Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

Jeux et sports dans le Courrier du Pas-de-Calais(1833-1923)

Olivier Chovaux

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Attali (dir.), Sports et médias du XIXe siècle à nos jours, Biarritz, Atlantica, 2000, p. 13 (...)
  • 2 Ph. Tétart, « De la balle à la plume. La première médiatisation des passions sportives (1854-1939)  (...)
  • 3 D. Kalifa, Ph. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire cu (...)
  • 4 Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, (...)
  • 5 Cf. Ph. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province (1845-1914), op. cit., p. 23-95.
  • 6 Sur ces questions : J.-P. Visse, « La presse sportive et le développement du sport dans le Nord-Pas (...)

1Si elle comporte encore de véritables « zones d’ombre », l’histoire des liens entre médias(s) et sport(s) est aujourd’hui éclairée d’un jour nouveau. De récents travaux ont montré combien cette « relation d’intérêts réciproques1 » était quasi matricielle. La presse nationale et régionale participe effet à la « médiatisation des passions sportives2 » dès le dernier tiers du XIXe siècle, au départ de son Âge d’Or, lorsque les progrès de l’instruction et l’accessibilité de la presse, particulièrement de la presse à un sou, consacrent en France « la civilisation du journal3 ». Reste qu’en dépit de travaux pionniers4, la part consacrée par la presse quotidienne régionale aux pratiques et aux spectacles sportifs alors émergeants demeure mal connue. Le département du Pas-de-Calais ne fait pas figure d’exception. Dans les pages qui suivent, nous nous proposons donc d’observer, en étudiant le plus ancien titre du département appartenant à la presse généraliste, le Courrier du Pas-de-Calais, cette lente imprégnation du fait sportif des années 1830 au seuil de l’entre-deux-guerres, période au cours de laquelle la presse sportive spécialisée et l’information sportive connaissent leur take-off5. La position géographique singulière du Septentrion pèse évidemment sur la lecture de cette histoire puisque le souvenir de la guerre de 1870 s’y conjugue à la proximité d’une Angleterre victorienne berceau des sports modernes, donnant alors aux premiers titres spécialisés et à la prose sportive des journaux généralistes une coloration militaro-patriotique ou mondaine, avant que la démocratisation de la vélocipédie ne provoque une multiplication des titres dédiés à la petite reine6.

2Fondé en 1830 par Louis Auguste Thierry (déjà propriétaire de la Feuille hebdomadaire du département du Pas-de-Calais) sur la base d’un périodique d’annonces judiciaires, commerciales et administratives créé en 1803, Le Courrier du Pas-de-Calais affiche dès sa parution ses intentions. Témoins ces lignes publiées dans son numéro un :

  • 7 Cité par J.-P. Visse, La Presse arrageoise (1788-1940). Catalogue commenté des périodiques de l’arr (...)

« Aujourd’hui que la presse est plus libre que jamais, que le peuple français invoque une publicité favorable à ses institutions comme à ses intérêts commerciaux, aujourd’hui que chaque citoyen veut observer et juger des évènements dont la France et l’Europe sont le théâtre, nous avons cru devoir, suivant les progrès du siècle, adopter un titre plus expressif et qui indique mieux les améliorations successives que ce journal a déjà reçues et qu’il recevra encore sous notre direction7. »

  • 8 Ibid.

3Si sa vocation première consiste dans la diffusion d’annonces et de réclames, le journal se dote bientôt d’une série de rubriques régulières et récurrentes sur « les nouvelles du royaume et de l’extérieur, les actes du gouvernement, les arrêts judiciaires, les questions d’ordre social, économique publique […] tout ce qui se rattache au commerce et à l’agriculture8 », avant de se tourner rapidement vers le traitement de l’actualité politique, nationale ou locale. Épousant les changements de régimes successifs (d’autant que les rédacteurs en chef sont généralement nommés par le gouvernement), le Courrier du Pas-de-Calais affichera tour à tour des sympathies orléanistes, bonapartistes, légitimistes et libérales avant de se rallier à la cause républicaine au lendemain de la Grande Guerre. Jusqu’à la loi sur la liberté de la presse de 1881, cette attitude, digne d’un journal gouvernemental, vaudra à ses propriétaires successifs la bienveillance des préfets qui se succèdent à la tête du département.

  • 9 Cf. J.-P. Visse, La Presse du Nord et du Pas-de-Calais au temps de l’Écho du Nord (1819/1944), Lill (...)
  • 10 Support d’autant plus privilégié que ce titre est intégralement conservé aux Archives départemental (...)
  • 11 Cf. O. Chovaux (dir.), « Pratiques et spectacle sportifs au Nord de la France (XIXe-XXe siècles) »,(...)
  • 12 P. Albert, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIXe siècle (...)

4En dépit de son titre, Le Courrier du Pas-de-Calais restera longtemps polarisé sur l’actualité de l’Arrageois. En témoigne un faisceau d’informations dont l’épicentre demeure Arras, la préfecture du Pas-de-Calais9. La concurrence des journaux parisiens et le foisonnement des titres régionaux, notamment lillois, expliquent cette ligne éditoriale. S’il offre un lieu d’observation privilégié10 de l’émergence du fait sportif dans le département, c’est donc paradoxalement parce qu’il ne semble souffrir d’aucune prédisposition en la matière, au moment où, comme nous avons pu le montrer par ailleurs, le paysage des pratiques corporelles septentrionales se diversifie et affiche une coloration gymnique et sportive de plus en plus prononcée11. Mais cette observation se justifie aussi à cause du statut du journal : s’il tire moins de 1 000 exemplaires en 1850, à partir des années 1860 il s’installe solidement parmi les journaux influents du Pas-de-Calais, ses 2 500 exemplaires de 1862 dominant largement les tirages de L’Impartial (500), du Mémorial Artésien (800) ou du Journal de Calais (400)12.

Jeux traditionnels et gymnastiques (1833-1873)

  • 13 P. Clastres, P. Dietschy, Sport, société et culture en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Ha (...)

5Un détour par la période qui précède le cadre chronologique retenu pour les études réunies dans ce volume n’est pas inutile. Outre qu’il permet au chercheur de se familiariser avec son matériau et une méthode de travail quantitative pour lui inédite, il offre aussi l’avantage de repérer – ou non – les premières traces des pratiques proprement sportives dont les historiens s’accordent à considérer qu’elles émergent en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, pour ne pas dire dans son dernier tiers13.

6Situons-nous ainsi en 1831. Le Courrier du Pas-de-Calais paraît alors tous les deux jours. Son agencement sur trois colonnes et quatre pages offre d’abord aux lecteurs des informations nationales et locales en une, classées selon leur importance, avec en tête ce qui touche à la diplomatie et aux affaires politiques nationales. Un feuilleton occupe une partie de la une et la deuxième page, laquelle est complétée par des comptes-rendus des séances à la Chambre des Députés. Les affaires à caractère régional et local, principalement arrageoises, sont traitées en page 3. La rédaction y adjoint parfois des extraits empruntés à d’autres titres de la presse quotidienne nationale et régionale, notamment bordelais et lyonnais. Enfin, une partie significative de la dernière page (généralement 1/8e de l’ensemble) se compose d’annonces et de réclames à caractère publicitaire.

  • 14 Sur ce point, A. Lottin (dir.), Deux mille ans du « Nord-Pas-de-Calais ». De la Révolution au XXIe (...)
  • 15 27 avril 1833.
  • 16 28 juin 1833.

7Journal d’opinion centré sur la vie politique, les affaires économiques et les faits-divers locaux, Le Courrier du Pas-de-Calais n’a donc a priori aucune inclination pour les pratiques corporelles et physiques – turf, boxe, bâton, nage… – qu’une partie des élites commencent à désigner sous le vocable de sport. C’est ce que confirme pour partie l’analyse de l’année 1833. D’un strict point de vue quantitatif, à de rares exceptions, les seules pratiques culturelles auxquelles le journal fait écho concernent la vie artistique et littéraire locale14 : représentations données au théâtre d’Arras (janvier 1833), activités des sociétés savantes de l’arrondissement (Société littéraire de Saint Pol sur Ternoise, mars 1833), concerts de la Société philanthropique d’Arras (août 1833), etc. Quant aux activités corporelles stricto sensu, elles sont avant tout mentionnées dans la rubrique des faits-divers. Ainsi est-il fait état d’une « partie de canotage qui tourne mal » sur le canal de Guînes, « le chavirage du bateau entre le pont Saint Pierre et le mont de Coulogne entrainant la mort de l’un des jeunes gens, âgé de 18 ans15 » ou de la noyade d’un jeune touriste anglais près d’Ambleteuse16. La logique fait-diversière l’emporte ici sur toute considération sportive. Seules les fêtes annuelles d’Arras et de Douai organisées à l’été 1833 justifient quelques lignes d’annonce sur les jeux traditionnels et les concours d’adresse à la mode.

  • 17 25 juin 1833.
  • 18 31 août 1833.

« Bals, fête communale de Douai : dimanche 7 juillet : tir à l’oiseau, jeu d’arc au berceau, tir à la cible horizontale, jeu de balle, jeu d’oie, cible chinoise, course à pied, mat de cocagne, jeu du seau, jeux sur l’eau, exercices de natation, chasses aux canards. Tous les jours de la fête, qui se terminera un jeudi, il y aura des représentations d’exercices gymnastiques sur la place du Barlet17. »
« Fêtes d’Arras : jeu de paume, cible chinoise, cible horizontale au fusil, joute, courses de bague à cheval, joutes sur l’eau, courses dans les sacs… Tous les jeux qui paraissent avoir cette année de nouveaux attraits18. »

  • 19 Cf. G. Vigarello, Du jeu ancien au show sportif. Naissance d’un mythe, Paris, Le Seuil, 2002 ; A. L (...)

8On connaît l’antériorité et la popularité de ces usages dans les provinces du Nord. Du Moyen-âge à l’époque moderne, ils occupent une large place dans l’univers des sociétés rurales et urbaines et constituent à ce titre des espaces de sociabilité masculine privilégiés19. On ne saurait donc être surpris de leur mention qui renvoie à l’univers festif du loisir, du jeu, de l’adresse et pas à une représentation sportive au sens où on commence à l’entendre alors.

  • 20 Cf. O. Chovaux, « Essor et enracinement des loisirs balnéaires à Boulogne-sur-Mer dans la seconde m (...)

9Un mot enfin sur les huit lignes consacrées au début de la saison des bains dans cette ville semi-anglaise qu’est Boulogne-sur-Mer. L’intensification des liaisons maritimes avec l’Angleterre, l’édification d’un second établissement de bains en 1824 (le premier date de 1785), le développement des infrastructures hôtelières permettent en effet à la cité de rivaliser avec Dieppe, Biarritz ou encore Arcachon20, au point de devenir un haut lieu du tourisme mondain, ce que le Courrier du Pas-de-Calais ne manque pas de souligner.

  • 21 24 août 1833.

« Boulogne-sur-Mer : la saison des bains nous a amené un grand nombre de personnages de distinction. La liste serait longue des noms, biens connus de la France, qui depuis six semaines sont venus s’inscrire sur les livres de l’établissement des bains. Aucune époque depuis que cet établissement, toujours tenu avec le meilleur goût, a donné à notre ville le caractère que la France et l’étranger lui reconnaissent unanimement aujourd’hui… Le duc d’Orléans, dont la venue est certaine, est annoncée pour les premiers jours de septembre21. »

  • 22 Ibid.

10À cette courte mention des bains on doit enfin ajouter, car elles font pleinement partie du Courrier et de sa représentation, les références aux usages du corps présents dans les publicités. En 1833, se fondant sur la base d’un rapport de l’Académie de Médecine pour le traitement des difformités de la taille établi par le Dr. Pravaz, l’une d’elles vante les mérites des appareils orthopédiques qui « présentent la combinaison simultanée de ce que la gymnastique et la mécanique, éclairées par la médecine, ont découvert de plus parfait pour guérir les déviations de la colonne vertébrale22 ». Ce renvoi à la gymnastique médicale, s’il n’appartient pas au domaine informatif, constitue, au final, la seule véritable référence à l’idée d’une pratique physique moderne, sanitaire et ainsi profitable.

11Au total, aux premières heures de l’histoire du Courrier du Pas-de-Calais, les sondages montrent un bihebdomadaire nullement traversé par une fibre sportive.

Le temps des gymnastiques, du « faits-divers sportif » et du localisme

12Le dernier tiers du XIXe siècle marque un premier tournant pour un Courrier jusque-là hermétique aux pratiques corporelles, indépendamment de leur nature. Particulièrement prégnant dans la France du Nord, le contexte militaro-patriotique né du désastre de 1870 n’y est sans doute pas étranger. Il permet l’instillation de petits interstices gymnastiques qui viennent se glisser ça et là entre jeux traditionnels et pratiques sportives mondaines.

1873 ou le silence, toujours…

13Au lendemain de la guerre de 1870, Le Courrier du Pas-de-Calais change de périodicité et de forme.

  • 23 Voir une ode à la « pucelle » publiée dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, t. 34, 1860, p. (...)

14Tout d’abord, sous la houlette de son nouveau directeur et rédacteur en chef, le baron Gustave de Sède de Liéoux, il devient quotidien. Le journal avait déjà marqué ses accointances bonapartistes en publiant la correspondance de Napoléon III lors de son enfermement au fort de Ham en 1840. Il confirme là sa fidélité au Second Empire, le baron s’en étant fait notamment connaître comme un zélateur. On sait qu’il est aussi, dans les années 1870, un polémiste, pourfendeur aussi bien de l’encore fragile régime républicain (à cet admirateur de Jeanne d’Arc et de Saint-Louis23 on reproche notamment son anticléricalisme) que des légitimistes.

15Sur le plan rédactionnel, Le Courrier comprend désormais quatre pages organisées sur cinq colonnes et ses rubriques sont légèrement réorganisées : la première page reste dévolue aux informations à caractère national et aux « Nouvelles politiques » ; les pages intérieures sont consacrées aux « Échos du Pas-de-Calais », aux faits divers ; la dernière page aux réclames et aux cours de la Bourse de Paris.

  • 24 27 janvier 1873.
  • 25 9 août 1873.

16Ces deux réformes et l’entrée en scène de Gustave de Sède ne modifient toutefois pas la part accordée au fait sportif, confiné dans la rubrique des « Faits-divers ». En 1873, les activités culturelles arrageoises (expositions de peinture, concerts et soirées de la Société orphéonique) et les représentations théâtrales font l’objet de longs et réguliers comptes-rendus qui l’emportent largement sur les rares lignes consacrées à la fête des arbalétriers hesdinois à l’occasion de la fête de Saint Sébastien24 ou au concours international de tir aux pigeons de Boulogne-sur-Mer25. D’autres échos soulignent combien les jeux traditionnels, déjà présents en 1833, occupent encore une large place dans les espaces récréatifs communautaires du Septentrion, notamment dans la cité artésienne.

  • 26 On pourra consulter J. Bréhon, Usages du corps et modèles « franceétrangers » dans les sociétés de (...)
  • 27 Sur ce point : J. Bréhon, « Les prémisses de la sportivisation de la gymnastique : l’exemple de l’A (...)

17En revanche, l’essor significatif des sociétés et pratiques gymnastiques, particulièrement notable dans la France du Nord26, n’est pas perceptible. Nulle trace recensée de l’activité des pratiques régimentaires arrageoises, pourtant antérieures27. Seule une démonstration de gymnastique sur la scène du théâtre, en août 1873, semble indiquer que la population locale n’y est pas insensible :

  • 28 Jules Léotard (1838/1870), gymnaste et trapéziste.
  • 29 28 août 1873.

« C’est la première fois que ce vétéran des fêtes parisiennes s’aventure dans nos régions du nord. Mais l’accueil qui lui est fait nous le ramènera tous les ans. Ses expériences de physique amusante, le talent hors ligne du gymnasiarque qui fait sur le trapèze tous les exercices du célèbre Léotard28… sont dignes du public le plus difficile29. »

18Mais cette unique mention des gymnastiques généralement conscriptives ne doit pas masquer – si tant est qu’au seuil des années 1870 on puisse assimiler sport et gymnastique – le fait que Le Courrier du Pas-de-Calais ne consacre de 0,1 % de sa surface informative aux pratiques physiques ou corporelles, surtout aux jeux traditionnels (balle au tamis, arbalète, tir à la cible), autrement dit la même proportion qu’en 1833.

  • 30 Sources : P. Albert, op. cit., 1976, p. 104.

19On ne saurait donc dire que les lecteurs du journal (il tire alors à 2 400 exemplaires/semaine et à 3 600 pour son édition dominicale30) sont sollicités et susceptibles d’être acculturés par sa lecture. Le Courrier du Pas-de-Calais, qui domine alors la concurrence arrageoise et départementale (ses principaux concurrents, L’Ordre, Le Mémorial Artésien, La France du Nord et Le Pas de Calais tirent entre 1 500 et 1 800), ne donne donc guère le « la » en matière sportive.

1883, une mue républicaine ?

  • 31 P. Arnaud, « Sport et modernité : les origines du sport moderne », in P. Arnaud (dir.), Le Sport en (...)
  • 32 G. Vigarello, op. cit., 2002, p. 63-79 ; A. Corbin (dir.) L’Avènement des loisirs (1850-1960), Pari (...)

20Dix ans plus tard Le Courrier du Pas-de-Calais connaît une première mue. Mue et non révolution puisque la rédaction ne consacre encore que 0,5 % de son contenu aux pratiques physiques. La couverture des activités gymnastiques, traditionnelles et sportives augmente cependant de manière sensible, traduisant le lent processus de stratification des pratiques corporelles à partir des années 1880 mis en lumière par Pierre Arnaud31. Ces dernières, qui ne sont pas distinguées des activités culturelles déjà mentionnées (théâtre, sociétés musicales, chorales), s’inscrivent désormais dans une temporalité plus visible et plus marquée. Dans ce mariage des genres, de la saison théâtrale à Arras à celle des bains pour les cités balnéaires de la côte d’Opale, de la saison des courses hippiques aux régates, Le Courrier du Pas-de-Calais préfigure bien l’émergence d’un temps proprement sportif qui, pour suivre Georges Vigarello et Alain Corbin, reste encore inscrit en creux dans celui des loisirs bourgeois et aristocratiques32. En cela il nous renvoie à l’identité de celui qui dirige toujours le journal : le baron de Sède.

21L’analyse du contenu des articulets publiés montre que leur caractère purement factuel cède parfois le pas à des informations plus étoffées. Elles représentent généralement moins d’une dizaine de lignes, mais elles permettent de connaître, comme dans l’édition du 23 janvier 1883, la composition du bureau et du conseil d’administration de la Société d’Émulation Nautique de Boulogne-sur-Mer ou, dans un autre registre, le règlement général des concours de la société Hippique Française, intégralement publié le 25 décembre.

  • 33 28 mai 1883.
  • 34 25 novembre 1883.
  • 35 Voir notamment le 26 juin 1883.

22S’inscrivant dans le mouvement émergent des sociabilités et des organisations sportives, ces informations témoignent, qui de la structuration des sociétés locales (attribution d’une subvention de 1000 francs à la Société de Courses de Boulogne-sur-Mer33), qui de l’essor du tourisme balnéaire (modification du traité d’affermage du Casino permettant la construction d’une rotonde de skating ring pour la saison d’été 1884)34. Elles sont en général complétées par l’annonce de manifestations futures (organisation des régates à Boulogne en août) avec, parfois, le détail de leurs programmes respectifs, à l’image de ce que les rédacteurs du Courrier font déjà pour les sociétés théâtrales. Ainsi la rédaction informe-t-elle ses lecteurs sur les épreuves de trot monté, de trot attelé et de steeple-chase d’Abbeville et de Saint-Omer35.

  • 36 O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1999 ; M. Rebérioux, La République radicale (1899-1 (...)
  • 37 28 juillet 1883.
  • 38 26 juin 1883.
  • 39 Pour ce dernier cas voir le 28 novembre 1883.

23En suivant Olivier Ihl et d’une façon plus large l’historiographie de la fin du XIXe siècle36, on note aussi en 1883 une inflexion renvoyant à la publicisation du programme des fêtes républicaines et des manifestations commémoratives. On sait combien ces dernières participent à l’édification d’une France où la symbolique et les représentations sont déterminantes dans le processus d’adhésion collective au régime républicain et à la nation. Cette inflexion intervient en particulier dans le domaine gymnique, ce dont on ne saurait s’étonner puisqu’il renvoie à l’idéal de la mobilisation du corps citoyen au service de la République et de la Patrie. Ainsi en va-t-il de la participation de la Société de gymnastique d’Arras à un festival à Aniche dans le cadre de la préparation d’un concours international réunissant près de 20 sociétés à Amiens. Signe de l’attention portée à cette manifestation, son compte-rendu occupe une colonne entière, ce qui est inusuel37. Ainsi, l’anti-républicanisme affiché du Courrier n’empêche pas qu’il fasse régulièrement mention de telles manifestations. Sans doute faut-il y voir, dans une ville de garnison comme Arras, l’expression d’une fibre patriotique liée au caractère régimentaire des exercices. On peut aussi souligner l’attention portée au concours de gymnastique et de mouvements d’ensemble de Saint-Omer organisé à l’occasion de la célébration de la victoire de Solferino38. Il faut encore évoquer les nombreux concours de tir et d’escrime organisés dans les villes de garnison du Pas-de-Calais et du département du Nord. S’y s’illustrent régiments ou compagnies de sapeurs-pompiers, que ce soit à Béthune, à Aire-sur-la-Lys ou à Lille39.

24L’année 1883 ne marque donc pas un essor de l’information sportive. D’abord parce que le sport, au sens propre, n’y a guère droit de cité. Pour ne prendre qu’un exemple, là où la vélocipédie commence parfois à être mentionnée par la presse nationale, Le Courrier n’en fait pas cas. Seules les courses ouvrent véritablement le champ à un nouvel usage de l’information sur un spectacle sportif qui n’est pas encore popularisé. Enfin et sans doute avant tout, le changement d’optique intervient surtout autour des pratiques conscriptives. Cette dernière évolution résonne avec la naissance contemporaine de deux premiers titres spécialisés locaux : à partir de 1880-188, Gymnastic-Sport-Nord et Le Carabinier et le gymnaste témoignent en effet du dynamisme gymnique nordiste et, au-delà, des beaux jours de la culture conscriptive dans la région.

  • 40 Source : P. Albert, op. cit., 1976, p. 174.
  • 41 Cf. P. Bougard, Y. M. Hilaire, A. Nolibos (dir.), Histoire d’Arras, éditions le Téméraire, 2000, p. (...)

25En somme, pas plus qu’en 1873 le journal – qui demeure un titre de référence et de « grande influence40 » (il tire désormais à 8 000 pour un arrondissement de près de 40 000 habitants41) seulement devancé par L’Avenir d’Arras et du Pas-de-Calais (9 000) – ne s’est transformé en Cheval de Troie de l’information sportive.

Le timide réveil de 1893

26Les sondages effectués sur 1893 confirment cette lente émergence du fait sportif : le volume d’information double par rapport à 1883 (1 % de la surface informative hors publicités). Cette petite croissance s’accompagne d’une redistribution des thématiques couvertes. Les jeux traditionnels s’effacent plus encore qu’en 1883, ce qui bénéficie aux pratiques de loisir et de sport tandis que les pratiques de mobilisation citoyenne (gymnastique, tir) retiennent toujours l’attention des rédacteurs. Comme le montre le graphique à la page suivante, ce processus sera confirmé et légèrement accentué par la suite.

  • 42 Notons cependant que ces nouvelles sont classées par arrondissement : Saint-Pol, Boulogne, Béthune, (...)

27Si, nous y viendrons plus bas, la rédaction lance en 1893 une rubrique gymnique, cette évolution ne justifie pas la création d’une rubrique sportive ou, a minima, un souci de distinction thématique. Comme en 1883, la vie culturelle et artistique tient encore une place éminente, dominante, incomparablement plus importante que celle des pratiques physiques. La majorité des informations de type sportif se glisse donc toujours parmi les faits les plus ordinaires de l’information de proximité. Cette situation oblige le chercheur à une lecture in extenso du journal afin de trouver les rares pépites sportives qu’il recèle. Le lectorat du Courrier s’affronte au même problème : le sport apparaît de façon tout à fait aléatoire, noyé dans le flux ordinaire des nouvelles du jour et souvent teinté d’une couleur fait-diversière bien d’époque42. Ainsi le Courrier relate-t-il le décès du boxeur Don Donovan à Syracuse lors de son combat contre John Dunfee (mars), l’accident mortel du jockey Henri Keyte à l’occasion des Courses de Saint Quentin (juin), quelques noyades de touristes parisiens sur les plages de Boulogne-sur-Mer et de Wissant au cours de la saison estivale et enfin, marronnier du moment, le péripéties mettant en scène les chauffards du vélocipède.

Graphique 1. – Répartition (%) des thématiques relatives aux pratiques physiques (1873-1913).

  • 43 28 avril 1893.

« Les vélocipédistes en général feraient œuvre de prudence s’ils daignaient modérer leur allure quand ils passent dans des rues fort fréquentées et ne pas épargner la trompe même de loin pour prévenir le public de leur passage43. »

28Parfois, le fait-divers se fond dans le cocasse, comme lors de l’organisation d’un concours de plongeon à Bapaume, aussitôt relaté. Toujours pas d’affirmation marquée d’une information sportive valorisant les résultats, le concours, la culture d’un corps s’éprouvant face au record.

  • 44 28 juin 1893.

« Un incident a marqué le concours. L’un des plongeurs, en saisissant par la bouche au fond de l’eau l’objet déterminé, a laissé sa chique dans le bassin. Les eaux ont été immédiatement renouvelées sur la demande des concurrents44. »

29La relation des évènements sportifs n’en prend pas moins des dehors nouveaux.

30En premier lieu, son périmètre s’élargit et s’émancipe, tant par l’espace qu’il couvre dans le journal que dans sa géographie. Informations locales, départementales, régionales, nationales voire internationales constituent désormais autant de cercles concentriques dont la cité arrageoise reste l’épicentre.

31En deuxième lieu, la saisonnalité des manifestations gymnastiques ou sportives transparaît de manière plus franche entre mars et septembre – l’hiver correspondant à une période de basses eaux informatives. En août, les fêtes d’Arras donnent ainsi lieu à la pratique de jeux traditionnels (jeu de paume au tamis, cible horizontale à l’arc et à l’arbalète, javelot, joutes sur l’eau, etc.) qui justifient plusieurs recensions.

32En troisième lieu, la couverture de certains événements se joue désormais de façon plus régulière et sur un rythme binaire : annonce, puis relation et résultats ou palmarès.

  • 45 24 décembre 1893.
  • 46 27 mai 1893.

33En quatrième lieu et avec une forte charge symbolique, la rédaction consacre parfois une colonne avec intertitre – un embryon de rubrique – aux activités de la Société de gymnastique d’Arras (SGA). Cet effort de différenciation naissant est clairement localiste : les informations sur la SGA côtoient en effet la colonne réservée aux manifestations de la Société philarmonique et de la Société des Beaux-arts d’Arras45 et, parfois, d’autres informations mettant en scène les gymnastes arrageois – à l’image de la couverture de leur participation au concours de Toulouse de mai 1893 et de leur retour qui donne lieu à un défilé dans les rues de la ville, précédé par la Société d’Éducation Militaire, de l’Union Chorale, des Orphéonistes et de la Fanfare du Commerce, suivi d’un vin d’honneur offert par la municipalité46.

  • 47 26 et 27 mars 1893.

34Enfin, les articles gagnent en densité. Il n’est pas rare qu’une vingtaine de lignes, parfois une colonne entière soient consacrées aux activités vélocipédiques. C’est le cas pour la Fédération vélocipédique du Nord. C’est le cas pour le Cyclist Club Artésien : non sans emphase Le Courrier annonce qu’il organise en juin de « grandes courses vélocipédiques » ou qu’il vient de recruter six nouveaux membres. À ces informations sur l’actualité et les sociabilités locales s’ajoute la mention d’événements parisiens ou nationaux, à l’image du match Charles Terront/Jean-Marie Corre sur 1 000 kilomètres organisé dans la galerie du Champ de Mars47.

  • 48 Souvenirs d’un naturaliste en Islande, Arras, De Sède Imp., 1887.
  • 49 Voir notamment Le XIXe siècle, 1er septembre 1891.

35L’année 1893 marque donc le réveil sportif du Courrier. Cette nouvelle donne a-t-elle à voir avec la passation de pouvoir entre Gustave de Sède et son fils, Paul, qui a repris la direction du quotidien à la mort de son père (1888) ? Le peu qu’on sache de sa biographie invite à la prudence. Naturaliste de formation, il a rendu compte en 1887 d’une expédition en Islande en 1883 au travers de la rédaction d’un récit de voyage et d’étude édité par les soins de l’imprimerie familiale48. Aimant manifestement les défis et les voyages, on sait aussi, car la chose est publicisée par la presse nationale, qu’en 1891 il fait le pari de traverser incognito l’Atlantique comme matelot49. Enfin et en un rapport direct avec cette gageure, il est membre du Yacht Club de France, ce qui pourrait être une explication à l’entrée des régates dans Le Courrier à partir de 1883 et leur maintien à l’honneur. Paul de Sède est donc un peu sportsmen, mais on ne peut guère aller plus loin.

  • 50 Cf. O. Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin XI (...)
  • 51 Voir A. Poyer, « La structuration fédérale du cyclisme associatif du Nord et du Pas-de-Calais entre (...)

36Bref, le réveil sportif du Courrier reste timide (1 % de la surface) et incomplet au regard de l’éventail croissant des activités sportives. Il est en outre marqué du sceau régionaliste, localiste. Du côté de son incomplétude, on peut en effet être surpris de ne pas entendre parler de football-association alors que la région est pionnière dans la diffusion de cette pratique encore peu connue et pratiquée. Des rencontres amicales et officielles s’organisent très tôt en pays minier et autour d’Arras, par le biais des pratiques scolaires et régimentaires notamment50. Quant à la prime au localisme, elle s’exprime dans l’attention soutenue pour les rendez-vous du cru qu’ils soient gymniques, cyclistes ou hippiques. L’exemple de la fête fédérale de gymnastique d’Arras des 4 et 5 juin 1893 en est l’exemple type : elle justifie l’impression d’une des rares pleines colonnes sportives, avec le détail du programme et la composition du comité d’organisation. L’attention pour la vélocipédie locale, dont Alex Poyer a pointé le dynamisme51, l’emporte aussi sur les considérations extérieures. Le Courrier du Pas-de-Calais est donc fidèle à sa logique première : informer sur le local, notamment par le biais de l’actualité sportive des cités industrielles et des villes balnéaires : Arras, Béthune, Lille, Boulogne-sur-Mer.

Vers une mue sportive

  • 52 M. Martin, La Presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, p. 265.

37En entrant dans le XXe siècle Le Courrier du Pas-de-Calais garde la même forme. Une forme un peu surannée qui, des années plus tard, immobilisme aidant, lui donnera l’image d’un journal « d’un autre âge52 ». Quant à ses options éditoriales, elles gouvernent une architecture qui relègue toujours l’information sportive à une portion encore congrue en 1903.

Une poussée sportive sans vraie ligne rédactionnelle

38Comme nous l’avons vu, en dépit d’un flux d’informations encore très faible, la dernière décennie du XIXe siècle pouvait permettre de penser à une inscription croissante du sport dans les colonnes du journal. Mais, lorsqu’on fait le point en 1903, on note plus un accroissement qu’une franche croissance : 2 % du Courrier du Pas-de-Calais sont désormais consacrés à la question des pratiques physiques. Dans un mode d’organisation identique à celui de 1893, le journal décline les informations de façon toujours très factuelle et dont l’importance varie en fonction du rythme imprimé par le caractère saisonnier des spectacles et des manifestations sportives. Le quotidien, se sportivise donc toujours avec lenteur.

39Lorsqu’on s’interroge sur les raisons expliquant cette poussée en demi-teinte alors même que le spectacle sportif fait de plus en plus d’adeptes et que le secteur de l’information sportive (spécialisé et dans les grands quotidiens parisiens) se développe avec force, un élément contextuel entre en jeu. Tout au long de l’année, Le Courrier consacre en effet un important lignage à la question scolaire. Celle-ci sature alors les débats parlementaires et ses retombées locales, régionales, font l’objet de longs commentaires et points de vue engagés qui condamnent sans ambages la politique d’Émile Combes. La couverture du sport en pâtit-elle ? On ne saurait l’affirmer. En tout cas, le journal, politique avant tout, reste campé sur la ligne posée au XIXe siècle.

  • 53 26 avril 1903.
  • 54 26 mai 1903.
  • 55 29 août 1903.

40La faible attention portée aux sports semble aussi sinon s’expliquer du moins être éclairée par des usages rédactionnels statiques. On trouve toujours une série d’informations distillées sous forme de brèves dans les rubriques locales et celle des faits-divers. Elles tiennent le plus souvent de l’anecdote, à l’image d’un accident de tandem dans la Côte de Samer, qui justifie des soins « à la Pharmacie Jomin de Boulogne-sur-Mer53 ». Par ailleurs, notules et petits articles relatent la vie compétitive sans être réunies dans une rubrique ad hoc. D’abord ses tragédies, à l’image des six morts et des nombreux blessés de la course automobile Madrid-Paris, à laquelle une colonne entière est consacrée en mai54. Ensuite aux épreuves locales – qui témoignent d’ailleurs d’un changement d’échelle du spectacle sportif. On peut prendre pour exemple les courses d’Arras organisées par le Cyclist Club Artésien, avec une épreuve de motocyclettes – qui « atteignent les 80kms/h » – et une épreuve cycliste opposant « tous les champions américains, anglais, belges, italiens algérien, français et suisse » et « les meilleurs coursiers de la région55 ». Cette couverture des événements phares vient s’insérer, pratiquement et médiatiquement parlant, dans les interstices d’un calendrier structuré par les fêtes et les courses hippiques d’Arras et de Béthune, et par quelques courses cyclistes moins marquantes.

  • 56 Cf. O. Chovaux, « Football-association et identité(s) régionale(s) au Nord de la France : le temps (...)

41Malgré la dispersion de l’information, Le Courrier du Pas-de-Calais, avec ses deux petit pourcents consacrés aux sports rend malgré tout compte de l’essaimage des pratiques et des événements sportifs dans les villes moyennes du département, en pays minier notamment56. Ainsi en va-t-il de la course cycliste organisée par la Pédale Annoeulinnoise (mai), des fêtes internationales et des concours de régates de Calais (juin), des corridas données aux arènes de Roubaix (juillet)… Autant de manifestations qui confirment la lente poldérisation du paysage calaisien, arrageois, etc.

  • 57 27 et 28 juillet 1903.

42Cette très légère poussée sportive est en outre prolongée – et confirmée au fond – par la publication de réclames et d’annonces à caractère sportif ou ayant trait au développement de nouveaux usages corporels. Dans un grand mélange des genres, le journal fait ainsi bonne place à l’annonce de l’Exposition automobile et cycliste d’Arras en 1904 (patronnée par l’Automobile Club et de l’Union Vélocipédique de France), aux horaires et tarifs préférentiels de la Compagnie des Chemins de fer du Nord pendant la saison des bains, aux pneus Dunlop pendant le premier Tour de France… La victoire de Maurice Garin (sociétaire du club de Maubeuge) et son retour au pays sont d’ailleurs l’occasion de deux longs articles détaillant par le menu son accueil en gare de Lens, sa réception à l’Hôtel de ville par le député-maire entouré de son conseil municipal57.

Le tardif take off de 1913

43Dans l’immédiat l’avant-guerre Le Courrier du Pas-de-Calais finit par faire son aggiornamento sportif. Plusieurs éléments le soulignent avec force.

  • 58 Voir ci-avant dans ce volume : Ph. Tétart, « Des articulets aux pages sportives : état des lieux et (...)
  • 59 Les trois premières sont consacrées aux informations nationales ainsi qu’à une revue de presse de l (...)

44D’une part, la rédaction consacre désormais 5 % de la surface dont elle dispose aux sports. Elle se rapproche ainsi des usages en cours dans la grande presse nationale58. La chose est d’autant plus notable que Le Courrier de 1913 a changé de forme. Il est tiré sur six pages et six colonnes, ce qui accroît considérablement le volume d’information offert aux lecteurs59. L’inflation des nouvelles sportives est donc d’autant plus frappante : le journal ayant gagné un gros tiers de lignage, la couverture du sport a été multipliée par 3,5 par rapport à 1903, ce que ne révèlent pas les seuls pourcentages (2 % en 1903, 5 % en 1913).

45D’autre part, signe tangible de ce nouveau cap, la rédaction crée une rubrique dédiée, « Les Sports » ou « Sports ». Là encore Le Courrier suit une logique de rattrapage puisque de nombreux des titres de la presse quotidienne nationale et régionale publient de telles rubriques depuis la fin du XIXe siècle.

  • 60 29 janvier 1913.

46Par ailleurs et en conséquence, si les faits-divers à caractère sportif continuent, ici et là, d’apparaître, situant toujours le sport à la lisière de l’anecdote, si, par ailleurs, des brèves peuvent se glisser dans d’autres rubriques que « Les Sports », l’essentiel de l’information est réunie dans cette dernière. Le Courrier ne manque cependant jamais de publier hors rubrique quelques perles péri-sportives comme lorsque Georges Carpentier, ayant giflé un automobiliste de Seclin, est condamné en correctionnelle60.

  • 61 24 janvier 1913.

47On peut donc parler d’un véritable take-off sportif du Courrier. Son lecteur trouve toujours des informations dans les colonnes dévolues aux évènements culturels arrageois, à l’image – parmi bien d’autres exemples – de l’annonce d’une rencontre de football entre l’Olympique Lillois et le Racing Club d’Arras61. Là où naguère les représentations théâtrales et les concerts occupaient seuls l’essentiel des informations culturelles, le sport a gagné un plein droit de cité. Surtout, le lecteur est désormais en mesure de se tourner vers « Les Sports », rubrique largement achalandée en informations et en annonces sur les manifestations régionales et locales durant la pleine saison sportive, d’avril à octobre.

  • 62 26 avril 1913.
  • 63 29 avril 1913.
  • 64 17 octobre 1913.

48Cette métamorphose imprègne-t-elle jusqu’à l’écriture du sport ? Non. Force est de constater que les informations sont pour le moins fragmentaires, généralement factuelles. Le Courrier s’en tient le plus souvent à indiquer les dates et lieux des rencontres, à nommer les équipes et/ou les concurrents engagés, à estimer le nombre de spectateurs et, bien sûr, à donner les résultats. Témoin les quelques lignes consacrées à la rencontre de football-association opposant le Racing Club d’Arras au Sporting Club Universitaire de France en avril 1913 : la rédaction estime nécessaire d’imprimer la composition des équipes et les couleurs portées, mais ne précise ni l’enjeu ni le niveau de ce match, avant de conclure qu’il « sera le dernier de la saison » et de souhaiter « au RC Arras, guère été favorisé [cette année], un beau soleil qui lui permette de clore brillamment la série de ses belles réunions62 ». Quelques jours plus tard, un commentaire tout aussi lapidaire fait suite au match opposant le Racing Club d’Arras au Stade Béthunois : « Ce match arbitré par M. Godart, a donné les résultats suivants : 3 buts au RCA dans la 1ère mi-temps, deux buts dans la seconde soit 5 à zéro63. » On ne saurait donc dire que le tournant de 1913 aboutit à la naissance d’une rubrique justifant un effort rédactionnel faisant du sport un objet de commentaire. Ou, du moins, il y aurait une hiérarchie dans les sujets dignes ou non de ce commentaire. Nous avons vu que le football est plutôt mal loti. En revanche, notons que Le Courrier consacre une quinzaine lignes de prose au championnat du Pas-de-Calais de boxe, plume et coq, que la fête aéronautique de Péronne en vaut le double. À l’échelle de l’année, les sports mécaniques (aéronautique, automobile, cyclisme), la boxe et les courses hippiques justifient un effort rédactionnel dont ne bénéficie pas le football. Quoique déjà en vogue dans la région, il reste un parent pauvre de l’information sportive même s’il bénéficie parfois d’un lignage permettant quelques considérations dépassant l’annonce des équipes en place et le résultat de leur confrontation, comme lors de cette opposition entre Arras et le 33e régiment d’infanterie « âprement disputé devant une grande affluence », « courtoisement disputée, les adversaires ayant surtout cherché à faire du beau jeu64 ».

49Faut-il voir dans ces choix éditoriaux une volonté de répondre aux goûts du lectorat du Courrier du Pas-de-Calais ? Il est impossible de répondre objectivement. Pour trois raisons au moins.

  • 65 Selon le mot de La Croix, 29 novembre 1907.
  • 66 Nous nous fondons sur Le Tir National, 22 novembre 1913.

50Pour la première, sans source ni témoignage nous spéculons sur la stratégie de la rédaction. Ainsi, nous savons que la rédaction en chef a échu, vers 1907-1908, à Georges Lenoir et que la direction n’est plus entre les mains de la famille De Sède. Georges Lenoir, avocat et historien de formation, catholique militant, est connu comme le « vaillant défenseur65 » du très clérical Capitaine Magniez, écarté de l’armée peu après la Séparation de l’Église et de l’État. Pour le reste, nous sommes démunis. L’administrateur de la Société de Tir de Lillers, à une petite vingtaine de kilomètres d’Arras, serait-il ce même Georges Lenoir66 ? Nous tendons à répondre par la négative tant le journal est muet, depuis 1893, sur cette pratique. Simple homonymie sans doute. Bref, nous ne pouvons guère deviner la démarche de la rédaction vis-à-vis de ses lecteurs.

51Deuxième raison : ignorant la sociologie du lectorat, nous sommes orphelins d’éléments permettant de penser ses goûts sportifs. Nous pouvons certes avancer qu’il s’agit d’un lectorat catholique – le journal l’est très clairement. Mais, en matière de concordance ou de stratégie éditoriale, on ne note pas d’information valorisée sur l’actualité de la fédération des patronages catholiques (la FGSPF). Il n’y aurait donc pas là un désir de satisfaire une forme de communautarisme sportif.

52Troisième raison : le mélange des genres en matière de sports couverts ne laisse pas apparaître une géographie sociale claire. D’une part, l’automobilisme, l’aéronautique et les courses relèvent de pratiques plutôt distinctives. D’autre part, même si l’un et l’autre ont été élitistes en d’autres temps, le cyclisme et la boxe sont d’essence plus populaire. Mais toutes ces pratiques sont, on le sait, parmi les plus prisées du public de la Belle Époque, les sports mécaniques en tête. En somme, Le Courrier laisse mal deviner son identité sur le plan sportif. Il révèle un ordre hybride et commun rencontré dans maints autres quotidiens et périodiques ; et on ne sait rien des valeurs que ses rédacteurs et in fine son lectorat associeraient à telle ou telle pratique.

53En somme, seule la volonté désormais affichée d’informer les amateurs de sport semble dominer, via la diffusion d’informations où les spectacles sportifs de premier plan comme le Tour de France voisinent avec les compétitions pour tout ou partie régionales et plus ou moins anciennes comme Paris-Calais, Paris-Roubaix, mais aussi les événements plus proprement locaux et de moindre portée comme les courses hippiques de Saint Pol-sur-Ternoise, l’épreuve de course à pied de la fête communale de Saint-Omer, le concours de gymnastique de Merville ou la peu connue course cycliste Douai-Blangy.

  • 67 J.-P. Visse, op. cit., 2012, p. 2-5 en particulier.

54Pour avancer une explication tangible à propos de ce réveil, sans doute faut-il se tourner vers le contexte médiatique. En effet, depuis une quinzaine d’année, la presse quotidienne consacre de plus en plus de place aux courses et au sport. Quant à la presse spécialisée, elle se déploie partout en France. Le Nord et le Pas-de-Calais connaissent d’assez nombreux périodiques sportifs lancés par des imprimeurs qui profitent de l’essor du nouveau phénomène social pour faire tourner leurs presses. Jean-Paul Visse67, qui les a étudiés, nous permet d’en citer quelques-uns aux vies plus ou moins éphémères : Calais-Sport (1901-1902), Dunkerque-Sports (1909-1913), Les Sports. Journal sportif mondain (1911-1913), La Vie Sportive du Nord et du Pas-de-Calais (1912-1920)…

Conclusion

  • 68 A. Prost, Douze leçons sur l’Histoire, Paris, Le Seuil, 2007.
  • 69 Cf. « Médias », in M. Attali, J. Saint-martin (dir.), Dictionnaire culturel du sport, Paris, A. Col (...)
  • 70 Cf. Ph. Tétart, S. Villaret, « Introduction », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), op. cit., 2010.

55La longue période de sécheresse de l’information sportive qui caractérise le Courrier du Pas-de-Calais semble donc prendre fin sur les premiers contre-forts du XXe siècle. Mais il faut attendre 1913 pour que le journal mérite d’être qualifié de journal généraliste, politique et, notamment, de sport. Au-delà et malgré les limites d’un genre monographique qui demeure toutefois « le matériau le moins incertain » de l’historien68, on aura observé ici ce que certains ont déjà décrit pour d’autres titres, régionaux ou nationaux69 : aridité des articulets, entrefilets plutôt qu’articles (du moins jusqu’au seuil du XXe siècle), primauté accordée au factuel plutôt qu’au commentaire, place éminente de la vélocipédie puis des sports motorisés, lente émergence de la figure du champion à la veille de la première guerre mondiale, tel Georges Carpentier. Par ailleurs, la prime au localisme – très notable avec les jeux traditionnels jusqu’en 1883 – est ici prononcée jusqu’au rééquilibrage national/local du début des années 1910. On retrouve ici aussi un trait distinctif de l’histoire de l’information sportive en région à la charnière des XIXe et XXe siècles70.

56Reste que si les années 1910 voient l’éveil sportif du Courrier, son aboutissement n’intervient qu’au lendemain de la première guerre mondiale. Le quotidien arrageois devient alors pleinement sportif. Sur le plan quantitatif, il donne 10 % de sa surface au sport en 1923, le double de 1913. Plus : chaque semaine à partir de mai 1923 il est distribué avec un supplément exclusivement consacré au sport. De couleur rose et agrémenté d’une photographie en une, Le Courrier sportif se déploie alors sur un feuillet et douze colonnes livrant un ensemble d’informations touchant un éventail plus large de pratiques, mettant notamment à l’agenda médiatique des sports passés sous silence avant guerre comme le rugby et le tennis. Sous ce jour, Le Courrier du Pas-de-Calais incarne le deuxième tournant dans l’histoire de la sportivisation de la presse : tant du côté des pratiques que du côté de la presse, les années 1920 marquent en effet une franche relance de la première massification intervenue à la fin de la Belle Époque.

Notes

1 Cf. M. Attali (dir.), Sports et médias du XIXe siècle à nos jours, Biarritz, Atlantica, 2000, p. 13-43.

2 Ph. Tétart, « De la balle à la plume. La première médiatisation des passions sportives (1854-1939) », in Ph. Tétart (dir.), Histoire du sport en France du Second Empire au régime de Vichy, Paris, Vuibert, 2007, t. 1, p. 261-328.

3 D. Kalifa, Ph. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2012.

4 Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, Biarritz-Paris, Atlantica/Musée National du Sport, 2010.

5 Cf. Ph. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province (1845-1914), op. cit., p. 23-95.

6 Sur ces questions : J.-P. Visse, « La presse sportive et le développement du sport dans le Nord-Pas-de-Calais », L’Abeille, Journal des amis de la société de Panckoucke, no 20, 2012, p. 1-9.

7 Cité par J.-P. Visse, La Presse arrageoise (1788-1940). Catalogue commenté des périodiques de l’arrondissement d’Arras, Bapaume et Saint Pol sur Ternoise, Roubaix, Collection Kiosque 59/62, 2009, p. 163.

8 Ibid.

9 Cf. J.-P. Visse, La Presse du Nord et du Pas-de-Calais au temps de l’Écho du Nord (1819/1944), Lille, Presses universitaires Septentrion, 2004.

10 Support d’autant plus privilégié que ce titre est intégralement conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, à l’exception de quelques mois incomplets pour l’année 1913 (de septembre à décembre). L’occasion pour l’auteur de remercier ici Lydia Huguet pour son aide précieuse dans l’exploration du fonds. PF1/24 (année 1873), PG2/6 (1883), PG2/20 et 21 (1893), PG2/35A et 35B (1903), PG2/48 (1913).

11 Cf. O. Chovaux (dir.), « Pratiques et spectacle sportifs au Nord de la France (XIXe-XXe siècles) », Revue du Nord, t. 86, 2004 ; Pas-de-Calais, terre de sport, catalogue de l’exposition, Archives départementales du Pas-de-Calais, 2012.

12 P. Albert, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, CNRS, 1976, p. 24 et 46.

13 P. Clastres, P. Dietschy, Sport, société et culture en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Hachette, 2006 ; Ph. Tétart (dir.), op. cit., 2007.

14 Sur ce point, A. Lottin (dir.), Deux mille ans du « Nord-Pas-de-Calais ». De la Révolution au XXIe siècle, Lille, Éd. La Voix du Nord, 2002, p. 116-126 ; A. Nolibos, Arras. De Nemetacum à la Communauté urbaine, Lille, Éd. La Voix du Nord, 2003, p. 145-153.

15 27 avril 1833.

16 28 juin 1833.

17 25 juin 1833.

18 31 août 1833.

19 Cf. G. Vigarello, Du jeu ancien au show sportif. Naissance d’un mythe, Paris, Le Seuil, 2002 ; A. Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1992, p. 305-368.

20 Cf. O. Chovaux, « Essor et enracinement des loisirs balnéaires à Boulogne-sur-Mer dans la seconde moitié du XIXe siècle (18512-1904) », in J.-P. Poussou, A. Lottin (dir.), Les Villes balnéaires d’Europe occidentale du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2008, p. 165-179.

21 24 août 1833.

22 Ibid.

23 Voir une ode à la « pucelle » publiée dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, t. 34, 1860, p. 93 sq.

24 27 janvier 1873.

25 9 août 1873.

26 On pourra consulter J. Bréhon, Usages du corps et modèles « franceétrangers » dans les sociétés de gymnastique du Nord (1869-1914) : la toile e(s)t le réseau, thèse, université de Montpellier, 2006 ; T. Arnal, T. Terret (dir.), Aux origines de la gymnastique moderne, Valenciennes, PUV, 2011.

27 Sur ce point : J. Bréhon, « Les prémisses de la sportivisation de la gymnastique : l’exemple de l’Association régionale des gymnastes du Nord (1879-1914) », STAPS, no 80, 2008, p. 73-84.

28 Jules Léotard (1838/1870), gymnaste et trapéziste.

29 28 août 1873.

30 Sources : P. Albert, op. cit., 1976, p. 104.

31 P. Arnaud, « Sport et modernité : les origines du sport moderne », in P. Arnaud (dir.), Le Sport en France : une approche politique, économique et sociale, Paris, La Documentation française, 2000, p. 9-23.

32 G. Vigarello, op. cit., 2002, p. 63-79 ; A. Corbin (dir.) L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995.

33 28 mai 1883.

34 25 novembre 1883.

35 Voir notamment le 26 juin 1883.

36 O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1999 ; M. Rebérioux, La République radicale (1899-1914) ?, Paris, Le Seuil, 1975 ; A. Becker et al. (dir.), La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

37 28 juillet 1883.

38 26 juin 1883.

39 Pour ce dernier cas voir le 28 novembre 1883.

40 Source : P. Albert, op. cit., 1976, p. 174.

41 Cf. P. Bougard, Y. M. Hilaire, A. Nolibos (dir.), Histoire d’Arras, éditions le Téméraire, 2000, p. 243 et sq.

42 Notons cependant que ces nouvelles sont classées par arrondissement : Saint-Pol, Boulogne, Béthune, Saint-Omer, Montreuil-sur-Mer.

43 28 avril 1893.

44 28 juin 1893.

45 24 décembre 1893.

46 27 mai 1893.

47 26 et 27 mars 1893.

48 Souvenirs d’un naturaliste en Islande, Arras, De Sède Imp., 1887.

49 Voir notamment Le XIXe siècle, 1er septembre 1891.

50 Cf. O. Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin XIXe siècle/1940), Arras, Artois Presses université, 2001.

51 Voir A. Poyer, « La structuration fédérale du cyclisme associatif du Nord et du Pas-de-Calais entre 1881 et 1914 : priorité à la région ou à la nation ? », in O. Chovaux (dir.), Pratiques et spectacle sportifs au Nord de la France (XIXe-XXe siècle), Revue du Nord, no 355, 2004, p. 297-311.

52 M. Martin, La Presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, p. 265.

53 26 avril 1903.

54 26 mai 1903.

55 29 août 1903.

56 Cf. O. Chovaux, « Football-association et identité(s) régionale(s) au Nord de la France : le temps de la combination ? (fin XIXe siècle/années 1930) », in S. Stumpp, D. Jallat (dir.), Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècle), Grenoble, PUG, 2013, p. 132-143.

57 27 et 28 juillet 1903.

58 Voir ci-avant dans ce volume : Ph. Tétart, « Des articulets aux pages sportives : état des lieux et intentions ».

59 Les trois premières sont consacrées aux informations nationales ainsi qu’à une revue de presse de la PQR. Les pages 4 et 5 sont réservées aux nouvelles locales et régionales. Réclames et cours de la Bourse demeurent en page 6.

60 29 janvier 1913.

61 24 janvier 1913.

62 26 avril 1913.

63 29 avril 1913.

64 17 octobre 1913.

65 Selon le mot de La Croix, 29 novembre 1907.

66 Nous nous fondons sur Le Tir National, 22 novembre 1913.

67 J.-P. Visse, op. cit., 2012, p. 2-5 en particulier.

68 A. Prost, Douze leçons sur l’Histoire, Paris, Le Seuil, 2007.

69 Cf. « Médias », in M. Attali, J. Saint-martin (dir.), Dictionnaire culturel du sport, Paris, A. Colin, p. 502 et sq.

70 Cf. Ph. Tétart, S. Villaret, « Introduction », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), op. cit., 2010.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Répartition (%) des thématiques relatives aux pratiques physiques (1873-1913).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540