Version classiqueVersion mobile

Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV

 | 
Charles Frostin

Chapitre VI. Père et fils

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Né le 29 mars 1643 et reçu conseiller au parlement de Paris le 1er février 1661 à l’âge de 17 ans, Louis de Pontchartrain piétina dans cette charge jusqu’à sa nomination de premier président du Parlement de Bretagne le 27 août 1677, point de départ d’une nouvelle carrière qui devait le mener au Contrôle général des Finances, le 29 septembre 1689, à l’âge de 46 ans. Né le 26 mars 1674, son fils Jérôme, reçu conseiller au Parlement le 29 février 1692, à l’âge de 17 ans également, n’y fait qu’un très bref passage, devenant secrétaire d’État survivancier le 27 décembre 1693 avant d’avoir atteint sa vingtième année, puis secrétaire d’État titulaire le 6 septembre 1699, quatre jours après la nomination de Louis comme chancelier de France.

2Voilà donc deux profils de carrière contrastés, ce qui, certainement, ne fut pas étranger à la fréquence des heurts entre le père et le fils, le premier, pour avoir longtemps végété comme simple conseiller en raison de l’affaire Fouquet, semblant animé d’une sourde rancune envers le second « né dans le ministère et gâté à l’excès », selon l’expression de Saint-Simon. S’y ajoutait la différence de générations, avec le décalage classique d’une trentaine d’années, Jérôme ayant 15 ans lorsque son père, en 1689, entra au gouvernement, l’âge où un adolescent de caractère difficile aime à contrarier un père quadragénaire, inlassable donneur de leçons. Par la suite, une fois Louis promu chancelier et Jérôme désormais seul responsable du double département de la Marine et de la Maison du Roi, ce climat de tension devait persister, les deux hommes étant de formation trop différente pour se comprendre véritablement et éviter les malentendus, bien souvent source de frictions entre eux dans l’exercice de leurs fonctions respectives au sein du gouvernement. Louis de Pontchartrain, magistrat « de vieille roche », ayant derrière lui une expérience parlementaire de plus d’un quart de siècle, dont dix années de première présidence (1677-1687), restera toujours marqué par le souci légaliste du respect des formes, tandis que Jérôme, formé dans les bureaux de la secrétairerie d’État et imprégné tôt de « l’esprit d’administration », se révélera, sans tarder, un pur produit du système louis-quatorzien, c’est-à-dire un grand commis débordant d’activité, mais peu porté à s’encombrer de considérations juridiques.

3À cet égard, une lettre du chancelier Pontchartrain au premier président du parlement de Dijon, datée du 10 janvier 1702, apparaît des plus éloquentes.

  • 1 Cf. Ch. Frostin, « L’organisation ministérielle sous Louis XIV : cumul d’attributions et situation (...)

« Ce n’est pas moi, déclare le Chancelier, qui vous ai écrit la lettre dont vous me parlez, ni qui vous ai chargé de juger le procès du Provincial des Capucins de Normandie… C’est mon fils qui vous a écrit cette lettre. Je viens de lui en demander compte, et, par le rapport qu’il m’en a fait, j’ai reconnu qu’il n’avait pas été assez bien instruit de l’affaire pour pouvoir donner sur cela quelques ordres en connaissance de cause. Il s’est déterminé sur la connaissance qu’il avait que ce capucin a été très longtemps à Saint-Domingue, qu’il s’y est très mal conduit… Mon fils a cru par là avec quelque fondement qu’on ne pouvait ni trop tôt ni trop sévèrement lui faire son procès. Mais pour moi qui suis un peu plus délicat et qui fais toujours profession de me tenir toujours exactement aux règles, je raisonne d’une autre manière, et sans rien prescrire et sans rien désirer qui puisse gêner les suffrages des juges, je vous laisse, comme à tout le parlement, la liberté toute entière de juger1. »

  • 2 Cf. Ch. Frostin, « Méthodologie missionnaire et sentiment religieux en Amérique française aux xvii(...)

4S’en tenir « toujours exactement au respect des règles », ne pas gêner « les suffrages des juges », sans oublier l’expression désobligeante « moi qui suis un peu plus délicat », le chancelier, s’adressant à une tierce personne, ne ménage guère son fils qui s’était permis d’intervenir près d’une cour souveraine, comme si son département de la Marine, incluant les Colonies, lui donnait un droit de regard sur toute personne ayant vécu dans un établissement français d’outre-mer. Précisons que Jérôme, si peu respectueux des formes, n’avait pas tort quant au fond, les capucins de la province de Normandie, chargés des cures de la partie nord de Saint-Domingue, jouissant d’une réputation exécrable. Il s’arrangera d’ailleurs pour les faire remplacer, dès 1705, par les Jésuites, qui se révéleront de remarquables ouvriers apostoliques avec une pastorale spécialement adaptée à l’usage des nègres esclaves2.

5Cependant si, ici, Jérôme reçoit une volée de bois vert pour être sorti imprudemment du champ de ses attributions, il existe d’autres cas où, à l’inverse, c’est au tour du Chancelier de s’incliner devant son fils agissant en sa qualité de secrétaire d’État à la Maison du Roi, comme le montrent ces deux correspondances qu’il lui adresse, le même jour. Un samedi matin, « à cinq heures sonnantes », le chancelier trouve dans son cabinet une lettre de Jérôme lui ordonnant, au nom du Roi, de faire dresser et de signer un arrêt concernant une procédure de mise sous scellés et d’inventaire. Immédiatement le Chancelier prend ses dispositions et commence à en rendre compte dans une lettre adressée « de bon matin » à son fils.

  • 3 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

« Je le signerai [l’arrêt] et rien ne manquera à son exécution ni à la diligence que le Roi ordonne ; je dis à son exécution en son entier, puisque le Roi le veut, quoique fort contre les règles que l’on mette les scellés chez deux trésoriers vivants, présents, domiciliés, non prévenus de crime ou de banqueroute. Cela est sans exemple, cela les déshonore et oblige presque le Roi à faire pis, mais il est le maître, il l’ordonne, il faut le faire3. »

6Quelques heures plus tard, du même au même, seconde lettre sous forme de billet griffonné à la hâte :

  • 4 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

« Il est midi. Plus de la moitié de la besogne est faite… Il n’est donc plus temps de reculer : quand on parle au nom du Roi comme vous m’avez parlé, quand en quatre endroits de votre lettre le mot de diligence s’y rencontre…, il ne faut pas s’étonner de mon activité pour l’exécution de pareils ordres… Je vous avoue de bonne foi que si j’avais cru pouvoir impunément retarder et attendre un second ordre sur les trésoriers, je l’aurais fait, mais je n’ai pas osé, ne pouvant raisonner avec mon maître que de loin et par écrit4. »

7Ces réactions de Louis de Pontchartrain sont révélatrices du ton des rapports de service entre les deux hommes. Elles montrent aussi qu’à l’occasion le secrétaire d’État à la Maison du Roi n’hésitait pas à bousculer le Chancelier, chef de la Justice, qui, de plus, était son propre père.

  • 5 Cf. Ch. Frostin, « “Pouvoir ministériel”, “voies ordinaires de la justice” et “voies de l’autorité (...)

8L’organisation de la Justice, il est vrai, se prêtait aux situations conflictuelles en raison du partage « voies ordinaires de la justice », de la compétence du Chancelier, et « voies de l’autorité », qui lui échappaient5. Par « voies de l’autorité », entendons ce mode de « justice retenue » qui s’exerçait au moyen de « lettres de cachet » avec, sous la signature royale, l’indispensable contreseing de l’un des quatre secrétaires d’État. Une correspondance du chancelier Pontchartrain répondant au curé de Saint-Sulpice qui était intervenu en faveur d’un ecclésiastique interné à la prison de Saumur sur lettre de cachet contresignée par Jérôme, vaut d’être citée pour sa clarté et pour la netteté des expressions employées.

  • 6 AN, Archives privées, 257 AP 1, dossier 4, s. l. n. d. À la fin de cette lettre, le Chancelier tie (...)

« Ce pauvre malheureux prêtre… sait que les lettres de cachet ne passent point par mes mains et que je les ignore toujours et que c’est par MM. les secrétaires d’État qu’elles passent et qu’ils les expédient par les ordres exprès qu’ils reçoivent immédiatement du Roi. Il sait également que la police des prisons… n’est point non plus de mon ministère, et que ce sont MM. les secrétaires d’État qui, chacun dans son département, sont chargés de ce soin et en rendent immédiatement compte au Roi… Mon fils, à qui j’en ai parlé, m’a dit que c’était à la prière de feu M. l’Évêque de Poitiers qu’il avait été enfermé par ordre du Roi. Les raisons en sont indifférentes à savoir, puisqu’il n’y a qu’à obéir dès que le Roi ordonne6. »

9Cette succession de mises au point montre bien l’existence de toute une pratique échappant au contrôle du Chancelier pour relever des quatre secrétaires d’État qui se partageaient géographiquement l’administration du royaume et étaient seuls habilités à l’expédition des lettres de cachet. Ces quatre grands commis disposaient ainsi d’une puissance d’intervention à travers l’étendue du territoire qui leur permettait de soustraire nombre de justiciables à la justice ordinaire en interrompant le déroulement normal des procédures, sans tenir compte des ressorts et compétences des diverses juridictions.

10À vrai dire, de frictions entre le Chancelier et les secrétaires d’État, on n’en aperçoit guère sous les prédécesseurs de Louis de Pontchartrain, qu’il s’agisse de Séguier, d’Aligre, de Le Tellier ou de Boucherat, tous personnages trop âgés pour être en mesure de remédier à la décrépitude de l’antique institution de la Grande Chancellerie. Cet abaissement, recherché par Colbert dès le début du règne personnel de Louis XIV, reflétait les transformations des années 1660-1680, avec une monarchie quelque peu remodelée, aux préoccupations désormais plus administratives que judiciaires. Alerte quinquagénaire en 1699, Louis de Pontchartrain allait entreprendre de redonner à la Chancellerie son lustre d’antan, et cela avec d’autant plus d’efficacité que jusqu’à sa démission en 1714 il fera partie du Conseil d’En haut et en sera l’une des personnalités dominantes. Et c’est précisément dans cette tâche difficile qu’il se trouvera maintes fois confronté au plus rugueux et au plus envahissant des quatre secrétaires d’État : son propre fils Jérôme.

  • 7 AN, sous-série 01, registre du secrétariat d’État à la Maison du Roi, registre 362, lettre à M. de (...)
  • 8 AN, 01, 362, lettre à M. Robert, procureur du Roi au Châtelet.

11Dans le partage géographique du royaume entre les quatre secrétaires d’État, Jérôme de Pontchartrain ne disposait certes que d’un modeste ressort territorial : Poitou, Haute et Basse Marche, Orléanais et Île de France. Mais, en qualité de secrétaire d’État à la Maison du Roi, il avait la haute main sur l’ordre et la sécurité dans la ville de Paris, ce qui lui fournissait l’occasion de régenter le Châtelet, tantôt poussant cette juridiction présidiale à prononcer des peines capitales, tantôt l’obligeant à en suspendre l’application. « Vous ne pouvez rien faire qui soit plus agréable à Sa Majesté que de vous mettre en état de purger Paris de cette multitude de fripons », écrivait-il le 23 février 1701, à propos de la condamnation à mort de deux voleurs7. Et, cinq jours après, il envoie ordre de sa part, à propos de la condamnation à mort d’un soldat au régiment des Gardes par la même juridiction, d’en faire surseoir l’exécution et de lui envoyer un extrait des informations et du jugement « en cas que la sentence soit confirmée par le Parlement8 ». D’autre part, dans nombre de cas, Jérôme n’hésitait pas à se passer du concours du Châtelet pour régler lui-même des affaires délictueuses par des mesures d’enfermement sur lettres de cachet. Sa responsabilité parisienne, qu’il exerçait avec le précieux concours d’un subordonné direct, en même temps parent, le lieutenant général de police Marc-René d’Argenson, était en effet extrêmement étendue, coiffant de multiples secteurs, lutte contre la délinquance, application des règlements sur le vagabondage et la mendicité, surveillance des étrangers, des militaires, des ecclésiastiques, des jeunes courtisans et des « gens de livrée », recherches sur la circulation des livres interdits, « gazettes à la main » et libelles, sans oublier l’incessant combat contre le pêle-mêle des atteintes aux bonnes mœurs, à la religion, à la famille, prostitution, adultère, sodomie, scandales dans les lieux publics, irrévérences dans les églises, tenue de tripots clandestins, etc., bref tout un fouillis de tâches policières qui ne rendait que plus tentant le recours à l’expédient commode des « voies de l’autorité » en guise de prolongement judiciaire.

12De plus, en raison du rayonnement de la capitale, le « ministère » de Paris permettait au secrétaire d’État à la Maison du Roi d’étendre une action tentaculaire jusqu’aux frontières du royaume, emprise facilitée par l’un des aspects essentiels de sa charge de la Maison du Roi qui était de travailler au contact permanent de la personne royale et d’en répercuter les ordres près des intéressés. Fort d’une position si centrale et sous le couvert de la ventilation d’une multitude d’affaires, il se trouvait en mesure d’exercer une mission diffuse de renseignements et de surveillance qui annonce déjà le rôle d’un ministre de la Police générale. Mieux, grâce à son cumul de la Marine avec la Maison du Roi, Jérôme pouvait encore étendre son emprise au-delà des frontières, car la direction des Colonies et celle des consulats à l’Étranger faisaient partie du « détail » de la Marine. Il réunissait ainsi sous sa coupe les magistrats des Conseils supérieurs des Colonies, et, dans les pays de l’Empire ottoman, les consuls généraux, consuls et vice-consuls des « Échelles » chargés de l’arbitrage des litiges au sein de la « Nation » et du rapatriement de nos ressortissants ayant contrevenu aux lois et intérêts français. Aussi, compte tenu de cette remarquable diversité d’attributions où le titulaire du double département de la Marine-Maison du Roi trouvait maintes occasions d’user et d’abuser des « voies de l’autorité », ne doit-on pas s’étonner de voir Jérôme, toujours porté à empiéter sur les autres départements ministériels, se livrer à un interventionnisme délibéré dans le fonctionnement de la justice répressive, avec pour résultat d’exaspérer encore un peu plus l’ancien premier président de cour souveraine qu’était le chancelier Pontchartrain.

13Tout, à première vue, semblait opposer le Chancelier et son fils, ne serait-ce que l’application de la réglementation réprimant le vagabondage et la mendicité. Ainsi, ayant été consulté par les magistrats du présidial de Bourg-en-Bresse sur le principe de la peine des galères prévue contre les « mendiants valides » en cas de récidive par la déclaration royale du 10 février 1699, le chancelier, dans sa réponse datée du 12 février 1700, manifestait son souci de respecter la liberté des juges en leur recommandant de privilégier l’esprit de la loi plutôt que la lettre.

  • 9 Citée dans Depping, Correspondance administrative sous Louis XIV, Paris, 1850-1855, 4 vol., t. 1, (...)

« Je ne crois pas, écrivait-il, que vous fassiez rien qui soit contraire aux intérêts de Sa Majesté en n’observant à la lettre les déclarations faites contre les mendiants. Il n’y a point d’exemple qu’on ait prononcé contre eux la peine des galères portée par les déclarations dont la rigueur dégénérerait en injustice si elle n’était pas tempérée par la prudence des juges. L’intention du Roi n’a point été de les astreindre à cette sévérité, mais plutôt d’intimider les mendiants, de les engager par là au travail. Ainsi vous pouvez suivre dans vos jugements ce que votre conscience vous inspirera, sans que les termes de la loi vous gênent jusqu’au point de craindre d’y contrevenir en prononçant des peines plus légères que celles qu’elle prononce9. »

  • 10 AN, sous-série 01, registre du secrétariat d’État à la Maison du Roi, registre n° 362.
  • 11 Pour l’abondante – et parfois contradictoire – législation réprimant le vagabondage et la mendicit (...)

14C’était, au contraire, une application stricte de la loi que réclamait Jérôme de Pontchartrain dans une lettre du 19 janvier 1701 au procureur général du parlement de Paris où il se plaignait de ce que les mendiants de la capitale arrêtés fussent simplement conduits à l’Hôpital Général et libérés « après quelques jours de correction », au lieu d’être expédiés aux prisons du Châtelet pour être jugés et condamnés aux peines portées par une nouvelle déclaration royale en date du 25 juillet 170010. Cette déclaration, faisant obligation « aux pauvres mendiants valides d’aller travailler à la campagne », frappait en particulier d’une peine de cinq ans de galère les contrevenants qui en seraient à leur deuxième arrestation pour n’avoir pas quitté Paris11.

  • 12 AN, sous-série 01, registre n° 362, lettres au chevalier du Guet, du 12-01-1701, à M. de Maupertui (...)
  • 13 Voir Depping, op. cit., t. 1, p. 288, 777, t. 2, p. 404, 745, 754-755, 848, 853, etc., lettres con (...)
  • 14 AD Ille-et-Vilaine, sous-série 1B, BA 10, 2, 69.

15Le contraste des deux attitudes pourrait laisser croire à une divergence profonde de mentalité face au problème lancinant de la mendicité, cette « ressource quasi-ordinaire » du menu peuple proche ou tombé au-dessous de seuil de pauvreté. Le chancelier, par son interprétation lénifiante d’une réglementation rigoureuse, représenterait une génération restée attachée à la vieille « théologie de l’aumône » et à l’image traditionnelle du « pauvre mendiant » considéré comme un « membre vivant de Jésus-Christ ». De son côté, Jérôme, confronté au problème immédiat de la sécurité à Paris, incarnerait l’esprit d’une nouvelle génération prompte à assimiler les « mendiants valides » aux « vagabonds et gens sans aveu », souvent d’anciens bannis, catégorie proprement délinquante, jusque-là nettement séparée de la première dans la législation, toutes deux étant désormais confondues et indistinctement perçues comme appartenant aux « classes dangereuses ». Or rien n’autorise pareille dichotomie, même si le Chancelier nourrissait une religion intériorisée, ce qui ne semble pas avoir été le cas de Jérôme. Nombre d’exemples montrent, en effet, que les préoccupations humanitaires se retrouvent aussi bien chez le fils que chez le père. Ainsi, au cours du premier trimestre de l’année 1701, on voit Jérôme intervenir à plusieurs reprises pour appuyer les placets de pauvres gens qui réclament justice et assistance, telle une veuve d’archer spoliée par le chevalier du guet, une veuve de cocher tombée « dans la dernière misère » après l’assassinat de son mari par un mousquetaire, ou encore des petits habitants de Dormans en proie aux vexations du comte de Broglie, leur seigneur12. Les mêmes préoccupations se manifestent également dans la fréquence de ses réprimandes au lieutenant général de police de Paris, aux gouverneurs des prisons et aux intendants de son ressort territorial à propos des mauvais traitements infligés aux prisonniers, de l’insuffisance de leurs « rations », du manque de linge et de « hardes », etc.13. Toujours d’inspiration humanitaire, du moins en partie, apparaît le souci de Jérôme de protéger le personnel et les fournisseurs de la Marine gravement lésés par les retards de paiement de l’État lors de la grande crise financière de la fin de la guerre de Succession d’Espagne. Ce souci se traduit par des interventions efficaces comme l’indique bien sa lettre du 6 juillet 1712 à La Bédoyère, procureur général du parlement de Rennes, par laquelle il lui ordonne d’avertir les juges des ports bretons de suspendre les procédures engagées contre les officiers de marine, officiers mariniers, matelots et fournisseurs poursuivis pour dettes, le Roi, sur sa demande, leur ayant accordé une « nouvelle surséance de trois mois » qui succédait à une précédente de même durée14.

  • 15 Moreau de Saint-Méry, Lois et constitution des Colonies françaises de l’Amérique sous-le-Vent, Par (...)
  • 16 Depping, t. 1, p. 388-390.
  • 17 Cf. Ch. Frostin « Du peuplement pénal de l’Amérique française aux xviie et xviiie siècles : hésita (...)
  • 18 Voir Le Code noir ou Recueil de règlements rendus jusques à présent, Paris, 1767, 446 p., p. 169-1 (...)
  • 19 Marcel Giraud, « Tendances humanitaires à la fin du règne de Louis XIV », Revue historique, avril- (...)

16D’autre part, exemple particulièrement probant, Jérôme de Pontchartrain, en tant que secrétaire d’État à la Marine, responsable des Colonies, avait fait rendre une ordonnance en date du 30 décembre 1712 portant interdiction aux « habitants-propriétaires » de Saint-Domingue et autre Isles françaises de l’Amérique de « donner de leur autorité privée » la question à leurs esclaves15. Cette attitude est à rapprocher de l’extrême réserve du chancelier Pontchartrain sur « l’usage de la question » dans les tribunaux métropolitains. « Rien n’est moins assuré qu’une confession arrachée par les tourments », « l’incertitude semble augmenter à mesure que les tourments sont plus rigoureux », telles sont les expressions caractéristiques employées par le Chancelier dans une lettre du 21 septembre 1704 où il répondait au procureur général du parlement de Besançon qui suggérait d’aggraver les rigueurs de la question16. Mais surtout, comme on l’a signalé dès le début de cet ouvrage (chapitre I, p. 35-36), s’observe, à propos de la gestion des Colonies, une remarquable continuité entre Louis de Pontchartrain, secrétaire d’État à la Marine de 1690 à 1699, et Jérôme, titulaire du même département de 1699 à 1715. Jamais, en effet, ni l’un ni l’autre ne se résoudront, malgré le gonflement des « classes dangereuses » en métropole, à adopter un programme d’émigration forcée outre-mer pour purger le royaume de ses éléments indésirables, de même qu’une fois devenu chancelier, jamais Louis de Pontchartrain n’admettra que « la peine de l’Amérique », c’est-à-dire la déportation aux Antilles, au Canada ou en Louisiane, puisse être prononcée par les tribunaux17. De plus, en dépit de fortes pressions, le père et le fils maintiendront toujours le « Privilège de la Terre de France », suivant lequel les nègres esclaves amenés des Isles en France par leurs maîtres devenaient automatiquement hommes libres, les « lois et l’usage du royaume » ne reconnaissant pas le « droit d’esclavage » sur le sol métropolitain. Ajoutons qu’un an après la mort de Louis XIV, l’édit d’octobre 1716 stipulait que les nègres des Isles amenés en France y resteraient esclaves18 ; puis, à partir de 1718, une série d’ordonnances et de déclarations royales autorisait les tribunaux à prononcer l’envoi aux Colonies des mendiants, vagabonds et gens sans aveu, engendrant une déportation massive qui allait culminer en 1720 avec les grandes rafles pour le Mississipi. Entre la mesure de 1716 frappant les nègres venus des Isles et, dès 1718, le droit donné aux juges de bannir hors du royaume les plus misérables des sujets du Roi, il faut voir plus qu’une simple coïncidence. L’esprit Pontchartrain avait disparu depuis la démission du chancelier en 1714 et la disgrâce de son fils peu après la mort du vieux Roi. Désormais, aux tendances humanitaires de la fin du règne de Louis XIV, époque de crises incitant les administrateurs à ne pas « insulter la pauvreté » selon l’heureuse expression de l’historien Marcel Giraud19, succédait un nouvel état d’esprit moins accessible à ce genre de préoccupations, le « réalisme » de la Régence dont précisément l’abolition du « Privilège de la Terre de France » et la légalisation de « la peine de l’Amérique » constituaient des manifestations fort cohérentes.

  • 20 Cf. D. Dessert, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, 382 p., p. 36-3 (...)

17Sur un tout autre plan, celui de la gestion de la Marine et de l’utilisation de la flotte en temps de guerre, se retrouve une continuité non moins caractéristique entre les deux Pontchartrain. Comme son père, Jérôme privilégie l’économique par rapport au militaire, accordant à la guerre de course le primat sur la guerre d’escadre, trop coûteuse, et encourageant une politique d’armements mixtes qui rapprochait la « Royale » des armateurs privés, le tout sans pour autant négliger l’effort de construction navale. Et là encore il restait fidèle à l’exemple paternel. Lorsque Pontchartrain fils réalisa le tour de force, malgré une situation financière alarmante, de remplacer rapidement les vaisseaux perdus à Vigo en 1702, il rééditait, en effet, l’exploit de Pontchartrain père qui, en pleine crise économique, avait réussi dans le temps record d’une année, à réparer les pertes du désastre de La Hougue de 169220.

  • 21 Cf. M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Pica (...)

18Cette convergence de vues sur des points importants semble, à première vue, devoir infirmer le témoignage de Saint-Simon qui se complaît à insister sur la mésentente entre le père et le fils, ce dernier étant évidemment chargé de tous les torts. Or le mémorialiste n’invente rien, ou du moins n’exagère qu’à demi, le ton souvent acide de leurs correspondances réciproques étant à cet égard révélateur. L’une des raisons de cette mésentente est à rechercher dans la fréquence des conflits d’attributions qui, de manière générale, venaient perturber le fonctionnement d’une machine gouvernementale plutôt cahotante et soumise à l’improvisation du moment, tant l’organisation du pouvoir central restait imprécise, les départements ministériels mal définis, les relais de transmission insuffisants et embrouillés. Il en résultait des tâtonnements, approximations et contradictions dans les ordres donnés, ce qui laissait une large part d’initiative aux exécutants chargés de répercuter les directives royales. On comprend que, dans ces conditions, des « décideurs » ambitieux et capables aient cherché à profiter de la faiblesse des structures ministérielles et de l’extrême confusion des compétences pour élargir démesurément le champ de leurs attributions. C’était précisément le cas de Jérôme de Pontchartrain qui, par exemple, en sa qualité de « ministre de Paris » à une époque où justice et police se confondaient, profitait de sa haute autorité sur le lieutenant général de police, en même temps magistrat siégeant au Châtelet, pour se mêler de régenter cette célèbre juridiction présidiale « moins parisienne que française », qualifiée par un édit de février 1679 de « première et principale juridiction du royaume » en raison du nombre des justiciables et de la diversité des affaires traitées21.

  • 22 Cf. C.-F. Lévy, Capitalistes et pouvoir au siècle des Lumières, op. cit., t. 2, p. 71-72, p. 81, n (...)

19Cependant, dans le face-à-face entre Louis, le chancelier, et Jérôme le secrétaire d’État, s’entrevoit un autre aspect de leur mésentente, celui-là d’ordre privé, lequel venait envenimer des rapports de service déjà tendus. C’était l’existence de différends familiaux assez graves pour dégénérer en de pénibles querelles successorales dressant le fils contre le père après la mort de la chancelière Pontchartrain au mois d’août 171422. Enfin, à tout cela, venait s’ajouter, pour jeter encore de l’huile sur le feu, le caractère particulièrement difficile du fils, homme susceptible et rancunier. Quelque peu malmené, durant la période de son « apprentissage » comme survivancier, par un père exigeant et volontiers hargneux, Jérôme, une fois devenu secrétaire d’État titulaire, semble, en effet, chercher à prendre sa revanche sur un passé proche, en s’offrant le plaisir d’expédier au Chancelier des billets impérieux sous prétexte de lui transmettre des ordres pressants du Roi. Que Jérôme de Pontchartrain se soit fort mal entendu avec son père et qu’il ait été de caractère difficile, un « fagot d’épines » comme l’appelait familièrement son grand ami le maréchal de Tessé, cela ne fait guère de doute. À ce propos, et plutôt que de recourir, une fois de plus, au témoignage passionnel de Saint-Simon, il convient ici de citer de larges passages d’une lettre particulièrement éclairante d’Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye adressée à Jérôme, un « mardi matin », sans autre indication de date.

  • 23 Monsieur le Premier : Jacques-Louis de Beringhen, premier écuyer de la petite écurie, ami et cousi (...)
  • 24 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 3.

« J’espère, mon cher mari, écrit la jeune femme, avoir demain le plaisir de vous voir et la consolation de vous entretenir de ce que vous me mandez… Je suis, je vous assure, bien fâchée mais non pas jusqu’à me faire mal de toute cette affaire ici. Cependant, si cela peut faire que Mr votre père et Mme votre mère prennent ensemble un parti stable et qui ne change plus, j’en serai bien aise. Tout le monde y gagnera. Tel qu’il soit, vous avez raison de répondre de moi, car je serai toujours satisfaite de tout dès qu’ils le seront l’un de l’autre.
La lettre que vous écrivez à Mr votre père me parait si tendre et si soumise que si ce n’était pas de l’avis de Monsieur le Premier23 que vous ne l’avez pas encore envoyée, j’y aurais [illisible], mais il est plus sage que moi. Ainsi vous avez bien fait. Vous pouvez bien croire, mon cher mari, que j’approuverais fort une belle lettre et que je désire que vous parliez à Mr votre père en même temps que votre lettre est construite. Quoiqu’il fasse après cela, vous n’aurez rien à vous reprocher. Je craindrais que le discours ne fût plus vif et que risquer les discours qu’il dit que l’on vous fait tenir, cela ne vous fit un peu passer auprès de la considération et du respect que vous lui devez, car je vous avoue que cet endroit me pique et que je ne suis point à l’épreuve des valets qu’on croit… Les discours des valets… sont pour moi, comme on dit du Mercure Galant, au-dessous de la mer et beaucoup moins que rien, s’il se peut. Mais ce qui ne serait pas de même, c’est si Mr votre père ou Mme votre mère croyait de pareilles impertinences… Il est toujours désagréable que pareils discours soient cités par eux et qu’ils paraissent y faire attention… Tout ceci, je ne voulais vous en parler que demain, mais je n’ai pas été maîtresse de ma main.
C’est bon signe pour ma santé quand je suis un peu en colère. J’espère que vous me direz demain que vous avez parlé à Mr votre père avec toutes sortes de tendresses et de respect. Il le mérite bien pour ne savoir trop faire pour lui plaire. Ainsi, connaissant votre bon cœur, je ne suis point en peine de vous. Cependant vous êtes vif, et Mr votre père n’est pas endormi. Ainsi, si votre vivacité imaginait de se faire sentir, je vous demande qu’elle me sacrifie de ne pas paraître. Je lui laisserai entière liberté, mercredi au soir… Je vous embrasse et vous aime de tout mon cœur. Ce mardi matin24. »

20L’affaire, dont il est question au début de cette lettre, se trouve succinctement exposée dans un billet, daté de « Versailles, dimanche au soir », où le Chancelier, en accord avec la chancelière, faisait part de leur intention de réformer leur organisation domestique.

  • 25 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Nous sommes, elle et moi, convaincus de plus en plus qu’il était d’une nécessité absolue et indispensable de donner une nouvelle forme à notre dépense et à l’économie de nos maisons. Elle [la chancelière] vient de m’envoyer un mémoire, ce sera matière de dissertation sérieuse et profonde entre vous et moi, mais pour y parvenir avec plus de fruit, et plus encore [chose plus importante] pour fermer la bouche à des esprits mal faits qui depuis de longues années vous ont fait parler autrement que je ne puis penser que vous ayez jamais parlé et dont j’apprends que les discours se renouvellent, je serais bien aise de revoir votre contrat de mariage et l’acte que nous avons fait ensemble lorsque je fus fait chancelier. Je les ai à Paris, mais cela me remet loin. Vous les avez ici, donnez-vous, je vous prie, la peine, mardi prochain, quand vous viendrez ici, de les mettre à part et de me les donner pour faire voir à ma femme mercredi à Pontchartrain, et vous les rendre ensuite avec nos réflexions25. »

21La teneur de ce billet, compte tenu des intérêts matériels en jeu, était suffisamment inquiétante pour alarmer Jérôme au point de le déterminer – une fois n’est pas coutume – à cette manifestation épistolaire de tendresse et de soumission dont parle Éléonore-Christine. D’autre part, l’allusion du Chancelier au colportage de propos malveillants qu’il feint de croire faussement attribués à son fils, rejoint celle de sa belle-fille concernant les « discours de valets », le tout laissant clairement entrevoir que Jérôme ne se privait pas – et depuis longtemps – de critiquer ses parents en petit comité. C’est précisément cette détestable habitude qui irritait au plus au point la jeune comtesse de Pontchartrain confrontée, durant ses onze années de vie conjugale, à la tâche délicate d’amortir les heurts incessants entre son beau-père et son époux, aussi peu accommodants l’un que l’autre. Enfin, à en croire les sous-entendus d’Éléonore-Christine, il semble que le Chancelier et la chancelière aient eu bien du mal à prendre « ensemble un parti stable et qui ne change plus ». Autrement dit, les parents de Jérôme auraient formé un couple beaucoup moins uni que ne le prétend Saint-Simon. On y reviendra plus loin.

  • 26 Saint-Simon, Pléiade, éd. Coirault, Addition à Dangeau, p. 1067.

22Malgré tout, et quoique de santé fragile, Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye, qui devait mourir dès 1708 à l’âge de 27 ans, se révéla une maîtresse femme, sachant se faire aimer de ses beaux-parents tout en s’attachant étroitement un mari ombrageux. Épouse aimante elle-même, mais lucide, elle connaissait bien les défauts de Jérôme, sans pour autant méconnaître ses qualités de cœur que, par contre, le Chancelier et la chancelière semblent avoir méconnus. Probablement, Pontchartrain les réservait-il à l’usage conjugal ! Telle quelle, mêlant la fermeté à la confiance, Éléonore-Christine réussit à exercer une véritable emprise sur son mari qu’elle n’hésitait pas à conseiller et même à sermonner, notamment à propos de ses tendances à l’emportement comme en fait foi la lettre citée ici ; une lettre qui, à l’opposé des diatribes d’un Saint-Simon, éclaire d’un jour familier la mésentente entre le père et le fils avec l’expression apaisante, toute de spontanéité : « Vous êtes vif, et Mr votre père n’est pas endormi. » Près d’une pareille compagne, Jérôme de Pontchartrain trouva vraisemblablement ce qui lui avait trop souvent manqué durant son enfance et sa jeunesse, c’est-à-dire beaucoup de compréhension et de réconfort. Commentant la mort d’Éléonore-Christine survenue le 23 juin 1708, Saint-Simon écrit : « Mme de Pontchartrain était tout à la fois le modèle et la coqueluche de la cour, l’esclave et la victime d’un mari barbare, et l’adoration de son beau-père et de sa belle-mère qui ne s’en consolèrent jamais26. » Sans épiloguer plus sur le témoignage du mémorialiste qui, là encore, n’en est pas à une déformation près, on se bornera à citer une lettre de l’ » esclave » elle-même à son « mari barbare », lettre non datée, écrite probablement en 1706 ou en 1707.

« Bonjour, bonne venue, mon cher mari. Je ne veux cependant pas vous tromper un si bon jour, vous n’avez pas les prémices de mon écriture. Ils ont été consacrés à l’argent comme Mr de Coudraye vous l’a prédit et il y a eu encore un intervalle entre vous et l’argent. Devinez qui ? Cependant vous devez être content qu’après avoir fait mes paquets, je vous écrive. C’est faire preuve de bonne tête et elle est si bonne lorsqu’il s’agit de vous malgré tout ce qui a dû l’affaiblir. Jugez de ce qu’est le cœur qui n’a jamais conçu la moindre altération et qui vous a aimé tendrement et constamment. Jusqu’à la mort je crois même que si j’eusse passé le pas, il vous eût aimé au-delà du trépas. Je souhaite fort de vous voir demain et vous dire ici même combien je vous aime. »

  • 27 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 3, lettre écrite « ce mardi matin ».

23Et d’ajouter ingénument : « Si ma plume était bonne, j’aurais tout bien écrit, car je retrouve la main très ferme27. » À la fois gaie et tendre, cette lettre apparaît d’autant plus émouvante qu’Éléonore-Christine se trouvait alors déjà gravement atteinte. Elle permet en même temps de comprendre que Jérôme de Pontchartrain ait été désespéré par la mort de sa femme au point d’avoir un moment envisagé sérieusement de se retirer de la vie publique, un désespoir qui évidemment selon Saint-Simon n’était que pure comédie. On en reparlera dans le prochain chapitre.

  • 28 Hélène Himelfarb, « Les lettres intimes de Jérôme, comte de Pontchartrain, à sa femme Éléonore-Chr (...)

24Avant de connaître la tendresse conjugale, Jérôme n’avait certes pas été gâté en matière de tendresse paternelle. « Mon pauvre enfant », le mot revient fréquemment sous la plume de Louis de Pontchartrain dans les admonestations adressées à son fils alors en cours d’études. Ce mot est à prendre dans le sens où tant de pères, au fil des générations, l’ont utilisé à l’égard d’un rejeton jugé, dès son jeune âge, peu doué, pétri de défauts, incorrigible, dont la seule vocation semblait être de faire le désespoir de ses parents. Bref, chez Louis écrivant à Jérôme, il s’agit moins d’une marque de commisération que d’un manque de considération et aussi de confiance. Cela transparaît, en effet, dans le mode d’éducation infligé au futur secrétaire d’État, caractérisé par « une dure impatience, une exigence sans cesse renouvelée et sans cesse injurieuse », selon les expressions de l’historienne Hélène Himelfarb28. Certains échantillons de la prose paternelle sont particulièrement éloquents, tel ce billet daté du 14 janvier 1691 :

  • 29 Il s’agit du jésuite Thomas Gouyé (1650-1725), mathématicien et astronome, membre de l’Académie de (...)
  • 30 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Je suis fort de l’avis du père de Gouye29 et je suis fâché d’avouer avec lui que vous êtes trop maladroit pour apprendre à dessiner. Aussi retranchez-vous à l’usage de la règle et du compas. Je suis fort aise que vous avouiez que vous écrivez mal. Je le serais encore davantage si la proposition que vous me faites d’apprendre à écrire était fondée sur une vive honte d’écrire mal et sur une forte envie d’écrire mieux… J’apprends un commencement de dérèglement dans votre conduite qui ne me plaît pas. Prenez-y garde et songez que de plaire à qui n’a de vue que pour vous est le seul chemin qu’il y ait à tenir. Adieu30. »

25Suit ou précède, courant janvier, un autre billet de même style :

  • 31 Pour Jérôme de Pontchartrain épistolier, voir Hélène Himelfarb, « Les lettres intimes de Jérôme, c (...)

« Ce ne sera point le temps qui vous manquera, mon pauvre enfant… Vous faire inscrire aux études de droit pour n’y pas aller ne convient point à la vérité que je professe. Joindre cette étude à celle de la philosophie, aller de l’une à l’autre de ces classes est chose impossible et au-dessus de la portée de votre esprit. Faites bien ce que vous faites à présent, faites mieux encore dans la suite, dans chaque état où vous serez, et laissez-nous faire après31. »

26Apparemment peu soucieux de ménager la susceptibilité d’un adolescent de 16 ans, Louis de Pontchartrain s’en tenait à la même pédagogie près d’un an plus tard, fin 1691, dans un court billet où il annonçait à Jérôme, en termes peu amènes, sa proche venue à Paris :

  • 32 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Que je trouve en arrivant ma pendule à sa place et tous les livres répandus dans vos chambres réunis dans leur lieu naturel. Si je pouvais trouver aussi un homme que je ne veux pas nommer moins dissipé, plus appliqué, cherchant moins compagnie, […] étudiant, plus seul, redoublant son étude à mesure qu’un usage décisif approche, enfin un homme aussi changé que je le voudrais, je reverrais Paris avec une joie infinie32. »

27L’« usage décisif » mentionné ici désignait la thèse de doctorat de droit que Jérôme devait bientôt soutenir avant de prendre rang au Parlement comme conseiller à la Chambre des requêtes. Cette soutenance se déroulait devant le Parlement, toutes chambres réunies, et comportait deux épreuves, l’une sur un texte de droit romain proposé, et l’autre sur l’ensemble du droit romain. En prévision de l’examen, le père ne manqua pas évidemment de redoubler de rigueur, imposant à son rejeton une sorte de « test » comme il l’en avertissait dans un billet daté du 15 janvier 1692 :

  • 33 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1 (Versailles, samedi matin).

« Je compte vous voir faire un petit exercice chez moi la première fois que j’irai à Paris, pour ensuite attendre ou me presser de vous livrer à l’acte public [la soutenance] où j’espère d’assister aussi, pour juger de tout ce qui vous regarde par moi-même autant que je le pourrai. Disposez-vous donc à une censure et à une sévérité sans égale de ma part dans ces actions, et à une satisfaction aussi sans égale pour moi, la source de ces deux mouvements est la même, l’usage en est dans votre main. Adieu33. »

28La précaution du « petit exercice » préparatoire montre que Louis n’était guère rassuré sur les capacités de Jérôme. De plus, ce scepticisme s’accompagnait de marques de défiance poussées jusqu’au point de mettre le futur impétrant sous étroite surveillance. L’homme chargé de cette mission était un vieil ami de la famille, ancien avocat général à la Cour des aides, Jean-François Deshaguais (1640-1723), dit Le Haguais, devenu grand spécialiste des questions commerciales. Un billet de Louis, du 26 février 1692, vaut d’être cité in extenso pour la minutie des prescriptions aboutissant pratiquement à priver le malheureux Jérôme de toute liberté de mouvement et de tout loisir.

  • 34 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Dans l’impossibilité, écrit-il à son fils, qu’il y a que Mr Deshaguais avec toute sa bonté pour vous et son honnêteté excessive puisse être toujours avec vous, particulièrement lorsque vous sortez, ses propres affaires et celles de sa charge exigeant de lui la principale partie de son temps, je crois ne pouvoir mieux faire, pour ne pas abuser d’un ami comme lui, que d’envoyer Mr Maret auprès de vous pour quelques jours. L’esprit dans lequel je vous l’envoie vous est connu. Il vous accompagnera partout. Il mangera avec vous, il vous tiendra compagnie, il suppléera aux vides qu’il est impossible qui ne se rencontrent dans vos journées, etc. Cela n’empêchera pas que Mr Deshaguais ne trouve encore (au-delà de ce qu’on devrait espérer d’un autre que lui) de quoi exercer sa bonne volonté par ses fréquentes visites et une espèce de suite et d’inspection charitable sur votre étude et sur vos occupations. Profitez, mon pauvre enfant, du concours universel à vous rendre tel que vous devez être34. »

  • 35 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

29Heureusement, pour Jérôme, les lettres de sa mère, Marie de Maupeou-Pontchartrain (elle signe ainsi), étaient d’un ton moins rebutant. Néanmoins, chez elle, comme chez son mari, s’observe la même propension à se lamenter sur les multiples défauts du « pauvre enfant », ne serait-ce que pour son peu d’empressement à lui écrire. « Il me semble, se plaint-elle, que ma dernière lettre valait bien quelque réponse, mais vous en usez cavalièrement avec moi, tant pis pour vous, mon pauvre enfant35. » Et, dans une lettre inquiète datée du 21 septembre 1692, se retrouve le même reproche, accompagné toutefois de marques d’affection et de sollicitude révélant qu’à l’occasion Marie de Maupeou n’hésitait pas à extérioriser ses sentiments.

  • 36 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, s. l. n. d.

« Apparemment, mon fils, que vous ne voulez pas plus m’écrire que me parler. Pour moi, quelque chagrin que j’aie de vous voir comme vous ne devriez pas être, je ferai tout pour vous mettre dans le bon chemin. Répondez-moi donc. Vous réjouissez-vous bien ? Vous portez-vous bien ? Travaillez-vous bien ?… Négligez-vous toutes vos enfances de barbouillage de dessin ?… Ne souhaitez-vous rien de moi ? Ne vous manque-t-il pas quelque chose pour vous consoler de mon absence ? Quelque argent ne vous serait-il point nécessaire ?… Enfin, je veux acheter vous, les lettres et les belles paroles, il n’y a rien que je fasse pour vous attendrir le cœur et l’humeur. Je vous prie d’en être bien persuadé et que je vous aime très tendrement36. »

30Mais une semaine plus tard, le naturel de Marie de Maupeou, femme de tête, volontiers sarcastique, avait repris le dessus.

« Heureusement, mon fils, écrivait-elle, je ne vous ai pas cru tout-à-fait éclairé de votre parole, car si je l’avais cru après la promesse que vous m’avez faite de m’écrire tous les jours ou d’avoir la fièvre continue, je vous aurais cru mort puis-qu’il n’y a nulle suite à cette promesse et que vous n’avez pas plus tenu celle de m’écrire tous les jours que de faire réponse à ma lettre. Mais passe sur cela. L’on se relève des mauvais serments. Ma lettre ne valait pas une réponse et d’écrire tous les jours, cela serait trop violent. Deux fois la semaine serait beaucoup. »

  • 37 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2 (en P.-S. : « Donnez cette lettre au suisse qu’il l’envo (...)

31Et de conclure par une remarque désagréable : « Si j’ose vous le dire, il me semble que votre écriture ne vaut guère mieux avec un maître. Elle n’est ni arrondie, ni droite. Pour le style, je n’entreprends pas de vous en parler, car je m’adresserai bien à tort quand j’en voudrai un bon37. » Voilà donc une curieuse manière de raviver le zèle épistolaire du « pauvre enfant ».

32Une mère bien intentionnée n’atteint pas nécessairement le degré de compréhension d’une épouse attentive. Si Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye fait toute confiance au « bon cœur » d’un mari pourtant desservi par son mauvais caractère, par contre Marie de Maupeou se désespère de l’insensibilité de son fils, un pessimisme qu’elle n’hésite pas à exprimer en termes blessants pour l’intéressé :

  • 38 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

« Quand il vous plaira, mon fils, vous m’écrirez… Ce ne doit pas être une affaire que vos lettres. Faites les bonnes pour l’amour de vous et tendres pour l’amour de moi et je serai toujours contente de voir quelque chose de votre cœur plutôt que de votre esprit. Je doute plutôt de l’un [le cœur] que de l’autre… C’est une chose bien triste pour celle de qui vous avez été formé que vous n’en aviez pas les sentiments de cœur… Mon enfant, je prie le Seigneur que la vertu, la raison vous donnent un cœur tendre et sensible puisque la nature n’a pas fait sur cela son devoir38. »

  • 39 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

33De l’esprit, mais peu de cœur ? En fait, le premier masquait souvent le second chez Jérôme, personnage volontiers retors qui, très tôt, dans sa correspondance avec ses amis, comme, plus tard, dans les lettres intimes adressées à Éléonore-Christine, s’était complu à jouer au bel esprit, maniant un discours d’inspiration marotique, truffé de citations littéraires et d’archaïsme pseudo-paysan, le tout assaisonné de plaisanteries gaillardes et de propos parfois fort libres sur les pratiques de la dévotion. Ce style épistolaire, même s’il est cursif, sans souci de ponctuation, d’alinéas ni de composition39, indique au moins que Jérôme avait bénéficié d’une initiation précoce à la littérature classique près de son précepteur, l’helléniste Jacques de Tourreil (1656-1714), un ecclésiastique très recherché dans les salons mondains que Louis de Pontchartrain fit élire à l’Académie des inscriptions en 1691, puis à l’Académie française l’année suivante. En sa qualité de secrétaire d’État à la Maison du Roi, Louis avait, en effet, dans son département, « le soin des Académies » et, à ce titre, ne se privait pas de contrôler les élections académiques au profit des parents ou clients qu’il voulait placer. Précisément, Tourreil était apparenté aux Pontchartrain par son oncle, le conseiller d’État Gaspard de Fieubet (1627-1694), un petit-neveu du secrétaire d’État Paul de Pontchartrain (tableau 56).

  • 40 Pour l’abbé Renaudot et les affaires jacobites, voir Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps (...)
  • 41 Lettre de Jérôme de Pontchartrain à l’abbé Renaudot, du 4 juin 1694 citée dans Louis Dalavaud, « U (...)

34Cette direction des Académies explique aussi que Jérôme ait été amené, très jeune, à connaître et fréquenter nombre d’écrivains et d’érudits qui gravitaient autour de son père et qu’il ne tarda d’ailleurs pas à traiter sur un pied de familiarité malgré la différence d’âge. Une fois nommé secrétaire d’État survivancier (décembre 1693), on le voit, en effet, au cours de tournées dans les ports de mer en 1694, 1695 et 1696, correspondre régulièrement avec des personnalités du monde académique comme La Bruyère, Fontenelle ou encore l’abbé Eusèbe Renaudot, émaillant ses lettres de plaisanteries parfois laborieuses qui ne ménageaient pas toujours l’amour-propre des destinataires. Ce commerce ne s’en avéra pas moins profitable pour lui, surtout avec l’un de ses plus fidèles correspondants, l’abbé Eusèbe Renaudot (1648-1720), membre de l’Académie française (1689) et de l’Académie des inscriptions (1690), petit-fils de Théophraste, le fondateur de la Gazette. C’était un personnage à facettes, brillant journaliste, abbé de cour très introduit près du gouvernement, polyglotte réputé et éminent orientaliste, grand connaisseur des liturgies des Églises d’Orient. Directeur lui-même de la Gazette de 1679 à 1720, Renaudot avait su utiliser ses talents de rédacteur et ses hautes relations pour se placer au cœur des circuits d’information. D’une part, servi par ses connaissances linguistiques, il menait, à l’intention des ministres de Versailles, une politique de prospection systématique du renseignement sur les pays les plus divers ; de l’autre, les ministres faisaient passer par son canal les nouvelles qu’ils désiraient répandre à l’Étranger à des fins de propagande ou d’intoxication. Bref, Eusèbe Renaudot était devenu un précieux agent de la diplomatie française, agent dont l’importance transparaît déjà, au cours des années 1690, dans la gestion combien difficile des affaires jacobites. Véritable chef de réseau, contrôlant de près la circulation des émissaires clandestins entre la France et l’Angleterre, il renseignait la cour de Saint-Germain-en-Laye sur l’évolution des esprits outre-Manche depuis la Révolution de 1688. Mais, en même temps, il tenait la cour de Versailles au courant des dissensions au sein de l’entourage de Jacques II Stuart partagé en deux factions rivales dans la perspective d’une restauration jacobite, les « Compounders », partisans d’un compromis, menés par lord Middleton, et les « Non compounders », hostiles à toute concession, qui se rangeaient derrière lord Melfort, « premier secrétaire d’État » du roi exilé40. Or, au mois de mai 1694, Melfort se voyait disgracié et remplacé par Middleton, un événement dont Jérôme de Pontchartrain, parti en tournée en Bretagne, fut aussitôt informé par une lettre de Renaudot auquel il répondit, dès le 4 juin suivant, en lui réclamant de plus amples renseignements : « Je vous remercie de toutes les nouvelles que vous m’avez envoyées. Je souhaiterais fort que vous m’envoyassiez la relation de la disgrâce de Milord Melfort. Je vous prie de me faire savoir ce qui se passe41. »

  • 42 Cf. Marcel Giraud, Histoire de la Louisiane…, t. 1, p. 16-17, 22, 29.
  • 43 « Conclaviste » : Assistant de cardinal dans un conclave.
  • 44 Lettre citée par A. Jal, Dictionnaire critique de Biographie et d’Histoire, Paris, Plon, 1867, p. (...)
  • 45 AN, Colonies, B 31, f° 28, lettre du 25 février 1708.
  • 46 En 1695, Boileau dédiait son épître Sur l’Amour de Dieu à Renaudot en le qualifiant de « Docte abb (...)
  • 47 Des Geographica de Montesqieu, il ne reste que le second volume, rédigé en deux périodes différent (...)

35La promptitude de Renaudot à communiquer au jeune secrétaire d’État survivancier la nouvelle du renvoi de Melfort montre que le commerce épistolaire entre les deux hommes ne se limitait pas à des propos badins et que l’abbé s’acquittait d’un travail d’informateur près de Jérôme, un rôle qu’il continuera à jouer par la suite. Par exemple, grâce à son capital de connaissances accumulées dans les directions les plus diverses, même d’ordre géographique, il fera partie du groupe de savants et de lettrés qu’après la paix de Ryswick de 1697 les deux Pontchartrain, et surtout Pontchartrain fils, mobilisèrent pour étudier la question de l’emplacement exact des bouches du Mississipi. Ce fut le prélude du succès de l’expédition, en 1698-1699, de Pierre Lemoine d’Iberville qui parvint à la baie de la Mobile, premier établissement de la colonie de Louisiane42. Un peu plus tard, en septembre 1700, Renaudot accompagnait à Rome, comme « conclaviste43 » le cardinal de Noailles pour l’élection de Clément XI. Durant son séjour romain de près d’un an prolongé d’un court séjour à Florence chez le grand duc de Toscane, l’abbé, toujours fidèle correspondant, n’avait pas manqué d’adresser à Jérôme de Pontchartrain des lettres circonstanciées, notamment à propos du nouveau pape. « Vous êtes cause que je n’écris pas à Mgr le chancelier, faites-lui donc ma cour, je vous prie », lui déclarait-il à la fin de l’une d’elles, datée de Rome, le 24 mai 170144. Cette assiduité de Renaudot n’empêchera d’ailleurs pas Jérôme, qui depuis 1699 régnait en maître sur le département de la Marine et veillait jalousement au respect de ses attributions, de tancer sèchement l’abbé pour avoir publié dans la Gazette un article sur la Martinique sans le lui avoir soumis au préalable : « Vous ne devriez rien comprendre dans vos gazettes que je ne l’eusse vu », lui rappelait-il dans une lettre du 25 février 170845. Cela dit, et malgré les mouvements d’humeur dont Jérôme était familier, le « Docte abbé », comme l’appelait Boileau46, s’imposait à l’ombrageux secrétaire d’État tant par la qualité de son information sur les pays étrangers que par une érudition inépuisable et un éclectisme qui s’étendait jusqu’à la littérature de voyage la plus exotique. Encore en 1718, deux ans avant sa mort, il traduisait de l’arabe et publiait deux récits de voyage (enrichis de notes) sous le titre Anciennes relations des Indes et de la Chine de deux voyageurs mahométans qui y allèrent dans le neuvième siècle, ouvrage dont Montesquieu insérera des extraits dans le second volume de ses Geographica47.

  • 48 Lettres citées dans Louis Dalavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de (...)

36Tel quel, Eusèbe Renaudot était un interlocuteur hors pair pour Jérôme de Pontchartrain qui se montrera toujours avide de renseignements sur le pays les plus divers, d’Europe ou d’outre-mer, harcelant les intendants des ports de mer, les agents consulaires à l’Étranger et les administrateurs coloniaux pour en pressurer le maximum d’informations. Cette soif du renseignement, étroitement liée à ses activités ministérielles dont bien souvent elle sous-tendait l’efficacité, se manifesta donc très tôt chez Jérôme comme l’indique sa lettre du 4 juin 1694 relative à la disgrâce de « Milord » Melfort. Et il ne s’agissait pas là de curiosité de dilettante, les affaires jacobites intéressant directement le département de la Marine, puisque toute tentative de restauration (du moins par la force) supposait le concours de la flotte française. Manifestement, le jeune survivancier cherchait à s’armer pour être en mesure d’exercer pleinement ses responsabilités de secrétaire d’État, le jour où il deviendrait titulaire. La même constatation s’impose, toujours à l’époque de ses tournées portuaires, avec son souci de se faire tenir au courant par ses correspondants des problèmes du monde académique (vacances de sièges, candidatures, résultats des élections, etc.), la direction des Académies relevant du département de la Maison du Roi qui lui reviendrait à la mort de son père. Très vraisemblablement aussi est-ce dans cette perspective qu’il travaillait à se créer une popularité personnelle parmi les gens de lettres en cultivant l’amitié de certains d’entre eux et non des moindres, tel La Bruyère dont il partageait l’hostilité aux thèses de Charles Perrault en faveur des Modernes dans la fameuse « Querelle des Anciens et des Modernes ». Ainsi, à la nouvelle de la mort subite de l’auteur des Caractères survenue le 11 mai 1696, Jérôme, le 22 mai, de Rochefort, écrivait à l’abbé Renaudot en ces termes : « J’en suis fort touché, car, outre qu’il avait beaucoup d’esprit, il était fort honnête homme et qui plus est anti-Perrault. » Suit, du même au même, une seconde lettre reflétant des préoccupations immédiates : « J’ai grande envie de savoir qui vous avez choisi pour remplir la place du pauvre La Bruyère48. » Il s’agit du fauteuil de La Bruyère à l’Académie française, un fauteuil qu’après trois échecs successifs, l’écrivain avait fini par occuper en 1693 grâce aux interventions énergiques de Louis de Pontchartrain qui ne se privait pas de faire pression sur l’Académie pour y faire entrer ses protégés. Le successeur en sera un ami de La Bruyère, l’abbé Claude Fleury (1640-1720), auteur d’une monumentale Histoire ecclésiastique (20 vol.) d’inspiration gallicane, et autre protégé de Pontchartrain père, lui-même foncièrement gallican.

  • 49 Œuvres complètes de La Bruyère, Pléiade, 1977, p. 173.

37Ami intime de La Bruyère, Jérôme de Pontchartrain l’était également de Fontenelle, pourtant contempteur des Anciens et, avec Perrault, champion des Modernes. En fait, La Bruyère et Fontenelle se détestaient, et, dans ses Caractères, le premier dépeint le second sous les traits de Cydias : « Un composé du pédant et du précieux, fait pour être admiré de la bourgeoisie et de la province, en qui néanmoins on n’aperçoit rien de grand que l’opinion qu’il a de lui même49. » Mais, par-delà les préférences littéraires, Jérôme savait que la fonction du ministre des Académies n’était pas d’attiser la discorde. Aussi, dans sa correspondance avec les deux académiciens ennemis, veillait-il à leur témoigner la même cordialité plus ou moins teintée d’ironie selon son habitude.

  • 50 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, p. 987-988.

« Je ne pense à présent qu’à faire au plus tôt mon voyage afin d’être bientôt de retour, écrivait-il à Fontenelle, de Versailles, le 18 avril 1694, quatre jours avant de partir en Bretagne. C’est là que je vous ferai voir clairement que vous avez le plus grand tort de vous plaindre que je ne vous ai point encore écrit… Si vous saviez la différence qu’il y a entre un secrétaire d’État de la Marine qui visite son département et un académicien tranquille qui ne songe, depuis le matin jusqu’au soir, qu’à faire briller son esprit et dans son discours et dans ses lettres, vous ne seriez pas si surpris de mon silence, et vous demeureriez d’accord qu’il est plus aisé d’écrire de jolies choses que de travailler sans relâche à des affaires sérieuses. Il est certain, monsieur, que je n’ai pas un moment de temps à moi… et si je ne vous écris pas si souvent que vous pourrez souhaiter, croyez que je ne vous en aime pas moins50. »

  • 51 Lettre citée dans Œuvres complètes de La Bruyère, p. 661.

38Et, quelques mois plus tard, de Dunkerque, le 24 août 1694, Jérôme, sur un ton plus badin et non moins amical, se moquait aimablement de La Bruyère : « Vous pouvez penser, faire et écrire autant d’extravagances que vous voudrez : elles ne feront que me réjouir, car les folies, quand elles sont aussi agréables que les vôtres, divertissent toujours et délassent du grand travail dont je suis accablé51. »

  • 52 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, p. 464, article Dacier.

39Poussé par le désir de prouver à ses amis l’efficacité de sa protection, le secrétaire d’État survivancier s’aventurait parfois dans des promesses inconsidérées, comme ce fut le cas avec Fontenelle qui, reçu à l’Académie française en 1691, ambitionnait maintenant d’entrer à l’Académie des inscriptions. Il avait la parole de Jérôme que le premier siège vacant à cette Académie serait pour lui. Mais Pontchartrain père en avait décidé autrement. À la mort, le 4 juin 1695, de l’historiographe des Bâtiments du Roi et critique d’art André Félibien, l’un des huit membres fondateurs de l’Académie des inscriptions, ce fut l’érudit André Dacier qui lui succéda. Se trouvant alors en tournée en Provence, Jérôme avait été pris de vitesse, comme il l’expliquait à Fontenelle dans une lettre datée de Fréjus, 24 juin : « Je vous répondrai très sérieusement que je suis fâché que mon père ait rempli la place de M. Félibien avant que j’ai eu le temps de lui écrire en votre faveur ; ce sera pour la première occasion. » Et, non sans aplomb, le même Jérôme qui se disait « fâché », écrivait le même jour à l’abbé Renaudot : « Je suis persuadé aussi bien que vous que l’on ne peut faire un meilleur choix que M. Dacier pour remplir la place vacante par la mort de M. Félibien52. »

  • 53 Saint-Simon, Mémoires, éd. Chéruel, t. 19, p. 59.

40Le choix de Louis de Pontchartrain pourrait surprendre. André Dacier (1651-1723) était certes réputé pour ses traductions, entre autres les œuvres d’Horace, les Réflexions morales de Marc-Aurèle et la Poétique d’Aristote. Mais, de son côté, Fontenelle était véritablement un homme du clan Pontchartrain, protégé par Louis qui l’avait fait entrer à l’Académie française, par Jérôme qui donc le poussait activement, et aussi par le brillant cousin germain de Jérôme, l’abbé Jean-Paul Bignon, réorganisateur de l’Académie des inscriptions et de l’Académie des sciences, puis, de 1699 à 1714, directeur du bureau de la Librairie chargé de la censure, sous la haute responsabilité du chancelier Pontchartrain. C’est à Bignon que Fontenelle devra d’être nommé secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences en 1699, d’entrer à l’Académie des inscriptions en 1700 et de figurer parmi les censeurs royaux attachés au bureau de la Librairie. En réalité, la préférence accordée à André Dacier, au détriment de Fontenelle, semble devoir s’expliquer par l’étendue de ses relations, sans négliger toutefois le renom de sa femme, née Anne Lefebvre (1654-1720), déjà connue pour ses traductions des comédies d’Aristophane, de Plaute et de Térence (1683-1688), et bientôt célèbre par sa traduction en prose de l’Illiade (1699) et de l’Odyssée (1716) qui rendit possible la lecture d’Homère dans des cercles plus larges. Commentant la mort en 1723 d’André Dacier, Saint-Simon précise que celui-ci était « garde des livres du cabinet du Roi, ce qui l’avait fait connaître et estimer de la Cour ». Et le mémorialiste d’ajouter : « Il avait une femme bien plus foncièrement savante que lui, qui lui avait été fort utile, qui était consultée de tous les doctes en toutes sortes de belles-lettres grecques et latines, et qui a fait de beaux ouvrages53. »

  • 54 Cf. Dict. des Lettres françaises (dir. Georges Grente), Paris, Fayard, rééd. 1995 (François Mourea (...)

41Les allusions à la charge de « garde des livres du cabinet du Roi » (appelé aussi « bibliothécaire du cabinet ») et au rôle de Mme Dacier permettent de mieux comprendre le beau parcours académique effectué par André Dacier qui sera chargé, à partir de 1700, de composer l’Histoire métallique du règne de Louis XIV et deviendra secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1713. Elles n’expliquent cependant pas tout, en particulier comment ce « gros mulet chargé de tout le bagage de l’Antiquité », selon l’expression d’un contemporain54, parvint à s’introduire à la Cour comme « bibliothécaire du cabinet », charge obtenue en 1694. Et là encore, il faut faire intervenir les liens de parenté. Dacier et sa femme étaient des « nouveaux convertis », d’abjuration récente (en 1685), un titre déjà non négligeable pour obtenir des faveurs. Mais surtout André Dacier avait un cousin des mieux placés en la personne de l’un des quatre premiers valets de chambre du Roi, François de Nyert (1647-1719), pourvu par surcroît des charges de gouverneur du Louvre et de gouverneur de Limoges. Saint-Simon a tracé un portrait féroce de Nyert :

  • 55 Saint-Simon, Mémoires, éd. Ramsay, t. 15, p. 231.

« C’était, écrivait-il, un des plus méchants singes, auxquels il ressemblait fort, et des plus gratuitement dangereux parmi ceux qu’on pouvait appeler les affranchis du feu Roi, qui, par leurs entrées à toute heure et leur familiarité avec lui, étaient des personnages fort comptés et redoutables aux ministres. Celui-ci [Nyert] l’amusait [Louis XIV] aux dépens de tout le monde avec le jugement d’un valet d’esprit et d’expérience. Aussi l’avarice, l’envie et la haine étaient peintes sur son visage décharné55. »

  • 56 Fr. Lebrun, Moi, Marie Du Bois, gentilhomme vendômois, valet de chambre de Louis XIV, Rennes, 1994 (...)
  • 57 Fr. Lebrun, op. cit., p. 12.

42Les quatre premiers valets de la Chambre jouissaient, en effet, d’une influence occulte considérable. Pour mieux s’en rendre compte, il suffit de lire le Journal de Marie Dubois, non pas premier valet, mais simple valet de chambre de Louis XIII, puis de Louis XIV, de 1634 à 1671, journal réédité récemment par l’historien François Lebrun, avec l’apport de notes substantielles56. Pour n’être qu’un valet parmi d’autres au sein de la cohorte domestique d’une vingtaine de personnes que régissaient les premiers valets de la Chambre, Marie Dubois n’en bénéficiait pas moins du privilège inappréciable d’aborder journellement la personne du souverain et de pouvoir ainsi, au moment opportun, lui présenter directement telle ou telle requête. Aussi, dans son Journal, apparaît-il en perpétuel quémandeur auprès du Roi, auprès des Grands également qui se gardaient bien de l’éconduire en raison même de cette position privilégiée. Marie Dubois ne se contente d’ailleurs pas de quémander des faveurs pour les siens ou pour lui-même. Par-delà le cercle familial, sa sollicitude intéressée s’étend à nombre d’amis qu’il entend obliger. « Tout petit que l’on soit, note ce valet avec modestie, on peut en ces lieux-là rendre des services bien signalés57. »

43Que dire alors des quatre premiers valets de la Chambre, surtout lorsqu’ils avaient su gagner la confiance de Louis XIV au point de se voir traités par lui en amis ! C’était le cas précisément de François de Nyert, personnage qui reste peu connu tant le célèbre Alexandre Bontemps et, à un moindre degré, Louis Blouin, ont accaparé l’attention. Pourtant François de Nyert se situait à un rang élevé dans la hiérarchie du crédit près du Roi. Il le devait, pour une bonne part, à son père Pierre de Nyert (mort en 1682), déjà premier valet de la Chambre et surtout excellent chanteur, un art particulièrement apprécié du mélomane averti qu’était Louis XIV. Créateur d’un nouveau style de chant mêlant le goût italien au goût français, ce Pierre de Nyert exerça une influence d’autant plus marquée sur l’évolution de la musique vocale de l’époque qu’il fut un des formateurs de Michel Lambert (mort en 1696), chanteur, danseur, puis grand compositeur de ballets de cour aux côtés de son gendre Jean-Baptiste Lully (mort en 1687), l’un et l’autre gratifiés, la même année 1661, de la charge de maître de la musique de la chambre du Roi pour Lambert, et de surintendant de la musique du Roi pour Lully. Par le souvenir de Pierre son père, François de Nyert évoquait donc pour Louis XIV tout un passé où le jeune Roi était lui-même un danseur infatigable de ballet et un admirateur passionné de la virtuosité vocale, toute une atmosphère, en même temps, de la société de cour des années 1660 et 1670 qui virent l’éclosion de l’opéra français à laquelle contribua le père de François. Rappelons, à ce propos, que La Fontaine, grand ami de Pierre de Nyert, lui avait dédié en 1677 son Épitre sur l’Opera.

  • 58 Correspondance de Mme de Sévigné…, t. 3, p. 724

44Le 1er octobre 1689, François de Nyert fut pris de faiblesse dans la chambre du Roi et tomba de son haut en se faisant une contusion. Aussitôt Louis XIV et Louvois, qui était présent, se précipitèrent pour le relever et envoyèrent chercher le premier chirurgien Félix. Ce fut un événement. Mme de Sévigné en parle, dès le 12 octobre, dans une lettre à Mme de Grignan58 et le marquis de Sourches ne manque pas de le relater dans ses Mémoires. L’anecdote reflète l’importance du personnage, de même que, plus tard, début 1701, un mystérieux séjour madrilène effectué par Nyert près du nouveau roi d’Espagne Philippe V. Saint-Simon en a donné quelques détails :

  • 59 Philippe V entra à Madrid le 18 février 1701.
  • 60 Saint-Simon, Mémoires, éd. Pléiade, t. 1, p. 895.

« Nyert, premier valet de chambre du Roi, qui, sous prétexte de curiosité, à son âge et dans son emploi, avait suivi le roi d’Espagne à Madrid, et qui y était demeuré pour y être spectateur des premiers temps de son arrivée59, revint au bout de cinq mois, et entretint le Roi fort longtemps, à plusieurs reprises, tête à tête60. »

45Ce séjour madrilène, de près d’un semestre, s’apparente ainsi fort à une mission de renseignement, de longue haleine, dont Louis XIV aurait investi son fidèle commensal.

  • 61 Dictionnaire… de Jal, notice A. Dacier, p. 922.

46Homme de confiance du Roi et son espion à l’occasion, François de Nyert avait obtenu aisément la survivance de ses charges de premier valet de chambre et de gouverneur du Louvre et de Limoges en faveur de son fils Louis (1686-1736) qui lui succédera en 1719, toutes charges qui passeront ensuite au petit-fils Alexandre-Denis de Nyert de Neuville (1711-1744). Marque de la faveur royale, ce Louis, baptisé dans la chapelle du château de Versailles le 19 mars 1687, avait été tenu sur les fonts baptismaux par Louis XIV et par Mme la Dauphine, Marie-Anne-Christine de Wittelsbach, femme du Grand Dauphin et sœur de l’Électeur de Bavière. Les Nyert formaient donc un clan solidement installé à la Cour, et en position d’autant plus confortable que son implantation y était déjà ancienne, Pierre de Nyert, le fondateur de cette dynastie de commensaux du Roi occupant la charge de premier valet de la garde-robe dès 1638, puis celle de premier valet de la chambre peu après 1650. Or les Dacier se trouvaient agrégés à ce clan non seulement par le cousinage mais aussi par les liens de l’amitié et par les habitudes de fréquentation. Entre André Dacier et son cousin François de Nyert de six ans son aîné, il existait de plus en plus un point commun qui, probablement, dut resserrer leur entente, l’épouse de François, née Van Gangel, étant une « nouvelle convertie », de même que Mme Dacier, née Anne Lefebvre. D’autre part, le fait que Louis de Nyert, fils et survivancier de François, ait choisi André Dacier comme parrain de son fils, baptisé le 10 octobre 1711, montre combien les Dacier étaient proches des Nyert. Et la même remarque s’impose à propos de la présence, côte à côte, de Louis de Nyert et d’André Dacier à l’enterrement de François au mois de juin 171961.

47Durant sa longue carrière à la Cour, ce François de Nyert avait véritablement été une « puissance » selon l’expression de l’époque, son crédit supportant la comparaison avec celui du duc François VII de La Rochefoucauld ou du second maréchal-duc de Villeroy, ces sortes de « favoris du Roi », du moins à la manière louisquartozienne. C’est sous cet éclairage que, sans trop s’avancer, on peut replacer le succès en 1695 de la candidature d’André Dacier à l’Académie des inscriptions. Louis de Pontchartrain était, en effet, trop fin connaisseur du jeu des coteries qui se cachait derrière les élections académiques pour commettre l’imprudence d’écarter un parent et un protégé du premier valet de la Chambre, réunissant, en plus, d’amples références en matière d’érudition. Face à ces considérations, les promesses, plutôt inconsidérées, de Jérôme, ne faisaient pas le poids. Il en ira bientôt tout autrement, le secrétaire d’État survivancier se taillant, au fil des années, une place de plus en plus large dans la gestion du double département de la Marine et de la Maison du Roi, servi en cela par le cumul d’attributions de son père qui se trouvait le plus souvent accaparé par les affaires relevant du Contrôle général des Finances.

48À ce propos, une élection académique au printemps 1699 montre que Pontchartrain fils s’était déjà sérieusement émancipé, quelques mois avant de devenir, le 6 septembre, secrétaire d’État titulaire. Ce fut, en effet, à lui, que s’adressa directement Boileau, aussitôt après la mort de Jean Racine, survenue le 21 avril, pour régler le problème de la succession du poète à l’Académie française.

  • 62 Dictionnaire… de Jal, p. 1219.

« C’est sur M. de Vaulincour, insistait-il, qu’il m’a semblé que tous les Académiciens tournent les yeux pour remplir la place de M. Racine, et j’espère que vous voudrez bien l’appuyer de votre crédit, puisque c’est l’homme du monde le plus digne de lui succéder et le plus propre à ne lui point faire un fade panégyrique62. »

  • 63 Lettres des 5 et 12 juillet 1694, extraites dans le Dictionnaire… de Jal, p. 12220.
  • 64 Valincour accompagnait partout le comte de Toulouse, ce qui lui vaudra d’être blessé à la bataille (...)

49C’était frapper à la bonne porte, Jean-Baptiste du Trousset de Valincourt (1653-1730), grand ami de Boileau dont il fut l’un des éditeurs posthumes, se trouvant être en même temps un familier et un correspondant de Jérôme qui, durant sa tournée portuaire de 1694, s’amusait à lui écrire des lettres truffées de citations latines63. De plus, chez Valincour, l’homme de lettres se doublait d’un spécialiste des questions maritimes, auteur notamment d’un Traité des prises et pourvu, dès 1685, de l’importante charge de secrétaire des commandements du jeune comte de Toulouse, amiral de France, qu’il eut le mérite d’initier au droit maritime et à la partie administrative de la Marine64. Joints à une production littéraire peu fournie mais de qualité, ces divers titres valurent à Valincourt d’occuper le fauteuil de Racine et d’ajouter ainsi son nom à la liste déjà longue des protégés du clan Pontchartrain reçus à l’Académie française depuis l’entrée de Pontchartrain père au gouvernement (voir le tableau ci-dessous).

Les protégés des Pontchartrain à l’Académie française

Les protégés des Pontchartrain à l’Académie française
  • 65 Cf. F. Lebrun, Moi, Marie Du Bois…, op. cit.

50Dans le système des clientèles, la sollicitude manifestée par les chefs de file à l’égard des quémandeurs de toutes conditions constitue l’un des ressorts du bon fonctionnement des réseaux. « Le prestige du protecteur ne se mesure-t-il pas au nombre de protégés qui sont dans son sillage et peuvent se recommander de lui65 ? » Et là où une clientèle pouvait se recruter aisément, c’était bien dans le monde des belles-lettres, les écrivains, petits ou grands, se pressant autour des hommes en place dans l’espérance d’un siège académique, d’une pension, ou d’une simple gratification. Mais surtout l’existence d’un contingent assez fourni de gens de lettres à sa dévotion constituait pour le protecteur un faire-valoir particulier en lui permettant de jouer au mécène, un rôle flatteur propre à favoriser les ambitions politiques, comme ce fut le cas avec le cortège de publicistes œuvrant au service du cardinal de Richelieu. Quoique de nature et de style fort différents, le « mécénat » fastueux, quasi princier, de Nicolas Fouquet, témoigne également de cette propension des hommes de pouvoir à se créer une popularité dans les milieux littéraires pour mieux influencer l’opinion. Néanmoins, l’exemple le plus célèbre du châtelain de Vaux, si cher au cœur de Mme de Sévigné et de Jean de La Fontaine, ne doit pas faire oublier celui, beaucoup plus discret, des deux ministres Pont-chartrain qui surent patiemment, et à peu de frais, étendre leur toile d’araignée sur les Académies en les truffant de parents et de clients.

51Comme on l’a vu, Jérôme s’était appliqué très tôt à cultiver l’amitié des gens de lettres, ce qui allait donc dans le sens de la politique paternelle. Mais il y ajoutait une touche personnelle, ses lettres privées, adressées à de multiples correspondants parisiens, lors de ses tournées portuaires, étant destinées à être lues en petit comité, dans des cercles choisis, et à parfaire ainsi sa réputation de bel esprit. Or cette attitude avait pour don d’exaspérer Louis de Pontchartrain, ce qui nous amène ici à aborder la longue liste des récriminations du père dans ses lettres à son fils. À vrai dire, tout chez Jérôme exaspérait Louis, à commencer par ses manifestations d’un zèle parfois intempestif. La tournée de 1694 en Bretagne en fournit un exemple éloquent. On était en pleine guerre de la ligue d’Augsbourg et les côtes bretonnes, harcelées par les croisières ennemies, venaient d’être mises, à la hâte, en état de défense par Vauban, commissaire général des Fortifications, pourvu, pour la circonstance, du commandement militaire de Brest et de la Basse Bretagne. Parti de Versailles le 22 mai et arrivé à Port-Louis le 12 juin, Jérôme se précipitait aussitôt à marches forcées en direction de Brest à la nouvelle que ce port se trouvait sous la menace directe de la grosse escadre de l’amiral Berkeley. Il y parvenait exténué, en piteux état, le 19 juin, alors que, la veille, une tentative de descente anglo-hollandaise dans l’anse de Camaret s’était transformée en échec sanglant. Dès le 21 juin, de Brest, Vauban en rendait compte à Louis de Pontchartrain :

  • 66 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1232.

« M. Phélypeaux arriva ici au bruit du canon, mais quoiqu’il ait fait tous ses efforts et qu’il se soit pour ainsi dire crevé à force de courir, il n’a pu arriver que le lendemain [de l’affaire de Camaret], si las et si fatigué qu’il a été deux jours sans pouvoir remuer ni pieds ni pattes. C’est un mauvais pays que celui-ci pour courir la poste66. »

52Cette pitoyable entrée à Brest du fils du ministre fut vite connue à Versailles où l’on ne se priva pas d’en faire des gorges chaudes. Furieux, Pontchartrain père assénait au malheureux Jérôme une terrible volée de bois vert.

  • 67 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

« Votre entrée à Brest, lui écrivait-il, ne vous est pas honorable et vous aurez peine à effacer le ridicule qui l’a accompagné et que les récits ont déjà grossi ici. Je vous avoue que j’en suis pénétré de douleur et qu’après tout ce que je vous avais tant recommandé, j’espérais que vous auriez plus d’attention aux choses capitales que vous n’en avez… C’est donner de vous une belle idée dans un théâtre comme celui-là… quand on lit dans des extraits de lettres : “M. Phélypeaux est arrivé ici ce matin comme un écolier qui ne sait ce qu’il fait, et hors d’état de pouvoir faire même ce qu’il aurait voulu, si fatigué qu’il ne pouvait se porter et qu’il a fallu le cacher et le mettre au lit en arrivant… Quelle honte c’eût été pour lui, si les ennemis eussent encore été ici, de s’être si pressé pour se mener coucher. Si ce qu’on dit est vrai, cette lassitude excessive avait été précédée de quelque intempérance qui aurait aussi causé quelque désordre. On croit, quand on n’a rien vu, qu’il faut faire le drôle en courant la poste, qu’il faut boire de l’eau de vie et aller comme un fou. Un fils de ministre trouve que tout lui rit et ne voit pas le poison qu’on lui fait avaler. Il était tombé de cheval plusieurs fois, la tête étant un peu trop échauffée et la vue un peu trouble. En un mot, il eût mieux fait de suivre son voyage comme il avait commencé et d’arriver ici comme un homme à sa place y doit arriver…” Voilà en substance, résumait Louis, ce que j’ai vu dans plus d’une lettre. Vous savez si cela est véritable ou non, mais vrai ou faux, vous voilà chargé d’un vilain paquet et moi outré de douleur67. »

53Piqué au vif par un tel colportage de ragots, Jérôme ne manqua pas de répliquer sur un ton peu amène, ce qui lui valut de nouveaux coups de semonce.

  • 68 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Je ne veux point me fâcher, écrivait le père au fils, à la date du 30 juin 1694, mais changez de style, s’il vous plait, lorsque vous aurez à vous justifier ou à m’éclairer sur mes doutes. Votre lettre du 24 de ce mois ne me convient point. Elle est dure, elle est sèche et ne répond à aucun des devoirs de respect et d’obéissance que vous me devez. Je continuerai sans vous flatter et sans rien vous cacher aussi à vous dire tout ce que je croirai vous devoir dire. Ce sera toujours avec tendresse et avec douceur ( ! ! !), et j’en demeurerai là si cet idiome vous touche ; si vous le méconnaissez, je saurai joindre autre chose68. »

54Suit encore, en date du 3 juillet, une nouvelle lettre de Louis de Pontchartrain répondant à Jérôme qui, obstiné à se justifier, se retranchait derrière les recommandations que son père, en personne, lui avait faites peu auparavant sur la conduite à tenir en cas d’actions engagées contre l’ennemi.

  • 69 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Vous voulez, lui rétorquait Louis, que je vous dise que je suis content de ce que vous me mandez pour excuser la cause et l’état auxquels vous êtes arrivé à Brest. Je croyais qu’il eût été mieux de n’en plus parler, car il n’y a à gagner pour personne. Si j’en crois ce que vous me mandez, c’est moi qui ait tort si quelqu’un en a, c’est moi qui vous ai dit que je voulais absolument que vous vous trouvassiez où seraient les ennemis, cela est vrai, et je vous le dis encore si pareil cas peut arriver ; mais que, de là, vous puissiez conclure que je vous ai dit de faire tout ce que vous avez fait et de vous attirer tout ce qui est arrivé, j’avoue que si je n’ai pas assez d’esprit pour entendre cette conséquence, j’en ai assez pour me garantir d’un sophisme. N’en parlons plus, vous ferez mieux une autre fois je l’espère. C’était un nouveau genre de faute auquel je crois que vous n’avez pas pris goût. Les mémoires que vous continuez de m’envoyer sont bons. Adieu69. »

55Le ton avait changé. Visiblement Pontchartrain père cherchait à conclure l’armistice avec un fils qui, n’entendant pas se laisser traiter en « écolier », lui reprochait, non sans quelque raison, de se contredire d’une lettre à l’autre. À la mi-juin, en effet, Louis avait adressé à Jérôme un billet rédigé en termes non équivoques :

  • 70 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Vous voilà donc enfin où sont les ennemis. N’écoutez, s’il vous plait, ni les timides conseils d’une mère trop tendre, ni les avis empoisonnés de gens qui, par malignité, ne seraient pas fâchés de vous voir manquer, ni les exemples séducteurs et intéressés de gens qui, par une fausse flatterie, voudraient couvrir l’amour déréglé de leur conservation du prétexte de la vôtre. Quoique la bravoure ne soit point de votre métier, il en est de n’être pas poltron, et c’est l’être de n’aller pas toujours au plus près lors d’une occasion. Vous y êtes, distinguez vous y en bien, sans faste, sans ostentation, sans faux empressement. Bien des yeux sont sur vous, on vous observe d’ici comme un lieu même où vous êtes, rien ne vous est indifférent, tout est décisif pour vous. Je prie Dieu qu’il vous conserve en honneur et gloire, et je l’espère. Adieu70. »

56On ne pouvait être plus explicite. « Honneur et gloire » : il ne fallait rien de plus pour précipiter le jeune survivancier sur la route de Brest pour marcher en petit soldat au son du canon. Quant à l’allusion aux « timides conseils d’une mère trop tendre », elle s’éclaire à la lecture d’une lettre qu’un an plus tard, le 15 juin 1695, Marie de Maupeou écrivait, de Versailles, à son fils alors en tournée sur les côtes de Provence menacées par la flotte de l’amiral Russel. Avouant sa crainte qu’il n’arrivât « quelque chose de malheureux » à Jérôme au cours de ce voyage provençal, Marie ajoutait :

« Vous jugez bien que dans cette idée, la vue des ennemis me fait quelque peu peur. Vous pouvez, je crois, ne faire rien de téméraire sur cela, attendu que ce n’est point cela qui vous doive donner de la réputation de chercher les mauvaises aventures. C’est pourquoi je ne vous conseille pas de les aller chercher dans les villes où vous ne serez pas. »

  • 71 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

57Et de conclure de manière fort clairvoyante : « Adieu, mon fils, comptez que ce pays-ci [Versailles] est celui où vous devez être et que vous n’allez aux autres que pour être mieux en celui-ci où je vous souhaite incessamment et de vous y embrasser de tout mon cœur71. »

58En règle générale, les lettres de Marie de Maupeou s’adressant à Jérôme témoignent de préoccupations fort différentes de celles de son irascible époux, perpétuel donneur de leçons. Ainsi, à propos de la folle équipée de Brest, cette « mère trop tendre » se contente de s’inquiéter sur l’état de santé de son fils au lieu d’épiloguer sur les rumeurs malveillantes de la Cour.

  • 72 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles.

« Vous êtes vaillant de courage, Monsieur, mais peu de tempérament, écrit-elle à Jérôme à la date du 22 juin 1694. Comme l’un est assez nécessaire à l’autre, n’allez pas si vite pour aller plus longtemps et comme vous voyez la prudence est assez nécessaire. Il eut autant valu arriver [à Brest] un peu plus tard et plus en santé72. »

  • 73 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles.

59Et peu après, le 26 juin, Marie de Maupeou faisait à Jérôme cette recommandation significative à propos des lettres qu’il lui adressait : « Ne m’y parlez que de vous, de votre santé, de ce que vous faites et de votre troupe éclopée, une compagnie d’invalides dont vous étiez très dignement le chef en arrivant à Brest… Servez-vous, je vous prie, du séjour à Brest pour vous bien raccommoder73. » La « troupe éclopée » mentionnée ici désignait le petit groupe de compagnons de voyage de Jérôme parmi lesquels figurait notamment l’écrivain et agent diplomatique Simon de La Loubère (1643-1729), encore un protégé de Louis de Pont-chartrain qui l’avait fait entrer à l’Académie française en 1693, puis à l’Académie des inscriptions l’année suivante. On reviendra plus loin sur ce personnage connu surtout pour sa révélation du Royaume de Siam (Paris, 1691, 2 vol.), pays où il avait séjourné en 1687.

  • 74 « Medianoche », terme « qui a passé de l’espagnol dans le français pour signifier un repas en vian (...)

60La santé de Jérôme paraît avoir été un sujet constant de préoccupation pour Marie de Maupeou, une inquiétude d’autant plus compréhensible qu’elle avait perdu un fils aîné, prénommé Louis, mort prématurément à Vannes en 1686, à l’âge de 18 ans, et que, de plus, Jérôme lui-même avait failli être emporté par la « petite vérole » (variole) qui l’avait laissé borgne. Aussi, pour Marie, tout était source d’anxiété chez le seul enfant qui lui restait, qu’il s’agisse de ses dérèglements de jeune homme, de son surmenage dans le travail, ou encore de ses imprudences à l’occasion de ses grandes tournées portuaires. Quelques échantillons de cette correspondance d’une mère inquiète valent d’être cités, tel celui où Marie reproche à Jérôme son abus des « medianoches74 ».

  • 75 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée du 14 juin.

« Je suis fâchée de la fièvre que vous avez eue… Vos veilles et vos medianoches ont peut-être bien contribué à cela. L’on n’est pas de fer. Beaucoup manger, peu dormir, fatiguent et fatiguent les autres car je sais que les domestiques où vous êtes le sont beaucoup de ces sortes de repas. Il est traître de vous en parler, mais il me semble qu’ils ne conviennent qu’à des enfants ou des femmes, car les hommes ne mangent ces sortes de repas à moins que ce ne soit un par an par débauche75. »

61L’ardeur du soleil méridional devient elle-même un sujet d’alarme lorsqu’au printemps 1695 Jérôme effectue sa tournée en Provence. « Je ne saurais empêcher, mon fils, d’être en inquiétude de votre santé, non seulement à cause des ennemis, mais à cause du chaud », avoue Marie de Maupeou qui insiste dans une autre lettre :

  • 76 Marie de Maupeou souffrait de crises d’asthme répétées et invalidantes qui hâtèrent sa fin en 1714
  • 77 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, s. l. n. d.

« Je ne puis, mon fils, vous écrire tant que j’ai mal à la poitrine76. Tout ce que je peux faire est de vous faire mander que vous êtes un fou de vous échauffer la cervelle au soleil de Provence comme vous faites. Si vous tombez là malade, vous seriez bien attrapé d’ailleurs77. »

62Mais surtout, indice révélateur, il y a un danger particulier que Marie redoute pour son fils : c’est le risque de surmenage provoqué par une ardeur croissante au travail que celui-ci manifestait depuis ses débuts de survivancier et qui le poussait à dévorer d’épais dossiers et à multiplier les enquêtes pour mieux répondre aux exigences de son père.

  • 78 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre du 25 juin 1695.

63Comme il a été dit plus haut, cette conscience professionnelle lui valut, à l’occasion de son séjour en Provence (fin avril-fin juin 1695), des témoignages de satisfaction de la part du duc de Vendôme et du Roi lui-même. Pour en être contente, Mme de Pontchartrain ne pensait pas moins que cela risquait, à la longue, de coûter fort cher à la santé de Jérôme. « En vérité, mon fils, le sermonnait-elle, vous êtes bien fou de travailler plus que vous ne pouvez. Je crois qu’il est aussi dangereux d’en trop faire que pas assez. » Et de lui proposer ingénument un curieux emploi du temps : lever à 7 heures, une heure « pour ma petite prière, pour mon déjeuner, pour m’habiller », travail de 8 heures à midi, messe, repas et entretiens avec diverses personnes jusqu’à 3 heures, travail de 3 heures à 6 heures, détente, repas, enfin coucher à 11 heures78. Bref, un programme digne de convenir à quelque honnête commis, paisible et dévot, non accablé de responsabilités. Beaucoup plus perspicace apparaît une autre lettre de Marie de Maupeou, datée du 15 juin 1695, soit quinze jours avant que Jérôme ne quitte la Provence pour une tournée en Languedoc.

  • 79 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, « Versailles le 15 juin 1695 ».

« Je suis ravie, mon cher fils, se félicitait Marie, que l’on soit si content de vous ici [à Versailles]. Je souhaite que vous ayiez autant de bonne réputation que j’ai d’amitié pour vous. Vous voilà dans l’état où je vous ai souhaité qui est de faire entendre ce que vous entendez et voulez faire. Après cela, je crois qu’il est bon de ne pas se laisser accabler par le travail. L’esprit et le corps en souffrent quelque fois trop et il y a même quelquefois de la politique de laisser quelque chose à faire aux autres, chacun dans sa sphère étant bien aise aussi de se faire valoir. Il est bon aussi de s’accoutumer à s’aider des autres, cela est nécessaire dans l’état où vous êtes, surtout quand on a bien compris que l’on peut travailler soi-même79. »

64Cette lettre, combien précieuse, présente un double intérêt. D’abord, elle montre l’affermissement rapide, dès le mois de juin 1695, de la situation de Jérôme, secrétaire d’État survivancier depuis décembre 1693, et cela grâce, principalement, à ses tournées portuaires qui lui permirent de se mettre en valeur par la qualité de ses nombreux rapports rédigés dans des circonstances souvent difficiles. De 1694 à 1696, Jérôme effectuera trois grandes tournées dans les ports du royaume : la première, de mai à septembre 1694, concerne les ports bretons et normands, suivie d’une remontée jusqu’à Dunkerque ; la seconde le mène, au printemps 1695, dans les ports de Provence, et se prolonge, au mois de juillet, par un voyage en Languedoc ; enfin la troisième le ramène, en juin-juillet 1696, sur le littoral atlantique, cette fois en Aunis, pour un séjour de six semaines où il fait la navette entre Rochefort et La Rochelle. Ces diverses pérégrinations, il sut les mettre à profit pour réunir une masse documentaire considérable sous forme de correspondances, mémoires et enquêtes, ce qui témoigne déjà de sa puissance de travail, et, en même temps, montre le peu de fondement des dires de Saint-Simon quant au bilan des tournées de ce fils de ministre.

  • 80 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 1, p. 369.

« Tout s’y passa, résume notre désinvolte chroniqueur, moins en études et en examens qu’en réceptions, en festins et en honneurs tels qu’on aurait pu les rendre au Dauphin. Chacun s’y surpassa en cour et en bassesses pour le maître naissant de son sort et de sa fortune, qui revint peu instruit, mais beaucoup plus gâté qu’auparavant, et dans l’opinion d’être parfaitement au fait de tout80. »

65Or, au contraire, en 1696, le jeune secrétaire d’État survivancier, précocement mûri par l’expérience, se trouvait désormais armé pour s’occuper efficacement des affaires de la Marine, en attendant de pouvoir donner sa pleine mesure, une fois débarrassé, en 1699, de la tutelle de son père, nommé chancelier de France.

  • 81 Ibid., t. 3, p. 1005-1006.

66De cette rapide affirmation de la personnalité de Jérôme, Marie de Maupeou en donne un aperçu suggestif dans le passage, cité plus haut, de sa lettre du 15 juin 1695 où elle lui recommande vivement de « s’accoutumer à s’aider des autres ». On entrevoit déjà, en effet, chez ce survivancier, le secrétaire d’État titulaire tel qu’il sera jusqu’en 1715, avec ses qualités et les défauts de ses qualités, c’est-à-dire un gros travailleur, « sachant bien sa marine », mais, en même temps, ministre jaloux de son autorité et enclin à faire sentir son importance au point de prétendre tout contrôler par lui-même jusqu’à se mêler d’affaires qui relevaient de ses collègues. Non pas que la vanité fut inhérente au personnage. Saint-Simon ne peut s’empêcher de reconnaître qu’ » avec tant de vices et d’insolence », Jérôme « était d’une vérité à surprendre sur sa naissance », cela au grand désespoir de son cousin La Vrillière « qui était glorieux là-dessus fort mal à propos ». Et d’ajouter : « J’en ai quelquefois vu des scènes très plaisantes entre eux deux. Comme secrétaire d’État, l’orgueil même81 ! » À vrai dire, le comportement de Pontchartrain fils donne fréquemment l’impression d’un homme qui agit et s’agite comme s’il avait toujours quelque chose à prouver, un comportement peut-être lié au souvenir de ses jeunes années où, dans l’entourage familial, l’on ne se privait pas de douter de ses capacités. Ses excès de zèle et ses initiatives parfois intempestives au cours de ses tournées portuaires seraient ainsi l’expression d’un désir profond de se faire reconnaître à sa juste valeur par un père aussi généreux en reproches qu’avare en compliments.

  • 82 Ibid., t. 1, p. 113.
  • 83 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles, le 17 juin 1694.

67Sans vouloir verser dans la psychanalyse, force est de convenir que ce fils de ministre, apparemment favorisé par le sort, avait pâti au départ d’un double handicap. Primitivement destiné à l’état ecclésiastique, Jérôme avait vu ses parents contraints de reporter sur lui leurs espoirs après la mort de son frère en 1686. Que le souvenir du cher disparu ait rendu parfois pesante l’atmosphère familiale, cela n’est guère douteux. Signalant la nomination, fin 1693, de Jérôme de Pontchartrain comme secrétaire d’État survivancier, Saint-Simon, en effet, précise : « Il est seul et a perdu un aîné, dont le père et la mère ne se consolent point82. » Ayant 12 ans au moment de cette disparition, Jérôme dut, lui-même, en être cruellement affecté. En tous cas, il ne manquera pas de se rendre sur la tombe de son frère enterré à Vannes, lorsqu’il passera dans cette ville à l’occasion de sa tournée bretonne de 1694. Jérôme ne jugera d’ailleurs pas nécessaire d’en informer sa mère qui n’apprendra sa pieuse démarche qu’indirectement : « Je suis bien fâchée, lui écrivait celle-ci peu après, que vous ne m’ayiez pas mandé que vous ayez été sur le tombeau de votre frère prier Dieu pour lui. Je le serais encore bien plus que vous n’eussiez pas pensé83. » Le ton de Marie de Maupeou montre que la plaie n’était pas cicatrisée, l’expression : « Vous devez bien cette attention à sa mémoire » constituant même une sorte de reproche, comme si l’on en voulait au cadet d’occuper une place qui normalement aurait dû revenir à l’aîné. Le second handicap que dut surmonter Jérôme tenait à un physique peu avenant décrit par Saint-Simon en ces termes :

  • 84 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 3, p. 1003.

« Sa taille était ordinaire, son visage long, mafflé, fort lippu, dégoûtant, gâté de petite vérole, qui lui avait crevé un œil. Celui de verre dont il l’avait remplacé était toujours pleurant, et lui donnait une physionomie fausse, rude, renfrognée, qui faisait peur d’abord, mais pas tant encore qu’il devait faire84. »

  • 85 Ibid. (éd. Coirault), t. 3, p. 1596.
  • 86 AN, MM 827, cité dans L. Delavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de R (...)

68D’autre part, signe probable d’une enfance quelque peu perturbée, ce « vilain borgne », comme l’appellera plus tard la jeune duchesse de Bourgogne85, avait souffert durant son adolescence de difficultés d’élocution qui se remarquaient encore lorsqu’arriva pour lui le moment d’entrer dans la vie publique. À ce propos, un contemporain, le père Léonard de Sainte-Catherine, à la fois chroniqueur et grand collectionneur de papiers extrêmement divers pour la période 1691-1706, a tracé, en deux phrases, un portrait suggestif du jeune Jérôme en ses débuts : « Il a peine à parler, et quand il parle sa langue sort de sa bouche. Il paraît avoir de bons sentiments, parle peu et sait peu de choses86. »

69On comprend que, desservi à ce point par les apparences, Pontchartrain fils se soit employé, sans tarder, à donner une tout autre image de lui, ne fût-ce qu’en jouant des rôles qui ne lui convenaient guère, comme celui de poser au bel-esprit, voire au bouffon, dans ses relations épistolaires. Mais sa nature profonde transparaît, au contraire, dans la ligne de conduite qu’une fois nommé secrétaire d’État survivancier il avait adoptée pour s’imposer face à son père et face à son propre entourage, c’est-à-dire une application de tous les instants au travail, poussée jusque dans les plus minutieux détails. Mais si, là aussi, il y entrait une manière d’affectation, le jeune survivancier se vantant volontiers près de ses correspondants et amis d’être accaparé par les devoirs et responsabilités de sa charge, ce zèle n’en reflétait pas moins une passion naissante pour les tâches ministérielles, passion qui en s’affirmant fera bientôt de lui un parfait secrétaire d’État au sens louis-quatorzien du terme. Le terme « parfait » signifie ici une totale disponibilité au service du Maître. L’un des intérêts de la correspondance de Marie de Maupeou est précisément d’avoir entrevu très tôt cet aspect prédominant de la personnalité de son fils et de s’en être inquiété pour sa santé, à tort d’ailleurs, car, dans le dur métier de ministre sous la férule du vieux Roi, Jérôme se révélera d’une endurance à toute épreuve.

70Ce fut au cours de sa tournée portuaire de 1694 que Jérôme de Pontchartrain commença à donner la mesure de ses capacités, servi en cela par la gravité de la situation. Depuis qu’en 1692, avec l’affaire de La Hougue, la flotte française avait perdu la maîtrise de la haute mer, les ports du Ponant se trouvaient exposés aux raids de la Royal Navy. Le premier signal d’alarme fut le bombardement de Saint-Malo du 26 novembre 1693 qui incita le gouvernement à développer au maximum les fortifications côtières en chargeant Vauban de cette mission. S’activant d’abord à assurer la sécurité de Saint-Malo, très mal protégé, Vauban devait en toute urgence se précipiter, au mois de mai 1694, à Brest, à l’annonce qu’une opération d’envergure se préparait contre cette place maritime avec l’escadre de Berkeley portant 6 000 à 7 000 hommes, anglais, hollandais et huguenots français transfuges. Le commissaire général des Fortifications réussit en un temps record à mettre en défense la rade de Brest et ses alentours si bien qu’après l’affaire de Camaret Berkeley préféra reprendre le large. Ce n’était qu’un échec ponctuel, la Royal Navy entamant, peu après, une campagne de bombardements, à l’aide de galiotes à bombes, sur Dieppe, le 22 juillet, Le Havre, du 26 au 31, Dunkerque, le 20 septembre, et Calais, le 27 septembre. Ces dernières actions s’étaient déroulées avant la fin de la tournée de Jérôme, et une fois encore hors de sa présence, le jeune secrétaire d’État, malgré sa bonne volonté, arrivant lorsque l’ennemi venait de repartir, ce qui alimenta à nouveau les railleries de la Cour. Pourtant Pontchartrain fils s’acquitta au mieux de sa tâche qui était de fournir des rapports circonstanciés sur la situation des ports, rapports d’autant plus utiles que, l’année suivante, Saint-Malo, en juillet, puis Dunkerque, en août, allaient se trouver derechef harcelés par la flotte anglo-hollandaise.

71En dépit de ses exigences et de ses préventions, Pontchartrain père ne pouvait s’empêcher de reconnaître la qualité du travail fourni par son survivancier lors de ses voyages, tout en y mêlant volontiers quelque pointe de vinaigre :

  • 87 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Je suis toujours également content, écrivait-il à Jérôme le 19 juin 1694, des mémoires que vous m’envoyez, mais je le serais bien davantage s’ils étaient tout de vous. Je n’ai que faire du travail des autres par vous, je l’aurai par eux-mêmes quand je le voudrai, je ne le veux que du vôtre et je reconnais bien ce qui en est et ce qui n’en est pas. Ce n’est point le grand nombre de mémoires qu’on vous donnera, quand même vous en feriez une compilation, qui feront le fruit de votre voyage, c’est de voir tout par vous-même, d’écrire ensuite ce que vous avez vu, de l’écrire pour vous l’inculquer, et non de le transcrire du fonds d’autrui ou du vôtre pour remplir des portefeuilles et l’oublier ensuite87. »

72Une semaine plus tard, dans une lettre du 26 juin, Louis change complètement de style :

  • 88 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Comme les mémoires que vous m’envoyez sont grands et méritent réflexion et que n’étant plus dans les lieux dont vous parlez quand vous les écrivez, vous ne pourriez plus exécuter ce que je réglerais, je crois qu’il est mieux que je les garde comme je fais, pour à votre retour les passer ensemble et former sur les différents rapports que vous faites les résolutions et les décisions que nous croirons ensemble être les meilleures88. »

73Le ton plutôt élogieux, reflet d’une certaine considération, peut surprendre au moment même où, dans d’autres lettres, Louis s’empoignait avec Jérôme à propos de la folle équipée de Brest. Mais le père, lorsqu’il s’adresse au fils, semble coutumier des sautes d’humeur et brusques revirements, au point même de conclure une lettre pleine de reproches par un bref satisfecit qui arrive là comme un coq-à-l’âne. C’est le cas notamment des deux lettres déjà citées plus haut, des 30 juin et 3 juillet 1694, où Louis blâme Jérôme pour lui avoir manqué de respect et pour s’obstiner à ne pas reconnaître ses torts. La première s’achève inopinément par : « Adieu. J’ai reçu vos mémoires sur Lorient et sur Groix dont je suis content » ; et la seconde par : « Les mémoires que vous continuez de m’envoyer sont bons. Adieu. »

74Peu après, un exemple particulièrement probant de l’ampleur du travail d’information mené par Jérôme de Pontchartrain est fourni par les rapports sur Saint-Malo qu’il adressa à son père à l’issue d’un court séjour dans ce port autour du 21 juillet 1694. La diversité des sujets qui s’y trouvent abordés montre, en effet, que le survivancier eut à cœur de chercher « à tout entendre » en ce lieu, comme le lui avait expressément recommandé Louis dans une lettre datée du 14 juillet 1694 :

  • 89 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Vous voilà à Saint-Malo, ou du moins cette lettre vous y trouvera. Le théâtre vous doit être plus suspect qu’aucun autre et son plancher plus glissant. Redoublez donc, s’il vous plait, toute votre application à tout entendre, à parler peu, à ne décider sur rien, et à payer d’honnêtetés et de politesse. C’est le plus solide précepte que vous puisse donner un père, et le plus salutaire avis que vous puissiez avoir d’un ami89. »

75L’allusion au « plancher glissant » concernait le milieu des grands négociants-armateurs malouins qui, fiers de leur puissance naissante et pourvus de hautes relations à la Cour, s’efforçaient déjà d’entraîner la politique royale dans un sens favorable à leurs intérêts particuliers comme s’il s’agissait de l’intérêt général. Très probablement, d’ailleurs, Jérôme ne se tint pas aux stricts conseils de son père. Pour obtenir des informations, il faut bien en donner soi-même, et non pas se contenter de « tout entendre » et de « parler peu ». En tous cas, la richesse de son enquête malouine semble indiquer que « Messieurs de Saint-Malo », mis en confiance, ne lésinèrent pas sur l’aide à apporter au jeune secrétaire d’État.

76Dans cette enquête, deux thèmes principaux sont développés, le problème de la mise en défense de Saint-Malo et celui du commerce des métaux précieux pratiqué par les Malouins. S’agissant du premier thème, Jérôme présente les inconvénients et les avantages de la situation du port, avec des approches extérieures, encombrées de rochers et d’îlots, dangereuses pour la navigation, mais utiles comme système de défense naturel mettant, en principe, la ville à l’abri d’un assaut direct. Il n’excluait pas toutefois le risque de bombardements, tant que ce semis d’îlots ne serait pas fortifié, pronostic confirmé dès 1695 par le bombardement de quatre jours (14-18 juillet) que l’escadre de Berkeley fit subir à Saint-Malo. De plus, Jérôme précisait que même lorsqu’un véritable système défensif bâti sur les îlots serait mis en place (ce qui fut achevé vers 1700), un danger potentiel subsisterait toujours, celui d’une descente ennemie. Et, d’une manière prémonitoire, il indiquait le point faible du dispositif où les Anglais pouvaient débarquer pour prendre la ville à revers par la terre, c’est-à-dire le petit port de Cancale. C’est ce que fera la Royal Navy au mois de juin 1758… Enfin Jérôme de Pontchartrain se faisait l’écho et l’avocat d’un projet ambitieux, en l’air depuis peu, concernant, d’une part, le réaménagement de l’espace urbain avec une extension majeure du côté de Saint-Servan, et, d’autre part, la refonte de l’organisation portuaire avec la création d’un bassin capable de mettre tous les navires à flot.

« Ce serait, plaidait-il, comme deux villes qui se soutiendront l’une et l’autre. On pourrait, par la suite, faire une chaussée et un pont jusque Saint-Malo pour communiquer d’un côté à l’autre, et par le moyen d’une écluse peut-être pourrait-on faire un bassin de toute l’étendue d’eau qui est derrière la ville. »

  • 90 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 22-34.

77Et de conclure que « cette proposition » lui paraissait « assez raisonnable et assez considérable » pour que Vauban l’examinât avec soin. De fait, celui-ci s’en inspirera pour élaborer en 1696 un plan précis qui sera approuvé par Louis XIV en personne, mais dont la mise à exécution n’aura pas lieu en raison de l’opposition farouche des Malouins inquiets à la fois de la « faisabilité » financière du projet, de la création d’une ville nouvelle à Saint-Servan, et, plus encore, de la perspective d’une « cohabitation » avec la Marine royale, ses officiers et ses intendants qu’entraînerait l’aménagement d’un vaste bassin à flot abritant un port de guerre et un port marchand90.

78Ce rejet du plan Vauban, pourtant approuvé par le Roi, témoignait bien de l’efficacité du « lobby » malouin et de la solidité de ses appuis à la Cour. En défendant, dès 1694, le projet d’une « modernisation » de Saint-Malo, Jérôme de Pontchartrain, ouvert à toutes les suggestions, s’était probablement fait l’interprète du milieu des ingénieurs du Roi qui, depuis 1689, travaillaient à la mise en défense du littoral. Par contre, c’était en parfait accord avec « Messieurs de Saint-Malo », et pratiquement sous leur dictée, que Jérôme exposait à son père la question du commerce des métaux précieux dont ceux-ci s’étaient fait une spécialité en envoyant à Cadix leurs frégates décharger des produits textiles destinés à l’Amérique espagnole après transbordement sur les navires de la « Carrera de Indias ». En retour, les frégates malouines y chargeaient des cargaisons de métal blanc d’origine péruvienne ou mexicaine, les fameuses piastres d’argent, objets de tout un trafic illégal qui s’opérait sous des « prête-noms » espagnols, les « Lois des Indes » prohibant le commerce des étrangers dans l’empire hispano-américain. Un fois débarqué à Saint-Malo, cet argent était transféré par roulage à l’hôtel des monnaies de Rennes pour y être vendu au Roi au cours fixé par lui contre paiement en espèces françaises. Alors seulement les négociants malouins pouvaient rentrer dans leurs fonds et calculer le bilan final comptable d’une spéculation commerciale engagée trois ou quatre ans plus tôt par l’achat de ballots de toile (à Morlaix et Rouen notamment) destinés à l’Amérique via Cadix. Or, problème irritant pour les Malouins, l’un des caractères fondamentaux de la politique monétaire française était de fixer l’achat du métal précieux à des cours généralement inférieurs à ceux pratiqués à l’étranger. Aussi, s’abritant vertueusement sous le couvert de l’intérêt général pour dénoncer les effets pernicieux de cette politique de l’argent à bas prix, ne cessaient-ils de réclamer une revalorisation des cours pratiqués dans les hôtels des monnaies, comme seul moyen d’attirer en France les espèces, en un moment où le royaume souffrait gravement de disette monétaire.

  • 91 Ibid., p. 467, 476.

79Visiblement sensible à l’argumentation des « Messieurs de Saint-Malo », Jérôme insiste longuement près de son père sur leur analyse de la situation et sur leur grande revendication qui était, écrit-il, de « mettre l’or et l’argent à plus haut prix que dans les pays étrangers91 ». Mais le secrétaire d’État survivancier ne se contentait pas de répercuter les doléances des Malouins et de faire un descriptif de leur commerce de Cadix. Soucieux d’être à jour en un temps de guerre peu propice au fonctionnement de cette voie commerciale, il préconisait un tout autre moyen pour se procurer l’argent américain – et cela sans passer par l’intermédiaire du port andalou – qui consistait à le drainer directement en utilisant les Antilles comme relais de contrebande. Ce « commerce interlope », selon l’expression de l’époque, se trouvait déjà largement pratiqué par les Hollandais de l’île de Curaçao et surtout par les Anglais de la Jamaïque qui, en toute liberté, avec l’autorisation de leur gouverneur, allaient trafiquer avec les colons espagnols, leur fournissant des produits manufacturés contre paiement au comptant en piastres. Aussi Jérôme suggérait-il à son père que, du côté français, on s’inspirât de l’exemple jamaïcain pour se livrer au même genre de trafic, en s’appuyant principalement sur l’île de Saint-Domingue comme base-relais. Le problème était que, si la Jamaïque formait une colonie ordonnée et prospère, par contre le jeune établissement de Saint-Domingue, terre d’insubordination fortement marquée par ses origines flibustières et boucanières, jouissait d’une détestable réputation propre à décourager les transactions commerciales, malgré sa remarquable situation sur les routes de la Méditerranée américaine.

80De ce problème, Jérôme s’en expliquait clairement dans une lettre à Louis de Pontchartrain, datée de Dunkerque, le 24 août 1694.

« Si les habitants de Saint-Domingue, écrivait-il, avaient la même liberté et la même protection [que les Anglais de la Jamaïque], leur commerce serait aussi considérable que celui de la Jamaïque, mais pour y parvenir il faudrait défendre sur toutes choses les pirateries aux habitants de cette Isle, car, soit que cela tienne des cruautés qu’ils ont exerçées depuis quelques années ou de ce que les autres nations ont toujours fait la course sous le pavillon de France, il est certain que les Français sont tellement haïs dans toute la côte des Indes qu’il suffit d’y porter un pavillon blanc pour n’y faire aucun commerce. Sur quoi l’on doit faire de sérieuses réflexions d’autant plus que l’isle de Saint-Domingue est une des meilleures de toutes les Indes non seulement par sa grandeur, mais encore par sa fertilité. »

81Suit une énumération quelque peu fantaisiste des richesses et productions de Saint-Domingue qui, en fait, n’avait pas encore véritablement amorcé son développement économique. D’autre part, ne négligeant pas non plus l’intérêt stratégique et tenant compte des nombreux flibustiers qu’abritait cette colonie, Jérôme ajoutait : « Sa Majesté y trouverait dans l’occasion un grand nombre de gens qui seraient tous portés à exécuter les desseins qu’Elle pourrait former par la suite sur quelque place des Indes. » Ce fut précisément ce qui se réalisa, trois ans plus tard, avec la célèbre expédition mixte Marine royale-Flibustiers de Saint-Domingue (partiellement financée par les Malouins) qui s’empara, au mois de mai 1697, de Carthagène, le grand entrepôt espagnol de la Nouvelle-Grenade. Enfin Jérôme concluait sur la nécessité d’une enquête approfondie en raison de l’importance de la question et du caractère approximatif des renseignements fournis.

  • 92 AN, Marine, B 3, 85, f° 199-199 vo.

« Voilà, Monsieur, ce que j’ai pu apprendre dans le peu de temps que j’ai été à Saint-Malo. Encore ne sais-je pas exactement si tout ce qui est contenu dans cette lettre est entièrement véritable. Cette matière demande un travail beaucoup plus long que la Marine, qui était le principal but de mon voyage, ne me permettait d’y donner. Ainsi, quand vous jugerez à propos que je n’instruise à fond de ce commerce, il faudra que j’aille à Saint-Malo et que j’y demeure un temps considérable à ne travailler qu’à cela92. »

  • 93 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 512-513, 521.
  • 94 Ch. Frostin, « Les Pontchartrain et la pénétration commerciale en Amérique espagnole (1690-1715) » (...)

82Tous ces renseignements, le jeune secrétaire d’État les avait collectés au cours d’entretiens avec les négociants-armateurs malouins, et plus particulièrement avec Nicolas Magon de La Chipaudière (1644-1740) qui, dès les années 1680, avait joué un rôle pionnier en envoyant ses navires pratiquer l’interlope dans la zone Caraïbe. Ce fut, semble-t-il, La Chipaudière qui souffla à Jérôme l’idée de faire de Saint-Domingue une base-relais de contrebande, lui indiquant même la côte sud de l’île comme lieu le plus propice à ce genre d’activité. En tous cas, on le retrouve, quelques années après, figurant parmi les douze directeurs de la Compagnie de Saint-Domingue, une compagnie privilégiée fondée en 1698 sous le prétexte de mettre en valeur la partie méridionale de cette grande Antille, mais dont l’objectif prioritaire était de développer l’interlope avec les établissements espagnols93. La fondation de la Compagnie de Saint-Domingue s’inscrivait, elle-même, dans la politique de pénétration commerciale de l’empire hispano-américain impulsée alors par Louis de Pontchartrain et destinée à s’amplifier avec l’intronisation de Philippe V à Madrid suivie de la concession de l’Asiento à une compagnie française. Jérôme de Pontchartrain se trouva donc mêlé très tôt à cette vaste entreprise puisque, dès 1694, il avait eu le mérite d’attirer l’attention de son père sur Saint-Domingue pour une pratique de l’interlope à grande échelle, et que ce ministre, sans même attendre la fin des hostilités, donnait, dès 1696, des ordres pressants au gouverneur Ducasse de « ne rien négliger » pour que l’ancien repaire des aventuriers de La Tortue et Coste Saint-Domingue, de sinistre mémoire, devint un actif relais commercial avec les possessions espagnoles94.

  • 95 Lettre de Louis XIV, du 18 février 1709, à Michel-Jean Amelot de Gournay, ambassadeur à Madrid, da (...)

83L’enquête malouine menée par le jeune secrétaire d’État présente ainsi plusieurs sujets d’intérêt, si l’on envisage sa propre personnalité, sa formation de survivancier, et aussi, par la suite, certains aspects de sa politique ministérielle. Tout d’abord, elle révèle le dynamisme et l’efficacité de ce débutant qui sut en un temps record – deux ou trois journées à Saint-Malo – réunir une masse d’informations à la fois neuves et variées. D’autre part, cette enquête fut pour lui l’occasion de s’initier aux rouages du commerce de Cadix comme de percevoir la montée en puissance du commerce interlope, deux secteurs d’activités visant à capter indirectement ou directement le maximum d’argent péruvien et mexicain. Par là, Jérôme put déjà se pénétrer de l’importance capitale de l’accès au marché hispanoaméricain qui allait bientôt tourner à l’obsession, poussant Louis XIV à l’acceptation du testament espagnol en dépit du risque quasi certain d’un conflit général. « Le principal objet de la guerre présente, écrira sans ambages ce monarque en 1709, est celui du commerce des Indes et des richesses qu’elles produisent95. » Enfin, toujours à propos de la même enquête, les entretiens que Jérôme eut alors avec un La Chipaudière et autres gros négociants-armateurs méritent ici une attention privilégiée. Ce furent, en effet, les premiers contacts du futur ministre de la Marine avec « Messieurs de Saint-Malo », préludant à vingt années de relations ambiguës qui débouchèrent à plusieurs reprises sur des situations conflictuelles.

  • 96 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 531.

84Formant une élite négociante, grande pourvoyeuse du royaume en métaux précieux et, par surcroît, bien intégrée dans l’espace du capitalisme commercial européen, « Messieurs de Saint-Malo » se montraient, à ce double titre, volontiers hautains et sûrs d’eux-mêmes, d’autant que le succès croissant de leurs expéditions à « la mer du Sud » allait bientôt renforcer chez eux la conscience de leur importance. De son côté, Pontchartrain fils, devenu seul responsable de la Marine et des Colonies, ne pouvait manquer, tout en admirant l’esprit d’entreprise des Malouins, de s’irriter de leur désinvolture à l’égard des directives royales et de leur proprension « à ne se conduire que par leurs intérêts », une attitude qui, par exemple, à propos des établissements français outre-mer, les poussait à sacrifier délibérément l’objectif de colonisation à l’objectif commercial. Cette tension latente s’avéra même parfois très vive lorsqu’à partir de 1703 « Messieurs de Saint-Malo » s’engagèrent résolument dans la grande aventure de l’interlope en « mer du Sud », lançant leurs vaisseaux sur la route du cap Horn pour aller trafiquer le long des côtes chilio-péruviennes, au mépris des « Lois des Indes », au mépris aussi des intérêts supérieurs de l’alliance franco-espagnole. Pour le secrétaire d’État à la Marine, responsable des ports et des levées de matelots, la situation n’était guère confortable, l’interdiction stricte de tout départ pour la « mer du Sud » signifiant l’interruption de la route de l’argent et la fin des retours de navires gorgés de piastres et de barres de métal blanc. D’où, de sa part, une politique louvoyante, contradictoire, qui le portait à fermer les yeux sur les agissements des Malouins, tout en se montrant intraitable à l’encontre des négociants des autres ports désireux d’armer dans la même direction96. Ne convenait-il pas, d’ailleurs, que lui, un Pontchartrain, ménageât ces Malouins, alors que son père, le Chancelier, pratiquait une politique matrimoniale visant à intégrer à sa propre parentèle les enfants de Noël Danycan, le plus riche, le plus illustre des « Messieurs de Saint-Malo » ? L’apprentissage que Jérôme, dès sa jeunesse, avait eu du « plancher glissant » de Saint-Malo, portait ainsi ses fruits.

  • 97 Le 12 juillet 1694, Jérôme de Pontchartrain quittait Brest pour aller visiter les ports de la Manc (...)

85L’exemple de cette enquête malouine rondement menée permet de comprendre combien les trois tournées portuaires de 1694, 1695 et 1696 furent formatrices pour Pontchartrain fils dans son apprentissage du métier ministériel. De plus, elles lui offrirent l’occasion de se mettre en valeur près d’hommes talentueux, jouissant de la confiance particulière du Roi, tel le duc de Vendôme, comme on l’a signalé plus haut à propos de la tournée en Provence de 1695. Déjà d’ailleurs, un an auparavant, Jérôme, lors de son voyage en Bretagne, avait su capter l’estime et même l’amitié de Vauban, qui, à Brest, durant près d’un mois, du 19 juin au 12 juillet97, s’était fait son mentor, le guidant notamment dans une inspection détaillée du dispositif de défense de la rade. Dans une lettre du 28 juin 1694 adressée à Louis de Pontchartrain, le commissaire général des Fortifications ne cachait pas sa satisfaction devant l’application de son élève.

  • 98 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1232.

« Nous commençons à nous connaître, Monsieur Phélypeaux et moi, écrivait-il, et, si je ne me trompe, avant que de nous séparer nous serons contents l’un de l’autre. Il est affable, doux et honnête, fort attaché à ce qu’il doit apprendre, ne perdant pas un moment de temps de voir et de s’instruire. Il a bon esprit, et son honnêteté lui attire fort l’estime des officiers de la marine. Voilà, Monseigneur, ce que j’ai à vous dire de lui, sans désir de lui plaire ni dessein de vous faire sa cour98. »

86Pour Jérôme qui, après son séjour brestois, devait se rendre à Saint-Malo, la fréquentation de Vauban fut d’autant plus utile que celui-ci avait, en avril 1694, inspecté le port malouin et se trouvait donc en mesure de lui fournir à l’avance d’amples renseignements sur cette place maritime. Fait significatif, toujours à propos des Malouins, Vauban s’était lié d’amitié avec Nicolas Magon de La Chipaudière, le même que Jérôme allait rencontrer une fois arrivé à Saint-Malo. Les liens d’amitié se doublaient ici de liens d’affaires, La Chipaudière armant activement pour la course, un genre d’opérations dans lequel, précisément, le commissaire général des Fortifications n’hésitait pas à risquer de grosses sommes. Ainsi, en septembre 1695, Vauban se verra complimenté par Louis de Pontchartrain pour sa participation à l’armement du marquis de Nesmond qui venait de rapporter « de belles et grandes prises ». « Permettez-moi, lui écrivait le ministre, de m’en réjouir avec vous, étant informé que vous y avez un intérêt considérable. » Et l’heureux commanditaire de répondre à Louis en ces termes :

  • 99 Lettre de Louis de Pontchartrain à Vauban du 7 septembre 1695 et lettre du 18 septembre suivant de (...)

« Il est vrai que j’ai mille écus sur l’armement de M. de Nesmond ; j’ai encore sur celui de M. de Gennes et sur deux autres, mais pas si gros ; et ce n’est pas de l’hiver dernier que l’envie m’a pris de faire fortune par la course… Je vous remercie très humblement, Monseigneur, de la part que vous voulez bien prendre à ce qui m’arrive99. »

87Mais Vauban ne se contentait pas du rôle de bailleur de fonds. Fervent partisan de la guerre de course, il s’en était fait le théoricien et le propagandiste, bâtissant une argumentation nourrie d’une réflexion générale plutôt morose sur la situation comparée de la France et des puissances maritimes durant l’éprouvant conflit de la guerre de la ligue d’Augsbourg. Cette argumentation se trouve développée dans son Mémoire concernant la caprerie rédigé en novembre 1695. Elle s’appuyait sur le constat d’une balance de forces par trop inégale, le royaume, déjà victime d’une conjoncture défavorable (calamités naturelles, crises de subsistances, crise financière) et contraint à des « efforts extraordinaires » face à la coalition, risquant d’être acculé à une « fâcheuse défensive de terre et de mer », puis de succomber d’épuisement à plus ou moins long terme. Contre lui, en effet, se dressaient les Anglo-Hollandais qui, « principaux arcs-boutants de la Ligue », soutenaient nombre de coalisés grâce à l’argent provenant du commerce à travers le monde assuré par « leur prodigieuse quantité de vaisseaux ». « Ils se sont rendus les maîtres et les dispensateurs de l’argent le plus comptant d’Europe », déplorait Vauban. Ce commerce était donc « le mal » qu’il fallait combattre, mais que ne pouvaient enrayer ni la guerre continentale, ni « la guerre de mer en corps d’armée » où les Anglo-Hollandais étaient supérieurs. Restait la course, « guerre de mer subtile et dérobée, dont les coups seront d’autant plus à craindre pour eux qu’ils vont droit à leur couper le nerf de la guerre ». De plus, adopter résolument cette solution, c’était, en même temps, recourir « au moyen le plus possible, le plus aisé, le moins hasardeux et le moins à charge de l’État ». Les arguments à l’appui ne manquaient pas de poids.

« Les pertes [de la course] n’en retomberont que peu ou point sur le Roi, qui n’hasardera presque rien ; à quoi il faut ajouter qu’elle [la course] enrichira le royaume, fera quantité de bons officiers au Roi et réduira dans peu ses ennemis à demander la paix à des conditions beaucoup plus raisonnables qu’on n’oserait l’espérer. »

  • 100 Cf. Anne Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, 682 p., p. 338-340.

88D’ailleurs, précisait Vauban en connaisseur averti, « tout le monde est présentement en goût des armements à cause des grosses prises qu’on vient de faire100 ».

89Ce plaidoyer survenait au moment où Louis de Pontchartrain, échaudé par l’affaire de La Hougue et confronté à ses responsabilités de contrôleur général des Finances et de ministre de la Marine, s’alarmait sur le coût prohibitif de la guerre d’escadre, ne se faisant plus guère d’illusions sur l’efficacité de la « Royale » dans ce genre d’affrontement imposé par la « Navy » britannique. Sous son impulsion, une reconversion en matière de stratégie navale commençait à s’esquisser, qui allait se confirmer par la suite, tendant à privilégier les opérations mixtes associant bâtiments corsaires et navires du Roi. C’était se tourner vers la guerre économique, l’objectif désormais prioritaire, et combien rentable, visant à porter le maximum de coups à la marine marchande de l’Angleterre et à celle des Provinces-Unies. Mais ce choix signifiait aussi renoncer à la domination des mers que seule pouvait assurer une puissante flotte de combat l’emportant de haute lutte sur ses homologues. En l’adoptant, Louis de Pontchartrain réagissait surtout en financier et en gestionnaire, et Vauban, par son mémoire sur la « caprerie », lui fournissait, en quelque sorte, la caution d’un raisonnement géopolitique insistant cruellement sur la disproportion des forces entre, d’un côté, une France éprouvée par les crises internes, entourée seulement d’ » amis tièdes, inutiles ou impuissants », et, de l’autre, les deux grandes nations négociantes du moment, maîtresses du commerce mondial et portées à la tête d’une vaste coalition.

  • 101 Lettre de Vauban à Jérôme de Pontchartrain, de Dunkerque, le 24 octobre 1706, citée dans Dictionna (...)
  • 102 Saint-Simon, Mémoires, t. 2, p. 411.

90Il ne fait guère de doute que le commissaire général des Fortifications ait longuement entretenu le jeune survivancier de ces considérations au cours des nombreuses conversations qu’il eut avec lui à Brest en 1694. Les deux hommes devaient, d’ailleurs, rester en excellentes relations une fois Jérôme devenu titulaire, et Vauban, toujours fidèle à sa passion pour la course, ne cessera de recommander au nouveau ministre de la Marine cette forme de « guerre subtile et dérobée ». Encore en 1706, il dénonçait à Jérôme « la vanité des armées navales qui ne peuvent jamais nous convenir » et insistait, au contraire, sur l’emploi des vaisseaux du Roi « partie à la course et partie en escadre pour la soutenir ». Par là, promettait-il, « on ferait tomber dans deux ou trois ans les Anglais et les Hollandais de bien haut, qui, à raison du grand commerce qu’ils ont dans toutes les parties du monde seraient toujours en état d’être pris partout101 ». C’était prêcher un converti, Jérôme de Pontchartrain ayant déjà tiré une utile leçon de la décevante bataille de Velez-Malaga du mois d’août 1704 où l’armée navale commandée par le comte de Toulouse ne sut pas, après avoir durement éprouvé la flotte ennemie, profiter de cet avantage par suite de l’indécision du prince et de la pusillanimité de son état-major. Aux dires de Saint-Simon, ce serait par hostilité personnelle vis-à-vis du fils légitimé de Louis XIV et pour priver cet amiral de France de tout commandement à la mer que Jérôme se détermina alors « à perdre lui-même la marine » en ne laissant plus sortir des ports « que de très faibles escadres, et le plus rarement qu’il se put102 ». En réalité Pontchartrain fils, loin de chercher « à perdre la marine », ne faisait que poursuivre, en l’amplifiant, la politique de reconversion inaugurée par Pontchartrain père au cours des années 1690. Une politique qui, en permettant le maintien des liaisons avec l’Amérique durant la guerre de Succession d’Espagne, tout en infligeant des pertes sévères au commerce des puissances maritimes, ne contribuera pas peu à hâter la fin des hostilités et ainsi à sauver le royaume.

91Que les enseignements de Vauban aient poussé Jérôme à maintenir le cap fixé par son père, cela est d’autant plus vraisemblable que le commissaire général des Fortifications était très écouté chez les Pontchartrain auxquels il se rattachait non seulement par des liens d’amitié, mais aussi par des liens indirects de parenté. Quoique d’origine modeste, issu d’une famille de petits hobereaux nivernais agrégés à la noblesse au milieu du xvie siècle, Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, avait su se rapprocher à la fois du milieu aulique et du milieu ministériel par le mariage, en janvier 1691, de sa fille Jeanne-Françoise, âgée de 12 ans, avec Louis Bernin d’Ussé, fils de Louis Bernin de Valentinay, contrôleur général de la Maison du Roi, et de Catherine Coudreau, de famille financière. Cette Coudreau était la propre cousine, par sa mère, de Mlle de Blois, Marie-Anne de Bourbon de France, princesse douairère de Conti fille légitimée de Louis XIV et de Louise de La Vallière. Vauban devenait ainsi, par la main gauche, l’ » allié » du Roi-Soleil. Trait caractéristique, les Bernin comme les Coudreau provenaient du milieu des officiers de finance du Val de Loire. Catherine Coudreau était fille et nièce de trésoriers de France à Tours et son mari Louis Bernin de Valentinay avait été receveur général des finances de Touraine avant d’obtenir une charge curiale. De son côté, Louise de La Baume Le Blanc de La Vallière (la favorite) descendait d’une famille noble du Bourbonnais, mais établie à Amboise où son père était gouverneur du château. Cette appartenance géographique commune et le lien de la finance mènent fort logiquement au vaste réseau ligérien des Phélypeaux qui, rappelons-le, étaient d’origine blésoise. Par sa grand-mère paternelle née Bonneau, Bernin de Valentinay était, en effet, cousin des fermiers généraux des gabelles Thomas et Jacques Bonneau, deux frères tourangeaux particulièrement représentatifs de la haute finance des pays de Loire au milieu du xviie siècle. Et ces Bonneau se trouvaient apparentés aux Fleuriau et aux Luillier, également de familles financières tourangelles, l’ensemble formant un groupe homogène où s’entrecroisaient les alliances avec la parentèle Phélypeaux.

  • 103 Pour cette liste, voir Anne Blanchard, Vauban, op. cit., p. 603-605.

92La liste des témoins qui signent au contrat de mariage de Bernin d’Ussé et de Jeanne-Françoise Vauban, le 28 décembre 1690103, est, à cet égard, révélatrice. Parmi les très nombreux cousins et cousines du côté de la famille paternelle du marié, le clan Bonneau se trouve représenté par huit membres dont Mme de Miramion, la célèbre fondatrice d’institutions charitables. Née Marie Bonneau et fille du financier Jacques Bonneau, Mme de Miramion (morte en 1696) est la veuve du conseiller au Parlement Jean-Jacques de Beauharnais, seigneur de Miramion (mort en 1652), lui-même fils de l’officier de finance Aignan de Beauharnais, beau-frère de Paul de Pontchartrain (marié à Anne de Beauharnais). Elle est accompagnée de son gendre le président à mortier Guillaume de Nesmond (mort en 1693) marié à Marguerite de Beauharnais (morte en 1725), également présente. Le clan Fleuriau, lui, est représenté par neuf membres dont l’intendant des Finances Joseph Fleuriau d’Armenonville (1661-1728), futur secrétaire d’État (1716) et garde des Sceaux (1722-1727), fils du second lit du financier Charles Fleuriau (1604-1694) qui, par sa mère née Bonneau, était le cousin germain de Mme de Miramion. Dans ce clan figure aussi le prédécesseur de Louis de Pontchartrain au Contrôle général des Finances, Claude Le Pelletier, veuf de Marguerite Fleuriau (1639-1671), fille du premier lit de Charles Fleuriau et sœur consanguine, disproportionnée d’âge, de Joseph Fleuriau d’Armenonville. Comme on l’a vu, cette Marguerite Fleuriau avait eu d’un premier mariage avec le conseiller au Grand Conseil Jean de Fourcy une fille, Marie-Marguerite de Fourcy, mariée en 1670 au secrétaire d’État Balthazar Phélypeaux, marquis de Châteauneuf, qui, lui aussi, signe au contrat. D’autre part, Claude Le Pelletier était accompagné de son fils Louis Le Pelletier (1662-1730), futur premier président au Parlement (1707-1712), et de sa fille Françoise Le Pelletier (1660-1745), mariée au maître des requêtes Jean-Pierre d’Argouges de Rânes (1647-1731), neveu de François d’Argouges, premier président du Parlement de Bretagne de 1661 à 1677, prédécesseur dans cette charge de Louis de Pontchartrain. Rappelons que François d’Argouges avait épousé Anne-Madeleine de Hodicq, sœur du président au parlement de Paris Pierre de Hodicq, gendre de Paul de Pontchartrain par son mariage avec Anne Phélypeaux. On ne négligera pas non plus la présence du financier François de Paris des Escoutes (1616-1693), beau-frère de Claude Le Pelletier par son mariage avec Marie-Madeleine Fleuriau. La sœur de ce financier, Marguerite de Paris, avait, en effet, épousé Charles Luillier, secrétaire du roi, neveu du fermier général des gabelles Bonaventure Quentin de Richebourg (1581-1659), grand-père maternel de Marie de Maupeou, femme de Louis de Pontchartrain. Ce Richebourg, gros maltôtier originaire de Tours, était, lui-même, très proche du clan Bonneau pour avoir été l’associé de Thomas Bonneau dans les fermes et les traités. De plus, son frère Charles Quentin avait épousé une Robin, de famille financière tourangelle, sœur de la mère de Thomas et Jacques Bonneau.

  • 104 Pour Jacques de Mons et Louis Varice de Valières, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société, op. (...)

93Enfin, pour clore cette liste des cousins du marié avec leurs origines familiales, il convient de signaler la présence non moins significative de huit membres du clan Mons dont le Tourangeau Jacques de Mons (mort en 1721) et l’Angevin Louis Varice de Valières (mort avant 1715). Fils d’un grand financier de Tours ruiné par la Chambre de justice de 1661, Jacques de Mons avait réussi à redresser la situation grâce à la protection de Louis de Pontchartrain qui lui permit de se livrer à une intense activité de traitant et de munitionnaire durant les guerres de la ligue d’Augsbourg et de la Succession d’Espagne. Il deviendra, en outre, actionnaire, directeur et armateur de la Compagnie de la Chine (fondée en 1700), aux côtés, entre autres, du Malouin Nicolas Magon de La Chipaudière. Tout cela ne l’empêchera pas d’être gravement atteint par la crise de 1709 au point de ne pouvoir se rétablir et de mourir ruiné. Ce fut également le cas de Louis Varice de Valières, marié à Anne Peret, une cousine des Bonneau. Trésorier de France à Tours à la suite de son père, puis receveur général des Finances de la généralité de Tours de 1683 à 1695, Varice, autre protégé de Pontchartrain, s’était lancé résolument, au moment de la guerre de la ligue d’Augsbourg, dans les « affaires extraordinaires », devenant bientôt l’un des gros traitants de l’époque. Victime, lui aussi, d’un retournement de situation lors de la guerre de Succession d’Espagne, il laissera à sa mort une situation très obérée104.

94L’examen de la liste des témoins au contrat de mariage de Bernin d’Ussé et de Jeanne-Françoise Vauban entraîne ainsi – si du moins l’on prend soin de restituer les ascendances – à un voyage à travers le temps qui nous fait remonter de la clientèle financière de Pontchartrain père des années 1690 et 1700 au puissant syndicat financier tourangeau de la période 1630-1660. Et ce voyage s’effectue, lui-même, au milieu d’un épais enchevêtrement d’alliances et de relations où sans cesse réapparaissent les Phélypeaux et leurs proches. Aussi ne s’étonnera-t-on pas de voir Louis de Pontchartrain, alors contrôleur général des Finances et ministre d’État, figurer en bonne place parmi les neuf témoins qui signent au contrat en qualité d’amis des deux parties, signatures qui, dans l’ordre, viennent immédiatement après celle du Roi en personne et de la famille royale représentée, entre autres, par le Grand Dauphin, le duc d’Orléans, la princesse Palatine, le prince de Condé et la princesse douairière de Conti, parente de la mariée.

  • 105 Cf. Anne Blanchard, Vauban, op. cit., p. 315-316.

95Par le mariage de sa fille, le 8 janvier 1691, avec un Bernin, Vauban s’était donc, sinon intégré, du moins fortement rapproché du clan Pontchartrain. Cela ne va pas sans éclairer, trois ans plus tard, la sollicitude manifestée par le commissaire général des Fortifications à l’égard du jeune Jérôme de Pontchartrain alors en mission à Brest, et aussi l’amitié qu’il ne cessa de lui conserver par la suite. Pour Jérôme, cette amitié s’avéra particulièrement précieuse à une époque où n’étant pas encore secrétaire d’État titulaire, sa position restait fragile, un retrait de survivance restant toujours possible, comme l’en menaçait parfois l’irascible Louis de Pontchartrain. Vauban jouissait, en effet, d’un très fort crédit près du Roi avec qui, depuis la mort de Louvois en 1691, il avait pris l’habitude de correspondre directement, n’hésitant pas à court-cicuiter Barbezieux, fils et successeur de Louvois à la Guerre. « Vous pouvez me parler d’autant plus hardiment que je ne montrerai votre lettre à personne et que cela demeurera entre vous et moi », lui écrivait, par exemple, le monarque en 1692, à propos de la préparation du siège de Charleroi105. Aussi les éloges que ce « chef des ingénieurs », si haut placé dans la confiance de Louis XIV, faisait de Jérôme dès 1694, à l’occasion du séjour brestois, ne pouvaient-ils que contribuer à valoriser le jeune survivancier aux yeux de tous, et, par là même, aux yeux de son propre père.

96Incontestablement, Jérôme de Pontchartrain avait pris de l’assurance à l’issue de la grande tournée de 1694 dans les ports du Ponant qui le mena de Nantes à Dunkerque en passant par Brest, Saint-Malo, Cherbourg, Le Havre, Dieppe et autres places maritimes. Accumulant les connaissances concrètes au cours d’enquêtes précises et diversifiées, et n’hésitant pas à faire preuve d’initiative au lieu de s’enfermer dans les consignes paternelles, il avait amorcé là une évolution bientôt accélérée par les tournées portuaires en Provence, Languedoc et Aunis, si bien qu’au retour définitif à Versailles en 1696, ce survivancier se trouvait en mesure de jouer le rôle d’alter ego de son père pour les affaires de la Marine. Pourtant Louis de Pontchartrain semble avoir renâclé à prendre véritablement conscience de cette rapide maturation. Ainsi, jusqu’à la fin de la longue tournée de 1694, sa tendance à morigéner Jérôme et à le traiter en écolier resurgit à la moindre occasion, à la moindre contrariété. Le fils propose-t-il la célébration d’un Te Deum pour la bataille de Camaret, que le père lui répond sèchement :

  • 106 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, lettre du 7 juillet 1694.

« Ce qui s’est passé à Camaret ne mérite point un Te Deum, nous sommes plus exacts et plus sevrés sur cela dans la marine qu’on n’est sur terre. On n’en chanta point pour l’affaire de Lagos, on n’en chanta point pour celle de Bantry, il faut un combat en forme et général106. »

97Pourtant l’affaire de Camaret avait contraint l’escadre de Berkeley à reprendre le large après avoir laissé plus d’un millier de prisonniers et perdu environ cinq cents tués ou noyés, contre une cinquantaine de morts ou blessés du côté français. Et commémorer l’événement, c’eût été aussi une manière de rendre hommage aux milices bretonnes qui avaient participé à la bataille.

98Autre exemple, Jérôme ayant estimé opportun d’envoyer à Versailles un capitaine de vaisseau, Louis-César Campet, chevalier de Saujon, rendre compte des opérations de bombardement menées par Berkeley, fin juillet 1694, contre Dieppe et Le Havre, son père s’empressait, par lettre du 2 août, de le réprimander pour cette initiative contraire à la bonne marche du service.

« Vous ne deviez pas envoyer M. Le chevalier de Saujon, la nouvelle ne consistant que dans la seule retraite des ennemis. Un officier ne s’envoie que quand il a quelque récit à faire ou qu’il s’est passé quelqu’action d’éclat. Les relations nous avaient assez appris tout ce qui s’était fait et les ennemis retirés faisant dans ces seuls mots toute l’histoire, le moindre porteur de lettres était bon. »

99De plus, dans la même lettre, le père jugeait spirituel d’insister sur les mésaventures de son fils qui, malgré toute sa diligence, n’avait pu arriver à Dieppe, puis au Havre, qu’après le retrait de l’escadre de Berkeley.

  • 107 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Les ennemis, ironisait-il, respectent votre personne, ils appréhendent votre courage, ils se retirent aussitôt que vous paraissez ou préviennent votre arrivée. C’en est assez, il ne faut pas commettre davantage une supériorité aussi marquée. Aussi suivez ce que je vous ai marqué et ne vous trouvez plus désormais où vous saurez qu’ils seront107. »

  • 108 Lettre citée dans L. Delavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de Roche (...)

100Louis de Pontchartrain se faisait probablement l’écho de commérages de cour, comme précédemment lors de l’arrivée malencontreuse du survivancier à Brest, une fois l’affaire de Camaret terminée. Ici, en la circonstance, les commérages semblent avoir été alimentés par une lettre de Jérôme à Saint-Simon où, selon son habitude, le ton se voulait enjoué. « Je n’ai fait d’autre métier, badinait-il, que de courir après les bombes comme un désespéré ; et cependant, nonobstant toutes les diligences, je n’ai pu en apercevoir une seule, tant a été grande la précaution des Anglais pour éviter ma présence108. » Feignant de prendre la plaisanterie au premier degré et s’empressant de la colporter, le duc et pair aurait donc déjà là joué un mauvais tour à celui qui était alors l’un de ses compagnons de jeunesse.

101L’année suivante, le style du père s’adressant au fils qui vient de partir en Provence ne change guère, tel ce billet daté du 27 avril 1695.

  • 109 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« J’ai reçu de vous une lettre de Lyon, écrit Louis de Pontchartrain, j’en ai reçu une autre d’Arles. L’une et l’autre ne sont que de simples marques de votre souvenir… À présent que vous êtes entré dans ce pays de travail pour vous et que vous commencez d’entamer l’étude de la discussion des matières qui ont donné lieu à votre voyage, j’espère que vos lettres seront des lettres d’affaires et que j’y trouverai les marques de votre application. C’est ce que je vous recommande par-dessus tout109. »

102Un régent parlant à un écolier dont il redoute la nonchalance ne se serait pas exprimé différemment. Deux mois plus tard, par lettre du 22 juin, Jérôme, alors à Toulon, se voit tancé vertement en raison de son goût pour les changements dans ce qui relève du service de la Marine :

  • 110 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

« Je vous ai déjà dit, s’irrite Louis, que ce goût paraissait en tout, qu’il vous faisait tort, et je vous en ai dépeint les inconvénients dans plusieurs conversations et dans une de mes lettres particulières. J’ajouterai, par une première expérience que vous m’en avez fait faire, que vous vous trompez le premier dans ces vues, vous croyez toujours que tout le monde agrée ce que vous imaginez, les consentements prétendus ne sont que dans vos idées, vous épousez vos pensées et vous vous persuadez que les choses sont comme elles vous les ont présentées, quoiqu’en effet elles n’aient d’autre fondement que dans votre imagination. Souvenez-vous, à ce propos, de tous les changements faits ou proposés par vous cet hiver, et de combien d’honnêtes et respectueux démentis sous le nom d’excuses ils ont été suivis. Corrigez-vous, je vous en prie, d’un défaut aussi considérable qui assurément vous ferait un tort irréparable auprès du Roi et dans le commerce du monde110. »

103Pourtant, à peine un mois plus tôt, Louis de Pontchartrain, comme on l’a signalé, témoignait à Jérôme sa satisfaction de le voir apprécié de Vendôme au point que ce prince en avait fait l’éloge près du Roi lui-même. Apparemment, les compliments devaient tant coûter à Pontchartrain père qu’il était trop heureux de reprendre son ton sermonneur dès que Jérôme lui en offrait l’occasion. Toutefois, quelque chose de profond avait changé dans les relations entre les deux hommes, comme le laisse entrevoir une lettre du 14 juin 1695 de Marie de Maupeou à son fils concernant un projet d’acquisition de terre.

  • 111 Marie de Maupeou veut dire que « sur toute chose » Louis de Pontchartrain ne donne jamais de prime (...)

« J’ai parlé à M. votre père de l’acquisition de Bury. Il ne me paraît pas rebuter l’affaire sans pourtant y acquiescer comme vous savez qu’il ne le fait pas sur toute chose111. C’est pourquoi je crois que vous devez lui en envoyer une relation, en écrire aux personnes qui ont du crédit sur lui et mettre la chose en train. »

104Et d’insister, d’une manière fort éclairante :

« Vous êtes en âge de lui faire faire une partie de ce que vous voudrez quand ce sera raisonnable et pourvu que vous ayiez de la complaisance pour lui. Cet avis doit vous servir pour plus d’une chose et à entreprendre cette affaire à laquelle vous réussirez sûrement si vous la conduisez bien. »

105Viennent ensuite, sur le ton de la confidence, des sous-entendus que Jérôme devait parfaitement comprendre et ou perce un certain accent de lassitude.

  • 112 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

« Pour moi, je n’y peux plus rien, car l’on [c’est-à-dire Pontchartrain père] est si persuadé que je veux tout pour vous que, passé les premières propositions, j’en dois demeurer là. De mon côté, vous ne trouverez point d’opposition car je trouve la chose très raisonnable et pour moi vous savez, quelque désagrément que je reçoive dans bien des choses que je voudrais, que cela ne m’empêche jamais de vouloir les [choses] raisonnables112. »

106De cette lettre intime, se dégage d’abord l’impression que le couple formé par Louis de Pontchartrain et Marie de Maupeou ne correspondait guère à l’image idyllique qu’en donne Saint-Simon.

  • 113 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 4, p. 297.

« Leur union, leur amitié, leur estime, affirme le mémorialiste, était infinie et réciproque. Ils ne se séparaient de lieu que par une rare nécessité, et ils couchaient partout dans la même chambre. Ils avaient mêmes amis, mêmes parents, même société. En tout, ils furent qu’un113. »

107Rappelons à ce propos que Saint-Simon, soucieux de mieux faire ressortir la noirceur et l’ingratitude du mauvais fils qu’était Jérôme, se complaît, par contraste, à exalter la vertu et la bonté de ses parents. Or les sous-entendus de Marie de Maupeou dans sa lettre laissent, au contraire, penser qu’elle devait sans cesse composer, non sans « désagrément dans bien des choses », avec un époux peu accommodant, exigeant sur les égards, ne disant jamais oui spontanément, et prompt à décourager toute tentative de le contourner dans les décisions à prendre. D’autre part, toujours d’après cette lettre, le fils paraît avoir été un sujet de tension quasi permanent au sein du couple, Louis reprochant à Marie sa faiblesse de mère qui la portait à « vouloir tout » pour Jérôme. Mais surtout on en retiendra l’allusion au nouveau tour des relations père-fils avec la phrase : « Vous êtes en âge de lui faire faire une partie de ce que vous voudrez. » De fait, se trouvant alors âgé de 21 ans et maîtrisant de mieux en mieux les dossiers, Jérôme avait cessé d’être un débutant, comme l’indiquent bien les lettres proprement de service échangées entre le ministre et son survivancier, d’un ton différent de celui de leurs « particulières ». Dans les premières, le père traite son fils en véritable collaborateur, un collaborateur qui désormais assume une part importante du travail ministériel. Par contre, dans les secondes, reviennent, comme par le passé, les admonestations paternelles et remarques désagréables portant parfois sur d’infimes détails domestiques. Le fils reste là toujours traité en « écolier ».

108Sous la plume de Marie de Maupeou, les reproches et mises en garde ne manquent pas non plus, quoique formulés de manière beaucoup moins abrupte, tel, à la même époque, cet « avis » à propos des imprudences épistolaires de Jérôme.

  • 114 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre écrite en mai ou juin 1695.

« J’ai vu, écrit-elle, une lettre de vous entre les mains du baron de Breteuil qui, quoique très jolie, ne doit pas être en ses mains. Il n’est plus question de vous écrire des avis à moins qu’ils ne soient très nécessaires. Il faut se contenter de vous les donner à l’oreille quand on est assez de vos amis pour cela. C’est pourquoi, croyez-moi, ne faites plus de réponse à ces sortes de personnes. Écrivez des badineries qui puissent être montrées et non pas des lettres qui puissent avoir des conséquences. Pour moi, je crois que vous ne trouvez pas mauvais que je prenne la liberté de vous en donner [des avis]. Vous pourrez me faire réponse telle qu’il vous plaira sans craindre l’indiscrétion ni aucun mauvais effet, puisque je n’ai d’autre intérêt que les vôtres et point de plus véritable attache que vous. Mettez bien cette vérité dans votre tête, mon pauvre enfant, je vous prie114. »

  • 115 Cf. Mémoires du baron de Breteuil, éd. établie par Évelyne Lever, Paris, François Bourin, 1992, 36 (...)

109Le Breteuil mentionné ici, Louis-Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil (1648-1728), frère de l’intendant des Finances François Le Tonnelier, marquis de Breteuil (1638-1705), était un familier des Pontchartrain auxquels il se trouvait apparenté par les Caumartin (voir tableau 4), un lien précieux, la protection de Louis de Pontchartrain, lui valant bientôt, au mois de novembre 1698, d’obtenir la charge d’introducteur des ambassadeurs. Pourtant, manifestement, Marie de Maupeou se méfie, pour son fils, de la fréquentation de cet allié, peut-être en raison de ses nombreux succès mondains et d’une vie sentimentale passablement agitée115. Non moins manifestement aussi, s’adressant à Jérôme, elle prend soin d’user de circonlocutions, en mère avertie soucieuse de prévenir les réactions du « pauvre enfant », maintenant un homme fait, de moins en moins enclin à se laisser dicter sa conduite. Enfin, sans vouloir extrapoler, on peut s’interroger sur l’aveu de Marie à la fin de sa lettre : « Je n’ai point de plus véritable attache que vous. » S’agit-il là de la réflexion d’une épouse désabusée – par surcroît d’ » une laideur ignoble » (Saint-Simon) et malade chronique – qui aurait tout reporté sur le seul fils qui lui restait ? Dans ce cas, cet aveu, plutôt désobligeant pour le mari, contribuerait à expliquer le comportement souvent empreint de hargne du père envers un fils trop aimé.

  • 116 « Melle de Pommereuil », c’est-à-dire Mlle de Pomereu. Le nom de Pomereu est souvent alors orthogr (...)
  • 117 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

110Mère attentionnée, Marie de Maupeou fut encore plus, semble-t-il, une mère inquiète et même exagérément inquiète au point d’excéder son fils par d’incessants conseils sur le chapitre, inépuisable pour elle, de la santé, notamment, comme on l’a vu, lors des tournées de 1694-1696. Or, précisément, à la même époque, l’un des autres grands sujets d’inquiétude de Marie était de voir Jérôme rester célibataire en dépit des projets de mariage concoctés pour lui. Elle y revient à plusieurs reprises dans des lettres écrites à l’occasion de mariages chez de proches cousins. Ainsi, le 17 juin 1694, signalant à Jérôme, en tournée en Bretagne, « la noce de M. Rosssignol avec Mlle de Pommereuil116 » qui devait se faire « la semaine prochaine », Marie de Maupeou ajoutait en commentaire : « Vous perdez bien là. Pour moi, j’ai toujours bien envie de vous voir à pareille fête. Je souhaite de la voir [la noce de Jérôme] avant de mourir et que vous m’aimiez autant que je vous aime117. » Il s’agissait du mariage sur le tard, à l’âge de 45 ans, de son cousin germain, le président des Comptes Charles-Bonaventure Rossignol de Balagny (mort en 1705) avec Michèle de Pomereu (morte en 1727), fille du conseiller d’État Auguste-Robert de Pomereu qui fut le premier intendant en Bretagne de 1689 à 1691 (voir tableau 33). Près d’un an plus tard, dans une lettre du 3 mai 1695, Marie annonçait à son fils, qui venait de rejoindre la Provence, un autre mariage tout proche. C’était celui d’un arrière-petit-neveu de Paul de Pontchartrain, le commissaire général de la marine à Toulon Antoine-François Phélypeaux d’Herbault, futur intendant des armées navales (mortellement blessé à Velez-Malaga en 1704), qui épousait, le 5 mai, Jeanne Galon, issue d’une vieille famille bancaire italo-lyonnaise. Ici le commentaire est éloquent, reflétant l’anxiété croissante de la mère quant à l’établissement de son fils :

  • 118 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

« J’aimerais bien mieux, regrettait-elle, être occupée ici à faire votre noce que celle de M. d’Herbault que je ferai jeudi. Si vous étiez aussi bon homme que lui, que vous vous recommandassiez aussi bien au Seigneur que lui, vous seriez aussi heureux, mais je meurs, je meurs de peur que vous ne soyiez toujours un mauvais garçon et jamais honnête homme, puisque femme ne vous vient118. »

111On remarquera l’invocation au Seigneur, une pieuse habitude d’autant plus marquée chez Marie de Maupeou que son fils était peu porté à la dévotion et n’en faisait pas mystère. Et, là encore, Marie, fidèle à sa tactique, ne se privait pas de harceler le « pauvre enfant » en termes pressants et parfois empreints d’une grande tendresse comme dans ce passage d’une lettre du 20 avril 1695 :

  • 119 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

« Je vous prie pour l’amour de Dieu de Lui donner quelque moment de votre attention pour le prier de répandre ses grâces et ses bénédictions sur vous autant que je le souhaite, mon cher et très cher fils que j’aime mille fois plus que moi-même119. »

112Conjuguant foi chrétienne et amour maternel, Mme de Pontchartrain, par ailleurs femme réputée pour sa générosité envers les pauvres, trouve ici des accents particulièrement émouvants.

113Comme dans les relations épistolaires père et fils, s’observe dans les relations mère et fils une évolution au fur et à mesure que Jérôme prend de l’âge et de l’importance. Au moins à partir de 1695, Marie de Maupeou commence, en effet, à s’adresser à Jérôme pour qu’il lui serve d’intermédiaire près de Louis de Pontchartrain en vue d’emplois à obtenir ou de transactions à faire aboutir. Ainsi, en mars 1695, ayant rédigé une lettre à la maréchale de Rochefort (apparentée aux Phélypeaux) pour lui annoncer la vacance d’une place dans le guet susceptible d’être occupée par l’un des protégés de celle-ci, Marie préférait transmettre d’abord cette lettre à Jérôme, alors à Versailles, en précisant : « Vous aurez soin de la lui envoyer si monsieur votre père le juge à propos. » Et d’ajouter, parlant de Louis de Pontchartrain :

  • 120 Marguerite Boucher d’Orsay, marquise de Montchevreuil, femme d’Henry de Mornay, marquis de Montche (...)
  • 121 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre du 13 mars 1695.

« Vous lui direz aussi que je ne lui osai dire l’autre jour que j’avais vu M. Gr… ? qui m’a promis de donner à M. de Mornay 10 000 francs sur 1693. Je le mande à Mme de Montchevreuil120 par cette lettre que vous enverrez aussi si monsieur votre père le trouve à propos. Tâchez, je vous prie, de le faire consentir à ces deux choses121. »

114Ce rôle d’intermédiaire imparti à Jérôme paraît confirmer que Mme de Pont-chartrain n’avait plus guère les coudées franches avec son époux, homme vraisemblablement d’un abord difficile dans la vie quotidienne, tant en raison de son caractère que de ses lourdes responsabilités au sein du gouvernement. D’ailleurs, l’année suivante, c’est au seul Jérôme, en tournée en Aunis, qu’elle s’adresse pour lui soumettre une lettre de recommandation de l’abbé Jacques-Charles de Brisacier, supérieur du séminaire des Missions étrangères (rue du Bac) en faveur d’un neveu, le sr de Brisacier, écrivain principal de la Marine à Rochefort. « Voilà une lettre de M. de Brisacier, écrit Marie à son fils, le 23 mai 1696. Je crois que vous ne ferez pas trop mal de faire quelque chose pour son neveu. Cela ne vous doit pas être indifférent pour bien des raisons que vous comprenez mieux que moi. » La lettre jointe de l’abbé de Brisacier, datée du 22 mai, mentionne en effet des promesses antérieures de « M. Phélypeaux », c’est-à-dire de Jérôme.

  • 122 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

« Oserai-je, Madame, pendant que M. Phélypeaux est à Rochefort, déclare l’abbé, vous supplier très humblement de lui recommander un neveu de mon nom qui, tout âgé qu’il est de 27 ans, n’est encore à présent qu’écrivain principal dans ce département là, quoiqu’il le soit dès le temps de feu M. de Seignelay. M. Phélypeaux m’a fait l’honneur de me dire fort obligeamment plusieurs fois que dès qu’il le connaîtrait sur les lieux et qu’il le croirait capable des emplois de la Marine, il prendrait soin de l’avancer. Je ne demande point une grande fortune pour lui-même, mais seulement quelque poste raisonnable où un jeune homme de son âge puisse travailler avec bienséance et j’espère que si on veut bien le mettre en place, on sera content de lui et qu’il sentira un nouveau courage pour bien faire122. »

  • 123 AN, Colonies, B 20, f° 113, 4 juin 1698, Mémoire pour servir d’instructions au sr de Brisacier, co (...)

115Effectivement, Jérôme, fidèle à ses engagements, prendra soin d’ » avancer » cet officier de plume qui, en 1698, fut nommé commissaire à la suite de l’escadre du comte de Blénac, avant de mourir, l’année suivante, à bord de la frégate « la Thétis », au retour de Terre-Neuve123.

116Ainsi le secrétaire d’État survivancier s’initiait déjà au jeu des « recommandations » qui tenait une place si importante dans le fonctionnement du système des clientèles. Et ce jeu, il pouvait le pratiquer avec d’autant plus de latitude que Louis de Pontchartrain avait cédé progressivement une bonne part de la gestion du personnel de la Marine, qu’il s’agisse des candidatures, des recrutements et même, dans une certaine mesure, des avancements. Aussi, bientôt rodé à cette tâche, se trouvera-t-il en mesure, une fois promu secrétaire d’État titulaire, de se livrer à une politique de peuplement systématique des emplois de la Marine (et des Colonies) comme l’avait déjà pratiquée son père, et comme le fera plus tard son fils Maurepas.

117Le 2 septembre 1699, Louis de Pontchartrain était nommé chancelier de France et, quatre jours après, Jérôme devenait secrétaire d’État en exercice. Tout porte à croire que le fils accueillit avec soulagement la nouvelle de l’élévation de son père à la tête de la Chancellerie, ce départ, fort opportun, lui permettant d’être désormais le seul maître du double département de la Marine et de la Maison du Roi, et, en même temps, de se débarrasser d’une tutelle d’autant plus pesante que les rapports de service entre le ministre et le survivancier n’avaient pas manqué de pâtir de leur mésentente sur le plan familial. Que par son attitude cassante, aggravée trop souvent par d’inutiles vexations, Louis de Pontchartrain ait été en grande partie responsable de cette mésentente, de nombreux aperçus des relations épistolaires entre les deux hommes permettent de le supposer. En tous cas, Jérôme le ressentit comme tel et s’en trouva profondément marqué par la suite, certains traits de son caractère, en particulier son extrême susceptibilité, étant vraisemblablement liés au souvenir cuisant des rebuffades essuyées durant ses jeunes années.

118Néanmoins, par-delà ce contentieux, le fils se trouvait tenu à une grande dette de reconnaissance envers son père. Il lui devait l’excellence de sa formation de survivancier qui, en 1699, le mit parfaitement à l’aise pour diriger son vaste département, malgré la multiplicité et la complexité des affaires à traiter, tant au titre de la Marine qu’à celui de la Maison du Roi. L’indispensable expérience du terrain avait été intégrée à cette formation, comme l’illustrent bien les harassantes et fructueuses tournées portuaires de 1694, 1695 et 1696. Reste un autre aspect de l’« apprentissage » du jeune survivancier qui n’a pas été évoqué et sera développé en introduction du chapitre suivant. Ce fut la manière dont Louis de Pontchartrain dressa Jérôme, dès ses débuts, à présenter des dépêches au Roi et à répondre à ses questions dans le sens qui convenait le plus aux attentes du monarque. Ces tout premiers contacts devaient se révéler décisifs pour l’avenir du survivancier. Vite habitué à sa présence, Louis XIV, en effet, ne se séparera plus désormais de ce fils de ministre qui, une fois devenu secrétaire d’État, se fera remarquer par son assiduité et son acharnement au travail, deux qualités essentielles aux yeux d’un roi exigeant, peu porté à tolérer le moindre relâchement dans le service.

Notes

1 Cf. Ch. Frostin, « L’organisation ministérielle sous Louis XIV : cumul d’attributions et situations conflictuelles (1690-1715) », Revue historique du Droit français et étranger, 1980, vol. 58, p. 201-226, lettre citée p. 222-223.

2 Cf. Ch. Frostin, « Méthodologie missionnaire et sentiment religieux en Amérique française aux xviie et xviiie siècles : le cas de Saint-Domingue », Cahiers d’histoire, 1979, n° 1, p. 25.

3 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

4 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

5 Cf. Ch. Frostin, « “Pouvoir ministériel”, “voies ordinaires de la justice” et “voies de l’autorité” sous louis XIV : le chancelier Louis de Pontchartrain et le secrétaire d’État Jérôme de Pontchartrain (1699-1715) », 107e Congrès national des Sociétés savantes, Brest, 1982, histoire moderne et contemporaine, t. 1, p. 7-29.

6 AN, Archives privées, 257 AP 1, dossier 4, s. l. n. d. À la fin de cette lettre, le Chancelier tient toutefois à préciser que son fils faisait enquêter sur la conduite du commandant de la prison de Saumur, dont se plaignait l’ecclésiastique en question, cela « pour y faire donner ordre par Sa Majesté s’il y a lieu sur le compte qu’il [Jérôme] lui en rendra ».

7 AN, sous-série 01, registre du secrétariat d’État à la Maison du Roi, registre 362, lettre à M. de Monteil, lieutenant criminel de robe courte au Châtelet.

8 AN, 01, 362, lettre à M. Robert, procureur du Roi au Châtelet.

9 Citée dans Depping, Correspondance administrative sous Louis XIV, Paris, 1850-1855, 4 vol., t. 1, p. 289.

10 AN, sous-série 01, registre du secrétariat d’État à la Maison du Roi, registre n° 362.

11 Pour l’abondante – et parfois contradictoire – législation réprimant le vagabondage et la mendicité, voir Jacques Depauw, « Pauvres, pauvres mendiants, mendiants valides ou vagabonds ? Les hésitations de la législation royale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1974, p. 400-418.

12 AN, sous-série 01, registre n° 362, lettres au chevalier du Guet, du 12-01-1701, à M. de Maupertuis, du 13-01-1701, au procureur général du parlement de Paris, du 4 mars 1701.

13 Voir Depping, op. cit., t. 1, p. 288, 777, t. 2, p. 404, 745, 754-755, 848, 853, etc., lettres concernant le régime des prisons.

14 AD Ille-et-Vilaine, sous-série 1B, BA 10, 2, 69.

15 Moreau de Saint-Méry, Lois et constitution des Colonies françaises de l’Amérique sous-le-Vent, Paris, 1784-1790, 6 vol., t. 2, p. 337.

16 Depping, t. 1, p. 388-390.

17 Cf. Ch. Frostin « Du peuplement pénal de l’Amérique française aux xviie et xviiie siècles : hésitations et contradictions du pouvoir royal en matière de déportation », Annales de Bretagne, 1978, n° 1, p. 67-94.

18 Voir Le Code noir ou Recueil de règlements rendus jusques à présent, Paris, 1767, 446 p., p. 169-181, texte complet de cet édit (15 articles).

19 Marcel Giraud, « Tendances humanitaires à la fin du règne de Louis XIV », Revue historique, avril-juin 1953, p. 215-237.

20 Cf. D. Dessert, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, 382 p., p. 36-37, 180-181, 184-185.

21 Cf. M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Picard, 1972, p. 88-89.

22 Cf. C.-F. Lévy, Capitalistes et pouvoir au siècle des Lumières, op. cit., t. 2, p. 71-72, p. 81, note 62.

23 Monsieur le Premier : Jacques-Louis de Beringhen, premier écuyer de la petite écurie, ami et cousin des Pontchartrain.

24 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 3.

25 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

26 Saint-Simon, Pléiade, éd. Coirault, Addition à Dangeau, p. 1067.

27 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 3, lettre écrite « ce mardi matin ».

28 Hélène Himelfarb, « Les lettres intimes de Jérôme, comte de Pontchartrain, à sa femme Éléonore-Christine de La Rochefoucauld (1697-1708) », Cahiers Saint-Simon, 1982, n° 10, p. 25-34, p. 29-30.

29 Il s’agit du jésuite Thomas Gouyé (1650-1725), mathématicien et astronome, membre de l’Académie des sciences (1699) que Jérôme de Pontchartrain, son ancien élève, fit nommer en 1701 « procureur des missions de l’Amérique méridionale », chargé du recrutement et du contrôle du clergé des Isles.

30 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

31 Pour Jérôme de Pontchartrain épistolier, voir Hélène Himelfarb, « Les lettres intimes de Jérôme, comte de Pontchartrain », Cahiers Saint-Simon, 1982, n° 10, p. 31-34.

32 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

33 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1 (Versailles, samedi matin).

34 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

35 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

36 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, s. l. n. d.

37 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2 (en P.-S. : « Donnez cette lettre au suisse qu’il l’envoie à Pontchartrain »).

38 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

39 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

40 Pour l’abbé Renaudot et les affaires jacobites, voir Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Fayard, 1990, 906 p., p. 331-332. Voir aussi La cour des Stuart à Saint-Germain-en-Laye au temps de Louis XIV, musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 1992, 238 p., catalogue d’exposition enrichi de notices biographiques.

41 Lettre de Jérôme de Pontchartrain à l’abbé Renaudot, du 4 juin 1694 citée dans Louis Dalavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de Rochefort, t. XXXII, 1910, p. 145.

42 Cf. Marcel Giraud, Histoire de la Louisiane…, t. 1, p. 16-17, 22, 29.

43 « Conclaviste » : Assistant de cardinal dans un conclave.

44 Lettre citée par A. Jal, Dictionnaire critique de Biographie et d’Histoire, Paris, Plon, 1867, p. 1053-1054.

45 AN, Colonies, B 31, f° 28, lettre du 25 février 1708.

46 En 1695, Boileau dédiait son épître Sur l’Amour de Dieu à Renaudot en le qualifiant de « Docte abbé ».

47 Des Geographica de Montesqieu, il ne reste que le second volume, rédigé en deux périodes différentes (1734-1738, 1742-1743), et composé d’extraits où les récits de voyage en Orient et en Extrême-Orient occupent une place prépondérante.

48 Lettres citées dans Louis Dalavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de Rochefort, t. XXXIII, 1911, n° 2, p. 78-79.

49 Œuvres complètes de La Bruyère, Pléiade, 1977, p. 173.

50 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, p. 987-988.

51 Lettre citée dans Œuvres complètes de La Bruyère, p. 661.

52 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, p. 464, article Dacier.

53 Saint-Simon, Mémoires, éd. Chéruel, t. 19, p. 59.

54 Cf. Dict. des Lettres françaises (dir. Georges Grente), Paris, Fayard, rééd. 1995 (François Moureau), p. 380, notice Dacier.

55 Saint-Simon, Mémoires, éd. Ramsay, t. 15, p. 231.

56 Fr. Lebrun, Moi, Marie Du Bois, gentilhomme vendômois, valet de chambre de Louis XIV, Rennes, 1994, 190 p.

57 Fr. Lebrun, op. cit., p. 12.

58 Correspondance de Mme de Sévigné…, t. 3, p. 724

59 Philippe V entra à Madrid le 18 février 1701.

60 Saint-Simon, Mémoires, éd. Pléiade, t. 1, p. 895.

61 Dictionnaire… de Jal, notice A. Dacier, p. 922.

62 Dictionnaire… de Jal, p. 1219.

63 Lettres des 5 et 12 juillet 1694, extraites dans le Dictionnaire… de Jal, p. 12220.

64 Valincour accompagnait partout le comte de Toulouse, ce qui lui vaudra d’être blessé à la bataille navale de Velez-Malaga en 1704.

65 Cf. F. Lebrun, Moi, Marie Du Bois…, op. cit.

66 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1232.

67 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, s. l. n. d.

68 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

69 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

70 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

71 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

72 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles.

73 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles.

74 « Medianoche », terme « qui a passé de l’espagnol dans le français pour signifier un repas en viande qui se fait immédiatement après minuit sonné, lorsqu’un jour maigre est suivi d’un jour gras » (Dictionnaire de l’Académie de 1694). Autre définition : « Medianoche est un terme venu depuis peu d’Italie qui signifie un repas qui se fait au milieu de la nuit après quelque grand bal ou réjouissance » (Dictionnaire de Furetière, 1690).

75 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée du 14 juin.

76 Marie de Maupeou souffrait de crises d’asthme répétées et invalidantes qui hâtèrent sa fin en 1714.

77 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, s. l. n. d.

78 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre du 25 juin 1695.

79 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, « Versailles le 15 juin 1695 ».

80 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 1, p. 369.

81 Ibid., t. 3, p. 1005-1006.

82 Ibid., t. 1, p. 113.

83 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre datée de Versailles, le 17 juin 1694.

84 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 3, p. 1003.

85 Ibid. (éd. Coirault), t. 3, p. 1596.

86 AN, MM 827, cité dans L. Delavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de Rochefort, t. XXXII, 1910, n° 1, p. 33. À la mort du père Léonard, Louis XIV fit saisir tous ses papiers. Les uns furent supprimés. La plupart des autres se trouvent actuellement conservés aux Archives nationales, sans avoir fait l’objet d’éditions.

87 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

88 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

89 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

90 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 22-34.

91 Ibid., p. 467, 476.

92 AN, Marine, B 3, 85, f° 199-199 vo.

93 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 512-513, 521.

94 Ch. Frostin, « Les Pontchartrain et la pénétration commerciale en Amérique espagnole (1690-1715) », Revue historique, n° 498, avril-juin 1971, p. 307-336.

95 Lettre de Louis XIV, du 18 février 1709, à Michel-Jean Amelot de Gournay, ambassadeur à Madrid, dans Baron de Girardot, Correspondance de Louis XIV avec Michel Amelot, son ambassadeur à Madrid, Nantes, 1864.

96 Cf. A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 531.

97 Le 12 juillet 1694, Jérôme de Pontchartrain quittait Brest pour aller visiter les ports de la Manche.

98 Lettre citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1232.

99 Lettre de Louis de Pontchartrain à Vauban du 7 septembre 1695 et lettre du 18 septembre suivant de Vauban à Louis de Pontchartrain citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1234.

100 Cf. Anne Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, 682 p., p. 338-340.

101 Lettre de Vauban à Jérôme de Pontchartrain, de Dunkerque, le 24 octobre 1706, citée dans Dictionnaire… de Jal, notice Vauban, p. 1233-1234.

102 Saint-Simon, Mémoires, t. 2, p. 411.

103 Pour cette liste, voir Anne Blanchard, Vauban, op. cit., p. 603-605.

104 Pour Jacques de Mons et Louis Varice de Valières, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société, op. cit., notices biographiques, p. 653-654 et 701-702.

105 Cf. Anne Blanchard, Vauban, op. cit., p. 315-316.

106 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1, lettre du 7 juillet 1694.

107 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

108 Lettre citée dans L. Delavaud, « Un ministre de la Marine… », Bull. Société de géographie de Rochefort, t. XXXII, 1910, n° 3, p. 154.

109 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

110 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 1.

111 Marie de Maupeou veut dire que « sur toute chose » Louis de Pontchartrain ne donne jamais de prime abord son acquiescement.

112 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

113 Saint-Simon, Mémoires, Pléiade, t. 4, p. 297.

114 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre écrite en mai ou juin 1695.

115 Cf. Mémoires du baron de Breteuil, éd. établie par Évelyne Lever, Paris, François Bourin, 1992, 368 p., p. 9-40.

116 « Melle de Pommereuil », c’est-à-dire Mlle de Pomereu. Le nom de Pomereu est souvent alors orthographié Pommereuil, comme, par exemple, chez Mme de Sévigné.

117 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

118 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

119 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

120 Marguerite Boucher d’Orsay, marquise de Montchevreuil, femme d’Henry de Mornay, marquis de Montchevreuil, gouverneur de Saint-Germain-en-Laye, et mère de Léonor, comte de Mornay, brigadier des armées.

121 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2, lettre du 13 mars 1695.

122 AN, Archives privées, 257 AP 2, dossier 2.

123 AN, Colonies, B 20, f° 113, 4 juin 1698, Mémoire pour servir d’instructions au sr de Brisacier, commissaire à la suite de l’escadre de comte de Blénac ; f° 172 v°, 15 avril 1699, Mémoire du Roi au gouverneur de Plaisance (Terre-Neuve) au sujet de l’état général de la colonie après l’inspection du sr de Brisacier, commissaire ordinaire de la Marine.

Table des illustrations

Titre Les protégés des Pontchartrain à l’Académie française
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9193/img-1.png
Fichier image/png, 61k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search