Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « modèle » suédois

 | 
Gilles Vergnon

Chapitre II. Économie organisée, plan et État social : le temps des programmes 1940-1970

Texte intégral

De la « gauche » de la collaboration aux reconstructeurs de la Libération : une référence peu fréquente

À l’heure du « Nouvel ordre européen » nazi

  • 1 Voir Yves Durand, Le Nouvel ordre européen nazi, Bruxelles, Complexe, 1991.
  • 2 Helmut Müssener, « Vom Bert Brecht bis Peter Weiss. Die kulturelle deutschsschprachige Emigration (...)

1De 1940 à 1944, la Suède est dirigée par un gouvernement d’Union nationale, associant, sous la houlette de Per-Albin Hansson, sociaux-démocrates, libéraux et conservateurs. Elle est intégrée de facto, comme les autres États neutres du continent au « nouvel ordre européen » imposé par le IIIe Reich. Sa situation (un État enclavé, partenaire commercial et financier du Reich) se rapproche plus de celle de la Suisse, État neutre et démocratique, que de celles de l’Espagne ou du Portugal, dont les régimes autoritaires nourrissent une proximité idéologique avec les puissances de l’Axe, jusqu’à envisager un moment une co-belligérance avec elles1. Comme la Suisse, son territoire est un refuge pour des exilés anti-nazis, Allemands ou Autrichiens, puis des familles juives en provenance de toute l’Europe, fuyant les persécutions du IIIe Reich. Comme en Suisse, les réfugiés politiques, moins de 2000 selon l’historien allemand Helmut Müssener, représentent tout l’éventail politique des gauches allemandes et autrichiennes, des communistes du KPD ou du KPŐ aux sociaux-démocrates de la SOPADE allemande ou du SPŐ autrichien, en passant par les petites formations dissidentes du SAP ou de la KPDO2. Parmi eux, on trouve des hommes qui auront après la guerre d’importantes fonctions politiques, comme les Allemands Willy Brandt, alors militant du SAP, et Herbert Wehner, alors dirigeant du KPD ou le jeune Autrichien Bruno Kreisky, alors dirigeant des Jeunesses socialistes. Mais personne ne le sait alors, y compris eux-mêmes…

  • 3 On se souvient d’« Erik Björjenskjöld, savant suédois, auteur de remarquables travaux sur les prot (...)

2Le parallèle avec la Confédération helvétique trouve néanmoins ses limites, du fait de la contiguïté de la Suède avec le front de l’Est, des exigences allemandes en matière de fournitures de minerai de fer et de transport de troupes, mais aussi de l’existence au sein de la société suédoise de puissants courants favorables à l’Allemagne, voire au nazisme3. Surtout, à la différence de la Suisse, la Suède avait été avant la guerre à la fois une des références majeures des projets de « Troisième voie », et une référence plus mineure pour le socialisme européen, et surtout français. Enfin, elle est gouvernée par des sociaux-démocrates, alors que les cabinets d’union de la Confédération helvétique n’intègrent leur premier représentant socialiste qu’en janvier 1944.

3On peut donc légitimement se demander ce que la Suède représente pour les trois grands acteurs de la scène intérieure française de 1940 à 1944. D’un côté, l’« État français » de Vichy et les « collaborationnistes » parisiens (PPF de Doriot, RNP de Déat et d’autres groupes de la « gauche de la collaboration ») dont la diversité n’empêche pas une commune critique du précédent, brocardé pour sa mollesse, son esprit « réactionnaire » et ses hésitations à s’engager franchement aux côtés de l’Allemagne. En face d’eux, la Résistance intérieure qui s’affirme à partir de 1942, entend refaire la France, ou plutôt être la force motrice d’une nouvelle France, une fois l’occupant chassé et le régime de Vichy aboli.

  • 4 Selon René Belin, Barnaud lui est « recommandé » par Yves Bouthillier, Du secrétariat de la CGT au (...)
  • 5 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire (...)
  • 6 Pierre Brana et Joëlle Lusseau, Robert Lacoste (1898-1989), op. cit., p. 92-96 ; Alya Aglan, La Ré (...)
  • 7 L’expression est due à Gilles Perrault, La Longue Traque, Paris, J.-C. Lattès, 1975, p. 51-52, cit (...)

4D’une certaine manière on retrouve, éparpillés dans chacun de ces trois « camps », avec, bien sûr, des évolutions possibles de l’un à l’autre, la poignée des protagonistes de la rencontre de Pontigny de 1938 et, plus généralement, du noyau de ceux qui tentèrent d’acculturer les « leçons scandinaves » dans la France d’avant-guerre. René Belin, ex-secrétaire confédéral de la CGT, est ministre du Travail du gouvernement de Vichy de juillet 1940 à avril 1942, et l’un des principaux rédacteurs de la Charte du travail. Georges Albertini, visiteur des « ouvriers scandinaves » à l’été 1938, est secrétaire administratif du Rassemblement national populaire (RNP), et l’un des principaux collaborateurs de Marcel Déat. Sans être aussi impliqué, Georges Lefranc, pièce maîtresse de l’organisation de la rencontre de Pontigny et préfacier de la brochure du précédent, collabore à l’hebdomadaire de Charles Spinasse, Le Rouge et le Bleu, tandis que son épouse Émilie, travaille au cabinet de René Belin… lui-même dirigé par Jacques Barnaud, du noyau des Nouveaux Cahiers4. Quant à Auguste Detœuf, il préside le « comité d’organisation » de l’industrie électrique, et enseigne à l’École supérieure de l’organisation professionnelle, chargée de former les cadres des comités d’organisation mis en place par le régime pour contrôler, branche par branche, l’économie française. Sans être directement impliqué, il participe à l’appareil économique de Vichy, en accord avec le courant « corporatiste » qui le domine5. De l’autre côté, Robert Lacoste est l’un des principaux rédacteurs du « Manifeste des douze » syndicalistes de la CGT refusant l’alignement sur le régime de Vichy, et l’un des fondateurs du mouvement de Résistance « Libération-Nord6 ». Coopté par Jean Moulin au Comité général d’études, « l’ENA clandestine » de la Résistance7, il sort de la guerre dans une position renforcée, mais modifiée par rapport à l’avant-guerre : abandonnant le syndicalisme, il s’implique totalement dans le combat politique, à la SFIO comme dans les cabinets ministériels.

  • 8 Voir en particulier Philippe Burrin, « Vichy et les expériences étrangères : esquisse de comparais (...)
  • 9 La formule, due à Henry Moisset, a été popularisée par Jean-Pierre Azema, De Munich à la Libératio (...)
  • 10 Pierre Guerlet à Pierre-Etienne Flandin, 3 janvier 1941, Archives MAE, 10GMII/716.
  • 11 Idem, 19 janvier 1941, ibid.
  • 12 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », Vingtième Siècle (...)
  • 13 Vaux Saint-Cyr à l’amiral Darlan, 15 janvier 1942, ibid. L’ambassadeur ajoute que « la conquête du (...)
  • 14 François Conty à M. le chef du gouvernement, mai 1944, ibid.

5Comme cela a été souvent montré, les deux facettes de la politique de Vichy – « Révolution nationale » et collaboration d’État – ont chacun leurs référents en Europe8. Le souhait d’un partenariat avec le Reich sans co-belligérance, regarde du côté de l’Italie de 1939 avant son entrée en guerre de juin 1940, plutôt que du côté de la neutralité suédoise ou même du Danemark. La « Révolution nationale » trouve, à défaut de « modèle », des sympathies et des références du côté de l’Espagne de Franco et surtout de l’Estado novo de Salazar au Portugal. Mais les profondes différences de structures entre la France et les deux États ibériques limitent grandement la portée de l’exemple, surtout du côté des « Jeunes Cyclistes9 », brillants technocrates férus de modernisation autoritaire, qui entourent en 1941 l’amiral Darlan : les Gaston Bichelonne, Jacques Barnaud et Pierre Pucheu, qui ont pour partie fréquenté les mêmes cercles, voire participé aux mêmes réseaux que certains des protagonistes de Pontigny. Mais, dans le nouveau contexte guerrier d’occupation ou de domination allemande de l’Europe continentale, la Suède, trop périphérique, « trop neutre », trop démocratique et trop socialiste n’intéresse que modérément les hommes de Vichy. Ceux-ci sont néanmoins bien informés de la situation intérieure suédoise par les rapports de leurs ambassadeurs successifs, Pierre Guerlet, Christian de Vaux Saint-Cyr et François Conty, qui insistent tous sur la stabilité et l’autorité du gouvernement de Per-Albin Hansson en des termes qui pourraient éveiller l’attention de leurs destinataires. Un gouvernement, écrit Pierre Guerlet en janvier 1941, « qui a recueilli trois millions de voix en réduisant l’opposition à 100 000 communistes est en droit de se considérer comme le véritable interprète du pays10 ». Ses préoccupations – maintien de la neutralité, « crainte des empiètements de la Russie soviétique » contre lesquels « on voudrait même pouvoir compter sur l’Allemagne pour [se] préserver de ce danger », accompagnée d’une « méfiance pour « l’ordre nouveau » et la théorie de « l’espace vital », souhait d’un « nouvel équilibre européen11 » – ne sont pas, telles qu’elles sont ici décrites, si éloignées des réflexions de certains à Vichy, spécialement pendant « l’intermède Flandin12 ». Quant aux sociaux-démocrates suédois, toujours décrits, à la manière des reportages d’avant-guerre comme « ayant renoncé depuis longtemps aux principes du collectivisme et de la lutte des classes13 », leurs drapeaux rouges « à la teinte un peu passée [apparaissent] comme l’image même de [leur] évolution politique14 ».

  • 15 On se reportera à Jean-Pierre Le Crom, Syndicats nous voilà ! Vichy et le corporatisme, Paris, Édi (...)
  • 16 René Belin, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, op. cit., p. 163. Il caractérise la (...)
  • 17 Pour un commentaire de cette brochure, voir Jean-Pierre Le Crom, op. cit., p. 84-85.
  • 18 Pour Jean-Pierre Le Crom, Les Nouveaux cahiers militent pour un régime démocratique à exécutif ren (...)
  • 19 René Belin, « Pour un syndicalisme constructif », Organe de la Fédération des Métaux CGT, 1940, IH (...)
  • 20 Cf. son éditorial de Syndicats, 77, avril 1938 : « Ce qui est insupportable, à vrai dire, c’est le (...)
  • 21 « Qu’on jette un coup d’œil à nos voisins, proches ou lointains. Leurs exemples sont à considérer. (...)

6La référence à la Suède, ou à la Scandinavie dans son ensemble, ne semble pas avoir joué un grand rôle dans le processus d’élaboration de la « Charte du travail », principale réalisation du régime de Vichy dans le champ des relations sociales. Sans revenir ici sur son contenu précis, rappelons qu’elle supprime le droit de grève et de lock-out, et intègre les syndicats ouvriers, devenus uniques et obligatoires, dans des « comités sociaux » locaux, régionaux et nationaux, au côté d’autres syndicats professionnels organisant les employés, les ingénieurs les cadres et les représentants des employeurs, pour travailler dans un « esprit de conciliation15 ». Si le texte de la « Charte » procède bien, comme le précise René Belin lui-même, de la juxtaposition d’apports de différents courants, syndicaliste réformiste et « réactionnaire16 », la contribution des premiers s’enracine bien sûr dans les débats d’avant-guerre. Belin cite parmi ses sources d’inspiration une brochure d’Auguste Detœuf en 1938, Construction du syndicalisme, dans laquelle le directeur des Nouveaux Cahiers se prononçait pour un syndicalisme obligatoire, unique et apolitique17. Mais Detœuf ne prônait pas pour autant la suppression de la démocratie ni un régime autoritaire, et c’est précisément, comme on l’a vu, ce qui explique tout l’intérêt alors accordé à la Suède18. À l’inverse, l’intérêt porté par René Belin à ce même pays vers 1938 semble s’inscrire comme une étape dans un vertigineux parcours, qui l’amène à se détacher successivement de la perspective révolutionnaire, puis de la lutte des classes, enfin de la démocratie parlementaire, avant de se rallier à un régime autoritaire, apte à guider des « masses » incapables de s’autodéterminer rationnellement. Le « syndicalisme constructif », qu’il prônait encore en 1939-1940, c’est-à-dire le passage du « stade élémentaire des conventions collectives » à une politique contractuelle généralisée « dans une atmosphère où la loyauté et le respect des signatures seront réciproques », se recommande de « l’exemple multiple de l’étranger19 », mais pas exclusivement de la Scandinavie. La méfiance croissante de Belin envers la démocratie parlementaire, confessée dès le printemps 193820, l’amène à se tourner indifféremment vers tous les pays voisins, « proches ou lointains […] où le libéralisme, l’imprévoyance économique sont battus en brèche21 ». On comprend donc qu’il n’éprouve plus guère le besoin en 1940-1941, quand il travaille à l’élaboration de la « Charte », de se référer à un « moment suédois » déjà sans doute bien dépassé pour lui…

  • 22 « La Suède et la Finlande », Cahiers du Monde nouveau. Humanisme et révolution, 6, 1er décembre 19 (...)
  • 23 Paul Berger, « Suède et Finlande au travail », ibid.
  • 24 Raymond Sereau « Mentalités suédoises », ibid. Raymond Sereau écrit après 1945 de nombreux livres (...)

7Notons enfin que l’on trouve dans Les Cahiers du monde nouveau, publication officieuse de l’État français éditée à Clermont-Ferrand, une des rares contributions en provenance de Vichy consacrée à la Suède, il est vrai associée ici à la Finlande, alliée du Reich dans sa guerre contre l’Union soviétique22. Dans le style d’avant-guerre, Paul Berger, un des rédacteurs constate que « la lutte des classes n’existe pas réellement » en Suède, remplacée par « une manière de sport dont les communistes sont exclus de manière tacite ». Pas non plus de corporations à l’italienne (ou à la vichyssoise…), mais un socialisme « internationaliste dans le sens de la collaboration […] mais proprement national en ce qu’il se considère lui-même comme un des instruments de progrès national de la Scandinavie23 ». Dans le même registre, Raymond Sereau loue ce « pays raisonnable » où L’Internationale, chantée à l’arrivée d’un « beau bateau blanc chargé d’ouvriers » avait « presque l’air d’un hymne religieux, tant elle était chantée dévotement, sans regards haineux et sans poings levés ». Il se réjouit aussi du « renoncement aux 40 heures […] les ouvriers préférant bien vivre et travailler un peu plus renoncèrent d’eux-mêmes à bénéficier de cette loi qui ne procura en France que des désillusions24 ».

  • 25 Bernard Bruneteau, « L’Europe nouvelle » de Hitler. Une illusion des intellectuels de la France de (...)
  • 26 Ibid., p. 338.
  • 27 Francis Delaisi, La révolution européenne, Bruxelles, La Toison d’or, 1942, p. 261.
  • 28 Il collabore cependant à L’Atelier et à La France socialiste.
  • 29 Réflexions sur le caractère « socialiste » de l’économie allemande, notes 1943-1944, IHS/fonds Luc (...)

8Du côté de la scène collaborationniste parisienne, souvent tentée par une critique « de gauche » du régime de Vichy, les références à la Suède sont tout aussi rares. Pourtant sont actifs dans cette mouvance d’éminents protagonistes d’avant-guerre du « néo-socialisme », du planisme, ou des idéologies de la « Troisième voie » : les Georges Albertini, Marcel Déat, Francis Delaisi, Ludovic Zoretti… Mais, comme l’a bien montré l’historien Bernard Bruneteau, leur révisionnisme socialisme et leur pacifisme d’avant-guerre se transfigurent en « socialisme européen », dont le IIIe Reich devient tout à la fois le modèle et la force motrice25. Si la révolution prolétarienne internationale et le réformisme national dans un cadre parlementaire ont tous deux échoué, reste la « solution miracle26 » d’une révolution européenne propulsée, même à son corps défendant, par un État totalitaire, véritable brise-glaces d’un monde nouveau. Si, comme l’écrit Francis Delaisi, un ancien de l’Institut supérieur ouvrier, du CVIA et de la Ligue des droits de l’Homme, la « percée du front des Ardennes » en mai 1940 par les Panzer de Guderian a été « le Valmy de la révolution européenne », celle d’une « économie nouvelle partie à la conquête du vieux continent27 », la référence aux Heureux Scandinaves n’est plus vraiment d’actualité, même (surtout ?) pour ceux qui la portaient dans l’obsolète Europe d’avant-guerre. Lucien Laurat, autre pilier de l’ISO, où il enseignait avant-guerre l’économie dirigée et le planisme, présent à la rencontre de Pontigny dans la délégation de la CGT, est plus prudent dans ses engagements et dans ses conclusions28. Il s’interroge cependant sur le caractère « socialiste » de l’économie du IIIe Reich, notant qu’elle se situe « nettement au-delà du capitalisme et qu’elle renferme des éléments socialistes plus prononcés que l’économie soviétique (organisation plus parfaite, planification plus prévoyante, rendement supérieur, parasitisme plus énergiquement combattu) ». Conclusion : « elle peut être considérée comme un régime de transition à fortes imputations (sic) socialistes » dont l’évolution « vers un socialisme plus épanoui sera plus ou moins rapide selon l’importance des obstacles que rencontrera la volonté fanatiquement socialiste des dirigeants29 ».

Du côté de la Résistance…

  • 30 C’est, comme le note Alya Aglan, toute la différence entre les « accélérateurs » communistes qui e (...)
  • 31 « La révolution des chevaliers et des jacobins », Cahiers politiques, 2, juillet 1943, dans Henri (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 « Vers la Révolution », Cahiers de Défense de la France, mars 1944, ibid., p. 155-159 ; « Combat e (...)

9Si l’on se tourne enfin du côté de la Résistance, la moisson n’est guère plus riche. Dans l’effervescence programmatique qui saisit ses mouvements et sa presse, surtout à partir de 1943 quand, passée la « bissectrice de la guerre », ses « planificateurs » se mettent à l’œuvre pour dessiner les contours de la France à construire sans pour autant connaître à l’avance les formes précises qu’elle prendra30. Dans ce cadre, les apports d’expériences étrangères, sans être inexistants, sont marginaux. C’est le passé national qui fournit l’essentiel des références comme du vocabulaire utilisé. La « nouvelle Révolution française » qu’appellent de leurs vœux les Cahiers politiques en 1943, reprendra la « trame interrompue de 1789 » : « plus de liberté, plus d’égalité, plus de fraternité31 ». Surtout, elle groupera « en un faisceau unique, les plus belles traditions de notre histoire » et sera ainsi « la révolution des Chevaliers et des Jacobins32 ». Ordonnée autour d’un patriotisme intense qui lui procure son axe le plus solide et le plus rassembleur, la Résistance française préfère les références au passé national aux expériences étrangères, et les références morales aux références « de classe ». D’un mouvement de Résistance à l’autre, d’un journal à l’autre, le registre de discours est singulièrement homogène : la révolution souhaitée par Défense de la France en 1944 n’est « pas une révolution de classe, mais une révolution d’hommes ». Elle fait écho à la « révolution de tous les Français, pour tous les Français, la révolution de l’esprit » évoquée dans Combat en septembre 194233.

  • 34 « Pour la libération, pour l’insurrection, pour la révolution », Le Coq enchaîné, 18, s. d., ibid. (...)
  • 35 « Manifeste », Libérer et fédérer, 1944, ibid., p. 189-191.
  • 36 Charles De Gaulle, Discours à Londres, 18 juin 1942, ibid., p. 141.
  • 37 « De la démocratie politique à la démocratie sociale, Défense de la France, 45, avril 1944, ibid.,(...)

10Quand cette révolution à venir se cherche, ou se trouve, des références extérieures à la France, c’est l’Union soviétique qui est évoquée en premier lieu, et pas seulement chez les communistes. Les résistants du groupe lyonnais, Le Coq enchaîné, issu d’un républicanisme et d’un radicalisme bon teint, se réfèrent ainsi au « vieil idéal français, amélioré et fortifié par l’épreuve, modifié par les exemples de la grande expérience soviétique qui sut l’adapter aux races orientales, tandis que nous avons à l’appliquer au monde occidental34 ». De même les socialistes de gauche du mouvement Libérer et fédérer affirment que « l’exemple russe est […] une illustration magistrale de ce que peut valoir la construction socialiste, et ce n’est pas la terrible confrontation germano-soviétique qui fournira des arguments à ceux qui essaient de représenter le socialisme comme une doctrine d’impuissance et de négation35 ». Quand des références plus « occidentales » sont évoquées, ce sont les dirigeants américains et britanniques de l’époque. C’est vrai de Charles de Gaulle, qui cite lui-même la formule du vice-président américain Henry Wallace sur « the war of the common man », la « guerre des hommes » pour un monde nouveau36. C’est vrai aussi de Défense de la France qui rappelle favorablement « les déclarations de M. Bevin, de M. Eden et du Président Roosevelt » en faveur de la résolution de la question sociale37.

  • 38 André Hauriou, Vers une doctrine de la Résistance. Le socialisme humaniste, Alger, Fontaine, 1944, (...)
  • 39 « Notre socialisme », Franc-Tireur, 1er mars 1944, ibid., p. 183-185.

11Si le « socialisme » est ainsi, tout comme la « révolution », une référence centrale des mouvements de Résistance, il s’agit pour l’essentiel d’un socialisme nouveau, un socialisme à inventer, sans passé, qui ne peut se fonder sur aucune expérience particulière, en bref, comme l’écrit le juriste et résistant André Hauriou, une véritable « Renaissance38 ». D’ailleurs, comme le rappelle Le Franc-Tireur, « le socialisme vers lequel marche l’Europe qui se soulève n’a rien de commun avec le socialisme décadent du parlementarisme bourgeois, rien de commun avec les hideuses caricatures qu’en ont fait les dictateurs fascistes, rien de commun avec on ne sait quel asservissement de l’homme à l’État tout puissant39 ».

  • 40 André Hauriou, Vers une doctrine…, op. cit., p. 114.
  • 41 René Belin affirme que le programme du CNR s’est « largement inspiré » du Plan de la CGT de 1935-1 (...)
  • 42 Léon Blum, À l’échelle humaine, Paris, Gallimard, 1945 ; Vincent Auriol, Hier et demain, Alger, Ch (...)
  • 43 Mouvement de libération nationale, Études constitutionnelles des pays nordiques, Paris, Éditions d (...)

12Le gouvernement social-démocrate de la Suède, de fait la seule expérience étrangère durable et consistante (depuis 1932…) sur laquelle on pouvait s’appuyer, est ainsi ignoré, quand il n’est pas renvoyé dans l’infamie du « parlementarisme bourgeois ». Pourtant sa pratique comme sa vision du socialisme était assez homogène à celle des mouvements de Résistance : un socialisme « révisé », plus national que classiste, prônant un compromis entre forces sociales sous l’égide d’un État arbitre et interventionniste, un socialisme de « voie nouvelle entre libéralisme capitaliste et collectivisme totalitaire », comme l’écrit encore André Hauriou40. La littérature de la Résistance, comme les multiples ébauches de programme qui convergent dans le célèbre Programme du CNR, qui plonge ses racines dans les débats de l’entre-deux-guerres, n’y font aucune allusion41. Il en est de même de la littérature proprement socialiste publiée à la Libération : À l’échelle humaine de Léon Blum ou Hier et demain de Vincent Auriol, son ancien ministre des Finances du gouvernement de Front populaire42. Nous n’avons recensé à propos de la Scandinavie qu’une brochure éditée par le Mouvement de libération nationale en 1945, Études constitutionnelles des pays nordiques43. Encore ce texte n’aborde t-il, comme l’indique son titre, que les questions politiques et constitutionnelles dans le contexte du débat français sur la future constitution de la IVe République.

  • 44 PS-SFIO, XXXVIIe congrès national 11-15 août 1945. Compte rendu sténographique, p. 284. Aucun repr (...)
  • 45 Déclaration de Guy Mollet sur les élections britanniques, 24 février 1950, Archives Guy Mollet (AG (...)

13Une fois la Libération accomplie et la guerre achevée, les yeux se tournent vers le Royaume-Uni du gouvernement travailliste de Clement Attlee, dont la « révolution silencieuse » (fiscalité fortement progressive, nationalisations massives, création du National Health service) suscite un immense intérêt dans le mouvement socialiste en Europe et, au-delà dans toute la galaxie réformiste et réformatrice. Intervenant au 37e congrès de la SFIO en août 1945, le représentant du Parti socialiste suisse, Hans Oprecht, déclare que la victoire du Labour est « pour la classe ouvrière internationale un événement plus important que l’invention de la bombe atomique44 » ! Il est vrai que le Labour Party se trouve dans une position unique. Il gouverne seul, dans un cabinet homogène, l’unique grande puissance qui subsiste alors en Europe, auréolée de sa résistance face à Hitler à l’été 1940. De plus, il détient, par son influence et ses moyens financiers, les clés de la reconstruction d’un cadre transnational de discussion, l’Internationale socialiste, différée jusqu’au congrès de Francfort en 1951. À la veille des élections britanniques de février 1950, Guy Mollet, secrétaire général de la SFIO, déclare ainsi que le scrutin n’engage pas moins que « le sort du socialisme et de la démocratie en Europe », car l’expérience britannique a montré qu’une « expérience révolutionnaire n’est pas incompatible avec les exigences de la démocratie » : « Le choix est désormais clair et possible entre l’expérience du socialisme démocratique et celle du stalinisme45. »

  • 46 Les communistes le savent bien, qui mettent en garde contre les « thèmes défraîchis » de l’anticap (...)
  • 47 Georges Lefranc, Dans le trou. 20 août 1944-15 février 1945, tapuscrit, 121 pages, IHS/FGL.
  • 48 Voir la notice biographique de René Belin, par Jean Maitron dans Le Maitron [maitron-en-ligne.univ (...)

14Pour toutes ces raisons, les années de l’immédiat après-guerre sont, comme les années précédentes de la guerre, des années de basses eaux quant à la discussion d’un « modèle scandinave ». Celui-ci est supplanté dans l’intérêt, d’abord par l’Allemagne nazie ou par l’Union soviétique (voire successivement les deux…), puis par les États-Unis de Roosevelt et de Truman, du New Deal au Fair Deal, ou le Royaume-Uni du rapport Beveridge, de Clement Attlee et Aneurin Bevan. La guerre a imposé son calendrier et ses priorités, d’autant plus aisément que les « planistes » ou les partisans de la « Troisième voie », principaux acteurs de la discussion d’avant-guerre ont été discrédités par leurs engagements pendant le conflit et leur échec final ou s’orientent vers d’autres terrains46. Auguste Detœuf décède en 1947. Georges Lefranc entame, après un bref passage « dans le trou » à la prison de Fresnes, une seconde vie d’historien du socialisme47. René Belin, révoqué de son administration, collabore, sans grand écho, à des publications du « syndicalisme libre », avant de se replier, de 1959 à sa mort en 1977, sur un mandat d’élu local à Lorrez-le-Bocage, la bourgade de Seine-et-Marne où il demeure48. Ses Mémoires, publiées en 1978, ne reviennent pas sur la rencontre de Pontigny et la controverse qui s’en suivit. Lucien Laurat, brièvement interné à la Libération, coopère ensuite aux publications anticommunistes qu’anime Boris Souvarine, Est et Ouest et Le Contrat social. À l’inverse, engagé du côté des vainqueurs, Robert Lacoste devenu un pilier des cabinets ministériels de la IVe République et un notable régional (président du conseil général de la Dordogne), accède à une discutable notoriété comme gouverneur général de l’Algérie de 1956 à 1958 et fervent défenseur de l’Algérie française.

  • 49 Bruno Kreisky, Zwischen den Zeiten. Erinnerungen aus fünf Jahrzehnten, Berlin, Siedler, 1986, p. 3 (...)
  • 50 Willy Brandt, Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990. C’est l’auteur lui-même qui intitule un de ses (...)
  • 51 On peut consulter les notices biographiques de ces hommes dans Jacques Droz (dir.), Dictionnaire b (...)
  • 52 Bruno Kreisky, op. cit., p. 365.
  • 53 Ibid., p. 377.

15Il en va tout à fait différemment en Allemagne et en Autriche, où toute une génération d’exilés antinazis a fait l’expérience du « socialisme scandinave » en Norvège puis en Suède, de 1933 à 1945, avant d’incarner une relève générationnelle à la tête des partis sociaux-démocrates de leurs pays. L’Autrichien Bruno Kreisky, avant d’être le charismatique « Kaiser Bruno », chancelier social-démocrate de 1970 à 1983, fut auparavant ce jeune leader des Jeunesses socialistes révolutionnaires, exilé au Danemark puis en Suède, qu’il ne quitte qu’en 1951. Selon ses dires, cette « expérience fascinante » fut décisive dans l’évolution de ses conceptions, et la réorientation qu’il imprima au SPÖ dans le sens d’un « parti du peuple » plutôt qu’un parti de classe49. On connaît mieux en France Willy Brandt, qui fréquenta « l’école du Nord » au cours des douze années passées en Norvège, puis en Suède. Celles-ci coïncident avec la « désintoxication » du jeune révolutionnaire allemand, son retour du SAP vers le SPD, et son apprentissage du réformisme50. Mais l’on connaît moins des itinéraires analogues, comme celui d’Herbert Wehner, dirigeant du KPD envoyé à Stockholm par son parti, qui rejoint la social-démocratie après son exclusion de celui-ci51. L’école scandinave représente pour eux une expérience décisive, dont ils sont les actifs propagateurs après 1945 en Allemagne et en Autriche dans des partis déjà travaillés par le réformisme, et sans véritable concurrence communiste à leur gauche. Surtout, au-delà-même du ralliement au réformisme, ils vivent pour la première fois, comme l’écrit Bruno Kreisky, l’expérience d’une « démocratie qui marche » après celle de démocraties fragiles ravagées par la « brutalisation » du combat politique, avant de succomber52. Ils en retiennent toute l’importance du compromis, du débat nécessaire avec d’autres forces sociales et politiques, mais aussi d’un « social-patriotisme » qui coule définitivement le socialisme dans le creuset national53. La proximité culturelle entre la Suède et le monde germanophone est un élément supplémentaire, dans une configuration politique radicalement différente de celle de la France. Celle-ci se reconstruit de 1944 à 1947 dans une « Grande alliance » partisane, du MRP au PCF, avec de Gaulle jusqu’en janvier 1946 puis sans lui, mais toujours avec la SFIO. Cette coalition reproduit à l’échelle nationale la pluralité des composantes de la coalition victorieuse en 1945. Son « idéologie dominante » est un réformisme de fait, ou plutôt un constructivisme alimenté à plusieurs sources (planisme d’avant-guerre, réformisme syndical, New Deal américain, planification soviétique) subsumés par un intense patriotisme. Si le socialisme est « maître de l’heure », selon la célèbre formule de Léon Blum, c’est un socialisme recoloré aux couleurs claires de la solidarité, de la justice sociale et de l’intérêt général, plus que du rouge vif de la lutte de classes. C’est le Socialisme humaniste d’André Hauriou, le socialisme À l’échelle humaine de Léon Blum, et la révolution que tous évoquent est davantage une « Révolution dans la loi », titre d’une célèbre affiche du MRP placardée à l’automne 1944, que la révolution prolétarienne… Ce réformisme de fait, peu théorisé par les socialistes, qui n’y voient qu’une étape décisive sur la longue route du socialisme, n’a guère besoin de modèle étranger : les riches ressources du passé national semblent suffisantes. À l’inverse, en Allemagne, où la reconstruction sous l’égide des puissances occupantes, est prise en charge par la CDU victorieuse en 1949, le SPD, écarté du pouvoir fédéral et régulièrement battu dans les scrutins successifs, va devoir se chercher, après la mort de Kurt Schumacher en 1952, une nouvelle perspective. C’est une nouvelle génération, nourrie de l’expérience de l’exil, scandinave (Willy Brandt, Herbert Wehner) ou britannique (Erich Ollenhauer), qui va la porter.

1945-1960, la Suède dans le débat public, la continuité d’une référence culturaliste

  • 54 Lucien Maury, Métamorphose de la Suède, Paris, Stock, 1951 ; François-Régis Bastide, Suède, Paris, (...)
  • 55 Henri Queffelec, Portrait de la Suède. La terre et les hommes, Paris, Hachette, 1968 ; Jean-Claren (...)
  • 56 Emmanuel Mounier, « Notes scandinaves, ou du bonheur », Esprit, février 1950, p. 253-286.

16De la fin de la guerre aux années 1960, plusieurs livres paraissent en France sur la Suède, en continuité apparente avec les récits de voyage des années 1930. Trois dans les années 1950 : Métamorphose de la Suède de Lucien Maury en 1951, Suède de François-Régis Bastide en 1954 dans la toute jeune collection « Petite Planète » que vient de créer l’écrivain et cinéaste Chris Marker aux Éditions du Seuil et, dans un genre différent, l’étude universitaire de Raymond Fusilier sur Le parti socialiste suédois, son organisation54. Deux livres seulement sont publiés dans les années 1960 : Portrait de la Suède. La terre et les hommes d’Henri Quéffelec et, la même année, La Paix dorée de Jean-Clarence Lambert55. On peut ajouter à cette série quelques articles importants, publiés dans des revues de référence, comme celui d’Emmanuel Mounier dans Esprit56.

17Si tous ces ouvrages s’inscrivent dans une veine culturaliste bien établie depuis le XIXe siècle, la majorité d’entre eux présente cependant une différente importante par rapport aux récits de voyage des années 1930. Ceux-ci étaient, comme on l’a vu, des livres de journalistes (Serge de Chessin, Émile Schreiber, comme d’ailleurs Marquis Childs aux États-Unis) ou d’« experts » (Paul Planus, les syndicalistes belges ou français) qui se rendaient en Suède pour y étudier une expérience de « Troisième voie » éventuellement reproductible, en tout cas digne d’intérêt dans le débat public qu’ils entendaient alimenter. A contrario, les livres des années 1950 et 1960 sont, pour l’essentiel, des livres d’écrivains et de romanciers. C’est le cas des jeunes François-Régis Bastide (né en 1926), marié à une artiste suédoise ou Jean-Clarence Lambert, traducteur de l’écrivain mexicain Octavio Paz et proche de Roger Caillois, comme d’Henri Quéffelec (né en 1910), romancier prolifique. On connaît déjà Lucien Maury, longtemps enseignant à l’université d’Uppsala, écrivain, traducteur et l’un des principaux « passeurs » de la littérature suédoise en France.

  • 57 Lucien Maury, op. cit., p. 9-10.
  • 58 Ibid., p. 178-179.
  • 59 François-Régis Bastide, Suède, op. cit., p. 64.
  • 60 Ibid., p. 64 et 74 sq.
  • 61 Ibid., p. 74.
  • 62 Jean-Clarence Lambert, La Paix dorée, op. cit., p. 28.
  • 63 Ibid., p. 139-140.

18Leurs récits sont centrés sur l’exploration d’un « caractère humain », d’une « psychologie des peuples57 », plus que sur les questions d’organisation politique et sociale. Un seul des douze chapitres de Lucien Maury est ainsi consacré au « Problème politique ». Il expose des considérations générales sur les succès d’un « socialisme réformateur et réalisateur plus que dogmatique » proche de résoudre la question sociale, et d’un prolétariat « proche d’absorber la nation tout entière dans l’égalisation des conditions de vie58 » sans autre analyse que le renvoi traditionnel à la « clémence des forces telluriques » qui a soustrait la Suède aux guerres et aux révolutions. Henri Quéffelec, qui s’attache longuement à la description du climat et des paysages, est quasiment muet sur les questions politiques. François-Régis Bastide, qui dresse, dans l’esprit de la collection « Petite Planète », un tableau subjectif et impressionniste du pays et de ses atavismes, consacre quelques pages fines au « sentiment de l’avenir » qui anime les Suédois : un sentiment « qui porte le système », un système qui lui semble d’ailleurs « dans son état actuel, pas si extraordinaire59 ». Les conquêtes sociales qu’il énumère, « ressemblent à [celles] de maints pays », mais pas « l’esprit », ni la « méthode », qui a permis leur réalisation60. Décrite en quelques pages, cette méthode, la négociation collective entre État, patronat et syndicats (le « triangle innocent ouvrier-État-Patron »), n’est pas pour autant présentée comme un modèle à reproduire. Elle est d’ailleurs le produit d’une « heureuse disposition du sort : l’industrialisation tardive, rapide du pays [qui] a écourté la période des négociations inégales entre patrons et ouvriers61 ». Il est vrai que l’objectif du livre n’est pas d’explorer les contours d’une « voie » ou d’un « modèle », comme d’ailleurs l’essai de Jean-Clarence Lambert en 1968, un peu plus précis cependant sur ces problèmes. Écrit lui aussi en toute subjectivité, il dénie tout intérêt idéologique à l’expérience suédoise, car l’idéologie est « inexistante » dans « l’esprit nordique62 ». Le « compromis constructif entre socialisme et capitalisme » reste sans doute valable, mais non reproductible, car conclu dans un pays « en marge de l’histoire » où les idéologies se sont « comme dédramatisées63 ».

  • 64 Emmanuel Mounier, « Notes scandinaves, ou du bonheur », art. cit., p. 268.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., p. 278. Mounier affirme que : « Des cuisines pratiques et des classes laquées pour alexique (...)
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., p. 280.
  • 69 Ménie Gregoire, « Notes suédoises, ou de la justice », Esprit, janvier 1962, p. 56-70. Ménie Grégo (...)
  • 70 Ibid., p. 61.
  • 71 Ibid., p. 67.

19De tout autre nature semble, par sa hauteur de vues, le célèbre article d’Emmanuel Mounier, paru dans Esprit quelques semaines avant son décès brutal. Le fondateur de la revue Esprit tente une analyse comparative des pays scandinaves, Danemark, Norvège et Suède, sous l’angle de l’esprit public. Contrairement à ce qu’écrivent d’autres observateurs à propos de celle-ci, il estime qu’un « processus d’édification socialiste s’y déroule à un rythme rapide depuis trente ans64 ». Si le socialisme revêt un aspect « bourgeois et temporisateur » pour les marxistes, il est plutôt « effectivement et continuellement réalisateur ». Cette « social-démocratie constructive » donne une « terrible leçon » aux socialismes européens, particulièrement à ses « confrères du Sud qui, depuis cinquante ans ont perdu à la fois leur temps, leurs troupes et leur âme65 ». Mounier ne s’intéresse pas vraiment au caractère reproductible de l’expérience suédoise. Elle procède d’une « structure économique […] qu’il serait insensé de vouloir ramener aux normes des grandes sociétés industrielles d’Europe ». Mais il se demande si les normes de fonctionnement d’une société égalitaire, fortement redistributive et intégratrice ne tracent pas à l’avance la direction que prennent toutes les sociétés industrielles. « Premiers témoins de la cité heureuse », les Suédois éprouvent déjà ses apories, en particulier « l’amortissement général des énergies, en particulier des énergies de travail66 ». Devançant certaines critiques des années 1970, Mounier se demande si la « courbe de la prospérité économique, que l’on croyait infiniment expansive », ne comporte pas un « principe automatique de rebroussement, ou du moins de plafonnement », à moins que la « passion du profit » ne cède la place à d’autres motifs de créer67. De ce point de vue, la social-démocratie scandinave des années 1950 incarnerait « la carence du socialisme arrivé », privé, « une fois arrivé au but, de la spiritualité qu’il possédait pour sa conquête, une anticipation du problème mondial de demain68 ». Douze ans après, la journaliste Ménie Grégoire, qui n’a pas encore connu la célébrité comme chroniqueuse radiophonique sur RTL, publie dans les mêmes colonnes ses propres « Notes suédoises », en écho à celles d’Emmanuel Mounier69. L’auteure, dans une perspective délibérément culturaliste, avertit d’emblée qu’elle n’est « ni philosophe, ni économiste », qu’elle « borne ses ambitions en deçà de Mounier » pour s’attacher à « l’équilibre humain, aux raisons de vivre et d’être heureux ». Le tableau est de ce point de vue plutôt sombre : la Suède est « triste », mais elle n’impute pas ce « désastre humain » au « socialisme », qui a « réussi ce qu’il devait réussir, c’est-à-dire l’égalité, la justice et un cadre digne de l’homme70 ». Pourtant, dans la continuité des remarques finales d’Emmanuel Mounier, c’est bien le système social qu’elle met en cause, victime de sa propre réussite : « Plus d’injustice, plus de risque. Plus de risque, plus de goût de vivre, plus d’aventure, plus de passion. » Mais un système social largement déterminé par le « conditionnement originel » du climat et de l’espace, celui d’une nature « mauvaise mère, qui ne permet qu’aux forts de vivre et abandonne les faibles71 ». La conclusion tombe : « Nous ne serons jamais la Suède, quel que soit notre avenir », même dans la perspective d’une cité plus juste. Le culturalisme des années 1950 et 1960 est finalement antithétique à toute pensée en terme de modèle. C’est là une différence essentielle avec la littérature sur la Suède des années 1930, portée alors par des journalistes qui étaient souvent aussi des militants, mais pas, au moins en France, des militants de « gauche » ! Corollaire de ce changement de perspective, les « gauches non communistes » comme l’on dit à l’époque, SFIO, radicaux mendésistes et « clubs » s’intéressent davantage à la Suède que dans les années d’avant-guerre. Mais c’est dans le cadre d’une « littérature grise » (articles de revues militantes, documents internes) principalement partisane, moins accessible au grand public cultivé.

La Suède des socialistes français dans les années 1950 et 1960 : la difficulté du réformisme

20La défaite électorale du Labour Party en 1951, les revers électoraux en Belgique et aux Pays-Bas en 1948 et 1950, le passage de la SFIO à l’opposition en 1951, ne laissent aux mains des socialistes que les seuls gouvernements scandinaves et autrichiens dans l’Europe des années 1950. Encore dans ce dernier pays, les sociaux-démocrates du SPÖ ne gouvernent-ils que dans le cadre d’une « grande coalition » avec l’ÖVP, le parti catholique. Le Genosse trend, la poussée électorale continue du SPD en RFA depuis 1949 ne permet cependant pas l’accès au pouvoir, un échec qui est le fondement de l’adoption d’un nouveau programme du parti, à Bad Godesberg en 1959. En France, les expériences des gouvernements de Pierre-Mendès France en 1954, puis de Guy Mollet en 1956 sont trop courtes et, pour ce dernier, trop contraintes par le poids de la guerre d’Algérie, pour laisser une trace durable autre que dans les consciences : celle d’une brève embellie pour le premier, d’un échec amer pour le second.

21La Scandinavie seule représente, comme dans les années 1930, mais dans un tout autre contexte et pour une plus longue durée, un môle de stabilité et de pérennité des gouvernements sociaux-démocrates. C’est vrai en Norvège (de 1951 à 1965), au Danemark (1953-1968), mais surtout en Suède. Tage Erlander succède à Per-Albin Hansson comme Premier ministre après le décès brutal de ce dernier en 1946, et gouverne sans interruption jusqu’en 1969, avant de passer le relais à Olof Palme. Même quand il s’agit de cabinets de coalition, comme avec le parti agrarien en Suède de 1951 à 1957, les sociaux-démocrates sont en position largement dominante et poursuivent la construction d’un État social.

22Le nouvel intérêt des socialistes français pour la Suède peut être observé sous trois angles : les articles publiés dans la Revue socialiste, revue mensuelle de haut niveau éditée sans interruption jusqu’en 1973, le livre de Raymond Fusilier, universitaire et militant, préfacé par Guy Mollet, les débats autour du nouveau programme de l’Internationale socialiste et de l’éventuel nouveau programme de la SFIO.

  • 72 André Nemo, « Perspectives du socialisme suédois », Revue socialiste, décembre 1947, p. 588-596 ; (...)
  • 73 Raymond Fusilier, Histoire du mouvement ouvrier dans les pays nordiques. Chronologie 1750-1959, Fr (...)
  • 74 Parmi les ouvrages : Les réalisations scandinaves (Culture ouvrière et action syndicale), Paris, É (...)
  • 75 Lettre à l’auteur, 26 septembre 2012.

23La Revue socialiste publie douze articles sur la Suède entre 1947 et 1969, dix articles de fond ou d’information (à l’occasion de consultations électorales, le plus souvent) et deux compte rendus des livres de Raymond Fusilier et de François-Régis Bastide72. Huit de ces articles, soit 66 % sont publiés entre 1952 et 1955, en trois ans, soit sur 11,5 % du temps de publication de la revue. Parmi les auteurs, seuls deux noms reviennent à plusieurs reprises : Raymond Fusilier (cinq fois) et Marie Granet (deux fois). Le premier, jeune universitaire originaire de Bordeaux, est détaché dix mois en Suède en 1951 après l’obtention d’une bourse du ministère des Affaires étrangères. À son retour, une nouvelle bourse de la Fondation Thiers lui permet de préparer une thèse de sciences politiques, dirigée par Maurice Duverger et publiée en 1954 par les Éditions ouvrières73. Chargé de recherches au CNRS, devenu le spécialiste de la Scandinavie à l’université, auteur d’ouvrages et de plusieurs articles dans la Revue française de science politique74, Raymond Fusilier en devient aussi le « spécialiste » pour la SFIO, dont il est adhérent75 et un passeur de relais entre la génération des voyageurs des années 1930, et celle des universitaires, des militants et des journalistes des années 1970. Quant à Marie Granet, cette agrégée d’histoire, collaboratrice d’Henri Michel à la CHOLF (Commission d’histoire sur l’occupation et la Libération de la France), puis au Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, auteur de plusieurs livres sur la Résistance, est aussi une militante de la SFIO et un pilier de la Revue socialiste, où elle est spécialisée sur les questions historiques et internationales (Espagne, Chine…). Relevons cependant que les « politiques » écrivent peu dans la revue, sauf André Philip et Marceau Pivert avant 1958, Jules Moch et Roger Quilliot dans les années 1960. Albert Gazier, Christian Pineau et Guy Mollet sont peu présents. Quand ils écrivent sur les questions internationales, ce qui est encore plus rare, les problèmes liés à la guerre froide ou à la décolonisation accaparent l’intérêt des « politiques », à l’exception des débats de l’Internationale socialiste.

  • 76 André Nemo, « Perspectives du socialisme suédois », art. cit.

24Si l’on met de côté les articles d’information ponctuelle, les analyses publiées dans la Revue socialiste sur la Suède sont particulièrement élogieuses et positives. Toutes se caractérisent par leur dimension comparative, avec la France ou avec la SFIO. André Nemo relève que ses voisins considèrent la Suède comme « une sorte de Pérou socialiste, situé à la pointe avancée du bien-être matériel et du progrès social de l’humanité […] un des pays les plus évolués de la Terre », qui avance vers « une société sans classe », grâce à « la sagacité de ses hommes d’État76 ». La comparaison avec la France trouve ses limites dans le rappel de la « chance » d’avoir échappé aux deux conflits mondiaux, mais l’auteur ajoute :

« L’intérêt que nous pouvons avoir à étudier ce pays trop méconnu est pleinement justifié par le fait qu’il nous montre ce qu’aurait pu réaliser sur le plan économique et social un monde pacifique qui aurait eu pour seule ambition de construire progressivement la démocratie moderne, c’est-à-dire une démocratie sociale. C’est pourquoi la Suède offre un exemple réconfortant de ce dont est capable une social-démocratie libre mais disciplinée, présentant déjà aux peuples le visage d’un soc égalitaire, fondée sur un soc de l’abondance. »

  • 77 Marie Granet, « La démocratie suédoise », art. cit.

25Marie Granet, qui accompagne à l’été 1953 un voyage de syndicalistes de la CGT-FO en Scandinavie, note que « tous avaient entendu parler de la Suède, comme d’un pays de rêve, une sorte d’Eldorado épargné de la guerre, où régnait un parfait confort », ce qui ne laisse pas d’interroger sur les canaux de diffusion de cette image… Pour elle, les Suédois sont « en train d’édifier une société non pas strictement socialiste, au sens théorique du terme, mais démocratique, non pas parfaite sans doute, mais infiniment meilleure que celle qu’elle remplace ». Le SAP, « assez peu influencé par Karl Marx » est « plus évolutionniste que violemment révolutionnaire » : « il est axé sur des réformes pratiques et possibles plutôt qu’il n’est influencé par des théories rigides ; il se préoccupe plus du présent que du passé et s’intéresse peu à l’exégèse. » Y a-t-il une leçon suédoise ? Peut-être plus dans ce pragmatisme revendiqué que dans les réalisations sociales elles-mêmes, car « les salaires et avantages ne sont pas si élevés par rapport à la France », sauf en ce qui concerne le logement. « L’un des remèdes au malaise français serait certainement un plan rapide et démocratique de constructions confortables. Il serait enfantin de croire qu’il résoudrait à lui tout seul le problème social, mais ceci est une autre histoire77 […]. »

  • 78 Raymond Fusilier, « Le programme du parti socialiste suédois », art. cit., mars 1955 ; André Phili (...)
  • 79 Marie Granet, « Le Parti socialiste suédois, de Raymond Fusilier », ibid., 82, décembre 1954.
  • 80 René Bertrand, « L’action socialiste en Suède », ibid., 90, octobre 1955.

26Si la Suède intéresse les socialistes français, c’est pour la longévité gouvernementale des sociaux-démocrates, et comme exemple de pragmatisme politique. Raymond Fusilier estime que le programme du parti suédois relève du « socialisme orthodoxe », mais que sa tactique est « toujours adaptée aux circonstances », reproduisant finalement la dichotomie classique entre programme maximum et programme minimum. André Philip, qui réfléchit sur « la crise doctrinale du socialisme en Europe » constate que les socialistes ont partout « remplacé Marx par Keynes comme doctrinaire du socialisme international », en misant sur une planification de l’économie dans un cadre national, une évolution totalement assumée en Scandinavie78. Le « pragmatisme » a donc un sens équivoque selon les auteurs : s’agit-il d’un pragmatisme méthodologique, qui relève in fine d’un sens tactique particulièrement développé, ou s’agit-il d’une révision fondamentale du sens même et des fins dernières du socialisme ? Et, d’ailleurs, qu’est-ce que le socialisme ? Une gestion gouvernementale qui prouve que « le socialisme peut transformer la société, supprimer la misère, apporter à tous une vie heureuse dans le respect de la liberté79 » ? Une « égalisation des revenus », telle que l’on peut la constater en Suède par l’uniformité vestimentaire ou « l’extrême ressemblance des voitures qui circulent », et qui serait bien « l’une des caractéristiques d’un régime socialiste80 » ?

  • 81 Selon l’auteur, vers 1950, 61 % des adhérents au SAP proviennent d’adhésions collectives de syndic (...)
  • 82 Ibid., p. 11.
  • 83 Renseignements fournis par Raymond Fusilier à l’auteur. Les deux articles, publiés dans L’Observat (...)
  • 84 L’exemplaire de l’ouvrage de Raymond Fusilier de la bibliothèque de l’OURS est dédicacé à Guy Moll (...)
  • 85 Ibid., p. 4-5.

27Le livre de Raymond Fusilier ne répond pas vraiment à cette interrogation. Issu d’une thèse de science politique, il est, comme l’indique son titre, entièrement voué à l’étude de l’organisation du parti suédois, insistant sur l’importance des affiliations collectives en provenance du mouvement syndical et sur celle des « services » que procurent les sections locales aux adhérents81. Il note cependant, citant les ouvrages antérieurs de Marquis Childs, Émile Schreiber ou Serge de Chessin, que le socialisme suédois a acquis le statut de « type » dès les années 1930, et qu’il est aujourd’hui « le plus important des partis socialistes européens établis au gouvernement82 ». Les recherches de Raymond Fusilier avaient rencontré l’intérêt de Guy Mollet, plus ouvert qu’on ne le dit parfois, qui l’avait « convoqué » cité Malesherbes après lecture de deux de ses articles sur « La situation actuelle du socialisme français » parus dans L’Observateur en juin 195383. Guy Mollet accepte alors de préfacer l’ouvrage issu de la thèse de Fusilier, à sa parution84. Le secrétaire général de la SFIO y écrit que « le socialisme scandinave est souvent cité en exemple à ceux qui mettent en doute l’efficacité d’une action politique conciliant les conquêtes sociales les plus hardies et le perfectionnement des institutions démocratiques ». Mais ces succès s’expliqueraient davantage par la « forte organisation » du parti et par la « cohésion » du mouvement ouvrier suédois, caractéristiques qui s’opposent à celles de l’Europe occidentale avec le poids des « partis dits communistes85 ». Les réalisations des gouvernements suédois procèdent d’ailleurs d’une « lutte engagée sur le plan pratique des réalisations sociales, beaucoup plus que sur le plan idéologique ou doctrinal » : elles n’appellent donc pas à l’imitation automatique.

  • 86 Le COMISCO regroupe entre 1947 et 1951 les principaux partis socialistes, sociaux-démocrates et tr (...)
  • 87 « Les bases du socialisme démocratique. Plan de travail du COMISCO », OURS/Archives Guy Mollet (AG (...)
  • 88 Rapport de Léon Boutbien, ibid.
  • 89 Ibid.

28Le débat est pourtant abordé dans le cadre des débats qui président à la reconstruction de l’Internationale socialiste, puis, celle-ci une fois refondée en 1951, dans ses rangs. Le COMISCO (Comité international des conférences socialistes) créé à Anvers en novembre 1947 pour refonder un cadre international de discussions, propose d’élaborer un document « les bases du socialisme démocratique86 ». Il invite chaque parti à contribuer à l’un des quatre grands chapitres prévus : les principes fondamentaux du socialisme démocratique, la démocratie politique, les principes de la démocratie sociale, la démocratie industrielle87. Léon Boutbien, qui contribue pour la SFIO au premier chapitre, classe les partis socialistes européens selon deux axes : en fonction de l’attitude politique et sociale de leurs pays, et en fonction de leur rapport au marxisme. Dans les deux cas, il classe Scandinaves, Néerlandais et Britanniques du même côté, du côté de ceux qui prônent « une méthode empirique qui amène à procéder sans généralisation », et du côté d’un « socialisme libéral et personnaliste », en opposition aux Français, mais aussi aux Italiens et aux Allemands88. On retrouve là un découpage classique entre « droite », centre et « gauche » de l’Internationale, très pratiqué avant-guerre, avec les mêmes protagonistes. Mais Léon Boutbien, alors classé à l’aile gauche de la SFIO, ajoute que la majorité des partis « en même temps qu’ils se sont nationalisés, ont décroché d’une méthodologie internationale telle que le marxisme l’avait définie ». Désormais « l’économie de type intermédiaire » se généralise mais, dans un monde divisé en nations souveraines, elle est mise « au service de la puissance nationale de chaque État ». Si l’on ne peut plus croire que la collectivisation des moyens de production créera « automatiquement le bonheur social », il faut alors faire la synthèse entre l’empirisme des partis nordiques, bien implantés dans la société et les « méthodes de généralisation » des autres partis, français et italien, même s’ils ont « perdu le contact avec la masse89 ».

  • 90 « The Basis of democratic socialism. Prepared by the Swedish Social Democratic Party », Internatio (...)

29En avril 1950, le parti suédois dépose son propre texte sur l’ensemble du débat, contribuant pour la première fois en tant que tel à une discussion internationale où il n’était guère présent jusque-là90. Son document, centré sur le premier point, stipule d’entrée que la démocratie n’est pas seulement un outil tactique, mais une fin en soi. La « démocratie bourgeoise » a « pris sa part du travail d’abolition des privilèges de classe, sur le plan légal et politique ». À la social-démocratie de prolonger et d’abolir les privilèges économiques. Concernant l’attitude envers le marxisme, les Suédois assument leur évolution précoce vers « l’esprit révisionniste » et une « politique réformiste » : améliorer autant que possible la position des travailleurs dans l’économie capitaliste, tout en les préparant mieux en direction du socialisme. Celui-ci n’implique pas une politique de nationalisations généralisées. Celles-ci peuvent néanmoins se justifier pour créer le plein-emploi, et pour placer l’économie « entre les mains du peuple dans une société démocratique » : « Le degré de soutien populaire pour des pas décisifs dans cette direction, et les moyens d’obtenir un tel soutien, sont une question ouverte dans le parti. » La théorie de la « lutte des classes » est également examinée, et le SAP se définit comme un « parti du peuple » plutôt qu’un « parti de classe », même si les entrepreneurs et les travailleurs indépendants conservent des « difficultés psychologiques » à l’égard du socialisme. Quant aux questions internationales, le projet d’une Europe « Troisième force » entre les deux blocs relève pour les Suédois du « vœu pieux », même s’il faut envisager une coordination des politiques économiques. Enfin, une « ligne fédéraliste » en Europe n’est guère envisageable tant que les différents États n’auront pas avancé dans le contrôle de leur économie et coordonné leurs politiques. C’est « l’expérience acquise » dans ce processus qui démontrera si « d’autres routes, encore inconnues ou obscures, peuvent être empruntées »…

  • 91 « Les bases du socialisme démocratique. Texte de Guy Mollet à l’issue de la conférence de Copenhag (...)
  • 92 Rapport de la délégation française au COMISCO, octobre 1950, AGM 53.
  • 93 Programme du parti social-démocrate de Suède (en français), s. d., vers 1950, AGM 59.

30Ce document, qui résume les positions du SAP pour plusieurs décennies, est fraîchement accueilli dans la SFIO. À l’issue de la conférence socialiste de Copenhague, en juin 1950, Guy Mollet considère qu’il existe « deux pôles » dans le socialisme européen. Les partis scandinaves occupent l’un, qui identifie le socialisme à des « considérations morales et démocratiques », voire libérales « à condition que le mot soit pris en son sens le plus noble ». L’autre pôle, où campent la majorité des autres partis (PSB, SFIO, Labour, PSI), fait de « la disparition du capitalisme […] la condition de réalisation du bonheur que les socialistes veulent garantir à l’humanité91 ». Le secrétaire général de la SFIO est plus indulgent, quand il aborde le débat sur le « marxisme », notant que le SAP reconnaît « avoir été très influencé par la pensée marxiste », à la différence du Labour Party ou du PVDA néerlandais « qui constate que deux guerres nous séparent de Marx ». Quelques mois plus tard, un rapport de la délégation française au COMISCO relève dans le même sens que « le but suprême du socialisme français ne concorde pas avec celui du socialisme suédois qui s’est placé à l’extrême de l’opinion socialiste92 ». Il est vrai que la déclaration de principes de la SFIO en 1946 rappelait que le parti socialiste est « un parti essentiellement révolutionnaire […] un parti de lutte de classes ». Pourtant, au-delà du vocabulaire, différent d’un parti à l’autre, le désaccord porte moins sur le « but final », maintenu en principe par chacun, que sur les méthodes et tactiques employées. Si la SFIO a pour perspective « la substitution au régime de la propriété capitaliste d’un régime où les richesses […] deviendront la propriété de la collectivité », le programme fondamental du SAP propose la « transformation du système économique de la société bourgeoise de manière à donner la direction de la production à l’ensemble du peuple, et à libérer la majorité de la domination d’une minorité de propriétaires du capital93 ». On aime discuter « théorie » dans la SFIO, particulièrement chez son secrétaire général, mais les divergences ne sont de fait pas si considérables entre les deux partis… C’est plutôt l’écart entre les situations nationales qui creuse les désaccords. D’un côté, en Suède, un parti qui a fortifié une solide majorité depuis deux décennies, et avance dans un cadre stable et pacifié. De l’autre, en France, un parti plus faible, à l’initiative de la « Troisième force » avec le MRP et les radicaux, pour défendre un régime républicain qu’il pense menacé sur sa « gauche » par le PCF et sur sa droite par le RPF gaulliste. S’exprimant à Stockholm en juillet 1953, à l’occasion du congrès de l’Internationale socialiste, Guy Mollet assume ce choix et défend son bilan. La politique de « Troisième force » a permis de sauver la démocratie française et d’éviter au pays « le sort de la Tchécoslovaquie, de la Pologne ou de la Roumanie », mais son succès permet désormais d’engager « une bataille offensive » pour un « vaste front démocratique et social » :

  • 94 Discours de Guy Mollet au 3e congrès de l’Internationale socialiste, Stockholm, 17 juillet 1953, A (...)

« Aussi avons-nous pris l’initiative d’un vaste front démocratique et social qui nous permettra dans un avenir prochain de renverser la politique actuellement suivie dans notre pays, de tendre vers un niveau de vie semblable à celui que vous avez su donner à votre population, et c’est alors seulement que commencera entre nous tous l’émulation nécessaire pour savoir qui le premier et le mieux arrivera à la constitution d’une société socialiste94. »

  • 95 Ibid.

31Désaccord assumés sur le programme, mais « émulation nécessaire » et reconnaissance de « l’immense transformation sociale » réalisée95, tels sont les cadres de la discussion dans ce début des années 1950, alors que la Suède a supplanté le Royaume-Uni comme place forte du socialisme européen. C’était, il est vrai, déjà le cas avant 1939, mais dans un contexte international qui imposait d’autres priorités aux socialistes français, déchirés par les questions de la guerre et de la paix. Cette fois, on relève au contraire, à l’aune des publications citées, un intérêt réel pour la Suède dans les rangs de la SFIO, jusqu’au secrétaire général lui-même.

  • 96 Voir les dossiers sur les relations politiques et culturelles franco-suédoises de 1956 à 1960, Arc (...)
  • 97 André Boulloche, ministre de l’Éducation nationale, démissionne le 23 décembre 1959 pour protester (...)

32L’entrée dans la guerre d’Algérie et la prise en charge du conflit par le gouvernement de Guy Mollet en 1956-1957 changent pourtant la donne. Le gouvernement suédois ne masque pas sa désapprobation de la politique suivie, alors qu’une partie de la population prend fait et cause pour les nationalistes algériens96. La dégradation générale des relations diplomatiques franco-suédoises a comme corollaire la dégradation des relations entre les deux partis. Celle-ci fait passer au second plan le débat sur l’intérêt de l’œuvre des sociaux-démocrates, et son éventuelle transposition en France. C’est seulement après 1959 qu’il sera à nouveau relancé dans un tout nouveau contexte, national et européen. À cette date, la SFIO est revenue dans l’opposition, après le départ de ses derniers ministres du cabinet de Michel Debré97. En Europe, les revers électoraux continuent à s’enchaîner pour les socialistes, à l’image des deux défaites du Labour Party en 1957 et 1959, ou du SPD en 1957. À la charnière des deux décennies 1950 et 1960, le socialisme européen est, sauf en Scandinavie, dans une situation plus difficile qu’au début de la précédente, vers 1950, quand les revers, après la « vague rouge » de 1945-1946 pouvaient être analysés comme des incidents de parcours. La tonalité de l’éditorial du Monde publié après la troisième défaite électorale du Labour en 1959, est typique des interrogations d’alors :

  • 98 Le Monde, 10 octobre 1959.

« Sans parler d’extirpation définitive du socialisme, comme Lord Hailsham président du parti conservateur, il est permis de se demander si l’incapacité du Labour à remonter la pente sur laquelle il glisse depuis huit ans déjà ne consacre pas le déclin plus général qui affecte la social-démocratie dans l’ensemble de l’Europe98. »

33L’adoption, en Allemagne, au congrès de Bad Godesberg, du nouveau « programme fondamental » du SPD en novembre 1959 s’inscrit dans ce contexte. Le nouveau programme entend ouvrir une nouvelle ère en définissant ouvertement le SPD comme un « parti du peuple », développant une action réformiste à l’intérieur du cadre institutionnel (la loi fondamentale, jusque-là contestée) et de la politique extérieure (Alliance atlantique, CECA) de la République fédérale allemande. La presse française réserve au congrès un traitement modeste, dans une actualité dominée par la guerre d’Algérie et n’y voit guère, en règle générale, le « tournant historique » radical que l’on perçoit aujourd’hui. Il n’en est pas de même chez les socialistes français, qui rencontrent à la fin du mois une délégation du SPD pour s’expliquer « dans un climat de franchise et d’amitié », des termes diplomatiques qui masquent mal l’incompréhension de la SFIO. La discussion sur l’intérêt d’élaborer un nouveau programme se mène d’ailleurs aussi dans le Labour Party, en Autriche et en Belgique, mais aussi dans la SFIO, où se crée au printemps 1959 un « Groupe d’études doctrinales » animé par Jules Moch.

  • 99 Michel Garnier-Theron, « Rapports sur les programmes des partis socialistes occidentaux », Revue s (...)
  • 100 Ibid.
  • 101 Roger Quilliot, « Propos d’un doctrinaire », ibid., 136, octobre 1960, p. 228 sq.
  • 102 Jules Moch, Socialisme vivant. Dix lettres à un jeune, Paris, Robert Laffont, 1960. Parmi les ouvr (...)
  • 103 Les Lettres à Brigitte (Éditions de La Bataille socialiste, 1933), de Jean-Baptiste Séverac, secré (...)
  • 104 Ibid., p. 23. La « deuxième idée » du premier article de la « Déclaration des droits de l’homme et (...)
  • 105 Ibid., p. 80.
  • 106 Sauf en ce qui concerne les communistes, longuement évoqués, ou les « communistes rebelles yougosl (...)
  • 107 Ibid., p. 198-199.
  • 108 François Lafon, Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006, p. 686 sq. C’était déjà la conclusion du travail (...)
  • 109 François Lafon, op. cit., p. 687.
  • 110 Ibid., p. 708-709.
  • 111 Guillaume Devin, « Guy Mollet et l’Internationale socialiste », dans Bernard Ménager, Philippe Rat (...)
  • 112 Pietro Nenni, « Internationale sans internationalisme », La Dépêche, 21 novembre 1961, AGM 54.

34L’image contrastée de l’ancien ministre de l’Intérieur, associé à la répression des grèves de 1947, ne doit pas oblitérer le parcours de ce polytechnicien (X1912), fondateur en 1931 du « centre polytechnicien d’études collectivistes » et friand de débats doctrinaux. Le « Groupe d’études doctrinales » propose une étude comparée des débats et des programmes des partis frères, qui font l’objet de plusieurs articles dans la Revue socialiste99. Mais les quatre cas examinés (Belgique, Autriche, Labour Party et SPD) excluent les partis scandinaves, dont la « rénovation » est déjà accomplie depuis l’avant-guerre. C’est la « déclaration de Godesberg » qui est la plus commentée, son caractère « fondamentalement révisionniste » poussant l’auteur de l’article à s’interroger s’il ne convient pas « comme le SPD, de tenir compte d’autres fondements historiques et philosophiques100 ». Même son de cloche chez Roger Quilliot, agrégé de grammaire et pilier de la Revue socialiste, qui regrette que « les spectres justement abominés de Marcel Déat et Henri de Man » amènent à diaboliser le révisionnisme socialiste101. On ne peut prétendre, ajoute-t-il, à la révolution quand « les circonstances et les menaces communistes et fascistes nous interdisent le comportement subversif qui en est le corollaire ». De son côté, Jules Moch publie en 1960 Socialisme vivant. Dix lettres à un jeune, annoncé comme le premier volume d’une collection, « Problèmes sociaux de l’âge atomique », à l’initiative du « Groupe d’études doctrinales » et accueillie par l’éditeur Robert Laffont102. Le livre, présenté sous la forme de questions « d’un jeune » suivies de réponses de l’auteur, comme 25 ans plus tôt les Lettres à Brigitte, de Jean-Baptiste Séverac, revient sur la définition doctrinale du socialisme103. Celui-ci, dans la tradition jaurésienne, entend prolonger la Révolution française et « réaliser pleinement la deuxième idée lancée au monde par le premier article de la Déclaration des droits de 1789, comme le firent, pour la première, les républicains du passé104 ». Pour ce faire, le socialisme projette de transférer la « maîtrise de l’économie à la collectivité » par la « planification socialiste ». Celle-ci, qui est compatible avec le respect de la propriété privée, permet un « socialisme dans la liberté » qui ouvre une « troisième voie aux hommes, qui n’est ni celle de Moscou, ni de Washington105 ». L’ouvrage de Jules Moch, qui ne contient aucune référence à des expériences gouvernementales contemporaines (britannique, scandinave ou même les gouvernements de Guy Mollet et Léon Blum), est curieusement décontextualisé106. Il contribue cependant à préciser les contours d’un socialisme « ferme sur les principes », mais admettant une nécessaire révision de ses analyses et de ses objectifs. Le « cycle infernal des crises », sur lequel les socialistes s’appuyaient pour ouvrir une perspective révolutionnaire, a pris fin après 1945 par la régulation de l’État et l’ouverture de la consommation107. La notion même de lutte de classes s’est « dévaluée », du fait du développement de nouvelles couches salariées et des progrès du niveau de vie, et il n’est plus nécessaire de collectiviser les moyens de production, si la planification et le contrôle public permettent d’arriver aux mêmes objectifs. Si le socialisme français continue de s’affirmer, comme le faisait Jaurès, « à la fois révolutionnaire et réformiste », c’est en donnant au mot « révolution » le sens d’une transformation profonde, étalée dans le temps. On n’est, de facto, pas si éloigné des perspectives que se donnent d’autres partis socialistes en Europe. L’incapacité à aller plus loin dans la définition d’une politique précise, donc vers un réformisme assumé, renvoie à la situation de la SFIO au début des années 1960. En recul électoral et militant, affectée par la scission du Parti socialiste autonome (PSA) et le développement d’une « Nouvelle gauche » multiforme, elle n’est pas en position de gouverner, à court et à moyen terme, ce qui contribue à confiner le débat dans l’abstraction108. Ce « refus de se moderniser109 » est aussi l’expression d’une situation, où il n’apparaît pas nécessaire de le faire. L’historien François Lafon a bien montré comment la tradition devient un « droit canon » pour la SFIO, même si les contributions de Jules Moch et Roger Quilliot inclinent à une approche plus nuancée. Le fait est que la SFIO est peu impliquée, même par le biais de ses intellectuels, dans les débats du moment autour de la nature du gaullisme ou de la « nouvelle classe ouvrière110 ». De plus, les choix successifs d’alliances au centre dans un « Cartel des non » contre de Gaulle, puis du « débat idéologique » avec les communistes, français et… soviétiques, l’isolent de façon croissante des partis frères européens, et marquent un vrai « retrait hexagonal » du parti de Guy Mollet après 1960111. Ce dernier est de plus en plus critique vis-à-vis de l’Internationale socialiste, commentant ainsi favorablement un article de Pietro Nenni à propos de celle-ci, dénonçant un « cosmopolitisme sans principes et sans action incapable de retrouver [sa] vigueur doctrinale et [sa] capacité d’action112 ».

  • 113 Voir sur son itinéraire Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip socialiste, patr (...)
  • 114 André Philip, Le socialisme trahi, Paris, Plon, 1957, p. 53.
  • 115 Ibid., p. 50-51.
  • 116 « Rencontres Nenni-Bevan-Mendès-France », dans Pierre Mendes-France, Pour une République moderne 1 (...)
  • 117 Ibid., p. 491.
  • 118 A. Bevan affirme que « l’un des avantages du monde communiste » est d’avoir donné au peuple « un s (...)
  • 119 On trouve dans les archives de Pierre Mendès-France à l’Institut Pierre Mendès-France (IPMF), une (...)

35Mais la décontextualisation de la réflexion n’est pas le propre de la SFIO des années 1960. L’un de ses dissidents les plus célèbres, André Philip, qui publie en 1957 Le socialisme trahi, avant de rejoindre le PSA en 1958, n’est guère prolixe sur les expériences étrangères, alors qu’il avait été avant-guerre un observateur passionné du syndicalisme britannique et du New Deal113. Comme Jules Moch, André Philip fait de la planification de l’économie le substitut de l’appropriation collective des moyens de production, et l’axe central du nouveau socialisme. Celui-ci se définit comme « l’action des travailleurs pour établir… une direction collective de la vie économique et une socialisation des entreprises à monopole pour hâter le progrès technique, garantir une juste répartition des produits et faire participer les travailleurs aux responsabilités et décisions essentielles de la vie économique et sociale114 ». André Philip ne mentionne qu’au passage « les pays scandinaves et la Hollande », où la planification des industries, à la différence de la France, s’est faite sans nationalisations, pour insister sur le caractère superflu de celles-ci115. Pierre Mendès-France, qui devient dans ces années le parangon et le trait d’union des « nouvelles gauches » après son adhésion au PSA en 1959, n’est pas non plus très ouvert sur les leçons à tirer d’expériences étrangères contemporaines. Le débat organisé en février 1959 par L’Express avec Aneurin Bevan, figure de la gauche travailliste britannique, et Pietro Nenni, leader du parti socialiste italien, montre ainsi une curieuse méconnaissance, ou un désintérêt pour les réussites scandinaves, mises sur le même plan que d’autres expériences gouvernementales. À la question du journaliste sur la possibilité du pouvoir politique d’imposer sa volonté au pouvoir économique, « PMF » répond que « dans les pays scandinaves, en Angleterre et même en France, on a vu le pouvoir politique imposer des réformes profondes116 ». Face à Pietro Nenni qui défend une vision très « orthodoxe » du socialisme et affirme qu’en Scandinavie aussi persiste l’antagonisme entre forces économiques et politiques, il se contente de rétorquer que les partis scandinaves « dominent [les puissances économiques bourgeoises], ce qui prouve que c’est possible. Ils réforment la société, réalisent le progrès social, assurent la justice117 ». Le débat s’ordonne là encore autour de la planification « fondement d’une politique de gauche » selon Mendès-France, et montre une attraction maintenue du modèle soviétique118. S’il échange quelques lettres avec les économistes Alva et Gunnar Myrdal, et se rend en Suède au printemps 1959, Pierre Mendès-France ne semble pas en avoir retiré une grande impression119. Il écrit ainsi à Marie-Claire de Fleurieu :

  • 120 Lettre à Marie-Claire de Fleurieu sur la Suède, 7 avril 1959, ibid., p. 510-511. Marie-Claire de F (...)

« Tout ce voyage me paraît étrange. Ces gens sont si loin de nous mais, en même temps, très informés de nos affaires. Antigaullistes, presque tous. Neutralistes. Bien pourvus de toutes choses et cependant pas tellement heureux. Faut-il avoir des insatisfactions, des impatiences et même des déceptions, pour être heureux120 ? »

  • 121 Nous suivons la somme de Claire Andrieu, Pour l’amour de la République. Le Club Jean Moulin 1958-1 (...)
  • 122 Ibid., p. 555-559.
  • 123 Nous utilisons la base de données créée par Émeric Brehier pour sa thèse, Les revues politiques de (...)
  • 124 Henri Boussac, « La politique de l’emploi en Suède », Citoyens 60, 44, 1966.
  • 125 Jean-Marie Vincent, « Scandinavie : les expériences social-démocrates », Perspectives socialistes,(...)

36Le Club Jean Moulin, qui rassemble des personnalités issues de la Résistance et évolue, de la perspective d’une nouvelle résistance à une menace de dictature en mai-juin 1958, vers une sorte de « Fabian society » à la française après 1962, n’est pas plus précis sur ses références internationales121. L’examen des thèmes mis au programme de ses Journées d’études annuelles à Royaumont (dix sessions de 1959 à 1968), de ses 18 séminaires organisés de 1967 à 1970, comme de ses « réunions plénières » autour d’une personnalité, ne laisse pas apparaître le « socialisme suédois » (mais pas non plus le travaillisme britannique ou la social-démocratie allemande et autrichienne) dans la liste des questions internationales abordées : États-Unis de Kennedy, Chine de Mao, Israël des kibboutz, pays en voie de développement122. Il en est de même des revues liées à la mouvance mendésiste, à la « Nouvelle gauche » ou au PSU. Les sommaires des Cahiers de la République, édités par Claude Nicolet de 1958 à 1963 ne signalent aucun article spécifique sur la Suède, la Scandinavie (ou même sur le Royaume-Uni ou l’Autriche), alors que l’on traite des États-Unis, de l’Allemagne ou de l’Italie123. Même constat dans les colonnes de Citoyens 60, dirigée par Jacques Delors, sauf un article sur la « politique de l’emploi en Suède124 », de Reconstruction, revue du courant de la CFTC du même nom, partisan de la « déconfessionalisation » de la centrale, ou de la revue du CEDEP (Centre d’études et de promotion), créée par Pierre Mauroy, entre 1967 et 1969. Seule la revue du PSU Perspectives socialistes publie trois articles entre 1960 et 1963, à tonalité plutôt critique125. C’est tout, et c’est peu…

  • 126 Jean-Jacques Servan-Schreiber, Le défi américain, Paris, Denoël, 1967, réédition Le Livre de poche (...)

37À la veille de la séquence de mai-juin 1968, un constat s’impose : les expériences pratiques de « gouvernementalité » socialiste suscitent aussi peu d’intérêt dans la SFIO que dans les multiples composantes de la Nouvelle Gauche (PSU, clubs…), pour ne pas parler du Parti communiste ou d’une nouvelle extrême gauche en pleine expansion, dans la diversité de ses composantes maoïste ou trotskyste. Seul en 1967, Le Défiaméricain, de Jean-Jacques Servan-Schreiber propose en annexes de l’ouvrage, à la suite d’une « Note sur l’expérience japonaise », une « Note sur l’expérience suédoise », qui identifie les « quatre moteurs du dynamisme suédois » : un État actif « simultanément libéral et socialiste », une exigence d’égalité, le compromis social associant patronat et syndicalisme et une fiscalité fortement progressive126. La comparaison avec le Japon, de même que les références à la Suède dans le corps du livre (une société qui sera, selon « les prévisions de l’Hudson Institute pour l’an 2000 », une des quatre « sociétés post-industrielles », avec les États-Unis, le Canada et le Japon) montrent qu’il s’agit là d’une référence qui inscrit la Suède dans le champ des expériences réformatrices plus que réformistes, dans le champ d’un « centrisme » en quête de renouvellement, plus que de gauches en quête d’exemples ou de références. L’ouvrage reste de toute manière bien isolé, dans sa distinction d’un « dynamisme suédois » apte à permettre au Vieux Continent à relever le Défiaméricain. C’est en 1970 qu’intervient la bascule, avec la parution du Modèle Suédois, de Jean Parent, point de départ d’une production éditoriale foisonnante dans les années suivantes.

  • 127 Voir sur cette évolution, Michel Dreyfus et Michel Pigenet (dir.), Les meuniers du social. Force o (...)
  • 128 Ainsi, en octobre 1956, une délégation de syndicalistes de la CGT-Force ouvrière, de la CFTC et de (...)
  • 129 Albert Camus, L’homme révolté, Paris, Gallimard, 1952, p. 368.

38Tel n’est pas le cas dans les deux décennies précédentes. Les principales raisons ont déjà été évoquées. Le groupe porteur du transfert de l’expérience suédoise dans les années 1930, associant syndicalistes réformistes, socialistes « planistes » et patrons réformateurs s’est défait au choc de la guerre. Il n’a pas été relayé, les travaux de Raymond Fusilier restant très isolés. Les premiers pas de la reconstruction du pays ont été portés par une large coalition, tout entière imprégnée d’un ardent « constructivisme », qui cherche ses références internationales, quand elle en a besoin, du côté du New Deal, voire des plans quinquennaux soviétiques, un mélange perçu comme non contradictoire. Après la scission syndicale de 1947, la CGT-Force ouvrière, qui entend perpétuer l’héritage de Léon Jouhaux, n’en reprend pas sa part « planiste » ni sa volonté de faire du syndicalisme un partenaire de l’État, faisant au contraire de l’indépendance son principal argument127. On ne retrouvera pas ses représentants dans de nouvelles rencontres de Pontigny, sauf à considérer comme telles les visites de délégations syndicales qui Économie organisée, plan et État social : le temps des programmes cherchent à s’informer sur des points précis128. Du côté des intellectuels, polarisés par la guerre froide et la décolonisation, la social-démocratie scandinave n’intéresse guère… Sur ce point comme sur d’autres, c’est toute la singularité d’Albert Camus que de pointer, dans une note de L’homme révolté, l’intérêt des sociétés scandinaves. Le « syndicalisme le plus fécond, écrit-il, s’y concilie avec la monarchie constitutionnalle et réalise l’approximation d’une société juste129 ».

  • 130 Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.
  • 131 Cité par Bernard Brillant, Les Clercs de 68, Paris, PUF, 2003.

39Dans la période de « haute croissance » des années 1950 et 1960, où le dynamisme de l’économie semble assuré pour longtemps, le « supplément d’âme » que cherchent certains, se trouve davantage du côté des Kibboutz israéliens, dont on a oublié aujourd’hui l’immense intérêt qu’ils suscitaient, ou de l’autogestion yougoslave. La SFIO, durement touchée après 1958, par les conséquences de la Guerre d’Algérie et de l’installation de la Ve République, est privée de toute perspective d’accès au pouvoir à court terme et n’éprouve plus la nécessité de préciser le contenu réel de son réformisme, recentré sur la planification de l’économie. Il en est finalement de même des diverses composantes de la Nouvelle Gauche, même si elles trouvent bientôt un thème fédérateur autour de l’autogestion130. Enfin, l’avant-gardisme, théorique et politique, qui caractérise la deuxième moitié des années 1960, est friand d’une « radicalité », que l’on va chercher en Chine, à Cuba ou au Vietnam plutôt que dans la paisible Suède social-démocrate. Même si la formule du sinologue Jean Chesneaux, communiste puis maoïste, « on ne savait que ce qui se passait au Vietnam131 », est profondément réductrice, et ne rend même pas complètement compte de son propre parcours, elle résume finalement assez bien l’esprit d’un moment et d’un milieu. Le changement brutal qui s’amorce à partir de 1970, n’en est que plus surprenant.

Notes

1 Voir Yves Durand, Le Nouvel ordre européen nazi, Bruxelles, Complexe, 1991.

2 Helmut Müssener, « Vom Bert Brecht bis Peter Weiss. Die kulturelle deutschsschprachige Emigration nach Schweden 1933-1945 », dans Wulf Koepke et Michael Winkler, Exilliteratur 1933-1945, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1989, p. 216-240. Selon l’historien allemand, les exilés politiques allemands et autrichiens sont autour de 1 500, sur un total de 5 000 à 6 000 réfugiés (5 594 recensés en 1945) en provenance de ces pays.

3 On se souvient d’« Erik Björjenskjöld, savant suédois, auteur de remarquables travaux sur les protubérances solaires » qui participe à l’expédition imaginée par Hergé dans L’Étoile mystérieuse (1re édition 1942), au côté du Suisse « Paul Cantoneau, de l’Université de Fribourg » dans un panel bien représentatif de l’« Europe nouvelle » (Allemagne, Espagne, Portugal… et Belgique !).

4 Selon René Belin, Barnaud lui est « recommandé » par Yves Bouthillier, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, Paris, Albatros, 1978, p. 133.

5 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1992, p. 79-109.

6 Pierre Brana et Joëlle Lusseau, Robert Lacoste (1898-1989), op. cit., p. 92-96 ; Alya Aglan, La Résistance sacrifiée, Histoire du mouvement Libération-nord, Paris, Flammarion, 1999 ; notice de Gilles Morin, dans le Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier. Mouvement social (Le Maitron), Paris, Éditions de l’Atelier, 2011.

7 L’expression est due à Gilles Perrault, La Longue Traque, Paris, J.-C. Lattès, 1975, p. 51-52, cité par Alya Aglan, Le temps de la Résistance, Paris, Actes Sud, 2008, p. 65.

8 Voir en particulier Philippe Burrin, « Vichy et les expériences étrangères : esquisse de comparaison », dans Jean-Pierre Azema et François Bedarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, p. 649-661.

9 La formule, due à Henry Moisset, a été popularisée par Jean-Pierre Azema, De Munich à la Libération 1938-1944, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », 1979, p. 86 sq.

10 Pierre Guerlet à Pierre-Etienne Flandin, 3 janvier 1941, Archives MAE, 10GMII/716.

11 Idem, 19 janvier 1941, ibid.

12 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 11, 1986, p. 55-66.

13 Vaux Saint-Cyr à l’amiral Darlan, 15 janvier 1942, ibid. L’ambassadeur ajoute que « la conquête du pouvoir par le parti socialiste ne menace donc en rien la structure de l’État suédois ».

14 François Conty à M. le chef du gouvernement, mai 1944, ibid.

15 On se reportera à Jean-Pierre Le Crom, Syndicats nous voilà ! Vichy et le corporatisme, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995.

16 René Belin, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, op. cit., p. 163. Il caractérise la charte comme un texte « médiocre dans sa rédaction, compliqué dans ses exigences, ambigu dans ses dispositions ».

17 Pour un commentaire de cette brochure, voir Jean-Pierre Le Crom, op. cit., p. 84-85.

18 Pour Jean-Pierre Le Crom, Les Nouveaux cahiers militent pour un régime démocratique à exécutif renforcé, proche de ce que sera la Ve République, ibid., p. 86.

19 René Belin, « Pour un syndicalisme constructif », Organe de la Fédération des Métaux CGT, 1940, IHS/Fonds René Belin.

20 Cf. son éditorial de Syndicats, 77, avril 1938 : « Ce qui est insupportable, à vrai dire, c’est le régime lui-même. Les bons citoyens, ni meilleurs, ni pires que les autres, se demandent si vraiment le régime parlementaire, qu’on confond souvent avec la démocratie, mérite toujours qu’on se batte pour lui jusqu’à la mort », cité par Jean-Pierre Le Crom, op. cit., p. 99.

21 « Qu’on jette un coup d’œil à nos voisins, proches ou lointains. Leurs exemples sont à considérer. Partout, on verra le libéralisme, l’imprévoyance systématique, battus en brèche. Partout, on trouvera que si la terre rend mieux, si les usines tournent mieux, c’est que plus ou moins de rationalisme a pénétré la vie économique », René Belin, « Retour aux calembredaines », Le Peuple, 10 décembre 1938, IHS/Fonds Belin.

22 « La Suède et la Finlande », Cahiers du Monde nouveau. Humanisme et révolution, 6, 1er décembre 1943. Cette revue, éditée à Vichy, publie treize numéros de 1943 à 1944.

23 Paul Berger, « Suède et Finlande au travail », ibid.

24 Raymond Sereau « Mentalités suédoises », ibid. Raymond Sereau écrit après 1945 de nombreux livres sur la période, dont en 1961 L’Armée de l’Armistice, publié aux Nouvelles Éditions Latines, et préfacé par le général Weygand.

25 Bernard Bruneteau, « L’Europe nouvelle » de Hitler. Une illusion des intellectuels de la France de Vichy, Monaco, Éditions du Rocher, 2003.

26 Ibid., p. 338.

27 Francis Delaisi, La révolution européenne, Bruxelles, La Toison d’or, 1942, p. 261.

28 Il collabore cependant à L’Atelier et à La France socialiste.

29 Réflexions sur le caractère « socialiste » de l’économie allemande, notes 1943-1944, IHS/fonds Lucien Laurat 5 (correspondance).

30 C’est, comme le note Alya Aglan, toute la différence entre les « accélérateurs » communistes qui entendent « accélérer le moment de la Libération afin d’accéder à un futur qu’ils connaissent déjà » et les « planificateurs » qui préparent la Libération dans « un plan d’ensemble, sans savoir sous quelle forme se dessineront les traits de sa postérité dans le futur », Le temps de la Résistance, op. cit., p. 59-60.

31 « La révolution des chevaliers et des jacobins », Cahiers politiques, 2, juillet 1943, dans Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzevitch, Les idées politiques et sociales de la Résistance, Paris, PUF, 1954, p. 149-151.

32 Ibid.

33 « Vers la Révolution », Cahiers de Défense de la France, mars 1944, ibid., p. 155-159 ; « Combat et révolution », Combat, 34, septembre 1942, ibid., p. 143-145.

34 « Pour la libération, pour l’insurrection, pour la révolution », Le Coq enchaîné, 18, s. d., ibid., p. 169-170.

35 « Manifeste », Libérer et fédérer, 1944, ibid., p. 189-191.

36 Charles De Gaulle, Discours à Londres, 18 juin 1942, ibid., p. 141.

37 « De la démocratie politique à la démocratie sociale, Défense de la France, 45, avril 1944, ibid., p. 187.

38 André Hauriou, Vers une doctrine de la Résistance. Le socialisme humaniste, Alger, Fontaine, 1944, p. 10. André Hauriou (1897-1973), professeur de droit à Toulouse, résistant et vice-président de l’Assemblée consultative d’Alger, est, par ses ouvrages et ses articles, représentatif de « l’esprit de la Résistance » en 1944-1945.

39 « Notre socialisme », Franc-Tireur, 1er mars 1944, ibid., p. 183-185.

40 André Hauriou, Vers une doctrine…, op. cit., p. 114.

41 René Belin affirme que le programme du CNR s’est « largement inspiré » du Plan de la CGT de 1935-1936, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, op. cit., p. 48. Sur le programme du CNR, voir Claire Andrieu, Le programme commun de la Résistance, Paris, Éditions de l’Erudit, 1984.

42 Léon Blum, À l’échelle humaine, Paris, Gallimard, 1945 ; Vincent Auriol, Hier et demain, Alger, Charlot, 1945.

43 Mouvement de libération nationale, Études constitutionnelles des pays nordiques, Paris, Éditions du MLN, 1945 (Bibliothèque Souvarine/Institut d’histoire sociale Nanterre). Le MLN regroupe les Mouvements unis de Résistance (MUR) de la zone sud et plusieurs mouvements de la zone nord, dont Défense de la France.

44 PS-SFIO, XXXVIIe congrès national 11-15 août 1945. Compte rendu sténographique, p. 284. Aucun représentant d’un parti scandinave n’est présent à ce congrès, où intervient sous les acclamations des délégués français Harold Laski, pour le parti travailliste britannique.

45 Déclaration de Guy Mollet sur les élections britanniques, 24 février 1950, Archives Guy Mollet (AGM) 59, OURS.

46 Les communistes le savent bien, qui mettent en garde contre les « thèmes défraîchis » de l’anticapitalisme et du planisme, « une utopie [qui] n’a jamais été jusqu’à présent qu’un thème démagogique explicité par les mouvements fascistes », cf. « L’anticapitalisme », rapport Chardon (Pierre Hervé), janvier 1943, dans Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzevitch, op. cit., p. 146-147.

47 Georges Lefranc, Dans le trou. 20 août 1944-15 février 1945, tapuscrit, 121 pages, IHS/FGL.

48 Voir la notice biographique de René Belin, par Jean Maitron dans Le Maitron [maitron-en-ligne.univ-paris1.fr].

49 Bruno Kreisky, Zwischen den Zeiten. Erinnerungen aus fünf Jahrzehnten, Berlin, Siedler, 1986, p. 365. Tout un chapitre du livre (p. 365-386) est consacré au « grand enseignement » (Die grosse Lehre) de l’expérience suédoise.

50 Willy Brandt, Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990. C’est l’auteur lui-même qui intitule un de ses chapitres « L’école du Nord », et parle de « désintoxication » (p. 113) à son propos.

51 On peut consulter les notices biographiques de ces hommes dans Jacques Droz (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international : l’Allemagne, Paris, Éditions ouvrières, 1990.

52 Bruno Kreisky, op. cit., p. 365.

53 Ibid., p. 377.

54 Lucien Maury, Métamorphose de la Suède, Paris, Stock, 1951 ; François-Régis Bastide, Suède, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Petite Planète », 1954 ; Raymond Fusilier, Le parti socialiste suédois, son organisation, Paris, Éditions ouvrières, 1954.

55 Henri Queffelec, Portrait de la Suède. La terre et les hommes, Paris, Hachette, 1968 ; Jean-Clarence Lambert, La paix dorée, Paris, Christian Bourgois, 1968.

56 Emmanuel Mounier, « Notes scandinaves, ou du bonheur », Esprit, février 1950, p. 253-286.

57 Lucien Maury, op. cit., p. 9-10.

58 Ibid., p. 178-179.

59 François-Régis Bastide, Suède, op. cit., p. 64.

60 Ibid., p. 64 et 74 sq.

61 Ibid., p. 74.

62 Jean-Clarence Lambert, La Paix dorée, op. cit., p. 28.

63 Ibid., p. 139-140.

64 Emmanuel Mounier, « Notes scandinaves, ou du bonheur », art. cit., p. 268.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 278. Mounier affirme que : « Des cuisines pratiques et des classes laquées pour alexiques sélectifs, nous en aurons un jour, pour peu que la guerre froide ne se réchauffe pas trop, et que nos généraux changent de jeux. C’est fatal et d’intérêt limité. Il ne s’agit pas de mépriser ces choses, mais de savoir ce qu’elles feront de nous. »

67 Ibid.

68 Ibid., p. 280.

69 Ménie Gregoire, « Notes suédoises, ou de la justice », Esprit, janvier 1962, p. 56-70. Ménie Grégoire tient par la suite une célèbre chronique sur les ondes de RTL, entre 1967 et 1982.

70 Ibid., p. 61.

71 Ibid., p. 67.

72 André Nemo, « Perspectives du socialisme suédois », Revue socialiste, décembre 1947, p. 588-596 ; Raymond Fusilier, « Le Parti socialiste suédois », janvier 1952, p. 80-87 ; René Modiano, « Les élections suédoises », décembre 1952 ; Marie Granet, « La démocratie suédoise », mai 1954, p. 476-487 ; Raymond Fusilier, « Les élections municipales suédoises », 82, décembre 1954, p. 499-502 ; Marie Granet, « Le Parti socialiste suédois, de Raymond Fusilier », p. 503-505 ; Raymond Fusilier, « Suède, de François-Régis Bastide », ibid., p. 553 ; Raymond Fusilier, « Le programme du PSS », 85, mars 1955, p. 254-267 ; René Bertrand, « L’action socialiste en Suède », octobre 1955, p. 258-269 ; Raymond Fusilier, « L’évolution des partis socialistes nordiques », 134, juillet 1960 ; Donato Pelayo, « Le coopérativisme suédois », 141, mars 1961, p. 291-293 ; Germaine Vauthier, « À propos de la maternité volontaire : l’exemple suédois », 147, novembre 1961, p. 416-421.

73 Raymond Fusilier, Histoire du mouvement ouvrier dans les pays nordiques. Chronologie 1750-1959, France sélections, 2012 ; lettres à l’auteur, 26 septembre et 24 octobre 2012.

74 Parmi les ouvrages : Les réalisations scandinaves (Culture ouvrière et action syndicale), Paris, Éditions du Cerf, 1956 ; Les monarchies parlementaires, Paris, Éditions ouvrières, 1960 ; Les pays nordiques (Danemark, Norvège, Finlande, Suède, Islande), Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1965. Parmi les articles : « Le parti socialiste et les syndicats en Suède », Revue française de science politique, 4, 1951, p. 528-539 et (avec Bo Kärre), « La Suède contemporaine. État des travaux », ibid., 4, 1956, p. 868-886.

75 Lettre à l’auteur, 26 septembre 2012.

76 André Nemo, « Perspectives du socialisme suédois », art. cit.

77 Marie Granet, « La démocratie suédoise », art. cit.

78 Raymond Fusilier, « Le programme du parti socialiste suédois », art. cit., mars 1955 ; André Philip, « La crise doctrinale du socialisme en Europe », ibid., 56, avril 1952.

79 Marie Granet, « Le Parti socialiste suédois, de Raymond Fusilier », ibid., 82, décembre 1954.

80 René Bertrand, « L’action socialiste en Suède », ibid., 90, octobre 1955.

81 Selon l’auteur, vers 1950, 61 % des adhérents au SAP proviennent d’adhésions collectives de syndicats ou de « clubs » socialistes de jeunes ou de femmes. Il relève que ce type d’adhérents participent peu aux réunions, ce qui amène les sections locales à leur proposer des « bénéfices spéciaux » pour faciliter leur venue, Raymond Fusilier, Le Parti socialiste suédois, op. cit., p. 71 sq.

82 Ibid., p. 11.

83 Renseignements fournis par Raymond Fusilier à l’auteur. Les deux articles, publiés dans L’Observateur les 18 et 25 juin 1953, montrent, statistiques à l’appui, l’ampleur de la chute du nombre d’adhérents de la SFIO depuis 1945, le vieillissement de ceux-ci et le recul de la représentation ouvrière dans le groupe parlementaire, à la différence des « groupes travaillistes britannique et nordiques ».

84 L’exemplaire de l’ouvrage de Raymond Fusilier de la bibliothèque de l’OURS est dédicacé à Guy Mollet dans ces termes : « À Guy Mollet, secrétaire général de la SFIO (si l’auteur peut dédicacer l’ouvrage à son préfacier), avec mes meilleures amitiés socialistes et l’assurance de ma très vive sympathie personnelle et de mon dévouement. »

85 Ibid., p. 4-5.

86 Le COMISCO regroupe entre 1947 et 1951 les principaux partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes du monde après l’effondrement de l’Internationale ouvrière socialiste en 1940. Il organise quatre conférences internationales, qui jettent les bases de la reconstitution de l’Internationale socialiste en 1951.

87 « Les bases du socialisme démocratique. Plan de travail du COMISCO », OURS/Archives Guy Mollet (AGM) 53.

88 Rapport de Léon Boutbien, ibid.

89 Ibid.

90 « The Basis of democratic socialism. Prepared by the Swedish Social Democratic Party », International socialist conferences committee offices, 15 avril 1950, AGM 53.

91 « Les bases du socialisme démocratique. Texte de Guy Mollet à l’issue de la conférence de Copenhague des partis socialistes. 1er-6 juin 1950 », AGM 53.

92 Rapport de la délégation française au COMISCO, octobre 1950, AGM 53.

93 Programme du parti social-démocrate de Suède (en français), s. d., vers 1950, AGM 59.

94 Discours de Guy Mollet au 3e congrès de l’Internationale socialiste, Stockholm, 17 juillet 1953, AGM 53.

95 Ibid.

96 Voir les dossiers sur les relations politiques et culturelles franco-suédoises de 1956 à 1960, Archives MAE 51 et 52. La guerre d’Algérie est omniprésente dans tous les rapports, qui enregistrent une nette dégradation de l’image de la France dans l’opinion, et de l’image de la SFIO chez les sociaux-démocrates suédois.

97 André Boulloche, ministre de l’Éducation nationale, démissionne le 23 décembre 1959 pour protester contre les dispositions en faveur de l’enseignement privé.

98 Le Monde, 10 octobre 1959.

99 Michel Garnier-Theron, « Rapports sur les programmes des partis socialistes occidentaux », Revue socialiste, 131, mars 1960, p. 297-317.

100 Ibid.

101 Roger Quilliot, « Propos d’un doctrinaire », ibid., 136, octobre 1960, p. 228 sq.

102 Jules Moch, Socialisme vivant. Dix lettres à un jeune, Paris, Robert Laffont, 1960. Parmi les ouvrages annoncés, ceux de Roger Quilliot sur l’évolution des classes sociales, Jacques Germain sur « les formes multiples du capitalisme contemporain », René Michon sur la médecine, tous fondés sur les travaux du « Groupe d’études doctrinales ». Seul le livre de Jacques Germain, Le capitalisme en questions est paru en en 1960 dans cette collection, qui semble s’être arrêtée aussitôt. En 1974, Jules Moch publie chez Plon Socialisme de l’ère atomique, qui revient sur les travaux du groupe.

103 Les Lettres à Brigitte (Éditions de La Bataille socialiste, 1933), de Jean-Baptiste Séverac, secrétaire-adjoint de la SFIO, entendent rappeler les grands principes du socialisme, sous la forme d’un échange épistolaire avec une jeune fille.

104 Ibid., p. 23. La « deuxième idée » du premier article de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » de 1789 affirme que « les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».

105 Ibid., p. 80.

106 Sauf en ce qui concerne les communistes, longuement évoqués, ou les « communistes rebelles yougoslaves » (p. 194).

107 Ibid., p. 198-199.

108 François Lafon, Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006, p. 686 sq. C’était déjà la conclusion du travail de M. Ysmal en 1986, Les partis socialistes européens face à leur modernisation. Le cas de la SFIO 1958-1963, OURS.

109 François Lafon, op. cit., p. 687.

110 Ibid., p. 708-709.

111 Guillaume Devin, « Guy Mollet et l’Internationale socialiste », dans Bernard Ménager, Philippe Ratte et alii, Guy Mollet. Un camarade en République, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 143-168.

112 Pietro Nenni, « Internationale sans internationalisme », La Dépêche, 21 novembre 1961, AGM 54.

113 Voir sur son itinéraire Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip socialiste, patriote, chrétien, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005.

114 André Philip, Le socialisme trahi, Paris, Plon, 1957, p. 53.

115 Ibid., p. 50-51.

116 « Rencontres Nenni-Bevan-Mendès-France », dans Pierre Mendes-France, Pour une République moderne 1955-1962, Œuvres complètes, IV, Paris, Gallimard, 1987, p. 483-502.

117 Ibid., p. 491.

118 A. Bevan affirme que « l’un des avantages du monde communiste » est d’avoir donné au peuple « un sens du but qui confère une sorte de cohérence à leur attitude envers la société » (p. 494).

119 On trouve dans les archives de Pierre Mendès-France à l’Institut Pierre Mendès-France (IPMF), une correspondance avec Alva et Gunnar Myrdal, en 1958, 1977 et 1981. Elle ne contient aucune appréciation sur l’expérience gouvernementale suédoise. Comme maire de Louviers, Pierre Mendès-France avait marié la fille aînée des Myrdal en mai 1955.

120 Lettre à Marie-Claire de Fleurieu sur la Suède, 7 avril 1959, ibid., p. 510-511. Marie-Claire de Fleurieu (1921-2004), fille de Robert Servan-Schreiber, le frère d’Émile Schreiber, rencontre Pierre Mendès-France en 1955. Elle l’épouse en 1971. Les archives de Pierre Mendès-France à l’IPMF ne renferment aucun document sur son voyage en Suède.

121 Nous suivons la somme de Claire Andrieu, Pour l’amour de la République. Le Club Jean Moulin 1958-1970, Paris, Fayard, 2002.

122 Ibid., p. 555-559.

123 Nous utilisons la base de données créée par Émeric Brehier pour sa thèse, Les revues politiques de la gauche non-communiste de 1958 à 1986, université Paris I, 2000 (Pierre Avril [dir.]), consultable à l’OURS.

124 Henri Boussac, « La politique de l’emploi en Suède », Citoyens 60, 44, 1966.

125 Jean-Marie Vincent, « Scandinavie : les expériences social-démocrates », Perspectives socialistes, 38, juin 1960 ; André Gentil, « La Suède est-elle socialiste ? », ibid., 60-61, 1963 ; « À propos de la participation socialiste aux institutions socialistes en Suède », ibid., 65, octobre 1963.

126 Jean-Jacques Servan-Schreiber, Le défi américain, Paris, Denoël, 1967, réédition Le Livre de poche, 1969, p. 350-356.

127 Voir sur cette évolution, Michel Dreyfus et Michel Pigenet (dir.), Les meuniers du social. Force ouvrière acteur de la politique contractuelle et du paritarisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

128 Ainsi, en octobre 1956, une délégation de syndicalistes de la CGT-Force ouvrière, de la CFTC et de la CGC se rend à Stockholm pour étudier « l’équipement technique des syndicats suédois », « Mission syndicale française 8-12 octobre 1956 », Fonds Gabriel Ardant, Archives Pierre Mendès-France à l’Institut Pierre Mendès-France.

129 Albert Camus, L’homme révolté, Paris, Gallimard, 1952, p. 368.

130 Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

131 Cité par Bernard Brillant, Les Clercs de 68, Paris, PUF, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540