Version classiqueVersion mobile

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

Conclusion. Quand le sport conquérait la presse régionale (1870-1914)1

Philippe Tétart

Texte intégral

  • 1 Ce texte doit aux amicales et précieuses relectures de Olivier Chovaux, Yvan Gastaut, Denis Jallat, (...)

1Les auteurs de ce volume se sont donnés pour tâche d’étudier et de questionner, entre les années 1870 et la veille de la Grande Guerre, la façon dont le sport s’inscrit à l’agenda de la presse régionale quotidienne et, dans quelques cas, périodique. De nombreuses questions présidaient à leurs investigations. À quand remontent les premiers signes de médiatisation du sport ? Sous quels auspices ? De titre en titre, l’information sportive est-elle homogène ou non ? À l’image de ce que l’on sait sur la presse nationale, le sport est-il partout devenu en 1914 un domaine informatif de plein droit ? Si oui, sous quelle forme ? Quand naissent les rubriques sportives ? Quels enjeux transparaissent des discours sur les pratiques physiques et sportives ? Révèlent-ils un attachement particulier à l’identité locale, voire une fibre régionaliste comme celle qui caractérise souvent la presse sportive de province ? Quelles sont les différences d’approche selon l’identité politique des rédacteurs, des journaux ? Les entreprises de presse s’engagent-elles, comme la presse nationale, dans le patronage d’épreuves, endossant alors un rôle moteur et structurant dans l’essor du sport moderne ? Quels sont les pratiques physiques et les spectacles sportifs promus à telle période, puis à telle autre ? Autrement dit, comment évolue la culture médiatique du sport ? Qui fait l’information sportive ? À défaut de l’apprécier tout à fait, peut-on approcher le rôle de cette médiatisation dans le processus d’acculturation des Français lors de la première phase de massification des cultures sportives ? Enfin, peut-on raisonnablement poser l’hypothèse que la presse régionale, à l’image des grands titres parisiens, favorise l’essor du phénomène sportif à la Belle Époque ?

2Ces interrogations et d’autres nourrissent et relient à la fois les essais ici réunis.

  • 2 F. Furet, « Le quantitatif en histoire », in Le Goff J., Nora P. (dir.), Faire de l’histoire. 1. No (...)

3Pour les aborder et en considérant, selon le mot de François Furet, que « la répétition régulière de données sélectionnées et construites en fonction de leur caractère [homogène et] comparable2 » permet de dessiner un portrait raisonné de l’objet interrogé, les auteurs ont développé leur analyse en partant d’un socle quantitatif. Ils ont mené des sondages questionnant l’emprise, la forme et la nature de l’information sportive. En gardant leur liberté d’interprétation, ils ont ainsi tenté de se protéger du piège de la spéculation, souvent présent lorsqu’on analyse a posteriori les discours médiatiques sans interroger, d’une part, leur représentativité et, d’autre part, leur origine.

Un corpus représentatif ?

4Au-delà du quantitatif, le souci d’objectivation pose le problème de la représentativité de nos portraits médiatiques. Pour y répondre, plusieurs éléments d’appréciation peuvent être envisagés.

  • 3 P. Guiral, « La presse de 1848 à 1871 », in Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou (dir.) (...)

5En premier lieu le nombre de titres étudiés. Le corpus a été constitué en fonction de l’accessibilité et de la proximité des archives, non en fonction d’un cadrage pré-établi. Il a donc un caractère aléatoire. Il comprend 14 quotidiens et 5 hebdomadaires ou bihebdomadaires. Ces derniers (Le Journal de Tournon, Le Journal de Sables, Le Progrès de Mascara, La Tafna et Le Nouvellsite du Morbihan), avec leurs styles et leurs identités fort différentes, ne sauraient incarner à eux seuls le « pullulement de périodiques3 » des années 1880-1900. S’agissant des quotidiens, au milieu des années 1880, ils sont 250 en province. Nous en étudions 11. Trente ans plus tard, on en compte 240 et 14 d’entre eux sont ici à l’honneur. S’y ajoute le cas du Straßburger Post publié dans l’Alsace alors allemande. Accéder à une véritable représentativité supposerait à notre sens l’étude de 30, 40, 50 titres. Quête improbable. Sur ce point donc, concédons notre relatif inconfort.

6Perspective plus rassurante : les tirages. Dans les années 1880, celui des quotidiens de province est de 750 000 à 1 million d’exemplaires. Pour les années 1880, notre corpus en représente 23 % à 31 %. En 1914, 4 millions d’exemplaires sont tirés et les titres analysés correspondent alors à plus ou moins 800 000 exemplaires, soit près de 20 % de ce tirage. De telles proportions semblent assez représentatives, d’autant que nous couvrons aussi bien des institutions régionales à fort magister comme Le Petit Méridional (90 000 en 1914), Le Progrès de Lyon (200 000), La Petite Gironde (125 000), Ouest-Éclair (150 000) que des quotidiens départementaux, à vocation souvent localiste et à moyens ou petits tirages (Bastia-Journal, L’Indépendant Rémois, Le Petit Var notamment).

  • 4 M. Palmer, « Métropoles et presse quotidienne régionale dans les années 1880 : une assise urbaine s (...)

7À l’aune géographique nous couvrons un vaste espace, de Nice à Rennes, d’Arras à Toulouse en passant par Montpellier, Bordeaux, Lyon, Reims, etc. Au demeurant, nous plongeons très peu au cœur du territoire. Aussi héritons-nous d’une légère surreprésentation méridionale et littorale (carte 1). Nous verrons comme elle pèse, dans le cas de la tauromachie notamment, sur la nature des sports les plus en vue. Elle interdit par ailleurs de vérifier si « l’aire de rayonnement de 400 kilomètres4 » de la presse à un sou autour de Paris freine ou, au contraire, stimule l’essor de l’information sportive.

Carte 1. Répartition géographique des titres étudiés.

8Reste la dimension politique. Entre 1871 et 1914, le régime républicain traverse une zone de fortes turbulences et de recompositions idéologiques et partisanes. Les obédiences des titres varient donc souvent au fil des ans. Néanmoins, si on les fixe en 1900-1910, elles représentent l’essentiel de l’échiquier politique. Le Midi Socialiste et Le Petit Var incarnent la mouvance socialiste. Le Progrès de Lyon, Le Petit Méridional, La Dépêche du Midi et L’Indépendant Rémois sont radicaux ou liés à l’aire d’influence radicale. L’Ouest-Éclair est démocrate-chrétien. Le Journal de Tournon est attaché à l’Union Républicaine. La Petite Gironde est une des tribunes des républicains modérés. Le Courrier du Pas-de-Calais est libéral. Le Journal des Sables semble proche de la Fédération républicaine tout en présentant quelques traits nationalistes. À Montpellier, L’Éclair donne corps à un légitimisme refondu dans un conservatisme dont Bastia-Journal, Le Petit Bastiais et le Nouvelliste du Morbihan se revendiquent en la colorant d’une touche cléricale. Le Petit Niçois enfin professe un neutralisme aux accents conservateurs. Sous ces différents jours, notre corpus est assez représentatif.

9Au total, faute de l’être pleinement, nos conclusions seront raisonnablement significatives. Notre lecteur se souviendra de cette prudence liminaire en lisant ces pages.

Un volume informatif en forte croissance

10Notre première interrogation a porté sur le rythme de la conquête de l’information sportive. Les sondages visaient à repérer l’émergence et l’affirmation de l’information sportive, puis à pointer un éventuel moment sportif avec la création de rubriques, lesquelles installent le sport dans un régime médiatique plus ordinaire, symptomatique du moment où il devient un enjeu culturel et éditorial pesant sur l’identité des titres étudiés.

11Deux publications seulement sont antérieures à la IIIe République : Le Courrier du Pas-de-Calais (1830) et Le Journal des Sables (1851). Olivier Chovaux et Sylvain Villaret y montrent l’absence d’information sportive structurée avant les années 1870. Sur si peu de cas, gardons-nous d’extrapoler.

12L’étude des cinq titres existants en 1873 (La Petite Gironde, Le Courrier du Pas-de-Calais, Le Journal des Sables, Le Progrès de Lyon et L’Indépendant rémois) et de ceux nés peu après (Journal de Tournon, Le Petit Niçois, Le Petit Méridional, La Dépêche du Midi) offre une meilleure assise. Elle montre le réveil de l’information sportive en 1870-1880, puis son timide décollage au début des années 1890 (graphique 1).

Graphique 1. Évolution du volume d’information sportive (en % de la surface informative hors publicité).

13L’essor de l’information sportive stricto sensu intervient à la charnière des XIXe et XXe siècles. En 1903, le volume d’information est une fois et demi supérieur à celui de 1893. La plupart des nouveaux titres, tel L’Ouest-Éclair (1899), comprend un volant d’informations spécialisées dès leur création. Cet essor est confirmé et renforcé entre 1903 et 1913 : la part moyenne de l’information sportive y double. Au total, de 1873 à la veille de la guerre, le pourcentage des informations sportives est décuplé.

14Ces ordres de proportions ne restituent pas toute la vitalité de l’information sportive. L’observation des données brutes la rend en effet plus frappante d’autant que, dans bon nombre de cas, la pagination des titres quotidiens augmente. Dans Le Petit Méridional, Alex Poyer note que le sport occupe 0,6 % de la surface informative en 1883 et 4,2 % trente ans plus tard. Cette multiplication par sept est déjà remarquable. Mais en réalité le lignage sportif a été multiplié par 20 et Le Petit Méridional n’est pas passé de 4 à 80 pages… En Alsace, le Straßburger Post passe de 1,5 % à 3,3 % entre 1883 et 1913 ; or là encore ce doublement ne restitue pas la multiplication par huit du volume brut informatif. On pourrait décliner. Directions et rédactions en chef dédient donc une place et une fonction croissantes au sport, et ce dernier, de fait, contribue grandement à la densification informative de la Belle Époque

  • 5 Cf. P. Tétart (2013) « Journaux et rédacteurs de sport (1851-1856). Portrait d’un cercle littéraire (...)

15L’entrée du sport dans la presse régionale date donc des années 1870, dix à quinze ans après sa venue dans les quotidiens nationaux pionniers (dont Le Figaro5). Sa consécration vient quant à elle entre le soir du XIXe siècle et le début des années 1910.

La province ne démérite pas

  • 6 Ce pourcentage a été obtenu, selon la même procédure que pour cet ouvrage, en compulsant 17 titres  (...)
  • 7 Cf. P. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province, 1845-1914 », in Ph. Tétart, S. Villaret (...)

16à la veille de la guerre, 5,9 % de la surface informative utile (publicité non comprise) des quotidiens et périodiques est sportive. En ne tenant compte que des quotidiens publiés en France et en Algérie (en écartant donc le Straßburger Post), cette proportion passe à 5,4 %. À la même date, la presse nationale comprend précisément 5,4 % en moyenne d’information sportive6. La province n’a donc rien à envier à la presse parisienne : si elle accuse un léger retard jusqu’au seuil du XXe siècle, son rattrapage est ensuite très net (graphique 2). Certes, les titres parisiens peuvent être des modèles. À quelques reprises, les contenus et la pratique de la presse au ciseau en témoignent. Toutefois, le mimétisme médiatique est moins prégnant qu’on pouvait l’imaginer. Au-delà des nuances de contenu et de traitement, la conquête médiatique du sport est donc aussi provinciale que parisienne. Ce constat rejoint et renforce celui né de l’étude de la presse spécialisée7.

Graphique 2. – Évolution comparée du volume d’information sportive Paris-Province (en % de la surface informative hors publicité).

Une mobilisation à géographie variable

17Cette vue cavalière masque toutefois de grandes variations dans le degré de mobilisation des journaux. En se situant avant-guerre, plusieurs groupes se découvrent.

18D’abord celui des titres très mobilisés : La Petite Gironde (plus de 9 % de sa surface consacrée au sport), Le Petit Niçois (8,8 %) et Le Progrès de Lyon (7,7 %). Ils paraissent dans des métropoles régionales marquées à la fois par la précocité de l’implantation des pratiques, des institutions et des installations sportives, mais aussi par le dynamisme de leur presse généraliste et, souvent, sportive.

19La presse oranienne est plus engagée encore : La Tafna avec 14 %, Le Progrès de Mascara avec près de 19 %. Ce particularisme, souligné par Didier Rey, est-il valable ailleurs en Afrique du Nord ? Seuls d’autres sondages permettraient d’interroger cette singularité coloniale.

20Une autre partie du corpus se situe autour du point d’équilibre des 5,4 % : Le Courrier du Pas-de-Calais, L’Ouest-Éclair et L’Indépendant Rémois notamment, tous publiés dans des préfectures de moyenne importance.

21Viennent enfin des titres n’offrant que 1 à 2 % de leur contenu au sport : Le Petit Bastiais, Le Nouvelliste du Morbihan, Bastia Journal, Le Journal des Sables, Le Journal de Tournon. Là encore s’impose l’idée d’une concordance entre taille de l’aire urbaine (ici de petites villes au rayonnement limité) et rythme local de développement des pratiques, des unions, de la presse spécialisée et du volume d’information sportive. Notons aussi la surreprésentation des périodiques dans ce groupe. Le sport est plus volontiers privilégié par la presse quotidienne.

  • 8 Cf. Marc Martin, La Presse régionale. Des Affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, chap (...)

22Plusieurs France cohabitent donc. Cohabitation parfois déclinée à l’échelle départementale comme en Ardèche où Le Journal de Tournon et La Croix de l’Ardèche sont infiniment moins mobilisés que Le Journal d’Annonnay. Par ailleurs, les capitales régionales – l’aire urbaine – jouent, comme pour la presse spécialisée et les institutions, un rôle moteur, ce que confirme, hors corpus, la lecture du Petit Marseillais, du Grand Écho du Nord (Lille) ou du Phare de la Loire (Nantes). Contrairement à ce qui a pu être avancé8, dès la Belle Époque le sport est un des éléments qui définit l’identité et les stratégies de la presse régionale. L’entre-deux-guerres renforcera cette situation, à l’image d’un Ouest-Éclair consacrant 11 % de sa surface, en 1938, au seul football.

D’un genre mineur à la consécration

23Appréhender l’entrée du sport dans les titres de presse, puis sa conquête et sa légitimation suppose d’interroger la forme de l’information et l’évolution des politiques éditoriales. Sous cette perspective, on découvre une périodisation à trois séquences plus ou moins tuilées.

Le temps de la dissémination

24La première s’ouvre avec les années 1870 et dure une vingtaine d’années. Les informations sont alors principalement distillées dans le fourre-tout des rubriques locales et de faits-divers. L’idée de rubrique dédiée est loin d’avoir cristallisé. Pour certains périodiques comme Le Journal de Tournon et Le Journal des Sables elle ne prendra d’ailleurs jamais.

25Cette ventilation de l’information est matricielle. En 1913 encore, aucune rubrique ne recèle toute l’information sportive. Jusqu’aux années 1890, Le Petit Var disperse ses brèves dans les chroniques locales, les « Nouvelles Maritimes », les colonnes dédiées aux cercles, aux fêtes, aux faits-divers, etc. L’Indépendant Rémois constitue une illustration hypertrophiée de ce saupoudrage : en 1903, en dépit de l’existence d’une rubrique spécialisée, sa rédaction dissémine le sport dans 23 rubriques ! Quant à la Straßburger Post, en 1913, elle publie encore plus de la moitié des informations hors de ses rubriques spéciales.

Premiers cadrages éditoriaux

26Une deuxième séquence s’ouvre au début des années 1890. Elle se referme avec la banalisation rubricarde des années 1900. La dispersion informative prévaut toujours. Néanmoins et d’une part, des innovations rédactionnelles sortent le sport de son anonymat. D’autre part, les rubriques voient le jour sans être généralisées.

27Premier point : le travail des rédactions sur l’identité visuelle des titres et la hiérarchie informative. De façon tangible et croissante, certains choix typographiques et de mise en page – titres distinctifs et graissés, jeu sur les polices – valorisent des articles relatant des événements locaux ou nationaux marquants. Le match Terront-Corre de 1893, emblématique, est ainsi relaté par nombre de rédactions, dont celle du Petit Méridional sous le titre « Match vélocipédique ». L’attention du lecteur est inévitablement retenue par cette mise en exergue souvent justifiée par la couverture d’un cyclisme qui truste alors un tiers des informations sportives. Avec les années 1890, le sport s’extirpe ainsi peu à peu du flux des nouvelles ordinaires.

28Second point : la venue des rubriques. Elles sont de deux types : spécialisée, omnisport. Les premières sont souvent soit éphémères soit de parution irrégulière. Le Courrier du Pas-de-Calais publie une rubrique gymnique (1891). Le Nouvelliste du Morbihan et Le Courrier du Pas-de-Calais font de même pour le cyclisme (1891 et 1893). Le Petit Méridional cède à la tradition tauromachique (1893) et Le Progrès de Lyon à celle du cyclisme et du boulisme (1899, 1902), etc. Se lève par ailleurs la première génération de rubriques omnisports pérennes. La Petite Gironde, pionnière (1891), devance La Dépêche de Toulouse (1893) et Le Petit Var (1896).

29En ces années 1890 le sport contribue donc de façon de plus en plus sensible au maillage informatif et rubrical de la presse, soit un trait distinctif de la Belle Époque.

Le temps des rubriques

30à la charnière des XIXe et XXe siècles, les choix éditoriaux deviennent plus entreprenants encore : plus de la moitié des titres publient une rubrique en 1903 et 85 % à la veille de la Grande Guerre (tableau 1).

31Les titres ne prenant pas ce tournant sont le plus souvent périodiques et/ou marqués par une forme vieillissante, à l’image du Journal de Tournon ou, hors corpus, du Petit Républicain des Pyrénées Orientales (quotidien) ou de La Croix de l’Ardèche (hebdomadaire).

  • 9 P. Tétart, op. cit., 2010, p. 34 notamment.

32D’autres éléments participent à cette légitimation médiatique : la sportivisation des unes et la métamorphose de la langue du sport. Nous reviendrons sur l’une et l’autre. Mais la multiplication des rubriques est l’élément le plus marquant du moment. Elle nourrit même une certaine hésitation : nous aurions pu définir une quatrième période à partir de la charnière des années 1900-1910, lorsque les rubriques sont presque généralisées. Un tel découpage pourrait s’appuyer, par ailleurs, sur la profusion de titres spéciaux lancés à partir de 1909 et sur la dynamique de l’information sportive dans la presse quotidienne nationale. Un tel découpage renforcerait l’hypothèse d’un emballement médiatique autour du sport à la veille de la guerre9.

Corpus étudié

Exemples hors corpus [p : périodique/q : quotidien]

1893

La Petite Gironde,
La Dépêche de Toulouse, Le Petit Var

1903

Le Progrès de Lyon, Le Petit Niçois,
Le Petit Méridional, L’Ouest-Éclair,
Les Nouvelles du Morbihan,
L’Indépendant Rémois

Phare du Littoral (Nice) [q],
L’Éclaireur de Nice [q],
Le Courrier de L’Est [p],
Journal de Rouen [q]

1913

La Tafna, Le Progrès de Mostaganem,
Bastia-Journal, Le Petit Bastiais,
L’Éclair, Le Midi Socialiste,
Le Courrier du Pas-de-Calais,
Straßburger Post

Le Courrier de l’Ain [q],
Le Petit Courrier (Maine-et-Loire) [q],
Le Barbezilien (Charentes) [p],
Le Nord Illustré [p],
Le Petit Ardennais [q]

Tableau 1. Présence avérée de la première rubrique sportive.

33Revenons à la floraison des rubriques et à ses deux cas de figure.

34Dans le premier, la rubrique omnisport fédère l’essentiel de l’information, mais elle est flanquée de rubriques thématiques. En 1913, Le Petit Méridional associe ainsi sa « Chronique sportive » aux rubriques « Conquêtes de l’air » et « Petit courrier taurin ». Même partage thématique dans Le Midi Socialiste. Le Straßburger Post publie aussi une rubrique aéronautique, etc. L’aéronautique, première veine informative de 1913 en province comme à Paris, incite un tiers des rédactions en chef à canaliser et thématiser le flux d’information pour mieux le valoriser, en établissant une distinction réservant en général les records de hauteur, de distance et de temps de vol, les premières et les meetings à la rubrique sportive ; la rubrique aéronautique relatant pour sa part accidents, décès et avancées technologiques. Ces déclinaisons aéronautiques dominent sans être exclusives. Bastia-Journal publie ainsi une rubrique de football ; Le Progrès de Lyon comprend sporadiquement une rubrique bouliste et une rubrique « Sports d’hiver » saisonnière ; La Petite Gironde tient une rubrique hippique ; dans le Straßburger Post enfin, le nombre d’articles sur l’excursionnisme est tel qu’on peut quasiment l’assimiler à une rubrique ne disant pas son nom.

35Autre option : l’assemblage de plusieurs rubriques omnisports aux vocations distinctes : nationale d’une part, régionale et locale de l’autre. Là encore La Petite Gironde est pionnière. Dès 1903 elle publie « La Vie Sportive » (compétitions nationales et internationales) et « Les Sports à Bordeaux et dans sa région ». En 1913, en Corse, Bastia-Journal comprend une rubrique généraliste (« Sports »), un espace de débat et d’annonces (« Tribune sportive ») et une chronique à vocation locale (« Chronique sportive »), sans que celles-ci soient systématiques. Au même moment, dans Le Petit Niçois, Louis Andrau dispose de quatre solutions : trois rubriques à vocation généraliste (« Les Sports », « Chronique des sports », « Nouvelles sportives ») et une à ambition azuréenne (« Les sports à Nice et dans la région »). Le Midi Socialiste publie « La Vie sportive » (événements locaux et informations pratiques), « Sports » (informations nationales) et « Le Carnet du Sportsman », rubrique pratique analogue à celle qu’on trouve dans L’Intransigeant. Dans L’Ouest-Éclair, « La Vie Sportive » recense avant tout l’actualité du grand Ouest et « Les Dernières nouvelles sportives » couvrent les dimensions nationales et internationales.

36à la veille de la guerre, certaines rédactions vont plus loin encore, surtout le lundi, riche de l’actualité dominicale. La rédaction de La Dépêche de Toulouse consacre ainsi jusqu’à deux pages à des rubriques n’exigeant ordinairement qu’une à deux colonnes. Plus frappant encore, en 1913-1914 La Petite Gironde et Le Petit Méridional impriment une véritable page sportive, comme plusieurs quotidiens parisiens.

  • 10 D. Kalifa, M-E. Thérenty, « Formes et matières journalistiques », in D. Kalifa, P. Régnier, M. E. T (...)

37Certes, Jean-Claude Gaugain estime que Le Petit Var n’a pas, jusqu’en 1913, de « stratégie cohérente ». Certes, Didier Rey fait la même remarque à propos de rédacteurs bastiais qu’il juge par ailleurs peu inventifs. Quelques bémols doivent donc être glissés dans cette partition. Reste qu’au plus général la refonte éditoriale des années 1900-1910 est complète. La légitimation de l’information sportive est aboutie – dans les quotidiens car les périodiques sont moins mobilisés, exception faite de l’Oranie. En province comme à Paris, le sport est donc désormais un label de la modernité journalistique. Dans une presse s’évertuant à changer de visage en multipliant entrées informatives et rubriques (féminine, enfantine, scientifique, éducative, etc.), il n’est plus pensable d’en ignorer l’audience sociale – largement nourrie au sein médiatique d’ailleurs. De nouveau le sport apparaît comme un des vecteurs du remodelage du journalisme autour d’une « distribution rationnelle des matières » et d’un « dispositif formel » de plus en plus « figé10 ».

À la une

38L’information sportive a parfois droit à la une dès les années 1870-1890. Mais elle y gagne un véritable droit de cité au début du siècle. Puis elle s’y banalise à la charnière des années 1900-1910.

39Cette présence en une, portée à un rythme quotidien dans l’entre-deux-guerres, concerne peu ou prou tous les titres. Certains font dorénavant du sport un produit d’appel. Dans le Straßburger Post en 1913, la une accueille 8 % du volume informatif. Dans L’Ouest-Éclair ce taux est de 7 %. L’essentiel de ce pourcentage se composant de brèves et d’appels de une, le sport apparaît 110 fois en première page contre une quinzaine seulement en 1902-1903 ; c’est dire l’importance qu’il a pris en une dizaine d’années.

40Autre élément d’appréciation : la nature de l’information. Elle est avant tout aéronautique et comprend un volant croissant d’informations internationales. Deux signes de modernité, de progrès : conquête de l’air et célébration de l’excellence, de la témérité française d’une part ; capacité à informer sur le monde de l’autre. D’autres sports ont certes les honneurs de la une, mais dans de moindres proportions : le cyclisme surtout, puis les sports hippiques, la natation, les régates, la boxe…

41Enfin, cette imprégnation des unes est visuelle. En province comme à Paris, le sport est de plus en plus un prétexte à illustration. Naissance du photojournalisme aidant, les champions ont désormais un visage, les courses un décor. Dans ce domaine, les stratégies de La Petite Gironde et de L’Ouest-Éclair sont parmi les plus innovantes.

42Vitrines de la presse, les unes confirment que le sport, consacré, est une clé des politiques éditoriales de la Belle Époque.

Le supplément : une tentation embryonnaire

43Le lancement de suppléments, l’existence dans le giron de tel ou tel quotidien d’un périodique spécialisé est un autre point permettant d’apprécier la sportivisation des journaux et des groupes de presse. En l’espèce, de telles expériences sont rares.

44Le Progrès de Lyon enrichit son offre dès 1890 avec un hebdomadaire, Le Progrès illustré, et un supplément littéraire. Le sport est présent dans l’un et l’autre. En 1902, la relance du supplément généraliste lui fait toujours place. L’entreprise pense nécessaire de garantir un espace rédactionnel au sport dans ses diverses déclinaisons. Sa démarche est toutefois singulière et sa rédaction ne va pas jusqu’à créer un organe proprement sportif.

45La rédaction du Midi Socialiste comprend un duo de journalistes participant au lancement d’un bihebdomadaire : Le Midi Sportif. Mais ce dernier n’est pas lié de façon ombilicale au quotidien. Dans le même ordre d’idée, Maurice Martin, rédacteur en chef des rubriques sportives de La Petite Gironde, issu de la presse spécialisée, collabore notamment à Bordeaux-Sport. Mais ce périodique n’est pas un satellite du groupe de La Petite Gironde.

46La tentation de développer un organe spécial n’est donc pas à l’ordre du jour. La donne changera après-guerre, à l’image du Courrier Sportif lancé par Le Courrier du Pas-de-Calais en 1923. À la Belle Époque, une telle entreprise présente des risques. Certes, les titres sportifs foisonnent, du quotidien au bulletin de club en passant par les périodiques. Toutefois, ils peuplent un marché fragile dans lequel les destins sont souvent éphémères. Il faut en outre compter avec le double magister de L’Auto et de La Vie au grand air, et avec l’attention croissante de la grande presse parisienne pour le sport. Tenter l’aventure d’un supplément tient donc, a priori, de la gageure. La bataille médiatique du sport se joue par conséquent plutôt sur le terrain des rubriques et des toutes premières pages sportives ; c’est ce que suggère Maurice Delaroche, rédacteur en chef du Progrès de Lyon, en estimant ne pas avoir à rougir de la qualité et de la densité de l’information délivrée par son journal, égales, selon lui, à celles des titres spéciaux et parisiens.

Rédacteurs et journalistes de sport

  • 11 Ch. Delporte, Les Journalistes en France, 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Pa (...)

47Le degré de spécialisation et d’initiative de la presse renvoie à l’identité de ceux qui font l’information sportive. Sur ce point, nous sommes assez démunis. Nombre d’articles, de rubriques ne sont pas signés. D’autres sont rédigés par des rédacteurs aux pseudonymes plus ou moins fantasques ; « Verdad » et « Mosquito », chroniqueurs tauromachiques du Petit Méridional, « Reck » (barre fixe en allemand) qui écrit sur la gymnastique pour L’Indépendant Rémois, « Ormonde » (nom d’un célèbre étalon) turfiste de La Dépêche du Midi, etc. Cette pratique, quasi conventionnelle dans la presse spécialisée de province, renvoie à « une tradition bien établie du journalisme français11 ». Ceci étant, il y a là une différence notoire avec la presse nationale et spécialisée parisienne où les signatures tendent à se multiplier à la fin du XIXe siècle lorsque les journaux créent des postes de chefs de rubrique – à l’image de Guy de Lafreté à La Presse.

48Quoiqu’il en soit, cette situation n’est pas vraiment étonnante. Primo : dans nombre de journaux, la plupart des articles, tous genres confondus, ne sont pas signés, sinon les articles de tête. Secundo : les correspondants locaux, principaux pourvoyeurs d’information, signent encore moins que la moyenne. Tertio : est-il de bon ton d’être reconnu comme chroniqueur de sport ? Certains rédacteurs membres dirigeants des institutions sportives ou notables passionnés de sport et d’écriture peuvent en effet préférer l’anonymat afin d’éviter l’affichage d’une évidente confusion des genres entre information et propagande ou statut social et journalisme.

  • 12 Ibid, p. 83.

49S’agissant des rédacteurs, des journalistes qu’on identifie, le fil de leur biographie est difficile à suivre. Rédacteurs et journalistes : la distinction est en effet nécessaire dès lors que la profession s’organise, avec la création du Syndicat de la presse parisienne sportive en 1891 et du Syndicat des journalistes vélocipédiques et de la presse sportive en 1895 ; dès lors aussi – ou principalement –, que leur nombre explose. Paris compte en effet 500 à 600 journalistes en 1885 et environ 6 000 vers 1910. Quant à la démographie du journalisme en province, elle est plus dynamique encore12. Quelques éléments permettent néanmoins d’esquisser le profil de ces hommes.

Anonymat et gestion au coup par coup : les années 1870-1890

50Pour l’essentiel, jusqu’au seuil XXe siècle et dans certains cas jusqu’à 1914, l’information est orpheline. C’est pourquoi les articles réunis ici comprennent plus qu’à leur tour l’expression « un chroniqueur, « un rédacteur ». Formulations certes insatisfaisantes mais indépassables. Prenons malgré tout un risque : sans doute l’information émane-t-elle dans un premier temps des correspondants locaux, comme aux premières années de L’Ouest-Éclair ; des correspondants qui, parfois, maîtrisent mal leur sujet comme ces rédacteurs bastiais amateurs peu éclairés, comme cette plume varoise usant en 1890 encore de l’anachronique « gymnasiarque » avant de se raviser, quelques semaines plus tard, en parlant de « gymnaste ». Dans quelques cas, les signatures de correspondants d’un jour, de pigistes passionnés et sans postérité s’offrent à nous. Elles restent pour la plupart mystérieuses. Certaines d’entre elles permettent malgré tout de se glisser dans une faille où on rencontre deux types de rédacteurs.

51Le premier est rédacteur de circonstances. C’est le cas d’Étienne Vauchez, secrétaire général de la Ligue de l’Enseignement, collaborant en 1883 au Journal des Sables pour défendre la gymnastique républicaine lors d’une tournée du député Steeg en Vendée. C’est le cas de Pierre Giffard donnant en avant-première quelques feuillets de son histoire de la vélocipédie au Nouvelliste du Morbihan en 1890. Ici prévaut le jeu des intérêts mutuels, les uns cherchant à se faire valoir, les autres à capitaliser sur la notoriété de personnalités.

52Le second type renvoie à des collaborations tout aussi ponctuelles mais journalistiques : celle de l’écrivain et journaliste Jacques Mauprat au Progrès de Lyon (1890), celle de Max de Nansouty, rédacteur aéronautique du Temps, au Petit Méridional (1903).

53Sur la foi de ces rares exemples, notre catégorisation reste très incertaine.

Une première génération de professionnels

54Nous sommes moins démunis pour les années 1900-1910. Trois catégories et une première professionnalisation s’y dessinent.

55Viennent d’abord les chroniqueurs anonymes ou pseudonymes nous laissant toujours sur notre faim. Suivent les pigistes de circonstances, à l’image de Victor Fabry – aviateur invité par Le Petit Méridional à commenter l’actualité aéronautique. De tels exemples introduisent l’idée d’expert. Ils ne sont pas légion. La caution de ces consultants, devenue une norme de nos jours, balbutie néanmoins avant-guerre. Elle se déploiera dans l’entre-deux-guerres, avec d’ex-footballeurs notamment. La troisième catégorie met à jour une première génération de chefs de rubrique appointés et des journalistes de métier. Les uns et les autres sont le plus souvent issus du sérail sportif.

56Dans L’Ouest-Éclair, les rédacteurs des années 1902-1914 sont ou ont été footballeurs, athlètes et/ou élus de l’USFSA. Certains ont participé au lancement de périodiques sportifs. C’est le cas de Joseph Gémain. Ce dernier, Philippe Ghis et Ernest Folliard père sont pigistes. En revanche, Ernest Folliard fils, ex-joueur du Stade Rennais, est le premier journaliste spécialisé de la rédaction rennaise, laquelle comprend deux professionnels puisqu’un correspondant parisien, Henri Sonnet, est recruté à la fin des années 1900.

57En 1903, Le Petit Niçois s’attache pour sa part les services de Louis Andrau. Sportsman (cycliste) et publiciste en vue dans le cercle médiatico-mondain de la Côte d’Azur, il a travaillé pour La Côte d’Azur Sportive, une des principales publications méridionales. Suzanne Cervera dit qu’il imprime sa marque sur Le Petit Niçois en gagnant de haute lutte, face à une direction parfois réticente, le droit de déployer son propagandisme.

58En 1902 à Bordeaux, après s’être longtemps satisfaite des collaborations épisodiques de journalistes spécialisés, La Petite Gironde engage l’un d’entre eux : Maurice Martin. Sportif polyvalent, chantre du sport et cofondateur – notamment – de la course Bordeaux-Paris lorsqu’il était rédacteur de Véloce-Sport (1891), il a l’expérience des périodiques sportifs et, comme le montre Luc Robène, pèse de tout son poids sur des ajustements éditoriaux aboutissant à la création, au début des années 1910, d’une véritable page sportive. De tous les journalistes croisés dans ces pages, il est le seul à avoir une stature véritablement nationale. En témoignent notamment ses collaborations à la grande presse sportive parisienne.

59à partir de 1902-1903 se lève ainsi une première génération de journalistes ou de chroniqueurs à la fois rédacteurs et prosélytes. Un court laps de temps après la presse nationale – laquelle prend le tournant de la professionnalisation à la fin du XIXe siècle –, la presse quotidienne régionale (et non les périodiques) s’engage à son tour dans la voie de la professionnalisation. Il faut dire semble car, d’une part, l’anonymat de la plupart des rédacteurs plonge l’essentiel des sociabilités rédactionnelles dans un coin d’ombre de l’histoire et, d’autre part, le nombre de professionnels repérés reste peu significatif.

Quelle langue du sport ?

60Cette amorce de professionnalisation rime-t-elle avec une mutation des modes d’écriture ? La réponse à cette interrogation, ambivalente, n’aboutit qu’à une demie concordance. La professionnalisation naissante va avec un souci d’écriture croissant. Ce dernier est cependant déjà sensible avant l’entrée en scène des pigistes réguliers et des journalistes. En matière d’écriture du sport, on retrouve donc plutôt la périodisation à trois temps définie par la croissance du volume informatif et les mutations éditoriales déjà envisagées.

Une information d’abord lapidaire

61Au cours des années 1870-1880, la langue du sport est des plus lapidaires. À de rares exceptions, les rédacteurs prennent la plume pour informer en mettant en œuvre un pragmatisme très économe, utilitaire. L’information se résume à des brèves de facture télégraphique donnant le lieu et l’heure des rendez-vous sportifs, la liste des concurrents, les résultats et le nom des lauréats, les récompenses. Prenons l’exemple du Petit Var. Sa rédaction ne s’encombre pas d’analyse. Cyclistes, boxeurs, footballeurs, rugbymen et autres boulistes sont muets. La rédaction ne s’efforce pas d’éclairer la nature, les règles des pratiques, de rapporter l’événement. L’information est pratique, désincarnée, étrangère à toute logique éducative ou promotionnelle.

62Certes, de loin en loin, les rédactions en chef publient un article. Mais cela est rare et ne semble pas tenir du hasard. Ainsi en décembre 1883 lorsque La Dépêche de Toulouse relate sur trois quarts de colonnes l’enterrement d’un lutteur parisien mort à l’issue d’un combat avec un lutteur africain. Dans une veine très fait-diversière se marient là le goût pour l’anecdote parisienne, la négritude d’un des protagonistes, le drame ; autant d’éléments rendant la chose plus curieuse que proprement sportive.

63Sécheresse rédactionnelle souveraine : voici la couleur dominante de la plupart des rubriques jusqu’à la Grande Guerre. Il est vrai, au demeurant, que la compétition appelle intrinsèquement cette litanie de listes d’engagés, de résultats, de récompenses. Quoiqu’il en soit, le souci de la mise en scène du sport n’est pas à l’ordre du jour avant les années 1890.

Effets rédactionnels et nationalisation de l’événementialité sportive

64Au fil des années 1890, des formes rédactionnelles plus exigeantes voient le jour. Cette évolution est liée à plusieurs facteurs. D’abord la sortie d’une partie du sport du flux des faits-divers et des chroniques locales : certaines nouvelles bénéficient d’un traitement distinctif, surtout lorsqu’elles rapportent un événement national. Deuxième facteur : l’allongement générique de la copie sportive. Cette évolution est enfin due, d’une part à l’entrée dans le temps du débat sur le sport, ses bienfaits physiques, sociaux, etc. ; d’autre part au désir naissant de donner corps aux premiers champions et à leurs exploits. Du coup, si la brève reste la forme type, articulets et articles, plus nombreux, souvent publiés hors rubrique, dévoilent peu à peu un tournant rédactionnel et, in fine, la métamorphose du statut de l’information sportive, autrement dit sa première légitimation proprement rédactionnelle.

65En Vendée, Le Journal des Sables, pourtant peu mobilisé, adopte parfois une approche rigoureuse et vivante. Les rédacteurs narrent les temps forts des régates, des courses cyclistes. Ils s’évertuent à relater les émotions du public. Ils éclairent leurs lecteurs sur quelques éléments techniques simples. Ils recourent parfois à des qualifications esthétiques renvoyant à l’idée de beau geste. Les anglicismes, comme dans le cas du Petit Var, tendent à se multiplier dans les recensions de football, de rugby, d’athlétisme. Dans L’Indépendant Rémois, la densité des relations, de plus en plus notable, va avec un souci pédagogique et l’entrée en lice de considérations sur les vertus du sport. Dans Les Nouvelles du Morbihan, les résultats bruts représentent toujours la majeure partie des informations ; mais quelques articulets rompent leur litanie et offrent aux lecteurs de petits récits cyclistes laissant poindre en 5, 10, 15 lignes le désir de donner le pouls du sport.

  • 13 L’Indépendant Rémois, 27 février 1893.
  • 14 La Petite Gironde, 28 février 1893.
  • 15 Le Petit Parisien, 2 mars 1893.
  • 16 Le Temps, 26 février 1893.
  • 17 La Vie Illustrée, 25 avril 1901.

66Ce tournant est très sensible lors d’événements nationaux couverts par l’ensemble de la presse – parisienne en tête. En filigrane, il suggère l’idée que le sport devient un sujet susceptible de participer au façonnage de l’actualité nationale. C’est le cas en 1891 pour la première de Paris-Brest-Paris remportée par Charles Terront. Deux ans plus tard, en février 1893, la mobilisation est plus frappante encore lorsque Charles Terront et Jean-Marie Corre s’affrontent sur 1 000 kilomètres à la Galerie des Machines à Paris. Informations d’agences et couverture par tous les titres nationaux aidant, nombre des titres rendent compte de ce duel. Bastia-Journal offre une recension des faits de course. Aussi sobre soit-elle, elle constitue une entorse à son style habituellement plus dépouillé. La Dépêche de Toulouse publie un rapport très détaillé du défi. Dans Le Courrier du Pas-de-Calais comme dans Le Petit Méridional, ce match vélocipédique est un des premiers prétextes à la publication d’un article. L’Indépendant rémois imprime une longue causerie où la célébration de l’exploit se marie à une interrogation sur la « gloire extrêmement précaire13 » des champions et la quête éperdue du record. Quant à La Petite Gironde, elle s’empare de l’occasion pour nous éclairer en justifiant sa mobilisation : « Le tour de force à la fois physique et moral que viennent d’accomplir Charles Terront et Corre […] mérite mieux qu’un simple compte-rendu technique14. » Cet événement est de ceux qui donnent au sport – à commencer par le cyclisme – un écho national. « Les journaux nationaux et spéciaux », lit-on dans Le Petit Parisien, « sont toujours remplis d’anecdotes sur le grand match. C’est le cyclisme qui triomphe sur toute la ligne15 ». Même l’austère Temps, encore bien peu sportif en 1893, sacrifie une demie colonne à ce « spectacle absolument extraordinaire », poussant l’art du détail jusqu’à livrer le menu des deux pistards, « bifteck et œufs durs » pour Corre, « cuisse de poulet et raisin16 » pour Terront. Huit ans plus tard, Maurice Martin, de La Petite Gironde, soulignera encore la portée de cet événement fédérateur en le présentant comme un des hauts-faits de la piste des années 189017.

Écrire pour partager

67Énumérations, brèves, articulets, articles : ces diverses formes cohabitent jusqu’aux années 1910. Même les rédactions qui continuent à privilégier des formes rédactionnelles très sommaires les enrichissent désormais, de façon croissante, de considérations sur l’état du terrain, la météorologie, le nombre de spectateurs. Autant de détails venant assouplir l’aridité du propos. C’est le cas du Petit Var, du Courrier du Pas-de-Calais et de La Dépêche de Toulouse. En 1913-1914, on reste certes fort éloigné de l’exigence croissante de la presse nationale, à l’instar de L’Humanité. À la veille de la guerre, le quotidien socialiste entretient en effet une rubrique d’une demie page soignée, composée de quatre à cinq articles illustrés et d’une poignée de résultats seulement.

68Dans les rubriques, le souci d’écrire devient tangible. Dans L’Ouest-Éclair, la rédaction coupe la poire en deux : une moitié d’informations pratiques et une moitié d’informations révélant parfois une vraie exigence littéraire, au besoin quelques élans emphatiques lorsque les rédacteurs traitent de leurs marottes : football et athlétisme. Le Midi Socialiste révèle le même type d’accordage : résultats bruts et peintures vivantes des matchs de rugby, des corridas, parfois des soirées dansantes des clubs sportifs. Là encore se font sentir l’influence des passions personnelles et le poids des traits culturels locaux : les rédacteurs n’écrivent jamais aussi bien que sur ce qui fait leur identité, celle de la région, du journal. Ce trait est également sensible dans La Petite Gironde, Le Petit Niçois et L’Indépendant Rémois.

69La langue du sport ne se déploie jamais mieux que hors rubrique. Au prétexte d’événements phares, fédérateurs, les textes les plus mémorables sont souvent publiés hors de leur sein, avec un lignage notablement accru par rapport aux années 1890. Sous un jour rappelant le match Corre-Terront de 1893, quelques temps forts mobilisent presque tous les titres. Ainsi en va-t-il du funeste Paris-Madrid automobile de 1902, de la Marche des Midinettes en 1903 ou de la traversée de la Méditerranée par Roland-Garros en 1913. Ajoutons-y le Tour de France dès qu’il se popularise vraiment dans la seconde moitié des années 1900. Là, de façon plus significative, l’écriture du sport entre dans une nouvelle ère. Logique du reportage tentant de saisir au plus près l’événement ; attention pour la richesse de la langue, son ornementation et sa spécificité (termes techniques, expressions toutes faites, anglicismes) ; goût pour la dramaturgie sportive versant parfois dans le lyrisme ; désir de camper les champions au point parfois d’en appeler à la psychologisation… Ces éléments se conjuguent en proportions variables pour donner corps à un nouveau dispositif littéraire cherchant à faire ressentir aux lecteurs la clameur des stades, le sol martelé des champs de course, l’effort des forçats de la route.

  • 18 Cf. Cl. Barel-Moisan, « Écrire pour instruire », in D. Kalifa, P. Régnier, M. E. Thérenty, A. Vaill (...)

70Des années 1870 à la veille de la guerre, les normes rédactionnelles évoluent donc de manière significative. Elles ne donnent cependant pas lieu à la systématisation d’un journalisme mature qui combinerait soucis d’informer, de divertir, d’instruire, de convaincre et de raconter18. La presse de province accuse ici un léger retard sur les titres parisiens – périodiques en particulier. En un temps où journalistes, essayistes et écrivains commencent à se mobiliser pour promouvoir et/ou discuter le sport et ses enjeux idéologiques, moraux, sociaux, esthétiques, la presse de province est plus économe que son homologue parisienne. Elle se joint au chœur médiatique et littéraire qui entonne le chant du sport. Mais sa voix reste timide.

Patronner le sport : des approches contrastées

  • 19 Cf. introduction et G. Vigarello, Du jeu ancien au show sportif, Paris, Le Seuil, 2002.

71La presse parisienne et les organes spécialisés jouent un rôle capital dans le déploiement du calendrier sportif. À partir de la création des classiques cyclistes des années 1890, les journaux sont dans bien des cas à la fois inventeurs, sponsors et promoteurs des principaux spectacles sportifs, tant à Paris qu’en province. La stratégie de L’Auto est archétypale : son équipe labellise ou patronne nombre d’épreuves parisiennes, nationales, mais aussi départementales, voire locales, jalonnant ainsi l’Hexagone afin de mieux y exercer son magister. Cet engagement médiatique sur le terrain spectaculaire est une pierre angulaire dans l’histoire du sport ; du moins si on considère que le spectacle sportif, le partage et l’émotion collectifs qu’il stimule, l’emporte sur les pratiques et leur diffusion dans la conquête des masses ; ce qui revient à admettre que l’écho médiatique de l’industrie culturelle du sport gouverne la diffusion sociale du sport à la Belle Époque19.

72Et la presse régionale ? Avec des contrastes marqués, elle est globalement moins préoccupée d’agenda setting.

73La moitié des journaux étudiés (dont les périodiques) ne s’associe pas ou ne patronne pas, a priori, d’épreuves sportives ; a priori car les sondages décennaux placent l’observateur en porte-à-faux. Du reste, la plupart des auteurs ont complété leurs carottages par des sondages aléatoires rendant plus représentatifs encore le résultat de leurs explorations. En outre, bon nombre d’épreuves sportives sont – plus ou moins – pérennes, surtout à partir des années 1900. On peut donc en principe les croiser dans nos années en « 3 ». Ce non-engagement, majoritaire, refléterait donc la réalité.

74Un deuxième groupe comprenant La Dépêche de Toulouse, La Petite Gironde, Le Courrier du Pas-de-Calais et Le Petit Var participe au lancement de quelques épreuves. Néanmoins, à l’image de La Petite Gironde (qui lance une course d’échassiers en 1893 et patronne une course hippique en 1903) ou à celle du Petit Var (qui concentre son attention sur le patronage d’épreuves cyclistes locales), leur action reste limitée.

75Trois titres paraissent plus ambitieux : Le Petit Niçois, L’Ouest-Éclair et Le Progrès de Lyon. Le premier organise ou patronne plusieurs épreuves pédestres à partir de 1903-1904. Ces rendez-vous doivent à la concurrence puisque L’Éclaireur et La Côte d’Azur sportive ont leurs propres épreuves. À Rennes en 1910-1914, en dehors du soutien apporté à plusieurs rendez-vous athlétique et footballistique, L’Ouest-Éclair s’associe à la Coupe Griffon-Continental (vélocipédie), au Tour de Rennes à la marche, à la Coupe Peugeot-Wolber (automobile). Le journal labellise parfois des épreuves plus lointaines, au Mans par exemple. À Lyon, non contente de délivrer un flux d’informations parmi les plus denses et prosélytes, la rédaction s’engage dans l’organisation d’épreuves gymnique (1892), cyclistes (1894 et 1896) – sur fond de concurrence avec le Lyon Républicain –, bouliste (1895), etc.

76Sur le plan compétitif, spectaculaire, la visée des journaux est donc avant tout locale et leur pleine mobilisation – sur le front cycliste en particulier – sera plutôt l’affaire des années 1920-1930. Leur concurrence avec la presse parisienne est encore peu prégnante et leur mobilisation dans l’industrie naissante du spectacle sportif est moins notable que leur souci d’informer de plus en plus précisément.

Quelles cultures sportives ?

77Formes et rythmes informatifs, langue du sport, profil des rédacteurs, éventuel patronage d’épreuves… Travailler sur l’identité sportive des journaux et la nature, le rôle de leur médiation suppose de questionner aussi l’éventail des pratiques physiques dont les rédacteurs sont les passeurs. Les auteurs postulant que la construction et la sédimentation des cultures sportives du plus grand nombre passent par la lecture, cette perspective permet d’approcher la représentation de ce qui fait ou de ce qui est sport à telle ou telle période, pour les rédacteurs comme pour les lecteurs. Pour ce faire, nous nous appuierons sur la distribution des quinze pratiques les plus couramment couvertes. Comme elles représentent a minima 87 % du volume d’information (1903) et a maxima 97 % (1873), elles sont bien la coloration dominante de l’information. De temps à autre cependant, il faudra échapper à ce cadrage pour questionner plus finement les permanences thématiques et la périodisation.

Deux souverains : turf et vie cycliste

78Le tableau de la page suivante révèle deux permanences principales : le turf et le cyclisme.

79Cette dernière n’étonnera pas. Le deux-roues est le cheval de Troie du sport moderne à partir des années 1880. La chose est plus sensible encore au cœur des années 1890. À lui seul, le cyclisme couvre alors un tiers du champ informatif, soit la plus forte focalisation de toute la période devant les 24 % dédiés à la vie hippique en 1903 et les 26 % de l’aéronautique en 1913.

  • 20 Cf. G. Bouchet, Le Cheval à Paris de 1850 à 1914, Genève-Paris, Librairie Droz, 1993, p. 266.

80Le continuum informatif sur la vie hippique n’est guère plus surprenant. Dans les années 1840-1850, l’information sportive prend forme dans le creuset des chroniques puis des rubriques hippiques ; lesquelles se muent bien souvent en rubriques sportives. Plus largement, au soir du XIXe siècle, avec la naissance du Paris Mutuel (1891), la popularisation des hippodromes et la naissance d’une presse hippique de pari prisée (par exemple Le Jockey), la passion turfiste se démocratise. Jusqu’à présent, les historiens du sport s’en sont peu souciés, du moins pour la période qui nous intéresse. Position de réserve justifiée par trois arguments : le monde tout en notabilités de l’hippodrome serait marginal par rapport à l’histoire des sports dits modernes ; le turf serait avant tout un spectacle pour parieurs ; plus encore sa nature et son coût interdisent au peuple de s’imaginer un avenir de jockey. Ne parlons même pas d’être propriétaire… À ces arguments on opposera la centralité de l’hippodrome dans l’organisation de la vie sportive. Pensons à Nice où le champ de courses est un point de ralliement attirant une population de plus en plus nombreuse et hétérogène. Les hippodromes sont des pôles d’attraction et de brassage social autour desquels sont encore organisées certaines courses cyclistes des années 1890. Ils cousinent la polarité du vélodrome, enceinte accueillant des épreuves athlétique, gymnique comme à Vannes. Quant à l’argument de l’imperméabilité sociale, la course automobile, intégrée au champ sportif, n’est pas plus facile d’accès et elle est comparable au turf : acteurs aisés, voire riches ; improbabilité de l’accession au statut de propriétaire de voiture, donc de pilote ; passion collective définie avant tout par la consommation d’un spectacle donné par quelques bolides et leurs conducteurs. La gratuité de l’accès aux courses automobiles établit certes un distinguo, mais rappelons qu’un événement comme le Grand Prix hippique de Paris réunit déjà 100 000 spectateurs en 188520.

Tableau 2. Classement des 15 principaux thèmes-pratiques couverts (1873-1913) (en grisé les thèmes permanents)

81Quoique leur souveraineté s’émousse à partir des années 1900, le turf et le cyclisme sont donc les deux sports/spectacles rois de 1870-1914. Voilà qui invite à intégrer pleinement la passion turfiste dans l’histoire du sport.

Permanences secondes : gymnastique et tauromachie

82Avec moins de volume, un second couple apparaît : la gymnastique et la tauromachie.

83La première veine confirme l’importance de la culture gymnique durant les années 1870-1910. Le climat post-défaite de 1870 stimule l’idéologie de la remobilisation et du redressement du corps du soldat-citoyen. Il favorise le succès d’une gymnastique préparatoire, hygiénique, éducative, républicaine, patriotique. Celle-ci est aussi festive, à l’image de ces fêtes fédérales de l’USGF qui, avec force musique et défilés, réunissent déjà des foules urbaines. L’attention des rédacteurs pour cette pratique et ce spectacle populaires s’affaiblit toutefois au fil des ans. La gymnastique ne représente plus que 4 % des informations en 1913 contre 10 % en 1873.

84Partant de cette dernière, il faut faire un pas de côté vers le tir, pratique culturellement mitoyenne et présente dans les journaux de 1883 à 1913. Le tir perce en 1883 (plus de 12 %). Puis, le pic de la mobilisation néoconscriptive des années 1880-1890 s’éloignant, sa couverture s’étiole (moins de 3 % en 1913). Le bloc des pratiques préparatoires (gymnastique, tir, préparation militaire, éducation physique) subit globalement la même érosion : 22 % en 1883, 20 % en 1893, 11 % en 1903, 8 % en 1913. Ce recul illustre un des aspects de la déperdition des pratiques de « mobilisation citoyenne » au bénéfice de pratiques plus « modernes ». Reste que, quarante ans durant, le couple gymnastique/tir est une des déclinaisons de la culture médiatique régionale. Insistons sur ce caractère régional : en effet la presse nationale leur consacre un peu moins de 3 % de ses colonnes sportives en 1884 et à peine plus de 2 % en 1913. La mobilisation régimentaire est donc plus forte et durable en province, notamment à l’Est de l’Hexagone.

85Quatrième permanence : la tauromachie. Elle appelle aussitôt une précaution liminaire. Dans notre corpus, le poids des publications du quart Sud-Ouest (Montpellier, Toulouse, Bordeaux) et de l’Oranie fausse la donne. Cette inflexion méridionale ne doit toutefois pas faire perdre de vue que, à la fin du XIXe siècle, les plazza de toros ont des aficionados en Languedoc, dans l’aire pyrénéenne, en Provence (Nîmes est la capitale de la tauromachie à la française), sur la Côte d’Azur (Le Petit Var en témoigne), mais aussi le long du sillon rhodanien et jusqu’à Paris, voire dans le Nord (comme à Roubaix). Certes, la sportivité tauromachique se discute… Restons-en à ce constat : la tauromachie est alors intégrée à l’univers des sports ; une intégration d’autant plus frappante et singulière que, comme l’aéronautique, elle bénéficie parfois d’une couverture dédoublée avec des rubriques spécialisées (Le Midi Socialiste, Le Petit Méridional).

86Mis à part le particularisme tauromachique, trois types de spectacle et/ou de pratiques – turf, cyclisme et gymnastique – traversent donc toute la période et la marquent de leur empreinte. Le tableau suivant permet de mieux apprécier leur poids dans la culture médiatique du sport (tir et gymnastique y ont été confondus au titre de leur proximité culturelle).

Graphique 3. – Le poids « turf/cyclisme/gymnastique/tir » [TCGT] (1873-1913).

87La culture médiatique du sport et ses mutations portent la marque de ces permanences. Mais, le graphique précédent le suggère bien : elle ne s’y résume pas, loin de là, même dans les années 1890 où près de 70 % de l’ensemble des informations publiées concernent le turf, le cyclisme surtout et les pratiques préparatoires ou régimentaires.

88Il faut donc compléter cette analyse cavalière par un essai de périodisation. Au fil de plusieurs passations de pouvoir, d’inflexions culturelles et de redistributions informatives, cinq séquences se dégagent. Elles illustrent la progressive conquête des sports modernes.

1873 : héritages et élitisme

89Les années 1870 n’appellent pas de longs développements. En 1873, dix des quinze principaux thèmes abordés relèvent d’usages élitistes ou encore élitistes. Dans le sillage du turf et de la vie hippique, la chasse, les régates, l’alpinisme, les bains (plutôt que la natation), le billard et une vélocipédie ne mobilisant pour l’heure que les couches les plus aisées, etc. – soit les deux tiers de l’information – peignent le contour d’une culture élitaire, exclusive.

90Cette période est avant tout héritière des pratiques corporelles adoptées par l’aristocratie sociale depuis les années 1830.

Années 1880 : transition et mobilisation citoyenne

91En 1883, ce centrage sur la fashion des élites n’a plus cours. Certes, les pratiques élitistes et/ou anciennes occupent encore 38 % des informations. Mais elles pesaient 64 % dix ans plus tôt. Recul patent, d’autant que ce rapprochement est trompeur. En effet, le turf commence à se populariser. Aussi peut-on le considérer à part. Dans ce cas, les pratiques élitistes exclusives représentent 44 % des informations en 1873 et seulement 19 % en 1883. Elles ne déterminent plus, à elles seules, la couleur dominante de l’information sportive.

92Ce repli bénéficie surtout aux pratiques régimentaires. La gymnastique, le tir et l’éducation physique représentent plus de 22 % des contenus en 1883. L’attention pour ces exercices renverse la hiérarchie de 1873. S’ouvre alors le premier chapitre d’une transition fondée sur la diversification de l’information. L’une et l’autre transparaissent notamment dans la percée, encore très timide, d’usages sportifs plus modernes (coursing) et/ou en voie de spectacularisation (lutte).

93Au total, trois blocs – pratiques élitistes, turf, pratiques régimentaires – constituent la majeure partie des informations. Autour d’eux gravitent trois thèmes secondaires : l’aérostation, la tauromachie et quelques pratiques proprement sportives. Cette diversification amène à l’idée de transition vers un plus grand œcuménisme sportif. Elle pose aussi une question : cette diversification ne tient-elle pas à l’influence de lectorats composant un ensemble toujours plus massif et donc à l’hétérogénéité croissante de leurs aspirations ?

1893 : règne vélocipédique et fractionnement accru

94La plupart des contributions ont mis en exergue le règne d’une information vélocipédique fin de siècle ouvrant à l’ère des sports dits « modernes ». Nous le retrouvons ici. La part du vélo est multipliée par 10 entre 1873 (3,2 %) et 1883 (32,4 %). C’est le trait le plus saillant du moment. Ce n’est pas le seul au demeurant. Un second trait consiste dans la diversification croissante des volets informatifs.

95Multiplication, popularisation des hippodromes et poussée de la mode des paris aidant, le turf, qui ne peut plus être appréhendé comme uniquement élitiste, représente à lui seul une catégorie (17 % des colonnes sportives). Parallèlement, les pratiques élitistes héritières du premier XIXe siècle s’étiolent (14 %) et les exercices de mobilisation citoyenne plafonnent (20 %). Ce fractionnement existe déjà peu ou prou en 1883. En 1893, il est renforcé par l’entrée en scène de deux autres champs informatif et culturel à la fois.

96D’abord celui des pratiques proprement sportives ou en voie de sportivisation. L’aviron, le tennis, l’escrime, la course à pied, tout comme l’attention naissante portée aux sociabilités, aux clubs, aux unions, consistue le premier des deux (6 %). Il comprend des sports absents en 1883, pointant désormais en petites proportions au-delà des 15 pratiques les plus couvertes (boxe, football, marche et athlétisme).

97Le second champ réunit excursionnisme et alpinisme (5 % du total). Dans leur cousinage, ils incarnent une autre facette de la taxinomie sportive.

98En somme, les années 1890 sont placées sous le double signe de la souveraineté vélocipédique et d’un fractionnement faisant une part croissante à la diversification des pratiques physiques (graphique 4).

Graphique 4. – Les « sports » parmi l’ensemble des pratiques couvertes (1873-1913) [SAC-SM = sports athlétiques, collectifs, sports mécaniques].

La reconfiguration sportive du XXe siècle naissant

  • 21 Sondage d’autant plus nécessaire qu’en 1903 les 15 pratiques les plus fréquentes ne représentent qu (...)

99Les sondages sur 1903 confirment et amplifient ce phénomène tout en déplaçant les lignes de partage entre pratiques anciennes et pratiques modernes ou modernisées. Cette modernité sportive est d’abord celle de l’automobilisme, de l’aéronautique, du football, de l’athlétisme, de la vélocipédie. Il faut y ajouter les articulets sur la vie des clubs et des unions. Cet ensemble pèse près de 32 % des quinze thèmes les plus fréquents (cf. tableau 2). Mais cette évaluation est trompeuse. En effet, fractionnement informatif aidant, il faut sonder plus loin et apprécier l’attention portée au rugby, au tennis, à la boxe, à la course à pied, au motocyclisme, à l’aviron21… En embrassant la totalité de l’information (38 thèmes différents en 1903), les sports modernes représentent près de 50 % de l’ensemble de l’information. C’est la principale particularité du siècle naissant. Dans le détail, le jeu de successions, de permutations, de glissements à l’œuvre depuis les années 1880 aboutit à une reconfiguration culturelle prononcée.

100Celle-ci se traduit en particulier par la poussée des sports motorisés. Dans le sillage automobile, ils concurrencent une vélocipédie qui, sans être oubliée, est infiniment moins valorisée qu’au cours des années 1890 (cf. tableau 2). Rejaillit ici la passation déjà connue entre passion mécanique et passion pour le moteur. Le règne aéronautique de 1913 en sera le point d’acmé, déclinaison ultime avant-guerre de la célébration du progrès technologique, de la vitesse et de l’industrie française appréciés à l’aune d’exploits mi-civils mi-militaires.

101Autre élément : l’effondrement des pratiques sociales distinctives. Seules les régates hissent encore le pavillon élitiste. Et encore faut-il tenir compte de la coloration balnéaire et/ou littorale de notre corpus (Alpes-Maritimes, Morbihan, Vendée, Pas-de-Calais). Elle fausse bien entendu l’ordre des priorités et des statistiques. La matrice élitiste de l’information sportive continue donc de s’étioler. En témoignent également le recul de l’attention pour l’alpinisme et la faible curiosité pour le tennis.

102De leur côté, les pratiques régimentaires ou préparatoires ne représentent plus qu’une dizaine de pourcents des rubriques. De plus, qu’il s’agisse du tir ou de la gymnastique, elles vivent une mue sportive qui en hybride l’identité et ne permet plus de les considérer, stricto sensu, selon leur identité originelle. Une partie de la vie gymnique ou du tir se déroule désormais sous l’égide de la quête de performance, de record, etc. Là encore les lignes bougent.

103Pensons enfin aux « entrants ». Le boulisme creuse son sillon dans une version sportivisée et spectacularisée des jeux traditionnels. Les concours patronnés par Le Progrès en sont le meilleur exemple. Notons toutefois que les jeux traditionnels n’ont jamais eu très bonne presse et disparaissent quasiment du radar médiatique ; or on pouvait imaginer qu’ils seraient bien traités par une presse régionale plus encline à souligner les caractéristiques et les originalités des zones de diffusion (cf. graphique 5).

Graphique 5. – La part des jeux traditionnels (1873-1913) [en %]

104Deux remarques pour terminer. D’une part, d’autres pratiques organisées ou réactualisées sur le mode compétitif jouissent d’une exposition naissante : pelote, patinage, hockey, haltérophilie. D’autre part, le turf constitue toujours un univers autonome et largement couvert.

105Au final, engagé dans les années 1890, le tournant sportif de l’information s’affirme plus nettement en 1903.

1913, triomphe aéronautique et consécration des sports « modernes »

106À la veille de la guerre, ce tournant sportif s’affirme plus encore, tant au travers de la conquête des « sports modernes » – plus des deux tiers de l’information – qu’au travers de ce jeu de successions couronnant des familles de pratiques différentes à chaque décennie.

107En dépit d’un léger tassement, la vie hippique continue à mobiliser les rédacteurs. Ceci étant, l’aéronautique est sans conteste « le » sujet de prédilection de 1913. Elle justifie le quart des informations. Cette prise de pouvoir d’une pratique résolument ancrée dans la modernité constitue, nous le disions, le troisième chapitre d’une passion sportive, technique et industrielle ayant pris successivement le visage du cyclisme et de l’automobilisme.

108Autre élément saillant : l’essor du football et du rugby. Évoqués jus - qu’alors avec parcimonie, ils couvrent près de 18 % de la surface des rubriques. Plus largement, les pratiques athlétiques en couvrent plus de 20 % et prennent le pas sur un bloc conscriptif étalonné à 10 %.

  • 22 Voir P. Tétart, « Football et médias en France (1867-1939). Du pittoresque au partage social de mas (...)

109Le turf, les sports mécaniques et les sports athlétiques constituent donc les trois principales facettes de la culture médiatique du sport en 1913, reléguant au second plan les modèles élitistes, régimentaires, vélocipédiques croisés jusqu’alors. Médiatiquement parlant, l’immédiat avant-guerre marque l’incontestable prise de pouvoir des sports modernes, une trentaine d’années après leur timide entrée en lice (cf. graphique 4 ci-avant). Il préfigure aussi le sacre footballistique de la guerre et de l’entre-deux-guerres22.

Paris/Province… Convergences et divergences

110L’intention de cet ouvrage n’était pas de mener une comparaison Paris-Province. Nous disposons cependant de sondages sur la presse parisienne et ne résistons pas à la tentation de pointer d’éventuelles variations entre la culture médiatique parisienne et son pendant provincial. Pour ne pas noyer notre lecteur sous un déluge comparatif, nous nous en tiendrons à deux arrêts sur image. Ils font ressortir un processus de convergence lent et incomplet.

1873 : deux espaces, deux cultures

111En préambule, rappelons que les volumes rédactionnels quasiment égaux à Paris et en province en 1873 justifient une comparaison terme à terme.

112Celle-ci permet d’abord de noter la richesse de l’éventail informatif provincial. Les quotidiens parisiens traitent d’une dizaine de sujets. La presse de province en couvre déjà une trentaine. Voilà de quoi échafauder l’hypothèse inattendue mais séduisante d’une dynamique médiatico-sportive allant plutôt de la périphérie vers le centre et non l’inverse ; à moins bien sûr de considérer les deux champs de façon autonome. Quoiqu’il en soit, un tel postulat questionne la dynamique de l’essor du phénomène sportif à l’échelle hexagonale sous la perspective d’une concurrence et/ou d’une complémentarité Paris-province.

  • 23 Il faut en effet considérer le tir aux pigeons également traité par la presse de province.

113S’impose d’autre part une évidente communauté thématique : 8 des sujets couverts à Paris23 le sont aussi en province. Ce point mérite cependant d’être discuté. La presse parisienne se consacre presque exclusivement au turf et à la vie équestre quand les rédacteurs de région, cédant moins au centrage turfiste, sont plus ouverts et offrent une couverture notable à la chasse, l’aérostation, la gymnastique, la vélocipédie, voire le cirque comme dans L’Indépendant rémois.

114Des mobilisations équivalentes donc, mais deux démarches et deux modèles culturels.

Paris

Province

% des informations sportives

0,4

% des informations sportives

0,5

Courses/Hippisme

94,6

Courses/Hippisme

20,3

Tir

1,5

Aérostation

12,8

Alpinisme

1,35

Natation (bains)

12,1

Tir aux pigeons

1,05

Gymnastique

10,5

Jeux traditionnels

0,75

Chasse

8,4

Aviron/Canotage

0,2

Vélocipédie/Cyclisme

8,1

Aérostation

0,15

Cirque

5,7

Gymnastique

0,15

Tauromachie

4,8

Patinage

0,15

Yachting/Régates

3,5

Yachting/Régates

0,1

Billard

2,8

Alpinisme

2,3

Jeux traditionnels

1,8

Escrime

1,5

Aviron/Canotage

1,5

Pêche

1,4

Tableau 4. – Principaux thèmes-pratiques couverts par les quotidiens en 1873 (en %) (entrées communes grisées)

1913 : une convergence inaboutie

115À la veille de la Grande Guerre, les volumes rédactionnels sont à nouveau équivalents. En outre, la forme de l’information tend à s’uniformiser et la convergence des choix rédactionnels est plus nette. Au demeurant, plusieurs singularités, de part et d’autre, interdisent la confusion des modèles médiatiques.

116Première remarque : l’ouverture thématique est de mise dans les deux cas. La presse parisienne a rattrapé son retard puis dépassé son homologue de région. Une trentaine de pratiques et de thèmes sont traités par les rédactions de province. Seuls La Petite Gironde, Le Progrès de Lyon et Le Petit Méridional cherchent à en couvrir un peu plus. La presse parisienne, quant à elle, en couvre une cinquantaine. La dynamique a changé de camp.

117Deuxième observation : les choix rédactionnels présentent plus de similitudes qu’en 1873. L’harmonisation Paris-province est néanmoins relative, ce que montre une revue de détail.

118Dans les deux cas, le turf, l’aéronautique et le cyclisme forment le triumvirat de tête. Mais s’ils phagocytent les rubriques parisiennes (plus de 80 % de leur contenu), ils dominent seulement en province (plus de 55 %).

Paris

Province

% des informations sportives

5,4

% des informations sportives

5,9

Courses/Hippisme

41,7

Aéronautisme

25,9

Aéronautisme

23,1

Courses/Hippisme

16,9

Cyclisme

8

Cyclisme

11,7

Vie fédérale-clubs

7,4

Football

11

Automobilisme

6,5

Rugby

6,6

Rugby

2,8

Gymnastique

4,4

Football

2,7

Tir

2,8

Boxe

2

Tauromachie

2,6

Athlétisme

1,6

Excursionnisme

2,1

Escrime

1,5

Athlétisme

1,8

Natation

1,4

Boulisme

1,6

Course à pieds

1,4

Vie fédérale-clubs

1,5

Tir

1,2

Yachting/Régates

1,4

Tennis

1,1

Préparation militaire

1,4

Aviron

0,9

Boxe

1,2

Tableau 5. – Principaux thèmes-pratiques couverts par les quotidiens en 1913 (en %) (entrées communes grisées)

119Cette différence est liée, historiquement, à la forte polarité turfiste dans la presse parisienne. À défaut d’en couvrir beaucoup, la presse régionale tend donc toujours à distribuer plus équitablement les volumes informatifs. En outre, ce triumvirat peut être discuté pour la province.

120Le sacre des pratiques athlétiques et des sports collectifs est un deuxième trait commun. Mais là encore le degré de couverture diffère. La presse parisienne leur consacre une dizaine de pourcents contre une vingtaine à Bordeaux, Nice, Rennes, etc. Cette différence vient de la couverture du football et du rugby. En 1913, la presse parisienne leur consacre 5,5 % de ses colonnes sportives, guère plus que ce qu’on trouve en province en 1903 (4 %) et bien moins que la copie de 1913 (18 %). D’ailleurs, en les associant, on peut estimer que le football et le rugby forment la deuxième veine sportive de province. Une telle perspective accentue la distinction Paris-province et trouble la hiérarchie évoquée plus haut.

121Le traitement réservé à la gymnastique, au tir, à l’éducation physique et à la préparation militaire accentue la distinction. Les rédactions parisiennes ne s’y attardent pas. En revanche, celles de province continuent d’y attacher une certaine importance. Sous la lumière médiatique, l’ancrage de la mobilisation citoyenne apparaît donc plus provincial que parisien.

122Deux autres caractéristiques provinciales renforcent l’idée de distinction : la place du boulisme et de l’excursionnisme. Culturellement et géographiquement, ils s’inscrivent naturellement dans l’espace régional. Voici un autre élément venant accréditer l’idée de cultures différenciées, ce qu’amplifie ce dernier constat : certains sports promus à Paris (natation, escrime, boxe) le sont moins voire beaucoup moins en province. La même remarque s’impose à propos des sociabilités, des clubs, des institutions.

123En définitive, la culture médiatique des sports tend à s’homogénéiser. Mais la convergence Paris-province, quoique mieux esquissée, n’est pas complète en 1913. Elle aboutira vraiment dans l’entre-deux-guerres, ce dont témoigne entre autres le cas de L’Ouest-Éclair.

Enjeux du sport

124Au terme de cette synthèse, envisageons enfin deux enjeux du sport.

125En premier lieu, nous interrogerons l’influence du politique. Les obédiences pèsent-elles sur la façon d’appréhender le rôle du sport et de la mobilisation corporelle de la nation, de la région ? La droite, la gauche, les journaux confessionnels ou laïques ont-ils des approches différentes ou non ?

126En second lieu et à l’image de la presse spécialisée de province, les discours sur le sport portent-ils des revendications identitaires ? Au besoin un régionalisme parfois assez agressif ?

La République plutôt que les partis

127Le politique et l’idéologique apparaissent rarement de façon ouverte. Quand ils sont présents, ils se devinent surtout dans la transparence des discours. Les rédacteurs évitent de s’empêtrer dans les filets partisans. Pour reprendre le mot de Jean-Claude Gaugain à propos du Petit Var, traitement politique et traitement sportif relèvent, dans la plupart des cas, « de démarches parfaitement dissociées ». Un tour d’horizon permet de s’en convaincre tout en soulignant combien, en revanche, l’idéal très républicain du redressement du corps de la nation constitue un fort point de concordance.

128Didier Rey insiste sur le fait que les rédacteurs bastiais, malgré leur fibre conservatrice et leur inclinaison cléricale, ne cèdent pas à la tentation idéologique sauf pour défendre le bloc conscriptif au nom de la mobilisation citoyenne. Pour le reste, Le Petit Bastiais a beau être politiquement et socialement conservateur, il n’en manifeste pas moins son souci d’apparaître ouvert à la modernité pour peu qu’elle soit compatible avec « le maintien de l’ordre social en Corse ».

129La couleur radicale du Petit Varois s’efface quant à elle derrière une neutralité qui se veut une nouvelle fois républicaine et patriotique. Le sport est bel et bon pour la République et les Français. Nulle trace ici du modèle lyonnais et d’Édouard Herriot, un des grands avocats – radical – de la cause des politiques (nationale et municipale) du sport.

130Républicanisme plutôt que partisaneries… C’est ce qui ressort aussi de la lecture du Petit Niçois. Le sport y est vu, selon les cas, comme un objet de divertissement ou d’entraînement susceptible de renforcer et faire rayonner l’identité locale, nationale tout en renforçant le régime républicain ; prudente neutralité aboutissant à l’affichage d’un républicanisme bon teint.

131C’est toujours au nom de ce républicanisme que les titres montpelliérains défendent l’idéal de la mobilisation gymnique. Catholiques, ils donnent quelques coups de griffes aux laïcards et promeuvent la FGSPF plutôt que l’USGF. Légère inflexion confessionnelle donc – plus confessionnelle que politique du reste puisque la FGSPF professe un catholicisme de ralliement.

132À Toulouse, deux cas de figures confirment cette disjonction entre mission politique et mission informative. La Dépêche ne devient tout à fait sportive que lorsque sa rédaction choisit de dépolitiser sa ligne. Le sport n’y est donc pas lu au prisme du politique. Quant au Midi Socialiste, il ne fait pas du sport un enjeu idéologique. La Petit Gironde, Le Progrès, Le Journal des Sables, Le Journal de Tournon ou Le Courrier du Pas-de-Calais ont des fonctionnements analogues. L’Ouest-Éclair également : ses rédacteurs ne militent guère pour les pratiques préparatoires ; ils préfèrent promouvoir la pratique et le spectacle athlétique, footballistique, natatoire… et s’emploient à célébrer l’excellence nationale au travers des victoires françaises ou des marques françaises.

133Trois cas seulement révèlent une inflexion partiellement politique.

134Le premier est celui de la presse oranaise. Didier Rey montre comme son discours participe d’un conservatisme colonial versant, à la fin de la période, dans un assimilationnisme frileux. Tony Froissart souligne la vigueur du radicalisme de L’Indépendant Rémois : le quotidien défend l’idée d’un sport contribuant au combat solidariste, éducatif et hygiénique. C’est le cas le plus avancé d’instrumentalisation. Reste enfin le cas du Straßburger Post : Sébastien Stumpp et Denis Jallat montrent comment les enjeux de la germanisation et de l’identité alsacienne pèsent sur la ligne du quotidien. Mais ce dernier cas constitue évidemment un exemple atypique.

135En définitive, le sport et les pratiques physiques sont bien moins assujettis à des enjeux idéologiques, politiques, que soumis à l’idéal d’une intégration républicaine tendant très manifestement à transcender les clivages partisans.

Prime au localisme plutôt que régionalisme

  • 24 Cf. Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), op. cit., 2010, voir notamment l’introduction et les articles c (...)

136Ce modérantisme est aussi à l’œuvre du côté du localisme ou du régionalisme. Nous touchons pourtant là à une épineuse question, en un temps où la force du sentiment national est parfois concurrencée par la célébration des « petites patries ». De fait, les périodiques sportifs des années 1880-1914 professent souvent un régionalisme plutôt combatif24. On pensait le voir rejaillir, peu ou prou, dans la presse généraliste. Tel n’est pas le cas, sinon de façon très estompée. Notre hypothèse, il est vrai, était bancale… Les rédacteurs des titres spécialisés sont pour la plupart des sportsmen passionnés, prosélytes, dirigeants de club et membres éminents des unions. Avec des variations dans leur degré d’engagement et de responsabilité, ils ont en commun de promouvoir l’identité et l’autonomie locales en soi, pour des raisons économiques également, mais aussi au nom de leur goût du pouvoir et, dès lors, de leur capacité à résister à l’autorité parisienne. Or les rédacteurs et journalistes des quotidiens et des périodiques, s’ils appartiennent pour un certain nombre à ces cercles, semblent tenus par un devoir de neutralité informative interdisant une telle confusion des genres. Lorsqu’elle ressort – ce qui est rarement le cas – la dimension identitaire se traduit par un localisme de bon aloi justifié par les exigences professionnelles – la primauté de l’information de proximité – et une prime aux cultures sportives locales. Tel est le cas, de façon emblématique, avec la centration rugbystique (Le Petit Méridional, Le Midi Socialiste, La Petite Gironde), le militantisme bouliste lyonnais (Le Progrès), l’attention languedocienne pour la tauromachie et les joutes (Le Petit Méridional, L’Éclair), la place des régates en Bretagne (Nouvelliste du Morbihan).

137Le régionalisme n’est donc pas de mise. Jean-Claude Gaugain montre comme Le Petit Var évite toute tentation provençaliste. Sa rédaction n’estime pas nécessaire de vanter la contribution des félibriges à l’organisation des concours de joutes, de boules, de l’excursionnisme. Quant aux pratiques traditionnelles, à même de justifier un discours identitaire, elles sont de moins en moins couvertes au fil du temps. S’agissant enfin de l’attachement aux « petites patries », Suzanne Cervera dit l’importance très sensible de la célébration des atouts azuréens dans Le Petit Niçois. Elle note aussi la défiance vis-à-vis de Marseille. Mais il s’agit d’une querelle de clocher… Au total, le souci identitaire ne donne pas lieu à quelque plaidoyer en faveur du régionalisme.

138Dans ce panorama, L’Ouest-Éclair présente un profil légèrement différent. L’identité et les ambitions de ses principaux rédacteurs l’expliquent. Tout dirigeants de l’USFSA qu’ils soient, ils sont favorables à l’autonomie de l’athlétisme et du football bretons sur lesquels ils aimeraient avoir une pleine autorité. Leur ligne de conduite est donc bien moins commandée par l’idéal bretonnant – même s’il peut transparaître de façon très circonstancielle – que par leur carriérisme. La Bretagne révèle cependant une fibre régionaliste plus forte qu’ailleurs, du moins en partant de cet exemple et de la défense de l’autonomie vélocipédique bretonne dans Le Nouvelliste du Morbihan.

139Autre cas, celui de La Petite Gironde. Y officie Maurice Martin, dont il faut rappeler, d’une part, qu’il est un des plus militants de la galerie de portrait des journalistes et, d’autre part, qu’il vient de la presse spéciale. Sa plume prend parfois des chemins prosélytes lorsqu’il la trempe dans l’acide de la « décentralisation sportive ».

140Au total, le régionalisme infuse peu dans les rubriques sportives, ce qui fait une différence notable avec la presse spécialisée.

10. Demande sociale et influence médiatique

141Au terme de ces pages, reste la question de l’influence de cette information auprès des lecteurs, du rôle de la presse dans l’acculturation des masses. C’est à la fois la plus stimulante et la plus fuyante des interrogations ; et on ne peut tenter d’y répondre qu’avec d’infinies précautions. Précautions dictées – nous le savions d’emblée – par l’impossibilité de sonder les lecteurs. Nous pouvions certes espérer que les rédacteurs nous éclairent sur les requêtes des lecteurs et sur leur propre souci de peser sur l’adoption du sport par leurs publics. Or sur ce point, à une seule vraie exception près – Ouest-Éclair – ils sont muets. Tentons cependant de poser quelques éléments de réponse.

142Le premier renvoie à la croissance continue de l’information sportive. Considérant, comme nous l’avancions en introduction, que le contenu d’un journal est le fruit d’une transaction permanente entre émetteur et récepteur, alors cette croissance résulterait d’un accord tacite entre les rédacteurs et les lecteurs. L’augmentation du volume informatif, la naissance des rubriques, l’affichage du sport en une peuvent ainsi être appréciés comme les reflets médiatiques de la demande sociale. Sur cette base, Alex Poyer juge ainsi que Le Petit Méridional et L’Éclair cherchent à satisfaire leur lectorat. Au demeurant, il souligne la lenteur du développement du mouvement sportif dans l’Hérault… Parlant du Straßburger Post, Sébastien Stumpp et Denis Jallat voient une rédaction soucieuse d’être en phase avec son lectorat. Là encore nous demeurons sur un registre spéculatif, mais il est difficile d’écarter l’impression qui se dessine : la croissance du volume informatif sur le sport semble bel et bien répondre à une nécessité éditoriale donc à une demande sociale.

143Ajoutons que le développement des niches informatives ou l’entretien de veines informatives identifiées sur le plan géographique – par exemple la tauromachie et le rugby dans le quart Sud-Ouest – renforcent l’idée de cette transaction lectorat/rédaction.

  • 25 Cf. P. Tétart, « Lire le sport. Culture de masse & médiatisation du sport à la Belle Époque », Hist (...)

144Plaçons-nous par ailleurs du point de vue des tirages. Dans le cas lyonnais, en 1900, Le Progrès tire 165 000 exemplaires quotidiens et donne 8 % de sa surface au sport contre 2 % en 1873. Or, vers 1910 les sociétés sportives du Rhône réunissent environ 20 000 adhérents. Certes, bien malin qui dirait combien de lecteurs sont fidèles à la rubrique sportive, mais, mathématiquement, la prégnance médiatique du sport est en mesure de compléter et de dépasser à la fois l’acculturation liée aux pratiques et au prosélytisme des clubs, des unions. En outre, quoique moins mobilisés sur ce point que la presse parisienne, les journaux patronnent le sport. À Lyon toujours, Le Progrès avec ses épreuves de marche, de boule mobilise les Lyonnais au-delà de ses seuls lecteurs. On ne saurait en conclure que la culture médiatique du sport l’emporte dans l’éducation sportive des masses. Toutefois et a minima, il est permis de penser qu’elle aiguillonne leur curiosité et participe à inscrire le sport dans un régime quotidien, ordinaire, banalisé ou en voie de banalisation. Nous retrouvons ici l’hypothèse d’un phénomène sportif avant tout diffusé par voie médiatique25.

145Au reste, s’il s’agit d’administrer la preuve de cet échange, de la demande sociale et de l’influence médiatique, reconnaissons que nous sommes en peine. Un cas cependant, celui de L’Ouest-Éclair, permet de regagner un peu de confiance. Au début des années 1910, la rédaction rennaise fait évoluer sa maquette et ses contenus afin de suivre le mouvement permanent d’adaptation de la presse, mais aussi – et elle le dit clairement – pour répondre à la demande des lecteurs, en matière sportive en particulier. Voici au moins un cas qui vient accréditer l’idée que la mobilisation des rédacteurs répond à celle des lecteurs et inversement. Cette perspective renforce l’hypothèse selon laquelle la presse joue un rôle central dans l’entrée du sport dans l’ère de la culture et de la consommation de masse à la veille de la Grande Guerre, préparant ainsi de très loin au système sportif contemporain, en grande partie inféodé aux enjeux industriels et économiques du système médiatique.

Notes

1 Ce texte doit aux amicales et précieuses relectures de Olivier Chovaux, Yvan Gastaut, Denis Jallat, Didier Rey et Luc Robène.

2 F. Furet, « Le quantitatif en histoire », in Le Goff J., Nora P. (dir.), Faire de l’histoire. 1. Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974 (édition Folio, 1986), p. 80.

3 P. Guiral, « La presse de 1848 à 1871 », in Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou (dir.), Histoire générale de la presse française, t. 2, PUF, 1969, p. 283.

4 M. Palmer, « Métropoles et presse quotidienne régionale dans les années 1880 : une assise urbaine suffisante ? », in Ch. Delporte (dir.), Médias et villes, XVIIIe-XXe siècles, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 1999 (OpenÉdition Books, 2013) p. 37.

5 Cf. P. Tétart (2013) « Journaux et rédacteurs de sport (1851-1856). Portrait d’un cercle littéraire », in G. Montéméral, K. Souanef, Le Journalisme de sport révélé par ses grandes figures (à paraître en 2016).

6 Ce pourcentage a été obtenu, selon la même procédure que pour cet ouvrage, en compulsant 17 titres : L’Action Française, L’Aurore, La Croix, L’Écho de Paris, Le XIXe siècle, Le Figaro, Le Gaulois, L’Humanité, L’Intransigeant, Le Matin, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, La Presse, Le Rappel, Le Siècle, Le Temps, L’Univers.

7 Cf. P. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province, 1845-1914 », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, Biarritz-Paris, Atlantica/Musée National du Sport, 2010.

8 Cf. Marc Martin, La Presse régionale. Des Affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, chapitre XVII en particulier, p. 255 et sq.

9 P. Tétart, op. cit., 2010, p. 34 notamment.

10 D. Kalifa, M-E. Thérenty, « Formes et matières journalistiques », in D. Kalifa, P. Régnier, M. E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, p. 881 et 883.

11 Ch. Delporte, Les Journalistes en France, 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Le Seuil, 1999, p. 102.

12 Ibid, p. 83.

13 L’Indépendant Rémois, 27 février 1893.

14 La Petite Gironde, 28 février 1893.

15 Le Petit Parisien, 2 mars 1893.

16 Le Temps, 26 février 1893.

17 La Vie Illustrée, 25 avril 1901.

18 Cf. Cl. Barel-Moisan, « Écrire pour instruire », in D. Kalifa, P. Régnier, M. E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), op. cit., 2011, p. 746-771.

19 Cf. introduction et G. Vigarello, Du jeu ancien au show sportif, Paris, Le Seuil, 2002.

20 Cf. G. Bouchet, Le Cheval à Paris de 1850 à 1914, Genève-Paris, Librairie Droz, 1993, p. 266.

21 Sondage d’autant plus nécessaire qu’en 1903 les 15 pratiques les plus fréquentes ne représentent que 86 % du total des informations, soit le taux le plus bas de tous les sondages décennaux qui se tiennent entre 92 % et 96 %.

22 Voir P. Tétart, « Football et médias en France (1867-1939). Du pittoresque au partage social de masse », in B. Zoudji, D. Rey (dir.), Le Football dans tous ses états. Regards croisés sur le ballon rond, Bruxelles, De Boeck, 2015.

23 Il faut en effet considérer le tir aux pigeons également traité par la presse de province.

24 Cf. Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), op. cit., 2010, voir notamment l’introduction et les articles consacrés à la Bretagne et à Bordeaux.

25 Cf. P. Tétart, « Lire le sport. Culture de masse & médiatisation du sport à la Belle Époque », Historiens et Géographes, à paraître.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search