela ne devrait représenter au plus que 20 % des élèves dont une partie de la formation doit être assurée en alternance via l’apprentissage.

5 Prost Antoine (1996), « Comment faire l’histoire des réformes de l’enseignement », in Bruno Belhoste, Hélène Gispert et Nicole Hulin (dir.), Les sciences au lycée, un siècle de réformes des mathématiques et de la physique en France et à l’étranger, Paris, Vuibert et INRP.

6 Robert André (2010), L’école en France de 1945 à nos jours, Grenoble, PUG.

7 De Landsheere Vivianne (1992), L’éducation et la formation, Paris, PUF, p. 102.

8 Perrot Norbert (2011a), Journée pédagogique. Plan national de formation chefs de travaux, Diaporama, 17 mars 2011, https://www.cerpet.adc.education.fr/ressources/1055/Introduction%20PNF%20CdT_17%20mars%202011.pdf.

9 Onisep. Fiches post bac. Après un bac pro. http://www.onisep.fr.

10 Les commissions professionnelles consultatives (CPC) « du ministère de l’Éducation nationale sont des instances où employeurs, salariés, pouvoirs publics et personnes qualifiées se concertent et donnent un avis sur la création, l’actualisation ou la suppression des diplômes de l’enseignement technologique et professionnel, du CAP au BTS ».

11 Les commissions pédagogiques nationales (CPN) remplissent la même fonction que les CPC pour les DUT.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540