Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « modèle » suédois

 | 
Gilles Vergnon

Chapitre IV. Finis Sveae ? La fin d’un modèle

Texte intégral

  • 1 Deux petites formations, l’Alliance chrétienne-démocrate et le parti communiste de Suède obtiennen (...)

1Au soir du 19 septembre 1976, les résultats tombent : le SAP perd l’élection législative, et Olof Palme quitte ses fonctions de Premier ministre. Ce n’est pas une défaite écrasante : avec 2 324 603 voix, soit 42,75 % des suffrages exprimés, le parti social-démocrate ne perd que 0,81 % des suffrages et quatre sièges par rapport au précédent scrutin de 1973. Il demeure, avec 152 députés, le premier parti du pays, devançant largement son principal concurrent, le parti du Centre, qui obtient 1 309 669 voix, 24,08 % des suffrages et 86 députés. Mais le SAP avait déjà frôlé la défaite en 1973, et son nouveau recul, combiné avec celui des communistes – indispensable soutien parlementaire – qui perdent deux sièges, l’oblige à céder la place à une coalition hétérogène des partis « bourgeois », sous la houlette du leader du Parti du Centre, Thorbjörn Fälldin. Double ironie de l’histoire, ce parti est l’héritier du parti agrarien, partenaire de coalition des sociaux-démocrates de 1936 à 1945, puis de 1951 à 1957… Il enregistre lui-même une perte de sièges égale à celle de ses anciens partenaires, et une perte de voix supérieure (moins 1,02 %). Les seules formations qui enregistrent des progrès sont ses partenaires « bourgeois », le parti du Peuple (606 556 voix et 11,06 % des suffrages) qui gagne cinq sièges et le parti du Rassemblement modéré (847 672 voix et 15,59 %), qui en gagne quatre. Au total, les trois partis bourgeois représentent 50, 73 % des voix et 180 sièges au Riksdag, contre 47,5 % et 169 sièges pour les gauches1.

  • 2 Selon l’expression de Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste, Paris, Tallandier, 2005, p. 4 (...)
  • 3 Le Danemark est gouverné successivement par Jens-Otto Krag, de 1962 à 1968, puis de 1971 à 1972, e (...)

2Un long épisode de 44 ans de gouvernement social-démocrate s’achève. Même s’il revient aux affaires avec Olof Palme puis Ingvar Carlsson de 1982 à 1991, à nouveau Ingvar Carlsson puis Göran Persson de 1994 à 2006, le SAP devient, comme le PS français après 1981, un « intermittent du pouvoir » enchaînant des séquences de gouvernement – même plus longues qu’en France – et d’opposition2. L’assassinat – toujours mystérieux – d’Olof Palme, le 28 février 1986, marque d’un trait de sang l’histoire récente du pays, et provoque un second choc, cette fois plus émotionnel que politique. C’est en effet le scrutin du 19 septembre 1976 qui représente une césure majeure dans l’histoire de la Suède, et, au-delà, du socialisme en Europe. Il ouvre – ce que les contemporains ne peuvent évidemment savoir – une séquence de défaites électorales ininterrompues pour les partis sociaux-démocrates du Nord et du Centre de l’Europe. Celle-ci s’amorçait déjà avec les élections danoises de décembre 1973, qui voient la chute du cabinet d’Anker Jorgensen, et la fin d’une décennie de gouvernement social-démocrate3. Peu commenté à l’échelle européenne, le scrutin est marqué par la percée du parti du Progrès, fondé l’année précédente par Mogens Glistrup, et qui obtient 15,9 % des suffrages, devenant le deuxième parti du pays. Glistrup, ex-professeur de droit fiscal à l’université de Copenhague, a lancé une vraie croisade contre l’impôt, exaltant les fraudeurs comme des combattants de la liberté. Il est le premier en Europe du Nord à coaguler, à cette échelle, un puissant mouvement d’opinion antifiscal. Il n’est pas le dernier…

3Les revers électoraux s’enchaînent jusqu’en 1983 : défaite de la coalition de gauche conduite par Joop den Uyl aux Pays-Bas en décembre 1977, écrasement de James Callaghan et du Labour Party par les conservateurs de Margaret Thatcher le 3 mai 1979, défaite du DNA norvégien le 14 septembre 1981, cassure en septembre 1982 de la « petite coalition » allemande, associant sous la houlette d’Helmut Schmidt, SPD et libéraux du FDP, perte de la majorité absolue du parti social-démocrate autrichien au Nationalrat et retrait de Bruno Kreisky en 1983. Au sud de l’Europe, par contre, dans un mouvement à contre-tendance, s’enchaînent les succès : du PS portugais, qui remporte les élections législatives du 25 avril 1976, et appuie l’élection à la présidence de la République du général Eanes le 25 juin de la même année, du PSOE espagnol, qui s’affirme, le 15 juin 1977, avec 29,32 % des suffrages, comme la deuxième force politique d’Espagne, avant de constituer le gouvernement en décembre 1982, victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981 et, en Grèce, du PASOK d’Andreas Papandreou le 18 octobre. En quelques années, c’est tout le paysage du socialisme européen qui est bouleversé, avec un centre de gravité qui glisse du nord au sud du continent.

  • 4 François Fejtö, La Social-démocratie quand même : un demi-siècle d’expériences réformistes, Paris, (...)
  • 5 « The Swedish Seismograph », International Herald Tribune, 23 septembre 1976.

4Pointent déjà des interrogations sur l’épuisement historique de la social-démocratie, avec le livre de François Fejtö, La Social-démocratie quand même et les articles de Ralph Dahrendorf et Olivier Postel-Vinay dans Le Débat en 19804. En 1976 déjà, l’éditorialiste du Washington Post, consacrant son article au « sismographe suédois » insiste sur l’importance historique du scrutin5. Au-delà des facteurs endogènes, écrit-il, les Suédois sont mus par « des forces que l’on peut voir tout autant au travail dans d’autres pays ». Sous cet angle, l’élection suédoise annonce « une révolte contre la bureaucratie » et un rejet d’une fiscalité trop élevée, en particulier pour les jeunes générations qui vivent sur l’acquis de l’État-providence sans plus vouloir en assurer le coût.

  • 6 Guy De Faramond et Claude Glayman, Suède. La Réforme permanente, Paris, Stock, 1977 ; Magnus Falke (...)
  • 7 Ibid., p. 13.
  • 8 Jenny Andersson, « Qu’est-ce que ce modèle suédois ? Débats constitutifs pour comprendre l’histoir (...)

5Dans tous les cas, le volume de publications consacrées à la Suède s’effondre brutalement à partir du second semestre de l’année 1976. Aucun livre majeur ne paraît plus entre l’ouvrage collectif Suède. La Réforme permanente, publié au printemps 1977 par Guy de Faramond et Claude Glayman, et celui du journaliste suédois Magnus Falkeheld, Le Modèle suédois, en 20036. Encore, le premier, mis en chantier avant l’élection, voit son orientation d’ensemble altérée par son résultat, devenant un livre-bilan de 44 ans de gouvernement. L’ouvrage mêle ainsi des textes de fond sur les caractéristiques économiques et sociales du pays, et un dossier de presse présentant des points de vue contradictoires, dont deux entretiens avec T. Fälldin et O. Palme, nouveau et ancien Premiers ministres suédois. Quant au second livre, si le titre plagie celui de Jean Parent en 1970, c’est dans une perspective toute différente, suggérée dans le sous-titre menaçant : « Santé, services publics, environnement, ce qui attend les Français ». Pour Magnus Falkeheld en effet, les réformes entreprises dans les années 1990 tant par la droite que les sociaux-démocrates suédois, « sont à quelques détails près celles que la France, dix années plus tard, s’apprête à vivre à son tour7 ». Le nouveau « modèle suédois » raconte « l’histoire d’une expédition dans le futur proche. Peut-être celui de la France ». Mais ce futur, aux couleurs d’une « Troisième voie » proche cette fois de celle qu’Anthony Blair met en pratique au 10 Downing Street de 1997 à 2005, annonce la réduction du poids de l’État central, la déréglementation des services publics et l’introduction du « principe de concurrence » en leur sein. Le « modèle suédois », d’ailleurs moins évoqué, sauf ponctuellement à propos d’objets particuliers change de sens, et d’orientation générale. Désormais détaché de tout horizon d’attente, peut-être même devient-il, comme le suggère la politiste Jenny Andersson, un modèle de « capitalisme nordique […] symbole de la flexi-sécurité proclamée par l’Union européenne8 ».

  • 9 Procès-verbal du Comité directeur, 22 mars 1986, Le Poing et la Rose spécial.
  • 10 Alain Bergounioux et Bernard Manin, La social-démocratie ou l’art du compromis, Paris, PUF, 1979 ;(...)

6Paradoxalement, c’est à ce moment que les socialistes français commencent à s’intéresser à la méthode et aux réalisations de la social-démocratie, en Suède et ailleurs, alors même que celle-ci semble avoir épuisé sa dynamique historique. Lionel Jospin, intervenant au comité directeur du PS du 22 mars 1986, six jours après une défaite électorale, et deux jours après le début de la « cohabitation » entre François Mitterrand et Jacques Chirac, peut envisager parmi les perspectives d’avenir celle d’un « grand parti de masse, d’un parti social-démocrate », sans soulever des cris d’indignation9. C’est aussi à ce moment, dans les années 1980 et 1990, que celle-ci devient un objet historiographique, à l’échelle internationale et nationale : Alain Bergounioux et Bernard Manin publient en 1979 La social-démocratie ou l’art du compromis, suivi dix ans plus tard du Régime social-démocrate, alors que Gosta Esping Andersen sort en 1990 The three worlds of Welfare capitalism10. La découverte de la social-démocratie par les socialistes français, à contretemps de son apogée historique, ne leur offre cependant pas de nouveau modèle, armé de pied en cap pour les inspirer dans le nouveau monde Fin-de-siècle, celui de la mondialisation et de la domination d’un capital financier transnational.

Rendre compte de la défaite

  • 11 Manuel Lucbert, « La Suède à l’heure de l’alternance », Le Monde, 14 septembre 1973. « Trop d’impô (...)
  • 12 « Un avertissement », ibid., 18 septembre.

7L’issue de certains scrutins surprend parfois. C’est le cas de l’élection législative française de mars 1978, qui voit le maintien in extremis de la coalition UDF-RPR à l’Assemblée, à contre-tendance des scrutins précédents. Tel n’est pas le cas de l’élection suédoise de 1976. Déjà en septembre 1973, l’envoyé spécial du Monde, Manuel Lucbert annonçait « l’heure de l’alternance », rendue possible, après 41 ans, par « trop d’impôts, trop de chômeurs, trop de crimes »11. Une formulation sans nuances qui rapproche le journaliste, alors une des « plumes » du quotidien vespéral en politique étrangère, du pamphlétaire libertarien Roland Huntford. C’est bien le maintien au pouvoir d’Olof Palme qui est une surprise dans la Suède de 1973, comme celui du gouvernement de Raymond Barre dans la France de 1978, le résultat très serré résonnant, dans les deux cas, comme « un avertissement » tant pour la gauche suédoise que pour les droites françaises12.

  • 13 La série, qui met en scène une fillette dotée d’une force surhumaine, est diffusée à la télévision (...)
  • 14 Le texte d’Astrid Lindgren, présenté sous la forme d’un conte pour enfants, « Pomperipossa in Monn (...)
  • 15 En 1995, l’ancien ministre social-démocrate Bengt Görasson, reconnaîtra que les critiques d’Astrid (...)

8En 1976, tous les observateurs supputent, ou, au minimum, envisagent sérieusement la défaite de la social-démocratie comme une possibilité réelle. Tous abordent cette élection non comme une péripétie électorale dans un État périphérique, mais comme l’heure de vérité du « modèle suédois ». Est en cause le projet Meidner, mais aussi le poids de l’« État fiscal », qui suscite (déjà…) deux ans avant la Californie du gouverneur Reagan, mais trois ans après le Danemark de Mogens Glistrup, une fronde antifiscale. Celle-ci est conduite par des personnalités aussi célèbres que le cinéaste Ingmar Bergman ou l’écrivain Astrid Lindgren, romancière pour enfants et créatrice du personnage de Pipi Langström (« Fifi Brindacier » en France13). Celle-ci s’en prend publiquement en mars 1976 au taux marginal excessif de l’imposition directe, qui taxerait à 102 % ses revenus14. Son article, qui suscite une vive réplique du ministre des Finances Gunnar Sträng, a un immense écho en Suède et à l’étranger15. Quelques semaines plus tôt, le 30 janvier, Ingmar Bergman était interpellé par la police, pour « fraude fiscale », en pleine répétition d’une pièce d‘August Strindberg. Le metteur en scène et cinéaste, une gloire nationale, choqué et humilié, s’exile alors pour l’Allemagne fédérale jusqu’en 1984.

9C’est dans ce contexte que la presse française, à l’instar de la presse du monde entier, multiplie les reportages de ses correspondants, doublés par d’éventuels envoyés spéciaux. Le scrutin suédois est pourtant encadré par des événements aussi considérables que la mort de Mao Ze Dong le 7 septembre, et la campagne présidentielle américaine, qui voit l’élection de Jimmy Carter le 2 novembre. En France, le « plan Barre » de lutte contre l’inflation, annoncé le 22 septembre, concentre les débats et provoque une grève générale de 24 heures appelée par la CGT, la CFDT et la FEN pour le 7 octobre.

10Les registres d’analyse de l’événement sont bien sûr contrastés, selon l’orientation politique des commentateurs. Mais ils montrent également l’intrication d’anciens registres, forgés au début des années 1970, avec de nouveaux registres, annonciateurs d’une polarisation plus forte. La presse « de droite » publie ainsi des analyses conduites sur un ton modéré, consensuel, regrettant qu’une alternance si « paisible » ne soit pas possible en France, et acceptant la part d’intérêt et de reproductibilité du « modèle suédois » de relations sociales. Mais d’autres articles, plus incisifs et plus hostiles, font de la social-démocratie scandinave l’avatar régional d’un « socialisme » international honni, mettant en œuvre urbi et orbi le même programme étatiste, potentiellement liberticide et « totalitaire ». À gauche, la défaite du SAP confirme des critiques traditionnelles et déjà convenues, tant au PS qu’au PCF. Mais ces critiques voisinent, parfois dans le même texte, avec un regain d’intérêt pour les leçons positives qu’une gauche française, qui en est bien dépourvue, pourrait tirer de cette longue expérience. Le corpus de textes et d’articles produits sur la Suède de l’automne 1976 au printemps 1977 est ainsi symptomatique d’un glissement de terrain. Il annonce le renouveau d’un libéralisme reconfiguré et offensif face à une social-démocratie en recul et désormais privée de son expérience phare.

  • 16 Renaud Rosset, « Suède : le défi bureaucratique », Le Figaro, 17 septembre 1976.
  • 17 André Frossard, « Cavalier seul », ibid., 18 septembre 1976.
  • 18 Béatrice Bazil et André Martin, « 75 ans de réformisme », ibid.

11Deux jours avant le scrutin, l’envoyé spécial du Figaro, Renaud Rosset, prévoit des « élections serrées pour la social-démocratie » : « l’archétype mondial de la social-démocratie est confronté à un malaise qu’il a patiemment secrété16. » Est en cause l’État fiscal, qui a poussé à l’exil Ingmar Bergman, « le Soljenitsyne de la Suède » et provoqué l’ire d’Astrid Lindgren. Celle-ci confie au journaliste français que « dans aucun pays d’Europe, les dictatures mises à part, on ne trouve de système de parti unique comparable au nôtre ». Mais c’est aussi, ajoute Renaud Rosset, le « progressisme geignard » qui infantilise les hommes : « l’individu ne lutte plus. Il est pris en charge. Il croit au mythe de la société (il n’a que ce mot-là à la bouche) qui lui est – forcément-débitrice. » La veille du scrutin, le quotidien conservateur consacre encore un épais dossier à l’actualité suédoise. André Frossard recommande dans son billet « Cavalier seul », la lecture du livre de Gabriel Ardant, qui « a tout vu, tout compris » de la Suède : il « pense que les révolutions lentes, comme celle qui s’opère depuis 44 ans en Suède sans avoir mis les libertés en cause, sont plus efficaces que les révolutions brutales, comme celle que nous pratiquons en France ». Le chroniqueur catholique rappelle que la Suède est « chez nous […] surtout un modèle pour la droite, car notre Gauche considère avec dédain ces Scandinaves qui n’ont jamais entendu parler de Jean-Jacques Rousseau et qui se soucient moins de changer les structures que les rapports humains17 ». Dans le même numéro, un dossier de deux pages traite de ce « que signifie la social-démocratie en économie ». Béatrice Bazil et André Martin insèrent l’action des social-démocraties scandinaves dans la longue durée de « 75 ans de réformisme », initié au début du siècle par les réformes sociales des gouvernements libéraux britanniques18. Pour les auteurs, « l’idéologie réformiste est admise ou tout au moins tolérée par la plus grande partie du monde occidental », comme le montrent les politiques suivies ou prônées par Valéry Giscard d’Estaing ou Jimmy Carter, et le « renoncement des communistes français à la dictature du prolétariat » :

« Outre les partis officiellement sociaux-démocrates […] la plupart de ceux qui la combattent dans les luttes électorales, admettent désormais l’idée maîtresse de son programme : atténuer progressivement les inégalités sociales par une suite de réformes plus ou moins rapides, mais qui maintiennent néanmoins la plupart des mécanismes de l’économie de marché. »

  • 19 François Bloch-Laine, « Singularité du cas français », ibid.
  • 20 Christian Stoffaes, « Importance du marché », ibid.

12Le « réformisme social-démocrate » imaginé par Eduard Bernstein, convergerait dans les années 1930 avec le New Deal rooseveltien, pour se généraliser après 1945 en Europe occidentale, voire en Australie ou en Israël. François Bloch-Lainé, chef d’entreprise alors omniprésent dans l’espace public et parangon du « keynésianisme à la française », compare quant à lui, les réussites scandinaves aux « expériences avortées » françaises de 1936, 1946 et 1956, « qui n’ont pas laissé de traces claires dans l’histoire du socialisme européen ». La « social-démocratie française » n’existe que dans les « désirs » prêtés au président de la République, dans « les vœux des marginaux de la majorité présidentielle » et non chez les tenants du Programme commun19. Ceux-ci préfèrent des « nationalisations », aussi mal définies qu’inutiles : seul compte en effet le « programme de l’État » qui a déjà les moyens, s’il en a la volonté, d’orienter l’économie, comme l’ont fait les Suédois avec leurs propres outils. Enfin l’économiste Christian Stoffaes conclut de l’échec des régimes collectivistes et des apories du libéralisme doctrinal, que la social-démocratie est « sans doute, non pas le meilleur, mais le moins mauvais des régimes possibles adaptés aux réalités et aux idéaux de notre époque20 ».

13Après ce dossier plutôt bienveillant du Figaro, même contrebalancé par les articles de Renaud Rosset, la tonalité générale de la presse conservatrice change après le résultat du scrutin.

  • 21 Raymond Aron, « Fin d’un mythe », ibid., 21 septembre 1976. L’appréciation est, on le sait, fort c (...)
  • 22 André Frossard, « Modèles », ibid.
  • 23 Jean Dutourd, « Adieu au modèle suédois », France Soir, 21 septembre 1976.

14Raymond Aron constate, dans son éditorial du Figaro, la « fin d’un mythe » et la forclusion d’un « modèle », qui aurait « servi de référence tantôt à Valéry Giscard d’Estaing tantôt à François Mitterrand21 ». Il explique le résultat par le niveau, devenu insupportable, du prélèvement fiscal, les craintes suscitées par le projet Meidner de fonds salariaux, mais aussi, plus largement, par le « règne de la bureaucratie » qui accompagne la toute-puissance de l’État et, citant Tocqueville, les risques de « despotisme tutélaire » qu’ils renforcent. Pour le penseur libéral, les caractères originaux de l’économie et de la société suédoises « survivront à un changement de majorité, mais peut-être le mythe n’y survivra-t-il pas ». Tel n’est toujours pas le point de vue d’André Frossard, qui considère dans le même numéro que « l’exemple suédois reste à citer », le fait de « changer de coalition gouvernementale sans troubles métaphysiques » témoignant d’« excellentes pratiques démocratiques22 ». Plus brutal, Jean Dutourd se réjouit dans France Soir qu’on ne [lui] « cassera plus les pieds (sic) avec le fameux modèle suédois » : « Cette scie que j’entends depuis vingt ou trente ans va enfin cesser. Ô joie, Ô repos23 ! » Le romancier du Bon Beurre, tenant d’un « gaullisme d’ordre » écrit que « ce modèle suédois [lui] a toujours semblé la malédiction suprême qui puisse s’abattre sur un peuple » :

« Dieu me pardonne : je crois que je préfère encore le régime soviétique. Là du moins, on est pauvre, on est malheureux, on risque le Goulag et la mort pour des peccadilles, tout est tragique, mais le tragique est le tissu même de la vie, il lui donne sa grandeur. »

15 A contrario, « le crime du socialisme suédois, et pour lequel je crois qu’on commence seulement à le punir, c’est qu’il a supprimé le tragique de la vie », en voulant « rendre tout le monde heureux, tout le monde tranquille, tout le monde sûr de subsister sans drame jusqu’à son dernier soupir ». La chute est sans appel :

  • 24 Ibid.

« Les Suédois ont mis à la porte pour un bon bout de temps […] les doux maîtres d’école qui les conduisaient, avec une bonne volonté funeste, à l’euthanasie. Ils vont goûter de nouveau aux délicieuses immoralités et aux hasards des régimes bourgeois. Ils vont enfin cesser d’être tranquilles. C’està-dire qu’ils vont redevenir heureux24. »

  • 25 Patrick Le Dantec, « Le modèle suédois remis en question », Ouest-France, 21 septembre 1976, repri (...)

16Dans un registre plus pondéré mais dans le même sens, Patrick Le Dantec explique dans Ouest-France, que « le socialisme à hauteur d’homme cher à M. Palme a tendance à se déshumaniser » du fait du « poids parfois insupportable de la bureaucratie25 ».

  • 26 Régis Parenque, « Le socialisme de M. Jourdain », Le Nouvel Économiste, ibid., p. 341-343.
  • 27 L’année 1976 est l’acmé du moment « eurocommuniste » quand les PC français, italien et espagnol mu (...)

17Disons-le clairement : entre Jean Dutourd et André Frossard, les commentaires de la presse conservatrice sont plutôt orientés dans le sens du premier. On peut certes lire, sous la plume de Régis Parenque, rédacteur en chef du Nouvel Économiste, que c’est « l’honneur des partis sociaux-démocrates européens, particulièrement des socialistes suédois », d’avoir permis des progrès décisifs vers « l’épanouissement total » de l’humanité26. D’ailleurs, le « cheminement » social-démocrate est largement plagié par les partis conservateurs qui « perpétuent le plus souvent ses réalisations », voire même par les partis communistes qui « se rapprochent d’elle d’une manière ou d’une autre, en Italie, en France, en Espagne27 ». Tous « font du socialisme sans le dire ou même, à la manière de M. Jourdain, sans le savoir ». L’échec suédois n’est donc que « provisoire » et « M. Palme reviendra sous peu à la seule place digne de lui, à la tête du gouvernement de son pays ».

  • 28 « Après l’échec des sociaux-démocrates. Inquiétude des socialistes européens », Le Figaro, 22 sept (...)
  • 29 « Londres : des arguments pour les travaillistes modérés », ibid.
  • 30 « Paris : l’alternance en question », ibid. ; « Les réactions en France », Le Monde, 22 septembre.

18Mais on lit aussi dans Le Figaro que ce qui s’est passé en Suède « avait valeur de test » et que « le choc centristes-socialistes était un banc d’essai dont les leçons de La Haye à Rome, en passant par Rome et Paris, n’ont pas été perdues ». Et le quotidien conservateur d’insister avec satisfaction sur le « handicap » que représente la défaite de Palme pour le chancelier Helmut Schmidt, qui affronte le 3 octobre une élection difficile, comme sur la « déception » des travaillistes britanniques ou des socialistes belges28. À Rome, signale le correspondant du Figaro, c’est « un rêve qui s’écroule », et c’est avant tout « la défaite du bureaucratisme, de l’étatisation, fille naturelle du socialisme, face aux aspirations de l’initiative privée, de la libre entreprise ». À Londres, « beaucoup » voient dans la défaite sociale-démocrate « la préfiguration de ce qui pourrait bien arriver […] lors des prochaines élections législatives » : « les griefs qu’un nombre grandissant de Britanniques font aux gouvernements travaillistes qui se sont succédé depuis 1974 ressemblent singulièrement à ceux de l’électorat suédois29 ». Plus encore, ajoute le correspondant, « une partie des reproches que l’électorat fait aux travaillistes pourrait s’appliquer aux gouvernements de M. Edward Heath et […] l’état-major actuel du parti conservateur bénéficierait certainement lui aussi d’un examen de conscience approfondi à la lumière de ce qui vient de se passer en Suède ». Enfin, à Paris, où l’élection suédoise est commentée, selon Le Figaro « avec autant d’empressement et parfois de passion que s’il s’agissait d’une élection législative partielle dans une circonscription de la Seine-Maritime ou de la Vienne », pour un Yves Guéna, secrétaire général de l’UDR concédant que le socialisme suédois a apporté « des éléments positifs », on trouve davantage de Jacques Dominati (secrétaire national des Républicains indépendants) estimant que Palme s’était « rapproché des thèses du PS français : nationalisations, autogestion, bureaucratie »… ou de Claude Labbé (président du groupe parlementaire UDR) dénonçant en Suède comme en France les « tares du socialisme30 ».

  • 31 Ibid.

19Les réactions à gauche présentent un éventail tout aussi complexe, partagé entre critiques classiques du « réformisme » et réévaluations à la hausse de son bilan. Mais, là aussi, on note quelques voix dissonantes à la lisière des gauches, dans ses marges les plus modérées. Pour le sénateur du Lot-et-Garonne Henri Caillavet, figure du radicalisme, la leçon de l’élection suédoise, c’est qu’il faut « rejeter les contraintes d’une bureaucratie envahissante31 ». Guy Gennesseaux, secrétaire national du MRG, avertit de même que la victoire de l’Union de la gauche ne doit pas entraîner des « nationalisations anarchiques », une position proche de celle du centriste Pierre Abelin qui voit dans l’échec de la social-démocratie le rejet de l’« arbitraire des bureaux ». Dans le miroir des conservateurs et des libéraux, mais aussi de figures de l’ancien parti de Jean-Jacques Servan-Schreiber, la Suède de 1976 ne renvoie plus la même image que celle de 1970. Est-elle devenue si différente, si étatiste, si « française », ou n’est-ce pas plutôt le glissement « à droite » du gros de cette famille politique qui modifie leur point de vue ?

  • 32 Marcel Veyrier, « Le veau d’or est toujours debout », L’Humanité, 22 septembre 1976.
  • 33 Jacques Arnault, « Suède : une réponse insuffisante ? », Guy de Faramond et Claude Glayman, op. ci (...)

20De telles questions ne se posent évidemment pas chez les communistes, qui conservent ou retrouvent leur registre traditionnel. Pour l’éditorialiste de L’Humanité, Marcel Veyrier, qui n’a pas (plus ?) les nuances de Jacques Arnault, le socialisme n’a pas été vaincu à Stockholm « car le socialisme suédois n’existe pas et il n’a jamais existé » : rappelant les formules de Georges Pompidou, il martèle que le « modèle suédois a toujours été une machine de propagande contre le véritable socialisme32 ». Ce n’est pas « l’usure du pouvoir » qui a frappé le parti d’Olof Palme, mais « leur incapacité à transformer de façon durable, irréversible, le système ». Pourtant, 44 ans de pouvoir étaient un « bail suffisant pour promouvoir une démocratie avancée, prélude à un socialisme authentique, débarrassé de l’exploitation de l’homme par l’homme » : « le bail n’a pas été renouvelé. La collaboration de classes a détruit, une fois de plus, le mythe. » Quelques mois plus tard, Jacques Arnault, dans sa contribution à Suède. La réforme en question défend un point de vue proche, plus ferme dans ses critiques que dans ses livres antérieurs33. Du côté socialiste, François Mitterrand et Robert Pontillon, secrétaire aux relations internationales, envoient un télégramme « officiel » à Olof Palme, écrit dans le registre diplomatique de convenance :

  • 34 Télégramme à Olof Palme, 20 septembre 1976, CAS/Fonds Pontillon, 467 R1.

« L’exemple des pays scandinaves voisins montre que le succès électoral d’une alliance bourgeoise ne permet pas une pratique politique durable. L’échec d’hier du SAP ne sera pas la défaite du socialisme en Suède. Les socialistes français ont confiance dans le SAP et en vous même pour conduire la social-démocratie suédoise à de prochaines victoires et vous assurent sentiments fraternels34. »

  • 35 Déclaration de Robert Pontillon sur les élections suédoises, CAS/FP 7/165.
  • 36 Robert Pontillon, « Réflexions d’un socialiste sur l’échec de Stockholm », Le Quotidien de Paris, (...)

21Robert Pontillon ajoute deux commentaires : une déclaration publique comme responsable du PS, et une tribune dans Le Quotidien de Paris. La déclaration reconnaît une « défaite sérieuse pour l’avenir de la Suède et le socialisme européen » car l’enjeu était « davantage de socialisme ou l’expansion sans frein ni contrôle du capitalisme ». Mais si « la société mixte, née à Saltjöbaden, est morte hier […] le socialisme n’est pas mort à Stockholm35 ». La tribune du Quotidien de Paris rejette l’explication « trop simpliste » par « l’usure du pouvoir et le désir d’alternance d’une population lassée d’un théâtre aux acteurs jamais renouvelés ». L’échec, dit-il, a « valeur d’enseignement pour pratiquement tous les partis socialistes et sociaux-démocrates européens ». La Suède a vu s’accumuler depuis des années une « singulière contradiction dont Olof Palme avait le premier pressenti les risques » : « d’un côté une formation socialiste à clientèle essentiellement ouvrière, forte et riche de ses traditions et de ses réalisations, mais prisonnière d’engagements anciens, et qui n’avait pas prévu d’alternative à la propriété privée des grands moyens de production, de crédit et d’échanges. » De l’autre une intégration croissante de l’économie suédoise au marché mondial36. La détérioration de la conjoncture économique mondiale a conduit le patronat suédois à ne plus tolérer, comme il l’avait fait pendant des décennies, l’accroissement des coûts sociaux et la « division du travail » entre pouvoir politique et pouvoir économique. En clair, le « modèle suédois », constitué autour d’un compromis construit à l’échelle nationale par des acteurs nationaux puissants et fortement structurés (mouvement syndical, patronat) dans un marché national régulé par un État fort et légitime, trouve ses limites dans ce que l’on ne nomme pas encore « mondialisation », mais « intégration au marché mondial ». Ce que la « bourgeoisie suédoise » a, selon Robert Pontillon, bien compris : « pour être conséquent, le réformisme doit un jour ou l’autre dépasser la simple réforme ». Ce point de vue critique, qui ne revient cependant pas sur l’ambitieux projet de « socialisation en douceur » de Rudolf Meidner, confirme les critiques antérieures des socialistes français. Pontillon ajoute cependant qu’il faut tenir compte de facteurs « sociologiques » mal analysés par la social-démocratie : la croissance du nombre d’actifs employés dans les services, une couche sociale « qui se reconnaît mal dans un parti essentiellement ouvrier » et davantage préoccupée de « qualité de vie » et d’environnement, mais aussi la question décisive du sens même du socialisme :

« Comment préserver la liberté de choix, l’autonomie, la responsabilité de l’individu sans tomber dans le risque d’une société bureaucratique ? […] Entre la pression des forces du marché qui contredisent les progrès vers le socialisme, et la société coercitive qui écrase l’individu et étouffe la démocratie, le socialisme contemporain n’a pas encore trouvé sa voie propre. L’expérience suédoise était un effort pour y parvenir. Le recul subi dimanche vaut d’être médité et pas seulement à Stockholm. »

  • 37 Gilles Martinet, « L’enjeu suédois », Faire, octobre 1976.
  • 38 Gabriel Ardant, « Notes manuscrites sur les élections de 1976 », FGA/IPMF, carton 42.

22Force est de constater que ce dernier développement, qui annonce les critiques des années 1980, ne trouve guère d’écho dans l’ensemble des courants du PS. Gilles Martinet attribue « l’échec de la social-démocratie » à « la fin d’une coopération vieille de quarante ans » entre patronat et mouvement ouvrier37. Le premier n’a pas accepté le projet Meidner et la « masse ouvrière » est demeurée indifférente devant un projet porté par « l’organisation dont la classe ouvrière s’est dotée ». Il y a là « plus qu’une nuance, ajoute-t-il, qui pose toute la question, chère aux partisans de l’autogestion, des relations entre la société et les organisations ». C’est un point de vue proche qu’exprime Gabriel Ardant, pour qui la défaite du SAP reflète tout à la fois « l’embourgeoisement de l’électorat », la « révolte contre le Père » et la crainte des propositions « trop audacieuses » issues du syndicat LO, et reprises du bout des lèvres par le parti38.

  • 39 Jean-Pierre Chevenement, « Regard socialiste sur un socialisme autre », dans Guy de Faramond et Cl (...)

23Si Repères, la revue du CERES ne publie aucun article jusqu’au printemps 1977, Jean-Pierre Chevènement contribue de façon nuancée au volume réalisé par Guy de Faramond et Claude Glayman39. Reconnaissant que « le socialisme à la suédoise » représente « le modèle le plus accompli de l’État-providence », il crédite aussi Olof Palme d’avoir posé « pour la première fois » le problème du pouvoir économique. Mais ce fut trop tardif : on ne peut régler « en fin de mandat » des problèmes « que ses prédécesseurs avaient prétendu ignorer pendant des décennies ». Comme la presque totalité des commentateurs, Chevènement estime que la défaite électorale n’est qu’une « péripétie ». Il s’interroge cependant sur la pertinence de « la formule social-démocrate » en période de crise :

« Les difficultés actuelles des gouvernements sociaux-démocrates d’Angleterre, d’Allemagne et de Hollande le manifestent assez bien. Pour que la social-démocratie traditionnelle fonctionne à plein régime, il faut que le capitalisme fonctionne lui-même à plein régime. La marge de la social-démocratie tend elle-même à se réduire dès lors que le capitalisme est en crise. »

24Au mouvement socialiste d’inventer une « stratégie nouvelle » permettant aux travailleurs de se saisir du pouvoir de façon durable. La Suède « bien préparée par 44 années de gouvernement social-démocrate » n’est pas la plus mal placée pour franchir cette nouvelle étape, qui sera plus difficile pour la France.

  • 40 Jean Daniel, « Échec à la suédoise », Le Nouvel Observateur, 24 septembre 1976.
  • 41 Il dit avoir « bien des réserves à formuler sur la civilisation délibérément choisie depuis un siè (...)

25D’un tout autre bord, Le Nouvel Observateur, devenu depuis sa défense des dissidents soviétiques et ses prises de position sur la « révolution portugaise » en 1975, un acteur central des débats à gauche et, particulièrement entre courants du PS, contribue largement au débat. Jean Daniel, dans son éditorial, s’en prend à la droite française qui « jette le masque » en avouant, par ses cris de triomphe, que « ce qu’ils redoutent chez les socialistes, c’est simplement le socialisme » et non l’alliance avec les communistes40. Mais il s’en prend également aux « marxistes orthodoxes » qui découvrent, après 44 ans, la confirmation des « limites du réformisme ». Pour lui, les socialistes n’ont pas déçu leur électorat ouvrier dans lequel ils ont fait le plein des suffrages, une performance unique qui mérite à elle seule d’être saluée. Quant au bilan de la « voie suédoise », dont il déclare n’être « nullement inconditionnel41 », c’est d’abord celui d’avoir construit une société transparente et égalitaire à un degré tel que « les partis de la coalition conservatrice ne sauraient en altérer gravement le visage ». L’échec, s’il révèle de « nouveaux désirs des masses » n’est « aucunement l’échec du socialisme » : « Je pense même qu’au point où ils en sont les Suédois ont toutes les chances de marcher plus vite que les autres vers le socialisme véritable. Ils peuvent aussi bien ignorer nos sarcasmes que nos leçons. »

  • 42 Olof Palme, « Mon rêve est mis entre parenthèses », ibid.

26L’optimisme de Jean Daniel semble partagé par Olof Palme, interrogé dans le même dossier42. L’ex-Premier ministre explique son échec par la « réaction émotionnelle contre les centrales nucléaires » d’une frange d’électeurs des classes moyennes et, dans une moindre mesure, par la peur du projet Meidner. Cela ne met en question ni la stratégie de « passage paisible au socialisme » en laquelle O. Palme « croit toujours », ni le « rêve » seulement « mis entre parenthèses ». C’est, exprimée publiquement, la même analyse que celle confiée au téléphone le lendemain du scrutin par Ingvar Carlsson à Robert Pontillon :

  • 43 Notes manuscrites de Robert Pontillon, septembre 1976, CAS/FP 7/165.

« On ne peut pas gagner tout le temps. Le SAP n’a pas fait suffisamment attention à la sensibilité de l’opinion et particulièrement des jeunes sur la question de l’environnement. Dans les commentaires à l’étranger, insister sur la question de l’héritage que laissent les socialistes43. »

  • 44 Jacques Attali, « L’exemple suédois et la déviation oedipienne », Le Nouvel Observateur.
  • 45 Mathieu Fulla, Le parti socialiste face à la question économique…, op. cit., p. 511.
  • 46 Jacques Attali cite ici l’ouvrage de René Girard, La Violence et le sacré (Grasset, 1972).

27Dans une « Libre opinion » publiée dans le même dossier du Nouvel Observateur, Jacques Attali exprime, seul, une analyse plus pessimiste44. Le jeune (il a 33 ans) auditeur au Conseil d’État est le conseiller économique de François Mitterrand depuis la campagne présidentielle de 1974 et sa « principale source d’expertise » devant les « marxistes » du PS et les « keynésiano-mendésistes45 ». Il prétexte la critique du livre de Gabriel Ardant pour poser « la seule question qui ait un sens face à l’échec électoral des sociaux-démocrates : à quelles conditions un socialisme construit dans un pays démocratique, c’est-à-dire où l’alternance politique est la règle, peut-il laisser des traces définitives, des conquêtes irréversibles ? » Question très « mitterrandienne » à laquelle il apporte d’abord une réponse tout aussi classique que mitterrandienne en rappelant le « refus obstiné » des Suédois d’établir « un contrôle public sur l’appareil industriel ». Pourtant, Jacques Attali crédite la social-démocratie d’une « victoire profonde » : « avoir modifié l’idéologie dominante et l’attitude à l’égard de la consommation ; avoir déplacé le centre de gravité de la vie politique suédoise. » Ce « modèle », dont il reconnaît « l’irréversibilité politique et idéologique », n’est-il pas finalement préférable au « socialisme nationalisateur » dont les acquis se sont avérés plus fragiles. C’est ce que montrent les exemples de la Grande-Bretagne et de l’Italie « quand on voit ce qui reste […] des conquêtes sociales que laissaient espérer les nationalisations de l’après-guerre ». S’il défend le principe de nationalisations massives de grandes entreprises, le conseiller de François Mitterrand entend refuser tout « simplisme » : les nationalisations ne suffiront pas à supprimer les causes de la crise et à amorcer la marche au socialisme. Une telle conception relève même de la « déviation oedipienne du marxisme » : désigner un bouc émissaire pour créer une « unanimité sociale, le monopole capitaliste « jouant le même rôle trompeur de père de la société à naître qu’il faut abattre46 ». Or le capitalisme s’avère « beaucoup plus complexe » et il s’agit de « renverser sa logique politique et culturelle » plutôt que de modifier les statuts juridiques des entreprises. L’exemple suédois rappelle qu’à défaut de faire partager un projet de société, les socialistes se laissent imposer la « logique des moyens » :

« L’échec électoral de la social-démocratie suédoise est ici exemplaire : parce qu’elle n’a pas réussi à faire admettre à l’opinion le sens d’une réduction supplémentaire des inégalités et d’une participation des syndicats à la propriété industrielle, parce qu’elle n’a pas su proposer d’autres modèles de réussite que la différenciation de revenus et pas su expliquer ce que la socialisation partielle de l’économie apportait concrètement de plus à la vie quotidienne et à la liberté. »

  • 47 Jacques Attali, ibid.

28La leçon à tirer des Suédois est que « faute d’avoir su produire à temps des idées neuves exaltantes et d’avoir su dépasser la logique des moyens […] ils doivent abandonner pour un temps leur chantier47 ». Plutôt isolé, le point de vue de Jaques Attali converge avec la grande majorité des observateurs sur un point essentiel : l’échec d’Olof Palme et de son parti n’est qu’un revers de courte durée, et la marche en avant reprendra bientôt, après avoir tiré les leçons nécessaires. Reste que ces réévaluations partielles à gauche annoncent une autre approche, sensible dès les années 1977-1981, et surtout-delà.

Le temps des réévaluations ?

29À l’approche d’une alternance qui change de statut, passant du rêve au possible, l’expérience suédoise a perdu son statut de modèle, encore qu’elle ne le fut jamais vraiment pour les socialistes français. Elle devient par contre une référence utile, et une « boîte à idées » pour des équipes qui se préparent au pouvoir.

  • 48 Lettre de Jean Le Garrec à Bernt Carlsson, CAS RI/467/1.
  • 49 Télex de Jacques Huntziger au SAP, 23 juin 1982, CAS RI/467 R1. La demande est précise : « cours s (...)
  • 50 Jacques Attali, Verbatim I 1981-1986, Paris, Fayard, 1993, p. 636.

30Dès octobre 1976, quelques semaines après l’élection perdue, Jean Le Garrec informe ainsi Bernt Carlsson, secrétaire international du SAP, du souhait des socialistes français de mettre en place des commissions municipales consultatives élues par les travailleurs étrangers. Ce dispositif devant être conduit « avec prudence et précaution », il s’enquiert des expériences suédoises dans ce domaine48. De telles demandes seront plus fréquentes, on l’imagine, après l’accession au pouvoir en 1981. En 1982, Jacques Huntziger, secrétaire du PS aux relations internationales transmet au SAP une « demande d’informations de l’un de nos ministres » sur le type d’instruction civique enseigné en Suède, « en particulier le cours sur les droits de l’homme49 ». En 1984 encore, si l’on en croit Jacques Attali, c’est d’une conversation avec Olof Palme que « surgit l’idée des travaux d’utilité collective (TUC) », en laquelle « nous croyons avoir trouvé la solution miracle à la crise de l’emploi50 ». Le séminaire franco-suédois de Gouvieux, en avril 1977, est un moment marquant dans cette réévaluation à la hausse de l’expérience suédoise, qui infuse le discours des socialistes français.

Le séminaire de Gouvieux : un second Pontigny ?

  • 51 Séminaire « L’expérience suédoise », Gouvieux, 23-24 avril 1977, liste des participants, CAS/fonds (...)
  • 52 Voir leurs notices biographiques dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvemen (...)
  • 53 Jean-Noël Jeanneney, Leçon d’histoire pour une gauche au pouvoir. La faillite du cartel (1924-1926 (...)

31Les 23 et 24 avril 1977, l’Institut socialiste d’études et de recherches (ISER) organise à Gouvieux, près de Chantilly, dans l’Oise, un séminaire franco-suédois, tenu à huis clos en présence de François Mitterrand et Olof Palme. Le casting est prestigieux : côté suédois, en sus de l’ancien Premier ministre participent Carl Lidbom, ancien ministre du commerce, Pierre Vinde, ancien secrétaire d’État au budget, Pierre Schori, secrétaire international du SAP, l’économiste Gosta Rehn, expert auprès de la centrale LO et co-inventeur du « modèle Rehn-Meidner » de régulation, Bernt Carlsson, secrétaire de l’Internationale socialiste51. Sont aussi présents le député danois Eric Holst et deux observateurs finlandais. Côté français participent à la rencontre Roger Fajardie, ancien de la SFIO, proche de Pierre Mauroy et « éminence grise » du PS, Gilles Martinet, proche de Michel Rocard et pilier de la revue Faire, Jacques Delors, « délégué national du PS aux relations économiques internationales », Gérard Delfau, proche de François Mitterrand et secrétaire national à la formation dans le PS, Lionel Jospin et Yvette Roudy52. Le contexte et l’instance organisatrice retiennent l’attention. Les élections municipales des 13 et 20 mars ont vu triompher un mois auparavant les gauches unies, qui conquièrent 55 villes de plus de 30 000 habitants, dont Angers, Rennes, Montpellier, Épinal, Pau, Saint-Étienne tandis que Jacques Chirac devient maire de Paris écrasant le candidat « giscardien » Michel d’Ornano. Pour les observateurs (et plus encore pour les militants socialistes et communistes…), l’affaire est entendue : la gauche unie va l’emporter aux législatives de 1978 et accéder au pouvoir, quitte à « cohabiter » avec le président Giscard d’Estaing. Il faut donc s’y préparer méticuleusement et s’inspirer d’une Leçon d’histoire pour une gauche au pouvoir, titre de l’opportun livre de Jean-Noël Jeanneney sur l’échec du Cartel des gauches en 1924-192653. Mais l’expérience gouvernementale suédoise est une autre leçon d’histoire, bien plus longue, et au moins aussi riche d’enseignements… L’ISER, à l’initiative du séminaire, est dirigé par l’ancien communiste Jean Pronteau, adhérent au PS depuis 1973, « délégué national à la recherche idéologique » et proche de François Mitterrand.

  • 54 « Les socialistes français tirent la leçon de l’expérience suédoise », La Croix, 26 avril 1977 ; « (...)
  • 55 Le Matin de Paris, 23-24 avril 1977 ; « Le socialisme suédois avalise l’Union de la gauche », Le Q (...)

32Le séminaire de Gouvieux de 1977 apparaît comme le pendant de la rencontre de Pontigny de 1938. Sont présentes dans les deux cas des délégations prestigieuses, davantage du côté suédois que du côté français en 1938, plus équilibrées en 1977. Dans les deux cas, la puissance invitante a un profil bien défini : planistes de la CGT et patrons modernistes en 1938, groupe dirigeant du PS en 1977. Dans les deux cas, l’initiative poursuit des fins politiques. Acculturer en 1938 une pratique du compromis social, sinon d’un « corporatisme négocié », puiser en 1977 dans l’expérience suédoise ce qui peut être utile aux socialistes français qui se préparent à gouverner ; avoir enfin la caution « social-démocrate » de l’alliance avec les communistes. Dans les deux cas, la rencontre est largement couverte par la presse nationale : La Croix, France-Soir, Le Monde, Le Matin, Le Quotidien de Paris consacrent en 1977 des compte rendus substantiels à l’événement, suivis par les hebdomadaires L’Unité et le Nouvel Observateur54. Les dispositifs de débat présentent cependant des configurations opposées, qui procèdent d’une inversion des rapports de force. En 1938, les sociaux-démocrates suédois dirigent le pays depuis six ans, après avoir passé, en 1936, le cap de leur reconduction pour une deuxième législature. Leurs hôtes français sont minoritaires dans leurs familles respectives, le patronat et le mouvement syndical, la CGPF et la CGT. En 1977, la conférence de Gouvieux confronte ceux qui ont fraîchement quitté le pouvoir en Suède, et ceux qui s’apprêtent à y accéder en France, « le vaincu d’hier et le vainqueur de demain », comme l’écrivent dans les mêmes termes Le Matin de Paris et le Quotidien de Paris55. Mais le « vainqueur de demain » recherche des conseils du « vaincu d’hier » pour l’aider à vaincre… Cette modification des rapports de force informe la configuration même des débats : en 1938, les rapporteurs sont tous suédois, interrogés par leurs hôtes français ; en 1977, les rapporteurs sont tous français, et leurs invités suédois complètent, précisent ou expriment accords et désaccords.

  • 56 Tous les textes sont déposés dans le fonds ISER du Centre d’archives socialistes (CAS).
  • 57 Séminaire de Gouvieux, notes manuscrites CAS/ISER.

33Se succèdent ainsi les rapports de Gilles Martinet sur « La démocratie industrielle en Suède », de Roger Fajardie sur « Le parti social-démocrate de Suède », de Gérard Delfau sur « Réformisme et stratégie de rupture », de Jacques Delors sur « La politique de développement économique et social » et d’Yvette Roudy sur « La lutte contre les inégalités en Suède56 ». Tous sont bâtis dans une logique de réflexion et d’éclairage des socialistes français : il s’agit de faire œuvre utile plus que de mettre en évidence les désaccords. Gilles Martinet, après avoir rappelé les étapes de la lutte des sociaux-démocrates pour la démocratie industrielle, qui prend le relais de la lutte pour la démocratie sociale, s’attache ainsi à questionner plutôt qu’à conclure. Si le projet Meidner de fonds salariaux entre en vigueur, quid de la possibilité de planifier l’économie à l’échelle nationale ? Si, dans une entreprise, le fonds des salariés possède la majorité des actions, quid du statut juridique de celle-ci : devient-elle une coopérative ou conserve-t-elle son statut d’entreprise privée ? Gérard Delfau entame son rapport en constatant que « nous sommes tous deux dans l’antichambre du pouvoir […] vous momentanément dans l’opposition, nous éternels opposants en situation d’y accéder ». Les Suédois, dit-il, « ont excellé dans l’invention de formes indirectes et variées, de propriété collective (coopératives, mutuelles, propriété municipale) », ce qui suscite « une grande curiosité » du PS qui « cherche depuis peu à renouer avec le monde coopératif retrouvant par là, dans une perspective autogestionnaire, l’une des meilleures traditions du socialisme français ». Là aussi, les questions sont pratiques, appelant des réponses précises : pourquoi ces réticences envers les nationalisations ? S’agit-il « d’éviter un choc frontal avec le patronat ? » S’agit-il d’une aversion profonde pour tout ce qui se rapproche du modèle soviétique » ou d’une « crainte devant les risques de bureaucratie ? » Quant à Jacques Delors, qui rappelle qu’on ne « pourra plus retrouver le modèle de croissance de 1973 » à moins de « renverser la logique de l’économie de marché […] pour infléchir vers une économie « plus sobre, plus douce et plus qualitative », il s’interroge aussi sur l’équilibre entre respect des droits de l’individu et trop grande uniformisation : « Quel est le bon dosage, de telle sorte que le socialisme ne demande à l’homme ni trop ni trop peu ? » Intervenant dans le débat, Lionel Jospin pose les mêmes questions : « comment supporter le poids d’une politique sociale coûteuse […] la crise économique permet-elle d’aller de l’avant57 ? »

  • 58 Compte rendu du séminaire par Bertrand Brigouleix, « Une rencontre entre MM. Palme et Mitterrand. (...)
  • 59 Séminaire de Gouvieux, notes manuscrites, CAS/ISER.
  • 60 Bertrand Brigouleix, art. cit.
  • 61 « Socialistes français et suédois marchent d’un même pas », France Soir, 25 avril 1977. On retrouv (...)

34Les réponses d’Olof Palme, pour autant qu’on puisse le savoir, restent imprécises pour les Français. L’élection de 1976, répète-t-il, fut perdue sur « quelques dossiers insuffisamment expliqués » comme celui des centrales nucléaires58. Il réitère que la Suède est « le pays capitaliste qui a été plus loin dans la réalisation du socialisme que les pays qui se disent socialistes », ce qui ne fait que rajouter à « la honte d’avoir raté l’élection59 ». Selon le compte rendu du Monde, François Mitterrand, convient du caractère conjoncturel de l’échec de 1976, enregistre les divergences sur les nationalisations, mais insiste aussi sur l’importance de celles déjà réalisées. La droite française, dit-il « se dit volontiers socialiste à la suédoise, mais méconnaît l’importance des nationalisations déjà décidées dans des secteurs essentiels, comme la médecine ou la pharmacie60 ». Il ajoute même : « si la France pouvait se flatter, dans les années qui viennent, de réalisations comparables à celles effectuées par la Suède, ce serait une réussite61. »

  • 62 Alexis Liebaert, art. cit.
  • 63 Lettre de François Mitterrand à Olof Palme, 1er juin 1977, CAS/467 RI 1.
  • 64 D. B., « Le socialisme suédois avalise l’Union de la gauche », Le Quotidien de Paris, art. cit.
  • 65 Pierre Vinde, « Un dialogue fructueux et vivant », L’Unité, 29 avril 1977.
  • 66 Gilles Martinet, « Quarante-quatre semaines au lieu de quarante-quatre ans », Le Nouvel Observateu (...)

35La rencontre n’a pas de suite directe, mais contribue à « briser la glace » entre les deux partis. Olof Palme, interrogé le 24 avril sur les ondes de France Inter répète qu’il « comprend très bien » pourquoi les socialistes français ont choisi le Programme commun, dont le résultat est « une vitalité et un dynamisme que nous n’avions pas vu dans les années 196062 ». Quelques semaines plus tard, F. Mitterrand lui adresse une lettre personnelle le remerciant pour sa participation à un séminaire « très riche, très utile et fructueux63 ». L’ensemble de la presse est à l’unisson, soulignant les nouvelles convergences. À droite, les compte rendus insistent sur « la caution » apportée au PS par « ce socialisme suédois qui ne fait peur à personne et séduit beaucoup » : « le label de socialisme qu’Olof Palme a décerné à l’Union de la gauche arrive à point64. » Le photographe de France-Soir saisit dans un beau cliché, en illustration de l’article éponyme, « Trois socialistes qui marchent d’un même pas : MM. Olof Palme, François Mittterrand et Georges Dayan. » Du côté suédois, Pierre Vinde insiste sur les convergences, tout en relevant les différences de perspectives selon les pays : les Suédois s’appuient sur une expérience de 44 ans, tandis que les Français veulent réussir la rupture en « 44 jours » ou « 44 semaines65 ». La formule est reprise au bond par Gilles Martinet : si la vie politique française est rythmée par les crises ou les « journées » révolutionnaires (juin 1936, 1944, mai 1968…) qui font de la France un pays que l’on ne peut réformer (ou contre-réformer…) qu’à la faveur d’une « situation exceptionnelle », la gauche doit réaliser très vite la rupture, si elle veut se maintenir au pouvoir « plus de 44 semaines » sans être assurée d’y demeurer « 44 ans » comme les Suédois66. La gauche française a « pas mal de choses à apprendre des Suédois », moins de leur manière de s’inscrire dans le temps (« ils sont lents, prudents ») que de leurs réalisations. Mais à vouloir l’équivalent en France, il faudra le faire « très vite » : on ne pourra, au mieux, s’approcher du modèle suédois, qu’à la française, par la rupture et non par le compromis social. Telle est sans doute la principale « leçon d’histoire » suédoise pour une gauche française qui s’apprête à accéder au pouvoir, même si elle devra attendre encore trois ans…

Après Gouvieux…

36Le séminaire de Gouvieux n’est pas suivi de nouvelles initiatives à ce niveau, mais il participe d’une réévaluation de l’expérience suédoise, sensible dans les propos de François Mitterrand.

  • 67 Entretien dans Le Nouvel Observateur, 5 mai 1981, reproduit dans François Mitterrand, Politique 2  (...)

37Dans ces années qui précèdent la grande confrontation de 1981, celui-ci oscille entre deux registres d’expression à propos de la Suède et de la social-démocratie. Dans un entretien publié avant le deuxième tour de scrutin, il répète que si « les sociaux-démocrates ont quand même réalisé de grandes choses », ils n’ont pas « atteint la société capitaliste dans son véritable pouvoir de décision économique » : « le résultat c’est que, lorsque les conservateurs reprennent le pouvoir, ils parviennent en quelques années à détruire tout l’édifice péniblement bâti67. » En clair, ils n’ont pas réalisé la « rupture », mais nous ne reproduirons pas la même erreur…

  • 68 Congrès de Nantes, 19 juin 1977, base de données des congrès socialistes, [www.jean-jaurès.org].
  • 69 Congrès de Metz, 6 avril 1979 (après-midi), ibid.

38Cependant, quatre ans auparavant, au congrès socialiste de Nantes, en 1977, le même constatait que la droite suédoise est « contrainte de gérer le socialisme », incapable qu’elle est « d’altérer dans ses profondes structures le système d’égalité et de justice mis en place par la social-démocratie », qui « a bien résisté68 ». À Metz, en 1979, il revient encore, dans le cadre du débat sur la rupture qui l’oppose à Michel Rocard, sur « les dispositions de caractère révolutionnaire » prises par la social-démocratie suédoise et résilientes à deux années de gouvernement de droite. Les socialistes français doivent en tirer la leçon : c’est tout de suite après la victoire qu’il faudra prendre « des décisions d’une telle force que la société les ayant reçues ne pourra plus s’en défaire », en combinant finalement leçons suédoises et expérience française69. Le premier secrétaire du PS ajoute encore :

  • 70 Ibid.

« Je pense à la situation suédoise où l’on sait bien que des dispositions de caractère révolutionnaire ont été faites sans effusion de sang, sans brutalité, dans le respect le plus extrême des libertés publiques, et où cependant, après le long passage des gouvernements social-démocrates, le gouvernement de droite n’a pas été encore en mesure, après deux ans, de changer quoi que ce soit aux structures profondes créées par les socialistes70. »

  • 71 Ibid.
  • 72 Michel Rocard, Parler vrai, Paris, Éditions du Seuil, 1979.
  • 73 « Faire », Qu’est-ce que la social-démocratie ?, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Politique », 19 (...)

39Singulièrement, du moins à l’aune de ses prises de position récentes où il a tendance à reconstruire son propre parcours, Michel Rocard est alors beaucoup plus réservé sur la Suède. Il déplore dans son intervention à Metz, que « seule la variante Goulag » du socialisme est connue à l’Ouest, les gouvernements libéraux et sociaux-démocrates étant « paralysés par leur absence d’imagination71 ». Son fameux Parler vrai, publié au premier trimestre de l’année 1979, est de même, pauvre en références internationales et, singulièrement, européennes72. Quant au recueil de textes « rocardiens » publié la même année par la revue Faire sous le titre Qu’est-ce que la social-démocratie ?, il ne consacre que quelques courtes pages (critiques…) à la Suède73. Le livre marque néanmoins un tournant dans l’appréciation des « rocardiens » à propos de la social-démocratie, comme objet politique et comme pratique de gouvernement. Pierre Rosanvallon affirme dans son introduction : « un spectre hante aujourd’hui la gauche française : celui de la social-démocratie ».

  • 74 Pierre Rosanvallon, « Le socialisme français et la peur de la social-démocratie », ibid., p. 7-9.

« Il est au cœur de toutes les polémiques et de tous les procès d’intention que le parti communiste développe contre le parti socialiste ; il est également au centre des débats entre les différents courants socialistes. Ce spectre apparaît paradoxalement d’autant plus menaçant qu’il est imprécis. “Social-démocratie”, “révisionnisme”, “socialisme bourgeois”, “trahison”, autant de termes qui recouvrent des réalités historiques et politiques très différentes mais qui se confondent pour désigner un même refus et une même crainte74. »

  • 75 Michel Rocard, « La social-démocratie et nous », ibid., p. 11-25.
  • 76 Ibid., p. 23.
  • 77 Alain Bergounioux et Bernard Manin, La social-démocratie ou le compromis, op. cit.

40Derrière le refus des socialistes français de la social-démocratie se dissimule en fait la « secrète culpabilité » de ne jamais avoir été en mesure de se lier réellement au mouvement ouvrier, et l’« incertitude » sur leur propre projet, la « crainte secrète de ne pas pouvoir faire pratiquement beaucoup plus qu’elle, de devoir également composer avec la réalité ». Michel Rocard va dans le même sens, et entend contribuer à un « bilan serein » de la social-démocratie75. Son expérience est intéressante » et son bilan positif, mais la social-démocratie s’inscrit dans une « matrice culturelle commune » avec le communisme, celle de l’étatisme, qu’entendent dépasser les « socialistes autogestionnaires ». La crise montre d’ailleurs sa dépendance à la croissance et ses limites : « la forte expansion des économies capitalistes est révolue et probablement pour longtemps76. » Dans une perspective universitaire, et dans une démarche comparable, l’historien Alain Bergounioux et le politiste Bernard Manin publient la même année aux Presses universitaires de France La social-démocratie ou le compromis, sans doute une des premières synthèses sur la question77. Montrant qu’en Europe du Nord, les partis sociaux-démocrates ont permis l’installation d’un compromis durable entre patronat et société ouvrière, ils s’interrogent néanmoins sur sa pérennisation, à l’heure de la crise. Les compromis à venir, défavorables à la classe ouvrière, peuvent la priver de son soutien électoral, et l’éloigner durablement du pouvoir.

  • 78 Jean-Paul Bachy, lettre à Lionel Jospin, 16 septembre 1980 ; intervention de Jean-Paul Bachy à la (...)

41Mais, même réévaluée, Suède et social-démocratie européenne n’occupent pas une place centrale dans l’imaginaire et les références des socialistes français. En septembre 1980, Jean-Paul Bachy, délégué national du PS au travail et à l’emploi, participe au colloque organisé à Stockholm par le Centre international du Mouvement ouvrier suédois sur les fonds de participation des salariés. S’il relève, dans son compte rendu à Lionel Jospin, des « préoccupations convergentes » avec les Suédois, le texte de son intervention montre plutôt l’ampleur des divergences sur les voies et le contenu de la « démocratie industrielle » à réaliser78 :

« le contexte est trop différent pour que l’on puisse rapprocher la France et la Suède. Il est illusoire dans ces conditions d’imaginer qu’un modèle comme celui que vous proposez aujourd’hui puisse être transposé tel quel en France. Dans ces conditions, nous sommes obligés d’imaginer d’autres solutions. Pour nous, toute réorientation de la politique d’investissement passe par la nationalisation préalable des banques d’affaire privées. Cette nationalisation doit s’accompagner d’une décentralisation du crédit par la création de banques publiques régionales. »

  • 79 Colette Audry, « Regards neufs sur la social-démocratie », L’Unité, 24 octobre 1980.

42Quelques semaines plus tard, les 10-12 octobre 1980, l’ISER organise un nouveau séminaire à Gouvieux sur le thème « Le Mouvement ouvrier européen : social-démocratie et socialisme ». Comme en avril 1977, la Suède est présente, en la personne de Carl Lidbom, ancien ministre d’Olof Palme. Mais les invités de marque, à l’heure de « l’eurocommunisme » sont les représentants des partis communistes espagnol et italien, mais aussi roumain et yougoslave. Le compte rendu de L’Unité, par Colette Audry, fait d’ailleurs état de « convergences indéniables entre la démarche du mouvement socialiste et celle de l’eurocommunisme79 ». Colette Audry, directrice de l’ISER est une proche de Jean Poperen, qui dispute alors à Jean-Pierre Chevènement l’aile gauche du PS. Mais c’est l’ensemble de la direction du parti, du moins la coalition entre mitterrandistes et CERES, qui s’accorde sur une telle perspective. Alain Bergounioux, alors un jeune historien proche des « rocardiens », et intervenant au séminaire, s’en explique ainsi dans une correspondance au vétéran Georges Lefranc, la cheville ouvrière de Pontigny, avec lequel il est en relations :

  • 80 Alain Bergounioux, lettre à Georges Lefranc, 9 juillet 1980, FGL/IHS.

« Le secrétariat du parti […] tient à démontrer l’existence d’une troisième voie entre le léninisme et la social-démocratie […] Mitterrand espérant même pouvoir inviter Berlinguer et Carrillo pour faire la démonstration de l’existence de l’“euro-gauche” […] Pour moi, je compte y défendre les idées de notre essai sur La social-démocratie et le compromis, et “pourfendre” la conception d’une troisième voie mythique […] ce qui ne me rangera pas dans la majorité actuelle80 ! »

  • 81 Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La décennie Mitterrand. I. Les ruptures, Paris, Éditions du (...)
  • 82 Ibid., p. 44 ; Jacques Attali, Verbatim I. 1981-1986, Paris, Fayard, 1993, p. 24-25.
  • 83 Hubert Vedrine, Les mondes de François Mitterrand. À L’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996 ; « R (...)
  • 84 « Les socialistes suédois sont très attentifs à ce qui se passe en France et souhaitent multiplier (...)
  • 85 Jacques Attali, Verbatim, op. cit., p. 71.

43Après l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981, Olof Palme, l’un des convives du banquet offert à l’Élysée au « Gotha de l’Internationale socialiste » et aux intellectuels, avec Willy Brandt, Felipe Gonzalez, Shimon Peres ou Melina Mercouri81, n’occupe sans doute pas la place d’honneur, ni dans le cœur ni dans l’esprit du nouveau Président français. Pour le cœur, c’est plutôt le Portugais Mario Soares, reçu à déjeuner le 11 mai rue de Bièvre, au domicile privé de François Mitterrand. Quant à l’esprit ou plutôt la « raison d’État », c’est bien sûr le chancelier allemand Helmut Schmidt, premier responsable étranger reçu à titre officiel le 24 mai à L’Élysée82. Le 10 mai 1981, François Mitterrand a gagné l’élection présidentielle dans une Europe, où l’on ne dispose plus de « modèle » socialiste de référence. Les partis « frères » d’Europe du Nord et du Sud, quels que soient les désaccords entretenus avec eux, peuvent constituer des points d’appui pour échapper à l’encerclement, mais ils ne sont plus au pouvoir ni en Suède, ni aux Pays-Bas, ni surtout au Royaume-Uni. On ne peut cependant faire d’anachronisme. Comme l’a montré Hubert Védrine, la question européenne en 1981 n’est centrale ni pour la France, ni pour la gauche ni pour le PS83. La priorité est bien la sortie de crise par « la rupture » dans un cadre national. C’est, comme on le sait, l’abandon de cette perspective en 1983 qui oblige à réinvestir le cadre de la construction européenne, dans une tout autre situation que celle envisagée auparavant, avec Helmut Kohl comme partenaire principal plutôt que les « partis frères » écartés du pouvoir dans les principaux pays partenaires de la France. La Suède n’occupe de place éminente dans aucune de ces deux configurations successives, sinon celle de « boîte à idées » dans laquelle les nouveaux gouvernants peuvent puiser, ou, à l’inverse de repoussoir fiscal du côté des droites françaises. L’idée d’un « axe socialiste Stockhom-Paris-Madrid » caressée selon Jean-Paul Bachy par des responsables du parti suédois lors du congrès du SAP de septembre 1981 ne semble pas avoir éveillé un grand intérêt côté français84. Même si, selon Jacques Attali, François Mitterrand aurait confié en août 1981 à Olof Palme qu’il « se sent social-démocrate », car [il] « ne tente jamais une réforme lorsqu’il est sûr qu’elle échouera85 », la « social-démocratie » a toujours aussi peu de partisans. Après 1983 seulement, les choses vont commencer à changer.

Une social-démocratie sans social-démocrates ?

44Le vendredi 28 février 1986 dans la soirée, Olof Palme, redevenu chef du gouvernement en octobre 1982, est assassiné à Stockholm par un inconnu. Plus de vingt ans après, ni l’identité du meurtrier ni les mobiles du crime n’ont pu être établis avec certitude, et « l’affaire Palme » continue à susciter débats et controverses, à l’image de l’assassinat de John. F. Kennedy à Dallas. Les deux assassinats partagent en effet nombre de points communs : fin brutale d’un responsable politique incarnant jeunesse, charisme et engagement pour de justes causes, mystère des mobiles et du nombre de personnes impliquées, débat sur l’existence ou non d’un ou de plusieurs « complots ».

  • 86 Télégramme de Lionel Jospin, 1er mars 1986, CAS/457 RI 13.
  • 87 L’Unité, 638, 7 mars 1986.
  • 88 Michel Rocard, Si la Gauche savait… Entretiens avec Georges-Marc Benamou, Paris, Robert Laffont, 1 (...)

45La mort de Palme suscite une vive émotion, tant en Suède qu’à l’étranger et les termes du télégramme de Lionel Jospin, alors Premier secrétaire du PS, dépassent sans doute le caractère convenu et diplomatique des condoléances officielles. « Bouleversé par la mort tragique de [ son] ami Olof Palme », il salue un « homme de réformes, héritier de la grande tradition historique de la social-démocratie suédoise86 ». Le journal télévisé d’Antenne 2 diffuse, à 13 heures et 20 heures, un portrait de feu le Premier ministre suédois. À la veille d’un scrutin décisif en France, l’élection législative du 16 mars 1986, donnée comme perdue pour les gauches, L’Unité consacre trois pages à Olof Palme, dont une photographie grand format et un éloge de Claude Estier saluant le « combattant des justes causes87 ». Le gouvernement français et la direction du PS assistent bien sûr aux obsèques, ainsi que Michel Rocard à titre personnel. Si l’on en croit son témoignage ultérieur, il en ressort vivement impressionné par la puissance et la légitimité nationale de l’organisation social-démocrate, qui s’impose dans le dispositif même des obsèques : les orateurs successifs sont en premier lieu Willy Brandt, président de l’Internationale socialiste, suivi d’Ingvar Carlsson, secrétaire général du parti, puis, en troisième lieu seulement du roi de Suède, chef de l’État, enfin des responsables de LO et des Jeunesses social-démocrates88.

46La succession de Palme est immédiatement assurée par Ingvar Carlsson, qui gouverne jusqu’en 1991. Défait par une coalition de la droite et du centre conduite par Carl Bildt, Carlsson gouverne à nouveau d’octobre 1994 à mars 1996, laissant alors ses fonctions à Göran Persson, qui dirige le pays jusqu’en octobre 2006. Devenu intermittent du pouvoir, le SAP de Carlsson et Persson n’est plus en mesure de proposer un nouveau « grand récit », relayant ceux de leurs prédécesseurs : pour Per-Albin Hansson et Tage Erlander, l’addition de la démocratie sociale à la démocratie politique, complétée chez Olof Palme par l’addition de la démocratie industrielle à la démocratie sociale. Le projet de fonds salariaux, imaginé par Rudolf Meidner et bloqué par l’alternance de 1976, n’est pas repris en 1982 par Olof Palme à son retour, sinon sous une forme très édulcorée, puis définitivement abandonné. L’adhésion en 1995 à l’Union européenne, négociée par le gouvernement conservateur de Carl Bildt et approuvée par le SAP après des années d’opposition, ôte également à la Suède tout un pan de son originalité, et l’ancre dans le mainstream continental.

  • 89 Olle Svenning, « Le grand récit de Göran Persson », La Vie des idées, « Quand la Suède doute de so (...)
  • 90 Ibid., p. 75.
  • 91 Ibid., p. 78.
  • 92 Göran Persson avait annoncé que toutes les centrales nucléaires seraient fermées avant 2010, objec (...)

47Pour le journaliste suédois Olle Svenning, qui place la fin des « grands récits » en 1976, le parti avait pu, jusqu’à cette date, « ressasser le refrain d’un mouvement ouvrier qui avait créé l’État-providence, des petites gens d’une contrée pauvre du Nord de l’Europe qui avaient érigé eux-mêmes leur « maison du peuple89 ». Selon lui, le nouveau SAP balance entre deux récits, qui n’ont ni la même puissance mobilisatrice, ni la même inscription dans l’histoire. Un récit minimaliste « sentimental, voire nostalgique » : « Souvenez vous de ce que nous avons fait pour vous, ou plutôt avec vous. Continuez donc de nous soutenir90. » Et un récit plus ambitieux, mais difficile à inscrire dans l’histoire social-démocrate, celui de greffer la pensée écologique sur l’héritage social-démocrate, et de bâtir une « maison du peuple verte »91. Au-delà de ces difficultés de mise en pratique92, ce discours coexiste à la fin du siècle avec une rhétorique proche de la « Troisième voie » d’Anthony Blair, d’ailleurs saluée à Stockholm. Göran Persson signe ainsi en septembre 2000 un texte commun avec Anthony Blair, le Premier ministre néerlandais Wim Kok et le chancelier allemand Gerhard Schröder à l’occasion de l’« Assemblée du millénaire » de l’ONU.

  • 93 Congrès de Bourg-en-Bresse, base de données des débats socialistes.

48C’est dans cette séquence que le PS français découvre progressivement les mérites de la social-démocratie. Absente de la rhétorique comme de l’imaginaire socialiste avant 1981, la référence à la social-démocratie le demeure pendant et après le « grand tournant » de 1983. Au congrès socialiste de Bourg-en-Bresse (28-30 octobre 1983), la plupart des délégués et des leaders du parti continuent à parler la langue de la rupture et de la « marche au socialisme ». Seul Jean-Pierre Chevènement jette les bases d’un nouveau registre de discours, qui, se substituant à celui de l’ancien CERES, s’inscrit désormais dans la continuité du républicanisme français. Si le socialisme n’est « pas à l’ordre du jour, car c’est l’hégémonie des idées libérales », il faut y substituer « d’autres hégémonies qui ne seront peut-être pas celles des idées socialistes, mais celles des idées nationales : celles de la France, celles d’une République moderne telle que la définissait Pierre Mendès-France93 ». Au comité directeur du 22 mars 1986, une semaine après une défaite électorale moins lourde qu’il ne le craignait, Lionel Jospin, premier secrétaire du PS, évoque la perspective d’un « grand parti de masse », qui pourrait prendre la forme d’un parti social-démocrate, d’un parti « démocrate » ou « tout simplement d’un parti rénové, élargi ». La perspective, inimaginable quelques années plus tôt, ne soulève aucun anathème, et semble prise au sérieux. Pierre Mauroy concède que le terme est « ambigu » et « perçu un certain temps comme péjoratif ». Mais il s’affirme partisan d’une « social-démocratie à la suédoise » :

« La social-démocratie oui, mais pas à l’allemande avec les communistes hors la loi ; à la mode britannique, mais ils n’ont pas vu surgir une force se disant social-démocrate. Je préfère, c’est mon choix, la social-démocratie à la suédoise sachant bénéficier du soutien communiste, et n’hésitant pas à poser, comme l’avait fait Olof Palme, les problèmes de structure […] une social-démocratie que je préfère appeler Parti socialiste de toute manière, et qui devra rassembler entre autres l’immense bloc des salariés face aux conservateurs. »

  • 94 Jean-François Trans, La gauche bouge, Paris, J.-C. Lattès, 1985, p. 161-164.
  • 95 À l’appel des mots « social-démocratie », « social-démocrate », Suède », on ne trouve à chaque foi (...)

49Michel Rocard, pas hostile sur le fond, rappelle que le mot est « encombré de trop d’autres connotations ou de relations préférentielles et organiques avec le mouvement syndical ». Quant à Jean-Pierre Chevènement, il s’élève plutôt contre « la vraie tentation », qui n’est pas la social-démocratie « pas à notre portée », mais « un parti démocrate à l’américaine » qui marquerait « la fin du socialisme en France ». Quant aux « transcourants », qui rassemblent Jean-Michel Gaillard, Jean-Pierre Mignard, Jean-Yves Le Drian… et François Hollande, ils ont écrit l’année précédente sous le pseudonyme collectif « Jean-François Trans » que la perspective, plutôt que celle d’un Bad Godesberg, est de faire du PS « le parti de la France en mouvement ». Le PS doit devenir « le délégué politique de la diversité sociale » brassant des héritages diversifiés, « l’héritage républicain, la tradition humaniste du mouvement ouvrier, le christianisme social, les courants laïcs radicaux et libéraux du centre gauche, le modernisme innovateur94 ». Absent à Lille en 198795, le débat sur la social-démocratie revient au congrès de Rennes, en mars 1990, qui adopte une nouvelle Déclaration de principes du parti, la première depuis 1969. La crise ouverte qui déchire le courant mitterrandiste, et l’affrontement entre Laurent Fabius et Lionel Jospin, accapare l’attention de l’ensemble des medias et fait passer son adoption à l’arrière-plan.

  • 96 Congrès de Rennes, 15-18 mars 1990, compte rendu sténographique, en ligne sur [www.jean-jaures.org (...)
  • 97 Alain Bergounioux, Déclarations de principes socialistes 1905-2008, Paris, Bruno Leprince, coll. « (...)
  • 98 Ibid.
  • 99 « Un nouvel horizon… », PS info., 135, janvier 1992, p. 20.
  • 100 Ibid., p. 32.
  • 101 Ibid., p. 45.
  • 102 Congrès de l’Arche, compte-rendu sténographique, en ligne sur [www.jean-jaures.org/Le-centred-arch (...)

50Roger Quilliot, qui présente le document au congrès, affirme que son adoption « nous fait passer d’un faux parti révolutionnaire à un vrai parti réformiste » : « Nous entrons dans l’ère de la social-démocratie », ajoute-t-il96. Laurent Fabius constate que « la social-démocratie l’a emporté sur le communisme » et Marie-Noëlle Lienemann, de l’aile gauche du parti, rappelle que « la social-démocratie, ce n’est pas une image molle, ce n’est pas du radical-socialisme rampant, c’est l’acceptation du pouvoir ouvrier, du pouvoir salarié dans l’entreprise ». La Déclaration de principes définit le PS comme un « parti de rassemblement […] qui met le réformisme au service des espérances révolutionnaires » et non plus comme un « parti révolutionnaire » (Déclaration de 1969)97. Son objectif : « une société d’économie mixte qui, sans méconnaître les règles du marché, fournisse à la puissance publique et aux acteurs sociaux les moyens de réaliser des objectifs d’intérêt général », et non plus le « bien commun […] par la socialisation progressive des moyens de production et d’échange ». Sa méthode : « de nouvelles formes d’organisation économique et sociale » permettant aux salariés d’exercer « une véritable citoyenneté dans l’entreprise », un service public « fort », la planification et la politique budgétaire98. Près de deux ans plus tard, les 13-15 décembre 1991, le congrès de l’Arche adopte un nouveau Projet socialiste dans cette perspective. Le projet, Un nouvel horizon pour la France et le socialisme, ouvre la perspective explicite d’un aggiornamento socialiste, justifié par « la fin d’une époque99 ». Si le socialisme entend porter une autre organisation de la planète, « il devra se développer au sein d’un capitalisme mondialisé100 ». Les socialistes, « moralement indemnes de la faillite du communisme », doivent cependant agir désormais « sans modèle101 ». La « social-démocratie » reste peu revendiquée, sinon comme une appellation générique. Ainsi Pierre Mauroy trace le « grand dessein […] que l’Europe puisse arborer le visage de la social-démocratie ». Mais il reconnaît lui-même ne pas rêver d’une « authentique social-démocratie », c’est-à-dire de « liens organiques avec les syndicats102 ».

  • 103 Ainsi Fabien Escalona, La social-démocratie, entre crises et mutations, Fondation Jean Jaurès, 201 (...)
  • 104 Jean-Luc Melenchon, En quête de gauche, Paris, Balland, 2007, p. 20-21. À cette date, l’auteur con (...)
  • 105 Ibid., p 95-100.

51C’est dans les années suivantes, au tournant du siècle, que les usages de la « social-démocratie » se multiplient en France, soit pour s’en revendiquer, soit pour la dénoncer. Mais le plus souvent sans produire une définition de ce terme, assimilé généralement à une forme de socialisme plus « modéré » que le socialisme historique, ou que le socialisme français « mitterrandien » d’après Épinay. D’autres utilisent ce terme pour y englober l’ensemble des partis de la famille socialiste en Europe103. Ainsi Jean-Luc Mélenchon, encore membre du PS estime en 2007 que « le bilan de la social-démocratie européenne est un désastre social », car « les sociaux-démocrates de toute l’Europe démantèlent méthodiquement l’État social qu’ils avaient contribué à bâtir en un siècle de compromis et de rapports de force104 ». Il est vrai qu’à ses yeux, il s’agit moins de la social-démocratie traditionnelle, que de sa mutation en une force « démocrate » à l’américaine sous l’influence du Democratic leadership Council de Bill Clinton et Al Gore105.

52Dans tous les cas, ces usages, descriptifs ou dépréciatifs sont désormais détachés de toute référence à un modèle. Quand c’est (rarement) le cas, le Royaume-Uni de Tony Blair est bien plus évoqué, au moins jusqu’à la crise de 2008, que la Suède d’Olof Palme. À chacun et à chaque époque, sa social-démocratie de référence… La Suède ne sort cependant pas complètement du champ du débat public. Le pays est régulièrement convoqué pour le succès de telle ou telle politique conduite dans le passé, parfois confrontée à un « échec » présent.

  • 106 « Suède », Encyclopaedia Universalis, 1985, p. 330-350.
  • 107 Jean-Pierre Durand (dir.), La fin du modèle suédois, Paris, Syros, coll. « Alternatives économique (...)
  • 108 Magnus Falkeheld, Le Modèle suédois, op. cit., p. 15.
  • 109 Ibid., p. 16.
  • 110 Stéphane Boujnah, « L’inoxydable modèle suédois. Du modèle de société au modèle de gouvernement »,(...)
  • 111 Ibid., p. 83.
  • 112 Ibid., p. 84.
  • 113 Alain Lefebvre et Dominique Meda, Faut-il brûler le modèle social français ?, Paris, Éditions du S (...)
  • 114 « Ségolène Royal vante le modèle suédois », Libération, 4 juillet 2006.
  • 115 Philippe Aghion et Bénédicte Berner, « Vive le modèle suédois ! », Le Monde, 10 janvier 2013.

53Dès 1985, Jean Parent s’interroge dans sa contribution à l’Encyclopaedia Universalis sur la « remise en cause du modèle suédois » dans une « ambiance de croissance économique très faible »106. En 1995, la revue Alternatives économiques publie La fin du modèle suédois107. Les auteurs expliquent que celui-ci, victime de la mondialisation, a cédé la place à la dérégulation, l’individualisation des salaires remplaçant les traditionnelles négociations centralisées. La même thèse est développée quelques années plus tard par le journaliste Magnus Falkeheld, pour qui la Suède est devenue le « laboratoire politique » de la réduction du poids de l’État. Le nombre de fonctionnaires y est passé, entre 1991 et 2001, de 1 650 000 à 1 300 000, ce qui « fait saliver n’importe quel membre de la droite française désireux de prendre la réforme de l’État par les cornes108 ». Le « modèle suédois » aurait en effet « explosé en plein vol » dans les années 1990109. Cependant, en 2002, le think tank « En temps réel » publie une note de Stéphane Boujnah, un proche de Dominique Stauss-Kahn, sur « L’inoxydable modèle suédois110 ». Écrite après la réélection de Göran Persson, la note oppose les succès des « sociaux-démocrates réformateurs » incarnés par Tony Blair, Gerhard Schröder et Göran Persson, aux échecs des « socialistes figés dans l’immobilisme ou n’assumant pas les choix réformistes » comme en Espagne, au Danemark… ou en France. Reprenant l’ensemble de l’histoire du modèle suédois au XXe siècle, puis de sa déconstruction et de sa modernisation, Stéphane Boujnah en conclut la nécessité de construire en France « un parti social-démocrate réformateur, assumant ses mutations idéologiques111 ». Car la culture politique qui procède du « modèle de gouvernement » suédois est « l’expression la plus aboutie des préférences démocratiques communes aux électeurs des pays de l’Union européenne112 ». Au printemps 2006, Alain Lefebvre et la sociologue Dominique Méda proposent de « transposer » en France, par la décentralisation, l’essentiel du nouveau « modèle nordique113 ». Dans le même sens, en juillet 2006, Ségolène Royal, qui va annoncer sa candidature à l’élection présidentielle, se rend en Suède et vante « un modèle pour la France et de nombreux pays d’Europe » : « Nous aimerions réaliser ce qui est fait ici », dit-elle114. En janvier 2013 encore, les économistes Philippe Aghion et Bénédicte Berner, proches des socialistes, appellent la France du président François Hollande à s’inspirer d’un modèle suédois de « social-démocratie de l’offre », qui combine réforme fiscale, réduction du poids de l’État et maintien de la protection sociale115.

  • 116 « Émeutes à Stockholm : le modèle suédois en pleine crise des banlieues », France 24, 22 mai 2013, (...)
  • 117 « Abolition de la prostitution : pourquoi la Suède est un bon modèle », Slate.fr, 14 octobre 2013  (...)
  • 118 Une partie de la mouvance identitaire peut ainsi se revendiquer d’un « modèle suédois ». Ainsi le (...)

54À l’inverse, les émeutes survenues dans les banlieues de Stockholm en mai 2013 vont être rapportées à un « échec du modèle suédois d’intégration » ou à un « modèle violenté » par les politiques libérales conduites depuis vingt ans116. Quant à la législation suédoise sur la prostitution, on peut aussi bien, selon les auteurs, la citer comme « un bon modèle », la questionner sur un mode dubitatif… ou la condamner franchement comme « hypocrite117 ». À l’évidence, il ne s’agit plus tant d’un « modèle » structuré, que de fragments de modèles, hérités du passé, dispersés sur l’ensemble du spectre politique et insérés dans des registres de discours et d’action politique antithétiques118. Dans les années 1960 et surtout 1970, une partie des gauches (minoritaire…) pouvait s’adosser aux caractéristiques d’un modèle si bien décrit par Jean Parent, et une autre partie (majoritaire…) le rejeter ou le critiquer. Mais tous savaient qu’il existait, au moins en surplomb du débat politique. Ce n’est plus le cas au début du XXIe siècle, où, en l’absence d’une telle référence surplombante, chacun peut s’approprier un fragment d’un modèle défunt ou, plutôt, de ce qui s’y est substitué dans le cadre d’un benchmarking européen généralisé, où alternent « modèles » irlandais, néerlandais et, surtout, allemand…

  • 119 La trilogie Millenium de Stieg Larsson, est publiée en français par Actes Sud en 2006 et 2007. Le (...)
  • 120 « Ce paradis est un mythe créé par vous, et non par nous. Ce sont les étrangers qui ont été fascin (...)
  • 121 Jenny Andersson, « Qu’est-ce que ce modèle suédois ? », art. cit.
  • 122 Voir Gunnar Broberg et Nils Rolle-Hansen, Eugenics and The Welfare State. Sterilization policy in (...)

55L’image internationale et, singulièrement, française, de la Suède est aujourd’hui brouillée. Elle n’est plus identifiée comme un modèle ou, même, une voie originale depuis les années 1980. Son image est, dans les dernières décennies, affaiblie par le portrait qu’en brossent les auteurs à succès de romans noirs. L’énorme succès de la trilogie Millenium, de Stieg Larsson, publiée en France en 2006-2007, en est un indice : l’ancienne terre d’élection de la social-démocratie devient le champ d’action privilégié de néo-nazis, psychopathes, policiers véreux et chefs d’entreprise au lourd passé119. D’autres auteurs, Henning Mankell ou Camilla Lackberg, prospèrent sur le même terrain et ne dissimulent guère leur volonté de dénoncer le « côté obscur » de la Suède social-démocrate, quitte à affirmer que le mythe qu’ils dénoncent a été créé par les étrangers et non les Suédois120. Ironie de l’histoire, en Suède même, comme l’indique la politiste Jenny Andersson, c’est désormais la droite radicale qui se pose en gardienne de la tradition du folkhemmet contre des sociaux-démocrates qui l’auraient trahi pour la mondialisation et le multiculturalisme121. En outre, l’ouverture, à la fin des années 1990, après la publication de travaux d’historiens, d’un débat national sur l’ampleur de la politique eugéniste conduite entre 1932 et 1975 (plus de 62 000 personnes stérilisées sur décision officielle), contribue encore à abîmer le bilan des années Hansson, Erlander et Palme122.

  • 123 « La déclaration de principes de 2008 », dans Alain Bergounioux, Déclarations de principe socialis (...)
  • 124 Alain Bergounioux et Bernard Manin, « La social-démocratie n’est pas une politique, mais une forme (...)
  • 125 François Hollande, « Discours de clôture du colloque 1905-2005. Cent ans de socialisme », Recherch (...)
  • 126 Dans une conférence de presse le 14 janvier 2014, voir : Michel Noblecourt, « Le compromis social- (...)

56C’est à ce moment que le Parti socialiste, majoritaire au sein des gauches françaises, se prononce pour une « économie sociale et écologique de marché », régulée par la puissance publique et les partenaires sociaux, pour une « économie mixte » associant secteur public, secteur privé et économie sociale123. D’une certaine manière, il s’agit bien là de principes « social-démocrates », au sens où la recherche d’un compromis stable et durable entre État et marché, travail et capital, se substitue désormais à la rupture avec le capitalisme encore envisagée dans les années 1980. Son abandon, implicite à partir du tournant de 1983, est ainsi « officiellement » entériné dans un texte qui entend définir l’identité nouvelle du parti. Mais cette quête du compromis est conduite en l’absence de la « structure organisationnelle » qui définit (ou définissait…) la social-démocratie scandinave ou germanique, et lui permettait d’agir : le « couple fonctionnel » associant parti et mouvement syndical124. Les socialistes français le savent bien… Michel Rocard ou Pierre Mauroy dans les années 1980, puis François Hollande comme Premier secrétaire du PS ont, dans de nombreuses déclarations, reconnu que le PS français n’était pas un parti social-démocrate « au sens d’une formation politique disposant d’une relation privilégiée avec un mouvement syndical puissant […] une configuration qui l’a conduit à préférer l’action étatique à la négociation et la loi sur le contrat125 ». L’autodéfinition, en janvier 2014, de François Hollande, élu Président de la République en 2012, comme « social-démocrate126 », ne change rien à l’affaire… Surtout, il est plus difficile de jeter les bases d’un compromis national dans une économie mondialisée, avec un rapport des forces déséquilibré à l’avantage d’un capital transnational sur des États nationaux appauvris et sur un mouvement syndical affaibli, resté pour l’essentiel un acteur national, et a fortiori émietté en France. Il est, de même, difficile, comme on le sait depuis plusieurs décennies, de projeter les contours d’un tel compromis à l’échelle européenne, sans parler de l’échelle mondiale… Si les socialistes assument désormais, non sans difficultés, leur identité réformiste, c’est sans l’avoir appris, sauf des circonstances de leur propre action et de la réflexion sur leurs échecs… Mais peut-on apprendre le réformisme ?

Notes

1 Deux petites formations, l’Alliance chrétienne-démocrate et le parti communiste de Suède obtiennent respectivement 1,36 % et 0,32 % des suffrages, et ne sont pas représentés au parlement.

2 Selon l’expression de Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste, Paris, Tallandier, 2005, p. 405 sq.

3 Le Danemark est gouverné successivement par Jens-Otto Krag, de 1962 à 1968, puis de 1971 à 1972, et Anker Jorgensen de 1972 à 1973, tous deux issus du parti social-démocrate. S’intercalent dans cette décennie trois années de gouvernement du centriste Hilmar Baunsgaard, de février 1968 à octobre 1971.

4 François Fejtö, La Social-démocratie quand même : un demi-siècle d’expériences réformistes, Paris, Robert Laffont, 1980 ; Ralph Dahrendorf, « L’après social-démocratie », Le Débat, 7/1980, p. 18-36 ; Olivier Postel-Vinay, « L’éternité social-démocrate : l’exemple danois », p. 37-57.

5 « The Swedish Seismograph », International Herald Tribune, 23 septembre 1976.

6 Guy De Faramond et Claude Glayman, Suède. La Réforme permanente, Paris, Stock, 1977 ; Magnus Falkeheld, Le Modèle suédois, Paris, Payot/Rivages, 2003, réédit. coll. « Petite bibliothèque Payot », 2005.

7 Ibid., p. 13.

8 Jenny Andersson, « Qu’est-ce que ce modèle suédois ? Débats constitutifs pour comprendre l’histoire de la social-démocratie suédoise, son modèle et son évolution jusqu’aux élections de septembre 2010 », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 13, janvier-avril 2011.

9 Procès-verbal du Comité directeur, 22 mars 1986, Le Poing et la Rose spécial.

10 Alain Bergounioux et Bernard Manin, La social-démocratie ou l’art du compromis, Paris, PUF, 1979 ; Le régime social-démocrate, Paris, PUF, 1989.

11 Manuel Lucbert, « La Suède à l’heure de l’alternance », Le Monde, 14 septembre 1973. « Trop d’impôts, trop de chômeurs, trop de crimes », ibid., 15 septembre.

12 « Un avertissement », ibid., 18 septembre.

13 La série, qui met en scène une fillette dotée d’une force surhumaine, est diffusée à la télévision française au début des années 1970.

14 Le texte d’Astrid Lindgren, présenté sous la forme d’un conte pour enfants, « Pomperipossa in Monnismanien », paraît dans le quotidien Expressen le 3 mars 1976 (renseignement pris sur les sites [www.astrid-lindgren.com] et [www.astridlindgren.se], pages consultées le 6 septembre 2013).

15 En 1995, l’ancien ministre social-démocrate Bengt Görasson, reconnaîtra que les critiques d’Astrid Lindgren étaient justifiées.

16 Renaud Rosset, « Suède : le défi bureaucratique », Le Figaro, 17 septembre 1976.

17 André Frossard, « Cavalier seul », ibid., 18 septembre 1976.

18 Béatrice Bazil et André Martin, « 75 ans de réformisme », ibid.

19 François Bloch-Laine, « Singularité du cas français », ibid.

20 Christian Stoffaes, « Importance du marché », ibid.

21 Raymond Aron, « Fin d’un mythe », ibid., 21 septembre 1976. L’appréciation est, on le sait, fort contestable, surtout pour François Mitterrand…

22 André Frossard, « Modèles », ibid.

23 Jean Dutourd, « Adieu au modèle suédois », France Soir, 21 septembre 1976.

24 Ibid.

25 Patrick Le Dantec, « Le modèle suédois remis en question », Ouest-France, 21 septembre 1976, repris dans Suède. La réforme permanente, op. cit., p. 345-347.

26 Régis Parenque, « Le socialisme de M. Jourdain », Le Nouvel Économiste, ibid., p. 341-343.

27 L’année 1976 est l’acmé du moment « eurocommuniste » quand les PC français, italien et espagnol multiplient initiatives et déclarations communes.

28 « Après l’échec des sociaux-démocrates. Inquiétude des socialistes européens », Le Figaro, 22 septembre.

29 « Londres : des arguments pour les travaillistes modérés », ibid.

30 « Paris : l’alternance en question », ibid. ; « Les réactions en France », Le Monde, 22 septembre.

31 Ibid.

32 Marcel Veyrier, « Le veau d’or est toujours debout », L’Humanité, 22 septembre 1976.

33 Jacques Arnault, « Suède : une réponse insuffisante ? », Guy de Faramond et Claude Glayman, op. cit., p. 373-376. L’auteur s’en prend spécialement à la « négation de la hiérarchie des salaires » qui a « rejeté à droite » une partie des cadres, ingénieurs et même ouvriers qualifiés. Il oppose ainsi une stratégie qui a conduit à « l’isolement de la classe ouvrière suédoise » à la « politique antimonopoliste » d’alliance entre salariés conduite par le PCF.

34 Télégramme à Olof Palme, 20 septembre 1976, CAS/Fonds Pontillon, 467 R1.

35 Déclaration de Robert Pontillon sur les élections suédoises, CAS/FP 7/165.

36 Robert Pontillon, « Réflexions d’un socialiste sur l’échec de Stockholm », Le Quotidien de Paris, 23 septembre 1976, ibid.

37 Gilles Martinet, « L’enjeu suédois », Faire, octobre 1976.

38 Gabriel Ardant, « Notes manuscrites sur les élections de 1976 », FGA/IPMF, carton 42.

39 Jean-Pierre Chevenement, « Regard socialiste sur un socialisme autre », dans Guy de Faramond et Claude Glayman, op. cit., p. 273-282.

40 Jean Daniel, « Échec à la suédoise », Le Nouvel Observateur, 24 septembre 1976.

41 Il dit avoir « bien des réserves à formuler sur la civilisation délibérément choisie depuis un siècle dans un pays qui n’a besoin ni d’héroïsme ni d’âme ».

42 Olof Palme, « Mon rêve est mis entre parenthèses », ibid.

43 Notes manuscrites de Robert Pontillon, septembre 1976, CAS/FP 7/165.

44 Jacques Attali, « L’exemple suédois et la déviation oedipienne », Le Nouvel Observateur.

45 Mathieu Fulla, Le parti socialiste face à la question économique…, op. cit., p. 511.

46 Jacques Attali cite ici l’ouvrage de René Girard, La Violence et le sacré (Grasset, 1972).

47 Jacques Attali, ibid.

48 Lettre de Jean Le Garrec à Bernt Carlsson, CAS RI/467/1.

49 Télex de Jacques Huntziger au SAP, 23 juin 1982, CAS RI/467 R1. La demande est précise : « cours spécifique ou part de cours d’histoire ? Obligatoire, pour quel âge ? »

50 Jacques Attali, Verbatim I 1981-1986, Paris, Fayard, 1993, p. 636.

51 Séminaire « L’expérience suédoise », Gouvieux, 23-24 avril 1977, liste des participants, CAS/fonds ISER.

52 Voir leurs notices biographiques dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier Mouvement social 1940-1968, Paris, Éditions de l’Atelier, dix volumes parus.

53 Jean-Noël Jeanneney, Leçon d’histoire pour une gauche au pouvoir. La faillite du cartel (1924-1926), Paris, Éditions du Seuil, 1977, réédition 2003. Dans sa postface de 2003, l’auteur rappelle qu’il entendait alors « rapprocher un passé concret et un futur potentiel » et qu’il « se nourrissait d’illusion […] à influencer la suite » (p. 145).

54 « Les socialistes français tirent la leçon de l’expérience suédoise », La Croix, 26 avril 1977 ; « Le socialisme suédois avalise l’Union de la gauche », Le Quotidien de Paris, 25 avril ; « Socialistes français et suédois marchent d’un même pas », France Soir, 25 avril ; « Les socialistes français tirent la leçon de l’expérience suédoise », Le Matin de Paris, 25 avril ; « Un sommet pas comme les autres », L’Unité, 22 avril 1977 ; Gilles Martinet, « Quarante-quatre semaines au lieu de quarante-quatre ans », Le Nouvel Observateur, 651, 2 mai 1977 (dossier de presse CAS/ISER).

55 Le Matin de Paris, 23-24 avril 1977 ; « Le socialisme suédois avalise l’Union de la gauche », Le Quotidien de Paris, 25 avril 1977.

56 Tous les textes sont déposés dans le fonds ISER du Centre d’archives socialistes (CAS).

57 Séminaire de Gouvieux, notes manuscrites CAS/ISER.

58 Compte rendu du séminaire par Bertrand Brigouleix, « Une rencontre entre MM. Palme et Mitterrand. Y a t-il un modèle socialiste suédois ? », Le Monde, 26 avril 1977.

59 Séminaire de Gouvieux, notes manuscrites, CAS/ISER.

60 Bertrand Brigouleix, art. cit.

61 « Socialistes français et suédois marchent d’un même pas », France Soir, 25 avril 1977. On retrouve ces propos dans La Croix et Le Matin de Paris.

62 Alexis Liebaert, art. cit.

63 Lettre de François Mitterrand à Olof Palme, 1er juin 1977, CAS/467 RI 1.

64 D. B., « Le socialisme suédois avalise l’Union de la gauche », Le Quotidien de Paris, art. cit.

65 Pierre Vinde, « Un dialogue fructueux et vivant », L’Unité, 29 avril 1977.

66 Gilles Martinet, « Quarante-quatre semaines au lieu de quarante-quatre ans », Le Nouvel Observateur, 651, 2 mai 1977.

67 Entretien dans Le Nouvel Observateur, 5 mai 1981, reproduit dans François Mitterrand, Politique 2 1977-1981, Paris, Fayard, 1981, p. 291-292.

68 Congrès de Nantes, 19 juin 1977, base de données des congrès socialistes, [www.jean-jaurès.org].

69 Congrès de Metz, 6 avril 1979 (après-midi), ibid.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Michel Rocard, Parler vrai, Paris, Éditions du Seuil, 1979.

73 « Faire », Qu’est-ce que la social-démocratie ?, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Politique », 1979.

74 Pierre Rosanvallon, « Le socialisme français et la peur de la social-démocratie », ibid., p. 7-9.

75 Michel Rocard, « La social-démocratie et nous », ibid., p. 11-25.

76 Ibid., p. 23.

77 Alain Bergounioux et Bernard Manin, La social-démocratie ou le compromis, op. cit.

78 Jean-Paul Bachy, lettre à Lionel Jospin, 16 septembre 1980 ; intervention de Jean-Paul Bachy à la rencontre des 10-12 septembre 1980 sur les fonds de participation des salariés, CAS/547 RI 4.

79 Colette Audry, « Regards neufs sur la social-démocratie », L’Unité, 24 octobre 1980.

80 Alain Bergounioux, lettre à Georges Lefranc, 9 juillet 1980, FGL/IHS.

81 Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La décennie Mitterrand. I. Les ruptures, Paris, Éditions du Seuil, 1990, p. 58.

82 Ibid., p. 44 ; Jacques Attali, Verbatim I. 1981-1986, Paris, Fayard, 1993, p. 24-25.

83 Hubert Vedrine, Les mondes de François Mitterrand. À L’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996 ; « Réflexion sur le 10 mai 1981. Trente ans après », La Revue socialiste, 42, 2011, p. 81-87.

84 « Les socialistes suédois sont très attentifs à ce qui se passe en France et souhaitent multiplier les échanges d’information. Au plan européen, ils rêvent d’un axe socialiste « Stockholm-Paris-Madrid, car ils sont convaincus du prochain succès de nos camarades espagnols et jugent que les positions des uns et des autres sont très proches », 28e congrès du PSD suédois. Compte rendu par Jean-Paul Bachy, CAS/457 RI 9.

85 Jacques Attali, Verbatim, op. cit., p. 71.

86 Télégramme de Lionel Jospin, 1er mars 1986, CAS/457 RI 13.

87 L’Unité, 638, 7 mars 1986.

88 Michel Rocard, Si la Gauche savait… Entretiens avec Georges-Marc Benamou, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 40-41.

89 Olle Svenning, « Le grand récit de Göran Persson », La Vie des idées, « Quand la Suède doute de son modèle », 15, septembre 2006, p. 73-80. L’article est extrait de son livre Göran Persson och hans värld (le monde de Göran Persson), Stockholm, 2005.

90 Ibid., p. 75.

91 Ibid., p. 78.

92 Göran Persson avait annoncé que toutes les centrales nucléaires seraient fermées avant 2010, objectif vite abandonné…

93 Congrès de Bourg-en-Bresse, base de données des débats socialistes.

94 Jean-François Trans, La gauche bouge, Paris, J.-C. Lattès, 1985, p. 161-164.

95 À l’appel des mots « social-démocratie », « social-démocrate », Suède », on ne trouve à chaque fois qu’une occurrence, peu significative.

96 Congrès de Rennes, 15-18 mars 1990, compte rendu sténographique, en ligne sur [www.jean-jaures.org/Le-centre-d-archives-socialistes].

97 Alain Bergounioux, Déclarations de principes socialistes 1905-2008, Paris, Bruno Leprince, coll. « Encyclopédie du socialisme », 2008.

98 Ibid.

99 « Un nouvel horizon… », PS info., 135, janvier 1992, p. 20.

100 Ibid., p. 32.

101 Ibid., p. 45.

102 Congrès de l’Arche, compte-rendu sténographique, en ligne sur [www.jean-jaures.org/Le-centred-archives-socialistes]. Laurent Fabius s’exprime dans les mêmes termes, reconnaissant que « l’une de nos plus graves difficultés […] est d’avoir voulu faire de la social-démocratie, mais sans les outils classiques et traditionnels de la social-démocratie ».

103 Ainsi Fabien Escalona, La social-démocratie, entre crises et mutations, Fondation Jean Jaurès, 2011.

104 Jean-Luc Melenchon, En quête de gauche, Paris, Balland, 2007, p. 20-21. À cette date, l’auteur considère que le PS, jusque-là représentant d’un « social-républicanisme » historique est aspiré vers une orientation davantage démocrate (à l’américaine) que social-démocrate, sans y être tombé.

105 Ibid., p 95-100.

106 « Suède », Encyclopaedia Universalis, 1985, p. 330-350.

107 Jean-Pierre Durand (dir.), La fin du modèle suédois, Paris, Syros, coll. « Alternatives économiques », 1995.

108 Magnus Falkeheld, Le Modèle suédois, op. cit., p. 15.

109 Ibid., p. 16.

110 Stéphane Boujnah, « L’inoxydable modèle suédois. Du modèle de société au modèle de gouvernement », En temps réel, 6, décembre 2002.

111 Ibid., p. 83.

112 Ibid., p. 84.

113 Alain Lefebvre et Dominique Meda, Faut-il brûler le modèle social français ?, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 114-115. La décentralisation permettrait à chaque région de se rapprocher de la taille des pays nordiques, condition de l’« effet d’échelle » cher aux économistes.

114 « Ségolène Royal vante le modèle suédois », Libération, 4 juillet 2006.

115 Philippe Aghion et Bénédicte Berner, « Vive le modèle suédois ! », Le Monde, 10 janvier 2013.

116 « Émeutes à Stockholm : le modèle suédois en pleine crise des banlieues », France 24, 22 mai 2013, [www.france24.com] ; Anne-Françoise Hyvert, « La Suède, un modèle violenté », Libération, 26 mai 2013.

117 « Abolition de la prostitution : pourquoi la Suède est un bon modèle », Slate.fr, 14 octobre 2013 ; « Prostitution : le modèle suédois est-il vraiment à envier ? », Les Inrocks, 937, 13 novembre 2013 ; Marie-Elisabeth Handmann, « Le bilan de l’expérience suédoise montre l’hypocrisie de la pénalisation des clients », [www.atlantico.fr], 26 juin 2012.

118 Une partie de la mouvance identitaire peut ainsi se revendiquer d’un « modèle suédois ». Ainsi le site [fdesouche.com] publie en octobre 2013 une tribune de « Paysan savoyard » se demandant « Pourquoi vit-on mieux en Scandinavie alors qu’il y fait plus froid ? » La réponse évoque essentiellement l’absence de corruption et la faiblesse de la pression migratoire.

119 La trilogie Millenium de Stieg Larsson, est publiée en français par Actes Sud en 2006 et 2007. Le premier tome, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, est le livre le plus vendu en France (plus de 512 000 exemplaires) en 2008.

120 « Ce paradis est un mythe créé par vous, et non par nous. Ce sont les étrangers qui ont été fascinés par ce “modèle suédois” et […] par la blondeur des Suédoises », Henning Mankell « Ce qui me révolte », BibliOBs, 8 janvier 2008, [bibliobs.nouvelobs.com].

121 Jenny Andersson, « Qu’est-ce que ce modèle suédois ? », art. cit.

122 Voir Gunnar Broberg et Nils Rolle-Hansen, Eugenics and The Welfare State. Sterilization policy in Denmark, Sweden, Norway and Finland, East Lansing, Michigan State University press, 1996. L’enquête de M. Zaremba dans le quotidien Dagens Nyheter en août 1998 provoque un vaste débat public en Suède, qui a des échos en France.

123 « La déclaration de principes de 2008 », dans Alain Bergounioux, Déclarations de principe socialistes, op. cit., p. 54.

124 Alain Bergounioux et Bernard Manin, « La social-démocratie n’est pas une politique, mais une forme de gouvernement », Le régime social-démocrate, op. cit., p. 183-189.

125 François Hollande, « Discours de clôture du colloque 1905-2005. Cent ans de socialisme », Recherche socialiste, 31/32, juin-septembre 2005, p. 217-224, ici p. 223.

126 Dans une conférence de presse le 14 janvier 2014, voir : Michel Noblecourt, « Le compromis social-démocrate de François Hollande », Le Monde, 18 janvier 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540