Version classiqueVersion mobile

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

Les colonnes de la Straßburger Post et l’actualité sportive à l’heure de l’annexion allemande de l’Alsace (1882-1914)

Sébastien Stumpp et Denis Jallat

Texte intégral

  • 1 A. Wahl, J.-Cl. Richez, L’Alsace entre France et Allemagne. 1850-1950, Paris, Hachette, 1994, p. 32 (...)
  • 2 P. Smith, « à la recherche d’une identité nationale en Alsace (1870-1918) », Vingtième siècle, no 5 (...)
  • 3 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 320.

1Le paysage de la presse alsacienne se caractérise dès le XIXe siècle par une très grande diversité de titres. Les tensions nationales liées au particularisme de l’Alsace, région déchirée entre la France et l’Allemagne, en sont l’une des principales raisons1. Ainsi, lorsque, en 1871, l’Alsace devient un Reichsland (Territoire d’Empire) à la suite de la guerre franco-prussienne, de nombreux journaux vont, en plus de leurs sensibilités politiques, sociales, économiques et confessionnelles, se différencier sur la question de l’annexion au Reich wilhelminien. La protestation, l’indifférence, le métissage culturel, le compromis, le mimétisme, la fascination sont autant d’attitudes qui rendent compte de la diversité des opinions des journaux alsaciens dans l’espace sociopolitique local2. Ainsi, à côté des quotidiens généralistes et « neutres » (Straßburger Neuesten Nachrichten, Neue Mülhauser Zeitung, etc.) qui représentent environ un tiers des 302 300 exemplaires tirés au total en Alsace avant la Première Guerre mondiale (un exemplaire pour trois habi-tants), on compte plus de 50 journaux politiques (dont 24 quotidiens) dont le tirage monte à plus de 200 000 exemplaires3.

  • 4 F. Roth, « Le Reichsland l’Alsace-Lorraine, 1890-1914 », in J.-P. Cahn, B. Poloni, G. Schneilin (di (...)
  • 5 R. W et F. R., « Presse », in Encyclopédie de l’Alsace, vol. 10, p. 6152. Du reste, cette populatio (...)
  • 6 B. Vogler, Histoire politique de l’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1995, p. 182.

2C’est dans ce contexte qu’apparaît en 1882 la Straßburger Post. Ce quotidien est une filiale de la Kölnische Zeitung. D’inspiration nationale-libérale, il soutient la politique nationaliste et coloniale du Reich tout en diffusant des idées progressistes – par exemple, l’imposition d’un système parlementaire pour faire face au pouvoir féodal en vigueur en Allemagne, la liberté de commerce et de travail, l’émancipation civique. Il trouve son lectorat à Strasbourg, capitale du Reichsland qui concentre une grande partie des élites allemandes (cadres administratifs, professeurs d’université et de lycée, médecins, avocats). Il s’adresse également aux milieux de la notabilité immigrée de Basse-Alsace. Mais son « orientation nationale-allemande […] très affirmée4 » ne l’empêche pas de rayonner au-delà des sphères wilhelminiennes. Il touche aussi une partie de la bourgeoisie et des classes moyennes protestantes alsaciennes, sensibles à ses positions libérales et à son opposition à la social-démocratie et au catholicisme politique5. Ainsi, malgré un tirage plus faible (8 500 exemplaires au début des années 1900) que celui des quotidiens généralistes comme le Straßburger Neuesten Nachrichten (42 000 exemplaires en 1905), la qualité des articles, l’exigence de son rédacteur en chef Pascal David (en poste entre 1892 et 1908) permettent au Straßburger Post d’exercer un « véritable magistère moral sur la presse alsacienne6 » qui fait de lui un des titres les plus influents de la région. Les différentes éditions quotidiennes – de deux à trois à la naissance du journal (Morgen-Ausgabe [édition du matin], Mittag-Ausgabe [édition de midi], Abend-Ausgabe [édition du soir]), de trois à cinq avant la Première Guerre mondiale (suppléments aux éditions du matin, de midi ou du soir) – abordent notamment les questions politiques et économiques nationales et internationales. Elles traitent également des informations locales : faits divers, activités associatives, événements culturels, etc. Dans ce cadre, les pratiques sportives, dont l’émergence en Alsace et le premier développement coïncident avec la période d’annexion, intègrent progressivement les colonnes du journal, au point que celui-ci publie une rubrique sportive au tournant des années 1910.

3Doit-on voir là une concession de principe à la modernité ou à l’actualité locale par un quotidien dont la ligne éditoriale fait la part belle aux questions « sérieuses », c’est-à-dire la politique, l’économie, la culture ? Est-ce au contraire le signe d’un véritable mouvement de fond traduisant un intérêt grandissant des élites allemandes et alsaciennes pour la question sportive ? Et dans ce cas, quelle place occupe l’information sportive au sein de la Straßburger Post et quelles sont les pratiques privilégiées ?

4En se concentrant sur la période comprise entre 1882 et la Première Guerre mondiale, le présent article s’attachera à comprendre les conditions dans lesquelles l’un des journaux les plus influents en Alsace, proche du pouvoir wilhelminien et sensible aux questions nationales, appréhende la montée d’un phénomène social en voie de massification dans la région, le sport, au tournant du XXe siècle.

Des nouvelles locales à la rubrique : l’influence grandissante de l’information sportive

Le tournant des années 1900

  • 7 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 323.

5Après une première décennie, entre 1871 et 1880, de contrôle étroit de la presse par le pouvoir (lois répressives, interdiction des journaux francophiles et catholiques, monopole des journaux pro-gouvernementaux), une « certaine libéralisation7 » s’opère au début des années 1880 en Alsace. La presse libérale et protestante notamment connaît alors un développement conséquent. La naissance de la Straßburger Post en 1882 correspond précisément à cette volonté des libéraux immigrés venant d’Allemagne de diffuser leurs idées conciliant modernisation de la vie publique et fidélité au Kaiser. Le journal laisse donc une large place aux questions politiques et économiques à travers des commentaires sur les débats au Landesausschuss (autrement dit le Parlement alsacien qui devient, suite à la promulgation en 1911 d’une Constitution dans la région, Landtag), sur la question de l’Alsace-Lorraine, les événements politiques nationaux et internationaux, les orientations économiques allemandes ou encore les cours de la bourse. Il traite également des actualités des régions proches de l’Alsace (Pays de Bade et Palatinat entre autres). Chaque édition comporte aussi un volet d’informations ayant trait à la vie publique locale. Les pratiques sportives en font partie intégrante.

6L’évolution de la place de l’information sportive en valeur absolue (surface écrite et surface publicitaire) au sein de la Straßburger Post fait apparaître deux phases bien distinctes (tableau 1). La première se caractérise par une croissance régulière entre 1883 et 1903 (de 25,0 à 50,6 colonnes), puis une explosion en 1913 (de 50,6 à 199,5 colonnes). Cette augmentation, notamment jusqu’en 1903, est à relativiser à cause de l’évolution la surface totale du journal. En effet, le pourcentage de surface écrite consacrée au sport est plus important en 1883 qu’en 1893 et, dans une moindre mesure, qu’en 1903.

7Trois raisons semblent commander à cette situation.

8D’abord une raison purement éditoriale : le colonnage du journal croît régulièrement à partir de 1893 à cause de l’augmentation du nombre d’éditions quotidiennes (jusqu’à cinq en 1913 contre une moyenne de deux en 1883) ; or cette augmentation ne profite pas au sport jusqu’en 1903 ; les informations politiques, économiques et culturelles en bénéficient les premières.

9Par ailleurs, ce relatif désintérêt pour les pratiques physiques est structurel. L’offre sportive demeure limitée avant les années 1900 en Alsace. Le journal en rend d’ailleurs compte en couvrant 16 activités en 1883 et seulement 12 en 1893 alors que la tendance, dans l’ensemble de la presse, est l’augmentation du nombre de pratiques couvertes.

  • 8 Le courant protestataire, né de la « Protestation de Bordeaux » en 1871, s’oppose fermement à l’ann (...)
  • 9 « Le paragraphe de la dictature », in Ph. Dollinger (dir.), Documents de l’histoire de l’Alsace, To (...)
  • 10 Les autorités allemandes utilisent à leur profit la législation française de 1834 permettant aux pr (...)
  • 11 J. Beauchez, W. Gasparini, « Les clubs sportifs strasbourgeois sous l’Annexion allemande. Affinités (...)

10Surtout et enfin, les questions nationales s’immiscent profondément dans le quotidien du sport, restreignant par là même la quantité de matière première sportive exploitable par la Straßburger Post. En effet, la période 1887-1902 correspond à une forte restriction des libertés en Alsace. Contrariées par l’influence persistante de l’opposition protestataire alsacienne8, les autorités allemandes imposent en 1887 le paragraphe de la dictature (article 10 d’une ordonnance du 31 décembre 1871). Celui-ci muselle des pans entiers de la vie sociale et culturelle en autorisant le gouvernement à procéder à des perquisitions, des arrestations, des interdictions de publications9. Le gouvernement d’Alsace-Lorraine exerce également un contrôle strict sur les associations et les réunions publiques, prononçant des dissolutions à l’égard de sociétés jugées trop francophiles ou accusées de faire le jeu de la protestation (Fédération des Sociétés Chorales d’Alsace-Lorraine, Société des Gymnastes Alsaciens, regroupements estudiantins)10. Ainsi, l’ensemble de l’espace public alsacien est soumis au contrôle étroit du pouvoir allemand, restreignant les possibilités de développement des associations sportives, mais aussi des manifestations sportives dans leur ensemble. Par exemple, le Rowing-Club Strasbourg, société d’aviron réunissant des Alsaciens francophiles, est obligé de concourir en France, puis en Suisse. Il en va de même pour de nombreuses sociétés de gymnastique alsaciennes11. Aussi, la Straßburger Post, très liée au ministère d’Alsace-Lorraine qui l’alimente en partie par le biais de fonds secrets, publie, jusqu’en 1903, des articles essentiellement consacrés aux activités du club d’aviron du Straßburger Ruderverein ou de la société de gymnastique du Straßburger Turnverein, et, plus largement, de l’ensemble des sociétés dirigées par des « vieux-Allemands » (Straßburger Schützenverein [tir], Straßburger Velocipedistenclub [cyclisme], Schlittschuhläufer-Verein Strassburg [patinage], Vogesenklub [excursion]…). Est-ce là un choix délibéré du journal : ne pas publier d’informations sur les clubs alsaciens – par ailleurs peu nombreux ? Ou bien doit-on y voir le signe du refus de leurs sociétaires de faire connaître leurs activités dans une publication germanophile ? Les renseignements manquent pour trancher sur ces deux questions. Il reste que cette prépondérance des structures allemandes montre bien l’influence de la question nationale sur la diffusion de l’information sportive locale et, peut-être, le frein qu’elle constitue.

  • 12 Ministère de la Guerre (État major général), Organisation politique et administrative et législatio (...)
  • 13 J.-M. Mayeur, Autonomie et politique en Alsace. La Constitution de 1911, Paris, Armand Colin, 1970, (...)
  • 14 P. Smith, op. cit., 1996, p. 28.

11De fait, il faut attendre le début des années 1900 pour que s’abaissent progressivement les niveaux de contrainte et d’interdiction s’exerçant sur la presse. En 1900 est instauré en Alsace le Code Civil allemand. En 1902, le paragraphe de la dictature est aboli. Enfin, l’ordonnance du 22 avril pour application de la loi d’Empire du 19 avril 1908 autorise les Alsaciens à s’associer librement12. Parallèlement, le comportement des sportifs alsaciens, très hostiles aux échanges avec les Allemands depuis le début de l’annexion, évolue. Trente années d’annexion ont en effet modifié les mentalités : l’arrivée à l’âge adulte d’une génération d’Alsaciens formés dans les structures scolaires et universitaires allemandes et n’ayant connu la France qu’à travers ses voyages et les récits des plus âgés provoque un glissement progressif des revendications politiques et culturelles13. Elle remet en cause la posture originelle des aînés (la résistance passive ou la protestation), peu productive, pour tenter de participer à la gestion des questions locales, et développe un ensemble d’attitudes jugées plus constructives avec les Allemands14.

  • 15 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 163.
  • 16 J. Beauchez, W. Gasparini, op. cit., 2001, p. 107.

12Cette évolution politique et ce changement dans les mentalités ont deux effets majeurs. D’une part, ils tendent à « libérer » l’activité physique en Alsace. On observe en effet une augmentation significative du nombre d’associations sportives alsaciennes entre 1908 et 1914, que ce soit dans le cadre de la pratique des sports de montagne, de la natation, du football ou encore du cyclisme. D’autre part, de nombreux jeunes sportifs autochtones, sans souscrire à une quelconque forme de germanophilie, font preuve de modération vis-à-vis de leurs homologues allemands, prenant acte de l’impossibilité du « repli total sur soi15 ». Ainsi, pratiquants alsaciens et allemands se regroupent au sein de fédérations unitaires dans le cadre du ski (Elsass-Lothringischer Ski-Verband), de l’aviron (Allgemeiner Deutscher Ruder-Verband), de la gymnastique (Landesverband der Turnvereine in Elsass-Lothringen) ou encore de l’athlétisme (Südwestdeutsche Verband für Leichtathletik)16.

  • 17 Voir à ce propos : Straßburger Post, 26 janvier 1903, 1er mars 1904 et 25 juin 1913.

13Conséquence de cette évolution, la part d’information sportive par rapport à la surface écrite totale se trouve multipliée par environ 2,5 entre 1903 et 1913 (de 1,3 % à 3,3 %) – et par près de 3,5 si l’on compte la surface publicitaire consacrée au sport (de 1,1 % à 3,7 %) – alors qu’elle avait très peu évolué depuis 1883. La Straßburger Post s’intéresse alors à un éventail plus large d’associations sportives, rendant compte par exemple, pour le ski, le football, la gymnastique ou le cyclisme, de l’activité de sociétés strasbourgeoises, colmariennes et mulhousiennes non-germanophiles. Ainsi les activités gymniques du Turnverein Alsatia Nova Straßburg et les concours de ski des Vosges-Trotters Mulhouse, sociétés connues pour leurs penchants francophiles, de même que la participation du Rowing-Club de Strasbourg à des régates parisiennes, font l’objet d’annonces et de comptes-rendus détaillés17.

14Abstraction faite du contexte politique, au tournant des années 1910 cette inflexion éditoriale se nourrit également de l’accroissement de l’offre sportive en Alsace : le nombre d’activités répertoriées dans la Straßburger Post en 1913 (29) est quasiment doublé par rapport à 1883 (16). Cette situation répond certes à une extension du temps de pratique et au développement de sports saisonniers (on pense notamment aux sports d’hiver comme le ski, la luge, le patinage, le bobsleigh), mais elle correspond surtout à l’élévation de la consommation de spectacle sportif par le biais d’activités traditionnelles de pari (turf), d’activités nouvelles conjuguant vitesse, aventure et modernité (cyclisme, automobilisme, aéronautisme) et d’activités issues du modèle des sports athlétiques anglais (football, tennis, athlétisme), qui attirent, dans le cadre de concours, de championnats, de meetings, des centaines voire des milliers de spectateurs. Si l’on en juge par le nombre d’articles consacrés en 1913 à la traversée de Strasbourg à la nage, aux Internationaux de tennis de Strasbourg, aux courses strasbourgeoises de cyclisme sur piste ou encore au Grand prix de Baden-Baden (turf), et si l’on considère par ailleurs que la rédaction du quotidien cherche à être en phase avec son public, alors le lectorat de la Straßburger Post semble sensible au récit de ces manifestations.

  • 18 Cette presse profite notamment de l’extension au Reichsland, en août 1898, de la loi d’Empire sur l (...)

15D’autres signes attestent de ce goût croissant pour le sport dans le champ médiatique. Nous pensons ici à la venue d’une presse spécialisée à partir des années 1900, à l’image de Elsass-Lothringischer Schwimm-Sport (natation), Radfahrer-Zeitung Velo-Sport (cyclisme), Ski und Bergsport in den Vogesen (ski), etc.18. Loin de faire concurrence aux quotidiens généralistes, cette nouvelle presse semble servir de moteur à la diffusion multiforme de l’information sportive en Alsace. Autrement dit, la Straßburger Post – et plus généralement l’ensemble des journaux alsaciens – dispose à partir des années 1900 d’une gamme plus étendue de matière première sportive qu’elle peut exploiter différemment des autres veines informatives (événements politiques, économiques, culturels) en raison de la récurrence des manifestations et de la possibilité d’une mise en tension liée à l’enjeu compétitif. La couverture des rencontres de football en témoigne. À partir de 1913, celles qui impliquent des clubs alsaciens sont annoncées et présentées. Puis elles font l’objet de comptes-rendus détaillés. De même, c’est par le biais d’articles sur les championnats et les concours se déroulant dans les Vosges et en Forêt Noire que la pratique du ski est promue par la Straßburger Post, devenant la quatrième activité suivie en terme de colonnage en 1913.

1883

1893

1903

1913

Surface articles sport en pages intérieures (en colonnes)

18,3

12,9

20,8

107,8

Surface articles sport en une

5,4

4,6

18,5

9,7

Total surface articles sport

23,7

17,5

39,3

117,5

Pubs sport

1,3

13,9

11,3

82

Total (articles sport + publicités de sport)

25,0

31,4

50,6

199,5

Surface articles sport/Surface totale (%)

1,2

0,6

0,9

2,2

Surface articles sport/Surface articles totale (%)

1,5

0,8

1,3

3,3

Surface sport (articles + publicités)/surface totale (%)

1,3

1

1,1

3,7

Tableau 1. – La place de l’information sportive (1883-1913).

Une rubrique sportive

16La rupture quantitative de 1913 correspond également à une évolution dans l’agencement éditorial des informations sportives. Pendant près de trente ans, celles-ci sont réparties dans des rubriques non spécialisées, incluses tantôt dans les informations « locales » (Strassburger Stadtnachrichten, Nachrichten aus dem Reichslande) tantôt dans la rubrique « faits divers » (Vermischte Nachrichten). Cette situation illustre le fait que les articles n’atteignent pas une masse critique justifiant leur réunion dans une rubrique spécifique. Elle montre aussi, in fine, que les pratiques sportives ne s’imposent pas encore comme un genre à part entière ou présentant un intérêt suffisant pour la rédaction et le lectorat.

17Pour ces deux raisons, il faut se garder de surinterpréter la présence importante d’informations sportives en première page : un peu plus d’un quart des articles en 1883 et en 1893, près de la moitié en 1903. En effet, cette situation répond surtout aux impératifs d’agencement des différentes rubriques par la rédaction : les informations strasbourgeoises (Strassburger Stadtnachrichten) où figurent la plupart des articles consacrés au sport suivent généralement la rubrique politique et sont de fait souvent situées dans les premières pages. Dans le même ordre d’idée, on observe qu’une part importante du colonnage de l’information sportive est consacrée à des articles isolés (tableau 2). Ceux-ci, souvent précédés d’un titre, plus rarement d’une illustration, répondent au souci de capter le regard du lecteur et de rendre compte d’événements ou de sujets importants ; une part de ces articles sportifs se situant dans ce cadre en première page. Mais là encore l’emplacement de l’information sportive ne répond pas, semble-t-il, à une gestion éditoriale visant à promouvoir le sport.

1883

1893

1903

1913

Surface articles sport isolés/Surface articles sport (%)
Surface articles sport isolés en première page/
Surface articles sport (%)

57,3
17,4

46,3
26,2

44,5
30,4

42,9
7,6

Tableau 2. – Colonnage des articles sportifs isolés.

  • 19 Ce qui atteste du niveau de perméabilité entre les deux modalités d’activité ou du sens que l’on do (...)

18Les années 1910 constituent sur ce point un tournant avec l’apparition d’une rubrique sportive intitulée « Sport ». Dès lors, les informations sportives y sont recensées pour une grande partie, à l’exception, d’une part, de l’aéronautique – laquelle est traitée dans une chronique particulière (« Luftfahrt ») qui comprend des informations sur l’aviation militaire19 – et, d’autre part, de l’excursionnisme. Cette dernière pratique est pourtant la plus en vue dans la hiérarchie des thématiques, ce qui explique le maintien d’un taux élevé d’articles sportifs hors de la rubrique. Manifestement, l’excursionnisme ne répond pas, du moins dans le cas de notre quotidien, à la définition dominante de la pratique sportive.

19Cette mise à l’écart de l’excursion montre que la rubrique sportive prend une tonalité spécifique, légitimant principalement la production de résultats et de performances, et donc les pratiques de sportifs plutôt que celles de sportsmen. C’est dans ce cadre que sont également écartées des pratiques telles que l’alpinisme et la chasse. De même, la gymnastique, dont les épreuves sont moins orientées par des comparaisons tangibles entre concurrents, est laissée en marge : des six articles consacrés à cette activité en 1913, seul le concours national organisé par le Deutscher Turnkunst est répertorié dans la rubrique « Sport ».

20Il n’en reste pas moins qu’on peut, au seuil des années 1910, parler d’une reconnaissance éditoriale de l’information sportive. Celle-ci a deux conséquences majeures.

21D’une part, elle entraîne une évolution des normes de présentation. La rubrique est reconnaissable avec sa typographie spécifique et fixée dans le chemin de fer : on la trouve systématiquement placée en deuxième ou troisième page (sur quatre). Cette place attitrée entraîne une chute de la proportion des informations sportives délivrées en première page. Mais ces dernières n’en prennent que plus de valeur, d’autant que, généralement, elles concernent de grands événements nationaux ou internationaux (meetings aériens, concours international de gymnastique, courses d’alpinisme, turf…).

  • 20 N. Elias, E. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 [1986].
  • 21 V. Papin, Un siècle de chemin de fer en Alsace-Lorraine. 1839-1938, Levallois-Perret, Picador, 1980
  • 22 Straßburger Post, 26 mars, 26 avril, 30 juin et 25 août 1913.

22D’autre part, le cap des années 1910 se caractérise par un mouvement de délocalisation de l’information sportive (tableau 3). Si les articles de la Straßburger Post traitent principalement des événements sportifs locaux jusqu’aux début des années 1900, on repère dans un premier temps (1903) un élargissement vers les activités se déroulant dans le Reichsland, puis, dans un second temps (1913), une nette bascule vers les manifestations nationales et internationales. À cela trois raisons essentielles. Primo, l’institutionnalisation des pratiques sportives accroît les réseaux d’interdépendances20 et amène les sportifs alsaciens à participer à des compétitions hors du Reichsland – situation facilitée il est vrai par l’extension du réseau ferré dans la région et vers l’Allemagne21. Secundo, le sport, par sa dimension spectaculaire, suscite l’intérêt d’un lectorat de plus en plus large. La Straßburger Post délaisse dès lors quelque peu les formes de sociabilité locale pour se concentrer davantage sur les manifestations à dimension internationale. Ainsi en va-t-il des rencontres de football Allemagne-France et Allemagne-Suisse, des championnats d’Europe d’aviron à Bruxelles, du Grand prix de Belgique automobile ou, parmi d’autres exemples, de la course cycliste Paris-Bordeaux22. Tertio, le journal réserve une place importante aux résultats des courses hippiques se déroulant, deux à trois fois par semaine entre février et novembre, sur les champs de course allemands (Berlin, Karlsruhe, Hanovre, Baden-Baden, etc.) et français (Chantilly, Saint-Ouen, Maison-Laffite, Enghien, etc.).

Local Strasbourg et environs)

Reichsland

Régions allemandes limitrophes

Autres régions allemandes

International

1883

67,4%

3,4%

15,6%

6,8%

6,8%

1893

61,3%

11,3%

16,1%

8,1%

3,2%

1903

47,5%

22,0%

14,9%

7,8%

7,8%

1913

16,8%

13,0%

22,3%

25,6%

22,3%

Tableau 3. – Géolocalisation de l’information sportive.

Entre tradition et modernité : l’évolution des thématiques sportives

  • 23 J.-Cl. Richez, « Aux origines du mouvement gymnique dans la France de l’est : culture du corps et c (...)
  • 24 Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Colmar, 1860, p. 6 ; Annales de l’Association philom (...)
  • 25 Archives de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M. 119.140. Statuts de l’Acad (...)

23Les pratiques physiques se développent en Alsace dès le milieu du XIXe siècle. Par-delà les pratiques traditionnelles de l’aristocratie (équitation, chasse, escrime…), le réseau associatif local sert de creuset à l’essor d’un ensemble d’activités corporelles. D’une part, la proximité de la Suisse et de l’Allemagne favorise le développement de sociétés de gymnastique qui recrutent majoritairement leurs adhérents parmi les élites populaires et la petitebourgeoisie23. D’autre part, un réseau de micro-sociétés au recrutement élitiste, se tournant notamment vers les activités de découverte de l’espace montagnard par le biais de la randonnée pédestre, voit le jour (Association philomathique vogéso-rhénane, Société d’histoire naturelle de Strasbourg, Société d’histoire naturelle de Colmar)24. Enfin, des sociétés de loisirs corporels, telle l’Académie du dimanche, promeuvent « la pratique régulière des exercices du corps tels que la course, les jeux de balle, de paume, de siam, l’escrime, le tir à l’arc, le javelot, la navigation fluviale et la natation25 ».

24L’annexion ne modifie pas réellement le paysage des pratiques physiques locales, notamment parce que nombre d’entre elles sont déjà fortement développées dans l’espace germanique (gymnastique, excursion). Pour autant, deux processus s’engagent à partir des années 1880 : d’une part, l’émergence et le développement de nouvelles activités et de nouvelles modalités de pratique qui vont entrer en concurrence avec l’existant ; d’autre part, une volonté du pouvoir en place de se servir des activités physiques pour germaniser les populations locales. Les choix éditoriaux de la Straßburger Post, que l’on peut schématiquement diviser en deux périodes (1882-1903 ; 1903-1914), rendent bien compte de la complexité de ce mécanisme alliant continuités et ruptures.

1882-1903 : un compromis entre modèles corporels germanique et anglais

  • 26 G. L. Mosse, « La nationalisation des masses. Gymnastique, tir et constitution du sentiment nationa (...)
  • 27 M. Krüger, “Body culture and nation building: the history of gymnastics in Germany in the period of (...)
  • 28 E. Dreidemy, J. Saint-Martin et J.-P. Dreidemy, « Le Turnen annexé et la germanisation de l’Alsace- (...)
  • 29 Il s’agit d’un club de Turnen installé à Strasbourg.

25Tout au long du XIXe siècle, les classes moyennes supérieures allemandes popularisent un modèle d’éducation corporelle, le Turnen, qui privilégie, à travers une gamme diversifiée d’exercices physiques (agrès, course, saut, lancer, lutte, natation, marche), le développement personnel, l’unité et la cohésion du groupe. Cette pratique d’entretien, qui célèbre dans un même élan la virilité, le patriotisme et la solidarité communautaire, représente « l’un des creusets de la formation de la conscience nationale allemande26 ». Ses promoteurs diffusent les principes pédagogiques, didactiques et idéologiques par le biais d’ouvrages, d’articles de presse, de conférences. Conjuguée à l’essor du nationalisme et du militarisme après 1870, cette forme de culture physique devient un des catalyseurs de l’identité nationale27. Le Turnen est ainsi introduit dans le milieu scolaire alsacien comme instrument d’acculturation douce des jeunes autochtones28, de même que sont créées dans la région des sociétés de gymnastique diffusant l’idée germanique. On ne doit donc pas s’étonner que la Straßburger Post diffuse des articles généraux sur cette pratique (traitant de ses bienfaits pour la santé, de ses conditions de développement en Allemagne, etc.), mais aussi des comptes-rendus portant principalement sur les activités du très germanophile Strassburger Turnverein29. Le Turnen représente ainsi en moyenne 10 % des thématiques traitées entre 1883 et 1903. Nonobstant – et ce pourcentage le montre aussitôt – cette activité est loin d’être dominante dans la Straßburger Post. Les pratiques de sportsmen concentrent en effet la grande majorité du colonnage dans cette période (tableau 4).

26Les raisons de cette domination sont à la fois politiques (convictions nationales-libérales et protestantes du journal) et culturelles (remise en cause de la « rigidité » du Turnen).

  • 30 Ch. Eisenberg, English sports und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte (1800-1939), Paderb (...)
  • 31 J. Kocka, « Modèle européen et cas allemand », in J. Kocka (dir.), Les Bourgeoisies européennes au (...)

27S’agissant de la dimension politique, le sport jouit très tôt d’une forte popularité chez les protestants libéraux car il permet de régler un problème inhérent au libéralisme parlementaire : son incapacité à rassembler ses partisans autour d’un même socle idéologique, contrairement au Zentrum (la défense des intérêts catholiques) ou à la social-démocratie (la lutte des classes). Les prosélytes du sport et du libéralisme partagent en commun des valeurs de la société bourgeoise comme la concurrence, la performance et l’égalité (apparente) des chances30. En outre, l’expérience libérale du monde social (autonomie du projet de vie, exigence démocratique et participation à la vie publique) trouve son plein accomplissement dans le principe d’association volontaire (Vereinprinzip). La bourgeoisie concède aux regroupements d’initiative privée (politiques, culturels, sportifs) un rôle d’intermédiaire entre l’action hégémonique de l’État et le fonctionnement de la société civile31. De fait, l’information sportive de la Straßburger Post se concentre en grande partie sur ces types de regroupements.

  • 32 R. Naul, L. Jonischeit, U. Wick, Turnen, Spiel und Sport in Schule und Verein. Jugendsport zwischen (...)
  • 33 M. Krüger, op. cit., 1996, p. 415.
  • 34 Ibid., p. 413.
  • 35 G. Pfister, « Les athlètes comme gérants du sport, spectateurs et arbitres. Le processus de “sporti (...)

28Sur le plan culturel, les aspirations des jeunes générations bourgeoises en matière d’exercices corporels transigent avec le modèle de pratique privilégié par le Turnen. Par sa centration sur le modèle wilhelminien de la discipline, de l’ordre, de la moralité et de l’obéissance, par son caractère répétitif et son incapacité à se réformer (l’ancrage dans ses présupposés patriotiques), la gymnastique de Jahn au fondement du Turnen constitue aux yeux de certains une « forme vide32 », détachée de la réalité sociale. Parallèlement, il existe un profond attachement des élites aristocratiques à la valeur de l’honneur, qui les amène à privilégier les rituels corporatifs au détriment de la gymnastique, pratique « vertueuse », abandonnée aux classes moyennes et populaires33. Ainsi, l’Empereur Guillaume n’assistera jamais à un rassemblement gymnique au cours de son règne. En cela, les Turner restent des outsiders34. Dans ce contexte, la diffusion en Allemagne du modèle du club anglais à partir des années 1880 offre un substitut au cadre rigide et à la sociabilité fermée du Turnen. Le sport se présente à partir de là comme un modèle culturel alternatif à cause de l’originalité de son organisation, de sa gestualité et de son cadre d’exercice35.

  • 36 Les influences romantiques et protestantes ont joué un rôle important, vantant les bienfaits des es (...)

29Troisième veine informative : les sports de montagne. Ils constituent l’activité de référence tout au long de l’annexion, principalement par le biais de l’excursion (jusqu’à plus de la moitié des thématiques recensées en 1893) et, dans une moindre mesure, de l’alpinisme (qui connaît un pic de colonnage à 17,7 % en 1903). Depuis le début du XIXe siècle, il existe une tradition de promenade dominicale de part et d’autre du Rhin36. Les élites intellectuelles sont les plus promptes à soutenir ce mouvement en lui donnant la forme d’un excursionnisme cultivé. C’est en ce sens qu’un haut fonctionnaire allemand crée en 1872 le Vogesenklub, structure dont les membres s’attachent à découvrir par le biais de la randonnée les Vosges alsaciennes, à aménager des sentiers et à diffuser des connaissances scientifiques et littéraires sur le patrimoine local. La Straßburger Post, très proche du pouvoir, constitue un support idéal, à côté des bulletins associatifs, pour diffuser les activités du club auprès d’un lectorat cultivé. Il est vrai aussi que l’une des missions du Vogesenklub est de participer à la germanisation des élites alsaciennes en les incitant à rejoindre ses rangs et à partager des « expériences culturelles communes » avec les élites allemandes. L’éditeur du journal, Dumont-Schauberg, publie d’ailleurs les bulletins associatifs d’autres clubs de montagne attachés à la cause annexionniste comme la section strasbourgeoise du Deutscher und Österreischicher Alpen-Verein (Club alpin austro-allemand) et de l’Akademischer Touristen-Klub (Club touristique universitaire). Enfin, on peut supposer que les enjeux économiques du tourisme de montagne sont aussi parties prenantes de cette diffusion de la thématique excursionniste. Au tournant du XXe siècle, les Vosges se couvrent d’un vaste réseau d’hôtels, de restaurants, de marcairies (auberges de montagne) destinés à accueillir un public de citadins de plus en plus nombreux à fréquenter la montagne. À partir de 1895, la Straßburger Post édite d’ailleurs un supplément consacré au tourisme de montagne : le Vogesen Blatt (« Bulletin des Vosges »), où foisonnent les annonces publicitaires. Sa parution, durant les mois d’été dans un premier temps, s’étend peu à peu aux mois d’hiver avec l’essor du ski.

  • 37 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales. Europe, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1 (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris (...)
  • 40 Straßburger Post, 10 février 1900.
  • 41 Straßburger Post, 16 janvier 1899 et 14 mars 1903.
  • 42 O. Hoibian, Les Alpinistes en France. 1870-1950. Une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000, (...)
  • 43 E. Dunning, K. Sheard, « La séparation des deux rugbys », Actes de la recherche en sciences sociale (...)

30Il faut enfin lier le sort des sports de montagne à la place non négligeable réservée à partir des années 1890 aux sports de déplacement comme le cyclisme, l’automobile, l’aérostation ou le canotage. Par leur caractère extraordinaire, ces activités, liant nouveauté, découverte et aventure dans leur définition originelle, traduisent l’entrée des élites bourgeoises dans la modernité en même temps qu’elles évoquent un attachement au territoire et aux racines, une communion avec « l’espace de la patrie37 ». Les vélocipédistes du Strassburger Velocipedistenclub tout comme les automobilistes de l’Automobil-Club von Elsass-Lothringen exaltent tout à la fois la dimension grisante de la vitesse, les progrès techniques, le désir d’évasion et de découverte du territoire alsacien38. Ces activités correspondent bien au tempérament de la jeune bourgeoisie allemande, laquelle valorise l’esprit d’entreprise, la témérité, l’ingéniosité, et le goût pour l’innovation. Par un style qui lui serait propre (Jugendstil), ce groupe entend se libérer des contraintes sociales et des pratiques décadentes de ses aînés, et inscrire la modernité au cœur du dispositif de transformation de la société wilhelminienne. Cet état d’esprit – tournant résolument le dos à l’inertie sociétale et valorisant, au contraire, le dynamisme, le changement et le sentiment de révolte – constitue un point de rupture fondamental avec les anciennes générations39. Comme en écho à cet état d’esprit, la Straßburger Post n’a de cesse d’insister sur l’héroïsme des cyclistes, des automobilistes et des aéronautes. Elle vante également, dans le cadre de l’alpinisme, le führerlos. Cette pratique de haute difficulté, géographiquement centrée sur les zones montagneuses réputées hostiles (Alpes, Dolomites, Caucase), assigne une place prépondérante aux techniques de rocher (Felstechnik) et de corde (Seiltechnik). Elle demande à ses adeptes, confrontés à des « ascensions d’une extraordinaire difficulté40 », un engagement physique et psychique important, « sans retenue41 ». Ces activités renouvellent l’esprit de l’alpinisme. Elles sont ancrées dans la modernité. Mais elles sont encore éloignées des logiques compétitives. En héritiers du style de vie des sportsmen anglais, ses adeptes cultivent l’image d’un « sport à part42 » ayant pour finalité de procurer un « état émotionnel agréable43 ». Cette forme de passe-temps, caractéristique des manières d’être des représentants de la classe des loisirs, est l’expression d’un positionnement intermédiaire entre le pôle des pratiques mondaines, celui des pratiques savantes et celui des sports compétitifs.

31À côté de ces quatre premières familles de pratique se développent des sports traditionnellement prisés de l’aristocratie comme la chasse, l’équitation ou le yachting. Ces activités disparaissent néanmoins rapidement des thématiques sportives les plus abordées, dépassées dans les années 1890 par les activités prisées des élites bourgeoises. Il en va néanmoins différemment du turf : son succès traduit l’intérêt montant pour le spectacle sportif, l’ancrage dans la culture du pari et le prolongement de la tradition équestre aristocratique.

32Au final, si les pratiques de sportsmen issues de la tradition anglaise semblent prédominer dès les années 1880 au sein de la Straßburger Post, il convient néanmoins d’en envisager les porosités idéologiques avec le Turnen ; la problématique nationaliste servant ici de matrice commune. L’excursion et l’éducation physique en sont des exemples paradigmatiques.

  • 44 G. L. Mosse, op. cit., 1980, p. 65.

33D’un côté, le mouvement excursionniste s’inscrit dans la tradition des excursions patriotiques développée par le Turnen depuis le XIXe siècle ou, plus tard, par les Wandervögel et le Mouvement de réforme de la vie (Lebensreformbewegung). Ces sorties à travers la campagne allemande permettent de célébrer, par le biais d’une rhétorique vitaliste et anti-intellectualiste, la beauté éternelle du paysage allemand et l’âme de la nation. Elles consacrent en même temps la recherche d’une purification par l’action bienfaisante de la nature (air frais, chaleur du soleil) et la rencontre avec des formes de vie considérées comme authentiques, primitives44.

  • 45 Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR). 65. AL.38. Straßburger Post.
  • 46 Straßburger Post, 26 janvier 1883, 30 janvier 1893.
  • 47 Straßburger Post, 28 juin 1913.
  • 48 Straßburger Post, 24 mars 1893.
  • 49 ACUS. 2.MW.301. Ein obligatorischer Spielnachmittag an den deutschen Schulen. Herausgegeben vom ZFV (...)

34D’un autre côté, le développement de l’éducation physique, troisième thématique la plus évoquée dans la Straßburger Post entre 1883 et 1893, est soutenu par le Parti national-libéral (National-Liberal Partei), dont la Straßburger Post est l’organe officieux45. Les cercles nationaux-libéraux pérennisent en effet un modèle d’exercices corporels adaptés aux spécificités de la jeunesse allemande – le Spielbewegung (« mouvement pour les jeux ») ni sport ni Turnen, mais situé dans un « entre-deux » (in der Mitte). Pour en favoriser la diffusion, ils soutiennent la création en 1891 du Comité central pour le développement des jeux du peuple et de la jeunesse (Zentralausschuss zur Förderung der Volks-und Jugenspiele – ZFVJ), dont Emil von Schensckendorff, membre du comité directeur du Parti national-libéral, prend la tête. Le Spielbewegung s’appuie à la fois sur des références pédagogiques allemandes (Schiller, Guths-Muths) et sur certains principes éducatifs propres aux public-schools anglaises, connus des responsables du ZFVJ du fait de leurs voyages outre-Manche. Il élimine en même temps les préceptes qu’il juge ne pas correspondre à sa philosophie : la rigidité du cadre d’exercice du Turnen (qui génère ennui et démotivation chez les jeunes) et l’internationalisme sportif. La synthèse des conceptions gymniques et sportives permet ainsi de conjuguer les aspirations nationalistes (contre le socialisme) et la transmission des valeurs bourgeoises comme l’autonomie, l’autodiscipline ou le civisme46. Le ZFVJ, dont le président de la section alsacienne est nommé par le Statthalter (gouverneur d’Alsace-Lorraine)47, bénéficie du soutien des mouvements pangermanistes et des autorités publiques (nationales, provinciales et locales), qui voient dans le Spielbewegung le moyen de promouvoir des jeux sportifs « typiquement » allemands. Il organise des après-midi consacrés aux jeux sportifs pour la jeunesse (Spielnachmittag), dont la Straßburger Post rend compte48. Dans ce cadre, il encourage la promulgation d’exercices corporels de « plein air » (Leibesübungen in freier Luft) se déroulant en marge des terrains de jeux citadins (natation, canotage). En hiver, ses responsables jugent favorablement la pratique des « jeux de guerre » (Kriegspiele), de la luge, du patinage et du ski49.

Tableau 4. – Répartition des thématiques sportives.

1903-1914 : la conquête des thématiques sportives

  • 50 ABR. 87.AL.3914. Dominicus Alexander.

35La décennie précédant la Première Guerre mondiale constitue un moment charnière puisque la Straßburger Post va consacrer la prédominance du sport dans ses colonnes. Le Turnen et l’éducation physique disparaissent des dix thématiques les plus référencées, ne représentant plus respectivement que 1,3 % (quinzième rang) et 1,8 % (douzième rang) des articles consacrés aux activités physiques. Le modèle corporel initié par Jahn ne semble plus répondre aux attentes du lectorat. Alexander Dominicus, haut fonctionnaire (il est adjoint au Maire de Strasbourg) impliqué dans les milieux sportifs et gymniques50, critique ainsi de façon symptomatique l’accueil réservé par les Turner au football :

  • 51 Archives de la Bibliothèque Nationale et universitaire de Strasbourg. M. 11.460. A. Dominicus, « Ge (...)

« Le combat mené à l’égard des sports anglais par les milieux de la gymnastique allemande est injustifié. Quand un jeu, comme le football, connaît un tel développement dans le monde, c’est une preuve de sa valeur. De fait nous devrions nous efforcer de nous rapprocher des nouveaux clubs sportifs universitaires qui sont en train de se développer et d’instituer le football dans le spectre des activités de la société. Si nous voulons à l’avenir gagner la sympathie des milieux étudiants et, plus largement, jouer un rôle dans la vie nationale, alors nous devons comprendre que le développement de la gymnastique ne suffit pas, et qu’il faut plutôt accueillir avec joie et chercher à développer des exercices comme l’escrime, l’aviron ou d’autres sports, qui ont des effets sur la virilité, le courage et la force51. »

  • 52 Ch. Eisenberg, “The middle-class and competition: some considérations of the begginings of modern s (...)

36Cette perte de vitesse du Turnen correspond, on le voit, à son repli identitaire et à son incapacité à prendre en compte l’attrait pour un nouveau modèle de pratique attractif (compétitif) constitué hors des frontières du Reich. Pour autant, ce dernier suscite encore la méfiance. D’une part parce que de nombreux intellectuels pensent que l’esprit et le génie germaniques, incarnés dans le concept de Kultur, ne sont pas conciliables avec la recherche d’exploits et de performances déployée par les sportifs. D’autre part parce que l’anglophobie reste très prégnante parmi les élites allemandes52. Dès lors, un certain nombre de voix s’élèvent, notamment dans la Straßburger Post, pour défendre l’idée d’un modèle corporel spécifiquement allemand puisant ce qu’il y a de meilleur dans le sport et dans le Turnen. C’est en ce sens que le journal publie dès le début des années 1900 une série d’articles faisant l’éloge du « sport allemand ». L’un d’eux (Turnen und Rudersport, soit « gymnastique et aviron »), rédigé par le Dr. Wendte, membre d’une société d’aviron de la région du Hanovre, loue l’état d’esprit qui anime ses partisans :

  • 53 Straßburger Post, 1er décembre 1900.

« Nous pensons […] que toutes les tentatives visant à rendre plus fort notre peuple et à développer un corps et un esprit sains sont dans l’intérêt du peuple53. »

37Aux critiques formulées par les adeptes du Turnen à l’égard du sport (internationalisme, hiérarchisation des participants flattant l’orgueil et la vanité, spécialisation), l’auteur répond qu’une pratique « bien encadrée » n’est guère influencée par les décisions internationales. Il ajoute que la confrontation sportive est un « moyen d’éducation approprié » car elle « endurcit le corps et le caractère » :

  • 54 Ibid.

« La compétition pousse l’individu à mobiliser toute son énergie pour ravir la victoire à l’adversaire… Le combat est le père de tout progrès et la garantie de former une jeunesse en bonne santé54. »

  • 55 M. Krüger, Einführung in die Geschichte der Leibererziehung und des Sports, Teil 2, Leibeserziehung (...)
  • 56 Straßburger Post, 6 mars 1900.

38Cette synthèse originale entre les conceptions anglaise et allemande se banalise en Allemagne sous le terme de Leibesübung – littéralement : « culture physique ». Loin de formaliser un contenu strict d’activités, celui-ci prétend plutôt définir une posture de pratique : contribuer à l’épanouissement physique et spirituel des populations germaniques. Ainsi, l’origine et la nature des exercices importent moins que leurs effets sur l’individu. Partant, certaines valeurs véhiculées par le sport (travail en équipe, effort, ténacité, compétition) autorisent son assimilation aux Leibesübungen55. La pratique compétitive acquiert donc, au prix d’un certain « lissage culturel », une légitimité idéologique qu’elle n’avait pas sous ses traits spécifiquement anglais. C’est le cas du football, qui procède à une germanisation de son vocabulaire : Eckball pour corner, Halbzeit pour halftime, Tor pour goal56.

  • 57 Straßburger Post, 21 février 1905.
  • 58 Par exemple, les premiers statuts du Lawn-Tennis Club Platz Lenôtre zu Straßburg i définissent une (...)
  • 59 E. Dunning, K. Sheard, op. cit., 1989, p. 100.

39Cet élan en faveur des pratiques compétitives alliant préceptes germaniques et anglais se formalise de deux manières au sein de la Straßburger Post. D’un côté, les articles sur les sports athlétiques progressent fortement, au point que le football devient la cinquième thématique la plus abordée en 1913. D’un autre côté, les formes de narration sur certaines pratiques implantées en Alsace depuis les années 1890 évoluent. Ainsi les articles sur le cyclisme et le tennis délaissent peu à peu les dimensions ludique, roborative et distinctive au profit d’une mise en exergue des résultats compétitifs, que l’on se rapporte aux courses cyclistes sur piste au vélodrome de Strasbourg ou aux Internationaux de tennis de Strasbourg. De même, alors que les premiers comptes-rendus des concours de ski insistent sur les péripéties des courses, les émotions partagées par les pratiquants et les spectateurs présents (« rires », « joie », « ambiance de fête57 »), les articles s’attachent désormais à valoriser les performances et les résultats à l’issue de chaque compétition. Aux « rivalités amicales » des sportsmen (Wettspiele), symptomatiques d’une vision élitiste de la confrontation sportive comme moment de sociabilité (Geselligkeit)58 où prédomine la « dimension de “lutte pour rire” », se substitue donc la description de « combats “réels” et “sérieux”59 ».

40Le référent compétitif gagne donc en légitimité. Au demeurant, il ne s’impose pas. Il représente seulement 31 % des informations recensées en 1913. Pourquoi ? Notamment parce que la tradition excursionniste perdure. Les informations consacrées à la randonnée pédestre restent en effet prédominantes avec près d’un tiers des thématiques abordées. Cette situation doit beaucoup au développement de l’économie touristique dans la région au tournant des années 1900 et au dynamisme croissant du Vogesenklub. Les effectifs de ce dernier augmentent de manière conséquente avec plus de 8 000 membres en 1914 alors que les années 1890-1900 avaient constitué une période de stagnation. Le club fait désormais partie du paysage local. De nombreux notables alsaciens reconnaissent son rôle dans l’aménagement des Vosges, la valorisation de la culture régionale et le développement du tourisme, et ils en rejoignent progressivement les rangs après l’avoir rejeté avec force. Prenant acte de cet essor, à partir de 1913 la Straßburger Post consacre chaque semaine une page entière aux activités excursionnistes et touristiques dans les Vosges (« Mitteilungen aus den Vogesen »). La tonalité des articles, aux accents culturels, patrimoniaux, mais aussi sportifs, de même que la présence de comptes-rendus sur les activités des sections du Vogesenklub soulignent à la fois son influence et un trait culturel fort de la Straßburger Post.

41Par ailleurs, l’attrait persistant pour le turf (16 % de l’information sportive en 1913) atteste de l’attachement du lectorat de la Straßburger Post à la culture mondaine sportive. Les articles concernent toujours autant les champs de courses allemands que français.

  • 60 Voir par exemple : Straßburger Post, 28 février, 26 mars et 25 juin 1913.
  • 61 Straßburger Post, 24 septembre 1913.
  • 62 George Lachmann Mosse insiste sur le fait que les enfants de la bourgeoisie allemande étaient sans (...)

42Enfin, la mise en avant des exploits des aviateurs européens (troisième thématique sportive en 1913) dans les meetings (lors desquels sont continuellement battus des records de vitesse ou de durée60) ou à l’occasion de tentatives solitaires (traversée de la Méditerranée par Roland Garros, traversée de la mer du Nord, survols des Alpes61), de même que la médiatisation des grands prix automobiles comme ceux de France ou de Belgique (même si les sports automobiles ne représentent que 1,7 % de l’information sportive en 1913), montrent l’intérêt persistant des lecteurs de la Straßburger Post pour la figure du bourgeois aventurier, héros moderne incarnant à travers les sports motorisés le courage, l’audace, le mépris du danger, autant de caractéristiques symbolisant sa virilité (Männlichkeit)62 et traduisant la puissance industrielle d’un pays, d’une région.

Place de la publicité sportive

43La surface publicitaire, tous thèmes confondus, couvre un cinquième du Straßburger Post en 1883. Elle croît très rapidement puisqu’elle occupe dix ans plus tard près d’un tiers du colonnage, ce qui semble constituer un seuil, ce chiffre n’augmentant ensuite dans de faibles proportions. Présente dès les premiers années d’existence du journal, la publicité sportive ne suit pas pour autant le même rythme de développement, pas plus d’ailleurs qu’elle ne cale son évolution sur celle de l’information sportive (tableau 5).

44La Straßburger Post, par sa ligne éditoriale, vise clairement un public élitiste aspirant à un éclairage économique et politique sur la situation du Reichsland. La présentation du journal, caractérisée par sa grande sobriété, avec l’absence d’illustrations et de grands titres notamment, tranche avec celle des grands journaux généralistes alsaciens comme les Straßburger Neueste Nachrichten. Cette nuance stylistique, caractéristique d’une démarche distinctive (la sélection et le traitement sérieux de l’information comme gage de qualité), pour un lectorat cultivé, trouve des continuités au niveau publicitaire. La Straßburger Post privilégie en effet les publicités pour les produits de grandes marques et les commerces accessibles à un public fortuné, à l’inverse des Neueste Nachrichten, davantage centrées sur les petites annonces et la publicité pour les petits commerces locaux. En 1883, les négoces vendant des produits sportifs sont réduits à portion congrue puisque l’offre sportive reste faible. Aussi la place de la publicité sportive dans la Straßburger Post demeure-t-elle anecdotique : 0,3 % de la surface publicitaire et 5,2 % du colonnage total consacré au sport. Elle se concentre principalement sur l’annonce de manifestations de turf et, dans une moindre mesure, sur la vente de cycles et la promotion de quelques hôtels pour touristes.

  • 63 Straßburger Post, 25 mars 1913.
  • 64 P. Freyburger, Mulhouse : le sport au cœur, Mulhouse, 1988, p. 31.

45La situation évolue néanmoins rapidement. En 1893, la publicité sportive connaît une croissance importante : 1,5 % de la surface publicitaire et surtout 34 % du colonnage total consacré au sport. Elle est principalement favorisée par l’essor du cyclisme. Cette pratique concentre en effet plus de 70 % des thématiques publicitaires avec, pour l’essentiel, des annonces de vendeurs de vélos. L’utilisation de la « petite reine » se développe alors dans les milieux bourgeois qui y voient un moyen de partir librement à la découverte du territoire. Le vélo est alors le symbole de l’ère industrielle, face à la civilisation aristocratique et rurale du cheval. Il libère l’homme des contraintes de l’espace. Il démultiplie son énergie. Dans ce cadre, des guides sont édités et des encarts publicitaires sont achetés par les associations pour exposer les parcours qu’elles comptent effectuer63. Progressivement, le vélo se démocratise en Alsace et devient un bien de consommation standardisé, à tel point que la municipalité de Mulhouse est obligée en 1892 de réglementer son utilisation sur la voie publique64.

  • 65 De fait, l’équipementier Continental publie régulièrement des encarts publicitaires dans la Straßbu (...)

46Le mouvement enclenché dans les années 1890 se poursuit au début de la décennie suivante : le cyclisme continue d’exercer son hégémonie, aidé par des inventions comme le pneumatique65. Ceci étant, la surface réservée à la publicité sportive diminue à partir de cette date (0,7 % de la surface publicitaire et 20 % du colonnage consacré au sport) et si elle augmente à nouveau en 1913, elle le doit principalement au fait que les stations touristiques de montagne (alsaciennes, allemandes, suisses) achètent des pages entières de publicité. Le début des années 1910 correspond, il est vrai, à l’essor des revues spécialisées nommées plus haut qui attirent une grande partie des annonceurs.

47Au final, à l’heure où l’information opère un progressif glissement vers la thématique sportive et compétitive, la Straßburger Post consacre la prédominance des pratiques de loisirs dans ses pages publicitaires.

1883

1893

1903

1913

Surface pubs/Surface totale (%)

19,9

29,5

34,6

33,0

Surface pubs sport/Surface totale sport

5,3

34,1

20,5

25,9

(articles + pubs) (%)

Surface pubs sport/Surface totale (%)

0,1

0,4

0,3

1,5

Surface pubs sport/Surface totale pubs

0,3

1,5

0,7

4,6

Répartition des thématiques publicitaires (%)

turf
51,1

cyclisme
70,5

cyclisme
48,6

tourisme
79,0

cyclisme
29,8

gymnastique 7,1

tourisme
18,9

automobile 8,1

chasse
10,7

turf
3,3

équitation 9,5

ski
3,1

excursion
8,4

patinage
3,0

turf
5,7

Sur 8
thèmes

Sur 8
thèmes

Sur 8
thèmes

Tableau 5. – Publicité et information sportive publicitaire.

Conclusion

48L’information sportive en Alsace, parce qu’elle émerge au temps du Reichsland, suit un itinéraire complexe dont rend compte la ligne éditoriale de la Straßburger Post. Le journal doit en effet composer avec deux phénomènes importants. D’une part, le processus de germanisation des populations alsaciennes, qui ne saurait, dans la philosophie du mouvement libéral, s’opérer par la force mais plutôt sous la forme d’une acculturation douce : les pratiques physiques sont alors considérées comme un instrument au service de cette politique. D’autre part, la confrontation de deux traditions corporelles, l’une germanique (le Turnen), l’autre anglaise (les sports, eux-mêmes différenciés en pratiques de sportsmen et de sportifs).

  • 66 Straßburger Post, 30 juillet 1913.

49Face à cette double problématique, la Straßburger Post adopte une position intermédiaire, la même que celle du mouvement national-libéral tout au long de l’annexion : elle médiatise les pratiques sportives tout en maintenant son intérêt pour le Turnen. Le modèle sportif compétitif tarde d’ailleurs à s’imposer. Il faut en effet attendre les années 1910 pour que les sports athlétiques – notamment le football – gagnent en légitimité alors que certains d’entre eux sont implantés en Alsace depuis les années 1890. De même, on ne recense qu’un seul article évoquant le mouvement sportif olympique au cours de cette période66. Ainsi, ce sont bien les pratiques de sportsmen qui constituent l’ossature des thématiques sportives de la Straßburger Post jusqu’en 1913, même si une inflexion se produit à la veille de la Première Guerre mondiale. Celle-ci annonce la véritable bascule vers une information proprement sportive. Mais elle n’interviendra que dans l’entre-deux-guerres.

Notes

1 A. Wahl, J.-Cl. Richez, L’Alsace entre France et Allemagne. 1850-1950, Paris, Hachette, 1994, p. 320.

2 P. Smith, « à la recherche d’une identité nationale en Alsace (1870-1918) », Vingtième siècle, no 50, 1996, p. 23-24.

3 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 320.

4 F. Roth, « Le Reichsland l’Alsace-Lorraine, 1890-1914 », in J.-P. Cahn, B. Poloni, G. Schneilin (dir.), Le Reich allemand du départ de Bismarck à la Première Guerre mondiale, Nantes, Éditions du Temps, 2003, p. 97.

5 R. W et F. R., « Presse », in Encyclopédie de l’Alsace, vol. 10, p. 6152. Du reste, cette population autochtone, qui côtoie au quotidien les élites allemandes dans la capitale du Reichsland, a une propension plus grande à intégrer des clubs sportifs allemands que ses homologues des villes de Colmar et de Mulhouse. Cf. S. Stumpp, Le Ski associatif en Alsace au temps du Reichsland (1896-1914). Tensions nationales, oppositions sociales, jeux institutionnels, Thèse de doctorat en sociologie, université de Strasbourg, 2007, p. 306.

6 B. Vogler, Histoire politique de l’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1995, p. 182.

7 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 323.

8 Le courant protestataire, né de la « Protestation de Bordeaux » en 1871, s’oppose fermement à l’annexion allemande et revendique l’appartenance de l’Alsace à la France.

9 « Le paragraphe de la dictature », in Ph. Dollinger (dir.), Documents de l’histoire de l’Alsace, Toulouse, Privat, 1972, p. 428-430.

10 Les autorités allemandes utilisent à leur profit la législation française de 1834 permettant aux préfets de mettre fin, sans invoquer de raisons particulières, aux activités d’associations de plus de 20 personnes. Cf. F. Igersheim, L’Alsace des notables (1870-1914). La bourgeoisie et le peuple alsacien, Strasbourg, BF éditions, 1981, p. 64.

11 J. Beauchez, W. Gasparini, « Les clubs sportifs strasbourgeois sous l’Annexion allemande. Affinités nationales, enjeux politiques et oppositions sociales (1879-1914) », Stadion, vol. XXVII, no 1, 2001, p. 104 ; W. Charpier, La Société des Gymnastes Alsaciens et ses transformations (1860-1996), thèse de doctorat, Strasbourg, université des Sciences Humaines, 1997.

12 Ministère de la Guerre (État major général), Organisation politique et administrative et législation de l’Alsace-Lorraine. T. 1 : Organisation politique et administrative, Paris, Imprimerie nationale, 1918, p. 84-93.

13 J.-M. Mayeur, Autonomie et politique en Alsace. La Constitution de 1911, Paris, Armand Colin, 1970, p. 16.

14 P. Smith, op. cit., 1996, p. 28.

15 A. Wahl, J.-Cl. Richez, op. cit., 1994, p. 163.

16 J. Beauchez, W. Gasparini, op. cit., 2001, p. 107.

17 Voir à ce propos : Straßburger Post, 26 janvier 1903, 1er mars 1904 et 25 juin 1913.

18 Cette presse profite notamment de l’extension au Reichsland, en août 1898, de la loi d’Empire sur la presse (1874). Elle donne aux journaux une plus grande liberté d’expression et permet l’introduction de publications non allemandes en Alsace. La presse régionale connaît alors un développement sans précédent. Cf. F. Igersheim, « Le régime de la presse alsacienne dans le pays d’Empire d’Alsace-Lorraine. 1870-1914 », in H. Châtelier, M. Mombert (dir.), La Presse en Alsace au XXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002, p. 61-64.

19 Ce qui atteste du niveau de perméabilité entre les deux modalités d’activité ou du sens que l’on donne à l’époque à l’aéronautique.

20 N. Elias, E. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 [1986].

21 V. Papin, Un siècle de chemin de fer en Alsace-Lorraine. 1839-1938, Levallois-Perret, Picador, 1980.

22 Straßburger Post, 26 mars, 26 avril, 30 juin et 25 août 1913.

23 J.-Cl. Richez, « Aux origines du mouvement gymnique dans la France de l’est : culture du corps et culture politique », in A. Wahl (dir.), Des jeux et des sports, Actes du colloque de Metz des 26-28 septembre 1985, Metz, 1986, Centre de recherche Histoire et civilisation, p. 65-81.

24 Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Colmar, 1860, p. 6 ; Annales de l’Association philomathique Vogéso-Rhénane, 1863-1868, p. 3.

25 Archives de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M. 119.140. Statuts de l’Académie du Dimanche, 15 avril 1857.

26 G. L. Mosse, « La nationalisation des masses. Gymnastique, tir et constitution du sentiment national en Allemagne », Recherches, no 43, 1980, p. 67.

27 M. Krüger, “Body culture and nation building: the history of gymnastics in Germany in the period of its fondation as a nation-state”, The International journal of the history of sport, vol. 13, no 3, 1996, p. 412.

28 E. Dreidemy, J. Saint-Martin et J.-P. Dreidemy, « Le Turnen annexé et la germanisation de l’Alsace-Lorraine » (1870-1890) », Stadion, vol. XXXII, no 2, 2006, p. 37-56.

29 Il s’agit d’un club de Turnen installé à Strasbourg.

30 Ch. Eisenberg, English sports und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte (1800-1939), Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1999, p. 263.

31 J. Kocka, « Modèle européen et cas allemand », in J. Kocka (dir.), Les Bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1996 [1988, 1993], p. 12.

32 R. Naul, L. Jonischeit, U. Wick, Turnen, Spiel und Sport in Schule und Verein. Jugendsport zwischen 1870 und 1932, Aachen, Meyer & Meyer, 2000, p. 69.

33 M. Krüger, op. cit., 1996, p. 415.

34 Ibid., p. 413.

35 G. Pfister, « Les athlètes comme gérants du sport, spectateurs et arbitres. Le processus de “sportivisation” au tournant du siècle », in J.-M. Delaplace (dir.), L’Histoire du sport, l’histoire des sportifs. Le sportif, l’entraîneur, le dirigeant (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 317-320.

36 Les influences romantiques et protestantes ont joué un rôle important, vantant les bienfaits des escapades dans la nature. Cf. J.-Cl. Richez, « Les Vosges comme espace de loisir au XIXe siècle », in A. Rauch (dir.), Sports et loisirs en Alsace au XXe siècle, Paris, CREEC/Revue EPS, 1994, p. 90-102.

37 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales. Europe, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999, p. 248.

38 Ibid.

39 G.-L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999 [1990], p. 65-82.

40 Straßburger Post, 10 février 1900.

41 Straßburger Post, 16 janvier 1899 et 14 mars 1903.

42 O. Hoibian, Les Alpinistes en France. 1870-1950. Une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 109.

43 E. Dunning, K. Sheard, « La séparation des deux rugbys », Actes de la recherche en sciences sociales, no 79, 1989, p. 100.

44 G. L. Mosse, op. cit., 1980, p. 65.

45 Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR). 65. AL.38. Straßburger Post.

46 Straßburger Post, 26 janvier 1883, 30 janvier 1893.

47 Straßburger Post, 28 juin 1913.

48 Straßburger Post, 24 mars 1893.

49 ACUS. 2.MW.301. Ein obligatorischer Spielnachmittag an den deutschen Schulen. Herausgegeben vom ZFVJ, Görlitz, Görlitzer Nachrichten und Anzeiger, 1904, p. 12 ; ACUS. 2.MW.301. H. Raydt, Spielnachmittage, Berlin-Leipzig, B. Teubner, 1905, p. 65-66.

50 ABR. 87.AL.3914. Dominicus Alexander.

51 Archives de la Bibliothèque Nationale et universitaire de Strasbourg. M. 11.460. A. Dominicus, « Geschichte des ATV Burgund in den ersten 10 Jahren seines Bestehens », in Festschrift dem ATV Burgund zu Straßburg i. E. Zum 10. Stiftungsfest gewidmer von seinen Alten Herren (1894-1904), Straßburg, Dumont-Schauberg, 1904, p. 11.

52 Ch. Eisenberg, “The middle-class and competition: some considérations of the begginings of modern sport in England and Germany”, The international journal of the history of sport, vol. 7, no 2, 1990, p. 266.

53 Straßburger Post, 1er décembre 1900.

54 Ibid.

55 M. Krüger, Einführung in die Geschichte der Leibererziehung und des Sports, Teil 2, Leibeserziehung im 19. Jahrhundert. Turnen für Vaterland, Schorndorf, 1993.

56 Straßburger Post, 6 mars 1900.

57 Straßburger Post, 21 février 1905.

58 Par exemple, les premiers statuts du Lawn-Tennis Club Platz Lenôtre zu Straßburg i définissent une orientation clairement récréative et mondaine : « Le club se donne pour mission […] de développer la pratique du Lawn-Tennis et d’être un lieu de rencontre et de sociabilité pendant le temps de pratique. » Cf. ADBR, 107. D. 338. Satzungen des Lawn-Tennis Clubs Platz Lenôtre. § 1, 1895.

59 E. Dunning, K. Sheard, op. cit., 1989, p. 100.

60 Voir par exemple : Straßburger Post, 28 février, 26 mars et 25 juin 1913.

61 Straßburger Post, 24 septembre 1913.

62 George Lachmann Mosse insiste sur le fait que les enfants de la bourgeoisie allemande étaient sans cesse engagés à « être des hommes », à mettre en avant leur autorité masculine. Cf. G. L. Mosse, L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 [1996], p. 74.

63 Straßburger Post, 25 mars 1913.

64 P. Freyburger, Mulhouse : le sport au cœur, Mulhouse, 1988, p. 31.

65 De fait, l’équipementier Continental publie régulièrement des encarts publicitaires dans la Straßburger Post à partir de 1903.

66 Straßburger Post, 30 juillet 1913.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search