Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le Baccalauréat technique

 | 
Christian Hamon

Première partie. Des clés pour comprendre la disciplinarisation de la technologie

Chapitre I. La situation contemporaine de l’enseignement de la technologie

Volltext

  • 1 Par opposition notamment à la technologie qualifiée de tertiaire.
  • 2 Lebeaume Joël (2010), Vers la technologie pour tous les collégiens : genèse d’une discipline. Pour (...)

1Cet ouvrage s’intéresse prioritairement à l’enseignement de la technologie industrielle1. Au lycée, celui-ci est profondément bouleversé à partir de 2011, notamment avec le nouveau baccalauréat sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D). Afin de saisir le sens de ce bouleversement, il convient de resituer la place et la nature des enseignements de technologie au sein des différents segments scolaires. Une étude étroite cadrée sur la technologie industrielle dans l’enseignement secondaire risquerait d’analyser partiellement le processus de réforme engagé. En effet, contrairement aux travaux initiaux d’histoire des enseignements centrés sur un enseignement ou une discipline, il est essentiel, comme Joël Lebeaume2 le souligne, d’examiner à l’échelle curriculaire les mouvements d’ensemble. À cet égard, la présentation des modifications récentes et en cours privilégie un point de vue plus étendu, de l’école élémentaire à l’université.

L’école et le collège

2L’école primaire et le collège sont les deux segments scolaires de l’école obligatoire, fréquentés par l’ensemble des jeunes français.

  • 3 Arrêté du 9 juin 2008. BO hors-série no 3 du 19 juin 2008. Horaires et programmes d’enseignement d (...)
  • 4 La maîtrise des principaux éléments de mathématiques ; une culture humaniste et scientifique perme (...)
  • 5 Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école no 2005-380 du 23 avril 2005 (dite loi (...)
  • 6 Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République no 2013-595 (...)

3L’école primaire, préélémentaire (ou maternelle) et élémentaire, a pour mission de transmettre et de faire acquérir à chaque élève les connaissances et compétences fondamentales qui seront nécessaires à la poursuite de sa scolarité. Les enseignements s’y spécialisent progressivement. Les programmes3 de ce premier niveau de la scolarité obligatoire s’adossent au socle commun de connaissances, de compétences et de culture4 institué par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 20055 et complété par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République de 20136.

4Dès l’école maternelle les enfants reçoivent des enseignements en lien avec la technologie. Dans le cadre des enseignements de la découverte du monde, ils découvrent la matière (en coupant, en modelant, en assemblant, en agissant sur les matériaux usuels comme le bois, la terre, le papier, le carton, l’eau…) et le vivant. Ils découvrent également les objets techniques de la vie courante (lampe de poche, téléphone, ordinateur…) et comprennent leur usage et leur fonctionnement : à quoi ils servent et comment les utiliser. Il s’agit d’une familiarisation avec les objets usuels.

  • 7 Les technologies d’élaboration et de transformation des matériaux par exemple.
  • 8 Ici la technologie est entendue en tant que domaine disciplinaire.

5À l’école élémentaire, durant le cycle des apprentissages fondamentaux (CP et CE1), la découverte du monde recouvre les mêmes domaines d’étude qu’en maternelle (monde du vivant, de la matière et des objets). Les objectifs sont par exemple : utiliser les unités usuelles de mesure ; observer et décrire pour mener des investigations… Dans le programme du cycle des approfondissements (CE2, CM1 et CM2), les enfants abordent les sciences expérimentales et les technologies7 avec pour objectifs de comprendre et de décrire le monde réel, celui de la nature et celui construit par l’homme. Les contenus se structurent également autour de la matière, de l’énergie et des objets techniques tels que les circuits électriques alimentés par des piles, les leviers et balances, les objets mécaniques et la transmission de mouvements. Parmi les objectifs de ce deuxième palier, il s’agit de pratiquer une démarche d’investigation, savoir observer, questionner ; exercer des habiletés manuelles, réaliser certains gestes techniques…, d’éveiller l’intérêt pour les sciences et la technologie8.

6Au collège, en l’espace de quatre années, l’élève doit se construire une première représentation globale et cohérente du monde dans lequel il vit. L’élaboration de cette représentation passe par l’étude de sujets essentiels pour les individus et la société.

7En technologie, devenue discipline à part entière, les programmes sont bouleversés en 2008 par la transformation des contenus, organisés en domaines d’activité : transports, habitat et ouvrages, confort et domotique. Les discours sont empruntés aux sciences. La démarche d’investigation et les activités d’observation, de manipulation, d’expérimentation, de fabrication et d’assemblage d’objets techniques répondant à une « situation problème » sont présentées comme le cœur de l’enseignement. Les contenus sont organisés autour de six approches : l’analyse du fonctionnement d’un objet technique, les matériaux utilisés, les énergies mises en œuvre, l’évolution de l’objet technique, la communication et la gestion de l’information et les processus de réalisation d’un objet technique.

8La classe de troisième est l’occasion pour l’élève d’effectuer la synthèse de connaissances propres à la technologie et de mettre en valeur sa créativité par la réalisation d’un projet. Cette classe, dernière année du collège, constitue à elle seule le cycle d’orientation qui mène au lycée ou à l’apprentissage. À l’issue de cette première étape de son parcours scolaire, le collégien est susceptible d’avoir acquis une culture scientifique et technologique de base nécessaire à tout citoyen. Ainsi, pour nombre d’élèves, est-ce à ce stade que s’arrête l’approche scolaire du monde de la technologie ; pour les autres, en fonction de leurs goûts et de leurs aptitudes, les voies professionnelle, générale et technologique du secondaire offrent un éventail de choix d’enseignements à caractère technologique.

Les voies de spécialisation au lycée

  • 9 Pour l’histoire des baccalauréats, cf. Marchand Philippe (2010), Le baccalauréat, 1808-2008. Certi (...)

9La fin du collège est synonyme, pour le lycéen, de début de spécialisation. Trois voies, professionnelle, technologique et générale mènent respectivement aux baccalauréats professionnel, technologique et général9. Il y a lieu cependant de distinguer le lycée général et technologique du lycée professionnel. En effet, l’orientation des élèves vers ces différentes voies s’opère après une classe de seconde générale et technologique commune ou dès la classe de seconde pour l’enseignement professionnel. Ainsi la formation au lycée professionnel comporte-t-elle un cycle unique de trois années tandis que la formation au lycée général et technologique s’organise selon un parcours en deux cycles, un cycle de détermination, commun aux élèves de seconde, suivi d’un cycle terminal dans une des séries générales ou technologiques, en classes de première et terminale.

La classe de seconde générale et technologique

  • 10 Arrêtés des 27 janvier et 1er février 2010. BO spécial no 1 du 4 février 2010. Organisation et hor (...)
  • 11 Les enseignements d’exploration SI et CIT prennent la place des enseignements d’initiation aux sci (...)

10Malgré d’importantes modifications apportées à la rentrée 201010, la seconde générale et technologique reste une classe de détermination. La nouveauté réside dans l’introduction de la possibilité d’un choix entre différents modules d’enseignement d’exploration dont la finalité est la découverte de nouvelles disciplines. À cette occasion, des enseignements d’exploration de sciences de l’ingénieur (SI) et de création et innovation technologiques (CIT)11 remplacent les enseignements de détermination d’initiation aux sciences de l’ingénieur (ISI) et d’informatique et systèmes de production (ISP). En ramenant la durée hebdomadaire de ces nouveaux enseignements de trois heures à une heure et demie et en valorisant des supports essentiellement virtuels, cette nouvelle organisation devrait permettre d’accroître le nombre d’établissements proposant des enseignements à caractère technologique et ainsi de drainer davantage d’élèves vers les formations supérieures scientifiques. Ces enseignements ont en commun de s’appuyer sur les acquis des programmes de technologie du collège, le recours aux technologies de l’information et de la communication et sur des thématiques communes (la mobilité, le sport, la santé, l’habitat, l’énergie, la communication, la culture et les loisirs, les infrastructures, la bionique, la dématérialisation des biens et des services).

11L’enseignement d’exploration de sciences de l’ingénieur (SI) a pour objectif de faire découvrir les relations entre la société et les technologies, dans les domaines des produits manufacturés pluritechnologiques ou de l’habitat et des ouvrages. Il s’agit pour l’élève de découvrir pourquoi et comment un produit, à un moment donné, est conçu et réalisé, à quel besoin il répond et quel est son impact dans la société et sur l’environnement. Les activités proposées aux élèves (analyse de systèmes, exploitation de modèles, initiation aux démarches de conception…) permettent d’aborder les compétences et démarches telles qu’« approfondir la culture technologique, représenter, communiquer, simuler, mesurer un comportement ».

12L’enseignement d’exploration création et innovation technologiques (CIT) permet de faire le lien avec d’autres disciplines, pour appréhender l’impact de toute innovation technologique sur les évolutions sociétales et environnementales. Il s’agit pour l’élève de découvrir pourquoi et comment un produit s’inscrit dans une évolution technologique, à partir de quelles découvertes, inventions et innovations technologiques il est apparu et comment une démarche de créativité est indispensable au développement des innovations technologiques. Les activités proposées aux élèves (analyse des évolutions de plusieurs générations de produits, échange au sein d’une structure pour expliquer et convaincre…) permettent d’aborder les compétences et démarches telles qu’« appréhender les bases d’une culture de l’innovation technologique, mettre en œuvre une démarche de créativité, communiquer ses intentions ».

La voie générale

13La voie générale conduit à des poursuites d’études dans les classes préparatoires aux grandes écoles et les sections de techniciens supérieurs (STS) des lycées, dans l’enseignement supérieur et en université dont les instituts universitaires de technologie. Elle est organisée selon trois séries distinctes : la série L à dominante littéraire ; la série ES à dominante sciences économiques et sociales ; la série S, à dominante scientifique.

14La série S propose cinq profils : mathématiques, sciences expérimentales (physique-chimie ou sciences de la vie et de la terre), sciences de l’ingénieur, biologie-écologie (préparé dans les lycées agricoles). En terminale S, existent des enseignements optionnels de spécialité, en physique-chimie, en mathématiques, en sciences de la vie et de la terre, ou, ce qui est nouveau depuis 2013, en informatique et sciences du numérique.

  • 12 Arrêté du 27 janvier 2010. Programme d’enseignement spécifique de sciences de l’ingénieur au cycle (...)

15Seul le profil sciences de l’ingénieur de la voie scientifique, appelé communément « baccalauréat de sciences de l’ingénieur » ou bac S-SI, comporte des enseignements de technologie à caractère industriel. Les nouveaux programmes pour la rentrée 201112 mettent l’accent sur les défis à relever dans les prochaines décennies (accès à l’eau, à l’énergie, à l’alimentation, à l’habitat, au transport, à la santé, à l’éducation et à l’information). Ils insistent sur la nécessité d’assurer un développement durable, ce qui exige la formation d’ingénieurs et de chercheurs aux compétences scientifiques et technologiques pluridisciplinaires de haut niveau, capables d’innover, de prévoir et de maîtriser les performances des systèmes pluritechnologiques complexes. C’est l’histoire de ce baccalauréat, institué en 1946 sous le nom de baccalauréat mathématiques et technique, qui sert de fil conducteur à cet ouvrage.

La voie technologique

  • 13 Il existe également deux séries particulières, l’hôtellerie et la technique de la musique et de la (...)

16La voie technologique conduit aux mêmes poursuites d’études que la voie générale. En 2011 et 2012, la voie technologique est réorganisée en cinq séries principales13 : la série STMG, sciences et technologies du management et de la gestion ; la série ST2S, sciences et technologies de la santé et du social ; la série STL, sciences et technologies de laboratoire ; la série STD2A, sciences et technologies du design et des arts appliqués ; la série STI2D, sciences et technologies de l’industrie et du développement durable.

17La série STI2D remplace la série STI (sciences et technologies industrielles). Elle comprend quatre spécialités : innovation technologique et éco-conception (ITEC), systèmes d’information et numérique (SIN), énergies et environnement (EE) et architecture et construction (AC).

  • 14 Arrêté du 27 mai 2010. JORF no 0122 du 29 mai 2010, p. 9716. Portant organisation et horaires des (...)

18Comme pour le baccalauréat scientifique sciences de l’ingénieur de la voie générale, au sein de la voie technologique, seule la série STI2D14 comporte des enseignements de technologie à caractère industriel. Entièrement restructuré, le baccalauréat STI2D passe de douze options à quatre spécialités. Il est important de remarquer que, tout en conservant ses références industrielles, un glissement significatif des dénominations est opéré des grands secteurs d’activités industrielles (mécanique, électronique…) vers des domaines économiques plus généraux (énergie, information, architecture, éco-conception). L’étude, sous l’angle du développement durable, de l’énergie, de la matière et de l’information, forme un tronc commun aux quatre spécialités.

  • 15 Perrot Norbert (2010b). Réforme de la série STI : « Une déprofessionnalisation complète et assumée (...)

19« Déspécialisation » et « déprofessionnalisation » apparaissent comme les deux mots-clés de la rénovation de la voie technologique STI2D. En effet, plus que d’un changement d’étiquette, il s’agit, selon le doyen du groupe STI de l’inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN) Norbert Perrot15, d’une déspécialisation des enseignements technologiques et d’une déprofessionnalisation des formations initialement créées pour les techniciens de l’industrie. Dans le cadre de cette recomposition, certaines options du baccalauréat STI génie mécanique (systèmes motorisés, structure métallique, productique bois ou matériaux souples) ont globalement laissé place à des baccalauréats professionnels.

  • 16 Taillard Philippe (2010), « L’avenir des STI s’écrit avec 2 D », Technologie, 169, 1.
  • 17 Chaptal, Janson-de-Sailly, Louis-le-Grand et Paul-Valéry.

20Pour l’éditorialiste et rédacteur en chef de la revue Technologie, « Cette rénovation de la voie technologique est certainement la plus importante de son histoire16 ». En effet, cet ensemble de modifications constitue pour la voie technologique industrielle un véritable bouleversement. Celle-ci tend à se fondre dans la voie générale scientifique avec laquelle elle partage dorénavant la finalité de préparer aux études scientifiques et technologiques supérieures longues, c’est-à-dire d’atteindre le niveau du bac + 5. De plus, l’ouverture à la rentrée 2011 de sections STI2D dans de grands lycées parisiens17 est un signal lancé en direction des familles. Dorénavant la voie technologique a vocation à mener aux classes préparatoires aux grandes écoles.

La voie professionnelle

21La voie professionnelle a été la première rénovée à partir de 2009 pour attirer davantage d’élèves et augmenter le nombre de bacheliers professionnels. Cette voie prépare, dans des conditions proches de celles de l’entreprise, à l’exercice d’un métier, elle professionnalise. Elle permet d’accéder au baccalauréat professionnel (BAC PRO) en trois ans après la classe de troisième. Dispensé au sein de lycées professionnels, l’enseignement est en relation avec l’entreprise et ses métiers afin de faire acquérir des compétences et des connaissances générales et professionnelles. Un tiers environ des 80 baccalauréats professionnels relève de l’industrie, en référence à un des domaines de l’aéronautique, de l’automobile, de l’industrie électrique, de la plasturgie, de la mécanique, de l’énergie, etc., et cela dans les secteurs d’activités de la maintenance, de la production ou de l’exploitation.

22Même si la finalité de cette voie reste l’insertion professionnelle au niveau IV de l’échelle des qualifications, la rénovation qui s’achève en 2011 a fixé quatre axes principaux : l’élévation du niveau de qualification des jeunes, leur insertion professionnelle, leur poursuite d’études dans l’enseignement supérieur et la réduction du nombre d’élèves sortant du système scolaire sans diplôme.

  • 18 Arrêté du 10 février 2009. B.O. spécial no 2 du 19 février 2009. Enseignements dispensés dans les (...)

23La mesure phare de la rénovation du baccalauréat professionnel est l’alignement de sa durée de préparation sur les autres baccalauréats, c’est-àdire trois années. Cependant malgré cette harmonisation, les baccalauréats professionnels conservent leurs nombreuses spécificités : une orientation à l’issue de la classe de troisième ; des horaires annualisés18 comportant une période de formation de 22 semaines en milieu professionnel ; des contenus d’enseignement fixés dans des référentiels de l’emploi et du diplôme.

24La voie professionnelle prépare toujours les élèves, en deux ans à l’issue de la classe de troisième, aux CAP et à certains BEP.

L’enseignement supérieur

  • 19 Le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche recense l’ensemble de ces form (...)

25Dernier étage du système éducatif, l’enseignement supérieur est aussi celui qui comporte le plus de spécialisations19. Il est ouvert aux titulaires du baccalauréat (1er grade de l’université) ou du diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU), et offre des formations de types général ou professionnel, dispensées à l’université, dans certains lycées et également en alternance et en formation continue.

  • 20 Ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (2004). Processus de Bolog (...)
  • 21 European Credit Transfert System (ECTS) ou Système européen de transfert de crédits.
  • 22 30 points ECTS (European credit transfer and accumulation system) sont délivrés par semestre de fo (...)

26Ces formations tendent à s’intégrer dans le schéma dit LMD (licence, master, doctorat) qui organise un cursus étudiant harmonisé au niveau européen20 et architecturé autour des diplômes (ou grades universitaires) de la licence (BAC + 3), du master (BAC + 5) et du doctorat (BAC + 8). Un système de crédit21 atteste d’une durée de formation effective22 et permet une organisation souple des parcours de formation en France et en Europe liés aux enjeux de mobilité des étudiants.

  • 23 Décret no 2002-482 du 8 avril 2002. BO no 17 du 25 avril 2002. Application au système français d’e (...)
  • 24 Loi no 2007-1199 du 10 août 2007. Relative aux libertés et responsabilités des universités (dite l (...)

27Les réformes de l’enseignement supérieur engagées en 200223 s’achèvent en 2013 par la mise en œuvre définitive de la loi LRU24. À côté du LMD, deux parcours comportant des enseignements technologiques, au prestige, à la durée et à la sélectivité différents sont proposés aux étudiants : les formations technologiques supérieures courtes et les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE).

Le parcours licence, master, doctorat (LMD)

28La licence, le master et le doctorat, dit LMD, constituent les trois grades de l’enseignement supérieur européen.

  • 25 Onisep:http://www.onisep.fr/.

29Le diplôme de la licence sanctionne les trois années d’étude du 1er cycle universitaire (L1, L2 et L3). Des licences existent dans la quasi-totalité des disciplines et des secteurs d’activités. Dans les domaines industriels, la priorité est donnée aux bacheliers scientifiques. La nouvelle licence mention sciences et technologies pour l’ingénieur (STPI) propose plusieurs parcours (génie des systèmes, génie des procédés, génie mécanique…), et la formation s’appuie sur la réalisation de projets et des stages, l’étudiant étant en contact avec la réalité professionnelle25.

  • 26 Décret no 99-747 du 30 août 1999. BO no 31 du 7 septembre 1999. Relatif à la création du grade de (...)
  • 27 Dont les nouveaux masters des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) (...)

30À l’issue de la licence, l’étudiant se spécialise en master26 professionnel ou recherche (grade universitaire délivré à l’issue du deuxième cycle universitaire) dans les domaines de la physique, des sciences industrielles, des sciences de l’ingénieur ou des différents génies (mécanique, électrique…). Ces masters en deux ans27 (M1 et M2) débouchent sur l’emploi ou sur des doctorats préparés en trois ans (grade universitaire délivré à l’issue du troisième cycle universitaire) dans les mêmes domaines.

Le parcours des formations technologiques supérieures courtes, BTS, DUT et licence professionnelle

  • 28 Il existe également une poignée de diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques (D (...)

31Essentiellement professionnalisants, ces parcours en deux ou trois ans contribuent au développement d’une voie professionnelle dans l’enseignement supérieur. Le brevet de technicien supérieur (BTS) ou le diplôme universitaire de technologie (DUT)28 mènent principalement à la licence professionnelle.

  • 29 Toutes options confondues, il existe 123 BTS.

32Les 87 brevets de techniciens supérieurs sont des diplômes professionnels nationaux très variés et spécialisés29, dont une cinquantaine est à dominante technologique (essentiellement dans les métiers de la production : conception, maintenance, construction dans les différentes industries et le bâtiment). Le BTS débouche directement sur l’emploi de technicien supérieur dans les professions industrielles. Son titulaire assume des tâches d’encadrement en tant que collaborateur d’un ingénieur ou d’un chef de service. Dans le cadre de la rénovation du premier cycle de l’enseignement supérieur, des passerelles permettent la construction de parcours personnalisés vers les licences professionnelles mais également vers la nouvelle licence universitaire ou les grandes écoles, notamment via un concours spécial qui ouvre la porte de la classe préparatoire adaptation pour techniciens supérieurs (ATS) d’une année.

  • 30 Près d’un étudiant sur deux muni d’un DUT poursuit des études jusqu’à bac + 5.
  • 31 Arrêté du 18 décembre 2003. BO no 3 du 15 janvier 2004. Diplôme national de technologie spécialisé (...)

33Les instituts universitaires de technologies (IUT) préparent aux diplômes universitaires de technologie (DUT), diplômes nationaux plus théoriques que les BTS. Ouverts à tous les bacheliers, les IUT offrent une formation pluridisciplinaire et visent l’acquisition de compétences scientifique et technologique. Parmi les 24 spécialités récemment rénovées, 15 relèvent du secteur de la production industrielle. La formation comporte un stage industriel d’une durée de dix semaines et débouche sur l’emploi avec des fonctions de technicien supérieur ou d’encadrement technique et professionnel dans les domaines des science et génie des matériaux, génie mécanique et productique, génie électrique et informatique industrielle, etc. En fonction de son projet personnel et professionnel, l’étudiant a la possibilité de poursuivre des études en licence professionnelle, en école d’ingénieurs30 ou de préparer un diplôme national de technologie spécialisée (DNTS) dans certains lycées ou IUT31.

34Les licences professionnelles sont le débouché naturel pour les BTS et les DUT. Diplômes de niveau bac + 3 à visée d’insertion professionnelle immédiate, elles se préparent en un an à l’université. Dans l’industrie, la licence professionnelle donne droit à une qualification reconnue entre le niveau technicien supérieur et le niveau ingénieur-cadre supérieur. Des licences professionnelles existent dans tous les domaines de la production (mécanique, génie civil, électricité, électronique, informatique industrielle, chimie, biotechnologies…). La formation comporte douze à seize semaines de stage en milieu professionnel. Elles sont également ouvertes aux étudiants ayant validé leur deuxième année de licence, ou encore aux techniciens en activité via une formation continue ou à la suite d’une validation des acquis par l’expérience (VAE).

Le parcours des classes préparatoires et des grandes écoles scientifiques

35Organisées au sein des lycées, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont une spécificité française. Cette préparation au concours des grandes écoles, en deux ans, est une voie très sélective, dont le recrutement se fait sur dossier après analyse des résultats scolaires. Il existe trois catégories de classes préparatoires (économiques et commerciales, littéraires, scientifiques).

  • 32 Les classes de première et deuxième année de ces filières sont repérées par une combinaison de let (...)

36Les « Prépas » scientifiques sont organisées en filières32. Une majorité d’entre elles intègrent des enseignements de sciences industrielles pour l’ingénieur (SII). La filière TSI est réservée aux bacheliers de la série STI2D et la filière ATS (une seule année) aux titulaires d’un BTS ou d’un DUT.

  • 33 Arrêté du 4 avril 2013. BO spécial no 5 du 30 mai 2013. Programme de sciences industrielles de l’i (...)
  • 34 Le palmarès 2007 des écoles d’ingénieur. La lettre de l’étudiant, 889-890, 3-10.

37Redéfinis en 201333, les enseignements de sciences industrielles de l’ingénieur sont repérés dans les programmes comme « discipline ». Ceux-ci s’appuient sur la mécanique et l’automatique. Ils privilégient l’analyse et la modélisation de produits industriels relevant des grands secteurs technologiques : transport, production, bâtiment, santé. Les étudiants sont amenés à valider les performances des systèmes, à déterminer leurs grandeurs caractéristiques et à imaginer des solutions constructives. Des concours avec banque d’épreuves ouvrent les portes des 200 écoles d’ingénieurs (pour trois ans d’études) et de l’ENS Cachan. Cependant, moins de 50 % des diplômes d’ingénieur sont délivrés à des étudiants passés par les classes préparatoires34. Le titre d’ingénieur confère également le grade de master. Environ un tiers des écoles d’ingénieur possède leurs propres classes préparatoires intégrées (formation en cinq ans).

La formation continue et par alternance

  • 35 Consultable sur http://www.cncp.gouv.fr/grand-public/presentationRNCP.

38La plupart des formations et des diplômes, parmi ceux présentés supra, peuvent désormais se préparer en alternance en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Enfin, depuis 2002, la validation des acquis de l’expérience (VAE) constitue un autre moyen d’obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur ou un titre inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)35, en faisant valoir son expérience professionnelle.

39Ainsi, en l’espace de quelques années, de l’école à l’université en passant par la formation continue, les enseignements relevant du domaine de la technologie ont été redéfinis et intégrés dans le schéma européen LMD. Différents parcours sont proposés aux étudiants en continuité de leur scolarité au lycée.

40Ces possibilités de parcours scolaires adossés à des enseignements de technologie comme matière ou discipline principale sont l’aboutissement d’un long processus de disciplinarisation engagé dans l’enseignement technique après la Libération et résultant de réformes de structure successives.

Anmerkungen

1 Par opposition notamment à la technologie qualifiée de tertiaire.

2 Lebeaume Joël (2010), Vers la technologie pour tous les collégiens : genèse d’une discipline. Pour une approche curriculaire de l’histoire des enseignements scolaires. Colloque international « Réformer les disciplines scolaires XIXe-XXe siècles », Caen, 29 et 30 septembre 2010.

3 Arrêté du 9 juin 2008. BO hors-série no 3 du 19 juin 2008. Horaires et programmes d’enseignement de l’école primaire. Ces programmes doivent être remaniés en 2015.

4 La maîtrise des principaux éléments de mathématiques ; une culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté ; la pratique d’au moins une langue vivante étrangère ; la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication.

5 Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école no 2005-380 du 23 avril 2005 (dite loi Fillon).

6 Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République no 2013-595 du 8 juillet 2013 (dite loi Peillon). Le projet du nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture, publié par le conseil supérieur des programmes, a été présenté dans un communiqué de presse le 10 juin 2014 par le ministre de l’Éducation nationale, Benoît Hamon. Il doit entrer en vigueur avec les nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège à la rentrée 2016.

7 Les technologies d’élaboration et de transformation des matériaux par exemple.

8 Ici la technologie est entendue en tant que domaine disciplinaire.

9 Pour l’histoire des baccalauréats, cf. Marchand Philippe (2010), Le baccalauréat, 1808-2008. Certification française ou pratique européenne ? Actes du colloque « Le baccalauréat et la certification des études secondaires : exception française ou pratique européenne ? », Lille, 14 au 16 mai 2008, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, INRP.

10 Arrêtés des 27 janvier et 1er février 2010. BO spécial no 1 du 4 février 2010. Organisation et horaires de la classe de seconde des lycées d’enseignement général et technologique et des lycées d’enseignement général et technologique agricole.

11 Les enseignements d’exploration SI et CIT prennent la place des enseignements d’initiation aux sciences de l’ingénieur dont la durée hebdomadaire était de trois heures.

12 Arrêté du 27 janvier 2010. Programme d’enseignement spécifique de sciences de l’ingénieur au cycle terminal et d’enseignement de spécialité en classe terminale de la série scientifique.

13 Il existe également deux séries particulières, l’hôtellerie et la technique de la musique et de la danse (TMD), préparées à partir d’une classe de seconde spécifique ainsi que la survivance de quatre brevets de technicien (BT) de niveau équivalent au baccalauréat (agencement, dessinateur en arts appliqués, dessinateur maquettiste et métiers de la musique).

14 Arrêté du 27 mai 2010. JORF no 0122 du 29 mai 2010, p. 9716. Portant organisation et horaires des enseignements des classes de première et terminale des lycées sanctionnés par le baccalauréat technologique, séries « sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D) » et « sciences et technologies de laboratoire (STL) ».

15 Perrot Norbert (2010b). Réforme de la série STI : « Une déprofessionnalisation complète et assumée des enseignements. » Entretien accordé à l’AEF. Agence d’informations spécialisées enseignement et formation, 22 décembre 2010. Dépêche no 142758.

16 Taillard Philippe (2010), « L’avenir des STI s’écrit avec 2 D », Technologie, 169, 1.

17 Chaptal, Janson-de-Sailly, Louis-le-Grand et Paul-Valéry.

18 Arrêté du 10 février 2009. B.O. spécial no 2 du 19 février 2009. Enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au baccalauréat professionnel.

19 Le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche recense l’ensemble de ces formations. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20122/formations-et-diplomes.html. L’ensemble des liens Internet signalés dans cet ouvrage ont été consultés le 1er septembre 2014.

20 Ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (2004). Processus de Bologne… vers un espace européen de l’enseignement supérieur. Luxembourg : CEDIS. http://www.mesr.public.lu/enssup/dossiers/bologne/processus_bologne.pdf.

21 European Credit Transfert System (ECTS) ou Système européen de transfert de crédits.

22 30 points ECTS (European credit transfer and accumulation system) sont délivrés par semestre de formation.

23 Décret no 2002-482 du 8 avril 2002. BO no 17 du 25 avril 2002. Application au système français d’enseignement supérieur de la construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur.

24 Loi no 2007-1199 du 10 août 2007. Relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU).

25 Onisep:http://www.onisep.fr/.

26 Décret no 99-747 du 30 août 1999. BO no 31 du 7 septembre 1999. Relatif à la création du grade de master.

27 Dont les nouveaux masters des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) qui intègrent les concours de recrutement des enseignants.

28 Il existe également une poignée de diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) à dominante technologique de type industriel.

29 Toutes options confondues, il existe 123 BTS.

30 Près d’un étudiant sur deux muni d’un DUT poursuit des études jusqu’à bac + 5.

31 Arrêté du 18 décembre 2003. BO no 3 du 15 janvier 2004. Diplôme national de technologie spécialisé (DNTS). Préparation à titre expérimental du DNTS dans certains établissements.

32 Les classes de première et deuxième année de ces filières sont repérées par une combinaison de lettres (MPSI, PCSI, PTSI ET MP, PSI, PT) représentatives des matières dominantes : M (mathématiques), P (physique), C (chimie), T (technologique) et SI (sciences de l’ingénieur).

33 Arrêté du 4 avril 2013. BO spécial no 5 du 30 mai 2013. Programme de sciences industrielles de l’ingénieur des classes préparatoires scientifiques MPSI, MP, PCSI, PSI, PTSI, PT, TSI.

34 Le palmarès 2007 des écoles d’ingénieur. La lettre de l’étudiant, 889-890, 3-10.

35 Consultable sur http://www.cncp.gouv.fr/grand-public/presentationRNCP.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540