Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « modèle » suédois

 | 
Gilles Vergnon

Chapitre I. Rêves scandinaves. À la recherche de la troisième voie : le temps des voyageurs (1932-1940)

Texte intégral

Un intérêt limité pour une expérience inédite

La Suède et la France de l’entre-deux-guerres

  • 1 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française 1870-1914, Paris, PUF, 1959, réédition, 1 (...)
  • 2 Dans une abondante bibliographie, on se reportera à Fred Kupferman, Au pays des Soviets. Le voyage (...)
  • 3 Ludovic Naudeau, L’Illustration, 10 juillet 1926.
  • 4 Voir notre chapitre « Préhistoire de l’antifascisme », dans L’Antifascime en France. De Mussolini (...)
  • 5 L’Antifascime en France, op. cit.

1La Suède et les Suédois occupent une place marginale dans les débats politiques ou les centres d’intérêt des journalistes, écrivains et essayistes de la France de l’entre-deux-guerres, alors même que la presse vit un âge d’or, qui démultiplie les publications et les sujets de débat potentiels. Ce n’est a priori guère surprenant. Il a existé, dans les années 1870-1880 une « crise allemande de la pensée française », quand écrivains, philosophes et ministres de la jeune IIIe République, bouleversés par la défaite en 1870-1871, se penchaient sur les raisons de la supériorité prussienne et les moyens d’y remédier1. Il exista aussi une « crise russe », ou plutôt soviétique, dans les années 1920-1930. D’abord quand la révolution bolchevique provoque la plus grande scission de l’histoire du socialisme français, puis quand la stabilisation et la stalinisation du régime donnent lieu à un grand nombre de voyages et de publications, polarisés entre le rejet du plus grand nombre et l’enthousiasme de quelques-uns2. À un niveau moindre, l’Italie fasciste suscite aussi l’intérêt, surtout à droite où l’on regarde avec sympathie un gouvernement nationaliste et autoritaire « rétablir l’ordre », sans réellement comprendre (ni s’interroger sur) la nouveauté du régime : l’Italie de Mussolini n’est, après tout, qu’un pays « gouverné par la Ligue des Patriotes3 », et le Duce un héritier et un disciple transalpin de Paul Déroulède ou de Louis-Napoléon Bonaparte. Les controverses à propos de l’Italie installent cependant le « fascisme », en tant que catégorie générique et appellation discriminante, au cœur du débat politique français, suscitant en contrecoup la naissance d’un « antifascisme » promis à un bel avenir4. À partir de 1930, la montée puis l’installation au pouvoir d’Adolf Hitler et de son parti, suscitent une nouvelle vague de livres et d’articles sur l’Allemagne. Sur un fonds d’angoisse devant la réapparition menaçante d’un ennemi à la fois bien connu (le « Prusco » puis le « Boche ») et doté d’un nouveau visage (l’« hitlérien »), ils contribuent à installer la peur du « fascisme », à la fois étranger et autochtone, au centre des préoccupations de larges segments de la population française5. L’Allemagne, l’Italie et l’URSS, puis l’Espagne de la guerre civile sont surtout des objets de clivage qui polarisent droites et gauches, sur des lignes qui ne se recoupent pas complètement. L’Italie fasciste rencontre d’emblée l’hostilité des gauches et une sympathie plus ou moins affirmée à droite, surtout jusqu’au rapprochement avec le IIIe Reich à partir de 1936. Le régime soviétique suscite quant à lui peur et rejet tant à droite qu’à gauche, l’anticommunisme étant partagé par les radicaux et une bonne part des socialistes et des syndicalistes de la CGT confédérée. Aussi bien, l’attraction qu’il suscite à l’inverse est parfois déconnectée d’une prise de position idéologique en faveur du « communisme », l’URSS endossant à partir de 1933-1934 l’image d’une grande puissance préservée de la crise, et alliée potentielle de la France. Quant à l’Allemagne nazie, elle suscite une crainte générale et transversale à tout le spectre politique, les droites, même extrêmes, la considérant plutôt comme le dernier avatar du « prussianisme », en tout cas comme une puissance agressive et revancharde.

  • 6 Voir Philippe Roger, L’ennemi américain : généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Éditio (...)

2Outre-Atlantique enfin, les États-Unis font aussi l’objet d’une attention constante, mais plutôt du côté des « modérés » des deux camps, qui y voient l’incarnation de la « modernité » technique et de la rationalité économique, que ce soit pour les rejeter ou y puiser des leçons6. De manière générale, les gouvernants, les formations politiques et la presse sur l’ensemble de la période accordent prioritairement leur attention à l’ex-ennemi de la Grande Guerre, puis aux grands alliés et partenaires britanniques et américains comme à la mystérieuse, menaçante, mais peut-être indispensable Union soviétique. La proximité géographique, culturelle ou politico-diplomatique de l’Espagne d’avant 1936, de la Roumanie et de la Pologne, ces deux derniers étant des partenaires de la France dans la « petite Entente », suscite également l’intérêt.

  • 7 Cité par Jean-Yves Le Naour, La Honte noire. L’Allemagne et les troupes coloniales françaises 1914 (...)
  • 8 André Suarès, Vues sur l’Europe, Grasset, coll. « Cahiers rouges », p. 315 et 291.
  • 9 Ralph Schor, L’Opinion française et les Étrangers 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1 (...)
  • 10 Le compte rendu du congrès du SAP adressé par M. Grandin de l’Épervier, chargé d’affaires à Stockh (...)

3Il n’en est pas de même de la Suède, comme de la Scandinavie dans son ensemble. Vues de France, elles n’occupent qu’une position marginale dans l’écheveau des relations politiques et diplomatiques, comme dans le champ des représentations véhiculées par la presse, les publications et les formations politiques. Comme puissance, la France entretient des relations de basse intensité avec un État périphérique, demeuré neutre pendant la Grande Guerre, et considéré comme germanophile. Les gouvernants savent que le roi de Suède, l’État-major de l’armée et la droite conservatrice inclinaient pour l’Allemagne en 1914-1918. En 1923, suite à l’occupation de la Ruhr par l’armée française, la campagne de presse contre celle-ci est particulièrement vive en Suède où le journal conservateur Dagens Nyheter dénonce l’emploi par la France de troupes africaines7. Le gouvernement suédois doit donner des consignes de modération, en particulier pour s’opposer au boycottage des produits français. Plutôt fraîches sur le terrain politique, de moyenne importance sur le plan économique, les relations ne sont guère plus importantes sur le plan des publications et de l’information délivrées. Il est vrai, comme l’affirme l’écrivain André Suares, que la Suède, comme ses voisins scandinaves, n’est pas l’une des « caryatides qui portent le poids de l’Europe », comme la France, l’Allemagne, la Russie, la Grande-Bretagne ou l’Italie, mais une « petite nation » dont on peut goûter l’éloignement dans l’espace et « le cours tranquille d’une histoire qui leur épargne la lutte armée8 ». L’historien Ralph Schor a dressé une liste des nationalités évoquées dans 243 œuvres littéraires publiées entre 1919 et 1939 : si « les Russes », évoqués dans 55 livres arrivent en tête, suivis par les Allemands (22), les Anglais (20) et les Américains (15), si les Polonais (7), les Chinois (5) et les Hongrois (4) sont mentionnés, ce n’est pas le cas des Suédois9… Les rapports des ambassadeurs de France à Stockholm, conservés aux archives du ministère des Affaires étrangères, laissent apparaître une focalisation sur les activités des partis extrêmes, « nazistes et bolchevistes », pourtant très minoritaires, et ne contiennent que peu d’informations sur la vie politique et sociale du pays, sinon pour constater à plusieurs reprises la « modération » des sociaux-démocrates et leur refus de la confrontation10.

  • 11 Léonie Bernardini-Sjoestedt, Pages Suédoises, Paris, Plon, 1908 ; Marc Hélys, À travers le féminis (...)
  • 12 André Bellessort traduit La légende de Gösta Berling en 1905, et Le merveilleux voyage de Nils Hol (...)
  • 13 Guy De Faramond, Marianne et Svéa, op. cit., p. 114-115.

4Il existe certes une tradition ancienne d’échanges intellectuels, depuis le séjour de Descartes chez la reine Christine. Les voyageurs de l’époque romantique, puis de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, ont installé des stéréotypes appelés à se pérenniser : les paysans libres et vertueux de Dalécarlie décrits par Léonie Bernardini en 1909 voisinent déjà avec le « féminisme suédois » qu’explore Marc Hélys en 1908. Le professeur André Bellessort relève en 1911 que « le socialisme » pourrait bien prospérer chez « ces terriens si attachés à l’amour de la Terre et de la propriété11 »… Reste que, pour le public cultivé qui découvre la littérature scandinave au début du siècle, la Suède évoque surtout le dramaturge August Strindberg, et la romancière Selma Lagerlöf, tous deux traduits avant 191412, voire les Ballets suédois qui se produisent régulièrement au Théâtre des Champs Élysées entre 1920 et 192413.

  • 14 On peut ranger dans cette catégorie les articles de Marcel Brion dans la Revue des deux mondes.

5Les publications sur la Suède restent l’apanage de quelques « passeurs », une poignée d’individus qui partagent connaissance de la langue, acquise après un long séjour et/ou une union matrimoniale, et passion sincère pour la littérature et les paysages scandinaves. C’est le cas de Lucien Maury, lecteur de français à l’université d’Uppsala avant 1914, enseignant, traducteur et auteur de douze ouvrages sur la Suède, ou d’André Bellessort, professeur de khâgne à Louis-le-Grand, essayiste et critique littéraire, académicien en 1935. Leurs livres et articles cultivent le registre ethnographique et culturel, dans la grande tradition des « voyageurs » du XVIIIe et XIXe siècles14. Le paysage éditorial se modifie nettement après 1935-1936. L’accession au pouvoir du Parti social-démocrate suédois en septembre 1932, au cœur de la grande crise, et surtout sa reconduction en septembre 1936, cristallise l’intérêt et est à l’origine d’une série de publications et de discussions autour de ce qui n’est pas encore un « modèle », mais bien une référence politique et sociale internationale.

  • 15 Lucien Maury, La Suède, Paris, Société française d’éditions, coll. « L’Europe moderne », 1932.
  • 16 Émile Schreiber, Heureux scandinaves, Paris, Denoël, 1936 ; Paul Planus, Patrons et ouvriers en Su (...)
  • 17 Margaret Cole et Charles Smith, Democratic Sweden. A volume of studies prepared by memebers of the (...)

6C’est ce que montre la chronologie des grands récits de voyage en Suède ou en Scandinavie. Les principales publications interviennent après 1935 et, surtout, 1936. Avant cette date, on ne peut guère signaler, en 1932, que La Suède de Lucien Maury, à la fois guide touristique et aperçu économique et vade mecum à l’usage des industriels et hommes d’affaires, dans un registre traditionnel, même si son préfacier, Armand Méglé signale que son livre présente un pays qui « plus que tout autre, peut-être un modèle à cette Europe moderne dont nous voudrions préparer les voies15 ». En 1935, le journaliste Serge de Chessin publie Les Clés de la Suède, suivies en 1936 des Sourires du Danemark, tous deux chez Hachette. La même année, Émile Schreiber publie Heureux Scandinaves, et, en 1938, Paul Planus, Patrons et ouvriers en Suède16. Dans le même temps, outre-Manche, Margaret Cole et Charles Smith publient Democratic Sweden en 1938 et, outre-Atlantique, le journaliste Marquis-William Child, le fameux Sweden. The Middle way en 193617. Si la chronologie est homogène d’un pays à l’autre, il n’en est pas de même, comme on le verra, du positionnement politico-idéologique des auteurs.

Un succès durable dans une Europe en crise : les gouvernements de Per-Albin Hansson

  • 18 À l’invasion de la Norvège par la Wehrmacht, en avril 1940, le gouvernement Nygaardsvoll et le roi (...)

7Le 24 septembre 1932, le président du parti social-démocrate suédois (SAP), Per-Albin Hansson forme un gouvernement de coalition avec le parti agrarien. Minoritaire au parlement, malgré les 41,7 % des suffrages rassemblés par le SAP, ce premier cabinet Hansson est renversé au printemps 1936. Après une brève période de transition, où Axel Pehrson-Bramstop, le leader des agrariens, gère les affaires courantes du 19 juin au 28 septembre 1936, un nouveau scrutin en septembre accorde 45,79 % aux sociaux-démocrates. Le second cabinet Hansson, qui associe encore les agrariens, dure jusqu’en septembre 1939. Le début de la guerre en Europe amène la constitution d’un gouvernement d’Union nationale jusqu’à la fin du conflit. Dans une perspective de longue durée, le gouvernement Hansson de 1932 ouvre une séquence de plusieurs décennies d’hégémonie croissante des sociaux-démocrates, jusqu’à la défaite électorale d’Olof Palme en septembre 1976, soit 44 ans de gouvernement. Dans une perspective de court terme, les huit années de gouvernement à direction social-démocrate, scandées par deux victoires électorales consécutives, sont exceptionnelles dans l’Europe ravagée par la crise des années 1930, la poussée des régimes autoritaires et l’incapacité des socialistes à gouverner dans la durée. Seuls les pays scandinaves voisins offrent des résultats comparables, avec les gouvernements de Thorvald Stauning au Danemark et Johan Nygaardsvoll en Norvège, qui débutent respectivement en avril 1929 et mars 1935, sans être réellement interrompus par la guerre18. Dans une perspective de moyen terme, la réussite suédoise et scandinave pose toute la question des échecs dans le reste de l’Europe et de la difficile relation au pouvoir des socialistes.

8En effet, si des « personnalités » socialistes, comme Alexandre Millerand en France, participèrent à quelques rares gouvernements au XIXe siècle, la condamnation en 1907 du « ministérialisme » par le congrès de Stuttgart de l’Internationale socialiste écarte, sauf circonstances « transitoires et exceptionnelles », les socialistes des gouvernements « bourgeois ». Respectée partout jusqu’en 1914, cette règle est transgressée avec l’entrée, en 1914 pour la Belgique et la France, en 1915 pour le Royaume-Uni, de ministres dans des cabinets d’Union nationale. Cette expérience est interrompue en 1917 en France et au Royaume-Uni par le retrait des ministres socialistes sous la pression de leurs partis en voie de radicalisation. Elle est prolongée cependant en Belgique jusqu’en 1921, et relayée en Suède en octobre 1917 avec l’entrée de trois ministres socialistes, dont le leader du parti, Hjalmar Branting, dans un gouvernement libéral.

  • 19 Voir pour un tableau européen d’ensemble Fabien Conord, Les Gauches européennes au XXe siècle, Par (...)

9À partir de 1919, la participation gouvernementale se généralise en Europe et concerne quasiment tous les pays européens qui conservent un régime démocratique. Dans neuf pays, l’Allemagne (1918-1919 avec Philip Scheidemann, puis 1928-1930 avec Hermann Müller), l’Autriche (1918-1920 avec Karl Renner), la Belgique (1938-1939 avec Paul-Henri Spaak), le Danemark (1929-1940 avec Thorvald Stauning), l’Espagne (1936-1939 avec Francisco Largo Caballero puis Juan Negrin), la Finlande (1926-1927 avec Vaïno Tanner) la France (1936-1937 avec Léon Blum), la Norvège (1935-1940 avec Johan Nygaardsvoll), le Royaume-Uni (1924, puis 1929-1931 avec Ramsay McDonald) et la Suède, des socialistes dirigent le gouvernement comme chanceliers, présidents du Conseil ou Premiers ministres19. Par ailleurs, les socialistes espagnols sont présents jusqu’en 1933 dans les premiers gouvernements de la jeune République espagnole, après sa proclamation en 1931, et leurs camarades belges participent à plusieurs gouvernements entre 1918 et 1939. Tous les États démocratiques sont concernés sauf l’Irlande, les Pays-Bas et la Suisse. Cette participation marque le basculement d’un socialisme extérieur à l’État, vers un socialisme qui investit l’État de façon encore timide mais définitive : c’est bien, comme l’écrit le socialiste italien Pietro Nenni, la « découverte de la salle des machines » et des possibilités fantastiques qu’offrent les leviers de commande d’un État moderne. Dans trois pays, l’Allemagne et l’Autriche de 1918, l’Espagne de 1931 après la proclamation de la République, ces gouvernements à direction (ou à participation) social-démocrate ou socialiste sont les artisans de la transition de monarchies semi-autoritaires vers des Républiques parlementaires, bâtissant de nouvelles institutions, constitutionnalisant un embryon d’État social. Dans les autres cas, comme pour la France du Front populaire, les gouvernements à direction socialiste se forment dans le cadre de processus constitutionnels « normaux », à l’issue de victoires électorales. Mais toutes ces expériences gouvernementales sont brèves (un an en France pour le gouvernement de Léon Blum, deux ans au Royaume-Uni pour celui de Ramsay McDonald, deux ans en Allemagne pour Hermann Müller…) et s’interrompent, faute de majorité parlementaire suffisante, faute d’alliés fiables, faute de programme de gouvernement dans la durée, parfois les trois en même temps. Seuls les partis scandinaves s’installent au pouvoir dans la durée, et semblent réussir leur mutation en « partis de gouvernement ».

  • 20 En opposant socialisme réformiste et socialisme « négatif », Sheri Berman, The Primacy of Politics (...)
  • 21 Nous reprenons cette distinction entre « révolutionnistes » et « révolutionnaires » de Marcel Prél (...)
  • 22 Selon l’expression de Sheri Berman, op. cit.
  • 23 Voir sur ces questions François-Charles Mougel, L’Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours (...)

10En Suède, il est vrai, cette évolution s’inscrit dans une configuration originale en Europe, où le SAP se définit très tôt comme un parti « réformiste », une référence que son premier président, Hjalmar Branting, revendique dès 191320. Les partis « frères » se partagent alors pour l’essentiel entre « révolutionnistes », qui voient, comme Lénine ou Rosa Luxembourg, la grève générale et l’insurrection comme le modus operandi de la transformation sociale, et « révolutionnaires21 », qui voient, comme Jaurès, dans la « révolution » une longue séquence historique de transition d’une société à une autre ou, comme Karl Kautsky, une « crise finale » vers laquelle on se dirige inéluctablement, sans pouvoir en fixer la date. Les « réformistes » revendiqués campent alors aux marges des grands partis de la IIe Internationale, quand ils n’en sont pas exclus ou démissionnaires, comme Alexandre Millerand en France. Le « révisionnisme démocratique22 », qui échoue en Allemagne avec la défaite d’Édouard Bernstein, s’installe en Suède dès la fin du XIXe siècle, avec ses principales composantes : l’adhésion sans réserves à la démocratie représentative et à ses règles, le choix d’une stratégie de réformes et l’acceptation de coalitions avec des partenaires « bourgeois », libéraux ou agrariens. Cette installation procède bien sûr d’une configuration particulière : la place périphérique de la Suède dans le concert européen se double d’une place périphérique du SAP dans les débats de l’Internationale socialiste, qui opposent principalement Allemands, Autrichiens, Belges et Français, voire Russes. La longévité de Hjalmar Branting à la direction du parti, qu’il assure jusqu’à sa mort en février 1925, enracine définitivement un réformisme qui n’est pas vraiment contesté dans ses rangs, à la différence des débats houleux que connaissent la SFIO, le SPD, le PSI ou le PSOE. Le long combat pour l’obtention du suffrage universel masculin, instauré en 1909, implique une nécessaire alliance avec les libéraux… et sa contrepartie, l’acceptation de la monarchie constitutionnelle23. Dans les années 1920, ce profil est complété par l’autodéfinition du SAP comme « parti du peuple » et non plus comme « parti de classe », et par l’adoption de la stratégie du Folkhemmet (le « foyer du peuple »). À l’issue d’une longue bataille, idéologique et sémantique, avec les droites, le SAP reprend à son compte cette perspective, initialement proposée par le géographe Rudolf Kjellen. Le « foyer du peuple » des sociaux-démocrates n’a pas le même contenu que celui des conservateurs ou des libéraux. Comme le dit Per-Albin Hansson, successeur de Branting à la tête du parti :

  • 24 Per-Albin Hansson, « Discours sur le foyer du peuple, 1928 », présenté par Cécile Beaujouan, La Re (...)

« Les fondements du foyer sont la solidarité et l’esprit de communauté. Le foyer idéal ne connaît ni privilégiés, ni déshérités, ni enfants chéris ni beaux-fils. Nul n’y méprise l’autre, nul n’essaye de tirer de profits aux dépens de l’autre, le fort n’opprime ni ne dépouille le faible. Au sein du “foyer” idéal règnent égalité, considération, coopération et volonté de secourir les autres. Appliqués au “foyer du peuple” et des citoyens idéal, ces concepts auraient pou résultat l’effondrement de toutes les barrières sociales et économiques qui séparent aujourd’hui les citoyens, les privilégiés des déshérités, les dominants des dépendants, les riches des pauvres, les possédants des indigents, les “pillards” de ceux qui se font dépouiller. La société suédoise n’est pas encore le “foyer du peuple” idéal. Certes, il y règne une égalité formelle, une égalité dans les droits politiques. Mais, socialement, la société de classe subsiste et, économiquement, la dictature de la minorité règne […] Pour que la société suédoise devienne le “foyer des citoyens”, il faut que les différences de classes s’aplanissent, que les services sociaux se développent, que l’égalité économique se réalise, que les employés soient prêts à prendre part à l’administration de l’économie, que la démocratie, y compris sociale et économique soit menée à bien24. »

11Enfin, ce projet de « socialisme national » est parachevé au début des années 1930 par l’adoption d’une stratégie de lutte contre la crise économique, qui procède des travaux « proto-keynésiens » de Nils Karleby et de l’écononomiste Ernst Wigforss. La relance de l’économie par la consommation et l’intervention de l’État est au cœur de l’« Appel au peuple » adopté au congrès de 1932, base de la campagne électorale consécutive. L’accord de gouvernement avec les agrariens complète ce programme par des mesures protectionnistes sur les produits agricoles. La concomitance de son application avec la reprise économique internationale permet un succès électoral plus large en 1936, et des réalisations plus ambitieuses comme la célèbre convention de Saltjöbaden, conclue en décembre 1938 entre les centrales syndicale (LO) et patronale (SAF), « scène inauguratrice de l’utopie sociale nationale ». À la fois compromis social et contrat de confiance sur le long terme (confiance dans la négociation, négociation dans la confiance), ce véritable traité social installe la concertation obligatoire à tous les niveaux, de l’entreprise au plan national, et crée un Conseil du marché du travail (trois syndicalistes et trois représentants patronaux), qui formule des recommandations que les parties en présence doivent faire respecter par leurs adhérents.

  • 25 Örjan Appelqvist, « Keynes et le socialisme démocratique en Suède dans les années 1930 : réflexion (...)

12L’association de succès économiques à la stabilité politique, dans un régime démocratique maintenu et renforcé, la baisse de la conflictualité sociale à laquelle se substitue le compromis social assumé par des acteurs représentatifs et bien organisés, constitue un ensemble tout à fait exceptionnel dans l’Europe des années 1930, où se multiplient les régimes autoritaires. Les travaux récents de chercheurs en économie et en histoire nuancent sans doute sérieusement l’association de ces succès à une politique « prékeynésienne » pensée dans la durée. La réduction du taux de chômage entre 1932 et 1939 tient davantage au regain des exportations favorisé par la dévaluation de la couronne en 1931, et au développement particulier de celles-ci vers l’Allemagne nazie, qui achète massivement fer et acier suédois pour son réarmement25. Ces travaux montrent également toute l’importance de l’eugénisme pratiqué à partir de 1930 contre des personnes jugées handicapées, pour améliorer la « qualité » d’une population dont il faut préserver l’homogénéité. Mais cette dimension ne suscite aucun débat, ni aucun commentaire à l’époque. Les recherches récentes confirment aussi le caractère novateur de la politique sociale du gouvernement suédois, avec le développement de la démocratie municipale et l’administration syndicale de l’assurance chômage. Or c’est bien cette politique sociale qui suscite l’attention des observateurs étrangers. Le fait qu’un parti social-démocrate, membre éminent depuis des décennies de l’Internationale socialiste, soit à l’origine de ces succès, ne peut qu’éveiller l’intérêt, au-delà de la famille socialiste. C’est dans ce cadre, et à ce moment que se multiplient les voyages d’études et les publications sur la Suède.

Voyageurs des années 1930

Belgique, États-Unis, Royaume-Uni : aider le gouvernement ou le parti

13Les principaux ouvrages et récits de voyage publiés hors de France sur l’expérience gouvernementale suédoise présentent comme caractéristique commune d’être écrits par des journalistes ou syndicalistes « de gauche » qui ont pour motivation explicite, l’aide ou le conseil à leur gouvernement ou, dans le cas britannique, au parti travailliste. On se rend en Suède dans le même esprit où d’autres vont en URSS, ou dans les États-Unis du New Deal : pour juger sur place de l’intérêt d’un laboratoire où s’expérimentent simultanément des solutions à la crise et l’esquisse d’une société nouvelle.

  • 26 Marquis William Childs, Sweden. Where Capitalism is controlled, New York, The John Day Company, 19 (...)
  • 27 John Logue, « The Swedish model: visions of Sweden in American politic and political science », Th (...)
  • 28 Ibid.

14Aux États-Unis, Marquis-William Childs, journaliste pour le magazine Harper’s et pour le St-Louis Post Dispatch, grand quotidien du Middle west, s’intéresse à la Suède depuis le début de la décennie. Son livre, Sweden. The Middle way, fait suite à une brochure publiée en 1934 Sweden. Where Capitalism is controlled26. Il a, lui aussi, pour but explicite d’aider le président Franklin Roosevelt et le New Deal. Le livre devient vite un best-seller aux USA : neuf tirages pour la première édition de janvier 1936 dont six dans les cinq premiers mois de l’année, cinq pour la première réédition en 1938, suivie de trois rééditions après-guerre27. L’universitaire américain John Logue écrit que The Midlle Way « frappa l’Amérique avec la puissance d’un ouragan intellectuel (intellectual hurricane)28 ».

  • 29 Thurman Arnold, « Reviews of The Middle way », Yale Review, 25 (printemps 1936), ibid.
  • 30 Per T. Ohlsson, « Sweden. Still the Middle way ? », conférence à l’université de Columbia, 28 sept (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Hudson Strode, Sweden. Model for a world, New York, Harcourt, 1949; Dankwart Rustow, Sweden. The P (...)

15Le livre est discuté dans la presse libérale (New York Times), progressiste (The Nation), comme dans les revues universitaires (Yale Review) où le juriste Thurman Arnold, totalement engagé aux côtés du New Deal, vante un pays où le pouvoir s’exerce dans le sens du progrès humain sans perte des libertés ni destruction du capital privé29. Il attire l’attention de Roosevelt lui-même, qui le cite explicitement dans la conférence de presse tenue à l’issue de la convention démocrate de Philadelphie en juin 193630. Le président sortant radicalise alors sa campagne en vue d’un second mandat, et fustige désormais « les royalistes de l’économie », équivalent économique de la tyrannie de la Couronne britannique contre laquelle les Américains se levèrent. Dans cet esprit, il évoque avec intérêt un pays étranger où « gouvernement monarchique, gouvernement socialiste et système capitaliste travaillent en bonne entente31 ». La « voie médiane » décrite par Marquis Childs n’a pas le même sens selon les commentateurs : Troisième voie entre l’Allemagne de Hitler et l’URSS de Staline (Thurman Arnold) ou Troisième voie entre collectivisme soviétique et libre entreprise américaine, elle est cependant toujours associée au compromis social, au pragmatisme, à la réforme de sociétés industrielles dans le sens d’une solidarité qui n’exclut ni la liberté ni la performance économique. Cette veine continue à être explorée après-guerre, dans des ouvrages comme Sweden. Model for a World, de l’universitaire Hudson Strode, ou Sweden. The politics of Compromise, de Dankwart Rustow32.

16Au Royaume-Uni, c’est en 1937 qu’est publié l’ouvrage Democratic Sweden, produit d’un voyage d’études du New Fabian Research Bureau, le nouveau bureau de recherches fabiennes. Celui-ci, dans la continuité de la fameuse Fabian Society, alimente le Labour de ses réflexions, et a pour but explicite d’enrichir les discussions dans le mouvement socialiste et travailliste britannique, à la recherche de nouvelles voies après son cuisant échec gouvernemental en 1931. Le principal auteur du livre, Margaret Cole, socialiste, membre du Labour Party est, avec son époux l’historien George Douglas Howard Cole (plus connu sous ses initiales : « G. D. H. Cole ») fondatrice de cet organisme de réflexion. Au Royaume-Uni comme aux États-Unis, les auteurs se situent sans ambiguïté du côté gauche du spectre politique, libéral et démocrate outre-Atlantique, travailliste au Royaume-Uni. Leur objectif, lui aussi sans ambiguité, est de contribuer au réarmement politique et économique d’un parti d’opposition (le Labour), ou à l’armement politique d’un parti au pouvoir (le parti démocrate des États-Unis).

  • 33 La délégation, composée de 16 personnes (sept syndicalistes, sept représentants du patronat et deu (...)
  • 34 Le Mouvement syndical belge, 10, 20 octobre 1938.
  • 35 Joseph Bondas, « La Suède, terre d’expérience », ibid.
  • 36 Le même numéro publie le texte intégral de la convention, dite de Saltjöbaden, conclue en décembre (...)

17Il en est de même en Belgique, quand le cabinet de coalition dirigé par le socialiste Paul-Henri Spaak soutient, financièrement et politiquement, l’envoi à Stockholm en janvier 1939 d’une délégation composée de syndicalistes de la CGTB (Confédération générale du travail de Belgique), de la CSC (Confédération des syndicats chrétiens), et de représentants du patronat, qui produit un rapport destiné au gouvernement33. Le bureau de la CGTB du 27 septembre 1938 se « rallie à l’idée d’une enquête en Suède sur les relations entre patrons et ouvriers34 » et l’organe confédéral, Le Mouvement syndical belge, publie en février 1939, sous la plume de Joseph Bondas, un long compte rendu, qui oppose les pays « dont on parle beaucoup pour le mal considérable qu’ils font ou menacent de faire » (Allemagne et Italie) à ceux « dont on parle également beaucoup depuis quelque temps […] pour louer leur sagesse et leur prospérité » (les pays scandinaves35). Le syndicaliste s’attarde sur le compromis conclu entre LO et SAF « qui paraît devoir donner des résultats satisfaisants pour la collectivité », sans que les parties contractantes aient abdiqué leur indépendance, ni renoncé à leurs objectifs36.

En France : une autre « Troisième voie » ?

18La configuration est différente en France, tant du point de vue des préférences politiques que des objectifs poursuivis par les protagonistes.

  • 37 Tous deux sont édités chez Plon en 1919 et 1921.
  • 38 Site [www.lillustration.com], notice sur Serge de Chessin, page consultée le 20 juin 2012.
  • 39 Serge De Chessin, Les Clés de la Suède, op. cit., p. 62 et 88.
  • 40 Les sourires du Danemark, op. cit., p. 104.
  • 41 Clefs de la Suède, p. 125.
  • 42 Ibid., p. 132.
  • 43 Ibid., p. 40.
  • 44 Ibid., p. 65.
  • 45 Ibid., p. 80.
  • 46 Ibid., p. 95.
  • 47 Ibid., p. 95.
  • 48 Ibid., p. 66 et 250.
  • 49 Les Sourires du Danemark, op. cit., p. 33.

19Serge de Chessin (1880-1942), journaliste au quotidien L’Écho de Paris et à l’hebdomadaire L’Illustration, fut l’auteur de deux reportages sur la révolution bolchevique, dont les titres ne masquent pas la profonde hostilité qu’elle lui inspire : Au pays de la démence rouge : la révolution bolchevique (1917-1918), L’apocalypse russe : la révolution bolchevique (1918-192137). Correspondant à Stockholm de l’agence de presse Havas et de l’Écho de Paris, il écrit à ce titre plusieurs livres sur la Scandinavie et de nombreuses traductions38. Pour ce journaliste très marqué à droite, collaborateur de Je suis partout dès sa création en 1931, il ne s’agit évidemment pas de proposer de nouvelles références aux gauches françaises, mais de montrer en exemple un « peuple de luxe » où les « prolétaires à chapeau melon n’accepteraient jamais la Lacédémonie pouilleuse des soviets », et des « socialistes conservateurs » qui forment « la digue la plus solide contre les extrêmes39 ». Ainsi, les sociaux-démocrates scandinaves « ont refusé d’imiter l’exemple de leurs collègues français : le front unique avec les communistes leur paraît presque aussi sacrilège qu’une entente avec les nazis40 ». Symétriquement, ces « vrais aryens […] le peuple le plus nordique de la terre […] dolicocéphale à souhait »41, se détournent du nazisme car « ils ont trop le respect des droits civiques et des valeurs spirituelles pour tendre leurs têtes blondes sous le bât hitlérien » : « À la critique de la pureté du sang, ils préfèrent la critique de la raison pure : à l’Allemagne de M. Hitler, ils opposent l’Allemagne de Kant42. » À l’inverse, ils sont respectueux de la monarchie, qui le leur rend bien. Aux obsèques de Hjalmar Branting en 1925, le roi « en grande tenue » salue le cercueil du leader ouvrier « au milieu d’une forêt de drapeaux sang de bœuf43 ». Gouvernant « à la bourgeoise des peuples de bourgeois44 », ils sont moins socialistes que démocrates, patriotes et même conservateurs. Leurs réformes, égalitaires, mais « en prenant les sommets comme points de repères45 », leur choix de croissance autocentrée et de sortie du « cauchemar kreugerien » d’une économie excessivement tournée vers le marché mondial, en font des références pour des droites françaises qui veulent sortir de la spirale des crises, des luttes sociales et d’engagements extérieurs trop lourds à assumer. En effet, il n’est « pas besoin d’être nécessairement socialiste » pour accepter certaines réformes sociales : « Il suffit de professer les principes démocratiques dans toute leur ampleur, et d’en savoir déduire sans crainte les applications étendues qu’ils comportent46. » La Suède de Serge de Chessin n’est pas une référence de socialisme, car la politique conduite « ne se distingue guère de la ligne suivie dans d’autres pays, sous des étiquettes de partis bourgeois avancés », mais d’une politique « adaptée aux grands besoins des classes moyennes47 ». La « clé » du succès, c’est en définitive la fidélité retrouvée aux atavismes nationaux, ceux d’un peuple « qui n’a jamais été esclave […] une aristocratie innée » et la rupture avec la « Suède américanisée » des années 1920, « pastiche et souvent caricature des États-Unis48 ». C’est ce qui fait de la Suède, comme du Danemark « une oasis […] au milieu d’une Europe desséchée, convulsée et tragique49 ». À la France de trouver ses propres voies dans la même direction…

  • 50 Alain Rostenholz et Sandrine Treiner, La saga Servan-Schreiber. I. Une famille dans le siècle, Par (...)
  • 51 Émile Schreiber, Heureux scandinaves, op. cit., p. 25.
  • 52 Ibid., p. 22-23.
  • 53 Ibid., p. 148.
  • 54 Ibid., p. 109-111.
  • 55 Ibid., p. 195.

20Sans occuper le même positionnement politique, Émile Schreiber (1888-1967) ne peut non plus être rangé du côté des gauches. Fondateur en 1908 avec son frère Robert, des Échos de l’exportation, mensuel économique devenu le quotidien Les Échos en 1928, ce journaliste libéral, père de Jean-Jacques Servan-Schreiber, multiplie les reportages à l’étranger, d’abord pour le magazine Vu de Lucien Vogel, puis pour L’Illustration50. Se succèdent ainsi Comment on vit en URSS (Plon, 1931), Rome après Moscou (Plon, 1932), L’Amérique réagit (Plon, 1933), Cette année à Jérusalem (Plon, 1934), On vit pour un franc par jour : Indes, Chine (Plon, 1935), avant Heureux Scandinaves (Denoël, 1937) et Le Portugal de Salazar (Denoël, 1938). Heureux Scandinaves, issu du reportage réalisé en 1936 pour L’Illustration au Danemark, en Norvège, Suède et Finlande, porte un regard séduit sur les « quatre pays socialistes », titre de son premier chapitre. Mais « le socialisme ici n’est pas un socialisme marxiste, mais un socialisme réformiste », qui « équivaut au radical-socialisme en France », un radical-socialisme « pourvu cependant d’une volonté réaliste qui lui a permis d’appliquer progressivement le principe du nivellement continu des fortunes51 ». Le contenu de ce socialisme scandinave, « c’est en quelque sorte une poussée continue vers des améliorations sociales de plus en plus démocratiques, sous l’égide d’une royauté parlementaire dans trois pays et d’une République en Finlande52 ». Si la Norvège est décrite comme « le plus socialiste des pays scandinaves », avec un parti socialiste défendant des positions plus radicales que celles de ses voisins, la Suède, « pays aristocratique et socialiste » abrite « peut-être aujourd’hui le plus heureux des peuples d’Europe, celui qui est arrivé à un plus haut degré de perfection sociale, tout en sauvegardant jalousement le principe de la liberté53 ». La hausse des salaires, la garantie des prix, le programme de grands travaux assurent à la fois maintien de l’emploi et progression du pouvoir d’achat, les programmes sociaux étant financés par une lourde fiscalité et grâce à la faiblesse des dépenses d’armement. S’agit-il de socialisme ? Le Premier ministre Per-Albin Hansson, interrogé par l’auteur, donne une réponse positive : « Le socialisme est un escalier qu’il faut gravir marche par marche : on commence par des mesures sociales, on finit par des mesures socialistes54. » La « réforme constante » des socialistes scandinaves s’oppose ainsi à « la révolution permanente que préconise Trotsky, et qui engendre troubles et massacres55 ». La référence à Trotsky vise sans doute, au-delà de la poignée de ses partisans affirmés, tous ceux qui développent une vision de l’histoire fondée sur le mouvement de la lutte des classes et la résolution révolutionnaire des antagonismes sociaux. Proche du mouvement abondanciste de Jacques Duboin, Émile Schreiber peut être rattaché à la nébuleuse « non-conformiste » des années 1930, à la recherche d’une Troisième voie entre communisme ou socialisme « classique » (et « classiste »…) et capitalisme libéral. La Suède de Per-Albin Hansson incarne une version démocratique de cette troisième voie, conciliant ordre et liberté, réformes sociales et propriété privée.

  • 56 Olivier Dard, Jean Coutrot. De l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires de Franch (...)
  • 57 Paul Planus, Patrons et ouvriers en Suède, op. cit., p. 17-18.
  • 58 Ibid., p. 19.
  • 59 Paul Planus, « Les rapports entre patrons et ouvriers en Suède », tapuscrit, 15 décembre 1937, Fon (...)

21Quant à Paul Planus, c’est un ingénieur-conseil spécialiste de l’organisation des entreprises, créateur d’un des premiers cabinets de consultants, membre du collège d’experts créé par Raoul Dautry et Jean Milhaud auprès du président du conseil Pierre Laval en 193556. Déjà auteur en 1936 de L’organisation rationnelle et les affaires, il publie en 1938, Patrons et ouvriers en Suède, issu d’un voyage effectué en octobre 1937 sous l’égide de M. Butler, directeur du Bureau international du travail de Genève. Il rencontre les responsables des organisations patronale, Gustav Söderlund, et syndicale, August Lindberg, ainsi que des chefs d’entreprise et des hommes politiques, dont les économistes Gunnar Myrdal, du parti social-démocrate et Bertil Ohlin, du parti libéral. Il s’agit explicitement d’un voyage d’études pour « profiter de l’expérience d’autrui », alors même que l’évolution sociale récente de la France, après la grève générale de mai-juin 1936, a débouché sur « un déséquilibre des forces en présence » peu favorable à « une forme harmonieuse de collaboration entre employeurs et salariés57 ». Les « solutions » suédoises indiquent à l’inverse qu’employeurs et salariés « pensent qu’ils sont des collaborateurs et agissent en conséquence58 ». Un premier compte rendu prend la forme d’un tapuscrit de 45 pages, « Les rapports entre patrons et ouvriers en Suède », diffusé dans les cercles patronaux59. Il y explique que « habitué qu’il est à une vérité de droite et à une vérité de gauche, et aux jugements entachés de passion politique, un Français qui vient en Suède étudier l’organisation sociale, est frappé par l’unanimité rencontrée dans les exposés de fait ».

  • 60 Paul Planus, « Patrons et ouvriers en Suède », Les Nouveaux cahiers, 15, 1er décembre 1937 et 18, (...)
  • 61 Pierre Lanthier, « Auguste Detœuf », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des p (...)
  • 62 Olivier Dard, « Les Nouveaux Cahiers », dans Jean-Claude Daumas (dir.), op. cit., p. 1031-1034 ; J (...)
  • 63 Olivier Dard, art. cit. Auguste Detœuf participe au colloque Walter Lippmann sur le libéralisme à (...)

22L’ouvrage qui suit est préfacé par Auguste Detœuf (1883-1947), figure centrale du patronat moderniste et fondateur de la revue Les Nouveaux Cahiers où Planus avait également publié des bonnes feuilles de son ouvrage avant parution, suivis par d’autres articles sur le sujet60. Ce polytechnicien (X1902), expert du gouvernement français auprès de la SDN, vice-président depuis 1934 de la Compagnie française Thomson-Houston, siège aussi dans une vingtaine de conseils d’administration d’entreprises de l’industrie électrique61. Passionné depuis son séjour en 1925 aux États-Unis par les expériences étrangères, Auguste Detœuf prône un capitalisme organisé où l’État, garant du droit de propriété, peut intervenir dans la conduite des affaires économiques pour en favoriser la bonne marche, où les « partenaires sociaux » coopèrent dans leur intérêt réciproque : une meilleure productivité garantie par de bons salaires et une consommation soutenue. Les Nouveaux Cahiers, édités par Alcan, puis Gallimard à partir de mars 1937 rassemblent, autour d’un noyau de chefs d’entreprises (Jacques Barnaud, Guillaume de Tarde), des intellectuels issus de différentes mouvances, mais que rassemble un commun souci de « nouvelles voies » : les ex-communistes Lucien Laurat et Boris Souvarine, véritable secrétaire de rédaction, le syndicaliste CGT Robert Lacoste, les catholiques Jacques Maritain et Paul Vignaux, les « non-conformistes » Denis de Rougemont et François Perroux, l’inclassable Simone Weil62. Ce noyau, qui s’inscrit dans le champ d’un « néo-libéralisme en gestation63 », est, avec les « planistes » de la CGT, le principal acteur de l’introduction en France de la discussion autour de l’expérience suédoise.

  • 64 Paul Planus, op. cit., p. 1.
  • 65 Ibid., p. 8-9.
  • 66 Ibid., p. 12-13.
  • 67 Ibid., p. 14.
  • 68 Ibid., p. 23.
  • 69 Ibid., p. 73.
  • 70 Ibid., p. 62.

23Dans sa préface, Detœuf indique que Planus, « étonné » de ce qu’il « avait entendu dire » des relations sociales en Suède, « à un moment où tous étaient inquiets de la tournure de nos conflits sociaux […] a pris le train et le bateau64 ». La référence négative aux « conflits sociaux » associés au Front populaire confirme que ce n’est pas de ce côté que l’on cherche ses références… ni ce côté-là que l’on veut influencer : une démarche bien différente de celle de Marquis Childs vis-à-vis du New Deal, ou des syndicalistes belges missionnés par le gouvernement Spaak. Detœuf ajoute qu’il a « essayé de lire ce livre en patron » en se demandant « qu’en puis-je tirer ? » Sa réponse est nette : on trouve en Suède « une manière de bon sens qui maintenant nous fait défaut ». Maintenant, c’est-à-dire depuis la Grande Guerre qui a « introduit le blanchisseur dans toutes les familles » et habitué les Français à une « vie totalitaire » : « Tous ont pris l’habitude de considérer l’État comme l’arbitre de leurs querelles65. » En Suède, à l’inverse, « l’organisation professionnelle », tant des patrons que des ouvriers permet « d’éviter les interventions hasardeuses de l’État66 ». Sans pouvoir ni vouloir copier ce pays, qui a cumulé les circonstances favorables (population réduite, pas de guerre depuis 1814, économie traditionnellement exportatrice), c’est dans cette direction qu’il faut aller en essayant, au minimum de favoriser l’organisation professionnelle, « seul moyen de créer la bonne foi, la confiance réciproque et de fournir la solution de certains problèmes sociaux67 ». L’ouvrage lui-même présente un fort caractère documentaire, avec plus de la moitié du contenu reproduisant des textes de lois, de conventions collectives « types » (métallurgie, imprimerie), les statuts des organisations syndicales et d’employeurs, et des données statistiques. Le récit du voyage et des rencontres effectuées insiste sur « l’atmosphère générale » : souci de collaboration pour le bien commun, unanimité rencontrée dans les exposés factuels68. Au-delà des différences nationales, Paul Planus conclut sur ce qu’il faut retenir de « l’expérience suédoise » : « charpenter vigoureusement et sainement » le syndicat patronal et le syndicat ouvrier pour apaiser « l’esprit de lutte de classes » et faire naître un « climat de collaboration ». Cela passe d’abord par un « patronat fort » capable de « prendre la tête de tous les mouvements sociaux » et de « ne pas laisser aux partis de revendication le monopole de toute mesure humaine69 ». Ce n’est qu’à ce prix que l’on peut sortir de la crise française, et de sa dimension « psychologique » : « L’énervement de gens fatigués et cette incertitude, cette inquiétude du lendemain qui conditionnent toute notre situation actuelle70. »

  • 71 P. Planus remercie ainsi « M. Émile Schreiber, auteur du livre si vivant et si instructif Heureux (...)

24Qu’ils soient nettement engagés à droite (Serge de Chessin) ou sur des positions plus « centrales » (Paul Planus et Émile Schreiber), les promoteurs français du « modèle suédois », qui se citent d’ailleurs mutuellement71, sont tous partisans d’une collaboration ou d’une coopération constructive entre forces sociales. Ils ne sont pas en tout cas associés, de près ou de loin, au Front populaire, qu’ils voient comme un repoussoir, absolu ou relatif et jamais comme une référence. Leurs ouvrages, les journaux, revues, groupes et réseaux auxquels ils sont associés, dessinent le cadre du débat français sur la Suède, un cadre profondément décalé par rapport aux débats et préoccupations des gauches françaises, il est vrai très différentes de leurs équivalents aux États-Unis ou en Grande-Bretagne.

« Du nord nous vient la Lumière ? » Les gauches françaises et la Suède : un intérêt inégal, mais faible

  • 72 L’Humanité, 23 septembre 1936.

25Le PCF s’exprime peu sur la Suède. Il est vrai qu’en 1932, quand Per-Albin Hansson constitue son premier gouvernement, la section française de l’Internationale communiste n’est pas partie prenante de la famille des « gauches », qui, selon elle, partagent avec les droites une commune défense de l’ordre capitaliste. Parti de la révolution prolétarienne, de l’insurrection et des « Soviets partout », le PCF n’a pas à commenter le succès électoral du SAP, sauf éventuellement pour dénoncer une turpitude social-démocrate supplémentaire… Ce n’est sans doute pas nécessaire, à cette date, aux yeux de la rédaction de L’Humanité, qui ne publie ainsi aucun compte-rendu du scrutin. Quatre ans plus tard, alors que le PCF est engagé dans la stratégie « frontiste » de larges alliances à gauche, le quotidien communiste salue « la victoire du peuple sur le fascisme et la réaction en Suède72 ». Ce bref article en pages intérieures ne donne guère plus de précisions sur le scrutin, sauf à insister – significativement, à l’heure des premiers procès de Moscou… – sur la « défaite cinglante des trotskistes ».

  • 73 Serge Berstein, Histoire du parti radical. II Crise du radicalisme, Paris, Presses de Sciences Po, (...)

26Les radicaux, principale composante des gauches françaises jusqu’en 1936, n’ont pas d’organe de presse équivalent au Populaire ou à L’Humanité. Surtout, le débat qui opposait les « Jeunes turcs » du parti à la direction d’Edouard Herriot, président du parti de 1919 à 1936, est, pour l’essentiel, antérieur à la formation du gouvernement de Per-Albin Hansson. La production intellectuelle de ce courant, soucieux, au-delà de ses fortes divergences internes, de renouvellement doctrinal autour des thèmes de la construction européenne, de l’économie dirigée, et de la réforme de l’État, intervient en effet autour de 1928-192973. À partir de 1935, c’est la question des alliances (Rassemblement populaire avec les communistes, ou concentration des centres avec l’Alliance démocratique) et celle de l’attitude à tenir devant les crises internationales, qui déchirent le vieux parti de la place de Valois.

  • 74 L’Œuvre de Léon Blum. Tome IV 1928-1934, Tome V 1934-1937, Tome VI 1937-1939, Paris, Albin Michel, (...)
  • 75 Jean-Baptiste Séverac, Le Parti socialiste. Ses principes et ses tâches. Lettres à Brigitte, Paris (...)
  • 76 Voir la bibliographie de ses écrits dressée par Jean-Éric Callon dans Christian Chevandier et Gill (...)
  • 77 Sur le groupe « Révolution constructive », voir le témoignage de Georges Lefranc, « Histoire d’un (...)
  • 78 Voir nos ouvrages Les Gauches européennes après la victoire nazie. Entre planisme et unité d’actio (...)

27Les socialistes, a priori les premiers concernés, ne s’intéressent pas particulièrement au succès de leurs camarades nordiques. Ils ne sont en effet à l’origine d’aucune publication significative (livre ou article) sur le sujet. La consultation des trois volumes de L’Œuvre de Léon Blum, qui regroupent les principaux articles, discours et brochures du leader socialiste sur l’ensemble de la période d’avant-guerre, ne laisse apparaître aucune référence à la Suède74. Les Lettres à Brigitte de Jean-Baptiste Séverac, un des animateurs de la Bataille socialiste, éditées en 1933, alors que Per-Albin Hanson dirige la Suède depuis deux ans, ne se réfèrent qu’aux gouvernements du Labour Party et du SPD, pour en conclure à la « vanité du pouvoir partagé » et à la difficulté de « se servir de l’appareil de l’État pour des fins prolétariennes75 ». Même remarque à propos de Paul Faure, secrétaire général de la SFIO, qui publie en 1934 Au Seuil d’une révolution. Il est vrai que les deux hommes sont des piliers de l’anti-participationnisme dans leur parti, et se sont vivement opposés au courant animé par Marcel Déat, Pierre Renaudel et l’équipe de La Vie Socialiste, avant leur exclusion à l’automne 1933. Mais on retrouve un semblable désintérêt chez des hommes peu soucieux d’orthodoxie doctrinale. L’universitaire André Philip, grand voyageur et toujours curieux des expériences gouvernementales étrangères, n’a rien écrit avant 1940 sur la Suède, ou la Scandinavie, alors qu’il s’est intéressé au Guild socialism britannique et au New Deal76. Rien non plus du côté des jeunes intellectuels de Révolution constructive regroupés autour de Pierre Boivin, Maurice Deixonne, Georges Lefranc et Claude Levi-Strauss77. Leur livre-manifeste, qui s’interrogeait simultanément sur la « vanité de la conquête du pouvoir » (l’échec des gouvernements social-démocrate et travailliste en Allemagne et au Royaume-Uni en 1918-1919 et 1931), comme sur la « vanité des résistances du pouvoir » à la dynamique générale de la socialisation est, il est vrai, édité en mai 1932 chez Valois, avant que Per-Albin Hansson ne forme son gouvernement. Mais les huit Cahiers de Révolution constructive, publiés de 1934 à 1935 restent muets sur la Suède et la Scandinavie, alors que deux numéros sont consacrés au travaillisme britannique et à l’expérience Roosevelt. La nébuleuse « planiste » inspirée des thèses d’Henri de Man, qui se cristallise dans la SFIO en 1933, et dont Révolution constructive est l’une des composantes, aurait pu malgré les différences de perspectives, être le relais français de l’expérience suédoise. Mais sa dynamique est interrompue par la « séquence antifasciste » qui débute après le 6 février 1934, et met au premier plan les questions de la défense républicaine et de l’unité ouvrière78. C’est au sein de la CGT et non plus de la SFIO, que le planisme va trouver un second souffle, et rencontrer l’expérience suédoise.

  • 79 Relevons que le quotidien de la SFIO parle indifféremment de « socialistes » (« un nouveau gouvern (...)
  • 80 Articles cités par Gilles Candar, Jean Longuet (1876-1938). SFIO et Deuxième Internationale, thèse (...)
  • 81 Jean Longuet, « Du Nord nous vient la lumière. Entretien avec Georges Branting », Le Populaire, 5 (...)

28On trouve cependant dans Le Populaire, quotidien de la SFIO, plusieurs articles à propos des scrutins de 1932 et 1936 en Suède, puis du bref voyage de Léon Blum à Stockholm en avril 1939, pour le jubilé du SAP. Après avoir annoncé dans sa « Une » du 20 septembre 1932 que « les socialistes suédois remportent une grande victoire » et donné les résultats chiffrés du scrutin, le quotidien informe le 25 que « le gouvernement socialiste s’est constitué » en indiquant les grandes lignes de son programme79. Le journal de Léon Blum consacre enfin à l’événement son éditorial du 28 septembre, « Vive la Suède rouge », sous la plume de Jean Longuet. Dans cet article, ce spécialiste des questions internationales rappelle que « notre parti frère de Suède est incontestablement une des sections de l’IOS dont nous sommes les plus fiers » et insiste sur le fait que, « pour la première fois […] par la voie et le jeu normal de la démocratie et du suffrage universel dans un grand pays d’Europe, la majorité s’est prononcée contre le régime capitaliste et pour l’instauration d’un régime basé sur la propriété sociale des moyens de production et d’échange ». La victoire du SAP prend aussi une dimension particulière dans une Europe où s’agitent « fascistes et militaristes de tout poil », et fait écho, à l’autre bout du continent, à la proclamation en 1931 de la jeune République espagnole « dont le parti socialiste est l’animateur […] et en quelque sorte la colonne vertébrale ». Jean Longuet revient à plusieurs reprises sur la Suède et la Scandinavie, saluant « la belle victoire des socialistes danois » et la politique de grands travaux conduite en Suède80. En décembre 1935, son entretien avec le député Georg Branting, fils du fondateur du SAP, est intitulé « Du Nord nous vient la lumière81 ». L’interview, dont les intertitres renvoient aux débats internes des socialistes français (« le plan suédois », « l’exercice du pouvoir »…) souligne les caractéristiques de la politique conduite depuis 1932 (construction de routes et de logements, dévaluation de la couronne) et sa réussite (« suppression » du chômage, « renaissance de l’activité industrielle »). Quant à l’exercice du pouvoir, selon Branting « dans le moment historique actuel, pour barrer la route au fascisme, il faut occuper le pouvoir » :

« C’est pourquoi nous l’avons conquis et que nous entendons bien le garder. Nous estimons aussi qu’il est essentiel de donner à nos concitoyens tous apaisements en ce qui concerne la défense du pays. Et c’est encore pour nous une base d’action précieuse avec les paysans démocrates.
– En somme, à cet égard, vous avez quelque peu évolué ?
– Oui. Depuis l’avènement de Hitler, Cela a modifié profondément notre attitude en face d’un problème qui se posait, bien entendu, d’une façon bien différente auparavant. Notre parlement vient de voter, sur la proposition même de nos amis, le renforcement de notre aviation. Bien entendu, nous sommes fidèles plus que jamais à l’idéal de Jaurès et nous croyons au désarmement. Mais en attendant qu’il s’opère, nous ne voulons pas accepter d’être une proie facile pour le fascisme hitlérien. »

  • 82 Bracke, « Les socialistes suédois triomphent aux élections législatives », ibid., 22 septembre 193 (...)

29Jean Longuet, internationaliste convaincu, voit sans doute dans les succès des social-démocraties nordiques un contrepoids à la destruction du socialisme en Allemagne et en Autriche, et à la déception soulevée par l’échec des travaillistes britanniques en 1931. En septembre 1936, c’est un autre vétéran des combats d’avant 1914, Alexandre-Marie Desrousseaux, plus connu sous son nom de plume de Bracke, qui salue, dans un éditorial le « triomphe des socialistes suédois82 ». Le vieux guesdiste souligne que « désormais, la moitié de la nation est acquise aux organisations prolétariennes », en additionnant les suffrages apportés au SAP et aux deux partis communistes, dans une conjoncture où « entre fascisme et démocratie ouvrière, le monde se trouve appelé à chaque instant à choisir ». Il ajoute, ce qui prend bien sûr un sens particulier alors que la France est elle-même gouvernée pour la première fois par un socialiste :

« Les institutions démocratiques tendent à produire dans la réalité ce qu’elles contiennent théoriquement : possibilité pour le monde du travail de prendre le dessus et de saisir ses destinées dans ses mains […] Si bien que partout les socialistes en deviennent le soutien, sans en être ni les otages ni les prisonniers. »

  • 83 « Aujourd’hui, on vote en Suède. Les socialistes suédois auront-ils la majorité ? », ibid., 20 sep (...)
  • 84 Ibid.

30Au-delà du diptyque exercice du pouvoir/occupation du pouvoir, ces lignes semblent ouvrir une réflexion nouvelle sur l’usage des institutions démocratiques, d’autant qu’un article précédent du Populaire tire un bilan particulièrement positif de quatre années de gouvernement : « lutte contre la crise menée méthodiquement », programme de grands travaux financé par des « innovations heureuses » comme la majoration de l’impôt sur les successions et l’attribution des chantiers aux municipalités et aux coopératives83. Même si l’auteur crédite le « marxisme » de ces succès, il note bien que « nos camarades suédois désignent toutes ces initiatives par le terme caractéristique de politique du bien-être » : « Assurer la nécessité économique et le bien-être pour tous dans une démocratie socialiste, est le but immédiat recherché84. »

  • 85 Bernt Grimlund, « Jaurès en Suède », Cahiers Jean Jaurès, 145, 1997, p. 129-131. La visite a lieu (...)
  • 86 Ibid.
  • 87 Oreste Rosenfeld, « Avec Léon Blum. Trois jours à Stockholm », Le Populaire, 27 avril 1939.
  • 88 Le discours de Léon Blum à Stockholm, ibid.
  • 89 Oreste Rosenfeld, « Trois jours à Stockholm : la hantise de la guerre », ibid., 28 avril 1939.

31De façon générale, comme on le constate, les deux victoires consécutives de leurs « camarades » suédois n’éveillent que peu d’échos chez les socialistes français, beaucoup moins que celles de Franklin Roosevelt aux mêmes dates. Il est vrai que la SFIO connaît mal, en dehors des rendez-vous obligés que sont les congrès de l’Internationale, qui ne sont plus convoqués après le congrès de Vienne en 1931, ces sociaux-démocrates des périphéries nordiques. Jean Jaurès lui-même, grand voyageur, ne fit qu’une brève escale de quelques heures à Malmö, en septembre 1910, à l’occasion du congrès de Copenhague85. Le récit de cette visite, où le leader français, à l’invitation de Hjalmar Branting, aurait participé à une fête populaire au Folketspark municipal, signale aussi des points de divergence, qui sont autant d’incompréhensions : visitant une école publique, Jaurès se serait étonné de la présence de Bibles dans la salle de classe, et aurait insisté sur la supériorité de la laïcité française86… Dans les années 1930, et surtout à partir de 1934-1935, la construction d’une coalition antifasciste, dans sa double dimension intérieure (contre les « Ligues ») et extérieure (contre Hitler et Mussolini, auxquels s’ajoute bientôt Franco) accapare l’attention et occupe tout l’espace de la discussion. On débat avec passion de la guerre d’Espagne et, plus généralement, de la guerre et de la paix en Europe, des ennemis (Allemagne nazie, Italie fasciste, franquistes) comme des alliés réels ou potentiels (Royaume-Uni, Union soviétique, États-Unis) dans une configuration qui place en 1938-1939, la SFIO au bord de la scission. Il ne reste que peu d’espace et de temps pour les social-démocraties scandinaves. Significativement, Oreste Rosenfeld, qui accompagne Léon Blum à Stockholm du 23 au 25 avril 1939, note dans le premier de ses trois articles, qu’à « l’heure présente », un reportage traditionnel, avec entretiens, visite des Maisons du peuple, des coopératives, des « œuvres du parti » n’est plus possible : le temps des « choses vues » a laissé la place aux « problèmes internationaux du jour87 ». Léon Blum, qui parle au nom de l’IOS, relève bien que le parti suédois a acquis « un crédit qui s’accroît sans cesse » et préside un gouvernement « stable et puissant », ajoutant qu’il pousse « chaque jour plus avant une tâche dont j’ai dû, moi aussi, essayer le difficile programme : pénétrer de la pensée socialiste, un État dont le régime capitaliste continue à former la structure88 ». Mais l’essentiel de son allocution est consacrée aux questions internationales, aux « régimes totalitaires » et aux dangers de guerre. De même, le deuxième volet du reportage d’Oreste Rosenfeld en Suède est centré sur l’appréhension locale de la situation après Munich et l’annexion de la Bohême-Moravie89.

  • 90 Charles De Gaulle, Mémoires de guerre. I L’Appel, Club français du livre, 1968, p. 12.
  • 91 Renseignements fournis par Gilles Candar, courriel du 3 mars 2012.
  • 92 Jean Longuet, « Ce que les socialistes ont fait en Nouvelle-Zélande », Le Populaire, 14 mai 1936.
  • 93 Oreste Rosenfeld, « Trois jours à Stockholm », art. cit.

32Dans ce cadre général, ce n’est peut-être pas un hasard si les quelques rares contributions significatives proviennent de vétérans du socialisme, entrés en politique avant 1914, quand l’Internationale représentait sans doute, comme l’armée française pour le jeune Charles de Gaulle, « une des plus grandes choses du monde90 ». Adepte, comme George-Bernard Shaw, du « penser internationalement », parlant trois langues, Jean Longuet avait accompagné Jaurès à Malmö en 1910, et rédigé le volume sur l’Internationale de L’Encyclopédie du socialisme. En 1924-1925, il collabore au journal social-démocrate danois91, et s’intéresse, en dehors de la Suède, à d’autres expériences gouvernementales conduites par des socialistes, fût-ce aux antipodes, comme dans un article sur le gouvernement travailliste en Nouvelle-Zélande, où il cite en exemple le « plan triennal » de redressement de l’économie par de grands travaux et la fixation par l’État des prix agricoles92. Alexandre Bracke-Desrousseaux, lettré polyglotte, traducteur en français des classiques du socialisme, était aussi un de ces militants qui avait l’internationalisme chevillé au corps. Quant à Oreste Rosenfeld, ex-menchevik, bon spécialiste des questions internationales au Populaire, on a vu qu’il accompagne Léon Blum à Stockholm en 1939. Si son propos est centré sur les dangers de guerre, il n’en relève pas moins « l’aspect paisible » du pays, attribué à l’action du PS « qui a obligé les ennemis des travailleurs à se résigner et à composer pour le plus grand bien de la nation tout entière93 ».

33Pourtant, l’explication est insuffisante. Léon Blum (né en 1872) est de la même génération que Jean Longuet (né en 1876), et s’intéressait lui aussi aux expériences étrangères, au Royaume-Uni comme aux États-Unis.

  • 94 Voir la récente synthèse de Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2007.
  • 95 « Le congrès du parti ouvrier social-démocrate de Suède », Informations internationales, vol. IX, (...)
  • 96 « Article reçu de Suède », ibid., IX, 40, 1er octobre 1932.
  • 97 Ibid.

34La focalisation des socialistes sur les questions liées au fascisme et à la guerre, bien compréhensible, surtout en 1938-1939, ne peut expliquer à elle seule leur désintérêt pour les succès de leurs camarades nordiques. Ce désintérêt n’est d’ailleurs pas partagé par d’autres courants à gauche, en particulier la CGT et les cercles et revues qui lui sont associés. C’est, en partie, la stratégie théorisée par Léon Blum en 1926-1928, qui explique ce désintérêt. La « conquête du pouvoir » reste une perspective aussi lointaine que nébuleuse, en tout cas subordonnée à un ensemble de conditions particulièrement dirimantes. Quant à « l’exercice du pouvoir », c’est une éventualité à écarter aussi longtemps que possible à cause des déceptions qu’elle peut susciter, surtout en France où la division du mouvement ouvrier et la fragilité de la SFIO peuvent avoir de redoutables conséquences94. On comprend donc le désintérêt, ou les réticences à discuter les réalisations et le bilan d’un gouvernement social-démocrate, qui gouverne en position dominante pendant deux législatures, situation unique en Europe en dehors de la Suède et de la Scandinavie. On comprend aussi qu’il est beaucoup plus aisé de discuter du New Deal et de ses apports éventuels, ni Roosevelt ni le parti démocrate ne pouvant être confondus avec des socialistes… Cette absence de discussion sur ce qui se passe en Europe du nord n’est pas propre à la SFIO, on la retrouve aussi dans l’Internationale ouvrière socialiste (IOS) elle-même. Son bulletin, Informations internationales, diffuse cependant des informations précises à destination de tous les partis affiliés, en français, anglais et allemand. En avril 1932, l’article rendant compte du congrès du SAP, donne à ses lecteurs les enjeux du débat sur la socialisation de l’économie (« socialisation limitée ou intégration dans un processus évolutif ») en signalant que, pour les socialistes suédois, « il n’est pas indiqué d’associer socialisme avec rupture des relations avec le système mondial95 ». En octobre 1932, un « article reçu de Suède » évoque l’état d’esprit du nouveau gouvernement, « pleinement conscient de l’aventure de former pour la quatrième fois un gouvernement socialiste de minorité96 ». Cette aventure peut s’avérer « de courte durée », mais « les aventures antérieures du même genre nous ont donné des résultats favorables » et il faut en « assumer la responsabilité97 ».

  • 98 Ibid., vol. X, 4, 28 janvier 1933.

35En janvier 1933, le bulletin reproduit de larges extraits du discours du Premier ministre Per-Albin Hansson pour l’ouverture de la session parlementaire. Nous ne sommes, dit-il, « pas assez forts pour pouvoir obtenir à nous seuls la réalisation de notre programme », d’autant qu’il n’existe « aucun espoir d’une collaboration avec les bolchevistes98 ». Une alliance est donc proposée aux démocrates pour « un grand programme de crise », mais « il est possible que nous ne réussissions pas ». Enfin, en août 1933, dans son intervention à la conférence extraordinaire de l’IOS, convoquée pour tirer les leçons de la « catastrophe allemande », Vougt, le délégué suédois affirme sans ambiguïtés un credo réformiste :

  • 99 Ibid., X, 46, 24 août 1933. Sur cette conférence de l’IOS, qui sera la dernière de l’histoire de c (...)

« Ce n’est pas la tâche de la conférence que d’élaborer une thèse de doctorat sur le marxisme […] le mot donne lieu à beaucoup de malentendus […] [Il faut] déclarer unanimement et sans phrases, sans théorie pour l’avenir éloigné, que nous défendons la démocratie, la liberté des peuples, que nous ne réclamons pas la dictature du prolétariat […] Parlons de la conquête du pouvoir ! Parlons de la manière dont on fait une révolution99. »

  • 100 Amédée Dunois, « La conférence socialiste internationale », La Bataille socialiste, 71, 15 septemb (...)

36Ces textes et discours, qui tranchent sur ceux des autres « partis frères » en Europe, y compris ceux qui ont aussi participé au pouvoir, sont peu discutés, peu commentés, et peut-être même réellement incompris. Les rares commentateurs, issus de l’aile « gauche » de l’Internationale, Bataille socialiste française ou Action socialiste belge, rangent les Suédois et les Danois aux côtés du Labour, du SPD et des « néos » français au nombre de ceux qui sont « démocrates avant d’être socialistes », ont « renoncé à la lutte de classes et à la révolution » et professent un « réformisme » identifié au renoncement100. En France, les « néos » de Marcel Déat, Adrien Marquet et Pierre Renaudel, exclus de la SFIO en septembre 1933, ne cachent pas leur préférence pour les sociaux-démocrates scandinaves et les travaillistes britanniques. Mais ils ne discutent pas davantage de la Suède ou du Danemark.

  • 101 Thierry Hohl, « Quel plat réformisme ! » Étude sur une catégorie incertaine », Cahiers d’histoire. (...)
  • 102 Morgan Poggioli, « Le planisme à la CGT : les origines d’une refonte syndicale au tournant du Fron (...)
  • 103 C’est le propos de Robert Lacoste dans « Le Plan contre le fascisme », L’Atelier pour le plan, 1, (...)
  • 104 Léon Jouhaux, « L’expérience américaine », ibid., 9, 15 janvier 1936.

37C’est dans les rangs de la CGT de Léon Jouhaux que l’on trouve le plus grand intérêt pour « l’expérience suédoise ». Depuis la Grande Guerre et sa rupture progressive avec le syndicalisme révolutionnaire, le groupe dirigeant de la confédération cherche les voies d’un réformisme ouvrier, capable de trouver des solutions à la question sociale. Dans le « champ réformiste », tel que le décrit par Thierry Hohl, où s’opposent et s’imbriquent deux configurations, celle de la « modernité technocratique » qui privilégie l’action de l’État conduite par des « experts », et celle de la « démocratie sociale », qui préfère s’appuyer sur les élus et les syndicalistes, la CGT campe incontestablement à la deuxième place101. Favorable aux nationalisations depuis 1919, la confédération crée en mars 1934 un « Bureau d’études économiques », à l’origine du Plan de la CGT adopté en septembre 1935, mais repoussé par le Rassemblement populaire102. Elle publie de 1935 à 1937 L’Atelier pour le plan. Organe de documentation économique et de diffusion du plan confédéral de rénovation sociale et économique. Ce mensuel argumente pour compléter « l’antifascisme », ciment du rassemblement des gauches dans le Front populaire, d’un volet « positif » autour d’un programme de reprise économique103. Il publie dans ce sens plusieurs articles sur les expériences étrangères, en particulier sur le New Deal, salué pour sa politique de « reflation » opposée à la déflation104.

  • 105 Georges Lefranc, « Rétrospectives. II. Militant socialiste et syndicaliste », Cahier et revue de l (...)
  • 106 Institut supérieur ouvrier, Histoire des doctrines économiques. 1936-1937 ; Cours élémentaire d’éc (...)

38On retrouve beaucoup de ces hommes (Francis Delaisi, Robert Lacoste, Georges Lefranc, Lucien Laurat, Louis Vallon, Ludovic Zoretti), parfois également adhérents de la SFIO et/ou proches des partisans d’une « troisième voie », au sein de l’Institut supérieur ouvrier (ISO), vrai brain trust de la CGT créé à l’automne 1932 pour apporter une formation de haut niveau aux militants syndicalistes. L’ISO, devenu Centre confédéral d’éducation ouvrière (CCEO), organise des semaines d’étude et des voyages en Belgique (1934), Suisse (1935 et 1937), Royaume-Uni (1938)… et Scandinavie (Danemark et Suède) en août 1938. Il ne semble cependant pas avoir spécialement débattu de la Suède ou de la Scandinavie, même si un Suédois est invité aux « semaines d’éducation ouvrière » qu’il organise en 1937 et 1938 à Pontigny105. Les « fiches de cours » de l’ISO sur l’histoire des doctrines économiques en 1935-1936 ou 1936-1937, montrent que si l’on parle (beaucoup) de la socialisation de l’économie ou de l’économie dirigée, les considérations générales ne sont assorties d’aucun exemple concret, d’aucune référence nationale106.

39Mais c’est pourtant bien ce courant, associé aux « modernistes » des Nouveaux Cahiers, qui est partie prenante de l’organisation de la rencontre franco-suédoise de Pontigny, du 25 au 27 juin 1938.

La rencontre franco-suédoise de Pontigny (25-27 juin 1938)

Origines et déroulement

  • 107 François Chaubet, Paul Desjardins et les décades de Pontigny, Lille, Presses du septentrion, 2000.

40Du samedi 25 au lundi 27 juin 1938, l’abbaye de Pontigny, en Bourgogne, célèbre pour les fameuses « décades » qu’y organise Paul Desjardins depuis 1910, accueille une « rencontre franco-suédoise ». Elle ne s’inscrit pas dans le cadre des « Décades », même si celles-ci ont évolué du « salon littéraire » des débuts au congrès philosophique107. Mais il n’est pas anodin que le fondateur de ces rencontres, déjà prestigieuses, autorise dans ses locaux une telle réunion, comme il l’avait déjà fait pour des « semaines de l’éducation ouvrière » organisées par la CGT, et pour deux « conférences internationales des plans » (en septembre 1934 et 1937), qui regroupent la mouvance planiste européenne, et par le centre d’études des problèmes humains de Jean Coutrot. La Suède est représentée par une délégation prestigieuse, avec des responsables qui engagent leurs organisations, la centrale syndicale LO, avec quatre de ses dirigeants, dont le président August Lindberg, le « Jouhaux suédois » et la centrale patronale SAP, avec également quatre de ses dirigeants, dont son président Gustav Söderlund.

  • 108 Alain Beltran, « Ernest Mercier 1878-1955 » ; Olivier Dard, « Le redressement français », dans Jea (...)
  • 109 Voir leurs notices biographiques sur le site du Dictionnaire Maitron, [maitron-en-ligne.org].
  • 110 « Jolie rencontre », L’Humanité, 26 juin 1938 ; « Patrons et syndicalistes de Suède se rencontrent (...)

41Côté français, la délégation patronale est également fournie incluant, à côté du noyau des Nouveaux Cahiers, Auguste Detœuf et le banquier Jacques Barnaud, des personnages aussi centraux qu’Alfred Lambert-Ribot, vice-président de l’UIMM, l’un des négociateurs des accords Matignon en juin 1936, et Ernest Mercier, président de la Lyonnaise des Eaux et de l’éclairage, fondateur de la Compagnie française des pétroles et, sur le plan politique, du « Redressement français » en 1925108. Côté CGT sont présents Robert Lacoste, secrétaire-adjoint de la Fédération des fonctionnaires, un des piliers du courant planiste dans la confédération, Georges et Émilie Lefranc, enseignants au CCEO, l’économiste Lucien Laurat, Henri Vieilledent, ouvrier serrurier et bibliothécaire du CCEO, mais aussi Philippe Amaré, de la Chambre syndicale des typographes, ancien élève de l’ISO, René Le Bras, de la fédération CGT de la métallurgie, élève de Georges Lefranc à l’ISO, Maurice Simonnet, secrétaire du syndicat des cheminots de Paris-Nord, lui aussi ancien élève de l’ISO et élu au conseil d’administration du CCEO, et deux rédacteurs du Peuple109. Robert Bothereau, du bureau confédéral et Raymond Bouyet, directeur du Peuple et président du conseil d’administration du CCEO, dont la présence est annoncée par L’Humanité, démentent avoir participé aux rencontres110. L’agrégé de philosophie Paul Vignaux, fondateur du SGEN, chargé de la formation des militants de la CFTC, est également là pour la centrale syndicale chrétienne.

42En dehors de ce dernier, c’est bien, côté syndical, une délégation de la « maison Lefranc », élèves et professeurs de l’ISO et du CCEO, qui est présente à Pontigny, plus qu’une délégation de la CGT en tant que telle. Si Robert Lacoste, proche de Léon Jouhaux, siège à la commission administrative, aucun membre du bureau confédéral de la CGT n’est en effet présent à Pontigny.

  • 111 Celui-ci a acquis une vraie notoriété, par le rôle joué (avec son frère Rolf) dans la préservation (...)
  • 112 Rolf Nordling et Georges Lefranc, « La rencontre franco-suédoise de Pontigny », Paul Desjardins et (...)
  • 113 Ibid., p. 225. Selon Nordling, sans réponse de Lacoste à la veille de la conférence, il serait ven (...)
  • 114 Rolf Nordling, Suède socialiste et libre entreprise, Paris, Fayard/Mame, 1970, p. 68.

43Selon le témoignage ultérieur, en 1964, de l’homme d’affaires suédois Rolf Nordling, l’un des organisateurs de la rencontre, frère du consul de Suède Raoul Nordling111, l’initiative est due à Auguste Detœuf « très troublé par le climat de guerre sociale qui régnait chez nous depuis 1936 et par l’absence de toute recherche bipartite et objective d’une méthode112 ». Ayant « entendu parler » des performances économiques de la Suède, il aurait demandé « à quelques amis », dont Hyacinthe Dubreuil, André Isambert et Rolf Nordling d’organiser la conférence. Selon la même source, Léon Jouhaux, sollicité, aurait décliné l’invitation et Robert Lacoste aurait accepté en dernière minute, muni d’une lettre du « général » l’autorisant à y participer « à titre personnel113 ». En 1970, le même Rolf Nordling précise que les Suédois furent invités à Pontigny par « le célèbre industriel et penseur Detœuf » et que, côté français, « il n’y eut aucun syndicaliste CGT, à l’exception de Robert Lacoste, auquel le président Jouhaux aurait permis in extremis d’assister114 ». Les documents consultés dans les archives Georges Lefranc, déposées à l’Institut d’histoire sociale de Nanterre, corroborent cette explication, tout en la nuançant sérieusement sur la place tenue par les syndicalistes français. Une lettre d’invitation sur papier à en-tête des Nouveaux Cahiers est envoyée le 11 juin 1938 :

« Monsieur,
Les Nouveaux cahiers ont demandé aux organisations confédérales suédoises (patrons et ouvriers) de bien vouloir envoyer en France des délégués, qui exposeraient, contradictoirement, les méthodes actuellement appliquées en Suède pour le règlement des difficultés sociales, et le progrès dans l’ordre. Cette invitation a été acceptée par les deux confédérations. Quatre délégués ouvriers (dont M. Lindberg, secrétaire général de la Landsorganistion et quatre délégués patronaux, dont M. Söderlund, directeur de l’association des employeurs de main-d’oeuvre, assisteront à la réunion […]
Les réunions seront consacrées à des exposés faits par des représentants ouvriers et patronaux suédois, suivis de questions posées par les assistants français, de manière à préciser dans toute la mesure du possible les points restés obscurs. La réunion étant essentiellement consacrée à l’information des Français, il n’est pas prévu de discussions sur la situation en France.
[…] Nous invitons un certain nombre de personnes dans les milieux du syndicalisme ouvrier, dans les milieux du grand et du petit patronat, ainsi qu’un certain nombre d’amis des Nouveaux Cahiers.
Fiche à retourner avec chèque à l’ordre de Rolf Nordling.

  • 115 Lettre, Fonds Georges Lefranc (FGL)/Institut d’histoire sociale (IHS), Nanterre.

P.S. Des renseignements complémentaires peuvent être demandés à M. Lacoste115. »

  • 116 Lettre de Georges Lefranc à René Belin, 5 juin 1963, FGL/IHS.

44Ce document, non signé, n’est pas accompagné d’une liste des destinataires, mais est de toute évidence destiné à des Français, syndicalistes, patrons, lecteurs des Nouveaux Cahiers. Il montre aussi que l’implication de Robert Lacoste dans la préparation de la conférence semble supérieure à ce qu’en rapportait le témoignage de Rolf Nordling. C’est ce que semble confirmer une correspondance ultérieure de Georges Lefranc à René Belin affirmant : « en ce qui concerne les Nouveaux Cahiers, c’est effectivement à la demande de Lacoste que nous sommes allés à Pontigny116. » Un télégramme du 23 juin, deux jours avant l’ouverture des travaux, adressé par Sven Backlund, de LO, à Georges Lefranc, montre aussi l’implication de ce dernier, le souhait des syndicalistes suédois d’avoir des interlocuteurs à leur niveau… et le problème posé par le refus de Jouhaux et du Bureau confédéral de la CGT de se rendre à Pontigny :

  • 117 Télégramme de Sven Backlund à Georges Lefranc, 23 juin 1936, FGL/IHS.

« Forte délégation ouvrière venant directement de Suède avec Lindberg en tête sera à Pontigny. Stop. Faites l’impossible atteindre Jouhaux pour faire venir délégation ouvrière française effective. Stop. Viendrai volontiers Paris mercredi. Stop117. »

45Si Auguste Detœuf et les Nouveaux Cahiers sont donc bien à l’initiative de la rencontre de Pontigny, c’est en étroite association avec des syndicalistes de la CGT, au premier chef Robert Lacoste et Georges Lefranc. Quant aux syndicalistes suédois de LO, ils avaient sans doute le projet de donner un autre caractère à cette rencontre. La version « officielle » donnée par Georges Lefranc de sa propre participation, prend donc un aspect « défensif » qui ne rend pas compte de la réalité… mais rend bien compte des obstacles rencontrés. Dans son compte rendu destiné au Peuple, le quotidien de la CGT, et publié le 28 juin, il écrit que « ces journées d’information étaient organisées par les Nouveaux Cahiers et notre camarade Backlund » :

  • 118 Georges Lefranc, « Après la rencontre de Pontigny. Physionomie des relations industrielles en Suèd (...)

« Nous sommes allés à ces journées par courtoisie à l’égard de nos camarades de la CGT suédoise […] d’autant plus volontiers que dans quelques semaines, répondant à l’invitation de l’École ouvrière de Brunsvick, 60 élèves du CCEO vont partir pour la Suède […] Écouter, questionner : c’est à quoi les Français se sont bornés au cours de ces séances. Il ne s’agissait pas d’élaborer des thèses, à l’image de celles que rédigea Henri de Man en septembre 1934, lors de la première conférence planiste. Pas même d’en préparer l’élaboration par l’étude de la réalité française. Il ne s’agissait que d’information, et cette information était à sens unique, des Suédois aux Français, toute référence aux problèmes actuels de la vie sociale française, demeurant soigneusement écartée118. »

S’informer de la Suède : le contenu de la rencontre

  • 119 Georges Lefranc, art. cit.
  • 120 Rolf Nordling, « La rencontre franco-suédoise… », dans Paul Desjardins et les décades de Pontigny, (...)
  • 121 Pierre Bost, « Sous les ombrages de Pontigny… », Paris-Soir, 5 juillet 1938.
  • 122 Maurice Noël, « Quand un chant de marins efface la lutte sociale », Le Figaro, 29 juin 1938.
  • 123 Raymond Millet, « Patrons et syndicalistes de Suède se rencontrent », Le Temps, 27 juin 1938.

46Comme l’ordre du jour le prévoyait, les participants entendent sept rapports d’information sur la Suède, sans contrepartie sur la France. Ils portent sur les conditions de vie et les mesures générales d’assistance sociale en Suède, sur les organisations ouvrières et patronales suédoises, sur la réglementation des conditions de travail par les contrats collectifs, sur les procédures de négociation et de consultation, sur l’étendue et le caractère des conflits du travail en Suède, sur les conditions de travail en Suède, sur les rapports avec l’État et les perspectives actuelles119. Mais, contrairement à ce qu’envisageait la lettre d’invitation, les rapports sur chaque point ne sont pas contradictoires, mais présentés d’un commun accord par les deux délégations, patronale et syndicale120. C’est d’ailleurs ce modus vivendi, cette bonne entente même, qui frappe les observateurs. Syndicalistes et patrons suédois ont « d’un commun accord établi six grandes notes […] truffées de chiffres, de faits, de jugements, de prévisions » et chacun, dans la discussion, ne conteste pas les chiffres de l’autre : « Leur lutte n’est pas une peignée, elle est un duel121. » Une scène semble avoir particulièrement marqué les esprits, celle de ce dîner où, bras dessus bras dessous, la « tablée chantante aux bras noués réunissait, comme le damier noir et blanc, de grands chefs patronaux et des syndicalistes ouvriers122 ». De façon générale, les exposés, au contenu très riche, sont suivis de longues séances de questions, particulièrement de la part des syndicalistes français123.

  • 124 « Soixante à quatre-vingt » selon Pierre Bost dans Paris Soir. L’auditoire, selon le journaliste, (...)
  • 125 Georges Albertini, Visite aux ouvriers scandinaves, Conférences de l’Institut supérieur ouvrier, s (...)
  • 126 Ibid., p. 19.
  • 127 Georges Albertini, « Les semaines d’étude du CCEO », Éducation et culture (organe du syndicat prof (...)

47Selon Rolf Nordling, il était prévu que la conférence, suivie par quelques dizaines de participants124, aurait des prolongements les années suivantes. La guerre en décida autrement. Mais c’est sans doute à la suite des contacts pris pour cette conférence qu’une délégation du CCEO, conduite par Georges Lefranc et Georges Albertini, se rend au Danemark, puis en Suède à la fin du mois d’août 1938, d’abord à l’Ecole ouvrière de Brunnsvik, en Dalécarlie, puis à Stockholm où ils sont accueillis par August Lindberg125. Ce dernier évoque d’ailleurs dans son allocution la réunion de Pontigny, où « une partie des camarades français […] était gênée par l’esprit d’entente qui règne ici entre travailleurs et patrons », et rappelle que « le mouvement syndical en Suède a toujours été réformiste126 ». Le compte rendu du voyage, signé de Georges Albertini et préfacé par Georges Lefranc, est publié par le CCEO dans le cadre de ses brochures d’éducation syndicale. Un article plus synthétique est publié par Albertini dans Éducation et culture, une revue syndicale enseignante. Notant que la semaine passée en Suède est « parmi les plus réussies et les plus fécondes de toutes les semaines organsiées par le centre », il relève que l’intérêt des Français pour la Suède, et celui des Suédois pour la France intervient dans un moment bien particulier. Les Suédois, isolés par le « triomphe des dictatures », regardent à l’ouest et au sud vers des pays « proches d’eux par le régime, les institutions et la foi », alors que les Français voient dans la Suède « une oasis de paix […] dans le monde de folie et de violence127 ». Le contexte de cette « brève rencontre », comme le contenu des problèmes qui y sont abordés, contribuent à expliquer le vif débat ouvert dans la presse française par la conférence de Pontigny.

Accueil et retombées

48Dans un contexte national et international particulièrement tendu, alors que le nouveau gouvernement Daladier marque sa volonté de sortir du Front populaire et que s’annoncent, après l’Anschluss, les premières turbulences de la crise tchécoslovaque, il semble paradoxal qu’une rencontre dans une abbaye bourguignonne, sans enjeux majeurs, suscite une discussion aussi passionnée.

  • 128 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny », La Flèche, 8 juillet 1938, IHS/FGL. L’article occupe quat (...)
  • 129 Raymond Millet, « Patrons et syndicalistes de Suède et de France se rencontrent » (1 et 2), « La l (...)
  • 130 « Les entretiens franco-suédois de Pontigny » ; « Après Pontigny », Les Nouveaux Cahiers, 29, 15 j (...)
  • 131 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny », art. cit.

49Relevant l’ampleur de la couverture de presse, Gaston Bergery cite dans son propre journal La Flèche, une liste d’articles publiés dans onze quotidiens et hebdomadaires : Le Figaro, La Journée industrielle, Le Temps, L’Humanité, Le Nouvel Âge, L’Œuvre, Le Petit Journal, Le Peuple, Le Populaire, Syndicats et Vendredi128. Autre paradoxe : cette couverture de presse est nettement disproportionnée selon la place occupée par les journaux sur l’arc politique. C’est bien la presse « de droite », qui consacre à l’événement le maximum de couverture. Le Temps et Le Figaro publient ainsi cinq articles substantiels, trois dans le premier sous la plume de Raymond Millet, deux dans le second sous celle de Maurice Noël, envoyés spéciaux à Pontigny. Tous deux sont des piliers des rédactions de ces quotidiens conservateurs, élitistes et bien informés, tournés, surtout le premier, vers les questions internationales129. Sans surprise, Les Nouveaux Cahiers consacrent aussi deux numéros spéciaux, l’un rapportant le contenu des débats, l’autre les commentant avec deux compte rendus, significativement confiés à Guillaume de Tarde, administrateur de la compagnie ferroviaire Paris-Orléans puis vice-président du conseil d’administration de la SNCF, et à l’économiste marxiste Lucien Laurat, un proche de Boris Souvarine130. À l’inverse, on ne trouve qu’un seul article dans le Populaire, en réponse d’ailleurs à une polémique ouverte par un entrefilet de L’Humanité, puis par Le Nouvel Âge, de Georges Valois. Seul Le Peuple, quotidien de la CGT, publie un article substantiel sous la plume de Georges Lefranc, auquel on peut ajouter ceux de Robert Lacoste dans L’Œuvre et de Pierre Bost dans Paris-Soir, le grand quotidien fondé par Jean Prouvost. Comme le relève Gaston Bergery, les compte rendus de Pontigny se distribuent selon trois positions bien identifiables : d’une part un « véritable panégyrique » dans Le Figaro, Le Temps et Le Petit Journal, qui voient dans « l’affaire de Pontigny […] l’amorce de la collaboration de classes pour sauver la classe dominante », de l’autre, l’attaque sans nuances à laquelle se livrent L’Humanité et Le Nouvel Âge, le quotidien fondé par l’inclassable Georges Valois, enfin des réactions plus mesurées dans les articles de René Belin dans Le Peuple, Georges Dumoulin dans l’hebdomadaire Syndicats, Robert Lacoste dans L’Œuvre et Amédée Dunois dans Le Populaire131.

  • 132 Maurice Noël, art. cit.
  • 133 Raymond Millet, « La leçon… », art. cit.

50Raymond Millet et Maurice Noël ne cachent effectivement pas leur admiration devant les scènes auxquelles ils ont assisté. Tous deux, dans des termes voisins, évoquent longuement la scène de la « tablée chantante » qui unit patrons et syndicalistes suédois. Mais ils constatent aussi que la bonne ambiance affichée ne fait pas disparaître l’antagonisme entre les forces sociales. Il s’agit plutôt d’une « lutte féconde » qui vise à l’entente directe sans intervention de l’État ou, en termes plus colorés, d’une « démonstration de lutte gréco-romaine sans coups bas ni morsures de sauvages, sans tentative de mettre à mal les spectateurs intéressés du combat ». À la différence du corporatisme mussolinien, qui « étrangle dans l’ombre une lutte sociale encore vivace », il s’agit en Suède d’une « paix sociale relative dans la liberté » ou d’une « paix armée par l’équilibre des forces ». Mais les deux journalistes constatent aussi que la « leçon » suédoise n’est pas reproductible comme telle. Si la Suède se situe « à la pointe extrême de l’évolution contemporaine », c’est le produit de « trente ans d’expérience132 ». Il existe cependant des « méthodes que nous souhaiterions voir triompher en France » : un dialogue et un compromis social sans « haine » et sans intermédiaire, conduits par un patronat « de bonne volonté » et par une classe ouvrière « éduquée à tel point que ses luttes cordiales avec le patronat ne nuisent jamais à l’intérêt national133 ».

  • 134 Guillaume De Tarde, « La leçon suédoise », Les Nouveaux Cahiers, 30, 15 août 1938.
  • 135 Lucien Laurat, « Réflexions sur Pontigny », ibid.
  • 136 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.
  • 137 Pierre Forest, « Les Entretiens de Pontigny honorent le syndicalisme », Le Petit Journal, 6 juille (...)
  • 138 Ibid.

51C’est ce point de vue que publient les Nouveaux Cahiers dans un compte rendu à deux voix. Pour Guillaume de Tarde, fils du sociologue Gabriel Tarde et l’un des animateurs de la revue, la « leçon suédoise » consiste à « se passer de l’État […] pour régler entre soi ses affaires », à ne pas mêler syndicalisme et politique et à distinguer la « force » de la « violence signe d’anarchie134 ». Lucien Laurat insiste sur l’héritage de la guerre en France, qui a légué aux générations montantes un « culte de la violence ». La « scandinavisation des luttes sociales » passe par un renforcement du mouvement syndical et sa reconnaissance par le patronat135. Deux conclusions convergentes sans être identiques, le banquier insistant sur le retrait de l’État, le militant sur le renforcement des syndicats, condition préalable à la baisse de la conflictualité sociale et au compromis social. Dans tous les cas, ce sont bien les cercles et les « nouvelles relèves » planistes et technocratiques, qui sont les principaux acteurs de l’introduction en France de la Suède comme référence et source d’inspiration136. Comme on l’a déjà constaté à propos des récits de voyage publiés en France, cette nébuleuse de chefs d’entreprise, journalistes et intellectuels « non conformistes », qui oscille entre un libéralisme et un corporatisme tous deux renouvelés, trouve dans la Suède des accords de Saltjöbaden, une voie originale de régulation des conflits par des professions « organisées ». La Suède préserve aussi, à l’heure des menaces « totalitaires », un cadre démocratique, même rééquilibré à l’avantage du pouvoir exécutif. Le Parti social français (PSF) du colonel de La Rocque prend d’ailleurs position dans le même sens, si l’on en croit l’article de Pierre Forest, spécialiste des questions sociales au PSF « Les Entretiens de Pontigny honorent le syndicalisme » dans Le Petit Journal, devenu l’organe de ce parti137. L’auteur, saluant le « courage » des syndicalistes présents, les défend contre l’accusation de trahison, car « le syndicalisme sera l’instrument de la réconciliation, il sera la réconciliation elle-même ou il ne sera pas. L’exemple de la Suède nous en donne une preuve vivante […] Dans les entretiens de Pontigny faits de mesure et de dignité, le PSF reconnaît sa formule. Cette formule, il la réalise chaque jour dans ses rangs, il l’impose chaque jour davantage dans le pays138 ».

  • 139 « Jolie rencontre », L’Humanité, 26 juin 1938. L’article est publié p. 5 du quotidien du PCF, dans (...)
  • 140 « Une mise au point des participants ouvriers à la rencontre franco-suédoise de Pontigny », Le Peu (...)
  • 141 Georges Lefranc, « Physionomie des relations industrielles en Suède », art. cit.

52Il devrait a priori en être tout autrement de la deuxième composante française présente à Pontigny, issue de la CGT et de la SFIO. Mais il convient d’abord de remarquer que ses propres réactions interviennent en décalage chronologique par rapport aux premières citées, et répondent aux critiques émises contre le principe même de la rencontre. C’est d’abord L’Humanité qui, dès le 26 juin, ironise sur la « Jolie rencontre » entre des « personnalités de choix », telles Auguste Detœuf « bien connu pour son amitié envers les trotskistes », Ernest Mercier « trusteur de l’électricité qui subventionne le colonel de La Rocque, et à qui l’on doit les Croix de Feu », et des syndicalistes tels que Lacoste, Lefranc et Laurat, effectivement présents, mais aussi Robert Bothereau et Bouyer, du Bureau confédéral de la CGT139. L’entrefilet suscite le lendemain un communiqué publié simultanément dans les colonnes du Temps et du Peuple, par lequel les syndicalistes présents à Pontigny disent « avoir répondu à l’invitation de la revue les Nouveaux Cahiers et rempli un devoir de camaraderie vis-à-vis des militants ouvriers suédois présents140 ». Démentant la présence de « MM. Bouyer et Bothereau », ils affirment avoir participé « à titre personnel et sans mandat de leurs organisations », ajoutant que la rencontre n’a d’autre but que celui d’information sur la situation sociale suédoise, aucune question française ne (pouvant) être soulevée ». C’est enfin le surlendemain 28 juin que le quotidien de la CGT publie son propre compte rendu, sous la plume de Georges Lefranc141. D’une tonalité plutôt informative et « défensive », il note en conclusion que « le calme d’aujourd’hui, les formes que prend la lutte actuelle ne représentent qu’un moment de l’histoire » :

« Là-bas comme ici, deux conditions sociales s’affrontent ; l’une voit son rôle diminuer, inexorablement, l’autre est en pleine ascension. On voudra bien reconnaître qu’il n’était pas inutile d’aller à Pontigny pour l’établir en pleine clarté. »

  • 142 Voir sur son parcours Olivier Dard (dir.), Georges Valois. Itinéraires et réceptions, Berne, Peter (...)
  • 143 Georges Valois, « Le scandale de Pontigny », Le Nouvel Âge, 28 juin 1938, FGL/IHS.

53La seconde série de critiques, plus virulentes mais plus argumentées provient d’abord du Nouvel Âge, le (petit) quotidien animé par Georges Valois, qui se radicalise à nouveau vers l’extrême gauche de sa jeunesse syndicaliste révolutionnaire142. L’ancien animateur du Cercle Proudhon fustige « le scandale politico-syndical de Pontigny », où l’on « exhibe des militants syndicalistes et des bourgeois, à peu près comme on exhibe des indigènes de l’Afrique centrale à Paris143 ». La « leçon » de Pontigny, c’est d’abord une « grande leçon de paix sociale pour domestiquer complètement le personnel confédéral ». Georges Valois revient sur le sujet le 5 juillet, une semaine après la clôture de la rencontre, pour s’en prendre à « l’alliance de Pontigny » :

  • 144 Georges Valois, « La Charte d’Amiens déchirée », ibid., 5 juillet 1938.

« L’alliance de Pontigny, c’est la limitation de l’action syndicale aux revendications pour le salaire, la durée du travail, les conditions de travail, et c’est la reconnaissance du droit patronal à la possession de l’usine, et au commandement. Le patronat reconnaît le droit syndical, mais c’est en échange de la consolidation de son droit, que le syndicalisme niait jusqu’ici144. »

  • 145 Ibid.
  • 146 « L’affaire de Pontigny », ibid., 12 juillet 1938.

54Pour lui, cet « événement » est le produit d’une « longue, très longue préparation » qui remonte à la fondation des Entretiens de Pontigny, au début du siècle et accélérée depuis la Grande Guerre, car c’est « à l’abri des doctrines de De Man que tout ce mouvement de trahison du syndicalisme s’est effectué en France ». Derrière la cordialité des relations entre syndicalistes et patrons, derrière les chansons reprises en commun, se cache la « renonciation à un dessein propre pour la classe ouvrière145 ». S’il qualifie certains des syndicalistes présents, comme Georges Lefranc, de « dupes » d’une « longue et adroite stratégie de séduction » amorcée par Ernest Mercier et poursuivie par Auguste Detœuf « Don Juan préposé à conquérir les cadres du prolétariat », d’autres, tel René Belin, sont à ses yeux des « traîtres parfaitement conscients146 ».

  • 147 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny ? », ibid., 14 juillet 1938.

55C’est enfin La Flèche, le journal de Gaston Bergery, qui, dans plusieurs contributions, revient sur l’ensemble du débat. Relevant la présence de « syndicalistes notoires », qui, même venus « à titre personnel », n’en restent pas moins « notoires », de même que les patrons présents, il pointe l’ampleur du débat. Estimant, comme Valois, que l’on ne peut réduire à une simple « partie de campagne » la portée politique de la rencontre147, il considère que celle-ci pose une question de fond sur la place du syndicalisme dans la société :

  • 148 Gaston Bergery, « Après Pontigny », ibid., 5 août 1938.

« Le syndicalisme doit-il, comme le prétendent les Suédois, ne s’occuper que de “revendications”, la reconstruction sociale étant du domaine des partis politiques ? Pour faire triompher ses revendications, le syndicalisme doit-il essayer de “légaliser” la lutte par des conventions collectives et des arbitrages, au lieu de compter seulement sur les menaces de grèves148 ? »

56Bergery répond pour sa part « Oui » à ces deux questions, comme les Suédois… et comme la CGT française depuis les accords Matignon. Reste ce qu’il nomme curieusement « une question de forme », peut-on conduire une politique réformiste de facto, tout en soutenant en même temps « la destruction du capitalisme » ?

57La réponse des syndicalistes présents, et surtout des organisations auxquelles ils adhèrent, à défaut de les représenter, n’est rien moins qu’embarrassée. Amédée Dunois dénonce dans Le Populaire « la maladie du soupçon » inoculée par « des spécialistes de l’attaque à main non armée, des maniaques de la dénonciation » :

  • 149 Amédée Dunois, « La maladie du soupçon », Le Populaire, 6 juillet 1938.

« Depuis quand serait-il interdit à des représentants de la classe ouvrière de rencontrer des représentants du patronat ? Ces rencontres ont lieu tous les jours […] gardons-nous de ramener les prolétaires à la mentalité primitive, infantile, qui fit qu’en 1884, certains militants parfaitement sincères dénoncèrent la loi sur les syndicats ouvriers comme une loi de trahison. La maladie du soupçon n’est pas la lutte des classes149. »

  • 150 René Belin, « Réflexions sur un certain chantage intellectuel », Le Peuple, 2 juillet 1938.

58Mais il ne répond guère sur le fond, en réduisant la présence syndicale à celle de « quelques militants confédérés participants attentifs et muets d’une série de conférences ». Il ne se prononce pas non plus sur l’éventualité d’une « leçon de Pontigny » ou sur la « scandinavisation des luttes sociales ». René Belin dénonce de la même façon le « chantage intellectuel » auquel sont soumis les intervenants d’origine syndicaliste150. Rappelant qu’il n’était pas à Pontigny, mais qu’il est solidaire de ceux de ses camarades présents, il s’exclame : « lorsqu’il se trouve un patron, tel M. Detœuf, qui dit avec autorité ce que je pense moi-même sur la fin du libéralisme, je ne me bouche pas les oreilles avec les mains : je me sers de celles-ci pour applaudir. »

  • 151 Robert Lacoste, « La paix sociale en Suède. Respect des hommes, des contrats et des faits. Tels so (...)
  • 152 Ibid. Henri de Man avait effectivement écrit : « Si l’on veut apaiser sa faim, il faut cuire un no (...)
  • 153 L’échec du projet de loi sur le statut moderne du travail amène le vote de la loi du 4 mars 1938 s (...)
  • 154 Pierre Bost, « Sous les ombrages de Pontigny… », art. cit., Paris Soir, 5 juillet 1938, FGL/IHS.

59Seul Robert Lacoste argumente sur le fond, dans une tribune dans L’Œuvre, qu’il signe comme « secrétaire-adjoint de la Fédération des fonctionnaires151 ». Rappelant le contenu de la rencontre, placée sous le signe du « libre examen », il récuse ceux qui voudraient donner « la sagesse des ouvriers suédois » en exemple aux ouvriers français « accusés d’empêcher la paix sociale de s’établir dans notre pays ». Car cette sagesse existe aussi du côté des patrons, et consiste avant tout en « respect mutuel » : les luttes sociales ne se livrent pas par des « procédés déloyaux et méprisables », aucun ouvrier n’est renvoyé pour activité syndicale et les contrats sont respectés de part et d’autre. Quant au fond de la question, si les syndicats ouvriers suédois savent que « la question n’est pas de tailler la meilleure part dans le gâteau à distribuer, mais de faire que le gâteau soit le plus large possible », c’est là, dit Lacoste, un « sain principe du plairisme (sic !)152 ». Faut-il imiter les Suédois ? Léon Blum l’a bien tenté, en proposant d’assortir la « pause » dans les réformes, décrétée en février 1937, d’un nouveau statut du travail « normalisant les relations entre patrons et ouvriers » : « C’était la méthode suédoise opportunément proposée à la France153. » Son échec, sur la responsabilité duquel Lacoste refuse de se prononcer explicitement, est, pour lui un échec des « valeurs de la démocratie ». Autre défenseur de la « révélation » suédoise, Pierre Bost dans Paris-Soir154. Ce collaborateur régulier de Marianne et de Vendredi relève que les patrons suédois soutiennent le parti conservateur, et les ouvriers le parti socialiste, mais tous distinguent la politique « qui seule doit se charger de la structure du pays » du syndicalisme « qui règle l’économique par des contrats ». Ce « réformisme » revendiqué est peut-être un produit de l’histoire, du climat ou du « tempérament nordique », il mérite, dit Bost, d’être écouté, car, de toutes façons, Français et Suédois ont un ennemi commun « le totalitarisme d’États proches ».

La marque et la trace

  • 155 Georges Lefranc, « La rencontre franco-suédoise de Pontigny », dans Paul Desjardins et les décades (...)
  • 156 Louis Armand, préface à Rolf Nordling, Suède socialiste, op. cit., p. 12.

60Témoignant 26 ans après, l’un des protagonistes de la rencontre, Georges Lefranc, estime que « l’arrière-pensée » d’Auguste Detœuf, son principal initiateur, était de « dissocier le patronat, au lieu de dissocier la classe ouvrière au profit du patronat155 ». Le fondateur des Nouveaux Cahiers souhaitait, estime l’ancien syndicaliste, entraîner le « grand patronat », du moins sa fraction « moderniste », à une politique « d’entente directe » avec le mouvement syndical, dont la Suède était un des laboratoires. Cette perspective, qui déboucha sur un échec, était rendue possible par la « double défaite » essuyée tant par le patronat en juin 1936, que par le syndicalisme confédéré en 1937-1938, avant même la grève générale du 30 novembre 1938. Ce double échec poussait les deux parties à la conciliation. Préfaçant en 1970 l’ouvrage de Rolf Nordling, Suède socialiste et libre entreprise, Louis Armand, polytechnicien (X 24), résistant, directeur général puis PDG de la SNCF de 1945 à 1958, regrette dans le même sens que la guerre empêcha les « esprits prospectifs » réunis à Pontigny, de « faire école156 ».

  • 157 Ibid., p 78.

61Il est difficile de porter un jugement définitif sur ces analyses. La défaite de 1940 et le régime de Vichy, puis la Libération rebattent effectivement en quelques années l’ensemble des cartes et disloquent, surtout du côté syndical, le petit groupe qui porta cette première tentative d’acculturation en France de l’expérience suédoise. Dès l’été et l’automne 1938, la crise tchécoslovaque et les accords de Munich éparpillent les « planistes » français autour des questions de la guerre et de la paix. Si René Belin et l’essentiel du noyau de l’ISO (Gerorges Lefranc, Ludovic Zoretti, Georges Albertini) soutiennent une politique d’apaisement avec l’Allemagne nazie couplée avec la défense de la « non-intervention » en Espagne, Robert Lacoste s’engage vigoureusement en sens inverse. Au congrès de Nantes de la CGT, la motion qu’il défend conjointement avec Marius Vivier-Merle, de l’Union départementale du Rhône, soutenue par les voix communistes, recueille 50 % des mandats contre 30 % au texte pacifiste de René Belin et André Delmas157. Dès avant la guerre, le noyau planiste de la CGT se défait sur des enjeux d’une tout autre importance (et d’une tout autre urgence…) que l’appréciation des « leçons de Pontigny ». Le fait que la majorité, et les plus notoires, de ses membres ait pris position dans le sens du pacifisme « intégral » puis, après 1940 de l’accomodement, voire de la collaboration avec le IIIe Reich a, sans aucun doute, contribué à obscurcir, après la Libération, l’intérêt de ces premiers débats. Ce sont, à gauche, dans la SFIO et dans le mouvement syndical, comme dans la mouvance « mendésiste », d’autres réseaux et, pour l’essentiel, d’autres protagonistes qui relanceront la discussion sur la valeur intrinsèque et l’éventuelle reproductibilité de l’expérience suédoise dans les années 1950.

  • 158 Nous remercions Jean-Paul Thomas de ces remarques à ce propos (courriel du 5 juillet 2012).
  • 159 Voir Jean-Paul Thomas, Droites et rassemblement du PSF au RPF 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures (...)
  • 160 Olivier Dard, notice sur Les Nouveaux Cahiers, dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire histor (...)
  • 161 Voir Serge Audier, Aux origines du néo-libéralisme : le colloque Walter Lippmann, Lormont, Édition (...)

62À droite, la disparition du PSF après 1945 prive celle-ci d’un acteur qui prônait le « social d’abord », et les solutions de « troisième voie158 ». Même si le RPF gaulliste en reprendra, pour une part, l’héritage159, la focalisation sur l’anticommunisme et les questions institutionnelles, dans le moment le plus chaud de la Guerre froide, entre 1947 et 1953, mettra ces questions au second plan. Quant aux cercles modernistes du patronat, eux-mêmes largement affectés par les conséquences des « années de tourmente », l’intérêt pour la Suède des années 1936-1938 apparaît rétrospectivement comme s’inscrivant dans le cadre d’un néo-libéralisme en gestation160. Auguste Detœuf et Ernest Mercier sont des 26 participants (et des treize Français) au fameux « colloque Lippman » tenu à Paris du 26 au 30 août 1938161. Après la Libération, les nationalisations et l’installation d’un État social devenu en même temps un acteur puissant de l’économie, reconfigurent les débats du monde patronal et mettront au premier plan la défense de la propriété privée. Ce sont, là aussi, d’autres acteurs qui porteront ces inquiétudes et ces exigences.

Notes

1 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française 1870-1914, Paris, PUF, 1959, réédition, 1992.

2 Dans une abondante bibliographie, on se reportera à Fred Kupferman, Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Gallimard-Julliard, coll. « Archives », 1979 et, surtout, Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’est, op. cit.

3 Ludovic Naudeau, L’Illustration, 10 juillet 1926.

4 Voir notre chapitre « Préhistoire de l’antifascisme », dans L’Antifascime en France. De Mussolini à Le Pen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 21-42.

5 L’Antifascime en France, op. cit.

6 Voir Philippe Roger, L’ennemi américain : généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

7 Cité par Jean-Yves Le Naour, La Honte noire. L’Allemagne et les troupes coloniales françaises 1914-1945, Paris, Hachette littératures, 2003, p. 162-163.

8 André Suarès, Vues sur l’Europe, Grasset, coll. « Cahiers rouges », p. 315 et 291.

9 Ralph Schor, L’Opinion française et les Étrangers 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 738. La liste mentionne le Danemark une fois, mais pas la Norvège ni la Finlande.

10 Le compte rendu du congrès du SAP adressé par M. Grandin de l’Épervier, chargé d’affaires à Stockholm à André Tardieu, ministre des Affaires étrangères relève ainsi le refus de toute socialisation immédiate et cite favorablement les propos de Richard Sandler, « l’un des membres les plus éminents de la social-démocratie » sur « l’impossiblilité d’appliquer en Suède les méthodes dictatoriales de la socialisation moscovite et le danger de tenter des expériences décisives en faisant abstraction de la solidarité économique entre les différents pays du globe », Archives du ministère des Affaires étrangères (la Courneuve), Suède, dossier 63 (partis politiques), 31 mars 1932. Le dossier 64 (politique intérieure Suède 1937-1939) ne contient qu’une seule pièce sur la réception offerte par l’ambassade soviétique à Stockhom pour l’anniversaire de la révolution d’Octobre en novembre 1939.

11 Léonie Bernardini-Sjoestedt, Pages Suédoises, Paris, Plon, 1908 ; Marc Hélys, À travers le féminisme suédois, Paris, Plon, 1906 ; André Bellessort, La Suède, Paris, Perrin, 1911, cités par Vincent Fournier, Le voyage en Scandinavie. Anthologie de voyageurs 1627-1914, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2001, p. 688-744.

12 André Bellessort traduit La légende de Gösta Berling en 1905, et Le merveilleux voyage de Nils Holgersson en 1936.

13 Guy De Faramond, Marianne et Svéa, op. cit., p. 114-115.

14 On peut ranger dans cette catégorie les articles de Marcel Brion dans la Revue des deux mondes.

15 Lucien Maury, La Suède, Paris, Société française d’éditions, coll. « L’Europe moderne », 1932.

16 Émile Schreiber, Heureux scandinaves, Paris, Denoël, 1936 ; Paul Planus, Patrons et ouvriers en Suède, Paris, Plon, 1938.

17 Margaret Cole et Charles Smith, Democratic Sweden. A volume of studies prepared by memebers of the New Fabian Research bureau, Londres, Routledge, 1938 et New York, Greystone, 1939; Marquis Childs, Sweden. The Middle way, New Haven, Yale University Press, 1936 et Londres, Cambridge University press, 1936 (nombreuses rééditions).

18 À l’invasion de la Norvège par la Wehrmacht, en avril 1940, le gouvernement Nygaardsvoll et le roi de Norvège s’exilent à Londres. L’invasion du Danemark au même moment n’interrompt pas le fonctionnement des institutions, l’Allemagne prétendant respecter la neutralité du pays. Un scrutin législatif est même organisé en mars 1943…

19 Voir pour un tableau européen d’ensemble Fabien Conord, Les Gauches européennes au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2013.

20 En opposant socialisme réformiste et socialisme « négatif », Sheri Berman, The Primacy of Politics. Social democracy ant the making of Europe’s twentieth century, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 156.

21 Nous reprenons cette distinction entre « révolutionnistes » et « révolutionnaires » de Marcel Prélot, L’évolution politique du socialisme français 1789-1934, Paris, SPES, 1939, p. 89.

22 Selon l’expression de Sheri Berman, op. cit.

23 Voir sur ces questions François-Charles Mougel, L’Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours, Paris, Ellipses, 2006.

24 Per-Albin Hansson, « Discours sur le foyer du peuple, 1928 », présenté par Cécile Beaujouan, La Revue socialiste, 36, 4e trimestre 2009, p. 71-74.

25 Örjan Appelqvist, « Keynes et le socialisme démocratique en Suède dans les années 1930 : réflexions sur une relation complexe entre idées et politique », dans Daniel Cohen et Alain Bergounioux (dir.), Le socialisme à l’épreuve du capitalisme, Paris, Fayard/Fondation Jaurès, 2012, p. 119-131. La part de l’Allemagne dans les exportations suédoises passe de 10 à 20 % de 1932 à 1937, alors que les exportations globales augmentent de 60 % entre ces deux dates.

26 Marquis William Childs, Sweden. Where Capitalism is controlled, New York, The John Day Company, 1934; Sweden. The Middle Way, New Haven, Yale University Press, 1936.

27 John Logue, « The Swedish model: visions of Sweden in American politic and political science », The Swedish American Historical Quarterly, 50, 3, 1999, p. 162-172. Marquis Childs écrit par ailleurs un second livre en 1938, This is Democracy. Collective Bargaining in Scandinavia, New Haven, Yale University press, 1938.

28 Ibid.

29 Thurman Arnold, « Reviews of The Middle way », Yale Review, 25 (printemps 1936), ibid.

30 Per T. Ohlsson, « Sweden. Still the Middle way ? », conférence à l’université de Columbia, 28 septembre 2006, [www.columbia.edu/cu/.../PTOChilds92806Web], page consultée le 20 septembre 2012.

31 Ibid.

32 Hudson Strode, Sweden. Model for a world, New York, Harcourt, 1949; Dankwart Rustow, Sweden. The Politics of Compromise, Princeton University Press, 1955.

33 La délégation, composée de 16 personnes (sept syndicalistes, sept représentants du patronat et deux hauts fonctionnaires), séjourne en Suède du 9 au 13 janvier 1939 (compte rendu dans Le mouvement syndical belge, 2, 20 février 1939). Le cabinet Spaak, où participent socialistes et libéraux, est en place du 15 mai 1938 au 9 février 1939.

34 Le Mouvement syndical belge, 10, 20 octobre 1938.

35 Joseph Bondas, « La Suède, terre d’expérience », ibid.

36 Le même numéro publie le texte intégral de la convention, dite de Saltjöbaden, conclue en décembre 1938 entre l’Union patronale et la Confédération du travail de Suède.

37 Tous deux sont édités chez Plon en 1919 et 1921.

38 Site [www.lillustration.com], notice sur Serge de Chessin, page consultée le 20 juin 2012.

39 Serge De Chessin, Les Clés de la Suède, op. cit., p. 62 et 88.

40 Les sourires du Danemark, op. cit., p. 104.

41 Clefs de la Suède, p. 125.

42 Ibid., p. 132.

43 Ibid., p. 40.

44 Ibid., p. 65.

45 Ibid., p. 80.

46 Ibid., p. 95.

47 Ibid., p. 95.

48 Ibid., p. 66 et 250.

49 Les Sourires du Danemark, op. cit., p. 33.

50 Alain Rostenholz et Sandrine Treiner, La saga Servan-Schreiber. I. Une famille dans le siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 326 sq.

51 Émile Schreiber, Heureux scandinaves, op. cit., p. 25.

52 Ibid., p. 22-23.

53 Ibid., p. 148.

54 Ibid., p. 109-111.

55 Ibid., p. 195.

56 Olivier Dard, Jean Coutrot. De l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires de Franche Comté, 1999, p. 39 et 112.

57 Paul Planus, Patrons et ouvriers en Suède, op. cit., p. 17-18.

58 Ibid., p. 19.

59 Paul Planus, « Les rapports entre patrons et ouvriers en Suède », tapuscrit, 15 décembre 1937, Fonds Gabriel Ardant, Archives de Pierre Mendès-France à l’Institut Pierre Mendès-France.

60 Paul Planus, « Patrons et ouvriers en Suède », Les Nouveaux cahiers, 15, 1er décembre 1937 et 18, 1er février 1938 ; « Le logement en Suède », ibid., 1er juin 1938.

61 Pierre Lanthier, « Auguste Detœuf », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 237-239.

62 Olivier Dard, « Les Nouveaux Cahiers », dans Jean-Claude Daumas (dir.), op. cit., p. 1031-1034 ; Jean-Louis Panné, Boris Souvarine. Le premier désenchanté du communisme, Paris, Plon, 1992.

63 Olivier Dard, art. cit. Auguste Detœuf participe au colloque Walter Lippmann sur le libéralisme à Paris en 1938.

64 Paul Planus, op. cit., p. 1.

65 Ibid., p. 8-9.

66 Ibid., p. 12-13.

67 Ibid., p. 14.

68 Ibid., p. 23.

69 Ibid., p. 73.

70 Ibid., p. 62.

71 P. Planus remercie ainsi « M. Émile Schreiber, auteur du livre si vivant et si instructif Heureux Scandinaves », ibid., p. 21.

72 L’Humanité, 23 septembre 1936.

73 Serge Berstein, Histoire du parti radical. II Crise du radicalisme, Paris, Presses de Sciences Po, 1982 ; « Le renouvellement du parti radical dans les années 1930 : un renouveau de la gauche ? », dans Antoine Prost (dir.), Jean Zay et la gauche du radicalisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 85-98.

74 L’Œuvre de Léon Blum. Tome IV 1928-1934, Tome V 1934-1937, Tome VI 1937-1939, Paris, Albin Michel, 1954-1965.

75 Jean-Baptiste Séverac, Le Parti socialiste. Ses principes et ses tâches. Lettres à Brigitte, Paris, Éditions de la Bataille socialiste, 1933.

76 Voir la bibliographie de ses écrits dressée par Jean-Éric Callon dans Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip, socialiste, patriote, chrétien, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005.

77 Sur le groupe « Révolution constructive », voir le témoignage de Georges Lefranc, « Histoire d’un groupe du parti socialiste SFIO ; Révolution constructive 1930-1938 », dans Problèmes socialistes et syndicaux, Paris, Payot, 1970, p. 169-196. Le groupe a été étudié par Stéphane Clouet, De la rénovation à l’utopie socialistes, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991.

78 Voir nos ouvrages Les Gauches européennes après la victoire nazie. Entre planisme et unité d’action 1933-1934, Paris, L’Harmatan, 1997 et L’Antifascisme en France, op. cit.

79 Relevons que le quotidien de la SFIO parle indifféremment de « socialistes » (« un nouveau gouvernement entièrement composé de socialistes ») et de « social-démocrates » (« le nouveau gouvernement social-démocrate »).

80 Articles cités par Gilles Candar, Jean Longuet (1876-1938). SFIO et Deuxième Internationale, thèse, université Paris VIII, 1995, p. 645-649.

81 Jean Longuet, « Du Nord nous vient la lumière. Entretien avec Georges Branting », Le Populaire, 5 décembre 1935.

82 Bracke, « Les socialistes suédois triomphent aux élections législatives », ibid., 22 septembre 1936.

83 « Aujourd’hui, on vote en Suède. Les socialistes suédois auront-ils la majorité ? », ibid., 20 septembre 1936.

84 Ibid.

85 Bernt Grimlund, « Jaurès en Suède », Cahiers Jean Jaurès, 145, 1997, p. 129-131. La visite a lieu le 4 septembre 1910. Jaurès est accompagné du socialiste belge Émile Vandervelde et du britannique Keir Hardie.

86 Ibid.

87 Oreste Rosenfeld, « Avec Léon Blum. Trois jours à Stockholm », Le Populaire, 27 avril 1939.

88 Le discours de Léon Blum à Stockholm, ibid.

89 Oreste Rosenfeld, « Trois jours à Stockholm : la hantise de la guerre », ibid., 28 avril 1939.

90 Charles De Gaulle, Mémoires de guerre. I L’Appel, Club français du livre, 1968, p. 12.

91 Renseignements fournis par Gilles Candar, courriel du 3 mars 2012.

92 Jean Longuet, « Ce que les socialistes ont fait en Nouvelle-Zélande », Le Populaire, 14 mai 1936.

93 Oreste Rosenfeld, « Trois jours à Stockholm », art. cit.

94 Voir la récente synthèse de Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2007.

95 « Le congrès du parti ouvrier social-démocrate de Suède », Informations internationales, vol. IX, 13, 9 avril 1932.

96 « Article reçu de Suède », ibid., IX, 40, 1er octobre 1932.

97 Ibid.

98 Ibid., vol. X, 4, 28 janvier 1933.

99 Ibid., X, 46, 24 août 1933. Sur cette conférence de l’IOS, qui sera la dernière de l’histoire de cette organisation, voir notre article « La dernière conférence : la conférence de Paris de l’Internationale Ouvrière Socialiste (21-25 août 1933) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1994, 41-3.

100 Amédée Dunois, « La conférence socialiste internationale », La Bataille socialiste, 71, 15 septembre 1933.

101 Thierry Hohl, « Quel plat réformisme ! » Étude sur une catégorie incertaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103, janvier-mars 2008, p. 41-54.

102 Morgan Poggioli, « Le planisme à la CGT : les origines d’une refonte syndicale au tournant du Front populaire », ibid., p. 27-40.

103 C’est le propos de Robert Lacoste dans « Le Plan contre le fascisme », L’Atelier pour le plan, 1, 15 mai 1935. Le syndicaliste rappelle qu’une « majorité négative déçoit toujours ceux qui l’ont élue : 1924 ! 1932 ! ».

104 Léon Jouhaux, « L’expérience américaine », ibid., 9, 15 janvier 1936.

105 Georges Lefranc, « Rétrospectives. II. Militant socialiste et syndicaliste », Cahier et revue de l’OURS, 118, mars 1981.

106 Institut supérieur ouvrier, Histoire des doctrines économiques. 1936-1937 ; Cours élémentaire d’économie 1935-1936 ; Aspects sociaux et économiques du planisme 1936-1937, Fonds Lucien Laurat/Bibliothèque de l’Institut d’histoire sociale Nanterre.

107 François Chaubet, Paul Desjardins et les décades de Pontigny, Lille, Presses du septentrion, 2000.

108 Alain Beltran, « Ernest Mercier 1878-1955 » ; Olivier Dard, « Le redressement français », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, op. cit., p. 468-470 et 1211-1214.

109 Voir leurs notices biographiques sur le site du Dictionnaire Maitron, [maitron-en-ligne.org].

110 « Jolie rencontre », L’Humanité, 26 juin 1938 ; « Patrons et syndicalistes de Suède se rencontrent », Le Temps, 27 juin 1938.

111 Celui-ci a acquis une vraie notoriété, par le rôle joué (avec son frère Rolf) dans la préservation et la libération de Paris, en août 1944. Incarné à l’écran par Orson Welles, il est un des personnages centraux du film de René Clément, Paris brûle t-il ?, en 1964. L’épisode de Pontigny n’est pas abordé dans ses Mémoires, Sauver Paris. Mémoires du consul de Suède (1905-1944), Bruxelles, Complexe, 2002.

112 Rolf Nordling et Georges Lefranc, « La rencontre franco-suédoise de Pontigny », Paul Desjardins et les décades de Pontigny. Études, témoignages et documents inédits présentés par Anne Heurgon-Desjardins, Paris, PUF, 1964, p. 220-231.

113 Ibid., p. 225. Selon Nordling, sans réponse de Lacoste à la veille de la conférence, il serait venu le chercher à son domicile « au saut du lit ». Le « général » est le surnom que l’on donne dans la CGT à Léon Jouhaux, secrétaire général de la confédération.

114 Rolf Nordling, Suède socialiste et libre entreprise, Paris, Fayard/Mame, 1970, p. 68.

115 Lettre, Fonds Georges Lefranc (FGL)/Institut d’histoire sociale (IHS), Nanterre.

116 Lettre de Georges Lefranc à René Belin, 5 juin 1963, FGL/IHS.

117 Télégramme de Sven Backlund à Georges Lefranc, 23 juin 1936, FGL/IHS.

118 Georges Lefranc, « Après la rencontre de Pontigny. Physionomie des relations industrielles en Suède », Le Peuple, 28 juin 1938. On trouve une version dactylographiée de cet article (6 pages) dans le fonds Lefranc à l’IHS. Les deux textes sont pratiquement identiques.

119 Georges Lefranc, art. cit.

120 Rolf Nordling, « La rencontre franco-suédoise… », dans Paul Desjardins et les décades de Pontigny, op. cit., p. 225.

121 Pierre Bost, « Sous les ombrages de Pontigny… », Paris-Soir, 5 juillet 1938.

122 Maurice Noël, « Quand un chant de marins efface la lutte sociale », Le Figaro, 29 juin 1938.

123 Raymond Millet, « Patrons et syndicalistes de Suède se rencontrent », Le Temps, 27 juin 1938.

124 « Soixante à quatre-vingt » selon Pierre Bost dans Paris Soir. L’auditoire, selon le journaliste, est composé de « grands patrons, petits patrons, syndicalistes chrétiens, cégétistes, marxistes ».

125 Georges Albertini, Visite aux ouvriers scandinaves, Conférences de l’Institut supérieur ouvrier, série « Éducation syndicale », XXVIII, Paris, Librairie syndicale, CCEO, 1938.

126 Ibid., p. 19.

127 Georges Albertini, « Les semaines d’étude du CCEO », Éducation et culture (organe du syndicat professionnel international de l’enseignement), décembre 1938, IHS/fonds Georges Albertini 96 J 2.

128 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny », La Flèche, 8 juillet 1938, IHS/FGL. L’article occupe quatre colonnes de la première page du quotidien. Bergery ne mentionne pas dans son énumération l’hebdomadaire de la CGT Messidor, qui publie un article de Léon Jouhaux, les Nouveaux Cahiers, le compte rendu de Pierre Bost dans Paris-Soir, et sa propre feuille, ce qui porte la liste à quinze quotidiens, hebdomadaires (Messidor, Vendredi, Syndicats), bimensuels (La Flèche) et mensuel (Les Nouveaux Cahiers).

129 Raymond Millet, « Patrons et syndicalistes de Suède et de France se rencontrent » (1 et 2), « La leçon que nous ont apportée patrons et syndicalistes suédois », Le Temps, 26, 27 et 30 juin 1938 ; Maurice Noël « Quand un chant de marins efface la lutte sociale », « Comment les entretiens patronaux et ouvriers de Pontigny font naître de nombreuses leçons de lutte gréco-romaine », Le Figaro, 29 et 30 juin 1938.

130 « Les entretiens franco-suédois de Pontigny » ; « Après Pontigny », Les Nouveaux Cahiers, 29, 15 juillet 1938 et 30, 15 août 1938.

131 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny », art. cit.

132 Maurice Noël, art. cit.

133 Raymond Millet, « La leçon… », art. cit.

134 Guillaume De Tarde, « La leçon suédoise », Les Nouveaux Cahiers, 30, 15 août 1938.

135 Lucien Laurat, « Réflexions sur Pontigny », ibid.

136 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

137 Pierre Forest, « Les Entretiens de Pontigny honorent le syndicalisme », Le Petit Journal, 6 juillet 1938.

138 Ibid.

139 « Jolie rencontre », L’Humanité, 26 juin 1938. L’article est publié p. 5 du quotidien du PCF, dans la rubrique « Sur le Front du travail », qui rend compte des activités syndicales et des mouvements sociaux.

140 « Une mise au point des participants ouvriers à la rencontre franco-suédoise de Pontigny », Le Peuple, 27 juin 1938. Un communiqué similaire paraît le même jour dans Le Temps.

141 Georges Lefranc, « Physionomie des relations industrielles en Suède », art. cit.

142 Voir sur son parcours Olivier Dard (dir.), Georges Valois. Itinéraires et réceptions, Berne, Peter Lang, 2011.

143 Georges Valois, « Le scandale de Pontigny », Le Nouvel Âge, 28 juin 1938, FGL/IHS.

144 Georges Valois, « La Charte d’Amiens déchirée », ibid., 5 juillet 1938.

145 Ibid.

146 « L’affaire de Pontigny », ibid., 12 juillet 1938.

147 Gaston Bergery, « Scandale à Pontigny ? », ibid., 14 juillet 1938.

148 Gaston Bergery, « Après Pontigny », ibid., 5 août 1938.

149 Amédée Dunois, « La maladie du soupçon », Le Populaire, 6 juillet 1938.

150 René Belin, « Réflexions sur un certain chantage intellectuel », Le Peuple, 2 juillet 1938.

151 Robert Lacoste, « La paix sociale en Suède. Respect des hommes, des contrats et des faits. Tels sont les enseignements d’une cordiale rencontre franco-suédoise à l’abbaye de Pontigny », L’Œuvre, juillet 1938, FGL/IHS.

152 Ibid. Henri de Man avait effectivement écrit : « Si l’on veut apaiser sa faim, il faut cuire un nouveau gâteau », L’Idée socialiste, Paris, Grasset, 1935, p. 503.

153 L’échec du projet de loi sur le statut moderne du travail amène le vote de la loi du 4 mars 1938 sur l’arbitrage obligatoire, qui oblige les parties à une procédure d’arbitrage avant tout recours à la grève ou au lock-out. Elle crée en outre une « Cour supérieure d’arbitrage », sorte de « sur-arbitre », qui peut casser les arbitrages locaux. Les pratiques de négociation, en net décalage par rapport à ces lois et la contre-offensive patronale engagée dès l’automne 1936 ne permettent guère à ces textes de susciter de nouvelles pratiques, cf. Laure Machu, « La convention collective, fondatrice de nouveaux rapports sociaux et politiques ? », dans Gilles Morin et Gilles Richard, Les deux France du Front populaire. Chocs et contre chocs, Paris, L’Harmattan/Fondation Jean Jaurès/OURS, coll. « Des poings et des roses », 2008, p. 199-209 et Ingo Kolboom, La revanche des patrons, Paris, Flammarion, 1986.

154 Pierre Bost, « Sous les ombrages de Pontigny… », art. cit., Paris Soir, 5 juillet 1938, FGL/IHS.

155 Georges Lefranc, « La rencontre franco-suédoise de Pontigny », dans Paul Desjardins et les décades de Pontigny, op. cit., p. 231.

156 Louis Armand, préface à Rolf Nordling, Suède socialiste, op. cit., p. 12.

157 Ibid., p 78.

158 Nous remercions Jean-Paul Thomas de ces remarques à ce propos (courriel du 5 juillet 2012).

159 Voir Jean-Paul Thomas, Droites et rassemblement du PSF au RPF 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Rupture et continuités d’une histoire politique, thèse d’histoire, Sciences-Po Paris, 2002.

160 Olivier Dard, notice sur Les Nouveaux Cahiers, dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, op. cit.

161 Voir Serge Audier, Aux origines du néo-libéralisme : le colloque Walter Lippmann, Lormont, Éditions du Bord de l’Eau, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540